Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Eurythmie nébuleuse | Mumu

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Dim 29 Avr 2018 - 14:16

Le pupilles pâles avait vu juste : il en avait bien bavé le bougre. Et était-ce réellement étonnant ? Non, bien sûr que non. Ainsi était fait le monde et ainsi allait la vie. Qu’y avait-il à ajouter à cela, si ce n’était que l’identité du jeune homme et ses origines lui restaient fort mystérieuses ? Était-ce volontaire ? Cela ne pouvait en être autrement. Soit cet enfant était spécial, soit il était si insignifiant que c’est ce qui avait fait de son histoire une légende. Inspirant. Oui, cela inspirait celui qui aspirait à prendre la tête de son clan et à se prendre pour l’enfant de la prophétie. Nébuleux, en effet.

Le Conseil des Iryô-nin ? Je ne savais point qu’une telle institution existait, je ne vous le cache pas.

Les médecins étaient si bien organisés ? On pourrait croire qu’il s’agissait d’un clan au même titre que celui de l’ex policier goguenard. Le monde recelait d’incroyable secrets mais aussi de révélations tenant des plus grands drames de notre monde. Takumi affichait bien une stupéfaction mais ce fut bien la serveuse qui étonna un tant soit peu le jeune homme en intervenant, laissant entendre sa douce voix se faisant lumière vacillante au sein même des ténèbres l’assaillant.

Le.. Le Conseil n’est point une légende, ils sont très puissants… timide.

Elle servit alors les deux clients en affichant un air un peu honteux et rouge pivoine après ses paroles, ne sachant pas vraiment pourquoi elle était intervenue.

G.Gomen nasai…

Profitant de sa pipe comme jaja, le Hyûga détourna son regard de la jeune femme aux courbes impressionnantes au profit de son ami et de l’histoire qu’il lui contait, décidé à en savoir le plus possible. Goguenard, tout simplement.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Dim 29 Avr 2018 - 19:51









::: RP ::: Eurythmie Nébuleuse
::: PV ::: Hyûga Takumi



♫♪ MUSICBOX ♪♫
PROPHET + CRIMSON FLAMES




Pléthores de révélations, entourant les fondements même de l’Iroujutsu, venaient de choir dans l’antre tamisée d’une nitescence brumeuse. L’atmosphère était lourde, pesante, revêtant avec élégance un petit côté chatoyant qui donnait tout le cachet nécessaire à ces histoires résonnant en échos évanescent, mais s’ancrant indubitablement au plus profond des esprits. La pluie taraudait la Roche avec espiègle goguenardise, faisant frétiller les ouïes déjà toutes ouïe. Le tonnerre véhément déchirait de manière gargantuesque les cieux. Magnifique, tout simplement. Le cadre n’aurait pu mieux se prêter à ces légendes interdites qui étaient scellées au plus profond des âges immémoriaux. Pourtant, ces dernières étaient ancrés dans le marbre et s’animaient d’enluminures s’embrassant sous la verve révélant ses braises incandescentes.

Les doutes sont légitimes, car nul n’est censé connaître le Conseil Iryô-nin, Institution la plus secrète et la mieux gardée de toute celles ayant vu le jour sur le Yuukan. Même les médecins les plus érudits et sages ne connaissait point la terrible vérité, et encore moins les vils charlatans se prônant de cette profession de foi. Pourtant, il existait bel et bien, ayant un œil goguenard partout et pouvant frapper à l’orée des ombres n’importe où. Et si vous le défiez, alors prenez garde, car personne ne pourrais vous protéger de son courroux rédempteur demandant son dû. Aussi insaisissable qu’un spectre, mais plus destructeur qu’une gifle de princesse.

La gourgandine tressaillit, frémissant en entendant le nom ne devant être prononcé à la légère. Le frisson délicieux de l’interdit la menant vers le plaisir interdit, elle réussit tout de même avant s’être excusée de son intervention, ou peut être de son déhanchement révélateur, à dire que ce fameux Conseil existait bel et bien.

" Vous avez raison, Oujo-san. "

Soudain, la serveuse saigna abondamment du nez, avant de tomber lourdement à la renverse. Foudroyée par on ne sait quoi, elle venait de s’évanouir sur le sol.

Muramasa prit calmement une gorgée du breuvage qui menaçait de refroidir, avant de poser un instant ses yeux sur la serveuse qui était inconsciente et étendue sur le sol.

" La réalité rejoint la fiction ou l’inverse. Nébuleux. "

Reprenant encore une douce gorgée du nectar, marquant un léger silence dénotant toute la goguenardise des mots prononcés une fois de plus, dans cette philosophique discussion ne faisant que commencer.





_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Ven 11 Mai 2018 - 6:00

Une folie parmi tant d’autres… Les êtres humains faisaient parfois preuve de non-sens sans pareil, surtout lorsque leurs passions seules les guidaient. Cependant, point d’outrecuidance dans le comportement de la serveuse. Une évidence toute faite, visiblement, car approuvée par la Lame Maudite. Les sombres personnages voyaient ici en cette jeune femme autre chose qu’un morceau de chair gesticulant pour pas grand chose. Elle était réellement bien informée, elle se permit d’ailleurs de tomber au sol devant les fins esprits.

Quelle étrangeté...

Le sens aigu de cette scène ne pouvait que jouer de concert avec l’affirmation du médecin de l’ombre. Le pupilles pâles se servit alors de ses mains pour saisir cette tasse pleine d’une substance divine qui ravivait la flamme chez Takumi.

À tel point que nous ne pouvons affirmer nous trouver dans un plan ou dans l’autre de l’existence. La vie, la mort ? Quelle importance, notre être semble subsister au travers de tous ces concepts mon ami. Azimutée destinée qui nous est réservée, semble t-il…

Quelques bouffées de fumées plus tard et une réflexion intense tenant plus du surnaturel qu’autre chose, le Hyûga repartait de plus bel, enquérant une réponse auprès du sombre de cheveux.

Et qu’a donc décidé le Conseil des Iryô-nin ?

Une curiosité toute faite et somme toute banale mais ô combien primordiale.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Sam 12 Mai 2018 - 22:36









::: RP ::: Eurythmie Nébuleuse
::: PV ::: Hyûga Takumi



♫♪ MUSICBOX ♪♫
PROPHET + CRIMSON FLAMES




L’oraison de ces légendes était une quintessence menant vers le Shangri-La pour qui était assez sage pour en tirer la substantielle moelle de ces folles chimères goguenardes. Le médecin humait le doux fumet du breuvage qui lui titillait avec espièglerie les narines, enivrant l'atmosphère en se faisant évanescent. La serveuse arborant une pose trahissant sa prostration, en cachant ses yeux avec ses petites mains qui tremblotaient, sachant qu’elle venait d’avouer un tabou de ce monde. Nul doute que ses jours étaient dès lors comptés et qu’elle disparaîtrait mystérieusement pour ce péché la damnant à jamais dans les méandres du néant. Enfin, il ne fallait pas trop s’en faire, car comment ne pas pardonner à une gourgandine de si bonne volonté ?

Se plastronnant légèrement, le parangon acquiesçait aux dires du Pupilles Pales. Il tournait quand même un instant les yeux vers la serveuse afin de la rassurer.

" N’ayez pas peur, Oujo-san. Vous avez dû être l’assistante (cobaye) d’un de ces fameux Iryô-nin, n’est-il pas ? "

La demoiselle acquiesçait en ayant les larmes aux yeux, de vifs hochements approbateurs de la tête. Elle était à moitié rassurée, car elle avait certainement été traumatisée par ce qu’elle avait vu, ou plutôt vécu. Enfin du peu qu’elle s’en souvenait, car les maître de la médecine s’assuraient en de très rares occasions, d’effacer la mémoire des assistants qui leur était inutile avec de puissantes drogues, du moins pour les plus chanceux d’entres eux (ou plutôt ceux qu'ils auraient été dommage de se débarrasser après leurs -diverses- performances plus que satisfaisantes, méritant absolution dans un geste d'infini bonté). En général, ils finissait dans la majorité des cas d’une manière plus funeste, mais contribuant merveilleusement pour la recherche scientifique. En général les médecins appréciait particulièrement les jeunes femmes telles que la demoiselle ayant fini serveuse au Koga Kiseru, pour des raisons plus ou moins obscures, voire fallacieuses. En général, ces érudits aimaient laisser un petit souvenir dans l’esprit de ceux qu’ils épargnaient, car cela était jouissif. Il n’y avait aucun doute qu’elle sentait encore les échos des mains de son ancien employeur mais surtout de sa langue vicieuse et gluante sur sa tendre peau.

Muramasa affichait un fin sourire, puis répondit au Hyûga qui posait une très intéressante question, qui se devait d’avoir réponse.

" Le Conseil décida que le garcon était trop vieux pour pouvoir commencer un apprentissage dans les Arts de l’Iroujutsu. Sans compter que le Chef du Conseil sentait qu’il était trop dangereux, car il percevait nettement que le garçon risquait de sombrer dans le Côté Obscur… Mais l’un des deux Iryô-nin décida de se charger personnellement de sa formation, contre les avis des vénérables. Vous devez vous doutez de la suite… qui est tragique. "

Expulsant une magnifique volute brumeuse, avant de reprendre une gorgée du nectar, Muramasa posa les yeux en direction de la gourgandine qui tremblotait en les fixant avec des yeux larmoyants.





_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Lun 14 Mai 2018 - 4:57

Rien ne recule devant la volonté des hommes si ce n’est la force de leur destin, les faisant plier, choir, céder face à lui. Le regard pur croise le ténébreux, s’enquérant de l’information, s’enquérant de compréhension. Le visuel laisse place au sentiment dénué de malfaisance, dénué de mauvais. L’histoire prend l’homme mais prend aussi sa verve. Un tel récit ne peut que laisser bouche bée tout être doué de raison, doté d’une intelligence somme toute dans la moyenne. Inspirant est ce qui ressort de sa pensée et de l’image que lui reflète la chose. Intrigant, voici ce qui en est réellement après une réflexion plus poussée. Y avait-il une leçon à pouvoir tirer de tout cela ? Les individus peuvent-ils se servir des erreurs des autres pour mieux se construire et ne pas décevoir les autres mais surtout ne pas se décevoir en premier lieu ? La question est de mise, le pari est lancé.

Des êtres mystérieux, pour sûr. Pardonnez mon indiscrétion, Muramasa-san, mais êtes-vous proches de ce Conseil ?

Une curiosité certaine pique le pupilles pâles, peut-être une de trop. Seulement, ces personnes semblent ne point faire partie du nombre des bons et des justes à user des humains de la sorte. Quelque chose de comparable, voire pire, à ce que faisaient subir son propre clan à la branche secondaire avant que l’enfant de la prophétie ne se décide à briser ce cycle qui semblait éternel auparavant. Le lionceau a aujourd’hui grandi et est devenu un lion. La chrysalide a laissé place au papillon. Le tableau dépeint ne se laisse que submerger par le courroux qu’il réserve aux démons partageant son sang. Le vent qu’ils ont semé leur fera récolter tempête. Celui qui maîtrise le fuuton comme personne deviendra un typhon inarrêtable. Quitte à meurtrir ou tuer d’importantes personnes pour stopper ce non-sens qui habite les hommes, quitte à mourir lui-même.

Il se ressaisit cependant, l’heure n’est point à la balade des pensées nocturne mais bien au conte qui lui est présentement offert.

Pour sûr, cela a dû mal se terminer. Le côté obscur vous dites ? Quelle étrangeté… Qu’est-il advenu du garçon ?

L’affaire s’avère finaude et nébuleuse. Déposant ce qui lui sert alors de réserve à vapoter, il laisse la nuit et l’obscurité prendre part à ces interrogations qui, vraisemblablement, mèneront à une mauvaise fin. Cela est inéluctable.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Jeu 17 Mai 2018 - 0:35









::: RP ::: Eurythmie Nébuleuse
::: PV ::: Hyûga Takumi



♫♪ MUSICBOX ♪♫
PROPHET + CRIMSON FLAMES




Voilà qu'une question bien pernicieuse venait de la bouche du Pupilles Pales, s’enquérant de l’affiliation du parangon, érudit des arts mêmes de l'Iroujutsu. Cette vocation au combien sacrale, mais où pourtant moults se fourvoyaient en s’aliénant eux-même. Quelle tristesse que ces désillusions qui happaient de leurs griffes perfides les pauvres malheureux en perdant la raison.

" Si je suis dans le Conseil ? Que nenni, mon ami ! Que nenni. Je ne serais point là à converser avec vous de ce sujet, si tel fusse le cas. D'ailleurs, vous faites bien de soulever toute la nébulosité de la chose. "

Humant une énième bouffée de ce poison devenant insipide comme simple respiration cathartique, le fier taciturne se plastronnait, tout en soufflant la fumée devenant mélopée de son propre trépas éhonté (aussi évanescent que l'orée de l'atmosphère brumeuse planant en ces vallées)

" Dans les arcanes ancestrales de l'Iroujutsu, il existe autant de courants de pensées que d'étoiles peuplant les cieux à la nuit tombée. Tant de ces fameux Conseils, qu'il est bien vain de tenter de les énumérer. Ce n'est qu'un parmi légion. Il y a les bons Iryô et les mauvais Iryô. Il faut croire que notre amie est tombée sur de bien piètres charlatans, tout comme le Conseil de notre histoire, si ce ne fusse le même. "

La gourgandine acquiesçait, les larmes aux yeux, comprenant toute l'érudition et l'infinie bonté du médecin qu'elle avait en face d'elle. Si elle était tombée sur tel thaumaturge, nul doute qu'elle aurait appréciait pleinement de le servir avec dévotion et sourire aux lèvres, même fusse t'elle jetée comme une vieille chaussette une fois qu'elle n'aurait plus eu once d’intérêt. C'était ce qui différenciait les bons et les mauvais, médecins et charlatans, parangons et vils chenapans.

Prenant une ample gorgée du délice qui rafraîchissait le gosier, avant de poursuivre, Muramasa posa son regard mordorée dans les miroirs pourpres, sans s'offusquer de cette interrogation équivoque. Après tout, l'Iroujutsu ne pouvait être compris que par les maîtres de ces arcanes ayant atteint l'illumination, tout comme la goguenardise des Pupilles Pales ne pouvait être saisie que par les regards arborant le nacre.

" Le garçon à sombré, comme le Conseil l'avait prédit. Ce qui apporta un déséquilibre dans l'Iroujutsu et une terrible guerre entre Iryô-nins. Enfin, comme nous l'avons si bien dit tantôt, la paix et la guerre sont un cycle éternel de l'humanité, que cela soit dans l'Iroujutsu, ou autre création des hommes. "

Le médecin revenait à évoquer la nébuleuse eurythmie formant la quintessence de ce triste monde tragique, même lors d'un innocent récit. Si ce ne fusse preuve de toute la sagesse dont les deux compères firent amplement démonstration lors de leur conversation, alors qu'était-ce donc que tant d'érudition effrénée faisant montre d'une implexe véracité que nul ne pouvait contester ?





_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Ven 18 Mai 2018 - 14:37

Dénégation prenant place au sein même des dires du ténébreux, devenu nitescent à l’éclat, convenance est d’apprécier les justes paroles établies. Le faux-semblant n’aura point les pupilles dorées et sa goguenardise. Qu’à cela ne tienne, il est du nombre des innocents. Une évidence qui se devait d’être amenée, fuyant le pernicieux, cherchant la dureté d’une singulière vérité. L’esprit du simple de lui-même ne peut y résister, seulement, cette situation ne semble point leur correspondre. À l’un comme à l’autre. Tout ceci n’est que base aliénée, faussée. Eux, ont comme fondation le pilier de l’âme même : la raison.

Vous m’en voyez rassuré mon ami. De nouvelles informations ?

Le kiseru porté à la bouche, il ne fait que profiter du vespéral se montrant incertain. Ô combien de temps encore les démons de la Roche comptent se faire gardien d’enfers ? Enfers qu’ils souhaitent imposer sur la douce agglomération, bourgade de laquelle bien trop d’âmes impures exercent leur opprobre. Mais le clairvoyant, même quand il ne constate que brume, tire son épingle du jeu et fait apparaître l’étincelle qui s’embrase alors. C’est ce que les hommes appellent l’espoir. Rester alerte, suivre et respecter ses préceptes et principes, être réaliste. Le tangible appelle le mortel à raisonner et à se questionner sur sa place dans ce monde qu’est, à l’évidence, le sien. Lui qui gouverne les terres et les mers. Lui qui a soumis la Nature entière par la force de sa volonté. Lui qui se détruit seul. Étrange créature à la tête d’un monde merveilleux. Vaste blague que les façonneurs de cet univers ont voulu jouer ici. Divine comédie.

Je comprend. Ces vils pique-assiettes se servent d’un savoir et d’une réputation qu’ils ne méritent point. Je connais bien ce genre d’individu... Trop bien même...

La serveuse, qui fut en fait une ancienne affiliée au Conseil, semble brisée, prise au dépourvu. Ne voit-elle point qu’elle a devant elle des esprits pareils à la lune et le soleil ? Brillant aussi bien dans la réussite que dans l’échec ? Bien sûr que si. Sinon elle ne serait point ici à les écouter, à participer, à donner de sa personne. Sa vie mise en jeu ? Un doute qu’il faudra s’assurer de faire taire. Si il faut retrouver ce Conseil et le faire disparaître, il se lèverait de suite, empoignerait son katana et son kiseru, partant à l’aventure une fois de plus. Encore et toujours, il n’a jamais et n’est point du nombre des sédentaires. Il ne le sera jamais. Rien n’est jamais plus satisfaisant que découvrir ce monde et toutes les surprises qu’il a à proposer aux vaillants qui le sillonnent. Jouant de concert, ses œuvres forment une eurythmie nébuleuse, mélopée où rien n’est moins sûr mais où pourtant tout se joue. Et pourtant, ce monde, c’est le notre.

Et pourtant, le déséquilibre et l’équilibre sont la bases de ce que nous savons. Une dualité au même titre que la paix et la guerre, un cycle éternel lié, une fois de plus, aux bipèdes et leur fascination pour le chaos. L’homme est bien souvent aveuglé par ses propres désirs, perdant son libre arbitre au profit d’une aliénation évidente. Le Conseil a t-il été de ceux-là ? Ou bien quelque chose de bien plus obscur a fini par prendre place durant ladite intrigue ?

Faire l’impasse sur la psychologie de ces êtres ? Impossible. Ils pourraient l’inspirer un jour et éviter de suivre leur chemin sinueux.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mar 22 Mai 2018 - 5:41









::: RP ::: Eurythmie Nébuleuse
::: PV ::: Hyûga Takumi



♫♪ MUSICBOX ♪♫
PROPHET + CRIMSON FLAMES


Certes, les adeptes de tout art pouvaient inconsciemment se perdre dans des méandres abyssaux de celui-ci, simplement en recherchant l’apogée de son incarnat. Mais la quintessence suffisait-elle à elle-même pour satisfaire la soif inextinguible d’aller toujours plus loin, de repousser davantage les limites afin que miracle prenne essence ? Que nenni ! Bien sûr que non, il ne pouvait en être ainsi. Se fourvoyer était donc aisé, que ce soit plus facilement pour certains, ou bien plus pernicieusement pour d’autres. L’art du combat amenait les guerriers à toujours aspirer à plus de querelles, qu’importent les raisons ou les conséquences, pourvu que l’ivresse perdure en faisant fit de l’accoutumance la taraudant. N’est-ce pas là une image pertinente que d’évoquer l’ambroisie, mais surtout ses facettes s’insufflant dans l’humanité ? Nébuleux comme une eurythmie, mais assurément iconique, tels ces légendes miroitaient légions de reflets évanescents se faisant pourtant irrémédiablement palpables chimères. Était-ce là la destinée de tout artiste se livrant corps et âme à son oeuvre, que de se perdre dans le labyrinthe, où la conscience artistique s’éveillait en quête d’explorer les entrailles de l’oronymie pour l’éternité ? Malgré ces damnés, il existe bel et bien des êtres immaculés à jamais et trop avisés pour se détourner du chemin faisant d’eux parangons, sans peur et sans reproches, à l’image du Pupille Pale et de la Lame Maudite. La gourgandine à fait les frais de sa candide personne trop innocente pour discerner félonie de félicité, mais désormais, elle est à même de discerner ces essences dichotomiques d’une simple gorgée. La gredine avait soif, très soif, de se repaître de ces deux vaillants philosophes regorgeant de bonté. Elle reconnaissait qu’ils étaient après tout, peut être les seuls pouvant lui faire oublier ces affreux tourments dont elle gardait toujours moult cauchemars à chaque instant. La pauvre gourgandine était une victime, comme tant d’autres, de ceux se complaisant dans le mal et l’ignominie. Mais elle pouvait être rassurée, car un jour, elle serait vengée par les samaritains parcourant les landes afin de faire sonner les carillons du courroux vengeur de la vindicte au nom des innocents.
" Les Conseils, ou qu’importent les noms de ces regroupements, sont souvent sombres et emplies de félonies. Je suis plutôt du genre à éviter ces instances, car au final, n’est-ce pas un jeu sinueux qui les incarne ? Le Yuukan incarnant le théâtre où se tient la scène, tandis que les pays se reflètent acteurs en ces conseillers. Nébuleux qui tend vers l’obscurité.. "
Muramasa semble pensif un instant. Les Conseils étant choses trop goguenardes pour ne point sombrer dans la goguenarderie viciée. Enfin, possiblement existait-il quelques exceptions. Mais cela relevait de trouver aiguille dans une légion de foin. La gourgandine avait-elle connu Iryô-nins viciés, ou bien charlatans se faisant passer pour ce qu’ils n’étaient point ? Nébuleux, mais tragique. Déposant la tige consumée à outrance dans le lit de cendres, le médecin poursuivi l’histoire, en répondant à l’énigme incarnant l’essence de ce mystérieux conseil se dessinant dans les encres de jadis.
" Un peu des deux. Le Conseil était aveugle et passif, se complaisant de lui même dans leur position, chose peu pardonnable, mais le pire est que cela laissa place à l’obscurité qui pu tranquillement tisser sa toile dans les ombres. Si le Conseil avait été plus attentif et entreprenant, toutes les tragédies auraient pu être évitées. Mais bien sûr, il n’y aurait eu de légende pour le coup. "
Esquissant un air goguenard, Muramasa se tournait ver la serveuse qui était toute fébrile, mais captivée par cette passionnante discussion entre les deux Iwajin, car cela changeait agréablement de sa triste routine se résumant à servir des rafraîchissements à des clients moches, tout en ayant à supporter leurs avances vicieuses ou leurs regards pernicieux tentant d’apercevoir la couleur de sa petite culotte, si ce n’était carrément une main baladeuse venant se glisser sous sa jupe outrageusement courte. Ses yeux, encore rougis et larmoyants, étincelaient d’étoiles, telle une voie lactée se jouait de firmaments. Ne fallait-il pas aider cette pauvre demoiselle, qui n’osait pas demander aux vaillants défenseurs de la veuve et de l’orphelin la plus élémentaire charité ? Muramasa lui demande alors plus amples informations sur son histoire. Sachant que cela lui serait douloureux, mais afin d’aider la douce serveuse à ce que la justice soit rendue, il nécessitait d’en passer par là. Triste monde tragique.
" En parlant de Conseil, ma chère, si vous nous racontiez ce qui vous est arrivé. "
Les nitescences perdirent leur éclat stellaire, lorsque les mots vinrent demander à la jouvencelle de conter son expérience. Tremblotante, elle balbutia, avant de se livrer totalement à la chose.
" Je… Je… Tout ce que je me rappelle… Une grotte… Ils étaient nombreux… Ils disaient être le Conseil Irou, mais ils faisaient très très peur, surtout leurs yeux lubriques. C’est tout ce que je me souviens… Après le reste c’est... . "
" Une grotte ? Vous souvenez vous où précisément ? Que faisaient-ils dans cette grotte ? Comment y avez-vous attérie ? "
Le médecin est interloqué par ces révélations surprenantes auxquelles il ne pouvait s’attendre à aucun moment. Il pensait qu’elle avait dû vivre une expérience traumatisante, mais cela allait bien au delà de tout ce à quoi quiconque aurait pu imaginer.
" Je... Je ne me souviens plus précisément où, je crois que c’était vers la frontière mais ça reste flou. Ils faisaient des trucs bizarres… Je … Je ... J'ai été enlevée un soir alors que j'allais rejoindre mes amies pour une soirée pyjama dans un petit village où elles habitent depuis quelques temps. Je me suis réveillée dans une cage... ~snifff~ en plein milieu de tous ces étranges personnages qui me regardaient avec leurs yeux vicieux. Ils disaient qu'ils étaient docteurs et qu'ils allaient me noter... Ils avaient tous des masques... mais leurs yeux vicieux, on les voyait à travers ~snifff~, injectés de folie... "
La gourgandine éclatait une nouvelle fois en sanglots, se recroquevillant sur elle. Repenser à tout ça était trop éprouvant pour son kokoro, chose légitime. Le médecin était dubitatif, mais comprenait qu’elle avait dû voir des choses pas très nettes. Certainement un groupuscule de freluquets se vantant Conseil de l’Iroujutsu ou autre groupe scientifique, afin de pouvoir voir en toute impunité les petites culottes des gourgandines trop candides. Une escroquerie finaude et vieille comme le monde, mais aller jusqu’à se réunir dans une grotte pour faire ça en comité… cela allait très loin. Mais ça expliquait pourquoi elle était toujours bon pied bon œil, ou du moins encore vivante. Ces pervers ne devaient pas avoir les tripes d’aller jusqu’au bout de leur félonie en faisant disparaître leur victime.
" Rassurez-vous. Vous êtes en sécurité, ils ne peuvent plus vous faire de mal. C'est un devoir que d'arrêter ces criminels et de les confronter à leurs agissements. "
Buvant d’une traite le fin lac de jais, après avoir terminé sa tirade, il se tournait vers son compatriote, afin de lui demander son avis sur la question.
" Tout cela me laisse... Sans voix. Je connaissais l'existence de charlatans, mais des imposteurs se cachant dans les grottes pour enlever les demoiselles dans le seul but de jouer au docteur en les forçant contre leur volonté... En avez-vous ouïe-dire ? Je crois que nous avons fait une découverte nécessitant que d’enquêter sur tout cela. "
Le taciturne est consterné par ces trouvailles qui étaient incroyables, voire plus que choquantes. Aucune gourgandine, respectable et innocente, ne méritait d'être capturée par de vils goguenards, afin de jouer au docteur contre sa volonté en étant séquestrée dans une grotte froide et humide. Ces criminels semaient encore davantage d’opprobre sur la sacrale profession de médecin, qui était déjà mise à bien rude épreuve à cause de certains énergumènes. Décidément, être un bon samaritain était un effort de tout instant, surtout en ce triste monde tragique.



_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Sam 9 Juin 2018 - 18:01

Mais que font ces sombres personnages, encore en vie et à tourmenter femmes et hommes de la sorte ? La scène qui est dépeinte par la docteur Muramasa reflète bien la triste réalité de ce monde : il est pourri. Non pas dans sa substance - loin de là même - mais l’on parle bien ici des pores de sa peau. Pareils à une croute qu’un enfant aurait peur de s’enlever pour ne point souffrir par la suite, de nombreux shinobis ainsi que des grandes instances n’osent plus s’attaquer à leurs problèmes, de peur d’en créer de nouveaux. Est-ce là une solution ? Est-ce là un modèle de comportement et de ligne de conduite à prendre ? Est-ce comme cela que la Roche se relèvera de toutes ses félonies ? Est-ce dans un tel monde que nous voulons laisser grandir la nouvelle génération ? Bien sûr que non. Le ménage a déjà commencé et nul doute que nous irons jusqu’au bout. Et ce, même si je dois faire tomber bien d’autres têtes. J’ai confiance en mes pairs - que des numéros dix dans ma team comme dit un certain ballon d’or - et je n’espère qu’une chose : qu’ils aient aussi confiance en moi. Une relation solide sera nécessaire pour venir à bout des difficultés qui nous attendent et je ne parle évidemment point de chapeau posé sur un crâne chauve, non non non.

Un jeu sinueux oui, comme vous le dites mon ami.
Ils ont franchi la triste limite, atteignant la félonie.
Leur comportement est probablement de ceux à punir.
N’ayant que peu de miséricorde, je ne souhaite que les détruire.


Paroles pouvant se montrer à des années lumières du comportement attendu d’un chef de clan en devenir mais qu’importe. Le dialogue a montré son potentiel dans le Yuukan et à quoi bon discuter avec des esprits corrompus ainsi que des cerveaux malades ? Rien du tout. Le mal par le mal, ainsi cela se réglera. Ces Conseils, où qu’ils se trouvent… Ils goûteront au courroux et aux griffes acérées d’une justice bien loin d’être aveugle. Le nébuleux, comme dit le regard ambré, tend vers l’obscurité. À eux d’incarner nitescence au sein de ce tumulte que tout le monde craint - devenir des héros pour certains, simplement accomplir leur devoir pour d’autres. Kiseru en bouche et jouant de fumée, j’analyse les dires de mon interlocuteur avant de lui répondre en déposant mes iris inestimables sur la gourgandine qui nous sert présentement de témoin aux sombres actes de pauvres fous qui n’auraient de Tengu que le nom et non l’affiliation.

Une légende qui incarne une image, malheureusement, notre monde
Et c’est ainsi que la population, peureuse, attend l’ange et sa ronde
Légendes terrifiantes et récits sombres, est-ce là tout ce qu’ils mangent ?
Avec le lourd passif de l’humanité, ils oublient bien souvent que les homme changent


Que dire de plus sur tout cela ? Allez savoir. Rien n’est jamais fixé dans le temps ni l’espace, tout est constamment en mouvement. Nul besoin d’avoir étudié la physique - et plus particulièrement la force cinétique ici - pour s’en rendre compte. L’expression “gravé dans la roche” ne peut que témoigner du fait que les hommes se complaisent dans le passé de leur propre peuple pour se chercher une fierté ou une peur qu’ils n’ont pas lieu de posséder. Une histoire de plus à laquelle il manque une page concluant sur quelque chose de satisfaisant, les scribes de notre temps étant trop hésitants je présume qu’il faudra que nous terminons cet encre nous-même. La victime de ces évidents criminels s’exprime suite à l’interrogation du scientifique de l’ombre, les informations ne manquent point de piquer ma curiosité et d’exciter la verve qui m’a amené jusqu’ici. Des yeux lubriques dit-elle ? Ne me dites pas que…

Typique de ces sales individus. Empêcher une noble dame d’atteindre le Nirvana au travers du rite de la soirée pyjama… Leurs yeux vicieux témoignent de leurs desseins… Je ne puis qu’être désolé et m’excuser pour ce qui vous est arrivé. Sachez-le, l’esprit des sages et des justes ne trouvera point le repos avant de leur avoir fait goûter au joug divin qui les attend. Et nul doute qu’il tombera un jour, je vous en fait le serment, ojoosan.

Je tente avant tout de ne point me montrer dépité mais une telle aventure me laisse moi aussi sans voix. À part faire une promesse et annoncer un pardon qui n’a pas lieu d’être, je ne fais rien d’autre que lui montrer un peu de respect. La voir se recroqueviller me fait légèrement grincer les dents et serrer un de mes poings. Mais avant toute chose, il faut se calmer. Pour moi-même, pour le bien de la suite. Les divinités seules savent ce qui nous attend et je crains que cela puisse être bien plus vil encore. Est-ce là tout ce que notre destin a à nous proposer ? Il ne fait pas l’ombre d’un doute que d’autres énergumènes peu scrupuleux se cachent présentement dans l’ombre, attendre les heures les plus sombres de l’Histoire pour se faire connaître de tous via des agissements ô combien machiavéliques. Et il est de notre devoir de les effacer - eux et leur existence.

Tout comme vous, je l’apprend à l’instant. Qu’est censé vouloir dire tout cela ? Avons-nous là un regroupement de fous s’adonnant à des pratiques bien obscures et dont le sens nous échappe complètement ? L’enquête s’impose en effet. Je pense que - tout comme moi - vous ne comptez point laisser cette eurythmie nébuleuse prendre fin.

Le valeureux que je suis se lève noblement et regarde en direction de l’extérieur de l’échoppe réputée dans tout le village. Pensif mais déterminé, je m’exprime une ultime fois, laissant penser alors que le mal se doit d’être éradiqué.

Des grottes dites-vous, ojoosan ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Eurythmie nébuleuse | Mumu

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: