Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Les 40 pages de Sanadare (Prisonnière)


Sam 7 Avr 2018 - 13:57

C’était avec étonnement que la Hyûga avait découvert sa cellule… basic ? Jackpot. Aucune prédisposition particulière visiblement, hormis celles déjà en place, Sana’ n’aurait pas pu rêver mieux. Dans ses appartements entre deux cellules du couloir du pénitencier, la kunoichi déchue observait le ciel à travers les barreaux de la fenêtre en face, sur le mur du corridor. Personne avait cru bon de lui offrir une loge avec vue. Les vilains alors. Le petit écho de son rire caractéristique résonnait dans le couloir, si aujourd’hui elle était en prison, jusque là, elle était l’assistante du Kage et par ce biais avait accès à tout avec le laxisme d’Akimoto. Tout.

Aussi, avait-elle été sage une fois mise en cage, étonnement, patientant son heure en sachant qu’un départ était prévu d’Akimoto et les trois quarts des têtes d’Iwa, pour ne pas dire toutes, une aubaine comme ça, il aurait bête de la gâcher, pas vrai ? Et c’était quelque jours après leur départ que se situait le moment.

Comme tous les jours depuis son arrivée, la borgne chantonnait en faisant sa coquette, rien d’anormal. Ses vêtements trempés étaient liés ou posés sur les côtés des barreaux de sa cellule qui composaient le mur de son couloir et sa porte. La Hyuga avait ceci dit garder son débardeur et pour cause, elle s’en servait comme pommeau de douche. Le retenant comme une poche, à l’aide de l’évier, elle le remplissait d’eau glacée avant de le porter au-dessus de sa tête pour sa « toilette ». Nue comme un ver évidement, Sanadare prenait tout son temps pour son œuvre, choisissant particulièrement bien ses poses et tout le langoureux de ses gestes. Un petit coup d’œil en arrière, vers ses barreaux et son sourire en coin s’affichait, sa comédie s’intensifiait, elle redoublait les efforts…

-Si t’étais pas aussi tarée ma pauvre Sana’…
-’dare, Sanadare. Elle détestait qu’on déforme son prénom...

Un des gardiens s’était senti obligé d’arrêter sa ronde en jetant un œil dans sa cellule, sans jeu de mot, forcément, qui pourrait vraiment lui en vouloir, elle était bien en chair et si… Hum, Taishi dirait sûrement coquine. Il se tenait alors à bonne distance de la cage, mais son attention, malgré sa prévention était sévèrement troublée sur les courbes en trop grande évidence ou les tatouages révélés de la fille. Ou alors le show outrageusement sensuel qu’elle lui offrait.

-C’est quoi tous ses dessins, ils sont... bizarres un peu quand même.

S’il appréciait jusque-là, son sourire se mutait un instant quand elle lui avouait l’origine et la signification de marques de sa peau. Enfin, d’une certaine manière. Trempée, elle ondulait jusqu’aux barres où elle s’accrochait de ses mains pour lui susurrer… Son sourire malicieux annonçait pourtant la couleur...

-Des souvenirs pour ne pas oublier l’avenir. Lui avait-elle dit avec un clin d’œil.

Le gardien moqueur, ne pouvait évidemment pas s’empêcher de se rapprocher pour la narguer, jouant son jeu au final progressivement contaminé… Ou alors parce qu’elle l’énervait avec ses grands airs en le fixant dans le blanc des yeux avec insistance et arrogance.

-Tu n’as plus d’avenir pauvre tarée, à moins que toute une vie dans une cage en soit un ? Tu vas pourrir ici et mon job est de m’assurer que tu ne meurs pas pour que ça prenne longtemps. Très longtemps. Tu saisis ?

Toutes les dents de la Hyûga s’affichaient dans son rictus maintenant, le gardien avait l’air satisfait de sa remise en place, oui enfin, même un peu trop… Avant même qu’il réagisse, elle lui avait mis deux doigts dans les yeux, avant de le faire revenir vers elle en agrippant de son autre main. Il pouvait maintenant se rendre compte que la kunoichi avait monopolisé son attention pour le berner et à l’aide d’un vêtement trempe qu’elle avait mis à proximité exprès, elle l’étranglait. A croire qu’ils n’apprenaient jamais de leur erreur. Si jusque là, elle n’avait jamais pu en convaincre un de rentrer, elle savait qu’il était aisé de les faire se rapprocher, persuadés qu’ils étaient que dans sa cage, Sana’ n’était plus un danger pour personne.

Comme elle le faisait régulièrement, il était normal que le garde de passage arrive en retard au point de contrôle, le premier jour, cela avait même rameuté ses camarades, donnant le loisir à la Hyûga de compter les effectifs adverses. Ses futurs jouets. Aussi, elle avait une petite marge de temps, bien que faible, suffisante. L’espiègle renarde s’emparait alors des clefs de sa victime toujours vivante-volontairement pour se déverrouiller, rapidement, elle se rhabillait à peine, avant de se rendre trois cellules plus loin, après avoir déverrouillé toutes celles sur son passage. Après avoir ouverte celle de sa destination, elle tendait les clés à un autre des prisonniers qui s’empressait de poursuivre son œuvre. Elle savait que ses voisins étaient des excités, parce qu’elle avait testé le terrain depuis son arrivée.

Peu importe ce qui allait se passer alors, puisqu’elle était devant sa cible dont le fascié se décomposait en la reconnaissant. Un cousin que la Hyûga s’empressait de saluer à coup de poings et autres. Avec ou sans chakra, Sanadare avait toujours été une fervente du corps à corps et moindre effort. C’était connu. Aussi l’échange brutal entre les deux Hyûga se faisait à la force des poings et loin d’être régulière, Sana’ ne se gênait nullement pour les coups bas afin de renverser le combat à son avantage. Ceci fait, sous le regard perplexe de ses camarades de cellule, elle lui explosait plusieurs fois la face contre le sol en pierre brute pour le mettre inconscient et tandis que l’émeute battait de son plein train dans son secteur de la prison, un sourire satisfait, elle lui arrachait les yeux à mains nues, en espérant vraiment qu’il y survive.

Le ton était donné et ça ne faisait que commencer.

HRP:
 



_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Sam 7 Avr 2018 - 17:42
Même s’il adorait les missions et enquêtes que le Shihainin lui faisait faire, Masamori restait un homme. Ce n’était pas une machine et il avait donc besoin de repos. La mission pour laquelle était partis Takumi et les trois quarts des shinobi du village allait sûrement lui donner ce repos dont il avait tant besoin, ou tout du moins, c’est ce qu’il croyait.

Alors qu’il se baladait tranquillement dans les rues d’Iwagakure, Kaminari fut interpelé par les quelques shinobis qui couraient vers le pénitencier situé non-loin de là où il était. La crinière blanche eut comme un pressentiment. Pourtant, rien n’affirmait que ces trois ninjas couraient vers ce pénitencier et quand bien même c’était leur destination, rien ne prouvait qu’ils y allaient pour quelque chose de grave. Mais dans ce cas, pourquoi courir ? Non, il ne pouvait rester sans réponse. Le jeune genin se mit donc à courir, vite, très vite, comme si sa vie en dépendait. Réaction peut-être un peu trop excessive pour un pressentiment, il est vrai.

Après quelques mètres de course, il arriva audit pénitencier. Là, un bordel sans nom. Un des gardes vint lui demander s’il était un des shinobis qu’il attendait, Kaminari arqua un sourcil et très vite comprit, son seul moyen d’entrer et de comprendre était de mentir. Il acquiesça donc, ce n’était pas un très gros mensonge étant donné qu’il était réellement un shinobi, ce n’était qu’arranger la vérité, il ne faisait rien de mal. Peut-être allait-il croiser la Hyûga qui était récemment arrivée ici. Il avait été surpris lorsqu’il avait appris qu’elle allait en prison mais c’était, maintenant, fait à l’idée.

Le garde indiqua donc au Masuda l’endroit où il devait aller. Lorsqu’il arriva au lieu où se passait la prise d’otage, l’émeute, enfin le truc. Il n’y avait pas vraiment de nom qui pouvait être attribué à cette foule qui se battait, ces gardes qui chialaient pour certains. Attends ils pleuraient, vraiment ? C’est gars étaient pourtant censés être préparés à ce genre de situation. Enfin, le genin, assez petit, n’eut pas trop de mal à se faufiler dans la foule. Personne ne le remarqua visiblement, sinon il serait sûrement déjà en train de se faire violer par deux-trois prisonniers moustachus.

Un détail attira l’attention du Kaminari quand il arriva au centre de l’amas de prisonniers, l'un d'eux était en train de se faire arracher les yeux. Il n’avait pas l’air d’apprécier. Dommage pour lui mais Masamori ne comptait pas l’aider, enfin pas tout de suite. Il avait plus important à faire, car la femme qui était en train d’arracher les yeux de ce pauvre taulard - qui l'avait sûrement mérité d'ailleurs - n’était autre que la cousine du Shihainin, Hyûga Sanadare. Lui qui voulait la recroiser ici, il était servi.

- M’dame Sanadare ? Qu’est-ce que vous faites ?

Tous les prisonniers se retourna vers lui, merde. Il venait de se faire repérer par tous ces prédateurs à l’affût d’un nouveau trou à souiller. Par réflexe, il fit parcourir quelques éclairs tout autour de son corps, afin de peut-être essayer de les repousser.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2758-l-eclair-jaune-d-iwa-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t2941-masuda-masamori-el-kaminari http://www.ascentofshinobi.com/u564

Dim 8 Avr 2018 - 17:09
L'alerte était survenue quelques minutes plus tôt et comme d'autres Shinobis plus ou moins préparés à gérer une gestion de crise, en l'absence de la majorité des forces d'Iwa, Itsuwari avait lui aussi trouver de l'intérêt à venir mettre son grain de sel ou de folie parmi ce brouhaha en provenance des geôles du village. L'endroit était parfait tout comme l'opportunité qui se présentait à lui puisque quelques jours plus tôt, il faisait mention de son intérêt pour cet endroit qu'il voudrait un jour diriger.

Enfin, c'était pour l'instant du cadre du rêve puisqu'il n'était qu'un gérant de morgue et un Genin en somme tout ce qu'il y avait de plus banal. Mais l'ennui avait souvent raison de lui, n'ayant ni amis, ni amante, ni gosses à gérer, ni entraînement à prévoir ou déboire dans lequel semer une pagaille plus grande encore. L’accès à la prison lui avait été refusé à cause de son grade, et ce malgré son âge à tel point que ça avait pu l'agacer à maintes reprises, l'insistance n'ayant pour but que d'en énerver d'autres. « Je suis le Taisho du Yamagenzo ! Vous allez me laisser passer bordel de cul de Borukan ! »

Clairement c'était le seul ton sur lequel il put s'adresser aux gardes de l'entrée lorsque cette envie jaillissante entrait en irruption dans le creux des reins de l'homme. Usurpation d'identité .. et d'autres chefs d'accusation pourraient lui être mis sur le dos, mais vous aviez en face de vous la copie parfaite du Taisho rarissime et vénéré qui imposait le respect à quiconque posait les yeux sur lui. De quoi en calmer un ou deux dans leur excès de zèle.

Spoiler:
 

S'approchant alors de la zone du crime sous cette lourde enveloppe dotée d'un badge édifiant sa personne et sa réputation, le vieillard vint à faire de l'ombre au jeune morveux de Masuda Masamori quand celui-ci déclenchait ses éclairs. Bien sûr, un rictus qui ne pouvait être dissimulé s'affichant au coin de la barbe du vioc qui de sa voix tout aussi roque à l'expression rustres, prit la tête des opérations en se faisant passer pour .. le réel Taisho.

« Masuda Masamori ! Gamin ! Il est temps de faire tes preuves pour te faire intégrer dans la police ! Je n'accepterais pas des morveux incapables de ce la donner ! Fonce dans le tas et déboîte-moi ces affamés ! »

Tel un stratège hors pair, et haut du plus de deux mètres en plus de sa musculature plus que développé, Ayano Zetsu leva un bras et pointa la masse de criminels dirigés par la folle cinglée de Hyuga.

« CHAAAARRRRRGEZZZZZZZZ !!! »

Lui se garderait par contre de faire de cette connerie la sienne, gardant la tête froide et haute, il était celui qui commandait, pas celui qui allait se livrer comme du bétail au milieu d'une baston qui risquerait d'être sanglante à l'issue hasardeuse. Mais fier de sa ruse, Itsuwari espérait bien entraîner dans son usurpation d'autres Shinobis prêts à livrer bataille dans ce couloir. C'était la guerre bordel ! Et il était le chef !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2618-zetsu-itsuwari-le-cauchemar-n-est-qu-un-reve-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u447

Lun 9 Avr 2018 - 7:51

Les 40 pages de Sana ♥♥ x Sana-Chan et les autres


"♥♥ La vie est la voie de la mort. La mort est la meilleur solution pour tous les problèmes, elle prends les gens sans se soucier de la condition de vie. De plus la mort est le seul moyen de pouvoir se libérer de la guerre. Du coup, si tu veux mourir... Je peux t'aider ♥♥"

Aujourd'hui était un grand jour, Sana… Sanadare était désormais pri...pri-prisonière ♥ géniale, Shinji pourrait lui rendre une petite visite un peu spéciale. ♥ Il avait un but assez précis et pour pouvoir le réaliser le plus facilement possible, il espérait vraiment que cette opération réussisse ! Mais le plus difficile serait que Sana se montre coopérative, enfin… il y a toujours une solution aux problèmes.

Se dirigeant assez rapidement vers la prison d’Iwa, le Miyamoto avait emporté sa marionnette histoire de pouvoir s’amuser un peu quand le moment sera le meilleur pour intervenir ♥. C’est donc dans un cadre de rêve ou on pouvait trouver tout ces nouveaux pantins, aussi appelés des prisonniers puis d’un coup, le Taisho était apparu… ♥ Shinji voyait ça comme une bonne occasion pour pouvoir rentrer à l’intérieur de la prison, mais quelque chose clochait dans tout ça. Il ne pouvait pas être le Taisho, il n’était aucunement accompagnés de garde du corps ou de ninja comme ont les appelles. Deuxièmement, comme pouvait-il apparaître aux yeux de tous comme ça. Il y avait quand même des limites. Mais bon au moins, grâce à ça, il pouvait entrer dans la prison en passant assez rapidement sur le plafond.

Quand il fut enfin arrivé à l’intérieur de la prison, Une marionnette se leva tout doucement, elle était entouré dans long manteau qui cachait son corps fait de bois. Ainsi, personne ne pouvait donc savoir que ce n’était qu’un pantin de bois. Le pantin s'envola rapidement vers la prisonnière qu’est Sana ♥ Sanadare. Mais où étaient donc les fils qui liait la marionnette à son créateur ? Eh bien il n’y en avait pas, du moins, on ne pouvait ni les voir, ni les toucher. Chikara, la marionnette contrôlé par Shinji s’avançait vers la Hyuga borgne et lui murmura.

Sana-Sana... Sanadare ♥. Donne moi deux byakugan et les clés de ta demeure si tu le veux bien. ♥ Dit-il sur une voix qui n'était pas la sienne grâce aux dispositif de sa marionnette.

Se jouant de tout le monde, Shinji bougeait habilement ses doigts de façon répéter pour qu'on ne remarque pas que c'est lui le marionnettiste. Le jeu pouvait commencer et Shinji était In the game


Technique utilisé:
 

Chikara apparence:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 10 Avr 2018 - 11:22
C’était typique d’Iwa de réagir avec décalage. Dans ce cas-là, elle avait eu le temps de finir sa première œuvre, faire sauter avec les excités le premier point de contrôle et déjà l’ouverture de nouvelles cellules engendrait encore plus de bordel qu’à la base. L’ex-assistante du Kage grimaçait un peu en constatant, bien heureuse d’avoir choisi et attendu qu’Eiko ne soit pas là pour avoir le problème à gérer. Peut-être que s’il y avait eu des gens plus compétant dans cette prison et qu’on avait bien fait les liens dans l’enquête qui l’avait écrouée, on aurait prévu de remplacer tous les corrompus qu’elle avait fait rentrer par piston à des postes qui l’arrangeaient. Takumi en était le parfait exemple… Mais il était aussi le plus anodin, celui qui devait attiré l’attention pour laisser lui faire passer bien pire. Enfin, bref, une chose à la fois.

Dans le bloc voisin, son objectif restait le même, traînant le garde en otage avec elle, elle insistait fortement sur le fait que sans otages vivants, ils seraient tous de viande froide sous peu. Si la plupart des locataires du pénitenciers étaient ici grâce à la Hyûga, ironiquement, qu’ils aient coulés avec elle, ou temps où dans la police elle les coffrait elle-même… Les tensions a son encontre s’était vite apaisées après quelques morts parmi les prisonniers. Pas besoin de l’aimer, cette garce connaissait la prison par cœur pour l’avoir pratiqué depuis son arrivée à I’Iwa, pas pour rien qu’elle voulait toujours les pires quartiers pour ses patrouilles. A croire, qu’Akimoto était encore le seul à se bercer d’illusion à son sujet, avec plus de clairvoyance, il l’aurait déjà condamné à mort, ou enfermé au fond d'un trou, mais puisque l’aubaine était toujours là et attiser les flammes ne lui avait jamais fait peur, Sana’ allait encore abuser des patiences.

Pour le moment, aucun gardien n’était mort, tous ceux attrapées servaient de bouclier humain, menacés à la gorge par leur propre armement, ça aussi ça la faisait rire. Ayant, attrapé son second Hyûga sur la liste, la borgne affichait un air surpris en entendant une voix familière l’appelait… Le gamin se mettait en garde pour pallier à la masse des agitateurs, la femme distribuait des coups durs, avec ou sans chakra, briser des mâchoires, c’était son dada. Le calme se gagnait ainsi quelques secondes, généralement, on ne se frottait pas à elle, la folle de son surnom affectueux, avait déjà depuis son arrivée récente casser la figure à tout ce qui lui passait sous la main. Voilà maintenant aussi qu'elle arrachait des yeux, tout pour plaire.

-Bien le bonjour Masamori ! C’était étrange son sourire chaleureux, alors qu’elle avait des yeux encore frais dans une main, d’ailleurs, qu’avait-elle fait des deux premiers… Surprise. Ce n’est pas un endroit pour toi tu sais. La police tu t’y plais ?

Oui, oui, ça ne l’empêchait pas de faire sa conversation toute cette histoire.

-Oh et je fais un coucou affectueux à mes cousins. C'est ta première émeute pas vrai ? Avec les terroristes, il faut toujours commencer par repérer ceux qui dirigent. Puis là tu négocies ou décapite, chacun sa méthode.

Toutes ses dents s’affichaient dans son sourire de carnassier, mais elle n’était pas aussi folle qu’elle s’évertuait à le faire croire, son seul œil balayait la place, un premier shinobi, d’autres dans le jeu alors aussi. Parfait. Encore mieux quand un vieux grouton faisait son apparition. La borgne et le vieux ne pouvaient pas se voir en peinture depuis qu’elle s’était invité dans le domaine Borukan et y avait fait… sa Sanadare. Une histoire de balançoire. Aussi, elle le snobait sans hésitation et encore, avait-il de la chance l’usurpateur que son chakra scellé ne lui donnait pas le loisir de laisser parler sa senso, elle l’aurait sûrement dénoncé pour s’amuser...

-Laisse faire Masamori, écoute pas ce vieux ramolli, ils vont se calmés gentiment si tu leur demandes. Essaie, montre qui est le patron ! Le ton était joyeux, elle avait l'air détendue le pire.

La présence du Taisho ne semblait visiblement pas la traumatiser outre mesure non plus. Puis Sana' pourrait les calmer elle-même s’il touchait son petit protégé. Mais voilà alors qu’un autre protagoniste se présentait à elle, assez subitement. Sa voix ne lui disait pas grand-chose, et sans sa senso, impossible de connaître l’identité, mais ! Il avait dit son nom correctement, donc, ça méritait son attention. Sa tête se tournait vers la marionnette qui lui parlait, son sourire en coin disait qu’elle n’avait pas fini de jouer.

-Je n’ai jamais fermé ma maison, ni quoi que ce soit. Profites en pour arroser mes plantes si tu y vas. Sa main se soulevait devant sa face -à elle, pour lui montrer les Byakugan. C’est eux que tu veux ? Ok… Mais elle les gobait aussitôt et en un éclair. Mais faudra venir les chercher.

Son rire résonnait, quelques prisonniers plus sensibles se dégouttaient de l’acte, mais pour le cas où on en doutait encore, quand il s’agissait de ses objectifs à remplir, la Hyŷga était prête à tout. Et alors qu’elle volait l’attention des shinobis présents, ses acolytes avaient forcés à nouveau le point de contrôle du bloc suivant. Encore plus de prisonniers seraient libérés bientôt, doucement, mais sûrement, ils avançaient, contrairement à la kunoichi qui en avait fini pour aujourd’hui avec sa promenade dans les locaux. Pas pour autant qu’elle y retournerait gentiment dans sa cellule, elle aimait le bordel. Enfin, si le gamin lui demandait… Sûrement que oui.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Sam 14 Avr 2018 - 15:57
Cette situation était vraiment très étrange. Rencontrer la cousine de son supérieur hiérarchique en prison alors qu’elle arrache des yeux à ses cousins ou on ne savait trop qui, ça, c’est ce qu’on pouvait appeler une situation étrange. En plus de ça, rien n’avait l’air de déranger le genin et son interlocutrice, que ce soit les yeux qu’elle tenait dans sa main, le Sōtaichō ou bien tous les prisonniers qui regardaient Masamori comme s’il était un bout de viande, rien n’avait l’air de perturber les deux Iwajins, qui conversaient tranquillement à propos du plaisir qu’avait la crinière blanche à faire partie de la police.

- Oui je m’amuse beaucoup merci ! Et merci pour le conseil aussi.

Un conseil qui lui serait probablement inutile étant donné que son poste n’était pas celui de gardien de prison. Ce serait sûrement l’une des seules émeutes auxquels le jeune shinobi aurait le droit d’assister dans sa vie. Enfin, là n’était pas le plus important, non, ce qui importait vraiment était le choix que Kaminari avait à faire. Écouter le Borukan qui lui gueulait d’aller défoncer des taulards ou plutôt écouter les conseils de la Hyûga à qui il faisait pleinement confiance. Finalement, il choisit de ne pas choisir, il fit un mélange des deux propositions.

Le genin regarda autour de lui, cherchant celui qui pouvait être la plus grosse menace, et posa son regard sur un chauve, torse nu, exhibant ses poils et ses muscles saillants. Le gars faisait bien deux mètres et deux, voire trois fois le poids du jeune Masuda. Enfin, cela n’importait peu car l’homme n’aurait même pas le temps de voir le coup venir avant de s’écrouler, en théorie. Masamori tira donc une boule de pure électricité qui vola à la vitesse de l’éclair vers sa cible. Cette dernière s’écroula, paralysée. Tout le monde se tu et regarda le fautif, celui qui venait de mettre à terre la montagne qui était peut-être l’un des dirigeants. Le conseil de la borgne fut finalement utile.

- M-maintenant fermez-la tous si vous ne voulez pas finir c-comme lui ! On ne s’entend même plus parler là !

Son bégayement le rendait un peu moins crédible mais visiblement la technique qu’il avait lancée juste avant avait fait son effet. Tous les regards, ou presque, étaient maintenant posés sur lui. Pas très rassurant mais au moins, Sanadare et le truc étrange qui venait de lui demander des yeux – qu’elle venait d’avaler – pouvaient discuter tranquillement.


Technique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2758-l-eclair-jaune-d-iwa-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t2941-masuda-masamori-el-kaminari http://www.ascentofshinobi.com/u564

Les 40 pages de Sanadare (Prisonnière)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: