Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Le retour du Seigneur [Ft. Akahoshi Hisao]


Jeu 19 Avr 2018 - 22:07
Le temps était long. Terriblement long même. Elle qui était arrivée au village caché des nuages dans l’optique de donner un vent de fraîcheur à sa vie se voyait terriblement ennuyée. Après tout, bon nombre de ceux qu’elle avait rencontré et avec qui s’était-elle retrouvée à passer un peu de temps avaient dû quitter pour plusieurs raisons différentes, tous avec comme idée que d’aider le village. Une noble cause, elle ne pouvait le nier, cependant… Le temps était long.

Cette journée-là, comme à son habitude depuis quelques temps déjà, la jeune kunoichi se baladait sur le toit des bâtiments, s’avançant à pas léger tandis que son regard se portait tout autour d’elle. À défaut d’avoir quelque chose de particulier à faire, elle s’entraînait. Bon, aux yeux de tous, elle avait sûrement l’air que de passer le temps en ne faisant rien de particulièrement utile, cependant, la réalité en était tout autre. Subtilement, tout autour d’elle, au travers le village, se trouvait plusieurs de ses insectes, qui passaient inaperçus dans le décor. Après tout, qui porterait attention à un insecte voletant ici et là, se posant sur l’enseigne d’une échoppe ou s’arrêtant sur le toit d’une maison ? Personne. Là se trouvait la beauté de l’art des Aburame. Ces insectes subtiles, et qui, pourtant, pouvaient amasser nombreuses informations, et ce, sur à peu près tout et n’importe quoi.

Contrairement aux autres jours, quelque chose vint perturber son quotidien. Ce fut, du moins, ce qu’elle eut le loisir d’apprendre par un insecte venu se poser sur son épaule. Ni d’une ni de deux, elle s’élança sur les toits en direction de l’arche grise, invitant ses insectes à arrêter l’homme qui venait de mettre un pied au village.

A départ, il n'eut qu'un insecte, discret, venu se poser sur son épaule. Puis deux. Puis trois. Dix-huit. Il y en avait désormais une trentaine ayant élu domicile sur son bras, l'air de le regarder, tandis qu'elle, plus loin, affichait un large sourire satisfait. Il lui fallut quelques instants supplémentaires avant qu’elle ne saute d’un toit, de façon trop peu sécuritaire, atterrissant cependant avec une certaine élégance devant lui. Se redressant bien droite de son mètre soixante qu’elle n’avait même pas atteint, elle lui adressa un large sourire tandis qu’un rire s’échappait de ses lèvres à la vision de cette manche composée d’insecte qu’il portait désormais.

- T’en as mis du temps ! J’commençais presque à m’inquiéter. Parce que, t’vois, moi j’ai quand même pensé à toi. Un peu. JUSTE un peu. Va pas commencer à t’prendre la grosse tête non plus, ça t’irait pas trop. T’es mignon comme ça, faudrait pas faire enfler ton joli minois.

Bien digne d’elle, de ce moulin à parole qu’elle était, alors qu’elle l’agressait à peine venait-il de rentrer au village. Tout sourire, elle pivota sur elle-même, comme pour l’entraîner à sa suite, sa longue tresse pâle tombant dans son dos.

- Bon, alors, t’sais, comme t’es chargé d’me surveiller… C’que clairement, t’as pas pu faire ces derniers temps, j’vais m’assurer d’te mettre au taquet sur TOUT c’que tu as pu manquer. T’vas voir, l’récit est long.

Pas tout à fait, elle n’avait pas fait grand chose. Cependant, l’idée l’amusait, ce qui était bien visible par ce regard pétillant qu’elle lui lançait ou ce rire qui se faisait entendre.

- Donc j’te propose qu’on aille manger un truc. Tu s’ras plus disposé à m’écouter. Puis j’ai tout l’temps faim.

Continuant de s’avancer un peu, elle s’arrêta pourtant net, se retournant vivement vers l’homme, les sourcils légèrement froncés.

- Mais d’abord, j’exige de voir mon fiancé.

Les mains sur les hanches, elle semblait complètement sérieuse. Et peut-être l’était-elle réellement, pour une fois, alors que ses iris aux teintes de violet et de bleues fixaient l’homme qui lui faisait désormais face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Dim 22 Avr 2018 - 19:28
La traversée Iwa-Kumo était relativement calme. Par la voie maritime, nous quittèrent les Territoires de la Terre pour atteindre ceux de la Foudre, accostant à Datsu, étant donné la présence d’un port. Itagami et moi avions fait route ensemble jusqu’au village, mais en raison du bordel administratif, je la quittais relativement vite afin de faire route vers l’Assemblée.

L’air kumojin était agréable, je me sentais finalement à la maison. Je regrettais simplement l’anormale présence d’insectes. D’un mouvement las, plein du flegme que l’on me connaît si bien, je chassais le premier insecte… puis le deuxième… puis le troisième…

- Oi.

Bon, c’est quoi ce merdier ? M’arrêtant doucement, la main gauche dans la poche et le bras droit levé, je regardais avec confusion une dizaine d’insectes se poser sur ma manche. Putain mais j’avais foutu du sucre sur mon bras ? … oh. La peste d’Aburame, qui d’autre. Capable de m’emmerder dès mon arriver, c’est fort. Je devais bien le reconnaître. Elle ne tarda pas à apparaître vers moi, dans une élégance qui contrastait bien avec ses méthodes.

- J’en serais presque flatté. Presque. Juste un peu. me moquais-je en reprenant ses mots. Je repris finalement un visage plus calme en lâchant un léger soupir. Tu sais, les gens normaux évitent d’emmerder les autres, encore moins avec des insectes. On doit vraiment t’apprendre deux-trois codes sociaux, hein.

… et c’était moi qui disait ça. Putain… Mais bon, je devais reconnaître qu’après coup, ça me fait un peu rire. L’idée n’était pas mauvaise, l’air de rien. Et je comprends maintenant comment elle m’avait repéré lorsque je la surveillais manger des Dangos. Et en parlant de ça…

- Bien sûr. Un restaurant avec toi pour écouter un récit, manquerait plus que ça.

En attendant, si je la dégageais maintenant, elle m’emmerderait toute la journée. Dire que je dois rendre des rapports et des dossiers ne servirait à rien avec elle… J’aurais dû rester avec Itagami, je me suis jeté dans la gueule du loup bordel. Mais… problème plus urgent à régler.

- Ton fiancé ? ... Suzaku ? Je marquais une pause qui sonnait davantage comme un silence. J’vais pas pouvoir faire ça. Il s’est ramassé quelques dégâts contre le Yamanaka défiguré. Il se repose… je le convoquerais plus tard, si tu veux, mais pour le moment, j’vais devoir refuser.

Mon visage était froid et dur. Peu importe les prochaines paroles de Kaede, dans les minutes, voire les heures qui suivront, il était hors de question que je gêne le rétablissement de Suzaku.

- On va aller dans un bar où il y a un peu de bruit. Pour pas qu’on paraisse trop bizarre. Lançais-je en ouvrant la marche. Par contre, pas plus de 2 commandes à la fois. J’te vois venir, j’ai pas un salaire entier à te dédier.

Comme mentionné, nous nous sommes rendu dans un bar plutôt agité. Je détestais ça mais bon, j’avais pas trop le choix. Le choix de nourriture était assez large, même s’il y avait surtout de la friture et de la viande.

- Alors ? Comment t’as survécu sans personne à emmerder ? T’as pu faire des trucs ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mar 24 Avr 2018 - 23:03
Elle était fière de son coup, comme le témoignait le sourire qu’elle lui adressait avec une expression beaucoup trop innocente pour ce qu’elle était réellement. Elle n’était pas certaine s’il avait accepté par plaisir ou par dépit que de l’accompagner pour un repas, cependant, maintenant qu’il avait approuvé, elle ne le laisserait pas fuir, quitte à devoir recouvrir son corps d’insectes dans l’idée de l’immobiliser. Elle n’était pas certaine que l’idée soit concluante, toutefois, elle était prête à l’appliquer s’il lui faussait compagnie.

Il se devait de reconnaître que l’Aburame était tenace. Et s’il ne l’avait toujours pas compris, ce serait un apprentissage qu’il serait forcé de faire.

Fronçant les sourcils, elle semblait soudainement plus inquiète. Suzaku avait donc été blessée. Elle hocha donc simplement de la tête, comprenant ce que tout cela pouvait impliquer. Une difficile mission donc qui avait mis l’oiseau dans un sale état. Elle ne pouvait que s’imaginer comment l’homme pouvait se sentir, lui qui semblait bien proche du seigneur des airs.

- T’pourras lui dire d’venir me voir quand il ira mieux ? Ou s’il a b’soin d’quelqu’un pour l’dorloter.

Un sourire agréable alors qu’elle était sincèrement soucieuse de son état. Malgré tout ce qu’on pouvait penser d’elle, elle était tout de même quelqu’un d’assez empathique.

Reprenant finalement son air enthousiasme habituel, elle le suivit donc vers un endroit assez animé. Elle ne comprenait pas en quoi seraient-ils bizarres aux yeux des autres et si tel était le cas, elle n’en avait absolument rien à faire. Or, lui ayant imposé sa compagnie, elle pouvait supporter qu’il choisisse l’endroit où ils se rendaient.

- C’est cumulatif. Un repas par jour d’puis qu’t’es parti.

Lui adressant un clin d’oeil accompagné de son rire, elle se dirigea à pas léger jusqu’à leur destination. Il n’avait pas tort, l’endroit était animé et les gens discutaient de bon train. Allant rapidement rejoindre une table pour eux deux, elle se plaça face à lui, posant ses coudes sur la table pour déposer son visage entre ses mains.

- Puis t’fais quoi d’ton salaire si c’pas d’inviter une adorable Aburame à manger tout c’qu’elle veut parce qu’elle est heureuse d’te savoir d’retour ?

Et voilà qu’elle jouait de son air adorable pour obtenir ce qu’elle voulait, un sourire en coin lui étant adressé. Observant le menu, elle le déposa en face d’elle avant de sortir une pièce de la poche de son vêtement.

- Terrible. J’pensais mourir.

Un nouveau rire alors qu’elle jeta la pièce dans les airs, la laissant retomber sur le menu se trouvant face à elle.

- Mais ç’va, j’ai trouvé d’quoi me divertir. J’me suis pas mal entraînée aussi, surtout en c’qui concerne d’la communication entre mes insectes et moi-même. J’ai passé des jours à observer l’village entier sans même bouger.

Elle avait un large sourire satisfait, l’air de dire qu’elle n’avait pas fait qu’attendre que le temps passe. Elle avait plutôt profiter de ce moment pour améliorer ses propres compétences. Ayant négligée pendant des mois ses techniques claniques pour ne pas impliquer les Aburame auprès du Soshikidan, elle se recentrait peu à peu sur elle-même et qui était-elle.

Sans compter son récent intérêt pour le fuinjutsu. Elle avait décidément besoin d’apprendre à contrôler son chakra.

- Toi ? Ça s’est passé comment ?

Difficile, elle s’en doutait, si elle se fiait sur ce qu’elle avait appris concernant l’état de Suzaku.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Sam 5 Mai 2018 - 13:28
Dans un geste mécanique, je posais la paume de ma main sur le sommet de sa tête dans un geste calme et qui se voulait réconfortant, frottant avec le pouce ses cheveux pendant quelques rapides secondes. Peut-être que d’un œil extérieur, c’était moi qui essayait de rassurer l’Aburame, sauf que dans les faits, cette réaction n’était qu’un message à moi-même. Personne pouvait vraiment comprendre la relation que j’entretenais avec mon compagnon à plumes sans en connaître les détails. J’crois qu’à part Itagami, j’ai jamais vraiment parlé de ça. En même temps, à part s’insulter et s’emmerder, Suzaku et moi n’affichions pas grand-chose. Une petite complicité, peut-être, mais rien de bien flagrant. Je crois.

- J’pense pas que j’vais avoir besoin de ça. Ce débile serait capable d’apparaître, béquilles aux ailes, rien que pour tenter de se faire dorloter. C’est pas quelques blessures qui l’arrêteront de ce côté-là.

Un sourire vint répondre au sien, mais celui qui s’affichait sur ma bouche était bien plus réservé et discret. Inquiet ? Non, quand même pas. Mais effectivement, je réalisais désormais qu’à tout moment, Suzaku courrait autant de danger que moi dans ce genre de missions.

- Tu peux toujours rêver. répondais-je à son petit calcul de ‘’repas par jour d’absence’’. C’est pas que je veuille pas faire plaisir à… comment t’as dit ? L’adorable Aburame ?... c’est juste que si je te fixe pas de limite, tu ruines le restaurant. Et moi au passage.

Je baissais le regard pour fixer un instant le ventre de Kaede.

- Putain mais comment tu fais, en plus…

Une réflexion aussi soudaine que logique, en fait. Enfin, pour la place dans son ventre. J’me disais qu’elle avait des insectes qui crevaient la dalle, et autrement que de chakra, mais bon… 8 dangos bordel.

- J’ai pu remarquer ça, ouais. En fait, même si je l’avais déjà un peu remarqué quand on s’est rencontré, je trouve que c’est assez intéressant comme manière d’utiliser ses insectes. Mais j’avoue pas trop comprendre comment tu maîtrises ça. Tu parles avec les insectes, ouais. Mais quand ils sont loin, tu gères ça comment ? Avec le chakra ?

Comme une extension, en fait ? Ce serait possible. Enfin j’crois. J’en sais rien, je suis pas vraiment comme la plupart des Jônin à maîtriser les clans et les techniques sur le bout des doigts. Le manque d’expérience et de culture. Mais j’pense que je le comble chaque jour un peu plus, y a du progrès.

- Jm’en sors. Mais je m’inquiète bien sûr pour tous les autres. Comme tu viens m’emmerder dès mon arrivée, je suis au courant de rien. Mais peut-être que c’est pas plus mal pour décompresser un peu. J’vais pas rester très longtemps, mais j’pense que tu le savais déjà. On finit de manger et je repars.

Et en parlant de manger, je finis par commander une assiette composé de quelques tempuras et de sushis ainsi que de l’eau. Je redoutais, en revanche, le moment où Kaede allait ouvrir la bouche pour prendre sa commande.

- Pourquoi cet envie d'avoir les yeux partout, d'ailleurs ? Ca te vient d'où ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Sam 5 Mai 2018 - 14:54
Son rire se fit entendre, léger, agréable, cherchant presque à charger l’air un peu lourd qui s’était installé entre eux tandis que le sujet de son oiseau avait été abordé. Elle l’imaginait bien, apparaître mal en point, dans le simple but que de s’attirer des faveurs de celles le prenant en pitié. Du peu qu’elle savait de l’oiseau, cela lui semblait être en tout point son genre. Elle afficha ensuite une moue, bien digne de la jeune femme ayant déjà passé la vingtaine tandis qu’il se refusait de payer les intérêts qu’elle lui avait imposé sans son accord. Non mais ! Croyait-il réellement avoir son mot à dire dans toute cette histoire ? Bon, oui, d’accord, peut-être bien. Surtout qu’il ne s’était agit que d’une taquinerie, le tout offert avec un large sourire moqueur, une façon comme une autre de la demoiselle pour signifier aux autres qu’elle les appréciait.

- J’m’entraîne pas mal t’sais. Puis j’suis en constant développement. Faut bien qu’j’aie assez d’énergie pour supporter tout ça, t’penses pas ?

Bon, il s’agissait surtout qu’elle aimait manger et essayer de nouvelles choses. De ce fait, elle pouvait rarement se contenter d’un seul item sur le menu. Elle se devait de tout essayer, tout ce qui lui semblait intéressant du moins. Mais elle saurait être conciliante. Et gentille. Ne pas trop abuser de l’Akahoshi alors qu’il venait à peine de rentrer au village. Ce serait presque méchant. Elle pouvait bien sûr l’embêter, lui faire croire qu’elle dévaliserait le restaurant, le tout avec son adorable sourire aux lèvres.

Elle le laissa parler tout en réfléchissant à ce qu’elle allait dire. Il avait posé une question intéressante qui se voulait toutefois bien difficile à répondre pour quiconque n’étant pas un Aburame et ne connaissant pas cette réalité qu’était celle de son clan. Elle hocha donc doucement de la tête lorsqu’il lui signifia qu’il ne comptait pas rester longtemps. Elle s’en doutait. Après tout, il venait tout juste de rentrer de mission que déjà elle l’agressait. Elle ne comptait donc pas parasiter sa journée au complet, et ce, quand bien même cette idée-là était-elle intéressante. Au restaurant, elle se contenta de quelques sushis, tout simplement, de quoi la sustenter le temps de sa conversation avec l’homme à peine rentré au village.

- J’veux pas avoir les yeux partout. ‘Fin, c’pas l’but premier, et j’me soucis peu d’l’information qui m’parvient. Disons qu’j’ai un peu… Négligé mes techniques claniques, les insectes, toussa, pendant plusieurs mois, lorsque j’étais en voyage. C’difficile à expliquer, p’t’être à comprendre aussi parce qu’j’suis vraiment nulle pour c’genre de truc. Mais t’vois, c’fut genre l’silence radio, ou presque, pendant plus d’un an, entre mes insectes et moi. D’coup… J’essaie d’rattraper l’temps perdu ?

Elle se gratta la tête, l’air d’essayer de trouver les bons mots pour exprimer ce qu’elle cherchait à lui dire.

- J’ai jamais été douée. ‘Fin, j’suis définitivement pas une Aburame qui rend fière ma famille.

Elle éclata de rire à nouveau, l’air nullement ennuyée par ce fait. Qu’une simple constatation de celle qui n’avait jamais été bonne élève et qui possédait un contrôle assez approximatif de son chakra. Décidément pas de quoi rendre fier sa famille.

- Donc bon, là, j’essaie d’recréer des liens, d’m’habituer, toussa… C’pas tant qu’j’vois au travers eux. C’plus complexe qu’ça. Comme la majorité des colonies d’insectes, ils fonctionnent sur une sorte d’conscience collective. Ils ont tous un but qu’ils suivent sans s’parler, sans communiquer. C’t’a peu près la même chose ici. Une conscience collective dont j’suis la tête pensante. La communication c’fait donc pas par mot… J’te dirais qu’j’les comprend et l’inverse est vraie aussi. Plus par… Sensation ? C’vraiment zarb, en vrai, dit comme ça. Mais bon, c’plus, j’comprends la réalité et c’qui m’entoure d’un point d’vue différent d’la majorité des gens.

Elle lui adressa un regard curieux, l’air de chercher la confusion chez lui ou encore un signe qu’il avait plus ou moins saisit ce qu’elle avait tenté de lui expliquer, maladroitement.

- Puis t’peux pas nier qu’c’utile d’avoir quelqu’un qui voit loin et plein d’choses en même temps, sans avoir à sortir d’village !

Un large sourire accompagna cette déclaration, l’air de dire qu’elle était désormais une ressource nécessaire au village. Certes y avait-il un autre Aburame, ce dernier étant nettement plus puissant qu’elle, mais ça ne l’empêchait pas que de se jeter des fleurs, comme ça, avec son sourire innocent et son regard pétillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Ven 11 Mai 2018 - 16:50
La petite peste Aburame me fit lentement cogiter à propos de ce qu’elle venait de dire. Un air perplexe sur le visage, je la regardais en plissant les yeux. Si je n’avais aucun filtre en ce qui concernait mon passé – ou presque – j’avais appris, avec le temps, que certaines choses ne se disaient pas. En tout cas, pas en public ou avec des gens que l’on ne connait peu, voire pas du tout.

- J’vois. Pourtant tu sembles assez fière de tes insectes, ce que je peux comprendre vu que votre clan est l’un des rares – voire le seul – à pouvoir faire un truc de ce style. Du coup, c’était plus par restriction ou plutôt par envie ? Style, t’es en froid avec ta famille donc tu ignores ce don héréditaire.

Je faisais pour ne pas rentrer dans les détails. J’veux pas qu’elle se braque ou qu’elle parte dans un délire comme elle en a l’habitude. J’essayais subtilement de choper des informations mais c’est vrai qu’avec elle, c’était compliqué.

- Bah. J’ai jamais rendu bien fier ma famille non plus. On s’y fait, non ? Je lui souriais d’un air complice. Ouais j’comprends un peu le délire. J’ai pas étudié les insectes ou quoi mais je visualise. C’est pas mal, je dois avouer que c’est très intéressant.

Les quelques Sushi que j’avais commandé disparaissaient petit à petit de mon assiette. Ils avaient étrangement bon goûts. Bon, déjà que de base je suis pas vraiment des plus regardants sur la qualité de la nourriture – la prison m’ayant quand même bien habitué au minimum – mais alors là, c’était vraiment bon.

Entre quelques bouchées, je réfléchissais toujours à sa capacité. Déjà que les Aburame, ça courait pas les rues, les personnes comme Kaede encore moins. Elle avait énormément de possibilités avec ça. Rien qu’avec le Kyuubu, elle serait prometteuse dans bien des domaines. Mais alors l’unité de renseignement ? Putain elle ferait un malheur. Ce genre de compétence unique, ça fait une grosse différence.

- Shikarai serait intéressé d’avoir quelqu’un comme toi à ses côtés. Enfin, tu peux bosser partout avec une sensorialité aussi originale et développée, mais c’est la première chose qui m’est venue en tête. T’imagine, tu pourrais potentiellement tout détecter ? Par contre, ça doit te coûter du chakra, non ? Ou ce truc de conscience collectif s’occupe vraiment de tout ?

Je crois savoir que les insectes Aburame bouffent le chakra de leur hôte. Mais… comment ça se passe une fois hors du corps ? Aucune idée…

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 13 Mai 2018 - 23:02
C’était quelque chose de particulier qu’elle avait toutefois découvert au sein du village et qui se voulait plaisant. Les gens se montraient curieux plus que dégoûtés. Était-ce tous les villages cachés qui étaient ainsi ou seulement celui-ci ? Est-ce que Shizen y était pour quelque chose ? Ce n’était pas impossible, il semblait important et respecté ici-même, une popularité dont elle pouvait bénéficier en arborant le même nom que lui. Elle ne pouvait nier que ce simple fait l’avait grandement aidé, notamment au tout début, ne serait-ce que parce qu’étant hijin, elle avait eu droit à quelques regards de travers et un peu de méfiance. Toutefois, sa bonne humeur naturelle tout comme sa personnalité flamboyante, en plus du fait qu’elle semblait dénuée de toute malice, avait aidé à effacer ces doutes sur sa personne. La présence d’un autre Aburame avait sûrement dû y jouer aussi.

Elle mangeait tranquillement, ce qui lui permit de rester silencieuse pendant quelques instants, le temps de l’écouter parler. Ou presque.

- Ouaimaisnonencorelàc’pluscompliquéqu’çaj’penseet…

Bon, peut-être devait-elle avaler ce qu’elle avait dans la bouche avant de se lancer dans de longues et épuisantes explications quant à son clan, ce qu’elle savait faire, la capacité de détections de ses insectes et le pourquoi du vide total de la dernière année. Rigolant doucement, ce qui l’amena à s’étouffer légèrement, la forçant à prendre une grande gorgée d’eau, elle vint finalement adresser un large sourire à l’homme, le tout avec les yeux légèrement humides de sa quinte de toux précédente.

- C’pas du tout qu’j’suis en froid avec ma famille, j’les adore même. C’des gens vachement sympas. Disons seulement qu’les gens sont pas super ouverts d’esprits. Pas autant qu’ici j’dois dire. Puis, bon, autant être honnête…

Elle fit mine de réfléchir quelques instants.

- L’kinton, c’méga classe. Le Byakugan, c’t’impressionnant. L’Hyôton, c’super aussi, c’beau en plus. Les insectes ? Ouai, clairement, sur l’échelle de badassitude des techniques, les insectes sont genre dans l’négatif. Ils sont même pas sur l’échelle. Ils sont sous terre. Puis j’peux pas vraiment les blâmer. J’comprends qu’ça peut être dégoûtant, parce qu’c’est des insectes, qu’ils s’trouvent sous ma peau, toussa… Donc bon, dans cette ordre d’idée, j’ai gardé tout ça assez… Secret, j’dirais. J’voulais voyager et m’amuser, pas subir l’jugement d’tous.

Une bien triste réalité qui faisait parti de son quotidien. Si elle se souciait peu du jugement d’autrui, si elle pouvait se l’éviter, surtout lorsqu’elle comptait seulement passer un peu de bon temps, elle le faisait. Bon, l’histoire n’était pas tout à fait vrai alors qu’elle évitait de parler du Soshikidan et du fait qu’elle ne voulait pas mêler les Aburame à tout cela, mais son explication se tenait.

- Puis ouai, quand même. ‘Fin, les insectes s’nourrissent de mon chakra, continuellement, et plus ils sont ehh… Forts, ‘fin, utiles, ou compétents, j’sais pas trop, plus ils en consomment. C’difficile ces p’tites bêtes-là.

Elle rigola doucement.

- Puis ehh… C’qui Shikarai ?

Elle arqua un sourcil, le regard curieux, se demandant ce que ses capacités en sensorialité pouvaient avoir à faire avec cet homme dont elle ne connaissait pas le nom. Elle avait encore beaucoup à apprendre, la jeune Aburame...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Dim 20 Mai 2018 - 16:48
Des capacités plus classes que d’autres, hein ? C’est le genre de chose qui ne traverse pas mon esprit. Jamais. Les apparences, les rumeurs, les jugements… très peu pour moi. Il m’arrivait d’apprécier une technique ou une capacité car elle était pratique et polyvalente, c’est sûr. Pourtant, je n’étais pas non plus un bourreau de travail qui passe son temps à faire des petites analyses techniques dans sa tête. Mais si une seule réflexion devait envahir mon esprit, ce serait un truc du style.

Pour autant, comment ne pas comprendre sa position ? Sa comparaison était assez bien trouvée, d’ailleurs. Si j’avais eu le choix, à un moment de ma vie, entre choisir l’élégance de la glace, la robustesse du métal et le… la… disons l’originalité des insectes, j’aurais penché pour l’une des deux premières options. Du coup, rien qu’avec cette idée-là en tête, ce n’était pas très compliqué de comprendre sa position ; de comprendre sa volonté de se baser sur autres choses que des insectes qui fourmillent dans ton corps.

- C’est clair que vu comme ça… je marquais une légère pause, me frottant le menton, puis haussais les épaules. Ce qui est chiant, avec ta situation, c’est que même si tu devenais Raikage, les gens continueraient à te regarder d’un oeil plutôt perplexe. En tout cas pendant un bon moment.

Mais il fallait tout de même faire une distinction qui devait être soulignée. Car elle n’était pas n’importe où et, au fond, je suis sûr qu’elle l’avait déjà remarqué. Autant, moi je m’en fous un peu de ce genre de détails, mais même avec les autres Kumojins, ça ne doit pas passer inaperçu.

- T’as au moins l’avantage d’être dans le village scientifique par excellence. Ici, les gens seront au mieux fascinés et au pire surpris par une capacité de ce style. Bon... y a toujours des débiles par-ci par-là, mais t’as pigé. Y a qu’à voir la position de Shizen et le peu de critique qu’il reçoit ici.

Après, fallait pas non plus être hypocrite, hein. Sa technique restait franchement bizarre et me faisait me poser plein de questions existentielles tout aussi tordues. Genre, est-ce que ses insectes pourraient avoir tellement faim qu’ils bouffent presque la totalité de son chakra ? Est-ce que ses insectes consomment du chakra, est-ce que c’est elle qui a une grande réserve de chakra ou… Bon, tranquille. J’vais arrêter de me casser la tête là-dessus pour le moment.

- Nara Shikarai. C’est un des membres du Conseil et il apprécie tout particulièrement ce genre de techniques. Ce n’est pas le type qui s’illustre de par sa puissance brute, mais par les techniques qu’il possède et par l’utilisation qu’il en fait. Donc c’est pour ça que j’ai pensé à lui quand tu m’as parlé d’une telle utilisation.

Evidemment, je pouvais pas lui dire qu’il faisait partie de l’unité de surveillance. Encore moins à elle qui vient de je-sais-pas-trop-où à Hi. En bref, je me levais, déposais l'argent sur la table et remettais ma veste en place. J'avais à peine fini ma nourriture mais je devais pas traîner. J'avais pas lâcher Itagami pour passer la journée avec Kaede, après tout.

- Sur ce, j'me tire. Bizarrement, c'était finalement pas si emmerdant de te croiser. Sans réellement sourire, je lui lançais un regard entendu en haussant brièvement le sourcil. J'sais pas trop quand on se reverra. Au pire, on finira bien par se croiser ou un truc du style. Kumo peut être assez petit, parfois.

Attendant éventuellement une conclusion de sa part, je lui fis un petit signe de la tête pour lui dire à la prochaine et disparaissais sans trop tarder. J'étais déjà arrivé pas mal en retard, vaut mieux pas que le Conseil sache que je bouffe tranquillement dans mon coin au lieu de leur faire ce putain de rapport.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mar 22 Mai 2018 - 15:11
Elle se retrouva tout de même à simplement hausser des épaules. Au final, il y en avait tout de même pour apprécier l’originalité de son héritage familial et cette seule pensée l’amena à rougir légèrement, pour une raison ou pour une autre. Les kumojins étaient assez particuliers, de ceux qu’elle avait rencontré, et elle ne pouvait que remercier sa famille de l’avoir pousser à se rendre là-bas plutôt qu’ailleurs. Certes cela lui avait fait presque étrange, que d’avancer dans une direction précise plutôt que de laisser ses pas la mener elle ne savait trop où, toutefois, depuis qu’elle était arrivée, elle n’avait pas été spécialement déçue. C’était déjà ça de gagner au final. Et puis, il soulevait un point intéressant, à savoir qu’elle se trouvait dans un village scientifique, et donc, nécessairement, elle trouverait des gens intéressés par ce qu’elle était en mesure de faire.

- J’sais pas c’que j’préfère entre rat d’laboratoire ou dégoût.

Le rire qui suivit était suffisant pour lui signifier qu’elle n’était pas sérieuse. Comme nombreuses techniques, celles appartenant aux Aburame étaient difficiles à expliquer, ne serait-ce que parce qu’elles concernaient une autre entité qu’elle-même. Elle était dépendante de ses insectes, comme eux étaient dépendant d’elle. Elle se demanda vaguement si cela était de même pour les Inuzuka, ce clan reconnu pour se battre aux côtés d’un chien. Elle en vint à se dire que ça aussi, c’était définitivement plus mignon qu’un chien.

Curieuse quant à qui pouvait bien être le Nara évoqué, elle écouta avec attention la réponse. Un jônin donc, si elle comprenait bien ce qu’il lui disait, par membre du conseil. Shizen aussi y était, si sa mémoire n’était pas trop mauvaise, tout comme Hisao. Ne prenant pas la peine d’écouter toute sa réponse, elle se manifesta avec une question, l’interrompant sur le coup.

- Y’a des femmes dans l’conseil ?

Question toute simple venant de celle qui, jusqu’à maintenant, n’avait entendu que des noms masculins. Elle rigola doucement, le laissant poursuivre, Il était donc plus ingénieux qu’il était fort, quelque chose qu’elle pouvait comprendre. Pour sa part… Elle ne s’illustrait pas non plus pour sa force brute, mais pas plus pour ce qu’elle était en mesure de faire. Elle avait place à l’amélioration, cela ne faisait aucun doute, mais pour ça, elle aurait sûrement le temps. Ou, tout du moins, elle comptait le prendre, ne serait-ce que parce qu’elle ne pouvait pas devenir un génie du jour au lendemain.

Hochant simplement de la tête, elle nota dans son esprit qu’elle tenterait de le rencontrer. Finissant son plat, il en était de même pour l’Akahoshi et il était évident qu’il ne comptait pas s’attarder. Bon, elle ne pouvait pas lui en vouloir, elle l’avait un peu pris de court alors qu’il rentrait tout juste au village de ce qui avait semblé être un mission éprouvante.

- J’m’en f’rais pas trop pour ça si j’t’ais toi. Après tout, au final, j’ai des yeux partout.

Lui adressant un clin d’oeil, elle se leva à son tour, le remercia pour le repas puis retourna vaquer à ses occupations. Elle n’était pas trop certaine de ce qu’elle comptait faire du reste de sa journée, mais elle trouverait bien. Elle ne pouvait après tout pas monopoliser toute la journée le jônin, quand bien même l’idée était-elle intéressante. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Le retour du Seigneur [Ft. Akahoshi Hisao]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: