Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

La bataille des brunes, des blondes et des rousses [FT - Oyoumon Zera]


Ven 23 Juin 2017 - 2:17
Le soir venait de tomber sur le village de Kumo, l'atmosphère devenait enfin respirable après la fournaise de la journée. C'était bon de pouvoir enfin sortir dehors sans se brûler la rétine et surtout sans ses affreuses lunettes de soleil que j'avais récupéré pour trois sous. En parlant d'atmosphère, j'avais remarqué que celle-ci avait bien changé depuis l'annonce des élections du Premier Raikage. Moi qui ne connaissais pas trop la politique en général, j'avais seulement compris qu'il allait gérer tous les aspects militaires et diplomatiques du pays. Le problème était qu'un seul Shinobi convenable se présentait pour affronter les urnes. Les autres préféraient se contenter des places de chef de clan sans apporter le moindre danger pour le candidat. C'était bien dommage pour un pays aussi civilisé que Kaminari no Kuni.

Enfin, j'étais venu ici, dans le centre du village, pour penser à autre chose que ses élections et surtout parce qu'il n'y avait rien à faire. Pas de Kage ... Pas de missions. En vagabondant dans les ruelles éclairées sous les étoiles et les bougies des bâtiments, je regardais autour de moi tout en cherchant un endroit pour caler des jolies petites fesses dans un siège. Malheureusement, je n'étais pas le seul à avoir eu cette idée et les chemins étaient bondés de monde. J'ai pris environ une trentaine de minute pour trouver un bar où le peuple ne débordait pas jusqu'au trottoir d'en face.
Je m'asseyais sur un banc, seul à une table, dont la vue me proposait un magnifique panorama sur des jeunes en pleines pubertés en train d'engouffrer des bières sans même les apprécier. Je prenais la carte des alcools en main tout en essayant d'ignorer ces petits cons, en train de saccager se succulent nectar. Houblon, malts en lambic, lager et même faro, j'avais l'impression d'être arrivé au paradis. Moi qui avais découvert ce breuvage des dieux il y avait seulement quelques années, j'en avais appris plus sur cette boisson que sur l'histoire du pays. Mes yeux chaviraient de gauche à droit et même de haut en bas, je ne savais plus où poser mon regard.

Quand une goutte de couleur rousse, presque ambrée se dirigeait sur mon visage. Elle était d'ailleurs accompagnée de plusieurs autres sœurs, enfin plusieurs centaines autres sœurs. Toutes étaient comme en lévitation, se déplaçant lentement dans les airs comme porter par la main du vent. Pour venir exploser sur mon visage... Alors, la carte des remèdes glissait lentement entre mes doigts, mes jambes portées par un dieu guerrier se levait en emportant la table de base qualité avec elles. Mes pupilles aussi profondes et menaçantes qu'un trou noir regardaient trois jeunes de vingt ans les zygomatiques aussi tendues que les cordes à linges de ma terrasse avec leurs verres pointés dans ma direction.

- Vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Sam 24 Juin 2017 - 0:41
Zera était t-elle quelqu'un qui recherchait le danger ? Qui traquait le mystère, le bizarre et tout ce qui pouvait être nuisible à sa santé en général ? Oui, ça la résumait bien en général. Convaincue que son orphelinat la retenait en arrière, elle s'était même décidée a vivre une vie solitaire au sein du village caché de la Foudre pour atteindre son plein potentiel et fracasser des gens qui n'appartenaient pas à sa patrie. Elle était une vraie petite guerrière déterminée à en devenir une grande, dans les deux sens du terme, et elle ne comptait donc pas se morfondre et avaler de la poussière.


Mais même elle savait se "détendre" et reposer son corps. L'entraînement était une bonne chose, mais trop, et on finit par... s'effriter avant d'avoir passé 21 ans. Si elle voulait vivre longtemps, et tuer tout pleins de gens en se faisant, il fallait qu'elle prenne des pauses, aussi longues soient t-elles, pour se garder en forme. Soit. C'était un fait qu'elle avait accepté et qui ne risquait pas de lui procurer plus d'ennuis que d'habitude, et autant y être confortable avec.

C'était pour cette raison qu'elle trônait au fond de l'établissement. Pantalon, écharpe, pull et lunettes en main (il faisait pas très chaud la nuit dans Kumo), elle sirotait tranquillement une boisson sucrée tout en lisant un quelconque livre qu'elle avait emprunté aux bibliothèques proches, relevant simplement les pages du bouquin tout en payant un oeil réservé aux autres clients du bar, qu'elle supportait dans l'optique de sa pause. Ils étaient si... bruyants, si crasseux, si incompétents ! Et elle allait devoir mettre sa vie sur la ligne pour les protéger ? Voilà une injustice plus grande que n'importe lequel de ses écrits !

En parlant de livres, elle reposa ses yeux verts sur le sien : une histoire d'amour, son fétiche secret. Elle n'osait pas l'avouer, compte tenu de sa nature tactiturne, mais l'amour l'avait toujours intéressé, depuis toute petite. L'idée de se trouver un homme, quelqu'un comme elle, qui la protégerait, qu'elle pourrait protéger en retour. Elle lisait un peu pour compenser ses frustrations quand à son manque de succès actuel dans sa quête, d'ailleurs.

Mais même ça, c'était trop bien pour elle.


Elle avait pu voir la tension dès le début, alors que le groupe était entré. L'ambiance n'avait nullement changée, les fêtards ne bénéficiant guère de son esprit pointu, mais elle avait instinctivement posé une main sur son verre et avait mis son livre en retrait, lisant de plus en plus vite pour atteindre la fin du chapitre. Elle haïssait l'idée de ne pas connaître la fin du chapitre : aussi, elle fut particulièrement irritée quand un jeune homme fut interpellé.


Heureusement, il le fut via un simple renversement de liquide sur sa poire. Pas un acte aussi horrible qu'elle ne l'imaginait, mais les bagarres dans le genre dégénéraient très très rapidement. En temps que ninja, elle devait intervenir et éviter des passages vers l'hôpital. En tant que citoyenne irritée, elle devait régler un conflit que les autres semblaient bien incapables de gérer.


Se levant, Zera se dirigea promptement vers le jeune homme et le groupe de jeunes femmes plus vieilles qu'elle.


Bonsoir, quel est le problème ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 24 Juin 2017 - 22:49
Trois jeunes tulipes se dressaient devant moi les dents exposées aux lueurs de l'éclairage du bar. Pas le moindre son d'excuse ne sortait de ces infâmes avaloirs, seul les rires gloutonnant aiguës de ces demoiselles se fessaient entendre dans la salle. Ces trois femmes me regardaient de haut en bas en laissant échapper des airs de dégoûts et de répulsion à mon égard.

- Beurk, déjà que tu ne ressemblais pas à grand-chose étranger. Mais maintenant que tu es dégueulasse c'est encore pire.

Mon sourcil, ma mâchoire et mes points se crispaient aux rythmes de mes battements de cœur devant ses mots. Malgré tous mes efforts pour me contrôler, le gâchis d'une si bonne bière réussie à propulser mon poing dans la tronche d'une de ses gamines quand une petite voix fluette ce fit entendre dans mon cerveau. Conscience ? C'était elle qui me parlait ? Voulais-tu me prévenir que j'avais raison de porter ce coup ? Et bien non …

A ma gauche se trouvait une jeune fille me demandant s'il y avait un problème. Cheveux violet, regard sombre, habiller comme en hiver et avec un bouquin à la main. Elle avait la peau fine d'une jeune fille, elle ne devait pas dépasser les vingt ans aux premiers abords. Mais elle arriva à me remettre les idées en places en seulement une fraction de seconde. Et il était temps que mon poing stop son avancé, lui qui n'était qu'à quelques centimètres de la figure de la première gonzesse. Malheureusement, mon majeur se levait comme par magie devant son nez la forçant à loucher pour voir ce que je lui montrais.

- Oui il y a un problème ! Elle vient de gâcher une Doppelbock à triple fermentation ! C'est une honte !

Ma voix portait dans tout le pub tant mon désespoir était grand, aussi grand que le goût de cette bière rare qui ne comporte qu'une seule cuvée par an.

- Toi, là ! M'adressent à la jeune intervenante. Tu comprends ce que je veux dire, n'est-ce pas ?

Je ne savais pas pourquoi je lui demandais son avis... Sûrement car, je n'avais pas l'impression d'avoir d'allié autour de moi, mis à part elle. Bien au contraire, un groupe de jeunes lions commençaient à s'approcher derrière les lionnes en détresses. Ses Adam arrivaient à la rescousses de ses Eve en détresses... La testostérone puait dans la zone, ses ado's s'approchaient dangereusement avec des bouteilles de bières en mains.

- Les mecs, n'approchez pas avec ses demies en main !
- Qu'est-ce qu'il y a mec, t'as un problème ? Me répondait une des faces boutonneuses.

M'adressant à la jeune fille qui était la seule à ne pas vouloir me défoncer la tronche, je lui demandais de s'écarter le temps que l'atmosphère ce calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Lun 26 Juin 2017 - 1:07
Elle avait interrompue une bagarre seulement quelques instants avant l'irruption totale de cette dernière, utilisant ses réflexes assidus pour empêcher que le jeune homme interpellé n'aille commettre un acte qui empirerait la situation derrière tout verbe démocratique. Elle venait juste d'empêcher des concussions générales pour l'instant, un acte qui la rendait bien fière en dépit du bout de chemin qui lui restait à engager, vu que les tensions restaient agrandies.

Il lançait un coup de poing simplement pour de la bière ? Etait t-il déjà bourré ou juste naturellement violent ? Elle aussi avait des pulsions sanguines, mais elle avait apprise à les garder sous contrôle et les déchaîner vers des mannequins ou ses ennemis. Voir cet homme était comme observer un vieux miroir crasseux, qui possédait ses émotions violentes sans la grâce pour les retenir. Misère.


Les trois femmes dévisageaient le duo avec haine, même si la présence de la chûnin semblait calmer les ardeurs. Zera n'était certainement pas contre l'idée d'enfoncer ses poings dans leurs visages rougis pour enseigner une leçon aux hooligans du bar, mais une conduite pareille tenait plus de l'ivrogne qui s'élevait a ses côtés qu'autre chose : complètement disgrâcieuse et chaotique.


Le bonhomme, après avoir décrit le contenu de l'alcool renversé, se lança dans une tirade envers elle. Il était donc un "étranger" ? Intéressant, mais seulement parce qu'il pouvait être un espion qui se dissimulait sous une façade ivre pour couvrir ses traces. Elle se doutait bien que ce soit le cas, mais la paranoïa est l'alliée du Ninja, et l'on n'est jamais assez prudent. Elle devait trouver un moyen de l'éloig)


Voilà qu'il l'interpellait, maintenant. Comment osait t-il l'interpeller ? Non, la tutoyer ! Il doit l'adresser avec un "vous" enfin ! Comment est-ce que ce petit rat osait l'adresser comme une égale ?! APPRENDS TA PLACE !


Refusant l'option de lui apprendre la hiérarchie de façon physique, Zera se contenta de prendre la parole.


Je ne bois pas, mais vous... hurm.


Des machos s'approchent, et attirent l'attention du jeune homme. Désireux de ne pas relancer une mêlée, Zera se pose simplement entre les deux camps, tendant les mains avec les doigts écartés... est-ce qu'elle pourrait arracher un coeur dans cette position ? Question intéressante.


La situation est sous contrôle, je me chargerais de son cas équitablement. Si vous interférez, je serais obligée de m'occuper du vôtre.


Les machos lancèrent un regard vers l'individu, puis s'éloignèrent lentement vers leurs tables, observant Ogawa et Zera avec intensité. Qu'ils essayent de l'agresser : elle voulait vraiment fracasser quelqu'un ce soir.


Monsieur, je vous prie d'indiquer votre identité et grade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 26 Juin 2017 - 23:10
Me croyant complètement torcher, ma seule alliée me lançait un sombre regard plus puissant que le mien. D'une phrase sortie d'un instructeur militaire, elle calma les garçons qui s'approchaient de moi et fit fuir les trois poufs qui m'avait balancée une bière à la gueule. « La situation est sous contrôle » en effet, elle avait refroidie l'ambiance de tout le bar en menaçant les ado's.

Je me rasseyais sur ma chaise d'un air dépité, la chemise collante de bière et mon honneur brouillé par une petite jeune. Je n'avais plus d'autre choix que de faire connaissance avec ma pseudo bienfaitrice qui était en faite devenue ma geôlière me demandant de manière stricte mon identité et mon grade, comme si j'étais sous son commandement direct. Bon, je n'avais pas que l'envie de me plaindre en tête, car elle m'avait, sans le vouloir, fait un compliment, mon grade … Sans même rien dire, elle avait su que j'étais un shinobi.


- Monsieur ? C'est pour les frustrés ça. Tu peux m'appeler Kintaro ou Kin si tu préfères. En affichant un large sourire.

Je la remerciais sincèrement de m'avoir sortie du pétrin sans la moindre éclaboussure d'hémoglobine et continuais à répondre à sa question en lui expliquant que j'étais Genin depuis mon arrivée au village. Au fur à mesure du temps, je lui demandais son prénom et ce qu'elle faisait dans le village. Une fois répondue, je m'excusais auprès d'elle de la situation que j'avais créé et je lui offrais également un verre du jus de son choix. Quant à moi, je me commandais enfin une de ces fameuses bières si rare et si gourmande tout racontant mon histoire à la charmante demoiselle ici présent.


- Pour moi, je suis arrivé ici il y a un environ en quête de connaissance et d'apprentissage. Je viens d'un désert chaud et hostile a toute forme de vie, d'où mon engouement pour le gaspillage de la jeune femme de tout à l'heure. Chez moi, un simple jus de fruit est considéré un mets rare alors je ne te parle pas d'une bière.

Je continuais à compter un peu de mon passer, en ne détaillant pas les moments les plus rudes et les plus tragiques.


- Et toi, c'est quoi ton histoire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Mar 27 Juin 2017 - 22:16
Elle lança un regard méprisant aux quelques fêtards qui observaient leurs mouvements, bien consciente que la baston risquait de reprendre dès son départ... ou même avant qu'elle ne le fasse. L'alcool et les égos endommagés peuvent pousser aux trucs bêtes, elle ne regretterait pas l'idée de démolir lentement ces idiots (c'était une perspective même satisfaisante, pour une violente comme elle) mais une "gardienne de la paix" ne pouvait pas s'engager dans des rixes de bar comme ça, c'était un truc pour les non gradés ou les genins ennuyés, pas les petites élites comme Zera.


Le bar était refroidi, c'était sûr. On lui avait longtemps dit qu'elle possédait un talent pour aspirer instantanément la joie autour d'elle, elle avait toujours vu cette phrase là comme un "compliment", ravie de l'effet qu'elle pouvait avoir sur les autres. Certains voulaient recevoir de l'amour, de l'adoration ou même de la haine, elle ne voulait rien d'autre que de la peur... et un peu d'amour, mais elle verra ça pour plus tard.


Quoi qu'il en soit, elle était donc satisfaite, se posant seulement sur une table alors que les conversations se déroulaient plus lentement en arrière plan, les bruits de fête tenant désormais plus de la boite à musique brisée que de la véritable ambiance festive d'avant. C'était fou comment les ambiances chaleureuses et conviviales pouvaient être brisées avec seulement quelques mots ou actions bien placées. Une leçon à retenir si elle devait tuer l'ambiance un autre soir.


Le jeune homme lui demanda de le nommer "Kintaro" ou "Kin", l'option 1 fut instantanément choisie : Kin, c'était trop affectueux. Elle voulait au moins avoir une petite barrière entre elle et ses compagnons, au lieu de leur donner des désillusions de rapprochement. C'était seulement pour son bien.


Zera agrippa un couteau de façon désintéressée peu après qu'il ait mentionné "frustré", faisant rouler l'arme blanche sur sa paume gantée avant de la redéposer sur la table avec douceur. C'était sûr qu'elle se vengeait de lui pour cette phrase, mais de préférence, ce ne serait pas dans un bar. Elle ne voulait pas être vue comme une psychopathe devant tout le monde, voyons !


Oyoumon Zera, je travaille pour atteindre le sommet et le dépasser. En partant de ça, jus de fraise, merci.


Il aimait l'alcool ? Hé bien, cela faisait deux personnes avec des vices. Elle ne buvait guère d'alcool, et lui dirait bien de ne pas détruire son corps avec, mais elle n'était pas sa mère et n'était pas assez intéressée pour tenter le coup, de toute façon. C'était son problème, qu'il gère sa petite addiction tout seul.


Il venait donc du désert ? Il était déjà prêt pour sa vie de ninja, alors. Kintaro semblait avoir eu un passé sordide, le genre qui alimenterait un livre, et qui expliquait sa fascination avec les boissons. Le coup de poing envers la jeune femme s'expliquait, vu qu'elle avait fait la pire chose possible au Genin en lui lançant de l'alcool au visage, pas que ça n'excuse le coup en question. Quoi que, elle était mal placée pour la violence en général. 


Le reste du discours se suivant, l'antipathie de Zera l'empêchait vraiment de ressentir quelque chose pour Kintaro mais elle simulait, histoire de gagner sa confiance.


J'ai grandie dans un orphelinat et j'ai récemment rejoint ce village, j'habite dans un appartement, seule. La vie ici est bien plus excitante que dans mon orphelinat, je suis satisfaite de cette ville... mais je ne compte pas juste rester plantée là longtemps.


Un sourire se forma promptement sur son visage, alors qu'elle entreprit de dévisager son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 28 Juin 2017 - 16:04
La jeune femme qui venait de lui sauver la mise se nommait donc Oyoumon Zera. Elle me comptait qu'elle voulait devenir une personne importante, mais pour qui ? Le village ou bien autre chose. Elle ne précisait pas ses paroles et continuait les explications sur qui elle était. Une étrangère, comme moi et en plus orpheline.. J'essayais de m'imaginer la dureté de son enfance contrairement à la mienne. Mais pendant toutes ses histoires je ne pouvais pas de m'empêcher de l'analyser. Depuis tout à l'heure, elle s'amusait avec un couteau en main. De plus, quelque chose n'allait pas avec son histoire, bien que je ne doutais pas de ce qu'elle me disait, mais plutôt de la façon de le dire. Elle me donnait l'impression de se forcer à être social. La tournure de ses phrases donnaient l'impression d'être vide d'expression, comme si elle cachait son jeu. Et c'était à la fin de la discution qu'elle levait le doute sur mes suspicions avec un sourire des plus monstrueusement faux.


- Écoute Zera, je suis peut être qu'un nouveau dans ce village, mais je sais quand une personne me cache des choses et toi, là c'est le cas ! Ton attitude a l'air faux, tu donnes l'impression d'être en train de te retenir. Soit comme tu es, n'essaye pas d'être quelqu'un d'autre sinon jamais tu ne réussiras dans tes objectifs si tu ne le fais pas en étant toi-même !


Mes paroles pouvaient la brusquer comme la libérer, j'étais en pleine partie de poker. Malheureusement, je n'avais pas le temps de voir la réaction de Zera.

Derrière elle se trouvait une dizaine d'individus dont les trois connards de tout à l'heure. Apparemment ils n'avaient pas appréciés de se faire rembarrer par miss gardienne de la paix. La moitié des mecs avaient sûrement un bon coup dans la tronche à l'état de leur posture. D'autres maintenaient des bars de bois et des bouteilles de verres. Je me levais devant Zera en lui montrant ce qui se passait de l'autre côté de son épaule.


- Zera, cette fois ils n'en ont pas que contre moi j'ai l'impression. Par contre, va y tranquille ! Je sens que tu es capable de faire des ravages.


Je ne sais pas pourquoi je lui avais dit ça, car même mon instinct me disait que Zera pouvait me mettre hors combat en quelques secondes...

Après deux secondes d'observations, personnes ne bougeaient en face de moi. Tant mieux, j'avais décidé d'être le premier à passer l'attaque. J'agrippais la chaise sur laquelle j'avais posé mes petites fesses pour l'utiliser comme arme de contre. Je possédais bien un kunai caché sur moi, mais je ne voulais pas risquer de blesser trop gravement mes opposants. Le premier à ce réveiller en face m'attaqua avec une bouteille de bière vide en levant celle-ci en l'air et criant durant sa course. Quoi de plus type qu'une attaque d'un ivrogne, plus de bruit que de dangerosité. Ma chaise bloquait le poing et l'arme de ce type me laissant une ouverture pour atteindre sa nuque. Un coup de paume bien placer le mettait KO rapidement. J'enchaînais sur le second et sa batte en bois, il arriva d'ailleurs à me donner un coup dans l'épaule. Encore heureux que l'adrénaline retenait au maximum la douleur, sans cette merveille du corps humain, je serais peut-être en train de lâcher une petite larme sur le sol. Je profitais que ton arme était encore à porter de main pour la saisir et la balancer loin de là. Désarmer et désemparer, je lui envoyais un coup de poing directement dans la mâchoire pour le mettre hors combat. Par chance, ça marchait plutôt bien, merci l'alcool ! Une pause de quelques secondes s'installait entre moi et mes opposants, j'en profitais pour regarder ce que Zera était en train de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Ven 30 Juin 2017 - 1:09
Elle observait son jeune ami avec tout l'intérêt factice qu'elle pouvait porter, fermant et réouvrant ses yeux tout en lui lançant son regard habituel, continuant de siroter son jus de fraise. Il était étonnamment délicieux, elle devrait repasser plus souvent dans ce coin, le nectar y avait le mérite d'être bon, a l'inverse de la population qui fréquentait l'établissement. Que des brutes hirsutes, sans cesse dans des comas éthyliques, qui gâchaient le temps de tout le monde et dépensaient inutilement de l'argent pour compenser leurs addictions cruelles sans fins, de véritables déchets.


Ils ne méritaient même pas de respirer près d'elle, la chûnin experte. Dans SON village... oui, si elle avait les commandes, ils seraient obligés de travailler et de contribuer. Au lieu de parasiter la ville, ils y contribueraient de façon silencieuse. Ils seraient enfin heureux ! Qu'est-ce qui pouvait être si compliqué dans ses idées ? Pourquoi est-ce qu'elle était appelée une sociopathe simplement parce qu'elle était plus logique que d'autres dans ses idées ?


En tout cas, Zera savait que son interlocuteur ne la croyait pas. Elle pouvait le voir dans ses yeux, il avait... le regard, le même regard que ses camarades dans l'orphelinat quand elle voulait jouer avec eux, ou quand elle se présentait comme amie. Les yeux de l'instinct, ceux qu'un humain poserait devant un piège pour la première fois. Depuis des années, elle n'avait pas vu cet infernal jugement dans les yeux, et alors qu'il émergeait de nouveau alors qu'elle voulait simplement se détendre, une étrange sensation de frustration montait en elle, les souvenirs affluants dans sa tête.


Il prit ensuite la parole, il OSA prendre la parole pour lui donner des ordres ! Des ordres ! Il lui faisait la morale ?! A elle, une chûnin ?! Elle progresserait parfaitement dans ses objectifs sans son aide, merci ! Son oeil droit fit quelques spasmes nerveux, sa main se posant sur son menton pour la caresser en contemplation, se déplaçant suffisamment vite pour lui donner une légère sensation de brûlure. Il serait sage de partir, mais un autre évènement l'interrompit promptement : plusieurs des alcooliques s'étaient réunis, avec la ferme intention de prodiguer une correction aux deux individus.


Elle hésita a les tuer, puis reposa son arme, alors qu'il lui tonna d'être tranquille. Elle voulait bien briser les os, et écraser leurs visages sous son pied, mais il avait raison. Dans un tel environnement, il fallait se retenir et ne rien faire d'extravagant. La jeune femme se leva seulement, et marcha vers le groupe armé, le plus dangereux pour tout le monde. Il eut la même idée, combattant quelques individus armés de bouteilles pour baisser le nombre.


Le groupe se lança, le premier des ivrognes tentant de la blesser via un coup vertical de haut en bas, s'avançant un peu, l'Oyoumon agrippa le bras de son ennemi pour faire une prise afin de le jeter en sol, le désarmant ensuite avec un coup de pied rapide. Un autre se lança promptement, mais Zera, une main agrippée sur l'autre alcoolique, bondit pour le frapper d'un salto arrière qui le lança sur un autre individu.


Atterrissant pile sur l'estomac de son ennemi, elle fit un simple coup de poing pour l'assommer, bondissant ensuite vers la pile ennemie, pas encore bien réunie, pour frapper avec un puissant coup de pied, éparpillant les ennemis au centre de la pièce vide. Certains y restèrent, mais d'autres se relevèrent, maniant toujours des armes, elle atterrit promptement sur le plus proche avant de se lancer dans une danse riche en bleus.


Ses jambes, ses mains, même sa tête s'agitaient dans tout les sens, lançant des attaques rapides et bien exécutées, juste assez fortes pour assommer et faire valdinguer, juste assez faible pour ne pas les tuer ou causer des dégâts permanents. 


A la fin, Zera se tenait sur plusieurs ivrognes assommés, posant une main rageuse sur ses cheveux pour les relever. Son adrénaline, malheureusement, fit que le geste fut exécuté avec plus d'intensité qu'elle ne le voulait.


Si vous abandonnez maintenant, vous vous épargnerez des concussions malheureuses. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 30 Juin 2017 - 2:24
Je levais les yeux pour regarder Zera et je voyais une bête sauvage en action. A elle seule, elle était en train d'exploser huit mecs... Pendant que moi j'en avais simplement mis à terre deux dont un bourrer. La rage remplissait ses yeux, la haine avait fusionnée avec ses poings et son aura était en ébullition. Ce qui confirmait mes doutes sur elle, elle était une accroc de la violence à la limite de la psychose. Je me disais bien qu'une fille avec un regard aussi ténébreux qui prenait un jus de fraise était louche. Il lui fallait goûter des bières à celle-là même si elle ne voyait pas encore la puissance de l'arôme sucrée de la décoction. Bizarrement, j'avais un mauvais pressentiment à mon propos. J'avais l'impression que dans l'histoire c'est moi qui l'avait rendu comme cela avec mon histoire d'être elle-même.

Jonchant les dépouilles encore agonisantes, Zera menaçait les quelques gars encore debout après son carnage. Il fallait admettre, elle n'y allait pas par quatre chemins. Et il ne fallut pas trois secondes pour que les idiots qui l'avaient provoqué détalles à toutes vitesses laissant leurs potes en souffrance sur le sol froid du bar. C'était alors qu'un léger souffle froid caressait ma nuque, comme une mise en garde... Je vais peut-être les suivre ses mecs au final... Pour vivre.

Je pris un des mecs que j'avais rétamer tout en avançant pour l'expulser du bar. Il allait me servir de couverture pour mon évacuation d'urgence. Arrivé au bord de la porte, je le jetais dehors et je me retournais vers Zera.

- Écoute Zera, je te trouve beaucoup plus rayonnante comme ça. Si ton aura ne me disait pas de fuir, je serais bien resté te faire la papote. Mais au final, il faudra attendre que tu comprennes que les gens commenceront à t'apprécier quand tu seras toi-même et pas une copie d'une adorable et mignonne jeune fille. En tout cas c'est comme ça que je le vois. Tu es une lionne et les lionnes chassent et tuent, mais tout le monde aime les lionnes, car elles font ce qu'elles doivent faire tout en étant belle !

Une goutte de sueur commençait à couler le long de mon front ou bien était-ce une goutte de sang ? Je pris un verre de bière traînant à côté de la porte, car je n'avais pas pu savourer la mienne. Et avant de filer à la Kirijin, je lui lançais à la figure une douce phrase.

- En tout cas Zera, tu es vachement cool. J'ai hâte de te revoir avec une ambiance plus calme.

_________________

"Un farm de qualité pour un rp saint !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

La bataille des brunes, des blondes et des rousses [FT - Oyoumon Zera]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: