Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Médicalement vôtre (Myoga Kiyoko)


Ven 13 Avr 2018 - 0:27



Travailler pour l’institut était très prenant mais à la fois si palpitant. Une activité qui ne retirait rien à ma première passion : opérer. Avec le temps passé ici et certainement la confiance que l’on m’avait accordée j’avais appris –et une fois n’était pas coutume- à composer entre mes deux « occupations » professionnelles. Une combinaison entre la recherche et la pratique qui m’offrait d’infinies combinaisons. Tantôt dans les sous-sols secrets du complexe, tantôt à l’hôpital et parfois en dehors des murs du village, lorsque j’avais besoin d’une plante bien spécifique ou d’autre chose qu’on ne trouvait pas à Kumo.

Et, le fait que je revienne après chaque expédition avait sûrement conforté mes supérieurs quant à mon adhésion totale à ce village. Ô je n’étais pas dupe vis-à-vis de certaines pratiques des shinobi de la foudre, mais… Après tout, ce n’étaient pas mes affaires. La seule chose par laquelle je me sentais vraiment concernée restait l’état de santé de la population de ce village. Par la pratique, nous les médecins, nous gagnions en compétences et par le savoir améliorions notre pratique ; un endroit tel que celui-ci était comme une oasis au milieu d’un vaste désert, pour une médecin-chercheur doublé d’un Eisei-nin.

Enfin, j’étais parfaitement ravie de cette situation. Mais aujourd’hui, c’était un peu différent… Pas que j’allais passer une mauvaise journée, loin de là, mais on m’avait parlé alors que je venais seulement de quitter mon appartement, à quelques mètres à peine du perron, de l’existence dans ce village d’une autre « adepte » de l’Iroujutsu. Jusque maintenant je n’avais pas entendu parler d’un autre médecin utilisant le chakra médical et ne pus dire si c’était une bonne ou une mauvaise nouvelle. Forte de mes nouvelles notions en sociologie… Je penchais plutôt du côté positif de la chose. Que quelqu’un présente un intérêt pour cet art… Pourquoi pas ? Mais ce ne fut pas… le principal sujet de cette nouvelle.

-Vous sortez ce matin, Sazuka ?
-Oui, c’est ce qui est prévu. Pourquoi ?
-Eh… Et bien, nous nous sommes dits…
-Qui ça « nous » ? L’interrompis-je.
-Moi, et d’autres de l’hôpital… Vous pourriez peut-être l’emmener avec vous ? Toutes les autorisations ont été validées par le Directeur.

Cela arrivait souvent. Que je sois avertie à la dernière minute de certains changements. D’ordinaire cela ne m’embêtait pas davantage que ça, surtout si c’était pour opérer mais là… ça me semblait très… Un genre de bizutage ? J’allais jouer leur jeu. Cette fille dont il me parlait...

-Pourquoi moi ?
-Et bien, vous pratiquez l’Iroujutsu. Cela se passe d’explications, il me semble.
-Baah… Fallait commencer par là. Soupirais-je. Je dois aller la chercher ?
-Elle doit déjà vous attendre. Aux portes. On l’a prévenu hier.
-Evidemment… Enfin… Vous l’avez fait se lever tôt du coup…

Je me levais tous les jours cinq heure et quelques pour être à l’hôpital à sept heure. J’étais selon Akina plus à l’heure et pire qu’une horloge. Ce dont je m’amusais parfois… En la réveillant. Enfin, tout ceci étant, il me fallait donc rejoindre les portes sans trop tarder. Ainsi après moins d’un quart d’heure de marche, j’arrivais à l’Arche grise, enfin, à ses portes. J’observais, et vis une jeune femme attendre sous le regard suspicieux des gardes. J’approchai et fis signe aux quatre.

-Yô ! Elle est avec moi, vous avez eu les papiers hier, je crois ?
L’un des quatre, leur capitaine, fis signe aux deux du bas. Confirmation de l’ordre.
-Et donc, tu dois être… Kiyoko ? Moi c’est Sazuka. T’es prête ? On en a pour la journée.

Direction la forêt la plus proche de Kumo, pour trouver diverses plantes dont j’avais besoin pour la conception de nouvelles pilules à usage militaire. Nous prîmes la route, passant l’étroit sentier menant dans la vallée. Jusqu’en bas, je ne lui avais pas vraiment adressé la parole mais, à un moment, je m’y intéressai… Enfin, plus ou moins.

-T’as déjà des connaissance dans le domaine ?



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 13 Avr 2018 - 6:22
Si tôt. Pourquoi devoir se lever à l’aube si c’est pour être trop fatigué et incapable de mettre un pied devant l’autre convenablement? Tu dois avouer qu’au fil des mois, tu t’es laissée aller. Tu as un peu perdu l’habitude, toi qui était tellement assidue. Tu te levais tôt et tu allais courir avant de te laver, question de débuter ta journée en étant complètement réveillée. Mais tu as rapidement pris l’habitude de dormir pour ne pas avoir à réfléchir et voilà que tu as du mal à reprendre ton rythme habituel. Tu devrais être reconnaissante qu’on t’offre cette opportunité alors que tu es inactive depuis un moment.

Tu ne sais pas trop comment tu t’es retrouvée là, à attendre près des grandes portes du village qui commence à peine à se mettre en vie. Au courant des derniers mois, tu as beaucoup réfléchi à la tournure que tu souhaites voir prendre ta vie. Tu sais que l’idée de continuer à ne rien faire te rend presque malade. Tu dois te rendre utile et faire quelque chose de tes journées. Mais les événements de ton passé te hantent encore et tu dois apprendre à les surmonter. La meilleure façon de le faire, c’est d’apprendre à t’endurcir, à maîtriser de nouvelles techniques et à te rentrer dans le crâne que tu dois faire ce qui doit être fait.

Au terme de tes questionnements, tu as décidé de te pencher sur l’iroujutsu, cet art qui te permettra d’aider à guérir et sauver des vies plutôt que de les enlever. Tu as rapidement montré du potentiel et, surtout, tu as beaucoup d’intérêt. De plus, tes leçons sur les poisons avec ta cousine t’intéressent grandement et tu souhaites perfectionner tes connaissances. De fil en anguille, voilà que tu te retrouves à attendre une personne qui va très certainement t’aider à continuer sur le chemin de la réussite.

Tu fais abstraction des gardes qui te lancent des regards un peu mauvais depuis un moment. Il faut dire que tu tournes en rond depuis un certain temps. Tu n’es pas certaine si tu t’es pointée là trop en avance ou si la personne que tu attends est en retard. Tu as peut-être l’air un peu suspicieuse mais si tu avais voulu tenter quoi que ce soit, ce serais certainement déjà fais – et ton plan n’aurait surtout pas réussit.

Au bout de quelques minutes, une silhouette se dessine à l’horizon et tu sens ton estomac se nouer. Tu n’es pas sortie du village depuis très longtemps, ayant refusé de prendre part à des missions ou de faire quoi que ce soit au final. Tu es nerveuse mais aussi excitée. Il faut dire qu’après un certain temps à être enfermée au même endroit, tu finis par trouver le temps long. Tu aimes ton confort mais tu as tout de même besoin de sortir de cette zone trop confortable dans laquelle tu t’es glissée depuis des mois.

- Oui, c’est moi. Et oui, je suis prête.

Ta réponse est brève et directe. Tu n’as pas l’intention de faire un récit de ta vie ou d’exprimer ton excitation à l’idée de participer à une petite mission. De toute façon, à en juger par le silence de la dite Sazuka, elle préfère probablement ce genre de réponse à ses questions. Tu commences à te dire que la journée va être rudement longue. Tu es plus discrète mais tu aimes quand même parler lorsque le moment est propice. Finalement, après de longues minutes, sa voix brise le silence et tu te dis qu’il n’est pas trop tôt.

- J’ai des bases avec les poisons. Ma cousine m’enseigne depuis quelques mois. J’essaie d’étudier les plantes médicinales par moi-même. Pour le reste, je vais être honnête et dire que non, pas vraiment. Mais j’apprends vite et je suis motivée.

Tu as l’impression d’être en train de te vendre et tu roules les yeux alors qu’elle a le dos tourné. Tu ne veux tout simplement pas qu’elle croit que tu es là seulement pour récolter de vulgaires plantes envers lesquelles tu n’as aucun intérêt. Tu sais que certaines personnes n’aiment pas trop traîner des jeunes derrière, surtout lorsqu’ils ne sont pas sérieux. Tu détestes avoir l'air désespérée dans l'espoir d'être jugée comme digne d'intérêt.

- Puis-je avoir des précisions sur ce que nous allons faire aujourd’hui?


Dernière édition par Myoga Kiyoko le Sam 14 Avr 2018 - 8:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 14 Avr 2018 - 2:10



J’esquissais un sourire, sans doute plus pour moi plus que pour elle. Si elle était réellement motivée, nous le saurions très rapidement. Apprendre qu’elle avait un certain intérêt pour les poisons la rendait déjà « spéciale » à mes yeux. Ce domaine n’était clairement pas le plus simple d’entre tous, il demandait une connaissance des plantes assez poussée, de même que pour leur aspect médicinal. La nature, aussi vivante et belle pouvait-elle être n’en restait pas moins d’une dangerosité mortelle quand on en connaissait les spécificités.

Quelqu’un lui enseignait donc… Je ne connaissais pas tous les ninjas de Kumo, du moins pas personnellement, mais celui qui me vint quasiment, instinctivement à l’esprit fut « Asami ». Tadaoko Asami. Cette dernière n’avait pas dissimulé son attrait pour la chose… Mais de jà à ce qu’elle partage ses connaissances… Non, ce n’était sans doute qu’une coïncidence. Néanmoins maintenant que le doute était levé, et parce que je pouvais me montrer d’une curiosité maladive par moment, je ne pus m’empêcher de lui demander.

-Cette personne qui t’enseigne, c’est une jeune femme avec de longs cheveux noirs ? L’interrogeais-je en ralentissant légèrement le pas pour me retrouver à son niveau, afin de mieux l’observer.

Et elles seraient donc cousines ? La ressemblance n’était pas frappante… Enfin, des cousins ne se ressemblaient pas autant que des frères et sœurs ou des enfants et leurs parents ; mais on trouvait chez eux certaines similitudes… Ceci-dit… Je n’étais pas experte dans le domaine de la génétique et n’avais jamais lu que quelques ouvrages –en diagonal- sur ce sujet, puisqu’il ne me servait à rien. Posant de nouveau le regard sur la route se dessinant devant nous, dans la lumière encore hésitante de l’aube, je repris la parole.

-C’est déjà une bonne base alors. La plupart des fleurs, des racines, et autres végétaux ont une grande importance ; que ce soit en médecine « shinobi » ou « traditionnelle ». Pour ce qui est du reste… l’Iroujutsu lui-même… Nous verrons… Si tu apprends vite. Dis-je pensive.

Je n’avais jamais enseigné à qui que ce soit comme je n’avais jamais estimé quiconque apte ou suffisamment motivé de recevoir ce savoir. Un serpent vicieux qui ne faisait que se mordre la queue.

Le poison comme les effets curatifs des plantes n’étaient pas destinés qu’aux uns ou autres à l’instar du chakra. Ils agissaient de la même façon pour tout le monde, sans faire de distinction… C’était sans doute ce critère qui m’avait poussé à apprendre, et à lire tout ce que j’avais pu trouver concernant l’herbologie. Le chakra médical, les techniques en découlant, je ne les destinais qu’à ceux souffrant de blessures liées, justement, au chakra. Tout le reste pouvait être traité normalement, par chirurgie ou traitement médicamenteux. Ainsi, je n’abusais de mes capacités pour tout et n’importe quoi même s’il m’arrivait parfois, par facilité, de guérir des écorchures, petites coupures avec mon chakra… Si j’estimais que le « patient » en était, d’une certaine manière, digne.

A chacun de nos pas vers la forêt foudroyée notre horizon s’éclaircissait, lentement, mais surement. Cette marche était le moment le moins palpitant, mais une fois sur place… Je sortis de ma sacoche marron –que j’avais toujours avec moi- une pilule d’une couleur légèrement bleutée que je tendis et lâchai dans la main de Kiyoko.

-C’est une pilule militaire. Je les confectionne à partir des plantes que je collecte ici et là. Sauf que, je n’en ai plus. Nous allons donc cueillir des plantes. Souris-je.

Oui, dit comme ça, cela n’avait pas l’air plus fou que l’heure et demie de marche qui nous attendait encore. Mais le travail de médecin, et encore plus d’Eisei-nin, n’était pas forcément aussi animé qu’on pouvait le penser. Néanmoins je devais la mettre en garde.

-Il faudra faire attention. Entre les ennemis de Kumo, et la faune qui peut se montrer parfois agressive… Ce n’est pas forcément le travail le plus tranquille qu’il soit.

Surtout qu’en fait, nous allions nous enfoncer au plus profond de cette vaste forêt. Et, j’y avais déjà été confrontée à des espèces pour le moins… Sympathique.






_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 15 Avr 2018 - 9:06
La réponse de Sazuka t’arrache un sourire, que tu tentes de cacher. Elle te porte finalement attention et tu soutiens son regard lorsqu’elle s’approche de toi, signe qu’elle est finalement intéressée par ce que tu as à lui dire. Tu hoches positivement la tête. Tu précise rapidement qu’il s’agit d’Asami puisque sa question te laisse croire qu’elle pensait justement à elle. Tu te doutes que ta cousine doit posséder une certaine réputation, considérant le fait qu’elle passe beaucoup de son temps à perfectionner ses poisons et à travailler de nouvelles techniques pour les mettre en action. Certains d’entre eux ont même des effets assez dévastateurs et tu peux confirmer que tu ne souhaite pas un jour être exposée à ses petites trouvailles.

Tu es satisfaite lorsqu’elle te confirme que tu as bien fait de commencer à étudier les différents végétaux pouvant être utilisés en médecine. Tu savais que tu ne risquais pas de perdre ton temps en apprenant tranquillement de ton côté mais le fait que ton initiative soit validée par une personne possédant beaucoup de ressources en la matière te fait bien plaisir. Tu te dis silencieusement que tu vas effectivement tout faire pour apprendre vite, même si cela veut dire que tu devras retourner à ton mode de vie précédent qui te demandait de te lever très tôt et de bosser jusqu’à très tard. Lorsqu’il s’agit d’accomplir quelque chose ou de réussir, tu possèdes un certain orgueil. Tu n’aimes pas échouer. Tu préfères ne pas trop te comparer avec les autres et tu dirais donc que tu es plutôt en compétition avec toi-même. Même si les échecs ne sont jamais plaisants, tu préfères les voir comme des occasions de t’améliorer. C’est d’ailleurs pour ça que tu tentes de redevenir active. Tu ne veux pas considérer tes erreurs du passé comme des montagnes impossibles à surmonter.

Tes doigts se ferment sur la pilule que ton instructrice de la journée vient de laisser tomber dans ta paume et tu n’attends pas un instant pour la saisir et la lever devant tes yeux, question de mieux l’observer. À première vue, on dirait tout simplement une capsule bleue. Ton esprit se remplit alors de questions car pour toi, ‘’pilule militaire’’ est un terme très vague. À quoi sert-elle, exactement? Guérir? Augmenter les capacités? Comment est-elle confectionnée? Y-a-t-il des effets secondaires? Tu te mords cependant la langue, attentive à la suite des instructions, qui te font un peu moins plaisir. Oh, tu t’en doutais. Les sorties hors du village ne sont jamais complètement dénuées de danger. Tu sais te défendre, il n’y a aucun doute. Après tout, si tu n’avais pas refusé, tu aurais monté de grade lors des examens et ne serait plus genin. Le problème, c’est que tu n’as pas vraiment eu l’occasion de te défendre ou d’attaquer depuis la dernière année, où tu es restée enfermée entre les remparts du village. Tu n’as pas retouché à des armes et tu as du mal à reproduire tes techniques habituelles. Pour faire simple, le cœur n’y est pas.

Tu prends une grande inspiration et reprends le pas, laissant un peu de distance entre la meneuse et toi. Tu meurs d’envie de poser des questions et de lui partager le fond de ta pensée, mais tu ne sais pas si tu devrais. Tu as tendance à garder ce genre de choses pour toi car tu ne souhaites pas te faire juger ou qu’on pense que tu es faible. Néanmoins, au bout de quelques minutes, tu t’avoues vaincue. S’il y a un risque que vous puissiez tomber sur des ennemis et autres, tu dois informer Sazuka de quelques petites… difficultés que tu éprouves.

- Excuse-moi mais je… Je dois te faire part de quelque chose d’important. Je ne sais pas s’ils t’ont parlé de moi un peu plus en détail au complexe mais je suis dans une situation un peu particulière. J’ai plus ou moins arrêté de me battre depuis environ un an… Non en fait je ne l’ai tout simplement pas fait. Je suis un peu rouillée… Et j’ai du mal à utiliser mes techniques de suiton. Je ne sais pas pourquoi. Je sais que ça ne doit pas faire plaisir à entendre mais je préfère être honnête plutôt que de le garder pour moi et risquer de nous mettre dans une position délicate.

Bien que tu joues la carte de l’honnêteté, tu gardes pour toi tes petites histoires sentimentales et inutiles de traumatismes personnels qui n’intéressent personne. Tu espères silencieusement que tout se passe bien et que pour ta première sortie depuis longtemps, vous puissiez vous contenter de cueillir des plantes. Mais jamais ne va vraiment comme prévu, n’est-ce-pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 16 Avr 2018 - 1:10




Quand une personne était en proie à un combat intérieur cela donnait Kiyoko. J’étais à peu prés sûre, alors que je lui parlais, que l’apprentie Eisei-nin qui m’accompagnait se posait un tas de questions sur beaucoup de choses et par forcément en rapport avec notre mission ou ce que je disais. Enfin, simples hypothèses ; je ne lisais pas encore dans les pensées des autres et n’était pas beaucoup plus douée qu’auparavant pour lire sur les visages, mais là ; ça se voyait. Alors qu’elle réfléchissait à je ne savais trop quoi, j’en profitais pour lui donner plus d’informations sur ce qu’elle tenait entre ses doigts.

-Une pilule militaire. Ca augmente les performances au combat. Celle améliore les réflexes et la perception des choses. Une drogue, en soit, qui influe sur la circulation sanguine, et du chakra. Sans danger si… Consommée avec modération.

Ces drogues pouvaient renverser l’issue d’un combat, c’était sûr. Selon leur composition elles pouvaient améliorer les compétences, modifier légèrement la constitution d’une personne pour la rendre plus résistante etc… Les possibilités étaient infinies. Mais elles pouvaient s’avérer dangereuses aussi, comme toutes drogues, un abus entrainait une « overdose » et selon son degré, pouvait s’avérer… mortelle. Je n’avais pas encore défini dans quelles proportions elles pouvaient être utilisées mais étant donnés leurs principes actifs très puissants… Il en fallait sans doute très peu… trois ou quatre grand maximum. Cela ne faisait pas si longtemps que je travaillais sur ce projet…

Puis, Kiyoko me dévoila son manque d’expérience sur le terrain. Je n’étais pas vraiment surprise. Non pas que je connaissais son histoire par cœur ou qu’on m’ait donné beaucoup d’informations sur elle, mais… Je n’avais jamais vraiment entendu parler d’elle avant au complexe, ne l’avais pas vraiment croisé en dehors des murs du village… Depuis un an ? Voilà qui expliquait tout !

-Je vois… je vois… Et aujourd’hui, tu en es où ? C’était un ordre ? Demandais-je. Je veux dire, cette excursion. Si tu n’es pas prête, je ne vois pas pourquoi tu es venue…

C’était un peu sec, j’en convenais. Mais c’était exactement ce que je pensais. Je ne la blâmais ni ne la critiquais. Par là je voulais simplement lui expliquer qu’il fallait qu’elle reprenne les choses en mains lorsqu’elle le souhaiterait. Pas quelqu’un d’autre. Chacun sa voie.

-Je ne dis pas ça contre toi. Nous avons parfois des priorités différentes, même de celles des personnes « au-dessus de nous ». Tu vois, je ne suis pas de Kumo et avant je n’étais pas une shinobi. Et même si je n’ai aucun problème avec la hiérarchie, j’ai parfois un peu de mal à concevoir… Les obligations. Avais-je ajouté sur un ton un peu plus conciliant. Mais je suppose que… C’est pour… ton bien ? öla, je ne savais pas vraiment de quoi je parlais là. Maintenant que nous sommes là… Autant mettre à profit cette expérience, non ?

Le temps n’était jamais perdu, la moindre expérience même celle paraissant la plus futile, avait toujours de la valeur. Tout était bon à apprendre. C’était ainsi que j’avais toujours fonctionné et par la force des choses que j’avais évolué, que je m’étais améliorée.

-Connaître le corps humain dans ses moindres recoins est certainement bien plus… efficace que savoir utiliser ses affinités… Je ne sais pas utiliser mes affinités, par exemple ; ça ne m’empêche de… Enfin, tu vois. Haussais-je les épaules.

Ainsi nous marchâmes un long moment, plusieurs heures durant avant d’arriver à l’orée de la forêt foudroyée. Ce nom était assez sympathique, je m’étais longtemps demandée pourquoi avant de comprendre que c’était simplement parce que, souvent, la foudre y tombait. Jamais deux fois au même endroit ? Nous verrions bien. Si elle semblait parfaitement « normale », verdoyante, dense tout ça… On pouvait voir aussi par endroit des dizaines d’arbres complétement vitrifiés, fendus pour la plupart. Signe des nombreux impacts. Le pays de la foudre…

C’était sans doute grâce à cette activité électrique qu’on pouvait y trouver des plantes hors-normes, et des animaux plus dangereux que la moyenne aussi. Avant de pénétrer cette immense forêt, je me voulais rassurante avec la jeune femme.

-On ne risque pas de croiser la moindre personne ici… Ni nukenins, ni bandits… Personne ne s’y aventure…

J’observais le ciel, il était plutôt dégagé dans l’ensemble. Juste quelques gros nuages blancs défilaient ici et là, simplement. Enfin, dans ces régions montagneuses le temps pouvait changer du tout au tout en moins d’une demi-heure… Moi, j’étais habituée. J’avais déjà dormi dans la tanière d’un ours après qu’il ait été tué… Alors l’orage… Enfin, il n’y avait aucune raison pour que cela tourne mal.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 24 Avr 2018 - 22:28
La réponse de Sazuka te choque un peu l’espace d’un instant. Pas parce que ses paroles ne font pas de sens, au contraire, mais surtout à cause du ton employé pour les dire. Toutefois, tu apprécies son honnêteté, toi qui n’a jamais été du genre à apprécier qu’on essaie d’adoucir les choses. Tu préfères savoir les choses telles qu’elles sont même si tu as parfois du mal à les avaler. Ton premier réflexe est de diriger ton regard vers le sol, un peu honteuse, avant de le planter dans le siens. Tu n’as pas à avoir honte de quoi que ce soit. Tu n’as jamais prétendu n’avoir aucune faiblesse et tu es humaine, comme tout le monde. La vraie force, c’est d’être capable de l’admettre et de se dépasser pour s’améliorer.

- Non, ce n’était pas une obligation. J’ai fait le choix de venir lorsqu’on m’a proposé de le faire. Je ne sais pas si je suis prête ou pas. Tout ce que je sais, c’est que je ne le serai jamais si je continue de me cacher derrière des peurs et des possibilités. Mais je préfère mettre les choses au clair pour que les autres sachent à quoi s’attendre. J’ai de l’expérience sur le terrain… Je suis juste rouillée et j’ai quelques blocages que j’espère arriver à surmonter graduellement. C’est pour ça que je suis là.

Il t’arrive certainement d’être immature, bien plus souvent que tu ne voudrais l’admettre, mais les événements de ton passé t’ont aussi forcée à vieillir un peu plus rapidement. Lorsque tu te décides finalement à faire quelque chose, tu y mets tout ce que tu peux. Tu as conscience que ta façon de formuler les choses peut laisser croire que tu es une débutante qui n’a absolument aucune expérience à l’extérieur du village, mais ce n’est pas le cas. Tu as déjà affronté d’autres personnes, tu connais le goût du fer et tu maîtrise ton affinité. Ton blocage ne vient pas au niveau de tes capacités ; il est tout simplement psychologique.

Vous marchez encore durant un bon moment. Il t’arrive de te sentir fatiguée mais tu es si excitée d’enfin voir autre chose que les mêmes bâtiments du village que tu oublies bien vite ton manque flagrant d’exercice physique. Vous arrivez bientôt à la forêt et malgré qu’elle ressemble à toutes les autres, tu sais qu’elle est bien spéciale et, surtout, que tu ne dois pas prendre ta sécurité à la légère.
Vous cherchez des plantes spécifiques durant un bon moment sans que quoi que ce soit d’anormal ne se passe. Tu bois les paroles de Sazuka, prenant des notes rapides dans ton carnet. Après tout, tu es venue ici pour apprendre et tu souhaites pouvoir étudier le tout une fois de retour chez toi. Tes croquis sont approximatifs, mais suffisants pour que tu sois capable de reconnaître les végétaux. D’ordinaire, tu dessines bien mieux, mais tu n’as pas le temps de t’attarder.

Tu finis par t’essuyer le front, couvert de sueur. Mais à bien y réfléchir, tu n’as pas vraiment chaud. De plus, la tâche ne demande pas un effort physique excessif. Tu lèves donc les yeux vers le ciel, qui commence à être particulièrement gris. De la pluie. La pluie ne te dérange jamais, toi qui aime particulièrement l’eau, mais tu sais ce qu’une averse peut enclencher.

- Sazuka? Crois-tu que nous devrions prendre des précautions où qu’il s’agit simplement d’une petite averse légère?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 25 Avr 2018 - 3:18




Ne pas trop insister, laisser venir les choses, c’était ce que j’avais compris de mes dernières « expériences » sociales. Ainsi je décidai de limiter mes questions quant aux éventuels problèmes que pouvait rencontrer cette jeune femme, pour le moment tout au moins. Tout ce qui comptait maintenant, c’était qu’elle soit pleinement investie dans ce qu’elle faisait ici, et qu’elle ne prit pas tout ceci comme une obligation était encore mieux.

Après déjà une bonne demi-heure passée dans cette forêt, quelques premières observations sur la flore qu’un tel endroit avait pu développer et la recherche des plantes que je convoitais Kiyoko me fit remarquer qu’il commençait à pleuvoir. Absorbée par notre travail ici, je n’y avais pas prêté attention, mais oui, je pu constater en tendant la main paume vers le ciel que quelques gouttes tombaient. J’observais le ciel, les nuages jusque lors blancs s’étaient teinté de gris.

-Eh… Oui ? il va certainement pleuvoir… Enfin, il pleut déjà en fait… En fait je ne sais, je ne suis pas experte en météo. Rigolais-je légèrement. Le temps dans ce pays… est très capricieux. Soupirais-je.

Depuis mon arrivée j’avais dû voir tous les types de météo se succéder en des temps records… Alors prévoir ce qui pouvait se passer ici…

-De toute façon, nous sommes dans une forêt… S’il ne fait que pleuvoir, ça ira. Si un orage se lève… Et que la foudre frappe… On ne pourra pas être sûre d’être en sécurité. Mais, fort heureusement nous sommes Eisei-nin. Et, il y a pire que le temps ici. Mais avec un peu de chance…

Juste un haussement d’épaule en guise de fin de phrase. Je ne savais pas ce qui nous attendait dans cet endroit, comme personne n’y venait, la faune y était plutôt tranquille. Qu’il s’agisse d’animaux inoffensifs ou de prédateurs… C’était un endroit parfait. Presque une forêt vierge. Peut-être la dernière de Kaminari, et en même temps… Cela se comprenait. Nous continuâmes notre exploration, nous enfonçant un peu plus profondément à chacun de nos pas, puis au bout d’une autre demi-heure partagée entre observations des végétaux, du temps changeant, et surveillance des alentours nous arrivâmes dans une petite clairière au centre de laquelle il ne restait qu’un vieil arbre noir, fendu en deux. Cela ressemblait, au milieu de cette forêt, à l’œil d’un ouragan…

Et, au pied de cet arbre, tout un parterre de petites fleurs violacées.
Je fis signe à Kiyoko de s’approcher. A proximité je lui désignais les plantes.

-Rudbeckia purpurea, ou… Echinacée. Une plante plutôt rare qui entre la confection de médicaments anti-infectieux et dont le principe actif participe à l’élaboration des pilules militaires, il permet d’éviter le rejet et limiter les effets secondaires…. On peut-aussi…


Je m’arrêtais de parler lorsque je vis une large nuée d’oiseaux s’envoler en émettant une multitude de cris aigües, voire strident qui ne ressemblait en rien à des chants habituels. Puis, soudainement, un flash lumineux éclaircit le ciel et un son brutal, puissant, déchira le silence paisible de la forêt. A foudre venait-elle de frapper ? Le ciel s’était obscurcit extrêmement vite et de nouvelles gouttes, plus épaisses, plus lourdes frappèrent le sol.

-La foudre, elle n’est pas tombée très loin…

Au même instant, le sol se mit à vibrer et un son effrayant émanant des profondeurs de la forêts semblait se diriger vers nous…



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 29 Avr 2018 - 8:48
Tu dois dire que tu es bien d’accord avec sa remarque. Difficile de prévoir quel temps il fera dans ce coin de pays, considérant que celui-ci peut changer d’un extrême à l’autre au courant de la même journée. Vous avez de la chance d’avoir eu le temps de faire la majorité du boulot avant que la température se gâte. S’il ne fait que pleuvoir légèrement pour le moment, tu sais que vous pourriez avoir droit à une vraie douche tombée du ciel d’ici quelques minutes. Cependant, ta référente pour la journée ne semble pas être particulièrement préoccupée par la situation, ce qui t’indique que, sans cependant baisser ta garde, tu ne devrais pas trop t’en faire non plus.

Vous continuez donc votre excursion, faisant abstraction de la pluie qui, de toute façon, tombe difficilement sur vous grâce à tous les arbres qui vous offrent une protection naturelle. Tu t’assures de toujours bien porter attention à ce qui se trouve autours de toi, restant alerte, tout en assimilant pleinement les paroles de Sazuka. Ce qu’elle dit est très intéressant et il est beaucoup plus stimulant d’apprendre sur le terrain, de voir et de manipuler les sujets d’études plutôt que de tout simplement lire et mémoriser les images dans un livre. Les plantes ont une très grande variété de couleurs et certaines se ressemblent beaucoup entre elles. Il est donc bien moins difficile d’apprendre à les reconnaître lorsque tu as un spécimen devant les yeux.

C’est d’ailleurs grâce à cette sortie que tu peux enfin apercevoir une fleur dont tu as pu voir le dessin dans un des bouquins que tu as lus. Tu trouves la couleur attrayante et tu t’en approche, suivant Sazuka, tout en regardant autours de toi. Curieuse clairière, il va sans dire, mais le fait de s’y trouver, à bonne distance d’autres arbres, et qu’il y ait un tronc carbonisé, te fait sentir un peu mieux. Après tout, la foudre ne frappe jamais à deux endroits, non?

Tu te penches vers les fleurs, écoutant avec attention en quoi elles peuvent être utiles. À première vue, il serait difficile de se doute que de si petites fleurs peuvent avoir des propriétés aussi puissantes. Tu te tournes vers Sazuka, attendant la suite avec une certaine impatience, mais ton enseignement est coupé court par un éclair et le son du tonnerre qui est tellement ahurissant que tu perds l’équilibre un court instant. Tu fais un signe de la tête pour approuver les dires de la femme. Vous n’êtes plus en sécurité ici mais le pire, c’est le son qui s’approche dangereusement vite. À en juger par les vibrations qui accompagnent le bruit, il s’agit de quelque chose de lourd. Et de très gros.

Tu te mets en position défensive, prête à toute éventualité. Tu dois toutefois te rendre à l’évidence. Rester dans le chemin de ce qui approche n’est certainement pas une bonne idée, mais quitter la clairière veut dire de risquer de se faire frapper par la foudre à travers les arbres. Tu finis cependant par décider de t’éloigner du grand tronc mort, non pas sans avoir prélevé un bon échantillon des fleurs rares. Après tout, vous n’avez pas fait tout ce chemin pour rien!

La pluie s’intensifie et tu décides de fouiller dans tes choses pour en sortir tes lunettes protectrices. Bien que tu ne pratiques plus vraiment depuis un an, tu n’allais certainement pas faire ta première sortie sans elles. Grâce à cet accessoire sur mesure, tu n’es jamais aveuglée par l’eau, qu’elle tombe du ciel, que tu tombes dedans, ou qu’elle provienne de tes techniques.

Un autre éclair frappe, plus près de la clairière cette fois, accompagné par le bruit assourdissant du tonnerre. Mais cette fois, tu entends aussi un son plutôt bestial. Tu ne mets pas de temps à découvrir sa provenance alors qu’un énorme sanglier fait irruption dans la clairière, blessé au derrière. Tu savais qu’il est possible de tomber sur des animaux démesurés, mais tu ne t’attendais certainement pas à ça. Vous avez plusieurs choix. Sauver votre peau en évitant la foudre, ou tenter de calmer l’animal pour éviter qu’il vous piétine et vous permettre d’être à l’abris le temps que la tempête se calme. Tu ne perds pas de temps et tu décides d’aller vers Sazuka pour avoir son avis alors que le sanglier tourne en rond au pas de course, terrorisé par la foudre et en douleur.

- Je peux l’immobiliser avec une technique… Tu peux peut-être le soigner. Je n’aime pas voir un animal souffrir et je pense qu’il serait dangereux d’aller dans la forêt…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 29 Avr 2018 - 17:15




Un second éclair et voilà que le son plutôt effrayant qui avait attiré mon ouïe se montrait. Je n’avais jamais vu de bête de cette taille, à part un ours et quelques félins ici et là… Et, même s’il était énorme, il n’en restait pas moins un sanglier. Ses « petites » défenses, sa courbure, son crin… Oui, c’était ça. Dans certains romans que j’avais lu, ces animaux étaient décrits comme des plus résistants et agressifs que la faune puisse recenser. Si j’avais été seule, je l’aurais abattu sans hésitation, aussi gros était-il, il n’en demeurait moins un animal, et animal versus shinobi, le calcul était rapide.

Mais Kiyoko voyait les choses différemment, et que je le veuille ou non, ce qu’elle projetait semblait plus humain que… ce que j’aurais sans doute fait sans sa présence. Un animal apeuré, blessé mais aussi dangereux… Je n’étais pas sûre que, même après l’avoir soigné, il ne nous attaque pas. Mais bon, comme je l’avais dit, nous étions toutes des des Eisei-nin, les blessures n’étaient pas une chose qui m’effrayait, la douleur occasionnée non plus même si je préférais de loin ne pas l’expérimenter. Recevoir un coup d’une de ces défenses à l’aspect inoffensif n’était pas vraiment une idée qui me plaisait… sans parler de la quantité de bactérie et autre maladie qu’elles devaient porter…

Enfin, nous allions donc tenter sa solution, et si cela dégénérait, je n’aurais pas de scrupule.

-On peut tenter ça. Dis-je en observant la bête qui malgré sa blessure fumante se préparait à nous charger. Ces bestioles là… N’étaient pas les plus commodes… Clairement pas. Mais si ce sanglier nous attaque ensuite, je l’élimine. Dis-je sèchement.

A vrai dire, la clé qui ouvrait la porte de l’affrontement était belle et bien celle-ci : l’agression. Je ne portais jamais le premier coup. C’était pour cette raison que l’idée d’être blessée –même avec nos compétences de soin- me déplaisait au plus haut point.
Sa réaction me montrait donc qu’elle accordait de la valeur à la vie, n’importe laquelle. Cela devait être une des bases d’un bon médecin. Alors, je n’étais pas si… bonne que ça.

La seconde suivante la bête s’était élancée, ses défenses en avant en relâchant un grognement qui que aurait fait pâlir un dieu de la foudre. Je préparais alors un jutsu médical, prête à aller le soigner… Franchement, je n’étais pas persuadée de la lucidité de ce que nous allions faire.

-Vas-y, à toi !

Si Kiyoko se ratait… Je ne préférais pas y penser.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 2 Mai 2018 - 19:00
Tu réponds par l’affirmative. Blesser un animal est loin d’être ce que tu préfères. Les animaux ne sont pas comme les êtres humains. Bien que certains soient agressifs et attaquent au moindre mouvement, cela fait partie de leur nature. La majorité du temps, ils le font pour se protéger ou pour se nourrir. Tu as donc beaucoup de mal à te débarrasser de quelconque bête. Malheureusement, tu es très consciente que vous n’aurez pas le choix de le faire si jamais le sanglier décide de vous attaquer même après avoir été soigné. C’est une possibilité à prendre en considération.

C’est maintenant à ton tour d’agir. C’est la première fois que tu vas utiliser une technique et ce, depuis de longs mois. Tu espères y arriver. Tu t’élances donc vers ta cible qui, au même instant, fonce vers toi, complètement paniquée. La première tentative n’est pas fructueuse et tu paniques, mais tu décides de ne pas t’écarter de son chemin. Peut-être que te retrouver en vraie situation de danger est ce dont tu as besoin pour faire débloquer le mécanisme à l’intérieur de toi, qui commence à être rouillé.

- SUITON, MIZUAME NABARA!

Cette fois, ton environnement réagit et tu vois la flaque qui commence à se former rapidement. Tu ne sais pas si la pluie a réussi à passer à travers tes lunettes de protection, mais tes yeux sont humides. Peut-être qu’au fond, tu es seulement heureuse et soulagée de pouvoir enfin exécuter une technique. Tout n’est pas perdu pour toi. En quelques instants, une épaisse couche de sirop vient couvrir le sol. Cette technique peut paraître un peu imbécile mais elle est particulièrement efficace contre toutes les personnes ou choses qui ne peuvent pas manipuler leur chakra et ainsi éviter de se prendre les pieds dedans.

Les pattes du sanglier ne tardent pas à entrer en contact avec la substance visqueuse et bien que l’animal continue de courir, il ralentit bien vite la cadence avant de finalement s’arrêter, épuisé, et de tomber sur le côté. Tu fais de grands signes à Sazuka pour lui indiquer que c’est maintenant à elle de jouer, mais tu restes bien près pour être certaine de bien voir ce qu’elle va faire. Après tout, tu espères un jour arriver à soigner les autres, toi aussi, et rien de mieux pour apprendre que d’avoir des exemples visuels.

- Il faut faire vite, ça ne tiendra pas très longtemps vu la largeur utilisée!

Tu poses une main sur la tête du sanglier, qui émet un grognement sans toutefois être capable de t’attaquer. Tu espères qu’il arrivera à sentir que vous ne vous lui voulez aucun mal. Ou, en tout cas, que tu ne veux pas lui en faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 3 Mai 2018 - 1:50




Kiyoko fut plutôt rapide à réagir, je l’observais un instant en action, prenant les devants de l’énorme. Je constatai une première tentative échouer mais la seconde fut la bonne. Malgré cette situation complexe qui s’était si brusquement transformée, entre l’orage et le sanglier, la jeune Kunoichi avait su rapidement retrouver de bonnes bases et cette technique qu’elle avait employé fut… parfaite pour stopper l’énorme bête. Sans dire que j’étais fière d’elle, je ne la connaissais pas vraiment pour m’avancer à ce point, je trouvais néanmoins son attitude depuis notre départ de Kumo, extrêmement positive. Cette jeune femme était un bon élément, et une Eisei-nin de qualité, j’en étais persuadée.

Ce fut donc à moi d’intervenir, alors que l’animal était encore immobilisé. Rapidement, j’avais rejoint le sanglier, le contournant ; et constatai de l’étendue des dégâts. Ces animaux étaient bien plus résistants qu’on ne l’imaginait, une blessure mortelle pouvait mettre plusieurs heures à les tuer. Leur résistance était un exemple des armes que pouvait créer la nature. Après quelques secondes, et de nouveaux signes afin d’employer un jutsu plus perfectionné de mon éventail d’Irou, je posai ma main sur son arrière train à moitié calciné et laissai le chakra médical opérer. On pouvait alors observer l’aura verdoyante s’insinuer dans son épiderme, ses plaie et progressivement résorber la plaie, et la brûlure.

Quand même, il n’avait pas eu de chance, se faire ainsi frapper par la foudre… Quoi que dans le fond… Vaut mieux que ce soit lui que nous. Après une trentaine de seconde je fis quelques pas en arrière avec une certaine prudence. Maintenant que je l’avais soigné, si je pouvais éviter de devoir le tuer… Ce serait trop contreproductif. Je fis signe à la jeune femme de reculer aussi, de me rejoindre alors que de grosses gouttes commencèrent à tomber lourdement sur cette petite clairière. J’avais croisé pas mal d’animaux plus ou moins dangereux lorsque j’étais à Tetsu. Au début je m’enfuyais, stupidement, mais avec le temps j’avais compris que je devais simplement me montrer… pacifique. Plus ou moins. Ils avaient un don pour ressentir le danger que nous représentions.

-Je pense qu’on devrait… partir… doucement. Je n’aurais sans doute pas dit la même chose si la foudre ne menaçait pas de s’abattre d’un instant à l’autre. Un nouveau flash lumineux déchira l’obscurité de ce ciel chargé qui assombrissait toute la forêt. Tout juste une seconde après, une nouvelle détonation résonna au travers des arbres. Celui-là, moins de trois cent mètres. Si on traîne trop longtemps ici, le prochain sera pour nous. Ajoutais-je alors que le déluge s’annoncer. Je me demandais alors si nous n’étions bonnes pour nous prendre une belle tempête…

Alors que nous reculions encore toujours plus, l’animal semblait reprendre le dessus puis soudaine, un large arc lumineux le frappa de nouveau, sous nos yeux. Ouais, il n’avait carrément pas de chance même…

-Cette fois… Je ne peux vraiment rien pour lui…

Peut-être qu’il n’était pas mort, mais plus nous restions, plus nous risquions de subir le même sort. Ici, la règle du « Pas deux fois au même endroit » n’existait pas. Au même moment, plusieurs autres explosions, d’autres impacts, leurs sons transpercèrent les confins de la forêt.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Lun 7 Mai 2018 - 21:30
Tu regardes les mouvements de Sazuka avec attention, prenant des notes mentales. Un jour, tu seras en mesure de faire la même chose toi aussi et probablement même plus si tu travailles assez fort. Tu ne bronches pas lorsqu’elle te fait signe de reculer, bien que tu sois émerveillée par ses capacités médicales. Le sanglier semble vouloir prendre le temps de se remettre de sa course folle et de sa blessure mais va définitivement s’en sortir. Il n’a pas non plus de comportement agressif qui vous laisse croire qu’il va subitement bondir sur ses pattes et vous pourchasser. Tu clignes des yeux alors que la clairière s’illumine une nouvelle fois, tentant de faire abstraction du bruit assourdissant qui te fais sursauter.

Tu approuves les paroles du médecin, ne te faisant pas prier pour te mettre en route et quitter cet endroit qui te rappelle que la nature a toujours le dessus sur l’être humain. C’est donc d’un pas rapide mais prudent que vous reculez tranquillement, jusqu’au moment ou un éclair frappe une nouvelle fois la pauvre bête, t’arrachant un cri de peur et de surprise. La scène te rend bien triste mais tu es presque convaincue que le sanglier vient de griller de l’intérieur, à en juger par l’odeur qui voyage jusqu’à vous.

Les sons deviennent de plus en plus forts et de plus en plus difficiles à supporter. Plus le temps avance et plus de chances vous avez de subir le même sort. Alors que vous arrivez finalement en bordure de la forêt, la foudre frappe une nouvelle fois, à quelques mètres à peine d’où vous vous tenez actuellement. L’arbre juste au-dessus de vos têtes ne met pas de temps à se mettre à flamber, malgré la pluie. Celle-ci, d’ailleurs, tombe de façon beaucoup plus intense. Le feu risque de s’éteindre rapidement, alors que des cordes se mettent à se déverser du ciel, s’écrasant lourdement sur tout ce qui vous entoure.

- Sazuka! Je pense que rester immobile est dangereux. Nous devrions nous mettre à courir pour parcourir le plus de distance possible… Nous ne sommes pas sorties du bois!

Tu dois presque crier pour te faire entendre tellement la pluie étouffe ta voix. Retourner au village risque de prendre plusieurs heures mais vous serez en sécurité une fois sorties de la forêt. Heureusement, vous n’avez pas eu à vous y enfoncer bien loin pour trouver les plantes tant recherchées. Une quinzaine de minutes de course et vous serez définitivement en meilleure position.

Tu te mets à courir, faisant de ton mieux pour éviter les arbres et autres obstacles sur ton chemin. Avoir tes lunettes t’aide beaucoup et depuis le temps, tu as appris à mieux t’orienter à travers la pluie et l’eau en général. Ça ne veut toutefois pas dire que tu ne peux pas être sur tes gardes. Tu te souviens du jour où tu as partagé un premier baiser assez violent avec un tronc d’arbre à moitié mort que tu n’avais pas bien vu. L’impact avait même imprimé la texture de l’écorce sur ta joue. Tu souris en repensant à ce moment peu glorieux de ta vie, tout en tendant l’oreille. Vous vous éloignez définitivement des éclairs, ce qui te rassure grandement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 8 Mai 2018 - 2:21




Le bon réflexe fut effectivement celui-ci, et il n’y avait pas besoin d’être un shinobi pour le comprendre. Surtout dans ce genre de situation, courir, fuir, était clairement la meilleure solution et je n’avais pas tardé à le faire, suivie ou suivant la Myoga. On pouvait dire que cette sorite, plus qu’une vraie mission, fut un bon exercice très fort d’apprentissage et j’étais persuadée que Kiyoko avait su en tirer quelque chose. Ainsi, très rapidement, nous fumes sorties d’affaire, aussi dangereuse pouvait être la foudre, elle n’en demeurait pas moins qu’un simple phénomène naturel ne cherchant spécifiquement, comme pouvait le faire une bête enragée tel qu’un tigre ou même un être humain quelconque, à tuer.

Une fois en dehors de la forêt nous pûmes admirer, en quelques sortes, ce qu’il se passait ici. De nombreux éclairs foudroyaient la forêt, mais pas toute la zone, à priori leurs frappes se concentraient sur son centre, là d’où nous venions. C’était un spectacle grandiose et effrayant à la fois, ainsi qu’un peu étrange. J’étais déjà venue plusieurs fois et n’avais en fait jamais vu le ciel se déchainer de cette façon. Le scientifique, le chercheur qui m’habitait et sans doute aussi ma curiosité me laissaient penser que tout ceci était… étrange. Comme si cet endroit était le centre de quelque chose. Si j’avais des connaissances en chimie, biologie, médecine… En revanche pour tout ce qui touchait à la physique…

-Eh bien, c’était intense. Dis-je alors la pluie s’abattant lourdement sur nous tout en observant la foudre frapper quasi continuellement. Je me demande combien de temps cela peut durer… J’aurais pu à cet instant m’asseoir là, sous la pluie, et observer cet étrange événement jusqu’à ce qu’il se termine pour retourner voir sur place, si je parvenais à comprendre quelque chose. Mais bon, j’étais accompagnée et n’allais pas faire attendre la jeune femme sous la pluie, comme ça. Déjà qu’être trempées n’était pas vraiment agréable, alors, en plus ; devoir attendre… J’y reviendrai dans un futur proche, il me semblait qu’il y avait ici quelque chose de très particulier.

- Hum… Si tu veux, je peux t’apprendre deux ou trois choses… Si tu le souhaites. J’observais la jeune femme un instant, histoire de voir sa réaction. Je ne savais pas si j’avais les qualités nécessaires pour proposer ce genre de chose… Enfin… Retournons à Kumo… En espérant qu’on ne tombe pas malade… avec cette pluie…

Il ne manquerait plus que ça en fait… que nous, eisei-nin, médecin, tombions malades… Bien que je disposais de quelques remèdes très efficaces pour soigner ce genre de maux, finalement très simples à traiter... à moins de chopper une pneumopathie ou une saleté dans ce genre là, mais... c'était plutôt rare.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Médicalement vôtre (Myoga Kiyoko)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: