Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Les limites du corps. [Ft. Setsuna Kurai]


Lun 16 Avr 2018 - 0:59
La douleur. Voilà qui était probablement la plus agréable sensation pour se sentir en vie. Un rappel perpétuel du corps sur notre condition de mortel mais aussi quand les limites sont atteintes. Qui y-a-t-il de plus agréable de savoir que l’on a littéralement donné le meilleur de soi-même physiquement ? Beaucoup de chose selon certaines personnes, nombreux sont ceux qui préfèrerait se détendre en s’enfilant des kilos de nourriture beaucoup trop calorique pour leur bienêtre. Pas moi, il n’y a pas plus rafraichissant que la douleur et meilleure manière de se repaître que de se dépasser. J’avais fait ma route à l’hôpital depuis les dojos après m’être justement dépassé. L’ouverture de la quatrième porte céleste était quelque chose de parfaitement nouveau pour moi et j’appris que son prix en plus des coups reçu avait été tout aussi terrible que la puissance qu’elle prodigue.

Les médecins civils m’avait pris en charge en appliquant un maximum d’onguent et de bandage que possible, signalant de multitudes déchirures musculaires ainsi que des contusions extrêmement violentes sans parler des blessures tranchantes que j’avais subi. Il faut dire que le combat au dojo avait marqué le coup en termes de brutalité et ma tendance et ne rien vouloir lâcher m’avait joué une fois de plus des tours. Mais ce n’était qu’en allait chercher le meilleur de moi-même que je continuerais de m’améliorer, si je ne venais pas à mourir avant. Une fois qu’ils eurent fini de s’occuper de moi, les médecins m’annoncèrent qu’ils avaient fait la demande express d’un Ninja soigneur pour s’occuper de moi. Ils avaient utilisé un terme spécifique que je m’étais empressée d’oublier au final, la douleur n’aidant pas trop à la concentration. Mais je me contentais d’hocher la tête, tout ce qui me permettait de me remettre plus vite de mes blessures était le bienvenu.

J’étais dans mon lit d’hôpital, à demi redressé proche de la fenêtre alors que l’autre patient de la pièce était un vieillard fiévreux souffrant d’hallucination qui ne pouvait pas s’empêcher de gesticuler et d’hurler des choses qui n’avaient absolument aucun sens. Si j’avais pu faire plus de trois pas en dehors de mon lit, j’aurais sans aucun doute été l’étouffer pour mettre un terme à cette souffrance. Une missive arriva dans ma chambre à mon intention, je cru que c’était pour m’annoncer l’arrivée du ninja médecin, mais nullement, c’était une information comme quoi j’avais été affectée à l’équipe numéro une de Kiri, sous la charge d’une certaine Yui Mikan. Je ne la connaissais pas, mais j’espérais avoir récupéré relativement rapidement de mes blessures pour ne pas manquer mon premier départ en mission. L’attente fut longue, assez pour que je me mette à faire des conjectures sur les futurs membres de mon équipe, me demandant quelles étaient leur capacité, leur expérience. Ma réaction si je tombais sur des incompétents ou justement la frustration que je pourrais ressentir si je n’allais être qu’un poids mort parmi des experts. Mais je fus bien vite sortie de mes pensées par le bruit de la poignet de la porte d’entrée de ma chambre d’hôpital alors que le vieillard fiévreux hurlait à la mort qu’un démon était entrain de l’étrangler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Mar 17 Avr 2018 - 0:35
Kurai était facile à trouver, elle passait sa vie dans les couloirs ou les salles de l'hôpital de Kiri, dans la partie des urgences là plupart du temps, là où l'animation était maximale, où elle pouvait s’exercer au mieux, s'améliorer. Une missive lui parvenait à la fin de son service, une des secrétaires médicales qui lui avait alors qu'elle rentrait chez elle. Une demande spéciale qui attendait depuis des heures faute de médecin libre, une visite presque à domicile chez un confrère plus orthodoxe. L'irou, le terme donné aux ninjas médecins, ne faisait pas prier, emportant avec elle son sac et tous les rouleaux renfermant sa bibliothèque, elle qu'elle essayait de reclasser depuis l'attaque sur la citée.

Cela ne lui prenait pas vraiment beaucoup de temps pour se rendre, simplement elle s'annonçait, avant de toquer puis rentrer pour rencontrer sa patiente. Kurai aimait la simplicité, aussi, avant tout, elle saluait la jeune femme enroulée telle une momie, puis se présentait comme l'irou Setsuna Kurai, son expression était neutre, la Setsuna n'était pas vraiment du genre souriante ou joviale, mais bien que sérieuse, elle n'était pas désagréable.

-Je m'excuse de vous avoir fait si longuement attendre. Il y a plus de patients que de médecins malheureusement.

Déposant son sac, sans perdre de temps, elle lavait ses mains, après avoir remonté ses manches, pour venir examiner la patiente, ôtant les bandages pour voir avant tout si cette dernière nécessité vraiment une intervention chakratique ou si la voie naturelle pouvait être une option acceptable. Une aura bleue s'échappait de ses mains et la bulle étrange s'invitait dans le corps de la kirijins pour lui fournir un diagnostique plutôt encourageant. C'était seulement parce qu'elle avait affaire à une ninja qu'on l'avait appelé, Kiri voulait sûrement pas lui offrir plus de repos que nécessaire. Qu'elle reprenne son service au plus vite. Alors Kurai ne cherchait pas à comprendre. Ses mains se déposaient sur les zones souffrantes, dégageant une chaleur agréable dans le corps et sur la peau de l'inconnue pour la soigner. C'était vrai ça d'ailleurs, elle ne lui avait même pas demandé son identité, mais elle la connaissait déjà puisque informée à son arrivée par son confrère.

-Comment vous vous êtes fait ça au juste ? On dirait que le corps s'est détérioré de lui même...

Pour être franche, elle n'avait jamais vu ça... Ou du moins, cela ne lui disait pas grand chose. Ses soins allaient prendre quelques minutes, alors autant en profiter pour discuter. Qui sait, un détail pouvait bien déclencher un heureux hasard...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 18 Avr 2018 - 15:24

Faisant totalement abstraction du vieillard, je n’ai presque pas entendu la porte de la chambre qui s’ouvrait. Ce n’est que l’introduction de la ninja-médecin du nom de Setsuna Kurai qui me tira de mes pensées et de mon regard perdu dans le vide du décor extérieur. Je vis une femme à l’allure et au style qui j’aimais beaucoup, m’attardant quelques secondes sur son regard pour le jauger. Je vis cependant qu’elle ne perdait pas vraiment de temps et commençait déjà à appliquer des soins sur ma personne, elle en avait juste profité pour s’excuser rapidement de son retard. Je murmurais rapidement que ce n’était rien, me contentant de la regarder faire.

Une vague de bien être commença alors à se faire ressentir au niveau de ma jambe, je baissais lentement les yeux pour voir où elle avait posé sa main avant de lâcher un soupir déçu face à la douleur qui s’efface. Cela la rendrait plus rapidement opérationnel, mais la douleur permanente avait quelque chose d’agréable alors que cette sensation de bien être offerte par la médecin n’était que temporaire. Elle brisa le cours de mes pensées pour me demander comment je m’étais fais ça. La question me perturba un peu même si elle était parfaitement normale, je mis quelques secondes à lui répondre. Avant de de dire d’une voix douce :

« Pour les muscles, c’est le contre coup de ma technique secrète qui consiste à l’ouverture des points de libération spécifiques du système circulatoire du chakra régulant le flux de chakra d'une personne. C’est ce que l’on appelle les portes célestes. Cela permet de gagner en force, en vitesse, de dépasser la limite de l’entendement, bien plus que n’importe quel autre Jutsu, mais comme vous le voyez, le contre-coup pour le corps est assez puissant. Ajoutez à cela que l’entraînement durant lequel j’ai utilisé la technique a été assez violent et vous avez ma situation actuelle. »

Mon ton était agréable, appréciant la sensation que me faisait ressentir la femme, me déconnectant de la douleur et de la colère sur lesquelles j’avais l’habitude de me focaliser et qui me donnait cet air froid. Je me permis d’ajouter avec une pointe d’humour non nécessaire.

« Je vous montrerais bien, mais cela risque seulement d’alourdir votre travail… »


Je me surpris moi-même à faire une blague, je suppose que le malaise de ma situation allongée dans un lit d’hôpital devait jouer sur mes humeurs. Je me contentais ensuite de reposer le crane sur l’oreiller et fixer le plafond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Ven 20 Avr 2018 - 15:55
Concentrée sur sa tâche, Kurai écoutait plus ou moins en général ses patients, c'était plus par bonne conscience qu'elle leur faisait la conversation, pour les aider à se sentir mieux. Mais cette fois, ce qu'elle obtenait en réponse, la déconcentrait même un instant. Son regard de minuit se déportait vers celui de la jeune femme qu'elle soignait, un air intrigué par la précision avec laquelle elle lui exposait comment elle s'était faite mal. C'était loin d'être une amatrice donc...

-Eh bien, le hasard est bien curieux.

Elle-même avait étudié l'idée de jouer avec des portes célestes, pensant que c'était une bonne combinaison avec sa médecine, mais constat était fait, que Kurai était tout, sauf fait pour le corps à corps. A chacun ses talents.

-Et si ce n'est pas indiscret quelle porte t'as abîmé comme ça ?

Kurai savait qu'il en existait plusieurs pour les avoir étudié, à chaque fois, elle revendait ses ouvrages puis rajouter la différence pour obtenir la version au dessus. Les médecins avaient beaucoup de contact et des arguments quand il s'agissait de pouvoir te laisser mourir en cas de refus. Son soin effectué au bout de quelques minutes, toujours avec sa lassitude transpirante, l'irou fouillait dans sa sacoche de travail. Elle en sortait alors un tas de fins rouleaux, qu'elle dispersait sur sa table de travail. En désactivant son sceau, un bazar de livres, notes et rouleaux sur le sujet apparaissait, parmi eux, l'objet de ses convoitises, qu'elle tendait à sa patiente pour lui faire examiner.



-Je cherche à étudier les effets de cette technique sur le corps humain. Y es-tu déjà arrivé ? Sinon, te sentirais-tu capable de travailler dessus pour y arriver et revenir me voir pour un examen ? Peu importe le temps que ça prendra, je ne suis pas pressée.

Typiquement, la doc allait directement là où elle voulait en venir, à prendre ou à laisser. Dans tous les cas, sa tâche était finie, elle pouvait simplement remballer ses affaires et partir, ce n'était pas son genre de convaincre les gens et leur forcer la main. Il faudrait que l'enthousiasme vienne d'elle donc... Cette étrange patiente qui tombait au bon moment !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 20 Avr 2018 - 18:53
Au moment où elle posa son regard dans le mien, je ne pus m’empêcher de la détourner par réflexe. Cela perturba un peu le cours de mes pensées. Je n’avais jamais vraiment eu ce genre de réflexe. C’était sûrement ma condition qui me déstabilisais me disais-je alors que je tournais fébrilement les yeux dans sa direction pour essayer de tenir le contact avec ces deux perles noires de jais.

Elle semblait connaître précisément de quoi je parlais. Me demandant quelle porte précisément m’avait « abimé ». C’était étonnant car rares sont les personnes connaissant les portes célestes. C’est quelque chose qui se rapproche d’une technique secrète et parmi les personnes connaissant son existence, encore plus le sont celles qui ont la capacité de les développer. J’allais lui répondre en l’observant terminer son œuvre sur moi, ayant l’air complètement blasée par cette dernière. Elle semblait s’ennuyer profondément alors que personnellement, j’avais la sale impression de ne pas savoir où me mettre. Je lui répondais, bégayant quelques peu à ma grande surprise :

« Eh bien je.. Je.. Fin’ c’est… La heu, la quatrième porte. Celle de la blessure. »

Je secouais la tête en quittant son regard, fixant mes pieds momifiés, perturbée par le fait que je perdais mes mots. De son côté la Ninja médecin commençait à sortir des livres, notes et rouleaux, semblant rechercher quelque chose. Elle m’indiqua qu’elle cherchait à étudier les effets de cette technique sur le corps humain en me tendant un rouleau. Ce rouleau contenait les détails sur la manière de réussir à ouvrir la sixième porte céleste, celle de la contemplation. Je travaillais moi-même activement sur la cinquième et arrivait à l’ouvrir partiellement. Je constatais que ce rouleau allait me faciliter énormément la tâche lorsque je déciderais de m’attaquer à cette dernière. Je lui répondis, en hochant la tête, d’une voix un peu plus assurée.

« Non, je n’y arrive pas encore, je suis à peu près à la cinquième. Ce rouleau est bien foutu, il contient vraiment tous les détails. De qui l’as-tu obtenu ? »

Je m’arrêtais, attendant brièvement une réponse avant d’ajouter, pour répondre tout d’abord à la sienne.

« Et oui, je veux bien travailler dessus et venir te voir une fois que j’aurais les résultats. Il me faudra juste le temps nécessaire, mais si tu me laisse ce rouleau, je peux te garantir d’y arriver rapidement et que tu seras la première à qui je montrerais cet accomplissement. »

Je la fixais de mes prunelles glacées, en perdant un peu moins mes moyens que précédemment face à cette scientifique qui voulait visiblement m’utiliser comme cobaye de laboratoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Les limites du corps. [Ft. Setsuna Kurai]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: