Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Femme saoule rencontre un démon [ Tadaoki Asami]


Ven 6 Avr 2018 - 13:54
L'alcool c'mal m'voyez ~


Savez vous ce qui peut pousser une femme à boire, à part un homme ? Le manque d'homme dans sa vie. Le départ d'une mère. Et ce mois-ci, Kae vivait l'anniversaire du départ de sa tendre maman cumulée à la mort de son vieux maître. Alors, comme tout bon être humain qui ne sait pas faire face à des émotions trop fortes, elle s'enfermait dans la boisson. Elle ne se souvient plus du pourquoi du comment qui la menée a cet instant précis de sa vie. Tout ce qu'elle savait, c'est que l'homme lui faisant face – appelons-le Ian – l'avait abordé sans la moindre délicatesse pour savoir combien elle prenait. Et saoule comme elle l'était, la pauvresse n'avait pas compris la question dans le bon sens. Là où il parlait de sexualité rémunérée, elle avait comprit une danse. Alors elle c'était laissée tomber sur le séant, posant sa bouteille presque vide entre ses cuisses et avait posé son sac – plein a craqué de bouteilles – à ses côtés. Elle dut s'y reprendre à cinq fois avant de se lancer dans une explication au moins aussi tordu que les prédictions de Nostradamus. Et elle l'empêchait de bouger, non pas grâce à un quelconque jutsu, simplement en le forçant à poser son fessier aussi, penchée en avant et son regard vague planté dans ses siens, mains sur ses épaules.

Et elle parlait, et elle parlait… Jusqu'à ce que Ian ne s’intéresse plus à elle mais à son sac. Il fallait le faire quand même, lasser un homme jusqu'à ce qu'il trouve votre sac plus intéressant… M'enfin, elle ne s'en rendit même pas compte. Elle commença à lui parler des ninjas, des nobles où encore du kage. Comment ne pas la prendre pour une folle en cet instant me direz vous ? Et bien tout simplement en avisant sa bouteille de saké. Une femme ayant autant bu ne pouvait être vraiment…. « Saine d'esprit » n'est-ce pas ? Mais alors qu'elle causait, elle sentit une chose changer dans l'air. Quelqu'une chose qu'elle ne comprit pas, un petit je ne sais quoi qui lui fit froncer les sourcils. Elle releva le nez, dévoilant son petit visage doux, tout souriant. Ses grandes pupilles océans se tournèrent vers le nouveau venu. Enfin la nouvelle venue. Entamée comme elle l'était, sa vision et son cerveau déformèrent ce qu'elle voyait. Dans doute du à un jeu de lumière, mais elle était persuadée qu' un démon se tenait devant elle. Une fois l'information digérée, elle écarquilla les yeux et se pencha en avant, se retrouvant sur les genoux, le regard brillant comme celui d'une enfant découvrant un cadeau de noel.

-UN DEMON ! BON SANG De LICORNE BORGNE ! *Elle secoua vivement la jambe de Ian sans prêter la moindre attention au reste du monde en cet instant* Regarde ! DEMON ! C'est un DEMON!!!!!!

Kaedlin se releva alors, difficilement mais sans lâcher son héro démoniaque du regard. Une fois stable sur ses guibolles, force fut de constater qu'elle dépassait Ian d'une bonne tête. Et oui, elle était grande pour une faible femme. Car oui, elle était définitivement faible mais ne revenons pas là-dessus, ce serait débile et une perte de temps. Ce fut là que Ian fit son connard et s'enfuit, presque soulagé d'échapper aux blablatages incessant d'une femme saoule. Kae n'y porta pourtant aucune attention, hypnotisée par son sauveur. Bien qu'elle n'en eut pas vraiment besoin à la réflexion… La jeune femme s'approcha de lui – non sans tituber – en souriant. Et elle constata que c'était une elle en fait. Elle ne voulait pas qu'elle la laisse.

-T'es pas un démon. T'es une démone. Pardon. Je savais qu'il y avait des démon à seins. C'est trop bizarre… Du coup. Tu vas me manger. Où tu vois avec moi?!

Malgré ses paroles, elle souriait, elle arborait cette expression alors que ses jambes tremblaient. Et que son kokoro lui faisait un peu bobo. Mais pas à cause d'elle, non. Le passé pouvait être bien cruel pour une femme comme elle. Avec des gestes lents, la jeune femme tendit la main pour toucher le visage de sa démone, voulant s'assurer qu'elle était bien réelle. Elle pencha un peu la tête sur le côté et sourit un peu plus. « Tu es belle » lui échappa. Mais rien d'intéresser, une simple constatation. Elle ne tenta rien de plus, restant là, à la détailler – surtout a cause de l'alcool lui brouillant un peu la vue. Finalement, elle laissa retomber ses bras le long de son corps. Elle fronça les sourcils alors que le conseil de sa maman lui revint en mémoire : ne parler avec des inconnus. Elle soupira un peu et fit la moue, lui donnant un air enfantin.

-Je peux pas rentrer chez moi. J'ai essayer hein ! Je le jure ! Je sais pu ou j'habite… J'ai oublié. Je crois que c'est pour ca que je bois pu trop. Je me perds a chaque fois… C'est idiot hein ? Je… Reste avec moi… Je veux pas être toute seule… J'ai peur quand je suis toute seule… *Elle se pencha en avant et adopta le ton de la confidence* Je suis certaine que des ninjas mal famés traînent par ici… Et puis… Les monstres. Eux ils me font super peur… Alors… Me laisse pas s'il te plaît ! Je veux pas finir en casse croûte ! Je suis pas une brochette ! OH ! J'ai même rencontré un homme qui ce téléporte ! *Alors non, il ne se téléporte pas, il a couru pour la faire tourner en bourrique* C 'est super flippant!!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2891-zhang-kaedlin-une-folle-armee-d-une-louche-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2897-zhang-kaedlin-les-peripeties-d-une-femme

Ven 6 Avr 2018 - 17:15
Elle était restée tard au complexe scientifique, étant même la dernière à quitter les lieux alors que le soleil s’était couché depuis un bon moment déjà. Travaillant sur l’un de ses nombreux projets, elle n’avait pas vu le temps passer alors qu’elle enchaînait les différentes étapes d’un antidote se voulant particulièrement difficile et capricieux. De quoi menacer de rendre folle la scientifique qui avait passé un temps fou à élaborer le protocole et qui mettait tout autant de temps à le mettre en pratique. Au final, ce dernier terminé, elle ne pourrait l’essayer avant le lendemain matin et elle s’était donc décidée quant à quitter l’endroit pour rentrer chez elle. Il n’y avait pas plus qu’elle pourrait faire à l’heure actuelle, de toute façon.

Si l’idée avait été de rentrer, celle-ci fut rapidement écartée par l’un des médecins qu’elle côtoyait de temps à autre qui lui proposa de l’accompagner lui et quelques collègues dans un bar tranquille du village. Se devant d’entretenir cette image qu’elle affichait aux yeux de tous, celle de l’agréable demoiselle, elle accepta, un peu à contre-coeur, bien qu’armée de son sourire qui ne la quittait jamais, ou presque. Le reste de la soirée passa donc lentement, trop pour celle qui n’avait qu’une envie : celle de rentrer. Elle participait toutefois aux discussions, comme à son habitude, de sa voix douce et posée, calmant le jeu lorsque les esprits enflammés par l’alcool se lançaient dans des débats sans queue ni tête. Pour sa part, elle avait bu de façon modérée, rien qui ne lui ferait perdre la tête. Manipulatrice et perfectionniste, elle ne pouvait se permettre que de voir sa raison corrompu par ce vil liquide. Elle s’y était laissée tentée une seule fois et les résultats avaient été catastrophiques. Mieux lui valait donc d’éviter.

Finalement libérée, elle salua gentiment ceux qu’elle avait accompagné, décidée quant à rentrer chez elle. Tous avaient quitté et alors qu’elle prenait elle-même la direction de la sortie, force fut de constater que sa soirée ne serait pas tranquille. Une voix agressante parvint à ses oreilles, la forçant à poser ses prunelles de flamme sur celle qui venait de l’apostropher d’une façon assez originale, pour ne pas dire presque surprenante. Si elle avait déjà eu droit à des commentaires originaux d’hommes venant l’intercepter, c’était bien la première fois qu’on lui hurlait démon au visage.

Un regard vers l’homme aux côtés de la demoiselle lui suffit pour comprendre qu’il était tout aussi désemparé qu’elle. Sûrement avait-il voulu profiter d’une demoiselle fortement intoxiquée pour passer une nuit dont nul ne se souviendrait et il s’était retrouvé avec une folle dont la volubilité était assez surprenante. Profitant du moment où l’attention de celle au teint sombre était portée sur l’entité maléfique qu’était la Tadaoki, il prit ses jambes à son cou, lui laissant dès lors ce fardeau à supporter. Et alors qu’elle aurait bien voulu en faire de même, voilà que l’inconnue se rapprochait d’elle, osant même venir poser sa sale patte sur son visage. Une profonde inspiration plus tard et elle était toujours calme. Elle avait cette image à préserver. Asami était une jeune demoiselle agréable, kunoichi exemplaire, toujours là pour offrir soutien aux autres.

La bonne blague.

- Je ne te mangerai pas.

Un léger rire traversa ses lèvres alors qu’elle avait prononcé le tout d’une voix aussi rassurante qu’amusée. Autant tenter de se divertir de ce spectacle qu’elle lui offrait, ce qui serait suffisant pour venir la calmer un minimum, elle qui avait eu pour espoir de s’écraser sur son sofa, chez elle, pour se plonger dans une lecture intéressante.

- D’accord, d’accord, rassures-toi, je ne pars pas, okay ? Aller, viens, on va s’asseoir. Non pas que je n’ai pas confiance en ton équilibre…

Une main posée contre le bras de la femme, elle l’entraîna à la table la plus près d’elles, prenant place à ses côtés plutôt que face à elle. Elle semblait avoir besoin de réconfort, ou, tout du moins, quelque chose de similaire à ça. Mieux valait alors ne pas imposer la distance d’une table, lui laissant ainsi l’occasion que de se sentir à l’aise en sa présence.

Portant son regard sur elle, elle passa une main dans sa crinière sombre, ramenant ses cheveux derrière ses épaules, réfléchissant à la suite des choses et ce qu’elle pouvait bien dire.

- Je m’appelle Asami. Et je ne suis pas une démone. Un léger rire. Ou, du moins, cela dépend si tu considères les femmes en règle générale comme étant des démones. Et pour le moment, je vais rester avec toi, jusqu’à ce que tu te rappelles de où tu vis, d’accord ?

Un sourire agréable, un regard avenant, tout chez la marionnettiste respirait la bienveillance alors qu’elle cherchait à venir la rassurer.

- Comment t’appelles-tu ? Et connais-tu quelqu’un qui serait en mesure de dire où tu vis ?

Autant commencer quelque part.


Dernière édition par Tadaoki Asami le Mar 10 Avr 2018 - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 7 Avr 2018 - 17:04
Coupine ~


Sou-la-gée ! Kae était soulagée. Elle n'allait pas se faire manger et ça c'était trop bien. Donc, si on réfléchissant bien, la madame allait venir avec elle, hein ? Bah oui. C'était même terriblement logique ! Donc, elle venait de ce faire une amie. Enfin, selon ses critères de soûlarde ! Et puis elle était toute douce, toute gentille… Kae avait envie de lui sauter au cou mais elle doutait de tenir debout assez longtemps, et faire tomber une belle madame, c'était pas conseillé. Surtout une jolie madame amie ! En plus, la super madame l'aida à marcher vers une table où Kae pu prendre place. Elle s'assit et ferma les eux en grimaçant – pour une raison si obscure qu'elle-même ne le sut pas – et tourna son visage d'ébène vers elle. Ses grand yeux bleus, innocent, la regardait tel le messie. Ouais. Elle venait de passer du rang d'amie à sauveur du monde. Géniale non ? Pauvre Asami…

-Les femmes c'est pas des démons ! C'est des déesses ! Et puis, en plus on fait plein de truc mieux que les couillus ! Genre, nous, on cuisine bien, et on peu faire la lessive en même temps ! Et puis on est plus jolie ! Quoi que… Y a des hommes qui sont plus beaux que nous, mais ils comptent pas ! Se sont pas de vraies hommes. Les vrais hommes… C'est comme notre Kage ! Lui c'est le meilleurs des meilleurs ! Un vrai de vrai ! Je suis certaine qu'il est tellement fort qu'il peu avaler une dizaine de ramen en moins de deux minutes ! AHHHH Faudra que je lui demande ! Mais ca veut dire déjà qu'il faut que je le vois. Comment on voit un kage ? Tu crois que je dois lui envoyer une lettre ? Ah bah non ! Je vais toquer chez lui ! C'est logique! Viens on va chez lui ! Faut que je lui demande!

Elle allait se lever quand la main de la belle brune se glissa dans sa crinière, tirant un sourire débile à l'alcoolisée. Ok. C'était agréable. Elle voulu faire pareil, mais elle se rata et sa main finie dans son décolleté. La gourdasse resta là, un peu surprise avant d'éclater de rire et y foutre la tête, comme une gosse. C'était douxxxxxxx ! Elle leva les yeux vers la propriétaire de cette paire de nibard de l'enfer, avec un regard suppliant, lui donnant encore cet air enfantin, mignon mais contrastant avec son corps.

-Tu veux bien être mon doudou ? Parce que tes machins là… Y sont trop moelleux ! Je crois que je comprends les hommes… Ils en ont de la chance ! Je veux être un homme aussi ! Avec un gros machin, comme ca je serais le plus fort ! *Il faudrait peut-être lui expliquer que la taille du machin ne détermine pas la puissance d'un individu… Sinon les femmes seraient faible. Brave ignorante.* Tu as un machin toi ? C'est possible d'avoir un machin et des nichons ? Se serait cool non ? Tout le monde a égalité ! Au fait ! *Elle se redressa à quitta la douceur boobesque de la demoiselle* Hein que c'est vrai que les bébés, bah sortent des nénuphars ?! Parce que Maya ne me croit pas ! Elle dit qu'il faut faire du sale de grand pour avoir des bébés. Mais du coup… C'est sale. Et je veux pas de sale. Beurk ! Par contre j'aime les groooos câlins ! Toi aussi hein ? Tout le monde aime les câlins de toute façon. Sinon t'es pas un vivant, t'es un renard détraqué avec la peste ! Et toi… Bah t'es trop jolie de la mort qui tue pas vraiment!

Le regard brillant, comme si elle retombait en enfance, Kae déblatérait des choses ayant peu de logique entre elles. Elle enchaînait, oubliant presque de respirer. Et elle avait déjà oublié son idée d'aller toquer chez le kage pour lui poser sa question définitivement idiote. M'enfin, pouvait-lui en vouloir, lorsque l'on prenait en compte la dose d'alcool coulant dans ses veines ? Finalement, elle se posa sur la table : sa tête sur un bras, tendait que de l'autre, elle jouait avec les cheveux de la jolie dame. Elle aperçue alors Shin, un habitué du bar, qui la regardait, les yeux rond. Elle se redressa et lui fit un grand coucou..

-SHINOUNETTTTT ! COUCOUUUUUUUUUU ! Ah… Mais…. Reviens !!!!!! Je vais pu te taper, promis ! J'ai pas ma louche ! Mais… Il est partie. Le vilait pas beau. Enfin si, il est beau. Mais pas beau. Bouhhhh méchant ! Amasi ! Viens, on va le rattraper ! Je veux lui fair eun câlin ! *Elle se leva, bancale et voulu faire un peu, perdit l'équilibre et se retrouva sur la chaise, clignant connement des yeux avant d'exploser de rire* L'univers à dit non ! Kaedlin ne pourra pas câliner Shinounet se soir!

Et oui, elle avait complétment zappé de répondre aux queqtions de la demoiselle. Pas qu'elle ne voulait pas, mais elle ne s'en souvenait juste pu. A croire que l'alcool rendait les gens cons. Enfin, s'il les rendait intelligent, cela se saurait, non ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2891-zhang-kaedlin-une-folle-armee-d-une-louche-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2897-zhang-kaedlin-les-peripeties-d-une-femme

Mar 10 Avr 2018 - 18:52
Elle n’avait jamais rencontré quelqu’un comme celle qui se tenait à ses côtés à l’heure actuelle. Ou enfin, peut-être bien que si, cependant, en règle générale, elle trouvait une façon de s’éclipser et de fuir. Si elle se considérait dotée d’une patience légendaire, il n’y avait que lorsqu’elle considérait que cela en valait la peine qu’elle en faisait preuve. Autrement dit, il n’y avait que lorsqu’elle avait quelque chose à y gagner qu’elle était en mesure de faire preuve d’une patience Olympienne. Cependant, à l’heure actuelle, cela était bien loin d’être le cas, et pourtant, elle était forcée de préserver les apparences. Face à elle se trouvait une femme fortement intoxiquée qui l'assommait de son babillage incessant qui ne semblait faire aucun sens si ce n’était que pour cette dernière.

Se rendre chez le Kage ? La Tadaoki eut un léger sourire en coin à cette idée. Un rapide coup d’oeil sur la femme lui permit de constater qu’elle était particulièrement jolie et qu’elle possédait d’attrayantes courbes. Sûrement y trouverait-il un certain intérêt. Peut-être. Si ce n’était qu’elle allait devoir apprendre à se la fermer, de ce qu’elle connaissait du Metaru en question. Or, elle n’avait pas envie que de se rendre jusqu’au domaine Metaru, pas plus apprécierait-il qu’elle vienne à une telle heure avec une femme plus saoule qu’elle ne l’aurait dû. Elle la calma donc d’une main dans ses cheveux, la forçant presque à rester tranquillement assise, aussi tranquille qu’elle pouvait être donc, un doux sourire sur les lèvres. Puis, les choses s’enchaînèrent sans qu’elle n’ait la chance d’en placer une. Entre le visage de la femme entre ses seins et son discours semblant n’avoir aucune fin, elle se devait d’admettre d’être dépassée par les événements.

Elle avait soudainement l’impression d’être en compagnie d’un enfant récalcitrant dont les limites n’avaient toujours pas été assimilées et dont elle devait désormais se charger sans quoi sûrement quelque chose de terrible pourrait lui arriver. L’idée de la laisser aux mains d’un quelconque pervers des lieux lui traversa l’esprit, elle était certaine que l’idiote n’y verrait que du feu. Cependant, apparence obligeant, elle resta à ses côtés, à son plus grand dam. Elle détestait les enfants et ce n’était pas pour rien. S’occuper d’une autre personne qu’elle-même ? Hors de question. L’égoïste qu’elle était ne se souciait jamais que d’elle-même, sans un seul regard ni considération pour les autres. De ce qu’elle disait, du moins. Certaines personnes avaient su prendre une place particulière dans sa vie, place qu’elle n’avait toujours pas défini.

- Ce n’est pas grave, Kae.

Elle avait assumé que son nom était Kaedlin et, compte tenu de la situation, avait décidé qu’elle pouvait se permettre ce surnom. De quoi lui faire comprendre qu’elles avaient désormais une certaine proximité, qu’elle pouvait lui faire confiance. Ce qu’elle ne ferait pas pour préserver ce masque qu’elle arborait depuis des années, qui avait su berner tout le monde, ou presque, même sa propre famille.

- Évidemment que j’aime les gros câlins. La bonne blague. Aller, viens, à défaut de pouvoir câliner Shinounet… Ce surnom bidon. Moi je suis là, avec toi, et n’est-ce pas ce qui compte ?

Lui adressant un sourire enthousiaste, elle se pencha vers elle, venant entourer ses épaules de ses fins bras pour la serrer dans une étreinte rassurante. Elle n’était pas particulièrement tactile au naturel, cependant, elle savait s’adapter aux situations et prendre le rôle que tous s’attendaient d’elle. Voilà pourquoi bien des gens parvenaient à lui faire confiance aussi rapidement. Étudiant le comportement humain depuis presque toujours, ayant toujours eu ce côté très manipulateur pour obtenir ce qu’elle voulait, elle avait appris à dire les bons mots, afficher les bonnes expressions et savoir quand se montrer présente pour autrui pour que ces personnes puissent compter sur elle. Il lui était tellement plus facile, par la suite, que d’abuser de ces dernières. Après tout, n’était-ce pas là la façon de faire de tout bon marionnettiste ?

Tirer les ficelles sans que personne ne s’en rende compte, manipulant autrui pour qu’ils fassent ce qu’elle voulait tout en ayant la conviction qu’ils souhaitaient réellement faire une telle chose pour elle. Après tout, elle était si gentille et présente pour les autres…

- Alors, comme ça, tu menaces les gens avec des louches, c’est bien ça ?

Elle s’était finalement reculée, arquant un sourcil en lui adressant un sourire amusé. Elle se tourna cependant vers un serveur qui passait, l’interpellant, pour lui demander un grand verre d’eau pour celle qui en avait certainement cruellement besoin. Peut-être pas pour l’instant, cependant, elle la remercierait le lendemain matin.

- Et si tu me parlais un peu de toi et ce que tu fais ici ?

Revenant à la charge, elle verrait bien si la femme était tentée par une discussion ou si elle se lancerait à nouveau dans un discours ne faisant aucun sens sur des sujets aussi nombreux que variés qui n’avaient aucun lien entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Femme saoule rencontre un démon [ Tadaoki Asami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: