Partagez | 

Au clair de lune [Kaya]


Mer 11 Avr 2018 - 4:17


La scène ce passe le soir même de la conférence donné par Hakyo Hyosa et les dirigeants du village pour faire état de son nouveau statut. Errant dans les rues avec son plâtre au bras, Goten avait délaisser ses béquilles n'en ressentant plus le besoin. Titubant parfois, le sabreur se déplaçait plutôt bizarrement. L'alcool semblait avoir pris possession de son corps, approchant d'un domaine bien connu le sabreur semblait lutter pour reprendre ses esprits. 


Fiouuu... Shiori n'était pas au village, elle avait été envoyé en mission à Ame no Kuni. Dans une moment où j'avais le plus besoin d'elle le village l'avais envoyé loin de moi. Inja lui était introuvable depuis qu'il est parti en mission, était t'il mort ? Je n'oserait pas l'imaginer, peut être que je le croiserais lors de l'un de mes voyages. Kaya elle était encore là, Kaya était toujours là quand j'ai eu besoin d'elle. Aujourd'hui n'était pas la meilleure journée que j'ai pu vivre, j'ai appris par dessus cette mascarade d’élection de Mizukage que la secrétaire de l'ancien Mizukage, Nana était décédé. Non pas que je l'aimais bien cette petite peste, pardon c'est irrespectueux... Je ne sais plus trop ce que je dis aujourd'hui, je ne sais même plus vraiment quoi penser. La lune était la seule source de lumière à l'heure où je traîne, il n'y avais pas grande monde après cette dure journée. La plupart des gens présent dans les bars était des Hyosas qui étaient fier de leur prise de pouvoir. Non pas que j'ai quelque chose contre eux, mais je ne suis pas mécontent d'en avoir rétamer quelques uns dans le bar où j'était il y a quelques heures. Bon pour être franc avec vous je ne m'en suis pas sorti indemne surtout avec mon bras gauche dans le plâtre, je n'ai pas de coquard c'était l'essentiel. Cependant j'avais bien quelques bleus sur le visage et le corps,  j'avais même quelques coupures sur le torse et le dos. Ce semblant d'accord me dégoutait franchement, basé sur de l'hypocrisie et un manque de force pour mettre ses idées en oeuvre. 

Je m'étais décider, je ne pouvait pas rester un instant de plus ici. Je ne pouvais pas aider le village de cette manière, et une opportunité que je ne pouvais pas refuser se présentait à moi. Malgré le fait que je me soit attaché à la cause Kirijine et au pays de l'eau il ne fallait pas que je dévie de la promesse que j'avais faite à mes parents.  Nagamasa Shigure m'avait proposer de le suivre afin d'apprendre l'art des Samouraïs à son origine : Tetsu no Kuni. Cette contrée était d'ailleurs la première que j'avais visité lors de mon arrivé sur le grand contient, j'avais bien 14 ans à l'époque. Cela me rappellera plein de souvenir de la galère que j'ai vécu avant d'arriver ici et dire que maintenant je faisait le chemin inverse pour encore devenir plus fort. Je me rapprochais de mon but et pourtant cela me faisait tellement mal de quitter l'enceinte de ce village pour d'autres horizon. Le village allait surement me voir comme un traître, mais personnellement je n'en avais rien à foutre de ses imbéciles. Seul quelques personnes comptais pour moi dans ce village et j'avais fait en sorte qu'elle sache pourquoi j'avais pris cette décision. Tous sauf une personne, c'est d'ailleurs vers chez cette personne que je me dirigeais. Contrairement aux autres, une boule au ventre m'envahissais au moment où je vis la porte. 

Je restait planté là pendant plusieurs minutes, mes yeux brillants au clair de lune. Je n'osais pas vraiment toquer à cette heure si tardive, de plus je sentais l'alcool redescendre petit à petit et mes blessures de la bagarre se faire plus présentes. Soufflant un grand coup je m'approchais de la porte et toqua trois coups. 

"Kaya ? C'est Goten il faut que je te parle c'est urgent." 


J'attendais le regard fermé qu'elle m'ouvre, d'un côté j'espérais qu'elle ne m'ouvrirais pas et que je n'aurais pas à affronter son regard lorsqu'elle apprendra. Cependant je me disais qu'il fallait que j'affronte la conséquence de mes actes, serrant mon poing je prenais mon courage à deux mains et préparais mon discours dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger http://www.ascentofshinobi.com/t2598-equipe-n7-yari

Mer 11 Avr 2018 - 11:53

Ces quelques derniers jours avaient été éprouvants, c’est le moins qu’on puisse dire. L’attaque des Hyosa, donc le combat contre leur chef, Hakyo, qui fut le plus compliqué qu’elle n’avait jamais eu à faire… Puis sa nomination en tant que Mizukage. Kaya se retrouvait dans une situation bien particulière. Elle était toujours un peu énervée de ne simplement pas avoir eu une seule chance contre lui, car son assimilation Hyoton était juste son contre naturel. Et puis le fait qu’il vienne au final pour renforcer Kiri était un peu déroutant, mais acceptable. Cependant, cette relation lointaine qui liait les deux clans était en train de ternir l’image des Yuki.

En effet, les avis étaient assez clivés quant à la prise de pouvoir du Yondaime Mizukage, et par conséquent, leurs détracteurs avaient tendance à en vouloir aux Hyosa, ainsi que par extension aux Yuki. Surtout ceux qui considèrent que Kaya fait partie de ceux ayant signé le traité lui accordant les pouvoirs, ce qui n’était pas bien faux, mais selon elle c’était la seule solution envisageable. Bref, les regards qui se posaient sur elles n’étaient plus que lubriques, mais certains avaient cet air de rancoeur quand ils la croisaient.

C’était plus facile à dire qu’à faire, mais Kaya devait vraiment travailler pour redorrer l’image de son clan, prévoir un plan d’action dans ce sens… Mais pas avant quelques jours ou semaines, car la population était encore trop choquée par ce soudain changement. Une fois que la majorité des gens seraient accoutumés au nouveau chef du village, que leurs blessures seront en grande partie soignées et que leurs esprits seront tournés vers l’avenir, alors elle pourra tenter de remonter dans l’estime de ceux qui la voient d’un mauvais œil. Pas avant.

Cette soirée était donc calme, presque trop calme d’ailleurs, au domaine Yuki. Dans sa demeure, elle avait du mal à trouver le sommeil suite à ce discours en publique de Hakyo où elle se trouvait à ses côtés. Affronter tous ces regards était difficile, et elle avait eu trop de mal à entrevoir une majorité de réactions positives pour se sentir à l’aise. Plongée dans ses pensées, elle sursauta en entendant quelqu’un toquer à sa porte. A cette heure la, vraiment ? Elle avait presque peur d’une sorte de petite révolution à vrai dire. Mais très vite, elle fut rassurée par cette voix connue. Goten était la, et il voulait parler… Eh bien, ça devait vraiment être quelque chose d’urgent, effectivement.

Sans même se changer, c’est habillée de sa simple nuisette et de ridicules chaussons en fourrure qu’elle se rendit à sa porte pour l’ouvrir, en prenant soin de se cacher un peu derrière la porte, faisant surtout sortir sa tête.

« Bonsoir Goten, je vérifiais que c’était vraiment toi. Je préfère être prudente en ce moment... »

Dit-elle avant d’ouvrir en plus grand sa porte, et de l’inviter à rentrer, dévoilant aussi sa tenue un peu légère.

« Tu m’excuseras, je ne m’attendais pas à recevoir de la visite… »

Elle pose son regard toujours aussi particulier sur lui, et observe quelques blessures visiblement récentes. Un petit soupir plus tard, elle lève les yeux au ciel et se retourne pour l’inviter à se rendre dans le salon, dans lequel se trouve deux fauteuils et un grand canapé. Avant de s’asseoir, elle s’arrête pour laisser Goten approcher et observer ses blessures avec son regard toujours aussi critique.

« Tu t’es battu… ? »

Elle approche sa main des blessures superficielles, et vient refroidir ces dernières afin de les anesthésier, et d’arrêter le sang de couler aussi. D’ailleurs, en étant plus proche de lui, cette odeur d’alcool ne pouvait plus passer inaperçue.

« Et tu as bu, aussi… Je ne peux pas te féliciter, tu le sais ? »

Elle soupire et fait un bref aller retour dans la salle de bain afin de ramener des serviettes qu’elle dispose sur le canapé afin qu’il ne l’impregne pas de son sang.

« Allez, assis toi et dis moi ce qui t’amène par ici à cette heure. »

Lui demande-t-elle en se plaçant sur un fauteuil situé juste à côté, tentant de tirer vers le bas sa nuisette afin qu’il ne voit pas ses fesses, tout en l’observant avec son regard glacial, mais montrant un brin de compassion pour une fois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mer 11 Avr 2018 - 15:19

Chaque seconde qui passait faisait monter le stress, le seule chose dont j'avais envie c'était de partir en courant pour ne pas avoir à affronter son regard. Pourtant je ne bougeais pas d'un pouce, mon corps m'empêchais de m'enfuir. Je savais très bien qu'au fond de moi j'avais envie de la voir, au moins une dernière fois c'était plus fort que moi. Je me refaisais la scène maintes fois dans ma tête pour être sur de trouver les bon mots. Seulement au moment où je vis Kaya entrouvrir sa porte, au moment où son regard rencontra le mien, je fus complètement paralysé par le trac. J'étais en train de me dire qu'elle n'en avait peut être rien a faire que je m'en aille, peut être que je venais ici pour rien ? Non, non il fallait que je lui dise. Entrant dans son domicile je put observer qu'elle était en tenue, prête pour aller dormir. Elle n'attendait logiquement pas de visite à cette heure tardive, j'essayais de faire comme si je n'avais rien vu et me contentait de la suivre ainsi que d'observer ses réactions. 

"Oh ne t'inquiète pas, c'est ma faute tu me connais. Moi et les bonnes manières..."

Au fur et à mesure que l'alcool redescendais je me pensais que ma venue à cette heure si tardive était plus qu'impolie. J'avais laisser parler mes pulsions et me voici devant Kaya qui était en nuisette. Depuis cette fameuse soirée j'avais du mal à regarder Kaya avec les mêmes yeux qu'avant. Pour être honnête j'avais même du mal à la regarder dans les yeux tant sont regard me déstabilisais. Je me posais beaucoup plus de question que j'étais censé le faire. Voir les choses d'un autre point de vue que professionnel était beaucoup plus compliqué qu'il n'y paraissait et les relations je n'imaginais même pas... Posant son regard sur moi je sentait que Kaya m'observait d'un air critique.  Je n'aimais vraiment pas quand elle me regardait de cette manière. Est-ce que je m'étais battu ? La réponse était plutôt évidente. Je lui repondais en soufflant, d'un air un peu blasé cependant quand je la regardais dans les yeux mon visage ne pouvait s'empêcher d'afficher un léger sourire. 

"On c'est tous bien battu n'est-ce pas ?"


Je restait debout à côté de ses canapés, je ne voulais pas la déranger pendant trop longtemps. Bienveillante comme à son habitude, elle posa sa mains sur mes blessures pour les apaiser. Je ne put m’empêcher de lâcher un petit rire nerveux. Je pensais que je ne méritais vraiment pas sa gentillesse, moi qui partait du village au moment où tout le monde avait besoin de se regrouper. Oui j'avais bu Kaya pour répondre à ta question, j'en avais besoin, je ne faisait que réfléchir depuis plusieurs jours ,je n'arrive plus à trouver le sommeil. Je pensais qu'en me bourrant la gueule j'aurais pu m'endormir, mais il n'en était rien. L'alcool n'avait fait que m'amener chez Kaya pour affronter son regard au moment où je vais lui annoncer son départ.  

"Un petit peu et puis je suis majeur tu sais ?" 


Faisant un aller retour, j'observais Kaya se diriger dans une autre pièce. Le moment fatidique approchais. Je pris une grande respiration et quand je vis Kaya ramener des serviettes pour que je puisse m'asseoir je ne put que sourire. J'était la comme un connard en train de pourrir sa maison à cause de ma bagarre de bar, j'allais les abandonner et tout ce qu'elle faisait c'était s'occuper de moi. Je ne put m'empêcher de lâcher une petite larme que je recouvrais bien vite avec mon bras valide, simulant une poussière dans l’œil. Puis vint le moment fatidique, la question que je redoutais le plus. 

"Je ne te retiendrais pas longtemps." 


Je ne m'étais pas assis, je préférais rester debout pour lui dire. Tournant quelques instant la tête vers la fenêtre je regardais la lune avec intensité comme si je pouvais trouver le courage dont j'avais besoin. 


"Kaya je suis venu ici ce soir pour te dire... Que je m'en vais." 

Juste le fait de lui dire me brisait le cœur et c'était sûrement visible sur mon visage. Cependant il le fallait, c'était la meilleure chose à faire. Pour tout le monde. 


"Je ne pas accepter cette situation. Je pars pour trouver la force de tous vous aider. Je suis venu ici parce que tes une personne très importante pour moi et...je ne pouvait pas partir sans te revoir une dernière fois."


Merde j'avais vraiment dis cette connerie !? Je me sentais tellement con et surement rouge comme une tomate. 


"Enfin ce que je voulais dire par là c'était... que...euh.. Enfin voilà Kaya, tu à le droit de me traiter de tout le noms je suis prêt à l'endurer."


Mon cœur ce serrait au fur et à mesure que l'heure de mon départ approchais. C'était si douloureux de quitter à nouveau son foyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger http://www.ascentofshinobi.com/t2598-equipe-n7-yari

Jeu 12 Avr 2018 - 15:39

Il semblait éviter le sujet de sa baguarre, tentant de détourner son attention vers les combats survenus deux jours plus tôt. Bien battus ? Il s’adressait peut-être à la pire personne à ce niveau la, car elle n’avait pas réellement pu combattre contre son adversaire, le chef des Hyosa, à cause de son assimilation Hyoton qui nullifiait toutes ses attaques. Enfin, elle ne relèverait pas trop cette remarque, et vu qu’il venait pour lui parler, ce n’était pas vraiment à elle de diriger la conversation et d’imposer les sujets de discussion.

Pareil quand à sa remarque sur l’alcool. Oui, il était majeur, certes, mais elle doutait de son « un peu ». L’odeur d’alcool ne venait pas avec une seule bière. Enfin, il faisait ce qu’il voulait, mais c’était un indicateur quant à son état mental. Boire à outrance après un tel événement n’était pas un bon signe, et elle pensait qu’il était en train de couver quelque chose de pas très agréable.

« Oui, tu es majeur Goten… Enfin, ça ne t’empêche pas d’être un peu raisonnable avec la boisson... »

Rien de bien violent, mais le message était passé. Enfin, l’alcool le rendrait peut-être plus amusant, qui sait ? Même si les expressions de son visages laissaient plus penser à une déprime qu’à une ambiance festive. Enfin, elle se trouvait face à lui, assise dans son fauteuil en essayant de ne pas être trop dénudée par rapport à sa tenue. Lui ne voulait pas s’asseoir finalement. Il allait vraiment venir chez elle, dire deux mots puis repartir ? C’était assez étrange.

Et quelques secondes plus tard, le verdict tomba : Goten voulait quitter Kiri. Clairement, elle pensa à une petite déprime liée à sa consommation d’alcool et aux raccourcis que cette dernière pouvait ammener. Enfin c’était sa théorie la plus probable, mais surtout celle qui lui convenait le mieux. Un grand verre d’eau, une longue nuit de sommeil, et il toutes ces mauvaises idées lui sortiraient de la tête…

« Goten ... »

Elle ne put l’interrompre, et il prit alors soin de lui expliquer les raisons de son probable départ. L’arrivée du nouveau Mizukage ne lui convenait pas, ce qui était tout à fait entendable, mais de la à s’en aller… C’était extrême comme réaction. Le seul point positif de tout ça, c’est qu’il lui avoua qu’elle était une personne importante pour lui. En tant que son ex chef d’équipe, c’était plutôt gratifiant. Il avait l’air particulièrement gêné de lui dire ça, et son teint était devenu bien plus rouge. Kaya ne put s’empêcher de sourire et se leva pour s’approcher de lui.

« Goten, je ne vais pas t’insulter, ne t’en fais pas … Tout ce que je te demande, c’est de bien réfléchir à ta décision demain matin, tu sais quand tu seras sobre... »

Elle pose son index sur son torse, et lui lance alors ce fameux regard dont elle a le secret.

« Mais si tu décides de partir, et que je n’ai aucune nouvelle de ta part… Tu risques un jour ou l’autre de te faire insulter, oui. »

La jolie blonde soupire longuement et retourne s’asseoir sur le fauteil, croisant alors ses fines jambes avant de lui montrer le canapé du doigt.

« Tu ne veux pas t’asseoir, tu es sur ? Par ce que j’aimerais bien savoir qu’est ce qui te gêne le plus dans cette situation. C’est juste la façon dont il a prit le pouvoir ? Ou ses motivations futures te gênent aussi… ? »

Elle essayait de le faire réfléchir à son acte, peut être qu’en mettant tous ses arguments sur table il se rendrait compte que rester était une bonne idée...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Lun 16 Avr 2018 - 2:08
Plus raisonnable avec la boisson ? Est-ce que j'avais vraiment eu envie d'être raisonnable avec la boisson ? Est-ce que noyer mes problèmes dans l'alcool était une solution ? Bien évidemment que non. Cependant cela me permettais d’atténuer la douleur que j'éprouvais en ce moment à avouer que je compte quitter le village. Je n'avais simplement pas prévu qu'au moment où j'avais décidé de tout abandonner lâchement, un groupe de Hyosa se montrerais irrespectueux envers les villageois. Je savais très bien que Kaya disait ça pour mon bien et non pas pour me faire chier bien évidemment. Je n'était vraiment pas fier de moi, mais quand Kaya me parlais de la sorte je sentait comme un pincement au cœur. C'était comme si l'épée de damoclès qui représentait mes remords venait de me tomber dessus.
Alors qu'elle se rasseyais en face de moi, j'eu quelques instants où j'imaginais mon futur si j'avais réussi à vaincre Hakyo Hyosa. Est-ce que le village aurait réussi à garder la face ? Est-ce que tout le monde aurait t'il été plus heureux ainsi ? Mon regard c'était perdu dans le vide et je ne pouvais même pas dire combien de temps était passé entre les deux remarques de Kaya. Elle me demandait de bien réfléchir. Pensait-elle que j'agissais seulement sous le coup de l'alcool et des émotions ? Après tout en voyant mon état il était plus que probable que l'alcool ait pu jouer un rôle dans ma décision. Cependant la réalité était tout autre, au moment où j'ai su que Nagamasa Shigure pourrait m'apprendre le Bushido j'avais prit ma décision. J'allais devenir bien plus fort grâce à cet art du sabre et couplé à mon Style de Kiri je serait assez fort pour que Kiri soit respecté dans tout l'archipel de Mizu no Kuni. 
" Ma décision à déjà été réfléchie Kaya. Je serais plus utile si je suis capable d'agir sans restriction. Cela fait bien trop longtemps que ce village est gangrené par les trahison et coup d'état. L’avènement de Hakyo Hyosa même si il peut partir de bon sentiment, ne fait qu'alimenter ce cycle."
Je ne sais pas ce qui avait pu ce passer à ce moment, mais dès que Kaya posa sa main sur mon torse je me suis senti comme paralysé, bouche bée. Je ne savais même pas si j'arrivais encore à respirer. Avec son regard perçant j'avais comme l'impression qu'elle pouvait lire en moi : j'avais l'impression qu'elle arrivait à voir mon cœur déchiré par ma décision. Refusant son invitation à m'asseoir je repris mes esprit. 
"Je deviendrais assez fort pour détruire les racines de ce mal et repartir sur des bases saines. Je le ferais pour les villageois, pour les Kaguyas, pour les sabreurs, pour les Hyosas, pour Shiori, pour Inja, pour Madoka, pour... Toi." Terminant sa phrase sur un ton inconsciemment plus émotif. 
Je voulais qu'elle me prennent au sérieux. Je ne suis peu être un sale con, mais ce n'était pas par pur égoïsme que j'avais pris cette décision. Mon regard ne quittait pas le sien, pas comme pour chercher une confrontation, mais plutôt à établir une connexion. Est-ce qu'elle arriverait à comprendre mes raisons ? 
" De toute façon mon choix à déjà été fait. Je pars dès demain apprendre l'art du Bushido au pays du Fer. J'aurais toute la liberté d'effectuer mes actions sans salir encore plus le nom de Kiri. Adieu Kaya nous nous reverrons peut être jamais. " 
M'inclinant poliment pour remercier Kaya de m'avoir écouter, je me retournais vers la sortie en mettant ma capuche. Au moment où elle ne pouvait plus voir mon visage, mes yeux ne purent s'empêcher de pleurer tout les larmes de mon corps. Je ne reverrais peut être plus jamais les visages avec qui j'ai passais les meilleurs moments de ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger http://www.ascentofshinobi.com/t2598-equipe-n7-yari

Lun 16 Avr 2018 - 18:59

Goten refusait une nouvelle fois de s’asseoir à ses côtés. Clairement, il ne voulait pas rester trop longtemps chez elle. Comme s’il s’agissait d’une épreuve difficile qu’il devait écourter le plus possible. La situation était un peu gênante pour la Yuki, car au final il ne lui avait presque rien dit, si ce n’est qu’il partait. Pas de destination, pas de but précis… La seule chose précise qu’il avait dit était la cause de son départ. Il ne supportait pas la prise de pouvoir des Hyosa. Surtout le fait qu’ils les aient battu dans cette grande mêlée. Il avait l’impression d’avoir été deshonoré.

« C’est ton point de vue, je ne peux pas le changer. Ce nouveau cycle peut être pire, comme peut être le renouveau de Kiri. Et je ferai tout pour que ce soit la seconde option, Goten... »

Il était en quête de pouvoir, de puissance. Il voulait vraiment être meilleur, pour faire en sorte que le monde soit meilleur. Il avait bon fond, c’était une certitude. Mais surtout, il n’allait pas revenir sur sa décision. Il était déterminé et n’allait pas faire demi-tour. Cependant, il lui annonça au moins qu’il allait au pays du Fer pour y apprendre l’art du Bushido. Il avait alors eu contact avec un senseï en dehors de Kiri ? Assez étrange, mais tout à fait possible.

C’est quand il se retourna pour mettre sa capuche que Kaya se releva de son fauteuil en sursaut pour ne pas le laisser partir sans un dernier mot. Elle s’approcha de lui, dans son dos, et ne remarqua pas pour le moment toute son émotion. D’ailleurs, ses quelques paroles était tournées de façon à le toucher en plein coeur. Elle ne voulait pas être oubliée, c’était certain.

« Goten, ne me dis pas adieu. »

Elle pose sa douce main sur son épaule, mise à nue par sa petite baston dans le bar.

« Je te le répète, je souhaite vraiment avoir de tes nouvelles, même si tu es à l’autre bout du monde… Il y a forcément un endroit ou tu pourras envoyer une petite lettre. Même si ce n’est qu’une fois par an. »

Elle soupire alors, et prends une grande inspiration.

« Tu as été un élève fantastique, et un coéquipier avec qui il faisait bon vivre, Goten… Je te souhaite d’apprendre beaucoup la où tu iras, et que tu reviendras encore plus fort... »

Elle retire alors sa main, comme pour le libérer.

« A bientôt, Goten... »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Lun 23 Avr 2018 - 19:23

Kaya aussi voulait aider le village c’était une évidence, et au vu de son grade important elle ne pouvait pas se permettre de voyager sans faire perdre la face à tout le clan Yuki. Moi personne ne me connaissait en dehors de mon titre de Spadassin de la brume ou d’emmerdeur de Kiri. Je ne manquerais surement à personne et cela aussi était quelque chose de douloureux pour moi. Enfin je me faisais surement des idées. Ce nouveau cycle ne peut pas être meilleur que l’ancien car il est né de la même essence. Tant que le projet ne partira pas sur des bases saines, rien ne pourra vraiment s’améliorer. Enfin c’était mon intime conviction et il y avait peu de chance que tout ce passe bien, les rancœurs finiront obligatoirement par refaire surface et rien ne pourra les arrêter. C’est pour ça que j’avais pris la décision de partir, c’est pour ça que j’étais plus que jamais motivé à gagner en pouvoir. Je souhaitais écourter le plus possible cette conversation, il ne fallait pas que Kaya arrive à comprendre tout ce que je ressente. Me levant et enfilant ma capuche je m’apprêtais à sortir quand j’entendis sa douce voix tentant de m’adoucir. Mon cœur ne pouvait s’empêcher de se resserrer plus encore, je ne comprenais pas pourquoi Kaya me faisait cet effet.
Elle souhaitait me revoir, des paroles qui me faisaient chaud au cœur. Cependant l’effet de sa main posé sur mon épaule fut tout autre. Je sentais mon cœur battre à vive allure, était-ce du Genjutsu ? Etait-elle en train d’essayer de m’empêcher de partir ? Non et puis la de toute manière je n’arrivais même plus à réfléchir. Je l’écoutais me dire que quoi qu’il arrive, elle voulait de mes nouvelles. Cela me faisait plaisir d’entendre ces mots. Bien sûr qu’elle aurait eu des nouvelles de moi, Kaya était devenu beaucoup trop importante à mes yeux pour que je puisse l’oublier. Me souhaitant bon voyage et bonne fortune, je compris que Kaya avait accepté ma décision. J’appréciais tant de compréhension de sa part et posa ma main sur la sienne juste avant qu’elle ne la retire. Respirant un grand coup, je me préparais à lui faire mes adieux une bonne fois pour tout avant de prendre un chemin dont je ne connaissais pas l’issue.

« Merci pour tout Kaya. J’espère de tout cœur te revoir un jour. » Ces quelques mots avaient été dit avec une intonation très spéciale, il n’était pas difficile de ressentir les émotions que cachaient Goten et même celle qu’ils ne voyaient pas encore.

Relâchant mon étreinte sur sa main j’allais lui permettre d’aller se reposer après cette période plus qu’épuisante. Ouvrant la porte je me préparait à quitter cette demeure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger http://www.ascentofshinobi.com/t2598-equipe-n7-yari

Au clair de lune [Kaya]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: