Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Dream Team (Eiko)


Jeu 5 Avr 2018 - 15:25
C’est en sursaut que je me réveille en cette matinée ensoleillée. Non pas parce que j’ai fait un cauchemar ou parce que je dois uriner en urgence, non. La réalité est que quelqu’un frappe à ma porte rigoureusement. En tentant de me sortir de mon lit, je titube et me prend les pieds dans mes draps avant de me retrouver au sol. Ma tête élance toutefois je ne m’en occupe pas pour l’instant. Je mets des vêtements et me dirige machinalement jusqu’à l’entrée et jette un coup d’œil dans l’œil magique. Mes sourcils se froncent, j’ouvre la porte et lui lance un regard interrogateur.

Est-ce que je peux vous aider ?
M…Mh. Vous êtes sûr que ça va ? Votre front pisse le sang, vous savez.

C’est à ce moment là que je sens une gouttelette redescendre le long de mon arcade sourcilière pour atterrir ensuite sur ma joue. Du revers de la main je l’essuie avant de me plonger mes iris pourpres en direction du miroir. Ouais, j’ai une sale gueule, pas obligé d’en faire tout un plat. La plaie est fine et ne nécessitera pas de points de sutures de ce que je peux en juger. J’hausse les épaules.

Non, tout est sous contrôle, allez-y.
Si vous le dites… Alors, Fujiwara Chiyori vous êtes convoquée au bureau du Tsuchikage par son assistante. Cela concerne votre assignation à une équipe ninja. Elle vous y attend.
Quoi ?! OK, merci !


Je lui claque la porte au nez avant de m’empresser vers la salle de bain. Quelques instants plus tard, après avoir tenté de dissimuler avec tant de bien que de mal – surtout de mal – cette vilaine blessure, je suis prête. Verrouillant la serrure de mon domicile derrière mon passage, je file en direction des bureaux du dirigeant du village.

Ils ont fait vite pour me trouver une team, dis donc. Dans mon esprit, je me fais des scénarios de ma rencontre avec mes nouveaux équipiers. Dans un groupe digne de ce nom, il y a toujours le gars un peu intello qui sait toujours tout. Je l’imagine avec des lunettes – cliché, ouais, j’aurais pu faire mieux – et les cheveux longs. C’est un mec, aucun doute là-dessus. Ensuite il y a un individu trop d4rk qui ne parle pas trop, restant dans son coin tout en espérant une éventuelle vengeance X. Une sorte d’emo. Finalement, y’aura moi !

L’arrivée à destination me sort de ma rêverie. Quand j’entre, on me réfère directement à l’un des bureaux où se tient une jeune femme. Ses cheveux blancs sont lisses et lui arrivent au niveau de la nuque, elle porte un étrange bandeau foncé qui traverse son visage. Je la connais, c’est Zetsu Eiko. Cette dernière est devenue Genin à peu près au même moment que moi.

Bonjour, Eiko ! Alors, où sont mes nouveaux partenaires de mission ? J’ai vraiment hâte de les rencontrer, comment avez-vous fait pour tout compiler aussi rapidement ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2892-fujiwara-chiyori-terminee

Jeu 5 Avr 2018 - 16:21
Aussi casse-pied Sanadare avait-elle pu être, le fait qu’elle ne soit plus là venait miner le moral de celle assise face au bureau qui était désormais le sien. Avoir envoyer sa meilleure amie en prison n’avait pas été une partie de plaisir et elle n’avait toujours pas eu le courage que d’aller la confronter là-bas. Elle avait besoin de temps, quelques jours, des semaines même, ne serait-ce que pour digérer la chose. Elle le savait que trop bien, que si elle s’y rendait maintenant, elle ne ferait que lui hurler au visage et l’insulter de tous les noms qui lui traverseraient l’esprit. À l’heure actuelle, elle lui en voulait terriblement, à celle qui avait volontairement voulu se retrouver derrière les barreaux, ne laissant d’autres choix à personne que celui que de l’y enfermer. Si elle aurait pu ignorer le tout, si elle était convaincue que l’ombre du village aurait pu faire brûler toutes les preuves qu’ils avaient contre la Hyûga, il aurait été mal avisé que de procéder ainsi.

Elle se devait de répondre de ses actes, aussi douloureuse cette décision avait-elle pu être pour le Tsuchikage et son assistante, qui s’étaient attachés plus que de raison à celle qui les avait mené par le bout du nez.

Ayant désormais repris seule ce bureau qu’elles partageaient par le passé, elle mettait de l’ordre dans les documents négligés de son aînée. Elle n’avait jamais été bien sérieuse, ne se souciant que très peu de la confiance qu’avait mis le Borukan sur ses épaules. Depuis le début, ou presque, l’héritière Zetsu avait été celle à tenir le navire, à effectuer tout le boulot que sa meilleure amie refusait de faire, que ce soit par dédain ou encore ennuie.

Elle qui l’avait souvent chassé de ce bureau, incapable de se concentrer lorsqu’elle babillait incessamment avec son idiot de piaf, aurait bien voulu qu’elle soit là, aujourd’hui.

En épluchant divers dossiers, elle tomba sur celui d’une genin, Fujiwara Chiyori. Elles avaient obtenu leur bandeau de la roche à peu près au même moment, si sa mémoire était bonne. Elle fut cependant confuse devant l’absence d’information qu’il y avait à son sujet. Alors qu’elle tentait de mettre de l’ordre dans le dossier de tous les genins puis tous les gradés qui pourraient potentiellement se charger d’une équipe, elle en vint à se dire que cette absence d’information pouvait s’avérer critique. De ce fait, elle s’empressa de charger quelqu’un pour convoquer la demoiselle à la chevelure aussi pâle que la sienne à son bureau. Autant y remédier maintenant, ce serait fait et elle pourrait se concentrer sur autre chose.

Elle réalisait bien malheureusement qu’elle avait nombreuses erreurs de sa prédécesseur à rattraper, si elle souhaitait que tout soit à son image : propre, bien rangé et surtout, ordonné. Sanadare n’avait jamais été ainsi dans sa vie et elle se nota dans son esprit qu’elle se devrait de lui partager ce point, de toute cette charge de boulot supplémentaire qui était désormais la sienne, maintenant qu’elle était derrière les barreaux.

Quelques instants plus tard, elle n’aurait su dire combien, la voilà qui entrait dans son bureau, la forçant à relever la tête vers elle. Comme depuis quelques temps, ne serait-ce que par la fatigue accumulée, son oeil blessé depuis plusieurs années en venait à rapidement se fatiguer, la forçant à le recouvrir d’un bandeau pour éviter de trop lui en demander. Cependant, tentant que d’améliorer son image, mais surtout, faciliter son contact avec les autres, ce qui se voulait particulièrement difficile par moment, distante comme elle était, elle vint le retirer, le déposant sur un coin de son bureau, tentant de changer cette allure austère qu’elle pouvait avoir par moment, posant son regard clair sur la femme. À l’écouter parler, force fut de constater qu’il y avait méprise quant à sa présence en ces lieux.

- Chiyori, asseyez-vous. Son ton était doux alors que d’un geste de la main, elle l’invita à prendre place face à elle. Vous ne serez pas accueillie dans une équipe aujourd’hui. J’espère pour vous que cela ne saurait tarder, cependant, ce n’est pas pour maintenant. Si je vous ai convoqué aujourd’hui, il s’agit seulement que votre dossier est incomplet.

Attrapant un crayon et un carnet, elle nota le nom de la demoiselle en haut de la page, suivi de quelques mots semblant s’apparenter aux questions qu’elle comptait lui poser.

- Déjà, parlez-moi un peu de vos forces et de vos faiblesses. Ce que vous savez faire, en somme.

L’esquisse d’un sourire apparut sur ses lèvres, signe de nombreux efforts qu’elle faisait pour se montrer plus agréable auprès d’autrui. Si le contact humain lui était encore parfois difficile, elle était tout de même fière des progrès qu’elle avait fait, depuis le temps.

_________________
How should this story end ?
I'm standing alone in this world that keeps on changing, but hiding away, my true self is fading. The loneliness that wraps around keeps deepening until I drown. Fond memories we used to share pierce me 'til I no longer care. I cannot run, I cannot hide, I cannot think, I cannot find, I cannot move, I cannot leave you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2560-zetsu-eiko http://www.ascentofshinobi.com/u462

Jeu 5 Avr 2018 - 17:30
Le sourire qui régnait précédemment sur mes lèvres rosées s’estompe peu à peu à mesure que parle la jeune femme assise devant moi. Je prends place, manquant de tomber par terre puisque je m’assois sans trop regarder où. Reprenant le contrôle, je m’installe, le regard coloré fixé sur l’assistante du Tsuchikage. La convocation à laquelle je viens de me rendre ne concerne pas directement une équipe ninja à laquelle j’aurais pu être assignée. Déception. Moi qui est pourtant prête à assumer cette tâche qu’est de faire partie intégrante d’un groupe. Réaliser des missions, apprendre de mes pairs, etc. Voilà tout ce que je désire actuellement.

Mon dossier se trouve apparemment être incomplet. Étonnant puisque je me souviens avoir remis ma candidature récemment, ayant remplis un formulaire détaillé. Peut-être s’est-il égaré lors de ma déposition. J’inspire, puis expire profondément de découragement. Le tout est à refaire et ce n’est pas le pire, cela signifie également que mon assignement va devoir attendre encore quelques temps. Je remarque un semblant de sourire sur le visage de mon interlocutrice, peut-être qu’elle tente de me rassurer ou de m’encourager.

Par où commencer… Je suis plutôt douée pour le lancer de projectiles. Ah, je maîtrise le Dokuton aussi, ça peut être utile ! Sinon, j’utilise le vent pour déplacer ces nuages de gaz à ma guise. Ça fait le tour, je pense.

Je suis une débutante après tout. Certes, d’autres Genins sont beaucoup plus expérimentés ou ont mis plus de temps au perfectionnement de leur art ninja, ce qui leur donne une longueur d’avance sur moi. J’ai préféré concentrer mes efforts ailleurs… dirons-nous.

J’ai des lacunes concernant ma coordination, je suis plutôt maladroite de nature et le combat au corps à corps est un échec en ce qui me concerne. Je me sens mieux quand je parviens à l’éviter, vous comprenez.

La pauvre, m’écouter parler de ma vie alors qu’elle doit certainement s’en foutre. Quel emploi ennuyant. Comment tient-elle le coup ? Elle doit voir plusieurs individus dans mon genre par jour et s’occuper de la gestion de cas délicats probablement. M’enfin, j’en sais trop rien… Jetant un coup d’œil par-dessus mon épaule pour m’assurer que personne n’écoute, je chuchote à son égard :

Je me demandais, entre nous, votre travail consiste en quoi exactement ? Être l’assistante du Tsuchikage doit avoir ses avantages et ses désavantages, n’est-ce pas ?

Il y a forcément de bons points à occuper ce titre, sinon, pourquoi faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2892-fujiwara-chiyori-terminee

Ven 6 Avr 2018 - 16:07
Décidément, la nouvelle que lui apporte l’assistante du Tsuchikage ne semble pas plaire à la nouvelle venue. C’est, tout du moins, ce qu’elle en comprend, de par le changement dans son expression, semblant presque déçue d’apprendre qu’elle ne serait pas, dans l’immédiat, affecté à une équipe. À quelque part, elle pouvait comprendre cette déception. Elle-même avait mis du temps à se retrouver affectée à une équipe et, bien malheureusement, elle ne l’avait pas été longtemps. D’un commun accord avec son sensei, il avait été mieux pour tous les deux de ne pas travailler ensemble, notamment dû à leur horaire respectif et leurs propres obligations. Lui directeur de l’académie, médecin légiste à ses heures et elle, assistante de l’ombre du village qui peinait à jumeler ses entraînements, sa vie en règle générale et les nombreuses responsabilités qui n’étaient que plus pesantes depuis peu, cela était tout simplement tombé sous le sens. Désormais, bien que toujours genin en attente d’une éventuelle équipe, elle n’y pensait plus trop, l’esprit beaucoup trop occupé par autre chose pour le moment, et son temps plus difficile à obtenir encore.

S’interrogeant quant à ses capacités, elle nota rapidement sur une feuille ce qu’elle lui disait. Elle comptait tout remettre au propre plus tard, dans son dossier officiel. Le poison était donc sa force et elle éprouvait des difficultés au corps à corps. Le fûton semblait aussi être son élément, si elle en croyait la maîtrise du vent mentionner. Un style de combat fort différent de l’héritière Zetsu, qui elle se basait essentiellement sur ses capacités à tenir un combat rapproché, ayant besoin, la majorité du temps, d’avoir un contact physique avec autrui pour que ses attaques portent.

Hochant simplement de la tête, la question qui suivit d’un ton bas eut de quoi la faire hausser les sourcils, surprise. Incertaine quant à ce qu’elle devait répondre, un silence s’installa entre elles.

- Et bien, mon travail consiste exactement ce à quoi on peut s’attendre d’une assistante… Je gère les dossiers, tout du moins, les trucs qui ne sont pas trop importants. Je m’assure que tout soit en ordre, que les documents aient aux bons destinataires, que les missions soient assignées… Un peu tout ce que le Tsuchikage n’a pas le temps ni le besoin de gérer, en soit.

Autrement dit, sa présence servait surtout à alléger ses épaules et son horaire, lui qui en avait déjà bien à faire avec un village tel que le leur. Un village ayant par deux reprises été pris d’assaut, sans compter les conflits à l’interne qui semblaient prendre des propensions démesurées. Pour l’instant, elle s’était mise en tête de traiter tous les dossiers des shinobis, les informations dont elle avait accès et plus précisément ceux des genins toujours en attente d’une équipe.

- Je ne vois cependant pas de quels avantages vous pouvez vouloir parler.

Dotée d’une candeur assez surprenante pour une demoiselle s’approchant de la vingtaine, elle était dénuée de tout malice, ne cherchant qu’à bien faire autour d’elle. D’un passé particulier qui l’avait sûrement marqué à vie, elle ne souhaitait pas répéter les erreurs de son géniteur et cherchait donc à faire le plus qu’elle le pouvait pour venir en aide aux autres. De ce fait, si sa prédécesseure avait réussi à prendre avantage de son poste et abuser de l’ombre du village, il était tout simplement hors de questions pour elle que de faire de même.

Posant son regard sur sa feuille, elle y inscrivit une seconde question avant de l’adresser à la femme devant elle, passant outre le sujet quant à ce que son poste pouvait bien offrir.

- Et maintenant, dites-moi, Chiyori, quels sont vos objectifs ?

Une question dont tout bon shinobi devait avoir ne serait-ce qu’une vague idée de la réponse. Pour sa part, il s’agissait d’une vision assez utopique de ce monde, où la paix serait présente et définitive. Assez de ces guerres où le sang coulait à flot. Demoiselle pacifique, elle aspirait seulement à un monde où la souffrance ne serait plus quotidien.

_________________
How should this story end ?
I'm standing alone in this world that keeps on changing, but hiding away, my true self is fading. The loneliness that wraps around keeps deepening until I drown. Fond memories we used to share pierce me 'til I no longer care. I cannot run, I cannot hide, I cannot think, I cannot find, I cannot move, I cannot leave you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2560-zetsu-eiko http://www.ascentofshinobi.com/u462

Mar 10 Avr 2018 - 3:23

Le travail d’une assistante, bien que ce soit celle de la personne la plus importante du village, ne semble pas très passionnant à l’écouter parler. Prendre charge des éléments jugés moins pertinents, bien qu’ils puissent l’être quand même, me parait peu attrayant à prime abord. Pas d’avantage qui plus est, l’horreur. Je pense tout simplement ne jamais avoir été captivée par les notes, renseignements et paperasses en tous genres. Être sur le terrain s’avère plus palpitant à mes yeux, résumons-le ainsi. Heureusement que certains individus tels que Zetsu Eiko existent pour assumer ces responsabilités, j’imagine qu’elle y trouve un aspect fascinant. La pertinence de ce travail ne peut en nul doute être remise en question. Je l’écoute silencieusement, m’adossant finalement au dossier de ma chaise pour reposer ma musculature.

Je ne peux donc que vous remercier de gérer mon dossier, Eiko. Sans vous, il serait probablement passé aux oubliettes emportant avec lui mes chances d’être assignée à une équipe ninja. Je vous en dois une.

Considérant que ce point est plutôt important pour moi, autant lui partager ma reconnaissance pour son travail. Je me mets à croire que cette femme fait grandement confiance au dirigeant d’Iwa et vice versa, ils doivent avoir une relation particulière qui est bonne. Je suppose qu’Eiko n’occuperait pas ce poste important si ce n’était pas le cas. Le sujet s’oriente différemment puisqu’une autre question m’est destinée à laquelle je prends le temps de répondre après réflexion.

Évidemment, je ne suis pas autorisée à parler de Shigure. Personne ne doit savoir que je suis en réalité à Iwa pour avoir une chance de le retrouver. Je suis parvenue à me rapprocher des Nagamasa pour en savoir davantage sur ses allées et venues ainsi que son passé. Maintenant, j’attends et espère obtenir un signal m’annonçant que ce dernier est toujours en vie. Depuis le début de la purge du pays de l’eau, je n’ai plus eu aucune nouvelle et mes espoirs sont au bord du gouffre.

Il va de soi que mon objectif premier est ma contribution directe aux élaborations et projets de ce village ! J’ai une vision particulière toutefois de ce qui doit être fait ou non. Je prime le bien commun avant tout, chose que les gens ont de la facilité à accepter jusqu’à ce qu’ils soient confrontés à une situation difficile les impliquants plus intensément.

Sauver un membre de leur famille versus sauver une dizaine d’inconnus, entre autres. Le bien commun voudrait que la vie de la plus grande quantité de personnes soit préservée pour favoriser le bien être de plus d’individus. Évidemment le choix peut être difficile. Je comprends les raisons et arguments des deux partis.

Comment voyez-vous la chose du haut de votre titre, assistante-sama ?


Sa réponse peut s’avérer intéressante, supposant qu’elle accepte d’y répondre bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2892-fujiwara-chiyori-terminee

Lun 16 Avr 2018 - 2:18
Aux yeux de l’assistante, la femme qui se trouvait devant elle semblait avoir le coeur à la bonne place. Quelqu’un qui lui ressemblait un peu, en quelque sorte. Pas tout à fait et pas sur de nombreux points, cependant, l’objectif de la Zetsu était de faire le plus qu’elle pouvait offrir à tous. Le bien commun avant tout. Il s’agissait d’une façon de penser et de voir les choses assez altruistes, où l’on s’oubliait un peu en tant que personne pour s’assurer que tous se portent bien. Une mentalité qu’elle appréciait et qu’elle respectait. Si elle se savait encore très jeune et trop peu mature pour arriver à réellement l’appliquer, ses émotions prenant bien souvent le dessus de sa personne, il s’agissait de quelque chose qu’elle souhaitait parvenir à accomplir.

Or, elle savait que ce n’était pas le cas, pas actuellement. Après tout, elle aurait été prête à tout donner, à tout sacrifier, et ce, pour sauver une seule et unique personne. Peu importe qui et peu importe quoi, elle aurait tout fait pour préserver sa meilleure amie, pour peu qu’elle-même soit tentée de se laisser aider, ce qui n’était bien évidemment pas le cas.

Elle en vint donc à rapidement respecter la jeune femme. Pas que ce n’était pas déjà le cas, cependant, elle gagnait dans son estime. Pour ce que cela voulait dire. Elle avait conscience du peu d’importance que cette dernière devait y porter, cependant, elle faisait partie de ces personnes qu’elle respectait pour leur vision et pour ce qu’ils voulaient faire. Elle avait ressenti la même chose vis-à-vis de Watari, ce samouraï qu’elle avait rencontré quelques temps plus tôt. Ces êtres altruistes qui avaient à coeur le bien être d’autrui. Elle avait encore beaucoup de chemin à faire pour elle-même y parvenir, mais elle avait confiance. Elle aussi avait son coeur à la bonne place, il ne lui manquait plus que de s’activer un minimum. Chose qui était plus difficile à faire qu’à dire, notamment de par sa motivation désormais bien à plat, depuis la dernière trahison de celle en qui elle avait mis toute sa confiance.

- Vous donnez plus d’importance que vous le devriez en ce titre, je crois.

Un léger rire s’échappa de ses lèvres tandis qu’elle ne pouvait pas être plus sincère dans ses paroles. Au final, qui était-elle réellement ? Qu’une jeune demoiselle brisée qui subissait à nouveau les contrecoups d’une confiance trop facilement accordée, tandis qu’elle se remettait peu à peu de ses expériences passées. Elle n’était qu’une genin parmi tant d’autres s’étant trouvée à la bonne place au bon moment se retrouvant désormais à assister l’ombre du village du meilleur de ses capacités.

- Mais si j’avais à émettre un avis… Je dirais que vous êtes une kunoichi à ne pas négliger qui pourrait apporter beaucoup au village. Vous avez à coeur le bien-être de celui-ci et de ses habitants et c’est une qualité qui, je trouve, se fait parfois trop peu présente chez les autres.

Elle allait sûrement voir ce qu’elle pourrait faire de son côté pour l’intégrer éventuellement dans une équipe. Le plus vite se trouvait-elle impliquée et le mieux cela pourrait être pour tous.

- J’admire votre façon de penser. C’est quelque chose que je tente d’appliquer, cependant… J’imagine que vous savez ce que les émotions peuvent amener à faire.

Dans son esprit s’imposa l’image d’Akimoto, qui avait presque été tenté de faire brûler toutes les évidences qu’elle avait contre cette Hyûga que tous deux appréciaient plus que de raison, et ce, pour la sauver de l’inévitablement, ce qu’elle-même avait attiré sur sa personne.

- Qu’aimeriez-vous trouver, chez vos coéquipiers ? Que ce soit en ce qui concerne les capacités, le caractère, les aspirations ?

Après tout, elles étaient là pour finaliser le dossier de celle qui avait été négligée par sa prédécesseur. De ce fait, elle se devait de s’attarder sur son cas, de voir qui était-elle et ce qu’elle recherchait, de quoi lui offrir ce qu’elle voulait et ce qui s’en rapprochait.

_________________
How should this story end ?
I'm standing alone in this world that keeps on changing, but hiding away, my true self is fading. The loneliness that wraps around keeps deepening until I drown. Fond memories we used to share pierce me 'til I no longer care. I cannot run, I cannot hide, I cannot think, I cannot find, I cannot move, I cannot leave you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2560-zetsu-eiko http://www.ascentofshinobi.com/u462

Mer 25 Avr 2018 - 16:13
Était-ce de la modestie ou alors avait-elle raison concernant le titre d’assistante du Tsuchikage ? A mes yeux, cette position parait importante et nécessite une personne respectable et travaillante pour l’occuper. Ce n’est pas n’importe qui pouvant accéder à cette stature au sein du village caché de la roche. Je préfère considérer que la fille du clan Zetsu est modeste, usant de la retenue pour éviter de vanter sa place au cœur de l’organisation d’Iwagakure no satô. Ce trait de caractère ne me dérange pas, en autant que la personne soit en mesure de prendre les compliments qui lui reviennent de droit. Chose que je suis capable de faire bien que ce soit gênant.

Oh… Je vous remercie, Eiko. Il faut garder en tête que de nos jours avec les conflits qui éclatent autour de nous, il est plus difficile de réfléchir tout en favorisant le bien de la communauté. Toujours se souvenir que nous sommes un tout ! C’est ce que disais mon père. Je tâche de m’en rappeler, surtout dans les pires moments.

Un sourire timide s’étire sur mes lèvres couleur pêche. Mon interlocutrice semble penser comme moi, pour certains points. Primer la vie d’un plus grand nombre d’individus, voilà ce qui est le bien commun sous sa forme élargie.

Évidemment… ce n’est pas aisé à appliquer comme philosophie, comme vous le sous-entendez. Avez-vous vécu une situation difficile ou vous ou un membre de votre entourage deviez prendre une décision compliquée, Mlle. Zetsu ?

Un peu directe la question, ma véritable nature ne se cache pas bien loin même lors de rencontres plus officielles. Je me repose toujours sur le fait que la plupart des gens m’annoncent qu’ils refusent de répondre, tout simplement, lorsque cela devient trop intime. J’imagine que cela sera le cas pour elle… du moins je l’espère. Le sujet bifurque sur la raison de ma venue ici, mon entrevue.

Pour les équipiers… Je m’entends généralement mieux avec des personnes franches, qui ne passent pas par quatre chemins pour dire les choses. Cela permet de régler rapidement les conflits potentiels ou sources de problèmes. Interagir avec respect tout en étant honnête, je pense que c’est une bonne base.

Je réfléchis un instant pour ce qui est de la composition de l’équipe du côté des talents avant de répondre.

Ensuite, si on veut discuter logique, il faudrait une personne au corps à corps et peut-être une autre maîtrisant le Genjutsu mais plus sérieusement cette partie ne me dérange pas du tout. Ça vient à me demander… Dans quelle genre d’équipe êtes-vous, Eiko ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2892-fujiwara-chiyori-terminee

Sam 28 Avr 2018 - 8:35
Une situation difficile… Oui, elle venait d’en vivre une. Une situation où elle aurait voulu se montrer terriblement égoïste. Lorsqu’elle était allée voir Akimoto, avec toutes les preuves incriminant sa meilleure amie, à quelque part, elle aurait aussi pu ne rien dire. Dire ne rien savoir. N’avoir jamais rien vu, rien entendu. Toutefois, est-ce que cela aurait été la meilleure décision ? Quelqu’un d’autre aurait fini par savoir et cette personne se serait peut-être montrée moins clémente. Et puis, elle ne pouvait plus nier le danger que représentait la Hyûga. Tant pour les autres que pour elle-même.

Voulait-elle répondre à la question ? La Fujiwara, du peu qu’elle venait tout juste d’en apprendre d’elle, était quelqu’un de sympathique. Vraiment. Quelqu’un avec qui elle se sentait à l’aise. Mais surtout, elle tombait à point, l’empêchant de trop se morfondre dans ses pensées qui menaçaient de l’étouffer. Elle soupira.

- J’ai mis ma meilleure amie en prison. Je la connais depuis l’enfance, on a carrément grandi ensemble, elle et moi. Nous nous sommes perdues de vue quelques années, mais elle est revenue il y a un peu plus d’un an. Et, dernièrement, et bien…

Elle lui en voulait encore terriblement pour ce qu’elle avait fait. Et pourtant, elle n’arrivait pas à la détester. Elle aurait tant voulu l’haïr, pour tout ce qu’elle lui avait fait subir, pour tout ce qu’elle avait dû endurer par sa faute. Mais elle n’y arrivait pas. L’amour qu’elle lui portait était inconditionnel, mais surtout irrationnel.

- J’aurais pu être égoïste et ne rien dire. J’étais celle qui savait tout, concernant sa situation. Mais… Elle était dangereuse. Pour les autres. Pour elle-même aussi je crois.

Un nouveau soupire. Cette situation la mettait toujours aussi mal. Elle assumait mal ce qu’elle avait été dans l’obligation de faire. Akimoto vivait-il la même situation qu’elle ? Peut-être bien. C’était pour cela qu’elle continuait de travailler, et ce, sans s’arrêter. Elle ne voulait pas l’abandonner. Il devait déjà en avoir tellement sur les épaules, sans compter la guerre qui se dessinait à l’horizon. La mort d’Alderan n’avait pas non plus fait plaisir à tous. Elle ne pouvait qu’essayer de supporter l’ombre du mieux qu’elle le pouvait.

Écoutant donc attentivement sa réponse, elle pouvait concevoir le pourquoi préférait-elle des gens francs. Cela évitait bien des embrouilles que de pouvoir s’exprimer directement quant à ce qui clochait. Quant à sa propre équipe… Elle en avait eu une, vite fait, l’espace de quelques instants, qui n’avait toutefois pas pu réellement voir le jour.

- Je ne suis dans aucune équipe, pour l’instant. Les choses sont assez compliquées de mon côté, et avec le départ.

L’arrestation.

- De l’ancienne assistante qui travaillait avec moi, Borukan-dono n’a certainement pas envie de me voir quitter ce bureau. Vous imaginez, il devrait travailler sérieusement sinon.

Un léger rire, une plaisanterie qui n’avait rien de bien méchant concernant l’homme qu’elle respectait énormément. Jamais avait-elle remis en question sa position ni même le travail qu’il faisait. Au final, pour sa part, elle ne faisait que s’assurer que tous les documents étaient en ordre, qu’il ne manquait de rien, que tout soit à jour. Comme ça, s’il avait besoin d’informations, elle pouvait seulement sortir les dossiers appropriés et ainsi elle se facilitait la vie à tous les deux.

- Je pense avoir fait le tour, concernant mes questions pour compléter votre dossier. Avez-vous quelques interrogations, questions, soucis ou autre ?

De quoi s’assurer que la jeune kunoichi s’y fasse, au village, qu’elle se sente bien, à sa place aussi. La Zetsu s’y était toujours sentie étrangère et préférait éviter que d’autres se sentent ainsi.

_________________
How should this story end ?
I'm standing alone in this world that keeps on changing, but hiding away, my true self is fading. The loneliness that wraps around keeps deepening until I drown. Fond memories we used to share pierce me 'til I no longer care. I cannot run, I cannot hide, I cannot think, I cannot find, I cannot move, I cannot leave you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2560-zetsu-eiko http://www.ascentofshinobi.com/u462

Dream Team (Eiko)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: