Partagez | 

Sarutobi Shûsuke


Dim 15 Avr 2018 - 14:25

Informations du personnage


Nom : Sarutobi
Prénom : Shûsuke
Sexe : Mâle
Année de naissance : 185 (16 ans)
Pays d'origine : Hi no Kuni
Capacité Spéciale : Aucune.

Description du personnage


S’il fallait vous présenter Shûsuke en un concept, le résumer à un mot précis, ce serait l’indifférence. Ce monde lui importe peu. Ses parents lui importent peu. Sa vie elle-même lui importe peu. Il affiche presque en permanence une moue désabusée, qui semble presque fixée sur son visage. C’est avec cette expression neutre, froide, qu’il contemple le monde, sans jamais tressaillir à ce qu’il y voit.
J’aimerais vous écrire qu’il n’a pas toujours été ainsi, vous raconter un terrible traumatisme qui l’a fait changer alors qu’il n’était encore qu’un enfant, mais ce ne serait pas honnête. Le jeune homme ne se souvient pas avoir jamais été autrement, et ses parents ne peuvent pas vraiment le contredire à ce sujet non plus. De bébé silencieux, il est devenu un bambin calme, un enfant ennuyé.
Sarutobi Shûsuke a grandi au milieu de la guerre civile qui a déchiré le Pays du Feu par les entrailles. Plus encore que cela, cette guerre a atteint le clan Sarutobi, dont les membres n’ont pas su se mettre d’accord sur la faction à rejoindre, provoquant encore plus de violence. Aussi loin qu’il se souvienne, Shûsuke n’est jamais resté longtemps au même endroit ; ses parents ne souhaitant pas prendre part à la guerre, ils bougeaient sans cesse, s’efforçant de ne jamais être rattrapés par les différents camps qui pourraient vouloir les recruter. S’il est facile d’éviter les soldats, personne n’évite la guerre ; le jeune garçon ne marchait qu’à peine lorsqu’il vit son premier cadavre. Il fut, dès le plus jeune âge, confronté à la dure réalité de la fragilité de l’être humain ; il apprit bien plus vite que d’autres à quel point il est facile de passer de « vivant » à « mort ». Ces mots n’ont pas grand sens à ses yeux, en cela qu’ils ne sont que des concepts vagues, flous, toujours changeants.

Oui, on peut dire, d’une certaine façon, que cet enfant est déconnecté du monde. Paradoxalement, c’est ce qui fait de lui un bon shinobi : ses émotions ne sauraient se mettre en travers de ses actions, et il n’y a aucun code moral pour l’empêcher d’agir.

Histoire du personnage


Qu'est-ce qui a amené votre personnage dans le village ?
Shûsuke est né et a vécu pour l'essentiel de sa vie dans le pays du Feu. Ses parents étaient des membres du clan Sarutobi, une importante faction dans la guerre civile qui a déchiré le territoire pendant de longues années à la suite du départ du clan Nara. Le clan était à l'image de Hi no Kuni : incapable de se mettre d'accord. Certains membres ont voulu soutenir et rejoindre le Soshikidan, tandis que d'autres étaient formellement contre. Certains voulaient bâtir un village ninja à eux, d'autre non. Les hommes et les femmes d'une des plus grandes familles du pays ont commencé à se battre entre eux, réduisant drastiquement leur propre nombre à force de s'assassiner mutuellement, et la rancœur gagna bien vite la génération suivante.

Les parents de Shûsuke étaient parmi les indécis : incapables de choisir l'une des factions, ils auraient voulu que le clan se mette d'accord démocratiquement, après quoi ils auraient simplement soutenu la majorité. Mais ce n'était pas aussi simple que ça, et à défaut d'être les alliés de qui que ce soit, on les informa qu'ils seraient les ennemis de tout le monde. Alors ils firent le choix des braves, et prirent leurs jambes à leur cou, emmenant leur fils avec eux jusqu'à Kumo.

Suite à la prise de pouvoir du Soshikidan, les conflits internes des Sarutobi semblèrent s'être calmés, et le couple décida donc de revenir dans leur famille. Ils laissèrent cependant leur fils unique dans le village caché des Nuages, sous la tutelle de celui-ci ; juste au cas où. Shûsuke ne sait pas s'ils sont morts, et en toute honnêteté, le jeune homme n'ira pas vérifier.

Il a rapidement été enrôlé dans l'académie ninja du village, et c'est tout récemment qu'il a officiellement été nommé Genin de Kumo. Selon lui, on ne peut qu'apprécier l'ironie de la situation : il a été placé à Kumo pour pouvoir échapper à la guerre si bon lui semblait, et voilà qu'il se retrouve soldat sans qu'on lui ait vraiment demandé son avis.

Quel regard porte votre personnage sur le reste du monde, et surtout sur les autres factions ?
Shûsuke est quelqu'un de profondément blasé. Il n'a aucun amour pour le village de Kumo, légalement son tuteur, pas plus qu'il n'en a pour les autres villages. Le concept même de politique l'agace et l'ennuie. Les intrigues auxquelles se livrent toutes les factions sont pour lui d'un ennui mortel, et il n'aspire qu'à une chose : l'indépendance pure et simple, quand bien même il la croit impossible.
Le jeune homme n'a aucune loyauté particulière à l'heure actuelle, mais l'idée de trahison lui semble bien trop fatigante. Il a réussi à n'être ni un danger, ni un atout. Il est juste là, et suit les ordres que le village lui donne parce que subir une sanction disciplinaire est bien plus déplaisant.
Dans l'ensemble, on peut dire de Shûsuke qu'il n'approuve simplement pas la société ninja telle qu'elle est en train de se construire sous ses yeux.

Racontez un événement marquant de la vie de votre personnage.
Pour un enfant né au beau milieu d’un pays en guerre, Shûsuke vécut des premières années étonnamment tranquilles. Afin de ne pas avoir à choisir un camp ou un autre dans la guerre civile qui déchirait le pays du Feu et le clan Sarutobi tout à la fois, ses parents avaient décidé de s’éloigner de toutes les institutions qu’ils avaient connu jusque-là, ne restant jamais bien longtemps au même endroit. Le garçon aux cheveux de jais eut donc une enfance de nomade, à errer sans cesse dans les colossales forêts qui recouvraient une bonne partie du pays du Feu, évitant les escarmouches entre le Soshikidan et ceux qui s’opposaient à leur règne.

Un événement marquant dans la vie de Shûsuke ? C’est là quelque chose de bien complexe que vous demandez pour un jeune homme encore aux portes de l’enfance, que l’omniprésence de la guerre n’a affecté qu’en le rendant indifférent à ce qui l’entourait. Il y a peut-être eu ce terrible matin où il a dû se passer de petit déjeuner, ou cette journée-là où il a plus du matin au soir. Des mauvaises journées, il en a connues ; des bonnes aussi. Mais rien n’a jamais affecté durablement la psyché distante de ce garçon, qui, dans le fond, se moque un peu de tout ce qui l’entoure, et n’accorde qu’une importance mineure aux événements de sa vie.

Aussi, si je devais citer un jour, ou une période, qui a radicalement affecté la vie de Shûsuke, il faudrait oublier l’aspect psychologique du terme « marquant ». Car si sa rencontre avec Wazamono a pu avoir une influence sur sa vie actuelle, le vieil homme n’a réussi à transmettre ni ses valeurs, ni son caractère à son jeune élève ; et à vrai dire, il est fort peu probable que le maître ou le disciple ressente le moindre amour l’un envers l’autre. C’est peut-être cela qui les a rapprochés : deux êtres sans amour pour leur monde.

Le jeune nomade avait rencontré le vieux samuraï au milieu d’une forêt épaisse, dont les arbres avaient des troncs larges comme dix hommes. Un endroit idéal, aux yeux de ses parents, pour rester cachés quelques mois, avant de devoir bouger à nouveau. Un matin, une heure avant l’aube, alors que le monde se teintait à nouveau de gris, Shûsuke s’était aventuré en dehors de la hutte familiale, ressentant l’envie de découvrir un petit peu les environs de cet endroit qu’il ne connaissait pas encore. Son habituel air ennuyé placardé sur son visage, ses yeux pâles reflétant le peu de lumière qui traversait les épais feuillages, il laissait ses jambes le guider entre les racines ; même à 14 ans, il marchait déjà comme il vivait : sans le moindre objectif. Lorsqu’il vit Wazamono, il le prit pour un cadavre. C’était un vieil homme au visage défraîchi par les années, couvert de sang, allongé contre un arbre, avec un long sabre noir planté au travers du corps. Lentement, le garçon s’était approché de lui, sa curiosité éveillée par l’arme. Ce n’était pas son premier cadavre, loin de là ; mais qui laissait un sabre en aussi bon état dans le corps de sa victime ? Alors que son visage s’approchait de celui du vieux, il ouvrit brutalement les yeux.

« … Gamin. T’aurais pas un peu d’eau ? J’ai la gorge sèche. »

Légèrement surpris, Shûsuke s’était contenté de lui tendre une gourde pleine, avant de reculer de deux pas. Il devait s’avouer décontenancé ; le vieil homme avait beaucoup de sang en dehors de son corps, pour un type encore en vie.

« Vous participez à la guerre du pays du Feu ?
- C’est mon métier, ouais.
- Vous êtes mercenaire ? »

L’homme, après une longue rasade d’eau, acquiesça silencieusement. Il posa une main sur le sabre qui s’était planté entre ses côtes, avec un air ennuyé plus qu’autre chose.

« Enfin, je pense qu’on peut parler de moi au passé maintenant. Je suis venu du pays du Fer avec mes tripes et mon sabre, et voilà que le deuxième se retrouve dans les premières. »

C’était une rencontre étrange, qui n’avait presque rien de ce monde. Wazamono n’avait pas peur de la mort ; il était simplement vexé que ses adversaires de la veille l’aient planté avec son propre sabre. Shûsuke, lui, était trop incapable d’empathie pour s’inquiéter pour le vieux guerrier. Pour être parfaitement franc, il attendait que celui-ci décède proprement pour récupérer la longue lame noire. Pour une raison qu’il ne s’expliquait pas, elle lui plaisait.

« Mon sabre te plait, gamin ?
- Il est beau.
- T’aimes les lames couvertes de sang ? T’iras loin dans ce monde, toi. Tu sais te servir d’une épée, au moins ? »

Le garçon répondit à cette interrogation par un simple non de la tête, alors le vieux lui expliqua. Il lui raconta les entraînements quotidiens des jeunes guerriers du pays du Fer, il lui expliqua également quelque base de kendô, tandis que Shûsuke écoutait silencieusement, laissant toutes ces informations s’accumuler dans un coin de sa tête.

« Heh, c’est mal vu pour un samuraï de passer l’arme à gauche sans laisser un disciple derrière. Pour prolonger l’héritage, tout ça. Quand tu commenceras à avoir des cheveux gris et que t’auras perfectionné ton art, un conseil : n’attend pas d’être planté à un arbre.
- J’y penserai.
- Tu sais, tu peux t’estimer chanceux. Quand un gamin devient le disciple d’un samuraï, il doit le subir pour plusieurs années. Toi, ça ne fait même pas une heure que tu me connais, et tu vas bientôt être tranquille.
- Je serais pas resté plusieurs années.
- Je m’en doute bien, c’est écrit sur ta tronche. Je m’appelle Wazamono. Pas de nom de famille.
- Sarutobi Shûsuke. » Il haussa un sourcil en voyant le vieil homme éclater de rire. « Mon nom est si drôle que cela ?
- Je crois que c’est un cousin à toi qui m’a planté là ! »

Aussi indifférent au malheur d’autrui soit-il, Shûsuke ne put retenir un petit sourire. Quand l’ironie se présentait à lui de façon aussi évidente, même ce blasé petit garçon se laissait aller à rire.

« Allez gamin, enlève-moi ce sabre du corps et il est à toi. L’hémorragie va reprendre d’un seul coup, ça m’achèvera rapidement. J’ai agonisé assez longtemps, et tu as de quoi de faire des bases solides si tu t’appliques. Le reste, il faudra te débrouiller tout seul.
- Hmm. Vous êtes prêt ?
- Ouais. »

D’un geste sec, Shûsuke tira sur le sabre, et l’agita dans les airs pour enlever un peu du sang qui le souillait. Wazamono prit une inspiration difficile, plaçant par réflexe sa main sur la blessure qui saignait de nouveau. Avec une voix affaiblie, il regarda le jeune garçon, et eut un mince sourire.

« Eh, pour la forme… Tu veux pas m’appeler Maître, juste une fois ?
- Si vous voulez. Maître.
- Hm. » Wazamono eut le sourire de celui qui s’y attendait. « C’est pas terrible. Tu dois mal le dire. »

Shûsuke haussa les épaules. Pas terrible, pour des derniers mots.
Quel est l'objectif principal de votre personnage ?
Shûsuke n'a, par essence, aucun objectif particulier. Il se laisse flotter dans un monde qui ne lui importe pas du tout. Il suit les ordres qu'on lui donne parce que c'est plus simple que trahir, mais ne partage pas les convictions de son village, et encore moins celles des autres.
Si vraiment il fallait lui donner un objectif précis, ce serait sans doute "se construire une vie confortable", ou peut-être même "se trouver un objectif".

A propos du joueur


Origine de votre avatar : Tensa Zangetsu, Bleach
Indiquez votre parrain, si vous en avez un : Zhang Kaedlin
Est-ce un changement de personnage ? Non.
Est-ce un double compte ? Non plus.
Quelque-chose à ajouter ? De la sauce curry. Il faut toujours ajouter de la sauce curry.



Dernière édition par Sarutobi Shûsuke le Lun 16 Avr 2018 - 0:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 15 Avr 2018 - 17:07
Hello o/

Simple formalité, mais avant que l'un de nous ne passe à la lecture/validation de ta présentation, je voulais simplement m'assurer que tu avais eu l'autorisation de @Nagamasa Yoshitsune pour jouer un samouraï n'appartenant pas à son clan. Préviens-nous si/lorsque se sera fait !

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Lun 16 Avr 2018 - 0:37
Bonsoir !

J'avais effectivement complètement oublié de demander (à vrai dire, une mauvaise lecture de la liste des capacités spéciales m'avait poussé à croire que je n'en avais pas besoin ; en y prêtant un peu plus attention, c'est effectivement pourtant écrit noir sur gris).
Yoshitsune ayant refusé ma demande, je vais donc proposer une autre capacité spéciale, quitte à tenter de convaincre un authentique samuraï de m'entraîner en RP pour en faire une maîtrise par la suite.
Ce qui change pour Shûsuke, c'est simplement que Wazamono lui a appris à se débrouiller avec un sabre, et non y concentrer du chakra comme le font les samuraï.

Je vais faire une proposition de CS sous peu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hier à 6:52
Je me permet le double post pour signaler que je commencerai donc sans capacité spéciale ; ma fiche est par conséquent terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sarutobi Shûsuke

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Hors role play :: Présentations :: Présentations de Kumo
Sauter vers: