Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Juste un prétexte ᵜᴥ Muramasa

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Mer 18 Avr 2018 - 11:57
Juste un prétexte
Qu'il est compliqué de se vider la tête quand une personne hante vos pensées. Cruel dilemne. Espiègle agitation. Peut-être auriez-vous pu être plus clément avec ma personne pour ne pas créer ce tumulte chez moi. L'avez-vous fait exprès en sachant pertinemment que je serais votre élève par la suite ? Est-ce là votre amusement que de torturer de la sorte des jeune femme qui n'ont rien demandé ? Muramasa. Vile diablotin ! Je sais que je devrais vous détester pour provoquer tout cet émoi dans mes pensées, perturbant ce que je pensais maîtrisé et réduisant à néant mes efforts pour ne pas vous succomber. Comment le pourrais-je ? Que cela soit par l'habilité de votre langue, de par votre gestuelle attentionnée à mon égard ou plus encore, par ces récits que vous m'avez permit de découvrir en tant que première lectrice... Je ne peux vous détester, mais je ne peux non plus succomber. Je ne suis pas une ingénue. Je ne compte pas répondre à votre demande, à ce désir que vous avez manifester déjà lors de notre première rencontre. Cette possessivité et plus encore cet égoisme dont vous semblez vouloir faire preuve à mon égard. Je ne suis pas une chose...

Bien que je pourrais me poser la question en vue des récents événements avec celui que je suppose être un lointain cousin du côté maternel. Zetsu Itsuwari. Une rencontre qui, maintenant encore me perturbe et m'énerve. Comment j'ai pu me montrer aussi tactile et soumise, d'une certaine façon, à lui. Son corps étant réduit à être un objet de désir pour moi, un désir de contact, du moins, eut été le cas le jour de notre rencontre et pourtant, contrairement à vous... Je ne me pose pas des questions quand à ce qu'il se passe entre lui et moi. Je le déteste pour m'avoir mit à sa merci de cette façon. Je me sens honteuse de ses mains qu'il a osé posé sur moi, de ces contacts physiques qu'il y a eu entre nos deux corps, même si je m'étais fait violence ce jour là pour ne pas cédé. J'ai fait le bon choix, car aujourd'hui, je regrette le peu qu'il m'ai touché... Alors que dans votre cas, votre proximité, même si elle est perturbante, n'est pas tant déplaisante que cela et je n'ai nullement envie de fuir votre contact... Bien que votre présence si... C'est tellement compliqué...

Et pourtant, je suis là, devant votre porte, les livres que vous m'avez prêté entre les mains. Je ne compte que faire un saut pour déposer ceux-ci, ayant déjà fini de les lires... Mais si je viens aujourd'hui, c'est aussi parce que je n'ai pas eu le loisir de vous croiser et cela malgré tout ce qui semble nous lier. Une envie de vous voir, d'une certaine façon, de savoir que vous allez bien, même s'il est hors de question que je l'admette de vive voix.

"Murasama-san est-il là ?" Questionnais-je au chargé de sécurité se tenant devant moi. Dire votre prénom est quelque chose d'étrange, mais je ne peux me permettre de dire votre nom au risque de créer une confusion à cause de la possible présence de votre petite soeur, celle que vous avez déjà mentionné.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mer 18 Avr 2018 - 18:57





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories





Un jour comme un autre prenait place sur Iwagakure no Sato. Peut-être pas tout à fait, car suivant les âmes, ce dernier pouvait revêtir de bien singulières parures, n’étant point anodines. Pour les deux gardes, la journée était tout aussi monotone que leur quotidien, consistant à surveiller en tout temps qu’aucun malandrin n'essaye de rentrer dans le sanctuaire dont ils incarnaient les guardiens. Depuis quelques temps, une nouveauté venait quelques peu perturber leurs habitudes. La jeune sœur du maître des lieux qui était venue habiter avec ce dernier. Autant vous dire que le calme avait bien vite disparu et que les surprises devinrent pléthores en présence de la volcanique et de son tempérament des plus rebelle.

Récemment, la visite d’un nouveau visage venait de se faire montre. Annonciateur d’aurores qui s’ancrerait certainement dans une redondance brisant l’inattendu. Une jeune femme ayant déjà visité les lieu venait se présenter afin de demander si le médecin était présent. L’un des gardien se contenta d’acquiescer en silence d’un simple mouvement de tête, puis invita la visiteuse de la même manière emprunte de mutisme à pénétrer dans l’enceinte de la demeure. Il y avait quelque chose qui semblait étrange concernant ces deux personnages. Tous deux semblaient trop sérieux, comme s’ils étaient dénuées de sentiments, ou même tout simplement d’âme.

La serviteuse vint rapidement à l'encontre de la Nagamasa qui venait de rentrer dans la cour de la demeure. Comme si elle s’attendait à la visite de celle-ci, elle s’avança vers elle, puis s’inclina avec correction pour lui présenter ses respects. Se présentant alors avec application, démontrant tout le sérieux de sa personne. Toutes deux ne s'étaient pas croisées lors de la première visite de l'adepte du Bushido.

" Vous devez être Nagamasa-sama. Je m'appelle Naoko. Hajimemashite. Je sers Muramasa-sama, ainsi que Botan-sama. Il vous attendait."

L’invitant à la suivre, afin de l’amener devant le Borukan comme le désirait le motif de sa venue en ce lieu. Rentrant dans la demeure, elle s'arrêta devant une porte de bois finement sculptée, puis posa ses yeux sur la Samouraï afin de lui toucher deux mots. Naoko toqua à la porte avant d’ouvrir la stèle de l’antre pour que la demoiselle puisse entrer.

" Entrez, je vous prie. "

Muramasa était à l'intérieur de la pièce servant visiblement d’espace de travail. Il était en train de feuilleter un livre obscur, tout en prenant des notes en étant assis devant une table où une grande pile d’ouvrages s’entassaient. Il se leva, après avoir posé ce qu’il avait entre les mains. Il afficha un sourire, dès qu’il aperçut qu’il s’agissait de Mikazuki. S’avançant alors vers elle, afin de l’accueillir chaleureusement.

" Mikazuki-san. Vous allez bien ? "

Plongeant son regard vers celui de la demoiselle, il était vraiment content de sa venue. Il voulait la revoir avec impatience, dans un cadre plus intime que celui qu'offrait l'équipe où ils étaient réunis.






_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Ven 20 Avr 2018 - 12:13
Juste un prétexte
Un léger sourire en guise de réponse. Voilà comment je remercie l'homme, qui dans un mutisme total m'a répondu et invité à entrer dans votre domaine. M'avançant lentement, je prends le temps, cette fois-ci de regarder un peu plus la végétation présente et la façade de votre demeure, bien loin d'être modeste. Néanmoins, dans ma contemplation, je suis dérangé par une jeune femme, qui rapidement, vient à ma rencontre. Je l'observe sans mot dire. Une connaissance à mon senseï ou bien tout autre chose ? Il y a plus d'une possibilité envisageable, mais la réponse tombe rapidement, face à sa présentation, sa manière de s'incliner devant moi pour ensuite prendre la parole. Une servante. Je l'écoute et reste surprise à ces mots. "Il m'attendait ?" J'avoue que cela m'étonne assez, après tout, je ne vous avais pas prévenu de ma visite, ni même laisser entendre quand je repasserais chez vous. D'ailleurs, à cause du trouble occasionnée par cette supposition que vous m'attendiez, je n'ai pas prit la peine de répondre à la jeune femme pour me présenter dans les bonnes et dues formes.

Je me permets de la suivre alors dans les couloir de votre maison, observant la porte devant laquelle on se tient maintenant, en serrant un peu vos libres contre moi, un peu angoissée malgré moi. Je la laisse martelé doucement le bois avant de m'inviter à entrer dans la pièce. Mes iris se posent alors sur vous, un peu plus loin, derrière vos ouvrages et je ne peux réprimer un petit sourire à vous voir. Pourtant, je me montre hésitante, franchissant quand bien même le seuil de la porte pour entrer et laisser la servante fermer la porte derrière moi, nous laissant ainsi tout les deux dans une nouvelle intimité alors que vous vous approchez de moi.

Involontairement, j'esquisse un mouvement peu naturel de recule, pour ne pas que vous me touchiez, craintive à cause de ce qu'il s'est passé avec le Zetsu. J'ai peur de voir se reproduire une chose pareil, même si probablement avec vous, cela sera bien moins déplaisant. "Bonjour Borukan-san. Je me porte bien et vous ? J'ai ouïe dire que vous m'attendiez ?" Une réponse et une autre question, non pas pour entamer réellement la conversation, mais vérifier la véracité des dires de votre servante et aussi, au fond, savoir si comme moi, vous vous languissiez de me revoir... Et ce même si je ne puis profiter pleinement de cette entrevue à cause de ce ressentiment que j'ai contre moi-même et cette crainte que j'ai dans le ventre. Je me dois d'écourter cette rencontre.

Je vous tends alors vos livres. "Je suis venu vous les rendre, j'ai fini de les lires. J'ai beaucoup aimé et j'attends avec impatience la suite de vos écrits ! J'aime sincèrement votre plume et vos tournures de phrases. C'est agréable à lire et cela fait rêver." Lançais-je alors à votre attention d'une traite, reprenant légèrement mon souffle ensuite.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Ven 20 Avr 2018 - 13:09





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories





Ce petit nez mutin, tant attendu, se montrait enfin devant le médecin. Ce n’était pas trop tôt. Il s’était fait désirer plus que de raison aux yeux de celui qui attendait sa venue. Faisait-elle exprès de le faire languir de la sorte ? A n’en pas douter, celle qui l’arborait ne manquait pas de toupet pour torturer ainsi un homme qui escompté la présence de sa détentrice. Une présence qui était devenue une douce addiction. Pourtant elle était une amatrice des encres, alors pourquoi avait-elle mis autant de temps à en faire lecture ? Il avait eu loisir de rabâcher les oreilles de la pauvre Naoko qui se contentait d’acquiescer silencieusement aux palabres de son maître concernant une jeune femme qui devait lui rendre visite. Une certaine Nagamasa, qui devait être accueillie sans fausse note et traitée avec la plus grande attention. Cependant, l’impudente ingénue semblait se faire désirer. Pourtant elle aurait du revenir le lendemain ? Non ? Enfin, le plus important c’était qu’elle soit enfin là.

Se permettant de se rapprocher d’elle, il est un peu surpris par le comportement de la jeune femme, qui semblait perturbée. Elle se montre évasive, comme craintive d’être touchée. Sa voix est crispée, changeant de ce ton cristallin et appliqué, aussi calme qu’une rivière paisible. .Elle parle si vite, tellement vite qu’elle semble comme vouloir que la visite se termine au plus vite. Cela ne manqua pas de susciter une certaine perplexité chez le jeune homme, qui percevait la flagrante différence qui dénotait que quelque chose la chamboulait. Il plongea son regard dans celui de la muse, en lui répondant d’une voix sérieuse, mais bienveillante, afin de la rassurer.

“ Mikazuki-san, en effet, j’attendais votre visite. J’irais bien une fois que vous m’aurez dit ce qui vous perturbe. “ -lui demandant ce qui pouvait expliquer ce qui la décontenançait de manière si tumultueuse-

Elle tend les livres à leur propriétaire, comme pour se séparer de cette tâche afin de ne pas traîner dans les parages, ce qui ne manque pas d’arquer un des sourcil du pragmatique personnage la fixant. Le plaisir de ses paroles flatteuses était présent, mais masqué par son inquiétude concernant la demoiselle. Son agitation reflétait qu’elle devait avoir vécu quelque chose de traumatisant. Son attitude ne mentait pas. Il ne prit pas les ouvrages qu’elle essayait de lui donner, car cela aurait été trop facile.

“ Vous pouvez tout me dire, Mikazuki-san. Je serais toujours là pour vous. "

Sérieux, sa voix se faisait plus inquisitrice, mais pourtant loin d’être agressive. Il désirait simplement savoir ce que Mikazuki tentait de désespérément cacher. Il le saurait d’une manière ou d’une autre, car la Nagamasa était importante à ses yeux. Bien plus importante qu’il ne semblait. Il ne la laisserait pas s’éloigner de lui une nouvelle fois, et surtout pas maintenant.






_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Borukan Muramasa le Ven 20 Avr 2018 - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Ven 20 Avr 2018 - 13:45
Juste un prétexte
La discrétion, pour le coup, je n'en ai pas fait preuve, mais avec vous, tout est tellement plus compliqué. Il y a la peur de mal faire, mais en même temps, le désir d'en faire toujours plus. Pour vous voir, pour passer du temps avec vous par exemple, même si là, alors que je me tiens face à vous, je ne peux que me sentir honteuse d'avoir laisser un autre homme me toucher... Et cela malgré que je ne vous appartiens aucunement. Une pensée qui n'a pas lieu d'être et qui pourtant est là, pour me faire réagir assez mal, fuyant votre proximité comme je pourrais fuir devant des techniques raiton.

Je vous regarde alors, tandis que vous m'exprimez déjà l'envie de savoir ce qui me travail l'esprit. Que suis-je sensé répondre ? Je n'aime pas mentir et répondre un rien, sonnerait à mon sens comme tel... Et dire la vérité, j'ai réellement du mal à le concevoir. Je devrais taire cela et je me force alors de sourire un bref instant avec de changer brusquement de conversation en vous tendant les livres que vous m'avez prêté il y a de cela quelque jours.

Mais les bras tendu, chargé de vos livres, vous ne bougez pas, refusant de les reprendre et me forçant à les ramener contre moi pour ne pas forcer inutilement sur les muscles de mes bras.Vous prenez alors à nouveau la parole, insistant pour savoir ce qu'il y a et je baisse un peu la tête. "Je n'ai pas le temps d'expliquer Borukan-san, j'ai un rendez-vous important auquel je dois me rendre alors, je ne peux m'exprimer davantage." Répondis-je en me justifiant tant bien que mal, trouvant le premier prétexte qui me passe par la tête pour me permettre de ne pas vous répondre et vous laissez voir davantage ma honte et mon dégoût pour tout cela... Et plus encore, le désir qu'en réalité, j'aurais aimé que ça soit vous et non pas mon présumé cousin, la personne à qui je me sis coulée et que j'ai laissé me toucher un peu trop. "Je passais juste vous rendre vos livres, acceptez de les reprendre Senseï." Quémandais-je alors doucement sans relever le regard vers vous, continuant de fixer le sol inexorablement. Mon attitude comme mes mots montrent bien ma tentative de fuite, mais fuir ses propres pensées et son propre corps est quelque chose de compliqué, et même tout simplement impossible.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Ven 20 Avr 2018 - 15:29





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories





Il y avait quelque chose qui n’allait pas. Un malaise palpable planait, contrastant avec l’habituelle tension qui faisait rage entre eux. Le médecin était conscient que la demoiselle ne désirait pas en parler. Il se demandait s’il avait fait quelque chose qui aurait pu la contrarier, mais ils s’étaient pourtant quittés en très bons termes la dernière fois. Était-ce l’équipe qui la contrariait tant ? Improbable. Il y avait quelque chose d’autre et elle ne semblait pas désireuse de partager la teneur de celle-ci. Elle avait beau regarder le jeune homme dans les yeux, affichant un sourire de façade afin de tenter de le rassurer, il n’était pas dupe pour autant. Cela l’énervait, mais avait-il le droit de la forcer à avouer ce qui pesait sur son cœur ? Bien sûr que non. Pourtant il éprouvait l’égoïste besoin de savoir, bien qu’il savait pertinemment qu’il n’en avait aucunement le droit.

Elle finit par ramener les livres contre elle, présentant alors le premier signe qu’elle comprenait enfin qu’elle ne s’en tirerait pas ainsi. L’ingénue baissa la tête, comme si elle était honteuse, pour ne pas dire emplie de regrets. Se risquant à essayer de détourner la conversation, mais sa gestuelle présentait des signes qui ne trompaient pas. Elle aurait pu être plus convaincante, mais on pouvait lire en elle comme dans l’un des livres qu’elle serrait tout contre elle. Prônant le manque de temps, l'existence d’un rendez-vous, mais surtout du fait qu’elle ne pouvait, ou plutôt ne voulait, s’exprimer davantage. Le visage de Muramasa prit des traits inquiets, dénotant de l’habituelle impassibilité qu’il arborait pourtant si souvent d’un marbre parfait. Elle ne pouvait voir cette expression si criante du fait qu’il tenait tout particulièrement à elle. Elle susurrait timidement une requête en baissant le regard, comme une vilaine fille aurait timidement demandé une punition afin de trouver la rédemption la déculpabilisant de ses péchés. Ignorant sa demande concernant les encres, comme un tortionnaire refusant de châtier une demoiselle n’aspirant en secret qu’à la fessée la faisant convulser de plaisir

Mikazuki méritait d’être châtiée pour son impudence. Muramasa était vraiment inquiet pour la belle, mais celle-ci ne semblait pas vouloir se justifier. Il ne pouvait pas lui cacher l'intérêt qu’il avait pour elle.

“ Vous avez un rendez-vous ? En tant que votre Sensei, je me dois de prendre soin de vous. "

S'avancant vers elle en cherchant à voir son fin visage qu’elle tentait de dissimuler.






_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Ven 20 Avr 2018 - 18:08
Juste un prétexte
Le manque de courage, un bien vilain défaut dont je fais preuve à l’instant devant vous en chercher à vous fuir de la sorte alors que vous n’êtes fautifs d’aucune façon. Vous parlez pour m’excuser de l’attitude que j’ai maintenant à votre égard serait une bonne solution. Néanmoins, je ne peux pas prendre le risque de vous dire ce qu’il s’est passé avec le membre du clan Zetsu. Comment le pourrais-je alors que vous me voyez comme une femme respectable ? Je ne peux prendre le risque de détruire encore plus ce qu’il y a entre nous en vous avouant avoir ainsi cherché le contact de cet homme et avoir apprécier cela sur le moment, même si maintenant, je regrette et me demande toujours ce que j’ai bien pu avoir en tête pour me laisser ainsi touché… Ô certes, il ne s’est pas passé grand chose, pas de baiser, pas de main réellement mal placé, juste des frôlements trop intîme et nos corps trop proche, mais je ne peux cesser de m’en vouloir pour cela. Eprouvant un certain dégoût à me remémorer cela. Une fille facile, voilà de quoi je vais avoir l’air à vos yeux et je vais ainsi perdre votre estime. Non, je ne peux rien vous dire…

J’en baisse la tête.

Je ne peux pas prendre le risque de vous perdre alors que je vous affectionne bien trop. Alors que j’aurais réellement préférer me coller à vous, que ça soit vos main sur mes cuisses et vos lèvres si proches des miennes.

Mais ça non plus, je ne peux pas vous le dire. De quoi aurais-je l’air ? D’une fille, qui dès qu’on lui adresse quelque mots doux s'enticher des hommes ? Je ne veux pas avoir l’air si puérile à vos yeux et pourtant… Ne le suis-je pas déjà.

Je me cramponne à vos livres, comme s’ils s’étaient mon dernier soutien pour ne pas m’écrouler ou plutôt partir en courant de votre demeure. Dans un sens, c’est bel et bien le cas. J’ai envie de partir, mais je tente néanmoins de faire preuve de politesse pour ne pas risquer de vous froisser davantage.

Fixant le sol, je cherche une excuse pour vous fuir, tout en ne vous me permettant pas de vous mentir. Je recule quand vous vous approcher, me heurtant ainsi à la porte fermée. Que pourrais-je bien dire ou faire ensuite sans que cela ne soit un mensonge ? Rapidement, je réfléchis. “Je dois faire un pacte de Kuchiyose.” Je réfléchissais à cela depuis quelque jours déjà, néanmoins, je n’arrivais pas à me décider réellement de l’animal pour lequel je peux partir en quête.

Je me permets alors de vous tendre les livres pour vous inviter à les prendres et me permettre de partir et vous soulagez de ma présence, qui n’est pas réellement de bonne compagnie en ce jour et peut-être qu’elle ne le sera plus jamais ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Sam 21 Avr 2018 - 0:31





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories





Parfois, un simple regard, un simple geste, une simple attitude ou encore un simple silence s’avérait bien plus expressif que les mots.La Nagamasa tentait de se dérober du mieux qu’elle pouvait, mais elle était acculée. Elle n’était pas très habile dans l’art des cachotteries, ou peut-être était-ce  Le Borukan la fixait de ses yeux mordorés qui luisait de nitescences, cherchant à croiser ceux de l’ingénue, mais en vain. Elle se contentait de fixer le sol, perdue, frémissant quand à l’idée de ne pouvoir fuir. La Nagamasa semblait bien trop distante, à son grand regret. Il aurait aimé qu’elle lui fasse montre de ce joli minois qu’il adorait rendre empourpré. Sans compter glisser ses mains sur ce corps suave qui incarnait une tentation bien trop appétissante pour ne pas finir croquée à pleines dents. Adossée contre la porte, elle ne pouvait plus reculer. Essayait-elle réellement de se dérober ? Le voulait-elle ?

Elle prétexta l’excuse d’un Pacte de Kuchiyose, ce qui ne manqua point de le surprendre. Cela semblait tenir de la première pensée traversant sa jolie petite tête, que d’une vérité. Comprenant qu’elle ne lui dirait rien, sans doute trop mal à l’aise pour cette confession, le pragmatique personnage décida d’adopter une approche différente. La mettre à l’aise, afin qu’elle se sente en confiance et finisse plus tard par avouer son mal être, semblait avisé.

Adoptant une voix plus douce, il l’invita à rester. Après tout il faisait personnellement quelques recherche en rapport avec le sujet qu’elle évoquait; en vue d’un projet sur lequel il travaillait. Il la débarrassa des livres en les prenant délicatement, puis en les posa au premier qui s’offrait à lui, comme si ces derniers n’avait pas de réelle importance.

“ Il est alors inutile d’aller à votre rendez-vous. Pourquoi ne m’en avez-vous pas parlé ? "

Finissant par poser sa main sur la sienne, afin de l’inviter à rester. Il la conduisit près de la table où une multitude de livres anciens étaient entassés. Tous semblant porter sur les Kuchiyose et divers sujets en rapport avec ces derniers.

“ Comme vous pouvez le voir, j’étudie le sujet. “ -lui montrant les évidences, en lui affichant un sourire des plus sincères- “ Vous comptiez former un pacte avec un Kuchiyose en particulier ? Je vous écoute. “

Susurrant calmement à son oreille avec une voix chaleureuse, il se plaçait juste derrière l’ingénue, afin de regarder par dessus sa gracile épaule, les livres en question. Se rapprochant si près que les corps des deux jeunes gens menaçaient de se toucher à chaque instant d'inattention. Profitant de la fragrance de la muse, dont il pouvait apprécier le parfum suave de sa peau.






_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Lun 23 Avr 2018 - 15:23
Juste un prétexte
Tentative vaine et infructueuse. Je me retrouve piègé par cette porte fermée par votre servante il y a de a quelque minute. Fuite impossible et désir de votre part d’en savoir que plus. Je suis mal à l’aise. Je regrette d’être venue. De me tenir là.

Néanmoins, vous finissez par me décharger du poids des livres que je portais encore jusque là. Une sensation un peu moins chargée pour mes bras, mais j’ai toujours ce sentiment pesant et cette angoisse sur mes épaules. Courbée l’échine pourrait être quelque chose de soulageant. Pourtant, je ne le fais pas même si je ne suis pas fière de ce qu’il s’est passé, de ce que j’ai fait avec cet autre homme que vous.

Je fixe le sol, cherchant à fuir alors que vous venez quérir ma main avec une certaine douceur. J’ai envie de fuir, de sentir le sol s'effondrer sous mes pieds et de disparaître. Oh cruel sentiment. Abnégation impossible. Pourquoi il ne m’est point possible de ne pas être ainsi torturée par vos soins ?

Mes épaules s’affaissent alors que vous m’entraîner un peu plus dans votre bureau. Mes pensées et mes sentiments me bouleverse, m’empêchant d’écouter vos palabre alors que cela serait pourtant bien plus intéressant que mes propres maux. Mais votre corps si proche du mien. Cette indécense… Je tremble légèrement.

Mal être total.

Culpabilité abominable.

Folie hystérique.

Ne me touchez pas !” Hurlais-je presque alors que je vous repousse, m’enfuyant de l’autre côté de votre bureau, mettant le plus d’espace entre vous et moi. Autant de meuble que possible pour ne plus que vous veniez à me toucher, à laisser votre corps être si proche du mien. Malaisée. Apeurée. La porte est de votre côté, il m’est donc impossible de l’atteindre. Pourtant, il serait fort aisé de prendre la fuite par un tout autre moyen. La terre, le doton, mon affinité.

Je suis fébrile, tremblante. La peur de vous avoir déçu, de vous perdre alors qu’en réalité, nous ne sommes presque rien. La honte de ce qu’il s’est passé avec le Zetsu, un membre du même clan que ma défunte mère.

Honte et fierté.

Honte, sentiment qui me déchiré.

Fierté, pensée qui m’empêche de craquer.

Peur et désir.

Peur de vous perdre, de ne plus vous revoir après vous avoir tout conté.

Désir de me soulager avec vous, de vous parler à coeur ouvert pour évacuer tout ça. Oublier la honte.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mar 24 Avr 2018 - 11:14





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories





L’atmosphère est étrange, trahissant que quelque chose n’allait pas. Mikazuki n’est pas comme à son habitude, ce qui inquiète Muramasa. Il essaye de l’aider, autant que faire se peut. La réaction de la demoiselle est bien loin d’être celle escomptée, cette dernière paniquant soudainement en le repoussant violemment, avant de s’enfuir à l’autre bout de la pièce. Stupéfait, le parangon demeura silencieux, regardant la jeune femme qui est indubitablement apeurée et en proie aux tourments. Cela ne faisait que le rendre encore plus soucieux, que de voir la belle aussi troublée, surtout en sa présence. Elle lui interdisait de la toucher, comme si elle rejetait l’affection dont il faisait montre envers elle. Était-ce le cas ? Ne voulait-elle plus que le bel étalon se montre attentionné envers elle ? Bien sûr, la raison d’une telle véhémence pouvait trouver une explication des plus logique, mais surprenante, surtout concernant la Nagamasa.

Restant inerte, mais attentif, Muramasa regardait la demoiselle qui venait de le repousser en faisant montre de singuliers tumultes. Les mots criant l’interdiction de la toucher, en plus de ne faire que l’inquiéter davantage, étaient bien plus dangereux qu’ils ne paraissaient. Le médecin est implicitement blessé par ces derniers. Il ne savait même pas comment réagir, se doutant que tout ce qu’il pourrait dire ne ferait qu’envenimer la situation déjà fortement épineuse.

Ne voulant point la troubler, désireux qu’elle se calme et qu’elle comprenne qu’il était là pour elle, l’Iwajin ne tenta pas de se rapprocher afin de ne pas la déstabiliser davantage.

“ Mikazuki-san ? “ -d’une voix calme, mais un peu inquiète-

Il la regarde, attendant que l’agitation se déchaînant en elle s’affaiblisse, avant de se risquer à la moindre mouvance. Respectant la jeune femme, il ne veut pas la forcer. Pourtant, son seul désir est de l’étreindre tendrement afin de la rassurer, de lui faire montre qu'il était là pour elle et qu'elle pouvait compter sur lui.

Allait-elle finalement lui avouer ses tourments ? Ou bien comptait-elle rester silencieuse et en proie à la souffrance de la culpabilité dont elle ne pourrait endurer le poids écrasant ses graciles épaules ? Il ne tenait pourtant qu'à la demoiselle de faire le premier pas vers je jeune homme qui ne désirait que son bien.






_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Jeu 26 Avr 2018 - 18:07
Juste un prétexte
Mon corps à réagit seul. La peur d’être encore sous le contrôle de quelqu’un ? D’une étrange attirance, qui pourtant avec vous est loin d’être déplaisante… Mais en même temps, il y a tout ce dégoût, cette haine envers moi-même de m'être laissé touché par un autre que vous aussi involontairement que cela puisse être… Je m’étais fais violence ce jour là, pour résister à cette tentation soudaine et inexplicable et pourtant, je culpabilise encore plus. Au point de me sentir sale, mais aussi de vous blesser involontairement… Mais qu’est-ce le pire dans cette situation ? Que je vous laisse me toucher également et vous mentir à vous-même en vous imaginant que je suis une petite fille bien ? Non… Je ne peux pas. Mais je ne veux pas non plus vous décevoir… Votre affection, elle m’est d’une grande importance. Sans vous, je ne sais pas si j’aurais réellement de raisons de rester ici… Je pourrais commettre un acte déplacé envers mon aîné, qui n’a point manqué de lever la main sur moi et plus encore de tuer notre père…

Je déglutis, le corps tremblant alors que vous vous approcher un peu, murmurant mon prénom une nouvelle fois et je ne peux m’empêcher de reculer encore. Mon dos venant heurter la bibliothèque derrière moi, non pas sans violence. “S’il vous plait… Laissez-moi.” Suppliais-je alors. Laissez-moi seule à mes tourments. Oublier la femme indigne que je suis. Je ne suis point respectable. J’ai souillé la vision que vous aviez de moi, j’ai été souillé tout court. Cruelle violence. Il n’y a jamais pire juge que soi-même et à cet instant, je subis mon propre jugement. Pensées horribles et aucunement déplaisantes. “Arrêtez de vous fourvoyez à mon sujet ! Je n’ai plus rien de respectable !” Vous lançais-je alors au visage, en référence à notre première conversation. A cette femme que vous aviez courtisé avant moi et qui vous a déçu. Je viens de faire la même, bien que ça ne soit pas de mon cru, et je tente de vous le faire comprendre.

Et en même temps, je regrette déjà ses mots, ses gestes que je viens d’avoir envers vous. Vous repoussez de la sorte, vous envoyez sur les roses alors que vous n’avez rien demandé et plus encore vous dire cette vérité trop blessante.

Sans fierté, je pleurerais devant vous.

Sans sentiments, je n’aurais point les larmes aux yeux.

Pourtant, je me fais violence, pour continuer de vous regarder, mes poings fermés et mes ongles pourtant pas si long, martyrisant la chair tendre de mes paumes. Je me torture seule, me forçant à vous regarder pour lire dans votre regard et sur votre faciès tout le dégoûts que vous éprouvez dès à présent pour moi, mais également toute la déception que je vous ai provoqué. Pire juge et pire condamnation.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Jeu 26 Avr 2018 - 21:08





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories





Muramasa essaye de l’aider, aspirant à comprendre ce qui tétanisait la Nagamasa, mais plus il essayait de son montrer amical à son égard, plus elle semblait être décontenancée. Fuyant le médecin comme s’il était pestiféré, la demoiselle affichait une peur irrépressible. La peur était visible sur ses traits, paniquant jusqu’à sembler en perdre raison. Qu’elle était la raison se cachant derrière tant d’effroi venant troubler la jeune femme jusqu’à l’en faire trembler de tout son être, ainsi que de toute son âme. Bien sûr, le pragmatique personnage était tiraillé entre sa volonté de la consoler en l’étreignant, ou la logique de ne pas s’approcher d’elle afin qu’elle se calme et respecter sa volonté. Les mots qu’elle lui tint étaient cruels, blessant plus que de raison son hôte. “ S’il vous plaît… Laissez-moi. “. N’était-ce pas un appel à l’aide ? Une telle détresse s’incarnait avec violence dans la gracile silhouette menaçant de se briser, alors que d’habitude elle était si fière et faisait montre de tant de noblesse, que cela en était impensable qu’elle se montre ainsi. Quelque chose de grave avait dû ébranler la belle.

D’autres mots vinrent avouer qu’elle était rongée de culpabilité. Qu’elle n'était point la respectable jeune femme que le médecin imaginait. Elle venait avec véhémence énoncer qu’elle était rongée entièrement par les remords qui la taraudait.

Ne bougeant plus, fixant la demoiselle dans les yeux en affichant un regard noir, Muramasa comprenait ce qui se passait dans la petite tête à la tiare immaculée.

" Mikazuki-san, quelqu’un vous a fait du mal ? Si vous ne me racontez pas, je devrais le découvrir par moi-même. "

Il lui demandait une dernière fois de lui expliquer ce qui avait bien pu se passer qui aurait pu expliquer ce comportement nébuleux, avant qu’il ne perde patience. Bien que se montrant la plupart du temps froid et distant, le médecin n’en était pas moins des plus sauvage lorsque quelque chose le poussait à réagir. Il tenait à Mikazuki, bien plus qu’il ne l’avouait.

Elle disait n’être plus respectable ? L’avait-elle trahis ? Muramasa ne pouvait croire que cela était aussi simple, que Mikazuki était ce genre de femme frivole et délurée. Si tel était le cas, elle ne montrerait pas présentement un tel comportement face à la Lame Maudite.

Il n’y avait aucun dégoût dans le regard de l’Iwajin qui se posait avec intensité sur la douce ingénue.

Il n’y avait que de la sévérité démontrant son désir qu’elle cesse de se défiler et lui avoue enfin ce qu’elle lui cachait avec tant de tumultes la conduisant vers la panique éhontée. Si Muramasa devait l’attraper et lui mettre une bonne grosse féssée pour la calmer et qu’elle se décide à se confesser, il n’hésiterait pas à la châtier pour assurer le propre bien de la Samouraï particulièrement rebelle.






_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Dim 29 Avr 2018 - 17:25
Juste un prétexte
Dans la poitrine, le palpitant battant à tout rompre, j’ai peur de ce regard que vous me jetez là. Sombre, cruel à sa façon et pourtant, aucunement dédaignable. Je le mériterais pourtant. Mais vous semblez faire fit de cela, continuant simplement à vouloir me faire parler alors que je tente de vous faire comprendre sans devoir le dire de vive-voix. Je secoue la tête, énergiquement, nerveusement. “Ne me forcez pas à le dire !” Vous suppliais-je alors dans une sorte de cri mélanger à un murmure en même temps. La voix brisée, le corps tendu. Les poings toujours serrés. Il ne me faudrait plus grand chose pour craquer définitivement, que cela soit en sanglot ou bien en vous balançant les premiers objets à porté de main, au risque de réellement m’attirer vos foudres définitivement.

Je me fais violence toute seule, jouant les torturés plus que de raisons, parce qu’au final, c’est mon honneur qui a été bafoué, mon nom qui a été salit. Tout cela parce que je n’ai pas dit à cet homme que je partageais des liens avec son sang. Mais comment aurais-pu alors que ma mère m’a abandonné pour me protéger de ce dit clan aux allures sombres et cruelles. Parce que j’ai pu me rendre compte de cela, à cause de cet homme, ce cousin que j’espère bien ne plus jamais revoir.

Mais je ne tiens soudainement plus face à votre regard. Lourd, sombre. Douloureux pour moi alors que j'affectionne tellement quand vous me regardiez avec douceur. Mes mains viennent alors se poser sur mon visage pour le cacher. “Ne me forcer pas à le dire.” Répétais-je alors, la voix mêlées cette fois-ci alors à un sanglot, éclatant devant vous alors que je m’accroupie comme une enfant et que je me mets à pleurer, ne pouvant plus arrêter de m’insulter à cause de cela. J’en fais peut-être de trop, mais jamais encore avant on ne m’avait atteint de la sorte, que cela soit vous ou bien lui. Jamais, hormis mes frères, personnes n’avaient été aussi proche de moi que cela soit sur le plan sentimental que physique. Sale, voilà telle que je me sens alors qu’il n’a pourtant point pu aller jusqu’au bout. Abandonnée, voilà comment j’ai peur de finir à cause de cette histoire. Je me montre peureuse, redoutant de vous voir me tourner le dos alors que j’attends encore beaucoup de choses de notre relation. Un sacré tumulte de sentiments qui vient augmenter ce sentiment d’avoir été salie, déshonorée… Et pour un samouraï, tout le monde sait que l’honneur a une importance primordiale…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Lun 30 Avr 2018 - 2:21





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories





Il insiste une fois de plus, aspirant à connaître la raison tourmentant la jeune femme avec tant d’allégresse, qu’elle semble perdre raison. Elle se noie peu à peu, perdant irrémédiablement pied dans un torrent mêlant honte et culpabilité. Il s'inquiète pour elle, voyant bien toute la détresse qu’elle éprouve à travers son comportement qui n’est point comme d’habitude. Il désirait simplement l’aider. L’aider à se calmer, mais lorsqu’il insiste, voilà qu’elle vacille, puis se brise comme une poupée de porcelaine tombant violemment sur le sol froid et dur. Implacable. Sombrant en sanglots, ses larmes roulent le long de ses fines joues. Elle gît désarticulée, comme n’ayant plus la force de lutter, sous le regard du jeune homme qui la voit comme elle est. Totalement nue, sans ce masque placide qu’elle arborait jusqu'alors avec tant d'élégance. Pourtant, elle faisait montre de tant de caractère lorsqu’elle s’offusquait à la moindre contrariété, en affichant ce visage si sérieux, voir impétueux, la rendant en réalité si adorable.

La fière Samouraï pleure, affalée au milieu du théâtre placide et froid, laissant tomber ses dernières défenses qui la maintenaient sur ses jambes. Muramasa se rapproche d’elle, avec bienveillance. Il se baisse à sa hauteur, l'enlaçant avec douceur en passant ses bras autour d’elle, avant de lentement la ramener avec délicatesse tout contre lui, afin de la soutenir dans ce moment où elle souffrait tant que cela en était insupportable pour le médecin l'appréciant tant. Restant silencieux, il la laisse pleurer en lui offrant simplement une épaule où se reposer. Pouvait-il lui donner plus en cet instant ? Il le désirait, mais ne pouvait rien de plus, à part se montrer là pour elle. Remontant sa main derrière la tête à la chevelure immaculée, il parcourt cette soie douce et albe avec attention.

Une affectueuse étreinte, dans le seul but qu’elle se sente soutenue, protégée, en sécurité. Quand bien même elle aurait commis une faute impardonnable. Passant avec toujours plus de douceur ses doigts dans la cascade sans fin qu’elle arbore, tandis que la paume de son autre main vient se poser délicatement sur ce dos langoureux en le caressant de légers mouvements lascifs et chaleureux. Il se colle à elle, lui offrant le réconfort dont elle avait désespérément besoin.

Il ne la forcerait pas.






_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Mar 1 Mai 2018 - 7:31
Juste un prétexte
Cherchant à me replier sur moi-même, à me mettre en boule alors que je vous montre cette facette de moi. Honteuse, plus que jamais. En larme, souillé. En venant à Iwa, je n’imaginais aucunement vivre une telle situation, moi qui ai toujours su garder mes distances avec tout le monde, ici, j’ai comme qui dirait laisser-tomber mes barrières. Surtout avec vous, pour une obscure raison que je refuse encore de m’avouer. C’est peut-être pour cela que je pleure devant vous et non pas devant mon aîné. Et peut-être pas seulement parce que je pense que cela vous concerne également. Non, cela peut être bien plus compliqué. En même temps, quand les sentiment s’en mêlent, une chose n’est jamais simple. La preuve en est maintenant, alors que je semble en faire de trop, que j’ai le sentiment moi-même de faire de ce détail, quelque chose de plus énorme encore… La disproportion sentimentales.

Vous vous approchez alors, profitant vilement de mes mains sur mon visage pour que je ne puisse vous voir et vous dire encore de ne plus me toucher. Vous profitez de ma détresse comme d’une gourde d’eau en plein désert. Allègrement. N’avez-vous donc pas de vergognes ? Quand je le réalise, je sursaute, cherche à me débattre un instant avant de me laisser bercer par la tendresse et la douceur dont vous faites preuves.

Je sais que c’est vous. Que vous, vous ne ferez pas comme cet homme, du moins, j’ose l’espérer. Pourtant, justement parce que c’est vous, tout devient encore plus douloureux.

Je m’agrippe à vous, mes fins doigts venant saisir votre chemise, froissant le tissus à outrance et tirant un peu dessus. Comme avec une bouée de sauvetage, je cherche à garder la tête hors de l’eau. Mais je ne peux m’empêcher de continuer à pleurer, venant nicher mon visage contre votre torse. Ne pipant plus un seul mot, vous laissant juste le loisir d’entendre les plaintes sonores provoqué par mes sanglots.

Après tout, que pourrais-je vous dire ?
Que j’ai honte ? Ne le voyez-vous pas par vous-même là ? Vous qui me connaissez déjà assez ?
Que je regrette ? Mes mots ainsi que mon attitude en témoignent présentement. Pleurer de la sorte, n’est pas une chose que je fais si facilement… Peut-être est-ce la un exutoire à tout ce que j’ai retenu depuis des mois ou que j’ai caché seule ? Quand Yoshitsune m’a dit avoir tué notre père, je n’ai pas pleuré, peut-être que ses larmes viennent maintenant également ?Ou encore, quand il m'a simplement giflé alors que c'était notre première discussion après plus de dix ans ? Peut-être qu’au final, la peur de vous décevoir me permet de pleurer de tout mon saoul et d’évacuer toutes mes déceptions et mes peines ressenties et que je retenais ? Les vannes ouvertes, les nerfs lâchent l’un après l’autre et tout sort ? C’est peut-être pour cela que je suis dans cet état… Je regretterais ensuite, j'aurais probablement du mal à vous regarder en face après ce spectacle pitoyable que je vous offres.

Je suis désolée…” Articulais-je difficilement dans un murmure rendu plus aiguë par les larmes que je déverse toujours, mais aussi étouffé par votre torse, auquel je ne cesse de m’agripper. Telle une enfant.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mer 2 Mai 2018 - 3:14





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories





La Nagamasa tente de se débattre, désespérée par ces tourments qui la faisant souffrir plus que de raison, subissant des tumultes qu’elle ne peut plus cacher. L’ingénue n'a plus la force de porter ce masque dépourvu de sentiments, ce masque de fierté, ce masque qu’elle se devait en tout temps d’arborer, de par ce code qu'elle s'efforce de suivre à la lettre. Le médecin serre ce petit corps gracile contre lui avec tendresse, tout en restant silencieux. Elle aura beau tenter de lutter, essayer de se défaire de l'accolade, il ne la laisserai pas faire. Ces petits doigts ayant beau combattre de toutes leurs forces pour exprimer leur désarroi, ils devraient inéluctablement abdiquer et se faire à l’idée qu’ils n’étaient pas seul, que quelqu'un serait là pour eux, mais surtout la propriétaire de ceux-ci.

Les émotions sont fortes, autant d’un côté que de l’autre, même si la belle est bien plus expressive que lui, le jeune homme à beau rester calme, il n’en est pas moins touché. Les gestes se mouvant d’une panique frénétique, à un calme placide. Se blottissant contre le torse qui lui était offert, la jeune femme put pleurer tant qu’elle en avait besoin. Une main caressait la cascade immaculée recouvrant l’arrière de sa tête, avec délicatesse et attention, afin de la consoler du mieux qu’il pouvait de ce chagrin qu’elle exprimait enfin.

“ Ne vous inquiétez pas, Mikazuki-san. Je suis là et je ne vous abandonnerais pas. “ -susurrant avec douceur à son oreille ces quelques mots rassurants-

Il voulait qu’elle soit rassurée, qu’elle sache qu’il n’allait pas la laisser tomber, qu’elle comprenne qu’il serait là pour elle et qu’il lui offrirait toujours une épaule où elle pourrait se reposer quand elle en aurait besoin. Muramasa voulait savoir chacune des raisons ayant fait craquer et fondre en larmes la Samouraï, mais le plus important était avant tout qu’elle se remette de ses émotions, puis qu’elle décide de faire le premier pas si elle acceptait de lui raconter ce qui la peinait tant.

Après de longues minutes, où la muse put verser jusqu’à la dernière larme de son être et de son âme, le médecin passe son bras à l’arrière de ses genoux, puis l'autre derrière son dos pour la soutenir, afin de la soulever et de la porter. Il ne la prévient pas, mais n’est ce pas la suite logique, que de porter telle une princesse la jeune femme. L’amenant en direction de sa chambre personnelle, d’un pas assuré, son regard mordoré se posait un instant sur le fin visage encore humide de larmes, sur ces beaux yeux encore rougis d’avoir tant pleurés. Il lui affiche un sourire chaleureux, pour lui dire tacitement qu’elle n’avait rien à craindre. Pénétrant dans la pièce, il se dirigea vers le grand lit qui s'érigeait dans cette antre, puis déposa délicatement la frêle jeune femme sur le piédestal moelleux, en se baissant avec précaution pour ne pas être brusque dans son geste. Posant une main sur sa joue encore chaude, où les dernières gouttes de ces rivières azurées venaient perler en s’asséchant, il la caresse en plongeant son regard dans le sien.

“ Reposez-vous. “ -lui souriant légèrement-

Il s’approcha d’elle, puis posa affectueusement un long baiser sur le front de la demoiselle qui était allongée et sans défense sur son propre lit, puis voulut se relever pour la laisser se reposer en toute quiétude. Cependant, les doigts de la belle s'accrochaient en se crispant sur le tissu recouvrant le torse viril du médecin, ne le laissant point s'éloigner d'elle. Il n'allait donc pas laisser la jeune femme seule, acceptant de rester aupres d'elle comme elle le demandait désespérément à travers ce mutisme si criant de vérité.






_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Ven 4 Mai 2018 - 20:32
Une destination de rêve
Les larmes ont coulés, sans vergogne. Les vannes ayant été ouvertes, elles en ont profité pour filer sur mes joues. Encore et encore. Me montrant alors comme inconsolable, mais plus encore, comme une femme faible et fragile. Chose que je refuse d’être. Ainsi, devant vos yeux, mon honneur et ma fierté ont pris un sacré coup. J’ignore même si je serais encore capable de vous regarder dans les yeux après cela, tellement je serais honteuse de vous avoir mis dans cette position et dans cette situation. Vous mêlant que davantages à ma vie et mes emmerdes.

Et pourtant, de tout ma soul, je pleure contre vous. Mes larmes ne cessant guère de couler alors qu’après avoir tout fait pour vous repousser, je m’agrippe à vous, me nichant dans vos bras, profitant de votre douceur et de votre présence. Et ce malgré la honte que j’éprouverais ensuite.

Vous parlez alors, pour compléter le tableau, pour tenter de me rassurer encore et me permettre de réellement me laisser aller, et peut-être aussi, pour tenter de me calmer. Pourtant, le soucis reste le même. Une fois que vous saurez pour le Zetsu et moi, vous ne resterez plus à mes côtés, vous me délaisserez et irez voir après une autre femme à fréquenter bien plus fréquentable que moi. Une fille facile, voilà comment vous me décrirez ensuite alors que je ne le suis pas. Je ne sais juste pas ce qu’il sait passé avec lui… Je secoue la tête contre vous. “Promettez-le.” Quémandais-je alors, d’une voix aiguë et pleine de larmes. Une promesse est un engagement, on ne peut pas la briser comme cela, même à cause d’une déception. J’essaye donc de me rassurer d’une façon ou d’une autre avec vos paroles, cherchant à vous en faire dire plus.

Il me faudra d’ailleurs encore de longue minute, pour évacuer tout cela. Tous ses sentiments et ses pensées néfastes. Trop de choses en trop peu de temps. Voilà ce qu’il se passe au final et je me retrouve à agir comme une pauvre petite fille. Pourtant après un moment, les larmes se calment, ne coulant plus. Les yeux brûlant, je les frottes du revers de mes mains, tout en restant blottie contre vous, je ne veux pas reculer, je ne veux pas que vous voyez mon visage. Mes yeux ainsi rougit, les larmes ayant sillonnés mes joues.

Une exclamation de surprise franchit alors mes lèvres quand, soudainement, vous me soulevez. Je passe rapidement mes bras autour de votre coup pour m'agripper à vous et être sûre de ne pas finir cette course par terre. Non pas que je doute de votre capacité à me porter, de la force de vos bras où je ne sais quelle autre idée pourrait vous venir en tête. Il s’agit juste là d’appréhension, par manque d’habitude. Je n’ai jamais été portée de la sorte ou alors plus depuis des années… Étant petite, cela a du m’arriver plus d’une fois.

Je sens alors le moelleux d’un matelas sous mon fessier et je me détends un peu, relâchant ainsi l’emprise que j’avais sur votre nuque pour me laisser retomber en arrière, suivant ainsi le mouvement de votre main. Allongée sur votre lit, dans votre chambre, je détourne rapidement la tête, pour en réalité, m’allonger sur le flan et vous tourner le dos, ne supportant guère que vous me voyez ainsi et ce malgré vos paroles et vos gestes plus qu appréciable à mon attention.

Quand vous esquissez un mouvement pour vous reculer suite à votre baiser, sur ma tempe plutôt que sur le front. Me reposer… Il est vrai que je devrais le faire. Pleurer comme je viens de le faire est quelque chose d’éreintant.

Je replie alors mes jambes, les enlaçant dans mes bras alors que je vous tourne le dos et que je réalise bien que vous vous éloignez. Je prends néanmoins mon courage à deux mains, si je peux me permettre de dire cela de la sorte... "Un... Je... Je me suis fais toucher par un autre." Murmurais-je alors péniblement, après plusieurs hésitation, mon visage venant se cacher dans le creux de mes genoux, prenant une position féotale autant que possible. Peut-être aurais-je du tirer la couverture pour me cacher davantage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Dim 6 Mai 2018 - 15:09





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories






La Nagamasa était si fébrile, qu’il était difficile de la voir comme la Samouraï aguerrie et dangereuse qu’elle était. Il n’y avait plus qu’une jeune femme vulnérable et en proie à une souffrance telle qu’elle versait toutes les larmes que pouvait contenir son pauvre petit corps gracile. Elle devait être arrivée au point de rupture où elle n’avait plus la force de contenir tous les tourments innombrables dont elle était victime. Le médecin n’appréciait pas de voir la douce être si troublée, cela lui faisait à lui même de la peine. Avait-elle à cacher au jeune homme qu’elle était simplement une demoiselle comme une autre, pouvant éprouver des peines ou des joies ? Non, bien sûr que non. Mikazuki était après tout bien plus qu’une simple élève aux yeux de Muramasa. Elle était bien la seule méritant son attention

" Je vous le promets. "

Il ne pouvait rien, ou presque, refuser à la charmante demoiselle. Elle pourrait compter sur lui quand elle en éprouvait le moindre besoin, comme en cet instant où elle était perdue et vulnérable.

C'est avec difficulté qu'elle avoua enfin la terrible vérité. Révélation qui était loin d'être plaisante à entendre et qui énervait Muramasa. Elle avait osé se faire toucher par un autre, ce qui était loin d'être le genre de chose qu'un homme avec un minimum de principes et de fierté aurait trouvé plaisant à entendre de la part de la femme qu'il convoitait. Le médecin se rapprocha de la Samouraï qui était recroquevillée sur elle même, dans une position dénotant qu'elle s'en voulait de ce qui s'était passé. Ces mots étaient vagues, insuffisants, ne suffisant pas à expliquer ce qui avait bien pu se passer, mais vu l'état tumultueux que traversait la demoiselle, c'était déjà un miracle qu'elle réussisse à faire cette confidence.

Il finit par se coucher à ses côtés, l'étreignant malicieusement par derrière en passant ses bras autour de sa fine taille, afin de se coller à elle et lui montrer qu'elle comptait à ses yeux.

“ Je ne veux pas que quelqu'un d'autre pose ses mains sur votre peau. “ -sussurant à son oreille- “ Ou vous fasse du mal. “ -marquant un silence, en déposant délicatement un long baiser sur la nuque sensuellement exposée devant lui-

La douce Samouraï n'allait pas être abandonnée par le médecin aussi facilement. Il voulait bien sûr savoir ce qui avait pu se passer et qui avait osé poser ses sales doigts sur sa muse.






_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Mer 23 Mai 2018 - 20:49
Juste un prétexte
Recroquevillée sur moi-même, je tente de me cacher comme je peux de votre regard, de votre jugement alors que je viens de vous dire cette vérité que j'aimerais pourtant oublier. Honneur bafoué, fidélité pietiné. Le tumulte de mes pensées contre mon cousin, ayant osé me toucher de la sorte, et ce même s'il n'a point fait grand chose ayant réussi à le stopper par je ne sais quel miracle. Je n'ose même pas imaginer ce qu'il se serait passé si je n'avais pas fait preuve d'une telle volonté à ne pas succomber tout simplement à ce désir qu'il a réussi à provoqué en moi. Un désir ayant surpasser pendant un bref instant celui que je peux avoir à votre égard. Chose plus qu'inacceptable et plus que désagréable.

Je frémis. Mes muscles se tendant alors que vous venez contre moi, que vous m'étreignez avec une douceur que je ne mérite pas. J'ignore ce qui me fait le plus peur, voir mal à cet instant. Si c'est mes propres pensées, vos bras ou bien les peurs que je n'arrive pas à réprimer. Vous n'êtes pas lui et je ne suis pas dans un genjutsu. Du moins, je l'espère... Je ne peux d'ailleurs m'empêcher de chercher à le savoir en fermant les yeux pour tenter de me recentrer et sentir mon système chakratique afin d'être certaine qu'il s'agit bel et bien de vous à mes côtés et pas d'un inconnu qui profiterait de mon esprit fragilisé par toutes ses histoires sombres que je ne cesse de vivre pour le moment.

Vos paroles sont douces, plaisantes mais en même temps déchirantes. Je vous ai déçu, je le sens bien à ce que vous me dites là, à ce monstre d'égoisme que vous chercher à contenir aux maximum. Mes doigts viennent se glisser sur votre bras sur moi, pour le retenir tandis que je reste toujours recroqueviller sur moi-même. "Je ne le veux pas non plus." Articulais-je en manquant de vous pincer maladroitement à cause de ce nouvel aveu que je vous fais là. Vous êtes aptes à comprendre maintenant ou bien penserez-vous toujours qu'il s'agissait d'un choix délibérément de ma part.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Jeu 24 Mai 2018 - 3:51





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories



Étreignant la demoiselle qui frémiten légion de tourments taraudant son esprit, le médecin ressent les frêles doigts se poser sur son bras, s'agrippant désespérément à celui-ci, dans une complainte silencieuse, mais si intense qu'elle exprime violemment tous les désirs de la jeune femme avec une intense véracité. Le mutisme s'effiloche, lorsque les fines lèvres délicieusement rosées laissent enfin perler des mots criant qu'elle ne désire que les caresses des mains du parangon parcourant sa peau soyeuse de porcelaine et nulles autres. La Samouraï confesse qu'elle ne veut pas qu'on lui fasse du mal, ou du moins que quelqu'un d'autre que celui qui l'enlace présentement avec tendresse la fasse souffrir. Ramenant peu à peu ses lippes, se posant sur le cou suave en de doux baisers, le jeune homme vient langoureusement mordiller le lobe moelleux et tendre de cette petite oreille s'érigeant à découvert de cette somptueuse chevelure à la blancheur immaculée, avant d'y susurrer quelques mots afin de réconforter l'ingénue.
" Que voulez-vous ? "
Posant une simple question, la bouche mutine vint se déposer à nouveau sur ce coup si fin, mais à la saveur exquise, dans un baiser bien plus sensuel et intense qu'auparavant. Étreignant bien plus vigoureusement la douce silhouette en se serrant au plus près, afin de profiter davantage de la chaleur de sa peau. Venant reprendre la parole une fois que ses lèvres se décollèrent de cette soie savoureuse et à l'enivrante fragrance, Muramasa en profitait pour faire glisser son bras prisonnier de la douce étreinte un peu plus sinueusement, afin de se coller toujours plus à la demoiselle demandant d'être câlinée, mais surtout rassurée.
" Mikazuki-san... Si vous saviez les pensées que j'ai vous concernant, les fantasmes qui naquissent en mon esprit à votre égard... Je crains que vous ne me fuyiez... "
Avouant que la Samouraï était loin de le laisser indifférent, mais surtout qu'elle suscitait en lui des désirs inavouables... Des choses qui seraient sans doute bien mal vues d'une adepte de la voie du Bushido, mais n'était ce pas normal qu'une créature de rêve inspire la tentation et d'inavouables envies. La demoiselle était une beauté et aucun homme ne serait resté de marbre bien longtemps face à la muse qu'elle était. En tout cas, le gredin qui avait osé poser ses sales paluches pernicieuses sur la Nagamasa le regretterait amèrement, non pas d'une mort rapide et clémente, mais d'une des plus affreuses et douloureuses que l'imagination même ne pouvait se targuer d'en évaluer les traits mortifères.




_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Jeu 24 Mai 2018 - 20:42
Juste un prétexte
Malaisée, voilà telle que je suis maintenant alors que je suis pourtant dans vos bras. Votre attitude plus qu'entrepreneuse malgré mon mal-être et les larmes qui viennent de souiller mes jours me mette mal à l'aise. Comment vous repousser sans vous faire de mal ? Comment vous dire que je ne veux pas de tout cela maintenant, alors que je me sens des plus sales d'avoir été touché par un autre que vous. Mais vos caresses sur mon derme n'ont-elles pas justement un effet bénéfique ? M'offrant de la douceur et du répit... Oui et non. Parce qu'il y a cette crainte, ce souvenir de cet autre homme s'étant montré outrageusement envahissant avec moi, désireux de m'embrasser et de me toucher plus que de raisons, comme vous semblez d'ailleurs le vouloir là.

Votre voix résonne alors, me demandant ce que je peux bien désirer et je déglutis douloureusement. "Oublier." Un mot, clair et précis. Mais oublier quoi ? Qui ? Il y a tellement de choses que j'aimerais pouvoir chasser de mon esprit, ne plus avoir à subir de la sorte et pouvoir en être tranquille. Sans mon satané cousin, je ne serais point là, dans vos bras, il est clair que je pourrais ne pas vouloir oublier cela en vue de l'avancement dans notre relation que ça a permit, mais comment apprécier réellement cela alors que je me sens des plus mal ? Comment juste accepter votre proximité alors que vous n'êtes pas le premier comme je l'eu escompté.

Je ne vous repousse pas, pas alors que vous continuer de vous appropriez mon corps de cette façon alors que je sais au fond de moi que je le devrais. Je ne suis pas désireuse de finir dans vos bras de la sorte, pas ainsi, pas maintenant, pas alors que je ne sais pas encore assez de choses à votre sujet et plus encore, pas avant d'avoir accompli tout ce que j'ai à faire. Je ne peux pas me permettre de me laisser aller à l'amour et la tendresse de la sorte et ce malgré le plus grand bien que cela procure.

Je me fige d'ailleurs à vos paroles et je ferme les yeux, mes doigts se crispant sur vous pour marquer mon désaccord avec cela ou peut-être tout simplement mon angoisse d'être déçu de n'être vu que comme un objet de désir par vos soins et rien d'autre ? "Ne dites rien alors." Murmurais-je doucement, en gardant les yeux clos, refusant de voir cette vérité, de vous voir me désirer comme peut l'avoir été mon cousin ou moi-même à cause de ses capacités stupides. Je refuse de n'être qu'un objet de désir et pourtant, je reste tout simplement figée dans vos bras, incapable de m'en extirper ou de vous repousser. Cherchant le réconfort dans la tourmente que vous n'avez de cesse de provoquer en moi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Sam 26 Mai 2018 - 20:09





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories



La fragrance envoûtante de la douce peau de la demoiselle, accompagnée du délicieux parfum de sa chevelure immaculée, exultait le désir de céder à la tentation. Une tentation mise en exergue, que de se laisser aller à croquer toute crue la Samouraï, tout simplement. Cependant, ce n’était pas le moment de laisser parler ses pulsions comme une bête se livrant juste à ses plus bestiaux instincts. Le médecin respectait la Nagamasa et désirait avant tout simplement la consoler, ne plus la voir triste et aussi perdue qu’elle était en cet instant. Ramenant son visage afin de le poser délicatement son menton dans le creux de ce cou si gracile, le jeune homme murmurait quelques mots à l’ingénue qui souffrait tant elle avait mal, sachant qu’elle n’aurait jamais dû laisser un autre homme s’approcher d’elle
" Je ne dirais plus rien et vous pourrez oublier, mais avant, vous allez devoir être forte. "
Le médecin n’allait pas laisser passer quelque chose ou quelqu’un qui faisait souffrir la demoiselle de la sorte. Il allait s’occuper de la nuisance et s’en débarrasser afin que plus jamais elle ne fasse le moindre mal à la douce ingénue. Elle pourrait donc oublier, comme s’il ne s’était agi que d’un mauvais rêve n’ayant jamais existé. En tant que médecin, c’était le devoir de Muramasa que de soigner Mikazuki des maux la tourmentant. Un devoir, mais aussi une profonde volonté.
" Mikazuki-san, qui vous a fait souffrir ? Dites-le-moi et votre souffrance s’allégera. "
Susurrant d’une voix douce et suave, le parangon se collait tout contre elle, en l'étreignant toujours un peu plus d’une chaleureuse douceur. Ramenant sa main vers le visage de la belle, il caressait du bout du revers de ses doigts sa joue encore humide des larmes ayant perlées le long de celles-ci. Il suffisait tout simplement qu'elle confesse le nom de celui ayant osé la faire pleurer de la sorte.




_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Dim 27 Mai 2018 - 18:34
Juste un prétexte
Votre proximité, vous tentez réellement de me rassurer, de me permettre de me sentir en sécurité et pourtant, je n'y arrive pas réellement. Je me sens mal à cause de vous, à cause de lui, à cause de moi et de mon incapacité à l'avoir repousser tout de suite. Je ferme les yeux, cherchant à oublier alors que vous me demander l'identité de ce vile manant qui a osé posé ses pattes sur moi. Je me crispe et me recroqueville davantage sur moi-même. Puis-je le dire sans avoir d'ennui ensuite ? Puis-je vous le communiquer sans crainte pour vous ensuite ? J'ignore réellement de quoi vous et lui êtes capable, j'ignore ce qu'il se passera si je vous le dis alors que vous semblez avoir comprit que je n'étais nullement consentante à tout cela. Qu'il s'est joué de moi grâce à je ne sais quel substitut pervers. "Non." Murmurais-je alors un peu hésitante. Redoutant de vous vexer à vous le dire. "Je ne peux pas. Je ne veux pas que vous ayez des ennuis à cause de moi." Rajoutais-je alors à votre attention, espérant avoir été assez vive pour vous le dire pour ne pas que vous vous imaginez que je sois désireuse de protéger cet homme, mon cousin éloigné.

Je finis par me mouver un peu, pour me retourner, venant nicher ou plutôt devrais-je dire, cacher mon visage contre votre torse alors que mes doigts se saisissent de votre vêtement pour vous retenir et marquer d'une certaine façon mon angoisse. "Cessez de vous inquiétez pour moi Borukan-san." Je sais que ma demande est excessive, surtout en vue de mon état et de ce que je vous ai montré aujourd'hui. Mes faiblesses, mes larmes. J'en ai honte, mais il fallait que j'évacue. Je regrette de l'avoir fait, mais en même temps, je suis soulagée qu'il s'agisse de vous... Je ne peux aucunement me reposer sur lui de la sorte et même si je pouvais, je ne le ferais pas. Il est aussi la cause de mes larmes. "Je vous demande pardon... Je n'aurais pas dû pleurer devant vous de la sorte et je ne devrais pas m'imposer à vous également..." Murmurais-je alors, m'agrippant à vous alors qu'en réalité, je devrais chercher à partir afin de vous laisser tranquille et ne pas vous encombrer davantage.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Lun 28 Mai 2018 - 10:31





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Juste Un Prétexte
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Code Geass - Stories



Le médecin ne veut pas brusquer la jeune femme, prenant le soin d’attendre qu’elle se confie à lui afin d’apaiser ses souffrances la faisant subir des tourments dont elle devait se défaire afin d’avancer et de retrouver son fin et agréable sourire. Elle ne désirait pas que le jeune homme finisse avec des ennuis des suites de ses aveux, ce qui prouve combien ingénue jusqu’aux bouts des ongles la demoiselle demeure malgré ses années à suivre la voie du Bushido. Cela est adorable et dénote encore plus de ce charme candide dont elle peut se targuer de faire montre contre sa volonté. Elle cherchait des raisons de taire la vérité, de l’oublier, mais cela ne servait à rien de lutter contre l’inévitable. Tôt ou tard, elle devrait faire face à ses démons la hantant. Cela s’avérait inextricable, afin que de pouvoir se relever afin de marcher la tête haute en toute sérénité. Il fallait se débarrasser de la cause de ces maux, afin de pouvoir guérir. Cela était simple et tombait sous le sens.
" Je n’aurais aucun ennui, rassurez-vous. "
Laissant la jeune femme se blottir contre lui, en caressant sa douce et soyeuse chevelure immaculée d’une main attentionnée. Elle n’avait rien à craindre, car le Borukan serait là pour se charger du problème qu’elle traversait. Il n'y avait pas de soucis à se faire, car ce n'était pas comme si le pragmatique taciturne était quelqu'un de peu avisé et ne sachant pas se charger convenablement des problèmes se dressant sur sa route.
" Vous imposer à moi ? Vous pouvez vous imposer à moi autant que vous le désirez. Je pensais que cela était clair. Comment pourrais je ne pas m'inquiéter pour vous, Mikazuki-san ? "
La Samouraï comptait énormément aux yeux du jeune homme. Il pensait pourtant lui avoir suffisamment montré à quel point il la désirait, mais apparemment ce n’était pas suffisant, ou peut être était-il resté trop subtil dans la manière de lui avouer son attirance envers elle. Il lui laisserait le temps qu'il faudrait pour ses fines lèvres rosées trouve le courage de susurrer le nom de l'infâme personnage ayant osé la faire pleurer de la sorte. Il comprenait que cela devait être extrêmement éprouvant pour elle que d'esquisser le moindre écho incarnant ce démon devant être châtié de son crime impardonnable.




_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Lun 28 Mai 2018 - 19:27
Juste un prétexte
"Pourquoi désirez-vous savoir ?" Dupe, je ne le suis pas réellement. Si vous demandez de la sorte l'identité de la personne qui m'a fait du mal, ce n'est point pour rien. Je peux certes parfois être naïve, mais quand il est question de vengeance, je ne ne le suis point. Même si pour le coup, j'avoue un peu douter, ne comprenant guère pourquoi vous pourriez ainsi vouloir me venger. Après tout, même si on est proche, je viens de vous décevoir en beauté et plus encore de vous faire du mal en répétant le scénario qu'une autre demoiselle semble avoir déjà fait avec vous avant, du moins de ce que j'ai pu comprendre de vos paroles.

Je n'ai pas envie que vous vous détournez de moi !

M'agrippant à vous, mes doigts malmenant votre chemise, je cherche à vous coller encore plus, pour être sûr que vous ne reculiez pas ou ne me repoussiez pas soudainement. Une crainte infondée alors que vous vous montrez si tendre et attentionné avec moi au point de me permettre d'user de votre lit alors qu'aucun lien réellement intime ne nous lie présentement. Vous êtes là, me rassurer alors que ma pire crainte n'est pas de me souvenir de ce qu'il sait passé avec Itsuwari, mais bel et bien de vous voir vous éloigner de moi à cause de cet événement...

Fermant les yeux contre vous. "A cause de ce qu'il s'est passé. Je vous ai déçu et blessé. Je le sais bien Borukan-san... Vous devez m'en vouloir et être désireux que je sorte de votre vie comme l'autre fille dont vous m'avez parlé à pu le faire avant moi... Je n'ai fait que reproduire la même chose contre ma volonté... Vous faisant ainsi souffrir contre mon gré." Murmurais-je argumentant assez bien pour expliquer le pourquoi vous devriez m'en vouloir, interprétant et jugeant de vos actions les plus favorable pour vous sans tenir compte de vos gestes et actes réels, que vous faites présentement en me serrant ainsi dans vos bras. La peur de ne plus pouvoir vous fréquenter me faisant douter de tout cela. "J'espère que vous saurez me pardonner." Une nouvelle fois, je présente mes excuses, n'ayant pas eu de retour ou de preuve de votre désir de passer l'éponge sur tout cela avec vos mots...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Juste un prétexte ᵜᴥ Muramasa

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: