Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Avant le départ [Ft. Aami Shôran]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ven 30 Mar 2018 - 19:16
Alors qu’elle se préparait à quitter le village pour une mission au pays du feu dans les jours à venir, elle avait eu le loisir d’apprendre que plusieurs autres shinobis seraient absents du village pour se rendre dans différents pays. Quelques uns à Hi, donc, pour venir mettre à mal ce qu’il restait du Soshikidan tout en espérant venir mettre une nouvelle tête à la tête du pays, d’autres partaient pour le pays de la pluie dans l’idée que d’accompagner Rei et ainsi retrouver des traces du supposé homme au chapeau. Quant aux derniers, ils avaient pour mission d’escorter Kâtenshêdo, une marionnettiste dont elle n’avait pas eu la chance de rencontrer, originaire du pays du vent. Son coéquipier et colocataire faisait parti de ce groupe, tout comme le cousin de sa meilleure amie et Shôran.

Parlant de ce dernier, c’était bien lui qu’elle avait dans l’idée d’aller voir aujourd’hui. Les projets plutôt calmes à l’heure actuelle au sein de l’institut, elle n’avait pas eu une journée particulièrement chargée. Contrairement à son habitude, plutôt que de prendre la direction de son appartement, elle se dirigea vers le poste de police où elle espérait y trouver le jeune homme. Elle l’avait revu quelques fois, rien de bien sérieux, depuis la fois où ils s’étaient entraînés et où elle avait été forcée à un rapide passage à l’hôpital. De ce combat, elle portait toujours une pâle cicatrice au niveau de son flanc qui avait été salement abîmé par les loups qu’il avait invoqué. Quelques discussions ici et là, donc, avaient eu lieu, depuis cet événement, cependant, il ne s’agissait que de banalités échangés. Elle comptait donc bien remédier à tout cela. Après tout, n’avait-elle pas déclaré qu’elle souhaitait apprendre à le connaître ? Sans compter qu’il ne se délierait sûrement jamais la langue au sujet de la nécromancie, à moins d’une conversation plus sérieuse.

Voilà alors qu’elle faisait irruption dans le poste de police. Kunoichi du village, elle avait le droit de s’y trouver, ou, tout du moins, d’entrer, pour peu qu’elle n’aille pas fouiner dans les archives. À cette heure-ci de la journée, alors qu’ils étaient en début d’après-midi, tous, pour la majorité, étaient à l’extérieur à effectuer sûrement une ronde ou encore appréhender un criminel qu’ils ne tarderaient pas à amener soit en prison, soit en salle d’interrogation, de ce qu’elle savait de l’organisation.

Bien heureusement pour elle, la personne qu’elle avait espéré trouver était toujours présent. Un large sourire sur ses lèvres, elle se rapprocha donc de ce dernier. L’avait-il remarqué ? Peut-être pas. Elle avait été accueillie par la secrétaire du bureau à l’entré, qui lui avait donné l’autorisation que de s’avancer dans le bâtiment. Elle vint donc s’appuyer contre son bureau, les bras croisés sous sa poitrine, lui signifiant par le même coup sa présence en ces lieux.

- Et à moi, tu comptais me le dire quand que tu partais pour Kaze ?

Un sourire amusé alors que son ton n’avait rien d’une critique. Qu’une entrée en matière bien digne d’elle-même alors qu’elle lui faisait aussi subtilement comprendre qu’elle espérait qu’il lui en parle un minimum. Sans être particulièrement proche du jeune homme, ils avaient tout de même échangés gestes et mots qui pouvaient avoir une signification particulière, notamment pour la demoiselle qui avait fait preuve d’une certaine innocence. Ce masque qu’elle arborait aux yeux de tous, de cette jeune adulte agréable à côtoyer et kunoichi exemplaire.

- Je sais que tu es au travail, cependant, je me disais, est-ce que j’ai le droit de t’accompagner lors de ta patrouille ? Promis, si quoique ce soit devait arriver, je ne me mets pas en danger inutilement.

Autrement dit, s’il devait se retrouver confronté à une situation particulière, elle lui laisserait faire son travail sans intervenir. Loin d’elle l’idée de venir lui mettre des bâtons dans les roues, aucunement même. La flamme de ses prunelles vint rencontrer son regard alors qu’elle ne se départissait pas de son doux sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 30 Mar 2018 - 23:24
Shôran était fier de rendre service à son village d'adoption, de savoir que Kumo comptait sur lui pour des missions plus ou moins importantes. En effet, il avait été désigné pour une mission d'escorte : accompagner Katenshendô jusque Kaze, son pays. Pour cela, il faisait équipe avec Nara Shikarai, qu'il connaissait plutôt bien puisqu'ils avaient fait parti de la même équipe en tant que genin. Le troisième membre était Mekyu Raizen. Ce personnage là lui était totalement inconnu, mais il se doutait qu'il pourrait bien s'entendre. Enfin, difficile de ne pas s'entendre avec Shôran, à vrai dire. Le shinobi du village caché des Nuages était au poste police, venant tout juste de terminer sa pause déjeuner, il allait reprendre du service en effectuant une ronde.

Avant cela, il vérifiait si tout son équipement était prêt et lorsqu'il se retourna, il fut surpris de voir Asami présente. Son sourire, son visage, honnêtement, des petits détails faisaient qu'elle avait manqué au chûnin. Il eut un sourire automatiquement présent lorsqu'il la vit dans son champ de vision, s'approcha d'elle et fut gêné par sa remarque.

« Désolé, je... Je n'ai pas d'excuses. »

En réalité, il ne voulait pas mentir alors autant être honnête à cent pour cent avec Asami. Il ne comptait rien cacher dans la relation qu'ils entretenaient, encore fallait-il mettre un nom sur leur relation. Shôran n'avait pas vraiment eu le temps de se poser cette question, mais maintenant qu'elle se trouvait face à lui, il se demandait.

Elle proposa d'accompagner le policier durant sa patrouille, Shôran n'y voyait clairement aucun inconvénient pour cela. Au contraire, il allait lui demander si elle ne l'aurait pas fait. Il lui répondit avec un énorme sourire sur son visage ainsi qu'un hochement positif de la tête. Alors qu'ils commencèrent à marcher pour quitter le poste de police, les deux shinobis empruntèrent la première ruelle.

« Tu vas bien, Asami ? Je t'avoue que l'on a pas vraiment eu le tempse discuter... »

De tout, de rien, comme d'eux deux. Alors qu'il avançait, il balançait tout de même quelques coups d'oeils sur la brune aux yeux enflammés.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 31 Mar 2018 - 2:01
Appuyée contre son bureau, c'est un agréable sourire qu'elle lui adresse, bien digne de la jeune femme sympathique qu'elle est aux yeux du monde. La pique n'a rien de bien méchante, ni même est-elle une critique. Qu'une question, cherchant à lui faire comprendre qu'elle aurait aimer savoir, qu'il lui partage le fait qu'il était envoyé hors du village pour une durée indéterminée. Elle secoua doucement la tête à sa réponse, l'air de lui dire de ne pas s'en faire. Au final, ce n'était pas bien important, aucune excuse n'était donc nécessaire. Et puis, elle l'avait appris avant le jour de son départ, lui donnant ainsi l'occasion que d'aller passer un peu de temps en sa compagnie pour autre chose qu'une discussion sur des banalités du quotidien.

Il était donc décidé qu'elle l'accompagnerait pour sa ronde, ce qui lui arracha une sourire enthousiaste. Vêtue d'un pantalon sombre, comme à son habitude, et de hautes bottes, elle était prête à parcourir tout le village si elle le devait. Une veste venait recouvrir ses épaules, venant la protéger de la fraîcheur que la saison amenait. La kunoichi se retrouva alors à suivre le jeune homme à l'extérieur, s'assurant de venir nouer ses cheveux en un chignon lâche afin de les dégager de son fin visage.

- Je plaide coupable.

Adressant cette déclaratio au policier, elle leva alors ses mains devant elle, soulignant du même coup ses propos. Un rire s'échappa de ses lèvres, faisant écho dans la ruelle où ils se trouvaient actuellement. La demoiselle semblait de bonne humeur, ce qu'il pourrait expliquer de cette journée qu'elle passerait en sa compagnie.

- Les projets se sont enchaînés au complexe scientifique. J'ai de plus en plus de responsabilités là-bas et cela se fait ressentir.

Si elle ne pouvait pas lui parler du Kankyuchu, unité spéciale et inconnue aux yeux de tous se trouvant dans les sous-sol du complexe scientifique, elle pouvait tout de même vaguement évoqué qu'elle travaillait là-bas, dans les étages supérieurs ouverts pour des recherches d'ordre publique. Se sachant assez discrète, elle s'était décidée à plus s'ouvrir au jeune homme, concernant sa propre personne. Ou, tout du moins, lui parler sans même qu'il n'ait à la questionner. Peu importe là où leur relation se dirigeait, elle se devait d'entretenir une confiance solide entre eux deux.

- Et puis, j'ai officiellement une équipe. Elle inclina la tête vers lui, venant rencontrer son regard alors que son sourire soulignait l'enthousiasme qu'elle avait vis-à-vis de ce sujet. Je suis désormais membre de l'équipe 8, composée d'Akahoshi Hisao, notre sensei, Meikyû Raizen et moi-même. Ça aussi a pris beaucoup de mon temps.

Or, elle semble bien heureuse d'être au sein d'une équipe, un pas supplémentaire sur la longue route qu'elle avait devant elle pour devenir une kunoichi accomplie.

- S'est ajoutée mon déménagement à tout ça... Je ne suis pas bien loin, un appartement près du complexe scientifique.

Semblerait-il qu'il y avait nombreux détails de sa vie de ces dernières semaines qu'elle souhaitait alors partager. Tout en le suivant, son regard passait tout autour d'eux avant de se reposer sur lui, appréciant ce moment tranquille où elle avait presque l'impression qu'ils ne faisaient que se balader au sein du village. Mieux valait pas contre qu'elle n'oublie pas qu'il travaillait à l'heure actuelle.

- Oh ! Parlant de mission... Alors que tu quittes le village pour Kaze, de mon côté, c'est à Hi que je suis envoyée.

N'ayant pas participé aux événements de Shîto, elle n'avait jamais mis les pieds au pays du feu comme jamais s'était-elle réellement opposée au Soshkidan. Et pourtant, elle faisait partie du groupe étant chargé d'aller s'assurer d'éliminer les dernières forces de l'organisation nukenin au sein du palais du pays, pour y préparer l'arriver d'un nouveau Damiyo. Elle se demandait encore pourquoi avait-elle été désignée pour cette mission, simple genin kumojin inexpérimentée aux côtés de deux jônins, l'un n'étant nul autre que la lionne du village, Metaru Reiko et le second un iwajin dont elle ignorait le nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 4 Avr 2018 - 14:40
Shôran n'était pas du tout contre à l'idée que la kunoichi l'accompagne dans sa mission, à vrai dire, il aimait sa compagnie alors... Allier travail et sa présence, il ne pouvait clairement pas refuser. A peine avait-il accepté, qu'il quittait déjà le poste de police et se mettait à marcher dans la ruelle, s'excusant du fait qu'il ne lui ait pas dit qu'il partait pour Kaze. Pays qu'il n'avait jamais eu l'occasion de visiter... Bien que cette mission était loin d'être une visite. Alors que les deux marchaient, Shôran lui demanda comment elle se portait puisqu'ils n'avaient eu la chance de parler que de banalités lors de leurs précédentes entrevues. Un regret de la part du Nécromant, lui aurait aimé bien plus après cet entraînement... Ou alors, Shôran se trompait et Asami n'attendait rien de plus de lui ?

Rapidement, la marionnettiste lui expliqua que sa vie avait pris quelques tournants. Plus de responsabilités dans son travail, avant d'annoncer qu'elle faisait partie officiellement d'une équipe. Composé d'un membre du Kyuubu : Akahoshi Hisao et d'un genin dont il ne connaissait évidemment rien. La seule chose qu'il savait était que ce genin, Raizen, l'accompagner avec Shikarai à Kaze. Shôran sourit, prenant alors la parole pour la féliciter.

« Et bien, je ne pensais pas qu'Hisao était du genre à prendre une équipe mais tu te retrouves entre de très bonne mains. Nul doute que tu évolueras à ses côtés. »

Quant à lui... Il n'était pas du tout enclin à reconstruire une équipe. A la suite de la désertion de Kyoshi, l'équipe cinq 'Supaku' avait été démantelé. Laissant Kinzoku trouver un nouveau professeur, Shôran n'avait plus vraiment le moral à donner des leçons, encourager des aspirants.

« Tu as pris ton envol alors ? J'espère que ça te plaît. »

Se rappelant alors qu'elle habitait encore chez ses parents lors de notre première rencontre, Shôran sourit, continuant d'avancer dans la ruelle. Kumo était bien calme, c'était mieux pour discuter avec Asami.

« Oh... Hi ? Soshikidan, j'imagine ? »

Demanda-t-il, puisqu'il n'y avait pas vraiment de raison à aller là-bas sinon. Shôran était né là-bas, avait vécu là-bas avant d'atterrir ici. Puis, il y était retourné à Shitô. Là où rien ne s'était passé comme les hautes instances l'avaient prévus. Là où Kumo avait retrouvé Kahei dans un pauvre état. Il en soupira intérieurement, se remémorant de douloureux souvenirs. Hi no Kuni n'était pas une partie de plaisir pour le Nécromancien.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 4 Avr 2018 - 15:02
Les raisons étaient nombreuses quant au manque de temps de la belle brune, ces derniers temps, alors que beaucoup de choses s’étaient enchaînés dans sa vie, parfois pour le mieux et d’autres… Mieux valait qu’elle n’y pense pas trop. Les situations compliquées, elle préférait encore les ignorer, étouffant ces doutes qui pouvaient venir assaillir son esprit. La manipulatrice était bien meilleure que ça, loin de se laisser affecter par quoique ce soit. Garder la tête froide était impératif pour ce jeu qu’elle affichait aux yeux de tous, cette jeune femme qui semblait avoir tout pour elle et qui savait pourtant rester humble et fort sympathique.

Et puis, les entraînements avaient été nombreux. Si elle avait connu une très bonne avancée ces derniers mois, ses progrès étaient fulgurants depuis les dernières semaines. Depuis qu’elle avait intégré l’équipe, pour tout dire. Il était évident de voir que son coéquipier possédait plus d’affinité avec leur sensei, ne serait-ce que par un style de combat semblable et il lui était tout simplement hors de question que de voir l’autre abruti devenir plus fort qu’elle.

- Je n’en ai aucun doute. Il porte une attention particulière à adapter les combats pour venir chercher nos points faibles, compte tenu que Raizen et moi n’avons pas du tout le même style de combat. Par contre, tu n’as pas tort sur un point. Il refuse que je l’appelle sensei. Elle eut un léger rire. Tu peux donc t’imaginer que je prends un malin plaisir à le répéter à tout va.

D’un humour assez taquin, ce n’était pas surprenant venant d’elle. Même le principal concerné le savait alors qu’elle l’avait rencontré par deux fois avant de se retrouver dans la même équipe que lui. Si elle ne s’était pas attendue à cela, elle se devait d’admettre être bien satisfaite de cette équipe. Elle savait que peu importe ce qu’elle pouvait dire, elle avait beaucoup à apprendre auprès d’eux, ne serait-ce de par le fait qu’ils étaient tous deux très forts en taijutsu, là où elle excellait en ninjutsu.

- Oui, j’aime bien, ne plus être chez mes parents. Je crois qu’il était temps que je passe à autre chose. Et puis, la solitude ne se fait pas trop difficile à gérer compte tenu que je ne vis pas seule.

En colocation avec ledit coéquipier, qui se voulait parfois assez particulière, ponctuer de prises de tête en tout genre alors que leurs deux caractères ne cessaient de se confronter. Elle l’haïssait tout autant qu’elle arrivait à le tolérer.

- Tu as vu juste. C’est effectivement pour le Soshikidan. Je ne me suis encore jamais retrouvée confrontée à eux.

La genin haussa les épaules à ce commentaire, bien qu’un léger doute semblait se faire entendre dans sa voix, à croire qu’elle craignait presque cette mission. Si elle n’avait pas osé remettre en doute sa présence là-bas, pas auprès des hautes instances, il n’était pas anormal que de se questionner, non ?

Portant son regard de flamme sur le jeune homme, ce fut un doux sourire qu’elle lui adressa, comme elle le faisait souvent, en sa compagnie.

- Et sinon toi, ça va ?

Une question se voulant sincère alors qu’elle continuait d’avancer à ses côtés, portant son regard autour d’eux avant de le poser à nouveau sur lui, toujours ce sourire qui flottait sur ses lèvres et qui n’était adressé qu’à lui. Si la situation présente ne permettait pas quelques rapprochements, ne serait-ce que lui attraper la main par exemple, elle se devait tout de même de profiter de ces quelques instants en sa compagnie, ces derniers s’étant fait rares ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 4 Avr 2018 - 23:41
Shôran eut un rire bien franc, imaginant la situation d'un entraînement entre elle et son équipe. Il comprenait le fait qu'il ne veuille pas être appeler sensei, c'en avait été de même pour lui et ses élèves. Se faire appeler ainsi mettait trop de barrière dans une équipe de son avis, Shôran en avait clairement fait les frais. Asami lui avoua ensuite qu'elle s'était pris un appartement non loin, ajoutant qu'elle ne vivait pas seule et donc que la solitude ne se faisait pas ressentir. Que voulait-elle dire par là ? Qu'elle avait rencontré quelqu'un ? En si peu de temps, le Kumojin avait du mal à y croire, ressentant une pointe de jalousie.

« Tu as rencontré quelqu'un ? »

Demanda-t-il alors de but en blanc, tentant de ne laisser rien transparaître sur son visage, chose qu'il réussit plutôt bien pour l'occasion. Il ne voulait clairement pas montrer qu'il était jaloux, qu'il aurait aimé être à la place de cette personne qui vivait avec elle. Même s'il n'avait jamais ressenti ce genre de choses pour une personne, Shôran commençait à comprendre ce qui lui arrivait. Et, il commençait à se rendre aussi compte qu'il tentait d'éviter la marionnettiste pour ne pas se dévoiler à elle. Alors qu'ils marchaient côté à côté encore, le Nécromant apprit qu'elle allait se rendre au Pays du Feu. Une mission contre le Soshikidan, même s'il n'avait pas de bons souvenirs dans ce pays ou avec l'organisation criminelle, Shôran aurait aimé y aller. Une simple question de vengeance contre Suzuri Kaldea.

« Fais attention, ils sont dangereux. Et très puissants. »

Que pouvait-il dire de plus ? Elle allait partir là-bas, il allait partir bien plus loin. Finalement, elle venait à lui demander comment il allait, Shôran haussa les épaules. Il vivait le cours de sa vie, rien ne se passait réellement.

« Oui, je vais bien, juste que je n'ai pas autant de nouvelles que toi. Je te l'ai dit, je ne suis pas quelqu'un dès plus intéressant. A part le fait de partir à Kaze... »

Et, Shôran avait un mauvais pressentiment sur ce départ.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 5 Avr 2018 - 12:41
Sa question était légitime et, au final, la demoiselle en venait même à apprécier cette pointe de jalousie qu’elle pouvait percevoir chez l’homme. À croire que la mascaraque faisait son petit effet. Prenait-elle de plus en plus de place dans sa vie ? Telle était l’idée, après tout. Ce fut donc un sourire rassurant qu’elle vint lui offrir, se permettant alors que de venir glisser sa main contre son bras, un contact qui se voulait réconfortant.

- Non, je n’ai pas rencontré personne.

Comme ça, c’était dit, plus aucun doute ne devrait subsister à ce niveau. Son ton était calme, comme à son habitude, alors qu’elle ne le lâcha pas du regard, comme pour bien lui faire comprendre qu’il n’y avait personne dans sa vie, que les choses, de ce côté, n’avaient pas changé. Après tout, avec le rythme de vie qu’elle avait tenu ces dernières semaines, elle aurait presque été étonnée si elle avait été en mesure de faire autrement. Et puis, à l’heure actuelle, bien peu arrivait à être aussi digne d’intérêt que le nécromancien, ce qui faisait donc de lui une personne ayant une place assez particulière dans la vie de la marionnettiste. Certes comptait-elle le manipuler sans aucun once de remord pour obtenir ce qu’elle voulait, toutefois, il n’avait rien à craindre quant à l’intérêt qu’elle portait pour lui, ni même des sentiments qu’elle prétendait avoir.

- Je vis avec Raizen, mon coéquipier. Ce fut une agréable surprise de le voir dans mon équipe, pour tout dire. C’est un bon ami à moi.

Ce n’était peut-être pas exactement le cas, la relation qui la liait au Meikyû se voulant bien plus difficile à exprimer, mais l’idée était là. Elle vivait avec ce dernier, pour le meilleur ou pour le pire, cela dépendait de l’humeur de chacun d’entre eux.

- J’ai eu à peine de temps à t’accorder, et ce n’était pas faute d’envie de passer du temps avec toi. Tu n’as pas à t’en faire à ce sujet.

Si elle ne s’attarda pas davantage, ne souhaitant pas non plus le rendre mal à l’aise, elle tenait tout de même à souligner que même si elle aurait eu le temps de rencontrer quelqu’un d’autre, elle aurait nettement préféré passer ce temps en sa compagnie.

Arrivant sur le sujet du Soshikidan, quelque chose lui disait que le jeune homme avait été confronté à ces derniers. Que ce soit de la façon dont il avait adressé ce qui s’apparentait à un conseil ou simplement les mots employés, elle ne pouvait que le croire lorsqu’il les désignait comme étant dangereux. Cependant, mise en équipe avec la lionne du village, Reiko, et un autre jônin iwajin, elle n’était pas particulièrement inquiète. Elle le remercia donc, simplement, avec une promesse que de faire attention.

- Je ne te permets pas de dire ça.

Une mine un peu plus sérieuse malgré le ton léger qu’elle employait, semblant refuser qu’il se décrive comme étant quelqu’un de peu intéressant. À ses yeux, elle lui avait dit, très clairement même, qu’il était intéressant, et donc, de ce fait, ces quelques mots l'emmenèrent à froncer légèrement les sourcils.

- Tu n’as pas envie de partir pour Kaze ?

Une question honnête vis-à-vis de ce qu’il venait de dire, à croire qu’il était peu enthousiaste à l’idée d’y aller. Elle pouvait comprendre, en quelque sorte, elle-même avait quelques réticences quant à aller à Hi. Or, elle ne l’affichait pas, ces doutes n’allant pas de paire avec la confiante femme qu’elle était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 5 Avr 2018 - 21:06
Intérieurement, le chuunin poussa un ouf de soulagement. Réellement, il était soulagé de savoir qu'Asami n'avait rencontré personne d'autre, Shôran ne savait pas comment il aurait réagi si cela avait été le cas. D'ailleurs, la jeune femme continua en lui disant qu'elle vivait avec Raizen, qu'il était son colocataire et un ami. Tant qu'ils étaient de simple amis, ça allait pour le nécromancien, il n'avait pas à avoir de doute quant à la sincérité de la marionnettiste. Elle faisait tout pour que le garçon lui fasse confiance, ça commençait déjà à marcher. Une légère teinte rouge sur son visage quand elle lui avoue que ce n'était pas faute d'envie qu'elle veuille voir, juste le manque de temps. Des deux côtés à vrai dire, même si Shôran se dit être pas du tout intéressant, il croulait sous le travail constant de la police du village.

Finalement, Shôran demandait à la marionnettiste d'être prudente au Pays du Feu, même contrôle par le Soshikidan, il connaissait le danger qu'il pouvait y avoir là-bas. Et, évidemment, Shôran souhaitait que rien n'arrive à la jeune femme. Il haussa les épaules, parce qu'il savait déjà ce que penser Asami de lui, mais il était, lui, persuadé de ne pas être plus utile que cela dans le village.

« Je ne sais pas. J'aurai préféré partir à la recherche de cet homme au chapeau, tu sais. Mais bon, visiter Kaze ne doit pas être si mal que ça. C'est le pays des marionnettiste là-bas, je crois, si je trouve des renseignements, je t'en donnerai ? »

Lui proposa-t-il, avec un sourire. Il continuait de marcher, Shôran était content de pouvoir aider Asami s'il le pouvait, encore fallait-il qu'il réussisse à croiser des marionnettiste. Car, il le savait, il allait donner Katenshêdo pour qu'elle soit jugée.

« Enfin, tu verras le pays où j'ai grandi. Il n'est pas vraiment beau à voir, mais c'est toujours mieux qu'avant. La seule chose de positif du Soshikidan, c'est d'avoir arrête la guerre qui a ravagé le pays. »

Oui, c'était là le seul point positif de l'organisation. Mais, à quel prix ? Il y avait d'autres moyens pour en arriver là, autre que le sang qu'ils avaient fait versé. Shôran tenta de sourire, continuant de marcher et de regarder les alentours.

« Je suis content de pouvoir parler avec toi, tu m'as... manqué. »

C'était sûrement la première fois qu'il se dévoilait ainsi. A quelqu'un. A Asami.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 6 Avr 2018 - 12:29
De son côté, elle aurait clairement préféré être affectée à Kaze, pour des raisons qui furent évoqués par le jeune homme à ses côtés. Déjà parce que le groupe allait raccompagner Kâtenshêdo, sûrement la seule autre marionnettiste qu’elle avait eu le loisir d’entendre parler, qui se trouvait à l’heure actuelle au sein du village et dont elle ne pouvait même pas s’approcher alors qu’elle avait mille et une questions à lui poser. Quant au pays du vent, il s’agissait du pays où se trouvait nombreux marionnettistes, donc il était évident que, pour elle, cet endroit était tout désigné pour lui apporter beaucoup. Or, les hautes instances avaient vu les choses sous un autre oeil, décidant que sa présence leur serait plus utile au pays du feu.

- Tu vas être en mission, je doute que vous vous attardiez là-bas. Mais, si jamais tu tombes par hasard sur quelque chose d’utile, je veux bien, oui.

Un large sourire accompagna sa phrase prononcée avec sincérité, mais surtout, reconnaissance. Elle ignorait s’il allait penser à elle, une fois là-bas, cependant, l’idée lui plaisait, que de savoir qu’elle avait réussi à s’intégrer dans sa tête, dans ses pensées. Là avait été tout l’objectif de la jeune femme, au cours de ses précédentes rencontres avec l’homme.

Il s’agissait de la deuxième personne qu’elle rencontrait qui, s’il n’excusait en rien les actes posées par l’organisation criminelle, arrivait à y voir un peu de positif, ne serait-ce que dans ce qu’il avait résulté de sa présence au pays du feu. Les guerres civiles s’étaient calmées. Et dire que s’ils n’avaient pas choisi de passer par la violence dont ils avaient fait preuves, ils auraient pu réellement apporter quelque chose au pays. Or, à l’heure actuelle, avec le passif qu’ils traînaient derrière eux et les nombreuses offenses vis-à-vis des villages cachés, il était presque normal, voir même légitime, que ces derniers demandent rétributions.

Suivant toujours le policier qu’elle accompagnait dans sa patrouille, elle en vint à concentrer un peu de son chakra dans le sol sur lequel elle marchait, venant ainsi ressentir toutes les vibrations dans ce dernier, lui donnant ainsi une idée approximative de tous ceux se trouvant tout autour d’elle. À ses côtés, elle pouvait sentir les pas de celui qu’elle accompagnait. Quant au reste… Il ne semblait y avoir personne à proximité.

De ce fait, à sa phrase qui vint lui arracher un doux sourire, elle tendit la main pour attraper la sienne, l’amenant ainsi à s’arrêter quelques instants. Elle s’était rapprochée de lui, assez pour venir déposer un délicat baiser sur ses lèvres, certes discret, mais assez pour porter quelques sentiments qu’elle voulait venir lui partager en ce moment même.

- Tu m’as manqué aussi.

Les joues légèrement colorées, toujours ce sourire sur les lèvres, elle en vient à devoir relâcher sa main, ne serait-ce de par le manque de professionnalisme que son geste pouvait avoir, ce dernier étant tout de même actuellement toujours au travail.

- Au fait, c’est comment, la police ? Vous tombez sur des trucs particuliers ou, en règle générale, c’est assez tranquille ?

S’intéressant alors à ce qu’il faisait, elle se chargeait de continuer de rester alerte de leur environnement. Si, pour l’instant, ils étaient seuls dans les ruelles qu’ils empruntaient, ce ne serait peut-être pas toujours le cas. Mieux valait rester vigilant, et puis, si elle ne doutait pas des compétences du policier, elle ignorait l’étendue de ces dernières.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 7 Avr 2018 - 3:58
Soshikidan. L'organisation avait causé pas mal d'ennuis et de tort à Kumo, comme aux autres villages cachés. Puis, il n'y avait pas que ça qui posait problème. Non, il y avait aussi le fait que Kumo s'allie à Iwa, prenant donc part au conflit entre Iwa et Kiri. Shôran n'était pas dupe, il se doutait clairement qu'une guerre allait incessamment sous peu débuter entre villages cachés. M'enfin, c'était là la vie des villages. Shôran n'était qu'un sous-fifre dans tout ça, il n'avait pas le loisir de discuter des ordres ou de la direction du village, cependant il comptait gravir les échelons un à un pour prouver qu'il était bien capable de décider aussi. Jeune était-il physiquement, ancien il l'était mentalement.

Puis, le nécromancien se surprit en avouant qu'elle l'avait manqué. C'était sincère et la vérité pour lui, il n'en espérait pas tant. Elle s'arrêta, l'arrêtant dans sa marche, sa main prit celle du chuunin et elle déposa ses lèvres sur les siennes. Un baiser si bref, mais il en profita tout de même. Là aussi, ce genre de geste l'avait terriblement manqué et lui donnait des forces pour le périple Kaze. Toutefois, il se posait naturellement des questions sur leur relation. Qu'étaient-ils ? De simple amis qui se partageaient des baisers ? Ou bien plus que cela ?

« Je dirai que chaque journée est différentes... Aujourd'hui, c'est plutôt calme mais il arrive que l'on tombe parfois sur des événements bizarre... »

Lui répondit-il, sourire aux lèvres. Qui disparut tout aussi vite qu'il était apparu, maintenant arrêté, Shôran posa son regard sombre dans celui enflammé de la Tadaoki. Prenant une grande inspiration, il osa lui demander des explications.

« Je.. Asami ? Toi et moi... qu'est-ce-qu'on est ? »

Cette fois-ci, il ne se défilera pas, mais il souhaitait être fixé avant de partir au loin.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 7 Avr 2018 - 10:40
Elle n’en doutait pas un seul instant qu’il pouvait lui arriver de se retrouver confronter à des moments assez particuliers. Si elle considérait le village somme toute assez tranquille, sûrement cela venait-il du fait qu’elle se retrouvait bien souvent chez elle ou encore au complexe scientifique, sans oublier la grande bibliothèque qui faisait la fierté du village. La scientifique se tenait donc dans des endroits tranquilles, loin donc de tout ce qui pouvait faire du grabuge au village. Cependant, elle garda le silence, évitant ainsi de le questionner à ce sujet, ne serait-ce de par l’expression plus sérieuse qu’il arborait, tous deux désormais immobiles et se faisant face.

Ses prunelles enflammées vinrent rencontrer son regard plus sombre alors qu’elle attendit, silencieuse, convaincue qu’il avait sûrement quelque chose à lui dire. Était-ce pour lui reprocher l’audace dont elle avait fait preuve alors qu’il était normalement au travail, bien qu’il profitait d’une certaine tranquillité alors que nul ne se trouvait dans les environs. La question finalement adressée eut de quoi la surprendre, bien qu’elle se voulait parfaitement légitime. Ses joues se colorèrent de rouge alors que son regard quitta le sien pour venir se poser sur le sol à ses côtés. Timide demoiselle qu’elle pouvait être, elle porta une main à ses boucles sombres, venant distraitement enrouler une ou deux mèches autour de ses doigts.

Finalement, elle releva ses iris vers le jeune homme, les joues toujours aussi colorées, tendant sa main libre pour se saisir à nouveau de la sienne, caressant doucement le dessus de cette dernière de son pouce. Un geste qui voulait sûrement beaucoup dire alors que son silence semblait s’éterniser. Finalement, elle inspira profondément, semblant avoir réussi à faire de l’ordre dans son esprit.

- Qu’as-tu envie que l’on soit, Shôran ?

Une question sincère alors qu’elle venait de décider de ne pas quitter son regard, semblant affirmer un peu plus comment pouvait-elle bien se sentir, dans toute cette situation dont elle n’avait pas spécialement d’expérience. Autant cela venait-il du masque qu’elle arborait au quotidien, autant y avait-il une part de vérité. Elle ne s’était jamais intéressée en outre mesure aux relations, l’inexpérience à ce niveau pouvait donc être frappant. Ce qu’elle connaissait ne lui venait que d’expérience rapporter par autrui et ce qu’elle avait pu lire dans quelques bouquins, au sujet des romances et autres.

- Je suis bien quand je suis avec toi. Tu m’as manqué, vraiment. J’ai envie d’être avec toi, même. Seulement… Elle eut un léger rire nerveux. C’est bien la première fois que je me retrouve confrontée à une telle situation.

Autrement dit, elle faisait preuve d’une maladresse certaine, digne de celle qu’elle présentait aux yeux du monde, le tout accompagné d’une honnêteté qui, l’espérait-elle, viendrait chercher l’homme. Au final, il s’agissait surtout de cela, alors qu’elle était bien en sa compagnie, cherchant même cette dernière.

- Que veux-tu qu’on soit ? Je ne veux pas rien t’imposer.

Elle vint se mordiller la lèvre inférieure, son regard déviant légèrement sur le côté pour revenir vers lui, comme si elle avait oublié quelques instants qu’elle s’était décidée de s’adresser à lui avec ses iris plongées dans les siennes, ses flammes de son propre regard venant éclairer celui plus sombre du nécromancien.

- Pour peu que tu restes à mes côtés…

Elle avait marmonner ces derniers mots, semblant incertaine, comme si elle craignait de partager réellement comment se sentait-elle.

- Peut-être me suis-je attachée trop rapidement, mais j’étais honnête, totalement, lorsque je t’ai dis que je voulais tout apprendre de toi, qu’il n’y avait rien de banal te concernant, peu importe ce que tu peux bien dire à ce sujet.

Sa maladresse en était presque touchante, lui donnant une facette un peu plus adorable alors qu’elle ne semblait pas certaine de comment exprimer ce qu’elle souhaitait dire ni même était-elle en mesure de lui offrir réponse à sa question. De son côté, elle croyait avoir été assez claire, depuis le début, de l’intérêt qu’elle lui portait, de cet apaisement qu’il semblait lui offrir. Qu’en était-il de lui ? Pour sa part, elle venait même parler d’attachement, espérant surtout ne pas l’effrayer, alors qu’elle soulignait qu’il occupait déjà une place particulière dans sa vie, ce qui venait la surprendre elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 7 Avr 2018 - 14:27
Shôran n'était clairement pas doué niveau relationnel, cela se ressentait avec sa façon de se comporter avec Asami. Non, il n'avait jamais eu l'habitude qu'on s'intéresse à lui, même plus jeune, le nécromancient était toujours seul dans son petit village d'à peine quelques habitants. Il découvrait le relationnel depuis qu'il était devenu genin, ça lui semblait encore étrange tout cela. Toutefois, il était naturel pour lui de se poser la question concernant sa relation avec la marionnettiste. Qu'étaient-ils tout les deux ? Intérieurement, il bouillait car Asami ne répondait pas à sa question, non, elle demandait ce que lui voulait qu'ils soient. Qu'en savait-il ? Le contact entre sa peau et la sienne le fit frémir, il ne détourna pas le regard et décida d'y plonger pleinement alors qu'elle lui avouait certaines choses auxquelles il ne s'y était pas du tout attendu.

La parole ne venait pas, restant bouche bée, Shôran écoutait la kunoichi dévoilait ce qu'elle pensait et ressentait. Bien sûr, le Nécromancien de Kumo se demandait si c'était la vérité, si Asami parlait là avec sincérité ou elle se jouait tout simplement du pauvre chunin encore novice dans ce type de relation. Finalement, après ce qu'elle venait de dire, un silence s'installa. S'en rendant compte, le shinobi serra légèrement la main d'Asami pour l'amener un peu plus près d'elle. Que leurs corps soient collés, son visage près du sien, un sourire fin s'affichait sur son visage.

« Tout et Rien. Je veux que tu sois mienne... je crois. »

Lâcha-t-il, sans toutefois être réellement sûr de ces propos. Il appréciait énormément la présence de la kumojine, mais il ne savait pas si c'était réellement de l'amour ou alors une forte amitié. Finalement, Shôran se décala en arrière, relâchant tout contact physique ou même visuel avec la marionnettiste.

« On verra à nos retours de mission ce qu'il se passera... »

Au pire des cas, il fallait attendre de voir. Attendre de voir si le manque s'installait vraiment, ou il ne savait pas trop vraiment.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 7 Avr 2018 - 18:16
La Tadaoki venait de lui partager tout ce qu’elle avait sur le coeur, concernant cette relation peut-être bien légèrement ambiguë qu’elle entretenait avec le jeune homme. Cependant, de par ce manque d’expérience présent, quand bien même cela pouvait-il sembler surprenant, elle avait de la difficulté quant à dire ce qu’elle pourrait vouloir, pour eux deux. Elle lui avait même partagé ce fait, lui adressant qu’elle ne souhaitait rien lui imposer, son regard toujours plongé dans le sien tandis qu’elle s’exprimait avec avec sincérité. Elle avait attrapé sa main, souhaitant silencieusement lui partager cette proximité qu’elle semblant souhaiter qu’ils aillent, communiquant sans parole ce qu’elle pouvait ressentir.

Elle se laissa porter par l’étreinte, ayant relevée la tête pour continuer de l’observer, ses joues se colorant davantage à ce qu’il lui disait. Il semblait y avoir un peu de doute, dans ses paroles, cependant, elle ne pouvait pas lui en vouloir. Les choses avançaient, dans un sens qui plaisait à la marionnettiste, elle se devait seulement de ne pas brûler d’étape. De le laisser tranquillement éprouver de plus en plus de sentiments à son égard. Et alors qu’il se détachait, elle fit un pas vers lui, cherchant à garder cette proximité, quelques instants supplémentaires, sa main venant se poser au niveau de sa clavicule, comme pour appuyer ce qu’elle comptait lui dire.

- Je ne veux pas rien t’imposer, Shôran. Pas plus est-ce que je veux te forcer à prendre une décision dont tu n’es pas certain…

Sa voix était douce, rassurante, comme à son habitude, tandis que son regard était levé vers lui et que son expression était sérieuse, bien qu’un tendre sourire flottait sur ses lèvres.

- J’ai envie d’être avec toi… Du moins, je me sens bien, quand tu es là.

Elle avait dit cela un peu plus doucement, à croire qu’elle passait outre sa timidité présente depuis le début auprès de lui pour être certaine qu’il comprenne ce qu’elle voulait dire, mais surtout, pour lui montrer qu’elle ne comptait pas se défiler.

- Puis tu sais, être tienne… Elle avait marmonner cela tout bas, un sourire idiot venant étirer ses lèvres. Je n’ai pas envie de rencontrer quiconque d’autres ni être avec autre que toi… Prends le temps de voir ce que toi, tu veux. Et sache que moi, je serai là.

Elle resta face à lui, son visage relevé et se tenant près, une main contre son torse, la seconde tombant le long de son corps. Ses prunelles de flamme étaient calmes, rappelant le rouge qui avait pris possession de son visage, ses traits fins laissant voir un délicat sourire qui n’était adressé qu’à lui. S’ils avaient une ronde à faire, il avait souhaité avec cette discussion maintenant et elle ne voulait pas le faire alors qu’ils déambulaient dans le village. Profitant de leur tranquillité, alors qu’elle serait immédiatement alerté si quiconque s’approchait, elle souhaitait mettre les choses au clair, notamment concernant sa position dans toute cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 8 Avr 2018 - 2:24
Shôran restait à nouveau bouche bée. Lui-même se surprenait à déclarer de telle chose, il lui disait clairement qu'il la voulait avant même d'hésiter. Parce qu'il ne veut pas se précipiter ou la précipiter, peut-être qu'elle n'espérait rien d'autre qu'une amitié sans ambiguïté. Mais, le shinobi lui disait qu'il voulait qu'elle soit sienne, c'était important pour lui et bien sûr, le kumojin espérait de la sincérité dans les paroles de la kunoichi. A nouveau, Asami lui disait qu'elle ne voulait rien lui imposer, que c'était à lui de choisir. Ajoutant des choses qui touchaient le petit cœur sensible du nécromancien. Meritait-il ce surnom froid de Nécromant de Kumo ? Pas sûr lorsqu'on voyait qui était réellement Aami Shôran.

Clairement, de ce qu'il comprenait, elle lui disait qu'elle voulait être avec lui. Qu'il soit sien comme il voulait qu'elle soit sienne. Toutefois, le jeune homme avait cette impression d'aller un peu trop vite en besogne. Devrait-il attendre la fin de leurs mission respectives avant même de se lancer dans ce genre de relation ? Les questions fusaient dans la tête du jeune homme, alors qu'il sentait la main douce d'Asami se poser sur son torse. Prenant celle-ci dans la sienne, il l'amena à nouveau vers elle pour venir déposer délicatement ses lèvres sur les siennes. Un baiser tendre et passionné, souhaitant lui transmettre tout ses sentiments.

Etait-ce de l'amour ? Evidemment, Shôran se posait la question. Il n'y connaissait rien, il sentait qu'il devait parler au peu d'amis qu'il avait afin de savoir quel genre de sentiments était-ce... ou ses parents, même. Profitant du baiser un court instant encore, il se décala légèrement.

« Merci d'être patiente... Je serai sûr après Kaze, je te le dirai. Promis, Asami. »

Lui disait-il alors, souriant et lui montrant sa belle dentition. Il était plus que ravi d'avoir pu rencontrer la belle brune lors de cette soirée, ne se doutant pas du tout que leur relation en arriverait à ce stade là.

« Si tu veux... Je peux voir pour être remplacé et prendre le reste de ma journée ? »

Lui proposa-t-il. Puisqu'ils allaient chacun partir loin de l'autre, il voulait passer du temps en sa compagnie. Le plus qu'il pouvait.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Dim 8 Avr 2018 - 18:07
Ses lèvres venant rencontrer les siennes, elle tenta de mieux qu’elle le pouvait que de partager les émotions qu’elle avait essayé de lui véhiculer avec des mots. Elle serait patiente, elle lui avait dit, elle-même souhaitant prendre son temps, tout en lui faisant comprendre qu’elle aimerait peut-être plus que ce qu’ils avaient déjà à l’heure actuelle. Voilà bien là la première fois où elle acceptait de s’investir autant au sein d’une relation, s’assurant généralement que de bien paraître aux yeux des gens. Sûrement cela était-ce injuste pour le jeune homme, qu’elle en vienne ainsi à abuser de lui, de sa confiance, de cette innocence perceptible chez lui, qui en était presque touchante, tout ça parce qu’elle souhaitait mettre la main sur ce pouvoir qu’elle convoitait : la nécromancie.

Elle répondit donc au baiser, sa main posée sur son torse, la tête légèrement inclinée tandis que le moment se prolongea un peu avant qu’ils ne se séparent. Elle garda toutefois son regard dans le sien, ce délicat sourire sur les lèvres qu’elle arborait en tout temps en sa compagnie, ce dernier s’élargissant même suite à ce contact qu’ils venaient d’avoir.

- Ne me remercie pas, j’ai… J’ai envie de prendre mon temps. Pour toi.

D’une honnêteté frappante, alors que son sourire ne la quittait pas, restant toujours à proximité de lui, sa main posée sur son torse et celle de l’homme par-dessus la sienne. Elle avait prononcé ces quelques mots d’un ton doux, d’une voix caressante, semblant chercher à exprimer ce qu’elle avait gardé pour elle, par timidité, mais aussi par envie de ne pas brûler des étapes. Elle ne voulait pas le brusquer, celui qui lui avait admis n’avoir que très peu, pour ne pas dire aucune, expérience dans le domaine.

- Tu seras prudent à Kaze, hein ?

Elle avait légèrement inclinée la tête, son ton se voulant plus inquiet, tout comme la flamme de son regard semblait soudainement peu rassurée. Elle avait eu vent du conflit présent là-bas, de la religion qui s’imposait et ceux qui avaient de la difficulté à l’accepter. Elle semblait seulement avoir besoin d’être rassurée, un minimum, car si elle ne doutait nullement des compétences du jeune homme, les sentiments qu’elle avait exprimé à son égard l’amenaient à se montrer plus inquiète à son sujet, comme pour s’assurer qu’il ne lui arriverait rien. Qu’elle le vivrait mal, si quelque chose devait lui arriver.

La question suivante eut de quoi la surprendre, l’amenant à arquer un sourcil. Elle tombait sous le sens, dans la mesure où là, actuellement, tous deux se trouvaient au milieu d’une ruelle, celle-ci l’empêchant clairement de faire correctement son travail. Elle lui adressa un large sourire, l’air touchée qu’il ait envie d’ainsi ne pas terminer sa journée de travail pour passer du temps en sa compagnie.

- Uhm… J’admets que l’idée de passer le reste de la journée en ta compagnie sans que tu sois contraint par les responsabilités est plaisante… Toutefois, je ne voudrais pas te créer quelconque ennuis.

Parce qu’elle se souciait de lui, le faisant ainsi passer avant ce qu’elle, elle avait envie, comme le jeune demoiselle agréable qu’elle était. Et puis, elle était compréhensive. S’il ne pouvait pas, elle allait l’accompagner jusqu’à ce qu’il termine sa journée, rendant ainsi peut-être plus agréable la ronde qu’il se devait de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 9 Avr 2018 - 3:50
Shôran était sûr de vouloir plus à ce moment précis, mais il partait à Kaze pour une mission qui s'annonçait périlleuse et pas si facile qu'elle en avait l'air. Le nécromancien ne savait pas ce qui les attendait là-bas, mais il connaissait la situation politique du pays, cela n'allait pas du tout être une mission bénine, il le pressentait. Gardant la marionnettiste près de lui, sa main posée sur la sienne, leurs regards ne se quittaient plus alors qu'elle lui demandait d'être prudent lors de sa mission. Shôran hocha doucement la tête de bas en haut, il ne comptait pas prendre des risques inutilement... Toutefois, il combattrait pour ses principes et son village s'il le fallait.

« Je ferai en sorte. »

Répondit-il sans lui faire des promesses qu'il ne pourrait peut-être pas tenir. Shôran ne savait pas comment tout allait se passer là-bas, il s'en rendrait bien compte à ce moment là. Puis, soudainement, le jeune homme proposa à Asami de passer le rester de la journée ensemble, qu'il allait demander à quitter le travail pour un départ avancé au vu du calme qui régnait au sein du village.

« Ne t'inquiète pas pour ça. »

Alors qu'il prit la main de la marionnettiste pour l'amener jusqu'au poste de police qu'ils venaient de quitter quelques minutes plutôt, Shôran invita la jeune femme à l'attendre et s’éclipsa à l'intérieur du bâtiment de police. Il n'en revint qu'une dizaine de minutes plus tard, affichant un long sourire sur ses lèvres à la brune.

« Bonne nouvelle... J'ai ma journée, du coup... Qu'est-ce-que tu veux faire ? »

Il demandait, parce qu'il voulait faire ce que Asami voulait. Il était prêt à tout, tant qu'il passait un moment en plus en sa compagnie avant de s'en aller en mission pour un certain petit temps.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 9 Avr 2018 - 8:28
Pas de fausse promesse alors que la vie d’un shinobi comportait bon nombre de risques. Après tout, il n’était même pas certain qu’elle parvienne à y survivre, à sa mission au pays du feu, contre un ennemi de longue haleine du village caché des nuages. Le Soshikidan. Ils étaient dangereux, de ce qu’elle savait. Et si elle ne doutait nullement de ses capacités pas plus craignait-elle la mort, il n’en restait pas moins qu’elle ne pouvait que s’imaginer le pire tout en espérant sa survie. Après tout, les vivants se voulaient tout particulièrement divertissants et il y avait beaucoup qu’elle souhaitait encore faire avant de se laisser paisiblement emporté par ce qui marquerait l’acte final de cette pièce de théâtre qu’était sa vie.

L’homme ayant finalement attrapé sa main, l’entraînant à sa suite, elle vint entrelacer ses doigts avec les siens, le temps de cette courte distance qui les séparait du poste de police qu’ils avaient quitté il y avait peu de temps de cela. Au final, elle se retrouva à attendre quelques minutes face à celui-ci pour voir si elle pouvait profiter d’une fin de journée tranquille en compagnie de l’homme ou si cette dernière serait ponctuée de cette patrouille qu’il se devait de faire. La Tadaoki préférait de loin son travail au sein du complexe scientifique, encore plus de ces projets concernant nombreux dangereux poisons qu’ils développaient et tentaient de contrer au sein du Kankyushu. Appuyée contre le mur du bâtiment, elle attendit patiemment jusqu’à ce qu’il revienne avec un large sourire auquel elle répondit naturellement, n’ayant même pas à y réfléchir.

- C’est une excellente nouvelle ça. Bien que je me demande quand même comment tu as pu t’y prendre pour qu’ils t’accordent ainsi le reste de ta journée.

Un sourire amusé tandis que son regard pétille de sa bonne humeur habituelle. Toujours contre le mur, elle l’observe, ce sourire adorable qu’elle portait toujours aux lèvres alors qu’elle ne fait que légèrement l’embêter, étant en mesure de s’amuser de si peu. Par la suite, elle fait mine de réfléchir, l’air de se demander ce qu’ils pourraient bien faire. Qu’y avait-il de seulement intéressant à faire, au sein du village ? Quand bien même était-elle excellente dans ce rôle qu’elle endossait, la situation actuelle n’était pas dans ses habitudes. Rare était les fois où elle cherchait la compagnie d’autrui.

- À ce temps-ci de l’année, il y a de jolies fleurs en montagne, un peu à l’extérieur du village. Elle eut un léger rire. Ou, enfin, quelques plantes fort intéressantes.

Elle lui avait partagé sa passion pour les poisons et les antidotes, lors de leurs dernières rencontres, alors qu’il lui avait posé quelques questions sur ses centres d’intérêts. Elle s’était désignée comme une personne ennuyante, passant le plus clair de son temps entre la bibliothèque et le laboratoire.

- Sinon, il y a toujours possibilité d’aller s’asseoir tranquillement quelque part ou encore aller manger un morceau.

Elle haussa les épaules, l’air de dire que tant qu’il était là, au final, ce qu’ils faisaient ne lui importait pas spécialement en outre mesure. Pour l’instant, elle restait tranquillement contre le mur, lui adressant un large sourire alors qu’elle attendait la suite des événements, voir si l’une des propositions lui semblait tentante. Toutefois, s’ils comptaient partir en montagne, ne serait-ce que pour quelques ingrédients pour ses diverses expériences, elle se devrait de faire un arrêt chez ses parents. Elle n’avait pas encore eu le loisir de tout déménager ce qui avait un lien avec ses recherches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 9 Avr 2018 - 14:34
En une dizaine de minutes, Shôran avait réussi à convaincre ses supérieux pour pouvoir profiter du rester de la journée. Déjà qu'il était plutôt bien vu, le jeune homme n'avait pas eu de mal que de réussir à expliquer les raisons de sa demande inattendue. Puis, Shôran n'avait jamais fait ce genre de requêtes, alors pourquoi refuser si Kumo était paisible ? Enfin, le garçon revint vers Asami avec un sourire gigantesque sur le visage, lui annonçant alors la bonne nouvelle. Il haussa simplement les épaules lorsqu'elle demanda comme s'y était-il pris, il n'allait pas tout dévoiler quand même. Shôran lui demanda ce qu'elle voulait faire, il était ouvert à toutes les propositions, tant qu'ils étaient ensemble.

Entre aller à l'extérieur du village ou manger un morceau, le choix était vite fait. L'Aami préférait sortir de Kumo pour pouvoir visiter ces jolies fleurs en montagne. Sauf qu'au moment où il allait prendre la parole pour dire ce qu'il préférait faire, c'est une pluie diluvienne qui s'abattit le couple. Prenant la main d'Asami pour se mettre à l'abri, il la regarda en riant.

« J'imagine que nos plans tombent à l'eau... Je te propose qu'on aille chez moi ? Je commanderai à manger ? »

Lui demanda-t-i alors, espérant qu'elle accepte sa proposition. De toute façon, c'était ça ou.... rien, presque. Heureusement que le nécromancien avait posé sa journée, car il ne se voyait clairement pas faire une ronde sous cette pluie. Shôran posait son regard noir sur la jeune femme, attendant une réponse de sa part. Qu'il espérait évidemment positive.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 9 Avr 2018 - 17:41
Quelques propositions furent faites, dont l’une de quitter les remparts du village pour se rendre en montagne, non loin de ce dernier. Cependant, contre toute attente, alors qu’il faisait toujours doux un peu plus tôt, le ciel s’était rapidement recouvert pour que, subitement, une pluie abondante vienne s’abattre sur eux. Elle fut prise de court, levant même un regard confus vers le ciel avant d’éclater d’un rire franc. Effectivement, le jeune homme n’avait pas tort, voilà que leurs plans tombaient à l’eau. Ses cheveux s’alourdissant, elle vint défaire son chignon, laissant ainsi sa tignasse tombée sur ses épaules, ses cheveux se collant rapidement contre son visage. Elle y passa à nouveau une main, les ramenant vers l’arrière, essayant d’être un peu plus confortable alors que la pluie ne semblait nullement avoir pitié d’eux.

- Cela me semble être une bonne idée, oui !

Elle rigolait encore de leur malchance alors que s’ils avaient tenté de se mettre à l’abri, c’était peine perdue. En à peine quelques instants, la belle brune était désormais détrempée, ses vêtements un peu plus lourd sur ses épaules, alors que le fin tissu de son chemisier venait se plaquer contre sa peau, soulignant davantage ses courbes attrayantes, accentuant ce décolleté subtil pour lequel elle avait opté ce matin même.

Sa main toujours dans celle du jeune homme, elle s’était décidée à finalement affronter la pluie. De toute façon, ce ne pouvait pas être pire que ce que c’était à l’heure actuelle, et donc, autant tenter de se rendre le plus rapidement possible dans un endroit où ils pourraient être au sec. Cependant, semblant nullement agacée par cet événement inattendu, elle affichait un large sourire, amusée de tout cela, l’entraînant à sa suite. Elle avait bonne mémoire et elle s’était déjà rendue chez lui, lors d’une soirée particulièrement arrosée, a priori, qui l’avait amené à passer la nuit chez lui, chose qu’elle faisait rarement. Si ce n’était qu’avec lui, elle semblait vouloir bâtir quelque chose de plus sérieux.

- Avec un peu de chance, ce ne sera que temporaire et d’ici une heure ou deux, on pourra aller à la montagne.

Optimiste, elle avait tourné son visage vers lui, lui offrant un sourire radieux, qui contrastait avec les nuages sombres qui passaient au-dessus de leur tête. Si le soleil avait bien été présent en ce début de journée, à cette heure-ci, c’était presque le déluge qui avait frappé le village, forçant nombreuses personnes à tenter la même chose qu’eux, à savoir s’empresser pour rentrer chez eux. Bien que, elle ne semblait pas si pressée, avançant à pas léger tout en gardant sa main dans celle de l’homme, entrelaçant leur doigt, comme elle l’avait fait précédemment. Ils étaient déjà trempent, la pluie ne pouvait plus rien leur faire de plus, alors elle ne voyait pas l’intérêt que d’accélérer le pas, sans compter qu’elle semblait trouver la situation somme toute assez amusante.

- Il va par contre falloir faire quelque chose pour ça.

Elle désigna sa tenue, puis celle du jeune homme, victimes de la température actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 11 Avr 2018 - 20:03
Shôran n'était pas un amoureux de la pluie, il avait toujours préféré de loin le beau temps, le soleil et les chaleurs. Alors, être trempé comme ça pouvait le rendre irascible mais avec la présence d'Asami, c'était plus un sourire qui se dessinait sur son visage. Non, il ne l'avait pas perdu malgré le fait que ses vêtement l'aient alourdi, que ses cheveux et son visage soient trempés. Le nécromant proposa à ce qu'ils aillent chez lui, là-bas, ils mangeraient tranquillement et pourront évidemment se sécher au mieux. Alors qu'elle acceptait sa proposition, la jeune kunoichi prit la main du chuunin pour avancer à travers les rues de Kumo et se rendre à l'appartement du Nécromancien. Elle se souvenait encore de la route, quelle mémoire alors que la dernière fois qu'elle était venue, Asami était censée être plus que pompette.

Il hocha positivement la tête, Shôran espérait aussi que la pluie ne dure pas pour qu'ils puissent profiter de se promener à l'extérieur du village. Mais bon, il risquait de faire frais ou qu'il repleuve... Enfin, pour le moment, ils allaient tout de même profiter de la compagnie de l'un et de l'autre même si ce n'était qu'à l'appartement du jeune homme. C'était déjà bien, le principal étant qu'ils soient ensemble.

« Je dois avoir ce qui faut à la maison, tu pourras prendre une douche aussi si tu veux... »

Répondit-il, alors qu'il serra légèrement la main de la kunoichi avant de continuer à avancer. Peu de temps après, ils étaient arrivés devant la porte d'entrée de l'appartement de l'Aami. Il chercha ses clés avant de les trouver dans le fond de sa poche, puis il ouvrit la porte pour laisser passer la Tadaoki en premier lieu.

« Fais comme chez toi. La salle de bain est au fond à gauche du couloir. »

Lui lança-t-il alors qu'il enlevait ses chaussures et se dirigea immédiatement vers la penderie pour sortir deux grandes serviettes de bain. Il rejoint la demoiselle jusqu'à la salle d'eau pour le lui tendre.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 12 Avr 2018 - 4:15
La pluie continuait de s'abattre sur le village sans pitié pour les citoyens, venant compromettre les quelques idées proposées par la belle brune concernant la journée qu'elle comptait passer en compagnie du jeune homme. Heureusement, rien n'était perdu, et ce fut donc avec un agréable sourire sur les lèvres qu'elle prit la direction de chez Shôran. Elle y était déjà allée par deux fois, une fois passablement éméchée alors qu'elle y avait passé la nuit, la seconde lorsqu'elle était venue leur voir pour un entraînement qui, au final, avait été plus éprouvant que ce qu'elle aurait cru. Tenant sa main dans la sienne, leurs doigts entrelacés, il ne leur fallut pas bien longtemps avant d'arriver à bon port. Et pourtant, leurs tenues étaient détrempées, signe évident de l'averse qui était aussi violente que subite.

Entrant à l'intérieur, elle relâcha la main de l'homme, retira ses hautes bottes et s'avança dans l'appartement. Hochant de la tête, elle fit quelques pas en direction de la salle de bain, suivant du regard le jeune homme qui semblait aller chercher quelque chose, des serviettes très probablement. Elle eut le loisir de constater qu'elle n'avait pas tort en observant ce dernier revenir vers elle, lui tendant l'une d'entre elle. Ayant retirée sa veste, elle la déposa contre le comptoir de la salle de bain, allégeant du même coup ses épaules, désormais seulement recouvertes de sa chemise dont le tissu était désormais un peu moins opaque qu'au départ.

- Tu crois que je pourrais t'emprunter quelque chose ? Genre... Un kimono, si tu en as un, ce devrait être pas trop mal.

Parce que, pour le coup, si elle comptait bien accepter l'offre de prendre une douche, chasser l'inconfort provoqué par la pluie, elle n'avait pas de quoi se changer, n'ayant pas prévu être surprise de la sorte. Elle s'était retournée vers le jeune homme, lui adressant un doux sourire, comme à son habitude lorsqu'elle était en sa présence.

- Sinon c'est un peu embêtant.

Un éclat de rire s'échappa de ses lèvres. La situation semblait l'amuser toujours autant, ce qui n'était pas faux. Et puis, ce n'était pas comme si elle allait se plaindre que de passer du temps en sa compagnie, et ce dans la tranquillité de son appartement.

- Tu n'auras qu'à l'accrocher à la porte. Promis, je ne tarde pas.

Refermant dès lors la porte, elle ouvrit l'eau pour se glisser sous la douche, cherchant seulement à réchauffer sa peau et retrouver un certain confort. Quelques minutes lui suffirent (alors qu'elle se retrouva à utiliser le savon de l'homme, à défaut d'avoir autre chose), avant qu'elle ne quitte la douche pour enrouler sa serviette autour de son corps élancé. Entrouvrant la porte, elle attrapa le kimono laisser à son attention, l'enfilant avant de venir le nouer à l'avant, pour finalement sortir de la salle de bain, la serviette sur la tête, tentant de venir sécher sa crinière sombre.

Pied nu, elle s'avança vers le salon, là où elle suspectait que l'homme allait se trouver.

- Et voilà ! Si tu me donnes la permission, je peux tenter de voir pour cuisiner quelque chose, le temps que tu prennes ta douche.

L'idée lui avait traverser l'esprit quelques instants plus tôt. Certes ne souhaitait-elle pas s'imposer, elle n'était pas chez elle après tout, mais elle l'offrait, jeune femme bien sympathique qu'elle était. Et puis, depuis qu'elle vivait seule, elle avait acquis quelques compétences sur le sujet. Ce n'était pas bien difficile, un peu comme préparer un poison, seulement avec des ingrédients différents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 12 Avr 2018 - 19:59
Shôran n'était toujours pas à l'aise dans ce genre de relation, surtout qu'il ne savait pas quelle était la qualité de leur relation. Non, il se posait encore et encore des questions quant à elle et lui. Etait-il un couple ? Sûrement trop tôt pour se définir comme tel, de toute façon les deux shinobis avaient décidé de se laisser du temps. Le temps de leur mission respectives pour mettre quelque chose de précis sur leur relation, c'était plus que suffisant pour lui afin de réfléchir. De suite, ils étaient chez lui et le Nécromancien avait montré la salle d'eau à la marionnettiste, lui amenant même une assez grande serviette. Elle lui demanda un vêtement puisqu'elle n'avait sur elle que ses vêtements trempés. Il hocha doucement la tête timidement et alors qu'elle s'en allait prendre une bonne douche chaude, le jeune homme alla chercher dans sa penderie un kimono qu'il accrocha à la porte de la salle de bain.

Quant à lui, il fit rapidement un peu de ménage dans le logement qu'il occupait même si tout était impeccablement propre. Assez maniaque et organisé, l'Aami détestait le désordre. Non, le chuunin aimait quant tout était propre et rangé. Pas même une particule de poussière dans la maison. Asami revint vers lui à la fin de sa douche alors que le jeune homme venait d'enlever son tee-shirt complètement trempé. Il était donc torse nu face à la jolie brune, c'était la première fois qu'elle le voyait ainsi et elle pouvait constater que sous son apparence frêle, le jeune homme s'entretenait plutôt bien.

« OK. Tout est dans le placard... »

Murmura-t-il, encore une fois la timidité prenant rapidement le dessus. Puis, il disparut dans la salle de bain où il prit une douche bien chaude. A la fin de celle-ci, Shôran se regarda dans la glace embuée. Il souriait. C'était le moment pour lui d'affirmer qu'il était un peu plus un homme aux yeux de la belle qu'il souhaitait peut-être conquérir. Enfilant à son tour un kimono, nu en dessous de celui-ci, le jeune homme rejoignit la kunoichi dans la salle commune.

« Qu'as-tu préparer ? »

Demanda-t-il, curieux de savoir ce qu'ils allaient pouvoir manger. C'était la première fois qu'une femme, autre que sa mère, cuisinait pour lui.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 13 Avr 2018 - 7:46
Sortant de la douche, elle arriva dans le salon, son kimono noué autour de sa fine taille, une serviette sur la tête alors qu’elle tentait de sécher un minimum sa tignasse sombre. Son regard s’arrêta sur le jeune homme à qui elle adressa un large sourire, le détaillant légèrement. Après tout, la demoiselle savait apprécier les belles choses et puis, il n’en restait pas moins qu’elle avait certains standards. Si l’homme n’avait pas été au moins minimum agréable à regarder, elle aurait tenté une autre tactique pour en apprendre plus sur la nécromancie. Or, celle-ci était définitivement la plus évidente, et donc, elle s’était retrouvée à tisser tranquillement sa toile autour de celui qu’elle espérait prendre au jeu.

Suite à son offre, ce dernier se contenta de lui dire qu’elle pourrait tout trouver en cuisine. Alors qu’il disparaissait vers le salle de bain, elle se dirigea donc en cuisine. Un rapide coup d’oeil à son placard, puis à son frigo, elle analysa le contenu avant de se décider pour quelque chose de bien facile, et de rapide surtout. Du riz, quelques légumes, un peu de viande et voilà qu’elle avait de quoi faire quelque chose de pas trop mal. Ou, tout du moins, de quoi les sustenter alors que le restaurant était à oublier, si elle prenait en considération la pluie qu’elle entendait s’abattre sur les fenêtres.

En quelques instants à peine, elle s’était mise à la tâche, venant ainsi faire cuire le riz, puis la viande et faire sauter les légumes. Rien de bien difficile ni de particulier, ne serait-ce que parce qu’elle ne possédait pas de grands talents dans le domaine. Que la base que sa mère avait bien voulu lui apprendre, notamment lorsqu’elle avait déclaré souhaiter partir vivre seule, bien que non loin de chez ses parents.

- Rien de bien particulier… Du riz, des légumes, un peu de viandes. J’espère que ça ne te déçoit pas.

Se retournant vers lui, elle lui offrit son plus beau sourire, comme elle en avait l'habitude. Son propre kimono à elle tombait bien, malgré qu’il était légèrement trop grand pour sa fine silhouette, dévoilant ainsi involontairement son décolleté. Après tout, elle n’avait pu que suspendre ses vêtements en attendant que ces derniers sèchent, la pluie les ayant pris de court. Revenant à ce qu’elle faisait, elle s’empressa de mettre quelques épices dans les légumes puis servit le tout dans deux assiettes qu’elle avait trouvé dans une armoire.

- Je suis désolée si ce n’est pas à ton goût mais ça devrait le faire.

Il pouvait se considérer chanceux. Il s’agissait bien de la première personne pour qui acceptait-elle de cuisiner, ce qui était assez surprenant venant d’elle. Déjà qu’elle le faisait très peu pour elle, alors pour les autres… Une attention particulière à son égard, tout simplement, alors qu’elle lui avait plus ou moins clairement fait comprendre qu’elle aimerait bien faire avancer leur relation. Qu’ils prennent leur temps, certes, surtout qu’il semblait sujet à nombreuses questions, cependant, les doutes semblaient peu présents dans ce qu’elle avait exprimé.

- C’est l’effort qui compte, non ?

Elle s’était rapprochée de lui, un sourire en coin, la tête légèrement sur le côté, l’air d’attendre savoir si cela lui plairait ou pas. Un léger rire s’échappa même de ses lèvres alors qu’elle passait une main dans ses cheveux, venant ramener ses mèches trempées vers l’arrière, sa serviette toujours autour de ses épaules, n’ayant pas voulu venir tremper son kimono sec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 14 Avr 2018 - 0:19
Après avoir pris sa douche, Shôran s'était longuement observé devant le miroir place au centre de la pièce, sur le mur. Il se posait encore des questions, mais il se mit une petit gifle afin de se réveiller. Le garçon ne pouvait pas penser à ce qui allait se passer pour l'après, il se devait de profiter juste du moment présent. Aujourd'hui, Asami se trouvait à son appartement pour la deuxième fois mais depuis cette nuit-là, bien des choses avaient changés entre eux. Plus proches, plus intimes, les deux shinobis avaient partagés beaucoup plus de choses. Il souffla un bon coup après avoir pris une longue inspiration avant de réapparaître dans la cuisine où était Asami, son invitée. Habillé de son kimono lui aussi, Shôran ne put s'empêcher de porter un œil au décolleté que lui offrait la jeune brune. Bien trop tentant et surtout pas assez discret... il tenta de se reprendre en lui demandant ce qu'elle lui avait préparé.

Apparemment, la cuisine n'était clairement pas son point fort et Shôran eut un sourire. Il semblait plus facile pour elle de cuisiner des poisons que du poissons. Rien qu'à cette idée, le jeune homme ria de sa petite blague intérieurement avant de prendre sur la table où il pouvait voir l'assiette assez consistante et complet que venait de lui servir la kunoichi. Au moins, Shôran ne manquerait de rien avec un tel plat.

« C'est ça, oui ! Puis, quand c'est préparé avec amour et tendresse, ce n'est que meilleur ! »

Déclara-t-il avant de se rendre compte de ce qu'il venait de prononcer. Pourtant, malgré le rouge qui montait légèrement à ses joues, il ne se confondit pas en excuses, se décidant à se comporter en homme et assumer dès lors ses paroles... A voir si elle relèverait ce geste mal placé du jeune chuunin. Il prit une bouchée à l'aide de sa fourchette et fut surpris du plat.

« Asami ! Sérieusement, c'est délicieux ! »

Lâcha-t-il avant de rire, reprenant deux autres bouchées. Il adorait ce plat plus que simple mais succulent. Asami devait sûrement avoir un don caché, puis les épices avaient été parfaitement mélangé sans en faire trop.

« Tu veux rester... cette nuit ? »

Lui demanda-t-il, la regardant un peu plus sérieusement et se doutant que le mauvais temps n'allait pas se stopper.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 14 Avr 2018 - 8:14
Ayant déposée les assiettes prêtes sur la table, elle s’était empressée de lui faire savoir qu’il ne devait pas avoir de grandes attentes pour ce repas. Après tout, la Tadaoki n’avait pas beaucoup ni souvent cuisiner dans sa vie, s’y étant mise que très récemment. Et si suivre des recettes n’était pas particulièrement difficile, elle le faisait quotidiennement dans le cadre de son travail, cette fois-ci elle s’était vue improviser avec ce qu’elle avait sous la main. Pour l’une des rares fois en présence du jeune homme, son inquiétude était légitime. Non pas qu’elle se souciait spécialement de bien faire, mais elle s’y était tout de même appliquée, histoire de bien paraître.

Un doux rire s’échappa de ses lèvres à la réponse sincère du jeune homme, cette dernière venant porte une main devant son visage comme si elle s’en voulait presque de rire. Dans le ton employé, il n’y avait rien de moqueur et le tout fut souligné par le tendre sourire qu’elle lui offrait. Elle semblait plus touchée qu’autre chose, par ce qu’il venait de dire, tout comme elle trouvait adorable ce rouge étant venu colorer ses joues. Il semblait cependant moins timide, ce qui était plaisant, l’amenant à penser qu’elle était sûrement sur la bonne voie.

- Tu exagères…

Elle avait marmonné ces quelques mots, timidement, venant prendre place à la table devant lui. Ses joues avaient pris une couleur vive alors qu’elle rigola à nouveau, comme pour venir chasser sa gêne. Au moins il semblait apprécier, ce qui n’était pas trop mal. Elle s’attaqua à son tour au plat et elle fut assez surprise de réaliser que ce n’était définitivement pas mauvais. À croire qu’elle savait cuisiner autre chose que des poisons.

S’en suivit d’une question qui la prit de court, l’amenant à relever un regard surprise sur lui avant de répondre par un sourire. Si elle n’hésita pas sur sa réponse, elle prit quelques secondes, semblant finir sa bouchée et en hochant doucement de la tête, pour trouver comment la formuler. Chaque mot avait son importance pour la manipulatrice.

- Laisse-moi voir…

Faisant preuve d’humour, comme à son habitude, elle fit traîner un peu avec un sourire amusé aux lèvres.

- Je pourrais rentrer seule, chez moi ou alors je pourrais passer plus de temps en ta compagnie. La réponse ne te semble-t-elle pas évidente ?

Ses iris enflammés vinrent rencontrer son regard alors qu’elle s’était légèrement penchée vers lui, un large sourire sur les lèvres alors qu’un éclat de rire se fit entendre. Une certaine légèreté semblait baigner tous ses rires et ses mots, signe évident qu’elle se sentait bien en sa compagnie. C’était, après tout, ce qu’elle lui avait dit. Elle était bien, avec lui, et c’était ce qu’elle souhaitait continuer de faire, de ce qu’elle lui avait fait part.

- Mais si jamais tu en doutes encore… La réponse est oui.

Sans même le savoir, il venait en plus de lui offrir une occasion que de fuir son colocataire sans même avoir besoin de sembler l’éviter. Et puis, elle y voyait une occasion de se rapprocher de lui, d’en apprendre davantage sur lui, sur celui qu’il ne présentait sûrement pas à tous.

- Va falloir apprendre à prévenir d’avance, que je puisse ramener quelques trucs.

Et c’était elle qui disait ça alors qu’elle s’était tout simplement imposée à lui en débarquant sans prévenir au poste de police du village. Elle lui adressa un clin d’oeil, de quoi souligner qu’elle plaisantait, avant de porter son attention sur son repas qu’elle mangeait lentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Avant le départ [Ft. Aami Shôran]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: