Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Le poulet signé Akimichi ? [Ft. Hayai Taishi]


Mer 28 Mar 2018 - 8:27
Fraîchement arrivée au village après sa fuite précipitée du Soshikidan, voilà qu’elle apprenait encore à découvrir cet endroit qui deviendrait peut-être bien son chez elle dans un futur plus ou moins rapproché. Non pas qu’elle ne comptait pas s’y installer, après tout, ce n’était pas une idée à exclure. Il s’agissait tout simplement qu’elle ne prévoyait jamais bien grand chose, se contentant de vivre au jour le jour et voir où est-ce que la vie la mènerait. De ce fait, pour l’instant, elle appréciait son nouveau titre de genin au sein du village qu’elle venait de rejoindre, armée de toute la bonne volonté du monde et une bonne dose de motivation, ce qui, en soit, n’était pas bien difficile pour l’enthousiaste demoiselle qu’elle était.

Ce fut donc en se baladant dans ce village qu’elle apprenait à connaître que son regard s’attarda sur quelque chose d’assez particulier. Si elle avait rencontré nombreuses races animales au fil de sa vie, entre les forêts d’Hi et ceux qu’elle avait croisé lors de ses quelques voyages, dont celui l’ayant amené jusqu’ici, jamais avait-elle vu un dindon de cette taille, se pavanant de la sorte. Sûrement n'avait-elle jamais vu de dindon, pour tout dire. De quoi nécessairement attirer l’attention de l’Aburame, qui s’était arrêtée pour l’observer avec plus d’attention, se trouvant à une certaine distance de ce dernier. Ce n’était cependant pas parce qu’elle était plus loin qu’elle en était subtile, ce n’était pas un mot connu de cette dernière. S’attardant un peu plus sur l’animal, elle remarqua qu’il semblait suivre un homme, un brun ténébreux (de ce qu’elle s’imaginait) qu’elle ne connaissait pas (après tout, elle ne pouvait pas réellement se targuer de réellement connaître quiconque ici).

Intriguée, elle s’avança d’un pas léger jusqu’à rattraper le duo, sa chevelure blanche virevoltant autour d’elle, ralentissant le pas une fois arrivée à leur hauteur, se trouvant désormais aux côtés du dindon qui avait attiré son attention. Il n’en fallait pas beaucoup pour intéresser celle à l’esprit vif, dont l’attention pouvait se montrer aussi intense que brève.

- J’ai jamais vu d’poulet d’cette taille. Elle s’adressait à l’homme. Tu l’as nourri à quoi, en vrai, pour atteindre ce résultat-là ? C’permis, les tests sur les animaux ?

Portant une main à son menton, elle fit mine de réfléchir, ses prunelles passant de l’animal à l’homme, comme si elle tentait de comprendre quelque chose. Si elle avait sa petite idée, ce n’était pas pour autant qu’elle allait cesser que de se payer la tête des autres. C’était ce qu’elle faisait depuis des années, et puis, il s’agissait d’un jeu beaucoup trop amusant pour qu’elle se décide d’abandonner.

Que cela lui plaise ou pas, il venait de se retrouver avec l’Aburame dans les pattes pour un temps indéterminé. Elle ne demandait jamais la permission, ou alors que très peu, cela n’étant définitivement pas le genre de la maison. Il allait seulement devoir assumer sa présence somme toute assez bruyante, voir même étourdissante, à ses côtés.

- Oh, j’pense j’ai trouvé !

Elle leva une main devant elle, un sourire triomphant aux lèvres. Puis, elle se rapprocha de l’homme, contournant l’animal, se souciant très peu de savoir si elle l’avait insulté ou pas. Une fois cela fait, elle se pencha vers lui, semblant vouloir le mettre dans la confidence d’un secret sur un sujet quelconque, sûrement celui de son dindon.

- J’pense qu’c’est un Akimichi sous déguisement. D’moins, ça m’semble logique. Ok, il a p’t’être un peu beaucoup d’plumes, pour un Akimichi, mais j’suis sûre que, sur un malentendu, ça s’explique, t’penses pas ? Attention, un peu plus puis on s’retrouverait p’t’être avec un poulet d’une dizaine d’mètres… Bon, j’dois admettre qu’c’est cool comme idée, un poulet d’dix mètres.

Elle parlait beaucoup et à une vitesse hallucinante, exprimant tout ce qui lui traversait l’esprit de vive voix, se laissant emporter dans cette discussion devenant monologue.

- Il s’appelle comment ?

Une question bien plus importante que d’apprendre qui était l’homme qu’elle venait d’apostropher alors qu’il n’avait sûrement que voulu une journée tranquille au sein du village caché des nuages. Pour l’instant, son attention était dirigée sur le dindon, qui représentait quelque chose de nouveau chez elle, notamment de par l’allure qu’il arborait. Il n’avait certainement rien en commun avec ces dindons de bas étages. Elle n’aurait su dire ce qu’il avait de particulier, seulement qu’il l’était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Mar 3 Avr 2018 - 22:32
« La blonde était plus sexy. »

Le dindon secoua la tête. Ils marchaient dans la rue. Leur petit numéro musical du matin achevé, ils rentraient pour compter – et dépenser – leurs généreux gains. Taishi songea que ce ne serait pas si mal de juste quitter la vie de ninja pour devenir une sorte de barde. Glouba avait beaucoup de défaut mais c’était un musicien décent.

« T’es aveugle ou quoi ? La brune était bien plus mignonne. »

« Mignonne, pas sexy. »

« Oui, bah elle mettait ses atouts en valeur au moins. Ta blonde, elle aurait besoin de retirer le balais enfoncé dans ses… »


Ils furent interrompus par une jeune femme aux cheveux blancs – ENCORE une autre !?- qui venait s’interroger, pas la première ni la dernière, sur Glouba. Taishi était presque jaloux, il aurait bien aimé être aussi… exotique, que le poulet géant. Quelle ironie d’envoyer un piaf dont les ailes traînent sur le sol, quand même. Celui-ci gonflait le torse, d’ailleurs.

« Nourri de gloire, ma petite dame! »

Taishi soupira en inspectant visuellement la femme. Jolie, un air plus innocent que l’idiote, mais pas autant que Coco quand même. Du potentiel, peut-être. Un poulet de dix mètres ? Hm…

« Dix mètres, hein ? Juste assez pour loger ton égo, Glouba. »

« Ta gueule, Taishi. »


Il éclata de rire en s’appuyant contre la façade.

« Tu as eu ta réponse, tu as devant toi sieur Glouba Dook, Chasseur de primes dindon. »

Le dindon fit une révérence majestueuse, exposant les magnifiques couleurs viriles de son plumage. Quoi, il n’y avait pas que discorde entre les deux comparses…

« Bon ce n’est pas tout ça, mais on comptait trouver un bar et… »

« C’est vrai, pourquoi pas venir festoyer avec nous, mademoiselle…? »


Pas très subtil, le dindon. Mais ça se tenait. Pour sa part, Taishi n’était pas friand de rester sous le soleil de plomb trop longtemps. Il se demanda s’il y avait des sources ou de quoi se baigner dans ce village. Ça aurait été rafraichissant.

« À moins que tu connaisses un bon endroit. On est juste de passage alors on connait pas très bien le coin. »

Ce qui n’était pas faux non plus. Certains établissements ne toléraient pas la présence du dindon, ce qui n’était pas non plus.

«… À bien y penser, Glouba, que font les gens dans cette ville pour avoir du bon temps, à part boire ? »

Le dindon se tourna vers lui. Ils semblèrent réfléchir conjointement sur la difficile question.

« Bonne question. »

Leurs regards transigèrent vers la jolie femme.


_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 4 Avr 2018 - 19:59
Un nom particulier, qui semblait toutefois bien aller à l’animal particulier qu’il était. Glouba Dook, un gros poulet (dindon), chasseur de prime. Et bien, c’était intéressant tout ça. Elle hocha donc de la tête, toujours ce sourire en coin sur les lèvres, ses prunelles claires variant du violet au bleu passant du poulet à l’homme qu’elle talonnait désormais. Elle ne put qu’éclater de rire lors de la révérence du chasseur de prime, s’inclinant dès lors à son tour pour embarquer dans son jeu. Par la suite, elle lui adressa un sourire agréable, suivi d’un clin d’oeil.

- C’tout un honneur pour moi qu’d’rencontrer votre illustre personne.

Elle appuya chacun de ses mots, le tout avec un ton amusé, son regard pétillant de malice. Le manque de sérieux flagrant de la jeune Aburame frappait encore alors qu’elle prenait plaisir de ce petit jeu qu’elle créait. À croire qu’elle avait un réel don avec les oiseaux, ou alors était-ce seulement eux qui étaient bien trop concernés par la population féminine ? Elle ne saurait dire.

S’étant redressée suite à sa révérence exagérée alors qu’elle s’était adressée à lui avec une politesse que nul ne lui connaissait, elle écouta la suite de ce qu’ils avaient à dire. Apparemment, ils semblaient devoir festoyer elle ne savait trop quoi. Cela tombait à pic, la demoiselle était en quête de divertissement, et puis, elle appréciait tout particulièrement faire la fête. Ou, tout du moins, elle aimait s’amuser et ne pas trop se prendre la tête, vivre la vie comme elle venait, tout simplement. Après tout, elle se devait de profiter à fond de ces années offertes alors que l’homme de sa vie s’était sacrifié sur le champ de bataille, à Shîto, pour permettre sa fuite. Vivre était devenu un besoin quasi viscéral pour elle.

- C’quoi ces regards tournés vers moi ? V’croyez vraiment qu’j’suis une guide touristique ou un truc dans l’genre ? Alors, bien désolée d’vous décevoir, vous deux, mais l’truc c’est qu’j’suis arrivée ici y’a sûrement aussi peu longtemps qu’vous. J’pense même pas avoir eu l’temps d’faire l’tour du village, encore. Donc bon, si j’connais des endroits ? Pas vraiment. ‘Fin, y’a chez moi…

Un éclat de rire accompagne cette dernière déclaration, son sourire innocent venant confronter le sous-entendu de ses propos. De cette fine ligne concernant ce qui était acceptable et ce qu’il n’y était pas, elle s’y avançait dangereusement, tanguant d’un côté à l’autre.

- Alors, v’v’nez d’où, si vous êtes que d’passage ? Moi, j’suis d’Hi. Mais j’suis pas qu’de passage, j’ai même commencé à m’installer ici. J’essaye, d’moins. C’pas suuuper évident tout l’temps, compte tenu qu’j’connais pas grand chose ici, pour tout dire.

Un ton léger, elle se balançait d’un pied à l’autre. Être immobile ne semblait pas lui plaire, à celle qui débordait d’énergie.

- Bon, aller, suivez-moi. J’ai trouvé un endroit cool, la dernière fois. À voir si ça va vous plaire, mais l’ambiance est souvent assez animée. Un truc bien si c’est festoyer qu’vous voulez.

Elle leur fit alors signe de la suivre alors qu’elle reprenait sa marche, désormais avec une idée en tête. Il y avait deux choses qu’elle avait réussi à trouver en peu de temps ici. Où pouvait-elle trouver de l’alcool accompagné d’une bonne ambiance et où pouvait-elle trouver la meilleure nourriture typique du pays de la foudre. Manger était là un de ses plus grand centre d’intérêt.

- Et z’êtes ici pourquoi ?

Nombreuses questions alors qu’elle s’intéressait à eux, ou plutôt, la raison de leur présence ici, et, pourquoi pas, que comptait-il bien célébrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Jeu 12 Avr 2018 - 6:06
« Tu vois Taishi, enfin quelqu’un de poli et bien élevé ! »
« Ferme-la, Glouba. Moi aussi je suis raffiné. »
« Ouais… Comme un vieux fromage ! »


Il s’apprêta à botter le cul de l’oiseau géant mais ce serait sans doute mal avisé en compagnie de la fille un peu bizarre qui s’était fusionnée au duo sans demander d’avis à qui que ce soit. Dans un monde où l’être le plus entreprenant autour est un chasseur de prime couvert de plume, c’était presque rafraichissant.

« Je vois. On a juste assumé que tu devais venir du coin, t’as l’air plutôt jeune de loin, même si je réalise qu’on est sensiblement pareil de plus près. »

C’était une réponse qui en valait une autre, il manquait d’inspiration, comme si on lui en avait moins que ce qu’on en savait vraiment. Le dindon se dandinait lui, toujours de bonne humeur.

« Je viens du pays du feu moi aussi. Glouba vient du pays de la terre. Pour ce que ça veut dire, on passe la plupart de notre temps à voyager. La musique nous permet de vivre relativement confortablement. »

Taishi n’allait pas s’étirer sur les vrais motifs de sa présence ici, puisqu’ils ne concernaient que lui et il en avait déjà assez des observateurs de l’administration Metaru, pas besoin d’alerter la populace générale en plus. Surtout que son interlocutrice était elle-même shinobi vu sa signature de chakra.

Elle disait connaitre un coin sympa et ils n’avaient pas vraiment de plans alors ils suivirent sans poser de question sur la destination. Taishi fronça un sourcil.

« Ma parole, un vrai interrogatoire ! On est que des simples touristes. »

Ce n’était pas un mensonge en tant que tel, si on ne s’attardait pas sur les petits détails du moins.

« Et j’ai quelques primes à récolter… »

« Glouba récupère la racaille que les shinobis n’ont pas le temps de piétiner. Un boulot sans gloire. »

« Ça paie les factures. »

« Marrant, je me souviens pas la dernière fois que t’as fait ça, payer une facture… »

Échange de regards noirs. Passons à un autre appel.

« On est que de passage, alors on profite comme un peu. On dit que le cœur de toute ville se trouve dans son meilleur alcool, ses plus jolies femmes, et les bars les plus festifs. Kumo se débrouille bien jusqu’à maintenant, ou presque. »

En effet, Kumo n’échappait à la règle éternelle. Plus la femme est magnifique, plus elle est cinglée. Exemple typique sous les yeux.

« Bon, et maintenant à toi. D’où tu viens, où tu vas, et pourquoi. »

Une réponse en valait bien une autre.

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Dim 15 Avr 2018 - 20:49
Voilà désormais que la hijin avançait dans le village en compagnie d’un parfait inconnu et son poulet géant. Une situation parfaitement normale pour celle dont le quotidien semblait être constitué d’événements pour le moins surprenant. Peut-être était-ce elle et sa personnalité particulière qui provoquait de tels événements, elle ne saurait le dire. Mais voilà qu’elle se dirigeait vers un bar assez agréable du village, de quoi venir étancher leur soif et puis, pourquoi pas ne pas manger un peu.

L’ayant forcé à un interrogatoire de son cru, elle écouta donc avec attention les réponses qu’il avait à lui offrir. Lui était musicien, son poulet chasseur de prime. Intéressant tout cela. La vie pouvait décidément mettre des personnes bien singulières sur sa route, chose qu’elle remarquait de plus en plus alors qu’elle avançait sur un chemin lui étant inconnue. Ancienne combattante au sein du Soshikidan, elle apprenait à chaque jour un peu plus sur les shinobis et ces rangs qu’elle s’était décidée de rejoindre, dans l’idée de venir effacer ses erreurs du passé. Venir essuyer ce sang qui tâchait ses mains.

- L’alcool est pas trop mal, les bars ont une belle ambiance et les femmes… Elles sont pas mal j’te dirais.

Elle lui adressa un clin d’oeil suivit d’un sourire enjôleur alors qu’elle avait cette mauvaise habitude de toujours se trouver sur cette ligne grise au-delà de laquelle se trouvait nombreux sous-entendus. D’un humour taquin, elle s’amusait à provoquer les autres, de son air innocent accompagné de paroles qui ne l’étaient pas tant, venant détonner avec ce qu’elle disait et ce qu’elle affichait.

- Alors, comme j’ai dit, j’viens d’Hi. J’y ai passé toute ma vie, ou presque, avec mon clan, les Aburame. J’sais pas si ça t’dit d’quoi, p’t’être bien, mais bon, ils sont assez discrets.

Très peu comme elle, donc, qui gesticulait en parlant, déplaçant ainsi beaucoup d’air pour pas grand chose. C’était sans compter qu’elle était un véritable moulin à parole.

- J’ai essayé d’voyager beaucoup, dans la dernière année. Mais bon, y’a un fâcheux accident qui m’a poussé à vouloir faire autre chose, d’voir autre chose et c’comme ça qu’j’suis arrivée ici. Y’a ehh… J’dirais pas cousin, j’le connais vraiment pas tant qu’ça, mais un membre d’mon clan qui s’trouve ici, il est jônin, directeur du complexe scientifique, sympathique et important, mais teeeeeeellemnt ennuyant. ‘Fin, pas tant qu’ça, en vrai, mais tu l’regardes, et s’il est sympa, comme j’ai dis, il a vraiment l’air beaucoup trop sérieux. Entre toi et moi, j’pense qu’il va avoir des rides.

Elle déballait tout ce qui lui traversait l’esprit, se souciant très peu s’il portait une quelconque attention au monologue qu’elle venait d’avoir. Elle n’avait pas cherché réponse, ni même quelconque signe qu’il l’avait écouté, ne faisant qu’exprimer un rire léger suivant ce qu’elle avait dit.

- J’ai décidé d’rejoindre les rangs des shinobis parce que ehh… J’en avais envie. C’t’un peu ainsi qu’j’vis ma vie. J’fais c’que j’veux, selon mes envies et c’qu’il m’tente d’faire là, maintenant. J’vois pas pourquoi j’aurais à chercher plus loin. La vie est d’jà assez compliquée pour pas qu’j’aille b’soin d’me faire chier en plus.

Un large sourire pour souligner ce qu’elle disait avec légèreté alors qu’ils étaient arrivés face à l’endroit où elle avait décidé de les amener. Les animaux étaient permis, de ce qu’elle savait, pour peu qu’ils ne causaient aucun problème. Poussant la porte, elle pénétra dans le bar dont la musique se faisait déjà entendre. Souriant à l’homme derrière le comptoir qu’elle avait appris à connaître, elle vint s’installer à une table non loin de la scène où performait quelques musiciens.

- T’es musicien, donc bon, j’sais pas si ça va t’plaire ni même s’ils sont doués, mais moi j’aime bien.

Un serveur s’approcha assez rapidement d’eux, venant prendre leur commande.

- Prends c’que t’veux, j’invite pour l’premier verre. D’quoi ehh… Bien accueillir les nouveaux venus dans l’village, une connerie du genre.

C’est qu’elle savait se montrer agréable, lorsqu’elle s’y mettait. Sans être méchante, son caractère bien à elle et sa franchise à toute épreuve pouvait en refroidir plus d’un.

- Une raison particulière pour avoir choisi Kumo ? ‘Fin, pas qu’c’pas un bon endroit, du tout même j’dirais, mais l’village est quand même pas si facile d’accès qu’ça, loin et tout. C’doit être chiant d’marcher autant, surtout si t’vis d’ta musique.

Elle s’intéressait à lui, posant quelques (nombreuses) questions, toujours ce large sourire de dessiné sur ses fins traits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Le poulet signé Akimichi ? [Ft. Hayai Taishi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: