Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Évaluer le volcan au képi | Homasubi


Ven 30 Mar 2018 - 16:44
Cette chevelure brune restait assez commune, cependant le képi enlèverait le doute à n’importe qui. Devant les grandes portes du domaine Borukan, la manieuse de glace vit la jeune femme de lave apparaît. Un serviteur restait proche d’Ayuka qui sourit à Homasubi, qu’elle avait appelé quelques minutes plus tôt. Une fois les deux jeunes femmes face à face, la Yuki sourit, passant sa main dans ses cheveux avant de la poser sur sa hanche. “Bonjour, Homasubi-dono ! Navrée si je vous ai faite réveiller.” Il fallait dire que le soleil de Tsuchi no Kuni ne baignait pas encore le village, se contentant d'apparaître par delà les montagnes.

S’inclinant légèrement en avant, Ayuka finit par donner la finalité de sa visite. “Je voulais te proposer de venir t’entraîner et si tu me montres toutes tes techniques face aux miennes… Peut-être pourrais-je te parler d’un projet secret.” Un projet qui nourrissait le coeur de la jeune femme depuis bien longtemps, mais encore à cette époque, Ayuka n’avait aucune idée des motivations et des questions qui viendraient alimenter toujours plus, les envies de son coeur.

“Alors Homasubi, intéressée ?” A devenir une première recrue de choix ?

_________________


Dernière édition par Yuki Ayuka le Ven 30 Mar 2018 - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Ven 30 Mar 2018 - 17:56
- Homasuuuuuuuuuubi-sama ? Il est dix heure ! S'écria le domestique en frappant doucement contre le shoji des appartements d'Homasubi. Le silence s'étira quelques long instants. C'était long. Pas de réponse. Dormait-elle ? Ariv... Une sorte de grognement pas du tout féminin avait été la seule et unique réponse qui avait émergé à l'appel du serviteur. Et soudainement un bruit sourd, comme si quelqu'un s'était cogné : Aïe ! C'était bien la voix d'Homasubi. Des bruits de pas se firent entendre alors, un peu précipitamment, alors que coulissante, apparut le longue chevelure brunâtre de la jeune brune en petite tenue. Dévêtue et dans des vêtements assez courts, sous une couette, un filet de bave s'écoulant de sa joue, elle regarda ses deux interlocuteurs et mâcha un : Kekiya ?

Visiblement, elle ne semblait pas habituée à ce qu'on la réveille si tôt aujourd'hui et encore moins de voir Ayuka. La discernait-elle seulement ? Cette question restait totalement ouverte, au contraire du regard embrumé d'Homasubi. Sa poitrine, relevait, avait traîné des esquives où elle avait dessiné. D'ailleurs, son autre joue était un peu marquée de noire, sûrement l'effet de l'encre qu'elle avait utilisé pour affiner des plans d'idées. Dans la pénombre de sa chambre, il y avait un sacré encombrement et beaucoup de choses étaient ordonnées dans une sorte d'équilibre chaotique qui lui ressemblait pourtant fort bien. Elle avait vaguement entendu parler d'entraînements et de projets secret, mais fatigué qu'elle était, elle ne semblait pas vraiment réceptive. Entraînéàquoi? Oui, clairement, elle était encore bien trop endormie pour que ce qu'elle venait de lui dire puisse avoir du sens. Heureusement, à défaut de ne pas être réveillé, elle était sobre. Ce n'était pas toujours le cas, quand on vivait chez les Borukan après tout.

Enfin, elle se redressa, s'échappant de sa couverture quitte à finir en sous-vêtements, avant de mollement se mettre à mimer des mouvements de taijutsu. Mais avec toute la mollesse du monde. Tatatatata. Disait-elle en faisant un simplement enchaînement poings, poings, pied. Il faut dire qu'actuellement, elle semblait difficilement pouvoir en produire plus.


Dernière édition par Borukan Homasubi le Ven 30 Mar 2018 - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 30 Mar 2018 - 19:09
Ah, pas de képi. C’était la première fois que la manieuse de glace découvrait sa nouvelle amie presque dans son plus simple appareil. Pas de képi. Pas d’uniforme strict, et surtout… Pas d’énergie au réveil ! La mine endormie de la Borukan en plus de ses minces essais au taijutsu firent rire Ayuka qui plaqua sa main sur ses lèvres, espérant que pas avoir réveillé tous les membres de ce domaine.

Ayuka approcha légèrement de la brunette, posa sa main sur sa tête avant de froncer les sourcils. “Avant de me montrer tes prouesses de guerrière... “ Elle entra très doucement dans la chambre, juste pour attraper un des nombreux peignes appartenant à la maîtresse des lieux. Lentement, Ayuka commença à démêler les longs et fins cheveux de son amie, lui laissant ainsi le temps de se réveiller et retrouver ses esprits. “Ce n’est pas trop gênant quand tu combats ? Notamment si de la lave tombe dessus, ça ne t’est jamais arrivé ?” Vu la tendance d’Homasubi à cracher de lave à tout va, il était étonnant qu’elle réussisse à garder une si longue chevelure en parfait état… Ayuka avait très tôt décidé de les couper après une mauvaise expérience. Alors qu’elle s'entraînait auprès d’Eiichiro dans l’art des arts martiaux, le maître des glaces l’avait attrapée mais les cheveux lui disant que s’il se contentait de tirer dessus, de possibles adversaires saisieraient cette opportunité pour lui trancher la gorge.

Une fois que la cascade brune d’Homasubi eut retrouvé un semblant d’ordre, Ayuka repassa devant, ses deux mains sur ses hanches. “Alors, prête à montrer que même le matin, le volcan peut gronder ?”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Ven 30 Mar 2018 - 20:43
Elle se laissa attirer vers son peigne dans sa chambre qui contenait un nombre incroyable de maquette en bois, d'outils de bricolage et autres encriers pour peindre et dessiner sur du papier, mais aussi d'armoires et de placards où ranger ses effets personnels. Le fouilli rendait difficile de s'y déplacer, mais visiblement Ayuka avait su faire preuve de grâce et de dextérité. Laquelle employât celles-ci pour lui peigner les cheveux et lui poser une question qui avait son importance : était-elle gênée par sa longue chevelure lorsqu'elle utilisait ses capacités.

Pour seule réponse, elle replia ses doigts à l'exception de l'index et de l’auriculaire, avant de secouer sa longue chevelure de manière circulaire autour d'elle, se décoiffant pratiquement immédiatement et montrant sa dextérité eu égard à la masse en mouvement. Elle arrêta bien vite, ses cheveux s'étant enroulés autour de son visage. N'en restait d'ailleurs que deux yeux plissés, particulièrement pour tenter de voir dans ce qui lui embrouillait encore plus la vision. Elle ressemblait désormais à une sorte de fantôme ou d'épouvantail à tête de paillasson. Mais elle leva doucement le pouce en parallèle pour signifier probablement que le fléau capillaire qui était le sien était entre ses mains et qu'elle savait donc le gérer. C'était soit ça, soit elle était fière de ce qu'elle venait de faire. L'un comme l'autre pouvait tout à fait convenir, quand on la connaissait. Et le silence qu'elle fit courir ne soulignait qu'une chose : en toute circonstance, elle demeurait dans un univers bien à elle.

Cela dit, la patience d'Ayuka fit qu'elle finit par lui remettre en ordre la cascade corbeau. Malgré tout, la jeune femme restait imperturbablement silencieuse. Ce qui était tout à fait effrayant quand on connaissait sa propension à brailler des âneries à qui voulait bien les entendre. Ayuka, elle, cherchait désespérément à motiver la brunette à s'entraîner. Mais pour seule réponse concernant le grondement des volcans matinaux des Borukan, le ventre de la jeune femme indiqua qu'elle n'était pas prête, tant et si bien que comme une gamine, elle leva les bras, s'assit près de la table et laissa échapper un simple : J'ai le ventre vide... Le message ici était clair. Pas de petit-déjeuner, pas de chaleur dans le fourneau, pas d'énergie pour s'entraîner. N'oubliez pas les enfants : pensez à prendre un petit-déjeuner équilibré et a mangé cinq fruits et légumes par jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 30 Mar 2018 - 23:32
Ayuka ne sut retenir un rire en voyant la danse capillaire de la Borukan, la main toujours plaquée sur ses lèvres. Il fallait dire que personne dans l’entourage de la Yuki ne savait détendre l'atmosphère comme cette volcanique jeune femme. Cependant la suite...

Ah oui, effectivement. En venant sur le plateau des Borukan, Ayuka avait bien pris soin d’acheter quelques gateau pour le petit-déjeuner mais à aucun moment elle n’avait pensé qu’Homasubi serait encore couchée et n’aurait rien avalé depuis des heures. Sur ce point, le blonde ne pouvait guère la blâmer, détestant également se rendre à un entraînement sans avoir mangé avant. Regardant la brunette, Ayuka dévia ensuite son regard sur le couloir à présent vidé de toute âme. Visiblement beaucoup d’occupants dormaient encore vu le calme qui régnait dans ces lieux. Toujours les mains sur ses hanches, Ayuka se préparait à découvrir l’antre du domaine.

“Eh bien… Si tu y es autorisée, j’imagine qu’on peut passer par la cuisine. Tu t'habilles et tu me fais découvrir ?” Non seulement Homasubi y trouvait certainement de quoi remplir son ventre, mais qui sait, Ayuka découvrirait peut-être quelques spécialités typiques de cette famille haute-en-couleurs ? Cependant en attendant qu’Homasubi s’habille - si seulement cela était nécessaire dans ce domaine si particulier -, Ayuka observait les plans accrochés aux murs, les fines calligraphies… Elle le savait à présent, que la jeune femme qui se trouvait dans même pièce était une fille du Daimyo de la Terre et qu’elle avait servi son père et son pays cependant… Pour la première fois, Ayuka découvrait le génie de l'excentrique mais si attachante Borukan.

Cependant il ne fallait pas trop tarder. Depuis quelques semaines avec le retour des douces températures, les haut-plateaux redevenaient les terrains d'entraînements les plus recherchés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Sam 31 Mar 2018 - 15:02
Autoriser à aller dans les cuisines ? Cela existait-il vraiment, une autorisation pour aller se servir dans les cuisines ? Ses yeux écarquillés, elle se releva et attrapa rapidement Ayuka par le col avant de la tirer dans les couloirs du clan Borukan. Elle était probablement trop fatiguée pour faire preuve de plus de ménagement, mais ce qu'elle venait de dire la choquait tellement au plus profond de son état comateux qu'elle avait pris la Yuki par le col, les taureaux par les cornes et la cuisine par les couloirs. Les plus jeunes Borukan rougirent en voyant Homasubi en culotte et en une simple blouse, les plus âgés la saluèrent amusé. La pudeur était quelque chose qui se faisait un peu plus rare chez les Borukans. En tout cas, ça n'existait que difficilement pour Homasubi. Et après tout, quand on regardait Ayuka et son kimono, celui-ci se finissait pas bien plus haut que la culotte de la brune. Et les formes féminines menues d'Homasubi n'étaient pas assez lourds pour qu'elle cherche à les bander, pour le plus grand bonheur de ceux qui aimaient un peu de folie dans le domaine.

Descendant aux cuisines, elle attrapa un plateau, du riz et de la viande séchée. Une aïeule Borukan insista pour que la brunette pris des légumes avec la viande et la sauce, ce qu'elle accepta en groumant, toujours fatiguée. Elle tendit un autre plateau à Ayuka et se resservit une deuxième portion, sans indiquer à celle qui la suivait si c'était un moyen pour elle de s'offrir deux fois plus de victuailles pour se restaurer ce matin, ou si c'était un moyen de partage. Probablement que les deux objectifs s'accordaient ensemble. Quand enfin, ils revinrent dans sa chambre, elle s'installa avec Ayuka, les jambes pendantes doucement vers la pelouse extérieure, pour commencer à dévorer de quoi se réveiller. Bonchour AkronchkronchYuka. Elle lui déposa un petit bisous plein de riz sur la joue, comme l'aurait fait une amie pour une autre, avant de reprendre, un peu de sauce soja sur la frimousse. Tu voulais *Nomnomnom* me parler d'un projet cronchcronch secret ? Parvient-elle à articuler, ses yeux s'ouvrant peu à peu au monde en même temps que sa conscience acceptait de réfléchir à autre chose que son estomac et le fait qu'elle aurait voulu hiberner encore un peu plus. Un oiseau vint se poser sur elle et elle prit quelques secondes pour s'émerveiller avant de se retourner la jeune femme du clan Yuki, attendant plus amples explications.

En effet, elle ne se souvenait que très vaguement des événements des vingt dernières minutes. Maintenant que son estomac commençait à se remplir, cela dit, elle redevenait curieuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 31 Mar 2018 - 15:21
Ayuka… N’eut guère le choix que de subir. Devant tous les Borukan, elle se laisse entraîner par cette petite force de la nature. Attrapant le plateau… Mon dieu qu’il donnait envie. Ayuka ne pensait pas qu’une telle envie la saisirait après les dix beignets du matin mais la nourriture Borukan savait réveiller l’appétit de tous les estomacs, visiblement. S’installant à côté d’Homasubi, la Yuki, sourit au bisou avant d’attraper une pièce de viande séchée et croquer dedans. C’était. Merveilleux. Craquant mais fondant dans la bouche, épicée sans donner l’envie au goûteur de se jeter sur le premier verre d’eau venu. C’était fin, délicat mais plein de force, à un tel point qu’Ayuka en avait presque des étoiles dans ses yeux pétillants. “Mais c’est trop bon ! Vous devriez ouvrir un restaurant, non mais parce que j’ai enfin fini de visiter tous les restaurants d’Iwa et ça.” Elle leva devant ses yeux le morceau de viande épicé. “C’est une perfection.”

Cependant il fallait en venir à l’objet de sa visite. D’un sourire malicieux - avec quelques grains de riz sur la joue -, Ayuka répondit à l’interrogation d’Homasubi. “Je cherche des guerrières ! J’ai des idées de missions et j’en ai assez de passer ma vie dans les restaurants et sur les terrains d’entraînement toute seule.” Des idées, elle en avait plein la tête, autant que des rêves. Mais Ayuka le savait également, dans ce monde, on ne pouvait pas compter que sur soit-même. Au niveau de sa famille, Ayuka ne craignait pas d’agir seule, mais à l’échelle d’Iwa ou du Yuukan, c’était autre chose.

“Dis, Homasubi-chan, tu aimes voyager ? Et deuxième question, toi qui a vu Tsuchi no Kuni et qui a découvert Iwa il y a peu, tu voudrais quoi pour ce village ?” Car plus Ayuka s’intéressait à l’organisation du village, plus elle voyait les failles. Peut-être parce que grâce à Kiri, elle avait des points de repères pour comparer. A Kiri, la police ne semblait pas aussi… Libre et volatile et l’organisation du village avait toujours semblé être une priorité, ce qui était moins le cas à Iwa. “Parce que tu es genin, mais finalement, as-tu des ordres ? Ou mêmes des occupations liées à ton statut ?”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Sam 31 Mar 2018 - 17:08
Des ordres et un voyage ? Reprenant dans l'ordre, la question était tout à fait pertinente. C'était une très bonne question : à quoi servait-elle, ici, à Iwa ? Depuis qu'on l'avait punie en l'envoyant à Iwagakure no sato, la jeune femme apprenait à maîtriser par elle-même ses don de manieuses de lave, mais sinon ? Je gère le fan-club de pépémoto. Elle réfléchit quelque seconde supplémentaires en se curant les dents après avoir roté suite à l'ingestion trop rapide d'une Yakitori. J'interroge les prisonniers, parfois sinon. Elle était doué pour ça. Peut-être qu'un jour, tout le continent craindrait les geôles du village de la roche pour ses légendaires menaces de couler des pieds dans la lave à ceux qui refusaient de parler. Mais c'était au final, assez annexe, dans sa vie. Je suis censé être punie et exilée ici, mais du coup, vu que Pépémoto est toujours occupé entre son rôle de tsuchikage et les fêtes, je suis en vacance ici.

Triste conclusion, quoiqu'assez hilarante dans l'absurde. Du pain, des jeux, de la folie. Homasubi vivait dans une éternelle marche où de son rythme militaire et chaotique, elle entraînait le monde dans une parade de bonne humeur et de pleine vie. Cela dit, au-delà de ça, la jeune Ayuka elle-même semblait se lasser de couleur des jours indolents, fussent-ils paisibles, au sein des murailles de la terre. Je voudrais bien que l'on me confie l'entraînement militaire ! Je ferais courir les volontaires le long du village. Crois-moi, ça serait rigolo à faire. Et ça me dégourdirait les jambes. La petite brune ferait, plus que des hommes, une armée de soldat. Pour le peu qu'on la laisse faire. Sinon, bah, je développe des armes, dans mon atelier. J'essaie de produire des instruments qui permettraient de faire du katon sans chakra. Néanmoins, s'il s'agissait de quitter le village... Je pense que je peux demander à sortir du village, si je suis accompagné. Encore que je pense que si je sortais du village sans prévenir, personne ne ferait attention je crois. Elle haussa les épaules en se mettant à dévorer une tranche de pastèque... Avant de recracher les pépins dans la pelouse comme une gamine fière de faire des bêtises.

Et puis, restait la question de l'organisation du village et ce qu'elle souhaitait pour celui-ci. Si j'étais pépémoto, je ferais piéger une partie de l'extérieur des murailles. Pas les routes de commerces, évidemment. Je doublerais les patrouilles et je mélangerais les clans au sein de ceux-ci. Les membres du clan Yuki qui t'ont suivi, je pense que je leur confierais les geôles avec des adeptes des techniques de l'esprit et des sceaux. J’essayerai d'impulser une politique pour développer les savoirs ninja au sein de l'académie et plus largement, du village, pour que chaque clan puisse transmettre une partie de son savoir au profit des développements. Je sais qu'au village des Nuages, ils sont à la pointe en ce domaine. Et je continuerais à négocier diplomatiquement. Je continuerais l'extension du village et je tenterais de rallier une partie des clans du pays du feu pour affaiblir le Soshikidan. Ou à défaut, renforcer Iwa. Les Yamanaka sont de redoutables ninjas, par exemple. Elle se leva doucement en s'étendant avant de rajouter, avec un regard carnassier qui était très différent des expressions amusantes qu'elle avait d'habitude. Mais surtout, j'écraserais tout ceux qui menaces nos familles et nos existences. J'irais ensevelir les crétins de la brume sous la lave et le châtiment divin, après le Soshikidan. Je ferais en sorte qu'Iwa soit respectée tant pour ses valeurs que pour sa puissance. Et dans un mouvement de main, elle fit apparaître une petite boule de lave en avant de l'exploser entre ses doigts d'un air particulièrement déterminé.

Elle n'était pas une héroïne. Elle était une conquérante. Elle se fichait bien qu'on s'oppose à elle. Elle n'était pas une mauvaise personne, elle laisserait aux gens le choix de se rendre ou de s'opposer à eux. Et elle combattrait pour la gloire des siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 31 Mar 2018 - 18:01
Finalement, quelqu’un lui avait-il déjà posé la question. Pourquoi se trouvait-elle à Iwa alors que ses hommes lui manquaient ? Beaucoup s’amusaient d’Homasubi, de son caractère si naturel et particulier, mais qui s’intéressait réellement à elle ? A ses rêves et ses espoirs pour l’avenir ? Ou tout simplement ses passions autres que le fameux lancer de boules de lave ? “Mine de rien, tu as une vie bien remplie, plus que la mienne j’ai l’impression.” C’est vrai, faire des fêtes ? Pourquoi pas. Même après l'arrivée de nouveaux Yuki, le clan n'était pas encore aussi colossal que celui des Borukan !

“Du katon sans chakra ? C’est possible tu penses ?” Voilà une idée bien folle. Pourquoi essayer de recréer des affinités quand certains shinobi se trouvaient capables de brûler des villages entiers ? Observant les grains de pastèques allant se fracasser dans le jardin intérieur du domaine, Ayuka sourit, croquant dans un nouveau morceau de viande séchée. C’était vraiment délicieux, à un tel point que la jeune femme serait capable de venir tous les matins pour en récupérer, naturellement après avoir été cherché ses beignets pour le temps du trajet entre les deux plateaux.

Elle écouta la suite avec attention. Qui d’autre en ferait autant ? On avait souvent tendance dénigrer les avis des genin, voire, à ne jamais s’intéresser à leurs vies alors que finalement, certains comme Homasubi pouvaient se révéler être des atouts de choix. Passant sa main dans ses cheveux, Ayuka soupira, remettant ses idées en place. “Normalement si je suis avec toi, on peut sortir facilement, si un jour tu veux prendre l’air, n’hésite pas.” Une balade simple entre amies dans les campagnes du pays ou une visite surprise auprès des anciens soldats de la Borukan ? On avait tendance à l’oublier, mais malgré ses petites piques, Ayuka pouvait se démener autant pour ses amis que sa famille. “Pour le reste… J’aimerais que cela change. Qu’Iwa se réveille mais qui écouterait des anciens kirijin ? Je ne sais pas…” Posant ses deux mains derrière son dos, elle se pencha légèrement en arrière, regardant le ciel. “J’ai l’impression que Kiri avait une organisation bien plus maîtrisée. Pourtant à bien y réfléchir, Iwa possède plus de guerriers que la Brumeuse, encore plus depuis notre départ et celui de Tsukiyomi. J’entends très peu parler du Yamagenzo, et la police, ce n’est pas toujours en bien. Penses-tu qu’il faille d’autres unités spéciales ?”

Elle posa son regard sur Homasubi et lui sourit, chaleureusement. “Quant à mon projet secret. Je veux voyager et découvrir la terre de mes ancêtres. Mais le froid est roi là-bas et les guerriers puissants. Je veux y aller en tant que Yuki mais difficile d’imaginer une alliance ou une diplomatie avec moi comme seule représentante d’Iwa…” Un vieux rêve pourtant si brûlant dans son esprit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Sam 31 Mar 2018 - 19:51
Bien remplie ? Il faut bien, après tout : nous ne vivons qu'une fois. Elle s'étira doucement après avoir fini son repas. Dommage qu'il fut si court, d'ailleurs. Des paroles dont la sagesse fut d'ailleurs tempérées par un nouveau rot bien sonore d'Homasubi. Elle se laissa reposer ensuite en arrière sur Ayuka, pour la regarder, avec l'air intrigué. Comme une sorte de gros chat noir aux yeux rubis. Tu sais, les glaces et la lave se manifestaient avant que nous ne maîtrisions le chakra. Pour moi, le chakra, ou ce que les samouraïs appellent l'énergie de l'esprit et du corps, ce ne sont que des raccourcis. C'est sûr, c'est très pratique, mais tout le monde dans le monde n'y a pas accès. Si je peux trouver un moyen d'enclencher ce raccourci sans chakra et provoquer le même phénomène, cela signifie que potentiellement, n'importe qui pourrait s'en servir pour tirer du katon avec. Elle sourit doucement, en sachant pertinemment que si cela était possible, les Shinobi seraient moins puissants. Mais peu l'intéressait. Combien de shinobi avaient déjà affrontés de véritables armées, après tout ? Et combien étaient capables de tuer des milliers d'hommes ? Certains le pouvaient. Ici, à Iwa, il y en avait probablement au moins trois. Il y en avait aussi probablement dans le village des nuages ou de la brume. Mais une fois ceux-ci, oubliés ? Que feraient l'immense majorité des Shinobi, face à dix milles hommes ? Cent milles ? Elle en avait le sentiment : si les shinobis demeuraient des armes puissantes, ils ne seraient pas éternellement maître de la guerre. Au contraire...

C'est gentil, mais je ne suis plus directement membre de l'armée de mon père. Je pense que cela provoquerait plus de problèmes si je m'y rendais. Après tout, je suis une princesse encombrante ! Elle sourit doucement avant de regarder Ayuka, une étrange mélancolie dans le regard, avant d'ajouter : Mais toi aussi, tu as tout de la princesse, tu sais. Je sais que tu sauras rayonner sur ton clan, le moment venue. D'autant plus qu'il semble t'accepter malgré que tu sois une femme de combat. En filigrane, c'était l'histoire d'Homasubi qui transparaissaient auprès de son amie blonde aux douces cuisses. Et une facette érudite et sage, probablement issue de son ancien rôle de femme de guerre, éclairait ces paroles étrangement justes. Elle pointa le bandeau du doigt, sur la ceinture d'Ayuka et dit : Pas une ancienne kirijin, mais une nouvelle Iwajin. Qui a combattu pour ses convictions, pour protéger ceux qui l'avaient accueillis. Ta parole a autant de poids et de valeur, si ce n'est plus, que ceux qui sont là depuis le début et qui de toute façon, ne s'exprime que pour se plaindre. Elle soupira, légèrement agacé de devoir faire remarquer cela. Pas contre Ayuka ou ces vieux croulants. Le réveil d'Iwa, hein...

Tu peux agir. Plus que moi. Tu es pratiquement cheffe d'un clan. Tu es forte. Tu as des projets. Tu as des choses à enseigner et à faire. Elle se releva, dégainant sa lame et la posant soudainement très près du cou d'Ayuka et ajouta, le regard particulièrement sombre : Il y ceux qui dirigent et ceux qui se laissent dirigé. J'ai toujours refusé de faire parti des seconds. Si tu as des souhaits, réalises-les. Si tu dois détruire la porte du bureau de mon grand-père pour qu'il t'entende, fais-le. Si tu dois voyager à travers le monde pour trouver tes origines ou devenir plus forte, fais-le. Mais ne reste pas immobile quand tu as la possibilité de bouger. Je ne connais pas directement tes amis samouraïs de l'Empire du Fer... Mais pour eux, n'est-ce pas finalement une question de fierté d'Homme que de se battre pour leurs convictions ? Elle rangea sa lame, le regard incendiaire. Comme si elle contenait depuis de mois et des mois, une brûlante passion qu'elle ne pouvait pas ou plus exprimer. Un regard de détermination et acéré. Le même que celui d'un autre guerrier de ce village, la douceur sage en moins.

Il faut que les gens prennent leurs responsabilités et parlent. Assument un projet commun et que chacun fasse de son mieux. Il faut que ceux qui peuvent diriger et le souhaitent, arrêtent de se cacher derrière une seule personne. Sinon, rien n'avancera. Même elle, attendait le jour où son autorité se ferait plus intense et plus présente, pour pouvoir mener à bien ses projets. S'avançant, avec un regard brûlant d'une glace qu'Ayuka ne connaissait, pas, un regard écrasant de par la force qu'il comportait en lui, elle lui asséna alors : Si tel est ton projet, pourquoi être ici, et pas devant mon grand-père ? Pourquoi ne pas recruter un samouraï, ou ton ami Eiichiro ? Ton amie Tsukiyomi ? Je serais-toi, j'aurais déjà préparé mes voiles et j'aurais demandé à Akimoto de me confier des hommes du village. Bien sûr, il faut que tu expliques l'intérêt que le village aurait à se rendre là-bas, mais c'est à toi de le faire. Et si c'est à moi que tu demandes de l'aide... Elle posa son sabre devant elle, provoquant la montée d'un peu de lave autour d'elle...

Viens donc la chercher. Je t'attends Yuki Ayuka. Montres-moi qui tu es. Si tu fais parti de ceux qui ne savent que suivre, ou ceux qui savent indiquer le chemin. Car si dangereux est le périple... Je ne suivrais pas une faible qui ne sait pas faire face et assumer ses responsabilités.


Dernière édition par Borukan Homasubi le Sam 31 Mar 2018 - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 31 Mar 2018 - 20:21
C’était pour cela qu’elle était venue, pour cela qu’elle avait franchi les portes du grand et imposant domaine des Borukan. Pour revoir cette Homasubi enflammée qu’elle appréciait tant. Elle ne bougea pas, même quand l’acier de la genin frôla son cou. Elle était théâtrale, Ayuka l’avait compris depuis leur première rencontre mais ses mots aussi grandiloquents étaient-ils, sonnaient comme des vérités. Ne quittant plus la jeune femme, un sourire se dessina sur les lèvres d’Ayuka qui répondit “J’en ai assez de m’endormir chaque nuit en sachant que le lendemain sera sans saveur. Justement, je ne tiens à plus à me cacher et c’est pour cela qu’avant de parler à ton grand-père, je veux déjà pouvoir lui donner des noms.” Car si le rêve prenait vie, elle ne pourrait y aller seule avec Eiichiro. C’était un voyage au nom de leur clan autant qu’Iwa et en cela, Ayuka serait intransigeantes sur les accompagnateurs. Non, elle ne pourrait prendre avec elle le premier qui fuirait face aux vents glacials du pays de ses origines.

“Je ne veux pas recruter des samouraïs, ils ont leurs rêves à Tetsu, leurs projets. Celui-ci et le mien et c’est toi que je veux recruter en première.” D’autres noms circulaient dans ses pensées, mais c’était pour ce caractère brûlant, son esprit stratégique qu’Ayuka désirait Homasubi à ses côtés. “Tu me défies une nouvelle fois ?” Elle sourit malicieusement, se laissant tomber dans la cours et retombant sans bruit. Cependant elle ne dégaine pas de suite, regardant les petits Borukan qui passaient leurs têtes depuis d’autres fenêtres. “Le chemin sera long, éprouvant et bien plus froid que les hivers iwajins !” Lança-t-elle en impulsant un ample mouvement du bras et de la main, des gros pieux de glace transperçant le sol et filant vers Homasubi.

État de santé : RAS
Chakra : 1A

Résumé : après quelques paroles et des esprits plus chauds, Ayuka vient donc chercher Homasubi, autant pour prouver ses capacités d'évaluer celles de la Borukan.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Sam 31 Mar 2018 - 20:39
Ce n'est pas ce que je t'ai demandé. Une réponse froide. Une charge, aussi rapide qu'elle le pouvait. Une lame de lave enflammée, prête à tuer. Les yeux d'Homasubi, dans la danse des longues mèches brunes, n'hésitaient pas une seule seconde. Quand bien même Ayuka était plus forte qu'elle ; quand bien même elle risquait de finir blesser. Elle ne suivrait pas une faible qui n'est pas capable d'assumer haut et forts ses projets. Elle ne voulait pas d'une faible qui préférait laisser les samouraïs s'éloigner à Tetsu no Kuni alors qu'elle aurait peut-être besoin d'eux. Homasubi était une conquérante et une militaire. Elle ne se battait pas pour autre chose que le succès de ses mouvements, de ses combats. Ayuka comprendrait probablement très vite cette différence entre elle et cette jeune femme. Des pics de glaces acérés se dirigeaient vers elle ? Ayuka pouvait probablement faire pire.

Mais à sa charge, si le combat était réel, de ne pas la laisser faire. Dans un crissement particulièrement horrible, la lame de la brune s'engouffra le long des pics glacés, creusant à l'intérieur de ceux-ci en provoquant des bulles noires dans une magmatique réaction. Elle approchait aussi vite qu'elle pouvait et de sa lame, menaçait celle qui voulait sa force pour le succès de ses projets. Elle esquiverait sûrement, mais elle comprendrait très vite qu'Homasubi, tel un félin, ne la laisserait pas s'enfuir et continuerait sur l'offensive.



Dernière édition par Borukan Homasubi le Sam 31 Mar 2018 - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 31 Mar 2018 - 20:59
Ayuka ne s’attendait pas à ce le combat soit facile à gagner, d’autant plus qu’elle le savait, nombreuses de ses arcanes ne pourraient être utilisées dans ce lieu si particulier. Se tenant en garde, la Yuki observait la glace être brisées, tombant à terre et fondre sous les éclaboussures magmatiques de la Borukan. Elle attendant le bon moment… Avant de sauter sur le rebord de la fenêtre et passer au dessus d’Homasubi afin de se retrouver à son opposé dans la cours. “Iwa ne peut pas se permettre d’envoyer les samouraïs là-bas, pas alors qu’ils sont nécessaires à la diplomatie avec Tetsu ! Quand à Tsukiyomi, je compte lui en parler, mais tant qu’elle n’ait pas accouché sans problèmes !”

Reprenant sa garde, Ayuka s’exécuta dans quelques mudras générants ses habituels hirondelles de glace qui filèrent à toute vitesse vers la Borukan. Ayuka, elle, ne bougeait pas, observant comme la jeune femme allait se défendre face à ce nouvel assaut.

“Ton grand-père n’enverra jamais des guerriers à l’étranger alors les premières attaques contre le Soshikidan vont certainement débuter très bientôt ! Je compte lui en parler dès mon retour, quand les effectifs seront disponibles !”

État de santé : RAS
Chakra : 1A + 1B

Résumé : Ayuka évite l'attaque et saute par dessus Homasubi pour arriver de l'autre côté de cette cours, elle contre-attaque avec ses hirondelles de glace.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Sam 31 Mar 2018 - 21:24
Excuses, encore des excuses ! Homasubi se fichait bien des raisons des diverses personnes citées. Lorsque l'on voulait réussir quelque chose, il ne fallait rien laisser au hasard et tout tenter. Ils étaient occupés à Tetsu no Kuni ? Alors il fallait dire qu'ils étaient nécessaires à ce projet et qu'un autre pourrait y aller à leur place, faire de la diplomatie. Ou que cela pouvait attendre. La question n'était pas finalement d'ignorer les enjeux annexes aux siens, mais bien d'arrêter de trouver des excuses et d'avoir un plan solide, avec un regard critique et solide.

Impitoyable, Homasubi composa ses mudras d'une main et souffla une boule de lave vers les hirondelles qui fonçait vers elle, les brûlant dans les airs sous le passage de celle-ci. Elle profita de cette relative temporisation pour ajouter : Dans l'action, tu ne pourras pas regretter si ton plan comporte des failles ! Il faudra assumer et t'adapter !

Elle souffla deux nouvelles boules de lave à destination d'Ayuka prête à l'affronter avec toute la fureur qu'elle semblait contenir dans ses paroles implacables et véhémentes. Prends les choses en main et n'hésites pas ! Personne ne suit des gens qui trouvent des excuses ou qui hésitent ! S'époumonna-t-elle, toujours combattive et peu convaincue des paroles d'Ayuka.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 31 Mar 2018 - 21:42
“Avec Eiichiro à mes côtés et une équipe en qui j’ai confiance, les samouraïs ne serait pas nécessaires à ce voyage !” Répondit-elle, en exécutant de nouveaux mudras et générant six puissants loups de glace qui aboyèrent, tout autour de leur créatrice. Ayuka connaissait la force dévastatrice des boules de feu d’Homasubi et ne tenait pas particulièrement à en goûter une de près.

D’un geste de la main, deux loups se mirent à courir, se fracassant contre les boules de feu, explosant dans une vagues glacial en plus des éclats rocheux. Les gamins du clan rirent et hurlèrent en voyant quelques débris filer vers les toits. “Allez !” Les quatres autres loups se mirent également jambe, filant vers Homasubi, sautant par dessus les décombres et le sol carbonisé.

“Je ne me cherche pas d’excuses, uniquement les éléments qui conduiraient à la création de ce voyage !” Homasubi était une des rares personnes au sein d’Iwa qu’Ayuka aimait emmener. Mais si la brunette refusait, si Eiichiro décidait de changer d’avis… Peut-être cela ne resterait qu’un rêve ou que pour approcher ce pays, elle devrait arracher le bandeau qu’elle portait à sa taille.

État de santé : RAS
Chakra : 2A + 1B

Résumé : Ayuka matérialise deux loups de glace, deux vont mourir pour détruire les boules de lave et les quatre autres filent vers Homasubi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Sam 31 Mar 2018 - 21:55
Tu dis ça, mais je lis déjà en toi que tu es prête de capituler ! Ton regard ne me trompera pas ! Quant à tes loups... Elle recracha vers deux deux nouvelles boules de lave avant d'utiliser de ses mudras pour le faire chuter dans la lave et les contraindre à ne plus s'approcher, puisque le sol autour d'Homasubi était devenu une véritable marée volcanique. Ces efforts lui coutaient cependant cher en chakra. Elle regarda à nouveau Ayuka, l'air sévère. Et si ton ami du clan Yuki n'est pas là ? Si tu es la dernière ? Tu fuiras pour y aller seule ? Passant à côté des loups dont les pattes fondues les empêchaient de nuire, elle s'approcha d'Ayuka et posa ses yeux droit vers les siens, malgré la différence de taille.

Le regard plein de jugement. Je vais devoir t'accompagner. Et t'apprendre ce que c'est, de diriger des hommes. Parce que tu ne sais parler qu'au conditionnel. Tu ne sais pas réclamer. Tu ne sais pas imposer. Tu es trop molle. Et pourtant, c'est moi qui manie des liquides brûlants et visqueux et toi une glace solide et froide. Ses yeux brûlait de détermination et dit alors : Il te faudra les meilleurs hommes. Ou à défaut, un groupe équilibré. Il te faut prévoir la carte et les dates. Et surtout, il faut que nous en parlions à Akimoto. Et que tu apprennes à te comporter comme une cheffe. Finit-elle par dire en mettant son doigt pointé au niveau du sternum de son amie, grondant celle-ci qui n'était pas assez fière à son goût et qui n'avait pas assez de tripes pour donner envie de la suivre.

Avant de m'emmener dans ton pays, je vais t'inviter au domaine Borukan. Tu verras si nous autres, femmes des laves, sommes soumises ! Elle ne savait pas comment les femmes étaient traitées dans le clan Yuki, mais Ayuka n'avait clairement pas les épaules d'une conquérante. Elle n'était pas assez avide. Pas assez ardente à son goût. Et elle comptait bien lui mettre autant de claques que nécessaire pour que celle-ci apprenne à être sûre d'elle et convaincante !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Évaluer le volcan au képi | Homasubi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: