Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Dernier conseil du Nidaime ; Jônins uniquement


Mer 18 Avr 2018 - 22:03
- « C’est donc comme ça… »

Le daimyo eut un long soupir. Il n’aurait jamais cru qu’un tel jour arriverait. Pour être franc, moi aussi. Quitter le poste de Raikage m’avait peut-être travaillé l’esprit durant un moment, mais je n’aurai jamais pensé devoir le quitter dans de telles circonstances. Le destin pouvait s’avérer parfois farceur, mais la blague était de très mauvais goût cette fois-ci. Si le premier Raikage avait terni le nom des Nara et que les Suzuri n’avaient jamais brillé sur le devant de la scène, les Metaru étaient frappés par une sorte de malédiction. D’abord Kahei… Ensuite moi. On pouvait clairement dire que nous étions gâtés. Seule ma petite sœur semblait toujours autant resplendir et tant mieux pour elle. Et pour le clan aussi. Car il allait être encore honoré. Une nouvelle fois. Pas une mauvaise chose en soi…

- « Je me fie à ton jugement, gamin. Ce choix ne me dérange pas le moins du monde, même si le dénouement est assez triste ! »

- « Je vous remercie mon seigneur. Vous m’ôtez une épine du pied. »


Le seigneur de la foudre eut un deuxième soupir, toujours confortablement assis sur un siège de la salle de réunion où j’avais convié tout le conseil. Les membres ne devraient plus tarder à présent. Debout devant la baie vitrée de la salle du conseil qui donnait sur toute la ville, j’eus finalement un sourire. Si je lui avais proposé le poste et qu’elle avait accepté, il ne restait plus que l’approbation du seigneur du pays. Ce dernier semblait comprendre la nature même de ma décision qui fut plutôt lourde à prendre. J’avais fait tout ce que je pouvais et prendre une retraite maintenant était plutôt prématuré, mais la vie était ainsi faite. Sur cette réflexion, je revins à ma place, l’air assez stoïque.

Kumo se devait de prendre une autre direction.

Mais ce futur devait se dessiner temporairement sans moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 18 Avr 2018 - 22:26
Grincheuse...

Tu l'étais, comme à ton habitude. Depuis ta dernière entrevue avec Shuuhei, ta vie avait prit un tournant encore plus serré. Si tu avais du gérer à l'improviste tout une unité en l'absence de son Taisho, cela allait être tout un village qui allait devoir compter sur toi. Quelle douce ironie... Il y avait un peine un an de cela, tout le monde te détestait ou te craignait.

Oh bien évidemment on te détestait toujours et on te fuyait encore...

Mais un peu. Une progression assez spectaculaire dans ton cas. D'une manière générale, les habitants de ce village semblaient s'évertuer à montrer un peu de reconnaissance pour tout ce que tu avais pu faire jusque là. La Dame de Fer avait arraché la tête du Soshikidan après tout. Même si cela était une information qui n'aurait pas du dépassé les frontières de la nation du feu, il y avait toujours des rumeurs qui finissaient par être prise pour des vérités à l'arrivé.

Au final, tu fus une des premières à rejoindre là où allait se dérouler très certainement le dernier conseil sous l'autorité de ton frère... Tu avais déjà perdu un frère à cause du Soshikidan, et en le voyant aussi dépourvu de toute vitalité, tu avais la nette impression d'en avoir perdu un second.

Bordel, le monde était mal foutu.

Tu étais celle qui avait toujours cherché le conflit. Tu étais celle qui n'avait pas hésité à meurtrir ton corps sous les coups de l'adversité. Alors pourquoi c'était toi qui était dans la capacité de te tenir droite et fière ? Pourquoi tu étais la dernière debout de la fratrie. Malheureusement, ton esprit limité n'allait certainement jamais trouvé la réponse. Rajoutant une dose de frustration dans un corps déjà haineux.

Pénétrant au sein de la réunion, tu venais à adresser tes salutations au Daimyo avant de saluer ton frère. Comment la suite des choses allait se dérouler ? Vous alliez bientôt le savoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 19 Avr 2018 - 0:12
J’avais attendu ce jour avec impatiente. J’étais, je dois l’avouer, un peu stressé à l’idée de me rendre au conseil après mes longs mois d’absence, mais j’étais à la fois tout excité. J’allais revoir tout ceux qui m’avaient manqué pendant mon voyage, alors pour cela, j’étais bien impatient. Mais bon, j’imagine que mon absence ne passera pas inaperçu, et je risque d’en prendre pour mon grade. Reiko risque de m’en coller une, Shuuhei aussi d’ailleurs. Mais ce n’est pas ça qui va me faire peur, j’ai connu bien pire dans ma vie, enfin je crois, je n’ai pas encore pris de claque de la part de Reiko.

Aujourd’hui, j’avais donc rendez-vous avec les autres membres du conseil. Pour une raison que j’ignore, Shuuhei avait convoqué tout le monde sans exceptions. Je me demande bien pourquoi, mais après tout, j’ai loupé beaucoup de chose et je vais devoir me remettre dans le bain rapidement. J’ai entendu que le Damiyo sera aussi présent. Peut-être pour faire une annonce importante, c’était même très probable.

Me voilà dans les bâtiments de l’assemblée. Ça faisait tellement longtemps que je ne m’y étais pas rendu. J’ai des souvenirs, mes premiers conseils avec au début Seijiro, et puis maintenant Shuuhei. Je me souviens comme si c’était hier la nomination de Shuuhei par le Damiyo. Personne n’avait fait obstacle à sa nomination et depuis, le village se porte très bien avec lui. Et j’espère que cela va durer encore pendant un moment, après tout, il n’a pas de limite de mandat. Il ne me restait maintenant plus qu’une porte à pousser, et enfin, j’allais revoir mon vieux pote.

« Bah alors ? On n’attend pas Daisuke ? »

Voilà ce que je venais de dire, sans même faire attention à qui se trouvait à l’intérieur de la pièce. Shuuhei était présent, ainsi que sa sœur Reiko et le Seigneur de la Foudre. Je m’attendais à être le dernier moi… ma petite phrase n’aurait donc pas servi à grand-chose. Mais au moins, je venais d’annoncer ma présence. J’ai lâché à un sourire aux gens présents, et je me suis assis à ma place, en attendant que tout le monde soit présent.

_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Jeu 19 Avr 2018 - 22:54
Foulé les portes de Kumo était un soulagement, mais également une certaine source de frustration. Peu importe la manière dont je prenais les choses, peu importe ce qui était rationnel, logique ou normal, je n’arrivais pas à m’enlever de la tête que la fuite de Rei pouvait, peut et pourrait provoquer de véritables dégâts dans le futur. Cet homme au chapeau, on aurait pas pu le combattre et Shizen avait besoin de soin, ouais… mais est-ce que j’aurais pu faire mieux ? J’pense. Le manque d’expérience jouait peut-être. J’en savais trop rien. En tout cas, si je ne l’affichais pas, c’est avec petit sentiment de honte que je rejoignais les autres pour ce Conseil.

Le sujet de ce conseil n’avait pas été évoqué lors de la convocation, mais bien évidemment, on avait pas mal de trucs à foutre sur la table. Ame, Kaze, Hi… on avait envoyé des ninjas un peu partout autour du Yuukan, j’espère qu’aucune mauvaise nouvelle était à déplorée. J’avoue qu’avec mon rapide passage à Iwa – d’à peine quelques jours – je n’avais pas été mis au courant du déroulement de chacune des missions. J’espérais que tout le monde allait bien – ceux du Conseil, mes coéquipiers du Kyuubu, mes élèves…

Sur place, j’entendis une voix rustre intervenir d’une manière pour le moins… intéressante. D’un sourire, j’accueillais avec plaisir la voix de mon Taicho, Daisuke, qui avait semble-t-il tenté une approche… disons… originale. Malheureusement, alors que mes bottes résonnèrent légèrement dans le corridor du Conseil, j’arrivais derrière et tapotais l’épaule du Kizuato.

- On va t’attendre si tu restes planté là, par contre. Un discret sourire lui fut adressé. Content de vous revoir en forme, Taicho. Mon regard se déplaçait sur les différents membres du Conseil. Reiko, Shuuhei, ravi de vous revoir.

Puis, après m'être dirigé vers ma place, je vins finalement très légèrement incliner la tête en voyant le Seigneur de la Foudre. Qu’est-ce qu’il foutait là encore, lui ? Autant il était pas trop con comparé à d’autres des hautes sphères, autant sa présence me disait rien qui vaille. Le Raikage non plus n'avait pas une tête qui annonçait de grandes et glorieuses nouvelles... j'espérais me tromper.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Sam 21 Avr 2018 - 0:21
- « Ravi de voir que vous avez répondus présents aussi vite et merci ! »

J’eus un faible sourire. La gueule de ma petite sœur n’était peut-être pas joyeuse (l’avait-elle une fois été ?), mais le reste de la troupe semblait plutôt dans un bon moment. J’étais particulièrement ravi de les voir tous en vie et en forme. C’était l’essentiel. La présence de Daisuke me faisait un peu de bien et son entrée habituelle m’aurait en temps normal arraché un rire que j’aurai essayé d’étouffer tant bien que mal vu que nous étions en présence du daimyo lui-même.

- « Shizen et Shikarai seront absents de la réunion pour des raisons qui leur sont propres. Commençons donc sans plus tarder. »

Sur ces dires, Mei qui se trouvait non loin de la seule porte de la pièce, fit son entrée et referma tranquillement la porte derrière elle. Elle était la seule kunoichi à faire partie du conseil de façon officieuse puisqu’elle était ma secrétaire et qu’elle était au courant de tout ou presque. Après tout, plusieurs dossiers importants du village transitaient par elle. La jeune Metaru, la mine triste, s’inclina devant toute l’assemblée, avant de trainer les pieds jusqu’à mes côtés.

- « La réunion sera brève. Très brève même. Mais elle est d’une importance capitale pour nous tous. »

Sur cette déclaration, je me levai lentement de mon siège avant de retirer tranquillement mon haori de kage. L’endroit n’était peut-être pas le bon pour me désaper, mais le geste était symbolique. Je pliai alors ledit haori avant de le poser sur la table devant moi, puis je levai les mains pour ôter mon couvre-chef de raikage que j’avais arboré pour l’occasion. Je le posai délicatement sur le haori, avant de redresser mon regard vers tout le petit monde devant moi.

L’heure était venue pour moi de rendre le tablier…

- « A Shito, j’ai malheureusement été victime de l’homme au chapeau. Sa puissance est réelle et toutes les rumeurs sur lui étaient fondées. Je n’ai peut-être pas de blessures ou de meurtrissures apparentes, mais cette personne a réussi à me dérober mon kekkai genkai. Je ne suis plus en mesure de faire usage du kinton. Mon ninjutsu se limite juste à ça… »

Une gerbe d’eau jaillit soudain de ma paume gauche tandis que ma paluche droite fut recouverte d’électricité statique.

- « Mes affinités. J’ai bien entendu tout le reste, mais ne nous leurrons pas : Malgré ma polyvalence, c’était le kinton qui faisait ma force et ma fierté. »

J’eus un soupir en arrêtant de faire usage de mes affinités, tandis qu’une larme roulait sur l’une des joues de Mei qui avait la tête basse. Je pouvais ressentir de loin sa tristesse, mais les choses étaient ce qu’elles étaient. J’étais quasiment devenu un incapable. A peine plus fort qu’un chuunin expérimenté, quelque chose comme ça. Pour un kage et qu’importe son humilité, cette situation était un fardeau. Pour moi, elle c’était plus que ça : Je baignais tout simplement dans l’humiliation.

- « Du fait de mes limites, je suis au regret de vous annoncer que je démissionne. Je ne veux pas entendre de plaintes. Ni de mots de réconforts. Votre compréhension et votre respect suffiront à mon bonheur. Si on peut dire ça comme ça… »

J’esquissai un sourire railleur. Oui, je me moquais de moi-même. Vu comment j’étais pitoyable en même temps, il y avait de quoi rigoler…

- « La bonne nouvelle, c’est que le daimyo ici présent a validé la personne que j’ai choisi comme successeur et cette personne n’est autre que ma cadette. A compter de cet instant, Metaru Reiko devient le sandaime Raikage avec effet immédiat ! Et j’espère… Non ! Je souhaite que vous l’assistiez comme vous m’avez assisté pendant mon règne ! »

Là-dessus, j’adressai un regard à ma sœur. Si ma fin était triste, il n’en demeurait pas moins que j’étais fier d’elle et pas qu’un peu d’ailleurs !

- « Je tiens également à vous remercier pour votre soutien et votre dévotion. Travailler avec vous fut un réel plaisir et un réel honneur ! »

Mei se mit à chialer à chaudes larmes ! La sommer de s’arrêter ou la faire sortir n’y changerait rien. Elle continuerait sans aucun doute à pleurer comme une madeleine. J’étais quelque part touché par son état, même si je ne voulais pas de pitié de quiconque. Je n’étais pas encore fini. Pas encore. Un long périple m’attendait pour une rencontre/découverte avec moi-même, mais j’avais déjà quelques armes pour revenir une nouvelle fois sur le devant de la scène.

Mais en attendant, je m’inclinai une dernière fois avant de me redresser quelques secondes plus tard.

Il était temps pour moi de partir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Dim 22 Avr 2018 - 1:10
Décevant...

Finalement, le conseil n'était composé que des membres appartenant à la police. Pas de Shikarai à l'horizon et encore moins de Shizen. Pestant intérieurement, malgré leurs blessures, tu espérais qu'ils puissent se montrer pour ce qui allait être les derniers mots du Nidaime Raikage. Néanmoins la présence d'Hisao ainsi que de Daisuke te rassurait d'une certaine manière, au moins ils étaient vivants et en bonne santé... Ce n'était pas le cas de tout les shinobis de Kumo.

Levant alors ton regard sérieux vers ton frère, celui-ci semblait avoir déjà tout vu avec le Daimyo. Même si tu étais au courant de tout ce qui avait pu se passer, celui-ci fut contraint de répéter son expérience douloureuse pour ceux qui ne l'avaient pas encore appris de vive voix. Au fond de toi, tu fulminais, et ce même si tu n'étais pas autant meurtri que lui ; tu avais du mal à retenir ta colère face à ce qui s'était déroulé.

Il avait tout perdu. Son pouvoir, sa fierté de Metaru, et à la vue de sa gueule ravagée, il avait sans doute aussi perdu tout espoir. Bordel... Tu n'avais rien pu faire, tu avais été impuissante en face de l'homme au chapeau quand bien même tu t'étais interposée entre toi et les soldats tentant d'appliquer la retraite ordonnée par le Raikage.

Tu fronças les sourcils lorsque vint le moment où il fut contraint d'annoncer sa démission. Ce n'était pas une surprise pour toi, il t'avait déjà fait part de sa décision lors d'une précédente entrevue. Mais bordel, tu détestais avoir à accepter ce fait. Malgré toutes les altercations que vous aviez pu avoir durant ta vie, il restait un bon dirigeant malgré tout. Et aujourd'hui, c'était la fin de son règne...

Lorsque ton nom fut prononcé, ton visage ne se changea pas d'un pouce. Tu avais toujours cette expression que tu arborais certainement depuis ta naissance. Entre la colère et le dépit. Tu avais été étonné lorsque celui-ci t'avait pensé comme étant son successeur. Pensait-il au bien du clan en te nommant Raikage. Il y avait Shizen voir même Daisuke qui étaient pleinement capable d'assumer ce rôle. Mais entre la blessure de l'un et les occupations de l'autre, ils avaient apparemment été très vite écarté de l'équation.

Respirant un bon coup, tu t'avanças vers ton seigneur sans crainte.

- Je jure de vous servir et de servir le village en tant que Sandaime Raikage. Je ferais payer l'ennemi et j'apporterais la victoire et la paix sur nos terres.


Tu fixais dans les yeux ton Seigneur avant de ployer le genou. Tu avais une âme guerrière, tu n'étais même catégorisée qu'à travers celle-ci. Tu avais toujours cherché la tranquillité pourtant tu l'avais fuis naturellement sans même t'en rendre compte. En cet instant, tu n'étais que vengeance et violence.

Mais tu étais aussi bien plus que cela. Tu étais Raikage désormais, titre que tu ne pensais certainement jamais arboré. Tu n'étais plus qu'une arme, tu étais désormais la main qui allait guider ton village. Beaucoup de chose qui manquaient sans doute de sens à tes yeux. Tu n'étais pas de ceux qui se perdaient en réflexion. Tu agissais à travers un instinct belliqueux. Mais si ton frère te pensait capable ainsi que le seigneur, alors cela leur convenait.

Au final, tu en vins à te retourner vers les deux présents, Daisuke et Hisao. Il était étrange de penser que celui qui avait été ton supérieur était désormais ton subalterne. Tu ne le considérerais certainement jamais ainsi, d'une certaine manière, il avait été le moteur de ton changement, une sorte de mentor malgré lui.

- Si vous le désirez, je tiendrais ma parole à vos cotés.


Tu lâchais un dernier regard à ton frère, davantage pour lui dire que tu assurais en son absence plus que pour le plaindre. L'heure n'était désormais plus aux regrets, mais bien à la vengeance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 22 Avr 2018 - 22:11
Je m’attendais à voir plus de monde ici, nous n’étions pas tous présent pour l’assemblée. Shizen et Shikarai manquaient à l’appel, pour des raisons inconnues. Avec ou sans eux, la réunion commencera, et se finira même dans la foulée. Shuuhei ne comptait pas nous garder très longtemps, il avait juste une annonce à faire. D’ailleurs, ce qui me choqua le plus, c’est qu’il n’avait pas l’air dans son assiette, comme ci quelque chose avait changé depuis mon départ. Je n’avais pas encore eu vent de tout ce qui c’était passé pour les kumojins pendant mon absence, j’en apprenais chaque jour, et là, j’allais être servis.

Shuuhei commença donc par raconter son affrontement avec l’homme au chapeau, le fameux mec dont m’avait parlé Shizen pendant le sommet des kage. Ce mec, qui était le mentor d’Alderan était sans aucun doute une personne d’une extreme puissance, et Shuuhei confirma mes craintes. Lors de son affrontement contre lui, celui-ci… par je ne sais quel pouvoir ou miracle, avait enlevé à Shuuhei ce qui le rendait à la fois unique et un membre du clan Metaru : son kinton. Cet art de manipulé le métal, il ne pouvait plus l’utiliser, comme volatilisé. Je n’arrivais pas à comprendre, comment était-ce possible ? J’avais tellement de questions qui fusaient dans ma tête à ce moment précis, et aussi de la culpabilité… j’aurais du être à ses côtés, et les choses seraient sûrement différentes aujourd’hui.

Mais ce n’était pas tout. Ce n’était pas pour ça qu’il nous avait convié ici. Et la raison exacte allait me clouer le bec pour un moment. En effet, Shuuhei, avec la perte de son Kekkai Genkai, préféra démissionner à son poste de Raikage. C’était la pire annonce de la journée. Je ne voulais pas y croire, j’espérais au fond de moi que ce n’était qu’une blague de très mauvais goût. Mais non, il avait pris sa décision. J’étais triste. Pour lui, pour Kumo, pour moi. Mais Shuuhei n’était pas quelqu’un qui jetait l’éponge sans avoir une idée derrière la tête. Il avait bien évidemment prévu sa succession au poste d’Ombre. Et cette personne était présente

La lignée des Metaru continuera d’exercer la fonction de raikage. Et l’heureux élu, ou l’heureuse élue, était ni plus ni moins que ma Fukutaicho, enfin mon ex-Fukutaicho, Reiko. La jeune sœur de Shuuhei devient donc Sandaime Raikage. Est-ce que cela m’étonnait ? Pas vraiment. Je savais qu’un jour ou l’autre elle prendrait la relève, mais je ne pensais pas que ce jour arriverait si tôt. Le jour où je l’ai recruté dans la police, j’ai su qu’un grand destin l’attendait. Son poste à responsabilités lui a permis de s’intégrer dans le village et aussi de prendre une autre dimension. C’est ironique quand même, avant j’étais son chef, et maintenant je lui dois obéissance.

« C’était un plaisir de travailler avec toi Shuuhei. Je continuerai de travailler pour Reiko comme j’ai travaillé pour toi, tu peux compter là-dessus. Quant à toi Reiko… enfin Raikage, je serais à ton service. »

_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 24 Avr 2018 - 0:19
J’en avais connu des mauvaises nouvelles… et celle-ci en était clairement une… mais c’était si étrange, si surprenant que l’information mit un petit moment à arriver à mon cerveau. Comment ça, il ne pouvait plus faire usage de son Kinton ? Son visage désespéré et amorphe s’expliquait soudainement alors que je lâchais un long soupir. Une réaction automatique et incontrôlée, mais qui ne le dérangera sûrement pas malgré ses commentaires. J’hochais d’ailleurs la tête en entendant ses paroles, réajustant toute la droiture de mon échine

- Vous le savez mieux que quiconque, du coup, mais l’Homme au Chapeau est une vraie menace. Shizen et moi avons dû combattre Rei après qu’il nous ait menacé. Et… ça m’emmerde, mais ce mec l’a littéralement sauvé en un clin d’œil. Sans effort. On va devoir être prudent... Je me dis qu’on a eu de la chance de pas l’emmerder plus que ça.

Sinon, on aurait fini comme Shuuhei. Je n’osais pas vraiment le dire, par dignité envers lui, et parce que la phrase se suffisait à elle-même. Mais j’aurais vraiment été dans la merde sinon. On avait plus de chakra malgré que physiquement on tenait. Mais vu le chaos qu’il a engendré… j’ai eu – moi et Shizen en fait – beaucoup de chance.

Mais… une annonce vint – presque – éclipser ce moment perturbant. Il quittait son poste. Mon visage calme laissa entrevoir un sentiment de surprise clairement visible, mais il reprit bien rapidement son état d’origine, également accompagné d’un fin soupir.

- J’ai été fier d’être ton gardien, Shuuhei. Et fier d’avoir servi un Raikage comme toi. J’me fais pas trop de souci, t’as bâti ta réputation une fois, tu le feras une deuxième fois. Et… comme le dit Reiko, on fera payer l’ennemi.

Un sourire se dessina sur mon visage alors que mon regard se tournait vers la Metaru. Sandaime, hein ? Putain… c’était une surprise, j’allais pas mentir. Mais, malgré son caractère, j’avais hâte de voir ça, de l’accompagner, de l’épauler. Elle sera peut-être moins à l’aise au début, mais le Conseil est là pour ça, de toute manière. Toujours un sourire aux lèvres, j’haussais les épaules en sa direction.

- C’était ma Fukutaicho, et dans ma tête, c’est pas prêt de changer. Je serais à son service de la même manière que je l’ai été en tant que membre du Kyuubu. Cette première partie était destinée à Shuuhei, mais la seconde était destinée à Reiko. Tu le sais mieux que personne, mais je te le répète : je serais à ton service, Raikage. Tu peux compter sur moi. De toute façon... la question ne se pose même pas. je lui adressais un discret sourire en coin. Félicitations.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mer 25 Avr 2018 - 21:03
Le daimyo finit par acquiescer et fit signe à Reiko qu’il l’approuvait totalement. Puis il se tourna vers moi :

- « Ta démission est regrettable gamin, mais comme je te l’ai déjà dit, tu as tout mon respect pour le travail effectué. N’hésite pas à me contacter si tu as besoin de quelque chose. »

- « Vos mots m’honorent mon seigneur. Merci du fond du cœur. »


Je m’inclinai devant le daimyo une dernière fois, avant que celui-ci ne se lève pour quitter lentement la pièce. Il tapota au passage l’une des épaules de ma petite sœur et fut tout de suite suivi par Mei qui allait le raccompagner jusqu’à ses hommes de main. La jeune secrétaire avait fini par se reprendre en main. D’ailleurs, je me demandais ce que Reiko lui réservait comme sort. Allait-elle la garder ? Ou la changer ? Mah… Inutile d’y penser. Ces choses-là n’étaient plus de mon ressort.

- « Merci encore à vous tous. »

J’eus un sourire sobre. Il n’y avait plus rien à dire et ils savaient tous que mon estime pour eux était grande.

- « Maintenant, je vais aller me reposer. J’ai eu des nuits assez difficiles et puis il faut bien que vous commenciez dès à présent à organiser le prochain mandat. On se reverra certainement plus tard. Raikage-sama… »

J’eus un sourire un peu moqueur avant de m’incliner devant ma propre petite sœur qui était à présent mon chef, puis je quittai lentement la salle. J’eus un sourire pour Hisao, un clin d’œil pour Daisuke, puis je finis par disparaitre derrière la porte de la salle de réunion. Une fois dehors, j’eus un soupir. Se revoir plus tard ? Sans doute pas. Car je comptais m’en aller du village dès ce soir même. Mais avant cela, j’avais encore mon bureau à vider. Plus que quelques petits trucs et c’était bon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Dernier conseil du Nidaime ; Jônins uniquement

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée
Sauter vers: