Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» La flêche et la rapière_PV Ashikaga Gabushi
Aujourd'hui à 9:03 par Ashikaga Gabushi

» 07. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 8:56 par Borukan Rikyu

» [C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU
Aujourd'hui à 8:41 par Arie Yoorasia Hahn

» L'eveil
Aujourd'hui à 8:17 par Setsuna Kurai

» Flocon de neige - Rakka
Aujourd'hui à 3:53 par Chôkoku Diao

» [Terminée] Shiro Tsikuyi
Aujourd'hui à 3:50 par Nagamasa H. Takumi

» Un Vent Nouveau [Gabushi]
Aujourd'hui à 3:42 par Ashikaga Gabushi

» Invitée de Toph [Diao]
Aujourd'hui à 3:25 par Chôkoku Diao

» Le laisser passer A38
Aujourd'hui à 3:07 par Yuki Rakka

Partagez | 

Performances (M. Reiko)


Lun 16 Avr 2018 - 0:20


Mes récentes expériences à Hi no Kuni m’avaient appris de nombreuses choses, sur mes faiblesses tactiques, et sur ce qui faisaient qu’on ne pouvait pas vraiment me qualifier de shinobi. Il était vrai qu’en dehors de la médecine je n’avais jamais rien développé d’autres ; que ce soit ma capacité à me battre, ou à me défendre. J’étais une novice dans bien des domaines que réclamaient le statut et les responsabilités qui lui incombaient, et je devais m’améliorer. Pour le coup, une somme assez conséquente de travail m’attendait et si je n’aimais pas l’idée de battre frontalement, d’avoir à me rendre sur un champ de bataille… Je devais me forcer.

Heureusement, Kumo regorgeait de ninjas plutôt talentueux qui pourraient sans doute me venir en aide. J’avais trois domaines à améliorer, dont le taijutsu ; je n’étais pas complétement débutante au corps à corps mais je devais bien avouer qu’à mettre un coup de poing dévastateur, je ne savais pas faire grand-chose d’autre. Je devais éprouver davantage encore mes faiblesses, et mes talents et pour ce faire il n’y avait meilleur que… Reiko. Je n’avais aucun mal à l’admettre, et davantage encore depuis ses exploits lors des affrontements contre le Shoshikidan. Il n’y avait qu’une seule difficulté dans tout ceci : la trouver.

La jeune femme était insaisissable, autant au combat, que dans la vie de tous les jours. Je ne la croisais que lorsque quelque chose allait « mal », étonnement. Comme cette matinée, quelques semaines auparavant, lorsqu’une Kumojin, Yuko, m’avait demandé de lui fournir du poison, sans passer les vois officielles. Un genre de superwoman arrivant toujours à point nommé, sachant ce qu’il fallait, à chaque fois. J’aimais bien cette Metaru, nous avions, à peu de chose près, le même état d’esprit : l’objectif. Et donc, ne sachant toujours pas comment la trouver, je m’étais rendue, en ce début d’après-midi, aux terrains d’entrainement, dans l’espoir, peut-être de l’y croiser.

Mais non, à part deux jeunes ninjas s’entrainant à la manipulation de l’eau… Rien. Personne. Je m’étais assise sur le bord, les observant un moment. Il était sans doute plus facile de devenir un vrai shinobi en commençant tout en bas de l’échelle… Mais maintenant, j’avais cette volonté, et je ferai le maximum pour y parvenir, et être plus… utile que je ne l’étais déjà. Ce serait difficile, j’en avais amplement conscience.


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Lun 16 Avr 2018 - 3:14
Frustrée...

Il y avait énormément de colère en toi, celle-ci provenant de diverses sources, plus ou moins variées... Néanmoins, le fait était qu'il fallait que tu décompresses, que tu te soulages, que tu trouves à un moyen de libérer toute cette rage qui te rongeait littéralement. Toi qui pourtant n'était que colère, ne pouvait décemment pas garder ça en son sein durant un temps infini. Même toi, tu avais tes limites...

Et pourtant, il n'y avait personne pour t'aider. Encore une fois, tu étais seule. Tel un quotidien bien trop ancré dans ta peau, tu ne pouvais le fuir... Malgré la guerre, le chaos, la fin du monde, tu vivais toujours la même chose, encore et encore. A quoi bon lutter... Tu devrais certainement péter un câble et te défouler sur tout ce qui bougeait autour de toi. Ou même ce qui bougeait pas, cela n'avait pas vraiment d'importance.

Mais bon...

Tu devais tenir... Ainsi, tu avais passé une bonne partie de ta matinée à meurtrir ce mur qui t'avait vu grandir. Cette fois-ci, tu avais donné tellement d'ardeur qu'il avait encore reculé de plusieurs centimètres au sein de cette montagne. A force, nul doute que tu allais finir par en faire un tunnel, apte à y faire passer tout le village. De toute manière, c'était bien le seul moyen que tu avais trouvé pour te détendre.

Enfin... Détendre était un bien grand mot...

Mais toutes les bonnes choses avaient une fin. Et même cette solution ne pouvait plus te satisfaire après un certain temps... Ainsi, tu avais erré dans le village avant de jeter un coup d’œil aux terrains d'entrainements. Ils y avaient toujours des suicidaires voulant remettre ta réputation en cause et s'attaquant ainsi à toi. Si d'habitude tu ne faisais que les envoyer à l'hôpital, tu ne pouvais en cet instant pas garantir leurs survies.

Mais étonnamment, il n'y avait personne... Du moins pas de fou suicidaire... Te posant alors au milieu de celui-ci, tu ne vins même pas remarquer Sazuka qui était non loin d'ici. Non, tu te mettais simplement assise là, au milieu, attendant que quelqu'un se présente pour te soulager. En cet instant, tu méditais presque avec toi même, ces derniers temps il s'était passé tellement de chose...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 16 Avr 2018 - 18:06



J’observais toujours les deux jeunes gens s’entrainant au bout du terrain, ils n’étaient pas si mauvais que ça. Un garçon et une fille semblant assez complices, sûrement des coéquipiers. A l’instar de ces deux-là, je ne m’étais jamais vraiment entraînée à la manipulation de mes affinités, ni même d’autre chose que ce chakra bien particulier qui m’habitait depuis toujours. Le seul rôle dans le lequel j’étais à peu prés convaincante, c’était celui de médecin et d’Eisei-nin –oui parce que les deux n’étaient pas la même chose, il fallait le souligner- bien que j’avais ouïe dire, depuis tout ce qui s’était passé au pays du feu, avec ces adversaires redoutables et le raïkage ; que ma fonction était… remise en cause ?

Je n’avais jamais caché, et on ne me l’avait de tout façon pas demandé ; que je n’étais pas une servile soldate. Il y avait un nombre de raisons l’expliquant dépassant d’assez loin le seul fait de mon caractère. Lesquelles je n’avais pu expliquer à personne. Il était pourtant si simple de poser les bonnes questions. Et encore plus d’en obtenir les réponses de ma part. Et tout ceci… Me faisait presque déprimer, même si dans le fond… Ce que pensaient les autres de moi me glissait dessus comme l’eau sur la peau. Mais qu’on me remette en cause signifiait qu’on ne me prêtait pas davantage de confiance qu’à une hyène, ce que j’étais très loin d’être, au final.

Puis après de longues minutes, voire une ou deux heures, le duo au Suiton s’arrêta. J’étais surprise, ils étaient pourtant en pleine action… Ils ramassèrent leurs quelques affaires et partirent précipitamment, comme fuyant un danger imminent. J’observais alors autour de moi et vis traverser le long terrain jusqu’à son centre une jeune femme qui ne m’était pas étrangère. Bien sûr que non. Je la fixai un long moment avant de bouger. Elle s’était installée là, tranquillement comme méditant… ou pensant… ou ruminant… Je ne sus trop dire. C’était elle qui les avait fait fuir ? Bah… Je ne comprenais pas pourquoi.

Je me redressai, prenant appui sur mes mains et posai un pied dans la poussière du long terrain vague, comme hésitant avant d’entrer dans l’eau, puis finalement osai m’y engager. A… un ou deux mètres d’elle, je m’arrêtai, l’observant un instant. Ah oui… C’était bien une Metaru… Elle et Itagami se ressemblaient un peu quand même… à peu de choses près… Enfin… peu… Dans mes souvenirs… Ce n’était pas… « peu ».

-Hum… Reiko ? ça va ?

Juste quelques mots pour me manifester… J’aurais pu en choisir d’autres, dire autre chose… Mais je ne savais pas vraiment quoi lui dire en fait. Je n’étais pas la bonne personne pour aider à régler un problème, ou à mieux comprendre les choses. Nope. Pas du tout.



Spoiler:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 18 Avr 2018 - 17:45
Stressée...

Tu ne voulais certainement pas l'admettre, mais tu faisais subir à ton corps et à ton esprit un traitement horrible. Depuis combien de temps n'avais-tu pas pris le temps de fermer l’œil ? Trop... Depuis ta venue au sein de la Nation du Feu, tu n'avais plus osé te détendre sérieusement. Après tout ce qui s'était déroulé, tu n'avais pas le droit de t'accorder de répit pareil. Il fallait que tu restes debout en chaque instant, vigilante même. Prête à mener le combat si celui-ci venait à se montrer.

La Dame de Fer ne devait pas chuter maintenant...

Au final, tu en vins à lever la tête de manière presque agressive lorsque tes oreilles furent capable d'entendre les paroles de l'Ikeda. Quelques secondes furent nécessaire avant que tu n'arrives à décrisper ton visage et que tu veuilles enfin te lever pour considérer celle qui t'avait déjà soigné la première fois que vous vous étiez rencontrés.

- Ça va, je te remercie, pas la peine de t'inquiéter. Arg.


Même si tu ne le voulais pas plus que cela, tu étais presque contrainte d'être brute de coffre dans tes paroles. D'ailleurs tu avais conclus celle-ci non sans lâcher un léger signe de douleur. Ta main s'était portée naturellement sur ta tête qui te faisait souffrir depuis peu. D'ailleurs, lorsque ton visage n'était pas défigurée par la colère, on pouvait clairement voir qu'il était fatigué, meurtrit.

- Personne dans ce foutu village ne veut s'entrainer. Ils comprennent que nous sommes en guerre ?

A chaque instant, tu menaçais d'exploser encore une fois. A travers une sorte de cycle perpétuel qui n'allait jamais s'arrêter si tu ne décidais pas de te reposer ne serait-ce qu'une nuit. Malgré tout, malgré la douleur, tu te tenais fier devant elle, écartant alors tout les maux que tu te trainais. Si a tes yeux, ils avaient été vraiment important, alors tu n'aurais certainement pas tout fait pour les ignorer.

- Et toi ? Comment tu te portes ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 18 Avr 2018 - 23:52



-Pas la peine de m’inquiéter…

Avais-je répété dans un murmure d’un air forcément inquiet compte tenu de ce que je venais de voir. Comment pouvait-elle dire ça, manifester visiblement de la douleur, et vouloir paraître crédible face à un médecin, face à moi ? Cela me dépassait littéralement. Et le pire était qu’elle le savait, ce que j’étais. Ce n’était plus une nouveauté. Pourquoi plutôt que de se plaindre que personne ne voulait s’entrainer, elle ne me demandait pas plutôt de l’aide ? Cela ne me coûtait rien et je ne lui demanderai rien… Je ne l’avais pas fait la première fois… Je ne commencerai pas maintenant. Enfin soit, je ne pouvais pas l’obliger. Pas encore.

Je ne lui avais pas répondu, préférant garder le silence sur l’étonnante passivité des ninjas de ce village. Si je n’étais pas pour le conflit, la guerre et les entrainement physiques, ne voir quasiment personne ici à chaque fois que j’y venais, que j’y passais pour me rendre au complexe ou ailleurs me laissait assez perplexe. Je ne pouvais donc qu’être d’accord sur ce point. Mais ce que j’avais vu me tracassait et instinctivement je posai la main sur son front alors qu’elle me faisait face dans un mouvement rapide et loin d’être brusque.

-Tu n’as pas de fièvre. Affirmais-je en retirant ma main une dizaine de secondes après, lesquelles me parurent bien plus courtes. Moi, ça va… Je me suis remise… Forcément. Hum. Tu ne dors toujours pas assez. Soupirais-je.

Je me souvenais de notre escapade jusqu’à la demeure des Metaru pour mon problème de nez. Déjà ce jour-là j’avais pu remarquer un manque de sommeil évident si bien qu’elle avait somnolé une partie de cette fin de journée alors que nous avions attendu sa mère. Si elle était d’un sérieux et d’une rigidité inébranlable dans son travail de Kunoichi, je trouvais qu’elle l’était beaucoup moins dans son rapport à son état de santé.

Si physiquement elle semblait tenir debout... Ce ne serait qu’une question de temps avant qu’elle s’effondre. Aussi résistants pouvaient être les shinobi, ils restaient humains, avant tout, et dépasser soixante-douze à quatre-vingt-seize heures sans dormir pouvait devenir problématique. Ne pas dormir assez, ne pas laisser le temps à son organisme et son esprit de se reposer… Etait dangereux.

-Si je m’entraîne avec toi, tu iras dormir ? hum… Je surveillerai ta porte, si tu veux. Mais il faut vraiment que tu dormes. Avais-je froncé les sourcils.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 20 Avr 2018 - 15:49
Qu'est-ce que...

Tu n'avais même pas reculé lorsque la belle Ikeda avait posé la main sur ton front. Toi qui pourtant détestait ce genre de rapport tactile n'avait pas eu la force voir la volonté d'esquiver ce genre de contact. Et puis... Cela n'était pas déplaisant, malgré ta capacité irrationnelle à voiler ton état de santé défaillant, tu appréciais ses attentions... Sentiment que tu n'avais pas éprouvé depuis plus d'une dizaine d'année.

- Je t'ai dis que je vais bien... Mer...


Tu n'eus pas le temps de finir ta phrase que tu vins de nouveau te crisper et même à perdre le sens de l'équilibre pendant un instant. Un instant suffisant pour que Sazuka te rattrape tout naturellement et que vous vous retrouviez dans une situation bien plus qu'intime. Relevant ta tête, tu l'avais déjà vu d'aussi près mais jamais sous cet angle...

- Excuse moi...


Reprenant un peu de distance, tu soupirais à l'idée de devoir faire avec ta fatigue. Après tout, tu ne pouvais pas la cacher éternellement, encore moins à quelqu'un qui pratiquait la médecine depuis si longtemps... D'entre toutes les personnes, il avait fallu que tu tombes sur elle... Ce n'était pas forcément un mal ceci dit, elle était certainement la seule à pouvoir te stopper sur ta route autodestructrice...

- Je peux pas me permettre de fermer les yeux. Trop de gens comptent sur moi désormais...


Et sur qui tu pouvais compter toi ? Tu n'avais jamais eu de relation aussi poussé avec quelqu'un. Une relation suffisante pour que tu puisses lui confier tes arrières l'esprit libre. Regardant ton interlocutrice, celle-ci ne devait sans doute pas comprendre cette détresse que toi même tu refusais de voir.

- Je ne vais pas te déranger davantage...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 20 Avr 2018 - 23:16




J’avais entendu diverses choses sur cette jeune femmes, informations qui me semblaient sortir de nulle part, être simplement inventées pour créer autour d’elle une sorte de légende, pour la rendre plus effrayante. Jamais avec moi elle ne s’était montrée froide, brutale ou quoi que ce soit de négatif. Ou alors je ne l’avais pas perçu comme tel. Si tout ce qui se disait avait un fond de vérité, alors le geste que j’eus aurait provoquer une réaction plutôt violente, mais non, elle m’avait laissé faire sans rien dire. Soit elle me tolérait, soit était trop fatiguée, soit… Je ne savais pas.

-Tu ne vas… Avais-je commencé en l’interrompant.

Alors qu’elle venait de perdre l’équilibre, un problème clairement lié à son état de fatigue avancé, je l’avais retenue in extrémis d’une chute qui aurait pu être… problématique. Mes bras l’avaient, comme par réflexe, enlacé ; encerclant ses épaules un bref instant. Ce fut la seconde que nous nous retrouvions aussi proches l’une de l’autre, je fus surprise et inquiète, deux émotions qui devaient très clairement transpirer de mon regard. Mes yeux ambrés restèrent fixés sur son visage tout le long de ce court instant, jusqu’à ce qu’elle se détache, ou que je la relâche.

-T’as pas besoin de t’excuser. Je suis là pour ça…

Je ne comprenais pas le sens de ces excuses, en effet. J’appréciais, si ce n’était plus, Reiko. Nous étions si… similaires et étions à la fois si différentes. Sans l’avoir côtoyé régulièrement, juste à l’occasion de quelques rencontres fortuites, je pouvais affirmer qu’elle était… le symbole de « ma » complémentarité. C’était étrange, mais ainsi. Et malgré tout ce qu’ils avaient pu faire à Hi, je lui vouais une certaine admiration… Et lui prêtais aussi une certaine forme… de bêtise… Enfin, je ne comprenais pas son état d’esprit, je n’étais pas dans sa situation. En revanche, ce que je comprenais, c’était les faits.

Pourquoi me dérangerait-elle ? Ça aussi je ne le comprenais pas… Et cette phrase sonna comme son départ. Un léger rictus déforma le coin droit de mes lèvres et je fronçai les sourcils. Il était assez étonnant de me rendre compte à quel point, malgré toutes mes « capacités », je pouvais me montrer irréfléchie dans certaine situation. Jamais je ne contraignais une femme, jamais je ne la retenais… Mais elle… Se fichait-elle de moi ?

Je l’avais attrapée par le par le poignet, voulant la retenir. Ce n’était vraiment pas habituel. L’inquiétude. Cette idiote pourrait bien réussir à m’empêcher de dormir avec ses conneries.

-Reiko ! Je gardais le silence une demi-seconde, le temps que mon hésitation quant à ce que j’étais en train, et allais faire ne se dissipe. Tu dois te reposer ! L’engueulais-je purement. Et quand tu seras morte de fatigue, sur qui pourront-ils compter ?! Et… Je la lâchai et soupirai... T’es forte Reiko, mais pas invincible, pas immortelle… Il n’y a pas que des gens qui comptent sur toi, il y a aussi ceux qui tiennent à toi… Avais-je ajouté d’un voix plus calme mais empreinte d’une certaine émotion.

Le vrai problème dans tout ceci, était que j'étais incapable de l'obliger à se reposer... Et je ne voulais, en fait, me battre avec elle.


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 24 Avr 2018 - 18:42
Résignée...

Tu aurais pu réagir violemment lorsque Sazuka vint à t'agripper le poignée. Toi qui détestais être touchée voir même être entravée, tu n'étais pas connue pour ton sang froid, loin de là. Et pourtant, tu n'en fis rien. Étonnamment, tu ne prenais pas la jeune femme comme une ennemie, tu n’éprouvais même aucune animosité envers elle. Tu te souvenais de la dernière fois où tu avais réussi à fermer les yeux en sa compagnie. Chose qui ne s'était jamais produite avec n'importe qui d'autre durant toute ta vie.

Soupirant alors en face d'elle, tu plongeais de nouveau ton regard dans le sien. Il y avait une attirance entre vous deux que tu n'arrivais pas à expliquer. Depuis le début, elle ne t'avait jamais fuit, bien au contraire, elle n'avait eu de cesse de se rapprocher de toi.

- Tu as raison... Je vais me reposer...


Prenant alors naturellement sa main qui tantôt agrippait ton poignée , tu vins à croiser tes doigts avec les siens. Tu ne savais pas pourquoi, mais d'une certaine manière, cela réconfortait la bête qui était en toi d'avoir un contact avec elle. Toi qui repoussait le monde entier avait aujourd'hui besoin de quelqu'un. Le temps d'un instant...

- Tu veux bien m'accompagner... ?


Putain... Depuis quand tu étais aussi pitoyable ? Tu n'avais jamais eu besoin de personne alors pourquoi tu l'invitais à partager encore un moment avec toi. C'était illogique, sans le moindre sens et pourtant... Tu étais bien entrain de lui demander cela.

Resserrant alors ta main sur la sienne, tu avais du mal à gérer tes propres émotions. Tu n'étais que haine et vengeance. Tu ne connaissais pas ce genre de sensation entre le désagréable et l'étrange. Enfin peut être cela était désagréable uniquement car c'était inconnu à tes yeux. C'était même évident...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 24 Avr 2018 - 20:26




Je ne prêtais guère d’attention aux rumeurs et autres ragots, néanmoins je m’étais préparée à une réaction plus violente. Elle ne me faisait pas peur mais je l’avais à l’œuvre au pays du feu et j’avais appris tous ces exploits au cours de discussions plutôt animée au sein de complexe scientifique. Les gens, même les scientifiques censés être les plus réfléchis, aimaient les « racontardes », se faire des films de ce qu’était ou n’était pas cette jeune femme au tempérament impulsif. Je n’avais fait qu’écouter, de loin, ne me mêlant pas de leurs histoires… Malgré tout, je savais que parmi toutes ces légendes que renvoyait la Metaru aux yeux des plus crédules, certaines étaient peut-être vraies.

Et alors ? Qu’est-ce que cela apportait, était-ce vraiment important ? Semblait-il que je voyais cette jeune femme d’une façon bien différente des autres… Et sa réaction geste me donna raison, et plus encore.

-Vraiment ? Dis-je surprise.

Je ne m’étais réellement pas attendu à ce qu’elle accepte car même si je ne la considérais pas comme cette brute dépeinte par de sombres tableaux loin d’une autre vérité, la mienne ; je connaissais son tempérament flamboyant.

Mais la suite fut encore plus… Si ce que j’avais ressenti pour elle dès notre première rencontre sans pour autant que je puisse mettre un mot dessus, à l’époque, s’était ténu avec le temps, sentir ses doigts glisser entre les miens raviva d’un coup ce sentiment que je connaissais maintenant, et ce malgré les récentes souffrances sentimentales que j’avais ressentir très récemment. Ce simple contact avec elle…

-J… Je… Troublante, autant que les fois précédentes, davantage aujourd’hui. Oui bien sûr.

Il n’y avait qu’une chose que je voulais, comme pour tous les Kumojin aurait-on pu dire, mais pour elle plus particulièrement : son bien. Et, quoi que je puisse avoir à faire pur qu’elle aille mieux, je ferai tout ce qui était en mon pouvoir, absolument tout. Je ne savais pas si elle en avait conscience, si quiconque en avait vraiment conscience. Je l’observais, avec cette attention dont même mes patients ne pouvaient pas bénéficier.

Mais cette fois-ci… Non, je verrai bien.

-Où veux-tu aller ?

La question semblait candide, mais je ne savais vraiment pas…
Et moi qui m'était attendu à un entrainement...



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 25 Avr 2018 - 21:30
Nébuleuse...

Tu ne savais pas vraiment si c'était la fatigue qui t'avait fait relâcher la pression de la sorte, mais le constat était pour bien réel. Aucun jeu de ta part, aucun sous entendu... Simplement une volonté de l'avoir encore un peu avec toi. Encore quelques instants... Sans trop comprendre pourquoi...

- Chez moi...


T'enfonçant alors dans les rues de la cité, tout en gardant bien soigneusement la main de Sazuka, tu avais pour volonté de te diriger dans un endroit à l'opposé de la demeure de ton clan. Un endroit que presque personne hormis toi même ne connaissait l'existence. En effet, tu avais eu des moments dans ta vie, s'étendant bien souvent sur plusieurs années, où tu ne pouvais plus supporter ta famille. Et dans ta quête d'isolation, tu avais trouvé un petit logis d'à peine deux pièces où tu avais certainement passé le plus de temps dans ta vie.

Pourquoi tu confiais alors ce dernier bastion de ton intimité à Sazuka ? Tu ne savais pas vraiment, mais tu voulais partager un moment qu'avec elle... Il faisait aucun doute qu'en cet instant, tu agissais davantage avec un instinct qu'avec raison. Celle-ci ayant décidé de prendre congé suite à le trop forte dose de fatigue accumulée.

Ouvrant alors la porte, la pièce n'était clairement pas lumineuse. Tu avais laissé les volets fermés afin de ne pas laisser la lumière s'infiltrer dans ton antre de secret. D'ailleurs, celle-ci n'était presque pas décorée. Et son absence de tout superflue pouvait sans aucun doute en dire long sur toi. Tu étais une personne qui n'avait jamais vécu sa vie. Tu n'avais fait que survivre dans une incroyable simplicité dépourvu de plaisir.

- C'est mon vrai chez moi...


Ce lieu t'était reposant. Sans doute, tu étais venue aussi ici car il était de loin l'endroit le plus relaxant sur cette terre. Un endroit bien loin de tout les problèmes cumulés au quotidien. Un endroit bien loin des tragédies de ta vie... Te positionnant alors sur ce qui te servait de lit, tu fixais celle qui t'avait suivi jusqu'ici.

- Évite de le dire à tout le monde que j'habite réellement ici... Cela fait des années que je garde le secret.


Silencieusement, tu venais à décocher un petit sourire tout droit à son encontre. Un sourire sincère et si rare sur ton visage...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 26 Avr 2018 - 4:25



Chez elle ? J’avais bien compris qu’elle ne résidait pas dans la demeure principale des Metaru et j’ignorais qu’elle avait un chez elle… Enfin, je m’en doutais. Oui, je me doutais qu’elle ne dormait pas dans la rue tous les soirs même si avec sa fonction elle aurait sans doute pu. Elle m’avait donc entrainé à sa suite, me faisant traverser une bonne partie du village jusqu’à un quartier par lequel je n’étais jamais passé auparavant. C’était encore une fraction de Kumo que je venais de découvrir, et pas la moindre d’entre toutes.

Tout, des terrains d’entraînement, de notre départ à notre arrivée devant son logement, s’était comme volatilisé de mon esprit. Les soucis, tracas autres occupations plus ou moins agréables de ma pensée, tous envolés. Il n’y avait plus qu’une chose à cet instant qui comptait réellement : ce que je pouvais apporter à la jeune femme. Ou offrir,, plutôt. Une chose était sûre, mes goûts en décoration ne l’aideraient pas puisque nous avions visiblement les mêmes. Certains dirent de mon appartement qu’il avait un style minimaliste… Et à vrai dire… Non, je n’en avais que strictement rien à faire. Rien n’avait changé « chez moi » depuis mon arrivée. En dehors d’une petite table ayant connu un triste sort…

Et nos deux logements, qui n’étaient en fait que ça, des refuges, avaient quasiment la même configuration. Si certains de nos points communs avaient fini par prendre des axes différents –je n’étais plus exactement la même qu’à mon arrivée- au moins j’étais sûre que celui-ci, ne changerait pas. Bien sûr cela ne changeait rien au fait que les gens en général m’exaspéraient toujours et que seuls leurs problème physique, physiologique… enfin, de santé en fait, savaient attiser mon intérêt pour eux. Mais avec Reiko, c’était… différent.

J’esquissais un mince sourire en réponse à sa confession, son refuge… pensais-je.

-Je mentirai s’il le faut… Tu peux me faire confiance.

Cela n’avait l’air de rien dit comme ça, on aurait même pu croire à une bête réponse, mais je connaissais mon incapacité à mentir efficacement. La vérité était l’un de mes deux principes fondamentaux avec la confiance. Même lorsque je fus accusée de meurtre plusieurs années auparavant, j’avais été honnête et avais répondu par l’affirmative. Comment se faisait-il que je puisse être ici alors ? C’était une autre histoire. Beaucoup d’autres histoires en fait.

Mais pour l’heure, j’étais ici avec cette Metaru si particulière, si singulière et pourtant si semblable à ce que j’étais, ou ce que j’avais été peu de temps auparavant, et c’était, de nouveau, la seule chose qui comptait. Et durant tout ce temps ma peau, ma main, mes doigts n’avaient pas quitté les siens jusqu’à ce qu’elle rejoigne son lit. S’y « positionnant » sans un instant se défaire de mon regard. Elle était… hypnotique…

-C’est… la première fois que je te vois sourire, je crois… Dis-je souriante et pensive.

Cela faisait quelques jours que je n’avais pas souris de cette façon à quelqu’un, feindre la bonne humeur et la sympathie alors que la pensée n’y était pas jointe m’était compliqué… Bien que… plus cela allait et moins je faisais d’efforts dans ce sens, quand le cœur n’y est plus, inutile de mentir, de se voiler… Mais à ce moment ci, aussi agréable à mes yeux pouvait être cette jeune femme que je ne me lassais d’observer, l’âme de médecin qui m’habitait reprit le dessus. Ses traits tirés malgré ce regard étincelant, son demi malaise ayant précédé notre départ ; me rappelèrent la raison non seulement de ma présence mais surtout de la sienne ici.

Cette femme forte, pour ne pas dire puissante sous d’autres lumières ; me semblait soudainement… fragilisée. Je m’étais alors approchée d’elle et la pris dans mes bras, faisant preuve d’une grande sincérité, ma joue effleura sans doute la sienne, mon cœur sembla s’emballer, et de mes lèvres proches de son oreille lui dis un mot. Ou deux...

-Merci… Reiko Et je me redressai quasiment aussitôt avant que ma fonction de médecin ne reprenne le dessus sur ce que j’étais. Maintenant, tu dois dormir… Et lorsque tu te réveilleras, je serai là. A tes côtés.

Bon, évidemment, sur l’instant, je ne m’étais pas interrogée quant aux « commodités » d’usage lorsqu’il s’agissait de préparer à dormir… Peut-être que ce n’était pas vraiment un problème.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 27 Avr 2018 - 1:17
Dormir...

Tu avais presque oublié cela, tandis que ta peau frôlait délicatement la sienne... Tu avais apprécié ce cours instant, qui pour toi avait duré une éternité. Elle ne s'était sans doute rendue compte de rien, mais tu avais du lutter contre tout tes instincts à la fois pour éviter de l'envoyer valser sur le champ. Tu n’éprouvais pourtant pas cela volontairement, à force des années, tu avais développé tes propres réflexes conditionnés... Mais le fait qu'elle avait pu se retirer de son étreinte sans aucune éraflure prouvait que tu tenais d'une certaine manière à elle. Pas même ton frère pouvait se permettre une telle action à ton égard sans craindre pour sa vie.

- Tu... as raison.


T'allongeant alors sur ce lit, tu vins à fermer les yeux en quelques instants. Tu pouvais encore percevoir la présence de Sazuka, son souffle ainsi que la chaleur qui émanait de son corps et qui se répandait dans ton refuge... Celui-ci avait pour l'habitude d'être froid en ta compagnie. Tu n'étais pas la plus enflammée des personnes lorsque tu te retrouvais seule, loin de là...

Puis avant même que tu ne t'en rendes compte, tu étais partie... Partie dans un monde reposant, en exposant tout tes flancs envers celle que tu pensais être de confiance. Encore une fois, elle avait tout le loisir pour tenter de te tuer si elle le désirait, bien que si elle foirait son coup, nul doute que toi tu n'allais pas foirer ce qui suivrait...

Mais d'une certaine manière, tu ne craignais rien...

Même si ta vie était pavée de trahison. Tu semblais croire que Sazuka elle n'allait pas te trahir. Qu'elle allait être celle qui resterait à tes cotés encore un peu... Juste un peu... Tu n'en demandais pas tant...

Au final, tu te réveillas après quelques heures, avec une étrange satisfaction d'un bon sommeil... Retournant très vite à la réalité, tu balayas ton regard de droit à gauche afin de chercher celle qui était supposée rester à tes cotés...

- Sazuka ... ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 27 Avr 2018 - 4:47



Si elle n’avait pas été si fatiguée…

Qu’elle accepte de se reposer m’avait rassuré, et ce fut avec un unique sourire que je l’observais s’allonger et sombrer rapidement dans l’inconscient. J’étais restée là, debout, à côté de son de son lit, gardant mon regard rivé sur son visage apaisé. Ce fut à cet instant que je me fis une rétrospective de toutes ces fois où nous nous étions juste croisées, ces autres jours où nous avions pu échanger quelques mots et même partager une situation… Cocasse. Je l’avais déjà soigné, je recommençais et continuerai quelle que soit notre relation. Ce jour où mon nez saignait, ce fut elle qui m’aida, personne d’autre qu’elle ; La Dame de Fer.

Comme je ne me lassais pas de la regarder, je restai de longues minutes dans la même position qui devinrent rapidement une bonne demi-heure. Si ce n’était pas de l’admiration que j’avais pour elle… Qu’est-ce que cela pouvait bien être ? Je ne comptais ni faire des poupées à son effigie, ni user d’une quelconque drogue à son insu ; c’était simplement impossible. Être ici dans cette pièce avec elle était déjà inespéré et n’avait pour moi pas de valeur. Elle était bien au-delà de tout ceci. Jamais par le passé je n’avais éprouvais quelque chose d’aussi fort pour une personne. Peut-être vaguement similaire, mais toujours et de loin inférieure.

Mon devoir était donc, maintenant, de monter la garde, de protéger cet endroit de toute intrusion ; la protéger elle. Alors, silencieusement, je fis un rapide tour du domicile pour m’assurer que tout était bien verrouillé, ce qui fut assez rapide étant donné la superficie du lieu. Au moins, je ne perdais pas trop temps… Alors, j’avais embarqué avec moi une chaise qui traînait par-là, l’unique d’ailleurs de l’appartement, l’avais emmenée avec moi jusque dans la chambre et la posai, toujours avec la même discrétion, entre le lit de la jeune femme et la porte. Je le lui avais dit…

Je ne savais pas si ma surveillance était des plus efficaces car, dans la même pièce que la Metaru, je n’arrivais à me concentrer sur rien d’autre qu’elle et me rendis compte qu’au-delà d’être réparateur, son sommeil semblait aussi agité. Je me demandais si elle rêvait à cet instant. Effectivement, elle remuait beaucoup. Ce doit être une plaie de dormir avec elle… Me surpris-je à penser. Mais la fréquence de ces courtes agitations, ses retournements me poussèrent à jouer, une nouvelle fois, mon rôle de médecin. Pourtant ce geste n’avait rien à voir avec la médecine… Ce n’était qu’une tentative pour lui permettre de profiter de don repos. Une simple caresse sur la joue, pour apaiser son sommeil.

Puis avec le temps j’avais quitté la chaise, disposée maintenant au bout du lit et m’étais simplement assise, adossée à la porte ; l’observant toujours.
Je n’avais pas pour habitude de dormir en pleine journée, ou de me reposer, mais être là dans cet endroit respirant la quiétude… Je m’étais assoupie pour être réveillée, un certain temps après ; par sa voix. J’avais instantanément rouvert les yeux, comme si je ne les avais jamais fermés –un peu comme un mode veille- ; et furent directement captés par son regard. Aussitôt je m’étais relevée, affichant un léger sourire. Je n’avais pas quitté mon poste, j’avais même bloqué la porte de mon corps pour m’assurer d’être alertée… Enfin, je l’observais toujours. J’étais là, à quelques pas d’elle, je m’étais rapprochée…

-Je suis là… Répondis-je en m’approchant un peu plus.

Et le denier pas m’avait amené à sa hauteur. J’étais calme, mon cœur battait fort, très fort, avec régularité. Je tendis la main, et caressai délicatement du bout de mes doigts sa joue. Je m’inclinais légèrement, avec une certaine hésitation. Je devais savoir… quitte à en souffrir. Et, une fois que je fus assez proche, je lui donnai un léger baiser au con de la lèvre avant de me redresser… j’étais tactile, j’avais entendu dire qu’elle avait les interactions physiques en horreur… Je voulais savoir, si ce n’était que la fatigue qui l’avait rendu ainsi…

…alors elle l’aurait embrassée.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois


Dernière édition par Ikeda Sazuka le Jeu 3 Mai 2018 - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 2 Mai 2018 - 20:52
Tendue...

Tu sortais à peine de ta torpeur, mais voilà que ton corps s'était pleinement éveillé pour ce qui allait se dérouler devant toi. D'ailleurs, tu n'avais pas laché du regard Sazuka à partir du moment où celle-ci avait réapparut dans ton champ de vision. Elle était si... Belle ? Perdue dans tes émotions, tu ne pouvais que rester là, silencieuse, à regarder celle qui avait su apprécier la bête que tu étais.

Puis au final elle s'approcha... Et tu ne fis rien...

Elle t'embrassas... Et tu ne fis rien...

Tu t'étais contentée de vivre cet instant unique dans ton existence. Cette sensation que tu n'avais jamais ressenti. Cette sensation d'être désirée, d'être aimée. Fixant alors Sazuka après ce contact charnel, tu vins à rapprocher ton visage du sien avant de continuer ce qui fut bien trop court à tes yeux. Cette sensation si agréable d'être acceptée comme ce que tu étais réellement.

Le contact se fit bien plus long, tu l'avais senti, Sazuka ne faisait que tester tes sentiments tantôt, et d'une certaine manière, tu te livrais totalement à elle au sein de ce baiser. Tu venais même passer tes mains dans son dos afin que d'une certaine manière, tu puisses l'enlacer et l'étreindre encore plus tendrement.

Était-ce de l'amour ? Tu n'en savais rien. On ne t'avait jamais rien expliqué à ce sujet. La désirais-tu ? Très certainement...

Encore une fois, tu te contentais simplement de laisser tes pulsions et tes désirs mouvoir ton corps. D'une certaine manière, tu n'avais jamais été aussi en phase avec tes véritables envies qu'en cet instant.

Après toutes ces semaines à se tourner autour, enfin d'une certaine manière, tu concrétisais cette relation bien que tu ne savais même pas ce qu'elle pouvait représenter pour toi il y avait de cela quelques minutes. Enfin, une chose était certaine, Sazuka faisait désormais l'objet de tes convoitises.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 3 Mai 2018 - 5:00



J’étais prête. Prête à subir le retour de ce qui aurait pu être, pour la Metaru, vécu comme une agression. Je ne savais pas encore parfaitement interpréter ce qui m’entourait, les signes qu’on m’envoyait ; à chaque fois que j’avais interprété, je m’étais trompée. Mais cette fois-ci, même si j’étais restée empreinte d’une certaine appréhension, j’avais eu l’intuition… non… Le sentiment d’avoir compris. Ne pas subir ses foudres m’était apparu comme… inespéré ? Mais que sa réaction soit aussi équivoque… Elle fut bien plus franche, bien plus directe que je ne l’avais été. Enfin, je lui avais laissé le choix…

Tâtonnant, cherchant à comprendre ce que je pouvais éprouver pour elle, j’avais fini par le découvrir après un certain temps passé en compagnie d’une autre. Et maintenant, sentir ses mains, ses lèvres, sa chaleur… Être si proche d’elle… semblait faire remonter à la surface ces instincts primaires qui ne se dévoilaient qu’à ces moments précis. Je m’étais laissée attirer par ses bras la faisant basculer sur le dos, lui rendant son baiser, avec plus de fougue, plus de… brutalité, presque. Me rendant compte que je commettais la même erreur qu’auparavant je me retins un instant, je n’étais qu’à quelques centimètres d’elle, le souffle court ; mon regard ancré dans le sien.

Je ne voulais ni la brusquer, ni.. ; lui rendre ça… difficile à gérer… je ne savais pas. Je voulais lui laisser le temps et pourtant elle était là, son désir était presque palpable, j’arrivais à le voir au fond de ses yeux, comme une lueur. Je la regardais, appréciant chacune des courbes de son visages d’ordinaire si fermé. Son apparente innocence…

J’étais… bête, encore une fois je n’interprétais pas les choses de la bonne façon, d’autres pensées s’emparaient de mon esprit. Je me demandais si…. Je n’étais pas seulement… un attrait, celui de la nouveauté, pour elle. Et puis, était-ce si mal ? J’avais ce don de ne pas comprendre, de m’égarer quant à mes sentiments, et ceux des autres.

J’avais trouvé une personne qui me ressemblait, qui m’impressionnait, que j’admirais… Et qui éprouvait quelque chose pour moi, même si je ne savais pas ce que cela pouvait être.

Quitte à en souffrir… me dis-je.

-Je… Tu… es sûre de… ce que tu fais… Reiko ? Moi… Oui. Susurrais-je à son oreille avant de lui donner un baiser dans le cou, puis un deuxième… puis un autre, avec beaucoup de douceur ; lui offrant un maigre aperçu de ce que je pouvais être pour elle, en dehors du médecin. Et encore, que la médecine m’avait appris énormément sur le corps humain.

Oui, j'étais sûre de moi, sûre de ce que je faisais, sûre de ce que voulais faire... c'était d'elle dont je n'étais pas sûre, malgré toute la confiance que je lui vouais...



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 17 Mai 2018 - 18:06
- Sur ?

Tu la fixais tandis que tu venais naturellement te rapprocher toujours plus d'elle. Désormais, vous aviez brisé toutes barrières éventuelles, toutes les intimités éventuelles. Tu n'étais certaine de rien en cet instant, tu savais que ton coeur battait face à ce qui était entrain de se dérouler mais tu ne pouvais certifier de rien. Et cela était rare, presque unique au sein de ton existence de te voir aussi incertaine quant à ce que tu étais entrain de faire. Toi qui avait toujours des objectifs clairs. Toi qui étais certaine tantôt de n'avoir jamais besoin de partagé quoi que ce soit avec qui que ce soit.

Et pourtant, tu étais là, à répondre à son appel charnel le plus naturellement du monde. Comme si elle n'avait rien eu à faire pour briser des années de convenances.

Alors tu la laissais faire, tu te laissais tenter par cette perspective joyeuse qui semblait s'offrir à toi. Cette perspective ou tu n'avais plus besoin de te méfier de quelqu'un. Cette avenir bien plus radieux que tu ne pourrais ne serait-ce que l'imaginer...

Mais en avais-tu le droit ? Après avoir autant rejeté la terre entière, avais-tu vraiment le droit à ce genre de rédemption. Perdue, il ne fallut qu'une fraction de seconde avant que ton instinct animal ne prenne le dessus. Au diable le passé, tu allais faire comme tu l'avais toujours fais. A ta convenance.

- Oui. J'en suis sur certaine.


Tu te foutais bien du reste du monde. Il n'y avait qu'elle et toi qui importait désormais. Et comme durant toute ta vie, tu allais céder à tes pulsions. Tu allais les accepter comme à chaque fois. Et cela commençait par partager ce plaisir charnel avec ce qui était désormais bien plus qu'une médecin à tes yeux.

Peut être ton unique attache envers l'humanité...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 19 Mai 2018 - 4:28



Sa réponse était empreinte de cette conviction dont elle faisait preuve dans la plupart des situations où j’avais pu l’observer ou l’écouter. Une affirmation qui laissa se dessiner sur mon visage un nouveau sourire. Je m’étais alors redressée, posant de nouveau mon regard sur elle qui s’il aurait pu parler aurait exprimé l’essence même de la bienveillance. Bien sûr, dire que je n’avais pas certaines arrières pensées en me décrivant ses traits, son expression enfin tout ce qui la rendait si spéciale à mes yeux ; aurait été un mensonge. Cette pulsion que je connaissais maintenant mieux que tout m’était insupportable et j’aurais voulu y céder, ici et maintenant ; mais j’avais compris que ce n’était pas forcément la meilleure chose à faire, pour le moment.

Le tempo de cette musique qui animait mon cœur s’était régulé de lui-même, restant néanmoins encore très vif face à la Metaru. Une sensation très semblable à ce que je peinais à comprendre quelques mois plus tôt. Toujours avec ce sourire qui ne m’avait pas quitté depuis que j’avais perçu cette réciprocité, parcourant son visage, une nouvelle fois, du bout de mes doigts ; je lui confiais :

-Tu es… Sublime… Reiko. Lui avais-je adressé en effleurant le bord de sa lèvre avec le bout de mon pouce. C’était sans doute le plus sincère de tous les compliments que j’avais pu adresser à une personne durant ces dernières années et je le savais. Il n’était que pour elle, et comprendre que je n’en attendais aucun retour fut… aussi très nouveau. Puis finalement je m’étais redressée, avait retrouvé une position plus conventionnelle, de nouveau assise au bord de son lit. Me frottant l’arrière du crâne de ma main libre, tenant toujours la sienne de mon autre ; je l’observais un instant avant de reporter mon regard droit devant moi-même s’il n’y avait rien à voir.

Ce n’était pas que je prenais déjà mes distances ou que j’étais prise d’une incertitude mais…

-Je ne t’empêcherais jamais de faire ce que t’as envie. Si tu te bats, je te soignerai, même si tu ne te bats pas d’ailleurs… Rigolais-je légèrement avec un peu de dépit quand même. Mais… Je veux seulement que tu prennes soin de toi, pour moi, et pour Kumo. Te surmener comme ça… Soupirais-je. Tu sais, je n’en donne peut-être pas l’impression ; mais je m’inquiète pour…. Pour les personnes qui me sont chères, toi… plus que les autres. Avais-je dis en lui serrant un peu plus la main et me retournant vers elle avec un sourire maintenant effacé et remplacé par un air plus grave. Puis je m’étais penchée sur elle, laissant ma tête reposer sur son épaule, sans rien faire d’autre.

Sans pour autant que ayons été aussi proches auparavant, je devais reconnaître avoir développé pour elle un certain attachement, plus fort que ce que j’avais connu par le passé. Peut-être était-ce un peu excessif, mais depuis mon arrivée à Kumo, qu’est ce qui ne l’avais pas été ? Tout ici dépassait ce que j’avais pu connaître, durant mon ancienne vie.


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Performances (M. Reiko)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: