Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Une page se tourne... ; Ft. Reiko


Mer 18 Avr 2018 - 21:43
Un mudra.

Du chakra.

Mais rien.

Pas un pet de métal.

Depuis ce fameux jour, j’avais été dépossédé de mes connaissances en kinton. Maudit par le destin pour avoir voulu sauver et assurer la fuite de mes pairs. J’avais encore cette impression froide et malsaine de cette main qui s’insérait en moi et qui m’enlevait tout. Tout parce que le kinton était ma vie depuis toujours. Prodige en la matière, meilleur forgeron de l’histoire, j’avais tout eu grâce à cette capacité spéciale. Et maintenant ? Qu’est-ce qui me restait ? Quedal. Rien.

Ou presque.

Le doyen, mes parents et la plupart des Metaru avaient essayé de me réconforter en me faisant comprendre qu’il n’y avait pas que le kinton dans mes nombreuses palettes martiales. Certes. S’il était bien vrai que je pouvais encore compter sur le taijutsu, ma sensorialité, mes affinités et mon kuchiyose nouvellement acquis, il n’en demeurait pas moins que je n’étais plus le même. Je n’incarnais non seulement plus les Metaru, mais je n’avais plus la légitimité d’être l’ombre de kumo.

Faible. J’étais devenu faible. Un moins que rien, tout simplement.

J’avais réussi à couvrir les arrières de mes hommes et la satisfaction d’avoir accompli mon devoir subsitait bel et bien. Cependant, le prix à payer fut énorme. C’était paradoxal, mais c’était comme ça. La fierté de l’homme et du guerrier que j’étais en avait pris un coup. A choisir, j’aurai préféré mourir avec les honneurs. Rester en vie sans ce qui avait fait ma renommée était tout simplement humiliant. Au plus haut point. Je n’étais même plus digne de m’appeler Metaru si je n’en avais plus les gênes.

Pitoyable…

- « Dis à Reiko de venir tout de suite. »

Ma secrétaire s’inclina sans rien dire et s’en alla chercher ma petite sœur. Les minutes à venir seraient plus que déterminantes pour elle. J’allais à jamais changer sa vie à travers mes décisions, mais à bien y réfléchir, elle était la seule à pouvoir assurer. En attendant qu’elle vienne, j’étais toujours assis à même le sol, au seuil de mes appartements, les yeux fixés vers l’extérieur où une averse s’abattait monstrueusement. Mais le ciel de Kumo n’était pas le seul à pleurer.

Mon cœur, lui aussi, se lamentait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 18 Avr 2018 - 21:58
Affamée...

Les derniers évènements n'avaient pas su te rassasier. C'était vaincue que tu avais dû quitter le champ de bataille sur les ordres de ton Raikage. C'était vaincue que tu avais supporté ton Raikage, ton frère et sa femme jusque loin du champ de bataille...

Tu n'aimais pas à voire à fuir... Mais si tu ne l'avais pas fait, que tu avais désobéit aux ordres directs de ton frère, cela t'aurait certainement bien enragé qu'en cet instant. A cause de ton impuissance, tu avais pu endiguer l'arrivée ennemie seule, à cause de ta faiblesse, Shuuhei avait du intervenir au prix de sa maitrise.

Tu te foutais bien de mourir, tu avais vécu toute ta vie à travers la violence. Mais tu détestais ce goût amer qui se cumulait dans ta bouche. Le gout amer de la défaite.

D'ailleurs à peine ton retour effectué, que tu venais déjà redoubler d'intensité au sein de tes entrainements déjà inhumains. Tu ne pouvais pas rester éternellement aussi faible. Tu allais faire cracher les organes de cet enfoiré de Rei et tu allais faire de même avec ce vieux s'étant permit de souiller l'honneur de ton clan ainsi que de ton frère.

Quel enfoiré...

A cette simple idée, tu venais refermer tes poings. Si sa vision avait provoqué de manière générale de la terreur dans le cœur des hommes, il n'avait provoqué en toi que de la colère. Ton instinct guerrier t'ordonnait d'aller l'affronter encore et encore. Mais cette fois-ci, tu n'allais mettre personne d'autre en danger. Tu le vaincras seule...

Mais en cet instant, c'était un autre combat que tu allais devoir effectuer. Une lutte face au visage ravagé de ton frère ayant presque tout perdu durant la bataille. Ainsi, tu allais à son encontre, droite, comme à ton habitude. Tu ne pouvais pas te permettre de montrer un seul signe de relâchement voir même de fatigue. Ce n'était pas toi qui avait vécu ce que lui avait vécu.

- Shuuhei... Tu as demandé à me voir ?


Tu savais pertinemment qu'il ne t'avait pas convoqué pour rechercher du confort auprès de toi. Tu n'étais pas douée pour cela même si au fond de toi, tu voulais l'aider. Mère avait toujours été une experte dans ce domaine, mais même elle n'avait su combler le vide qu'avait laissé cet homme au chapeau.

- Qui a t-il ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 18 Avr 2018 - 22:25
- « Je n’ai plus les capacités pour rester chef de clan, encore moins raikage. »

Sans attendre, j’allais droit au but en annonçant les couleurs. D’ailleurs, ce que je venais de lui dire coulait de source. Sans mon kekkai genkai, j’étais aussi vulnérable qu’un chuunin… Enfin, j’exagérais un peu les choses, mais c’était bien comme ça que je le voyais, que je le percevais. C’était une sensation assez désagréable. On pouvait même dire que j’étais nu. Ou sans carapace. Quelque chose dans le genre. Mais là n’était pas le plus important et il était plus que temps de lui annoncer la nouvelle.

- « J’ai longuement parlé au doyen. Il ne trouve pas d’inconvénients à ce que tu deviennes chef de clan. J’avais pensé à Itagami à un moment, mais tu es clairement la plus indiquée pour diriger et protéger le clan. Et cette décision ne souffrira d’aucune contestation. C’est ton devoir. Tu n’as pas le choix. »

De toute façon, ce poste qu’elle devinait être un fardeau dans un certain sens, était aussi un honneur. Etre investi chef de clan n’était pas aussi prestigieux que celui d’ombre d’un village caché, mais le titre valait son pesant d’or. Qui plus est, il allait de pair avec le surnom qu’on lui affublait maintenant dans tout le Yuukan. La dame de fer hein ? Je devais avouer que ça sonnait plutôt bien. Cette pensée m’arracha un sourire avant que je ne commence à dévisser une bouteille de saké qui trainait à côté.

- « Je compte aussi faire de toi la nouvelle ombre de Kumo. La ville a besoin d’un nouveau souffle et je pense que tu es encore une fois la mieux placée pour remplir ce rôle. Etant donné l’importance de ce rôle, je te laisse néanmoins le choix. Tu peux accepter ou refuser, c’est dans ton droit. Cependant, tu ne disposes que de 24 heures pour cogiter. Après quoi, tu viendras me donner ta réponse. »

Je me mis à boire au goulot et je vidai la moitié de la bouteille d’une seule traite. C’était reparti pour une autre nuitée à noyer mon chagrin dans l’alcool. Ni mes parents ni Nora ne pouvait rien. Mais à l’instant T, je n’étais pas encore saoul et je n’empestais pas le saké. Du moins pas encore. C’était aussi la raison pour laquelle je pouvais encore tenir une conversation plus ou moins normale. Je finis par essuyer rageusement ma bouche avant de souffler longuement. La vie avait pris une teinte plus que grise à mes yeux.

- « Si tu n’as rien à redire, tu peux disposer pour le moment. Je t’attendrai ici demain, à la même heure pour ta réponse. »

A moins qu’elle n’ait déjà choisi… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 18 Avr 2018 - 23:09
Perplexe...

Tu avais froncé les sourcils durant tout son discours. Alors il abandonnait ? Désormais que son pouvoir lui tournait le dos, il ne comptait plus se battre ... ?

Non...

Cela aurait été très certainement une réflexion que ce serait faite l'ancienne Reiko. Une Reiko haineuse mais incapable de saisir la source de toute sa colère. En cet instant, tu étais toujours énervée, mais tu savais pourquoi. Tu n'avais plus besoin de te défouler au hasard, à travers une violence infinie et sans vergogne.

Désormais, tu étais plus mature, et tu pouvais clairement comprendre pourquoi ton frère faisait ce choix. Tu n'étais plus une gamine dont on devait s'égosiller à tout lui expliquer. Ainsi, tu plissais tes yeux tandis que tu regardais ton frère au sol, entrain d'épancher sa peine à coup de saké.

- C'est d'accord.


Avais-tu vraiment besoin d'y réfléchir ne serait-ce qu'une seule seconde ? Tu n'étais pas du genre à balancer des paroles en l'air, et tu pouvais te souvenir que plusieurs mois auparavant, tu avais juré de protéger tout les membres de ce village. Cette promesse n'avait jamais quitté ta tête, et si ton frère n'était plus capable d'assumer ce rôle, alors tu allais le faire à sa place, sans hésiter.

Tu n'avais que vingt ans, et pourtant tu n'allais pas fuir face à tant de responsabilité. Tu n'allais pas encore fuir, pas cette fois. Baissant ton regard sur ta main resserrée, tu te promettais d'assurer.

- Je m'occuperai de tout et je continuerais à protéger Kumo en ton absence. Bon courage Shuuhei...


D'une certaine manière, même s'il se trouvait toujours physiquement devant toi, nul doute qu'il était ailleurs. D'où l'absence que tu mentionnais. L'homme que tu avais en face de toi n'était que l'ombre de ton frère. Un spectacle aussi douloureux que celui de Kahei.

D'autant plus que tu ne pouvais dire que tu le comprenais. Tu avais passé ta vie seule, sans aucun talent, à travailler dur toute ta vie pour te renforcer. Tu étais partie de rien et avait grandit sur ce chemin sinueux qu'était ton existence. Shuuhei lui avait tout eu dès le départ, et désormais... Il n'avait plus rien.

- Autres choses ?


Encore des responsabilités hein ... ? Cela n'allait pas changer de ton quotidien actuel après tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 18 Avr 2018 - 23:40
- « Bon courage… ? »

J’avais répété machinalement ces mots. Reiko avait pitié de moi ? Non… Je devais me faire des idées. C’était pas son genre. De ce fait, je me remis à boire, encore, jusqu’à vider ma bouteille que je finis par balancer plus loin, sous la pluie. Au contact du sol, le verre se brisa et un soupir s’extirpa encore de mes lèvres. J’étais las. Blasé. Fini. Et la barbe de trois jours qu’affichait ma gueule prouvait que je ne prenais plus soin de moi comme il faut et ce malgré les efforts de Nora.

- « Bien. C’est une bonne chose que tu acceptes. Je suis sûr que tu feras une bonne raikage et puis Daisuke sera sans doute là pour t’épauler comme il faut. »

Tout le conseil d’ailleurs. A ce propos…

- « J’ai demandé à ce que le daimyo se déplace jusqu’à l’assemblée. Une fois qu’il me confirmera sa disponibilité, j’aviserai tout le conseil actuel. C’est une fois tous réunis que je t’investirai sandaime. Pour ton intronisation et tout ce qui s’en suit, tu t’en chargeras toi-même. Après tout, c’est ton moment de gloire ! »

Sur cette phrase, je finis par me lever. Un peu péniblement d’ailleurs. J’avais l’impression de ne m’être plus exercé depuis des lustres. Mes muscles étaient raides pour ne pas dire que mon corps tout entier était tendu. Je fis signe à ma frangine de m’attendre un moment pendant que je rentrai dans mes appartements pendant une bonne minute. Au bout de celle-ci, je finis par sortir chargé d’un sac dans lequel se trouvait des ouvrages. Pas n’importe lesquels, ceci dit. De vrais trésors…

- « Le sac contient à la fois tous les rouleaux les plus importants de notre clan, mais aussi le fameux recueil qui regroupe toutes les informations sur les autres villages et clans. J’aurai pu te les remettre proprement, mais je n’organiserai rien d’officiel mis à part ton investiture en compagnie du conseil et du daimyo lui-même. Prends soin de toutes ces oeuvres. »

Je posai le sac dans ses mains avant de la regarder droit dans les yeux. Je levai enfin ma main que je posai sur sa chevelure que je me mis à caresser comme lorsque je le faisais avec Kahei. L’instant fut moins bref que d’habitude et peut-être plus chaleureux. C’était la dernière fois que je m’autorisai ce geste. Reiko n’était plus seulement ma petite sœur, mais également mon kage. Si je comptais effectivement m’en aller de Kumo pour un moment, je demeurai tout de même un shinobi de ce village.

Une ombre du village caché des nuages. Le deuxième du nom.

- « Bon courage à toi. »

Et sur ces mots, j'ôtai ma main de sa tête avant de me retirer définitivement dans mes appartements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Une page se tourne... ; Ft. Reiko

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: