Derniers sujets
Partagez | 

Kuronushi Arima, l'éclair noir de Kiri (Terminer)


Dim 15 Avr 2018 - 0:05

Informations du personnage


Nom :Kuronushi
Prénom :Arima
Sexe :Masculin
Année de naissance :182
Pays d'origine :Pays de l'eau
Capacité Spéciale :Sabreur : Yamato.
• • Yamato est un sabre assimilation Fuuton, il permet à celui qui le manie de profiter de cette affinité, pouvant attaquer à distance comme affûté bien plus dangereusement le tranchant de sa lame..

Description du personnage


En général toujours vêtu de noir, Arima est une personne en général calme et réfléchit. Il n’aime pas se précipiter, ni agir sans réfléchir. Il faut voir en lui quelqu’un qui préfère songer à une méthode d’attaque plutôt que simplement frapper en espérant toucher quelque chose. Il aime lire, au moins tout autant qu’il déteste les hommes pour des raisons que nous évoquerons plus tard. Ses journées se résumes en général à un entrainement corsé, suivit d’une séance de lecture, si possible à l’ombre d’un arbre quand le temps le permet. Ce qui n’est hélas pas toujours le cas.

Bien entendu, il ne faut pas croire que sa vie se résume à lire et s’entraîner, non, loin de là. Il n’est pas rare de le voir se balader dans le village, ou bien même se prélassé sur un toit avec une tige dans la bouche, à contempler les étoiles. Pour être exact, il fait cela souvent, aimant passer la nuit à la belle étoile. Si on le lui demande, il vous dira que ça l’apaise, lui vide l’esprit.
Il n’a rien contre un bon verre de saké de temps en temps, mais pas plus. Il ne faut pas le dire, mais il n’est pas un monstre quand il s’agit de tenir l’alcool. Il pourra vous suivre pour une ou deux coupes, mais plus, et vous le perdez. Il va se mettre à rire pour un rien et à tout déballer. Sa vie, ce qu’il pense, tout. Avant de finalement s’endormir comme une souche. Mais pour sa défense, il vous diras qu’il n’as pas l’habitude de boire, ce qui n’est pas forcément un mensonge, mais, est-ce vraiment si simple ?

C’est vrai quoi, regardez-le enfin. Grand, mince, avec juste assez de musculature pour dire qu’il n’as pas la peau sur les os. Des cheveux noirs d’ébènes plutôt longs, voire très longs, bien souvent attachés en queue de cheval par un ruban violet. Faisant ressortir ses yeux, à l’iris aussi mauve que de l’améthyste. Un bras gauche perpétuellement bandé. Pourquoi ? C’est une longue histoire dont on parlera plus tard. Il peut quand même se vanter d’une chose… Il est loin d’être désagréable à regarder.

Il n’a pas vraiment la science infuse, mais est loin d’être stupide non plus. Il a une très bonne capacité d’analyse et un temps de réactions relativement rapide, mais bon, ça ne lui sert qu’en combat, dans la vie de tous les jours, il ne verra pas qu’une femme est attiré par lui à moins qu’elle ne lui dise clairement par exemple. Il a aussi le défaut d’être beaucoup trop franc. Ce qui lui à valus moult paire de gifle par certaines demoiselles par le passé. Mais vous savez ce qu’on dit, ça forge le caractère. Il refuse catégoriquement de retiré les bandages à son bras droit, car pour lui, cela représente son échec passé, et une sorte de "mémo" pour s'en rappeler. Dans le déni total, Arima crois encore que son père est en vie, et il y crois fort.

Histoire du personnage


Né en une froide nuit d’hiver de l’année 182, Arima est issue d’une famille pauvre vivant dans un petit hameau au nord-est de ce qui serait bientôt Kiri, dans le pays de l’eau. Un petit village d’à peine 150 habitants, pour la plupart des fermiers ou des anciens samurais en quête de paix. L’enfant, lui, es issus d’un mélange des deux mondes. Un père samurai, ou plutôt rônin, et une mère fermière.

Manque de chance, de par le manque de service médical du village, sa mère Ryuko, mourut lors de l’accouchement, chose peut rare dans ce petit coin perdu. C’est donc seul que Ryuma, le père d’Arima, éleva l’enfant. Il eût droit à une enfance es plus simplistes, du moins jusque ses six ans. Une fois cet âge attend, son père décida de lui apprendre les bases du kenjutsu, le maniement de l’épée, dans l’espoir que son fils puisse se protéger par lui-même le moment où il ne serait plus là.

Un entraînement dur et quotidien, qui forgea peu à peu l’enfant à la maîtrise du sabre. Les débuts furent… Houleux. Son père était sévère, très sévère, mais dans le fond, l’enfant aimait passer du temps avec lui, il savait qu’en dehors de sa formation, il était quelqu’un de bon et même plutôt sympathique. Bien entendu, son père ne lui apprenait pas que le maniement de l’épée, mais aussi à être calme, savoir analysé la situation et la retourner à son avantage.

setp années plus tard, alors que sa formation avait bien avancé… Le drame. L’odeur de feu se rependait dans ses narines, la fumée obstruait sa vision… Une attaque. Des pillards étaient en train d’attaquer le village. Du haut de ses treize ans, il voulut aider son père, mais celui-ci refusa, lui disant d’aller se cacher dans le sous-sol et d’attendre soit qu’il n’y est plus un bruit, soit qu’il vienne le chercher. Protestant d’abord, il comprit bien vite que c’était une mauvaise idée quand celui-ci le gifla sèchement et lui hurla de se dépêcher. Larmes aux yeux, il se rua alors dans la maison, et alla s’enfermer dans le sous-sol, sans faire un bruit, attendant pendant ce qui lui paraissait être des jours entiers, jusqu’au moment où la porte s’ouvrit. Un liquide chaud lui coula sur le visage, la lumière était en partie obstruée par une silhouette : son père.

Sortant, il se jeta sur lui, en larme, le père caressant les cheveux de son enfant. Encore ce liquide chaud, à l’odeur de fer… Il releva alors légèrement la tête et regarda son père, il avait un œil clôt, avec une large entaille sur celui-ci, du sang en coulant en abondance, le même liquide écarlate était présent sur ses lèvres, c’était ça, ce que sentait Arima sur son visage.

- Arima… Prend.. Mon sabre, et court sans te retourner, va… Va jusque Kiri…

L’homme s’écroula, lourdement. Arima le retenu afin qu’il n’heurte pas le sol, le secouant un peu. Puis un peu plus, hurlant.

- Réveil toi papa ! Réveil toi bon sang !

Remarquant l’absence de réponse, il se leva et pris son père sur son dos, commençant à prendre la route vers Kiri. Il espérait qu’il était en vie, le souhaitait de tout son être, mais au fond de lui, une petite partie de lui le savait. C’était trop tard. Il refuser simplement de l’admettre. Après plusieurs jours de marche, il chuta dans un fossé, s’ouvrant largement au bras droit, souffrant le martyr… Mais il ne pouvait pas simplement s’arrêter. Il reprit alors la route et, finalement, il arriva au village caché, tenant toujours son père sur son dos, ses pieds traînant derrière. Arima haletait, il respirait fort, son rythme cardiaque était si élevé qu’il avait l’impression que son cœur allait exploser. Son corps tout entier lui hurlait de faire une pause, mais il ne pouvait pas. Chaque seconde était précieuse. Il hurla à l’aide, tombant à genoux, son bras droit en sang.

- Ouvrez ! J’ai besoin d’aide par pitié ! Mon père est mourant !

C’est après quelques minutes qu’il vit enfin le salut, la porte s’ouvrant peu à peu… C’est alors à bout de force qu’il tomba en avant, face contre terre. La fatigue ayant finalement pris le dessus, il venait de s’évanouir. Les ténèbres étaient omni présente, et le voilà qu’il faisait un cauchemar… Il voyait son père se faire tuer par des brigands sans visage, encore et encore, sans qu’il ne puisse rien faire. Il se réveilla alors en sursaut, hurlant. L’infirmière arriva alors et le recoucha, lui disant de se calmer, que tout allait bien, qu’il était en sécurité. Son bras droit était bandé tout le long, visiblement, il ne s’était pas ouvert qu’a un seul endroit comme il l’aurait crût au préalable, mais sur tout le bras.

- Mon père… Où est mon père ?!

Il se redressa et commença à se débattre malgré les supplications de la femme. Le boucan fit venir le médecin qui s’était occupé de lui.

- Je veux voir mon père ! Il est où ?!

En voyant le regard attristé de l’infirmière et du médecin, il comprit. Il commença à grogner en se débattit d’avantage, refusant de l’admettre. Il ne pouvait pas être mort. C’était son père, un ancien samurai, fort et respecté dans son village.

- Il ne peut pas être mort ! C’est impossible ! Vous mentez !

Le médecin posa une main sur l’épaule du jeune homme et secoua la tête, lentement, de gauche à droite. C’était trop pour lui. Il fondit en larme en serrant le haut du médecin, se maudissant de sa propre faiblesse, maudissant les hommes, ces bêtes qui ont attaqué son village.

- Désolé petit, il était déjà mort quand tu es arrivé, nous n’avons rien pût faire. Repose-toi maintenant.

C’est vrai que maintenant que le médecin le disait, il se sentait fatigué. Il ferma alors lentement les yeux, pour sombrer dans un profond sommeil. C’est deux jours plus tard qu’il ouvrit de nouveau les yeux, le regard vide, les yeux rougis par les larmes… Malgré deux jours de sommeil, il avait d’énormes poches sous les yeux. Il était dans un sale état. Après plusieurs jours, l’infirmière qui était là à son réveil l’accompagna jusqu’à un petit appartement où il pourrait vivre, il avait pût récupérer le sabre de son père et son kimono. L’infirmière pris soin de lui, elle ne pouvait pas vivre avec lui à cause de sa famille, mais ne manquait pas de venir le voir dès qu’elle le pouvait.

Il grandit alors, ayant fait son deuil avec le temps, il s’était calmé, étant même devenu plus sociable. Avec l’âge, il avait éveillé un certain intérêt pour la gente féminine, mais sa franchise lui avait valu un bon nombre de claque. Mais bon, au moins, il souriant de nouveau. Il avait aussi intégrer l’école de shinobi du village. C’est une fois genin et âgé de dix-huit ans qu’une sabreuse du nom de Watanabe Shiori le pris sous son aile Dans le fond, il aimait bien Shiori, ses entraînement lui rappelait ceux de son père, et puis, elle n’était pas désagréable à regarder non plus. Mais elle, il la respectait trop pour le lui dire. Maintenant, il savait quoi faire. Il allait devenir plus fort, et accomplir ce que son père avait toujours voulu de lui.. Devenir assez fort pour se protéger lui et ceux qu’il aime. Mais ce qu’il voulait vraiment, dans le fond, c’est retrouver la troupe de brigands ayant attaqué son village, et les traquer, puis les tuer, tous, jusqu’au dernier d’entre eux. Pour lui, Kiri est son nouveau foyer, et ceux qui s'opposent à Kiri, ses ennemis. Leurs alliés, ses mais, autrement, il se fiche pas mal du reste. Il vit pour ses objectifs, pour lui avant tout.

Plus tard, Arima développa ensuite un goût pour le meurtre et le sang. Il aime tuer, et ne le cache pas. Derrière ses airs de jeune homme charmant et sympathique, le trauma de l'attaque de son village à éveiller un monstre qu'il s'efforce de garder enfermer en lui, mais qui ronge peu à peu les barreaux de sa prison.

A propos du joueur


Origine de votre avatar :Ken Ga Kimi : Tsuzuramaru
Indiquez votre parrain, si vous en avez un :Nagamasa Mikazuki
Est-ce un changement de personnage ? Nop
Est-ce un double compte ? Nop²
Quelque-chose à ajouter ?
Pas vraiment


Dernière édition par Kuronushi Arima le Mar 17 Avr 2018 - 14:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 15 Avr 2018 - 13:28
Fiche terminée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kuronushi Arima, l'éclair noir de Kiri (Terminer)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Hors role play :: Présentations :: Présentations de Kiri
Sauter vers: