Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Un nom qui ressort souvent ► Kaya / Domaine Yuki


Mar 17 Avr 2018 - 20:22
Un nom qui ressort souvent
Quand on cherche une information, parfois il est bien plus simple d'aller à la source. Quand a force d'entendre revenir le même nom, la même identité, qui est cité, on peut en déduire que la dite personne est l'une des plus informée sur le sujet. Principale actrice de ce qu'il sait passé d'après ce que j'ai comprit, il est normal que je sois désireuse de la rencontrer maintenant. Peut-être aurait-il fallut que je la fasse informée de mon désir de la voir avant de venir chez elle comme cela à l'improviste, mais je n'ai pas envie de devoir attendre encore pour avoir une nouvelle version des événements récents.

Observant l'entrée du domaine des Yuki, je reste un instant à observer, me souvenant qu'il y a de ça bien des mois, j'angoissais à l'idée de venir ici, à cause de l'aveugle, mais il n'est plus là, plus à Kiri, un satané réfugier à Iwa, comme trop d'autre déserteur de Kiri. Comme Noah, sont cousin et le cousin de la jeune femme que je viens voir maintenant. Je pourrais lui donner des nouvelles de celui-ci d'ailleurs, l'ayant croisé à Ame et l'ayant vu sortir des décombres de l'immeuble sans trop d'encombres.

Je m'avance alors, cherchant la maison de celle qui est maintenant depuis déjà plusieurs lunes, la cheffe de ce clan assez souvent mal vu. Si Yamamoto m'avait fait des remarques sur les sabreurs, le clan des Yuki est de plus en plus souvent vu comme un clan de traite et semble perdre de son éclat et surtout sa légitimité à la tête du village.

Trois coups, c'est le nombre de fois que ma main heurte le bois de la porte de la demeure de Kaya. Je n'ai même pas prit la peine de chercher à savoir si elle était belle et bien là, espérant dans un sens, qu'ils ne fassent pas une réunion ou je ne sais quoi d'autre entre Yuki pour parler de tout cela, parce que je pense qu'il n'y a pas que nous, les sabreurs qui sommes assez perturbé par tout ça... Bien que dans notre cas, la situation soit bien pire étant donné qu'aucun de nos représentants n'étaient visiblement sur place... Goten y était peut-être, je n'en sais rien, il ne m'a rien dit de tel dans sa lettre... Juste qu'il partait et continuerait à travailler pour Kiri quand on le lui demanderait... Mais n'y avait-il pas un risque que justement le sabreur soit vu comme les autres ninja qui ont quitté les lieux durant cette courte période suite à l'invitation qu'il y a visiblement eu du Mizukage régent ?




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Mer 18 Avr 2018 - 13:53

Voilà quelques jours maintenant que le combat avec les Hyosa s’était déroulé, et que tout ceci s’était terminé par une prise de pouvoir de leur chef, Hakyo. Cette dernière a d’ailleurs été approuvée par les diverses personnalités en présence, comme le chef des Kaguya ou Kaya, chef des Yuki. Le clan des sabreurs n’était pas représenté par leur chef, Shiori, car elle n’était simplement pas à Kiri durant cette période. Son retour sera probablement compliqué en se rendant compte que Yamamoto allait être homme au foyer et non plus Mizukage…

Pour la jeune blonde manipulant la glace, ces quelques derniers jours avaient été très difficiles. Déjà, elle avait été impuissante contre Hakyo qui représentait simplement son contre naturel avec son assimilation, et par la suite, le village étant plutôt divisé concernant cette prise de pouvoir bien qu’annoncée comme bénéfique, une partie de la population la voyait un peu comme une vendue. En plus, le lien étroit entre les Yuki et les Hyosa faisait qu’une sorte de théorie du complot avait émergé dans l’esprit de certains illuminés. Une sorte d’alliance entre les deux clans pour permettre aux Yuki, déguisés en Hyosa plus ou moins, de reprendre le pouvoir. C’était évidemment faux, mais ces fanatiques étaient convaincus du contraire.

Du coup, parmi toutes les personnes ayant participé à la succession du Mizukage, elle était peut-être celle qui était la plus critiquée. Kaya n’avait pas trop l’habitude d’être dans la tourmente pour être honnête. Plutôt plébiscitée jusque-là, celle qui était à la tête d’un des grands clans de Kiri avait bien du mal à gérer cette situation. D’ailleurs, elle se montrait un peu moins en public qu’auparavant, espérant que toutes ces rumeurs se tassent, et par conséquent passait plus de temps au domaine et chez elle, à essayer de réfléchir sur les solutions à apporter à ce problème.

Et alors qu’elle était assise sur son bureau, elle entendit toquer à sa porte. Trois coups fermes et précis. Dans la conjoncture actuelle, elle se montrait prudente, et s’approcha de la porte avant de l’ouvrir assez lentement, jetant un œil pour vérifier l’identité de la personne voulant entrer chez elle avant d’ouvrir complètement la porte. Shiori était là. Bon, quelqu’un de confiance normalement. Elle ouvrit la porte en grand et lui fit un petit signe de la main.

« Bonjour Shiori. Désolée, je suis un peu méfiante en ce moment. Tu veux entrer ? »

Dit-elle en l’invitant à la suivre. La dernière visite surprise qu’elle ait eu était celle de Goten, qui s’était soldée par l’annonce de son départ. Elle espérait une meilleure nouvelle cette fois, ou une moins mauvaise plutôt. Et puis elle était habillée cette fois. Enfin, Kaya portait évidemment des vêtements qui la mettaient en valeur, mais c’était mieux que la nuisette qu’elle portait quand Goten débarqua dans la nuit…

« J’imagine que tu veux un débriefing de ce qui s’est passé durant ton absence ? Hm… »

Elle sent vite la conversation délicate arriver, et lui propose alors de prendre place dans son spacieux salon. Au choix : un grand canapé, ou l’un des deux fauteuils.

« Tu veux boire quelque chose, peut-être ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Jeu 19 Avr 2018 - 16:16
Un nom qui ressort souvent
Devant la porte de chez Kaya, je suis assez surprise par la gestuelle assez méfiante de la jeune blonde quand elle m'ouvre la porte. Je la fixe un peu, en arquant un sourcil d'incompréhension alors qu'elle s'exprimer sommairement à ce sujet. "Bonjour Kaya. Oui, je veux bien." Répondis-je alors pour la suivre assez vite dans sa demeure, espérant avoir de plus ample information une fois dans la bâtisse, un endroit plus agréable pour discuter et surtout avec bien moins d'oreille discrète pour entendre les mots/maux, que la jeune jônin pourrait me transmettre en m'expliquant les récents événements et sa position là dedans... Chose qui, de ce que j'ai déjà pu entendre, n'est pas forcément tout rose pour elle.

D'ailleurs, elle ne se laisse pas prendre de court et comprend rapidement la raison de ma venue ici. "En effet, ce serait assez agréable d'avoir ta version des faits étant donné que j'ai pu entendre que ton nom ressortait assez souvent. Du coup, je pense que tu dois être bien placé pour m'expliquer le foutoir que c'est ici..." Foutoir, oui, je viens réellement d'user de ce terme parce que c'est un beau bordel, entre des décisions acceptée par un kage, Yamamoto maintenant à domicile à ne plus vraiment s'adonner à la vie ninja... J'ai limite l'impression d'être tombé dans une sorte d'univers parallèle avec des notions bien différente du nôtre. Comment on peut accepter la désertion comme cela ? Puis pire encore, comme un village composé de trois grand clans et plus encore peu tomber face à un seul clan ? Tout cela me semble tellement tiré par les cheveux que j'ai réellement besoin d'avoir des explications plus ou moins sensé même si au final, tout cela restera toujours nébuleux pour moi, n'étant pas été présente durant les dit événements.

Je la suis alors dans le salon, allant prendre place dans l'un des fauteuils suite à sa proposition d'y prendre place. Parce que non, je ne suis pas du genre à prendre mes aises chez une autre personne. J'ai quand même une certaine éducation. Certes Hanzo, il aurait agit comme si c'était chez lui par exemple, mais pas moi.

Posant mes pupilles pâles sur elle, je souris doucement. "Je prendrais un thé noir si tu en as." Une demande assez simple et dans un sens assez courante, bien que probablement un peu moins que le thé vert ? Je ne sais pas trop, mais entre les deux, j'ai toujours eu une préférence pour le noir.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Mer 25 Avr 2018 - 10:35

C’était presque évident, mais voilà que la raison de sa venue était officialisée : en apprendre plus sur ce qui s’était passé durant son absence. Surtout vu qu’il y avait eu un changement de Mizukage entre temps, si soudainement, et d’autant plus que ce dernier était encore il y a quelques jours un étranger au village. Enfin, la voilà assise dans l’un des fauteuils en cuir qui se trouvait dans son salon, et sa proposition trouva preneur. Elle lui répond par un petit sourire et hoche la tête positivement.

« Thé noir ? Bien sûr ! »

Kaya se dirige vers la cuisine et commence à faire chauffer de l’eau, avant de revenir temporairement discuter avec son amie blonde. Elle n’avait pas vraiment envie de commencer le vif du sujet maintenant, elle voulait attendre de s’asseoir pour pouvoir en parler de façon bien plus sérieuse qu’entre deux allers retours à la cuisine. Il était temps de faire un peu d’humour, histoire de contraster un peu avec les regards assez peu expressifs des deux jeunes femmes et de détendre l’atmosphère.

« Désolée, mais on doit un peu attendre que l’eau chauffe… Je ne fais pas de Katon donc je ne peux pas accélérer le processus. Je suis plutôt thé glacé moi, si tu vois ce que je veux dire… »

Un peu plus tard, l’eau étant chaude, elle remplit une tasse de cette eau avec son infusion de thé noir, avant de lui donner sur une petite coupelle.

« Attention, c’est le service royal du clan Yuki, il ne faut pas le casser… »

Lui lance-t-elle en rigolant. Décidemment, elle avait beaucoup d’humour aujourd’hui, comparé à son air froid habituel. Peut-être que c’était justement le stress qui la faisait réagir sur le ton de l’humour à chaque fois, car elle savait qu’elle allait bientôt devoir parler du vif du sujet. D’ailleurs, il était temps pour elle de s’installer dans le fauteuil situé à peu près en face de celui de Shiori. Plutôt de trois quart, mais cela leur permettait de parler aisément sans avoir à se tourner sur le côté.

« Alors, par où commencer. Je vais te faire le récit des faits tel que je les ai vécus. Je vais peut-être oublier des choses, ce n’est pas un discours politique que je vais te faire, mais juste retranscrire ce qui est dans ma mémoire, de façon un peu brut. »

Elle soupire et croise ses fines jambes, lève les yeux au plafond pour réfléchir quelques secondes avant de reporter son attention sur la chef des sabreurs.

« Tout a commencé par une sorte d’attaque sur le village. Une onde glaciale qui gela la surface de Kiri sur une superficie absolument dingue. Puis, des ninjas sont entrés dans le village tandis qu’une grande plateforme de glace s’élevait au centre de Kiri. Au sommet, il y avait Hyôsa Hakyo, le chef de leur clan, avec… Enfin, il tenait en respect Yamamoto. Il prit alors la parole, et annonça sans aucune gêne que le village de Kiri était faible, en très gros. Il se moqua de notre faible résistance, notamment via celle qu’avait opposée Yamamoto visiblement. Il voulait reprendre la tête du village car, selon ses dires, les Yukis avaient mis de côté leur clan il y a fort longtemps, avant la fondation de Kiri, les excluant de facto du village. Il proposa alors deux choix : collaborer, ou l’affronter. A partir de là, évidemment, des conflits ont démarré un peu partout. Certains Kirijins se sont ralliés à sa cause, d’autres non, et c’était une sorte de guerre civile au sein du village. »

Elle fait une petite pause et pousse un long soupir.

« Et moi, j’ai décidé d’aller directement au conflit avec lui. Sur la plateforme. Il y avait Nana et Atsumi avec moi, d’ailleurs. Et puis on a tenté de le combattre… Au début, quand j’ai voulu un peu tester sa défense, j’ai tout de suite compris que j’allais devoir faire des techniques de haut niveau pour l’atteindre, mais alors que j’étais en train de le mitrailler de pics de glaces, il a activé sa technique d’assimilation Hyôton. Je me retrouvais à le régénérer avec mes attaques, et son armure de glace rendait toutes celles de mes coéquipières inefficaces. »

A nouveau, elle fait la moue et soupir de désespoir.

« A partir de là, j’avais déjà perdu le combat. Il représente mon contre naturel, je ne pouvais strictement rien faire… A part survivre à ses assauts. Atsumi était descendue en bas pour tenter de faire tomber la plateforme, ce qui arriva au bout de quelques minutes. Mais entre-temps, Nana avait subi de lourds dégâts, et la chute lui fut fatale. Une fois au sol, nous avons décidé d’arrêter les combats ici. C’est moi qui ai ordonné aux forces de Kiri d’arrêter de se battre, en absence de Mizukage… Je ne voulais pas que le massacre continue, car clairement on se battait contre nous même, plus ou moins. Je préfère l’approche diplomatique. Et puis nous avons convenu d’une sorte de réunion, où se trouveraient les personnes les plus hauts gradés en présence, afin de convenir de l’avenir de Kiri. »

Beaucoup de paroles, mais l’histoire se devait d’être un minimum précise. Elle observait avec ses pupilles glaciales le regard de Shiori, espérant ne pas y trouver trop de dégoût ou de critiques.

« La forme n’était pas vraiment correcte, mais au fond le désir des Hyosa était de redonner à Kiri ses lettres de noblesse, via sa puissance militaire. Face à la menace pesante de l’alliance Kumo Iwa, nous nous devions de nous renforcer sous peine de nous faire détruire dans les mois à venir, et de façon bien plus brutale. Nous avons donc décidé d’accepter sa venue en tant que Mizukage, pour le bien du village. Personnellement, saches que ça ne me fait pas vraiment plaisir… Leur clan m’intrigue, de par nos liens étroits, et surtout je ne connaissais pas leur existence avant ça. A cause de ça d’ailleurs, les gens prennent les Yuki pour des potentiels coupables de leur venue… Enfin bref, c’est un autre sujet. Une attaque, un cesser le feu, une réunion, et la prise de pouvoir de Hakyo. Voilà ce qui s’est passé… Tu dois surement avoir un tas de questions, non ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Jeu 26 Avr 2018 - 20:12
Un nom qui ressort souvent
"Il n'y a pas de soucis, je ne suis pas pressée. J'espère juste que tu as du temps devant toi. Il me semble que la conversation va être plus longue que la préparation du thé." Je me permets de dire cela pour tenter de la détendre un peu, une petite boutade pour rire. Elle me semble réellement anxieuse et si elle peut l'être un peu moins, cela sera plus agréable que cela soit pour elle comme pour moi.

Observant donc la chef du clan Yuki, attendant mon thé, quand il arrive, je prends la tasse en main et remuer légèrement la cuillère dans l'eau pour laisser les saveurs de celui-ci se faire bien ressentir. Je laisse ainsi le temps à la jeune Yuki de se poser également et de se préparer pour le récit qu'elle est supposé me raconter. J'escompte quelque chose d'assez détail et non pas un résumé vite fait bien fait. Je pense qu'elle a bien saisit ma demandé à ce sujet d'ailleurs, même si je n'ai pas forcément été des plus clairs.

L'écoutant tout en buvant quelque gorgée de mon thé noir alors qu'elle me raconte sa vision des faits, je reste silencieuse et j'avoue que cela ne colle pas forcément à tout les sons de cloches que j'ai pu avoir jusque là. Néanmoins, je la laisse poursuivre, sans l'interrompre une seule fois. Elle fin par conclure par une sorte de résumé et j'hausse un peu les épaules. "Je suis partit que quelque temps et j'ai l'impression d'avoir raté une dizaine d'année qu'en j'entends ça... Ce qui me pose réellement problème avec cette histoire, ce n'est pas d'avoir été absente, mais qu'au final, aucun sabreur n'a été présent lors de vos réunions. Mon clan a été en quelque sorte été laissé pour contre. Je pensais qu'il y en aurait eu au moins un de présent, mais hormis Goten, personne n'était dans le village pendant les faits. Du coup, on se retrouve tous, avec un nouveau mizukage ayant discuté avec les Kaguya, les Yuki et autre puissant du village, mais aucunement avec un membre de la confrérie des sabreurs. Trouves-tu cela normal ? As-tu marqué une opposition à l'absence d'un clan fondateur du village où bien as-tu courber l'échine encore une fois ?" La questionnais-je, peut-être un peu dure dans mes propos, mais cette situation, cela m'agaçait parce qu'encore une fois, les sabreurs étaient mis de côté. Sous Benten, on avait été les victimes, sous Sosuke cela avait été tout aussi étrange et ce malgré la position d'Hanzo comme son bras droit, pour Yamamoto, là on commençait à reprendre du poil de la bête pour au final, faire un retour en arrière maintenant avant les Hyôsa. Une chose que je n'apprécie pas et que je n'hésiterais pas à faire remarquer, même si je fais mines d'accepter notre nouveau Mizukage. Après tout, ai-je le choix ? Non. Et je n'ai point envie de faire comme Goten et me retrouver à ne plus avoir mon chez moi, alors que j'ai tout ici, un fiancé, un appartement, une vie en somme... Je ne peux pas tout quitter à cause d'un homme.

"Ensuite, concernant ce que tu as dis... Ne penses-tu pas justement que ça soit tes actes qui poussent à penser cela ? J'ai cru entendre dire et comme tu sembles me le confirmer. C'est toi qui a fait cessez le feu et qui au final à permit de mettre tout cela en place ? J'ai entendu de pas si jolies choses à ton sujet et pas concernant leurs venues, mais la façon dont ils ont remporter le combat et ton cessez le feu." Je plante alors mes iris dans les siennes, ayant fini d'être la petite Shiori qui prend toujours des pincettes et fait attention à autrui. A un moment il faut arrêter et j'ai eu le loisir durant ses derniers mois de bien comprendre que la gentillesse et la douceur n'a pas forcément sa place dans notre village ou même simplement dans la vie de ninja. "Qu'as-tu gagné la dedans ?" Est-ce que je la traite de traitresse ? Non, pas réellement, je cherche à savoir réellement ce qui peut l'avoir motivé et si effectivement elle est une traîtresse, ce qui lui a été offert. Une place de choix dans les négociations ? De l'argent ? Ou bien autre chose encore ? Il existe réellement un large panel de possibilité dans le cas présent.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Ven 11 Mai 2018 - 16:45

Depuis qu’elle était à la tête du clan Yuki, les relations qu’elle avait avec les autres clans majeurs, et avec le village dans sa globalité, étaient plutôt bonnes. Aucune tension ni conflit en vue, jusqu’à cette fameuse journée où débarquèrent les Hyosa. Et au final c’était la première fois qu’elle avait vraiment à faire à Shiori, dans une discussion certes informelle, mais pourtant cruciale dans les futures relations inter clans. La tension était presque palpable dans l’air, malgré l’apparente convivialité de la rencontre dans ces canapés et fauteuils, le tout accompagné de thé.

Durant tout son long monologue, Shiori ne l’avait pas interrompu. Une forme de respect en soit. Mais elle s’attendait à se confronter à divers bruits de couloirs dont elle avait partiellement connaissance. En effet, Shiori n’était pas là durant les faits, elle devait se référer à ce qu’on lui rapportait. Et pour le coup, elle avait surement eu une partie des échos négatifs la concernant, mais elle ne tarderait pas à le savoir. Son objectif était de lui donner son point de vue, sans trop le déformer de façon politique, et ensuite de confronter les divergences d’opinions.

Une fois la parole libérée, Shiori se mit à parler et exposa son problème principal : le fait qu’une telle décision ai été prise en l’absence du consentement des sabreurs. C’était exposé de façon tout à fait correcte, mais au fur et à mesure, son amertume se faisait de plus en plus présente, jusqu’à ce qu’elle l’attaque personnellement, en lui demandant si elle avait –encore une fois- courbé l’échine. Clairement, ce petit bout de phrase lui restait coincé en travers de la gorge. Alors qu’elle prenait une respiration pour répondre, Shiori reprit la parole pour continuer sur son ordre de cesser le feu. Au final, heureusement qu’elle n’avait pas pu répondre, car une réaction à vif pouvait être assez violente, et ce n’était pas le moment d’envenimer la situation.

La jeune Yuki poussa un petit soupir, comme pour décompresser et retrouver son calme. Jusqu’à ce qu’elle lui porte une dernière attaque en lui demandant ce qu’elle avait gagné là-dedans tout en la défiant du regard. Les pupilles bleues de Kaya étaient pour le coup encore plus glaciales que d’habitude, rendant son regard froid, assez peu expressif mais pourtant impressionnant.

« A aucun moment je n’ai été contente ou fière de devoir prendre des décisions sans la présence des sabreurs. Je n’ai pas d’intérêt personnel à le faire, quoiqu’on en dise. La seule raison qui nous a forcé à organiser cette réunion sans sabreurs était l’urgence de la situation. Et si tu ne pouvais rentrer que deux semaines après les événements, tu penses vraiment qu’on aurait pu dire « Attendez quelque semaines, Shiori arrive, c’est promis. On ne sait pas quand, mais elle arrive » ? Clairement, non. Ce n’est pas normal ni idéal comme situation, mais je ne pense pas qu’on avait le choix. Cependant, vous n’êtes pas oubliés pour autant, et avez la même place que les Yuki lors des futures réunions. »



Elle laisse un petit temps de pause, gardant son regard dans celui de Shiori, sans avoir l’air agressive, mais en restant très sérieuse et ferme.

« Et ne t’en fais pas pour moi, je reste droite, comme d’habitude. Pour le cesser le feu, oui je ne le nie pas, c’est moi qui l’ai ordonné. Et je pense encore aujourd’hui que c’était la meilleure chose à faire. Hakyo est un ninja extrêmement puissant, dont les capacités absorbent complètement les attaques Hyoton. Dès lors, les Yukis sont en grande difficulté face à lui, et en l’absence de sabreurs de renommée par exemple, nous n’avions pas vraiment d’adversaire en mesure de rivaliser. De plus, le village était en situation de réelle guerre civile. Du sang, des morts, des trahisons… C’était court, mais pourtant tellement anarchique. Je t’assure que la scène n’était pas jolie à voir. Sans arrêter de combat de façon cordiale, c’était un véritable bain de sang qui aurait eu lieu, et pour un résultat qui aurait été à mon sens similaire : la prise de pouvoir de Hakyo. Dans ce cas, oui, un cesser le feu me parait être la meilleure solution. Je peux me tromper, évidemment, mais je pense avoir bien fait. »

Kaya baisse finalement le regard et crispe sa main sur l’accoudoir du fauteuil, montrant finalement une certaine frustration.

« Qu’est-ce que j’y ai gagné ?! Voyons, l’argent et le pouvoir, c’est évident. Plus sérieusement, j’étais appréciée, les Yuki étaient en paix, tout allait bien. Depuis ce jour, on me regarde mal, on me menace parfois même, et en plus mon clan est décrié à cause du lien qui nous lie aux Hyosa. Clairement, je pense être plus que perdante. Et bien plus que la plupart de ceux qui me détestent désormais. Tout ce que je veux, c’est que Kiri reste une puissance forte et fière. Rien de plus, rien de personnel. C’est plutôt simple, au final, et je pense que mes décisions sont cohérentes avec cet objectif… »

Visiblement, celle qui était d’habitude si fière, si sure d’elle, était clairement touchée par cette situation et montrait un certain agacement par rapport à cette soudaine baisse de réputation. Trop habituée à être sur un piédestal, peut-être… ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mar 15 Mai 2018 - 16:05
Un nom qui ressort souvent
Je me retiens de laisser entendre un rire à la blonde en entendant qu’ils auraient dû attendre mon retour. Suis-je la seule sabreuse dans ce village ? Non. Que du contraire. Il y avait au moins un de nos membres dans les lieux et pas n’importe lequel, celui que je vois comme mon bras droit, l’un des plus prometteur et des plus fort ancien après moi, au milieu de toute cette bleusaille que l’on ne cesse de voir défiler parce qu’aucun ne tient la cadence ou ne montrer de réelle motivation sur le long terme. Mais comme la blonde à laquelle je fais fasse, je me retiens, pour ne pas envenimer encore plus la situation déjà plus que tendu à cause du sujet même si l’envie de la reprendre de volée se fait.

Je reste silencieuse, incapable de boire encore une gorgée de thé pour l’heure. L’agacement étant trop présent. Je l’écoute donc, se poser en victime alors qu’au final, elle a eu une place de choix dans tout cela et ce malgré les retombés négatives que cela a pu avoir. Je finis par déposer la tasse sur la table entre nous et continuer ensuite de soutenir son regard aussi froid puisse-t-il être à mon égard. Elle ne me fait pas peur, alors elle peut bien me regarder autant en chien de faïence qu’elle le désire, elle n’aura point raison de mon entêtement et de moi-même.

Je ne suis pas la seule sabreuse du village. Il y avait Gôten pendant les faits et l’invité lui comme représentant de notre clan aurait été LA solution, il ne serait peut-être pas partit d’ailleurs s’il avait pu avoir son mot à dire. Tu te plains que ton clan est mis à ban à partir de maintenant, que vous n’êtes guère apprécier, mais dans ce gouvernement au moins pour la base vous avez été là. Alors si tu crois que je vais te prendre en pitié et te dire pauvre petite Kaya et tout le tralala qui va avec. Ne l’escompte pas, parce que je ne me rabaisserais pas à cela. Tu as certes peut-être prit la décision la plus importante et respectable pour la survie de tout un chacun, mais à côté, tu as montré une bien mauvaise image de nous les kirijins avant les Hyôsa. Que va dire le Yukan de nous ? Que l’on est des peureux, que l’on préfère se rendre plutôt que d’affronter un adversaire qui nous envahi.

Tout comme elle, je reste de marbre en prenant la parole, ne courbent pas l’échine et plus encore, ne mâchant pas mes mots aux risques de la blesser ou de l’énervée davantage. “Si l’attaque aurait été orchestré par Iwa, aurais-tu fait de même parce que tu te trouvais face à un adversaire plus fort ? Aurais-tu courbé l’échine et ensuite laisser entendre que c’est la faute d’un autre clan parce que celui-ci n’était pas des plus présents au village ayant des missions ailleurs ? Parce que c’est ce que j’entends là Kaya. J’entends que tu nous lances à nous les responsabilités de cette prise de pouvoir des Hyôsa parce que nous n’étions que trop peu présent dans le village. Mais n’oublie pas que nous, sabreurs sommes aux nombres limités de septs là où vous les Yuki pullulés.” Cruelle, voilà ce que je peux être à cet instant avec elle alors qu’au final, elle n’est pas l’unique responsable de cela, mais le choix de ses mots n’est pas les bons et là, elle va assez bien le comprendre.

Soupirant alors, pour reprendre brièvement la parole, je poursuis à nouveau, remettant une mèche de cheveux en place. “Le choix de préserver le village était un bon choix Kaya, mais ne vient plus jamais dire que c’était à cause de l’absence des sabreurs que les Hyosa sont maintenant là ! Parce que nous, on aurait choisit de se battre jusqu’à la mort pour protéger notre village et ne pas passer pour des faibles. On n’aurait pas fait cet alternative là car nous avons la notion d’honneur et la volonté de préserver l’image de Kiri que les Hyôsa et toi avez maintenant souillé en nous faisant passer tous pour des faibles.” Je la toise alors du regard en me levant. “J’en ai assez entendu, sauf si tu désires continuer cette conversation et me faire entendre des inepties encore, je pense qu’il serait mieux que de clore celle-ci ici.” Afin d’éviter que cela ne tourne encore plus mal et que l’on se retrouve à nouveau dans un conflit sabreur/Yuki même si en réalité, c’est bien partit pour que cela soit le cas en vue des la façon de pensée de la blonde.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Un nom qui ressort souvent ► Kaya / Domaine Yuki

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: