Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Equipe 8] Ca faisait un moment


Dim 22 Avr 2018 - 12:39
Le retour s’était fait plutôt calmement. Je me suis séparé assez rapidement d’Itagami en raison de mes obligations vis-à-vis du Conseil, et je n’avais rencontré sur la route que cette peste d’Aburame qui m’a pris dans une sorte d’embuscade alors que je venais à peine de poser le pied dans le village. Franchement, on est en sécurité nulle part.

Enfin, quoi qu’il en soit, si le retour était calme, mes obligations n’empêchaient de faire ce que je voulais lors de mon premier jour à Kumo. Cela dit, il y a des choses plus importantes que des rapports, aussi cruciaux soient-ils. Ma première question en arrivant devant la secrétaire du Raikage, c’est de me faire un rapport sur les ninjas étant revenus de leur mission. Et heureusement, dans un soupir de soulagement mais aussi de fierté, je constatais que Raizen et Asami étaient sains et saufs, me permettant de continuer à bosser l’esprit tranquille.

Le lendemain, cependant, après un nouveau Conseil durant la matinée, je me suis décidé à aller les retrouver. Fallait que je prenne de leurs nouvelles et puis, j’avais certaines choses à leur partager, aussi. Marchant jusqu’à chez Asami – qui habitait d’ailleurs avec Raizen d’après ce que j’avais compris – je me retrouvais alors devant une porte à laquelle je toquais quelques fois, attendant finalement que l’on m’ouvre, me laissant poser le regard sur l’un de mes élèves.

- Oi… je marquais une petite pause. Ca fait plaisir de vous revoir.

La phrase fut simple, terriblement simple. C’était typique de mon caractère, mais aussi un effet secondaire de la prison. Même des gens vers qui j’avais pu me rapprocher énormément… jamais il me viendrait en tête de m’excuser ou de me dire que j’aurais dû donner des nouvelles. Bon… en l’occurrence, j’avais envie de les prévenir, mais Suzaku n’était plus en état de voler convenablement, ce qui avait compliqué les choses.

- Si vous avez un peu de temps, j’aimerais bien vous inviter à un restaurant pas loin. Je pense qu’on a certaines choses à se dire et puis… je vous dois bien ça pour le bon boulot que vous avez fait à Hi et Kaze. Je paye, bien sûr. Je suis un minimum civilisé. dis-je un discret sourire aux lèvres alors que je m’éloignais d’un pas de la porte pour les inviter à me suivre.

Je m'y attendais pas trop mais... je me sentais rassuré de les retrouver. C'était une chose de les savoir envie, mais les voir de face, c'était... mieux. Pas d'entraînement cette fois, juste un repas. Pas de combat, juste des discussions. Et pourquoi pas ? Une équipe, c'est pas faite que pour s'entraîner, non ? Bah... j'emmerde les standards, de toute façon.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Dim 22 Avr 2018 - 17:33
Tranquillement, elle se remettait. Peu à peu, sa peau commençait à retrouver une teinte normale à la hauteur de sa poitrine et de son dos, tout comme son genou qui se portait mieux. Le pire restait sûrement son bras, qui jouait de plus en plus sur sa patience. Elle avait recommencé à mieux dormir, aussi. Le fait que d’apprendre que son sensei était rentré en vie fut suffisant pour lui enlever un lourd poids qu’elle n’avait pas remarqué porter, n’ayant jamais été confrontée à de l’inquiétude par le passé. Il y avait aussi la présence du Meikyû, qui se voulait aussi agaçante que rassurante, qui l’avait peut-être (et elle insistait sur le peut-être) aidé à mieux dormir. À quelque part, elle se sentait pathétique, réellement, elle qui n’avait jamais eu besoin de rien ni personne. Et pourtant, elle se complaisait dans sa présence, tout autant qu’elle craignait le jour où il lui remettrait tout cela au visage.

Assise sur son sofa, à défaut de pouvoir réellement passer du temps dans son laboratoire, elle tenait dans une main un livre qu’elle lisait distraitement. Elle n’était pas particulièrement concentrée, cependant, c’était toujours mieux que de ne rien faire. Vu l’état dans lequel elle avait mis son laboratoire, la dernière fois qu’elle y avait mis les pieds, elle s’était dit que mieux valait qu’elle récupère un peu plus avant d’y retourner. Tranquillement, tout en lisant, elle déplia puis replia les doigts de sa main droite, constatant avec une pointe de désespoir que ses gestes étaient toujours aussi difficiles, mais surtout, toujours aussi engourdis.

Et pourtant, le matin même, elle était passée au complexe scientifique, s’étant arrêtée pour quelques examens de routine quant à son état. Les médecins lui avaient assuré que sa condition s’améliorait et que, d’ici peu, elle retrouverait l’usage de son bras. Elle ignorait ce qu’ils avaient cru voir, ne serait-ce que parce qu’elle, de son côté, ne voyait aucune différence. Terrible constat pour celle qui ne tolérait pas l’inactivité, et y était désormais contrainte. Et puis, ce n’était pas comme si son colocataire ne se gênait pas pour lui rappeler qu’elle se devait de se tenir tranquille. Elle était convaincue qu’il y prenait un malin plaisir quant à retourner le couteau dans la plaie, et ce, quand bien même se montrait-il avenant vis-à-vis d’elle.

Quelques coups se firent entendre, surprenant la demoiselle dans sa lecture. Levant la tête, elle attendit de voir si l’homme avec qui vivait-elle allait réagir.

- Raizen, il y a quelqu’un à la porte.

Certes, elle aurait pu y aller. Cependant, alors qu’elle était contrainte au repos, chose qu’il semblait lui avoir imposé sans lui demander son avis, elle n’allait pas se gêner pour parfois en abuser. Cela aurait été beaucoup trop lui demander.

- Tu sais, je dois me reposer…

Un rire suivit ses paroles alors que ce dernier apparut finalement, se dirigeant vers la porte pour l’ouvrir sur nul autre que son sensei. Entendre la voix de ce dernier fit du bien à celle qui avait été tout particulièrement soucieuse de son état, et ce, depuis qu’elle avait vu Rei apparaître au pays du feu. Se levant finalement, elle était plus que partante pour ce qu’il proposait. Et puis, du temps, elle n’avait que ça, pour le moment. Même à l’institut, elle avait été reléguée aux rapports, à défaut de pouvoir participer.

- Cela fait plaisir de te revoir aussi.

Un agréable sourire sur les lèvres, qui aurait pu être bien digne des masques qu’elle arborait aux quotidiens, il y avait quelque chose de plus sincère. Un réel soulagement. Elle en vint cependant à se demander comment est-ce que le Yamanaka avait été en mesure de s’enfuir. Elle verrait à un autre moment, pour l’instant, ce n’était définitivement pas ce qui était important.

Enfilant une paire de hautes bottes et déposant une veste légère sur ses épaules, elle sortit de l’appartement, laissant ainsi le plaisir à Raizen que de verrouiller derrière eux. Sa démarche était plus assurée que lorsqu’elle était rentrée, et ce, quand bien même devait-elle encore supporter l’atèle à son genou, de quoi la soutenir et lui éviter des complications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 22 Avr 2018 - 18:08


En entendant la voix d’Asami lui indiquer qu’il y avait quelqu’un à la porte, Raizen arqua un sourcil avant de les froncer. Sincèrement, le fait qu’elle ne soit pas en bonnes conditions n’aidait jamais Raizen. Que ce soit lorsqu’elle avait vraiment besoin d’aide ou de repos ou quand elle n’en avait pas besoin, celle-ci s’assurait toujours d’aller à l’opposé de la raison et d’utiliser Raizen pour faire des trucs éphémères comme répondre à la porte. Soupirant de découragement, le jeune Meikyû eut un léger sourire aux lèvres alors qu’il se dirigeait vers la porte. Ce dernier eut l’heureuse surprise de voir Hisao en un seul morceau. Mieux encore, son visage de Casanova n’était pas défiguré.

-Oy Hisao, content de voir que tu es aussi revenu en un morceau.

Étant déjà préparé, Raizen s’apprêtait à sortir pour prendre l’air. Ainsi, le synchronisme de son chef d’équipe était impeccable. Attendant patiemment qu’Asami les rejoigne, Raizen ne put s’empêcher de noter le visage un tantinet plus frais qu’elle présenta en voyant Hisao. Celle-ci semblait vraiment s’être inquiétée, chose qui le rassurait et le faisait rire. Après tout, qui aurait pu croire qu’un jour que cet individu aux multiples masques pouvait s’inquiéter réellement pour les gens ? Gardant cette pensée pour lui-même, ils entamèrent le chemin vers le restaurant qui leur était inconnu. Raizen espérait simplement que ce ne serait pas le fameux Izakaya dans lequel il avait consommé un peu trop d’alcool avec Asami. Après tout, il aimait bien Hisao, mais jouer à ce jeu en compagnie de celui-ci risquait d’être dangereux...quoique, ce serait possiblement intéressant. Gardant cette idée en coin de tête, Raizen n’avait même pas pris le temps d’aider Asami à marcher tandis que celle-ci paraissait presque convaincante.

Préférant la laisser se débrouiller, il savait pertinemment que la capacité de marcher et de faire des efforts risquait de l’aider à guérir. Après tout, il y avait une limite au repos, chose qu’il n’hésita pas à lui chuchoter à l’oreille.

-Il me semblait que tu devais te reposer...

Gardant un léger rire pour lui-même, il reporta son attention sur le guerrier aux dreadlocks

-J’ai hâte de savoir comment ta mission s’est passé Hisao.

À vrai dire, Raizen aurait aimé pouvoir le féliciter pour sa mission, mais il n’avait aucune information sur celle-ci. Ainsi, il lui était impossible de se prononcer avant d’entendre un minimum ce qu’il s’était passé. Malgré tout, une partie de lui se privait de taquiner Hisao en compagnie d’Asami. Autrement, il lui aurait probablement demandé s’il était venu leur annoncer un mariage quelconque. Après tout, Raizen voulait voir s’il était en mesure d’étirer ce sourire discret.

-D’ailleurs, on va dans quel restaurant ?

Se demandant soudainement ce qu’ils allaient manger, le jeune homme espérait qu’ils aillent dans un bon restaurant pour que tous reprennent des forces tout en étant en mesure de se reposer. Après tout, même si de nombreux jours étaient passés depuis les événements, tous avaient besoin de nutriments pour se renforcer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 24 Avr 2018 - 22:18
A première vue, tout semblait aller bien pour eux. Ca ne me surprend même pas, mais je dois avouer que je suis soulagé de les voir à mes côtés après tout le récent bordel. Pas une seule zone n’avait été épargnée. Pas une seule. Ame avait été l’antre de ninjas à la puissance démesurée, Hi a abrité l’élite du Soshikidan en plus de devoir subir l’intervention de l’Homme au Chapeau et Kaze a vu l’apparition d’un dieu-démon… Et pourtant, chacun de nous était bien là pour en parler.

- On va au Yakitori, un restaurant de grillades. Je connais pas encore très bien vos goûts mais on pourra manger un peu de tout, là-bas. Et puis, ce sera plus convivial qu’un gros restaurant et plus intéressant qu’un bar.

Comme je l’avais annoncé, on avait eu seulement quelques minutes de marche à faire pour découvrir le Yakitori. Un bâtiment assez vaste, construit dans un bois travaillé et illuminé de diverses lampes de couleurs. La fumée se dégageait du toit, mais une agréable odeur de nourriture pouvait se faire sentir alors que quelques mètres à peine les séparaient du bâtiment.

A l’intérieur, l’agencement offrait des grills autour desquels s’asseoir. C’était très rustique, mais on ne pouvait nier qu’on se sentait immédiatement à l’aise, comme si on était isolé dans un parc. Je les invitais à s’asseoir autour de l’un des fours tandis que je commandais quelques boissons.

- Bon… je m’asseyais, posant mon Kiseru refroidi sur la table et posant mes coudes contre la table. J’suis soulagé de vous revoir en bon état. J’voulais envoyer Suzaku pour en apprendre plus sur vous mais il a été pas mal blessé. Rei a été une vraie saloperie à gérer. Vous êtes rentrés récemment, d'ailleurs ?

Mon regard se détourna pour observer logiquement Raizen, qui avait soulevé la question.

- Ma mission était de découvrir des informations clés sur l’homme au chapeau et son réseau. On a réussi, mais on a pas été loin de se faire attaquer par ce gars. Il a sauvé Rei à la dernière seconde, ce qui nous laisse deux mecs effrayants dans la nature. J'appelle pas vraiment ça une réussite. Pas quand à côté, y a un truc pareil.

Mais bon... l’Homme au chapeau... Ce type - du peu que j’en aie vu et d’après les rapports - était tout simplement monstrueux. J'sais pas comment on allait le gérer... Mais pour le moment, une étape à la fois. Surtout que le serveur venait prendre nos commandes.

- Prenez ce que vous voulez. Au pire, vous aurez ma pauvreté sur la conscience ; poignardés par mes propres élèves. Mon regard amusé se dirigea vers le serveur. Pour moi, un de vos ensembles de viande grillée et un bol de riz.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mar 24 Avr 2018 - 23:51
Parce que l’abruti ne pouvait se retenir ne serait-ce que quelques instants un commentaire qui n’avait que pour effet de venir la provoquer, elle lui décrocha un regard agacé, ne souhaitant pas relever l’état de ses blessures. Pas pour le moment. Si elle n’avait pas eu le choix de les partager à son coéquipier, notamment parce qu’ils vivaient ensemble, elle espérait presqu’elle aurait le temps de s’en remettre d’ici un prochain entraînement avec son équipe. Elle se voilait certainement la face, son bras n’étant pas prêt de se rétablir, cependant… Elle se nota que de les évoquer, éventuellement, lorsque la situation s’y prêterait. Si elle ne voulait pas l’inquiéter… Elle se surprit à ressentir une pointe de culpabilité à l’idée de lui mentir.

Elle accompagna donc les deux hommes jusqu’au restaurant qui, bien heureusement pour elle, n’était pas bien loin. Prenant place finalement autour d’un grill, elle eut presque envie de rire alors qu’il les désignait comme en bon état. Il était vrai qu’elle semblait l’être, ses blessures recouvertes de ses vêtements. Si ce n’était pas du subtil tremblement de sa main blessée qu’elle ne parvenait pas à contrôler.

Savait-il seulement que Rei était apparu avec l’Homme au Chapeau au pays du feu ? Oui, sûrement. Il avait dû lire les rapports.

- Il y a peu. J’ai été la première à rentrer de nous trois.

Et elle avait passé ses premières heures et sa première nuit au Complexe Scientifique tandis qu’un médecin s’occupait de ses côtes. Elle comprenait un peu mieux comment l’Akahoshi avait pu se sentir à leur rencontre. Elle s’était énervée et avait piqué une crise pour qu’on lui permettre de se reposer chez elle plutôt qu’entre les murs trop blanc de l’hôpital. Bon, ce n’avait pas été réellement une crise, disons seulement qu’elle avait longuement plaidé sa cause.

Écoutant son récit, force était de constater qu’aucun d’eux n’avait été épargné de complications sur leur mission initiale. La remarque de l’homme concernant leur repas lui arracha un rire tandis qu’elle opta pour une assiette de viandes diverses et de légumes. Sa fine silhouette demandait tout de même une attention particulière et de l’entretien.

- Nous n’avons pas pu les arrêter à Hi, lorsqu’ils sont apparus.

Le Yamanaka et l’Homme au Chapeau.

- La situation avait déjà dégénéré à un point tel que je pense que nous n’avons pas tous compris ce qu’il s’était réellement passé… Et donc, nous avons eu pour ordre de fuir dès lors nous avons constaté qui se trouvait devant nous.

Elle n’aurait pas pu participer à l’affrontement, de toute, s’il y en avait eu un. Son armure étant rapidement devenue un piège avait manqué de se montrer fatal. Elle allait vraiment devoir s’attarder sur l’amélioration de sa marionnette. Une fois serait-elle en mesure de faire quelque chose de son bras blessé. Elle avait perdu beaucoup de dextérité dans ces derniers jours.

Son regard s’attarda quelques instants sur le Meikyû, l’air incertaine, avant qu’elle ne pousse un soupire. Si elle ne disait rien il ne manquerait pas de s’interposer dès lors commenceraient-ils à s’entraîner. À quelque part, elle se doutait que cela ne saurait tarder, pas avec tout ce qu’il se passait au travers tout le Yuukan à l’heure actuelle. Ils étaient face à des ennemis de taille.

- Parlant de ça, je pense qu’il est nécessaire de souligner que je ne suis pas en… Si bon état que ça. Rien de dramatique, hein. Mais je suis au repos forcé.

Un sourire en coin à sa dernière phrase qui chassait son agacement vis-à-vis de sa situation, elle vint à nouveau rencontrer le regard de celui qui l’y avait plus ou moins forcé. Vivant avec lui, il ne lui en avait pas laissé le choix. Son regard se porta ensuite sur sa main blessée, cette dernière ayant toujours cette sensation d’engourdissement qui ne la quittait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 25 Avr 2018 - 1:50

Acceptant la proposition d’Hisao vers ce tout nouveau restaurant, il était soulagé de ne pas aller dans le même endroit qu’il avait visité pour une première fois avec sa coéquipière. Sachant pertinemment que ce lieu aurait tôt fait de leur rappeler de bons comme de mauvais souvenirs, il se contenta d’entrer, sourire aux lèvres. S’asseyant confortablement autour du four, il contempla leur menu tout en écoutant d’une oreille concentrée la conversation qui venait de commencer. Aimant être le dernier à parler pour mieux écouter et mieux comprendre, Raizen se faisait un malin plaisir à faire des liens entre les divers événements. Il se demandait comment l’homme au chapeau avait pu se rendre entre les deux endroits à une vitesse aussi élevée. Étaient-ils plusieurs ? Peu probable compte tenu des autres informations qui ne tardèrent à sortir.

En venant simplement à la conclusion qu’ils avaient affaire à des monstres, il oublia rapidement tout ceci au moment où Asami annonça qu’elle n’était pas dans le meilleur des états. Lui offrant un regard semi-taquin, semi-interrogateur, il la trouvait courageuse d’admettre un tel phénomène surtout qu’à la base, elle ne voulait pas en parler. Trouvant les deux membres de l’équipe mignon sur le coup, il fut surpris de sa pensée, mais se contenta d’échapper un doux sourire avant de commander un simple plat.

-Un ensemble de viande grillée, de volaille, du riz et des légumes.

Son plat pouvait sembler excessivement protéiné. Pourtant, Raizen suivait un régime assez strict qui était en lien direct avec son entrainement. Si on veut, son objectif n’était pas forcément de prendre de la masse, mais bel et bien de gagner en force. Pour ce faire, il devait manger une quantité excessive de protéine. Variant ainsi entre les effets que pouvaient lui procurer les deux types de viande, il évitait de consommer trop de viande rouge afin d’avoir une certaine stabilité.

-J’ai été le second à rentrer, mais de mon côté aussi on s’est pris tout un adversaire, une des disciples de l’homme au chapeau pour faire différent.

Soupirant légèrement, il baissa son regard afin de prendre la parole avec une certaine lueur dans ses iris.

-Moi qui pensais que quitter Kumo ferait changement, j’ai été accueilli par le poison le plus violent que j’ai pu vivre dans ma vie.

Ayant pris quelques prélèvements sanguins pour Asami, il comptait les lui offrir au moment opportun. Or, il préférait les garder pour analyse le temps qu’elle se repose et soit suffisamment en forme pour travailler sur le moindre projet d’envergure. Après tout, les ayant gelés dans un laboratoire, le tout n’était pas prêt de se dissiper.

-Comme si ce n’était pas assez, elle manipulait le son suffisamment pour manipuler les gens par la parole et ça c’est sans compter la bête qu’elle a libérée et qu’il a fallu sceller...

Racontant l’histoire comme s’il n’avait pas été présent, Raizen faisait preuve d’une légère touche humoristique pour faire différent. Après tout, ils avaient tous connu un moment difficile et bien que ceux à venir étaient pire, il valait mieux en rire avant qu’il ne soit trop tard.

-Sachant que Katenshado a disparu et que la disciple vaincue aussi, je dirais que la nôtre s’est soldée en demi-victoire.

Se mordant la lèvre en repensant à cet échec terrible, ils avaient sacrifié de dangereux criminels pour sceller une bête qui valait plus ou moins certains membres du quatuor meurtrier.

-Ça fait donc, 4 dangers potentiels en liberté et 1 scellé. Mais bon, j’ai de la misère à comprendre comment l’homme au chapeau a pu sauver Rei et apparaître à Hi en aussi peu de temps...

Ne connaissant pas forcément les détails par rapport à la temporalité, il tenait à souligner que quelque chose était louche. Était-il en mesure de se déplacer aussi vite dans le temps ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 27 Avr 2018 - 22:23
Il était évident que ce n’était plus des gamins. Ce n’était pas non plus les Genins que j’avais recueillis, bien au contraire. Comme je l’avais suspecté, ils ont eu une progression fulgurante et sont devenus aujourd’hui des ninjas à part entière de Kumo. Je crois pas y être pour grand-chose. Ils sont naturellement doués, je n’ai eu qu’à leur dire d’aller dans une direction et ils ont fait le reste tous seuls.

- Le problème des missions, c’est qu’on peut jamais vraiment savoir sur quoi on va tomber. J’aimerais bien m’excuser, mais c’est la réalité. Parfois, on tombe sur des connards ingérables. Et on en a malheureusement besoin. Sinon, on finit par crever contre plus fort que soi.

Mon regard se posa cependant sur Asami. Je savais être pragmatique et lucide, mais fallait pas déconner. Ce discours se tenait pour nous rassurer et parce qu’il était dit dans un contexte où personne n’a été gravement blessé.

- Désolé pour ça. Vraiment. J’sais pas si Rei en est responsable mais il a participé au chaos, donc j'me sens un peu coupable... C’est des adversaires qui, malheureusement, ne doivent jamais s’en tirer. Mes yeux se portèrent cette fois sur Raizen. Ca m’étonne aussi, mais quand je vois à quelle vitesse l’Homme au chapeau a sorti Rei du champ de combat, j’suis même plus étonné.

Car si Rei avait presque sacrifié son kuchiyose pour résister au choc de ma frappe, c’était bien cet homme mystérieux qui l’avait sauvé avec une facilité déconcertante.

- Repos forcé. A quel point ? Qu’est-ce que ça veut dire cette connerie ?

Je m’inquiétais un peu de son état, mais bon, elle semblait bien aller malgré tout. Ca devait être gênant, mais pas problématique. Du coup, alors qu’on recevait la viande au bon moment, il était temps pour moi de passer aux bonnes nouvelles.

- Bon, ça, c’était pour les plaintes. Maintenant, j’ai quand même quelque chose à vous dire. Déjà, j’aimerais que vous sachez que je suis fier de vous. D’avoir participé – même un peu – à votre développement sur l’aspect shinobi, mais aussi sur l’aspect personnel.

Je marquais une pause, fouillant dans un sac que je trimballais, puis sortit deux gilets. Je les exposais d’abord silencieusement avant de regarder le regard de chacun de mes élèves.

- Mes félicitations. Vous êtes désormais tous les deux Chûnins de Kumo. Vous le méritez pour vos progrès, votre comportement et votre niveau. C’était quelque chose qui se rapprochait, mais les récents événements ont confirmé notre opinion.

En tournant la viande qui se trouvait sur le grill, je leur accordais un sourire sincère, bien que toujours plutôt discret. Ca ne se voyait pas trop, mais j’étais fier d’eux.

- Pas besoin de l’exhiber partout. Le mien on le voit à peine, après tout. Mais c’est ce truc qui prouvera que vous êtes chûnins. Et bien sûr, j’veux pas entendre de plainte. Vous vous démerdez pour le coller à votre style vestimentaire.

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Akahoshi Hisao le Ven 27 Avr 2018 - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Ven 27 Avr 2018 - 23:07
L’Homme au Chapeau semblait être derrière bien des choses. Une menace qu’il ne fallait donc pas prendre à la légère. Une raison de plus pour ne pas rester inactive trop longtemps. Elle se devait de faire des progrès, et ce, rapidement. Et donc, de ce fait, elle ne pouvait rester assise les bras croisés, et ce, quand bien même son corps avait-il besoin de repos. Elle se contenta finalement de secouer légèrement la tête, ajoutant à ça un vague signe de main, l’air de dire à son sensei de ne pas s’en faire, qu’il n’avait pas à s’excuser. Ceux étant apparus dans le palais seigneurial semblaient plus que fort. Une puissance hallucinante.

- À quel point ? Je ne sais pas, demande à lui, c’est son ordre.

Elle désigna son coéquipier d’un signe de tête avant de rire doucement. Bon, les docteurs lui avaient très bien fait comprendre qu’elle se devait de se tenir tranquille, mais il était plus difficile de désobéir alors que son colocataire se faisait un plaisir de retourner le couteau dans la plaie en lui rappelant ses blessures.

- Mais rien de bien important. Mon genou se remet tranquillement, j’ai eu trois ou quatre côtes brisées qui ont été soignées rapidement. Sinon… Qu’un problème qu’ils disent comme étant nerveux à mon bras droit. J’ai perdu pas mal en dextérité et en motricité, mais il paraît que ça devrait revenir.

Elle avait adressé tout cela sur un ton léger, de quoi donner une bonne idée à son sensei de sa forme actuelle, ne serait-ce que parce qu’elle ne voulait pas lui mentir (ce qui était assez ironique compte tenu qu’elle mentait comme elle respirait au quotidien) mais aussi parce qu’il s’agissait de l’information pertinente quant à ses capacités actuelles. Des informations que les membres de son équipe devaient savoir. Il était toutefois évident que la dernière partie, concernant son bras, l’embêtait plus qu’elle n’osait le dire.

Passant toutefois à autre chose, ne souhaitant pas s’étendre sur le sujet, ne serait-ce que parce qu’elle était en vie et un minimum en santé, elle plaça de sa viande sur le grill, accompagné de quelques légumes. Elle écouta tout de même avec attention ce qu’avait à dire Hisao, qui semblait avoir quelque chose d’important à leur partager, ce qui ne pouvait qu’attiser sa curiosité.

Il ne fit pas traîner les choses trop longtemps. Après avoir souligné leurs progrès à tous les deux, qui était frappant, elle ne pouvait le nier, vint finalement la promotion. Raizen et elle-même étaient désormais des chûnins du village. Son sourire s’étira alors qu’elle voyait là de nouvelles opportunités. De nouveaux horizons. Plus de responsabilités, oui, sûrement. Mais il lui serait très certainement possible de faire plus, avec ce grade, qui se refléterait sûrement sur son travail au sein de l’institut.

- Mais c’est moche.

Un rire se fit à nouveau entendre de sa part alors que l’Akahoshi avait précisé ne pas vouloir entendre de plainte. Raison de plus pour qu’elle en exprime une, le tout avec un sourire amusé, alors qu’elle attrapait le gilet qui lui était tendu.

- Merci. Puis tu as fait plus qu’un peu y participer, ne néglige pas l’impact que tu as eu dans tout ça.

Un sourire agréable, rassurant, alors qu’elle ne mentait pas. Cette équipe lui avait permis, en quelque sorte, d’apprendre à travailler avec autrui, de porter sa confiance sur autre personne pour aller plus loin. Quelque chose de particulier pour celle qui ne s’appuyait d’ordinaire jamais sur les autres.

- C’est sans compter tout ce que tu as pu m’apprendre au sujet de mes techniques et de mon style de combat.

Elle avait progressé, grâce à lui, et aussi grâce à Raizen, trouvant de nouvelles lacunes à sa façon de se battre pour venir pallier davantage à ses faiblesses. À chaque jour, elle devenait de plus en plus une kunoichi accomplie, mais surtout, de plus en plus redoutable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 28 Avr 2018 - 2:49


Écoutant son chef d’équipe parler, Raizen était fier de voir celui-ci dans une position aussi intéressante. Après tout, depuis le début cet homme avait grandement appris et changé. Il pouvait le sentir à travers sa manière d’être, son style de communication et surtout son confort avec ceux-ci. Dès la première journée, l’équipe n’avait pas cessé d’évoluer, chose qui rendait Raizen plus que satisfait. N’aimant pas le sentiment de stagner, Hisao avait su tout faire sauf les ralentir, leur permettant ainsi de canaliser leur énergie et leur talent dans la bonne direction. Agissant ainsi comme un mentor idéal, c’était assez comique pour le kumojin d’observer celui-ci sous un angle un peu plus émotionnel. Il semblait ressentir de la culpabilité face à l’état d’Asami. Or, il n’avait pas à s’en faire puisque tout le monde était sur le cas. Asami négligeait peut-être l’impact de sa blessure sur sa propre personne. Or, le tout était bel et bien dangereux et si elle ne le prenait pas au sérieux, elle risquait tôt ou tard de regretter de ne pas avoir suivi leurs conseils.

Se contentant ainsi d’un bref clin d’œil pour rassurer Hisao, le repos forcé n’était pas une blague. Après tout, depuis qu’il n’avait plus de lit, il était plus ou moins obligé de veiller sur elle... lorsqu’il était à la maison.

Toutefois, la plus grande surprise était nulle autre que leur promotion respective au rang de chunin. Sur le coup, Raizen eut la même réaction qu’Asami, dévisageant promptement les vestes. Qui avait choisi le style vestimentaire des chunin du village ? Soupirant, il se disait que c’était un mal nécessaire à son ascension au rôle de Jonin. Après tout, c’était une des conditions nécessaires pour lui permettre d’avoir accès au livre de Kumo.

-Même si les vestes sont laides, je tiens quand même à te remercier comme Asami.

Lui faisant un clin d’œil, Raizen poursuivit d’un ton un peu plus taquin.

-Même si nous ne sommes pas toujours les élèves les plus faciles à supporter, je pense que nous avons tous pu apprendre sur nous-mêmes au contact des membres de l’équipe 8 et je pense bel et bien que nous sommes une belle équipe.

Y pensant depuis un bon moment, il savait qu’il était dorénavant apte à prendre une équipe en charge. Toutefois, il préférait attendre d’avoir une équipe en qui il aurait une profonde affinité avant de devenir chef d’équipe. De ce fait, tout ce qui concernait l’équipe 8, c’était différent.

-Par contre, j’aimerais aussi souligner le fait que même si nous sommes Chunin, je ne compte pas prendre d’équipe en charge pour le moment. Je ne sais pas vraiment quelle est votre position par rapport à tout cela, mais je pense que nous faisons une belle équipe et que nous pourrons possiblement continuer à être une équipe.

Haussant les épaules, il proposa le tout comme si de rien n’était. S’attacher n’était pas dans son habitude. Toutefois, ne pas admettre qu’il préférait préserver ce cercle vertueux de motivation et de croissance serait mentir. Après tout, Raizen voyait cette équipe comme un tremplin vers ses objectifs et il pensait fermement qu’ils étaient du même avis. À voir... Pour le moment, sa viande qui brûlait était la priorité.

-Mince, on dirait presque Asami qui cuisine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 5 Mai 2018 - 15:42
Souriant, puis lâchant un petit éclat de rire, je secouais la tête de dépit en regardant chacun d’eux. Ils ne se sont pas trop plaint, mais quand même un peu. Et ce, malgré mes avertissements. Qu’est-ce que vous voulez, ils sont plutôt ingérables dans ce genre de situations. Mais bon. J’imagine que ça fait une partie de leur charme. Une partie seulement, faut pas déconner non plus.

- Oi, ils sont pas laids. C’est votre tenue qui s’accorde pas à ce gilet.


Prenant une petite bouchée de viande, je regardais Raizen qui poursuivait sur la lancée d’Asami, à savoir une mise en avant de l’équipe 8 et des progrès de chacun. Etonnamment, ça me faisait plaisir de les voir enthousiastes vis-à-vis de tout ça. Ce n’est pas comme si on était mal parti, mais ils avaient leur caractère – que je cerne toujours pas super bien, d’ailleurs.

- Vous avez votre façon d’être, et ça me dérange pas vraiment. J’pense que j’arrive plus ou moins à m’adapter à chacun de vous, même si je reste plutôt mauvais dans ce genre de choses. Et puis, l'air de rien, vous faites des efforts.

J’amenais mon verre à ma bouche afin de boire quelques gorgées d’eau, marquant ainsi une légère pause avant de reprendre.

- Très honnêtement, j’voulais pas d’équipe. J’ai été un peu poussé à faire ça et si ça pouvait aider Kumo, c’était ce que je devais faire. Pour autant, finalement, j’suis content d’vous avoir dans mon équipe. Que ce soit toi Raizen, ou toi Asami, j’ai du respect et de la sympathie pour vous. Donc sans surprise, cette équipe restera active aussi longtemps que possible.

Je redressais mon dos et fis face au Meikyû directement. Il soulevait un point qu’il fallait aborder.

- De ce que j’ai compris, il y a encore pas si longtemps, les nouveaux chûnins devaient souvent quitter rapidement leur équipe pour former les leurs. J’aime pas l’idée, mais c’était comme ça. Sauf que ça change pas mal en ce moment et j’vais vous le dire pour que ce soit clair : L’équipe 8 gardera la même situation qu’en ce moment. En tout cas, pour le moment.

Regardant le fond de mon verre quelques secondes, je faisais tournoyer le liquide, juste pour avoir quelque chose à faire pendant que je parlais.

- Vous êtes libres de quitter l’équipe 8 et de former la vôtre. Vous devez avancer selon vos projets. J’aurai jamais aucun souci avec ça. Effectivement, j’aime cette équipe et le changement viendra pas de moi. Raizen, tu ne veux pas prendre d’élèves pour le moment, alors tranquille. Un jour ou l’autre tu devras peut-être le faire. Mais t’as le temps.

Mon regard se redirigea vers Asami, bien que Raizen était tout autant concerné.

- Même chose pour toi Asami. Si tu n’en veux pas, Kumo ne te forcera pas, sauf en cas de besoin. Mais si tu veux, au contraire de Raizen, former ta propre équipe, tu peux. Faudra juste m’avertir. Mais dans un cas comme dans l’autre, vous serez toujours des membres de l’équipe 8.

Je posais mon verre et les pointais du doigt, juste histoire de dire que je poursuivais sur autre chose.

- D’ailleurs. Vous avez des projets ou des envies en particulier, maintenant que j’y pense ? Vu que vous évoluez, que vous voyez et vivez certaines choses, est-ce que quelque chose a changé dans vos buts ? J’demande car c’était mon cas, au bout d’un moment. L’équipe peut être un objectif, mais peut-être que des trucs ont germé dans vos têtes ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Sam 5 Mai 2018 - 22:52
Fusillant du regard son coéquipier, elle s’occupa de sa propre nourriture, retirant quelques morceaux de viandes pour les déposer dans son assiette. Elle roula finalement des yeux, se retenant une remarque cinglante, ne serait-ce que parce qu’elle se doutait de perdre de ce côté-là. Ce n’était pas comme si elle faisait bien souvent la cuisine, de toute façon. Encore moins maintenant qu’elle avait un bras invalide qui peinait à tenir les instruments. Elle s’attarda donc davantage à ce que leur disait leur sensei, concernant l’équipe, ce qui en deviendrait et leur possibilité en tant que chûnin. Il leur était possible de former leur propre équipe, s’ils le désiraient. Pour sa part, sa décision était déjà prise à ce niveau et cela semblait être le cas aussi pour l’autre membre de l’équipe. Très peu patiente et décidément pas assez douée pour enseigner à d’autres, l’idée d’avoir une équipe ne lui avait même pas effleurer l’esprit.

Elle fut donc satisfaite d’apprendre que malgré qu’ils ne soient plus genins, l’équipe allait rester telle quelle, à savoir tous les trois, ensemble, Hisao à la tête de cette dernière. Pour l’instant, elle ne voulait pas que les choses soient différentes. Elle était convaincue que l’homme avait encore beaucoup à lui apprendre, et puis… Elle était en mesure de faire preuve d’un peu plus de naturel auprès d’eux. Certes enfilait-elle toujours ce masque, comme à chaque occasion, lorsqu’en présence de l’aîné, cependant, il était l’une des rares personnes qu’elle respectait sincèrement. Ainsi, elle se sentait plus à l’aise, au sein de l’équipe huit, et elle ne se voyait ni changer cela, ni tenter d’en avoir une elle-même. Ce n’était pas un projet dans un futur plus ou moins rapproché.

- Je pense que, avec tout ce qu’il se passe à l’heure actuelle, au travers le monde… J’ai surtout envie de me concentrer sur mes techniques, ce que je peux faire pour m’améliorer. Mes marionnettes ont besoin d’amélioration et je compte travailler ma sensorialité.

Son regard passait des deux hommes en sa compagnie à sa viande qu’elle faisait cuire, tentant de ne rien faire brûler. Elle savait au moins faire un minimum en cuisine, c’était déjà ça.

- Je sais que ce n’est rien de grand, ni même d’impressionnant. Mais il est évident que j’ai encore beaucoup de chemin à faire, si je veux pouvoir aider le village vis-à-vis des menaces qui approchent et qui sont inconnues. C’est donc plus ou moins ma priorité, pour le moment. Il ne s’agit toutefois pas que de ma puissance…

Elle porta à ses lèvres des légumes qu’elle avait attrapé entre ses baguettes. Elle avait au moins l’avantage d’être ambidextre, sans quoi les choses auraient pu être un tantinet plus compliquées, compte tenu de l’état de l’un de ses bras.

- Mais de l’équipe aussi, en général. Notre cohésion, la façon de travailler ensemble… Être capable d’utiliser les forces de chacun pour palier aux faiblesses des autres. Donc oui, on peut dire que l’équipe est l’un de mes objectifs à l’heure actuelle, tout comme mon propre développement personnel.

Ce n’était rien de bien compliqué et ce n’était pas tout à fait faux. Il y avait peut-être d’autres choses, comme son ascension au sein de l’institut, cherchant à s’impliquer davantage au sein de l’organisation scientifique du village. Toutefois, si elle était certaine de pouvoir en parler à son sensei, de par le fait qu’il était jônin et membre du conseil, telle organisation était tenue secrète et ce, même des shinobis, et donc, par le même fait, Raizen. Par conséquent, taire l’information n’était pas une mauvaise chose, bien qu’il devait sûrement se douter de quelque chose. Après tout, ils vivaient ensemble et il ne faisait aucun doute, à les regarder aller, qu’une complicité s’était installée entre eux.

- Et toi, tu as des plans ? Que ce soit personnel ou qui nous concerne tous ?

Elle leva un regard intéressé vers l’Akahoshi, un sourire aux lèvres, se posant sincèrement la question quant à où voyait-il l’équipe, dans un avenir plus ou moins rapproché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 5 Mai 2018 - 23:08


Soupirant, Raizen était relativement amusé d’entendre leur chef d’équipe leur faire part du fait qu’à la base, il ne voulait pas d’élève. Il avait cru le voir à travers son humeur quelque peu nonchalante à leur début. Ainsi, Raizen réalisait enfin qu’Hisao avait bel et bien été sérieux lors de leur première rencontre. Lorsqu’il avait dit que le test allait déterminer s’ils étaient acceptés ou non dans son équipe, il n’avait pas menti.

Venant habilement continuer sa cuisine, il continua d’écouter ses deux partenaires, portant une attention particulière sur le fait qu’ils partageaient aussi une vision similaire en terme d’avenir. C’était rassurant pour le jeune kumojin de savoir qu’il n’était pas le seul à ressentir la même chose d’autant plus que la situation actuelle du village le permettait. Autrefois, à de nombreuses reprises, les chunin étaient forcés de prendre en charge des équipes assez rapidement. Or, ce n’était plus le cas et Raizen en était reconnaissant. Tout en tournant une viande, il observa Hisao, se disant qu’il aurait probablement agi de la même manière que lui si des élèves lui avaient été offerts. Après tout, à quoi bon aider des gens qui étaient possiblement incompétents ou non compatibles avec le type d’enseignement qu’on pouvait leur confier ?

D’une oreille attentive, bien qu’il terminait la cuisson de ses viandes avec attention, Raizen attendait avec impatience de savoir ce qu’Asami voulait faire de son futur. C’était la même chose pour Hisao. Or, contrairement à Asami, celui-ci n’était pas blessé. S’il y avait bien une chose que le Meikyû admirait, c’était bel et bien les gens qui disaient vouloir quelque chose et qui ne faisaient pas les efforts nécessaires pour pouvoir le faire. Asami dans l’occurrence s’amusait à dire vouloir devenir plus forte alors qu’elle ne s’accordait pas le repos nécessaire pour qu’elle se porte bien. Au contraire, elle ne s’accordait pas de repos du tout, mis à part les quelques moments durant lesquels elle était en quelque sorte obligée de se reposer.

-Pour le moment, je veux atteindre le rôle d’enquêteur au sein du Kyuubu et profiter de ma situation pour voir si je ne peux pas m’investir à un tout autre niveau depuis les événements de Kaze. Comme dit, mon but est vraiment de gravir dans les échelons pour pouvoir avoir plus d’impact sur les questions et décisions existentielles du village. .

Commençant à manger légèrement, il observait le vide, se demandant s’il devait partagé les éléments futurs dont il allait leur faire part tôt ou tard.

-Le reste, c’est surtout d’ordre privé, mais je peux bien vous le dire. Je travaille sur mes techniques et j’essaye en quelque sorte d’en révéler leur plein potentiel. Je n’entrerais pas dans les détails, mais si j’y arrive, je devrais être un tout nouveau combattant, donc je compte progresser tout comme Asami de ce côté-là. Tout dépendra de ma capacité à réussir certains tests.

Souriant légèrement, c’était l’angle qu’il avait décidé d’adopter. Maintenant, portant toute son attention sur son chef d’équipe, il était curieux de savoir ce que celui-ci avait à leur confier sur ses plans futurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 11 Mai 2018 - 15:45
Plusieurs morceaux de viandes avaient été entamés et je commençais déjà à sentir que je mangeais davantage par gourmandise que par besoin. Mais à défaut d’arrêter, je me contentais d’aller plus lentement, de griller moins de viande et de garder le regard plus souvent fixé sur mes élèves. Ils étaient arrivés à un point où la réalité les avait rattrapés. Le regard rivé calmement sur eux, je constatais en effet qu’ils étaient réalistes quant à leurs compétences et leur capacité à combattre. Mais ce qui était positif, c’est qu’au-delà de cette quête de connaissance, il y avait des plans d’avenir. Asami ne se livrait pas énormément, mais je connaissais l’un de ses projets et savait vers où elle se dirigeait. Quant à Raizen, il révéla sans retenue ses ambitions au sein du Kyuubu et du village.

- Je garde ça en tête, Raizen. Dans les deux cas, j'pourrais peut-être bien t'aider. Dans le Kyuubu, ça sera plutôt simple avec mon nouveau grade de Fukutaicho. Pour ce qui est de ton investissement à un plus haut niveau… je pourrais peut-être t’ouvrir certaines possibilités. On a quelque chose en préparation.

Une chance qu’il venait de Kaze et que ses réalisations avaient été connus de tous. C’était mon élève et j’étais bien décidé à l’aider autrement que par l’apprentissage au combat. Il y avait ainsi des chances que je puisse lui garantir une certaine visibilité. Le connaissant, il saura utiliser cette opportunité et se hisser seul par la suite.

- Quant à toi, Asami, je suis peut-être moins décisif, mais, comme lors de notre discussion après l’entraînement, tu sais que tu peux avoir mon support pour te faciliter la vie et t’éviter des emmerdes inutiles.

Après une gorgée d’eau et une nouvelle bouchée, je pointais mes baguettes sur Asami puis sur Raizen avant de les poser sur l’assiette. Cela me permit de faire une petit pause le temps de finir ce que je mangeais.

- Ecoutez, dans les prochains jours, on va probablement partir en mission tous les trois. Je pense qu’il est temps pour nous d’avoir des expériences plus importantes sur le terrain. Je vais voir avec Reiko pour savoir s’il y a une mission de rang B pour nous. Ca sera une première épreuve pour la team 8.

Je poussais mon bol désormais vidé de son riz et pianotais sur la table, réfléchissant si je continuais à manger ou non. Mais ma décision fut rapidement prise et je reposais un petit morceau de viande sur le grill.

- Récemment, on a plusieurs projets à mettre en place et Kaminari aura besoin de nous pour plusieurs tâches. Je sais que tu iras mieux d’ici-là, Asami, mais du coup, ton état rend une mission B plus intéressant que le reste. On risque de devoir foutre quelques mecs à terre, donc vous attendez pas à du tourisme. J'aimerais que vous soyez très sérieux, car ça décidera de beaucoup de choses pour la suite de votre vie de shinobi. C'est pigé ? Je leur fis un discret sourire. Mon avertissement était en fait un message pour dire que c'était une occasion pour eux de s'ouvrir encore plus de portes.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Lun 14 Mai 2018 - 1:03
Il y avait certains sujets, quant à son avancement personnel, qu’elle ne pouvait bien malheureusement pas adresser de vive voix. L’institut se voulant secret, ignoré de bien des shinobis, elle ne pouvait ainsi pas en parler ouvertement à d’autres. Elle savait pouvoir faire confiance à Hisao, ne serait-ce que par sa position de jônin, qui lui donnait nécessairement accès à l’information concernant l’unité spéciale. Toutefois, quant à Raizen, s’il devait sûrement se douter de quelque chose, sachant qu’elle s’y trouvait souvent et qu’ils vivaient ensemble, s’était toujours gardé de poser quelconque questions à ce sujet, ce dont elle lui était reconnaissante, sachant qu’elle n’aurait jamais réellement pu dire ce qu’il en retournait. Et si elle était une excellente actrice, mentir lui venant aussi naturellement que respirer, le Meikyû avait cette mauvaise capacité que de savoir lire en elle, et donc, de deviner lorsqu’elle lui étalait sous les yeux un mensonge quelconque.

Nullement surprise par la réponse de Raizen, elle esquissa simplement un sourire discret. Ils étaient tous les deux d’ambitieux shinobis ayant comme objectif que d’aller loin et d’occuper des positions importantes. Ou, du moins, c’était aussi son cas à elle, bien que d’une façon différente. Asami n’était pas celle sur les devants de la scène. Elle préférait de loin assister et tirer les bonnes cordes au bon moment pour influencer sur les autres sans que nul ne se doute de son implication. Elle travaillait dans l’ombre, loin des regards, s’assurant une certaine sécurité tout en maintenant l’anonymat, en quelque sorte. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle ne souhaitait pas se rendre loin, sans compter que son implication au village devenait de plus en plus sincère, ce qui se voulait aussi dérangeant que particulier.

Une réalisation qu’elle faisait graduellement, avec le temps, tandis que ce qu’elle pensait du village et sa position au sein de celui-ci commençait à changer. À croire que certaines rencontres avaient réussi à venir ébranler les fondations mêmes de sa personne, la forçant à une remise en question qu’elle n’assumait pas.

- Je l’espère.

Qu’elle aurait guéri, d’ici-là. Il était possible de voir une ombre passer dans son regard, alors que toute cette situation concernant son état de santé était passablement désagréable. Elle qui avait toujours été fière et forte se retrouvait à ne plus être en mesure que d’effectuer des tâches du quotidien. Comme le prouvait cette assiette (vide) qu’elle vint échapper contre la table, l’ayant emmené près du grill pour y déposer quelques dernières pièces de viande. L’assiette s’y fracassa donc, se fendant en deux, lui arrachant un soupire mi-las, mi-agacé.

- Parce que je ne voudrais pas nuire à l’équipe d’une quelconque façon que ce soit.

Autant par réflexe que par habitude, il lui arrivait trop souvent que d’attraper des objets blessés pour finalement réaliser qu’elle n’était pas en mesure de les tenir solidement. Combien de choses avait-elle brisé dans son laboratoire par ce simple fait ?

- Si tu penses que je peux tenir la route et, honnêtement, ne pas vous entraîner par le bas, je vais fournir tous les efforts nécessaire pour être à la hauteur. Parce que oui, c’est pigé, que cette mission sera importante pour la suite des choses.

Rassurante, comme à son habitude, elle esquissa un sourire qu’elle adressa à leur sensei, lui faisant ainsi silencieusement comprendre qu’elle prenait le tout très au sérieux.

- Oh, et puis, pendant que j’y pense, félicitation à toi sensei, pour le nouveau poste de Fukutaicho.

Parce qu’il n’y avait pas qu’eux qui avaient gradué, lui aussi se retrouvait avec plus de responsabilités sur les épaules. Le pauvre. Et dire qu’il n’avait même pas voulu d’équipe, une idée qui fit gentiment rire la marionnettiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 15 Mai 2018 - 5:48


Prenant le temps d’écouter les recommandations de son chef d’équipe, Raizen était assez curieux d’entendre que celui-ci voulait le chapeauter au sein du Kyuubu. C’était flatteur tout en étant excessivement pertinent pour son développement personnel surtout qu’il se mettait quand même beaucoup de pression sur les épaules. Il était tout de même curieux par la teinte de mystère que Hisao avait laissé présager en parlant des possibilités en préparation.

Étirant un sourire vis-à-vis cette remarque, il se contenta de ne rien dire alors que sa partenaire rebondissait sur tout ce qui avait été mentionné.

-Félicitations Hisao, c’est amplement mérité sachant que nous savons ce dont tu es capable. Comme dit au début de notre relation, c’est plaisant de savoir que toute l’équipe progresse en même temps à une vitesse assez intéressante.

Fixant Asami alors qu’il réalisait que son rétablissement n’affectait pas seulement sa propre personne, mais les possibilités de progression de l’équipe, il ajouta sans forcément lui demander son consentement quelques éléments qui risquaient de favoriser le succès collectif.

-Ne t’en fait pas aussi pour moi. Je compte veiller sur Asami et m’assurer qu’elle soit en forme pour revenir compléter notre trio.

Leur offrant respectivement un sourire puis un clin d’œil à sa colocataire, il se contenta de manger silencieusement pendant un court moment alors que dans son imagination défilait une tonne de scénarios possibles. Nombreuses étaient les possibilités, mais peu d’entre elles menaient là où il voulait vraiment : un stade dans lequel chaque personne atteindrait son plein potentiel. Trop de facteurs pouvaient venir réduire leur chance, mais c’est justement ces facteurs qui étaient intéressants, l’incertitude face à leur avenir respectif.

-Par contre, sans vouloir sauter les étapes, je ne sais pas ce que vous pensez, mais même s’il est intéressant de se faire les dents sur une petite mission pour prendre conscience, j’ai foi qu’on pourrait même s’occuper d’une mission de rang supérieure.

Terminant sa bouchée, il poursuivit sans attendre.

-Du moins, ce sera à la discrétion du Raikage et à la tienne Hisao, mais je pense bien que nous pourrions former une équipe solide dans une mission d’envergure sachant ce que nous venons respectivement de traverser. Le plus important serait surtout d’en limiter les dégâts et de s’assurer de s’entrainer en conséquence avant un événement d’ampleur.

Finissant le tout sous des paroles pour le moins utopiques, il s’attendait à un retour assez mitigé de son chef. Pourtant, il pensait vraiment tout ce qu’il venait de dire sachant que sa mission s’était transformée en situation de haut rang en cours de route. Après tout, il avait frôlé la mort deux fois plutôt qu’une et il croyait pertinemment que ça avait été le cas de tous les membres formant l’équipe 8. Les calamités semblaient les poursuivre et étrangement, il se disait qu’il fallait peut-être les suivre au lieu de les fuir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 21 Mai 2018 - 1:00
Mon regard posé sur Raizen, j’arquais le sourcil avant de laisser échapper un petit rire. « Une vitesse assez intéressante ? » Inutile d’en dire beaucoup plus. Ils savaient pertinemment qu’ils étaient très doués, suffisamment pour ridiculiser bon nombre de Genins et de jeunes Chûnins… en tout cas sur leur rapidité de progression. « Mais oui, c’est une bonne chose de voir qu’on fait chacun des progrès. » De toute manière, ils le savaient dès leur arrivée : Je ne comptais pas être le sensei passif qui entraînait des élèves faibles grâce à ses acquis. J’étais un élève plus expérimenté qui les aidait, c’est tout. Bon, c’était un peu plus que ça mais j’aime bien m’imaginer le bordel dans ce sens-là.

- Tu ne nuiras pas à la mission, Asami. Tu peux me faire confiance là-dessus. Et puis, on ne partira pas demain. Tu as le temps de te reposer d’ici-là. J’avais insisté sur le mot reposer. Ca peut-être intéressant de te voir restreinte dans tes mouvements en tant que marionnettiste, en plus. J'te fais confiance pour surmonter ça

Mon regard se posa calmement sur le Meikyû.

- Mais tu sautes les étapes quand même, Raizen. Je ne te contredis pas, je pense qu’on est véritablement une équipe très prometteuse et que Kumo saura nous envoyer sur des missions de plus en plus périlleuses et importantes. Sauf que ce n’est pas une foutue lettre sur une missive qui va changer quoi que ce soit.

Ce n’était pas très surprenant, Raizen voulait toujours plus, et surtout toujours plus vite. Ce n’était pas foncièrement une mauvaise chose et son raisonnement était plus que logique, mais sa témérité l’aveugle sur pas mal de points. Ce n’était pas seulement l’inexpérience, c’était aussi son caractère.

- Quand ta témérité te mènera à un moment où tu ne seras qu’un corps gisant au sol aux côtés de ton sensei et de ta partenaire, tu comprendras peut-être. Il y a une tonne de détails qui peuvent fausser l’importance et donc le rang d’une mission. Le tout est de savoir dans quoi nous sommes bons et comment on peut devenir encore meilleurs là-dedans.

Il ne fallait pas comprendre cela comme une bête spécialisation dans un domaine. Je ne lui disais pas qu’on devait devenir des machines faites uniquement pour la guerre, ou uniquement pour l’espionnage.

- Tu confonds encore importance pour le pays et gain personnel. En gros… tu confonds courage et dévouement avec témérité et égoïsme. Ne t’en fais pas, ce n’est pas rare de voir ça. Mais comme je te l’ai déjà dit, tu finiras par te retrouver dans une situation où la marche sera trop haute. Ce n’est pas te sous-estimer que de vouloir être prudent. Car même en étant prudent dans ce monde à la con, tu finis par te retrouver contre des monstres. Pigé ?

Je n’étais de loin pas dédaigneux ou critique envers Raizen. Même autour d’une table, je devais rester ce ‘’sensei’’ que je n’aimais pas spécialement mais que je ne pouvais m’empêcher de vouloir être.

- Tu as le droit d’avoir ton avis sur la question… et pareille pour toi d'ailleurs, Asami. Mais pour le moment, je vais devoir me montrer chiant et vous imposer ma manière de penser. Car le moment où on participera à des missions de haut rang va venir beaucoup plus vite que vous ne le pensez.

Je sortais ma bourse et y sortais quelques billets et quelques pièces. S’ils avaient certaines choses à dire, c’était le moment. Car malheureusement, comme je leur avais dit, ce n’était qu’un peu de leur temps que je voulais prendre.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Lun 21 Mai 2018 - 17:50
Elle avait compris, le repos n’était plus une option. Et puis, Raizen l’avait bien souligné qu’il comptait s’assurer qu’elle respecte ne serait-ce qu’un minimum les consignes du médecin. Elle esquissa un sourire tandis que leur sensei amena l’idée qu’il serait intéressant de voir une marionnettiste restreinte à l’oeuvre. Il n’avait pas tort, surtout que cela l’amènerait sûrement à voir et agir différemment, de quoi éventuellement faire d’elle quelqu’un de plus polyvalent.

Pour la suite, elle resta silencieuse, terminant son plat, tout en gardant son attention rivée sur la discussion qui avait lieu entre les deux autres membres de l’équipe. Raizen, faisant preuve de son arrogance habituelle tandis que leur sensei s’assurait de le remettre à sa place. L’image évoquée eut de quoi faire frissonner la demoiselle, tandis qu’elle ne savait pas ce qu’elle trouvait le plus dérangeant : l’image même de Raizen gisant à ses pieds ou le fait qu’elle puisse considérer le tout comme dérangeant. L’inquiétude n’était pas un sentiment auquel elle était habituée et, pourtant, dans l’attente de les voir tous deux revenir, elle n’avait été l’ombre que d’elle-même, rongée par le doute et la crainte, quand bien même ne l’aurait-elle jamais avoué de vive voix. Aussi désagréable pouvait-il être, perdre Raizen était quelque chose à laquelle elle préférait ne pas penser. Il en était de même pour Hisao.

Elle en avait fait, du chemin, depuis qu’elle avait pris la décision d’afficher le bandeau à l’emblème du village, acceptant ainsi son grade de kumojin. Le village n’ayant été qu’un terrain de jeu à une époque avait désormais une place plus importante dans la vie de celle ayant accepté s’y impliquer.

- Ne t’en fait pas de mon côté, c’est compris.

Elle esquissa un sourire. Elle était toujours aussi conciliante en public, pas un mot plus haut que l’autre, respectant autrui et faisant preuve d’une certaine sagesse. Certes avait-elle elle aussi envie de toujours un peu plus, toutefois, dans sa condition physique actuelle, les choses étaient différentes et elle se devait d’y aller un pas à la fois. Mourir parce qu’elle aurait fait preuve d’un peu trop d’arrogance n’était pas dans ses plans. Elle savait aussi se montrer réaliste, quand bien même cette situation l’emmerdait-elle.

- Je vais faire mon possible pour me reposer d’ici-là. Et essayer de trouver des façons de surmonter le manque actuel, faute de ma blessure. De toute façon, ce n’est pas la première fois où je me dois pallier à une faiblesse.

Tout son style de combat tournait autour du fait qu’elle ne tenait pas la route, au corps à corps. Et si elle éprouvait encore des difficultés à ce niveau, au final, elle s’améliorait constamment à ce niveau, apprenant beaucoup des entraînements qu’elle avait tant avec son coéquipier qu’avec son sensei. Tous les deux forts en taijutsu, ils étaient tout ce qu’elle craignait en combat et s’assurait donc de fournir les efforts nécessaires pour en venir à ne plus les craindre lorsqu’ils se faisaient face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 22 Mai 2018 - 14:46


Écoutant calmement son chef d’équipe, Raizen ne put s’empêcher d’être reconnaissant face à cette remarque. Il réalisait soudainement qu’il essayait possiblement de sauter les étapes, comme s’il s’affrontait dans une course contre le temps. Qu’y avait-il de vraiment pressant ? Rien à sa connaissance. Toutefois, la pression qu’il se mettait était telle qu’il finissait par se retrouver dans une situation du genre. Étant un mélange complet d’ambition et d’impatience, il se devait de tempérer ses objectifs pour avoir une courbe de progrès viable. Autrement, il n’en serait que le premier à écoper des conséquences, ni plus ni moins.

Comme quoi une lettre sur une missive ne voulait rien dire. En quelque sorte, Hisao lui indiquait que l’expérience du terrain avait beaucoup plus de valeur que la reconnaissance qu’il aurait suite à une mission, et ce, quel qu’en soit le rang. C’était sa philosophie et celle-ci tenait la route pour le Meikyû qui priorisait les expériences avant les avancements. Après tout, il était vrai que le progrès était une conséquence agréable des efforts qu’il pouvait faire. Toutefois, jamais il n’oublierait que son objectif premier était d’expérimenter.

Se contentant d’un sourire après cette intervention, son silence voulait en dire long, signe qu’il réfléchissait, mais qu’il n’était pas forcément en désaccord avec tous les éléments qui venaient d’être mentionnés. Au contraire, il faisait l’exercice de peser les pour et les contres afin de se faire sa propre opinion sur le sujet.

De manière totalement transparente, il était évident qu’il voulait passer à la prochaine étape. Malgré tout, chaque chose devait se faire en son temps et de toute manière, les grosses missions n’allaient pas tarder à arriver. Après tout, s’il se fiait à sa première mission, il savait pertinemment que le niveau de difficulté pouvait dupliquer en cours de route. Comme quoi personne n’était à l’abri de rien. Ainsi, même une mission de haut niveau pour laquelle ils étaient à peine prêts pouvait se transformer en cauchemars.

-Je comprends mieux et je dois admettre que parfois il m’arrive de vouloir aller trop vite.

Haussant les épaules, il laissa échapper un léger rire tandis qu’il laissait ses ambitions pour une autre journée.

Se concentrant ainsi sur le reste de son plat, il termina celui-ci. Après tout, ils étaient venus pour manger non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

[Equipe 8] Ca faisait un moment

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: