Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Small talk above a dead body (PV B. Muramasa)


Dim 22 Avr 2018 - 6:12
Depuis des heures, les habitants et visiteurs du domaine Borukan pouvaient entendre depuis la cour intérieure privé du chef du clan des rugissements incessants. Le Borukan y habitant maudissait à répétition les dieux et les cieux de ses échecs répétés. À l’intérieur de sa demeure, les serviteurs longeaient rapidement la cours sans oser regarder trop longtemps pour ne pas croiser le regard du maître des lieux, visiblement furax aujourd’hui.

Dans cette fameuse cours, Akimoto fracassa une pierre du jardin de son énorme poing tout en beuglant une nouvelle fois des insultes à qui voulait bien les entendre. Ruminant, il s’approcha d’une table sous l’arbre unique au centre de la cour sur laquelle était déposé non seulement son traditionnel haori écarlate, mais également une petite besace de cuir marqué d’un étrange symbole, ainsi qu’une épaisse pile de parchemins reliés. L’ouvrage était ouvert sur une page marquée du même symbole que la sacoche et sur celle-ci, une série d’écritures et de schéma. Depuis des jours que le Borukan tentait de déchiffrer les inscriptions qui y étaient dessiné, mais sans succès aucun. Il ne comprenait absolument pas pourquoi, la procédure était pourtant relativement simple…Et Akimoto se croyait être un shinobi au moins suffisamment compétent pour suivre des instructions aussi simples que de concentrer du chakra dans son bras. Il s’empara du petit livre pour le feuilleter de nouveau, une millième fois, peut-être avait-il oublier un détail? Non, impossible, il l’avait tellement consulté, lu et relu, qu’il pouvait pratiquement en réciter le contenu par cœur. Sur la seconde page se trouvait une liste d’ingrédient et ce qui semblait être des formulations ésotériques qui échappait complètement à la compréhension du Colosse. Peut-être était-ce là la clé? Au centre de la page trois cercles étaient dessinés : vert, jaune et rouge. La main du rouquin glissa dans la petite besace et en extirpa une petite boite de verre contenant trois petites sphères arborant exactement les mêmes couleurs.

Songeur un instant, Akimoto rangea le feuillet dans la pochette avec le contenant de verre et enfila rapidement son haori avant de quitter les lieux prestement. Il connaissait une seule personne en mesure de l’aider : son fils. Le Nidaime se dirigea donc instinctivement vers l’Académie, ce lieu que Muramasa chérissait tant. Il se présenta sans annonce au bureau privé du Directeur, mais il y fut accueilli avec froideur par la secrétaire de ce dernier. Même après tout ce temps, elle ne lui avait toujours pas pardonné son retard.
- Hum…ce n’est que vous… lui lança la jeune secrétaire sans le regarder plus d’un instant. Muramasa-sama est absent.
- Et? Où puis-je le trouver? répondit Akimoto sèchement, n’ayant visiblement pas le temps d’animer les caprices de la dame.
- Humm… ajouta-t-elle en feuilletant l’agenda dans lequel elle notait tous les agissements connus du Directeur. Il devrait se trouver à la morgue, au QG du Yamagenzo.
Sans salut, Akimoto tourna les talons pour se diriger à l'endroit indiqué, à l'autre bout du village. Il n'avait pas mis les pieds au quartier général de la police depuis qu'il en avait été le chef. Maintenant qu'il était Kage, il faisait transiter l'ensemble de ses affaires avec la police par ses propres bureau, lui évitant ainsi les déplacements trop nombreux. Y repensant, c'était peut-être là la raison de l'apparition de la protubérance sur son ventre. Il n'était pas aussi actif qu'avant maintenant qu'il était Ombre d'Iwa. De par sa taille imposante, le Nidaime se fraya aisément un chemin à travers la foule jusqu'à sa nouvelle destination, se méritant quelques regards inquiets sur sa route. Les citoyens d'Iwa n'étaient plus très habitué de voir le Borukan circuler comme cela en plein milieu de journée à travers les rues du village.

Une fois au QG, on le dirigea vers les sous-sols de l'établissement où il trouva finalement son fils. En franchissant la porte de la morgue, Akimoto se figea. Non pas dérangé par l'odeur ou la présence de la mort en ses lieux, bien au contraire, mais plutôt par la scène qui s'offrait à lui. Allongé sur une grande table métallique se trouvait le corps blême d'un homme sans vie, les cheveux grisonnants et mi-longs, des brulures entourant ses orifices oculaires, le coup dévié et toujours porteur des marques de son trépas. Son fils était penché au-dessus du corps de Nara Alderan, l'examinant, probablement prêt à l'ouvrir pour découvrir les secrets de son intérieur. Le Borukan se ressaisit aussitôt, chassant l'image troublante de l'exécution de son esprit tourmenté, et il se racla la gorge pour attirer l'attention du médecin légiste qui ne l'avait vraisemblablement pas entendu entrer, trop concentré par son minutieux examen.
- Ah Muramasa! Enfin je te trouve. Je ne te dérange pas j'espère? Tu as quelques minutes?

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Dim 22 Avr 2018 - 20:11





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Small Talk Above A Dead Body
::: PV ::: Borukan Akimoto




♫♪ MUSICBOX ♪♫
Prophet + Crimson Flame





Dans la vie de tout médecin, il y avait des moments plus macabres que d’autres. Notamment, lorsqu’il s’agissait de la mort inéluctable qui touchait tôt ou tard les mortels. L’Iroujutsu avait pour vocation de repousser l’échéance, mais il s’agissait d’un combat contre le goguenard Shinigami usant de malice afin de se repaître à satiété des âmes qu’il désirait ardemment dévorer. Enfin, cela n’était pas vraiment important et y penser ne changerait rien. Ou peut être pas ? En tout cas, Muramasa n’avait pas le temps de songer à ces facéties, occupé par son rôle de légiste. La morgue du Yamagenzô, il commençait à bien la connaître.

Il n’avait pas encore eu l’occasion de s’occuper de ce fameux cadavre, à cause de l’urgence de la situation concernant l’enquête sur un mystérieux personnage. Après ce voyage fort cocasse et riche en surprises au Pays du Vent, il pouvait désormais prendre le temps de s’occuper de cette affaire. Heureusement, le cadavre était soigneusement surveillé et il ne s’était pas envolé. Cela aurait été fort contrariant, mais après toutes les espiègleries effrénées ayant fait rage, le fier Directeur s’attendait à tout. Heureusement que les techniques de préservation des cadavres étaient parfaitement rodées, évitant de retrouver un amas de chair en décomposition et dévoré par les vers.

Après avoir disposé le corps inerte et froid sur la table d’autopsie, Murasama fixa un instant l’énergumène défiguré. Son cou tordu faisait prendre un angle droit inopiné et invraisemblable à la silhouette. Cela était étrange, mais loin d’être surprenant, surtout quand on avait assisté à la scène de son trépas, où un colosse lui brisa la nuque comme une brindille. Il n’y avait plus vraiment de visage, à part une brûlure en forme de main ayant fondu la chair quasiment jusqu’aux os. Une légère odeur de barbecue émanait encore de la viande grillée, pour ne pas dire un peu trop cuite.

Était-il vraiment nécessaire de procéder à une autopsie approfondie après toutes les premières analyses faites sur la dépouille afin d’obtenir des informations concernant ce criminel qui avait été exécuté pour son impudence ? Non pas vraiment, mais pour assurer la procédure, il fallait tout de même conserver l’élégance de se plier à cette formalité. Prenant le dossier, le médecin de l'extrême nota quelques mots, avant de commencer l’autopsie et une nouvelle récolte d’échantillons afin de faire avancer la science. Cause de la mort ? Inscrivant simplement -A contrarié le Nidaime-, avant de laisser échapper un léger sourire malicieux. Était-ce de bon ton ? Peut-être pas. Mais la justesse de l’information était finaude. Il finit tout de même par rayer du bout de sa plume ces encres, afin de conserver l’implexe rigidité de la démarche médicinale. Enfin, faire preuve d’un peu d’humour noir, surtout en travaillant dans cette satanée morgue, n’était que logique, pour ne pas dire nécessaire. Alors qu’il raturait avec attention le papier, un raclement de gorge rauque et guttural interpella le jeune érudit.

Muramasa se retourna, apercevant alors un Immense torse semblant sans fin le toiser ouvertement. Levant alors les yeux, il vu le visage bien connu du Nidaime. Légèrement surpris, il se demanda alors pour quelle raison ce dernier était en ces lieux. En tout cas cela tombait fort bien, car il désirait avoir très prochainement une entrevu avec ce dernier.

“ Nidaime, que me vaux l’honneur ? Je comptais justement vous voir très prochainement. Il y a beaucoup de choses dont j’aimerais m’entretenir avec vous. “ -continuant de raturer machinalement le dossier, en parlant d’une voix solennelle- “ Bien sûr que vous ne me dérangez pas. “

Finissant par poser le dossier et la plume sur le métal de la table, près du cadavre qui ne bougeait pas d’un cil, le médecin regarda le Tsuchikage avec un visage dénotant une certaine curiosité quand à sa visite.

“ Autant de minutes que vous le désirez. Je vous écoute. “ -attendant qu’il lui expose la raison se cachant derrière cet empressement quand à s’entretenir avec le médecin-






_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Dim 13 Mai 2018 - 20:45
Une fois l'attention du médecin légiste obtenu, Akimoto s'invita dans la salle d'examen. Il ne le dérangeait apparemment pas, mais Muramasa était visiblement sur le point de disséquer le Nara. Y avait-il vraiment des secrets à percer sur sa dépouille? Il ne pouvait que s'en douter, mais dans tous les cas, il saluait la rigueur machinale que s'imposait son fils. Akimoto s'approcha jusqu'aux abords de la grande table métallique où la dépouille reposait.
- Est-ce que tu as pu apprendre quelque chose de la dépouille d'Alderan? questionna-t-il d'abord.
Il contempla un instant le corps inerte de son ancien ennemi. Bien menaçant de son vivant, ennemi juré de presque le Yuukan tout entier, il faisait bien pale figure maintenant. À l'image de la mort qu'il avait connue...Ainsi dénudé de son armure et de tout artifice dont il avait pu s'affubler de son vivant, le Borukan réalisait qu'Alderan avait été un homme comme les autres. Peu importe l'intellect qu'il semblait posséder, son corps n'en demeurait pas moins fragile et meurtrit, comme le sien et celui de tout homme. Il n'avait été au final qu'un homme de sa génération, comme lui, bercé par la guerre toute sa vie. Sentant le malaise s'emparer de lui, Akimoto détourna finalement le regard pour se concentrer sur sa requête.
- Je viens à propos de ceci. dit-il en plongeant sa main dans la petite besace Akimichi qu'il portait avec lui.
De la pochette de cuir travaillé, il extirpa le petit ouvrage relié ainsi que le cylindre de verre contenant les trois dragées colorées. Akimoto les posa sur le comptoir métallique adjacent et les fit glisser lentement vers son fils. Le Nidaime ne se prétendait pas être proche de son fils, après tout, il était bien rare que les deux hommes ne conversent en dehors d'un cadre officiel. Mais s'il y avait bien un homme en qui le rouquin avait confiance avec ce petit projet personnel, c'était bien lui.
- Je tente de comprendre les secrets de la technique qui s'y trouve, mais pour une obscure raison toutes mes tentatives ont échoué. J'aurais besoin de ton aide pour comprendre le contenu de ce livre. Plus particulièrement l'effet que pourraient avoir ces pilules d'après leur composition. Les notes de l'ouvrage son flou sur le sujet, et je ne possède malheureusement pas ton expertise en matière de telle concoction.
Le pouvoir des Akimichi, il le connaissait depuis l'apparition du Titan de Shîto. C'est là qu'il avait été confronté à la toute-puissance de ce clan pour la première fois. Ensuite, il en avait confronté les Akimichi d'Iwa, afin de s'assurer qu'aucun d'entre eux n'est le potentiel de devenir un second Titan, ce qui avait mené le Borukan à recruter l'un d'entre eux dans la police du village...Il n'y avait pas vraiment repensé, cherchant plutôt à oublier Shîto qu'à y être confronté, jusqu'à ce que Shuuhei ne lui offre en cadeau une copie du livre de Kumo...C'est en le feuilletant qu'il en avait aperçu les secrets derrière le pouvoir de décuplement du célèbre clan Hijin. Des secrets que s'il parvenait à percer, lui permettrait de véritablement devenir un Colosse, un pouvoir de décuplement lui permettant de protéger Iwa à la hauteur de ses intentions.
- Il va sans dire que ce projet doit demeurer notre petit secret.
En partageant le contenu de ce livre avec Muramasa, Akimoto trahissait déjà une promesse qu'il s'était faite, et qu'il avait faite à son ami le Métaru. L'existence de ce livre secret de Kumo avait toujours été niée par le village caché de son compère. Il ne lui en avait que donné quelques pages, concernant les clans d'Iwa et les pouvoirs de leurs ennemis, en guise de confiance. Mais Akimoto ne pouvait pas abandonner sa fascination envers ces recherches.

HRP:
 


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Lun 14 Mai 2018 - 4:44









::: RP ::: Small Talk Above a Dead Body
::: PV ::: Borukan Akimoto



♫♪ MUSICBOX ♪♫
PIRATES




Le Colosse ne se fit pas prier pour entrer plus en avant dans la salle d’examen où le médecin s’apprêtait à poursuivre quelques recherches supplémentaires sur le spécimen numéro 7458-B, plus communément connu sous le nom de feu Nara Alderan. La question du Borukan était légitime, mais le médecin lui épargnait le jargon médical en découlant, se doutant que le Nidaime n’était certainement pas venu pour prendre des nouvelles de sa vieille Némésis qui mangeait les pissenlit par la racine, ou plutôt contribuait sans le vouloir lui-même à faire avancer la science toujours un peu plus loin.

" Quelques découvertes, mais rien d’incroyable ou de particulièrement surprenant. Enfin, il est toujours bon de disposer d’un Nara particulièrement puissant pour essayer de percer les secrets de leurs Kekkai Genkai. Bien que nous sachions en gros les capacités héréditaires de cette faculté. Je dois poursuivre des recherches plus approfondies, car il ne doit pas être doté de ce seul trait, comme vous devez vous douter. "

Fixant le colosse qui découvrait sans doute que la vocation de médecin était une chose compliquée et demandait énormément de travail et de temps. Du moins, c’était le cas chez la plupart des chercheurs, car Muramasa restait humble sur ses capacités allant bien au delà de ce que l’on pouvait imaginer.

" Vous ne devez pas connaitre les recherches personnelles que je mène depuis plusieurs années. Elles s'avèrent d’ordre… génétique. Enfin bref, aucune importance. Clonages, mutations, et autres chimères ne s’avèrent pas si compliqué, par contre lorsque cela touche au Chakra en lui même, notamment les Kekkai Genkai, cela devient extrêmement compliqué, même pour moi. "

Avouant que la dépouille d’Alderan était une mine d’or, mais qu’il serait compliqué d’en extraire toutes les merveilles et de saisir leur substantiel floraison pour l'intérêt de la science.

Muramasa regardait le Nidaime et cette mystérieuse sacoche qui révéla finalement un étrange livret et un cylindre. Le fier parangon de la Science plissa les yeux, surtout lorsqu’il constatait avec surprise le tube en verre extirpé nonchalamment par le Borukan de la pochette de cuir.

Le géant posait de manière solennelle, lourde de sens, les reliques, les faisant glisser dramatiquement en direction de son fils. Ce dernier les prit et examina en particulier ce que contenait l’écrin translucide. Cela était fort semblable à ce qu’on appelait des pilules de combat, quintessence de l’art de l’Iroujutsu, bien connu des Shinobi médecins. Un air interrogatif se dessinait sur les traits du directeur, se demandant où il avait pu dégoter ça. Ces fameuses pilules ne se trouvaient pas à tous les coins de rue, étant une chose particulièrement importante et jalousement gardées secrètes par les maîtres les ayant créés. Peut-être que le Borukan avait occis un Iryô-nin dans une querelle lors de son expédition au Pays du Feu et avait donc ramené ce qu’il avait sur lui.Peut-être encore s’agissait-il de placebo ou de pilules frelatées, spécialité de ceux n’ayant aucune connaissances dans les arts de l’Iroujutsu, comme ces charlatans et autres chercheur scientifiques jouant à l’apprenti chimiste dans leur grotte. Enfin, cela n’était pas important, car cela sauterait au yeux, si ce n’était même le Nidaime lui même qui confesse la raison de tel sacrilège tenant de l’hérésie.

Muramasa écoutait attentivement le volcan qui lui expliquait qu’il cherchait à percer les secrets se cachant derrière la technique nécessitant ces mystérieuses pilules colorées ressemblant fort à des Dango.

" Et si je perce les secrets de cette technique qui semble énormément vous intéresser, qu’allez vous en faire ? Ne vous inquiétez pas, je sais garder un secret. En outre, ce dont je vous ai parlé auparavant concernant mes recherches, je compte sur vous pour en faire de même. Je vais examiner tout ça, mais avant, discutons un peu. D’ailleurs, en parlant de ça. "


Muramasa croisait les bras en s’éloignant de la dépouille, invitant le Nidaime à le suivre, afin de prendre un rafraîchissement dans la salle plus propice à cela, où une grande table entourée de quelques chaises s érigeait. Il déposa les objets sur le réceptacle, afin d’être plus à l’aise. Ces reliques à étudier n’allaient pas s’envoler, surtout ici. Il y avait un mur recouvert de livres divers et variés, formant une bibliothèque assez grande contenant divers dossiers et autres. Un espace avec un grand bac où le légiste prit la peine de s'arrêter quelques minutes afin de se nettoyer les mains, avec une certaine insistance solennelle, les savonnant à plusieurs reprises et en les repassant sous l’eau. L’expert poursuivit son explication, s'avançant vers la table après avoir terminé le nettoyage de ses dextres.

" Vous souvenez vous de notre conversation dans votre bureau. Je n’ai jamais dis que je cachais particulièrement le fait d’être votre fils. Du moins que je ne le crierais pas sur les toits et resterais discret. J’en ai parlé à quelques personnes, mais je ne pense pas qu’elles ébruitent l’affaire. D’ailleurs ça n’a plus vraiment d’importance, car j’ai prouvé que je pouvais légitimement endosser la direction de l’Académie Hashira depuis les quelques mois où j’ai pris le poste. Je ne dis pas ça car je veux forcement que notre lien soit officialisé, mais je préférais qu’en cas de surprises, les choses soient claires. "


Muramasa appuya sur un Fuinjutsu qui était mystérieusement placé sur le mur de la salle. Akimoto allait alors découvrir le secret de cette marque qui était souvent présente dans ce genre d’antre de la recherche scientifique. Soudain, à peine quelques secondes après que la marque fut activé, la porte scellant hermétiquement la salle s’ouvrit, laissant apparaître un nébuleux assistant habillé en tenue d’Eisei-nin. Ce dernier avançait dans le Sanctuaire, exécutant une inclinaison à quatre-vingt dix degré vers le Tsuchikage, marquant une révérence des plus courtoise, avant de se redresser en se plastronnant fièrement.

" Hajimemashite, Nidaime. Désirez-vous quelques rafraîchissements ? Thé ? Sucreries ? "

" Comme d’habitude, me concernant. "

L’assistant se tournait vers le Nidaime, afin de savoir s’il désirait quelque chose pour se mettre plus à l’aise afin de converser quelques instant sur un sujet moins scientifique, tandis que le médecin allumait une cigarette afin de profiter de cette pause dans son travail, avant de se pencher sur le cas du Volcan.





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Small talk above a dead body (PV B. Muramasa)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: