Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Un nouveau départ pour Madoka.


Mar 3 Avr 2018 - 0:22
Cela faisait maintenant deux semaines que Madoka et Atsumi s'étaient rencontrées. Chaque matin depuis la deuxième semaine, elle se levait en espérant enfin trouver le saint papier dans sa boite aux lettres. Pour combler son attente, elle passait beaucoup de temps avec l'adolescente, seulement, et comme stipulé dans la demande qu'elle avait signer, l'enfant devait résider dans son centre jusqu'à réponse du conseil. Alors elle prenait son mal en patience, se disant que de toute façon, il n'y avait rien d'autre à faire.

Elle avait prit le temps de bien expliquer à Madoka ce qu'il était en train de se passer, en n'oubliant de préciser que rien n'était une certitude et qu'il ne fallait pas qu'elle y pense trop pour le moment. A la demande du conseil, elles s'étaient rendues toute les deux au secrétariat des agréments pour que Madoka puisse donner son accord oral, et qu'Atsumi puisse répondre à une série de tests visant à déterminer son aptitude à prendre en charge un enfant.

L'attente avait donc été longue.

Mais aujourd'hui c'était différent ! Lorsqu'elle ouvrit sa boite aux lettres, elle aperçut un sceau rouge bien particulier ! Le même qui était sur les convocations officielles, ou les papiers administratifs. L'encadré en haut de la lettre indiquait « Secrétariat des agréments. ». Respirant doucement, elle replaça une mèche rebelle et entreprit de décoller le sceau. Lentement, elle retira le papier, et en découvrit le contenu.

- - - - - - -

A l’intérieur de l'orphelinat, on entendait tambouriner à la porte. La même vieille dame qu'Atsumi avait croiser lorsqu'elle était venue raccompagner Madoka vint lui ouvrir et la scruta d'un air dédaigneux.

« J'aimerais voir Datalia Madoka s'il vous plait » dit-elle, un peu euphorique.

S'écartant doucement, la vieille dame leva les yeux au ciel tandis qu'un tornade blonde franchissait la porte. Dans les virages, elle montait sur les murs afin de ne pas les percuter tant elle ne voulait pas s'arrêter. Enfin, après avoir traverser quelques couloirs, elle aperçût une mèche argentée au fond d'une grande salle, probablement là ou les enfants passaient leur temps libre. Le silence se fit lorsqu'elle dégomma presque la porte vitrée en poussant des cris étranges. Enfin, elle s'arrêta un instant, et se rua sur la petite, les yeux en larmes, sans faire attention aux autres enfants.

« Madokaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa » dit-elle tout simplement, en l'attrapant et la soulevant au dessus de sa tête.

Elle la secoua de la sorte pendant quelques secondes, avant de la serrer à l'étouffer, tout en sortant de la pièce dans laquelle elles se trouvaient.

Enfin, après encore une bonne minute de pleurs et d'accolades, elle posa la petite au sol et réussit à placer quelques mots au milieu d'un torrent de larmes de joies.

« C-c-c-c ça y est, la demande est acceptée, j'ai eu mon agrémeennnt ! » dit la blonde, en secouant la lettre dans ses mains, avant de retomber en sanglot, laissant à Madoka tout le temps de prendre la mesure de ce qu'il était en train de se produire.

Enfin, après quelques minutes encore, elle finit par totalement se calmer.

« A présent, nous devons nous rendre dans le bureau du directeur pour clôturer la procédure, c'est juste un peu de paperasse. »

Enchantée, elle prit la main de Madoka, et se dirigea vers le bureau du directeur. C'était un torrent d'émotions qui se déchaînaient en elle. Comment aurait-elle pu deviner quelques années plus tôt, en arrivant à Kiri, qu'elle se verrait confier la garde d'une adolescente de quelques années sa benjamine ? C'était un rêve d'enfant qui se réalisait. Dès les premiers instants, elle avait vu Madoka comme une petite sœur, quelque chose de très fragile qu'il fallait préserver. Le plus drôle dans tout ça, c'est que la décision n'était presque pas réfléchi. Tout avait été fait avec le cœur, qui je le rappelle a ses raisons que la raison ignore ! Elle avait enfin quelque chose à protéger ici, quelque chose d'autre qui la rattachait au village que son métier.

Ayant totalement retrouvé le contrôle d'elle même, elle frappa 3 coups et entra lorsqu'on lui demanda. Dans un autre monde, elle prit place sur la chaise et aborda un sourire qui semblait impossible à retirer.

Le directeur commença par la féliciter d'un air hypocrite derrière ses petites lunettes rondes, et déposa le dossier de Madoka sur la table, avec une petite pile de papiers vierges dédiés à la procédure d'adoption. Méthodiquement, elle remplit celui la concernant rapidement, et le signa, tandis que Madoka devait faire de même pour sa fiche. Enfin, vint un formulaire intitulé « état civil », servant à l'élaboration d'un livret de famille.

Le directeur prit alors la parole :

- Vous avez le choix à présent. Madoka peut conserver son nom de famille ou adopter le votre, la décision revient à l'enfant, mais n'est pas irrévocable. Si elle décide de garder son nom, vous devrez veillez à garder un acte justifiant les liens qui vous unissent sur vous en permanence.


Perdant légèrement son sourire, sans pour autant paraître dramatique, la blonde se tourna simplement vers l’intéressée sans rien dire de plus, après tout, c'était à elle de décider, non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

Mar 3 Avr 2018 - 19:48
Madoka pendant la première semaine avait été aussi sage que d’habitude, c’est-à-dire pas du tout. Elle continuait à être violente à la moindre petite pique, tout simplement parce qu’elle pouvait le faire. Elle se fichait totalement des conséquences, quitte à faire régner la terreur sans aucune hésitation. Elle commençait à être vraiment trop connue à l’orphelinat, mais elle était en plein progrès, elle n’avait fui cette prison seulement trois fois ! La blanchette était vraiment trop sage, l’influence de la jolie blonde sans doute. Elle n’avait pas tout compris sur ce qu’essayait de faire Atsumi, alors pas question de vraiment changer du tout au tout.

Depuis sa rencontre fortuite sur le port, cette soirée, la blonde revenait tout le temps la voir. Madoka trouvait cela même cela étrange par moment, mais elle aimait bien sa présence. C’était bien la seule personne à la traiter normalement, ce qui n’était pas rien à ses yeux, ni à ceux des autres personnes. Cependant, la deuxième semaine, Atsumi lui indiqua qu’elle avait demandé sa garde, comme pour essayer de devenir sa deuxième maman. Elle ne savait pas trop y penser, était-ce bien ? Sa mère était morte de toute manière, il n’y avait personne pour la guider. Ce n’était pas une trahison, en tout cas, ses amis le lapin blanc, le chat furtif et les autres animaux lui avaient dit que c’était une excellente idée. Elle avait une envie de brûler l’orphelinat, quitte à ne plus y vivre, mais malheureusement, elle ne maitrisait pas le feu, seulement le vent.

Datalia Madoka • « On est totalement d’accord avec ça ! »


Madoka après plusieurs jours accepta alors l’idée et elle donna en effet son accord verbal malgré les regards du directeur. Avant de se retourner vers Atsumi en souriant légèrement.

Datalia Madoka • « Avant j’étais schizophrène, mais maintenant nous allons mieux ! »


Indiqua alors la jeune fille à sa prochaine préceptrice. Elle n’avait jamais été aussi folle que cela, non, c’était une toute autre chose, mais elle avait lu cette phrase dans un livre. Elle aimait beaucoup ennuyer le directeur qui la convoquait si régulièrement pour des broutilles comme il ne faut pas terroriser ses camarades, ni les attacher dans la cave, bref ! Qu’elle ne manquait pas un moment pour tenter de le rendre fou.

Enfin, le jour tant attendu presque plus par Atsumi au vu de son énergie qu’elle déployait que par l’adolescente, la blonde arriva comme une tornade dans la place où étaient regroupés tous les enfants. Visiblement à l’arrivée d’Atsumi, les enfants usaient de leurs mains comme pour faire des oreilles de lapin tombantes. Non, ce n’était pas du tout leur jeu préféré, surtout celui de Madoka, mais cette fois-ci, elle les avait tous menacer des pires tortures mentales s’ils ne se pliaient pas à ses caprices. Etonnamment, tous les enfants étaient diablement motiver pour jouer à ce super jeu ! Cependant, la porte se fit littéralement défoncée, et alors la blanchette leva un doigt en leur disant de ne plus bouger et ce n’était pas qu’une expression. Les pauvres enfants étaient comme tétaniser sur place, tel des lapins en face de phares de voiture.

Datalia Madoka • « Atsuuuuuuuuuuuuuuumiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! »


Hurla de concert sans trop l’adolescente en réponse à la blonde. Il fallait dire qu’elle était rudement contente de la voir cette fois-ci, peut-être qu’elle avait toujours rêvé de jouer au jeu du lapin sans jamais osé le demander ? Bhaaaaa ! Elle était plus ouverte que cela, même pour une vieille comme la blonde ! Elle se laissa alors soulever sans objecter.

Datalia Madoka • « Si tu voulais participer, il fallait juste demander hein … Tu sais dans la vie, il faut participer, s’ouvrir aux autres, oser faire le premier pas, mais pas dans les corps des autres, hein les petits gars ? »


Demanda alors Madoka en se tournant vers les autres enfants, qu’ils hochèrent la tête très rapidement en ayant peur de s’en prendre une. Après un grand câlin des plus amical, elle arrondit les yeux lorsque la blonde lui avoua alors que c’était accepté !

Datalia Madoka • « Vraiment ?! C’est trop cool ! Bon ! alors … »


Madoka chercha alors dans ses poches en sortant une moitié d’allumette, bien incapable de prendre feu. Elle sourit légèrement, même si elle ne pouvait servir à rien.

Datalia Madoka • « Ha ! Il faut aller voir le directeur avant ? Bon ben, allons y alors ! »


Madoka rangea alors le reste d’allumette dans sa poche toute contente. Elle sautillait de joie, elle allait enfin partir. Elle se laissa alors guider jusqu’à dans ce bureau maudit, et ce même pas pour se faire punir cette fois-ci ! Trop la classe ! Mais elle ne pouvait partir sans laisser un petit cadeau d’adieux ! Ce serait terriblement mal poli. Le directeur devait être tellement heureux de pouvoir de se débarrasser de son pire élément, et il fallait bien avouer qu’il n’aurait pas du tout parié sur elle pour se faire adopter. Le dossier de Madoka était terriblement épais, comme s’il y avait eu beaucoup de pages ajoutées par rapport à un autre dossier d’âge similaire.

Datalia Madoka • « Heuuuu …. Bhaaaa …. Je ne sais pas trop moi … ça ne me dérange pas … tu préférais comme ça ? »


Madoka regarda alors Atsumi, elle ne prêtait guère attention à ce genre de choses, ce n’était qu’un nom et elle n’avait plus de famille depuis très longtemps.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mar 3 Avr 2018 - 21:42
« Bien, dans ce cas je suppose qu'elle peut prendre mon nom, ca serra plus officiel comme ça. »

A vrai dire, le fait que Madoka n'en avait pas grand chose à faire était un réel soulagement, elle n'avait pas réellement réfléchi à la question dans toute son excitation, mais il lui semblait qu'il soit important que Madoka fasse officiellement partie de sa famille.

Approuvant d'un signe de tête les dires de Madoka, elle inscrivit « Hayame Madoka » sur le livret de famille, juste au dessus de la date d'adoption qu'elle marqua également. Enfin, elle signa, et le directeur tamponna le tout. Voilà. C'était fait.

- « Mademoiselle, vous êtes désormais la responsable légale de Hayame Madoka, veuillez simplement à déposer le formulaire de changement de nom au palais du Mizukage. Toutefois, si l'enfant se juge inconfortable ou en danger, il dispose d'un délai de 6 mois au cours duquel il pourra mettre en place une procédure de litige qui mènera à une enquête. Vous pouvez aller chercher désormais ses affaires dans sa chambre, vous trouverez un sac dans le blanchisserie. » Dit le directeur d'un air peu enjoué en serrant la main de la jolie blonde.

Heureuse, Atsumi se leva simplement, et serra la main du directeur en rassemblant les papiers dans un dossier où le prénom Madoka était indiqué tout en sortant de la pièce avec sa … tutorée ? Oui, c'était cela.

« Heu … Je te laisse prendre ce que tu souhaites et dire au revoir à tout le monde, tu ne dois pas en avoir pour longtemps alors heu … On se retrouve à la maison d'accord ? Je file déposer les papiers pour qu'on soit tranquilles, et on pourra t'installer » conclut la radieuse jeune femme.

Elle embrassa Madoka sur le front, et sortit de l'édifice en scrutant le ciel. C'était un nouveau départ pour elle et Madoka. Elle avait enfin quelque chose à protéger, et Madoka avait quelqu'un à qui se raccrocher. Chacune des filles contribuait au bonheur de l'autre, c'était un schéma sain et durable.

Tout lui semblait plus beau maintenant qu'elle prenait la route du palais, et pour une fois, un soleil timide tapait sur le village qui semblait s'être débarrasser temporairement de son habituel voile brumeux pour l'occasion. Elle annonça l'objet de sa visite et fut autorisée à pénétrer dans les premiers couloirs du bâtiment. Se dirigeant pour la dernière fois vers le couloir « recensement et civilité », et déposa le dossier de Madoka dans une boite prévue à cette effet et sortit l'esprit apaisé en prenant désormais la direction de son chez soi.

Madoka n'était pas encore là, logique puisque elle avait quitté l'orphelinat depuis à peine un qua rt d'heure. Elle ouvrit donc la porte et se posa sur son canapé avec un livre en attendant l'adolescente.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

Mer 4 Avr 2018 - 18:10

Madoka ne dit rien du tout quant à la décision de changer de nom, qui ne dit mot consent dit-on. Cela semblait faire drôlement plaisir à la blonde, alors tant mieux. Cela faisait tellement de temps que l'adolescente n'avait pas de réflexe de famille, que cela ne la fit pas réagir. Devrait-elle être présentée à sa nouvelle famille ? Des oncles, des tantes, des grands parents peut-être même ? Elle ne se rendait pas vraiment compte. Elle jeta un coup d'œil au papier où écrivait alors le directeur, mais elle se rendit compte qu'il y avait plein de lettres, de mots et des colonnes compliqués. Alors elle regarda ailleurs un peu blasé. Un coup de tampon et elle était adoptée, comme quoi cela ne tenait à pas grand chose au final. Il n'allait pas avoir de grandes cérémonies à l'orphelinat pour son départ, mais sans doute que le personnel allait fêter cette grande victoire.



Le directeur devait avoir froid dans le dos en prononçant mes mots de responsables de Hayame Madoka. C'était vrai que cela pouvait faire peur, certains pourraient même trembler à l'évocation de ces mots rassemblés. Goten d'ailleurs était en pleine dépression après uniquement une seule mission, apports imaginez toute la journée ! Toute la vie ! À entendre qu'elle pouvait pendant six mois dénoncer sa mère pour s'en débarrasser, elle trouvait le principe amusant. Sa nouvelle mère adoptive était donc en période d'évaluation. Atsumi pouvait aller chercher les affaires de sa nouvelle fille, mais cela se résumerait à pas grand chose. Quelques vêtements simplement, et aucun souvenir de son village natale ou de sa famille qui l'avait mise au monde. Elle n'avait jamais eu l'occasion pour cela.


Datalia Madoka • « D'accord... Maman, je je vais pas être très longue en effet. »


Prendre ses affaires, cela tiendrait uniquement dans un petit sac de voyage, mais par contre, dire au revoir à tout le monde, cela allait prendre du temps. Elle laissa alors partir la blonde afin de se rendre dans la salle où était rassemblés les enfants. Elle se posa contre le mur juste à côté de la porte qu'elle commença à légèrement entrouvrire. Elle se mit à chantonner un air de comtine. Cependant, ce n'était guère innocent, loin de là, et les enfants présents en étaient parfaitement conscient. Certains déjà traumatisés commençaient déjà pleurer, d'autres tétanisés ou encore énervés. Une fumée commençait à apparaître put en haut du bâtiment et bien vite des flammes comme si toit était en train de brûler. C'était la panique totale, et ce fut ce moment là où Madoka choisie de partir le pas tranquille avec un grand sourire aux lèvres. Ce genre de petits jeux allait vraiment lui manquer.

L'adolescente enjamba alors les enfants en train de se rouler par terre pour éteindre les flammes dévorant leurs chaires. Ils pouvaient même sentir l'odeur de brûler et de cochon grillé. Elle ne comptait pas plus rester que cela, les adultes regardaient hébétés l'attitude collective des enfants sans trop comprendre. Madoka croisa ses bras derrière la tête toute souriante. Un énorme poids venait de se libérer de son petit cœur, une certaine liberté. Si les soirées allaient se passer de la même manière que celle de la dernière fois, cela allait être de grands moments. Elle allait faire comme d'habitude, se laisser guider par son instinct. Elle se retrouva alors à la croisée des chemins, d'un côté la maison d'Atsumi, de l'autre une journée d'aventures diverses et variées. Elle hésitait franchement malgré la gentillesse de la blonde, alors elle décida de prendre simplement par la main le lapin blanc toujours pressé. Elle allait prendre le chemin de la maison d'Atsumi. Était-ce une preuve de sagesse ou d'ouverture ? Allez savoir.

Datalia Madoka • « Je suis rentrée ! »


Ce fut alors quelques temps plus tard que Madoka arriva alors en mimant d'avoir quelqu'un par la main, tandis qu'elle tenait un baluchon dans son dos de l'autre. C'était une phrase assez banale, elle l'avait dit d'une manière mécanique, comme un réflexe provenant de sa mémoire profonde peut-être ? Elle sourit légèrement en regardant l'intérieur de la maison d'Atsumi d'un nouveau regard. Enfin quelque part, c'était aussi ma sienne maintenant non ?

Datalia Madoka • « Viens, je vais te présenter. »


Dit alors à haute voix l'adolescente, alors qu'un véritable lapin blanc humanoïde d'une taille d'un mètre de haut apparut. Il portait des vêtements très classe, un costume avec un chapeau haut de forme agrémenté de quelques plumes. Il regardait tout le temps une montre à gousset qu'il sortait d'une poche, comme s'il était en permanence en retard.

Datalia Madoka • « Atsumi... Le lapin blanc ! J'espère que vous allez bien vous entendre, mais ne t'inquiète pas, il est toujours pressé, il ne cap as rester longtemps. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Ven 6 Avr 2018 - 23:14
Plongée dans un autre livre sur la géopolitique, la blonde leva les yeux directement à la vue de sa poignée qui s'abaissait. Elle fut d'abord ravie que Madoka annonça son arrivée. Traditionnellement, on annonçait sa présence à sa famille lorsqu'on pénétrait chez soi, était-ce bon signe ?

Elle était d'ailleurs « accompagnée » d'un invité issu d'un univers familier à Atsumi. Un personnage de compte, pourquoi pas après tout ! Si la jeune femme aborda un grand sourire et salua le lapin, elle comptait bien à terme faire disparaître ce genre d'apparitions surprises un tantinet flippantes.

« Eh bien, dans ce cas je ne pense pas qu'on va le retenir très longtemps. Je t'ai fais un peu de place dans mon armoire, il y en a bien assez pour nous deux. Seulement, on va devoir dormir toutes les deux jusqu'à nouvel ordre. J'aurais bien loué quelque chose de plus grand mais je me suis engagé à payer cet maisonnette vois-tu, je n'ai pas très envie de m'embrouiller avec d'autres mensualités. »
dit Atsumi, en ayant une pensée à son porte-monnaie au bord du gouffre. Satané emprunt.

Au final, Atsumi commençait à connaître l'adolescente, et savait que ce genre de choses relevaient certainement du détail de l'histoire à ses yeux. Elle s'inquiétait trop alors que Madoka savait parfaitement se contenter de peu. Elle se leva donc et se dirigea vers la chambre en l'intimant de la suivre. Une fois au premier, elle se souvint d'un petit quelque chose destiné à la nouvelle arrivante.

« Oh, en fait, j'ai un cadeau pour toi. Ce n'est rien de très spécial mais à mes yeux ça a beaucoup de valeur ! » Déclara la blonde, en se dirigeant vers son armoire, d'où elle sortit une petite boite en bois.

« C'est le ruban que je portais quand j'étais petite, j'avais les cheveux aussi long que toi tu sais ? Ma mère me faisait toujours une tresse et terminait avec un joli nœud à la fin. J'aimerais bien que tu le portes de temps en temps si ca te dit ... Je pourrais te coiffer selon tes envies, y'a de quoi faire ! »

Elle déposa alors l'objet en question dans la main de l'adolescente. Le bleu était un peu délavé mais était encore très foncé. Le contraste serait aussi joli sur les cheveux argent de Madoka, c'était sur ! Elle entreprit ensuite de ranger le peu d'affaires amenées par l'adolescente chez elle, à côté des siennes.

« Bon eh bien voilà, tu es officiellement installée. Il y a des brosses à dents neuves sous le lavabo alors ca ira … si tu as besoin de quoi que ce soit à tout moment tu peux me demander, ou écrire sur le petit tableau que j'ai installé dans la cuisine si je suis en mission ou qu'on ne va pas se croiser avant longtemps. Les règles sont simples, tu fais ce que tu veux de tes journées mais veille à rentrer pour dormir tout de même. Je m'occupe de tout le ménage, range juste ton bazar et ca m'ira ... et … Et puis c'est à peu près tout, je ne suis pas vraiment exigeante … fais ce que tu veux de l'argent de tes missions, je peux m'occuper de tout toute seule ça ira ... »

Atsumi se perdait un peu dans ses explications, mais l'essentiel était là : liberté mais cadre à la maison. Elle avait un peu peur de ne pas faire preuve d'autant d'autorité qu'il faudrait, mais pour l'instant il fallait simplement la laisser prendre ses marques sans la brusquer.

« Et une dernière chose... »
dit la blonde en s'approchant de l'adolescente. « Je t'aime ma petite Madoka » lâcha finalement Atsumi, en serrant la concernée dans ses bras.

« Je sais que tu n'a pas eu la vie facile jusqu'ici. Je vais faire de mon possible pour la rendre ne serait-ce qu'un peu meilleure tu vois ? Je ne pensais pas qu'une chose comme toi allait m'arriver ici, c'est si soudain, mais si appréciable … J'ai enfin accompli quelque chose » dit-elle, en s'étant pourtant promis de ne pas pleurer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

Dim 8 Avr 2018 - 13:14
Madoka n’avait jamais travaillé sur ses propres connaissances, à part pour massacrer un type qu’elle n’aimait pas, à chacun sa motivation après tout. Sa vie ressemblait à une sorte de jeu permanent, où elle était plus ou moins l’acteur principal, le vecteur et le résultat, mais sans que ces différentes facettes ne soient au courant entrent-elles. La jeune fille s’était signalée lors de son arrivée par un réflexe, et aussi parce que cela l’amusait beaucoup, il fallait bien avouer. Elle était toujours en représentation, et il fallait gratter et creuser pour découvrir qu’une petite fille apeurée résidait tout au fond de toute cette folie, dans le seul but de se protéger du monde extérieur cruel. Elle était contente qu’Atsumi joue le jeu avec le lapin blanc, car pour l’adolescente, il était une véritable personne, alors pourquoi le bafouer ? Depuis son départ forcé de sa ville natale, ce genre d’apparition avait été sa seule compagnie, sa seule façon de ne pas devenir complètement folle, même si certains diraient qu’elle avait échoués.

Datalia Madoka • « Hoooo heuuuu …. Oui oui … il va à une petite réception de thé auprès d’une reine cher à son cœur. »


Répondit alors Madoka en haussant les épaules légèrement, elle était bien incapable de dire qui s’était celle-là, mais cette reine devait être sacrément jolie pour accaparer l’attention de ce lapin. Après un dernier salut plein de noblesse avec son chapeau, le lapin partit dans les rues de Kiri à toute vitesse avant de quitter la portée maximale de Madoka.

Datalia Madoka • « De toute manière, je n’ai pas grand-chose, mais ça me suffit ! Alors un petit endroit pour mettre mes vêtements se sera déjà chouette ! »


Madoka leva les yeux en l’air, comme si c’était ridicule de penser à du luxe de prendre un autre appartement.

Datalia Madoka • « Mais elle est énorme ta maison voyons ! C’est largement trop super déjà, alors t’embête pas avec ça. »


Et puis dormir avec quelqu’un d’aussi gentil qu’Atsumi n’était vraiment pas une torture en soit, bien au contraire. Pour l’adolescente, c’était au contraire un plaisir. Elle avait bien besoin de sentir de la chaleur humaine, de la capter et de la garder pour soi. La notion d’argent, de bien propre ou de toute forme de légalité lui passaient largement au-dessus de la tête. Elle vivait dans son monde, et dans celui-ci, il n’y avait pas besoin d’un bout de papier pour que les personnes acceptent de vivre à tel ou tel endroit. Il n’y avait pas de notion de vol à ses yeux non plus, vu qu’il n’y avait pas de propriété. Madoka trouvait que la vie était bien plus simple ainsi après tout. Elle passait d’une chambre collective où elle devait se battre à chaque instant, à l’instar de l’arène de combat de son enfance à maintenant une maison ou un appartement de paix ou elle pouvait dormir sur ses deux oreilles. Cela ne lui était jamais arrivé aussi loin que remontait sa mémoire. Elle suivit alors Atsumi jusqu’à la chambre avec son baluchon sur l’épaule.

Datalia Madoka • « Un … un cadeau pour …. Pour moi ? Mais …. Comme ça ?! »


Madoka était totalement sidérée rien qu’à l’idée d’avoir un cadeau gratuitement sans qu’elle ait besoin de tuer quelqu’un ou autre chose dans le genre. Après tout, ce qu’elle faisait pour le village de Kiri était du même acabit, on l’envoyait faire des choses violentes le plus souvent, contre de l’argent. Elle ne voyait pas bien la différence avec sa vie d’avant, à part que là, on disait que c’était bien et juste. Bon alors tant mieux ? Non, c’était ridicule, et c’était sans doute pour cela qu’elle traitait les missions et les personnes si soucieuses de réussites de cette façon-là. La jeune fille était totalement excitée à l’idée d’avoir un cadeau. Elle sursautait comme une petite folle en essayant de voir ce qui pouvait se cacher dans la petite boite en bois. Lorsqu’elle vit le petit ruban, même légèrement délavé, c’était comme si elle venait de découvrir un trésor extraordinaire. Elle en avait les larmes aux yeux, alors qu’elle hocha la tête rapidement.

Datalia Madoka • « Aussi long que les miens ? Vraiment ?! Mais arrête ! C’est trop cool ça ! Je comprends le coup de la tresse de la dernière fois, mais ça me fait vraiment trop plaisir ! »


Madoka ignora totalement le mot mère, qui ne voulait vraiment rien dire à ses yeux. Elle l’avait perdu depuis bien longtemps et même si pendant l’espace d’un instant un regard sombre parcourra son visage lorsqu’elle tournait le dos à Atsumi, elle n’en dit rien du tout, ni ne changea de ton de voix si heureux.

Datalia Madoka • « Alors ça me va oui ! Va pour une longue natte avec le nœud dans les cheveux. »


Madoka confia alors de nouveau à Atsumi le ruban pour qu’elle la coiffe, elle aimait bien l’idée. Heureusement que c’était sa nouvelle mère adoptive qui entreprit de ranger ses vêtements dans l’armoire, car sinon elle aurait tout mit en boule en pressant fort pour que cela ne rentre. Ses vêtements se changèrent alors en un instant, comme si elle venait de procéder à un sortilège, mais ce n’était qu’une illusion. Elle porta alors une robe de princesse magnifique comme l’on pouvait imaginer les demoiselles en détresse dans les comtes. Elle se tourna pour poser la main sur l’épaule d’Atsumi, pour également changer ses vêtements dans une robe magnifique et improbable. A quoi bon acheter des vêtements, lorsque l’on pouvait porter tout ce que l’on voulait immédiatement. Elle hocha la tête doucement alors qu’Atsumi tentait de lui expliquer que si elle avait besoin de quelque chose, elle pouvait demander, mais d’un autre côté, elle se débrouillait très bien toute seule pour quelques détails d’achat. Elle avait de très bonnes jambes et des capacités de truandages assez facile.

Madoka apprit qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait de ses journées, et bien Atsumi n’allait pas être déçue, mais après tout, cela n’allait pas changer beaucoup de choses au final. Elle n’avait pas de raison de ne pas revenir dormir la nuit ici, ce n’était pas un lieu qu’elle rêvait de fuir.

Datalia Madoka • « Tu sais, je n’ai pas fait beaucoup de mission hein ! Juste heuuu …. Une ! »


Dit alors la jeune fille en faisant semblant de compter sur ses doigts avant de montrer son indexe relevé. Cependant, la petite dernière chose que Atsumi lui dit, cela la fit bloquée sur l’instant. Elle était aimé ? Mais hmmm …. Enfin … Non la, ce n’était pas prévu dans le scénario ! Elle l’avait pourtant lu avant de venir, mais cela ne parlait pas de ça ! Ces acteurs qui ne suivaient pas le script vraiment ! Bref ! Elle était comme paralysée comme ne comprenant pas du tout ce qui lui arrivait pour le coup. Même un bref instant les deux magnifiques robes eurent un sursaut comme luttant pour rester dans la réalité. L’adolescente ne put retenir des larmes le long de ses joues tant elle était heureuse. Un peu honteuse, elle cacha son visage contre la poitrine de sa nouvelle maman, non rien de pervers bande de tordus ! Elle hocha la tête doucement ne voulait pas montrer ses larmes qu’elle n’arrivait pas à retenir. Etre faible, c’était la mort, il fallait être forte, ne jamais pleurer et massacrer ses ennemis et tous ceux qui se mettaient en travers de son chemin. C’était les règles qu’elle avait appris dans l’arène, et celles qu’elle appliquait maintenant.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mer 11 Avr 2018 - 21:43
Après quelques temps de larmes , Atsumi se décolla doucement de Madoka, le visage également inondé de liquide lacrymal. C'était décidément une journée forte en émotions, choses auxquelles Atsumi était peu habituée, mais elle allait s'en remettre, comme à chaque épreuve ! S'asseyant sur son lit, elle placa Madoka dos à elle et commença comme prévu la coiffure. Là encore, concentrée, elle ne disait pas un mot, voulant s'assurer que son travail était impeccable. Au final, une quinzaine de minutes plus tard, Atsumi termina la longue natte par un joli nœud bien serré. C'était un moment fort et intense pour elle, car elle ne faisait que répéter ce que sa mère lui faisait chaque semaines. Se sentait-elle maman ? Peut-être un peu, mais ca n'était pas désagréable.

« Prend en bien soin tu veux ? Ca me ferrait mal au cœur de le voir déchiré ... »

Enfin, elle se releva, et se dirigea à nouveau vers son armoire qui était décidément pleine de surprises. Elle en sortit un gros appareil photo. Récentes, ces machines étaient plutôt imposantes et nécessitaient un sacré coup de main pour donner un résultat potable.

« Il faut immortaliser ce moment en prenant la première photo de notre album ! Allez allez, un petit sourire. »


Pour avoir une image dégageant une atmosphère des plus spontanées, elle attrapa simplement Madoka par la taille et colla son visage au sien en faisant une grimace « pas trop moche » d'après ses dires.

L'appareil sortit une photo totalement noire d'une bonne taille, qu'Atsumi posa directement sur son lit. Ses appareils étaient certes modernes, mais ne permettaient pas un retour instantané de la photo.

« Ca doit reposer encore avant de laisser apparaître la photo. On descend, faut que je te parle de l’entraînement. Et j'ai super soif. »

Posant une bouteille de soda sur la table, elle s'installa sur le canapé noir en tailleur après avoir allumé le poêle.

« En tant que tutrice, je suis responsable de ton entraînement. Ce n'est pas une obligation mais je pense que deux heures par semaine est un minimum. Tu pourra me faire voir un peu ce que tu sais faire hormis les genjutsu et j'en ferrais de même hm ? De cette façon on progressera et on gardera la forme. De toute façon, tu combat depuis plus longtemps que moi si ma mémoire est bonne, alors ça ne serra facile pour personne ! » dit-elle, en buvant de longues gorgées de soda.

« Une mission seulement … ? Eh bien, que dirais-tu qu'on aille en demander un de ces jours, où l'on sera ensemble ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

Ven 13 Avr 2018 - 9:14

Madoka voyait bien qu'Atsumi était en pleine émotion, cette situation lui était visiblement très importante. Elle en avait un léger pincement au cœur à voir cela, comme si elle ne se sentait pas parfaitement bien à réagir si peu en comparaison, mais elle n'y arrivait pas comme si elle ne connaissait pas. La jeune fille se laissa alors faire en s'asseyant dos à sa nouvelle mère adoptive afin qu'elle lui fasse la coiffure comme la dernière fois. Elle avait de très longs cheveux blanc lisses, ce qui devait être parfait pour ce genre d'exercice. Elle tourna légèrement son visage dans la direction d'Atsumi avec un léger sourire sur ses lèvres. Elle hocha la tête rapidement avec un sourire.



Datalia Madoka • « Le premier qui touche au noeud, je lui broie le cerveau t'inquiète pas ! »




Dit alors très sérieusement Madoka en touchant son cœur comme pour le juger d'un vœu très important, mais même si cela pouvait être prit à la rigolade, elle était très sérieuse. Elle avait les capacités de rendre les gens encore plus folle qu'elle, alors imaginez ! Elle pencha la tête sur le côté en regardant le drôle d'appareil que sortit la blonde. Elle ne savait pas tellement ce que cela pouvait être.



Datalia Madoka • « Heuuu... Ouais OK. »




Madoka comprit au bout d'un moment, que cela allait bien faire quelque chose d'intéressant, ou alors cela allait figer leurs corps sur place afin de ne pas vieillir ! Telles deux belles aux bois dormant, qui allaient être protéger par ma nature pendant un siècle ! Elle avait hâte de voir la tête du prince charmant quand il verra qu'il y avait deux belles au lieu d'une seule ! Quelle chance ! Elle sourit alors, car il était vrai que c'était important d'avoir une bonne tête, sinon le prince charmant n'allait pas les réveiller ! Décidément, Atsumi était une vraie spécialiste des princesses ! Elle était impressionnée !



Madoka sourit largement en regardant l'objectif de l'appareil attendant la magie de ce dernier, toute collée à sa mère adoptive. Elle fut surprise par le flash, mais encore plus de ne s'être pas rendu compte du temps qui venait de passer. Vraiment un siècle déjà ? Et le prince alors ? Et les ronces ? Bon remarquez à force de dormir, les princesses pouvaient bien se réveiller sans personne. Elles étaient des super princesses après tout !



Datalia Madoka • « Ça fait vraiment siècle ? C'est fou ça ! Même pas plus de poussière, et puis je me demande bien comment c'est dehors maintenant ! Si ça se trouve Kiri n'existe plus ! Mes ronces géantes doivent avoir pousser dehors ! »




Madoka se dépêche alors d'aller à la fenêtre pour regarder, et son imagination faisait le reste, ainsi que ses capacités de genjutsu. Des énormes ronces semblaient entourées la maison comme une protection.



Datalia Madoka • « C'est fou ça ! Presque rien n'a changé au final ! Ton appareil nous a vraiment fait dormir un siècle ! Il a même fabriqué une image de nous, mais bon avec la magie, on n'a pas vieillie j'en suis certaine. »




La blanchette se pencha sur la photo curieuse, mais elle était totalement noire pour le moment, c'était bien malin tiens !



Datalia Madoka • « Ouais tu as raison, après un siècle à dormir, on peut bien bouger un petit peu quand même ! Mais tu imagines... On est vieille maintenant par rapport aux autres ! Oui il faut que l'on mange et boive, après siècle tu penses ! S'entraîner ? À quoi ? »




Demanda alors curieuse la jeune fille en suivant la blonde sans hésiter. Elle s'installa alors en regardant alors Atsumi commencer à faire de la cuisine. Immédiatement son ventre gargouilla à l'idée de manger quelque chose. Sa mère adoptive voulait apparemment gérer son entraînement également, elle ne dit rien du tout, car c'était toujours mieux que Goten, qui la frappait tout le temps sur la tête ! Elle se gratta la joue perplexe.



Datalia Madoka • « deux deux heures par semaine ? Heuuu OK, mais pour faire quoi exactement ? Ha et bien... Je maîtrise le vent, le son, ce genre de trucs, mais tu veux dire que l'on va jouer à la bagarre ? »




Madoka était presque ennuyée, car elle se rappelait comment l'entraînement avec Goten avait pu tourné la dernière fois, et il ne valait mieux pas qu'elle se lâche autant avec autant de violence. Ses tactiques de combat étaient souvent tournées autour du genjutsu, mais il était vrai que pouvoir massacrer quelqu'un sans serait une bonne idée de sa part.



Datalia Madoka • « Ha heuuu... Ouais, la bagarre ça me connaît, on peut dire ça ! »




Madoka n'était pas très motivée de parler des arènes, alors elle resta plutôt vague à ce propos. Elle se rappelait encore comme si c'était hier des cris de la foule complètement irrationnelle. Du sang, la haine, toute cette rage qu'elle devait se laisser submerger pour espérer pouvoir survivre au détriment des autres. Au bout d'un temps, elle en avait même pris goût, la saveur du sang et les encouragements de la foule. Elle les entendait justement, si bien que ses muscles se tendirent comme si elle allait devoir frapper immédiatement. Elle chercha son arme improvisé dans le dos qu'elle cachait, mais elle n'était plus là depuis longtemps. Sa respiration s'était accélérée, ainsi que son rythme cardiaque, mais la réflexion de sa mère adoptive la fit revenir un peu à elle. Étrangement, elle ne se trouvait pas dans les arènes, mais bien dans ma maison d'Atsumi. Oui, elle se rappelait maintenant.



Datalia Madoka • « oui... Pourquoi pas une mission ensemble, ça peut-être amusant. Quelle type de mission ? »



_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Lun 16 Avr 2018 - 0:08
« C'est juste un appareil pour capturer une image, nous ne sommes pas 100 ans dans le futur » dit-Atsumi, riant aux éclats.

Cependant, son appareil étant vieux, le filtre noir allait mettre un bon moment pour disparaître. Sans même poser la question, elle était sure que Madoka serait ravie d'aller faire un tour au restaurant.

« Ca te dit que l'on aille discuter de ça devant un bon repas ? J'ai encore pas grand chose dans le frigo et c'est l'heure de manger... »


Sur ces paroles, elle descendit en posant la photo sur le buffet avec les autres et ouvrit la porte à Madoka avant de la verrouillant à double tour en sortant. Elle voulait emmener Madoka dans cette brasserie tranquille où les aliments passaient à côté des tables via un système de tapis roulants. C'était l'endroit idéal pour prendre son temps et se goinfrer, chose que Madoka n'avait certainement pas eu l'occasion de faire énormément ces derniers temps.

« Je t'emmène à un restaurant à volonté. C'est pour célébrer la fin de la procédure d'adoption ! »
Déclara Atsumi, en pat-patant l'adolescente, ravissante avec sa nouvelle coiffure.

L'établissement était situé à 15 minutes de marche … Pour un être humain normal.

« On va prendre un petit raccourci. Notre destination se trouve en face du palais du Kage … La dernière arrivée nettoie tout les carreaux de la maison !! » Hurla Atsumi en posant un pied sur le mur d'une maison.

S'envolant presque à travers les toits, Atsumi parcourait avec une agilité reconnue les hauts de Kiri. Il était évident quand on la regardait que ce n'était pas sa force qui faisait son habileté au combat. Elle ne faisait qu'un avec son corps, réalisant chaque pirouette avec une facilité déconcertante, franchissant les obstacles comme ci ils ne faisaient pas parti du décor. Enfin, arrivée en haut d'une cheminée, elle fit le grand plongeon, pour finalement atterrir avec une roulade. Pour le coup, elle n'avait laissé aucune chance à Madoka.

« Eh, psst, c'était une blague, j'ai fais les vitres hier ... »
dit-elle à l’intéressée en lui donnant une tape dans le dos tout en avançant vers la porte du fameux restaurant.

Elle se fit installer ur sune table un peu isolée du centre de la pièce. On vint leur apporter immédiatement de l'eau, ainsi qu'une salade en entrée. Le reste dépendait d'elles à présent, car petit à petit, des plats tous plus succulents les uns que les autres défilaient sur le tapis roulant à leurs gauche. Trinquant avec Madoka, Atsumi débuta les hostilités avec un tempura de crevettes.

_________________


Dernière édition par Hayame Atsumi le Ven 27 Avr 2018 - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

Mar 17 Avr 2018 - 15:15
Madoka se pinça les lèvres en entendant Atsumi dire qu’elles n’étaient pas dans le future. Cela ne l’arrangeait pas du tout, parce qu’elle trouvait cela tout aussi crédible d’avoir voyager dans le temps par un moyen quelconque, que juste d’admirer un appareil révolutionnaire.

Datalia Madoka • « T’es … t’es sûr ? On devrait peut-être vérifier ! Si cela se trouve, on a vraiment voyagé dans le temps, dans un futur où les robots mixeurs ont pris le pouvoir ! »


Dit alors la jeune fille très sérieusement pour le coup, mais c’était sans perdre de vue la photo, qui restait entièrement noire pour le moment. Comme si c’était nécessaire de rester devant à la regarder pour que cela fonctionne, mais l’adolescente changea très vite d’idée lorsqu’elle eut pour information que le duo pouvait aller au restaurant. Elle se redressa immédiatement comme un lapin qui venait d’entendre un coup de fusil. La truffe dans le vent, et se tournant vers Atsumi, elle hocha la tête bien rapidement. Immédiatement, elle se releva de son admiration pour le morceau noir en carton, qui n’allait pas tarder à prendre vie, pour manger. Elle était tellement maigrichonne, qu’elle avait presque tout le temps faim !

Datalia Madoka • « Si faut trouver à manger pour le future, ne t’en fais pas, j’en trouverais. Je trouve toujours tout ce qu’il faut. »


Dit alors l’adolescente en suivant Atsumi dehors en direction du buffet de nourriture. Elle avait bien évidemment en tête des moyens inavouables pour trouver ce dont elle avait besoin, mais ce n’était pas ce genre de choses qui allait l’arrêter, bien au contraire. Elle n’avait vraiment aucune règle morale à ce propos. S’il fallait voler, tuer ou pire encore, cela ne représentait aucune barrière morale ou judiciaire à ses yeux. La nourriture de l’orphelinat n’était vraiment pas terrible, c’était le minimum vital et de toute manière dont la façon où elle en était partie, elle ne serait certainement pas accueillie avec joie.

Datalia Madoka • « Comme ça à volonté !? ça veut dire que l’on peut tout prendre autant que l’on veut ?! Trop coooool ! »


S’exclama pleine de joie Madoka trouvant un système pareil complètement dément ! Pas besoin de se battre, rien, juste d’entrer et de manger. Bon d’accord, il fallait payer, mais ça, c’était vraiment anecdotique. Elle sautillait comme une enfant à chaque pas toute contente en prenant de l’avance, le seul souci, c’était qu’elle ne savait pas du tout où aller, alors elle allait tout droit. Plusieurs fois, elle se fit rappeler à l’ordre de changer de direction, mais ce n’était pas pour autant qu’elle arrêta.

Datalia Madoka • « Le Da quoi ? Hmmm enfin bon, on s’en fiche, oki ! »


La blanchette à la longue natte se demanda bien qui pouvait être ce drôle de type avec un palais, une grande maison quoi. C’était certainement un type plein aux as du coin, enfin ce n’était pas comme si c’était important ! L’adolescente vit alors partir comme une furie sa mère adoptive en laçant un pari sur qui allait nettoyer les vitres de la maison. Il n’était pas question qu’elle perde, comme si c’était une question de vie ou de mort. Atsumi avait pris beaucoup d’avance, mais elle avait encore une carte à jouer. Elle utilisa du chakra dans les jambes afin d’accélérer le mouvement, mais elle fit une suite de mudra avec ses mains, et elle commença à voler réellement. Elle serrait les dents au maximum en essayant de prendre de la vitesse en coupant tout droit comme un aigle. Cependant, Madoka ne put rattraper assez son retard et se retrouva alors très peu de temps après derrière Atsumi en rageant.

Datalia Madoka • « On refait ! C’est pas du jeu ! Tu es partie avant et …. Hein ? Tu … tu l’as déjà fait ?! Ha heuuu ….hmmm … »


Madoka n’avait pas du tout compris que c’était une blague à la base, car elle avait bien quelques idées pour gagner la prochaine course entre des illusions ou un coup de kunai bien placé. D’ailleurs par un réflexe, elle avait sa main glisser contre l’ouverture de la pochette où elle gardait ses couteaux et autres armes. Elle eut un bref moment un regard sombre et vindicatif avant de rougir légèrement honteuse d’avoir marché. Elle s’installa alors en face d’Atsumi de l’autre côté de la table, alors que son ventre grognait. En prenant une paire de baguettes dans chacune de ses mains, elle commença à attaquer tout ce qu’elle trouvait bon, sans prendre de plat d’ailleurs, juste en picorant de toute part. Elle trouvait que c’était la technique idéale pour s’en mettre plein la pense rapidement.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Ven 27 Avr 2018 - 23:48
Bien qu'un peu dépassée par la voracité de Madoka, Atsumi se contentait de récupérer les assiettes vidées par cette dernière tout en servant de son côté. Après tout, elle n'avait pas du avoir souvent l'occasion de se remplir correctement la panse ces derniers temps, alors elle était pardonnée pour cette incivilité, et toutes les autres par ailleurs. Même si cela ne signifiait pas qu'elle allait laisser les choses se faire ainsi indéfiniment, la priorité n'était pas d'en faire une petite fille parfaite pour le moment. D'ailleurs, ce n'était pas une petite fille.

« Fais toi plaisir ! Même si je pense que je n'ai pas à te le demander deux fois ... » dit-elle amusée, tout en attrapant une assiette de Maki concombre-avocat.

D'ailleurs, la majorité de ce que choisissait Atsumi était toujours composé de concombre ou d'avocat, en plus du saumon bien entendu. Ce n'était pas une fille difficile, et elle adorait bien sur faire de nouvelles découvertes en terme de gastronomie, mais elle revenait toujours dans sa zone de confort, une habitude sûrement due au fait qu'elle mangeait tout les jours le plat du jour au restaurant de ses parents, menu qui tournait toujours autour d'un poisson et de légumes sautés. Son père disait toujours : « Plus la carte est petite, plus les plats s'y trouvant son meilleurs. »


Puis, en regardant la blanchette à la jolie natte dévorer, petit à petit, elle réalisait. C'était incroyable, elle ne s'en était pas rendu compte jusqu'ici, mais elle venait d’adopter une enfant. Elle venait de lier son destin à elle jusqu'au reste de sa vie. Elle venait de jurer de la protéger, et de contribuer à son bonheur du mieux qu'elle le pouvait. Ce n'était pas rien ! Si ses parents étaient au courant …. mieux vaut ne pas leur en parler de suite. De toute façon, moins ils en savent mieux ils se portent. C'est à peine si ils mesurent totalement ce qu'implique le fait d'être un shinobi. C'est à la fois beau et désespérant. Ils ont simplement penser au bonheur de leur fille, sans une seule fois prendre en compte leur avis.

Toujours est-il que elle mangeait depuis maintenant vingt minute, et elle commençait à caler, malgré le fait que son dernier repas remontait à midi du jour dernier …

Alors elle ralentit lentement son rythme, pour finalement attendre que Madoka finisse par calmer son appétit d'ogre. L'employé passait de temps en temps récupérer les assiettes avec des gros yeux, se demandant certainement comment une chose aussi frêle pouvait ingurgiter autant de nourriture. Et pourtant c'était possible, avec la carte Madoka.

Enfin, le festival gustatif se termina, avec à son résultat une Madoka probablement pleine à craquer, et un restaurant au bord de la faillite. La jolie blonde régla donc ce qu'elle devait, et sortit de l’établissement.

« Bon, ma petite Madoka. Soit on rentre se reposer pour s’entraîner cette nuit, soit on y va dans cet état mais je ne te garantis pas le meilleur de mes performances ! »


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

Dim 29 Avr 2018 - 11:31
Madoka ne se restreignait en aucune manière quant à manger tout ce qui lui semblait être sympathique, quitte à s’exploser le ventre. Vu tout ce qu’elle attrapait au vol avec ses doubles baguettes, elle avait presque besoin d’un deuxième bouche ! Un petit peu comme si la fin du monde arrivait, elle devait manger encore et encore. Elle trouvait le concept de manger tout ce que l’on voulait tellement génial, alors de peur qu’elles ne puissent pas revenir ici avant un moment, elle en profitait au maximum. Elle ne s’ennuyait pas à récupérer les assiettes à moitié vidé ou non, pas le temps avec ces détails !

La jeune fille avait la peau sur les os, cela s’améliorait avec le temps depuis son arrivée à Kiri, mais cela prenait du temps. Elle ne semblait pas avoir été éduquée d’une manière ou d’une autre, et c’était parfaitement le cas en effet. On pouvait l’imaginer assez jeune à la voir ainsi, mais elle ne l’était pas. Elle allait bientôt être une femme pleine et entière, mais c’était un petit peu comme si elle s’était trompée de corps. Tout en mâchant et en regardant Atsumi.

Datalia Madoka • « Ben quoi ? »


Demanda alors la bouche à moitié pleine la blanchette. Elle se demandait bien pourquoi sa nouvelle mère adoptive ne mangeait pas plus, c’était à volonté ! Elle l’avait dit elle-même. Elle pensa même à en faire des réserves pour plus tard, mais elle n’était pas équiper pour sur l’instant. Madoka avait perdu l’habitude d’avoir une mère, mais elle ne réalisait pas tout ce que cela impliquait pour elle non plus d’avoir une mère, une personne qui serait toujours là pour elle.

Au bout d’un moment, Madoka se retrouva alors plus allongée avec à peine la force de relever une de ses mains afin d’essayer de prendre encore un petit quelque chose, mais non, elle en était totalement incapable. C’était là que l’expression avoir les dents du fond qui baignent prenait tout son sens. C’était avec une certaine difficulté et une lenteur que la jeune fille sortit du restaurant en y allant pas petits pas. Elle se tenait le ventre comme une femme enceinte en soupirant de temps à autre.

Datalia Madoka • « Moi pas de problème ! oufff …. J’ai trop mangé …. S’entrainer cette nuit ? Ha ouais ? Et bien hmmm …. Pourquoi pas oui …. Une petite sieste nous fera de bien, j’ai comme un léger coup de fatigue… »



Spoiler:
 

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Un nouveau départ pour Madoka.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: