Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Le calme, ça se fait rare ces temps-ci [Ft. Metaru Itagami]


Dim 15 Avr 2018 - 1:36
Bon… ces temps-ci, je passais presque plus de temps à Iwa qu’à Kumo. C’est assez triste quand on y pense, mais je prévoyais de pas mal voyager à terme, de toute façon. Enfin… c’était mon plan, à la base, quand je croyais que je serais globalement seul, si ce n’est accompagné de Suzaku. Mais finalement, les kumojins se sont montrés étonnamment sympas… j’me suis lié d’amitiés avec pas mal d’entre eux, et notamment Itagami, que je m’étais d’ailleurs décidé à accompagner au Village de la Roche.

Les événements à Ame ont été plutôt compliqués à gérer. On a d’abord été séparé de la Metaru, puis Rei s’est montré agressif et nous a attaqué, Shojito, Shizen et moi. On l’a battu, mais il s’en est malheureusement tiré… l’Aburame a été pas mal blessé, mais il a décidé de son côté de poursuivre sa route ailleurs. Sûrement en direction de Hi, c’est probable. Quoi qu’il en soit, ma priorité était de retrouver Itagami. Je pouvais juste pas me permettre de la laisser derrière, surtout seule. Et puis, merde, je lui devais bien ça.

Heureusement, je l’avais rapidement retrouvée. Elle avait pu trouver un groupe qui avait semble-t-il plutôt bien tenu vis-à-vis des diverses menaces d’Ame. Mais le plus intéressant est qu’ils avaient mis la main sur un bouclier qui nécessitait visiblement quelques recherches approfondies. Et c’est pour cette raison qu’on est à Iwa aujourd’hui.

Cela dit, les recherches n’allaient pas nous occuper durant tout notre séjour, aussi court était-il. Du coup, j’ai proposé à Itagami qu’on passe un peu de temps ensemble afin qu’elle puisse découvrir elle aussi Iwa. J’avais pu en apprendre un peu sur le village lors de mon premier passage avec la délégation et du coup, quelques endroits pourraient être intéressants pour elle.

- Oi, Itagami. Prête ?


Je l’avais déjà informée que j’allais passer la voir pour qu’on prenne quelques heures pour visiter Iwa, donc ma rapide visite ne fut pas surprenante pour elle. Le Kiseru en main, j’arborais le même visage que d’habitude, bien que, j’avoue, l’idée de lui parler un peu me faisait plaisir. Ces derniers temps, on avait pas réellement pu. Je sais pas du tout comment elle allait.

- Y a quelques endroits qui pourraient t’intéresser, dans le Cœur commerçant. C’est une sorte de marché géant, mais genre… vraiment énorme. Kuu-chan pourrait être contente d’avoir un cadeau de ton voyage, j'pense. Mais si t'as un endroit en tête, hésite pas.

De ce que je savais, c’était une mère attentionnée et affectueuse envers sa fille. Du coup, la motiver en mettant en avant ce genre de choses, je suis sûr que ça lui fera plaisir.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 15 Avr 2018 - 14:39

Non, non, non… pas celle-là, ni celle-là… pas celui-là… hu… pour quoi est-ce que je me suis prise en achetant ça ? Avais-je pensé en jetant une robe à froufrou dans le monticule d’habits qui avait englouti mon lit. La nuit avançait lentement et après plusieurs heures je n’avais toujours pas trouvé la tenue qui me seyait le mieux vis-à-vis du lendemain. L’esprit chargé de pensées, questions et idées… que j’aurais préféré ne pas avoir, je m’étais mise pour la énième fois à faire les cent pas dans la pièce :

* Calme-toi Itagam, calme-toi… il va juste te faire visiter Iwagakure…. * Ne cessais-je de me répéter.

Qui donc ? Hisao pardis ! Il m’avait invité la veille avec dans l’idée de me permettre de décompresser avec les différentes épreuves que l’on venait de traverser et ainsi de profiter de notre court séjour au sein du village de la roche pour me permettre de découvrir, la beauté de celui-ci… d… du village hein ! CELLE DU VILLAGE ! Me figeant dans ma ronde autour des vêtements, je me claquai quelque peu les joues déjà bien trop rosies pour me réveiller, ou plutôt me sortir ces idées de la tête.
C’était quelque temps après sa demande, la veille que je m’étais procuré out cet arsenal vestimentaire, dans les deux pâtés de maisons entourant l’hôtel au sein duquel nous nous trouvions pour le séjour. Mon choix n’avait pas pu être aussi vaste que je l’espère… posant le regard sur la quantité indénombrable de tenues que j’avais balancée pêle-mêle sur le lit, je me rendis compte que… j’exagérais peut-être un peu. Je pris une grande inspiration, confiant quelque temps celle-ci dans mes poumons avant de la laisser sortir dans un soupir que je voulais… décontractant. Portant la main à la poitrine, le regard vide, un petit sourire était né sur mes lèvres alors que j’espérais, que j’espérais vraiment que cette journée se passe sans accrocs…

- Mais qu’est-ce que tu fais Metaru Itagami ! M’écriai-je soudain en sortant de mes rêveries. Arrête de te comporter comme une adolescente ! Fis-je en colère contre moi-même, les mains sur le visage en secouant la tête.

-------------------------------------------------

- Oi, Itagami. Prête ? Fit la voix de celui-ci lorsque je lui ouvris la porte, un kiseru en main, l’odeur du vieux kizami se combinant à celui en train de bruler et son eau de Cologne flottant autour de lui… C’est avec une petite voix que je répondis.

- B.. bonjour.. oui je suis prête, on peut y aller.

J’étais prête, depuis une bonne trentaine de minutes, après plusieurs heures dans le bain et quelques minutes à me préparer pour sortir, un imprévu de taille… avait bien failli ruiner tous mes efforts de la veille. La tenue que j’avais prévue… avait craqué au niveau de la poitrine. Vous m’étonnez que j’en ai fait mention lors de la visite médicale d’avant mission, trouver de quoi se vêtir était déjà compliqué alors si en plus notre corps nous jouait de mauvais tours…
Finalement je l’avais rafistolé, avec une aiguille et un fil de fer que j’avais créé argenté pour transformer la déchirure en une ouverture naturelle dans la couture à motifs d’argent. Un pull beige, une jupette en jean et bien entendu des bas sombres pour couvrir un tantinet ma peau… j’avais l’habitude porter des jeans des robes ou des bas noirs pour ne rien dévoiler de ma peau au monde extérieur, mais là j’exagérais peut être un peu… et cette ouverture au niveau de la poitrine rendait certainement tout ça u peu trop aguicheur… j’aurais du changer de tenue ! Itagami no baka bakabaaaaka !

Je sursautai quelque peu lorsque sa voix me sortit de mon auto dénigration, mais retrouvai bien vite mes esprits en entendant sa proposition. Le marcher d’Iwa semblait véritablement riche vu la manière dont il en parlait, j’y trouverais peut êtres de nouvelles idées pour affiner mes talents de forgeronne… Certes le bouclier que j’avais à mon sens suffisamment protégé dans mes appartements était un sujet qui allait certainement me tenir éveillée plusieurs jours durant à la raffinerie, de nouvelles propositions, bijoux ou articles étaient les bienvenus ! … mais surtout, il avait fait quelque chose que je ne pouvais qu’apprécier ; remettre Kuu chan en avant et lui rapporter un souvenir de la roche.
Un sourire sur les lèvres, les mi-clos et le regard baissé, je me renais compte que cet homme me connaissait et s’intéressait peut être plus à ma personne que je ne le pensais… s’en était-il seulement rendu compte ? Joignant les doigts je relevai vers lui un sourire rayonnant :

Hai ! Yoroshiku onegaishimasu !


Seulement… quelqu’un pouvait-il me dire… pourquoi mon cœur était aussi bruyant aujourd’hui ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Dim 15 Avr 2018 - 17:55
Naturellement, je l’accueillais d’un discret sourire en coin et la saluais également d’un petit mouvement de la tête. Le Kiseru en bouche, je relâchais un fin tracé de fumée qui se dissipa rapidement dans l’air. Mon regard, quant à lui, s’attardait quelques secondes sur la tenue de la Metaru. Un habit très décontracté, s’opposant pas mal à ce qu’elle portait en arrivant à Ame. Mais… ça me fit me poser quelques questions. Est-ce que j’avais l’air débile avec ma tenue habituelle ? Enfin, certes, ce n’était pas mon habituel manteau noir mais… est-ce que c’était un problème ?

- Oh. Euh… désolé, je savais pas qu’il fallait que je mette une tenue spéciale. lançais-je, naïvement. J’étais pas informé sur les normes sociales, hein... Mais… en tout cas, ça te va bien. Vraiment.

Je faisais rarement des compliments, enfin, surtout sur la beauté, sur la tenue ou des trucs de ce style. Mais Itagami était un peu différente des autres. C’est la seule personne avec qui j’ai pu tissé une relation plus ou moins développée. Enfin, j’veux dire… J’sais pas. Normalement, la plupart des gens je leur parle un peu, ou je fais des entraînements avec. Itagami, c’est la seule personne qui s’est confiée à moi, qui m’a partagé des trucs importants sur elle ou en tout cas, qui a essayé.

Du coup… j’sais pas. J’me sentais plus proche d’elle que d’autres... Peut-être. En fait j’savais pas trop. En tout cas, je l’aimais bien, que ce soit au niveau du caractère ou de sa façon de penser. J’imagine que, dans ma tête, je considère Itagami comme celle qui m’a pas mal aider à me redresser après tous les événements par rapport à la prison. A part Suzaku, j’avais pas pu compter sur beaucoup de monde. Et même si ça me dérangeait pas vraiment il y a quelques mois, je pense être bien content d’avoir adopter un autre caractère. Moins distant, peut-être.

- Bon, bah on va pas rester ici. En route.

Je l’invitais à se mettre en route et à nous diriger vers la place commerçante. On en était encore loins que la foule commençait déjà à apparaître. Du coup, pour éviter d’être gêné par tout ce bordel, j’ai décidé de me rendre dans un secteur moins peuplé mais tout aussi intéressant.

- Tu t’es bien remis de ce passage à Ame ? Désolé de pas avoir pu venir plus tôt mais… Rei était plus difficile à gérer qu’on l’aurait imaginé.

Shizen avait été bien blessé et Shojito… j’sais pas trop. Je pense qu’il nous a abandonné avant de pouvoir prendre des dégâts. Pour être franc, j’espère qu’il vivra une vie tranquille ailleurs et qu’il n’emmerdera pas Kumo. J’ai rien contre lui, et si j’peux éviter de le revoir, tant mieux. Enfin bref…

- Et à part Ame, comment tu te portes ? Ca fait un moment qu’on a pas eu le temps de se parler. Même pendant le trajet pour Ame, finalement…

J’haussais les épaules. J’sais pas pourquoi on s’était pas beaucoup parler mais, c’était bel et bien le cas. Elle ne m’avait semblé pas au meilleur de sa forme, quand on s’était quitté devant la bibliothèque, il y a quelques semaines. Je n’avais pas envie de l’emmerder ça mais, ça me restait pas mal en tête.



_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mar 17 Avr 2018 - 19:35


Hisao était resté fidèle à lui-même, dans la simplicité, c’est avec un petit sourire gêné que j’acceptai ses excuses sur le fait de n’avoir rien préparé de particulier pour cette sortie ; j’étais la seule à m’être autant démenée pour paraitre plus souple qu’à l’accoutumée, certes il était plus décontracté ou plus… souple, sans cet épais manteau sombre en permanence sur ses épaules. Peut-être était-ce mieux ainsi, nous aurions probablement trop attiré l’attention… Mais…

- Mais… en tout cas, ça te va bien. Vraiment.

Je ne recevais pas souvent de compliment sur ma personne, généralement ils étaient tous liés à mes travaux, mes créations, leur finesse ou le point innovateur que je leur avais ajouté ; même à notre époque Shuu était particulièrement radin en ce qui concernait ce genre d’observation, détournant le regard, me sachant rouge comme une pivoine par un jour d’été :

- À… arigatou. fis-je ‘une voix tremblante, éprouvant quelques difficultés à ne serait-ce que le regarder dans les yeux, du moins pour le moment… plus je passais de temps avec lui, plus rester saine d’esprit devenait compliqué. Les mains sur la poitrine, tentant de chasser ces images et idées qui me harcelaient, je cherchais quelque chose, quelque chose n’importe quoi, pour ne pas craquer ; il m’avait invité en toute amitié… c’était en toute amitié… ça devait l’être, ça devrais l’être… sinon…
Portant un regard interrogateur sur son visage inhabituellement gêné, le sourire sur mes lèvres s’étira davantage, repensant à notre première rencontre, je me rendais surtout compte que s’était l’un des premiers individus avec qui je m’étais véritablement entretenu après mon arrivée sur Kumo, du moins en dehors des Metarus. Une des premières personnes à m’avoir véritablement approchées depuis lors et avec qui je n’avais jusqu’alors jamais vraiment eu de désaccords ; il en était même venu à me sauver la vie une fois…

Acceptant sa proposition de progression d’un signe de tête, nous arpentâmes donc les rues de la ville, rues qui petit à petit, au fil de notre avancée n’avaient de cesse de se bondées de commerçants, visiteurs, ou simple Iwajin de passage. Visiblement malaise au milieu de tout ce beau monde, il nous dirigea vers des zones bien moins chargées, mais disposant elle aussi d’étalages sur lesquels mes yeux n’avaient de cessent de se balader, aussi bien pour admirer les biens mis en vente que pour en chercher quelque un sortant du lot.

- Ne t’excuse pas Hisao… tu m’es revenu en un seul morceau c’est tout ce quiiiiiiii… QU’EST-CE QUE TU RACONTES ITAGAMI ?!!, une petite quinte de toux pour tente de masquer cette bévue un peu trop… possessive, je repris : vous êtes vivants et en un morceau, c’est l’essentiel ! Fis-je le regard planté dans le sol.
- Me concernant, avec le groupe au sein duquel tu m’as trouvé, on a dû faire face à une drôle de kunoishi, son style de combat était… du jamais, elle faisait de puissantes techniques sans même utiliser un mudra ; c’est parce que nous soupçonnons le bouclier en question d’être un objet développé pour ceci que nous l’étudions… fis-je en fronçant un peu le regard, me remémorant l’acharnement avec lequel celle-ci s‘en était prise à nous ; était-ce personnel, ou voulait-elle tester les limites de cet objet ? si tel était le cas, s’était son seul orgueil qui l’avait conduite à sa chute… non pas cet artefact qui n’avait semble toute pas déployé son plein potentiel… Je ne suis rentrée qu’avec quelques lacérations, rien de bien méchant… mais… merci de t’inquiéter… fis-je finalement avec un sourire comblé. je devrais peut être changer de style de combat d’ailleurs... marmonnai-je en pensant ai la protection de mes chairs, pour ceux que je convoitais...

- Ha ha… d.. dé.. Désolée, j’étais un peu… p .. Préoccupée à ce moment-là… répondis-je un peu gênée, j’avais tout fais pour ne pas lui dire un mot, forcément que ça n’allait pas passé inaperçu ! Itagami no baka !
Je pris une belle inspiration, bloquai celle-ci quelque seconde dans ma poitrine avant d’expirer et tachant de faire baisser la pression que je m’imposais toute seule au final : Pour ce qui est du reste, Kuu chan va bien, je me porte plus ou moins bien… disons que j’essaie de faire abstraction des… difficultés que je rencontre… fis-je en tournant vers lui un visage portant un petit sourire.

J’avais étudier le Fuuin sous tant de ses coutures, que la meilleure solution que j’avais trouvée pour me libérer de cette geôle de chair qu’était devenu mon corps ne se résumait plus qu’à une simple chose, quelque chose qui jadis m’avait été inculqué de bien des manières, tout aussi dérangeantes les unes que les autres… mais que j’avais exécuté… sans accrocs aucuns… assassiner le poseur de ces chaines... s’était simple au final, quelque chose que je savais faire, quelque chose que je devais faires… pour assurer notre avenir, le mien… comme celui de Tsukiko chan…

Sans trop que je n’y prête attention, ou plutôt mon désir de changé de sujet se faisant si imposant que j’en avais oublié les apparences, mon visage s’était assombri en repensant à cette période derrière moi. Les yeux sur les menottes que l’Akahoshi se refusait à enlever, je ne pouvais que mieux les imaginer à mes poignets ; ma cause avait peut-être une certaine forme de justice à cette époque… mais justifiait-elle autant de victimes ? Justifiait-elle le plaisir que j’avais fini par y prendre… justifiait-elle vraiment cette trainée de cadavres ? De veuves ? D’orphelins ? De martyres ? D’esclaves... ?

Je le lui avais dit un jour, mais encore aujourd’hui ne pensais pas qu’il l’ait pris au sérieux… j’étais une candidate bien plus qualifiée pour ces entraves qu’il ne le serait probablement jamais… un monstre comme moi pouvait-il vraiment se le permettre... d’être autant heureuse en pareille journée... ? Consciente des enfers que j’avais créés dans mon passé ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Jeu 19 Avr 2018 - 23:42
Comme à son habitude, Itagami était plutôt facile à vivre. Je ne me souviens pas une journée qui fut désagréable à ses côtés, et pour cause, elle avait un caractère qui, je pense, me convenais pas mal. Elle savait allier habilement l’enthousiasme et la retenue, la bonne humeur et le sérieux. En fait, elle brusquait mes habitudes, mais sans me sortir de ma zone de confort. J’aime les gens énergiques, mais parfois, j’aime retrouver le calme que j’ai toujours connu – notamment à Humy.

Mais, bien sûr, avec Itagami, il y avait toujours des moments un peu confus… incompréhensibles. Je sais pas si c’était moi qui était vraiment nul à ça, ou si c’était elle qui était spéciale, mais clairement, des choses m’échappaient. Pourquoi elle hésitait sur ces paroles ? Pourquoi elle rougissait ? Pourquoi elle détournait le regard ? Pourquoi elle esquivait certaines choses ? Putain, c’est compliqué… Parfois j’me dis que j’ai dit un truc qu’il fallait pas, mais au fond, je sentais bien que c’était pas le cas.

… en fait j’en sais rien. Fais chier.

Je profitais d’un sujet un peu plus sérieux pour rebondir sur des choses que je comprends un minimum, à savoir le combat. « Changer ton style ? A notre première rencontre, j’me rappelle que t’avais essayé toute une série d’arme, et que t’avais abandonné les armes blanches. Tu reviens sur cette idée ou tu as vraiment quelque chose de totalement différent en tête ? »

Plutôt curieux par ce qu’elle avait à dire à ce sujet, je continuais cela dit de la guider vers un lieu calme de la place commerçante. Loin de l’agitation, on pouvait trouver des stands plus variés les uns que les autres. Je ralentissais parfois pour jeter un coup d’œil, toujours une oreille attentive à ce qu’elle disait.

- Hm… je connais pas trop les goûts de ta fille, mais si je lui prenais-… Itagami ?

Les sourcils froncés, crachant d’un air circonspect une petite colonne de fumée, je voyais la Metaru continuer de marcher sans moi. Il faut dire qu’elle avait soudainement arrêter de parler et qu’elle arborait un regard vide sur le visage.

- Oi. Du calme.

Ma main se déposait sur son épaule alors que je laissais planer une petite pause, un sourire moqueur malgré tout aux lèvres, analysant si tout allait bien pour elle. Au final, j’ai l’impression qu’elle s’était juste un peu perdu dans ses pensées, mais rien de bien grave. De toute manière, avec notre dernière discussion à Kumo, je sais qu’elle n’aimait… enfin… qu’elle ne pouvait pas vraiment partager ses problèmes.

- Regarde. Vu que j’avais l’intention de faire un cadeau à Kuu-chan, qu’est-ce que tu penses de ça ? Je lui montrais une peluche d’une vingtaine de centimètre, un lapin tout rose qui semblait frimer, comme s’il était fier de quelque chose. … enfin, c’était une idée… hein. J'sais pas...

Je me grattais timidement l’arrière de la tête. En fait, je savais pas ce qu’aimaient les gosses… encore moins les fillettes. Putain peut-être que mon idée est juste débile. L’idéal serait encore que je la laisse simplement vagabonder et choisir un truc. Je l’achèterai étant donné que je dois pas mal de trucs à Itagami, donc… j’y tenais, à ce cadeau.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Ven 20 Avr 2018 - 13:33


Effectivement qu’est-ce que je faisais là ? Profiter de la vie ? Profiter de ce monde ? J’étais celle qui avait dit à Sayo qu’elle devait pouvoir aller de l’avant sinon son passé la dévorerait tout cru… mais, nous ne vivions pas dans le même monde, nous n’avons pas le même nombre de victimes sur la conscience… j’avais beau à cette époque ne pas avoir eu mon mot à dire, i n’empêchait que je me rappelais encore, de ce sourire sur mes lèvres alors que d’autre suppliait pour une vie… fronçant le regard, continuant machinalement devant moi, une question revenait encore et encore… avais-je le droit d’oublier ? Avais-je…

- Oi. Du calme. Fit la voix d’Hisao, me sortant de mes médisances internes tandis que sa main avait quant à elle mis fin à ma marche.

- Ha ! G.. gomenasai… Fis-je avec un sursaut de surprise, émergeant enfin. Posant le regard sur l’Akahoshi, je détournai le regard alors que mes joues reprenaient de couleurs devant son rire amusé. t… te moque pas de moi. Fis-je dans une gêne à peine courroucée.

Ceci dit, lui jetant un nouveau regard en coin j’étais contente de le revoir, le sourire de cet homme généralement flanqué d’une poker face. Ce n’était pas une première, mais ces occasions étaient si rares que lorsqu’elles avaient lieu il fallait en profiter ; comme on le faisait pour une toile filante… … devais-je faire un vœu ?
Un petit rire à cette idée, je le vis me présenter le cadeau qu’il avait l’intention de faire à mon petit ange, d’ailleurs ses précédents mots me revenaient ; comme quoi il ne pensait pas pouvoir correctement répondre aux attentes de Kuu, ne connaissant pas les gouts de celle-ci… mais, comment dire… il devait littéralement avoir eu un coup de pouce de dame chance alors. Sans un mot je pris la peluche, l’observant quelque seconde un sourire amusé sur les lèvres avant de la serrer contre moi.

- Kuu serait très heureuse de l’avoir… il a presque la même expression qu’elle lorsqu’elle quant elle se targue de quelque chose… Fis-je avec un petit rire, les yeux mi-clos imaginant une scène où elle viendrait avec ce même lapin prendre la pose. ça lui ressemblerait bien… Fis-je avec un petit rire, avant de reculer un peu la peluche pour l’observer… maintenant que j’y pensais je croyais presque l’y voir… vous entendriez certainement très bien… marmonnai-je en observant la peluche avant d’entamer un mouvement pour la lui rendre, mais fini par la garder contre moi… je la garde encore un peu si tu n’y vois pas d’inconvénient. Fis-je d’une petite voix.

- Et... oui, je compte modifier mon style actuel… poursuivis-je en me remémorant ses précédentes paroles, ravie qu’il ait gardé en mémoire notre première rencontre. à l’époque je me cherchais encore… Commençai-je pour lui expliquer pourquoi mon style s’était finalement révélé aussi franc et direct.
Je venais à peine de me lancer dans le monde des Sninobis, ne sachant qu’user basiquement de mes poings et de ce sur quoi j’avais passé la majorité de mon existence à travailler, le métal. Mais, l’itagami d’aujourd’hui n’avait pour le coup plus rien à voir avec la parfaite débutante de l’époque. … c’est cette dernière confrontation à Ame qui m’a fait réaliser ceci… mon style actuel, ma manière de voir en engager mes combats est bien trop Simple… poursuivis-je en fronçant un peu le regard. in fine ce qui m’a véritablement aidé est la maitrise que j’ai de mon Kekai expliquai-je en expliquant en quoi. Effectivement, j’avais passé plus de temps en encaisser des coups, et tenter de protéger mes collègues du moment que d’être une véritable aide quant au fait de mettre notre adversaire hors d’état de nuire.

- notre mission, ma sortie qui à précède celle-ci et enfin cette confrontation avec la princesse d’argent m’ont appris bien des choses sur la voie du ninjutsu… et j’aimerais pouvoir les mettre en pratique, ne serait-ce pour être plus utile sur le terrain… non pa, un simple mur… achevai-je en baissant le ton, caressant machinalement la peluche destinée à Kuu.

Bien entendu je savais qu’il y avait du bon à pouvoir protéger ses allier, surtout avec le Kinton, je ne comptais pas en faire abstraction… mais ce qui me dérangeait vraiment était l’impossibilité de combattre tant que je n’étais pas au corps à corps avec l’adversaire. J’avais confiance qu’il me suffisait d’accroitre ma vitesse, ceci n’était en soit pas un problème, mais…
Baissant le regard sur ce buste devenu encombrant pour ce qui était justement du corps à corps, il suffisait que je tombe sur un individu peu scrupuleux pour que cette partie de mon anatomie devienne un point faible trop évident… Selon Ikeda san ils ne devraient plus progresser de la sorte, mais… le résultat était déjà présent ; imiter Reiko m’était devenu impossible.

- Plus que simplement l’utiliser pour la défense… j’aimerais pouvoir utiliser le Kinton à son plein potentiel… ajoutai-je tandis que de ma main droite, une sphère de métal liquide venait de naitre, se transformant rapidement en une multitude d’objets de petite taille. Je pourrais faire tellement mieux…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Dim 22 Avr 2018 - 12:23
Bien que toujours très discret, mon sourire s’étendait très légèrement sur le coin de ma bouche en observant la scène. C’était assez rassurant de voir que ce lapin n’était pas une idée débile ou inadéquate… je savais vraiment pas comment gérer ce genre de choses alors forcément, je suis plutôt content de voir que sa fille pourrait l’aimer. Apparemment, elle avait souvent une petite tête de frimeuse. Ca ne ressemblait pourtant pas beaucoup à Itagami… Mais bon, ça se saurait si tous les gosses ressemblaient à leurs parents.

- Elle est à toi – à ta fille, plutôt. Tu peux la garder, bien sûr. Hochais-je la tête, un très discret sourire sur le visage, alors que je m’éloignais pour payer la peluche.

Reprenant alors notre marche, on continuait à vagabonder dans les différents stands qu’offrait cette partie de la place commerçante. Si mes yeux tentaient de repérer quelque chose à acheter, mon esprit était focalisé sur la discussion que j'avais avec Itagami, qui lui expliquait plus en détail les raisons de son changement de style de combat.

- C’est n’est pas ton style de combat qui est trop simple, si tu veux mon avis. C’est toi qui n’arrive pas à l’exploiter. Ce qui ressemblait à un reproche fut rapidement dissipé et clarifié par la suite, alors que je tournais le regard vers elle. Mais c'est pas une mauvaise chose. Si tu remarques que ton talent se trouve dans ton Kinton, alors oui, tu dois trouver un moyen de le mettre au centre de ton style de combat. C’est vrai que de ce que j’en ai vu, tu maîtrises bien ton Kekkei.

Elle utilisait certes son métal pour améliorer ses attaques, mais effectivement, je sentais encore un malaise dans sa façon de combattre. Que ce soit lors de notre mission ou de notre entraînement, on sentait qu’elle se cherchait encore. Et c’est problématique. Mais cette réflexion est déjà une très bonne chose.

- Tu sais… commençais-je, d’abord le regard posé sur elle, avant de le détourner pour faire face à notre route… ma proposition est toujours d’actualité. Je suis prêt à passer des journées pour des entraînements. J’ai deux élèves, maintenant, mais j’ai toujours du temps.

Ma main dans la poche et l’autre sur mon Kiseru, je crachais un petit nuage de fumée, sûrement l’un des derniers avant que j’aie à remettre du tabac.

- Et puis, comme tu me l’avais dit la dernière fois… chacun a vécu son propre enfer. Mon aide t’est toujours disponible. Il suffit de demander. Je haussais les épaules dans un léger soupir résolu. Hm, d’ailleurs. Tu t’étais intéressé à Suzaku et aux Kuchiyose. Tu as du nouveau à ce sujet ou t'as abandonné l'idée ?

Je m’intéressais toujours aux gens, je devais bien l’admettre. Mais je constatais que j’avais en tête pas mal de choses concernant Itagami. Est-ce qu’on avait tant parlé que ça ? … Peut-être qu’elle s’est plus confié à moi que d’autres avant elle. Quelque part, maintenant que j'y pense, ça m’aidait à me sentir un peu plus… normal. Moins déconnecté du monde après mon emprisonnement.

C’était plaisant.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mer 25 Avr 2018 - 21:46

Serrant la peluche contre moi, aussi surprise qu’amusée qu’il ait véritablement trouvé quelque chose ressemblant à Kuu, j’appréciai l’oreille attentive qu’il m’accorda à son retour. Qui plus était, qui disais écoute disait aussi réponse, réagissant à mes dires, Hisao me donna son point de vue vis-à-vis de ma situation ; comme quoi j’étais probablement la fautive dans cette histoire.
Avant même que dame frustration n’ait le temps de se présenter à mon cœur ; le jounin revenait sur ses mots, ou plus précisément clarifiait le fond de sa pensée. Selon lui, mon jugement était le bon, si cette voie me paraissait sinueuse, à quoi bon continuer de m’y égarer ? Je m’efforçais à garder un style franc et direct, mais premièrement ce n’était pas forcément la meilleure manière de mener un combat et en second point, maintenir une telle philosophie n’était en réalité qu’un frein sur le champ de bataille.

-… M .. merci… murmurai-je au compliment sur mon habilité avec le fer, me rendant compte qu’il m’observait finalement bien plus que je ne le pensais…

Peut-être cela remontait-il plus loin que je ne le pensais, probablement à cette époque que je tentais à tout prix de fuir, d’oublier, d’enfoncer dans le fond de ma pensée, tentant de la renier encore et encore alors qu’elle était partie prenante de l’histoire de ma vie. Si lui, un ninja des plus expérimenté, connaissant en plus mes capacités et m’ayant vu m’y débattre à plusieurs reprises affirmait que ma voie ne s’y trouvait véritablement point… pourquoi m’entêter ?
J’avais fait du Kinton toute ma vie ce bien avant même la naissance de Kuu, bien entendu cette simple habilité ne pèserait pas lourd vis-à-vis de sa vie… mais le fait était que j’avais passé bien plus de temps à le travailler et l’utiliser que quoi que ce soit d’autre. Y réfléchir maintenant que j’avais u l’avis d’un connaisseur, ne faisait que me conforter dans mon idée première, « accepter ce que je suis… »…

- Tu sais... Commença-t-il, attirant mon attention avant de m’imiter quelques minutes plus tard en détournant le regard.

De deux choses l’une, soit j’interprétais mal, soit il s’exprimait sans trop le savoir lui-même de manière ambiguë. Bien entendu, m’entrainer avec lui, peaufiner les différents accrocs éventuels dans mon arsenal à venir serait un bon plus pour moi… mais son désir de passer des journées d’entrainement avec moi me semblait plus proche de simplement vouloir passer du temps avec moi…
Vissant à mon tour mon regard sur la route, distinguant par ce léger sourire le fait que ma présence était loin de lui être déplaisante, je continuai d’écouter, mais… cette idée de renouer avec mes propres origines venant avec ses propositions que je percevais probablement d’une autre oreille se mêlaient pour faire… un tout autre ramdam dans mon esprit. *… S’il te plait tant que ça Itagami… prend le ?! * Posant sur lui un regard… intéressé, j’eu un faible soupir faisant violence sur moi-même pour éviter au possible d’être trop expressive tant que se répétais encore et encore cette petite voix.


*… tu n’as pas à te plier au monde… tu dois plier le monde à toi… tu n’as pas à te conformer aux règles, elles doivent se conformer à toit… quelque chose te dérange élimine le ! Quelque chose t’agace ? Fais-le disparaitre… quelque chose te plait ? Sers-toi… * Une bien vieille maxime que j’espérais presque avoir oublier… mais maintenant que j’y pensais… pourquoi ?

- … … .. Hum ? Ha ! Hai ! Oui… oui oui, j’ai fini par me trouver une partenaire, merci beaucoup d’ailleurs tes conseils vis-à-vis du sujet m’ont aider à garder confiance. Fis-je en revenant à moi. Malheureusement contrairement à Suzaku, Shenzy chan étant une Hyène, l’invoquer en plein milieu de la ville risquerait de nous causer… quelque soucis. poursuivis-je avec un air gêné.

Le reste de l’après-midi se passa plutôt tranquillement, certes toujours ponctué de passages que je jugeais ambigus, ce qui n’était point pour me déplaire au final. Après tout, cette voix, non, cette maxime que je me répétais jadis était pleine de bon sens, pourquoi me faisais-je souffrir de la sorte ?
Me retournant vers Hisao qui avait incisé pour porter les bagages, principalement des sacs de livres et quelque autre souvenir pour Kuu, je repris :

- Merci beaucoup pour cette Journée Hisao… j’ai réussi à décompresser un peu ! fis-je avec le sourire avant de reprendre. ceci dit, il est hors de question que je te laisse manger au restaurant ou la nourriture qu’ils nous servent à l’hôtel, aujourd’hui, JE te cuisine quelque chose. Fis-je confiante. Je vais te montrer ce dont est capable une femme qui a vécue auprès des cuisiniers du Daimyo de la foudre. Poursuivis-je en me dirigeant vers de nouvelles étables pour des Ingrédients... tu m’en diras des nouvelles… … Ils sont frais vos légumes ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 28 Avr 2018 - 1:24
Mon sourcil s’éleva légèrement, constatant à nouveau une absence d’Itagami. Ca devenait presque gênant, en fait. J’commençais presque à me dire que j’avais vraiment foiré quelque chose et que tout moyen était bon pour elle de s’esquiver de la conversation. Pourtant, en même temps, elle écoutait totalement ce que je disais et parlais tout autant que moi.

- Oui, j’peux comprendre. Soufflais-je avec amusement, un fin sourire en coin. C’est vrai qu’il est plus simple de se balader avec un oiseau sur l’épaule qu’avec une hyène… Shenzy, hein ? Tu pourrais lui demander d’utiliser un jutsu de métamorphose. C’est ce que fait Suzaku : Il assume pas d’avoir grandi dont il triche pour continuer à m’emmerder.

Je pense que sans lui, je me sentirais vite seul, en fait. Il est blessé à cause de l’autre connard de Rei, mais en temps normal, il est là, à me parler de trucs inutiles, à draguer des filles et à se plaindre. Heureusement, je ressentais pas trop son absence pour le moment. Enfin, toujours un peu mais ça se ressentait pas trop.

En cause ? Sûrement Itagami, dont la présence m’apaisait d’une manière ou d’une autre. Peut-être sa façon de se comporter, j’sais pas. En tout cas, la journée aura filé plus vite que je ne l’aurai imaginé. Les bras encombrés, elle me fit une proposition étonnante.

- Oh, euh… non, t'emmerde pas pour ça. Pas bes-...

Putain, elle est déjà partie acheter de quoi cuisiner. Pour autant, je ne me suis pas beaucoup battu pour refuser son offre. Une petite réaction de ma part mais, c’est tout… Est-ce qu’au fond, j’avais bien envie d’aller manger avec elle ? d’aller manger sa cuisine ?

- Franchement Itagami, merci beaucoup mais t’exagère. Jt’ai toujours connu généreuse et polie mais bon… ça fait beaucoup à force...

C’était pas un sentiment que je connaissais beaucoup, mais la Metaru empilait les petites attentions, à tel point que je paraissais bien ridicule de mon côté. Je ne pense pas que j'avais le visage rougit - ou alors très légèrement. Mais c'était évident que je ressentais une certaine gêne face à ses attentions.

Une fois arrivé dans l’immeuble dans lequel elle dormait, je déposais les divers sacs qui contenaient tout ce qu’on avait acheté et retirais également mon manteau

- Je n’avais pas souvenir que tu avais cuisiné avec les cuisiniers du Daimyo. Tu ne m'en as pas parlé, je pense. Kuu-chan a de la chance du coup ? J'imagine que les cuisiniers du Daimyo sont parmi les meilleurs du coin ?


Sous mon manteau, je n’avais qu’un t-shirt, m’évitant ainsi de remonter les manches en m’approchant de la cuisine. Le regard en sa direction, j’arquais le sourcil d’un air provocateur.

- Oi, me regarde pas comme ça. Tu m’invites, alors laisse-moi t’aider au moins pour ça. Je suis pas meilleur cuisinier que toi, mais je peux peut-être t’aider pour des trucs simples.

Tout ce qui était préparation un peu complexe, j’allais pas m’en occuper. Mais je tenais quand même à lui proposer pour des trucs simples, parce que j’avais honte de la laisser se charger de tout. J’sais pas, ça me semble être normal de penser ça.

- D’ailleurs, comment étais ta vie quand t’étais gosse, voire adolescente ? T’as vécu toute ta vie dans une vie plutôt tranquille de la noblesse ? Ou tu t'en es rapidement éloignée ? demandais-je, très curieux en lui jetant parfois quelques regards discrets.



_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Sam 5 Mai 2018 - 15:13

À force de lui tourner autour, j’avais fini par apprendre comment fonctionnait Hisao, enfin… plus ou moins. S’était en partie pour ça que je m’étais éclipsée pour l’achat d’ingrédients avant même qu’il ne puisse tenter de m’en empêcher… quoique, dans l’état actuel des choses, j’aurais probablement fait fit de son avis ; après tout ne se cachait derrière celui-ci qu’une gêne qui… quelque part lui donnait un certain charme. L’on parlait quand même d’un individu à même de transformer un être humain en flaque difforme, ce même individu était donc capable de ressentir de la gêne… n’était-ce pas mignon ? J’étais littéralement impatiente de le voir tout rouge…
Ça me prit un certain temps, trouver les ingrédients que je voulais avec une fraicheur ou une maturité appropriée, effectivement le tout n’était pas d’avoir en permanence quelque chose de frais ; certains nutriments n’atteignaient leur apogée qu’après une certaine période de maturation. Hisao m’accompagna de bon cœur, m’aidant dans mes courses, témoin de probablement trop d’intransigeance de ma part concernant la qualité des produits que je sélectionnais… ceci dit, désirant le meilleur pour nous, je me le devais.

Ayant été attentive à sa préoccupation vis-à-vis de ma générosité le concernant, je ne répondis qu’avec un sourire ; il était vrai que j’étais naturellement généreuse. Au début s’était globalement pour tenter de me racheter, après c’est devenu une seconde nature, mais le concernant… depuis le début, il était peut-être vrai que j’en faisais trop… * Est-ce à dire que depuis le début tout mon être nous préparait à cette éventualité ? * Accentuant un peu mon sourire, me concentrant sur la collette d’ingrédient, je ne pus m’empêcher d’adresser un petit remerciement à destinée chan qui avait rendu ceci possible : rien était encore dit, mais…. Cette joie, cette paix… ce sentiment de bien-être que je ressentais présentement… tous étaient aussi forts que réels. Posant de nouveau la main sur la poitrine, maintenant que je planifiais de céder à mes pulsions… ou plutôt à mes désirs, je le comprenais maintenant… je comprenais pourquoi ses battements résonnaient aussi fort à mes oreilles… Ce n’était que moi qui n’étais pas encore en harmonie avec mes propres attentes…

- Ne t’inquiète pas, ça me fait plaisir… vraiment… Lui marmonnai-je d’une petite voix.

Bien vite, nous fîmes le tour desdits commerces, je manquais de quelques épices, mais à ce niveau-là, il ne s’agissait plus que de détail. De retour dans ma chambre d’hôtel, j’étais heureuse de la voir rangée et impeccable. Quelque heures plus tôt, en attendant sa venue la nervosité m’avait amené à m’occuper, d’où la propreté un peu trop maniaque ? De cette pièce. Me retournant vers lui pour récupérer les vivres, j’eus un sursaut et un cri étouffé en le voyant se dévêtir, me rendant bien vite compte qu’il ne faisait que se défaire de son manteau, je secouai la tête, m’enlevant ces idées de la tête :

- Ha… ha ce n’est pas un sujet dont je parle souvent en fait. Répondis-je, du rose aux joues. j’appartiens au clan Metaru et me comporte déjà comme étant d’un certain rang de noblesse aux yeux des gens… poursuivis-je en récupérant les sacs qui m’intéressais. Je fais déjà assez sainte ni touche et inaccessible rien qu’avec ça, alors apprendre aux gens que j’ai passé du temps dans la cour du Daimyo de la foudre serait… un peu trop…

Devant l’évier, lavant avec attention les légumes, j’avais un petit sourire en pensant à tout ceci ; ma vie dans ce domaine avait été une excellente expérience. Tendant la main vers le sac, je sentis la présence de l’Akahoshi à mes côtés stupéfaite, mon regard se vissa dans le sien lorsqu’il me fit part de son désir de me venir en aide.
J’eus un petit rire, m’imaginant poser la tête contre lui, mais secouai finalement cette dernière pour garder les idées claires. o… k dans ce cas tu peux enlever la peau de ce lot de légumes. fis-je en lui tendant un des sacs avec le sourire.

Mes mains se recouvrirent d’une fine couche de métal, de minuscules pointes sur celles-ci pour tenir les aliments sans que ceux-ci glissent dans tous les sens, des lames sur le doigt, j’en faisais usage pour affiner ma précision et ma célérité. C’était mère que j’avais vu préparer de la sorte, et comme elle le disait, il n’y avait rien de plus précis que ses propres mains et de plus saint que son propre métal…

- L’histoire de ma vie hein… murmurai-je avec un sourire en épluchant l’ail d’une main et le gingembre de l’autre. À l’époque mes parents avaient fait un arrêt chez le Daimyo pour lui présenter leur savoir-faire, père avait entrepris un marché alléchant à cette époque, à savoir entretenir l’équipement des soldats de la garde rapprochée de celui-ci. Mère quant à elle s’était liée d’amitié avec les femmes dudit Daimyo… les bijoux qu’elle leur confectionnait étant d’une exceptionnelle qualité, elle s’amusait à créer des parures selon les demandes de ses nouvelles amies… poursuivis-je en me rappelant toute la joie que j’avais pu lire sur son visage quand elle m’expliquait ceci.

- A cette époque, elle m’attendait déjà et le lendemain, alors qu’ils étaient censés reprendre la route, le travail de mère commença… j’avais décidé de naitre sur ces terres faut croire… Fis-je avec un petit rire en me retournant vers lui, n’arrêtant pas de cuisiner pour autant, tendant cette fois-ci la main dépossédée de son ancienne couche de métal pour une toute neuve, ne présentant plus d’odeur superflue des précédents ingrédients vers les asperges et les pommes de terre.

- Daimyo Sama a insisté pour que nous restions le temps que mère accouche et qu’elle se remette de cette naissance… Fis-je un sourire sur les lèvres, me rendant compte du point auquel j’avais été chanceuse ; s’il avait été plus vindicatif, nous aurions probablement dû reprendre la route par ces temps de troubles… mère et moi aurions-nous seulement survécu ? je crois qu’initialement, il attendait que je sois assez forte pour survivre hors de la protection de son domaine, mais plus le temps passa, plus se renforça la relation entre ma famille et la sienne.
Je continuai mes explications en nettoyant le céleri pour le pot aux feux, expliquant comment la petite fille que j’étais en était venue à jouer avec les enfants de celui-ci, ou était aussi chouchoutée par les femmes de ce dernier. … nous n’étions certes pas égaux, mais n’étions pour autant point considérés comme des serviteurs. Me concernant, comme une fille se doit d’apprendre ce genre de ficelles, je me suis souvent retrouvée en présence de ses femmes, apprenant le rythme de vie de ce milieu, et le style culinaire s’appliquant au palais d’un seigneur ; donc oui… des fois quand on mange dehors, il arrive que Kuu se plaigne que je cuisine mieux. Fis-je avec un rire gêné.

- mais bon, pour les commerçants c’est une petite fille qui aime sa maman, donc tout ce qu’elle fait est mieux et pour moi… un petit sourire sur les lèvres, le regard mi-clos sur les feuilles de vanilles que je l’avais et les carottes que je pelais… Disons qu’une mère, ou un parent sera toujours heureuse de voir son enfant la placer sur un piédestal Poursuivis-je en lui adressant un nouveau sourire avant de reprendre mes explications

Normalement un pot aux feux ne réclamait point trop de temps, mais en racontant ma jeunesse tout en restant méticuleuse sur l’assaisonnement de ce plat avant de travailler sur d’autres, je pris plus, bien plus de temps. Mais… cette histoire de ma vie que je n’avais pratiquement jamais racontée réveillait une nostalgie, une nostalgie que j’avais du mal à m’empêcher de vouloir partager.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mar 8 Mai 2018 - 23:20
Pour une certaine raison, cette journée, ce moment, se différenciait largement des autres que j’avais passé avec elle, ou avec n’importe qui d’autre. C’était difficile de comprendre pourquoi. De comprendre quel était le détail qui représentait une telle différence. Et vu que je n’étais pas habitué à ce genre de choses, j’étais totalement aveugle à ce petit détail.

Était-ce un problème ? Non. Pas vraiment. Sauf que le comportement d’Itagami me paraissait un peu différent de d’habitude. Elle avait un peu changé depuis notre rencontre. Passant d’un visage malicieux à un visage doux et généreux, je voyais maintenant… une sorte de gêne ? Quoi, je devais pas retirer mon manteau ? Je devais pas proposer mon aide ? J’sais pas, ça me semble normal, non ? Merde, j’commençais à me poser trop de questions. Depuis quand je fais ça ?

A ses côtés, je commençais à éplucher quelques légumes, avec malheureusement bien moins de savoir faire qu’elle. En fait, c’est vraiment bizarre hein, mais je voulais bien faire. Mieux que d’habitude. Sauf que l’effet inverse se produisait. Ce qui me gonflait. Ce qui provoquait encore plus de petites erreurs.

Mais d’un soupir, j’évacuais cet étrange sentiment et me ressaisis, récupérant mes capacités habituelles, aussi modestes étaient-elles.

- Eh ben… j’aurais jamais pu penser à une utilisation pareille du Kinton. Et pourtant, je trouve ça vraiment pas mal. Lui dis-je un petit sourire en coin, les yeux dérivant de ses doigts pour revenir aux légumes dont je m’occupais. J’imagine que t’as aussi appris ça avec ta mère ?

La question avait plus de sens qu’elle n’en avait l’air. Moi qui parlait rarement de mon passé, je m’intéressais cependant beaucoup à celui d’autrui. Dans des détails qui semblent parfois insignifiants aux yeux des gens. Mais pas des miens, qui sont peut-être trop… ‘’neufs’’ et ‘’ignorants’’ par rapport aux autres.

- Je te savais proche de la noblesse et de tous ces trucs-là, mais pas à ce point. C’est impressionnant. Mais… je pense que la simplicité m’attire plus que tout ce que tu as vécu. J’sais pas si c’est justement à cause de mon passé ou non, mais je me verrais mal évoluer à ta place.

C’était loin d’être une critique. En fait, ça ressemblait plus à un … partage de sentiments et d’avis. D’un soupir, je marquais une pause avant de me reprendre, terminant les légumes dont je devais m’occuper. Ce fut finalement assez rapide, Itagami s’occupant de la plus grosse partie du travail.

- J’avoue que c’est quelque chose que je ne peux pas comprendre. Evidemment. Je n’ai pas d’enfant et franchement… j’ai rien connu avec mes parents. Rien de grave n'est arrivé avec eux - si ce n'est la prison... - mais ils étaient juste… absents. Un peu désintéressés, même. Mais je m’y faisais. Je m'adaptais.

Je me retournais, appuyant mon dos contre le plan de travail, ce qui me permettait de toujours pouvoir regarder Itagami tout en m’échappant parfois pour observer sa chambre d’hôtel. En fait… je crois que tout ça, toute cette histoire avec mes parents m’emmerdaient peut-être plus que je ne le pensais.

- J’les ai un peu supprimé de ma vie. Mais forcément, ils ne sortent pas de ma tête. C'est normal. posant mon regard au sol, je finis par regarder Itagami, me refusant d’apparaître si négatif, voire presque triste. Pas même une seule seconde. Pas avec elle. Ce qu’il faut retenir de ça, c’est que je suis content que ta famille, toi et Kuu aient pu trouver un endroit agréable à vivre. Après tout, tu as pu avoir quelques choses que je n’ai pas : des talents pour cuisiner.

Je lui souriais finement. J’étais retourné à un registre dans lequel j’étais plus à l’aise : les gentilles taquineries.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 13 Mai 2018 - 21:57


- Haha… « S’il peut servir à faire la guerre et générer de l’argent, pourquoi pas cuisiner… ? » Fis-je en imitant un tantinet mère, pour lui faire comprendre que ceci n’était pas de moi, oui, elle m’avait donné les bases, mais je les avais perfectionnées à ma manière.

Je m’empêchai de l’interrompre davantage, ce silence, ou plutôt cette situation semblait l’entrainer petit à petit à prendre l’initiative de la parole concernant tout ce qui touchait à la famille ; si l’on s’attardait sur la mienne… la sienne viendrait naturellement.
L’esprit concentré sur ma recette et ses assaisonnements, les mains en action sur ce qui était du reste de cette dernière, mes oreilles ne semblaient-elles exister en ce moment que pour écouter ce qu’il avait à dire. L’entendre évoquer cette part de « noblesse » m’arracha un sourire mitigé, bien entendu aucun mensonge n’avait traversé mes lèvres, mais pouvait-on vraiment me qualifier de « noble » ? Je n’avais fait que vivre en ces lieux précédemment cités et évoluer dans un univers financièrement prospère… Serte aujourd’hui encore c’était toujours le cas, mais quelque part je dépréciais cette notion ; j’aurais préféré être noble de cœur lorsqu’il le fallut… j’aurais pu couper court à toute cette histoire, parce qu’au final, Kuu était le prix de cette aisance.

La majorité des ingrédients défaits de leur peau et impuretés, je me mis à la préparer pour le Nabe Udon désiré, tandis que les morceaux de viande précuisaient tranquillement dans une poêle. J’avais lentement ralenti la cadence, pour être sûr de ne pas rater un traitre mot de ses dires ; le mot « passé » semblait avoir sur nous deux un effet similaire, celui d’un reflux de sentiment dont on se serait bien défait.
Il y eu un très court blanc avant qu’il ne reprenne, argumentant ma relation avec Kuu avant de rebondir sur le fait que s’était quelque chose qu’il n’avait pas encore connu, non pas parce qu’il n’était point encore père, non ; parce que même ses propres parents n’avaient su lui donner l’affection que je donnais à ma petite. Bien des familles vivaient ainsi, attention n’allez pas croire que je dénigrais son passé, ou le mettait une quelconque forme de cliché, non… s’était plutôt un sentiment oppressant que ceux qui comme moi avaient tout eu ressentaient dans ce genre de situation, une culpabilité que l’on savait mal placée, mais qui mine de rien pesait son poids dans nos émotions.


Tandis qu'il se retournait, je touillai un peu la viande et vérifiai la progression du chocolat au bain-marie un peu plus loin tout en l'entendant reprendre. Si eux l'avaient abandonné, lui avait renié leur existence, ne pouvant ceci dit aller jusqu'à les oublier... moi qui trouvais que nous avions beaucoup en commun, c'est avec un faible sourire que je l'observai, le regard sur le sol ; je venais de nous en trouver un autre ; notre famille.
Si de mon côté mère était selon moi la créature la plus proche de l'angélique, père lui était à mes yeux décédé ; Décédé depuis le jour de la naissance de sa petite fille, décédé depuis qu'il s'était mis à critiquer son anomalie... décédé... depuis qu'il l'avait vendu à des esclavagistes. Le regard presque aussi grave que celui dont j'étais l'hôte, j'aurais voulu lui en parler ; voulut lui dire que je n'avais pas été aussi bénie par ce monde qu'il le croyait, que j'avais mes défauts, ou plutôt que j'avais fait pas mal de choses pour récupérer mon petit ange. Je le lui avais déjà dit et le pensais toujours, j'étais probablement plus apte à porter ces entraves que lui ; mais j'avais présentement la langue si lourde que j'en avais peur d'ouvrir la bouche.

Par ma famille je ne voyais donc que mère, Kuu et moi-même. Un sourire sur les lèvres, une pensée pour celles-ci, je pouvais effectivement m’estimer heureuse de notre position présente ; Kumo, ou plutôt Shitaderu à l’époque nous avait accueilli à bras ouverts, je m’y suis rapidement fait une place et mère aussi, Kuu s’y est vite adaptée et la savoir protégée au creux de ces inébranlables montagnes était plus que rassurant.
Éteignant le feu sous la viande sur laquelle j’avais rabattu une coupole, qu’elle s’attendrisse à la vapeur de sa cuisson, mon sourire s’était lentement élargi. J’étais silencieuse depuis quelque temps, mais ne savais véritablement pas que lui dire ; un bref instant j’avais cru que nos passés respectifs allaient réussir à ternir cette soirée, mais ces quelques mots avaient réussi l’égayer de nouveau. Ce qu’après quelque temps que mes lèvres s’entrouvrirent enfin :

- Arigatou... Fis-je en continuant ce diner que je m'interdis de rater. tu dois probablement te demander pourquoi... Poursuivis-je de cette voix devenue non plus gênée, non plus trop excitée, mais perdue entre douceur et reconnaissance. c'est grâce à plusieurs personnes comme toi que Kumo est ce qu'elle est aujourd'hui, des shinobis aussi qui croyant fort en leur conviction et en leur village font tout pour le rendre meilleur. Poursuivis-je calmement en fermant la casserole en terre cuite dans laquelle mijotait le plat principal. Et parmi ces personnes, ta sagacité t'a permis de te démarquer davantage en te hissant au sein de la hiérarchie du village... il n'est donc pas exagéré d'affirmer, que tu fais parti de ceux qui ont le plus œuvré à ce que Kumo soit cet endroit « agréable » au sein duquel je peux voir Kuu grandir en paix... Fis-je avant de me retourner vers lui pour lui adresser un nouveau sourire, ne dissimulant derrière lui rien d'autre que de la reconnaissance et probablement une pointe de jalousie.

- Elle me parait si loin cette époque où je me cherchais encore contre ce mannequin de métal… Repris-je en ajoutant des morceaux de gingembres confits dans le chocolat encore chaud. j’ai passé tellement de temps dans les bibliothèques et librairies, tachant d’apprendre toutes les ficelles de ce dédale sans fin qu’est le fuuinjutsu, que tu as finis par prendre sur moi une avance colossale Fis-je avec un petit rire, me rappelant alors de ces moments aussi bien notre première rencontre, que ces heures passées dans les bouquins, à nourrir mes connaissances et non à préparer mon être.
Ce n’est que très récemment que j’ai trouvé la réponse à mes questions… oui, après plusieurs mois de recherche, j’avais fini par me faire à l’idée suivante ; il n’y avait pas de solution sans danger pour me défaire de ces sceaux. Avec mon nouveau style et mes nouvelles… Résolutions ? Je pense plus sérieusement me remettre à la pratique. laissant la fondue de chocolat reposer un peu, je me retournai vers lui : je compte sur toi pour m’aider à te rattraper. Fis-je avant de lentement détourner le regard. et à mon tour… je t’aiderais. Fis-je en m’attaquant à l’entrée et aux hors d’œuvres, un sourire coupable sur les lèvres. * à comprendre …*


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Dim 20 Mai 2018 - 13:15
Depuis quelques minutes, je m’étais éloigné des couteaux et des ingrédients. Ce n’était pas du tout parce que je ne voulais plus aider Itagami, mais elle avait soudainement pris le ‘’commandement’’ de la cuisine, ne me laissant plus trop agir. … bon, c’était surtout qu’elle était beaucoup trop expérimentée pour moi. Je savais cuisiner, mais elle… la comparaison était pas trop possible. Du coup, je crois qu’elle a même pas vraiment remarqué que j’avais arrêté de l’aider. J’avais découpé quelques légumes, c’était déjà ça…

Après m’être lavé les mains, je croisais les bras et déposais mon épaule contre le mur afin de la regarder faire, l’accompagnant plus vraiment dans la préparation du repas, mais simplement en lui parlant. Et comme à son habitude, elle me mit un peu mal à l’aise en enchaînant les compliments alors que franchement… y avait pas grand-chose de vrai dans ce qu’elle disait.

- Tu recommences. J’affichais un petit sourire en coin, haussant les épaules et lâchant un soupir amusé. J’crois pas que tu t’en rendes vraiment compte, mais tu te fais une image déformée de la réalité. Tu vois les choses plus belles qu’elles ne le sont.

Mes épaules se relaxèrent et mes yeux se dirigèrent sur elle. Je suppose que je devrais maintenant être habitué à cette bonne humeur, bien qu’elle cachait à priori quelque chose de plus subtil.

- Je ne vais pas cracher sur ce que j’ai pu faire ou sur mes capacités. Je ne suis pas en recherche de compliments. Mais je peux pas m’empêcher de dire que j’ai été quand même chanceux sur certains points. On a posé en moi une confiance que d’autres ont recherché pendant des années. Et puis…

Je me grattais l’arrière de la tête de manière un peu confuse, détournant quelques secondes le regard avant de le rediriger à nouveau vers la Metaru. Je cherchais mes mots mais finis par les trouver étrangement facilement.

- Avant même d’aller en prison, j’avais pu remarquer que ceux qui étaient les plus populaires n’étaient pas forcément ceux qui se bougeaient le plus, ceux qui aidaient le plus ou que sais-je encore. Et … même si notre première rencontre s’est bien passée, j’étais très différent de ce que je suis aujourd’hui. A ce moment-là, je recherchais une sorte de vengeance juste. Crois-moi, si je n’avais pas eu un réapprentissage de la vie, j’aurais peut-être mal fini.

Enfin, je ne pensais pas vraiment ça. Suzaku s’était déjà occupé de ma santé mentale, qui s’était sérieusement dégradé en prison.

Pendant qu’elle cuisinait, je lui tapotais la tête dans un geste naturel et enfonçais les deux mains dans mes poches.

- Kumo n’est pas assez reconnaissant des gens discrets comme toi. C’est dommage. Mais au moins, tu sais que je suis au courant de ce que tu as fait. Mais je suis confiant qu’en tant que chef de la Raffinerie, tu trouveras bien vite la notoriété que tu mérites.

A nouveau – décidemment – j’affichais un sourire aussi discret et sincère que d’habitude.

- Tu m’as déjà suffisamment aidé, crois-moi. Maintenant, comme tu l’as dit, on va se concentrer sur toi. J’ai une petite avance sur toi, ouais, mais tu sais déjà qu’à tout moment, je suis là. Surtout si tu as un nouveau style de combat, j’ai vraiment hâte de voir ça. Quand est-ce que tu voudrais te remettre à la pratique ? Dès notre retour à Kumo ? Objectif : Itagami chef de clan. Ca semble pas mal, non ? J’arquais le sourcil, le visage chaleureux.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Ven 25 Mai 2018 - 13:43

Coulant le chocolat fondu dans des motifs concentriques tronqués du cake que nous avions acheté dans l’après-midi, je l’écoutai alors qu’il répondait à mes dires, avec une expression se perdant être gène et amusement. Un sourire sur les lèvres, les oreilles tendues pour ne pas en manquer une miette, j’en étais à la présentation de nos hors-d’œuvre lorsqu’il reprit la parole, indexant cette habitude que j’aurais à voir le bon côté des choses ; ou comme il le disait, à ne voir qu’une vérité dans un ensemble généralement plus sombre.
Il avait peut-être raison, j’étais probablement celle qui exagérait le tout… ou il était celui qui l’obscurcissait. Amusée je gardai le silence, comme à son habitude, l’ex-détenu n’était pas à l’aise avec les mots gentils et les compliments, l’affirmant de nouveau en rappelant qu’il ne les recherchait pas vraiment. Seulement, là était tout le bien-fondé de la chose. Courir après compliments et reconnaissance ne serait que faire preuve de narcissisme… cette discrétion était aussi une qualité, qualité que je me gardai de pointer du doigt, sachant pertinemment bien qu’il me dirait une fois de plus, que j’en faisais trop…

- Penses-tu vraiment que ce ne soit que de la chance… ? Ne crois-tu pas que ce soit une confiance méritée ? Fis-je d’une petite voix en profitant du court blanc qu’il avait laissé dans son intervention.

« Les plus populaires ne sont pas toujours les plus actifs… » oui, je pouvais comprendre ceci… non, non il était plus pertinent de dire que je validais cette affirmation… c’était quelque chose que j’avais vu et vécu en vivant auprès du Daimyo, lui-même avait souvent le nez dans de la documentation, passait un certain temps à s’occuper des affaires du peuple et à recevoir des gens pour discuter des affaires de son pays. Et parmi ces gens, nombre d’entre eux étaient des « nobles »…
C’est probablement à cause de ces gens que plusieurs années durant j’ai eu du mal avec ce terme, ils ne donnaient généralement qu’un ordre, pour ensuite s’approprier le plein mérite de ce qu’avait fait le serviteur sous ces ordres… leurs noms restaient dans l’histoire, tandis que le véritable auteur de cet acte finissait lentement oublié… Donc oui, l’histoire étant écrite par les vainqueurs et les gens de pouvoir, j’acquiesçais ses dires et plutôt deux fois qu’une… mais dans un village shinobi, ceci n’était pas toujours vrai… les conseils se formaient généralement de vieille personne réputée pour leur sagesse et leur savoir-faire pour mener le village dans la meilleure direction. Lui… faisait simplement partie de la première génération d’un tout nouveau conseil ; celle n’avoisinant point le troisième âge…

- Mais tu s… Avais-je commencée, tachant d’essayer de lui parler de la « moi » du jour de notre rencontre. Celle qui ne voyait en Kumo qu’un bunker… celle qui, guidée par ses propres soucis avait bien des sombres idées en tête…

J’étais sur le point d’en parler lorsque je ressentis sa main se poser sur ma tête, tapotant lentement celle-ci ans une affection que j’avais rarement connue du genre masculin puis il fallait dire.... qu’il était déjà spécial pour moi en lui-même, alors… Je me figeai un instant, arborant probablement cette nouvelle teinte rouge pivoine tandis que mon cœur courait un deux cents mètres haies.

Les yeux rivés sur le plat que je présentais, tachant au mieux de calmer mes pulsions dans mon travail, j’avais le souffle court. * Encore un peu Itagami… tien juste encore un peu…* Tremblant légèrement, je n’entendais presque plus rien, plus rien d’autre que sa voix semblant elle-même être un écho… mais j’avais bien entendu et reçu… l’intérêt qu’il me portait.

- Ha… aaa … Hai ! … Fis-je en me retournant encore un peu rose, fuyant son regard… un sourire sur les lèvres nos assiettes de hors-d’œuvre en main. L’esquivant rapidement, je posai les assiettes à leurs emplacements respectifs avant de retourner baisser le feu sous le pot-au-feu mijotant encore et bien fermer le congélateur où nous attendraient sagement nos desserts.

- B… bien, et si nous attaquions… ? Fis-je le sourire aux lèvres et du rouge aux joues. Les… plats… d .. des seigneurs sont généralement moins copieux que ça… fis-je en essayant de réapprendre à parler, mais l’esprit chargé… ça en devenait… particulièrement compliqué. m.. mais j’ai adapté… p .. pour nous .. shi… shinobis… Fis-je avant de lui servir un verre de thé, consentant enfin à lever le regard vers lui. - J’espère que ce sera a ton gout… Fis-je un instant silencieuse, avant de prendre des baguettes, saisir un des mets et me pencher pour le porter à sa bouche : Ha…. Hai…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Lun 11 Juin 2018 - 19:52
Pas de sourcil arqué, ni de sourire amusé. Aucun ricanement moqueur ne se faisait entendre non plus. Son visage rougi ne me faisait pas réagir comme j’en avais l’habitude. J’étais d’ailleurs moi-même surpris de remarquer ce détail, et encore plus d’y porter autant d’importance. J’avais effectivement pas l’habitude de me poser autant de questions avec quelqu’un. Peut-être ne le remarquait-elle pas - et quelque part, je l’espérais – mais depuis quelques minutes déjà, je faisais attention à ce que je disais. Je veillais à dire des choses intéressantes, justes, cohérentes et j’en passe.

S’il y avait bien une chose que je ne faisais jamais, c’était de réfléchir à ce que je disais. Pour moi, être instinctif et naturel était primordial. Alors pourquoi tout d’un coup, je m’occupe du fond de mes pensées ? De la forme de mes propos ? Franchement, même quand j’ai parlé au Daimyo c’était pas aussi confus dans ma tête.

Ouais, c’est ça. Dans ma tête, c’est un peu le chaos. Un chaos avec un semblant d’organisation, peut-être. Mais un chaos sans entrée, ni sortie. Sans nord, ni sud. Une sorte d’enchevêtrement dans lequel je ne trouvais pas vraiment le chemin vers l’extérieur. Et pourtant…

- Hm-hm. J’attends que ça. lui répondais-je d’un sourire sur son intention d’aller manger. Je joignais alors mes mains, toujours le coin de la bouche légèrement relevée et inclinais un peu la tête. Itadaki-…

Eeh… Bordel qu’est-ce qu’elle croit faire, au juste ? Alors que je m’interrompis dans ma formule de « bon appétit », je voyais la nourriture s’approcher de ma bouche… et je voyais surtout que la nourriture m’était apportée par Itagami. Le souffle légèrement plus rapide, je détournais les yeux avant ‘’d’accepter’’ mon sort et de prendre une bouchée.

- Merci…

Bon… C’était quoi, son problème ? Et le mien, c’était quoi aussi ? Je me sentais pas à l’aise. Non… c’était pas exactement ça. En fait, j’en savais rien, j’avais les joues et les oreilles un peu brûlantes. Pourtant, au même moment, mon regard presque fuyant finit par se poser sur elle. Le calme habituel qui me définissait était revenu, avant de laisser sa place à un doux sourire suivant quelques hochements de tête.

- Eh ben… je te pensais bonne cuisinière, mais c'est vraiment bon. Dans un mouvement étrangement naturel, je prenais à mon tour un des mets l’amenais vers elle doucement, l’invitant à ouvrir la bouche pour qu’elle puisse goûter sa cuisine. Tiens, essaye toi aussi. Tu connais ta cuisine mais… n’oublions pas que j’ai une bonne technique au couteau. Ca a peut-être amélioré le goût.

La petite gêne avait disparu pour laisser place à une jovialité qui ne m’avait pas habité depuis longtemps. J’crois même que c’est la première fois que je me sens bien comme ça. D’une manière ou d’une autre, elle avait le chic pour me mettre dans des situations incompréhensibles pour moi… mais une incompréhension agréable.

- Dis. Lançais-je soudainement, laissant planer un mystérieux silence durant lequel je cherchais la formulation la plus adéquate. Je sais que t’es un peu occupé avec la raffinerie ; avec tes entraînements… mais… enfin, je veux dire, on s’entraînera ensemble, bien sûr. Mais….

Je soupirais, le regard toujours rivé vers elle alors que je me perdais dans la raison de mon petit discours.

- Genre… ça te dirait qu’on fasse d’autres journées juste… comme ça ? Trainer, visiter deux-trois trucs, manger… Je suis pas habitué à ça… et je pensais plus vouloir vivre des trucs du style. Même ces derniers temps, j’évite les restaurants, les discussions et tout… mais je sais pas trop, avec toi c’était différent. Je me suis bien amusé, j’ai passé du bon temps, quoi. Je sais pas.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Sam 16 Juin 2018 - 18:08

- Haha… certainement ! Avais-je répondu toujours pivoine à sa petite blague vis-à-vis de son fameux coup de couteau aromatisant.

C’était toujours avec joie que j’avais accueillie ses compliments, souriant simplement en baissant la tête, faisant signe de ma gratitude vis-à-vis de celui-ci et de ma reconnaissance à son égard pour m’en avoir fait part. Généralement je ne doutais pas de moi concernant ce domaine, il m’était même arrivé de me mettre au défi de réaliser des plats les yeux fermés, mais il fallait dire que la petite poignée de seconde séparant sa première bouchée et sa réaction m’avait paru un interminable supplice ; « allait-il apprécier mon style ? ».
Heureuse, laissant un soupir fuir de mes lèvres entrouvertes, je repris une position convenable avant de le voir fin, de le voir et de l’entendre me tendre un morceau de notre dîner. J’aurais voulu refuser, j’aurais voulu réagir, j’aurais voulu balancer les baguettes pour cesser de m’enfoncer dans cette terrible gêne jusqu’à ce que finalement la paire de baguettes traverse mes lèvres. C’est là que je m’en rendis compte, c’était vraiment meilleur qu’escompté… où était-ce parce que c’était lui qui me servait ? Encore perdue entre cette surprise et mes sentiments, j’avais simplement amené une autre bouchée à ma bouche, mangeant avec un appétit mitigé alors que j’essayais de faire de l’ordre dans mes idées, jusqu’à ce qu’Hisao brise la glace.

- Dis… Intriguée, j’avais levé les yeux, toujours en plein combat contre moi-même et mes désirs de plus en plus difficiles à retenir.

Il s’exprima enfin après un moment de silence, énonçant ses mots ou plutôt ses pensées avec une difficulté que je ne lui connaissais point. L’espace d’un instant, je sentis mon cœur se comprimer, ce n’était pas la première fois que j’assistais à ce genre d’hésitations ; voir au vu de mon apparence et de ma position j’y étais presque habituée… cependant, il était la dernière personne que je m’imaginais en arriver là…
Silencieuse, tachant de garder mon calme tant même me sentais-je non loin des lisières de mes limites, je tachai d’écouter. J’écoutai… écoutai… écoutai… et m’y perdis.

-----------------------------------------------------------

Un amour dont elle avait conscience, mais ne pensais pas partagé, une culpabilité dont elle avait conscience, mais essayait d’oublier, un désir ardant croissant au fur et à mesure qu’elle passait du temps avec l’ex-détenu… cette excellente journée, ses attentions vis-à-vis non pas seulement d’elle, mais aussi de sa fille ; cette attention qu’elle avait vu comme un message lui criant « je suis prêt à m’en occuper »… tout cet enchainement d’évènements finir par faire sauter les derniers remparts qui l’empêchaient de faire une connerie.
Se redressant dans le silence, elle leva le regard ver Hisao, de l’index et du majeur la jeune décrivit un court arc de cercle avec ses doigts, arc de cercle qui décala la table par la même occasion, comme si celle-ci glissait sur une drôle de surface. Et ce n’était pas peu dire ; cela faisait un moment déjà que le chakra de la Metaru se promenait dans la pièce… rampant au sol pour sous forme de métal liquide, grimpant au coin de murs en se fondant dans le décor, il avait attendu son heure, heure qu’elle aurait souhaité repoussée, heure qu’elle aurait préféré voir après le repas qu’elle avait confectionner à son invité… mais là… s’était trop.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 23 Juin 2018 - 0:57



_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Ven 29 Juin 2018 - 12:44



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mer 18 Juil 2018 - 21:52

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Le calme, ça se fait rare ces temps-ci [Ft. Metaru Itagami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: