Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» La flêche et la rapière_PV Ashikaga Gabushi
Aujourd'hui à 9:03 par Ashikaga Gabushi

» 07. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 8:56 par Borukan Rikyu

» [C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU
Aujourd'hui à 8:41 par Arie Yoorasia Hahn

» L'eveil
Aujourd'hui à 8:17 par Setsuna Kurai

» Flocon de neige - Rakka
Aujourd'hui à 3:53 par Chôkoku Diao

» [Terminée] Shiro Tsikuyi
Aujourd'hui à 3:50 par Nagamasa H. Takumi

» Un Vent Nouveau [Gabushi]
Aujourd'hui à 3:42 par Ashikaga Gabushi

» Invitée de Toph [Diao]
Aujourd'hui à 3:25 par Chôkoku Diao

» Le laisser passer A38
Aujourd'hui à 3:07 par Yuki Rakka

Partagez | 

Et si la maladresse organisait de nouvelles rencontres [Yuna - Sazuka]


Lun 9 Avr 2018 - 21:49
Comme tous les jours, Yuna commençait sa journée en douceur malgré son réveil à l’aube. Le temps de se préparer et elle était déjà en cuisine pour préparer le petit déjeuner de son père et de son grand-père. Telle une tradition, elle mit la table avant de finalement manger seule en vitesse. Il faut dire que depuis qu’elle était sortie de l’Académie et ainsi devenue une vraie kunoichi, son quotidien avait grandement changé car désormais, elle s’entraînait tous les matins de bonne heure afin de s’améliorer au plus vite. La petite blonde était très loin d’être satisfaite de ses compétences mais bon, on ne pouvait pas être parfaite en tout non plus. Habillée de sa tenue mauve, elle commença à courir dans le village afin d’améliorer son endurance et ses capacités physiques.

Chaque matin, l’adolescente faisait le tour du village et si habituellement, son trajet évitait les zones trop fréquentées à cette heure-là, Yuna décida de changer cela afin de travailler ses réflexes. C’est donc à vive allure qu’elle se mit à éviter les passants et les commerçants dans les rues principales du village. Sans doute trop confiante après quelques succès, elle intensifia l’exercice en fonçant de plus en plus vite. Ses esquives se firent de plus en plus limite, jusqu’à ce que l’inévitable arrive. Après avoir esquivé de justesse un vieux bonhomme qui traversait la rue pour aller à la boulangerie, elle se retrouva nez-à-nez avec une petite fille. Incapable de l’éviter sans heurter une autre personne, Yuna choisit de percuter une jeune femme à la chevelure brune. C’est donc dans un manque de contrôle qu’elle toucha la jeune femme avant de s’écrouler par terre, son bandeau quittant son front pour rouler un peu plus loin. Face contre sol, maudissant sa bêtise, elle se demanda si un jour elle parviendrait à améliorer ses capacités physiques car pour le moment, c’était vraiment son point faible.

Finalement, Yuna se releva et se souvint qu’elle avait percuté quelqu’un. D’un bon, elle se mit debout et regarda autour d’elle afin de voir qui elle avait touché. Immédiatement, elle s’inclina devant celle-ci en s’excusant.

« Je suis vraiment désolée. Je n’ai pas su vous éviter … Je ne vous ai pas fait mal ? Je suis désolée … Je suis vraiment trop nulle … »

Alors que la gamine qu’elle avait failli renverser la taper avec ses petits poings contre sa cuisse, Yuna chercha à s’excuser auprès de la jeune femme brune, enlevant la potentielle poussière qui pourrait recouvrir ses vêtements. Ne se préoccupant pas trop de la fillette qui cherchait à évacuer sa peur, la blondinette se pencha soudainement pour enlever une tâche de poussières visible sur la chaussure de la jeune femme. Malheureusement, cette attention qui avait pour but de se faire pardonner créa un autre problème lorsque ses fesses percutèrent le visage de la gamine et l’envoyèrent à terre. Sentant le choc, elle se retourna immédiatement et ne put que constater sa nouvelle maladresse. La fillette pleurait assise par terre et les passants commençaient à regarder l’adolescente comme s’il s’agissait d’une criminelle. On ne pouvait pas dire que les choses s’arrangeaient pour elle. Yuna essaya de calmer sa nouvelle victime mais bon, cela ne semblait avoir aucun effet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2879-nanjou-yuna-prete-au-service-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2942-nanjou-yuna-recueil-de-chansons#21802

Mar 10 Avr 2018 - 14:50



Jour de repos ? Probablement. Sinon je ne me serai pas retrouvée dans une des rues les plus fréquentées de Kumo. Et je n’étais pas là, évidemment, par pur hasard. Comme je faisais bien les choses en général, je ne travaillais pas le même jour qu’Akina, afin que nous puissions nous retrouver plus facilement et avoir le loisir de partager davantage qu’une poignée d’heures le soir. Même si dans le fond ça me suffisait largement. Et donc, ce matin-ci, la jeune intendante ; alors qu’elle prenait sa douche et s’occupait d’elle –ce qui pouvait prendre un temps considérable- m’avait chargé d’aller faire quelques courses. Si habituellement ce n’était pas ma priorité par faute de temps, aujourd’hui, c’était… ok ?

Je marchais donc tranquillement, profitant des quelques rayons de soleil que daignait nous offrir de temps à autre le ciel toujours chargé de Kaminari, observant les quelques vitrines des magasins –assez peu nombreux en fait- cherchant du regard l’enseigne de cette épicerie où nous avions pris nos habitudes. Au loin, je pouvais voir une petite miche de pain dépassant d’une toiture signalant la présence d’une boulangerie. Ma destination était donc juste après, à quelques pas tout juste.

Depuis que je portais le bandeau de Kumo au bras gauche, et sans doute aussi grâce au temps que j’avais passé entre ses murs ; plus personne ne me dévisageait… Je faisais maintenant partie du décor, passant complétement inaperçu. Cela avait pris du temps à la communauté Kumojin pour m’accepter, mais maintenant… J’étais tranquille ? En fait qu’ils m’acceptent, me tolèrent ou quoi que ce soit d’autre… Je m’en fichais pas mal, la seule chose qui comptait, était qu’on ne me prête pas trop d’attention !

Et je passais si inaperçue que cette fille que j’avais vu arrivée, courant, semblant un peu déséquilibrée par sa course sans penser un instant que j’allais être son… Frein. Et quoi ? une, deux secondes après elle me percuta ! Je pensais qu’elle contrôlait la situation, mais visiblement… Non. J’aurais pu l’esquiver sans mal si j’avais pu deviner la suite… Mais ce n’était pas le cas. Sa tête blonde frappa alors dans ma poitrine, ce qui dû sans doute amortir un peu le choc, quoi qu’elle n’était pas si proéminente que ça, non plus. Au contraire même.

La scène était des plus rocambolesques… Alors qu’elle se morfondait en une profusion d’excuses plutôt gênantes, pour moi, car attirant un peu plus l’attention, et sur elle et sur moi ; sa maladresse eut raison, cette fois, de la gamine qu’elle avait voulu éviter pour finir par s’encastrer… dans moi. J’observais aux alentours la réaction des passants, de la fillette… Je sortis alors une sucette venant tout droit de l'hôpital –cela fonctionnait bien avec les enfants, et avec les plus vieux aussi- et la tendis à la fillette en larmes -plus de peur que de mal surement- avant d’entraîner avec moi l’adolescente en la traînant pas le bras.

-Viens par-là.

Une fois un peu à l’écart de la foule :

-Rien de grave. Affirmais-je en l’observant plus attentivement. Elle ne semblait rien n’avoir non plus. Ça t’arrive souvent de… Courir au milieu de la foule, comme ça ? L'interrogeais-je en me frottant vigoureusement le buste pour faire disparaître cette légère douleur qu'elle m'avait occasionnée.

Ce n'était pas comme si c'était la deuxième fois qu'on me rentrait dedans en moins d'une semaine... Il devait y avoir un truc...



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 11 Avr 2018 - 15:53
Si habituellement, Yuna aimait se faire remarquer de multiples façons, aussi bien pour son charme que pour ses compétences, il en était tout autrement lorsqu’il s’agissait d’une maladresse. La gamine pleurant à chaudes larmes suite à son coup de fesses bien involontaire, la petite blonde ne savait pas trop quoi faire, essayant de la calmer tant bien que mal. Petit à petit, les gens commençaient à regarder dans leur direction et même s’approcher afin d’y aller de leur petit commentaire. Il était évident que le visuel ne jouait pas en sa faveur et que les choses pourraient vite être mal interprétées mais bon, elle devait s’expliquer ou au moins donner sa version des faits. Malheureusement, elle se retrouva pétrifier par l’idée de faire pire que mieux. Que dirait son grand-père si la réputation du clan Nanjou se retrouvait terni de cette façon, simplement car elle n’avait pas été assez prudente. Paniquée et paralysée, elle commença à maudire cette soudaine envie de parfaire ses compétences physiques. Elle était douée dans le genjutsu et n’aurait certainement pas dû commencer à s’aventurer ailleurs.

Quoiqu’il en soit, c’est finalement sa victime initiale qui lui sauva la mise en sortant une sucette pour la donner à la fillette en pleurs. Le regard de Yuna se posa finalement sur le visage de l’inconnue et un vague souvenir émergea l’espace d’un instant. Si elle se souvenait bien de ce que son père lui avait dit, il s’agissait d’une ancienne nukenin ayant rejoint Kumo il n’y a pas si longtemps que cela. Si son clan se montrait assez méfiant vis-à-vis des étrangers étant donné leur passif, il semblerait que dans le cas présent, cette jeune femme était assez gentille pour la sortir de l’embarras sans envenimer les choses davantage, ce qu’elle aurait pu faire facilement vu les circonstances. Soudain, la jeune femme lui attrapa le bras pour la trainer à l’écart de la foule, ce qui ne manqua pas d’inquiéter la petite blonde qui se voyait déjà subir les foudres d’une nukenin. Immédiatement, sa première opinion très positive se transforma en crainte, jusqu’à ce que l’inconnue ouvre la bouche pour se montrer finalement amicale comme sa première impression le laissait supposer. Soupirant de soulagement, Yuna lui adressa des excuses à nouveau, ainsi qu’un remerciement pour ce qu’il venait de se passer.

« Je suis vraiment désolée … Merci pour ton intervention. C’est juste que je voulais m’entraîner à esquiver et sur le coup, ça m’avait semblé une bonne idée. Il semblerait que vu mon niveau actuel, esquiver des arbres ou des rochers serait bien plus prudent. »

Si au départ, Yuna n’avait pas vraiment pris conscience de l’endroit où elle avait percuté cette inconnue, elle le comprit rapidement en se rendant compte qu’elle n’avait finalement pas eu mal et que cette dernière se frottait le buste comme pour évacuer une gêne. Immédiatement, la petite blonde se mit à rougir légèrement, ne pouvant réprimer un petit rire. Bien que la poitrine de la jeune femme était plus réduite que la sienne, le choc avait parfaitement été amorti. Heureusement qu’elle n’avait pas percuté un homme hyper musclé dont le corps est aussi tendre qu’un rocher car sinon, elle se serait faite bien plus mal.

« Merci aussi pour le prêt des amortisseurs. Je m’appelle Nanjou Yuna. Ravi de te rencontrer ! »

Souriante et très amicale, surtout depuis que sa gêne s’était dissipée, la blondinette se présenta avec entrain, faisant rebondir sa lourde poitrine en saluant la jeune femme. Evidemment, n’ayant pas sa langue dans sa poche et supposant que ce n’était pas plus tabou que cela, elle enchaîna pour en apprendre un peu plus sur cette inconnue très sympathique à son goût.

« Si mes souvenirs sont bons, tu es arrivée à Kumo récemment. Mon père m’en a parlé. Les membres de mon clan sont souvent méfiants avec les étrangers mais ne t’en fait pas, je leur dirai que tu es très sympa ! »

Terminant par un clin d’œil entendu, comme si la jeune femme en avait quelque chose à faire de ce que pouvait bien penser le clan Nanjou, Yuna se montra nettement plus détendue que lors de l’incident.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2879-nanjou-yuna-prete-au-service-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2942-nanjou-yuna-recueil-de-chansons#21802

Mer 11 Avr 2018 - 18:30



Indéniablement. Si s’essayer à de nouvelles choses était bien, le faire avec discernement aurait été encore mieux. Je n’allais donc pas contredire sa réflexion. Puis elle semblait sincèrement désolée de sa bêtise… Je pouvais peut-être mettre ça sur le compte de son évidente jeunesse. Les ados étaient souvent des êtres irréfléchis, un peu à part. J’avais déjà pu l’observer -cette bêtise- chez la dénommée Mori Yuko, bien que cette dernière était certainement… moins normale ? Enfin… Qui étais-je pour la juger.

Puis, suite à… Je ne sus trop quoi, je pus déceler chez elle comme de la gêne… Pourquoi donc ? Par rapport à ce qu’elle venait de faire ? Il y avait encore certaines choses, visiblement, que je ne parvenais toujours pas à percevoir. Enfin, je savais qu’elle était gênée… Et soudainement, grace à sa phrase je compris l’origine de ce rougissement. Je venais donc de comprendre ce sentiment et mieux encore, la signification de son « image »… Les amortisseurs… Pensais-je observant la poitrine de Yuna, un très court instant seulement.

-Haha… Rigolais-je. Y a pas de mal… Ce sont des choses qui arrivent… Je suppose. Je m’appelle Sazuka.

Avais-je dit en jetant un coup rapide à la rue. Tous les passants, et la fillette avaient disparu, ou tout au moins repris leur promenade. Le tumulte qu’avait créée cette fille en une fraction de seconde s’était dissipé très rapidement, aussi. Tant mieux. Je l’écoutais toujours… et fus plutôt surprise qu’elle évoque ma « récente arrivée ». D’habitude les gens ne m’en parlaient pas ainsi, de but en blanc, sans y mettre quelques autres formes. Ce n’était pas plus mal. Je n’avais ainsi pas besoin de tout expliquer, ce qui nous faisait gagner un temps considérable.

Néanmoins, il y avait quand même une erreur dans son discours qui méritait une rectification de ma part. Outre le fait qu’après quelques secondes elle me trouve sympa. Ce que je ne remettais pas en cause, pour que je parvienne à entretenir une relation avec la Suzuri… C’est que je ne devais pas être la plus exécrable des personnes. Puis il me semblait que j’avais adopté un comportement plutôt… Sympathique ? Enfin, j’étais de plus en plus fière de moi, de mes progrès.

-Oui… Je suis arrivée il y a… cinq mois à peu près. Et je suis une Kumojin maintenant. Dis-je en montrant la plaque trônant « fièrement » sur mon bras gauche. Il n’y a plus vraiment lieu de s’inquiéter… Soupirais-je. Enfin… Contente que tu me trouves sympa… Souris-je.

Je regardai une nouvelle fois derrière elle, il y avait de moins en moins de foule. C'était donc le moment pour moi, ou plutôt pour nous, de reprendre ce que je faisais.

-Bien, Yuna. Tu vas m’accompagner. Pour te faire pardonner, tu vas porter mes sacs. J’avais quelques courses à faire avant que… Tu ne « m’esquives ». Ajoutais-je simplement en la prenant par la main pour être sûre qu’elle me suive.

Après quelques pas dans la rue en direction de cette petite épicerie qu’Akina m’avait fait découvrir, je la lâchai et lui demandai :

-T’as quel âge ?

Ses traits encore très juvéniles trahissaient, approximativement, qu’elle avait moins d’une vingtaine d’années, contrairement à ce pouvaient laisser supposer sa poitrine… Et nous arrivâmes à l’entrée de la fameuse épicerie. Un endroit où l’on trouvait pas mal de chose à manger… Une épicerie…


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 12 Avr 2018 - 22:22
Bien que souvent trop franche dans ses paroles, Yuna n’en était pas moins une fille assez sympathique qui ne pensait pas à mal lorsqu’elle laissait aller sa langue. Fort heureusement, la jeune femme ne sembla pas s’offusquer de sa réflexion sur ses amortisseurs et en rigola même avant de se présenter à son tour. Comme un réflexe, la petite blonde chercha dans ses connaissances si une personne se prénommait Sazuka et après quelques secondes, personne ne lui vint à l’esprit. Il n’y avait donc aucun risque de la confondre avec une autre dans une conversation comme cela lui était déjà arrivée avec sa cousine Kyoko. Quoiqu’il en soit, le petit grabuge occasionné semblait s’être calmé et tous les passants étaient retournés à leurs occupations sans demander leur reste.

Sazuka confirma assez facilement les dires du père de Yuna sur sa récente arrivée et ne manqua pas de signaler qu’elle était maintenant une Kumojin à part entière, montrant sa plaque sur son bras gauche. L’adolescente ne put s’empêcher de sourire en comprenant très bien qu’appartenir à un tout était souvent important. Bien qu’elle était encore très jeune lorsque son clan fut massacré et obligé de quitter Hi no Kuni, elle se souvenait parfaitement des discussions acharnées de son grand-père et d’autres membres du clan concernant le besoin de rechercher la sécurité dans un ensemble plutôt que de rester à l’écart, comme une pomme à côté d’un pommier. Quoiqu’il en soit, la jeune femme insista sur le fait qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter mais bon, c’était sans savoir que pour le clan Nanjou, un simple marchand de passage ne leur inspirait pas confiance.

« En même temps, comment pourrait-il en être autrement ? Tu m’as aidé alors qu’on me regardait comme une criminelle et tu as réglé tout mon problème, alors que je t’étais rentrée dedans. C’est quand même super gentil non ? »

Ponctuant sa question purement rhétorique par une large sourire, Yuna réajusta son bandeau sur son front. Finalement, Sazuka l’invita à l’aider pour se faire pardonner. Même si porter les sacs n’étaient pas folichon, elle lui devait bien ça après tout ce qu’elle avait fait pour elle. C’est donc avec plaisir qu’elle accepta, rigolant à l’évocation de cette magnifique esquive ratée. Entraînée dans la rue par la jeune femme qui la tenait par la main, Yuna observa autour d’elle afin de s’assurer que les gens qui s’étaient attroupés autour d’elle n’étaient plus là. Elle fut rapidement sortie de sa réflexion lorsque Sazuka lui demanda son âge.

« Oh ! J’ai 15 ans, mais bientôt 16 ! Ma cousine m’a déjà dit que c’était l’âge de la période romantique mais bon, vu le tempérament de mon père, j’ai plus de chance de finir vieille fille. La dernière fois que j’ai ramené un ami à la maison, il lui a fait creuser un trou à l’arrière de la maison. Et tu sais ce qu’il lui a dit pendant qu’il creusait ? Si tu fais du mal à ma fille, c’est la dernière chose que tu verras. Tu imagines bien que plus aucun garçon n’a osé venir chez moi depuis … »

C’est vrai que même si elle avait beaucoup d’amis, chaque garçon à qui elle avait proposé de passer pour s’entraîner ou même jouer, avait immédiatement esquivé. L’histoire avec son père s’était répandue comme une inondation, créant comme une barrière naturelle autour d’elle. Enfin bon, maintenant qu’elle avait quitté l’Académie, elle espérait bien tomber sur des garçons un peu plus courageux à qui son père ne ferait pas peur si facilement. Yuna poursuivit la conversation, histoire d’en apprendre un peu plus sur Sazuka.

« Et toi, tu as quel âge ? Tu connaissais quelqu’un à Kumo avant de venir t’y installer ? »

Tout naturellement, la petite blonde entra dans l’épicerie avec Sazuka et prit un sac tressé afin de charger les choses dont elle avait besoin. Bien sûr, Yuna ne put s’empêcher de remarquer l’étale de bonbons, son talon d’Achille. C’est donc tout en écoutant sa nouvelle amie qu’elle lançait des coups d’œil appuyés en direction des friandises, se demandant combien elle avait en poche pour s’en acheter un peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2879-nanjou-yuna-prete-au-service-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2942-nanjou-yuna-recueil-de-chansons#21802

Ven 13 Avr 2018 - 2:38



Super gentil ? En effet, s’en était même troublant maintenant qu’elle le disait. Moi, aidant plus ou moins charitablement une autre personne… Cela sortait de l’ordinaire et donc oui, c’était selon toute vraisemblance, de la gentillesse. Même si au final je lui demandais quelque chose en échange, mais ce n’était pas grand-chose, cela différait énormément des autres contrats que j’avais pu passer auparavant. Alors je ne savais pas… La raison d’une telle compassion me paraissait très floue, peut-être me revoyais-je à son âge, bien que nos « méfaits » n’étaient pas similaires.

-Non, non. Je n’imagine pas. Tu as de la chance d’avoir un père qui veille sur toi. Dis-je en souriant.

Franche et incapable de mentir. Ce qu’était principalement Sazuka. Elle ne pouvait rien lui dire d’autre que ce qu’elle pensait, exactement.

Ha ! quinze ans ! J’étais plutôt surprise, je lui donnais un peu plus… Sans doute la poitrine… Et ses préoccupations étaient bien celles d’une fille de cet âge : les garçons. Ce qu’elle racontait me fit sourire, avoir des parents, un père qui surprotège sa fille… Cela devait être… Tellement bien, sincèrement. C’était donc à ça que ressemblait une enfance, ou une adolescence « normale » ? Peut-être aurais-je aimé ça… Je ne pourrais jamais le dire. Enfin, au moins elle était sûre d’avoir au moins une personne aimante de sans entourage.

A un pas d’entrer dans l’épicerie, la question que je lui avais posée me fut retournée. Mon âge ? Sur le coup je pensais que cela n’avait pas d’importance mais dans le cadre d’un échange constructif… Je me rappelais de ce que m’avait dit Takara, j’analysais trop les choses, je voulais trop leur donner un intérêt, une valeur. Alors sans réfléchir davantage je lui répondis, simplement avec un sourire.

-Vingt-six, et bientôt vingt-sept.

Deux questions en une phrase… Cela ressemblait à de la curiosité à s’y méprendre. Je l’étais moi-même et je trouvais les personnes curieuses de tout tellement plus… intéressantes. C’était un trait à l’origine du savoir apportant si bien utilisée de nombreuses connaissances. Et c’était une question sans danger bien qu’assez pertinente. Je n’étais pas arrivée à Kumo par hasard.

-Je ne connaissais personne à Kumo. Soupirais-je. Je suis revenue avec le Raïkage, il y a… cinq mois. Les gens ont appris à me connaitre, et vis-versa.

Dis-je en pénétrant dans le magasin et Yuna joua le jeu, prenant un sac pour porter mes emplettes. J’étais ravie qu’elle respecte notre contrat, même si j’étais sûrement la seule à considérer ça comme tel… Un contrat. Alors que nous avancions le long d’une première étale, je ne pus que remarquer son attrait pour les sucreries mises bien en évidences de l’autre côté de la petite allée. Je n’aimais pas ça même si je me baladais souvent avec des sucettes. Une sucette pouvait être utile à bien des choses, aussi bien pour calmer un enfant un peu perturbé que pour tuer quelqu’un. La technique de la sucette, que peu de personnes maitrisaient, à mon avis.

Je soupirais un instant en l’observant. Et bien sûr ne pus m’empêcher de dire ce que je pensais…

-Vas-y, prends ce que tu veux. J'offre Soupirais-je en m’approchant de l’étale pour observer toutes les couleurs et formes que prenaient ce sucre condensé. Tu sais, le sucre c’est bon pour ton palet et ton cerveau. Pas pour le reste. Affirmais-je avec un regard réprobateur. Je veux dire, avec du poids en plus… T’esquiveras pas mieux. Avais-je dit alors que j’attrapais quelques légumes pour les mettre dans mon propre sac. Enfin, à petite dose… Avec de l’exercice… ça ne devrait pas poser de problème. Souris-je.

L’alimentation était à peu de chose près l’une des bases de la santé. Une mauvaise alimentation, et la santé en pâtissait. C’était aussi simple que ça. Mais bon, c’était une enfant, après tout ; et les enfants aimaient tous les choses sucrées. Forcément. J’avançais un peu plus loin, cherchant quelque chose de particulier et lui demandais.

-C’est la première fois que je rencontre une Nanjou. C’est un clan de shinobi ?


Je pouvais bien offrir quelques bonbons... Après tout, il ne s'agissait pas de ma santé, puis ce n'était pas comme si j'avais des ryos à ne pas savoir quoi en fait. La générosité du Raïkage avait été trop... importante, en fait. Ou alors était-ce peut être parce que je n'avais jamais vraiment eu d'argent avant d'arriver à Kumo... Juste le stricte minimum..


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 14 Avr 2018 - 14:54
Si Sazuka semblait voir l’attitude du père de Yuna avec une certaine tendresse, il n’en était pas vraiment de même pour cette dernière qui ne voyait cela que comme un moyen de contrôler sa vie. Il ne la voyait que comme une gamine qu’il fallait surveiller et protéger mais bon, elle était désormais une shinobi à part entière et il devrait tôt ou tard s’y faire. Bien sûr, la petite blonde comprenait malgré tout l’importance d’avoir quelqu’un qui se souciait d’elle mais bon, s’il pouvait en faire un peu moins, ça ne serait pas de refus. Quoiqu’il en soit, vu les paroles de la jeune femme, il semblait évident que de son côté, elle n’avait pas connu ce genre de chose. Il ne fallait donc pas trop insister sur ce sujet pour le moment, surtout qu’elle n’était pas encore aussi proche que pour aborder ce genre de vieille blessure.

En tout cas, lorsque la jolie brune lui indiqua qu’elle avait bientôt vingt-sept ans, Yuna fut assez surprise vu l’apparente jeunesse de sa nouvelle amie. A dire vrai, elle l’imaginait avoir peut-être un peu plus de vingt ans mais guère plus. Comme quoi, les apparences étaient parfois trompeuses et cela pouvait donc expliquer la maturité qu’elle affichait. Sazuka répondit également à l’autre question de l’adolescente et celle-ci fut surprise d’entendre que c’était le Raikage qui l’avait ramené avec lui. Il était surprenant de tout quitter pour venir s’installer dans un village où l’on ne connaissait personne mais bon, cela expliquait sans doute la méfiance de son père et des membres de son clan. Il faut dire que déjà en temps normal, ils n’étaient pas très confiants mais si en plus, elle était une étrangère pour tout le village, cela expliquait encore mieux les choses. Après, Yuna se demandait pourquoi il n’avait pas fait confiance à l’opinion du Raikage vu que d’un côté, il se portait garant de la jeune femme en la ramenant avec lui.

« Tu as dû avoir du mal avec les quelques têtes de pioche qui se habitent le village. En plus, ça veut dire que tu es proche du Raikage, tu ne dois pas être n’importe qui ! Tu dois être super forte ! »

Immédiatement, la blondinette s’émerveilla de rencontrer une shinobi confirmée et surtout qui visiblement, avait la confiance du Raikage. Avec un peu de chance, elle pourrait lui donner des conseils pour s’améliorer qui sait. Quoiqu’il en soit, Sazuka se révéla être encore plus gentille que Yuna ne le pensait à la base, proposant de lui offrir quelques bonbons lorsqu’elle vit l’adolescente s’extasier devant l’étale. Juste avant, elle avait d’ailleurs fouillé sa poche mais malheureusement, les quelques ryos qu’elle possédait n’allait pas vraiment être suffisant pour s’acheter des friandises. Bien sûr, la suite des paroles de la brune ne manquèrent pas de jeter un froid sur les envies de la petite blonde car bon, lui annoncer qu’elle allait grossir et avoir encore plus de mal à esquiver n’était pas forcément pour plaire à celle-ci. La moue boudeuse, elle essaya tout de même de défendre son goût pour les bonbons.

« Mais … ça me donne plein d’énergie !!!! Et puis, je n’en prends pas souvent … Tu penses aussi que je suis grosse ? Cette petite peste de Miabi m’a dit la même chose en me traitant de vache laitière à cause de ma poitrine … »

Malgré tout, cela n’empêcha pas Yuna de prendre quelques bonbons, rien d’excessif. Elle continua à suivre Sazuka avec le panier, tout en la remerciant avec un grand sourire pour son cadeau.

« Encore merci pour les bonbons. Je te promets que la prochaine fois, j’esquiverai comme une championne ! »

Alors qu’elles continuaient les courses, la jeune femme s’interrogea sur le clan Nanjou et il est vrai que ceux-ci étaient assez discrets. C’était sans doute à cause de leur passé sanglant mais bon, Yuna était persuadée qu’il était temps pour eux de s’ouvrir et qu’il n’y avait que comme ça qu’ils obtiendraient vengeance pour le massacre des leurs.

« Oui, nous venons de Hi no Kuni à la base. Nous sommes partis pendant la période de guerre. Notre clan a pratiquement été entièrement massacré par nos anciens alliés, ce qui explique leur méfiance. Même si le clan Nanjou a participé à la création de Kumo, on reste souvent à l’écart malgré tout. Nous sommes très peu à être devenus des shinobis de Kumo malgré nos techniques secrètes qui sont très efficaces. Mais je compte bien faire connaître à nouveau notre clan et obtenir justice ! »

Si Yuna était de nature très enjouée, la dernière phrase qu’elle prononça fut plus sombre et exprima clairement l’importance que cela pouvait avoir pour elle. L’histoire des Nanjou était connu dans Kumo mais il est vrai que c’était le plus souvent des rumeurs, vu le peu de contact que les membres du clan entretenaient avec les autres. Enfin bon, l’adolescente n’avait aucune raison de le cacher à Sazuka, d’autant plus qu’elle ne s’étendait pas trop sur le sujet. Elle savait très bien qu’en devenant plus forte, elle pourrait un jour venger sa mère et son clan de ceux qui les avaient massacrés. Il suffisait maintenant de s’entraîner et de se montrer patiente. Quoiqu’il en soit, la blondinette était également curieuse d’en apprendre un peu plus sur la mystérieuse brune et par conséquent, tout en continuant leurs achats, elle lui posa d’autres questions.

« Et tu as quitté ta famille pour venir à Kumo ? Tu fais aussi partie d’un clan shinobi ? Tu ne serais pas la maîtresse du Raikage par hasard ? J’ai entendu des rumeurs sur son côté un peu volage auprès des villageois, alors que tu reviennes avec lui, ça a dû attiser les rumeurs … »

Rigolant à sa dernière phrase, Yuna n’était clairement pas sérieuse pour cette partie-là. C’était une sorte de moyen de détendre l’atmosphère si ses premières questions étaient peut-être un peu trop sensibles à aborder.

« Et tu as beaucoup voyagé ? Tu as rencontré comment le Raikage ? Il parait qu’il fait peur non ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2879-nanjou-yuna-prete-au-service-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2942-nanjou-yuna-recueil-de-chansons#21802

Dim 15 Avr 2018 - 23:06



Je reconnaissais encore une fois la « jeunesse » -pas que j’étais vieille- dans ses paroles, l’insouciance qui y était liée et des préoccupations… Se soucier de son image, être sensible à ce les autres pouvaient penser de nous… Tant de détails auxquels je n’accordais aucune valeur, et je me demandais si cela avait jamais été important pour moi. Non, sûrement pas. Mais je pouvais la comprendre… En partie. J’étais davantage sensible à la santé des personnes qu’à leur physique et le sucre n’étais clairement pas bon. Ceci-dit… Elle devait faire pas mal de sport donc… Ce n’était pas tellement un problème.

Alors que le sujet semblait léger, Yuna sembla s’intéresser assez subitement à la relation que je pouvais entretenir avec le Raïkage. Ce que je disais ne tombait donc pas dans l’oreille d’une sourde… huhu… Malheureusement la réalité était bien moins séduisante que ce qu’elle pouvait s’imaginer…

-Ah… Non, je ne suis pas vraiment proche du Raïkage. Je lui ai rendu un service, c’est tout. Mais c’est vrai que j’ai été lâchée dans la nature… Donc pas évident de s’adapter. Mais ça va maintenant. Affirmais-je.

Un service, oui en quelques sortes. J’avais soigné une Kumojin, il m’avait permis de venir à Kumo. En quelques sortes… Ce n’était pas non plus comme si j’avais eu le choix et, étant donné que j’avais consenti à utiliser mes compétences… Il fallait une bonne contrepartie… Un donné pour un rendu. J’aurais pu ignorer le reste de ce qu’elle me disait mais cela sonnait un peu, ses mots, comme un manque de confiance, ou pas… J’en savais rien. Et s’il y avait bien une notre que je comprenais parfaitement, c’était la confiance. En soi, dans les autres…

-Bien, je ne juge pas. T’es comme t’es. Mais, personnellement, je ne te trouve pas grosse. Tu es plutôt bien proportionnée pour quelqu’un de de ton âge. Souris-je. Ne te préoccupes pas trop de ce que les autres disent ou pensent de toi…

Je ne savais si c’était bien dit ou pas. Si je n’aimais pas voir des personnes à la confiance défaillante, j’étais loin de toujours choisir les bons mots pour… rassurer, réconforter ?

-Je comprends. C’est difficile de faire confiance à des étrangers quand on a été trahi par des personnes de confiance… De se lier… Dis-je pensive

J’avais vécu une situation identique même si ma famille n’était en rien concernée et c’était sans doute pour ça que j’avais un peu de mal à faire confiance aux personnes que je rencontrais, même s’ils étaient sincères. Quand on a été poignardé une fois dans le dos, on préférait éviter que cela se reproduise et davantage encore quand la raison de cet acte nous échappe encore vingt ans après.

Puis ce fut une déferlante de questions. Je devais vraiment l’intriguer ou alors elle n’avait pas conscience de se montrer très intrusive d’un coup. Enfin, il n’y avait rien de mal à la curiosité et ses questions n’étaient si… et étaient même amusantes, pour certaines. Et comme j’étais d’une honnêteté parfaite…

-Je n’ai jamais eu de famille, je n’ai donc rien quitté pour venir ici. Ce qui répondait aussi à la question du clan. Le Raîkage… Haha, non. Je n’ai pas vraiment d’intérêt pour lui, pas plus que pour les autres hommes. Souris-je. Je n’écoute pas les rumeurs… Mais c’est vrai qu’il fait un peu… peur. C’est un Raïkage après tout. Haussais je les épaules en passant ajoutant dans le sac que portait Yuna quelques paquets de nouilles.

Je alors demi-tour pour rejoindre le vendeur et lui régler tout ce que j’avais mis dans les sacs. Ce dernier me connaissait à force de me voir. Je pris le sac que portait Yuna, et le déposai, avec le mien sur son comptoir.

-Alors, légumes et fruits. J’énumérais chacun d’entre eux, leurs quantités. Des nouilles natures. Cinq paquets. Six litres de lait. Et… Des produits féminins. Ajoutais-je sans donner plus de précision. Il y en a pour cinq cent trente-cinq ryos. Dis-je en posant une petite liasse à côté des sacs. Le vendeur prit le tout sans recompter.
-Je vous fais confiances Docteur, comme toujours.
-Vous pouvez. Yuna, tu prends les sacs. On les ramène chez moi. Tu portes les sacs, c’est bien qu’on avait dit ? Je fis signe au vendeur et passai la porte du magasin, probablement suivis de la jeune fille. Et non, je n’ai pas vraiment voyagé, en dehors de Tetsu, Kaminari et Tsuchi… Tu veux voyager ?



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 22 Avr 2018 - 20:38
Alors qu’elles continuaient les courses, leur conversation semblait être plus légère et d’ailleurs, Yuna n’avait aucune difficulté à poser la moindre question qui lui passait par la tête. C’était aussi bien une qualité qu’un défaut par moment. Quoiqu’il en soit, Sazuka ne sembla pas vraiment y voir d’offense vu qu’elle répondit tout naturellement à l’adolescente, aussi bien sur sa relation avec le Raikage que sur son arrivée à Kumo où elle ne connaissait personne. En tout cas, la blondinette ne manqua pas de réfléchir à ce que pouvait être ce service car il fallait déjà que cela soit important pour le chef du village si cela l’avait conduit à amener une étrangère à Kumo. Après, il avait peut-être simplement senti comme elle que la jeune femme n’était pas le moins du monde méchante et que par conséquent, elle ne pourrait que renforcer le village avec ses talents. Mais d’ailleurs, quels étaient ses talents ? C’est vrai que Yuna ne connaissait pas grand-chose d’elle mais bon, elle ne manquerait pas d’en apprendre plus prochainement.

En tout cas, Sazuka la rassura quant à son physique car malgré sa remarque sur les bonbons, elle reconnut que la petite blonde était bien proportionnée. Bien sûr, il avait certainement un moyen plus agréable de le dire comme simplement lui dire qu’elle était jolie mais bon, les compliments ne semblaient pas être une chose facile à arracher de la bouche de la jeune femme. Il fallait donc se contenter d’une silhouette bien proportionnée et pas grosse pour son âge. C’était toujours mieux que « gros boudin » mais bon, elle se contenta de sourire en la remerciant encore pour les bonbons. Il était clair que l’avis des autres ne devraient jamais avoir beaucoup d’importance mais bon, l’être humain était loin de parvenir à faire abstraction de l’image que lui renvoie ceux qu’il fréquente.

« De toute façon, ils ont intérêt à dire des bonnes choses sur moi sinon, ils auront à faire à moi !!! »

La jeune fille répondit avec un large sourire, ne croyant pas le combat, même si elle savait parfaitement quand celui-ci était vain. Visiblement, à son expression, Sazuka avait du vivre une expérience similaire à celle du clan Nanjou et c’est vrai qu’après ce genre de chose, il était extrêmement difficile de faire confiance. Malgré cela, Yuna ne voulait pas faire une croix sur les nouvelles rencontres et bien que de nombreux revers lui arriveraient certainement comme des coups en pleine face, elle restait confiante vis-à-vis des kumojins. La même tragédie n’arriverait pas une deuxième fois et c’est justement pour cela qu’il fallait créer des liens avec les villageois et les autres clans. Quoiqu’il en soit, vu que cela semblait être un peu douloureux pour elle, la petite blonde ne préféra pas insister davantage sur le sujet. Après tout, elle venait de se rencontrer et elle n’allait pas lui faire sortir ses moindres démons dès la première rencontre.

La suite devint un peu plus intéressante car bien qu’elle n’avait pas de famille, il était difficile d’affirmer qu’elle était née dans une source chaude par miracle. Il y avait donc un autre mystère à éclaircir peut-être. Sans doute qu’elle n’avait jamais connu ses parents ou alors, ils étaient morts peu de temps après sa naissance. Quoiqu’il en soit, vu qu’elle ne semblait pas plus marquée que cela par cette révélation, l’adolescente enchaîna sur sa réponse suivante, trouvant amusant qu’elle précise qu’elle n’avait aucun intérêt pour les hommes en général.

« Aaaah donc tu serais plus attirée par les femmes ? Sache que je suis un cœur dur à conquérir ! Hahahahahaha ! »

Yuna ne put s’empêcher de rire à sa propre remarque surtout qu’au final, malgré son intérêt pour les garçons, avec les agissements de son père, elle risquait de finir vieille fille.

« Même si tu n’écoutes pas les rumeurs, rien qu’à le voir on peut dire qu’il ne doit pas être très love-câlin … Après, c’est vrai que comme il est Raikage, il doit certainement montrer une certaine façade aux gens pour inspirer le respect et qu’on l’écoute. Toi qui lui a parlé, il est gentil ? »

Portant toujours tranquillement le sac de courses qui se remplissait à chaque arrêt, Yuna fut surprise de finalement arriver à la caisse. Leur petite virée dans l’épicerie avait finalement été assez rapide et plus que les courses qui composaient les achats de Sazuka, ce fut plus l’appellation Docteur qui marqua son attention. Restant silencieuse un moment alors que la jeune femme avait payé le marchand et se lançait dans l’énumération des pays qu’elle avait visité, l’adolescente l’arrêta brusquement.

« Tu es docteur ? C’est incroyable !!! Tu travailles à la clinique alors ? Tu es aussi une shinobi non ? Tu maîtrises le ninjutsu médical ? Ohhh c’est incroyable !! Il parait que c’est très compliqué et qu’il y a très peu de shinobi médecin !!! Evidemment que je porte tes sacs jusque chez toi !!! On est amies non ? »

La gamine ne manqua pas l’occasion de s’émerveiller de cette découverte. Ce n’était pas tous les jours qu’on rencontrait une shinobi médecin. Tout d’un coup, l’intérêt du Raikage se comprit parfaitement car si elle était gentille, elle était en plus très douée. En tout cas, elle ne manquerait pas de dire aux membres de son clan qu’elle avait rencontré une telle personne et peut-être que ça allait les inciter à être moins renfermés. Quoiqu’il en soit, Yuna suivit la jeune femme en portant les sacs, se demandant où elle pouvait bien habiter. En attendant, elle ne manqua pas d’en revenir au précédent sujet, l’air toute joyeuse.

« J’aimerais beaucoup voyager mais bon, ma famille a peur qu’il m’arrive quelque chose. J’ai beau leur dire que je suis une shinobi, ils ne veulent rien entendre. En tout cas, ça doit être super d’avoir vu autant d’endroits différents. C’est quel pays que tu as le plus aimé voir ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2879-nanjou-yuna-prete-au-service-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2942-nanjou-yuna-recueil-de-chansons#21802

Lun 23 Avr 2018 - 20:18



Elle parvenait au fil de ses paroles à me tirer quelques rires discrets, surement la fraicheur de la jeunesse et son impétuosité. Ou alors était-ce l’idée de la voir infliger à une autre personne ce qu’elle avait fait subir, malgré elle, à la gamine de toute à l’heure ? Dans un cas comme dans l’autre, cela me changeait des discussions austères et sérieuses que je pouvais avoir avec d’autres de mon âge, et plus âgés encore.

J’aimais bien ce genre de discussion sans réel autre objectif que de simplement discuter, échanger, et connaître une nouvelle personne. D’autant plus que je n’avais rien à cacher, et donner des réponses les plus honnêtes possibles… Je ne savais faire que ça. La suite n’en serait que l’exemple parfait. Même si je n’avais qu’une expérience assez nouvelle –bien que mon orientation fût toujours, à peu de choses près, celle-ci- cette fille me paraissait un peu… Jeune.

-Hahaha… T’es un peu jeune, ou moi un peu vieille. T’as le temps pour ça. Lui souris-je.
-Love-câlin ?... Heu, je ne sais pas. Ça dépend surtout de la situation je pense. Mais, ce n’est pas une mauvaise personne, je crois… Dis-je pensive.

Je ne l’avais pas tant côtoyé que ça non plus, enfin, plus que certains c’était sûr. Quelques rencontres ici et là, d’assez longs voyages entre tetsu et le village, un allé-retour Kumo-Iwa… Sans cela… En fait, si, je l’avais quand même pas mal fréquenté, mais le cadre du travail seulement. La dernière fois que je lui avais parlé, c’était il n’y avait pas si longtemps que ça, pour me proposer de rejoindre les rangs de Kumo… Et, non, il était même plutôt bienveillant, un peu trash, mais bienveillant.

Nous avions donc quitté la boutique et nous avions pris le chemin du retour, un sac à la main l’autre pour Yuna. Et je fus une nouvelle fois assaillie de questions. Je ne savais pas pourquoi lorsque les gens apprenaient que je pratiquais la médecine, ils devenaient encore plus enthousiastes, cela m’étonnait et m’étonnerait toujours. Certes, à priori c’était bien de pouvoir soigner d’autres personnes, cela avait une réelle… utilité ? Mais… Cela n’avait rien à envier au boulanger qui nourrissait les autres par son travail.

-Haha… il m’a vendu… Soupirais-je. Oui, je suis tout ça. Disons que ça demande du travail, comme tout en fait. Mais ce n’est pas quelque chose qu’on fait par dépit, c’est sûr. Ce qui expliquerait qu’il y ait peu d’Eisei-nin… Souris-je un gênée. Amies ? Et bien… Je l’observais. D’un coup, répondre « non » me semblait un peu abrupt et comme n’étions pas ennemis et que, visiblement, rien ne l’empêchait. Oui, je suppose. Souris-je à nouveau.

La médecine et moi… Une grande histoire… D’amour. J’aimais ce que je faisais, je ne pouvais le nier. Mais mes compétences, ce que je pouvais faire, mon intérêt pour les choses du corps humain, sa vie, son évolution, sa mort ; m’avaient valu quelques tracas lorsque j’étais à Tetsu. Donc… Définitivement, je ne pouvais dire que ce pays était celui que j’affectionnais le plus. En même temps, je n’avais véritablement aucunes préférences… Les paysages m’indifféraient un peu même si parfois j’y trouvais une certaine paisibilité. Kaminari et ses pics, son ciel parcouru de nuages multiformes prenant la teinte du soleil lorsqu’il se couchait… Oui, j’aimais bien ce pays, en fait… Mais de là à m’y sentir chez moi…

-J’aime bien ce pays. En parlant de Kaminari, observant le ciel. Je pense que je pourrais y passer du temps sans m’en lasser. Bien, tu seras amenée à voyager à un moment ou un autre, en tant que shinobi. Que cela plaise à ton père, ou pas. Les chuunin sont régulièrement envoyés en mission dans d’autres pays… Enfin… Je peux le comprendre, s’inquièter pour sa fille partie en mission… La vie de ninja est assez dangereuse quand on y pense. Cette petite discussion nous avait mené en bas d’un long escalier menant sur le plateau abritant le complexe et la bibliothèque. D’ailleurs en grimpant les marches on pouvait distinguer, prédominant le reste du plateau, la Grande Bibliothèque. Une fois en haut je m’arrêtais un instant. Je n’habite pas très loin d’ici, sur le bord de la falaise, par là. Lui montrais-je d’un mouvement de tête. Plusieurs rues nous séparaient encore de notre destination, mais nous étions proches, il suffisait de continuer toujours vers la droite.

Il n’y avait ici quasiment que des logements, un fleuriste et un restaurant. C’était un quartier plutôt tranquille dans l’ensemble, plutôt fréquenté malgré qu’il n’y y ait pas grand-chose à faire. Sans doute toutes les personnes travaillant aux complexe scientifique, à la raffinerie en contre-bas de ce plateau et à la bibliothèque bien sûr, quoi que celle-ci n’avait pas besoin de trop de personnels… Mais voilà, il y faisait plutôt bon vivre. Le seul bémol dans tout ceci, était que nous nous trouvions dans un village shinobi, et que tout ceci était susceptible de disparaitre d’un instant à l’autre, surtout après les récents événements ayant directement impactés le village. Ainsi nous avions traversé toutes ces petites rues et arrivâmes assez tranquillement au bas de mon appartement.

-Ah nous y sommes. Tu vas certainement rencontrer mon « amie ». Dis-je en observant le petit ensemble d’appartements. Il s’agissait en fait de deux appartements typiques, sobres. La porte se trouvait en haut d’un petit escalier. Voilà ! Ajoutais-je en ouvrant la porte.
-Akina ? C’est bon j’ai tout ce que tu voulais. Et j’ai pris… Je l’observais sans finir ma phrase. La jeune femme sortit alors, au même moment de la salle de bain, dans son T-shirt noir et ne portant qu’un shorty, les cheveux mouillés coiffé en chignon.
-Hum… Qui est-ce ? Demanda-t-elle en réajustant ses lunettes.

Suzuri Akina:
 


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 6 Mai 2018 - 10:50
Bien que les discussions sur le Raikage ou encore leurs histoires respectives étaient des plus intéressantes, apprendre que Sazuka était en fait médecin, l’était encore plus. Toute excitée par cette nouvelle, Yuna ne manqua pas de poser une myriade de questions à sa nouvelle amie, tout en continuant à marcher en portant le sac de courses. On pouvait dire que la jeune femme était assez timide concernant son talent médical et elle minimisa même le tout sans comprendre que pour la petite blonde, c’était quelque chose d’extraordinaire. Ne pas se rendre compte de l’importance des shinobis médecins était incroyable car après tout, c’était eux qui réduisait drastiquement les pertes lors des missions. Ils apportaient parfois le petit plus de courage nécessaire à tout combattant pour risquer sa vie au moment crucial. Sans cet espoir d’être guéri malgré une blessure importante derrière les lignes ennemies, la vie d’un shinobi serait certainement plus conflictuelle et peu se lancerait dans ce genre de missions cruciales pour la survie du village.

« En tout cas, je suis trop contente !!! Je suis sûre que tout le monde est ravi que tu ais rejoins Kumo. Après tout, chaque médecin de plus est une chance de revoir ceux qu’on aime revenir en vie. Tu ne dois pas te sous-estimer !! »

Quand Sazuka confirma leur nouvelle amitié, Yuna ne put s’empêcher de sourire en la regardant, sautillant de joie alors qu’elles poursuivaient leur route vers le domicile de la brune.

« Ne t’inquiète pas, je ne suis pas une amie trop envahissante. En plus, c’est toujours plus amusant d’être entourée que toute seule. Les amies servent à ça ! »

La petite déclaration de la blondinette fut assez solennelle, bien loin de son attitude désinvolte habituelle mais bon, on pouvait toutefois remarquer le large sourire qu’elle affichait sur son visage, témoignant de son bonheur du moment. Il était vrai que les amies étaient une chose précieuse pour elle et surtout vu ses relations un peu conflictuelles avec son père car après tout, si elle ne pouvait avoir son soutien, il lui resterait toujours celui de ses amies. Yuna écouta avec attention les propos de Sazuka sur Kaminari et ne put que comprendre parfaitement son ressenti. Pour avoir habité à la frontière pendant plusieurs années, elle trouvait aussi que Kaminari était une sorte de lieu apaisant protégé par les montagnes et les pics rocheux impressionnants. Par contre, la suite lui déplut un peu plus car de son point de vue, son père exagérait grandement dans son attitude protective, au point de pratiquement briser leur lien père-fille par ses remarques blessantes et ses entraînements drastiques qui ne montraient plus aucun signe d’affection.

« Il s’inquiète peut-être, mais je dois vivre ma vie aussi. Je veux aider Kumo car c’est en protégeant le village que ma famille sera en sécurité. Comment ne peut-il pas comprendre ça ? Si le clan Nanjou ne s’implique pas plus dans la sécurité de Kumo, tôt ou tard, nous serons des parias. On ne peut pas profiter de la sécurité au prix de la vie des autres. Je ne serai jamais d’accord avec cette idée. Tu serais capable de rester tranquillement chez toi alors que d’autres donnent leur vie pour protéger ceux que tu aimes ? Surtout si tu as le pouvoir d’aider ? Mon père est juste un trouillard égoïste. »

Dans l’esprit de Yuna, son père ne comprenait pas l’importance de s’impliquer dans la vie du village et surtout que s’isoler comme il le faisait ne pouvait qu’amener une nouvelle tragédie. Si la vie d’un shinobi était dangereuse, l’inaction était également une chose à ne pas prendre à la légère. Malgré son jeune âge, la petite blonde avait déjà une petite compréhension des rouages pouvant permettre à son clan de prospérer et de s’assurer une intégration harmonieuse dans le village, ce qui n’était actuellement pas vraiment le cas. Sa décision d’entrer dans les rangs des shinobis de Kumo avait deux objectifs et si elle cachait bien cette facette responsable de sa personnalité, elle ne les perdait nullement de vue.

« Je sais très bien qu’être shinobi est dangereux, mais si un boulanger ne fait pas de pain pour nourrir les gens, il est aussi inutile qu’un combattant qui ne se bat pas pour protéger les autres. »

Quoiqu’il en soit, les deux jeunes femmes continuaient leur route et Sazuka expliqua brièvement qu’elles n’étaient plus très loin de chez elle. Bien que le quartier semblait assez tranquille, il y avait nettement plus de passage qu’à proximité du clan Nanjou. Il faut dire que ce dernier avait assez peu d’interactions avec les autres villageois en dehors des besoins primaires, préférant rester entre eux. Bien que cela ne semblait pas très animé, cela devait être certainement plus amusant de vivre ici que chez son père. Finalement, elles arrivèrent chez la médecin et elle lui annonça qu’elle allait peut-être rencontrer son amie. Un petit sourire se dessina sur le visage de Yuna à l’évocation de cette mystérieuse amie. Son esprit légèrement pervers ne manqua évidemment pas d’imaginer tout un tas de choses. Une fois à l’intérieur de l’appartement, la petite blonde ne put s’empêcher d’observer l’endroit et évidemment, la jeune femme qui vint à leur rencontre. Poliment, elle s’inclina et se présenta à l’amie de Sazuka.

« Bonjour, je m’appelle Nanjou Yuna. Enchantée de faire votre connaissance. J’ai un peu bousculé Sazuka tout à l’heure et donc pour me faire pardonner, je l’aide à porter ses courses. On a discuté sur le chemin et on est devenue amies. »

La blondinette se redressa avec un large sourire, inspectant la jeune femme à lunettes des pieds à la tête. C’était donc l’amie de sa nouvelle amie et donc potentiellement une future amie pour elle aussi. Il ne restait plus qu’à voir quel caractère cette dernière pouvait avoir et surtout, qu’elle ne se méprenne pas sur la relation entre Sazuka et elle. D’ailleurs, innocemment et sans doute stupidement, Yuna ne manqua pas d’immédiatement clarifier les choses pour ne pas risquer d’être prise en grippe par l’inconnue.

« Il n’y a pas d’inquiétude à avoir, Sazuka m’a déjà dit que son cœur était déjà pris et que j’étais trop jeune. »

Ignorante de la relation qui pouvait exister entre les deux femmes, l’imagination de la jeune fille avait bien assez travaillé pour mettre en place un scénario romantique qui ne laissait plus aucune place au doute dans son esprit. Elle continua donc en ce sens, dévoilant les suppositions qu’elle avait imaginé, notamment sur le fait que ces deux femmes devaient vivre ensemble.

« Votre appartement est super. Ca doit être chouette de vivre à deux comme ça. C’est la liberté totale. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2879-nanjou-yuna-prete-au-service-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2942-nanjou-yuna-recueil-de-chansons#21802

Lun 7 Mai 2018 - 1:01



Même si pour moi être un médecin doublé d’une Eisei-nin était parfaitement normal, avoir le point de vue d’une Kumojin sur ce que cela représentait vraiment avait une certaine importance. Je n’y avais jamais pensé sous cet angle… être un facteur de chance pour ceux qui m’accompagnaient en mission… Cela ne faisait pas si longtemps à vrai dire que j’avais pris la mesure de ce que je pouvais être d’autre que… Par le passé, je n’avais jamais utilisé mes compétences que pour moi-même, pour me préserver, que j’offre mes services à d’autre dans une certaine forme de dévouement ; oui c’était assez récent. Je comprenais donc parfaitement l’enthousiasme de Yuna et acquiesçai d’un mouvement de tête. Elle avait raison, c’était même sans doute pour cette raison que mon intégration avait été plus simple que ce que j’avais imaginé. Un médecin… pouvait facilement inspirer confiance…

-Haha ! Rigolais-je un peu gênée de recevoir ce genre de conseil. Je ne me sous-estime pas. Haha ! Et je ne me surestime pas non plus, je sais ce dont je suis capable, je connais aussi mes limites. Expliquais-je rapidement. Et tu as raison oui, c’est mieux d’être accompagnée… Avouais-je. J’avais toujours vécu seule avant Kumo, plus vingt-six ans de vie solitaire à parcourir Tetsu de long en large le pays du fer sans vraiment tisser de lien, sans jamais m’attarder pour ou sur quiconque. A cette époque, je prenais ce-dont j’avais besoin, ce dont j’avais besoin chez les autres sans me poser de question. Mais aujourd’hui…

-Ouais, tu dois vivre ta vie, faire tes expériences. Je te comprends. Mais, cela viendra bien assez tôt. Crois-moi. Lui affirmais-je. Egoïste… je ne sais pas. Qu’il ait peur et le manifeste de cette façon est très probable… Enfin, je pense… Effectivement je ne pouvais pas vraiment lui donner plus de conseils ou de réponse à ce sujet étant donné que ceux qui devaient ce rôle de figure paternelle avaient tenté de me tuer, et m’avaient menti pendant une dizaine d’années. Enfin, cela faisait partie de mon passé…

Je me doutais que la façon d’agir de son père la dérangeait, mais je comprenais aussi ce dernier en quelques sortes ; bien que je ne le connaissais pas.

-Si tu veux, je pourrais lui parler… Haussais-je les épaules. A ton père. Avais-je ajouté avant d’entrer dans l’appartement.

Yuna s’était rapidement présentée et le regard interrogateur de l’intendante s’était soudainement éclaircit. Légèrement surprise, néanmoins. Elle fixa un instant Sazuka et lui adressa un léger sourire avant de lui demander :

-Et vous êtes devenues amies ? Un mélange de surprise et d’amusement égayait son visage alors qu’elle s’approchait pour saluer Yuna donner un léger et rapide baiser à la docteure. De même, ravie de te rencontrer Yuna. Elle rigola de la clarification apportée par l’adolescente. Si elle ne semblait pas comme ça, elle était en fait très jalouse, mais là, dans cette situation… l’être d’une enfant… Lui paraissait un peu immature voire déplacé. Elle était seulement contente, en fait, que l’Ikeda réussisse à se faire des amis, et même des amies. Pas de problème Yuna ! Bah… Elle t’a dit merci au moins ? Elle ne dit pas souvent merci… Sourit-elle en les déchargeant de leurs courses, et continuant de s’essuyer les cheveux et retournant dans la salle de bain. Je reviens. Ajouta-t-elle d’une vois chantante.

Sazuka observa l’appartement un bref instant pour voir ce qui pouvait bien y trouver la jeune femme.

-Hum… Voilà, c’était Suzuri Akina. C’est la responsable de la Bibliothèque. Ajoutais-je. Oui, c’est assez confortable… Mais je n’y passe pas assez de temps pour en profiter. Et sinon, merci d’avoir porté les sacs… Et, si jamais t’as besoin d’aide pour améliorer tes… esquives… n’hésites surtout pas à me demander…
-Tu pourrais lui offrir le repas, Sazuka… Pour la remercier. Suggéra-t-elle.
-Mais…

Dit-elle en jetant un regard gêné à la petite blonde.


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 15 Mai 2018 - 22:13
Malgré qu’elles ne se connaissaient pas depuis très longtemps, Sazuka semblait être une personne très gentille et qui avait à cœur d’aider les autres. C’est par conséquent avec un large sourire que Yuna accueillit sa proposition de parler avec son père pour tenter d’arranger les choses. La jeune fille lui en était très reconnaissante mais elle savait déjà que cela serait inutile devant l’intransigeance de son géniteur. Il se repliait sur lui-même et ne cherchait nullement à participer à la vie du village. Ce principe était tellement ancré en lui que personne ne pourrait l’en dissuader. La seule solution qu’envisageait la blondinette, était finalement de lui montrer par l’exemple que les choses pouvaient se dérouler autrement que par le passé et surtout, que le clan Nanjou avait tout à gagner en s’ouvrant davantage.

« C’est très gentil, mais je pense qu’il comprendra lorsque je lui montrerai en personne la voie à suivre. »

Un large sourire aux lèvres, elle entra dans l’appartement de la jeune femme. Les présentations avec Akina se passèrent plutôt bien et Yuna ne fut pas trop surprise du baiser qu’elles échangèrent. En même temps, elle imaginait des relations intimes entre tout le monde donc bon, pour une fois, la réalité rejoignait son imagination. Quoiqu’il en soit, il était amusant de voir la différence de comportement chez Sazuka en présence de sa petite amie. La fière médecin était devenue une petite fille timide qui semblait perdre son assurance à chaque parole de son amie. C’était particulièrement drôle lorsqu’Akina la poussa à la remercier et également de l’inviter à manger. Comme quoi, chaque personne pouvait avoir différente facette de sa personnalité qu’il ne laissait voir qu’en présence de certains proches. C’était peut-être le cas pour son père aussi qui sait. En tout cas, une chose était sûre, elle n’était pas celle qui pouvait lui faire dévoiler sa facette gentille.

L’adolescente ne manqua pas de sauter sur l’occasion en acceptant le repas. Après tout, cela lui éviterait la corvée de manger avec son père et de supporter ses reproches durant tout le repas. Bien sûr, elle allait certainement se faire punir pour n’avoir pas prévenu de son absence mais bon, ka situation risquait d’être bien plus amusante en restant ici.

« Avec plaisir ! Je peux certainement vous aider à préparer à manger. Il ne faut pas croire que je ne sais rien faire car je suis jeune. Je cuisine très suivant chez moi. »

Au final, Sazuka n’avait pas vraiment eu son mot à dire dans cette décision et si elle aurait voulu rester seule avec sa petite amie, c’était un peu foireux désormais. Quoiqu’il en soit, Yuna continua à faire connaissance avec Akina et sa nouvelle amie. Après tout, il était toujours intéressant d’apprendre à connaître de nouvelles personnes, surtout quand elles sont aussi sympathiques et pleines de vie.

« Donc vous êtes responsable de la bibliothèque ? C’est pas un travail trop ennuyeux ? Moi je ne pourrais pas rester comme ça dans un lieu silencieux … »

En vraie pipelette, la blondinette continua à poser des questions et à discuter, tout en aidant pour la préparation du repas.

« Ce n’est rien, Sazuka. Après tout, c’est moi qui te suis rentrée dedans. Je n’hésiterai pas à te demander, c’est promis !!! Au fait, vous vous êtes rencontrées comment ? Ca a été le coup de foudre directement ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2879-nanjou-yuna-prete-au-service-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2942-nanjou-yuna-recueil-de-chansons#21802

Mer 16 Mai 2018 - 18:54




Vouloir faire les choses par elle-même était un signe très positif que renvoyait Yuna, d’autant lorsqu’il s’agissait de prouver ou convaincre quelqu’un d’aussi proche qu’un parent. Je ne m’offusquais donc pas qu’elle refuse mon aide, c’était même tout à son honneur, avoir ce genre de volonté, de valeur ou de principe à son âge… Je trouvais ça si ce n’était surprenant, tout moins très responsable. Je ne lui avais donc répondu d’un hochement de la tête ainsi que d’un vague sourire.

Enfin, tout se passa très rapidement, tellement que je ne pus même pas en placer une que l’affaire semblait déjà pliée alors que la Suzuri regagnait l’air de rien la salle de bain. C’était bien sa façon de procéder, inviter une personne à manger alors qu’elle ne cuisinait même pas. Pas que cela me dérangeait particulièrement, mais c’était aussi le genre de surprise dont je pouvais facilement me passer. Si je me montrais « sympathique » voire avenante, cela ne voulait pas non plus dire que j’aimais, sur le longtemps terme, être « entourée ».

-Oh non, je ne pense rien de tel. Affirmais-je. Hum… Ok. Tu vas m’aider… Oui, parce qu’évidemment « Akina » ne sait pas cuisiner, tu vois… C’est une catastrophe ambulante à ce niveau. Haussais-je les épaules. Si je la laissais faire, Kumo partirait en fumée… Ajoutais-je en rigolant.

C’était d’ailleurs pour cette raison que nous mangions souvent à « l’extérieur ». Car, même si je savais cuisiner, je n’en avais pas non plus nécessairement l’envie et comme je ne voulais pas qu’elle touche au feu, ni à quoi que ce soit d’autre pouvant provoquer une tragédie culinaire… C’était la meilleure des solutions, le restaurant. Mais ce genre de « défauts » était aussi quelque chose que j’appréciais, étrangement, chez elle. Etre très douée dans certains domaines et aussi paumée dans d’autres… Je trouvais ça très attachant.

-Ha ! S’exclama la Suzuri depuis la salle de bain. Tu peux me tutoyer, je ne suis pas assez vieille pour les « vous ». Avait-elle d’abord répondu en sortant de la salle d’eau. Oui, c’est ça… je m’occupe de la bibliothèque, faire en sorte qu’elle reste en ordre, recueillir de nouveaux ouvrages, guider les usagers… Doooonc…. Non ! Ce n’est pas ennuyeux du tout ! Sourit-elle à la Nanjou. Mais, il faut aimer ça, c’est sûr. Je suis dans les livres depuis mon enfance… ça explique peut-être tout ?

Je ne m’étais jamais intéressée à l’enfance de la Suzuri et fus comme ravie d’apprendre ça, et effectivement cela expliquait plus de choses encore. Il fallait dire que je ne me tournais que très rarement vers le passé des gens de que rencontrais sauf si vraiment j’en avais besoin, et là malheureusement… Ce n’était pas vraiment le cas. J’observais Yuna et l’écoutais maintenant changer, à priori, complétement de sujet. Quoi que… Sa question n’était pas sans rapport avec le milieu dans lequel évoluait Akina. J’esquissai un léger sourire, si elle semblait assez basique, la réponse qu’elle appelait l’était un peu moins. Cela dit je n’allais évidemment pas rentrer dans les détails.

-Le coup de foudre ? Non pas vraiment. Enfin... Dis-je en jetant un coup d’œil à Akina. Hum… J’avais besoin d’une remise à niveau sur certains sujets, elle est devenue ma professeur particulière… Haussais-je légèrement les épaules. Hé… Elle m’a honteusement dragué. Continuais en découpant rapidement les deux courgettes. Puis… Je sentis parcourant mon visage comme une douce chaleur qui donna sans doute une teinte plus rosée à mes joues.
-Han ! Dragué honteusement… T’étais pas du tout réceptive oui ! Répondit-elle visiblement « outrée ». Pour moi c’en était un, de coup de foudre. C’en est toujours un d’ailleurs. Avait-elle ajouté avec ce même sourire qu'elle arborait toujours en se penchant entre les deux jeunes femmes, pour observer ce qu’elles préparaient. Mais, j’ai dû prendre les devants, effectivement. Et ça m’a pris un mois, enfin, vingt-sept jours très exactement. Comme se sentant obligée de préciser, en passant sa main dans les cheveux de l’Ikeda.
-Vas finir de t’habiller… sérieusement. Soupirais-je en observant ce qu’était en train de faire la Nanjou, et elle se débrouillait visiblement très bien.

Après ces quelques précisions qui devaient répondre au mieux aux interrogations de Yuna, Akina reprit la direction de la petite salle, terminer ce qu’elle avait commencé, à savoir se préparer et ne plus se balader les fesses « à l’air ». Ce qui en soit ne me dérangeais pas, mais nous avions une jeune fille bien plus jeune que nous, avec nous. Et même si nous étions nous-mêmes encore plutôt jeunes, il y avait certaines choses à respecter, un minimum…

-Hm… Voilà, tu sais tout. Rigolais-je légèrement. On s’est rencontrées… à la bibliothèque. Souris-je. j’y passe pas mal de temps… Et toi, que fais-tu de tes journées ? Je sais que « ninja de kumo » est déjà un sacré travail mais… Il n’y a pas toujours, tous les jours, de l’action ; si ?



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 17 Mai 2018 - 22:47
La situation devenait de plus en plus comique car les deux jeunes femmes semblaient dévoiler une facette de leur personnalité qui contrastait avec le côté sérieux de leur fonction respective. Les détails que révéla Sazuka sur les talents culinaires de sa petite amie ne manquèrent pas de faire rire Yuna. Son grand-père était un peu comme ça aussi mais lui, c’était avec le bricolage. Elle se souvenait encore de la fois où il avait voulu réparer le mur de leur maison. Une planche fissurée à remplacer s’était finalement transformée en véritable chantier où une bonne partie du mur finit par se retrouver par terre. Depuis lors, chaque membre du clan évitait de lui demander quoique ce soit à ce niveau, de peur qu’il n’empire les choses. Visiblement, c’était un peu le même cas avec Akina qui de son côté, était une catastrophe en cuisine. Tout en souriant, la petite blonde ne put s’empêcher de faire une réflexion également.

« On dit toujours que derrière la personne qui invite, il y en a toujours une autre qui prépare. Chez moi c’est pareil. Mon grand-père et mon père invitent toujours d’autres membres du clan à manger, mais au final, ils ne savent même pas faire bouillir de l’eau. Peut-être que s’ils savaient le travail que représente un diner, ils inviteraient moins. Après, en vous aidant, je réduis la charge sur le préparateur. »

Terminant sa phrase en rigolant, Yuna garda son sourire en entendant Akina s’exclamer qu’elle était encore jeune et que donc le « vous » n’était pas de rigueur. Elle parla ensuite de son travail à la bibliothèque en affirmant que cela n’était pas ennuyeux du tout mais bon, du point de vue de la jeune fille, ce qu’elle décrivait devait être d’un ennui mortel. La jeune femme continua en justifiant son attrait pour la lecture car elle y trempait depuis son enfance. C’est sûr que dans ce cas, c’était presque une nécessité de rester dans ce genre d’univers.

« C’est vrai que ça joue beaucoup. Depuis que je suis toute petite, je suis bercée par les musiques et les techniques sonores de mon clan. Je pense que je ne pourrais pas passer une journée sans écouter de la musique ou chantonner. »

Alors que Yuna et Sazuka continuaient à préparer le repas, la discussion continua et arriva à un moment important qui attirait toute la curiosité de l’adolescente. La médecin semblait assez timide sur le sujet mais au final, elle admit tout de même que c’était sa compagne qui avait fait le premier pas vers elle. La suite de la discussion ne manqua pas de faire rire la petite blonde car les explications d’Akina semblaient particulièrement pertinentes. En effet, vu ce qu’elle avait pu voir de Sazuka, la blondinette voyait assez difficilement celle-ci draguer quelqu’un. Elle la voyait plus comme une personne taciturne dont il faut arriver à extraire les émotions et les paroles. Si elle avait déjà beaucoup changé au contact de la bibliothécaire, elle ne devait clairement pas être très réceptive aux conversations lorsqu’elles se sont rencontrées.

« C’est une bonne chose que l’une de vous ait osé se lancer. Comme disait ma mère, le bonheur ne tient parfois qu’à une seconde de courage. Après, parfois c’est vingt-sept jours. »

Tout en rigolant, Yuna se demanda si un jour elle devrait aussi faire preuve de courage et se lancer vers quelqu’un comme l’avait fait Akina. Plusieurs garçons avaient déjà tenté leur chance avec elle mais bon, son père avait réussi à les faire fuir sans grande difficulté. La persévérance de la bibliothécaire était donc tout à son honneur car au moins, elle ne laissait rien ni personne se mettre en travers de ce qu’elle voulait. Alors que cette dernière retourna s’habiller, bien que sa tenue ne gênait nullement la petite blonde, Sazuka simplifia grandement le début de leur histoire en résumant cela par une rencontre à la bibliothèque. C’était vraiment très amusant de voir les personnalités très opposées des deux jeunes femmes et de l’extérieur, personne n’aurait pu penser qu’elles puissent s’entendre si bien. Quoiqu’il en soit, la doctoresse posa encore quelques questions à l’adolescente, cherchant à en apprendre un peu plus sur sa vie.

« Mes journées sont assez remplies. Je m’occupe de la maison où je vis avec mon grand-père et mon père. C’est moi qui prépare les repas et du linge, eux ils nettoient car soi-disant, je fais ça à la va-vite. En même temps, il ne sert à rien de pouvoir se voir dans le plancher si c’est pour marcher dessus cinq minutes plus tard. Je m’entraîne aussi beaucoup pour devenir utile au village. Je suis passée genin seulement récemment donc pour le moment, ce n’est pas l’action qui occupe mes journées, même si je n’attends que ça. Mais il faut que je m’améliore afin que le jour où le village aura besoin de moi, je sois en mesure de l’aider. »

Bien sûr, il y avait aussi son objectif plus personnel qui consistait à venger sa mère des clans de Hi no Kuni qui les avaient attaqués mais bon, pour le moment, il fallait d’abord devenir plus forte avant même de songer obtenir le moindre début de vengeance. Si elle parvenait à se rendre utile à Kumo, elle pourrait montrer à son clan que l’entraide était un moyen efficace de se protéger de leurs ennemis. Enfin bon, Yuna ne manqua pas de revenir sur des sujets plus légers, histoire de garder l’ambiance amusante qui s’était installée.

« Après, j’essaie aussi de trouver un beau garçon mais malheureusement, ce sont tous des trouillards. Mon père les terrorisent. Peut-être que je vais devoir faire comme Akina et me mettre en chasse et ne rien lâcher dès que j’en trouve un bien. Je me demande si le harcèlement durant vingt-sept jours marche à tous les coups. Maintenant, peut-être que l’amour me tombera dessus par surprise, ça me va aussi du moment que ce n’est pas quand je serai vieille et moche. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2879-nanjou-yuna-prete-au-service-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2942-nanjou-yuna-recueil-de-chansons#21802

Sam 19 Mai 2018 - 20:04




Les remarques de Yuna vis-à-vis de tout ce qu’elle avait entendu me faisaient rire, sincèrement. Il y avait beaucoup de bon sens et de vérité dans sa façon de voir les choses, un peu comme dans la mienne en fait. Puis, ce n’était pas comme si cuisiner me déranger plus que cela, j’aimais tout ce qui demandait de la précision. La médecine, la chirurgie, l’Iroujutsu, le combat au corps à corps, la cuisine et les femmes. Ce que je n’aimais pas vraiment, en revanche, c’était de me voir imposer les choses, ou que l’on me mette au pied du mur. Cela m’insupportait presque. Et ce ne fut que par respect autant pour Yuna que pour Akina que j’avais accepté sans broncher. Tout le reste, je m’en accommodais parfaitement. J’avais appris avec le temps.

-Hm… Je dois bien avouer que je n’écoute jamais de musique… Je ne sais pas si j’aime bien ça, ou pas. Haussais-je les épaules. Mais je doutais détester en revanche. Le peu que je savais de cet art me laissait le comparer assez facilement à la chirurgie. Il fallait suivre la partition et être agile de ses doigts pour ne commettre aucunes fausses notes, ou dans mon cas, aucunes morts. Bon, j’avais déjà entendu de la musique mais y avais-je accordé une si grande importance ? Non, ce n’était que de l’ambiance… Quelque chose pour alléger l’atmosphère ou en créer un. La dernière fois, c’était chez Kaedlin. Tu sais, la propriétaire du bar là… Dis-je en réfléchissant un instant. Quoi que, t’es peut-être un peu jeune pour fréquenter ce genre d’endroits. Ajoutais-je avec un léger sourire en repensant à ces femmes qui y dansaient en tenue plutôt affriolantes.

Bon… Je n’avais à cet instant pas fait le rapprochement entre son intérêt quasi palpable pour la musique et les talents de son clan… Cela viendrait rapidement.

-Je te comprends… Eh bien, je pourrais t’aider à t’améliorer si tu le souhaites, enfin… pour ce qui est des esquives hein… J’ai quelques notions en Taïjutsu. Quelle humilité, fascinant. Haha.. Hum… Non, elle ne m’a pas vraiment harcelée. On se voyait tous les jours… Dis-je avec sourire gêné en haussant les épaules. Enfin, t’en fais pas trop pour les garçons… ça arrivera quand tu t’y attendras le moins. Dis-je sur un ton se voulant rassurant.
-Ta mère est une personne avisée, j’aimerai bien la rencontrer. Intervint subitement Akina.

Je m’étais retournée un instant alors que Yuna continuait la découpe des légumes et jetai un regard presque noir à Akina. Si je n’étais la plus douée des personnes en ce qui concernait les relations humaines j’accordais néanmoins une grande importance aux mots choisis, et lorsqu’une personne parlait d’un proche au passé, c’était pour une bonne raison. Et Akina venait à mon sens de faire une énorme gaffe.

-Ah, désolée, je n’avais pas compris.

Je soupirais en l’écoutant présenter ses excuses. J’observais un instant Yuna et repris rapidement, changer de sujet était sans doute ce qu’il y avait de mieux à faire.

-Hum… Tu… Te débrouilles plutôt bien avec… légumes. Souris-je. On va faire cuir tout ça… avec la viande… et on pourra manger !

Sur le coup, je n’avais rien trouvé d’autres à dire pour « changer de sujet ». La perte de parents était une chose douloureuse, plus que le reste, j’en savais quelque chose…



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 22 Mai 2018 - 21:41
Alors que Yuna poursuivait la discussion tout en tranchant les légumes, Sazuka lui révéla qu’elle n’avait jamais écouté de musique. Ce fut un choc énorme pour la jeune fille qui se figea net. La musique était une partie très importante de son existence et même en dehors des techniques de son clan. Elle ne se voyait pas dans un monde sans mélodie et sans chanson. Rien qu’à cette révélation, alors qu’au final, elle ne savait pas grand-chose de son passé, la blondinette eut énormément de peine pour la jeune médecin car elle avait dû vivre une enfance horrible si aucune musique ne lui était jamais parvenue aux oreilles. Finalement, cette absence de musique qu’elle avait annoncé sembla n’être qu’une passade car au final, elle avait pu en entendre dans un bar du village. L’adolescente en avait déjà entendu parler et la dernière fois qu’elle avait voulu se produire sur scène, la patronne n’avait pas accueilli l’idée très positivement. Ce n’est qu’en écoutant Sazuka déclarer qu’elle était sans doute un peu trop jeune pour ce genre d’endroit que le franc tomba dans l’esprit de Yuna.

« Aaaah !!! C’est un bar un peu trop adulte ? Le genre où vont les gens pour mater et draguer ? Je ne pensais pas que tu fréquentais ce type d’endroit. »

La petite blonde finit sa phrase avec un large sourire, comme si elle voulait mettre mal à l’aise sa nouvelle amie. Evidemment, ce n’était qu’une petite taquinerie de rien du tout et elle ne manqua pas d’en rigoler elle-même. Quoiqu’il en soit, son aide concernant les esquives ne tomba pas dans l’oreille d’une sourde et Yuna comptait bien en profiter. Il fallait à tout prix qu’elle s’améliore afin d’être un peu plus efficace en combat car en dehors de ses techniques sonores et de ses genjutsus, elle n’était pas très douée. Il était évident que si son adversaire parvenait à se défaire de ses techniques, il n’aurait aucun mal à la tuer. C’est sans doute pour cela que son père était aussi strict avec elle lors de ses entraînements.

« C’est très gentil ! En même temps, je suis une utilisatrice de genjutsu donc l’esquive est le plus important à développer dans le taijutsu. En plus, j’avoue que ça ne me dit rien de devoir frapper des gens avec mes poings, ça fait super mal. »

Il était clair que Yuna n’était pas d’une résistance à toute épreuve et qu’elle n’était pas taillée pour les longs combats physiques. Enfin bon, c’était aussi pour cela que les ninjas travaillaient en équipe après tout. Si elle ne se sentait pas d’aller en première ligne, un autre le fera et elle le soutiendrait à distance avec ses techniques. Chacun avait son rôle comme cela.

La discussion sur leur rencontre fut finalement la plus amusante car Sazuka était clairement un peu gênée de raconter tout cela. Bien qu’elle tenta de diminuer le harcèlement d’Akina lors de ses visites à la bibliothèque, cela semblait assez évident que cette dernière n’avait pas lâché le morceau jusqu’au bout. Dans un long soupir, la blondinette entendit la réflexion de la médecin sur les garçons, prétextant qu’elle était encore jeune et que cela viendrait bien un jour mais bon, la vie d’une shinobi n’était pas de tout repos et il fallait aussi reconnaître que les garanties de survivre n’étaient pas les meilleures. Par conséquent, Yuna voyait plus les garçons comme une expérience à connaître avant de ne plus en avoir l’occasion. Lorsque la bibliothécaire évoqua sa mère, l’adolescente se figea à nouveau, exprimant un visage sombre l’espace de quelques secondes, avant de reprendre la découpe des légumes.

« Ma mère est morte quand j’avais huit ans en fait. Tu ne pouvais pas le savoir. C’était une femme incroyable, courageuse et super forte. Mon grand-père m’a même raconté qu’elle était plus forte que mon père, même s’il ne veut pas l’admettre. »

Les excuses d’Akina n’étaient pas nécessaires vu qu’elle ne pouvait pas s’en douter. La petite blonde lui adressa un sourire et continua avec les légumes. En entendant Sazuka essayait de changer de sujet, l’adolescente ne put s’empêcher de rigoler. Il est vrai que c’était un événement marquant et douloureux de sa vie mais bon, sa mère s’était sacrifiée pour la sauver. Au fond d’elle, Yuna s’en voulait énormément de ce qui était arrivé et elle ne voyait que la vengeance pour amoindrir cette culpabilité. Elle rassura tout de même la médecin qui semblait un peu maladroite pour faire comme si de rien n’était.

« Ne t’en fais pas, c’est du passé. Un jour, la page se tournera et cela fera un peu moins mal. Ma mère m’a toujours répété que si on vit à fond, mourir n’est rien car on a aucun regret en dehors d’avoir voulu profiter plus. Rien que pour ça, je compte vivre à fond sans me poser de question ! »

Finalement, tous les légumes étaient coupés et il ne restait plus qu’à cuire l’ensemble avec la viande. Yuna laissa faire son hôte dans cette dernière cruciale intervention. Elle proposa d’aider à mettre la table, histoire de ne pas abuser de l’hospitalité qui lui était donné. Une fois tout en place, la jeune fille s’installa à table, prête à manger.

« Je crois que c’est la première fois que je mange en dehors de chez moi. Enfin, de mon clan vu qu’on est parfois invité chez les autres Nanjou. Il faudra qu’on échange aussi nos recettes ! Peut-être qu’en changeant un peu de cuisine, mon père sera un peu plus sympathique avec moi ! »

La blondinette ne put s’empêcher de rigoler à l’idée que son père change drastiquement de caractère en changeant ce qu’il mange. Cela aurait été très amusant mais bon, il fallait se rendre à l’évidence que la mauvaise humeur était innée chez lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2879-nanjou-yuna-prete-au-service-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2942-nanjou-yuna-recueil-de-chansons#21802

Mer 23 Mai 2018 - 15:02




Dès que j’eus entendu sa remarque sur le bar dont je venais de lui parler je repensais à la façon dont je lui avais présenté la chose. Cela pouvait effectivement prêter à confusion. J’avais cette tendance à prendre ce qu’on me disait au premier degrés, mais visiblement là, comme elle en rigolait… Je supposai que ce n’étais qu’une blague de sa part. Je ne le relevai donc pas me contentant d’un sourire amusé. Puis qu’elle accepte mon aide me suffit à effacer cette image qu’elle m’avait mise dans la tête… un endroit pour mater et draguer… Pensais-je toujours aussi amusée.

-Ah ? Le genjutsu ? Les illusions… Avais-je répondu avant de reporter mon intérêt sur le Taijutsu. Eviter de prendre des coups… C’est ce que je fais. Souris-je. Autant qu’éviter d’agresser… Je ne fais usage de mes compétences que pour me défendre… Haussais-je les épaules. Mais tu sais, Taijutsu ne veut pas dire frapper avec ses poings… Enfin, je t’apprendrai tout ça, si tu veux. Lui avais-je souris. Et c’était vrai… Le chakra permettait de frapper sans pour autant passer par une forme de « boxing » ou se faire mal… Il y avait quelques petites choses à savoir en combat rapproché…

Enfin… Que l’intervention impromptue d’Akina n’ait pas braqué la Nanjou me rassura. Même si je n’avais jamais été touchée par un tel événement, j’étais néanmoins de plus en plus sensible à ce que pouvait provoquer la perte d’un être cher. Sa réaction prouvait donc qu’elle était dotée d’une force intérieure assez importante pour surmonter sa tristesse.

-Les femmes sont souvent bien plus fortes que les hommes… dans bien des domaines ! Affirma la Suzuri avec une grande détermination. Les Kunoichi sont plus redoutables que les Ninjas ! S’était-elle exclamée en frappant de son poing dans sa paume.

J’avais posai mon regard ambré sur la Suzuri un instant en lui souriant, je la savais très tenace et habitée de nombreuses passions ; mais ce genre de pensée, de vision ; ce fut sans doute la première fois qu’elle en faisait part. Comme quoi j’avais toujours à apprendre d’elle. Et à vrai dire, je partageais son avis, je restais seulement un peu déçue qu’elle n’ait pas repris sa carrière de shinobi au sein de Kumo. Pas que son travail au sein du village n’était pas important mais… J’étais persuadée qu’elle avait plus que cela à offrir au village.

Puis reportant mon attention sur Yuna, alors qu’elle faisait part de ce qui semblait être un espoir, je lui répondis.

-Je ne sais pas si ça changera grand-chose. Haussais-je les épaules. Mais tu peux essayer. Souris-je à la Nanjou. Peut-être que la nouveauté lui donnera à réfléchir, qui sait… Parfois la paix de l’esprit ne tient qu’à un bon repas. Rigolais-je. En parlant de ça… Dis-je en me levant. Ayant sorti un plat ovale, j’y disposai d’un côté la viande et de l’autre les légumes et revins vers la table, disposant le plat à son centre avant de me réinstaller. Une délicate odeur se répandit alors dans l’appartement, de quoi ouvrir les appétits.

Akina semblait même presque saliver devant le plat, et je le voyais venir de loin. D’un geste assez souple elle attrapa la cuillère attendant sur le bord et voulus se servir. Mais avant qu’elle n’atteigne son objectif, je l’interrompis. –Akina. Tu ne comptes pas te servir en première ? Lui demandais-je très calmement avec un regard suspicieux qui voulait tout dire. Elle soupira brièvement… -Non, j’allais servir Yuna… Tenta-t-elle de se rattraper. Mais je savais très bien quelle avait été sa première idée. Néanmoins, je n’avais rien dit de plus et l’observais seulement servir la petite blonde. Puis ce fut son tour et enfin le mien. Et moi, je n’avais pris que des légumes…

-Bon appétit à vous deux. Leur dis-je. Et quelques secondes après je repris. Si je cuisine, c’est surtout pour surtout Akina. Expliquais-je à Yuna. Je ne mange de la viande que si je n’ai pas le choix. Esquissais-je un nouveau sourire. J’espère que ça te plaira, en tout cas. Avais-je ajouté en portant une rondelle de carotte à ma bouche. Oui, c’était pas si mal…



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Et si la maladresse organisait de nouvelles rencontres [Yuna - Sazuka]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: