Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

L'alliance de l'ombre - Takumi


Dim 15 Avr 2018 - 10:49
Il était déjà tard, sa petite sortie de la semaine c'était transformé en bagarre générale, rien de surprenant, elle avait mis presque la plupart de ses colocataires en prison. Hyûga, complices ou non. Du temps qu'elle était la policière, mais aussi de celui qu'elle était la criminelle les ayant mener à leur perte. Penser cela la faisait toujours sourire, ces abrutis du Yamagenzô avaient l'air si fiers d'eux de lui avoir coupé la tête, enfin... Mais c'était Takumi qui avait tout fait pour elle en définitive. Si elle n'avait pas placé le morveux, aucun d'eux n'auraient été capables de remonter jusqu'à elle. Le bonus, avait été d'un autre de ses cousins Kotori, avait comme porté la mauvaise augure, accablant le clan. Mais là encore, c'était voulu, comment donner la tête du clan à Takumi, si les Hyûga le percevaient comme un traître ? Aux yeux de tous, il était le petit Hyûga de la Sôke bien comme il faut. Alors qu'il était le comploteur de première avec la borgne. Une alliance de l'ombre même pas posée sur des mots entre eux. Juste une connexion d'intérêts communs.

Devant le petit lavabo de sa cellule, la borgne nettoyait tout le sang qui la tâchait, étonnement, pas le sien. Sana' n'avait jamais été la dernière dans la bagarre en même temps, avec ou sans chakra, peut-être pire ici ou tous étaient ego à leur maîtrise basique des coups pour se défendre. Elle avait botté des cul en somme, ça ne faisait que commencer et le pire dans tout ça, pour le moment, la borgne ne faisait que se défendre. Pour le moment. Des bruits de pas attiraient son attention dans le long couloir, si elle savait que c'était l'heure de la ronde du gardien, elle savait aussi que trois personnes approchaient. Autrement dit, un invité escorté. Dans le cas où, elle se préparait à une visite. Il fallait dire, que même fâché, elle restait la protégée d'Akimoto étrangement, les gardiens bien qu'ils la détestaient tous, se tenaient donc à bonne distance de tous problèmes... Comme les Iwajins jusque là. Alors cette face-là fut une bonne surprise...

-Oh regardez qui va là....

Accueil fait de son sourire de carnassier et déjà, le gardien récitait son protocole sur les visites, c'était étrangement la première de la Hyûga et elle aurait pu parier que ça serait lui. Eiko lui en voulait à mort, Akimoto allait faire l'autruche, Taishi ne devait pas être au courant et le reste du monde s'en foutait royalement de son existence. Hormis Mura' peut-être s'il tenait à sa greffe... Mais Takumi lui, avait l'esprit aussi taquin et joueur que sa cousine, nulle doute qui viendrait la narguer, mais elle s'élançait la première.

-Capitaine du poste 12 en personne ! Ouah !

Comment elle savait hein ? Elle avait trafiqué les registres pour forcer son passage en grade, encore, évidement. Même si Akimoto s'en apercevait, il ne pourrait pas faire marche arrière sans avouer toutes les failles qu'il avait engendré en la nommant assistante. Foutus Hyûga, ces deux-là avaient tissé leur toile partout dans Iwa, mais pas que...

-C'est pour un interrogatoire, ou une punition ? Tir de langue et son rire exaspérait les gardiens, avec un peu de chance, Takumi allait les expédier plus loin. J'ai déjà pris pour perpette. je vois pas ce qu'il y a à soutirer de plus. L'argent peut-être ? vous êtes en retard, de faibles âmes s'en sont déjà mises plein les poches.

Elle avait payé plein pot pour choisir les chambres de ses cousins, c'est à dire là, où elle aurait accès pour arracher quelques yeux...

-Qu'est-ce que tu veux. Je veux pas de remise de peine, je suis bien ici. regarde loge quatre étoiles.

Huit mètres carré, un lit en pierre sculté à même la roche, un matelas de plume quand même, une couverture, pas de fenêtre, un petit évier dans l'angle avec les toilettes. Ah et une étagère ! Vide.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Dim 15 Avr 2018 - 12:21

L'alliance de l'ombre x Sanadare


私とあなたの違いを教えてください。 レベル。 それは、月を捕まえようとしている猿の物語のようなものです。 彼がどのように戦うにせよ、彼は彼が見ている水に月の反射だけです。 だから、それは水の中に沈むだけです。 時間の経過とともに、それは流れます。

L’allure nonchalante et détachée, un doux sourire dessiné sur son noble visage, le pupilles pâles avançait sans hâte au sein de la prison de la Roche. Nul uniforme, Nul badge du Yamagenzo (dans lequel il était entré prématurément, rappelons le hein), Nulle parole. Ses subalternes avaient déjà préparé cette visite et en avaient prévenu les responsables des lieux. L’image de l’enquêteur parfait semblait rayonner de cet individu ô combien appliqué dans sa tâche. L’homme aux grands discours, l’exubérance incarnée dans de nombreux moments, jouissait à présent d’une excellente réputation au sein de son clan. Tout cela ne fut qu’une étape nécessaire afin de pouvoir réformer ce dernier, tout comme il avait pu le faire pour la Police. Doucement, il approchait de son but. Bientôt, il allait pouvoir changer les choses. Changer le clan Hyûga ? Une noble entreprise, pour sûr. Mais elle n’était rien en comparaison de ses réelles ambitions pour ses semblables. Ce village puait la défaite et la corruption. Chacun des kages qui passait semblait se donner concurrence dans les décisions foireuses, ce n’était point au goût du jeune capitaine. Les pupilles pâles méritaient mieux.

Les gardes s'exécutèrent sans poser de question en le voyant arriver. L’escortant jusqu’à la cellule de sa cousine, certains se permettaient des commentaires qui n’arrangeaient en rien l’image de cette dernière. Tantôt elle était considérée comme une folle, tantôt comme un être diabolique qui se devait de mourir. Ils n’avaient aucun doute quant à l'acquiescement qu’ils pensaient évident de la chevelure de jais les accompagnant. Après tout, il avait fortement joué dans la chute de l’assistante du chef du village. Un hochement de tête, c’est tout ce qu’ils obtenaient du jeune homme. Point de verbe ici, il laissait la populace se bercer d’illusions et de faussetés. Ils étaient habitués au mensonge de toutes manières, rien de grave s'ils se faisaient manipuler une énième fois. Des pions parmi tant d’autres, c’est tout ce qu’ils étaient et c’est tout ce à quoi ils pouvaient aspirer dans leur piètre existence. Des exécutants, rien de plus. La porte de la cellule s’ouvrit alors et les paroles de la borgne commençaient à se faire entendre. Un simple sourire en guise de réponse, c’était ce qu’elle obtint pour les premières phrases. Un léger mouvement de bras suffit alors pour que les gardes partent au loin, après l’avoir enfermé avec cette dernière.

Tu me flattes… en souriant doucement alors qu’il commençait à avancer au sein du palace.

Une petite pièce, peu de confort et une austérité digne de ce nom, c’était maintenant sa demeure. C’était à peu près à l’image de ce que pensaient les autres d’elle, la rendant alors probablement plus heureuse qu’elle ne devait déjà l’être à la base.

L’idée de l’interrogatoire m’a traversé l’esprit oui, tu me connais, je suis quelqu’un de très curieux. en s’approchant d’elle tout en plaçant sa main sur la tsuka de Sonkeisuruhito.

Et celle de la punition aussi, à vrai dire… en dégainant promptement son katana avant de le placer sous la gorge de la forcenée.


Ses compétences au kenjutsu égalaient à présent presque celles qu’il avait obtenus au taïjutsu pur. Une rencontre fortuite avec un samuraï d’Iwagakure en était l’une des causes. Bien des événements avaient lieu au sein du village haut en diversité clanique. Tatant doucement la peau de sa cousine avec sa lame, il la fit descendre délicatement jusqu’à quelques centimètres à peine de sa poitrine. Il soupira finalement, elle n’avait pas fière allure il fallait dire.

Tu sais très bien que je t’apprécie bien trop pour faire en sorte de t’avoir une remise de peine. en rengainant son arme avant de s’affaler sur le matelas afin d’en constater le confort.

Racontes moi tout. Je présume que tu as dû faire forte impression en arrivant ! et ce n’est pas ce sang qui dira le contraire. en sortant quelques senbons de sa manche qu’il fit finalement tomber dans un coin sombre de la cellule.

Oops, que je suis maladroit. avant de rire doucement.


Leurs objectifs avaient été atteints. Du moins, ceux qu’ils s’étaient fixés à leur première rencontre. Deux mois. Voici ce qui avait suffit à deux simples membres du clan Hyûga pour prendre le contrôle de plusieurs institutions du village. Ils avaient tous les deux du sang sur les mains, elle plus que lui évidemment car la demoiselle restait tout de même imprévisible et certaines pertes n’avaient pas été prévues au départ. Tant pis. Au mauvais endroit au mauvais moment n’est-ce pas ? Pourquoi cette visite ? Pourquoi ce cinéma ? Était-ce un simple jeu ? S’ennuyait-il à présent ? Ou alors avait-il de bien plus sombres desseins pour ce clan qui semblait être frappée par une bien étrange malédiction, celle de la folie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Dim 15 Avr 2018 - 13:24
Il n'avait pas été difficile pour lui de faire en sorte qu'on les laisse seuls. Un tête à tête qui ravissait peu ses surveillants, encore moins en voyant le fascié joyeux de leur prisonnière. Ils étaient censés lui pourrir la vie, mais elle avait l'air d'être dans une sorte de colonie de vacance, s'extasiant à la première occasion. Un poil désespérante, comme un poisson dans l'eau, la prison n'avait pas des airs de punition, bien au contraire. Une folle ? C'était un de ses sobriquets après tout. Sanadare jouait toujours son rôle, car leur pièce sinistre n'était pas encore finie. Son cousin en faisait des tonnes, exactement comme elle aimait que ça se passe, il dégainait, érafler et la Hyûga bombait le torse, étirait ses lippes montrant son appréciation.

-Oh, tu sais bien que les longs manches m'ont toujours fait beaucoup d'effet.

Taquine, coquine, imperturbable, rien d'anormal, Sana' semblait in-changer, fidèle à elle-même, en caressant la lame qui aurait pu la trancher en deux, avant qu'il ne se décide à la ranger trop tôt à son goût. Les punitions aussi elle aimait trop ça, pour ça que par ici on avait abandonné l'idée de lui donner des corrections, le but n'étant pas de satisfaire la dame. Un cas compliqué et incompris pour tous ou presque, Takumi lui connaissait bien les bails de sa folie, autant que ceux de ses actes. Elle l'observait de son seul œil valide faire comme chez lui, ça devait lui changer du luxe Hyûga, à elle plus tant que ça, cela faisait des mois, voire des années qu'elle avait réduis tous conforts pour s'y accommoder. Cette histoire n'avait rien de récente ou faite sur le tas. Autant l'un que l'autre avait attendu leur heure et le hasard avait fait que réuni, tout avait été incroyablement plus vite.

-Est-ce que je pourrais te raconter quelque chose que tu ne sais pas déjà ? Cela la faisait rire. Mon arrivée ? La garde me déteste, les prisonniers me détestent, le paradis quoi, je prends mon pieds... Mais pas dans le sens que tu l'attends vaurien, même si j'aimerais. C'est pourtant pas comme si je ne redoublais pas d'effort.

Ouep, malgré ses vêtements peu attractifs qu'on lui avait donné, elle restait coquette, c'était dans ses plans, pas de relâchement avant la mort de leurs ennemis, une fois le clan tombé, elle pourrait mourir en paix. Pas avant.

-Je pensais avoir un comité d’accueil des gardiens, mais ils ont trop peur d'Akimoto faut croire qu'il me protège encore. Ils m'évitent comme la peste. Sauf quelques têtes brûlées qui aiment se rincer l’œil quand je m'occupe de mon hygiène. Mais jamais, jamais personne n'est encore rentré dans ma cellule comme toi.

Clin d’œil en voyant le présent de son cousin qui se plantait dans l'ombre de la cellule. De quoi faire des siennes encore, elle n'avait jamais assez de jouets pour ses œuvres, cela pouvait paraître minime, mais le jeunot prenait des risques en agissant ainsi. Pas pour lui déplaire. Le point commun de ces deux-là étaient qu'ils savaient oser. Folie ou courage, c'était l'avenir qui trancherait.

-Quant à mes colocataires, j'en ai envoyé la moitié ici pour repérer les lieux. Je suis pas rentrée dans la police pour faire valoir des valeurs, tu le sais bien.

Avec Takumi, pas besoin de faire semblant, ni de trier ses mots, les deux savaient bien de quoi il en retournaient et si en public c'était le bras de fer entre les deux Hyuga, en privée, l'ambiance était toute autre. Sana' se plaçait alors à l'autre bout de sa couche pour pouvoir l'observer tout en discutant, elle n'était pas inquiète que leur conversation soit entendue, car si son chakra à elle était scellé, celui de son cousin et donc ses sens étaient parfaitement opérationnels.

-Je vais en corriger à tour de rôle quelques uns, et à nouveau ça marchera dans l'ombre, encore une fois. Jusqu'à celle de trop. Ils n'ont pas compris le lien avec le chef de la sécurité de la prison, c'était risqué, mais je t'avais bien dit que plus c'est gros, moins c'est évident. Eiko a joué son rôle à la perfection en partant me dénoncer. La moitié est passé à l'as parce qu'elle a titillé la corde sensible de notre cher Kage. Les gens sont tristement prévisibles pas vrai. Tu ne t'ennuies jamais ?

Enfants terribles. Si on pouvait les entendre, pour sûr que certains auraient quelques frissons, finalement, elle se penchait sur son cousin pour mieux profiter de ses expressions ou qu'il apprécie davantage son susurrement...

-J'imagine que tu ne viens pas pour un simple bonjour, ça serait stupide de nous compromettre comme ça. Dans le clan comment ça avance ? Je peux sûrement faire quelque chose pour toi pas vrai... Je m'ennuie tellement, donne moi un peu de divertissement.

D'un doigt, elle lui tapotait le bout du nez, sans jamais perdre son expression satisfaite. La Hyûga était aux anges jusqu'ici tout se passait comme prévu.

-Je m'occuperais des rats pendant vos vacances.

A bon entendeur !




_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Dim 15 Avr 2018 - 17:08

L'alliance de l'ombre x Sanadare


私とあなたの違いを教えてください。 レベル。 それは、月を捕まえようとしている猿の物語のようなものです。 彼がどのように戦うにせよ、彼は彼が見ている水に月の反射だけです。 だから、それは水の中に沈むだけです。 時間の経過とともに、それは流れます。

Le matelas avait de quoi se défendre. Quelle ironie d’ailleurs de lui avoir mis à disposition un fait de plumes. Cette pièce correspondait à la jeune femme. L’immaculée au sein des ténèbres, ne pouvant que sombrer à son tour après avoir été témoin et victime des actes des autres. L’immaculée qui ne pouvait fuir. La possibilité de se voiler la face sur la vérité derrière la perte de ses pupilles devait avoir été fort attrayante pour elle, et ce, à de bien nombreux moments. Elle avait décidé de rendre justice d’une certaine manière. De se rendre justice. Ce n’était pas une décision qu’il pouvait contester, lui qui n’hésitait pas non plus à tuer et user des autres comme bon lui semblait afin d’aller au bout de ses objectifs. La vie, la mort, toutes ces choses qui entourent l’existence des hommes… Cela semblait avoir pour eux autant de sens que la présence de ce matelas de plumes dans cette cellule. Aucun, peu, ou complètement analogique. À voir selon le point de vue.

Je suis un homme de mystères mais tu te défends plutôt bien en la matière. en tapotant le fourreau de sa lame avec ses doigts.

Comme tout le monde, ils avaient leurs secrets. Et comme tout le monde, ils ne comptaient pas spécialement en parler entre eux. Mais il est vrai qu’elle avait un peu la réputation de la femme difficile à cerner, voire sauver pour certains qui se retrouvaient à présent désespérés et en pleurs. Chacun ses problèmes comme on dit.

Rien de nouveau jusqu’ici, tout le monde te détestait déjà et tu prenais déjà ton pied quand tu étais encore libre. avant d’arrêter le tapotement pour mieux s’installer sur le lit de fortune.

J’ai donc le privilège d’être “le premier”. en lui souriant de manière fort pernicieuse.


Tout cela ne le surprenait guère. Le vieux la protégeait toujours, elle ne semblait pas totalement en prison finalement. Et à l’évidence, ceci avait l’air de lui déplaire, accentuant ainsi le sourire sur le visage de son cousin. La situation ne l’arrangeait point, et cela était compréhensible. Elle qui souhaitait encore plus de discorde en arrivant dans les parages, elle avait rapidement fini par s’ennuyer. Comme quoi, la violence seule n’est pas toujours une bonne attraction, même pour ces fous. La moitié de ses colocataires ? Ils ne l’intéressaient point, des pions de plus parmi tant d’autres. Il ne daignait pas répondre à leur sujet, leur temps étant trop précieux pour le perdre avec de telles inepties.

Comme on pouvait s’y attendre, le clan est à présent déchiré. L’un des héritiers de la branche principale fait tomber tout un réseau de membres influents du clan, avec une sombre histoire derrière. Ils cherchent des boucs-émissaires et chacun attend dans l’ombre le moment opportun pour abattre ses cartes. Classique, ce sont des nobles après tout. en la regardant dans les yeux tandis qu’elle s’approchait.

M’ennuyer ? Je m’ennuie depuis bien des années, je ne te cache rien. Est-ce parce que je me langui d’intrigues que je fais tout cela ? Peut-être bien. Mais mon ennui doit être risible par rapport au tien. d’un air moqueur.


Après tout, lui était en liberté et avait tout le loisir de s’amuser avec le village tout entier, à commencer par la police. L’intervention du Sotaicho n’avait point changé grand chose, lui-même étant un indéfectible pervers et sanguin. Ses proches ne se posaient pas vraiment de questions, il était une sorte de héros un peu torturé, rien de plus. C’était encore plus majestueux pour ses subalternes, certains le voyaient carrément comme une lumière grandissant au sein de la pénombre. Il tenait tête à un des pères fondateurs de Rokkusu, menait des interrogatoires originaux et remettait sur pied un poste de police en ruine, administrativement parlant.

Du divertissement hein… d’un air joueur, en reposant sa tête sur le matelas.

Il est vrai qu’il était fort tentant de la laisser patienter, mourir d’ennui ici. Le pupilles pâles en serait amusé, pour sûr. Seulement, il était pragmatique et du genre égalitaire : si il s’amusait, elle devait aussi s’amuser. Son bon côté le perdra surement un jour. Il avait quelque chose pour elle, oui. Son sabre sortit seul et sans difficulté de son fourreau pour venir caresser les vêtements de son interlocutrice, les tailladant par endroit, petit à petit.

Quelle infortune qu’il reste des survivants à ce massacre… d’une voix se voulant faible et douce, juste assez pour qu’elle puisse l’entendre.

De quel massacre parlait-il ? Celui des Hyûga ou celui de ses habits ? Tout cela était fort nébuleux.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Dim 15 Avr 2018 - 22:35
Plus le temps passait, et plus Sana' commençait à penser que c'était normal de faire des mystères en étant née dans ce clan. Pas un seul Hyûga n'étant pas mêlé à une intrigue, dans une manigance, ils se conduisaient tous comme la noblesse qui les avait vu naître. Sans limite, comme si tout leur était dû, supériorité naturelle ? Insupportables créatures. Même entre eux ils s’entre-tuaient, se briser ou s'observer dans leur déviance avec amusement. Comme là , les deux cousins proches en âge, dans le chaos, dans la même pièce et pourtant à des années lumière l'un de l'autre à la fois. Ils se toléraient parce que l'un était pratique pour l'autre, sans quoi, fort probable que le plus fort ou influent des deux aurait écrasé puis éliminer l'autre. C'était comme inscrit dans leurs gênes. La Sôke et la Bunke illustrait bien cela.

-C'est triste à dire, mais les mystères font de nous de vrais Hyûga.

La suite de ses mots la délectaient, sa face en disait long, sa bonne humeur était au beau fixe, même si son petit doigt lui avait murmuré que quelques unes des vermines avaient réussies à fuir. La prison ne semblait pas vraiment entraver sa progression, bien au contraire, elle avait volé toute la célébrité, avait la réputation de travailler seule. Autrement dit, le terrain était dans les meilleurs conditions possibles pour ses partisans ne pouvant pas cracher sur l'aubaine de sa couverture.

-Je me suis chargée des fuyards, concentres toi sur la prise des règnes, pendant que je fais le ménage de tes concurrents.

Durant leur face à face, l'impétueux qui avait pris bien une grande confiance jouait de ses doigts, et la caresse tiède d'une plaie, mêlée à l'air frais arrivant sur une peau nue prenait d'assaut sa cousine. Une étrangement confiante, comme si elle avait déposé sa garde légendaire, à vrai dire, qu'on la tue ou non à partir d'aujourd'hui n'avait plus d'importance. Le clan ne pouvait plus échapper à son remaniement et ses bourreaux avaient leurs têtes mises à prix. Iwa ou d'autres, s'en était fini pour eux. Alors oui, la femme était plus légère désormais, n'ayant plus à perdre, n'y rien à gagner personnellement, au final ne faisait-elle pas qu'occuper le reste de son temps dans ce monde ? En aidant les autres de ses pairs... Gratuitement presque
Ironie pour celle qu'on traitait d’égoïste, qu'on accusait de n'avoir jamais pensé qu'à elle. Encore une fois, le monde était mené en bateau et ils mourraient tous sûrement idiots en crachant sur son dos. Il fallait une vilaine dans l'histoire pour attirer l'attention et faire valoir le héros, classique. Cela n'aurait pas dû être plaisant, c'était même plutôt pathétique en vrai, pourtant, la borgne semblait se comblait de ses conditions bien injustes.

-Tu vas devoir m'envoyer de nouveaux vêtements pour te faire pardonner. Si tu les fais broder du symbole du clan... Je ne réponds plus de rien !

Plus une boutade, qu'une réelle demande, ce qu'elle portait, ce qu'elle mangeait, ce qu'elle pouvait posséder, tout ça n'avait plus la moindre importance. Ses jeunes années au temple la sauvaient probablement dans ses heures qui auraient été difficiles pour n'importe qui. Mais Sanadare s'en foutait, de tout désormais.

-Infortune, hum... Vraiment ? La mort est une libération mon cher cousin, une que tous ne méritent pas. Vivre dans le chaos et les ténèbres, voilà ce qui est la véritable infortune.

Ainsi, elle l'obligeait à se placer, faisant comprendre qu'elle jouerait d'un art typique de ses enfants de débauches, si bien sous tous rapports en apparence. Tandis que ses doigts d'une main tâtaient le corps à travers les vêtements pour le masser, l'autre chasser le gêneur de tissu, avec ou sans permission. Bien son genre là encore. Elle usait alors d'une pratique*, qui devrait donner la puce à l'oreille de son complice quant à sa condition ici. Cela la faisait rire alors qu'elle s'appliquait sur lui pour parfaitement s'exécuter.

-A ton retour, se sera la panique au domaine, pense à prendre la situation en main quand les premiers avertissements seront tombés. Ton poste de police aussi sera sûrement en ébullition. Est-ce que tu as une requête spéciale Aruji-sama ?

Son ton était moqueur à la dernière de ses interrogations, l'apparente docilité de la Hyûga n'en était pas une et ils le savaient tous les deux. Si Takumi ne remplissait pas sa part du contrat, elle serait sûrement celle qui lui arracherait les yeux pour l'étouffer avec. Ou pire encore. Mais ils avaient choisis tous deux de jouer avec le feu non ?

*


_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Lun 16 Avr 2018 - 7:32

L'alliance de l'ombre x Sanadare


私とあなたの違いを教えてください。 レベル。 それは、月を捕まえようとしている猿の物語のようなものです。 彼がどのように戦うにせよ、彼は彼が見ている水に月の反射だけです。 だから、それは水の中に沈むだけです。 時間の経過とともに、それは流れます。

Les mystères, c’est ce qui fait ce qu’est une personne, non ? L’intrigue, les secrets, les interdits… Sans cela, point de différence. Tout le monde se connaîtrait, tout le monde saurait quoi et comment faire afin de ressembler aux meilleurs. Un monde rempli de clone, voilà dans quel genre d’endroits nous devrions vivre. Il est bien triste de le dire mais la lumière a besoin des ténèbres pour être la lumière. Mais les ténèbres n’ont besoin que d’eux-mêmes afin de subsister. Certes le mal ronge ce qui n’est pas de lui, mais si il n’a rien à se mettre sous la dent, il sait patienter. Le bien n’est présent que pour faire disparaître ce dernier. Sans mal, point d’injustice. Sans injustice, point de bien. Tout le monde vivrait satisfait, dans son petit monde. Mais le mal existe, les injustices aussi… Qu’en est-il du bien ?

Au milieu de ce dédale de concepts et d’événements tous plus fous les uns que les autres, il repense à cette finalité. Le clan Hyûga, sa tête, son changement nécessaire, ses actes, ses membres, sa réputation… Une bande de bons à rien qui se cachent derrière des acquis et qui ont besoin de deux gamins d’une vingtaine d’années pour régler leurs problèmes. Ceux qui étaient auparavant forts et puissants sont aujourd’hui morts, en prison ou ont déserté/fui la Roche. Le récent bouleversement que connaît la famille des pupilles pâles ne fait qu’accroître l’incompréhension générale à leur égard. En apparence froids et nobles, ils se montrent finalement être de véritable cracheurs de feu. Écrasant tout rival sur leur passage, ils ne restent calmes et distants que car ils ne considèrent à peine les autres. Ils remplissent leur rôle, rien de plus.

C’est tentant, je verrais ce que je peux faire à ce sujet. l’air taquin.

Elle est maintenant mieux ainsi, ses formes enfin mises en valeur comme elle le méritent. Il ne reste plus grand chose de son accoutrement déjà assez pauvre de base mais qu’importe. Il se laisse aller sans réaction et se place ainsi sur le ventre, profitant d’une pratique qui lui est fort familière. S’en est déjà t-il servi au poste de police sur d'innombrables victimes du sexe opposé ? Peut-être.

Et que penses-tu que nous méritons ? L'infortune ou sa libération ? en jouant doucement de ses doigts.

Ainsi donc elle pouvait user de jutsus, même en prison. La sécurité est vraiment pitoyable et les responsables sont réellement au fond. Plus il pense aller au bout des choses, plus elles s’éloignent de lui. Une chasse qui ne pourrait probablement prendre fin que dans un final resplendissant. Mais il n’est point du nombre de ceux qui désirent tout faire à la vue de tous. Quand ses doigts bougent, c’est à nouveau sa lame qui se place sous la gorge de sa cousine. Si elle souhaite quitter ce monde avec les honneurs, il lui rendrait ce service sans attendre. La vie n’est finalement rien d’autre qu’une course dans laquelle la mort nous court après. Seulement, cette dernière ne s’épuise jamais et redouble d’effort pour nous rattraper. Et quand c’est chose faite, il ne reste rien de nous si ce n’est un nom. Un nom qu’il ne tient qu’aux générations futures de garder ou de renier. La discussion semble continuer comme si de rien n’était malgré l’improbabilité de cette scène qui se joue au sein d’une cellule des plus pittoresques.

Il se retourne promptement et la fait basculer en arrière de sorte à inverser les rôles, au détail près qu’elle se retrouvait sur le dos et non sur le ventre comme lui. Sa lame, portée par le vent, connaît un retour final au sein de son fourreau, probablement déçue de ne point avoir de tête à couper pour aujourd’hui. Penché sur elle, il se met à son tour à la masser en prenant soin de profiter du généreux buste de la demoiselle. Tandis qu’une main passe dans les cheveux de cette dernière, il vient susurrer à son tour.

Je sais ce que j’ai à faire, n’ais crainte. Le clan et la Police sont remplis d’imbéciles, il ne sera point difficile d’en faire ce que bon me semble… en continuant à la masser.

J’ai besoin d’informations. Commençons par un homme que j’ai dû affronter récemment. Que sais-tu sur l’Enfant du Fer ? avant de venir mordiller le lobe de son oreille.

Il pense à s’amuser, il n’est point des rustres après tout. Cela dit, il ne pourra probablement pas faire montre d’un panache propre à lui. Le temps lui est compté, autant celui de la visite que celui que daigne lui laisser la maladie.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Lun 16 Avr 2018 - 22:49
La scène était un peu folle, mais c'était bien leur genre de jouer avec ce qu'ils avaient sous la main sous le moment. Ou c'était une façon de se divertir encore, ni l'un, ni l'autre ne serait jamais capable de savoir ce qui se tramait dans leurs têtes. Ni alliés, ni ennemis, même pas amis, juste un intérêt commun. Leurs frontières étaient floues, versatiles au grès des événements, mais une seule chose comptait.

-Ils seront ramené à Akimoto, ceux-là ne devront pas mourir, mais subir l'infortune tu comprends ?

Si elle voulait se venger, elle voulait surtout les punir, qu'il s'agisse là d'un exemple pour leurs partisans, que la voie qu'ils suivaient avait changé et qu'il valait mieux pour eux s'y tenir. Ces deux merdeux faisaient la révolution à eux tous seuls, gardant loin de leur vraie facette tous leurs proches. Génies ou fous dangereux ? Seul l'avenir du clan et ce qu'il deviendrait nous le dirait. Mais là, elle le massait joueuse, moqueuse, riant à la face du monde qui la croit captive et achevée. Sana' n'était là que parce qu'elle en avait envie et narguer en usant son chakra, jouant avec les flammes d'être surprise était plus excitant que tout ce qui se passait ici. Devant sa question, simplement elle haussait ses épaules.

-L'infortune nous la subissons actuellement pour notre faiblesse qui nous compromet encore. Je te souhaite que ta libération vienne dans tes vieilles années. Après une vie heureuse et bien faite mon cher cousin. Tu devras l'obtenir pour deux.

Sa lame carressait sa gorge à nouveau, ce qui la faisait sourire, certes elle méritait bien d'être libérée, car tous deux savaient à quel point la Hyûga n'avait que trop donné au final. Mais pas encore, elle avait son utilité et des besognes a achevées...

-Je mérite sûrement la libération, mais il me faudra me contenter de l'infortune encore un peu. Nul doute que nos pairs viendront couper ma tête. D'une façon ou l'autre. Aucun de nous n'empêchera ça...

Elle se laissait faire pour être replacé et à son tour profiter du tact Hyûga au bout des doigts, son seul œil le fixait, tandis qu'il s'en permettait beaucoup. Elle l'aurait sûrement cassé en deux il y avait encore quelques mois, mais là c'était agréable, qui que ce soit lui offrant, elle était définitivement seule pour de bon dans le fond de son trou.

-Parce que c'est dans l'ordre des choses.

Son ton était léger, elle souriait, parfaitement consciente du sort dans lequel elle s'était abandonné,

-Le monde est fait d'imbéciles Takumi. Et bien heureux vivent-ils en l'étant.

Une vérité qui la faisait rire joyeusement alors qu'ils naviguaient l'un sur l'autre avec proximité comme si c'était normal, alors qu'au final, il ne s'agissait là que d'une compensation ou d'un acte charitable. Sacrés Hyûga impossible à suivre. D'ailleurs, son seul sourcil visible s'arquait à l'écoute du nom.

-L'enfant du fer... ? Yoshi' ?

Un instant, la borgne s'étonnait de ce qu'il pouvait bien venir faire là, dans leurs histoires, car si il y avait bien une chose dont elle était certaine...

-Crois-moi, si tu veux que tes manigances réussissent, garde le loin d'elles. Les samourais sont à cheval avec les codes d'honneur. Le frère de l'ancien kage devra l'être encore plus vu la pression de la comparaison avec ce dernier. Tu n'as pas le niveau, c'est lui qui t'as abîmé comme ça ?

Elle se moquait alors de lui ouvertement...

-Si ça te console, on chahutait ensembles enfant, j'ai du l'arracher quelques bouts de peau.

Et l'inverse, Sana' était une béliqueuse, mais elle aimait aussi surtout jouer et tandis que son père faisait ses affaires avec les Namagasa, elle jouait avec leur futur génération. Quelle ironie en sachant qu'elle adorait Yoshitsune, et à contrario penser troublement au sujet de Chôgen, le Kage, pas l'homme, car elle n'avait connu que le personnage public qui avait accueillis les déserteurs et engendrer par là tout le bordel avec Kiri. A quoi ils s'étaient attendu franchement ? Des hypocrites. Au moins, Sanadare avait eu le cran de toujours défendre son opinion, qu'il plaise ou non à ce sujet, d'ailleurs...

-Il méritait davantage qu'Akimoto d'être le remplaçant de Chôgen. J'ai du mal à croire qu'ils l'ont relayé au second plan. Peut-être que ça ne serait pas aussi bordélique. J'adore le gros roux, il était cool avant d'être mon Kage, parce qu'il est dépassé aujourd'hui par cette fonction. Akimoto est un homme qui aime la simplicité, mais Iwa est un village à intrigue. Il faut une poigne de fer pour la tenir tranquille cette foutue citée. Tu comprends ?

Elle le fixait dans le blanc des yeux, et avec une franchise désarmante, lui avouait sans peine...

-Entre toi et Yoshi', c'est ta tête que je choisirais de faire tomber. Sois gentil avec lui. Tu as les informations que tu voulais ?

Un sourire s'étirait malgré tout.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 17 Avr 2018 - 13:30

L'alliance de l'ombre x Sanadare


私とあなたの違いを教えてください。 レベル。 それは、月を捕まえようとしている猿の物語のようなものです。 彼がどのように戦うにせよ、彼は彼が見ている水に月の反射だけです。 だから、それは水の中に沈むだけです。 時間の経過とともに、それは流れます。

Leurs intérêts respectifs les avaient menés jusqu’ici. Pour le meilleur ou pour le pire, il allait maintenant falloir aller jusqu’au bout. Jamais ils n’avaient été aussi proches de leurs buts, lui plus qu’elle. Rien ne l’obligeait à respecter ses paroles érigées en maîtresses de ce pacte il y a de cela quelques mois. Mais il ferait ce qu’il avait à faire, c’est-à-dire devenir chef de clan et supprimer le système de branches. Quant au reste…

Ils seront ramenés au Tsuchikage seulement si je ne leur tombe pas dessus entre temps. Je ne laisserais personne vivre alors qu’il a entaché l’honneur et l’image de notre clan avec un trafic immoral.

L’infortune serait probablement la meilleure des punitions mais il en valait aussi de la réputation des pupilles pâles. Si il devait être le prochain chef de clan, il déciderait sans état d’âme de tous les exécuter, en place publique si possible. L’image d’un leader implacable et impitoyable, celui qui ne pardonne pas aux traîtres ; celui qui écrase ses rivaux. Il détruirait quiconque oserait se placer entre lui et ses ambitions, leur intérêt commun faisant partie de ces dernières. Les maux dont était victime sa famille, il les réduirait à l’état de cendre. Tout le monde naît poussière et redeviendra poussière.

Mais nous savons tous les deux que cette libération dont tu parles, je la connaîtrais probablement jeune. Peut-être d’ici peu. Mais qui sait ce que le destin me réserve ? Je ferais en sorte d’être assez puissant afin de l’obtenir, tu peux me croire Sanadare.

Le ton était devenu un peu plus solennel. Sans émotion, c’est quelque chose qu’il avançait sans peine. Il ne craignait peu de choses et être trop faible était une de ces choses. Le monde dans lequel ils vivaient… tout finissait indubitablement par se régler avec la force. Les manigances et les manipulations avaient leurs limites. Si un homme devenait assez grand en ce bas monde, il s’aveuglerait à coup sûr et n’écouterait que sa propre force. Il semblerait d’ailleurs qu’un tel homme était apparu peu avant, toujours accompagné de son fameux chapeau. Il bouleversait le Yuukan comme si il frappait dans un château de sable. Ceux qui ne l’égalaient point usaient de bassesses pour lui arriver à la cheville.

C’est un simple soupir qui fut servi en guise de réponse, le monde était évidemment fait d’imbéciles. La police était à l’image de ce monde. Le clan aussi, d’une certaine manière. Il pouvait refléter ce les ténèbres qui se cachaient en la lumière. Une fausse lumière donc. Une bien sombre nitescence, celle qui trompe. Le samuraï, elle semblait le connaître tout autant que lui, si ce n’était bien plus.

Nous verrons bien à quel point le samuraï est à cheval sur son code de l’honneur. Il a un certain niveau en effet… en se remémorant ce qui pouvait difficilement être nommé un combat.

Mais je me suis chamaillé avec une toute autre personne pour en arriver là. Comme quoi, les pupilles pâles sont décidément bien querelleurs…

Derrière l’apparence froide qu’ils dégagaient et leurs yeux morbides, les nobles du Feu étaient de véritables acharnés du combat. Leur sagesse cachait cette sauvagerie dont ils pouvaient faire preuve. Pour peu que les autres les côtoyaient, la duperie ne durait jamais vraiment, fugace était-elle. Le bras qu’il avait perdu ? Cela ne le dérangeait point, surtout depuis que la Metaru lui en avait fabriqué un plus solide que le précédent. Les bandes de métal étaient recouvertes par celles des bandages utilisés pour des blessures conventionnelles. Or ici, ils servaient simplement à camoufler l'aspect sombre de son nouveau membre. Seulement, le froid ressenti au touché était toujours présent. Un froid qui contrastait avec le chaleureux de la peau humaine.

C’est évident. Le relâchement qui a lieu au sein de la Roche est un des facteurs qui a mené deux jeunes gens comme nous à en arriver là, cela ne fait aucun doute. Entre lui et moi ? avant de laisser glisser sa main sur l’abdomen de sa cousine et ce, jusqu’à son entrejambe. Sans faire attention à ce dernier, c’est un parchemin explosif qu’il déposait entre les cuisses de la jeune femme. La fête était toujours plus joyeuse avec un feu d’artifice, non ?

Il se mit doucement à sourire en se relevant, se retrouvant alors sur ses genoux en la regardant à son tour dans les yeux en laissant finalement disparaître le rictus dessiné sur son visage au profit d’une franchise désintéressée.

Pour le bien du village, il doit vivre. Et tu sais très bien que le bien des autres est ma priorité chère cousine. Être gentil ? Sanadare… Si il se montre faible, ne serait-ce qu’une fois, je n’hésiterais pas à m’en débarrasser. Sans manigance, sans manipulation. Je le tuerais de mes propres mains et dans un combat singulier. en se dirigeant vers la sortie de la cellule après avoir réajusté son kimono.

J’avais de bien sombres desseins pour cette entrevue. Mais comment pourrais-je porter atteinte à une personne qui se trouve être proche d’un homme que je tiens en respect ? Ce qui est assez rare, tu en conviendras aisément. en s’arrêtant quelques secondes devant la porte de la cellule.

Mais tu n’as point été à la hauteur de cette personne. Sais-tu ce que l’on fait subir aux kunoichi qui n’ont pas été sages ? On leur met une bonne grosse fessée. d’un œil goguenard tout en effectuant un signe de main explicite après avoir appelé les gardes.

Une fois les gardes arrivés afin d’ouvrir cette porte, il leur expliqua qu’il attendait d’eux qu’ils viennent la fouetter matin, midi et soir. Qu’un rapport de chaque séance se devra d’être amené chaque jour à son bureau de Fukutaicho et qu’il viendrait lui-même constater les faits évoqués dans le dossier apporté chaque semaine. Ne semblant que peu enclins à s’y mettre, il leur précisa que c’était une bonne façon de calmer les ardeurs de la demoiselle (quelle farceur ce Takumi) et qu’il en valait du bon fonctionnement des lieux… Sachant qu’elle ne pourrait probablement plus se servir de ses petites pattes arrières pour au moins deux bonnes semaines, elle avait tout intérêt à dire ce qu’elle avait à dire dès à présent.

Laissez moi vous montrer. toujours d'un œil fort goguenard avant d'en envoyer un chercher LE fouet bien spécifique au poste de police n°12.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Ven 20 Avr 2018 - 13:26
La menace de mort pour leurs pairs la faisait rire, mais pourtant, la fâchait aussi un peu, car comme elle lui exposait avec volupté dans le bout de ses doigts qui se promenaient avec expertise...

-Tues les si tu veux, mais fais en sorte que cela soit devant leurs partisans, pas perdu là où personne ne pourra graver l'image dans sa mémoire. Et ramène moi mon œil en passant, tu seras gentil. Son fascié changeait soudainement, pour quelque chose qui n'avait rien de calculer pour une fois. La Hyûga dans son naturel n'était ni trop souriante, ni boudeuse, cet air mutin par contre lui collait à la peau. Morte ou vivante, ramène le moi, j'ai couru après la moitié de ma vie en y repensant.

Quant à la suite, la femme agacée visiblement, déposait un doigt sur ses lèvres pour le faire taire. Encore un idiot de plus qui ne l'écoutait qu'à moitié, c'était fort dommage, tous ceux qui avaient fait ça c'étaient fait fourvoyer, à l'inverse de Muramasa qui attentif, pouvait tirer des ficelles la manipulant elle-même. Mais il n'en faisait rien, comme feu Kanon avant lui en qui elle avait toute confiance. Si son air était alors sévère, c'était qu'elle pensait un instant justement à ce dernier, la façon tragique dont elle l'avait perdu, tout ce qu'elle lui devait, tout ce qu'elle ne lui dirait plus jamais. L'impuissance ou son égoïste qui avait laissé sa mort sans qu'elle n'y intervienne de quelque façon que cela soit.

Parfois Sana' regrettait d'avoir été si individualiste, ne faisant passer que ses objectifs en premier, crachant sur les annexes en s'imaginant naïvement qu'ils n'avaient pas besoin d'elle. Peut-être que si elle s'était mêlé des affaires du village et de l'attaque Kirijins cela n'aurait rien changé, mais peut-être aussi qu'elle aurait pu être embrochée à sa place. Elle refusait de faire deux fois la même erreur, elle devait au moins ça, elle se le devait même. Sa main pinçait alors les lèvres de son homologue à la fin de sa pensée de quelques secondes dans le vide, comme un avertissement physique du même message plus docile pourtant que ses lèvres portaient : Tu n'as pas intérêt !

-Je t'ai dit de vivre vieux, ce n'était pas une requête imbécile. Je me réincarnerais même en une de tes filles pour pourrir ta vie si tu veux tout savoir de mon plan.

Bien son genre de rajouter de la légèreté dans les sujets sérieux.

-Oh et tu t'imagines ne pas avoir prochainement assez d'ennemis, il faut que tu en rajoutes ? Qui était-ce ?

Peut-être qu'un contrat aussi pouvait être posé sur la tête du gêneur. Malheureusement, Sana' savait qu'elle ne pourrait pas éternellement couvrir les arrières de son acolyte, qui n'était probablement même pas au courant de la manœuvre. La femme était douée pour se tapisser dans l'ombre et jouer des ficelles sans être soupçonnée. La pire des kunoichi après tout, la plus raté des Hyûga, la honte pour les shinobi iwajins. Ils aimaient tous la tirer vers le bas, sans même savoir que c'était elle-même d'en haut qui les invitait à le faire comme la noblesse dans laquelle elle était née lui avait appris à le faire. Hi no kuni lui manquait dans ces moments-là, une nostalgie du temps où c'était son grand-père qui tenait son rôle actuel pour elle. Pour lui offrir un avenir. Au final Sana' n'avait rien invité et peut-être même pas réussi grand chose, mais ça lui suffisait pour se sentir en paix. Peut-être aurait-elle dû aller embrasser ses grands-parents une dernière fois avec l'acte final, mais en tant que genin, elle ne pouvait le faire seul et elle ne voulait pas qu'Iwa et encore moins les Hyûga connaissent sa seule attache intangible avec eux. Sa grand-mère était une bunke, l'union avec un sôke était mal passé, d'où leur séparation avec le reste des Hyûga partis pour Tsuchy. Son amertume pour les branches était au final un héritage.

Son cadeau la faisait sortir de sa pensée, sans trop savoir encore de quoi il s'agissait.

Elle se surprenait à comprendre enfin, qu'au final, sans même s'en rendre compte, son cousin aussi avait fini par être contaminé, par aimer d'une sorte façon son aura chaotique qu'elle répandait, voilà qu'il se mouillait dans des abysses faussement réchauffés. Qu'importe ce qu'il pouvait paraître, tout était mort et gèle au fin fond de ces entrailles-là. Petit imbécile aurait-elle voulu lui dire, mais ça l'arrangeait bien qu'il participe, qu'importe la méthode du support. Qu'importe la surprise qu'elle dissimulait habilement sans relevé pour Yoshi', sachant pertinemment des deux, que ce serait le samouraï qui le découperait. Mais si Takumi se sentait de l'élan, elle le lui laisserait, l'ego était toujours bon à soigner.

-Je suis presque sûr qu'elle va aimer ça... Marmonnait un gardien qui commençait à soupçonner son masochisme. Le second haussait des épaules, qu'elle aime ou pas, si ça pouvait la tenir tranquille. En cas de rapport vous endosserez toutes les responsabilités. Lui précisait-il pour pas avoir à subir le roux.

Sans relevé, son sourcil s'arquait, la question, de qui avait-elle été à la hauteur ? Ou plutôt à quel moment avait-elle donné l'impression d'en vouloir de cette hauteur, les fossés lui réussissaient bien mieux. Le traitement soudainement ordonné la faisait rire ouvertement, laissant dubitatif les gardes bien plus encore. Elle se gardait bien de dire que sa doc perso passait régulièrement la remettre à neuf, vu qu'elle passait son temps à se détruire pour détruire les autres... Aussi le plaisir du fouet était un loisir fort attractif ne changeant rien à ses plans. Même qu'elle ôtait les couches de vêtements gênant pour mieux en profiter quand il serait arrivée.

-Mais quel coquin ce petit cousin, trois fois par jour, c'est certain qui m'en faudra plusieurs pour l'endurance. Et lui tirait la langue faute de pouvoir lui faire un clin d’œil concluant.

Heureusement Taishi était déjà passé, elle n'allait plus le revoir de si tôt et Akimoto faisait toujours l'autruche la concernant. Eiko pourrait faire des bonds éventuellement en le découvrant. Son petit esprit pervers au milieu des pensées dont il valait mieux se taire, l'amusait de si un jour elle aurait l'occasion de glisser l’anecdote à ce cher Yoshi' qu'il semblait apprécier, devant ce cher Takumi. L'idée notée, elle posait les mains sur ses hanches une tête interrogative sur le côté.

-Remercie Yoshi' alors, tu te serais gâché un bon divertissement, mais je serais chanceuse si tu me tues avant eux.

Une victoire de plus pour elle au final, de ne même pas leur laisser son assassinat. Même pas l'idée effarouchait, à vrai dire, elle aurait tué aussi s'il avait échoué ou compromis ses plans. L'un ne manquerait plus à l'autre dans l'état actuel de la trame qu'ils jouaient, les dés étaient jetés.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Lun 23 Avr 2018 - 10:58

Malgré tout, les dires de sa cousine avaient du sens. Il fallait au moins que leur mort serve à quelque chose, à défaut d’avoir pu être efficaces de leur vivant. Cela pourrait s’avérer fâcheux en effet si il ne pouvait rien en tirer. Seulement, il faudrait pour cela qu’il sache se contrôler si le moment daigne se présenter à lui un jour. Il soupira simplement à l’écoute de son œil qui lui manquait. Il ferait ce qui devra être fait, ni plus ni moins. Si le globe n’existe plus ou est perdu, il ne pourra rien pour elle. Quelque part, il fallait probablement compter sur ceux qu’il avait envie de voir morts et non emprisonnés. Quelle ironie.

Sans résistance, il laissa le soin son interlocutrice de le faire taire. Un air presque inexpressif le prit, teinté de douceur et de compréhension tout de même. Quelque chose de subtil en somme. Vivre vieux ? Quelle idée pour un shinobi ? N’étaient-ils pas ceux qui pouvaient partir en guerre du jour au lendemain ? Avoir une conversation des plus joyeuses et combattre à mort la seconde d’après ? Tout cela lui semblait être plutôt naïf, assez inhabituel de la part de la borgne. Peut-être avait-elle ce côté enfantin que personne ne lui soupçonnait, allez savoir.

C’est une femme, une princesse semble t-il. Elle a subi le même sort d’ailleurs mais je dois la revoir d’ici quelques temps. Du moins, je l’espère.

Un sourire propre à lui-même le prit sans trop de gêne. Cette “princesse” comme l’avait appelé le crapaud à Murashigure, qu’avait-elle de plus à lui dire si ils se revoyaient ? Serait-ce uniquement un combat à mort ? Ou allait-il avoir droit à une discussion des plus intéressantes ? Elle avait au moins eu le mérite de le mettre en garde sur celui que l’on nommait l’Homme au Chapeau, avant de lâchement fuir. Lâchement fuir alors qu’il était prêt à mourir sur le champs de bataille. Visiblement, tout le monde ne partageait pas les mêmes valeurs guerrières que lui.

Contaminé par elle ? Bien sûr. Tout le monde s'influençait d’une certaine manière. Elle avait amené un peu de discorde en son sein, tandis que d’autres lui inculquaient des valeurs malgré eux comme Muramasa ou encore Yoshitsune. Certaines venait parachever la formation du mental de ce jeune homme en apportant de la douceur au milieu du gros bordel qu’était son esprit dernièrement. Et tout semblait plutôt bien fonctionner, pour le moment du moins… Aucun mot en réponse aux gardes, il n’avaient qu’à rejeter la faute sur lui si quelque chose se passait mal. Endosser des responsabilités ? Cela ne semblait point correspondre avec le nom Hyûga ces derniers temps mais qu’il en soit ainsi.

Tu ne crois pas si bien dire. après s’être placé juste devant elle, en la regardant dans l’oeil (mdr).

Beaucoup avaient déjà dû le penser auparavant mais il lui manquait véritablement un grain. C’est ce qu’aurait pu dire n’importe qui et il aurait probablement raison. Mais tout mettre sur le dos de la folie n’était pas une chose sérieuse, vraiment. Quelqu’un avait-il réellement cherché à comprendre ses motivations ou encore lui faire confiance voire l’aider ? À part lui dire que ce n’était pas bien ce qu’elle faisait, qu’elle était méchante ou alors qu’elle abusait ? Idiote, elle en était peut-être une. Mais il doutait fortement que quiconque dans ce village de décérébrés et de lâches avait le droit de la qualifier d’un tel surnom. Tout cela aurait pu être évité si les personnes avec qui elle devait être proche à la base avaient fait le nécessaire. C’était dorénavant les pots cassés qu’il fallait ramasser et jeter vulgairement à la poubelle. Encore une attitude de faible que voilà. Tout était réparable et même elle pouvait être remis sur le droit chemin. Enfin, un chemin pas trop foireux au moins. Ce qu’il lui fallait ? Des gens sur qui compter et un objectif concret. Seulement, qui pourrait encore lui vouloir du bien après toute cette histoire ?

Oui bien sûr, je remercierais le samuraï.

Si il n’avait pas été de la partie, il aurait probablement trouvé une autre raison pour faire ce que bon lui plaisait. Ce petit côté pupilles pâles semblerait-il. Il saisit les hanches dénudées de la jeune femme, sans délicatesse mais sans violence, avant de la guider vers l’un des murs. Le but, l’idée derrière tout ça ? Il allait ensuite lui indiquer de se placer contre ce dernier. Elle avait le choix quant à sa position ceci dit. Les mains contre le mur et le séant en évidence afin de cibler le jugement ? Complètement se coller à lui pour laisser son corps entier se faire meurtrir ? Autre chose peut-être ? L’enchainer serait trop contraignant et prendrait un peu plus de temps. Aussi, il gardait cela pour une autre fois. Enfin, si il la recroiserait d’ici là.

Pas trop froid j’espère ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mar 24 Avr 2018 - 18:31
Une princesse ? La borgne se demandait s'il s'agissait d'une métaphore ou bien s'il était sérieux, bien qu'au final, cela ne changeait pas grand-chose au fait que cela la faisait rire. Ils avaient un don pour attirer les aliénés, eux même en étaient et en plus ils aimaient ça.

-Je vois, dans ce cas essaie de la maltraiter autant qu'elle ne le fait, sinon elle ira voir ailleurs, tu sais.

C'était plus parlé pour parler, Sana' s'en foutait de cette histoire qui semblait finalement qu'un jeu tordu de plus de son cousin. Bien sûr elle narguait les gardes qui grinçaient déjà des dents en la voyant se réjouir comme attendu, ce n'était pas une punition pas vrai ? Pourquoi continuer à l'appeler ainsi, alors que personne n'était crédule. Une bonne excuse en plus pour faire venir plus souvent sa Chichi-chan, le temps lui paraîtrait moins long et au final, tout semblait toujours rejoindre ses intérêts. À défaut d'avoir une vie de merde, Sanadare se voyait toujours tous ses caprices exhaussés. Aucune réponse à l'affirmation de son cousin, au contraire, la Hyûga avait toujours parfaitement pesé ses mots et ses actes. Jamais rien n'était un hasard ou un coup de tête, cela demandait une grande maîtrise de soi et ironiquement, c'était Yoshi' qui avait déteins sur elle à ce niveau-là ou plutôt l'enseignement qu'il recevait et qu'elle guettait d'un oeil curieux. Dommage qu'elle tournait toujours tout dans la plus obscure des utilisations.

Le fouet était un vieil ami, son mentor, d'une vieille génération, alors qu'elle était perdue en avait usé à l'excès sur tout son corps qui en gardait des stigmates encore. Tout d'abord il lui avait dit qu'avoir mal, c'était la preuve d'avoir un corps en vie. De l'être par extension ? Mais aussi de connaître la douleur, c'était savoir la proportionner au moment de l'infliger. Il était bien peu plaisant de faire s'évanouir sa victime trop tôt sans qu'elle ne puisse profiter de toute sa séance. Et enfin, à force de la subir, on finissait par s'y habituer, la réduire parfois devenait-elle insignifiante, parfois rappelait-elle à chaque coup qu'on était sortie du fond du trou pour rire à la face du monde de son échec. Voilà pourquoi la punition était satisfaisante, l'origine d'un certain masochisme que les simples d'esprit n'annonçaient qu'à la folie. Pourtant la borgne leur avait montré multe fois à leur dépends qu'elle était d'une terrifiante complexité.

-D'ailleurs, puisque tu le connais, pour son mariage, est-ce qu'on me sortira avec ma cage ? Ou juste une escorte spéciale... Elle se moquait bien sûr. Dis-lui de me trouver un kimono rose et des oranges pour l'occasion. Il comprendra.

Là-dessus, c'était laissé faire, la femme se courber en avant, ses mains sur le mur gelé, merdeuse comme elle avait toujours été, avant cela, elle claquait sa fesse elle-même pour indiquer son point d'impact préféré. Les gardes soupiraient, d'autres grognaient un peu et elle riait de plus belle, parce que c'était amusant de les voir impuissants comme ça face à cette folle qui semblait aimer toutes les manigances qu'ils inventaient pour lui pourrir la vie. Et se désolaient de voir tous les visiteurs de leur bourreau la gâtait plus qu'elle ne le méritait. Petite Hyûga pourrie gâtée qu'elle avait toujours été, dans son clan, dans la forêt, ou bien à Iwa.

- Si justement, je m'en vais bientôt grommeler, c'est ton devoir de me réchauffer.

Son ton était moqueur, son sourire en disait long, c'était ce village qui était taré, pas elle finalement.

-Allons, allons ! Pressons ! J'ai un planning serré, si je veux pourrir la vie de la garde nocturne il va falloir abréger.

Nop, elle ne les narguait, ça serait vraiment le cas, avec ou sans coups de fouet, Sana' avait un don pour faire tourner le monde à sa guise vers la folie.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Jeu 26 Avr 2018 - 15:05

Voir ailleurs ? Elle avait ses charmes la gredine mais visiblement pas assez de manières pour avoir saisi l’essence même des désirs du Hyûga. Durant l’affrontement, bien des choses s’étaient produites mais cela ne s’arrêterait point là, non. Il retournerait au pays de la pluie, entrant par la grande porte et sans se cacher cette fois. Blagueur et grosses couilles comme il était, il irait se prendre des yakitoris au resto du coin et attendrait au milieu du cratère qu’il avait précédemment causé en les mangeant, histoire de se dire que la boucle serait bouclée après un énième combat.

Le sujet du mariage de Yoshitsune fut abordé, ce qui attira légèrement l’attention de Takumi sur elle. Un mariage ? Il n’était pas mis au courant mais peu importait finalement, il n’avait rien à y faire et ne voyait pas pourquoi il ferait passer son message, ni même pourquoi il l’aiderait à y aller.

Je verrais ce que je peux faire.

Bon de nature (mdr), il était sincère sans pouvoir lui affirmer qu’il ferait quoi que ce soit. Ces histoires l’intéressaient peu, pour ne pas dire pas du tout. Cela pouvait bien unir deux personnes pour la vie, un moment important, il ne les connaissait pas réellement donc n’en avait que faire. Et puis, cette histoire de mariage pouvait tout aussi bien être un autre mensonge de la crinière argentée, il n’en fit alors que peu de choses. Cela lui reviendrait peut-être si le samuraï lui en parle plus tard.

Elle demandait à être réchauffée, demande qui ne tarderait probablement pas à se faire attendre. L’instrument des douces symphonies nocturnes du poste de police n°12 fit son entrée de scène. On pouvait dire de ce dernier qu’il était un concentré de technologie certain, rassemblant en son sein les idées et élucubrations les plus perverses des scientifiques de la Roche. C’est le vent qui vint soulever ce qui s’apparentait en premier lieu à un fouet des plus simples et banaux. Venant tout d’abord caresser les courbes généreuses de la jeune femme, c’est le premier coup qui part à l’endroit qui fut précédemment claqu. Quelques mécaniques s’étaient activés au moment du choc, libérant un peu de lave de Borukan gardée “fraîche” grâce à divers fuinjutsus. Les subtiles éclaboussures incandescentes venaient ronger les murs et le sol, mais aussi et sans peine la peau de Sanadare. La scène était dangereuse, d’où le fait que ce fut le vent et non sa propre personne qui portait le divin outil.

Allez me chercher de quoi me sustenter, je vais en avoir pour quelques heures avec elle.

Les dires se voulaient sans appel, sa faim et sa soif commenceraient bientôt à le frapper et son imagination n’en serait que mieux nourrie pour la suite. Aucun mot pour elle, il n’y avait rien à dire, si ce n’était qu’elle n’avait plus qu’à profiter de la situation. Aucun mot sauf peut-être une pointe de curiosité lâchée tandis qu’il se posait à nouveau sur le lit de fortune.

C’est en étant une vilaine fille que l’on s’attire les meilleures punition. Mais ça, je ne te l’apprend pas, n’est-ce pas ?

Il soupira tout de même, repensant au fait que personne n’avait réellement cherché à lui porter atteinte car elle était protégée par le Nidaime ou d’autres encore. Un village rempli de lâches et sans honneur. Mais bon, il ferait avec.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Sam 28 Avr 2018 - 23:07
Ces tordus de Hyûga quand même. Ledit Fouet finissait par se présentait, et la requête du repas de son cousin la faisait rire quand même, il fallait être sacrément atteint pour avoir envie de manger dans ce genre de circonstances. Leur clan ne savait définitivement créer que d'étranges spécimens désensibilisés dès le plus jeune âge, aux frontières plus floues et larges que la moyenne.

-Évidemment que non, je pourrais t'en donner mille des leçons sur la question.

Le premier coup épousait son corps avec une rare vivacité, la surprenante brûlure lui coupait l'envie de sourire sur le coup, c'était plus violent que les ordinaires couse de fouets qu'elle avait reçu en masse dans sa vie? M'enfin, c'était le temps de s'y habituer, d'autant plus que l'avantage de ce petit bonus était qu'il cicatrisait les plaies aussi vite qu'il les ouvrait. Certes c'était une grave brûlure qui massacrait progressivement tout l'arrière de son corps, l'obligeant à mute pour ne pas donner le plaisir de gémissement à ses spectateurs. Plus têtue et fière que ça, tu mourrais !

Ceci dit, trop de silence, cela faisait petit joueur, alors après un long temps de concentration, cette femme étrange arrivait à rire de chaque coup, avec ce sourire d'aliéner qui la faisait passer pour la folle finie qu'elle n'était pas tout à fait. La notion du temps se perdait alors, un jeu d'endurance envers lequel la Hyûga ne voulait pas perdre. Elle endurait, désespérant sa garde devant ses réactions démesurées, alors que bientôt seul le support des ses doigts enfoncés dans les failles rocheuses la retenaient droite. Il aurait suffi de s'écrouler pour cela s'arrête, mais ce n'était pas le genre de défaillance dont elle était capable et son cousin s'en doutait sûrement d'où le fait d'allonger le plaisir pour tester les limites du déraisonnable.

Le corps était rougi, sanglant, enfin, ses cuisses, ses mollets, son fessier, son dos et l'arrière de ses bras du moins. La lave avait brulé ses cheveux, écoulant lentement les mèches au sol petit à petit lui rendu une coiffure similaire à son arrivée. Les côtés de son ventre avaient parfois subi les assauts, comme une des ses joues les éclaboussures. L'état était piètre et peu recommandable à regarder, mais l'amusant était que Chichi la remettrait comme neuve, et qu'il viendrait la détruire à nouveau. Combien de temps ce jeu pouvait durer. Cet aspect sombre des Hyûga laissait perplexe les gardiens de la prison, qui silencieux assistaient à la scène des plus étranges, ne sachant trop comment réagir à cette dernière.

À la fin de la punition dont personne n'était sûr qu'il s'agisse d'une ou non, un duo de ces derniers l'attrapaient, comme ils pouvaient ceci dit, pour la jeter sur son lit, face contre le matelas plumeux qui se souillait de son sang. C'était que ses membres la portaient à peine, mais elle était consciente encore, avec son sourire malsain, et son seul oeil les fixant. Étrange créature, dont on refermait la cage et qui attendait que les pas s'éloignent pour clore enfin sa paupière et se reposer d'une oreille seulement. C'était un bon moment pour espérer ce débarrasseur du problème qu'elle composait, même Takumi y avait pensé, son supposé allié. Rien d'anormal, c'était les règles du jeu de ce clan de manipulateurs et de manigances.

Au fond, elle était née dans cette ambiance et ne pouvait qu'y baigner jusqu'à la fin non ?

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Dim 29 Avr 2018 - 2:17

Le silence suivit l’affirmation de sa cousine, il n’y avait rien à redire : elle avait raison. Elle était bien la pire et la plus dérangée des deux, semblerait-il. La borgne avait pris sur elle, tout ce qu’il y avait à prendre, elle l’avait pris. Jouant à des jeux peu orthodoxes et non recommandés pour le commun des mortels, voilà que ce qui s’apparentait visiblement aux derniers moments vécus de la jeune femme étaient apparus. Elle allait mourir comme elle avait vécu. Probablement dans l’indifférence la plus totale, dans la souffrance la plus grande et sans la moindre tendresse. Triste vie que voilà. Le corps empourpré par les coups et les meurtrissures, voilà que les gardes l’avaient placé à plat ventre sur le lit. De toutes évidences, elle n’avait plus les capacités de se mouvoir.

Veuillez nous laisser seuls à présent.

Il avait lancé cela aux gardes, ayant des paroles à faire entendre à la Hyûga. De pupilles pâles à pupilles pâles, ils allaient devoir échanger un peu, une dernière fois. Les gardes partis, Takumi s’asseya près de Sanadare. Il constatait les dégâts tandis qu’il se débarrassait du parchemin explosif qu’il avait posé sur son entrejambes plusieurs heures plus tôt. Imbibé de sang et de sueurs, il n’était plus fonctionnel de toutes façons. Peut-être était-ce une question de dignité ?

Je me dois de boucler la boucle, Sanadare.

En lui lançant un regard mêlant compréhensif et pitié, cela pouvait très bien être une façade ou alors le véritable reflet de son âme. Il ne tenait qu’à elle de comprendre ce qu’elle avait envie de comprendre, c’était une grande fille après tout et nul doute qu’elle était bien meilleure que lui en manipulation. Lui ? Il ne pensait pas à grand chose, ayant plus ou moins fait le vide dans son esprit pour l’occasion, se concentrant ainsi sur ce qu’il avait à dire et à faire.

Je tuerais tous ceux qui sont au courant de l’histoire. Cela inclut autant les Hyûga que les externes. Ceux ayant accès aux dossiers que je n’ai moi-même pas vu, ceux qui savent ne serait-ce que le moindre détail nous liant d’une manière ou d’une autre, les têtes des autorités ayant laissé tout cela se produire.

Le jeune policier vint alors déposer sa main sur la joue de celle qui partageait son sang, en la regardant doucement. Elle ne devait plus avoir de force, même pour parler. Quoi qu’il en fut, il continua en caressant doucement la chair de la pupilles pâles.

Et je commence par toi, te libérant ainsi de ton supplice. J’aurais aimé que tout cela n’ait point eu lieu, que nous nous soyons connus dans d’autres circonstances, que toutes ces personnes n’eut point à mourir. Nous sommes des monstres. Et que font les monstres, Sanadare ?

Takumi dégaina alors son katana chargé de chakra pour le déposer sous la gorge de son “interlocutrice”, restant froid bien qu’il pouvait faillir et montrer un air dépité. Mais il ne devait pas faiblir. Pour lui et pour elle, montrer un peu d’amour propre, d’honneur, de fierté (peut-être mal placée d’ailleurs).

Saches que tous les vivants ne vivent pas… Et puis… C’est la même chose tu sais… Qu’on meure ou qu’on vive, les deux côtés souffrent de la solitude. Taches de bien te faire voir de l’autre côté et ne m’attends pas trop impatiemment. Quelque part, j’ai hâte que l’on se retrouve. Et là, peut-être que là… Je verrais ma cousine sous un jour nouveau, sous un jour resplendissant. Adieu, Sanadare.

Avant de la décapiter sans aucun état d’âme, du moins en apparence. La suite n’allait être que plus compliquée à présent. Mais comme toujours, il ferait ce qu’il avait à faire. D'ailleurs, Sonkeisuruhito venait de goûter au sang pour la première fois. Et elle était affamée, elle était assoiffée. Elle criait, appelant la chair et le sang, ce que le Hyûga lui apportera tôt ou tard. Et ce, de manière abondante. En guise de "respect", il ramassa les vêtements de la jeune femme qui jonchaient le sol avant de les poser doucement sur son cadavre. Rangeant le sabre dans son fourreau, il partit de la prison dans le plus grand des calmes.



Spoiler:
 



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

L'alliance de l'ombre - Takumi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: