Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Les démons de minuit ! (PV Anaï Eyana)


Lun 16 Avr 2018 - 12:39
La nuit était tombée depuis belle lurette dans le village de Kiri. Surexcité par la tâche qui m'incombait, je sautai de toits en toits, à scruter les parcs, les lieux de promenades déserts … Un manège qui fit pouffer de rire les quelques patrouilles qui vadrouillaient ça et là. Leur mépris m'importait très peu, en vérité. On m'avait confié une mission de la plus haute importance. Certes, elle n'était pas officielle, mais elle était au moins de rang S, si ce n'était plus. Une enquête des plus sordides, des plus sidérantes … Minuit. Comme promis, je sortis l'ordre de mission qui m'avait été donné. Je déroulai le parchemin, et lis son contenu, écrit par la main d'une fillette.

Chère monsieur le ninja,
Toutes les nuis, ya un vilain fantome qui fé peure. silvouplé, fesez l'enkéte et tué-le. Il fé vrémen peur. Pairsonne nou za cru, vou zéte notre seule aispoare.
Signé : Kuki.


Ce message transpirant la terrifiance, le désarroi et la détresse, m'émus au plus haut point. Je ne pus m'empêcher de verser une larmichette, tant l'affaire était d'une importance capitale pour le village. Une créature de la nuit terrorisait les nuits tranquilles ce qui empêchait les habitants de profiter de leur RTT. La chose responsable de cette pagaille, allait le payer. J'en fis le serment. Tout avait commencé la matinée-même, où une petite fille m'avait donné la missive, alors que je mangeais un sandwich à la fraise, arguant qu'il s'agissait d'un contrat de rang S, que la menace était nocturne, et qu'il fallait ouvrir le rouleau une fois que minuit aurait sonné. J'avais obéi. Et le temps de l'enquête avait débuté. De toits en toits, je reniflai des pistes, tendais l'oreille, mais rien. Rien ne filtrait malgré cette splendide nuit où la lune illuminait de manière inadéquate tout Kiri. Aucun fantôme à l'horizon. Peut-être s'agissait-il des esprits épouvantés des combattants de la guerre qui avait frappé le village, il y avait quelque temps, lors du coup d'état des Hyôsa ? Impossible de le savoir. En tout cas, le destin ne tarda pas à frapper. On hurla à l'aide, dans une petite ruelle. Je plongeai alors en direction du cri de détresse. Qu'est-ce qui allait m'attendre ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2881-fiche-de-zhou-la-carpe-ombrageuse-fini http://www.ascentofshinobi.com/t2956-momonga-zhou-la-carpe-ombrageuse-de-kiri

Lun 16 Avr 2018 - 14:43
La nuit. Voilà un domaine dans lequel je me sentais parfaitement à mon aise. Mes yeux avaient fini par s’habituer à force que je passe autant de temps dans l’obscurité, une sorte de filtre s’appliquer devant mon regard, analysant les détails avec presque plus de précision que durant la journée. J’étais ce que l’on appelle un oiseau de nuit, malheureusement pour mon rythme de vie. La lune et les étoiles me détendaient, me réconfortaient. Je n’étais que rarement endormie avant les coups de trois heures du matin, si ce n’est pas lorsque l’aube se lève. Le rythme de l’académie m’avait fait piquer du nez un sacré nombre de fois et lorsque les cours étaient un peu trop long, surtout dès huit heures du matin, je finissais bien vite à m’endormir en utilisant mes avants bras en coussin qui me semblait être sur le moment très confortable.

J’étais là sur mon toit favori de la bordure extérieure de Kiri lorsque j’entendu le mouvement d’une forme qui se posait proche de moi. D’un mouvement réflexe, j’avais une lame en main et je me redressais pour seulement apercevoir l’ombre d’un Shinobi partir en direction d’un autre toit. Intriguée par celui ou celle qui avait pu perturber ma calme introspection nocturne, je me mis debout en rangeant mon arme et me mit à suivre la personne en me faisant le plus discrète possible. Elle n’avait pas grand risque de me repérer vu comment elle semblait occupée à chercher partout quelque chose. La détermination se lisait sur ses gestes ainsi que l’air d’être attentif au moins détail. Je me contentais de rester dans son angle mort en faisant le moins de bruit possible, je ne savais pas ce que la personne cherchait, mais ça promettait d’être intéressant.

Un cri retentit et le shinobi qui se révéla être un homme aux traits anguleux de son visage accourut dans la direction du cri. Voilà peut-être ce qu’il cherchait finalement. Je le suivi toujours de manière discrète en prenant une hauteur de plus sur lui. Dans la ruelle adjacente se trouvait une petite fille qui criait à sa fenêtre en se hâtant de la refermer. Plus bas, au niveau de sol se trouvait une forme trapue portant un long manteau noir le couvrant jusqu’aux chevilles et une paire de botte de la même couleur. Un masque de Oni cachait son visage et seule une longue touffe noire était un élément distinctif. Je vis le shinobi voir la même scène que moi et alors que j’étais au-dessus de lui, à quelques mètres seulement, je lançai dans sa direction, d’une voix pleine de malice.

« Alors, que vas-tu faire ? »

Je le fixais du haut de mon perchoir, mes deux yeux bleu glaces pénétrant sa personne avec pour seul lambeau de peau visible, mes avant-bras et mon visage. Mes cheveux sont pleinement détachés, il y a un daisho à ma ceinture et une autre lame longue dans mon dos ainsi que de multiples poches à outils ninja sur les hanches, en ceinture pectorale et à la ceinture. J’étais parée au combat comme d’habitude, reste à savoir si l’homme n’allait pas m’identifier comme la menace plutôt que la personne en bas. Mon bandeau de ninja de Kiri sur mon épaule droit m’identifiait cependant. Je restais sur mon perchoir, guettant sa réaction, les jambes fléchies et les mains sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Mar 17 Avr 2018 - 19:46
Depuis le toit du club de couture du village, je surplombai la ruelle aussi sombre et étroite que le croupion d'un dindonneau. Une fillette venait de fermer la fenêtre de sa chambre, car en bas, se tenait un être tout à fait particulier. Entièrement drapé dans un long manteau noir, portant un masque tout à fait terrifiant, il restait là, debout, les yeux rivés sur la fenêtre qui venait de se refermer. C'est alors qu'une voix vint jusqu'à moi, me demandant ce que je comptais faire. Je tournai la tête, et remarquait la présence d'un autre Kirijin. Ou plutôt d'une autre Kirijin. Elle était vêtue d'une tenue de combat ninja tout à fait impressionnante : cette jeune kunoichi était armée jusqu'aux dents. Néanmoins ses yeux froids et bleus me faisaient irrémédiablement penser à l'eau turquoise des Bahamas. Elle semblait s'amuser de la situation. Et quelque peu décontenancé, je répondis :

Je vais intervenir, pardi !

Je sautai depuis le rebord du toit, et atterris non loin de l'étrange homme en noir. Il tourna la tête vers moi, puis redirigea son regard vers la fenêtre de la chambre de la gamine. Je dégainai mon ninjato, et menaçait ce rôdeur indésirable.

— Monsieur, je vous arr …
— J'ai toujours adoré voir le visage des enfants se pétrifier de terreur. La peur … La crainte … Toutes ces émotions sont délicieuses pour moi. J'en éprouve un si grand plaisir que … ouh … Je crois que je viens de faire la gougoutte dans mon pantalon. Mais ce que j'aime par-dessus tout, c'est de me nourrir du sang de mes victimes, oui … Je suis l'esprit Yojuta, le démon frappeur de l'outre-monde, pour devenir le cauchemar vivant de toutes les petites trognes de Kiri … Et si tu oses braver l'interdit et croiser le fer avec un spectre, tente donc ta chance, microbe …
— Que … Hein ?


Il fallait que j'agisse immédiatement. N'écoutant que mon courage, je chargeai, mon ninjato en arrière, prêt à planter ce fou. Une fois à bonne distance, la lame siffla, et … Traversa le bonhomme sans le blesser. Venais-je de rêver ou quoi ? A moins, qu'il ne s'agissait d'un Genjutsu … Non … Cet homme ne pouvait être immatériel. Il y avait une astuce, quelque chose … Oui, son manteau était suspect. Je l'agrippai comme je pus, et le retirai de toutes mes forces. Je retrouvai alors devant moi, un homme en tenu de combat style kimono, sans manches, toujours avec ce masque horrible.


Il me fit signe de la frapper encore. J'obéis, mais sans succès. Je venais de planter carrément ma lame dans son ventre. Rien n'y faisait, c'était comme si je venais d'agiter mon ninjato dans du vide. C'était à tomber à la renverse ! Le dénommé Yojuta se mit en position de combat et lança alors :

Fûton : Bourrasque Infernale !

Une déferlante de vents lacérants me firent littéralement valdinguer en arrière, et me fit me cogner contre un mur. Les poubelles, pancartes et autres objets présents dans la ruelle furent balayés comme des fétus de paille tant la puissance de ce vent était terrible. Les structures-même des quelques habitations grincèrent, et je manquai de m'envoler à des hauteurs dangereuses pour ma bonne santé. Une technique Fûton. Ce gars-là était un manieur de vent. Mais cela n'expliquait pas le fait qu'il fût immatériel, ou plutôt intangible. L'énergumène se mit alors à flotter dans les airs, puis à s'élever, alors que ses jambes s'étaient transformées peu à peu en un tourbillon de vent. Lorsqu'il fut à la hauteur de l'autre inconnue Kirijin, il ne tarda à se mettre en position pour lancer un nouveau jutsu, ou une technique dangereuse. Malheureusement, je n'eus pas le temps de prévenir la kunoichi. Elle allait devoir se débrouiller sur ce coup-là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2881-fiche-de-zhou-la-carpe-ombrageuse-fini http://www.ascentofshinobi.com/t2956-momonga-zhou-la-carpe-ombrageuse-de-kiri

Mer 18 Avr 2018 - 20:07
Incrédule, je vis l’homme descendre en déclarant sa volonté d’intervenir. Je m’assis en tailleur du haut de mon toit pour observer la scène avec intérêt, mais à ma grande tristesse, je ne pouvais pas entendre l’échange qui opposait les deux individus. Celui avec son masque devait sûrement un idiot qui se déguise et voilà qu’il se retrouvait avec deux Shinobi sur le dos, grande tristesse pour lui. Il allait avoir bien du mal à se sortir de cette situation épineuse. Puis survint une situation prévisible, le divin intervenant le chargea à l’aide de son arme. Ce qui l’était beaucoup était les mudra effectuées par l’homme masqué et la déferlante de vent qui emporta le Shinobi. Et j’ai presque eu l’impression qu’il l’avait traversé avec son Ninjato comme s’il était immatériel. Le sauveteur était devenu une victime en allant s’écraser projeter par le jutsu contre un mur, en espérant que ça l’avait pas tué sur le coup.

Avant même que j’eu le temps de réagir et de me préparer, il s’était mis à léviter et fut en face de moi. Exécutant les mêmes mudra.

Fûton : Bourrasque Infernale !

Je ne comptais cependant pas me faire avoir de la même manière et j’avais prévu le coup en voyant les Mudra, d’un rapide bond sur le côté je mis à couvert en voyant le toit se fait littéralement balayer par le vent. Je m’étais dissimulé derrière un panneau publicitaire et le spectre ou quoi que soit cette chose ne pouvait pu me voir. J’en profitais pour exécuter une technique rapide, un bushin no jutsu avant d’envoyer le clone d’un côté du panneau publicitaire seul. Le spectre prit la mouche et commença à exécuter de nouveau mudra pendant que j’en profitais pour sortir de l’autre côté, Katana en main.

C’était sous-estimé sa perception et il esquiva habilement le coup horizontal que je destinais à son masque en volant en arrière alors que j’allais me réceptionner sur le toit à côté, mon clone me rejoignant, nous retournions nous dissimuler derrière une élévation sur le toit. Avant de me remettre à l’action, j’en profitais pour crier à l’attention de mon camarade en bas s’il était toujours debout.

« Le masque ! Vise le masque, ça semble être son point faible ! »

Mon clone et moi repartions à l’attaque et je voyais le spectre finir de réaliser des dessins sur un parchemin. Il n’avait pas chômé et il fit rapidement une mudra.

Ninpo : La toile aux monstres fantomatiques !


Je vis les plusieurs monstres sur le parchemin commencer à en sortir et prendre forme. Ils ressemblaient aux Oni des légendes et avait vraiment les apparences de personnes qui ne fallait pas faire chier. Ils se dirigeaient tous en direction de la planque où j’étais et mon clone et moi furent obligé de bien rapidement accélérer la course. Mais le spectre ne comptait pas rester là à nous observer nous faire pourchasser et corsa un peu le jeu, commença à implanter une pointe de doute dans mon esprit.

Fûton : Projectiles successifs !

Et il commença à cracher de sa bouche de multiples projectiles, comme des billes à air comprimés qui faisaient des trous dans les murs. Mon clone et moi nous séparions, passant de couvert en couvert en étant forcé à sortir à cause des monstres fantomatiques. Ça devenait compliquer car j’étais concentré sur la défense sans trouver d’opportunité d’attaques alors que le spectre de son côté alternait entre mon clone et moi avec ses projectiles. A un moment, je vis mon clone se faire coincer dans un coin et être mis en charpie par les Oni et les projectiles, toute l’attention était désormais sur moi vu qu’il n’y avait plus de doute à avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Jeu 19 Avr 2018 - 9:45
Le combat était en train de dégénérer. L'assaillant s'en prenait désormais à la jeune Kirijin qui était venue pour m'observer. Elle n'allait pas être déçue, c'était certain. Yojuta, donc, le démon frappeur de l'outre-monde, comme il s'était lui-même appelé, avait lancé la même technique Futon à son deuxième adversaire. Puis il s'était saisi d'un parchemin, l'avait effleuré de quelques traits avec un pinceau imbibé d'encre, puis fit vivre sous nos yeux ses croquis. Des croquis ressemblant avec précision à une horde de monstres qui rappelaient sans doute son masque blanc. Les démons d'encre se dispersèrent, et se mirent à saccager toute la ruelle, puis à malmener la kunoichi qui était venue en renfort malgré elle, et ce, malgré son clone.


Une simple interpellation avait dégénéré en formidable bataille de ninjutsu. Quant à moi je m'étais fait discret afin de tenter d'analyser la situation. Ma partenaire du soir venait de m'avertir qu'il fallait viser le masque de notre homme, car il s'agissait probablement de son point faible. Mais pour ma part, un autre point m'inquiétait. Le masque pouvait être tangible, certes, mais rien n'indiquait que l'ensemble de sa tête l'était forcément. En tout cas, c'était le seul filon à exploiter. En revanche, la composition-même de son corps m'indiquait qu'il s'agissait d'un imposteur. Sa technique lui permettant de flotter, se basait sur la transformation de ses jambes en tourbillon de vent. De plus, son répertoire de ninjutsu affinitaire semblait se baser sur du Futon. Il était plus probable que nous eûmes affaire à un adepte de l'assimilation élémentaire, et dans le cas présent, du vent. Dans tous les cas, il fallait lui ôter son masque. Alors qu'il était occupé à combattre la ninja inconnue, je m'apprêtai à lui lancer une salve de kunais bien placés, mais un coup de sifflet retentit.

En quelques fractions de secondes, une unité de cinq ninjas, probablement de grade Chunin au minimum, apparut. Là, c'était clair que le dénommé «  Yujiro » ne faisait pas le poids. D'ailleurs l'intéressé s'arrêta net, faisant disparaître ses monstres-sbires en encre. Il s'éleva plus haut dans le ciel.

— Tu es cerné ! Rends-toi, espèce de vandale !
— Je pense que c'est un assimilateur Futon, senpai. Il maîtrise également la Toile aux Monstres fantomatiques.
— Il est du type, moyenne distance, chef !
— Redescends, et il n'y aura pas de casse pour toi !
— Jamais vous ne m'attraperez !



Yujiro se volatilisa dans les cieux, dans un tourbillon de vent, qui en un instant c'était dissipé. Notre confrontation avec ce criminel de bas-étage venait donc de s'arrêter pour le moment. Impatient de récolter la moindre des informations sur ce shinobi se faisant passer pour un fantôme, le chef de l'unité d'intervention, nous ordonna de répondre à ses questions. Tout d'abord il s'adressa à moi. Je lui expliquai alors mes états de service, notamment cette fameuse mission de rang E qui m'avait rendu célébrissime par le passé, et mon combat quotidien pour le droit aux RTT. Puis je lui montrai la fameuse missive de la petite fille. Il la lut attentivement et me dévisagea avant de lancer un regard interrogateur sur la kunoichi.

— C'est une blague ? Tu le connais, toi, ce Momonga Zhou ? Si c'est ton pote, il doit être sacrément atteint.
— Hé je suis à côté, je vous signale … Bref. Passons. Toujours est-il que ce freluquet prétendait s'appeler Yujiro.
— Yujiro ? Mais c'est impossible … C'est un shinobi qui est mort il y a de cela 200 ans …

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2881-fiche-de-zhou-la-carpe-ombrageuse-fini http://www.ascentofshinobi.com/t2956-momonga-zhou-la-carpe-ombrageuse-de-kiri

Ven 20 Avr 2018 - 15:22
Une unité de Kirijin débarqua peu de temps après un coup de sifflet, ce qui eut l’effet de rapidement mettre l’agresseur en déroute. Je le vis s’envoler de plus en plus haut au rythme que mes camarades s’approchaient. Ils commencèrent à s’organiser alors qu’il n’avait visiblement que pour but de s’enfuir. Il leur lâcha derrière un magnifique « jamais vous ne m’attraperez » avant de volatiliser dans un tourbillon de vent, comme un magicien du dimanche. Je ne pus m’empêcher de froncer un sourcil en voyant cela et les Kirijins ainsi que le sauveur de gamine se regrouper.

Ce fameux sauveur qui était un homme du nom de Momonga Zhou, apparemment célèbre pour avoir réussi une mission de Rang E et grand champion de la lutte dans le domaine des RTT, quelqu’un qui prenait visiblement son travail très à cœur. J’étais surtout impressionnée par son ridicule pour être honnête. Mon visage n’affichait cependant pas la moindre émotion ni même une once de dédain à son encontre. Les Kirijins me demandèrent s’il était mon ami d’ailleurs, ceux à quoi je répondis d’une voix douce :

« C’est un collègue au même titre que vous et je crois savoir que vous lui devez le respect. »

Je les examinais toujours impassible après cela, rangeant tranquillement mon arme alors que Momongo ou Momonga je sais plus trop leur expliquait que c’était apparemment un homme du nom de Yujiro, les autres déclarant que cela était impossible, mort depuis 200 ans apparemment, comme si y’avais qu’un Yujiro dans le monde. J’ajoutais au passage :

« Je crois qu’il a dit Yojuta exactement, le démon frappeur de l’outremonde et de la gougoutte dans le pantalon. »

Mon sérieux était implacable. Les Kirijins semblèrent parfaitement intimidé par ce dernier d’ailleurs, n’osant pas éclater de rire à la dernière mention de ma phrase. Ce que je comprenais, on était ici pour travailler et certainement pas ressentir des émotions ennuyantes. Le Chef de l’escouade nous regarda en s’avançant, raclant sa gorge pour essayer de gagner en autorité.

« Bien heu, les Genins vous pouvez circuler, ne vous en faites pas, nous avons la situation parfaitement sous contrôle. »


Je restais là sur place alors que l’unité de Ninja partait. Je m’approchais légèrement du bord pour observait la ruelle depuis la hauteur, l’air pensive. Je me demande bien ce que pouvait être cette saloperie, je n’avais absolument rien vu de tel ni même pensait que les esprits pouvaient réellement exister.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Ven 20 Avr 2018 - 16:02
Yojiro ? Yojiro ? Qui a dit Yojiro ? Moi ? Bon sang de bonsoir. Pour une raison qui m'était inconnue, j'avais tout simplement confondu le nom du dénommé Yojuta, avec le nom d'un guerrier ancestral. Pour quelle raison ? Peut-être parce que mon podologue avait le même prénom, et que j'étais allé me faire enlever une verrue située sous le gros orteil, la veille. Je faisais une sacré tête en l'air, mais il fallait bien dire que j'avais du mal avec les noms dits « japoniais ». En bref, non content d'avoir confondu le nom de notre agresseur, la Kirijin inconnue vint pour rectifier mon tir, tout en complétant l'identité du malandrin avec sa déclaration sur la gougoutte dans le pantalon. Les affaires de gougouttes dans le pantalon étaient dans la plupart des cas les plus sordides, mais dans notre cas du soir, je doutais qu'un fantôme fût capable de faire des gougouttes dans un pantalon. Toujours était-il que ce prétendu spectre était un assimilateur de vent, cela ne faisait aucun doute. Pendant que l'unité ninja foutait le camp, une nouvelle vint les remplacer pour tenter de récolter quelques indices. Ma fameuse binôme durant le combat alla se percher sur le rebord d'un toit, et continua d'observer la ruelle, d'un air intéressé. Visiblement, cet épisode nocturne ne l'avait pas laissée de marbre. Sans attendre je la rejoignit, et une fois à ses côtés, lui tendit la main afin de me présenter.

Momonga Zhou, enchanté. Merci de m'avoir aidé contre ce Yojuta … Et de m'avoir défendu face aux Chûnins. Je pense que nous sommes tous les deux quelque peu vexés d'avoir été mis sur le banc de touche. Et puis, c'est notre adversaire après tout. S'il a le niveau d'un ninja de moyenne classe, nous pouvons peut-être l'avoir à nous deux, non ? D'abord il nous faudrait des indices sur lui. Des suggestions afin de mettre la main dessus ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2881-fiche-de-zhou-la-carpe-ombrageuse-fini http://www.ascentofshinobi.com/t2956-momonga-zhou-la-carpe-ombrageuse-de-kiri

Lun 23 Avr 2018 - 14:01
Zhou vint se rapprocher de moi pour me tendra la paluche, un peu déconcertée, je me contentais de m'incliner respectueusement devant lui, ignorant sa main pour ce contact physique un peu déplacé. J'espère que ce n'étais pas lui qui avait la gougoutte au pantalon maintenant à vouloir me toucher. Surtout qu'il avait facilement deux fois mon âge.

Il me remercia de l'avoir aidé dans l'affrontement, même si j'avais surtout subis en fait. Puis de l'avoir défendu face aux autres ninjas, c'était pas vraiment une défense, une simple considération de base entre collègue, mais passons. J'étais en effet curieuse de savoir ce que pouvait être ce spectre ou cet utilisateur du Ninjutsu et j'avais définitivement un affront à faire réparer. Je n'aime pas prendre des coups même si je les esquive sans pouvoir les rendre. Il me demandait si j'avais des idées sur où allait le chercher. J'en avais quelques unes en effet en perspective de ce qu'il semblait apprécier faire, mais je savais qu'il fallait que nous allions prendre en charge officiellement la mission plutôt que d'en faire une affaire personnelle de notre côté. Le premier objectif était d'obtenir notre ordre de mission. D'une voix professionnelle en me redressant de ma salutation, je lui dis :

"En effet, je n'ai pas envie non plus d'en rester là. Je pense que nous devrions cependant aller faire un rapport au Palais de la Brume pour que l'on nous missione officiellement avec cette histoire. Elle a été prise à la légère et nous apportons les preuves d'un réel soucis présent en ville. L'ayant combattu une fois, nous sommes sans aucun doute les personnes les plus adaptée à répondre à cette mission."

Je faisais un demi tour sur moi même, prête à partir en direction de l'antre du Mizukage pour accomplir ce que je venais de proposer. Tournant la tête à soixante degré dans sa direction, l'air toujours impassible, j'ajoutai :

"Au fait, moi c'est Anaï Eyana."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Lun 23 Avr 2018 - 18:12
En guise de salut, la très jeune kunoichi s'inclina respectueusement. Au moins, elle semblait avoir un minimum d'éducation, comparé aux enfants de 10 ans qui me martyrisaient tous les jours, lorsque je les croisais à la sortie de l'école. En tout cas, cette ninja avait un sacré culot, et pas mal de courage pour se confronter directement avec Yojuta, le démon frappeur de l'outre-monde. Elle s'appelait Anaï Eyana, et proposa de missionner la traque de notre suspect, au Palais de la Brume. L'idée était excellente, et cela nous permettrait certainement de progresser en tant que shinobi. Ma réponse ne se fit pas attendre.

Je suis d'accord. Cette affaire doit devenir officielle. Le simple fantôme qui s'amusait à effrayer les enfants est devenu un dangereux individu capable de tout pour ne pas se faire pincer. Et qui plus est, ce n'est pas un débutant. Les instances du village n'hésiterons pas à nous confier cette tâche. Mais avant, j'aimerais que nous allions parler à la gamine de cette maison. C'est elle qui a suscité mon aide, en me confiant ce parchemin que voici. Elle s'appelle Kuki.

Je lui confiai le parchemin à l'orthographe douteuse, celui qui m'avait directement amené jusqu'ici. Sans attendre plus longtemps, nous allâmes à la porte d'entrée de ladite maison, et après avoir gentiment demander à la maman et au papa de la petite l'autorisation de lui poser des questions, nous pûmes monter tous les deux à l'étage, dans la chambre de Kuki. La pauvre était terrée sous son propre lit, tremblant de peur après avoir de nouveau rencontré Yojuta et assisté au terrible combat dans la rue. Grâce à son père qui put l'attirer jusqu'à nous à l'aide d'un morceau de fromage, nous pûmes rester seuls avec elle afin de l'interroger un peu plus en profondeur.

— C'est à moi que tu as donné ton ordre de mission, tu te souviens ?
— Oui …
— Pourquoi tu me l'as donné ?
— Parce que vous ressemblez à un ninja.
— C'est vrai, tu as raison. Si tu me parlais plutôt de ce vilain fantôme ?
— …

La petite secoua énergiquement la tête.
— Depuis combien de temps tu le vois ?
— Depuis une semaine. Je l'ai surpris à voler les boites de pâté de notre frigo …
— Oui, ça fait depuis un mois que toutes les réserves de pâté du quartier ont disparues
, intervint le père qui venait de rentrer dans la chambre. Quand Kuki a parlé d'un fantôme, personne ne l'a cru mais maintenant … Force est de constater que cet esprit a dévasté toute la rue.
— Ce criminel n'a rien d'un spectre ou d'un revenant, et je suis prêt à le prouver. Merci monsieur, sortez de la pièce, je vous prie. Nous aimerions poursuivre sans vous.


Lorsque le paternel fut parti, j'invitai ma partenaire à me suivre au fond de la pièce, afin d'avoir une conversation confidentielle. Cette histoire de boites de pâté volées était tout à fait sérieuse pour moi. Peut-être que cette banale histoire de fantôme cachait un complot beaucoup plus sombre et secret … Si du pâté devait être rassemblé en grande quantité, ce n'était que pour une seule raison … La fabrication d'une arme ninja incroyablement puissante. Mais il était inutile de faire des théories. Le mieux était de se poser les bonnes questions : pourquoi voler du pâté, et pourquoi continuer à terrifier une petite fille ? Une fois en aparté avec Eyana, je lui soumis mes impressions.

— Le cambriolage des pâtés du quartier est très préoccupant. Qui sait ce que ferait un ninja mal intentionné avec un tel pouvoir entre les mains ? Tout ça nous dépasse, il est impératif de faire un rapport au Palais. Nous nous en irons une fois que la petite aura tout dit. Elle a l'air encore terrorisée, tu devrais peut-être lui tirer les vers du nez avec douceur. Vu que tu es une femme, elle sera peut-être plus coopérative …

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2881-fiche-de-zhou-la-carpe-ombrageuse-fini http://www.ascentofshinobi.com/t2956-momonga-zhou-la-carpe-ombrageuse-de-kiri

Mar 24 Avr 2018 - 21:13
Il me déclara qu'il était d'accord pour l'officialisation de l'affaire. Ca allait de soi qu'on ne pouvait pas se contenter de faire confiance aux Chûnins sur place et qu'il était de notre devoir d'aller faire un rapport au palais de la brume. Etait-ce un Nukenin ? Un esprit vengeur ? Un traitre parmi nous qui a simplement un dérangement mental ? Voilà ce qu'il fallait découvrir dans un premier temps, ce qui est sûr c'est que cette affaire devait être réglée au plus vite. Il avait des capacités pouvant mettre en danger de nombreux citoyens de Kiri. Il suggéra qu'avant d'aller voir les hautes instances de Kiri, nous allions voir la petite fille qui lui avait confié le mot. Qu'il me confia par ailleurs, j'étais un peu stupéfaite qu'il ait pris au sérieux un message pareil et décidé d'y attribuer de son temps.

Chère monsieur le ninja,
Toutes les nuis, ya un vilain fantome qui fé peure. silvouplé, fesez l'enkéte et tué-le. Il fé vrémen peur. Pairsonne nou za cru, vou zéte notre seule aispoare.
Signé : Kuki.


Ce n'était visiblement pas la championne de l'orthographe à l'école et ça puait véritablement la gamine en manque d'attention total. Je vis Zhou se diriger vers la porte d'entrée de la porte et sans un mot, je me mis à sa suite, le laissant faire le dialogue pour commencer. Je me contentai de m'incliner devant le père et la mère respectueusement, les remerciant de nous accueillir à une heure aussi tardive. Aucun doute que le duel de Ninjutsu qui avait eu lieu dans le quartier avait réveillé un peu tous le monde. Bien que Kiri soit un village caché militaire, il était rare que l'insécurité ait lieu dans son enceinte. Les parents nous menèrent voir la petite qui fut sortie de dessous son lit grâce à un curieux chantage à base de morceaux de fromage.

Mon partenaire commença l'interrogatoire de la petite avec un grand professionnalisme, ne manquant aucun détail, de la confirmation de son identité tout en ayant le tact nécessaire avec l'enfant et un enchaînement parfait des questions. C'était visiblement quelqu'un qui avait un don pour l'enquête là où je me serais contentée de brusquer la fille ou de la menacer si elle ne répondait pas. Elle avait apparemment vu le fantome entrain de voler du paté dans le frigo. Ca semblait complètement invraisemblable, qu'est-ce qu'un utilisateur avancé de Ninjutsu, voir un esprit irait faire avec du paté ? Surtout que d'après le père, le phénomène s'était étendu à tout le quartier. Zhou insista pour que nous ayons un moment tous les deux pour faire le point sur l'enquête. Il était visiblement en plein questionnement sur cette histoire de pâté également, par contre lorsqu'il fit une mention à un pouvoir lié au pâté, je ne pus m'empêcer d'hausser un sourcil. De quoi parlait-il en fait ? Il m'incita ensuite à parler à la petite, en faisant appel à ma douceur de femme, il me connaissait visiblement pas, mais j'allais faire mon possible. Je lui fis un signe de tête pour lui dire que j'allais m'en occuper et quittait la pièce pour aller voir la petite.

Elle était entrain de se faire enlacer par sa mère, s'arrêtant peu à peu de sangloter et de trembler. Je lâchais un soupir avant d'entrer dans la pièce, puis l'air impassible, j'allais poser un genou face à elle pour que mon visage se retrouve à son niveau. D'une voix douce, je lui dis :

"Est-ce que tu sais pourquoi le fantôme vole du pâté ?"
"Je.. Je crois que c'est à cause d'une histoire de Laiko qui dit que les animaux en pâté vont se reformer et vont venir se venger."
"Qui est Laiko ?"
"C..C'est une fille de ma classe, elle vient d'Iwa, elle a emmenagé ici durant cette année."
"Je vois merci, tu sais où elle habite cette Laiko ?"

Elle me fit non de la tête, je restais quelques secondes à son niveau en l'examinant, elle avait les yeux rivés vers le sol et son doudou dans les mains devant la bouche. Elle reniflait énergiquement. Je ne sais pas si elle me mentait, normalement on nous regarde dans les yeux quand on ne ment pas... Mais en même temps c'est une gamine terrorisé... Bon fallait que je passe à la suite, restant sur mon timbre doux, je continuais :

"Tu sais autre chose de ce vilain fantôme ? Quelque chose de spécifique que tu aurais pu remarquer ?"
"Eh.. Eh bien, il change de vêtements mais jamais de masque, toujours le même masque et il a toujours cette tendance à embêter les enfants..."
"D'accord merci, autre chose que tu vois d'important ?"
"N..Non."

Je me relevais et allait faire un rapport des informations à mon camarade. Tout cela était de plus en plus inquiétant. Je lui exprimais mes inquiétudes immédiatement lorsque nous fûmes sortis de la demeure familiale après avoir remercié les parents. Mon ton était professionnel, mon air toujours complètement impassible, mes yeux bleu glaces allant se figer dans les siens.

"Est-ce que cette fameuse Laiko pourrait être liée à toute cette histoire ? Je t'avoue que cette histoire de paté me semble complètement sortie de nulle part et en dehors du contexte. Le fantôme ou le type maîtrise clairement les arts Ninja et donc ce n'est pas un amateur, pourquoi allait mêler du ridicule à tout ça ? Cette histoire commene à avoir des inconnues que j'aimerais bien tirer au clair..."

Je restais pensive en attendant l'avis de Zhou, il semblait bien plus compétent que moi dans tout ce domaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2994-eyana-anai-la-combattante http://www.ascentofshinobi.com/t3004-les-equipes

Ven 27 Avr 2018 - 22:40
La jeune Eyana me communiqua les résultats de son investigation. Il était vrai que cette histoire de pâté appétissant, mais néanmoins dangereux, sortait de nulle part, mais elle était probablement la principale inconnue de cette mystérieuse équation. Comme elle le disait si bien, les choses prenaient une tournure très mystérieuse, ce qui pouvait nous mener droit au mur. Au moins, elle avait réussi a faire parler la petite fille. Cette dernière, avait évoqué le cas d'une petite nommée Laiko. Et on peut dire qu'à une lettre près, son prénom aurait donné « Laika », qui est ni plus ni moins qu'un prénom de clébard. Ainsi Laiko était notre première piste. Peut-être le temps était-il venu pour nous de nous séparer. Nous avions à faire des recherches.

C'est vrai que toute cette histoire paraît étrange … Si l'on fait le récapitulatif, nous avons : une fille qui annonce une étrange prophétie liée à des animaux faits de pâté, un shinobi grimé en fantôme-démon nommé Yojuta qui terrorise des gosses, et le vol massif de boites de pâté dans tout un quartier du village. Je crois que nous pouvons missionner l'affaire. Je me chargerai de toute la partie administrative. Le temps que la paperasse se fasse, et que la mission soit disponible, je suggère que nous fassions nos recherches chacun de notre côté. Concentre-toi sur cette Laiko, prends-la en filature s'il le faut, nous devons tout savoir sur elle et son entourage. Et surtout, d'où lui est venue cette histoire de pâté en animaux. Quant à moi, je consulterai les archives afin d'en savoir plus sur les revenants, et si un dénommé Yojuta a existé. Le Bingo Book peut être une bonne source d'information. Si l'un de nous trouve la trace d'un assimilateur de Futon à l'intérieur, qu'il prévienne l'autre. D'ici là, nous nous reverrons au bureau des missions avec une tonne d'informations !

Tel une carpe ombrageuse, je me mis à sauter par la fenêtre, puis à sauter de toits en toits, laissant derrière moi ma future partenaire de mission.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2881-fiche-de-zhou-la-carpe-ombrageuse-fini http://www.ascentofshinobi.com/t2956-momonga-zhou-la-carpe-ombrageuse-de-kiri

Les démons de minuit ! (PV Anaï Eyana)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: