Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» La flêche et la rapière_PV Ashikaga Gabushi
Aujourd'hui à 9:03 par Ashikaga Gabushi

» 07. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 8:56 par Borukan Rikyu

» [C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU
Aujourd'hui à 8:41 par Arie Yoorasia Hahn

» L'eveil
Aujourd'hui à 8:17 par Setsuna Kurai

» Flocon de neige - Rakka
Aujourd'hui à 3:53 par Chôkoku Diao

» [Terminée] Shiro Tsikuyi
Aujourd'hui à 3:50 par Nagamasa H. Takumi

» Un Vent Nouveau [Gabushi]
Aujourd'hui à 3:42 par Ashikaga Gabushi

» Invitée de Toph [Diao]
Aujourd'hui à 3:25 par Chôkoku Diao

» Le laisser passer A38
Aujourd'hui à 3:07 par Yuki Rakka

Partagez | 

[Mission B Libre] Nitescence Spectrale | PV Mikazuki


Jeu 19 Avr 2018 - 3:29





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Missions Libre RANG B
Nitescence Spectrale
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
PROPHET + CRIMSON FLAMES





Depuis quelques temps, une étrange mission nécessitait l’aide du village caché de la Roche, mais demeurait ignorée. En effet, personne ne voulait participer à cette expédition des plus impromptue. Peut être était-ce la description abracadabrante de la situation ressemblant trop à une farce de mauvais goût pour être prise au sérieux. C’était une des nombreuses missions qui étaient loin d’être prioritaires aux yeux de l’administration. Il y avait toujours de nouveaux événements plus importants les uns que les autres apparaissant sur le devant de la scène et nécessitant action sans perdre de temps. Voilà pourquoi certaines requêtes étaient reléguées à plus tard et restaient en suspend.

Pour être précis, cela concernait un petit village perdu dans Tsuchi no Kuni qui était en proie, selon les rumeurs, aux agissements fallacieux de créatures démoniaques. Les villageois demandaient désespérément de l’aide pour s’occuper de ces événements étranges provoquant entre autres de mysterieuses disparitions inexpliquées, mais leur requête restait encore sans réponse.

Fort heureusement, le médecin apprit l’existence, par un heureux hasard, de cette mission et décida de l’examiner plus en détail. Concluant qu’elle était certainement loin d’être absurde, le Directeur demanda à ce qu’on la lui confit.  C’était une occasion parfaite pour mettre à l’épreuve une des membres de l’équipe dont il avait la charge, en plus de venir en aide au village frappé de mystérieuses calamités. Ayant déjà eu l’occasion de voir les capacités et le potentiel du Kaminari lorsque tous deux enquêtèrent sur une épineuse affaire de tueur en série, il était désireux de connaître celles de la jeune adepte du Bushido sur le terrain et en situation réelle. En réalité, ce n’était pas la seule raison le motivant à entreprendre cette étrange quête en compagnie de la Nagamasa. Derrière ce prétexte, le pragmatique personnage avait aussi d’autres idées en tête. Notamment, il était nécessaire de renforcer la relation de confiance avec l’adepte du Bushido, afin que l'équipe soit la plus efficace possible.

Il ne fallut pas longtemps pour que l’ordre de mission soit officiellement attribué aux deux membres du Shisengumi. Après avoir prévenu le Kaminari, qui comprit la situation et accepta de participer à une autre mission en attendant le retour de ses deux coéquipiers, Muramasa put avertir la Samouraï à travers une missive. Il lui donna alors rendez-vous devant les portes de la Roche, en lui demandant de se préparer en conséquence pour le voyage qu’ils allaient entreprendre.



✗✗✗



Le jour du rendez-vous, Muramasa est présent devant l’arche marquant l'entrée d’Iwagakure no Sato. L’heure de la rencontre approchant à grand pas, il attend patiemment que la Nagamasa pointe le bout de son petit nez mutin. Croisant les bras, il arbore sa tenue de mission, d’un profond noir de jais. Exception quand à la veste longue qu'il revêt, presentant avec parcimonie quelques teintes bleue claire et blanche, rehaussant le ramage vesperal de l’oiseau de mauvaises augures. Un petit signe d’appartenance à l’équipe, où la couleur rappelant l'azur était en harmonie avec le nom de celle-ci. Étoffe au double visage cachant à peine son obscurité. Bien sûr, le médecin avait prévu tout le nécessaire pour le voyage, entre les équipements, un peu de matériel, ou encore quelques vivres, on pouvait dire que tout était prévu. La sacoche qu'il portait était lourdement garnie, mais mieux valait prévenir que guérir.

Un peu impatient, il fixe l’horizon des entrailles rocheuses, afin d’apercevoir l’arrivée de celle escomptée. Elle finit par apparaître, se présentant comme il se devait afin de participer à la mission reposant entre leurs mains. Il lui afficha un sourire, puis se permit de lui adresser quelques mots.

" Mikazuki-san.  "

Prenant un air un peu malicieux, il pose son regard mordoré sur elle, afin de la détailler de la tête aux pieds. Il était primordial de voir si elle avait suivi les directives et s’était préparée comme il le fallait. Apparemment, la jeune femme faisait les choses bien. Cela ne surprenait pas le parangon, qui pouvait se targuer d’avoir une coéquipière sérieuse et appliquée, dont la compagnie était plus que plaisante.

“ Ravissante, comme toujours. “ -la complimentant- “ Que pensez-vous de la mission ? Intéressante, n'est-il-pas ? “ -lui demandant son ressentit quand à cette bien étrange épopée se dessinant à l'orée de mystères insensés-






_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Jeu 19 Avr 2018 - 19:40
Nitescence Spectrale
En réalité, j'aurais espérez que pour me transmettre un ordre de mission, vous vous déplacerez vous-même. Un désir égoiste, dans l'unique but de vous voir même quelques secondes de plus. Je me doute parfaitement bien qu'avec votre rôle de chef d'équipe, de directeur de l'académie, de Jônin et en plus de médecin, vous avez un emploi du temps plus que chargé, néanmoins, j'aimerais en réalité avoir, par moment, l'impression que vous aussi, vous êtes désireux de me revoir. Vous m'avez dit de si belle parole mais derrière, vos gestes ne semblent pas des plus représentatifs de cela. Donc oui, je l'avoue, j'ai été un peu déçu de recevoir cette missive sans que ça soit vous qui me la donniez en main propre. Néanmoins, je suis compréhensive et je ne peux pas vous juger pour cela. J'en attends peut-être de trop, d'un homme bien trop sollicité par tous.

J'ai ainsi prit le temps de prendre connaissance de la teneur de la mission, me renseignant un peu à la bibliothèque de l'académie sur le village qui subit tout cela, en faisant bien attention de ne pas vous croiser. Après tout, ce n'est pas toujours à moi de venir vous voir et je n'ai nullement envie d'avoir l'air d'une fille qui vous court après, surtout que ce désir de vous voir un peu plus souvent n'engage à rien. On va dire que j'apprécie votre conversation, rien de plus ! Je me mens à moi-même, mais n'est-ce pas un avantage dans ce genre de cas ? Afin d'éviter des déceptions. L'amour est un sentiment amer dont on doit pouvoir se passer et je n'ai pas envie d'y succomber. Que cela soit maintenant ou bien plus tard et pourtant... Ma conviction semble s'effriter à cause de votre présence dans ma vie. Je devrais vous fuir plutôt que de chercher à vous revoir un peu plus à chaque fois.

---

Le jour J. Je redoute de me retrouver en votre compagnie, vous ayant évitez depuis la réception de la missive, il y a de cela quelque jours déjà. Je m'avance alors vers les grandes portes, celle où j'ai rencontrer une personne de votre famille le jour de mon arrivée. Akimoto où plutôt, devrais-je dire, le Tsuchikage. Un homme fort impressionnant, mais à qui on peut quand même reprocher des choses. Mais ne dit-on pas que nul homme n'est irréprochable, et plus encore quand celui-ci est au pouvoir ?

Je ne peux réprimer un petit frisson de parcourir mon échine dorsal quand de votre voix envoûtante, une nouvelle fois, vous prononcez mon prénom. Vraiment, qu'importe le nombre de fois où vous le ferez, je n'arriverais point à m'y habituer. "Bonjour Borukan-Sensei." Répondis-je alors accompagné d'un petit mouvement de tête alors que je termine de m'avancer vers vous et avant que vous ne vous permettiez un compliment sur ma tenue. Une tenue en adéquation avec votre requête, un kimono de couleur sombre, les cheveux attaché en un chignon bas, mon katana à ma taille et le reste des artifices ninja. Le bandeau d'Iwa autour du coup plutôt que sur la tête ou le bras.

"De ce que j'ai pu lire, je pense à des utilisateurs de Genjutsu tout simplement. Ou alors à l'utilisation de techniques plus simple pour faire peur à des civils. Ce village est de base fort croyant et avec les derniers événements à Kaze, la sensibilité aux croyances semble avoir faire un boum démentiel." Ne pas juger et ne pas tenir de propos discriminant, dans un cas comme ici, cela s'avère difficile, mais je tente néanmoins de m'y atteler pour ne pas avoir l'air d'être nos cousins, des faux-samourai sans honneur, incapable de suivre le bushido. "Et vous, Senseï, qu'en pensez-vous ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Ven 20 Avr 2018 - 2:45





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Missions Libre RANG B
Nitescence Spectrale
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
PROPHET + CRIMSON FLAMES





La Nagamasa se présentait à la sortie de la Roche, arborant une tenue sombre et élégante, bien que parfaitement traditionnelle et respectant scrupuleusement les préceptes des arts exultant de sa personne. Répondant poliment aux salutations de son Sensei, elle s'avançait avec entrain afin de le rejoindre et de lui répondre de manière espiègle quand à son propre avis sur la question. La Samouraï faisait montre qu’elle était une personne appliquée et sérieuse, ayant fait ses devoirs. Exposant les fruits de quelques recherches qu'elle avait faites concernant la mission, afin de se préparer au mieux. Cela ne manqua pas d'impressionner le médecin qui était loin d'escompter tant de dévotion à la tâche. Kaze no Kuni avait prouvé que les chimères n’étaient pas si fantasmées que cela. Le pragmatique avait vu toute l’ampleur de ce que légendes et croyances pouvaient incarner de plus palpable en ce monde. Enfin, il avait d’autres pensées en tête à l’instant présent, que de réfléchir à des engeances viciées se terrant dans les ombres, plutôt qu’à une délicieuse créature de rêve se présentant juste devant ses yeux. Depuis sa première rencontre avec la Nagamasa, il n’aspirait qu’à une seule chose, passer plus de temps en sa charmante compagnie, afin de mieux la connaître. Il cherchait la moindre occasion de la voir, mais ne voulait pas se montrer trop intrusif. Il était impatient de passer à l’étape supérieure de leur relation, comptant sur l’opportunité offerte par la mission. Bien sûr, il fallait rester sérieux et ne pas prendre à la légère la tâche reposant sur leurs épaules, mais cela n'empêchait en rien de renforcer les liens entre les deux jeunes gens. Au contraire, cela serait même des plus bénéfique, dans tous les sens du terme.
.
" Je pense qu’il n’y a pas de fumée sans feu.  "

Plongeant son regard mordoré dans celui de la demoiselle, il s’avanca plus près d’elle, afin de mieux la contempler. 

“ Je vois que vous avez fait quelques recherches. “ -lui souriant- “ Cela est bien probable. Nous le découvrirons une fois sur les lieux. “ -préférant amener la conversation , dans un premier temps, vers quelque chose de plus important-

Examinant la parure de l’ingénue, il vint poser avec délicatesse le bout de ses doigt sur le bandeau qu’elle avait choisit de porter autour de son cou si gracile et sensuel. Profitant d’une mouvance semblant vouloir corriger un détail quand à la parure de la douce manieuse de lame, il affichait un air sérieux et implexe, sans se montrer aucunement agressif, mais tout à fait avenant dans ses intentions. Le réajustant avec attention, avant de laisser glisser le revers de l'une de ses mains, en une caresse épousant la peau douce et soyeuse du piédestal de ce fin visage semblant sculpté par les Kami eux-même. 

“ J’avais hâte de passer du temps en votre compagnie. ” -prenant une voix langoureuse- “ Après avoir mené à bien notre mission, nous prendrons quelques jours de repos bien mérités. “ -lui souriant avec douceur, lui proposant avec subtilité une idée qui ne cessait de le hanter- “ Ce sera l’occasion de concrétiser notre projet commun. “ -faisant référence à la conversation qu’ils avaient eu auparavant-

Il savait qu'elle comprendrait ce qu'il sous-entendait derrière cette proposition glissée malicieusement. Passer plus de temps avec la Nagamasa était son désir et il ne manquerait aucune occasion se présentant à lui pour le réaliser.

Une douce fragrance émanait de la peau parfumée de la belle, celle-ci s'avérant particulièrement en beauté pour une simple mission. Le médecin était loin d’être insensible à ce genre de détail. Elle cherchait à le provoquer, ce qui réussissait bien plus que ce que le parangon ne laissait transparaître. Tant d’impudence ne pouvait rester impunie, pourtant, il devait contenir ces braises et ne pas céder à la tentation qui ne faisait que croître inéluctablement. Une véritable tortionnaire n’ayant pas conscience du supplice qu’elle infligeait à son Sensei. L’ingénue pouvait aisément se targuer d’être la plus exquise nymphe de tout le Yuukan. Avec un visage comme le sien, doublé d’un corps si bien dessinée, même la déesse de la beauté aurait fait pâle figure. Son physique incarnait la quintessence du péché de la luxure, à la fois fin et gracile, mais présentant des formes outrageusement généreuses et délicieusement rebondies, suscitant les fantasmes tenant de tabous faisant rougir même les plus pernicieux personnages. Ne pas céder à la tentation, de l’étreindre ou de la câliner jusqu’à en perdre raison, s’avérait une épreuve en soi. De plus, la jeune femme faisait montre d’une conversation et d’un intellect qui redoublait son charme. Une perle rare. S’il ne s’écoutait pas, la Lame Maudite aurait déjà succombé depuis longtemps à ses pulsions. Cependant, il ne fallait pas oublier la correction. Noblesse obligeait. Il respectait la Nagamasa et comptait faire les choses biens. Mais à chaque fois qu’il posait les yeux sur elle, il devenait de plus en plus difficile de résister à l’envie de l’enlacer, puis de poser tendrement ses lèvres contre les siennes, de lui avouer qu’il désirait finalement bien plus que ce qu'il laissait transparaitre. Elle devait s’en douter, non ? Il lui avait déjà dit à maintes reprises, mais tacitement.

Le pragmatique personnage se permit d'émettre une requête, avant de prendre le départ marquant le début de leur voyage vers le petit village où ils devaient se rendre.

“ Mikazuki-san, appelez moi Muramasa, tout simplement. “ -lui demandant gentiment de cesser de le nommer Borukan ou encore Borukan-san-

Il était important que la demoiselle comprenne qu’elle avait tout à fait le droit de se montrer moins solennelle envers sa personne. Le médecin apprécierait cette marque évidente marque de complicité. Cela allait sans dire.






_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Ven 20 Avr 2018 - 20:18
Nitescence Spectrale
Il n’y a pas de fumée sans feu. N’est-ce pas ce que je vous ai exprimé par mes paroles, cherchant une explication cohérente aux événements cité dans la demande d’aide pour ce village. En me basant sur la théorie que j’ai eu le loisir d’apprendre à l’académie du rempart, je peux partir sur la possibilité d’être face à des utilisateurs de genjutsu. Usant d’illusion pour s’amuser et faire peur aux civils, mais il peut également s’agir de tout autre chose. J'escompte a ne pas tirer de conclusion hâtive en réalité et ainsi ne pas laisser s’échapper une piste qui pourrait être plausible et prometteuse.

Je dois vous avouez que même si mon aîné excelle dans le domaine des illusions, pour ma part, je n’en ai que des notions théoriques.” Vous informais-je alors tacitement. Ainsi vous saurez que face à du genjutsu, je ne serais pas forcément apte à intervenir si je me retrouve prise au piège la dedans. J'espère donc que vous êtes plus apte face à cet art occulte dont j'ai déjà supposé la présence sur le lieu de notre mission. J'espère qu'il ne s'agit point de cela. Je serais fortement ennuyer que dès notre première, je me montré incompétente. Non cela ne peut point se produire pour l'honneur de ce nom que je porte et ce symbole qui trône sur mon dos grâce à mon haoris.

Néanmoins, intrusif d'une certaine façon, je manque d'esquiver un mouvement de recule quand vos mains s'approchent en douceur de mon bandeau. Baissant ainsi le regard pour tenter de suivre vos gestes je reste sceptique quand à vos actions et plus encore, quand d'une main vous vous permettez de me caresser le visage. Je relève le regard vers vous. Plongeant mes iris dans les vôtres le temps de ce contact, rougissant un peu malgré moi. Mais déjà, il s'estompe et disparaît, vos mains étant retournées à l'heure place. Je détourne alors la tête et tousse légèrement. Malaisée de regretter que votre geste n'ai pas duré plus longtemps.

Vos mots et vos espoirs futurs parviennent alors jusqu'à mes oreilles. Fixant la porte je reste pour ma part silencieuse. Espérant la même chose que vous, mais je ne veux pas me permettre d'avoir l'air trop facile et à succomber si facile à votre charme ravageur.

Esquivant un mouvement similaire aux vôtres alors que vous vous mettez maintenant en marche, je marque un arrêt temporaire à votre demande. “Je tâcherais d’essayer de le faire Bor… Muramasa-sensei.” Une auto-correction rapide, mais il me faudra réellement du temps avant de vous appeler par votre prénom sans manquer de prononcer votre nom avant. N’étant que fort peu habitué à appeler d’autre personnes de la sorte… Et plus encore, cela est étrange pour moi…

Reprenant la marche à votre suite, je reste dès lors silencieuse, vous laissant aborder un sujet ou un autre en premier si tel est votre désir, mais plus encore, j’essaie de comprendre le sentiment que j’ai éprouvé en prononçant pour la première fois votre prénom. Un mélange entre le plaisir, la joie et une sorte de plénitude de me voir accorder ce droit que pourtant, j’aurais du mal à user dans les plus brefs délai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Dim 22 Avr 2018 - 3:56





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Missions Libre RANG B
Nitescence Spectrale
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki




♫♪ MUSICBOX ♪♫
PROPHET + CRIMSON FLAMES





Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, du moins, pour le moment. La mission qui leur était confiée restait nébuleuse, mais ne semblait point dantesque, tenant même de la promenade de santé. Les villageois affabulaient très certainement sur les faits, exagérant un peu trop la situation. Bien sûr, le médecin restait pragmatique quand à toute cette histoire impliquant vraisemblablement des phénomènes ésotériques et des disparitions mystérieuses. On ne pouvait pas être certain avant d’être sur place et avoir constaté ce qui se passait là bas. La Nagamasa n’avait pas tort, mettant en exergue la possibilité d’un petit plaisantin pouvant user de Genjutsu afin de semer le trouble et la discorde. Le jeune homme était déçu que l’ingénue paraisse si sereine, car la mission présentait un cadre parfait pour un rapprochement. Cependant, la demoiselle ne semblait pas sujette à éprouver l’angoisse escomptée découlant d’une possible rencontre avec des fantômes goguenards. Cela était fort dommage, mais il ne pouvait pas trop s’offusquer qu’elle ait les pieds sur terre. .

Elle évoquait son frère, expert des illusions. Il était évident qu’elle venait de mentionner l’illustre Nagamasa que Muramasa connaissait bien. A contrario de ce fier Samouraï, elle avouait ne pas être experte en ce domaine. Il l’écouta attentivement, car tout ce qu’elle pouvait lui offrir comme renseignements la concernant intéressait grandement. 

Elle accepta finalement d’appeler le médecin par son prénom. Ce qui ravit ce dernier, qui lui affichait un sourire satisfait afin de la remercier de laisser les cérémonies entre eux. Elle n’allait tout de même pas continuer de l'appeler Borukan jusqu’à la fin des temps.

Prenant la direction de la grand porte qui était toute proche du lieux de rendez-vous, Muramasa présenta aux gardes l’ordre de mission officiel. Tout était bien évidemment en règle. Ils purent donc tranquillement passer l’arche incarnant la sortie du village. Débouchant alors sur les crocs rocheux, les deux coéquipiers avancèrent sur le sentier conduisant au chemin qu’ils devraient emprunter afin de se diriger vers le fameux village. Un silence s’était installé, rendant l'atmosphère un peu étrange. Loin d’être déplaisante, au contraire, mais profiter pour parler un peu était avisé. L’Iwajin se racla la gorge, sans perdre la prestance lui allant si bien, avant de lui toucher quelques mots.

“ Le village d’Inanuki n’est pas très loin. Nous devrions y arriver avant le zénith, si nous ne traînons pas. “ -lui donnant une indication concernant le périple-

Le village maudit n’était pas vraiment éloigné d’Iwagakure no Sato, mais loin d’être proche pour autant. Il y avait pas mal de chemin à faire pour atteindre la destination où les mystères résidaient. Se tournant finalement vers la Samouraï, tout en continuant à marcher, il la fixa un instant, avant de lui poser une question afin de lui faire la conversation.

“ Croyez-vous aux Yōkai ? “ -lui posant la question, tout simplement-

Muramasa était loin de croire à toutes les fables et histoires fantastiques, mais après tout, il fallait bien trouver un sujet pour lancer la conversation.






_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Lun 23 Avr 2018 - 15:55
Nitescence Spectrale
Les portes franchies, je marche à vos cotés, un peu perturbée de vous appelez maitenant par votre prénom. Cette proximité que vous voulez réellement entre nous… Je ne dis pas non, mais je ne suis point habituée à être courtisé de la sorte et j’ai peur que tout ai trop vite, d me retrouver à vos côtés sans vous connaître réellement comme je le devrais…

Songeuse, les joues un peu rougit d’avoir dit votre prénom, je marche à vos côtés alors que l’on prend la direction du village. Votre remarque sur celui-ci me fait un peu redresser la tête et je vous observe en coin. Me concentrer sur la mission, c’est la solution, en effet. “Oui, sur la carte, il est assez bien représenté. Entouré par une forêt, mais avec un large point d’eau pas trop loin. Probablement un lac.” Répondis-je alors en réfléchissant un peu à comment continuer la conversation sur ce sujet.

Néanmoins, vous me coupez l’herbe sous le pieds et je vous regarde en coin un instant. “Les Yokais ? Oui, je pense que ça peut exister. Après tout, il existe bien différente chose et si cela se trouve les Kuchiyoses en sont par exemple. On nomme tellement de choses par des noms différents qu’il est fort aisé d’avoir donné un autre nom par exemple à ses êtres qui ne sont pas tous forcément néfaste.” Est-ce que mon point de vue est correcte, mais surtout compréhensible ? Oui. Je le suppose, puis avec vos connaissances et votre savoir, vous devriez pouvoir interpréter tout cela sans trop d’encombres.

Et vous, vous y croyez ?” J’aurais pu dire votre prénom ou votre nom, comme à mon habitude, mais n’étant point certaine de réussir à vous interpellez comme vous le désirez, je préfère simplement vous vouvoyez sans rien dire de plus. J’espère que cela ne vous décevra pas trop, mais il est vrai que cela pourrait arriver également. A croire que je ne suis bonne qu’à vous insatisfaire...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Jeu 26 Avr 2018 - 9:03









::: RP ::: Nitescence Spectrale
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION LIBRE RANG B



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD




Les coéquipiers prennent, avec assurance doublée d’un pas décidé, le départ de la Roche, arpentant courageusement le sinueux chemin les menant hors des Crocs Rocheux. Le soleil est encore haut dans le ciel, frappant sans distinction de ses rayons chaleureux le pittoresque décor les entourant. La caresse incandescente taraudant les intrépides voyageurs s’enquérant de rejoindre le petit village en péril, afin d’apporter leur précieuse aide quand aux problèmes épineux que connaissaient les pauvres villageois.

Le médecin écoute avec attention les paroles de l’ingénue, agréablement surpris qu’elle soit allée jusqu’à étudier scrupuleusement le moindre détail qu’elle aurait pu trouver concernant l’endroit où ils étaient en train de se rendre. Cela était fort admirable, car beaucoup de Genin ne se seraient pas attardés sur la question, trop goguenards pour effectuer quelques recherches afin de mener dans les meilleures conditions possibles la résolution du problème dont ils avaient la charge.

" Effectivement, le village est assez reculé, se situant dans une forêt. Selon les rumeurs, quiconque s’aventurant dans cette flore à la nuit tombée ne revient jamais. Fort heureusement, nous arriverons bien avant les premiers signes du crépuscule. "

Lui expliquant l’une des innombrables histoires romancées des plus mystérieuses et angoissante dont pouvait se targuer leur destination. 

Poursuivant la conversation, une fois de plus, la Nagamasa montre qu’elle est loin d’être simple d’esprit. Elle expose brillamment sa vision quand à ces affabulations , faisant montre d’un esprit affûté et pleinement conscient de choses complexes, mais indubitablement des plus logiques.

" J’aime votre raisonnement. "

Lui avouant qu’il appréciait la conversation avisé qu’elle lui tenait. Il était rare pour un Sensei et son élève d’être sur la même longueur d’onde, mais force était de constater que le médecin et la Samouraï semblaient parfaitement s’entendre, pour ne pas dire qu’une certaine alchimie tenant de l’osmose opérait entre eux. Une appétence partagée.

Le scientifique croyait-il ces bien étranges et invraisemblables fantasmagories ? Bien sûr, de part la démarche même de tout bon homme de raison, cela pouvait paraître bien impossible, pourtant, il y avait des choses qui ne mentaient pas. Notamment une hurluberlu adepte de ce genre de chimères, rendant la chose plus que vraisemblable.

" Je crains que ma réponse ne vous surprenne un peu, Mikazuki-san.. "

Laissant échapper un petit sourire amusé en y pensant.

L'atmosphère était légère, mais pourtant elle s’assombrit bien vite lorsque trois énergumènes des plus véhéments surgirent soudain d’un fourré, brandissant des lames en menaçant les deux vaillants adeptes des arts obscurs. Des coupe-gorges, pour sûr ! Mais ces freluquets semblaient bien inconscient de la regrettable erreur qu’ils venaient de commettre. Ne connaissaient-ils pas l’existence des terribles et puissants Shinobi, pour venir ainsi se jeter en pâture dans la gueule du loup ? 

" La bourse ou la vie ! "

Annonça l’un des bandits de grands chemins, en affichant un visage sardonique. Il s’agissait certainement du chef de ce bien vil trio de criminels. Le sagouin mesurait au moins deux mètres de haut et était balafré de moult cicatrices. Un vrai colosse tout en muscle, mais pas autant que le Nidaime qui se targuait d’être encore plus impressionnant que ce vil énergumène.

Muramasa se tourna vers la Samouraï en affichant un air perplexe, puis finit par laisser échapper un léger rire de cette situation rocambolesque qui venait se présenter face à eux en toute impudence.

Décidément, on ne pouvait pas voyager en toute quiétude sans être dérangé par de vils malandrins. Triste monde tragique que voilà.





_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Dim 29 Avr 2018 - 17:22
Nitescence spectrale
Légère, telle était la conversation jusque là entre vous et moi. Bien qu’en même temps, elle fut compliqué par son tenur, elle permettait néanmoins une ambiance assez agréable et cela, malgré la mission vers laquelle l’on se dirige présentement. Une mission assez obscur, mêlant peur et croyance obscur. Qu’allait-on trouver là bas ? Telle est la question que l’on est tous deux en droit de se poser.

A condition bien entendu, d’arriver là-bas.

Car des malotrus se tiennent maintenant, nous menaçant de lames ayant déjà fait couler plus d’une fois le sang d’innocent et reluit plus d’une fois au grès de ses menaces que j’ai déjà eu le loisir d’entendre, il y a presque d’une lune déjà.

Le temps passe vite.

J’observe l’homme et arque un sourcil. “Encore ?” Lançais-je alors doucement en posant ma main sur mon katana. “N’ai-je pas été claire la dernière fois ?” De mon pouce, je pousse un peu la garde de mon arme, laissant ainsi apparaître quelque centimètres de ma lame, pour faire comprendre que je ne comprenais pas.

Ne m’avaient-ils pas reconnu ? Il faut dire qu’à mon arrivée dans cette contrée, je portais un baluchon et était couverte de la tête au pieds d’une cape ornée d’une capuche. Le visage et le corps à peine visible… Alors que là, dans mon kimono noir, les cheveux noués et le visage bien dégagés, oui… Je pouvais être méconnaissable. Il faut dire que la route est moins longues, moins périlleuse que quand j’étais seule. Votre compagnie, d’une certaine façon me préserve de l'inconvénient des hommes à la libido en feu, mais hélas, pas de ce genre de bandit qui, se pensant supérieur en nombre, se pense plus fort et cela qu’importe les personnes en face...

Si vous, vous semblez vous amusez de ce spectacle qui se joue devant nous et à nos dépens, d’une certaine façon. Il n’en est point de même pour moi, ayant déjà eu le loisir de rencontrer ses brigands lors de mon arrivée sur ses terres. D’où ma réaction, ce mot ayant franchit inopinément mes lèvres pour marquer mon agacement d’être à nouveau face à eu.

Réitérer-vous pour la troisième fois cette menace contre moi ?” Questionnais-je alors dans le plus grand des calmes, mon sabre étant déjà partiellement sorti de son fourreau. Une mise en garde de ma part, après tout, n’avait-il pas déjà un souvenir de moi quand à notre précédente rencontre quand il avait pour la toute première fois tenté de me voler le peu que j’ai ? “Je serais bien moins clémente cette fois.” Précisais-je alors pour faire comprendre aux trois hommes, qu’aucunement, ils en sortiraient vivant s’ils ne décidaient pas de partir à toute jambes…

La lame du samouraï se doit de servir la justice, la paix et de défendre les plus faibles. Elle peut se montrer clémente et laisser une chance aux personnes de se repentir, mais elle est aussi une arme pouvant faire couler le sang et arracher une vie. La mort pour le prix de la paix. Le sang pour le bien. C’est un doux paradoxe que pourtant, on ne peut détruire. Pour arriver à obtenir la tranquillité, il faut d’abord se battre, puis ensuite, encore se battre pour la conserver. Ainsi, jamais le sang ne cesse de couler et plus encore, jamais la paix n’est présente comme elle pourrait pourtant l’être si l’homme se montrait bien moins égoïste.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Jeu 3 Mai 2018 - 19:32









::: RP ::: Nitescence Spectrale
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION LIBRE RANG B



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD




Muramasa n’en revenait pas que de vils bandits osent s’attaquer avec tant de toupet à des initiés des arts obscurs, en plein jour et de surcroît en ayant l’impudence d’annoncer haut et fort leurs intentions viciés sans vergogne. Décidément, le monde du Yuukan ne tournait pas rond. N’avaient-ils jamais ouïe dire de l’existence des vaillants shinobi de la Roche pour se risquer à tant d'insouciance que cela tenait de la folie ? Ou bien étaient-ils sûr d’eux pour oser pareil toupet que de chercher querelle à des combattants aguerris ?

Même si le médecin semblait circonspect par la situation, il ne prenait point celle-ci avec humour, malgré les apparences. Peut être que ces freluquets étaient des envoyés de l’Homme au Chapeau venus tendre une embuscade en se faisant passer pour de simples badauds ignares et ne semblant point bien dangereux. Si tel était le cas, la ruse était finaude, il fallait bien le reconnaître. On n’était jamais trop prudent, car Tsuchi no Kuni était sombre et emplie de terreurs.

Contre toute attente, apparemment, il s’agissait bien de simples malandrins, la belle Samouraï ayant déjà eu affaire à eux. Décidément, le Yuukan était petit et plein de surprises se révélant pas piquées des hannetons.

Le médecin croisa les bras, perplexe, observant la situation qui était gérée par l’adepte du Bushido qui prenait une posture des plus explicite, sommant les malotrus d’oser seulement essayer de se livrer à vilenie s'ils désiraient goûter à l’acier de sa lame vengeresse.

Les trois énergumènes semblaient surpris, affichant l’espace d’un instant un air complètement idiot. Seul celui ayant précédemment pris la parole ne semblait point être paniqué plus que de raison, paraissant même un peu trop sûr de lui. Il afficha un œil goguenard, faisant un pas en avant en bombant le torse, afin de faire montre de son courroux.

" Toi ! Tu nous le paieras ! "

Fronçant son mono-sourcil, le vil gredin se vengerait de cet affront, mais se souvenant de la raclée qu’ils s’étaient pris ce soir de lune, il valait mieux pour le moment se retirer. Faisant signe à ses deux comparses de se replier, il toisa la jeune femme avec un regard noir, avant de disparaître dans le bosquet d’où ils étaient apparus sans crier gare.

Muramasa était fier que Mikazuki se montre si vaillante, mais il était inquiet de cette trop grande bonté dont elle faisait preuve. Ne valait-il pas mieux pourfendre ces vils créatures afin qu’elles cessent leurs agissements criminels ? Cela aurait été avisé, mais en tant que défenseur de la justice, il aurait été impensable que d’agir sans foi no loi, comme ces vils et lâches Nukenin ne reculant devant aucune félonie ou bassesse, ne respectant aucune éthique a contrario d’une Samouraï respectable et sage se vouant à la voie du Bushido.

" Mikazuki-san, vous êtes si charitable envers ces félons. "

La demoiselle était douce et bienveillante, bien trop pour ce monde où la félonie était implacable et légion. Le médecin était donc inquiet pour elle, mais serait là pour la protéger de ces ténèbres innombrables tentant de la fourvoyer dans les abysses de la perdition. Il se tourna vers l’ingénue, prenant un visage plus sérieux que d’habitude, afin de lui demander de faire plus attention à elle. 

" Promettez moi de faire attention. Les gens sont mauvais… Bien plus qu’il n’y paraît. Si vous placez des espoirs de rédemption en eux, je crains que vous ne vous retrouviez déçue... ou blessée. "

Croisant les bras, le parangon ne voulait pas qu’il arrive quelque chose à sa coéquipière. Il savait qu’elle était consciente de ces choses là, mais il ne pouvait pas s'empêcher de lui dire tout ce qu’il ressentait.

" Si nous les recroisons, je m’occuperais d’eux. Reprenons la route, nous devons arriver avant la nuit. "

Le médecin ne pouvait laisser ces malandrins réapparaître et s’en sortir à nouveau. Après tout, ils avaient eu l’impudence de proférer des menaces envers Mikazuki. Ils subiraient donc une mort lente et douloureuse s’ils réapparaissaient devant eux. Muramasa ne leur pardonnerait pas un tel crime.





_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Dim 6 Mai 2018 - 13:57
Nitescence spectrale
Précise dans mes mots, Ma lame prête à faire encore une fois couler son sang jaque un sourcil face à son toupet… Il se permet une nouvelle fois de me faire une menace. A croire que le vil manant qu'il est n'est capable d'aucune gentillesse. Je soupire doucement en les laissant fuir dans la broussaille alors qu'à côté de moi, vous vous permettez de me faire un conseil, comme si je faisais preuve d'une naïveté alarmante alors qu'il ne s'agit là que de la clémence de ma part.

Je relève le regard vers vous tout en rangeant mon katana correctement à ma taille. “N'est il pas préférable de préserver nos forces en évitant un combat inutile alors que l'on ne sait aucunement ce qu'il va arriver ou bien sous entendez vous que l'on peut se permettre de mettre en péril la mission pour des petits bandits de bas étages?” Mon regard posé dans le votre, je le soutien, faisant preuve d'une réflexion à laquelle vous ne semblez point avoir pensé.

Obéissant à votre ordre, je me remets en marches vers le village soi-disant hanté. Je me demande réellement ce qu'il va nous attendre là-bas et au devant de quels embûches on va se retrouver.

Et puis, ne vous inquiétez pas trop pour moi, vous semblez oublier que pour arriver à Iwa depuis l'académie du pays du rempart, j'ai dû traverser plusieurs pays et la route ne fut pas si facile que cela, sachant que j'étais seule pour la faire. Alors ne doutez pas de mes capacités ou de mon instinct de survie sensei.” soufflais je doucement en prenant les devant pour marcher devant vous et ne pas risquer de votre vos déception de constater que je ne suis pas une petite chose aussi fragile que vous semblez vous l'imaginer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Lun 7 Mai 2018 - 3:15









::: RP ::: Nitescence Spectrale
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION LIBRE RANG B



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD




Une chose était certaine, la Samouraï avait son caractère, ne manquant point d’impudence face à son Sensei qu’elle venait de remettre à sa place avec un toupet plus que flagrant. Muramasa ne pensait qu’à bien, en lui conseillant de faire attention, mais la demoiselle ne semblait pas de son avis. Lui exposant son opinion en le toisant allègrement du regard, la Nagamasa ne manquait point d’un culot qui aurait coupé le souffle à n’importe qui.

Le médecin se gratta la tête, un peu perplexe, mais admettant que l’ingénue avait en grande partie raison. La mission n’était point de châtier ces malandrins, mais laisser filer des énergumènes pareils pouvait s’avérer dangereux, voir même se retourner contre eux.

" Vous avez raison. Accomplir la mission est notre priorité. "

Préservant un calme exemplaire, le médecin savait que ce qui importait le plus était indubitablement de réussir les objectifs reposant sur leurs épaules.

" Mikazuki-san, je ne doute pas de vos capacités ou de votre instinct. C’est juste que... je tiens énormément à vous. "

Devant la rassurer, le médecin était conscient que la Nagamasa était une coéquipière tout à fait capable de se débrouiller seule, mais il ne pouvait s'empêcher de s’inquiéter pour elle. Bien que cela puisse paraître un brin trop zélé, c’était de la faute de la Samouraï qui s’avérait particulièrement sûre d’elle. Ce qui n’était pas pour rassurer le pragmatique directeur, sachant que les griffes funestes du destin pouvaient frapper quand on s’y attendait le moins. Elle le forçait à dires des choses dont elle pouvait déjà se targuer d’être certaine. A savoir, tout l'intérêt que le jeune homme éprouvait pour elle. Comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’elle le toisait sans vergogne, avant de reprendre la marche sans même l’attendre, lui offrant une vision de ce somptueux bas du dos qui aurait fait frissonner tout homme normalement constitué et dont il était un supplice d’ignorer la délicieuse existence. Décidément, cette mission ne s’annonçait peut être pas aussi calme que supposée.

Après un air plus que perplexe suite à la réaction de la Samouraï, le parangon se résigna à reprendre silencieusement la marche, afin d’arriver au plus tôt à la destination escomptée. Suivant l’ingénue qui semblait particulièrement remontée à cause des quelques conseils qu’il s’était risqué à lui énoncer, l’Iwajin la laissa ouvrir la marche sans mot dire. Il y avait des moments où il valait mieux ne pas chercher à débattre plus que de raison après tout.

Au bout d’un moment, après avoir suivis le chemin, ils arrivèrent finalement au début de la fameuse forêt qu’ils devaient traverser afin de rejoindre le petit village isolé. Autant vous dire qu’elle était sinistre à souhait. Un véritable dédale où la pénombre s’érigeait, rendant le lieux peu rassurant. Mais pour arriver où ils devaient tous deux se rendre, il n’y avait pas d’autre alternative que de traverser cette orée macabre se présentant face à eux. Arrivant à hauteur de la demoiselle, le médecin se permit de prendre la parole, afin de voir si la belle avait un peu calmé ses ardeurs de tantôt.

" Voiçi donc la fameuse forêt que nous allons devoir traverser. Nous ne sommes donc plus très loin. "






_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Lun 14 Mai 2018 - 20:32
Nitescence Spectrale
Vous prendre de haut n’était aucunement mon but, mais être de la sorte sous-estimé est quelque chose que je n’apprécie guère, surtout que vous devez normalement connaître un minimum mes capacités pour savoir que je serais venue à bout facilement de ses malotrus si cela avait été mon désir. Marchant donc devant vous, suite à votre demande de reprendre la route, je reste silencieuse un long moment après vos paroles. Un aveu d’attachement qui ne devrait pas être un obstacle en mission. Peut-être devrais-je faire en sorte de m’éloigner de vous pour ne pas que vous vous souciez ainsi de ma santé et de mon bien être ? “Comptez vous mettre en péril la mission senseï ?” Questionnais-je alors d’une voix calme et clair votre personne d’une façon plus que soudaine, pivotant sur mes pieds pour vous faire face à nouveau et vous surprendre peut-être un peu par ce geste au risque que nos deux corps se heurtent sous la soudaineté de mon acte.

Relevant mon regard pour qu’il vienne se frotter au votre, je vous fixe de longues secondes avant de prendre à nouveau la parole. “Vous ne devez pas oublier que tout ninja est une arme au service d’un pays, qu’il peut mourir en mission. A l’académie, nous apprenons que nous pouvons y mourir, que les sentiments ne doivent pas y avoir leur place. Alors si vous n’êtes pas capable de faire abstraction de vos sentiments à mon égard en mission et que vous risquez de mettre en péril le déroulement de celle-ci, à notre retour à Iwa, je demanderais à intégrer une autre équipe.” Professionnelle ? Voilà comment j’étais désireuse d’être. En aucun cas, je ne veux que notre attirance mutuelle deviennent un obstacle à mes projets futurs et à mon évolution au sein du village de la terre. Si pour vous, tout est déjà bien mit en place, cela n’est point de même pour moi et j’aimerais réellement que vous le réalisiez et que vous ne me mettez pas de bâton dans les roues.

Poursuivant ensuite à nouveau notre route, je ne rajoute rien de plus, agacée dans un sens par tout cela, même si au fond, que vous soyez soucieux de ma petite personne me fait plaisir également. C’est un cruel dilemme là, et je vous mets dans une position compliquée, je m’en rends bien compte, mais la mienne l’est tout autant, il me semble.

Stoppant le pas devant la lugubre forêt, vous venez à mes côtés et je tourne un peu la tête vers vous, sans relever le visage vers le vôtre, malaisée à cause de mon attitude précédente. Mes propos ont été assez cru, je m’en rends bien compte, je devrais m’en excuser, mais je ne peux pas, sinon, cela viendrait à faire une croix sur ce professionnalisme dont je veux faire preuve et si je m’excuse maintenant, vous n’allez probablement pas réfléchir à la situation dans laquelle vous me mettez.

Oui.” Répondis-je alors simplement à votre constatation. La forêt n’est point du tout accueillante, mais elle ne peut, en théorie, ne pas être si horrible que cela… Néanmoins, je me permets de faire quelque mudra rapide pour lancer une détection sommaire des lieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mar 15 Mai 2018 - 9:32









::: RP ::: Nitescence Spectrale
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION LIBRE RANG B



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD




Muramasa n'aimait pas cette situation assez conflictuelle avec la Nagamasa. Il appréciait la demoiselle pour son caractère et son tempérament, mais il appréciait que ces braises avènements ne soit pas trop incandescentes. Il suivait la jeune femme de loin, un peu songeur, mais espérant qu'elle se calmerait. Après tout le parangon était médecin, directeur de surcroît, ce qui pouvait expliquer qu'il s''inquiète de la demoiselle, en plus d'une autre raison des plus évidentes.

" Aucunement. La mission est notre priorité. "

Il ne comprenait pas dans quel but elle posait cette question, alors qu'il lui avait déjà assuré de vive voix que la mission était primordiale et passait en priorité avant tout le reste. Il comprenait lorsqu'elle se retourna soudainement pour lui faire la leçon en lui exposant que cela la dérangeait qu'il fasse montre de son affection pour elle, alors que le bougre ne pensais à mal. Décidément, les choses s'envenimaient pour l'Anaconda Iwajin.

" ... "

Le médecin ne rétorquait pas, car la Nagamasa semblait ne pas démordre de ses positions. Cela ne lui plaisait pas qu'elle pense qu'il était du genre laxiste et à ne pas assurer ses devoirs envers les objectifs d'une mission. Il se contenta de poursuivre en direction du lieu escompté, ne cherchant pas à attiser les flammes du brasier qui se révélaient déjà que trop ardente à ses yeux. Il était inutile d'en rajouter, puis comme elle le disait, il ne fallait pas oublier la raison de leur expédition, à savoir accomplir une mission. Le premier obstacle se présentaient face à eux au bout de longues minutes de silence pesant. La fameuse foret qui semblait peu accueillante.






C'est dans un mutisme glacial que les deux Shinobi du Village Caché de la Roche traversaient l'antre végétale, qui semblaient les épier à tout instant, certainement du à la faune des lieux. Les grands arbres s'érigeaient vers les cieux, mais l'azur de ce dernier était voilé par les branchages offrant une orée ombragée des plus sinistre. Bien que ce dédale simiesque paraissait vouloir les dévorer vivant et à jamais, les deux jeunes gens n'eurent pas de difficultés particulières à parcourir ce mystérieux labyrinthe, que déjà, ils aperçurent ce qui semblait un petit village se nichant en plein milieu de nul part. Cela ne leur aura pas pris une heure, cependant, le soleil commençait déjà à dangereusement choir, les dernières nitescences de l'astre menaçant de s'éteindre sous peu. Si la foret ne présentait aucun dangers en journée, selon les dires il en était bien autrement une fois la nuit tombée. Sans perdre de temps, les vaillants explorateurs se dirigèrent donc vers la civilisation isolée, voire même hantée si la requête émise auprès d'Iwagakure no Sato incarnait véracité.






Le Village Inanuki était plus grand que ce que le médecin l'aurait cru, pour ne pas dire trop vaste. Pour un endroit aussi isolé et reculé, cela semblait étrange. En plus quand on connaissait les ordres de mission parlant de village hanté, l'endroit aurait du être une minuscule bourgade avec trois maison en bois en pleine foret. Il s'agissait d'un village tout ce qu'il y avait de plus commun au premier regard, bien qu'il n'y avait pas foule dans les rues. D'ailleurs cela aussi était surprenant. Muramasa n'était pas expert en architecture, mais quelque chose n'allait pas. Cependant, le parangon ne s'en préoccupait pas vraiment. Un village si grand en plein milieu d'une forêt et à peine quelques badauds hagards traînant dans les rues pavées n'avaient pas d'importance réelle. Il fallait juste s'assurer de cette histoire de disparition et élucider le mystère derrière ces histoires de spectres.

Soudain, une voix pré-pubère s'adressa aux vaillants enquêteurs qui venaient de pénétrer dans le Sanctuaire. Il s'agissait d'un gosse semblant apeuré, mais visiblement extrêmement content de voir des visiteurs, surtout arborant de magnifiques bandeaux frappés des armoiries de la Roche.

" Vous êtes des Shinobi, pas vrai !? Vous êtes enfin là ! "

" Nous sommes des Shinobi, en effet. Est-ce le Village d'Inanuki ? Où se trouve la résidence du Chef du Village ? "

Le médecin était un peu sceptique, sachant bien qu'il ne pouvait en être autrement que cet étrange endroit soit bel et bien celui évoqué dans les ordres de mission.

Soudain, une voix plus rauque et familière se fit entendre. Il s'agissait du vil malandrin croisé auparavant sur les routes.

" Vous arrivez trop tard, les esprits l'ont eu. Vous avez trop trainés. Si vous étiez venus avant, Shinobi, le vieux serait encore là. Vous feriez mieux de déguerpir. On aime pas trop les étrangers dans votre genre, par chez nous. "

Le bandit de grand chemin était en réalité un habitant du village, notamment le frère de l'adolescent qui était particulièrement perturbé. Muramasa le fixait d'un regard noir, se souvenant qu'il avait promis de l'occire si ce dernier osait se présenter à nouveau face à eux. Cependant, il retint d'agir sur un coup de tête fâcheux et de disséquer le bougre.

" Nous n'y pouvons rien, surtout avec les temps qui courent, où tout le Yuukan, ou presque, cherche à semer la mort et la destruction sur le Pays de la Terre. Les Shinobi ne peuvent pas résoudre tous les problèmes en même temps. Néanmoins, nous sommes là à présent. Expliquez-nous."

Diplomate, mais énervé par la situation, le médecin tente de raisonner l'étrange autochtone. La montagne de muscle haussait les épaules, soupirant, avant de croiser les bras en abdiquant.

" Moi c'est Kentashi, et lui mon frérot, Tokashi. Le Chef du Village était notre vieux, du coup, j'le remplace, mais c'est pas mon fort ce genre de truc. Bref, les esprits enlèvent des habitants et sèment la terreur la nuit. Y demandent des offrandes. Du coup, la plupart des habitants ont quittés le village le temps de résoudre cette affaire, mais... Je sais pas s'ils reviendront car ça fait des semaines que ça dure. Ceux ne voulant pas quitter le village, j'ai du trouver une solution pour les protéger, mais c'est pas facile. Les esprits veulent des offrandes régulièrement. S'ils en ont pas, ou s'ils sont pas satisfaits de ce qu'on leur donne, ben ils reviennent à la charge. Donc certains d'entres nous on décidés de voler... Mais ça me plait pas, mais on est obligé. C'était pas contre vous deux tout à l'heure, mais pas l'choix. Mais ça peut plus durer, on a plus rien et voler est pas évident... "

L'habitant, criminel malgré lui selon ses dires (reflétant son intellect limité), semblait de bonne foi et son histoire faisait sens, hormis concernant l'existence d'esprits réclamant offrandes. Le médecin reste perplexe, croisant lui-même les bras et se mettant à réfléchir à tout ça, avant de lancer un regard vers Mikazuki, afin de voir ce que pensait sa coéquipière de tout ceci.





_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Mer 23 Mai 2018 - 20:19
Nitescence Spectrale
Des minutes longues et pesantes. Un silence de plomb. Voilà ce que je viens de provoquer avec vous à cause de mon manque de tact pour cette histoire et la peur de vous voir chercher à me protéger que trop. Allez-vous oublier que j'ai un honneur et que, de surcroît, je suis une samourai ? J'ai presque apprit à manier un katana avant de savoir marcher. Depuis mes tout premiers souvenirs, il y a ces lames, cette art de vivre qu'est le bushido et ce malgré mon long séjour à l'académie de Joheki. Alors non, je ne vous laisserais aucunement remettre en doute ce que je suis et plus encore qui je suis en m'enfermant dans une sorte de cage pour me protéger ou me surprotéger parce que vous tenez à moi. Je n'ai point envie que cette affection puisse être un ennui dans ce genre de situation même si j'avoue apprécier votre compagnie et votre façon d'être avec moi en temps normale, mais là... Je ne peux m'empêcher de vous reprocher d'être trop soucieux pour moi...

Et je l'avoue, je m'en veux de m'être montrée si crue dans mes propos, mais je ne voyais pas comment le dire autrement. Le plus n'est pas toujours la meilleure chose à faire, surtout en vue de votre mutisme et du miens maintenant. La mission risque de sembler encore plus longue si on se retrouve à ne plus piper un mot l'un et l'autre, néanmoins, je ne démordrais pas de ma position. J'escompte donc que vous pouvez la comprendre et que vous me le montrerez.

Arrivant maintenant dans le village, je laisse mon regard détailler un peu le manque de population et même d'activité pour une heure si peu avancée de la soirée. Le soleil commençant seulement à disparaître derrière les collines aux loin. Les ombres se faisant plus grandes et plus sombres. Le moment de doutes et des peurs des enfants. L'instant où les monstres commencent doucement, lentement à émergé du sommeil pour venir troubler le leurs. Croyances infantiles et pourtant, qui dans ce village ne semble pas atteindre que les plus jeunes en vue des rumeurs.

Posant mon regard sur le jeune homme qui vient maintenant de nous interpellez, je vous laisse lui répondre, me permettant ainsi de savoir que vous n'avez point perdu l'usage de la parole. Pour ma part, je me contente d'acquiescer doucement pour affirmer vos dires. Néanmoins, quand une autre voix, plus que connue vient se faire entendre, je ne peux m'empêcher de poser ma main sur le fourreau de mon katana, n'ayant point oublié la menace de l'homme à mon égard comme quoi il me le fera payer. Je peux comprendre son désir de vengeance, néanmoins, à son égard, j'ai fait preuve de clémence à deux reprises alors il peut bien se permettre de ne pas mettre sa menace à l’exécution.

Écoutant l'échange qu'il se passe maintenant entre vous et lui, je continue de me complaire dans mon mutisme pour l'instant, laissant les propos de l'homme couler jusqu'à mes oreilles pour tenter d'y voir un peu plus clair dans cette histoire. Cependant, tout cela reste bien plus qu'obscur. Baissant un peu le regard pour fixer le sol alors que je réfléchis, j'ignore platement le regard inquisiteur que vous posez sur moi pour avoir mon avis. Je réfléchis. Des spectres ? Cela ne pourrait-il pas être l'oeuvre d'un Nara ? J'ai eu le loisir d'apprendre que la manipulation des ombres étaient une chose qu'ils affectionnent et maîtrisent plus que bien et cela pourrait bien s'apparenté à des spectres pour des hommes ne connaissant rien aux arts ninja ?

Je relève alors la tête vers le bandit qui a déjà goûté au fer de ma lame. "Pouvez-vous nous décrire les spectres ? Sont-ils tangibles ? Nous aimerions le maximum de détail. Que cela soit sur eux, mais aussi là où ils apparaissent le plus souvent. Donnez nous toutes les informations que vous avez, qu'elles vous sembles utiles ou non. Fouillez l'un comme l'autre dans vos souvenirs pour nous les donner, la moindre petite chose peut nous aider. Je sais que je vous en demande beaucoup rapidement, mais plus vite on aura réglé cette histoire, plus vite vous serez libéré des spectres et de la présence des étranges que nous sommes." Non, je ne vous regarde pas, mes yeux restant rivés sur les deux jeunes hommes. Je compte bien vous montrer que vous pouvez me faire confiance, mais surtout, ne pas vous inquiétez pour moi à tout va.

J'ai trop de fierté, mais l'honneur est tout pour un samouraï.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mar 29 Mai 2018 - 7:38









::: RP ::: Nitescence Spectrale
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION LIBRE RANG B



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD


Les deux Shinobis ne semblaient pas sur la même longueur d’onde, s’ignorant de manière éhontée, ce qui rendant plus que pesante l'atmosphère entre eux. La Nagamasa allait même jusqu’à éviter ouvertement la moindre parole ou quelconque regard vers le médecin. Muramasa n’appréciait pas cette ambiance, mais que pouvait-il faire ? Pas grand-chose. Il était indubitable qu’il s’inquiétait pour elle, mais il en aurait fait de même avec tout élève de son équipe, ou même de l’Académie, malgré sa sempiternelle nonchalance dont il pouvait faire montre. Bien qu’il apprécie bien plus que innocemment la demoiselle, il ne comptait pas faire du zèle et en oublier sa position de Kunoichi, tout autant que de Samouraï accomplie. Décidément, il était compliqué d’entretenir une relation quand sphère privée et professionnelle s’incarnait une seule entité. La Nagamasa posait alors des questions pertinentes à la vielle connaissance qu’elle venait de croiser encore une fois contre toute attente. Le Yuukan était petit, pour sûr. La situation en était même légèrement cocasse. Le gaillard soupirait avant de se gratter la tête un peu pensif avant de répondre à la questionnette. Il n’avait pas l’air d’être une lumière, mais il était certains de les informations étaient très importantes pour mener à bien la mission et cela était dans son intérêt que de bien répondre à la douce demoiselle.
" On d’mande que ça vous savez, que d’être débarrassé de ces satanés démons. J’vais vous répondre, vous en faites pas. On peut pas vraiment vous donner de description. On s’enferme dans nos baraques quand la nuit tombe et on attend que la nuit passe en espérant qu’on aura pas leur visite. C’est triste à dire, mais en général, s'ils viennent, on peut juste prier pour que ça soit une autre maison qu’la nôtre qui soit le fruit de leur attention. On entend des bruits en général quand ils arrivent… des bruits… pas de ce monde, vous voyez. "
" On n’a rien pu leur offrir… ils vont venir… Non… Non ... "
Le gamin était apeuré et tremblait comme une feuille taraudée par le zéphyr, visiblement traumatisé à vie par tout ces tragiques événements surnaturels.
" Au p’tit matin, en général on retrouve l’endroit en pagaille et… maculé de sang et… des restes des habitants de la maisonnée visitée. Parfois, certaines personnes disparaissent. Du moins c’est ce qu’on a constaté. En général c’est les jeunes demoiselles. J’crois qu’les fantômes aiment bien les femmes biens gaulées. Mais si on leur fait des offrandes en les déposant près de l’entrée du village, ça leur plait aussi. Alcool, argent, des trucs du genre. "
Muramasa étai perplexe sur tout ça, comprenant qu’il s’agissait très certainement de goguenards malandrins se livrant à une escroquerie, que de réels fantômes ou esprits frappeurs.
" Comme l’dit mon frérot, y vont surement venir dès que la nuit sera un peu plus sombre. Quiconque va dans la forêt à la nuit tombée ne revient jamais. Sinon je sais pas quoi dire de plus. Paraît que certains ont vu ce qui semblait être des silhouettes décharnées et en putréfaction et des grognements macabres. L’vieux Kira avant de disparaître disait qu’c’était des silhouettes, d’un ton laiteux et lumineux qui planaient au-dessus du sol… des fantômes quoi. Le bougre disait qu'il les avait vu près de la Cascade. Le soir même il a mystérieusement disparu sans laisser de trace. Envolé. Depuis, plus personne traîne près du lac. Les rares qui ont essayé ont tous mystérieusement disparus et sont jamais revenus depuis l'vieux Kira. Mais pour en revenir aux attaques sur le village, j’dirais c’est palpable vu le bazar après leur passage. J'vais pas tarder à m'planquer avec mon frérot. Si vous avez d'autres questions, dépêchez-vous. "
Le fier médecin se tournait vers sa coéquipière, essayant de voir sa réaction. Tout cela était assez mystérieux et de l’action allait certainement apparaître d’ici peu. Il suffisait juste d’attendre que le vespéral étende un peu plus son règne sur le village d’Inanuki, afin de rencontrer ces spectres devant être châtiés par la Roche.



_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Sam 2 Juin 2018 - 10:55
Nitescence Spectrale
Silencieuse, voilà telle que je suis après toutes les palabres de l’homme en panique à cause de l’heure tardive approchant. Analysant ses mots sans vous adresser un mot et un regard, je réfléchis au possibilité que l’on peut bien avoir à cet instant. Que devons nous faire. Il y a trois points important qu’il a cité. Si on se bouge pour aller près du lac maintenant mais qu’ils sont déjà partis, ils vont attaquer encore le village. Si on reste on peut peut-être avoir des informations, mais même si le village est petit, il reste bien trop vaste et on ne peut aucunement surveiller toutes les portes et fenêtres des habitations… Puis la forêt, on en vient et on sait tout deux qu’elle est vaste, on risque encore une fois de les ratés.

L’endroit de vos offrandes, il est où exactement ?” Demandais-je alors pour qu’il nous montre l’endroit en question.

Marchant un peu en retrait derrière eux en votre compagnie, je me permets alors de prendre la parole. “On ne peut pas quitter le village et risquer de ne pas les croisés en empruntant un chemin différent qu’eux, mais à deux, même avec des clones, on ne peut pas tout surveiller… Alors le plus simple est de leur préparer un piège à l’endroit où normalement ils ont leurs offrandes, mais le soucis, c’est qu’ils n’ont rien et je doute que vous ayez quelque chose qui peut être suffisamment intéressant pour eux, à moins que vous ne cachiez par un fuin un stock d’alcool ?” Évitant toujours de vous regarder, je laisse mon regard glisser sur le dos de l’homme devant moi alors qu’il se stoppe enfin pour montrer l’endroit en question. J’observe un peu les lieux et la proximité de la forêt d’où ils doivent probablement venir.

Merci. Vous pouvez aller vous cacher. On va tenter quelque chose ce soir déjà.” Soufflais-je doucement avant de faire un pas de plus et me tourner vers vous, plantant mon regard dans le vôtre. “Je vais servir d’appât. Ils sont intéressés par les jeunes femmes et les kidnappes, je ferais donc une bonne diversion si on arrive néanmoins à élaborer un plan et un piège assez rapidement.” M’approchant alors de vous à nouveau, je pose ma main sur votre épaule, esquissant une petite caresse discrète. “Il y a de ça plusieurs lunes, vous m’avez dit ne pas redouter assez la nature pervers des hommes, mais à cet instant, plus que de la redouter, nous devons nous en jouer pour les leurrer. Je sais que c’est dangereux, mais nous n’avons pas vraiment le temps de faire autre chose, à moins que vous ayez une bien meilleure idée que moi et moins risqué.” Ma main glisse alors doucement sur votre bras, de votre épaule à votre main pour la saisir doucement, mon pouce venant doucement caresser le dos de votre main. Mes iris se glissent dans les vôtres. “J’ai confiance en vous pour qu’il ne m’arrive rien.” Murmurais-je doucement, comme une confidence pour vous pousser à accepter ce plan plus que risqué pour moi si jamais on se faisait dépasser par le nombre ou autre, parce que là est une information que j’ai oublié de demander…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Dim 3 Juin 2018 - 7:45









::: RP ::: Nitescence Spectrale
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION LIBRE RANG B



♫♪ MUSICBOX ♪♫
The Crimson Court


Le soleil poussait ses derniers soupirs, tandis qu’il finissait sa descente dans l’horizon. Le vespéral prenait son règne dans un silence ténébreux. Le gaillard lançait des petits regards avec insistance en direction de là où le globe enflammé disparaissait, trahissant bien la crainte cathartique qu’il avait que de laisser l’orée de la lune l’engloutir dans l’obscurité. La Samouraï se rendant compte que le temps était compté, demandait alors simplement où l’autel sacrificiel des offrandes prenait ancre. Le plus jeune des frères, après un regard significatif de son aîné se dépêchait de déguerpir afin de se réfugier à l'abri.
" V’nez, je vais vous montrer. C’est un peu plus loin. "
Le bougre semblait peu désireux de traîner dans le coin. Chose compréhensible, surtout avec ce qui arrivait dans le nocturne où personne ne vous entendrait crier (ou pas ?).
" En effet, Mikazuki-san. Un piège semble la seule solution envisageable. Malheureusement, je n’ai pas d’alcool, ni de femme dans un stigmate. "
Laissant planer une légère touche d’humour, de mauvais goût ou pas, le Parangon était de l’avis de la perspicace coéquipière. Apparemment, les fantômes aimaient l’alcool et les femmes. Ils auraient peut-être pu tenter avec de l’argent ou d’autres objets, car Muramasa était un homme prévoyant et avait tout de même quelques Sceaux regorgeant de solutions en cas de problèmes, mais il y avait une bien meilleure solution pour surprendre les esprits farceurs. Plus risquée, mais dans la vie il fallait savoir prendre des risques et opter pour les choix les plus pertinents. Guidant les deux jeunes représentants de la Roche, l’autochtone leur indiquait l’endroit en question, qui était près de l’entrée du village et s’incarnait en un tronc d’arbre assez conséquent qui était coupé et un peu à l’écart de la sinistre forêt. Cela faisait penser à une sorte de piédestal ou encore de table, tout ce qu’il y avait de plus rustique. Ayant fait son devoir, le gredin souhaitait alors bonne chance aux Shinobis, se dépêchant de lui-même se mettre à couvert sans traîner. Muramasa était un peu perplexe par tout ça. La Belle se lançait alors dans une proposition quant à la suite des événements. Usant d’une verve placide, mais jouant de la chaleur de sa soyeuse peau de porcelaine, la Nagamasa se montre enfin un peu plus amicale. Elle regrettait peut-être que d’avoir était un peu désagréable, ou bien essayait-elle de convaincre le médecin que d’acquiescer à son idée. Le jeune homme en profitait pour poser sa main libre sur celle s’entremêlant à ses doigts, afin de la caresser avec délicatesse. Il était content qu’elle se montre plus avenante, car se faire la tête et s’ignorer avaient assez durée. Surtout lorsque il n’y avait pas de réelle raison à cela.
" Ne vous inquiétez pas Mikazuki-san. Votre idée est excellente. Je vous fais confiance, comme vous me faites confiance. "
Tandis que le regard mordoré se plongeait dans celui azuré, un sourire se dessinait à l’attention de l’adepte du Bushido. Apparemment les deux oiseaux avaient parfois du mal à se comprendre, malgré leur évidente complémentarité.
" Je vais essayer de me dissimuler et j’interviendrais au moment propice. Dépêchons-nous, le vespéral commence à prendre ses aises. "
Laissant alors la Nagamasa jouer les vierges sacrificielles, le fier parangon trouva une cachette assez discrète, non loin de l’endroit où était le socle de bois vieilli. Disparaissant dans une alcôve nimbée d’une obscurité de jais, le jeune combattant était prêt à intervenir. Ses pupilles luisantes de nitescences dorées scrutaient en direction de la scène où devaient apparaître moult démons avides de noirs desseins. Suivant du regard avec implexe l’ingénue et à l’affût de la situation. Au bout d’un certains moments, des hululements cathartiques faisaient échos, accompagnés de râles commençant à s’ériger des entrailles de la forêt des damnés. Des luminescences spectrales commençaient à se dessiner à travers les piliers de bois et de sèves. Le moment tant attendu prenait vie. Quelque chose arrivait, ou plutôt, légion d’entre elles. Sinistre symphonie d’un spectacle d’ombre Yukanesques. Des bruits glauques palpitaient toute leur nature viciée en hurlant à la lune. Soudain plusieurs formes éthérées et phosphorescentes planaient dans les cieux tels des nuages goguenards. Puis de l’orée de la flore, des silhouettes apparurent en se dirigeant vers la belle. Une bonne dizaine de silhouettes humanoïdes et se déplaçant de manières bestialement frénétiques, esquissant des spasmes et autres convulsion plus que surprenantes, pour ne pas dire terrifiantes… Avec le voile de la nuit, difficile de bien distinguer ces créatures, ce qui était encore plus terrifiant. Muramasa plissa son regard de sentinelle, pensant immédiatement à un art nécromant, mais ces formes étranges et laiteuses tournant dans les airs au-dessus de la Nagamasa comme des rapaces venait émettre quelques doutes. Une autre arcane ? Le doute était présent, mais il y avait fort à parier que tout cela était moins ésotérique que les villageois ne le pensaient. Devait-il intervenir maintenant ou bien attendre encore un peu ? Cela était trop tôt et il le savait, il préféra donc patienter, afin de frapper à l’ultime moment. La Kunoichi n’aurait aucune difficulté à se débarrasser de quelques zombies si ces engeances en étaient. Par contre, si tel était bien l’incarnat de ces bêtes, où se cachait leur maître ? Mystère. Apparemment, la délicieuse immaculée était au goût de la horde, qui ne cessait de se rapprocher d’elle de manière sûre, mais pernicieusement horrifique. Qu’allait faire la Samouraï ? Attendre encore un peu, où bien révéler sa nature de pléiade désireuse d’occire le mal ?



_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Dim 24 Juin 2018 - 17:14
Nitescence Spectrale
Surprise, j'avoue l'être réellement alors que vous acceptez si facilement que je joue ce rôle de proie. Êtes-vous tomber sur la tête ou bien, est-ce que vous avez comprit que nous n'avons pas réellement d'autre solution que celle de me mettre comme sacrifice. Le soucis qui se dessine maintenant est la question sur mon katana. Que suis-je supposée en faire ? Si je le garde cela sera perçu assez facilement qu'il s'agit là d'un piège, mais en même temps, si je vous le laisse, je me retrouverais alors sans défense et cela pourrait réellement être problématique... Le cacher près de moi serait une idée, mais je n'ai aucune idée de savoir si j'aurais le loisir de le récupérer...

Je le détache alors de ma taille et vous le tends ainsi que mon bandeau marquant mon affiliation au village de la roche. "Prenez en soin. Je ne vous pardonnerais pas si vous veniez à perdre mon katana." Après tout, il est bien réputé que pour un samourai, sa lame est plus qu'importante. Ayant certes développer les arts ninja, je sais me battre sans, mais comme tout samourai qui se respecte, je préfère d'avantage user des arcanes propres à mon clan que celle que tout Shinobi peut développer par la voie du genjutsu, fuinjutsu ou bien par le ninjutsu, étant là, la seule chose autre que le kenjutsu que je maîtrise.

Je vous laisse alors vous cacher, tandis que pour ma part, je vais m'appuyer contre l'autel de fortune qui a été crée pour les offrantes à ces brigands. Ainsi immobile et silencieuse, simplement vêtue de mon kimono, aucune arme apparente et ma chevelure immacule soigneusement détachée, j'attends, redoutant quand même cet avenir proche et incertain qui commence à se dessiner à l'horizon suite aux hululements sinistre d'une chouette ? Je fronce un peu les sourcils, restant immobile alors que diverses êtres abjects s'approchent de moi et que des sortes de feux follets virevoltent dans le ciel. Une scène lugubre mais qui ne m'arrache rien qu'une grimace de dégoût. Une technique doton pourrait si facilement mettre à mal la progression de ces zombies ? Bien que...

Relevant un peu mon regard vers les luminescences, je préfère vérifier ma pseudo certitude, qu'il ne s'agisse pas là d'une sorte de technique katon. Laissant mon regard traîné ça et là tout en concentrant mon chakra en moi, je constate rapidement qu'il s'agit là d'un vulgaire Genjutsu, bien que réellement bien pensé. Est-il d'origine sonore ? Suite à la complainte sinistre de l'oiseau ? Toute personne l'entendant se retrouverait ainsi plongé dedans ? Ou bien y a t il un autre déclencheur ? Est-ce que vous l'avez comprit ou bien imaginer vous autre chose depuis votre cachette ?

Néanmoins, il ne faut pas que je m'attarde de trop à penser à tout cela. En tant que Kunoichi et samourai, je sais ce qu'il se passe, mais une simple civile qui se retrouve mise en sacrifice à des macchabées, elle ne serait pas aussi calme.

Les bras toujours croisés, je serres les manches de mon kimono alors que mes épaules sont maintenant secouée de petit sursaut à cause des sanglots que je laisse échapper. Pleurer sur commande, une chose assez facile quand on a un lourd passé, il suffit de se laisser aller à ses sentiments trop longtemps retenu et ce même si j'ai pas mal pleuré dernièrement dans vos bras, je n'ai pas tout évacuer, après tout, vous n'avez vu que la partie émergée de l'iceberg. "Laissez moi... Je veux rentrer chez moi ! J'ai rien fait. S'il vous plait..." Sanglotais-je alors pour tenter de donner davantage de chance à mon rôle d'être perçu comme crédible alors que les illusions me tournent tout autour. Bien que dans le lots, il n'y ai pas que cela, étant donné le côté tangible du corps qui vient de me saisir le bras. Illusion et groupe de brigands déguisé ? J'aurais pu y penser à cela... Mais est-ce uniquement cela ? Qu'allez vous faire en me voyant me faire embarquer sans aucune douceur à cet instant alors que je pleure ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mer 27 Juin 2018 - 13:07







::: RP ::: Nitescence Spectrale
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION LIBRE RANG B



♫♪ MUSICBOX ♪♫
The Crimson Court


Muramasa se serait bien passé de mettre en danger la fière Samouraï, cependant il s'attendait bien à avoir moult remarques cinglantes au cas où il fasse montre de son désarroi quant à cette idée. Il fallait l'avouer, avoir une partenaire pour qui le code du Bushido primait avant tout -même sa vie-, n'était pas une mince affaire. Il valait mieux faire attention et tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de se risquer à dire quelque chose de singulier. Elle voulait jouer le rôle du sacrifice, ce qui n'était pas une mauvaise idée en soi, bien au contraire. La mascarade permettrait de rapidement débusquer le marionnettiste tirant les ficelles dans l'ombre et semant la terreur sur le petit village et ses habitants. Bien sûr, une offrande armée jusqu'aux dents paraissait ne pas corroborer au scénario, ce à quoi il fallait remédier. La téméraire demoiselle confiait alors sa précieuse lame au parangon, qui ne se fit pas prier que d'accepter la charge que de garder l'objet. Il savait toute l'importance que le Katana représentait aux yeux de son possesseur se vouant à la doctrine du Pays du Fer. Il comptait bien sûr y faire attention comme à la prunelle de ses yeux. Acquiesçant à la demande de la belle avant d'aller trouver un endroit où se cacher, le médecin gardait bien à l'esprit tout ce que la jeune femme acceptait de faire afin d'accomplir la mission. Cela était admirable et ne manquait pas d'être apprécié à sa juste valeur. Ayant trouvé l'endroit parfait permettant d'avoir une vue dégagée sur l'autel sacrificiel, ainsi que les environs, Muramasa se terrait à l'orée des ténèbres. Laissant le vespéral étendre son emprise toujours plus profondément, l'attente était un peu stressante, exultant des inquiétudes à l'égard de sa coéquipière qui s'offrait aux griffes de l'inconnu avec une certaine insouciance. Bien qu'il soit un homme érudit, le taciturne ne savait pas vraiment à quoi s'attendre. S’ils avaient affaire à des engeances qui les dépassaient tous deux, ils se seraient vite retrouvés en bien fâcheuse posture. Ces bruissements sardoniques qui apparurent peu à peu n'étaient pas rassurants et ces derniers carillonnaient l'arrivée des réponses aux mystères nimbant toute cette sordide affaire n'ayant que trop durée.




Des êtres viciés émergeaient de toutes parts, se rapprochant dangereusement de la Kunoichi, qui ne semblait pas vouloir laisser choir son rôle de jouvencelle en détresse. Ces visions horrifiques semblaient un peu trop réelles pour s’avérer simples illusions. Jouant son rôle à la perfection - telle actrice d'un théâtre jouant un rôle écrit par le grand Sheikuspiru-sama -, la vaillante se mit à pleurer et à jouer les innocentes ne voulant pas se faire dévorer vivante. Le médecin savait qu'il était trop tôt pour intervenir, bien que cela était difficile de ne pas jouer aux héros sautant dans la mêlée afin de sauver la veuve et l'orphelin. Il fallait prendre sur soi et laisser la comédienne jouer la scène sans éveiller le moindre soupçon, afin de rapidement en finir en trouvant le renard se cachant derrière ces méfaits tenant de crime au plus haut point. Les zombies attrapent la pauvre jeune femme en l'agrippant fermement sans correction, puis l'entraînant avec eux vers les abysses de la forêt maudite. Apparemment, elle ne se ferait pas mordre les fesses - pas immédiatement-, ce qui était rassurant. Sortant de son perchoir, l'oiseau de mauvaises augures suivit à bonne distance le cortège funèbre. Les réprouvés s'engouffraient dans les entrailles morbides de la flore, traînant la prisonnière vers la destination finale où elle allait connaitre un traitement certainement peu appréciable. Grondants et frétillants de leur superbe prise, les zombis pervers avaient de quoi se réjouir avec pareil butin de première qualité. Ils allaient se régaler, pour sûr, ou peut être était-ce autre chose d'encore plus obscur. Comme le disait si bien le proverbe des sages adeptes de l'Iroujutsu : " Le Yuukan est sombre et empli de terreurs ". Complètement possédés, les créatures putrides et nauséabondes semblaient décidée à aller à un endroit en particulier. Cela ressemblait à une conscience de groupe, comme avec les bourdonnantes abeilles ou autres colonies de fourmis étant synchronisées avec efficacité remarquable. L'Iwajin n'avait pas de mal à suivre ces hurluberlus qui n'étaient pas vraiment des plus discrets, entre râles incompréhensibles tenant de bêtes et le carillon de leur marche jouant du triangle avec leurs osselets. Finalement, le bruit de l'eau se fit peut à peu ressentir de plus en plus. Une cascade devait être proche, ce qui fut bel et bien le cas, lorsque les morts-vivants filaient en direction d'une sorte de temple à l'abandon s'érigeant près d'un lac où une source d'eau venait perler à même la falaise formée par la montagne qui prenait forme en arrière plan. Le médecin se collait derrière un imposant tronc d'arbre, lançant un regard plus que circonspect en voyant la scène qui avait tout d'une mauvaise blague. C'était certainement encore un nécromant qui se cachait derrière tout ça. Dernièrement, il en croisait un peu trop souvent, d'abord à Iwagakure no Sato même, puis à Kaze no Kuni même. Laissant un léger soupir prendre forme à travers ses lèvres, il savait que ce genre d'énergumène pouvait être redoutable. Une fourberie qui ne serait certainement pas à prendre à la légère, car on ne sait jamais ce que peut cacher un adepte des arts obscurs. Mikazuki fut forcée de pénétrer dans le sanctuaire des morts, traînée par les marcheurs, ni morts, ni vivants. Le parangon se rapprochait alors, s'assurant que la voie fut dégagée, laissant son regard mordoré épier ce qui se tramait dans l'antre mortifère. Le lieu était abandonné ou du moins semblait l'être depuis des décennies, tant cela semblait les ruines de temps anciens, pourtant toujours debout. Les créatures forçaient la pauvre Samouraï à monter par ce qui semblait un passage plus ou moins secret, menant certainement vers un grenier à même la toiture. Une fois le dernier cadavre ambulant disparu, Muramasa s’avançait prudemment en direction du piédestal de marbre qui donnait sur un escalier montant de manière étriquée vers le sommet de l'édifice. Tout cela ressemblait fort à des agencements hérétiques, certainement un ancien lieu de culte plus ou moins louche. Le genre de passage secret qui ne servait pas à des fins très louables. Se risquant à poursuivre la traque, le divin défenseur de la justice s'engouffra avec discrétion dans le trou à rat. Il se demandait bien ce qu'il allait découvrir dans ce lieu putride et infernal, mais était plus soucieux de sa coéquipière pour vraiment s'en inquiéter en réalité.




La lumière tamisée laissait transparaître ce qui ressemblait à un laboratoire de scientifique fou se dissimulant dans le grenier. D'imposant tubes en verres contenaient des silhouettes humaines semblant en décomposition à un stade plutôt avancé, mais on pouvait discerner qu'il s'agissait de dépouilles aux attributs féminins. L'endroit était particulièrement en désordre, sans pour autant être un foutoir sans nom. Un sinistre personnage semblait être en train de s'affairer sur quelque chose, terminant sa besogne avant de se retourner, faisant alors face à la troupe de zombies et à la prisonnière. Un air sinistre et vicié se dessinait sur ces traits, tenant d'un être perfide et goguenard. Le sinistre était en train de s'occuper d'un cadavre qui était désarticulé sur une table de bois des plus rustiques, faisant office de lit de mort ou autres lubies... Drapé d'une robe de dévot aux teintes délassées, restant néanmoins goulûment colorées de froideur. Le manant paraissait particulièrement content de l'offrande qui lui avait été accordée par le village hanté, qui ne l'était pas vraiment en réalité. Il se frotta les mains, s'avançant en admirant l'appétissante demoiselle avec qui il pouvait avoir le plaisir de pouvoir faire connaissance. Ce n'était pas tous les jours qu'il avait une femme de tel calibre avec laquelle accomplir ses noirs desseins.




Muramasa comprenait sans difficulté quel genre d’énergumène se trouvait là. Était-il seul ou bien avait-il d'autres acolytes ? Hormis les quelques zombies qui entouraient la belle à la crinière immaculée ? Le sacripant devait être doté d'une grande maîtrise des arts nécromants. Il se passa goulûment sa grosse langue salace sur les babines en admirant le gable qui s'offrait sous ses yeux globuleux et lubriques. C'était tout à fait répugnant et il ne fallait pas être une lumière pour deviner ce que le malandrin avait à l'esprit. Il se mit à pousser un petit ricanement sardonique, avant de prendre la parole, et de faire le parfait hôte accueillant une invitée d'exception. Il se mit alors à hurler à la mort, semblant ne pas apprécier la petite surprise offerte.
" Voilà longtemps que je n'avais pas eu pareille beauté à me mettre sous la dent. "
Le moment d'intervenir faisait rage, car le criminel venait de se révéler et ne pouvait être nul autre. Mais attendre et en apprendre davantage sur ce mystérieux détraqué pouvait se montrer aviser. Était-il un Nukenin, ou bien quelque chose de plus dangereux encore ? Nébuleux. Le fier médecin se préparer à intervenir au moindre danger mettant en péril sa coéquipière. Ce rustre personnage puait la mort, pour ne pas dire même bien pire.
" N'ayez pas peur, je vais simplement vous féconder, puis ce sera au tour de mes amis de vous passer dessus. Vous allez mettre bas à de beaux bébés zombis, très chère. "
Les intentions du vil malandrins étaient annoncées avec un ton solennel, ne manquant pas de rendre que plus lugubre la sinistre affaire. Était-il sérieux, ou bien s'agissait-il d'une blague de mauvais goût ? À en croire la scène, il était tout à fait sincère. Et les corps de femmes enceintes dans les cylindres ne faisait que corroborer les craintes. Décidément, les expériences de certains nécromants étaient pour le moins glauques. Il valait peut-être mieux pas chercher à trop en savoir si on ne voulait pas faire d'affreux cauchemars. Tandis que la Samouraï était retenu par les sbires du malfaisant, ce dernier commençait à retrousser sa toge afin de se toucher à un endroit qui semblait le démanger en voyant la douce demoiselle. Exhibant son engin difforme et recouvert de pustules des plus abjectes. Certainement un effet que de trop fricoter avec des cadavres... C'était la goutte faisant déborder la coupe de saké. Sans attendre, le Jonin intervint en lançant une attaque en direction du queutard sans foi ni loi, qui se retrouvait manchot sans s'en rendre compte, si ce n'est au moment où il entendit, mais surtout aperçût son bras inerte en train de rouler sur le plancher. Chargeant par surprise l'ignoble malfrat, le premier coup de scalpel incisa son bras qui oeuvrait ses noirs desseins pernicieux.
" Que ? AAAHH !!! ARRRGH !!! MON BRAS !!! "
Pour le coup, le nécromant paraissait beaucoup moins goguenard, tandis qu'il tenait son moignon qui se mettait à pisser le sang dans un déluge palpitant des plus abondants. Jeux de mains, jeux de vilains. Sortant des ombres, le médecin énonçait que le manque de correction du vil freluquet n'avait que trop duré. Se plastronnant, il réprimendait l’hurluberlu à qui il aurait peut-être mieux valu lui amputer son membre grotesque qui se fourrait à des endroits où il aurait sans doute mieux valu s'abstenir, par souci de santé évident.
" Les blagues les plus courtes sont les meilleures. Celle-ci n'a que trop durée. "
Fou de rage, se retournant vers le divin en ne comprenant point d'où pouvait sortir le malicieux parangon, l'abjecte détraquait ordonnait -les yeux exorbités- à ses sbires que de le venger.
" Tuez-le !!! Tuez-le !!! "
Laissant Mikazuki, la horde tentait alors de se précipiter en direction de l'Iwajin avec une frénésie sanguinaire. Néanmoins, le médecin savait qu'il suffisait de neutraliser le marionnettiste pour se débarrasser rapidement et efficacement de ces engeances mortifères. Abattant le scalpel sur l’énergumène, le second bras fut sectionné et voltigea à son tour avant de lamentablement choir sur les lattes de bois mangées par les affres du temps. Plaçant le scalpel sous la gorge du vil chenapan, afin de lui faire montre que la plaisanterie était terminée et que nul échappatoire ne pouvait se présenter à lui, le médecin le sommait de se rendre.
" Rendez-vous ou mourrez. "
La douzaine de zombies assoiffés de sang et affamés de chair humaine s'était figée sur place, alors que le rasoir palpitait sous la gorge de leur maître. Obtempérant, le nécromant serre des dents et déglutit, tandis que son fluide vital s’échappe de ses bras tranchés comme de vulgaires shashimi pas frais. Révoquant la flamme animant ses légions, les cadavres s’affaissent de manière désarticulée. Laissant la lame retourner dans le néant, la main frappe la nuque violemment. Les genoux ploient, alors que l'éveil est violemment arraché. La mission est un succès, apportant même un prisonnier.
" Tenez. "
Tendant le Saya à sa légitime propriétaire, Muramasa était assez perplexe. Il ne pensait pas que la situation serait si macabre, mais le pire avait été évité. Le sacripant ne poursuivrait plus ses expériences sordides. Alors que le vil queutard démembré était affalé sur le sol, Muramasa en profita pour solidement attacher et bâillonner le personnage, avant de cautériser les plaies en les refermant avec sa technique mystique, prenant un peu de temps pour bien arrêter l’hémorragie. Régénérant peu à peu la peau et refermant les vaisseaux sanguins. Cela allait prendre un moment, main le rustre n'était pas en position de se rebiffer. Au pire, se débarrasser de lui n'était pas problématique, au contraire. Mikazuki avait permit de rapidement piéger et prendre par surprise le criminel qui n'avait pas fait long feu, simplement pour son insouciance et son manque de vigilance. Il était tombé dans le piège, s'en mordant les doigts. Enfin, s'il lui en restait encore, nul doute qu'il ferait ainsi, par désarroi. La nuit n'avait jamais été aussi sombre et emplie de terreurs, mais une de celles-ci venait de disparaître. Combien pouvait-il en rester ? Nul ne pouvait se targuer d'imaginer la réponse à ce mystère. Les villageois n'avaient plus à craindre les nitescences spectrales par lesquelles ils étaient aveuglés. Découvrir l'identité de ce nécromant et tous les mystères nimbant ses méfaits et autres crimes s'avéraient une autre affaire.






[HRP : Fin de la Mission.]

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

[Mission B Libre] Nitescence Spectrale | PV Mikazuki

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: