Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Entrainement interrompu (pv Botan)


Jeu 19 Avr 2018 - 6:35
La nuit s'amenait sur Iwa. Le soleil s'était caché derrière les montagnes des crocs rocheux, plongeant le village dans la pénombre. Profitant de cette obscurité naissante, un Borukan s'était déplacé vers l'un des plus hauts terrains d'entraînement du village. Depuis son retour au village, depuis le fiasco de Hi no Kuni, il ne trouvait la quiétude qu'ici, non loin du sommet d'Iwa. À une heure aussi tardive, les terrains d'entraînement étaient déserts, il avait donc la sainte paix. En plein jour, il n'avait absolument aucune minute pour lui. Si ce n'était pas des effectifs à dépêcher, c'était le Daimyo qui le réprimandait. Plus que jamais, il en avait marre. D'absolument tout.

Installé en tailleur au centre de la petite étendue rocheuse, sa chevelure longue et rousse battant au vent, Akimoto était en phase de méditation. Partout autour de lui, la roche et la terre boucanaient et, malgré la fraicheur nocturne, l'air était chaud et lourd. La respiration du Colosse était stable et continue, chacune de ses inspirations le calmait un peu plus. Dans sa quiétude, le Borukan repensait aux paroles de son défunt mentor, Borukan Kyusei, celui qui avait porté le flambeau de chef du clan pendant près de quarante ans avant que lui ne prenne le relais. Puissant guerrier tout comme lui, son calme légendaire avait toujours fait de lui un Borukan d'exception. Aujourd'hui plus que jamais, Akimoto se maudissait de ne pas s'être souvenu de ses conseils plus tôt...À l'époque il n'avait pas compris le sens des paroles de son mentor, mais aujourd'hui leur sens pesait lourd sur ses épaules et sa conscience.

***

C'est un Borukan beaucoup plus jeune qui était agenouillé devant l'honorable Kyusei. Le clan Borukan demeurait encore dans les lointaines montagnes du Nord, vivant reclus au pied du Mont Hachiman et guerroyant contre tous ceux qui s'aventuraient de près ou de loin sur leur terre. Akimoto et son maître venaient de rentrer d'une rencontre diplomatique avec un clan rival, une rencontre qui aurait pu les plonger dans une nouvelle guerre, évitée in extrémis. Le jeune Akimoto ne comprenait pas comment le chef de son clan avait pu accepter sans broncher les provocations et les insultes du clan ennemi. Devant son maître, il bouillonnait comme à son habitude.
- Pourquoi l'avez-vous laissé partir ainsi maître?
- Pourquoi aurais-je fait autrement?
- Il vous a manqué de respect, il a insulté votre honneur! Un Borukan ne devrait jamais se laisser parler de la sorte!
Le vieil homme souria et laissa échappe un petit rictus avant de se lever pour se diriger vers la fenêtre. D'un petit geste de la main, il invita le grand rouquin à se joindre à lui.
- Akimoto...Je ne suis plus un simple Borukan. Je dirige le clan tout entier. Je ne peux pas assouvir les désirs de la flamme qui brûle en moi, de la flamme des Borukan, comme n'importe qui. Mes gestes ont une portée qui me dépasse maintenant. Si j'avais répliqué, comme l'aurait fait n'importe quel Borukan, que se serait-il produit? J'aurais plongé les nôtres, tous ces gens, dans une nouvelle guerre. C'est à eux que je dois penser, pas à mon honneur.
- Mais c'est ce que nous sommes, des guerriers Kyusei-dono! Chacun d'entre nous est prêt à se battre pour protéger l'honneur du clan.
- Et qui se battra à notre place lorsque nous aurons tous péri sous le poids de nos ennemis? Si un jour tu veux prendre ma place, tu devras voir plus loin que le bout de ton nez et que les insultes qu'on jette dans ta direction. Sinon c'est tout le Yuukan qui voudra t'anéantir et tu emmèneras le clan tout entier avec toi.
- Tsss. Qu'ils essayent pour voir.
- Un jour tu comprendras, Akimoto...
***

En repensant à cet instant, Akimoto se sentait bien idiot. Si le clan Borukan se trouait où il était aujourd'hui, ici au côté des autres à Iwa, c'est parce que son maître Kyusei avait eu la sagesse et la patience d'aucun autre Borukan...Il avait uni le clan comme aucun autre chef ne l'avait fait avant lui et dans les quarante années de son règne, les manipulateurs de lave s'étaient créé une place sur l'échiquier mondial. Ce qu'il avait pu percevoir comme de la faiblesse étant jeune, aujourd'hui Akimoto comprenait qu'il s'agissait plutôt de la plus grande force de son maître. Une force qu'il ne possédait clairement pas. Sa lave était certes brulante, mais son esprit ne l'était pas. Il avait cru être à la hauteur des enseignements de son mentor, mais il n'était finalement qu'un Borukan excessif de plus. Le Colosse repensa également à son cousin Arikasa. Il l'avait toujours perçu comme un faible et comme un Borukan de seconde zone à cause de ses idéaux, mais aujourd'hui Akimoto se disait bien que son cousin aurait fait un bien meilleur Kage que lui...Comment Iwa se porterait-elle s'il n'avait pas porté sa voix au putsch qui l'avait délogé du Triumvirat pour élire le Shodaime? Qui sait...

Soudainement, un bruit extirpa le Nidaime de sa méditation et de ses pensées. Alors qu'il rouvrit les yeux, le plateau autour de lui redevint calme et froid comme la nuit. La chaleur qui y régnait jusqu'alors se dissipa presque instantanément, tout comme l'énorme pression qu'elle entraînait.
- Qui ose me déranger? dit-il sèchement en se retournant à peine.
Dans l'ombre du terrain d'entraînement, tout ce qu'il put distinguer fut une petite silhouette à la chevelure écarlate...

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Jeu 19 Avr 2018 - 15:58
Entrainement interrompu
This family is caught in a vicious circle of violence
that I will stop in the only way I know : with more violence !
••••

Les terrains d’entrainement, quand la lune était haute, étaient particulièrement déserts. Silencieux. C’était bien pourquoi Botan aimait s’y réfugier et encore plus dernièrement. Ces derniers jours, c’était sa vie entière qui lui échappait des mains, comme du sable ou de l’eau qu’elle essayait de retenir entre ses doigts, sans le moindre succès. C’était… tout bonnement insupportable pour elle. Inacceptable. Entre sa vie personnelle, et puis ce qui s’était passé récemment, c’était trop pour sa petite tête. Alors, évidemment, ça la maintenait éveillée la nuit. Elle pouvait rester des heures sans rien faire, dans ses draps, dérangée par le silence qui régnait en ces lieux. La jeune fille était habituée à un minimum de fond sonore, que ce soit quand elle vivait avec son oncle et sa tante, ou bien quand elle était encore dans le dortoir de l’Académie. La maison de Muramasa était trop bien. Dans le mauvais sens du terme. Trop silencieuse, trop propre, trop harmonieuse, on s’y sentait trop bien. Il allait falloir du temps avant qu’elle ne s’adapte à une telle vie. Une telle nouvelle vie. Non, elle ne pouvait pas rester immobile dans son lit ! Elle avait besoin… de quelque chose. De bouger, d’évacuer ce trop-plein qui restait à l’intérieur ! C’était acide, brûlant, et en même temps terriblement froid. Elle devait faire sortir tout ça. L’arracher. Le tirer hors de sa poitrine au risque de la faire exploser. Car c’était l’unique issue : elle allait éclater en mille morceaux. Toute cette rage, cette frustration, il lui fallait déferler tout ça sur quelque chose, sur quelqu’un.

En se battant. Du moins contre des fantômes, des ennemis qu’elle imaginait sur le terrain. Des visages de personnes qu’elle avait détesté, qu’elle avait battu. Jusqu’à maintenant, c’était la seule manière de décompresser qu’elle connaisse. On lui avait déjà conseillé de la méditation, ou bien d’autres passe-temps, mais tout ça ce n’était rien à côté du soulagement de cogner fort dans quelque chose. De sentir ses poings rencontrer de la résistance, avoir mal, recommencer, hurler, donner tout ce qu’elle avait dans le ventre. N’importe quoi. Et au moins, elle était seule. On lui fichait la paix, il n’y avait qu’elle et cette boule au ventre, rien d’autre.

Enfin, presque rien d’autre.

Une présence qu’elle n’avait pas prévue se fit sentir. Comme une mauvaise impression qui lui hérissa les poils des bras avant qu’elle ne comprenne vraiment de quoi il s’agissait. Ou plutôt de qui. Rah, l’intérêt de venir ici était justement de ne rencontrer personne ! À quoi cela rimait de finalement se rendre compte qu’on n’était pas seul ?! Je vous jure… Avant même de se tourner vers le trouble-fête, Botan avait déjà un regard des plus agressifs. Mais se rendre compte que c’était lui…

Il n’y avait qu’un homme comme lui. Un colosse, un monstre, aux couleurs flamboyantes et aux traits durs. Si la jeune fille n’avait jamais été à l’aise en le voyant de lui, il fut un temps où elle admirait véritablement sa force, ses récits héroïques… Aujourd’hui, ce qu’elle éprouvait était bien différent. L’admiration avait laissé place à une colère, une rancœur.

Cet homme n’était pas un héros. Il était un lâche. Rien d’autre qu’un lâche.

Et le voir, là, seul, réveilla en elle tout ce qui était acide à l’intérieur. Tout ce qui brûlait. Elle fit un pas vers lui. Il avait remarqué sa présence… Cette voix sèche la transperçait, mais cela ne fit qu’alimenter le feu qui l’animait déjà. Ce n’était pas un Tsuchikage qu’elle avait devant elle, oh non…

« Devinez ! » répondit-elle avec les dents serrées.

C’était la première fois qu’elle voyait cet homme depuis qu’elle connaissait la vérité. Et lui ne devait reconnaître qu’une Genin… et encore. Avait-il eu au moins l’étrange sentiment qu’il la connaissait ? Qu’ils étaient liés d’une quelconque façon ? Non, bien sûr que non. Si elle ne s’était pas douté de leur lien de parenté, alors elle n’imaginait pas un Tsuchikage s’intéresser à ce genre de chose. Il était au-dessus de tout, naturellement ! Mais elle… Oh c’était peut-être de ça dont elle avait besoin. Confronter son géniteur, et le hasard avait voulu que ça arrive maintenant ! Sans aucune raison, rien.

« Devinez donc qui je suis, Borukan Akimoto… »

Elle s’était approchée encore, son regard sauvage se plantant sans pudeur dans le sien. Le respect qu’elle lui devait été totalement balayé. Oublié. Tout ce qu’elle attendait, c’était un prétexte. La moindre petite excuse, la toute petite goutte qui ferait déborder ce trop-plein et qui lui donnerait raison. C’était certes une pensée égoïste, parfaitement égocentrique… mais elle était seule, il n’y avait que d’elle dont elle pouvait se préoccuper maintenant. Et que le respect aux aînés, ainsi que toutes ces politesses aux gens soi-disant supérieurs, aillent au diable !

••••

by Wiise

_________________

click here:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2661-borukan-botan#19135 http://www.ascentofshinobi.com/t2674-equipe-6-senbonzakura-iwa#19260 http://www.ascentofshinobi.com/t2958-borukan-botan-un-carnet-qui-a-pris-l-eau-et-le-vent-et-la-poussiere#21942

Dim 13 Mai 2018 - 20:46
Si Akimoto choisissait cet endroit pour sa méditation et son entraînement, aussi haut perché dans les hauteurs du village, c’est parce qu’il avait la conviction de ne jamais y être dérangé, en particulier à une heure aussi tardive. Mais ce soir-là, quelque chose, ou plutôt quelqu’un venaient de le perturber. Le Borukan avait été rapide dans son appréhension de la présence étrangère, synonyme de sa grande impatience des derniers jours. Visiblement à fleur de peau, le Colosse s’était élevé dans toute sa splendeur au-dessus du promontoir rocheux. De son regard ambré et perçant, il scrutait l’obscurité à la recherche de l’ombre qui s’était introduite pour perturber sa sérénité.

Une sérénité qui se faisait de plus en plus rare, que même Morphée lui refusait. Une sérénité qu’il ne retrouvait que lors de ses entraînements, lorsqu’il méditait et laissait s’égarer son esprit vers les jours passés et lointains...Avant tout ceci, avant les responsabilités écrasantes, avant les comptes à rendre, avant sa femme et son (ses) enfant…Lui qui avait toujours été un homme d’action, il se surprenait de plus en plus à rêver au jour de sa retraite, au moment où tout s’arrêterait enfin, ou il pourrait rentrer chez lui, dans sa véritable demeure près du Mont Hachiman et s’occuper pleinement de son clan, ou il pourrait se la couler douce en s'adonnant aux plaisirs de la confection de saké.

Mais pour l’instant tous ses rêves lui étaient interdits.

L’ombre tapis se révéla finalement être non pas celle d’un assaillant, mais bien celle d’une jeune kunoichi. Elle ne se présenta pas, mais de toute évidence, elle connaissait Akimoto. Elle employa un ton des plus inquisiteurs alors qu’elle s’avança vers lui pour le confronter. Qui était-elle? Que venait-elle faire ici à une heure pareille? Le rouquin n’en avait pas la moindre idée. La chevelure rousse de la nouvelle venue, jumelé à son tempérament visiblement explosif, laissa penser à Akimoto qu’elle appartenait à son clan. Il n’y avait pratiquement aucun doute à se faire sur le sujet. Malgré tout, il ne la reconnut pas. Pourtant, même s’il était maintenant Kage, il n’avait jamais abandonné complètement ses fonctions de chef de clan. De ce fait, il prenait généralement le temps de suivre le parcours de chaque Borukan qui s’engageait dans les forces d’Iwa. Pourquoi ne la reconnaissait-il donc pas? Si l’âge n’avait pas été clément avec lui, il n’en demeurait pas moins que le Colosse d’Iwa possédait encore toute sa tête.
- Si je devine par ton comportement que tu es Borukan, il faudra m'aider pour le reste. rétorqua-t-il à la jeune fille.
La jeune dame qui l'interpela avec violence et sans aucune retenue possédait le regard du brasier, une flamme brillait dans ses yeux qui n'étaient pas totalement inconnus au Borukan. Il s'agissait de la même flamme qu'il avait vue briller dans ses yeux à maintes reprises. Ne sachant comment répondre à cette colère, Akimoto fit quelques pas dans sa direction pour l'observer de plus près. Si lui ne la connaissait pas la moins du monde, elle, semblait le connaître. Il ne s'agissait donc pas de l'un de ces cas d'erreurs sur la personne.
- Qui es-tu donc? Et surveilles donc un peu ton attitude, tu parles à ton Kage ne l'oublie pas. ajouta le Borukan.

HRP:
 


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Lun 14 Mai 2018 - 19:24
Entrainement interrompu
This family is caught in a vicious circle of violence
that I will stop in the only way I know : with more violence !
••••

Il s’approchait, la regardait, mais elle reconnaissait bien ces yeux qui se posaient sur elle : il n’avait aucune idée de son identité. Pas même le moindre petite indice ou le moindre soupçon. Pour le reste, disait-il. Pour le reste… Ces trois mots vinrent faire bouillir ses veines, mais la jeune fille inspira longuement, sentant sa peau la piquer, tandis qu’elle ne lâchait pas son paternel du regard.

Elle ne l’avait jamais vu d’aussi près. Et d’un coup, elle comprenait mieux pourquoi on le qualifiait de colosse… Borukan Akimoto était un homme immense et imposant, fort comme le volcan qu’il incarnait. Face à lui, Botan ne ressemblait qu’à une petite pousse. Et pourtant, la rage qu’elle avait gardée, accumulée, cette colère qu’elle maîtrisait encore à grand peine face à la source de ses maux… ça lui faisait oublier la peur ou le respect qu’elle lui devait certainement.

« Je n’oublie rien. » grinça-t-elle entre ses dents, même si elle ne faisait pas référence à son attitude. « Contrairement à vous, je n’oublie rien ! »

La jeune fille ne savait pas ce qui s’était passé au juste, autour de sa naissance. Maintenant, elle s’en fichait : tout ce qu’elle voulait c’était un responsable, et elle l’avait sous les yeux. Ce n’était pas comme la femme qui lui avait donné la vie, elle était si loin, si inaccessible… Peut-être qu’elle était morte, d’ailleurs. Ses deux parents, peu importe leurs raisons ou leurs excuses, l’ont abandonnée. Elle était leur responsabilité, ils auraient dû la garder, et ils l’ont abandonnée. Aux yeux de la jeune Borukan, ce n’était ni plus ni moins que de la trahison. Alors qu’il ne vienne pas réclamer son respect de Kage !

« Vous m’avez laissée !! »

Ses mots claquaient, comme si ça faisait sens pour lui. Tout cela devait ressembler à un charabia incohérent, et Botan ne s’en rendit que vaguement compte après avoir craché sa colère.

« Je suis Botan et je suis votre fichue fille ! N’osez pas le nier ! Muramasa-sensei m’a tout raconté. »

Et elle ne supporterait pas le moindre mensonge. Le jour où elle avait appris l’identité de son père, elle l’avait particulièrement mal vécu, et s’était même retournée contre son demi-frère. Comme toujours, il fallait qu’elle reporte la faute sur quelqu’un, pour n’importe quel prétexte. Et elle l’avait accusé de n’avoir rien fait, n’avoir rien su… Cependant, en cet instant, c’était différent : elle avait le vrai fautif face à elle. Un coupable qui incarnait tout ce qu’elle admirait et méprisait en même temps.

Son cœur tambourinait dans sa poitrine, ses yeux figés dans le regard ambré et dur du Nidaime, et pourtant elle était immobile. Incapable de bouger le moindre cil, si ce n’étaient ses doigts qu’elle serrait nerveusement. Elle avait besoin de voir sa réaction, voir l’instant où il comprendrait ce qu’elle lui disait, et combien elle le détestait. Combien elle était déçue et trahie alors qu’elle n’était qu’une inconnue. Juste une gamine sur un terrain d’entrainement. Un sourire crispé apparut sur son visage.

« Vous ne vous y attendiez pas, je parie… Nidaime-sama. »

••••

by Wiise

HRP:
 


_________________

click here:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2661-borukan-botan#19135 http://www.ascentofshinobi.com/t2674-equipe-6-senbonzakura-iwa#19260 http://www.ascentofshinobi.com/t2958-borukan-botan-un-carnet-qui-a-pris-l-eau-et-le-vent-et-la-poussiere#21942

Entrainement interrompu (pv Botan)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: