Partagez | 

Les démons de minuit ! (PV Anaï Eyana)


Lun 16 Avr 2018 - 12:39
La nuit était tombée depuis belle lurette dans le village de Kiri. Surexcité par la tâche qui m'incombait, je sautai de toits en toits, à scruter les parcs, les lieux de promenades déserts … Un manège qui fit pouffer de rire les quelques patrouilles qui vadrouillaient ça et là. Leur mépris m'importait très peu, en vérité. On m'avait confié une mission de la plus haute importance. Certes, elle n'était pas officielle, mais elle était au moins de rang S, si ce n'était plus. Une enquête des plus sordides, des plus sidérantes … Minuit. Comme promis, je sortis l'ordre de mission qui m'avait été donné. Je déroulai le parchemin, et lis son contenu, écrit par la main d'une fillette.

Chère monsieur le ninja,
Toutes les nuis, ya un vilain fantome qui fé peure. silvouplé, fesez l'enkéte et tué-le. Il fé vrémen peur. Pairsonne nou za cru, vou zéte notre seule aispoare.
Signé : Kuki.


Ce message transpirant la terrifiance, le désarroi et la détresse, m'émus au plus haut point. Je ne pus m'empêcher de verser une larmichette, tant l'affaire était d'une importance capitale pour le village. Une créature de la nuit terrorisait les nuits tranquilles ce qui empêchait les habitants de profiter de leur RTT. La chose responsable de cette pagaille, allait le payer. J'en fis le serment. Tout avait commencé la matinée-même, où une petite fille m'avait donné la missive, alors que je mangeais un sandwich à la fraise, arguant qu'il s'agissait d'un contrat de rang S, que la menace était nocturne, et qu'il fallait ouvrir le rouleau une fois que minuit aurait sonné. J'avais obéi. Et le temps de l'enquête avait débuté. De toits en toits, je reniflai des pistes, tendais l'oreille, mais rien. Rien ne filtrait malgré cette splendide nuit où la lune illuminait de manière inadéquate tout Kiri. Aucun fantôme à l'horizon. Peut-être s'agissait-il des esprits épouvantés des combattants de la guerre qui avait frappé le village, il y avait quelque temps, lors du coup d'état des Hyôsa ? Impossible de le savoir. En tout cas, le destin ne tarda pas à frapper. On hurla à l'aide, dans une petite ruelle. Je plongeai alors en direction du cri de détresse. Qu'est-ce qui allait m'attendre ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 16 Avr 2018 - 14:43
La nuit. Voilà un domaine dans lequel je me sentais parfaitement à mon aise. Mes yeux avaient fini par s’habituer à force que je passe autant de temps dans l’obscurité, une sorte de filtre s’appliquer devant mon regard, analysant les détails avec presque plus de précision que durant la journée. J’étais ce que l’on appelle un oiseau de nuit, malheureusement pour mon rythme de vie. La lune et les étoiles me détendaient, me réconfortaient. Je n’étais que rarement endormie avant les coups de trois heures du matin, si ce n’est pas lorsque l’aube se lève. Le rythme de l’académie m’avait fait piquer du nez un sacré nombre de fois et lorsque les cours étaient un peu trop long, surtout dès huit heures du matin, je finissais bien vite à m’endormir en utilisant mes avants bras en coussin qui me semblait être sur le moment très confortable.

J’étais là sur mon toit favori de la bordure extérieure de Kiri lorsque j’entendu le mouvement d’une forme qui se posait proche de moi. D’un mouvement réflexe, j’avais une lame en main et je me redressais pour seulement apercevoir l’ombre d’un Shinobi partir en direction d’un autre toit. Intriguée par celui ou celle qui avait pu perturber ma calme introspection nocturne, je me mis debout en rangeant mon arme et me mit à suivre la personne en me faisant le plus discrète possible. Elle n’avait pas grand risque de me repérer vu comment elle semblait occupée à chercher partout quelque chose. La détermination se lisait sur ses gestes ainsi que l’air d’être attentif au moins détail. Je me contentais de rester dans son angle mort en faisant le moins de bruit possible, je ne savais pas ce que la personne cherchait, mais ça promettait d’être intéressant.

Un cri retentit et le shinobi qui se révéla être un homme aux traits anguleux de son visage accourut dans la direction du cri. Voilà peut-être ce qu’il cherchait finalement. Je le suivi toujours de manière discrète en prenant une hauteur de plus sur lui. Dans la ruelle adjacente se trouvait une petite fille qui criait à sa fenêtre en se hâtant de la refermer. Plus bas, au niveau de sol se trouvait une forme trapue portant un long manteau noir le couvrant jusqu’aux chevilles et une paire de botte de la même couleur. Un masque de Oni cachait son visage et seule une longue touffe noire était un élément distinctif. Je vis le shinobi voir la même scène que moi et alors que j’étais au-dessus de lui, à quelques mètres seulement, je lançai dans sa direction, d’une voix pleine de malice.

« Alors, que vas-tu faire ? »

Je le fixais du haut de mon perchoir, mes deux yeux bleu glaces pénétrant sa personne avec pour seul lambeau de peau visible, mes avant-bras et mon visage. Mes cheveux sont pleinement détachés, il y a un daisho à ma ceinture et une autre lame longue dans mon dos ainsi que de multiples poches à outils ninja sur les hanches, en ceinture pectorale et à la ceinture. J’étais parée au combat comme d’habitude, reste à savoir si l’homme n’allait pas m’identifier comme la menace plutôt que la personne en bas. Mon bandeau de ninja de Kiri sur mon épaule droit m’identifiait cependant. Je restais sur mon perchoir, guettant sa réaction, les jambes fléchies et les mains sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Mar 17 Avr 2018 - 19:46
Depuis le toit du club de couture du village, je surplombai la ruelle aussi sombre et étroite que le croupion d'un dindonneau. Une fillette venait de fermer la fenêtre de sa chambre, car en bas, se tenait un être tout à fait particulier. Entièrement drapé dans un long manteau noir, portant un masque tout à fait terrifiant, il restait là, debout, les yeux rivés sur la fenêtre qui venait de se refermer. C'est alors qu'une voix vint jusqu'à moi, me demandant ce que je comptais faire. Je tournai la tête, et remarquait la présence d'un autre Kirijin. Ou plutôt d'une autre Kirijin. Elle était vêtue d'une tenue de combat ninja tout à fait impressionnante : cette jeune kunoichi était armée jusqu'aux dents. Néanmoins ses yeux froids et bleus me faisaient irrémédiablement penser à l'eau turquoise des Bahamas. Elle semblait s'amuser de la situation. Et quelque peu décontenancé, je répondis :

Je vais intervenir, pardi !

Je sautai depuis le rebord du toit, et atterris non loin de l'étrange homme en noir. Il tourna la tête vers moi, puis redirigea son regard vers la fenêtre de la chambre de la gamine. Je dégainai mon ninjato, et menaçait ce rôdeur indésirable.

— Monsieur, je vous arr …
— J'ai toujours adoré voir le visage des enfants se pétrifier de terreur. La peur … La crainte … Toutes ces émotions sont délicieuses pour moi. J'en éprouve un si grand plaisir que … ouh … Je crois que je viens de faire la gougoutte dans mon pantalon. Mais ce que j'aime par-dessus tout, c'est de me nourrir du sang de mes victimes, oui … Je suis l'esprit Yojuta, le démon frappeur de l'outre-monde, pour devenir le cauchemar vivant de toutes les petites trognes de Kiri … Et si tu oses braver l'interdit et croiser le fer avec un spectre, tente donc ta chance, microbe …
— Que … Hein ?


Il fallait que j'agisse immédiatement. N'écoutant que mon courage, je chargeai, mon ninjato en arrière, prêt à planter ce fou. Une fois à bonne distance, la lame siffla, et … Traversa le bonhomme sans le blesser. Venais-je de rêver ou quoi ? A moins, qu'il ne s'agissait d'un Genjutsu … Non … Cet homme ne pouvait être immatériel. Il y avait une astuce, quelque chose … Oui, son manteau était suspect. Je l'agrippai comme je pus, et le retirai de toutes mes forces. Je retrouvai alors devant moi, un homme en tenu de combat style kimono, sans manches, toujours avec ce masque horrible.


Il me fit signe de la frapper encore. J'obéis, mais sans succès. Je venais de planter carrément ma lame dans son ventre. Rien n'y faisait, c'était comme si je venais d'agiter mon ninjato dans du vide. C'était à tomber à la renverse ! Le dénommé Yojuta se mit en position de combat et lança alors :

Fûton : Bourrasque Infernale !

Une déferlante de vents lacérants me firent littéralement valdinguer en arrière, et me fit me cogner contre un mur. Les poubelles, pancartes et autres objets présents dans la ruelle furent balayés comme des fétus de paille tant la puissance de ce vent était terrible. Les structures-même des quelques habitations grincèrent, et je manquai de m'envoler à des hauteurs dangereuses pour ma bonne santé. Une technique Fûton. Ce gars-là était un manieur de vent. Mais cela n'expliquait pas le fait qu'il fût immatériel, ou plutôt intangible. L'énergumène se mit alors à flotter dans les airs, puis à s'élever, alors que ses jambes s'étaient transformées peu à peu en un tourbillon de vent. Lorsqu'il fut à la hauteur de l'autre inconnue Kirijin, il ne tarda à se mettre en position pour lancer un nouveau jutsu, ou une technique dangereuse. Malheureusement, je n'eus pas le temps de prévenir la kunoichi. Elle allait devoir se débrouiller sur ce coup-là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 18 Avr 2018 - 20:07
Incrédule, je vis l’homme descendre en déclarant sa volonté d’intervenir. Je m’assis en tailleur du haut de mon toit pour observer la scène avec intérêt, mais à ma grande tristesse, je ne pouvais pas entendre l’échange qui opposait les deux individus. Celui avec son masque devait sûrement un idiot qui se déguise et voilà qu’il se retrouvait avec deux Shinobi sur le dos, grande tristesse pour lui. Il allait avoir bien du mal à se sortir de cette situation épineuse. Puis survint une situation prévisible, le divin intervenant le chargea à l’aide de son arme. Ce qui l’était beaucoup était les mudra effectuées par l’homme masqué et la déferlante de vent qui emporta le Shinobi. Et j’ai presque eu l’impression qu’il l’avait traversé avec son Ninjato comme s’il était immatériel. Le sauveteur était devenu une victime en allant s’écraser projeter par le jutsu contre un mur, en espérant que ça l’avait pas tué sur le coup.

Avant même que j’eu le temps de réagir et de me préparer, il s’était mis à léviter et fut en face de moi. Exécutant les mêmes mudra.

Fûton : Bourrasque Infernale !

Je ne comptais cependant pas me faire avoir de la même manière et j’avais prévu le coup en voyant les Mudra, d’un rapide bond sur le côté je mis à couvert en voyant le toit se fait littéralement balayer par le vent. Je m’étais dissimulé derrière un panneau publicitaire et le spectre ou quoi que soit cette chose ne pouvait pu me voir. J’en profitais pour exécuter une technique rapide, un bushin no jutsu avant d’envoyer le clone d’un côté du panneau publicitaire seul. Le spectre prit la mouche et commença à exécuter de nouveau mudra pendant que j’en profitais pour sortir de l’autre côté, Katana en main.

C’était sous-estimé sa perception et il esquiva habilement le coup horizontal que je destinais à son masque en volant en arrière alors que j’allais me réceptionner sur le toit à côté, mon clone me rejoignant, nous retournions nous dissimuler derrière une élévation sur le toit. Avant de me remettre à l’action, j’en profitais pour crier à l’attention de mon camarade en bas s’il était toujours debout.

« Le masque ! Vise le masque, ça semble être son point faible ! »

Mon clone et moi repartions à l’attaque et je voyais le spectre finir de réaliser des dessins sur un parchemin. Il n’avait pas chômé et il fit rapidement une mudra.

Ninpo : La toile aux monstres fantomatiques !


Je vis les plusieurs monstres sur le parchemin commencer à en sortir et prendre forme. Ils ressemblaient aux Oni des légendes et avait vraiment les apparences de personnes qui ne fallait pas faire chier. Ils se dirigeaient tous en direction de la planque où j’étais et mon clone et moi furent obligé de bien rapidement accélérer la course. Mais le spectre ne comptait pas rester là à nous observer nous faire pourchasser et corsa un peu le jeu, commença à implanter une pointe de doute dans mon esprit.

Fûton : Projectiles successifs !

Et il commença à cracher de sa bouche de multiples projectiles, comme des billes à air comprimés qui faisaient des trous dans les murs. Mon clone et moi nous séparions, passant de couvert en couvert en étant forcé à sortir à cause des monstres fantomatiques. Ça devenait compliquer car j’étais concentré sur la défense sans trouver d’opportunité d’attaques alors que le spectre de son côté alternait entre mon clone et moi avec ses projectiles. A un moment, je vis mon clone se faire coincer dans un coin et être mis en charpie par les Oni et les projectiles, toute l’attention était désormais sur moi vu qu’il n’y avait plus de doute à avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Hier à 9:45
Le combat était en train de dégénérer. L'assaillant s'en prenait désormais à la jeune Kirijin qui était venue pour m'observer. Elle n'allait pas être déçue, c'était certain. Yojuta, donc, le démon frappeur de l'outre-monde, comme il s'était lui-même appelé, avait lancé la même technique Futon à son deuxième adversaire. Puis il s'était saisi d'un parchemin, l'avait effleuré de quelques traits avec un pinceau imbibé d'encre, puis fit vivre sous nos yeux ses croquis. Des croquis ressemblant avec précision à une horde de monstres qui rappelaient sans doute son masque blanc. Les démons d'encre se dispersèrent, et se mirent à saccager toute la ruelle, puis à malmener la kunoichi qui était venue en renfort malgré elle, et ce, malgré son clone.


Une simple interpellation avait dégénéré en formidable bataille de ninjutsu. Quant à moi je m'étais fait discret afin de tenter d'analyser la situation. Ma partenaire du soir venait de m'avertir qu'il fallait viser le masque de notre homme, car il s'agissait probablement de son point faible. Mais pour ma part, un autre point m'inquiétait. Le masque pouvait être tangible, certes, mais rien n'indiquait que l'ensemble de sa tête l'était forcément. En tout cas, c'était le seul filon à exploiter. En revanche, la composition-même de son corps m'indiquait qu'il s'agissait d'un imposteur. Sa technique lui permettant de flotter, se basait sur la transformation de ses jambes en tourbillon de vent. De plus, son répertoire de ninjutsu affinitaire semblait se baser sur du Futon. Il était plus probable que nous eûmes affaire à un adepte de l'assimilation élémentaire, et dans le cas présent, du vent. Dans tous les cas, il fallait lui ôter son masque. Alors qu'il était occupé à combattre la ninja inconnue, je m'apprêtai à lui lancer une salve de kunais bien placés, mais un coup de sifflet retentit.

En quelques fractions de secondes, une unité de cinq ninjas, probablement de grade Chunin au minimum, apparut. Là, c'était clair que le dénommé «  Yujiro » ne faisait pas le poids. D'ailleurs l'intéressé s'arrêta net, faisant disparaître ses monstres-sbires en encre. Il s'éleva plus haut dans le ciel.

— Tu es cerné ! Rends-toi, espèce de vandale !
— Je pense que c'est un assimilateur Futon, senpai. Il maîtrise également la Toile aux Monstres fantomatiques.
— Il est du type, moyenne distance, chef !
— Redescends, et il n'y aura pas de casse pour toi !
— Jamais vous ne m'attraperez !



Yujiro se volatilisa dans les cieux, dans un tourbillon de vent, qui en un instant c'était dissipé. Notre confrontation avec ce criminel de bas-étage venait donc de s'arrêter pour le moment. Impatient de récolter la moindre des informations sur ce shinobi se faisant passer pour un fantôme, le chef de l'unité d'intervention, nous ordonna de répondre à ses questions. Tout d'abord il s'adressa à moi. Je lui expliquai alors mes états de service, notamment cette fameuse mission de rang E qui m'avait rendu célébrissime par le passé, et mon combat quotidien pour le droit aux RTT. Puis je lui montrai la fameuse missive de la petite fille. Il la lut attentivement et me dévisagea avant de lancer un regard interrogateur sur la kunoichi.

— C'est une blague ? Tu le connais, toi, ce Momonga Zhou ? Si c'est ton pote, il doit être sacrément atteint.
— Hé je suis à côté, je vous signale … Bref. Passons. Toujours est-il que ce freluquet prétendait s'appeler Yujiro.
— Yujiro ? Mais c'est impossible … C'est un shinobi qui est mort il y a de cela 200 ans …

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les démons de minuit ! (PV Anaï Eyana)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: