Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Speedy the feister speedster [Kaede]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Mer 2 Mai 2018 - 15:41
La jeune Aburame aimait bien dire qu’elle ne se souciait pas de ce que les autres pouvaient penser et, à ce jour, c’était effectivement le cas. Toutefois, ce n’avait pas toujours été le cas, notamment plus jeune, alors que les autres enfants de son âge pouvaient se montrer particulièrement cruel. Sûrement n’en avaient-ils pas conscience, cependant, il n’était pas rare que par faute de son nom et de ce qu’elle avait hérité, elle soit mise de côté, les autres de son âge n’étant pas spécialement à l’aise avec ce qu’elle était en mesure de faire. Et si, aujourd’hui, elle n’en avait plus grand chose à faire, vivant de cette mentalité qui m’aime me suive, elle ne pouvait s’empêcher d’étirer ce doux sourire face aux réactions du Meikyû, qui étaient bien surprenantes dans son intérêt, mais surtout, son absence de dégoût.

Ce n’était jamais très féminin, ni même très classe, que d’annoncer que son corps servait de nid à d'innombrables insectes. Un rire franc se fit entendre alors qu’elle lui avait proposé de lui faire un rapport si prétendant il y avait, concernant la réaction de ses insectes face à un intrus s’approchant de trop près de la reine (ou princesse, au choix). Elle roula ensuite des yeux, son rire toujours présent, lui répondant d’un haussement d’épaules, l’air de lui dire qu’il pouvait tenter de devenir seul.

Comme elle l’avait suspecté, de la façon dont il avait détourné les précédentes questions, il n’était pas en couple. Ce n’était pas pour autant qu’elle comptait se gêner quant à le taquiner sur le sujet. De ce fait, elle étira un sourire taquin, restant toutefois silencieuse alors qu’elle l’écoutait avec attention. Il devait tout de même se considérer chanceux, il était rare qu’elle se contente de ce silence pour s’attarder à ce qu’autrui pouvait bien lui dire. Toutefois, elle n’y voyait aucun inconvénient, se concentrant sur ses insectes toujours présents sur lui ou tout autour d’eux. Même eux ne le considéraient pas comme une menace.

- Pas b’soin d’eux pour l’détecteur d’mensonges, j’le fais d’jà juste avec l’aide d’mon chakra. C’pas bien difficile, hein. Genre, j’fais juste m’concentrer un peu, puis j’peux voir les variations d’chakra, mais aussi d’la respiration et des battements d’coeur. ‘Fin, ça permet d’voir si quelqu’un est honnête ou pas.

Pour sa part, mentir n’était pas quelque chose qu’elle faisait et elle était définitivement nulle, son visage beaucoup trop expressif pour qu’elle puisse être crédible. Du moins, sauf lorsque cela concernait sa survie tandis qu’elle n’avait pas le choix de mentir au sujet du Soshikidan. Quant au reste… Toujours très honnête avec elle-même et envers les autres, elle laissait les mensonges pour les autres.

- Sinon, y’a Shizen, ici. C’le directeur d’Complexe Scientifique. Il est… L’est sympa, vraiment, super avenant, toussa. Mais bon sang, faut l’sortir un peu, l’pauvre. Parce que vraiment, j’sais pas s’il sait c’quoi s’amuser, mais bon… J’me d’mande s’il a une copine… Ouai non, pas possible ça. Faudrait p’t’être lui en trouver une, ‘fin, j’sais pas, mais bon…

S’étant lancée dans un de ses énièmes monologues, ce qu’elle déblatérait à une vitesse phénoménale concernant la situation de Shizen était bel et bien pour elle-même et ne concernait aucunement le Meikyû.

- Puis parlant d’ça, t’vas quand même pas m’faire croire qu’un mec comme toi est célibataire ?

Arquant un sourcil, elle lui adressa un regard curieux accompagné d’un sourire narquois. Elle ne se moquait aucunement, elle s’amusait seulement de la façon dont elle l’avait adressé, venant ainsi remettre en doute ses paroles.

- Quant à mon cas, j’sais pas. J’dois t’avouer qu’c’pas trop c’que j’remarque, mais alors là, pas du tout.

Elle éclata à nouveau de rire en soulignant qu’elle pouvait, par moment, être complètement aveugle quant à l’intérêt que lui portait les autres. Même Aijiro, qui fut pourtant son meilleur ami, avait dû se montrer plus insistant sur la question pour qu’elle comprenne ce que signifiait le changement dans sa façon de se comporter avec elle.

- Et bon, les insectes, ça dégoûte rapidement les gens. C’pas du tout féminin, ni même classe ou sexy ou que sais-je. Les gens ont souvent peur des p’tites bestioles, image alors qu’j’suis un nid pour ces p’tites bêtes-là. ‘Fin, c’est juste qu’voilà. Des prétendants, si j’en ai ? Mouais, non, par expérience, j’pense pas.

Elle avait dit cela sur un ton léger, comme à son habitude, alors qu’elle ne s’en souciait pas spécialement. Que les autres pensent bien ce qu’ils voulaient, de toute façon, elle n’avait pas besoin de ces gens dans sa vie. Elle avait autre chose à faire que de s’occuper de ceux au jugement facile et gratuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Ven 4 Mai 2018 - 5:08


Observant Kaede, Raizen étirait un délicat sourire à l’idée qu’elle semblait s’être adoucie comparé aux autres interactions qu’il avait pu avoir avec celle-ci. Contrairement aux autres fois où elle était simplement une pile débordante d’énergie, cette fois-ci, elle semblait canaliser son énergie à travers une douceur appréciable et quelques rires qui dévoilaient sa vigueur d’esprit ou peut-être même une légère gêne ?

En fait, il n’en était pas vraiment certain, se contentant de vivre le moment. Grâce aux insectes, il se sentait quelque peu apaiser simplement à cause du mouvement qu’ils avaient sur son corps. Était-ce peut-être la magie de la connexion qu’avaient la colonie et sa reine qui lui permettait d’être dans une telle condition. Dans tous les cas, Raizen était tout de même curieux à l’idée qu’elle puisse possiblement détecter le mensonge. C’était intéressant tout en étant désavantageux, surtout s’il tentait de masquer quelque chose, chose qu’il ne ferait probablement pas de toute manière. Il était beaucoup trop transparent pour avoir quoi que ce soit à couvrir mis à part en mission.

-M’ouais, j’ai vaguement entendu parler de Shizen et il est fort probable que le boulot prenne tout son temps.

Connaissant Shizen pour l’avoir vu lors de la venue de Rei et pour en avoir entendu parler du côté d’Asami, Raizen avait clairement une idée du type de persona. Il était fort probablement un alcoolique du travail. Bien qu’il ne connaissait pas vraiment ses fonctions, Raizen aurait juré qu’il travaillait au laboratoire où Asami y avait fait une expérience. Malgré tout, il n’avait jamais su réellement ce qui se faisait dans ce lieu. Pour lui, ce n’était qu’un simple centre scientifique.

-Mais bon...

Ricanant légèrement alors qu’il arrivait à la question fatidique, Raizen eut un léger sourire et son regard devint soudainement curieux. Témoignant sa concentration sur le moment, il opta pour un ton mi-joueur mi-interrogateur pour mieux comprendre ce qu’elle voulait dire.

-Qu’est que tu insinues par quelqu’un comme moi ?

Laissant un peu mijoter le tout, il savait que ce serait suffisant pour la faire parler. Après tout, à l’académie, lorsqu’il fallait faire des dissertations sur la vie et son futur, Kaede avait probablement détruit le nombre minimal de mots. En d’autres mots, il était fort probable qu’elle soit celle qui ait forcé l’académie à imposer une limite de mots. La simple idée de la voir écrire et utiliser ses insectes pour écrire d’autres lignes en simultanées lui étira un mince rire qu’il préféra conserver pour plus tard. S’approchant ainsi de Kaede, il tendit son bras pour laisser les insectes rejoindre leur société mère.

-Je devrais être celui qui te pose la question, mais je comprends que ce n’est pas n’importe qui qui ose tenter l’inconnu.

Écartant les épaules, Raizen eut finalement un air qui n’envisageait rien de bon si ce n’était qu’une connerie lui ressemblant typiquement.

-En même temps, ce n’est pas vraiment ta faute si les gens préfèrent la vanille à l’inconnu et ses charmes

Relativement surpris d’entendre que les gens avaient de la difficulté à voir au-delà de cela, Raizen trouvait la situation relativement fascinante. Or, il n’était pas la norme et il le savait. Agrémentant le tout d’un clin d’œil, il poursuivit en optant une voix un tantinet rehausser par un semblant de charisme.

-J’admets aussi que tu es la princesse de ta propre colonie et que ce n’est pas n’importe quel hér...

S’arrêtant subitement pour la taquiner, il poursuivit sur une autre voie en venant glisser sa main dans sa chevelure.

quel courageux qui osera venir te soutenir dans ton château !

Étirant un délicat sourire alors qu’il s’amusait indirectement sans avoir une quelconque appréhension vis-à-vis les moindres pensées que celle-ci pourrait avoir, le jeune homme poursuivit sur sa lancée, faisant preuve de plus en plus de curiosité.

-Sinon le processus de recrutement ou plutôt de «sélection » se passerait comment si j’étais un prétendant?

Se doutant qu’elle allait probablement hausser les épaules et lui dire qu’elle y allait totalement au hasard, Raizen voulait simplement souligner son intérêt vis-à-vis du sujet sachant pertinemment qu’elle saurait lire entre les lignes ...quoique. Bref, il n’avait rien à perdre et il était plus qu’ouvert à l’idée de jouer sur une ligne grise sur laquelle il était possible de tomber à n’importe quel moment. C’était justement ce qui était intéressant. D’ailleurs, il continuait à jouer dans sa chevelure comme si de rien n’était, étant curieux de savoir comment elle allait rebondir. Il avait beau ne pas s’assumer en tant que héros et ne pas vouloir qu’on l’appelle ainsi. Or, il comptait se servir de son titre lorsque bon lui semblait, parce qu’il était Raizen Meikyû.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 5 Mai 2018 - 7:49
Son sourire s'élargit à sa question alors qu'elle lui adresse un regard entendu. Répondre ou pas à sa question ? D'un côté, elle est tentée de ce mystère qu'elle laisse planer, de ne pas répondre à sa curiosité qui ne semble avoir aucune limite. Vivrait-il bien cette absence de réponse, une question qui ne connaîtrait aucune satisfaction ? De l'autre, elle pourrait le gêner de sa franchise parfois déconcertante, Un dilemme auquel elle mit fin assez rapidement tandis que ses insectes regagnaient finalement sa personne, quelques uns seulement se trouvant tout autour d'eux. Un réflexe, une habitude, ne serait-ce que parce qu'elle avait appris à voir avec plus que ses yeux, comprendre son environnement d'une dimension totalement différente, souvent incomprise par la majorité des personnes. Une vision extérieure plus large, plus complète, assimilée d'une façon bien différente.

- Ça m'fait marrer qu't'm'poses la question. Comme si t'savais pas déjà. T'es sympa, marrant même, t'sais faire rire. T'es ouvert d'esprit aussi, quelque chose qu'c'pas tous qui peuvent s'vanter d'avoir. J'sais pas, c'juste facile d'être à l'aise avec toi. Donc j'trouve ça étonnant qu'tu sois encore célibataire.

Une honnêteté bien digne de celle qui avait cette mauvaise (ou bonne, dépendamment des points de vue) habitude que de dire de vive voix exactement tout ce qui lui traversait l'esprit. Elle fit toutefois mine de réfléchir avant de rigoler doucement.

- 'Fin j'dis ça, mais t'es p't'être difficile. Sélectif. Ou alors les filles du village sont trop ennuyantes... J'pense pas m'tromper en affirmant qu'les filles sans saveur, c'pas trop ton truc.

Son regard vint rencontrer le sien, entendu, alors qu'elle savait, pour le coup, qu'elle avait raison. Nul besoin de le nier, tout chez lui semblait appeler à quelque chose pour éveiller, puis satisfaire, sa curiosité. Autrement, elle se doutait que les femmes étaient sans intérêt pour lui.

Et, décidément, lui-même n'était pas dénué d'intérêt tandis qu'elle sentait sa main dans sa longue chevelure, revenant sur son cas, ces prétendants qu'elle disait ne pas avoir. Arquant un sourcil, elle l'écouta, curieuse quant à où souhaitait-il amener cette conversation. Au final, il n'avait pas tort. Beaucoup de choses chez elle semblait éloigner les hommes, ou même les femmes, ce qui ne semblait toutefois aucunement l'ennuyer. Kaede était une jeune femme vive d'esprit, confiante et fonceuse, qui n'avait peur de rien, encore moins de gueuler fort ce que d'autres pensaient tout bas. Intimidante, il était donc normal que certains en viennent presque qu'à craindre l'approcher. Ce n'était pas tant son nom, ce qu'il impliquait, que son caractère aussi qui jouait beaucoup. Il n'avait peut-être pas tort. Seul les plus courageux s'y risqueraient peut-être, et ils n'étaient pas nombreux.

Tant pis, qu'elle avait envie de se dire. Elle n'avait pas besoin de ce genre de personne dans sa vie. La dernière question la fit éclater de rire alors qu'elle secouait doucement sa tête de droite à gauche. Vraiment marrant, ce Meikyû.

- S'tu veux, j'viens t'porter un formulaire, qui s'appelle ehhh... Prétendants d'la Reine.

Un nouveau rire, un cruel manque de sérieux venant de sa part.

- Tu l'remplis, tu l'rends, puis mes conseillers et moi...

Elle désigna ses insectes, le peu qui se trouvaient encore autour d'eux, comme s'ils montaient la garde, protégeant la tête pensante de cette conscience collective.

- On évaluera la demande, la cour aura aussi son mot à dire... Une fois la décision prise, j'm'assurerai d'te faire parvenir la réponse. Faut savoir qu'c'pas parce qu'la cour dit oui qu'c'est vraiment oui. C'difficile, d'entretenir une princesse...

À nouveau, elle éclate de rire. Un rire franc, cristallin, emplissant ce terrain d'entraînement silencieux, ou presque, si ce n'était du constant bourdonnement de ses insectes. Elle était une bonne vivante, au rire facile et léger, son regard pétillant et un large sourire sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Sam 5 Mai 2018 - 19:02

Souriant, Raizen ne pouvait s’empêcher de se dire que Kaede était probablement aussi comique que sa propre personne, du moins quand il le voulait. Elle était d’une honnêteté sans fin qui pouvait être une arme à double tranchant pour n’importe qui. Si elle aimait quelqu’un, cette personne s’en sentirait rapidement choyée. Or, si c’était l’inverse, elle n’allait pas hésiter à le faire savoir. Le plus intéressant était bel et bien qu’au final, peu importe la perception qu’elle avait, elle savait pertinemment qu’elle pouvait changer d’avis à tout moment ce qui témoignait du fait qu’elle n’aimait pas non plus la constance et l’ennui. Au contraire, si elle avait pu cerner que Raizen était difficile, c’était possiblement parce qu’elle-même l’était à un certain degré. Après tout, n’avait-elle pas mentionné le fait qu’elle aimait qu’Ajiro soit constamment apte à la surprendre?

-J’imagine que ceux qui ne sont pas les plus grands admirateurs de la vanille se reconnaissent dans ce cas.

Lui faisant un clin d’œil en espérant qu’elle comprenne son message indirect, il ricana intérieurement à l’idée qu’elle puisse soudainement dire vouloir une glace. Au contraire, elle saurait peut-être lire entre les lignes, mais jouerait l’innocente. Dans tous les cas, rien n’était pressant surtout dû au long processus de recrutement qu’il semblait y avoir.

-Sinon y’a quoi dans le formulaire exactement ?

Toujours souriant, Raizen prolongeait le contact qu’ils avaient. En attendant, les insectes retournaient lentement chez leur hôte, signe qu’ils préféraient évidemment être sur son corps plutôt que le sien. En quelque sorte, c’était normal surtout sachant qu’il aurait eu le même réflexe qu’eux. Pas qu’il n’était pas attrayant, mais Kaede était leur reine pour une raison. D’ailleurs, parlant royauté, il avait une question.

-Parce que j’ai besoin de savoir si je postule pour être prétendant à une reine ou à une princesse puisque ça risque de tout changer.

Attirant calmement sa chevelure de sa main, on pouvait clairement lire qu’il avait une idée dans sa tête qu’il masquait. Préférant demeurer mystérieux sur ses intentions, il voulait surtout et avant tout s’amuser en laissant l’imagination des autres faire le travail de prolonger le mystère.

-Peut-être que je ne suis pas un héros et que..

Soudainement, il s’abaissa pour soulever Kaede et la prendre tranquillement dans ses bras. Légère comme elle était, tout était relativement facile.

-Peut-être que si tu es une princesse, je vais tenter de prendre un raccourci et te voler alors que tu es dans ton château...

Lui faisant une grimace, il adoptait un air et un ton taquin.

-Ou peut-être que si tu es une reine, je vais décider de t’offrir un cadeau de bonne volonté...

Gardant ses iris sur ceux de Kaede, Raizen semblait avoir fini son cirque. Or, il tenait à ajouter quelque chose pour la route.

-Quel est ton parfum Kaede?

Faisant directement référence à sa saveur, il n’hésitait pas à utiliser ses propres mots contre elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 5 Mai 2018 - 23:45
Arquant un sourcil, elle se demanda ce que pouvait venir changer si elle était reine ou princesse. Or, plutôt que de répondre immédiatement, elle le laissa poursuivre, curieuse de ce qu’il allait bien pouvoir dire. S’était-elle attendue à quitter le sol ? Non, aucunement. Mais c’est ce qui la fit éclater de rire. Un rire sincère, agréable, alors qu’elle se laissa faire, venant même appuyer sa tête contre lui, lui offrant un large sourire. Il souhaitait porter la reine ? Soit alors ! Elle n’allait tout de même pas s’y opposer. Et puis, si elle était restée immobile, ce n’était pas pour rien. Son corps tout entier était encore douloureux de leur affrontement et elle s’y était peut-être un peu trop donnée. Épuisée, cela ne faisait aucun doute, sans compter ses insectes qui se nourrissaient continuellement de son chakra. Si elle n’avait pas cherché à partir, ou même réellement se lever, c’était en partie parce qu’elle ne le pouvait pas nécessairement à l’heure actuelle.

- Normalement, j’suis la reine, parce qu’bon, dans la colonie, y’a personne d’autre qu’moi qui dirige. Personne d’autre au-dessus. J’suis la volonté suprême, en sorte, t’vois ?

Normalement… Elle avait laissé sous-entendre qu’il y avait autre chose, d’un ton un peu plus traînant, tout en posant ses prunelles claires sur lui. Elle balança ses jambes dans le vide, doucement, sans le quitter des yeux, observant chacune de ses réactions. Elle l’aimait bien, le Meikyû, et ce, quand bien même le connaissait-elle peu. Ou, tout du moins, depuis peu de temps. Parce qu’elle se devait d’admettre qu’elle en avait bien appris, sur lui, assez pour se faire une bonne idée de qui était-il. Il ne lui manquait plus que d’en apprendre plus sur son histoire, qui lui semblait encore flou alors que lui-même n’avait pas voulu en parler. L’inverse était désormais peu vrai, elle-même ayant pris la décision de tout lui raconter ce qu’il s’était passé dans les dernières années, ses décisions l’ayant mené jusqu’ici.

- Par contre, t’fais quoi si j’ai envie qu’tu m’voles à mon château ? J’prétends être princesse ?

Joueuse, comme à son habitude, elle vint lui adresser un clin d’oeil taquin suivit de son éternel sourire innocent. La dernière question lui ayant été adressée demandait toutefois un peu plus de réflexion. Sa saveur ? Devait-elle y répondre, laisser planer le mystère ou encore jouer à l’ingénue qui n’avait pas saisit le sens de sa question ? Après tout, si elle n’avait pas réagi à son commentaire précédent, concernant les gens préférant la vanille, là était tout indiqué pour se moquer gentiment de lui, le faire tourner en bourrique comme elle savait si bien le faire.

Elle était parfois difficile à suivre, d’un caractère aussi agréable que surprenant, une vraie tornade qui se perdait elle-même dans le fil de ses idées. Et si elle, elle avait appris à vivre avec son cerveau beaucoup trop actif, ce n’était pas le cas des autres.

- Du coup, j’considère qu’tu veux un formulaire ? J’te savais pas aussi rapide en affaire…

Un nouveau rire, son sourire toujours aussi innocent, alors que son regard pétillant était posé sur lui. Il n’en avait définitivement pas fini avec elle, de ses petites piques et commentaires adressés d’une douce voix, balançant sur une ligne grise, le tout avec un charme certain derrière son air angélique.

- Quant à mon parfum… J’suis plus du genre glace à la pistache. Tiens, c’serait pas mal comme idée. En plus j’ai la dalle. J’ai toujours la dalle tu m’diras et tu n’aurais définitivement pas tort, parce que c’vrai. Mais bon. C’vrai qu’l’entraînement m’a épuisé. T’as pas été super sympa non plus, c’t’important qu’j’le souligne. Après tout, ça vient entacher ton dossier.

Elle s’emportait à nouveau, dans cette cascade de mots qui franchissait ses lèvres à une vitesse hallucinante, se demandant même comment était-il possible de prononcer tout cela en si peu de temps.

- Ton formulaire a b’soin d’être top, vraiment, s’tu veux avoir une chance. Parce qu’bon, avec un tel traitement, c’même pas sûr qu’mes fidèles conseillers aient envie d’considérer la d’mande. Ça va p’t’être faire comme dans tous les bureaux d’gens importants. Un document oublié, rapidement mis aux vidanges…

Elle haussa les épaules, l’air de peu s’en soucier, accusant ses insectes d’un quelconque tort serait fait au formulaire duquel elle parlait.

- Et toi, t’préfères quoi ?

Elle avait une petite idée, mais elle était intéressée de ce qu’il allait dire.

- Quelque chose d’dangereux, assurément.

Le tout dit avec une conviction bien digne d’elle alors que cela ne faisait que très peu de sens. Une saveure dangereuse ? Et puis quoi encore ? Une indice qu’elle avait compris ce qu’il avait sous-entendu, sans pourtant y répondre. Croyait-il encore en son air innocent ? Elle en doutait fortement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Dim 6 Mai 2018 - 0:57


Souriant, Raizen se laissait bercer par le timbre de sa voix qui ne cessait de sonner comme une menace à ses oreilles. Kaede avait tout pour plaire surtout pour quelqu’un qui aimait le danger. Si elle le pensait naïf, elle se trompait fortement alors que Raizen arrivait habilement à lire entre les moindres lignes qu’elles posaient de manières si innocentes. Après tout, s’il ne s’était fié qu’à son apparence, il aurait cru qu’elle était une jeune femme excessivement innocente. Or, elle aimait jouer avec le feu, tout comme lui ce qui donnait une confrontation sourde et paisible, mais trop calme pour être anodine.

Se laissant ainsi aller dans ce jeu à deux, il vint directement s’en prendre à son territoire, mettant les pieds dans les eaux troubles sans pourtant s’y jeter tête première. Après tout, c’était peut-être un piège et il devait s’assurer de ne pas agir de manière trop hâtive. Du moins, c’est ce qu’il aurait pensé en temps normal pour justifier son comportement. Or, il préférait suivre son instinct et se laisser aller en acceptant ses échecs et ses succès.

-Reine ou princesse, ce n’est pas grave. Si je décide d’être différent et de voler la reine, est-ce que ça ferait de moi la volonté suprême et d’éviter de devoir passer par le formulaire ?

Lui faisant un doux clin d’œil, il ignora la partie du formulaire pour le moment, en se contentant de chercher sa saveur de crème glacée favorite. Après tout, c’était plus important que le formulaire qu’elle voulait lui soumettre non ?

-Sinon, j’aime bien mhmm..

Faisant mine de réfléchir, il plongea son regard dans ceux de la jeune fille alors qu’elle s’amusait à balancer tranquillement ses jambes signe d’aise et d’amusement. En réalité, il n’avait jamais pensé à la question, mais sa réponse risquait d’être assez intéressante.

-Je dirais une crème glacée, à la mangue et au melon. Le mieux c’est que lorsque tu t’habitues aux deux, tu finis par avoir un mélange des deux qui renouvelle les saveurs...

Lui faisant un doux sourire alors que son type de crème représentait en quelque sorte son côté Kazejin et plus exotique, il précisa tout de même un élément supplémentaire.

-Sinon, je dirais une crème glacée à l’explosion de caramel avec des morceaux de chocolats et caramels croquants.

Rêvant ainsi au fait que chaque bouchée était différente et pleine de surprise, Raizen décida toutefois de retourner dans le vif du sujet. Après tout, ce n’était pas comme s’il avait oublié le plus important.

-M’enfin, ce n’est pas comme si j’étais dangereux même s’il m’arrive de mordre... la preuve...

S’approchant lentement pour déposer un délicat baiser contrôlé sur ses lèvres. Il débuta toutefois le geste en venant lentement mordre sa lèvre inférieure avant de finaliser le tout de manière plus délicate. Il s’assura d’en donner suffisamment pour qu’elle en ressente l’affection, mais pas trop pour laisser le mystère planer.

-En guise de courtoisie et pour montrer ma bonne volonté, tu as maintenant la preuve que je suis un être totalement...innocent.

Relevant tranquillement la tête alors qu’il venait de lui faire goûter le même effet qu’elle avait laissé sur lui la première fois. Raizen poursuivit toutefois pour ne pas faire comme s’il s’attendait à une réaction quelconque.

-Si tu veux, j’offre même la glace si ça peut me permettre d’éviter le fameux formulaire dont j’aimerais savoir le contenu.

Une question dans une affirmation, c’était ce dont il savait faire le mieux pour satisfaire sa curiosité sans que ce soit trop pesant surtout qu’il devait avouer avoir beaucoup de plaisir dans l’instant actuel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 6 Mai 2018 - 13:13
La jeune Aburame eut un regard interloqué, le fixant avec une surprise non feinte. Il venait de réussir quelque chose de particulièrement difficile, à savoir prendre de court la demoiselle, qui se retrouva quelques instants à tout simplement l’observer, interdite. Et pourtant, il n’avait pas fait grand chose. Elle ne s’était simplement pas attendue à ce qu’il l’embrasse, une taquinerie de leur première rencontre qui semblait avoir toujours des répercussions à l’heure actuelle. Finalement, ce fut son rire qui se fit entendre, léger, qui s’il ne possédait aucune gêne, semblait tout de même un peu plus timide, plus réservé.

Il était décidément marrant. Et, à quelque part, semblait lui ressembler aussi, un peu. Rien de frappant au premier coup d’oeil, ni même après une étude attentive, cependant, il posait des gestes qui semblaient ne répondre à aucune logique si ce n’était que la sienne. Quelque chose de tout particulièrement vrai la concernant mais qui semblait s’appliquer aussi à l’homme qui la tenait toujours dans ses bras.

Sans avoir réellement d’attente, se laissant porter par la vague de la vie, il était tout de même possible d’avoir une petite idée des réactions des gens, le vaste éventail de possibilité qui suivait chaque chose qui était dite et qui était faite. Qu’il vienne lui mordre la lèvre, le tout accompagné d’un baiser qui fut, somme toute, aussi délicat qu’agréable, n’avait pas fait parti des réactions dites possibles. Et c’était ce qui lui avait arraché ce doux sourire qu’elle affichait à l’heure actuelle, elle qui s’était remis du choc premier pour se montrer plutôt amusée par la situation.

- Innocent ? Mouais… Si c’est l’cas, moi j’suis…

Elle s’arrêta dans ses pensées, rigolant à nouveau.

- Ah merde, mais moi j’suis vraiment une reine.

Le regard lui étant dès lors adressé soulignait qu’elle ne le croyait aucunement, cependant, si cela pouvait lui faire plaisir, elle pouvait faire semblant de l’accepter. La suite fut tout aussi amusante, notamment parce qu’il jouait sur une corde sensible pour obtenir ce qu’il voulait.

Terriblement gourmande, manger étant une véritable passion pour la demoiselle, ce dernier lui offrait de la glace pour pouvoir se soustraire à ce formulaire qu’elle avait évoqué, concernant les potentiels prétendants et la sélection qui était rude. De ce fait, il pouvait être tentant d’accepter, après tout, les offrandes étaient aussi acceptées, non, au nom de la reine ? Finalement, elle opta pour quelque chose d’un peu plus joueur, alors qu’elle se redressait légèrement dans ses bras pour que ses lèvres atteignent son oreille. Un murmure qu’il allait pouvoir comprendre très clairement.

- T’sembles bien motiver à vouloir faire parti d’la liste d’prétendants. ‘Fin, j’dis ça j’dis rien hein…

Un rire, encore une fois léger, subtile même, glissé à son oreille, alors qu’elle revenait confortablement s’installer, ses jambes se balançant toujours doucement, son air angélique et son sourire innocent semblait vouloir montrer qu’elle n’avait rien dit. Comme si tout avait été simplement résultat de son imagination.

- Mais pour l’coup, j’te conseille quand même vraiment l’formulaire. D’jà qu’t’es pas très bien vu par la cours, vu comment tu m’as traité, ça t’permettrait d’rattraper un peu l’coup. D’voir qu’t’es quand même quelqu’un d’bien. Par contre c’vrai qu’une glace, ça t’donnerait quelques points, faut pas s’mentir. J’suis facilement corruptible.

Toujours souriante, elle vint hausser les épaules, l’air de dire qu’au final, la décision lui revenait.

- Par contre, j’marche pas !

Et son ton semblait catégorique. Autrement dit, elle était confortablement installée à l’heure actuelle et ne comptait pas en bouger, tant pis pour lui. C’était, après tout, lui qui avait initié la chose en la prenant dans ses bras, qu’il assume maintenant. Et puis, pouvait-on réellement lui en vouloir, alors qu’elle lui adressait son doux sourire innocent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Dim 6 Mai 2018 - 17:13


Alors que Raizen observait le drôle de cirque que Kaede provoquait, il ne pouvait s’empêcher d’avoir un sourire en coin en l’observant. Il savait qu’elle était calme, beaucoup trop calme pour ne pas avoir quelque chose derrière la tête. Ainsi, il ne fut aucunement surpris lorsqu’elle prit un peu plus ses aises en venant lui chuchoter quelque chose à l’oreille. Lui faisant mention du fort intérêt qu’il semblait avoir, ses joues devinrent légèrement pivoine, signe qu’elle avait possiblement raison. Or, c’était aussi un signe de joie ou du moins, une réponse directe aux paroles qu’elle lui avait chuchotée.

Faisant mine de rien, il fut tout de même contraint de devoir se soumettre à ce fameux formulaire. Comme si ce n’était pas assez, sa tentative de corruption ne fonctionna pas comme il le voulait, mais le tout lui importait peu. Après tout, il n’était pas du genre à faire les tests. Les appréciant et les attendant tous plus les uns que les autres, il ne pouvait s’empêcher de se demander ce que le tout pouvait contenir. Si nombreux n’arrivaient pas à ce stade, combien de gens survivaient réellement à cette étape ?

-Ne me dis pas que tu as douté être de sang royal pendant un instant...

Lui faisant un clin d’œil, il faisait nettement référence au fait qu’elle agissait bel et bien comme une princesse. Ne désirant pas marché alors qu’il n’avait même pas été si intense lors de leur combat, Raizen décida de faire exception pour cette journée.

-Ne prend pas ça comme habitude par contre, je te vois déjà venir.

Masquant ce dernier sourire, il voulait s’assurer de ne pas lui donner l’impression qu’elle pouvait avoir tout ce qu’elle voulait quand elle le voulait. Autrement, ça aurait été l’induire en erreur surtout qu’il était très souvent d’humeur taquine lorsque venait le temps d’interagir avec les autres.

Ainsi, il prit la direction du village. Prenant son temps, il s’assurait qu’elle soit à l’aise tout au long du trajet. Par moment, il lui arrivait même de plonger ses iris dans les siens sans dire un mot avant de finir par sourire. C’était une manière pour lui de s’équiper de nombreuses taquineries sans forcément les énoncer.

-Si je me fie au dicton : tels parents, tels enfants, je suppose que tes insectes voudront aussi une glace à la pistache ?

Se posant soudainement une question qu’il avait probablement été le seul le à se poser dans toute l’existence de Kaede, Raizen était curieux de savoir si ceux-ci étaient intéressés par ce genre de produits. Après tout, il lui arrivait de voir certains insectes tournés autour de produits à fort taux de sucre. Ainsi, il croyait fermement en cette possibilité surtout que ça lui permettrait d’avoir une meilleure perception auprès de la cour.

-Si ça peut me permettre d’être mieux vu auprès de la cour...

Réalisant qu’ils étaient indirectement en route vers leur deuxième date, il décida de ne rien dire et se contenta de continuer de marcher. Laissant le vent bercer sa chevelure, il vint soudainement trancher le moment avec sa curiosité.

-Motivé ou pas, tu sais aussi bien que moi que je suis curieux et que ça pourrait possiblement augmenter mes chances si j’en savais un peu plus sur le contenu du formulaire...à moins que tes autres prétendants soient plus intéressants...

Larguant le tout comme si ce n’était qu’une simple pensée, il testait indirectement l’envie de Kaede de vouloir l’aider dans sa ‘’motivation’’.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 12 Mai 2018 - 1:23
Elle fit mine de réfléchir, quelques instants, bien installée dans ses bras et son regard levé vers lui. Un doux sourire flottait sur ses lèvres, s’étirant doucement tandis qu’elle inclinait légèrement la tête pour mieux l’observer.

- Trop tard.

À quel sujet ? Elle haussa les épaules, elle aussi faisant l’air de rien alors qu’elle ne comptait pas le laisser tranquille. S’il lui avait dit de ne pas en faire une habitude, elle pouvait lui promettre qu’elle se ferait un plaisir de le faire, pour la simple envie de lui donner tort et, surtout, pour celui de faire exactement ce qu’il lui plaisait. Peu importe ce qu’il ajoutait par la suite ne l’amènerait pas à changer d’idée et ça il devait nécessairement le savoir. Ils ne se connaissaient pas depuis bien longtemps, loin de là même, mais il semblait avoir bien réussi à cerner quel genre de personne était-elle.

En direction donc du village, la question du Meikyû était amusante. Nul n’avais jamais réellement pris la peine d’apprendre à la connaître elle et tout ce qu’impliquait être une Aburame. Ces insectes, une partie d’elle même dont elle ne comptait jamais se débarrasser.

- C’est une bonne question mais nope, c’pas l’cas. Ils préfèrent l’chakra. L’mien, plus précisément. Donc t’en fais pas, j’te ruinerai pas.

Parce qu’il payait, bien évidemment. Elle était, après tout, une reine. Ou une princesse. De la royauté quoi. Arrivant au village, elle lui fit savoir que ça allait, qu’elle pouvait désormais marcher, et s’extirpa donc de ses bras pour tomber élégamment sur ses pieds, les bras ouverts de chaque côté de son corps pour s’assurer de garder son équilibre.

Elle roula des yeux, le visage levé vers lui tandis qu’elle était clairement plus petite, du haut de son mètre cinquante et des poussières. Un soupire s’échappa de ses lèvres, accompagné d’un rire, marchant de reculons pour se rendre à bon port tout en l’observant. Quelques insectes derrière elle lui éviteraient quelconque accident, elle en était convaincue. Elle fit mine de réfléchir, un sourire discret sur les lèvres, se mordillant la lèvre inférieure, signe que son cerveau fonctionnait à toute allure.

- Trop curieux, trop d’questions. En vrai, t’sais quoi ? J’te donnerai même pas l’formulaire.

À nouveau, un doux rire se fait entendre, le sien, alors que son regard pétillant ne quitte pas le jeune homme qui lui fait face.

- T’es habitué d’avoir toujours toutes les cartes en main, neh ? Genre t’réfléchis en ayant toutes les réponses et toutes les informations dont t’as b’soin. C’bien d’agir comme ça, ça t’permet sûrement d’éviter bien des conneries, j’te l’accorde. Mais après… C’nul non ?

Elle vint arquer un sourcil, toujours avec un sourire en coin, son ton léger.

- Puis bon, après, c’pas à moi d’te motiver hein. T’fais c’que t’veux au final.

Elle lui adressa un clin d’oeil, haussant les épaules.

- Quant aux prétendants, j’pense pas qu’t’ais beaucoup d’compétitions.

Cette idée l’amusait plus qu’autre chose, ce qui était visible sur son visage, avec le large sourire qu’elle affichait. Elle vint porter une main à ses cheveux, tressant ses longues mèches pâles tandis que le vent continuait de souffler dans ces dernières, le tout en dirigeant ses prunelles claires sur le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Sam 12 Mai 2018 - 15:57


Alors qu’ils étaient respectivement en direction du village, Raizen eut droit à ce qu’il pouvait considérer comme un traitement spécial Kaede. En effet, en plus de soudainement lui décliner l’accès au formulaire, celle-ci venait de lui remettre en pleine face la mauvaise habitude qu’il pouvait avoir à vouloir constamment avoir tous les renseignements pour progresser. C’était si on veut un moyen pour lui de garantir bien des choses. Or, elle se trompait puisqu’il y avait toujours une part de risque même si l’information y était simplement parce qu’il était impossible d’avoir accès à la totalité de l’information, les états d’âme d’autrui, etc. Il y avait beaucoup d’éléments qui étaient laissés à la discrétion de la chance. Malgré tout, elle marquait un point important qui n’allait que plaire plus à Raizen. Appréciant toujours un défi, une situation nouvelle, le fait de ne pas passer par les sentiers sur lesquels tout le monde avait fait du chemin lui ressemblait bien. Il préférait défricher un nouveau chemin, une nouvelle voie qui n’avait pas été empruntée préalablement qu’il réussisse ou pas.

-J’ai bien hâte de voir comment ça va se passer sans formulaire.

S’arrêtant pour la fixer alors qu’elle jouait dans sa chevelure, Raizen lui offrait un regard complice, se noyant ainsi dans ses iris pétillants. Ayant un léger sourire aux lèvres, il ne pouvait s’empêcher de trouver la situation excessivement plaisante. Si on veut, c’était ce genre de fraicheur et de dynamisme qui pouvait rendre n’importe qui heureux le temps d’un moment. C’était d’ailleurs ce genre de moment qui poussait Raizen à aller jusqu’à abandonner sa curiosité pour simplement vivre le moment actuel. Il savait pertinemment qu’être en constante réflexion pouvait mener certains individus à ne pas vivre le présent, chose qu’il voulait à tout prix éviter. Le coût en aurait été trop élevé sachant que chaque seconde avec Kaede était renouvelée d’un dynamisme nouveau et assez imprévisible. Atteignant le summum de l’inattendu, il préférait mettre de côté toutes ses armes secrètes pour les utiliser au grand jour.

-Je préfère que tu me le fasses vivre ou passer les questions en live, comme ça je n’aurais pas toutes les cartes en main.

Levant les épaules comme s’il comptait se défendre de quelque chose, il ajouta une précision.

-De toute façon, ce n’est pas comme si j’ai besoin de toutes les informations. On verra bien ce qu’il se passera.

Amenant soigneusement sa main à sa joue pour lui voler une délicate caresse, un sourire charmeur s’affichait sur son faciès des plus taquins. Arborant un air en disant long sur le fait qu’il avait possiblement de nombreuses idées de taquineries en tête, il en sélectionna une et poursuivit sans se poser plus de questions.

-Ensuite, je dis ça, je ne dis rien, mais j’imagine que la compétition sera peut-être minime, mais risque d’être féroce.

Continuant de plonger son regard dans le sien, il dut se retenir de lui demander si elle avait un favori dans cette compétition. Malgré tout, il se remémora ce qu’il venait de dire à la dernière minute.

-Mais quelle que soit la compétition, la plus grande compétition sera fort probablement moi-même et ma capacité à te surprendre.

Lui faisant un clin d’œil alors qu’il lui annonçait ouvertement son plan, il vint glisser sa main sur son épaule afin de reprendre lentement la route.

-Par contre, toi aussi tu devras ‘’vivre’’ le formulaire. Je ne t’en dis pas plus pour le moment, tu verras en temps et lieu. Du moins, si ça t’intéresse...

Sachant pertinemment qu’il jouait sur le jeu de la curiosité, Raizen savait très bien que ses sceaux représentaient des compagnons de taille qui se devaient d’accepter les prétendantes. Après tout, les ancêtres avaient diverses fonctions et s’ils étaient pour faire partie de sa personne, ils se devaient respectivement de vivre en symbiose avec le corps qui était leur hôte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 13 Mai 2018 - 19:42
Le Meikyû semblait apprécier les contacts physiques, ou, tout du moins, semblait être quelqu’un de particulièrement tactile. Ce fut l’idée qui traversa l’esprit de la demoiselle tandis qu’elle sentait à nouveau sa main contre sa joue, lui arrachant un large sourire. Ses joues prirent cependant une teinte plus colorée au sourire qu’il lui envoyait, la déstabilisant légèrement, sans trop qu’elle ne s’explique pourquoi. Il était à peu près aussi joueur qu’elle et s’il s’agissait de quelque chose qui lui plaisait, elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il allait très certainement réussir à la surprendre. Ce qui était déjà le cas, si elle se remémorait le baiser qu’il lui avait volé tandis qu’ils prenaient la direction du village. Il s’agissait d’un personne particulier dont, si elle avait les grandes lignes, elle éprouvait certaines difficultées quant à réellement comprendre qui était-il. Cela ne rendait le tout que plus intéressant.

Comme toute réponse, elle haussa les épaules, l’air de dire que, pour le moment, elle ne pouvait lui en dire plus sur sa situation ni celle des potentiels opposants qu’il allait avoir. Elle était curieuse quant à ce plan qu’il préparait, toutefois, quelque chose lui disait qu’il ne servait à rien de tenter de savoir ce qu’il en retournait, qu’il ne lui ferait pas le plaisir que de tout lui dire. De ce fait, elle ne pouvait qu’attendre ce moment où elle aurait à vivre ce formulaire dont elle avait elle-même parlé.

- Han, c’pas juste. T’sais, c’mon formulaire pour savoir si toi, t’es à la hauteur. À moins qu’tu m’considères comme prétendante à… T’es quoi au fait ? Parce que, d’jà qu’tu m’demandes même pas mon avis et qu’t’assumes, faudrait d’jà j’sache j’suis prétendante à quoi.

Elle interprétait tout comme elle le voulait, ce qui ne faisait pas changement de l’habitude. Le tout avec son large sourire innocent, toujours trop agréable.

- Parce qu’bon, au mieux, t’es un chevalier… Protecteur d’la sainte trinité, toussa…

Un rire s’échappa de ses lèvres alors qu’elle lui rappelait le cruel événement menant à son échec quant à l’affrontement qu’ils avaient eu. Oh, il était fort et elle ne pouvait le nier. Son corps lui semblait encore douloureux quant à l’attaque venue de ses clones. Cependant, elle avait su faire preuve d’ingéniosité, exploitant une faiblesse qu’elle-même n’avait pas.

- Oh, pardon, j’oubliais presque, m’sieur est un héros. Tiens, t’gagnes même quelques points auprès du conseil. Après tout, faut d’un homme capable d’protéger la reine. Mais d’coup, ça d’vient quand même un peu compliqué… Ça m’engage à quoi, l’formulaire qu’t’veux m’faire vivre ?

Son regard était curieux alors que son sourire se voulait taquin. Elle avait repris sa route et ils se trouvaient désormais face à un marchand de glace. Elle commanda la sienne, le tout avec un enthousiasme digne d’un enfant, attendant dès lors patiemment auprès de celui qui se trouvait à ses côtés, beaucoup trop grand lorsque comparé à elle.

- S’tu veux un secret…

Elle lui fit signe de se rapprocher vers elle, qu’elle puisse ainsi lui murmurer les prochains mots à l’oreille, le tout toujours sur un ton de la plaisanterie.

- S’tu veux m’surprendre, arrête d’réfléchir.

Aussi simple que cela. Elle lui adressa un énième clin d’oeil pour finalement attraper le cornet lui étant tendu, attirant dès lors toute son attention. Déjà qu’elle était rapidement distraite, elle pouvait devenir intenable lorsque la situation concernait de la nourriture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Dim 13 Mai 2018 - 21:50


Échappant des rires du début à la fin, Raizen devait avouer vivre beaucoup de plaisir en présence de cette chaleur qu’apportait Kaede. Elle était une version assez taquine de sa propre personne tout en étant totalement l’opposé. Si celui-ci réfléchissait beaucoup et calculait ses moindres taquineries pour venir surprendre les autres, celle-ci faisait le contraire ce qui portait à croire qu’ils étaient des êtres complètement différents. Cependant, ce que peu de gens réalisaient, c’était qu’au plus profond de Raizen résidait une facette de lui qu’il commençait de plus en plus à accepter et à embraser. Si on veut, Kaede l’aidait indirectement à faire appel à cette partie sans qu’il soit prisonnier et dans ses derniers retranchements. Elle lui permettait d’être la totalité de Raizen et non une partie, chose qu’il appréciait particulièrement. Le tout allait même au point qu’une fois devant le marchand, il ne put s’empêcher de rougir indirectement face à cette confidence qu’elle venait de lui faire. Allumant une flamme à l’intérieur de lui comme un brasier vif, Raizen étira un long sourire alors que des frissons s’étaient emparés de son derme. Tout laissait croire qu’elle avait dit ça dans une provocation subtile afin de voir ce qu’il pouvait offrir. S’il y avait bien une chose qu’elle voulait, c’était la surprise, l’extase ressentie lorsqu’une réalité inattendue se produisait devant soi. C’était ce que Kaede recherchait et indirectement ce qu’il pouvait offrir.

-Si je dois arrêter de réfléchir, alors je vais te faire une confidence aussi.

Lui souriant alors qu’il s’apprêtait à garder le contenu de son formulaire confidentiel, il attrapa sa crème glacée suivie d’une petite cuillère en bois. Il faisait partie de ceux qui aimaient consommer leur crème glacée avec une cuillère pour faciliter la dégustation. Or, il ne l’avait pas pris parce qu’il était très technique et aimait les détails. Si Kaede avait pu y voir une certaine illustration de leur personnalité respective dans la manière dont ils consommaient leurs crèmes glacées respectives, elle risquait d’être surprise.

-Sache que le formulaire ne t’engage à rien, mais que je ne suis pas responsable des conséquences liées au processus de sélection.

S’étant avancé à son tour pour venir lui murmurer ses quelques paroles à l’oreille, il se retira lentement en lui offrant un sourire beaucoup trop docile pour être inoffensif. Dans son regard, on pouvait clairement y voir des iris pétillants qui montraient clairement qu’il avait une idée en tête. Laquelle ? Lui-même ne le savait pas. En réalité, il en prenait conscience en même temps qu’il la faisait, signe pertinent que le tacticien fou en lui était à cheval avec son sens du calcul.

-Et le processus de sélection est justement intéressant parce que moi-même je n’en connais pas l’issue ni les étapes.

Se montrant sous une facette complètement différente, Raizen demeurait toutefois présent la situation, signe qu’il ne tentait pas d’être quelque d’autre. Il laissait simplement un côté caché prendre le dessus, signe qu’il était à l’aise d’être en totalité lui-même. Portant ainsi sa crème glacée à la mangue à ses lèvres, il s’arrêta d’un seul coup alors qu’il fixait celle-ci.

Ils étaient dorénavant en retrait du stand de crème glacée, et sa cuillère était toujours à proximité de ses lèvres.

-Tiens, tu devrais y goûter, tu finiras aussi par comprendre la saveur...

Amenant tranquillement sa cuillère aux lèvres de Kaede, il plongea ses iris dans les siens avant de venir lui permettre de goûter en premier à sa glace. Nourrir quelqu’un avait son charme, mais finissait toujours de manière plus ou moins correcte. Ainsi, un mince filet de crème glacé était visible proche de sa lèvre. L’avait-elle remarquée ? Le temps d’y penser, il bougeait déjà instinctivement, un sourire flirtant sur ses lèvres pour venir délicatement saisir son menton et venir lui soutirer de la langue le plaisir de venir terminer cette quantité minime de glace qui trainait sur le bord de sa lèvre. Lui privant ainsi de cette fin, il recula légèrement son visage sans pour autant creuser une distance trop importante entre eux. Au contraire, il s’était même permis de frôler ses lèvres avec les siennes alors que son sourire faisait toujours partie du jeu. Ses iris plongeaient dans les siens, signe pertinent qu’il se laissait bercer par le feu de l’action.

-la saveur que peut avoir le mystère et le désir de ne pas savoir...

Lui retournant un énième sourire, Raizen en avait presque oublié ses taquineries sur le fait qu’il était maintenant un héros.

-Au final, c’était mon devoir de héros de venir te sauver d’un dégât non ?

Faisant une fausse mine interrogatrice, il entrait dans ce jeu sans avoir de plan alors qu’il savait pertinemment qu’elle était une experte à ce jeu. Pourtant, le meilleur moyen pour lui de la surprendre était en se surprenant lui-même. Le meilleur moyen pour qu’il y arrive n’était pas compliqué, il devait simplement agir avant de raisonner.

-Wanna try it ?

Lui répétant une question qu’elle lui avait posée alors qu’il était venu porter la cuillère à la seconde saveur qui formait sa glace à la mangue et au melon, il comptait lui offrir une combinaison des deux en même temps. Or, était-ce vraiment ce qu’il lui demandait de tester ? Qui sait, de toute manière, elle interprétait toujours tout à sa manière et ça , il comptait l’utiliser à son avantage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 13 Mai 2018 - 22:33
Ce formulaire dont il lui parlait se montrait assez intriguant. Elle n’était même pas certaine quant à ce qu’il concernait ni même ce qu’il était supposé représenter. Et, a priori, il semblait se faire un plaisir de ne pas la tenir informer sur la question. Soit. Ce n’est pas comme si avancé sans savoir où elle allait l’embêtait, bien au contraire. Elle vivait sa vie avec cette mentalité, préférant s’avancer les yeux fermés, se laissant ainsi bercer par tous les événements qui ponctuaient sa route. Si certains pouvaient considérer sa façon de voir la vie comme étant celle de quelqu’un de faible, ne serait-ce que parce que voilà qu’elle avait abandonné l’idée de prendre les rennes de cette dernière, pour sa part, elle se contentait d’apprécier tout ce qu’elle avait à offrir. En se dirigeant dans une seule direction en n’observant qu’un seul objectif, la vision générale qu’une personne avait sur le monde devenait beaucoup plus étroite. En se laissant bercer sur l’océan de possibilités que représentait sa vie, elle gardait ainsi un regard vif sur tout ce qui se déroulait tout autour d’elle, lui permettant ainsi de se saisir d’opportunités qu’elle n’aurait même jamais envisagé si elle s’était tenue sur une route trop étroite qui ne permettait pas d’en dévier.

Autrement dit, sa vie ne se contentait pas d’être une route menant d’un point A à un point B. Il s’agissait d’un océan allant tantôt à droite, tantôt à gauche, tantôt avançant et parfois faisant demi-tour. Elle se contentait de vivre chaque secousse, chaque nouvelle vague, en appréciant chaque nouveau mouvement, chaque tournant différent que son navire prenait. Quant à où allait-elle s’arrêter ? Elle verrait en temps et lieux. Elle observait, découvrait et profitait des opportunités qui se dessinaient devant elle, ces ports qu’elle voyait apparaître et qui pouvaient se retrouver victimes de sa curiosité.

- Encore une différence, entre toi et moi.

Elle lui adressa un sourire se voulant presque mystérieux alors qu’elle vint toutefois prendre entre ses lèvres la cuiller lui étant tendue.

- T’es pas obligé d’comprendre quelque chose pour l’apprécier. J’comprends pas trop ta saveur, et pourtant…

Elle haussa les épaules, laissant sous-entendre bien des choses qui se voulaient pourtant évidentes. Elle l’aimait bien, cela ne faisait aucun doute, tout comme elle appréciait sa compagnie. Elle lui adressa donc simplement un sourire, comme elle le faisait bien souvent, lui laissant le loisir de comprendre ce qu’il souhaitait. Elle le faisait bien, après tout.

Sans être surprise par son geste (elle était rarement surprise, et puis, elle avait compris qu’il pouvait se montrer tout aussi tactile qu’imprévisible), elle laissa entendre un rire, près de son visage. Son regard était pétillant, signe évident qu’elle s’amusait de toute cette situation qui la sortait de son quotidien, tout comme elle appréciait ce moment qui était unique en sa compagnie. Il y avait décidément des gens intéressants, à Kumo, assez du moins pour attirer ainsi son attention. Sans compter qu’elle rencontrait rarement des gens en mesure de rivaliser avec elle.

- You already know the answer, don’t you ?

Elle avait soufflé ces paroles sur un ton léger, ne le lâchant pas du regard, lui offrant un sourire aussi innocent que provocateur. L’Aburame était une jeune demoiselle joueuse, qui aimait se lancer vers ce qu’elle ne connaissait pas et ne comprenait pas, appréciant l’océan devenue eau vive en cet instant même.

- Faut pas m’donner un défi, ou un truc qui y r’semble… T’sais d’jà qu’j’vais dire oui.

À nouveau, elle rigola, toujours de cette légèreté propre à elle-même, se demandant s’il parlait de la crème glacée qu’il tenait ou de toute autre chose. Parlant de glace, la sienne commençait tranquillement à fondre dans son cornet et, pour la première fois depuis un bon moment, ce qui relevait presque du miracle, son attention était occupée ailleurs que sur de la nourriture qu’elle avait pourtant à proximité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Mar 15 Mai 2018 - 5:40


Gardant son attention concentrée sur Kaede, il ne put s’empêcher de réprimer un sourire qui voulait tout dire. Tout d’un coup, une tension ayant une autre saveur s’était installée. Il n’y était pas accoutumé, et c’est ce qui faisait tout le charme de la situation, le fait que tout ça était en quelque sorte nouveau. Après tout, comment était-il censé prévoir ou réfléchir s’il ne connaissait pas quelque chose ? Si on veut, c’était l’improvisation à l’état pure qui dirigeait chacune de ses actions, du début jusqu’à la fin, chose qui risquait d’être vue par Kaede. Or, de ce qu’il savait, elle s’en foutait autant que lui. Tous deux se préoccupaient de phénomènes différents qui finissaient par être intéressants pour les deux individus à la fin.

Laissant une légère teinte rougeâtre pigmenter ses joues alors que celle-ci lui redonnait indirectement l’attention qu’il lui offrait, Raizen ne pensait pas. En fait, il n’en avait plus le temps. C’était une question d’agir ou de subir, ni plus ni moins. Le pire dans tout cela, c’était que les deux options étaient intéressantes, et ce simplement parce que Kaede était quelqu’un d’aussi joueur que lui. Ainsi, alors que ses iris étaient plongés dans les siens, il remarqua que sa crème glacée risquait de lui couler sur les doigts. Habilement, il vint prendre la cuillère sans pour autant délaisser le contact visuel. Puis d’un bref geste, il vint sauver la partie qui allait couler sur ses doigts pour venir la prendre et l’amener à ses propres lèvres.

-Encore un autre sauvetage réussi lui dit-il alors qu’il lui faisait un clin d’œil au même moment.

Raizen savait bien évidemment la réponse, il la connaissait toujours en fait. Kaede se contentait toujours du plus simple ou de l’essai à condition d’avoir un intérêt suffisamment élevé pour l’autre personne.

-Mais bon, en voilà un point en commun, on aime tous les deux se lancer dans des aventures par pure curiosité.

Soufflant délicatement ses paroles alors qu’ils étaient toujours à proximité l’un de l’autre, le Meikyû n’hésitait aucunement à montrer que contrairement à la dernière fois, il était intéressé. Après tout, il ne servait à rien de se cacher. Masquer quelque chose d’évident était futile d’autant plus que dans le cas suivant, ce n’était pas ce qu’il tentait de voiler. Pour pouvoir masquer quelque chose de plus important, de plus imprévisible, il se devait de prétendre jouer cartes sur table alors qu’en réalité, il allait la surprendre sans lui-même s’en rendre compte.

-Au moins, être un héros me permettra de nous sauver à la dernière minute, comme dans les livres...

Lâchant un léger rire alors qu’il se trouvait relativement comique d’utiliser soudainement son titre de cette manière, il poursuivit sans pour autant s’éloigner. Au contraire, il vint délicatement se saisir de sa joue afin de l’amener délicatement proche de ses lèvres. Se positionnant au niveau de son oreille, il vint lui chuchoter quelques paroles supplémentaires.

-Le mystère à ses charmes...

Laissant son souffle agir comme seul point de contact, il abaissa légèrement le visage afin de frôler son cou du bout du nez. Remontant lentement le Meikyû l’affrontait toujours plus du regard alors qu’il suscitait quelque chose de nouveau et différent de la dernière fois. Grâce à son sourire en coin, on pouvait aisément voir que ce n’était que le début d’une série d’actions sur lesquelles il comptait possiblement attirer sa curiosité, car en réalité, lui-même ne savait pas jusqu’où ça irait. En fait, il vint délicatement prolonger le contact de sa main sur son visage pour l’attirer cette fois-ci proche du sien. Soutenant ainsi un doux baiser sur lequel il vint la taquiner en se saisissant de sa lèvre inférieure en premier, Raizen venait en quelque sorte de sceller sa promesse de venir la récupérer même si tous les deux plongeaient dans le risque. C’était son rôle après tout non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 15 Mai 2018 - 16:39
Son attention se reporta sur le cornet qu’elle tenait entre ses mains tandis que celui se trouvant devant elle en profita pour venir lui en voler. Affichant une moue des plus matures, elle vint ramener la crème glacée devant elle, croquant dans ledit cornet tout en souriant doucement. Un sourire qui sous-entendait bien des choses tandis qu’elle gardait son regard pétillant plongé dans celui mordoré du jeune homme. Elle s’amusait de la situation, mais aussi de ce qu’il disait. Ou, plutôt, de ce qu’il semblait comprendre d’elle, qui s’avérait vrai mais jamais tout à fait. Il avait encore du chemin à faire pour réussir à saisir toute la complexité de la personne qu’elle était. Et pourtant, elle était terriblement simple à comprendre, pour quiconque étant en mesure d’avoir le même regard qu’elle sur la vie, chose qui était assez rare.

- Un point commun, vraiment ?

Un rire s’échappa de ses lèvres, semblant presque moqueur tandis qu’elle haussait des épaules, à nouveau, l’air de dire qu’il avait tort.

- J’me lance pas dans une aventure.

Avant de poursuivre, elle s’attarda sur la glace qu’elle tenait avant qu’elle ne fonde davantage, venant passer sa langue sur ce dernier pour éviter qu’elle en ait sur les doigts. Le tout sans le lâcher du regard, bien évidemment, ce serait moins drôle autrement.

- J’me laisse porter par elle.

Saurait-il comprendre ce qu’elle disait ? Elle n’en était pas certaine. Aussi ouvert d’esprit semblait-il, il n’en restait pas moins qu’ils étaient deux êtres totalement différents, malgré des ressemblances. Là où sa curiosité l’amenait à poser nombreuses questions, la sienne la poussait à observer et se laisser porter par la nouvelle information. Ils voyaient la vie différemment, tout comme leur façon de la vivre était à l’opposée. Ce qui n’était pas pour lui déplaire, bien au contraire, alors qu’elle aimait en apprendre plus sur les autres, ouvrir son regard à comment est-ce que les autres pouvaient bien voir une situation quelconque.

La différence avait quelque chose de particulier qui amenait généralement les humains de l’avant, pour peu se décidaient-ils de l’embrasser plutôt que de la rejeter. Car s’il était vrai que ce qu’ils ne connaissaient pas les effrayaient, il y avait pourtant à apprendre qu’elle trouvait dommage de se fermer ainsi à ce qui venait perturber le quotidien.

Elle ne pouvait le voir autrement que comme un personnage particulier qui semblait encore en quête de sa propre personne. C’était l’idée qu’elle s’en faisait, dans sa façon d’agir, qui semblait encore réticent quant à l’idée d’abandonner toute réflexion, ce qui semblait être l’essence même de sa personne, pour quelque chose de beaucoup plus spontané qu’elle venait peut-être indirectement (ou directement) éveillé chez lui. Elle se laissa ainsi bercer par le baiser, venant toutefois porter sa main à son menton pour le forcer à couper court au contact, et ce, malgré qu’il fut plus qu’agréable. Son sourire joueur en disait encore une fois plus qu’elle semblait tenter de partager.

- Effectivement, l’mystère à son charme. C’serait dommage d’brûler des étapes, non ?

De quoi voulait-elle parler ? À voir ce qu’il voulait bien comprendre. Elle se décala donc légèrement, venant ainsi imposer une distance entre eux deux. Il était ironique qu’elle soit celle tenant de tel propos, ne serait-ce que si elle prenait en considération les événements de leur première rencontre, cependant, elle n’avait jamais dit être quelqu’un de très cohérente dans ce qu’elle faisait. Elle agissait bien souvent, pour ne pas dire toujours, sous l’influence du moment présent.

- Puis, j’pense qu’j’t’en ai assez dit pour un second rendez-vous, non ?

Revenant à ce qu’elle lui avait dit lors de leur première rencontre, le tout en lui adressant un clin d’oeil.

- Va falloir t’laisser charmer par le mystère plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Mer 16 Mai 2018 - 4:43

Souriant alors que Kaede venait de séparer lentement ce doux moment, il pouvait lire un éclat de plaisir sur son faciès des plus transparents. Il avait beau retourner la question dans tous les sens, mais il ne saurait arriver à une conclusion quelconque. Au contraire, il était confronté à quelque chose qui était loin d’être logique. Franchissant le cap de l’illogique et de la logique, Raizen avait tout à perdre en tentant de comprendre toute la complexité qui pouvait se cacher dans la simplicité. Le fait de parler de brûler les étapes venait de le déstabiliser subtilement avec la même intensité que le fait qu’il mérite un second rendez-vous. En réalité, depuis le départ, il considérait ce moment nouveau comme étant indirectement devenu un nouveau rendez-vous. S’était-il trompé ? Il n’en était pas certain, mais il appréciait tout de même cette volonté de garder le mystère entre eux et de ne pas se précipiter. Après tout, ils avaient tout leur temps devant eux et peu importe ce qui arrivaient, l’essentiel était qu’ils auraient profité des moments passés ensemble. C’était de cette manière que Raizen percevait la situation, se laissant simplement aller d’un simple sourire complice qui voulait tout dire.

Se redressant lentement sans pour autant creuser une très grande distance entre eux, il vint délicatement caresser la joue de l’aburame, lui appliquant un délicat touché qui était presque un signe de tendresse. Or, le tout pouvait très bien tourner en jeu, l’un tenant la barbichette de l’autre en évitant de rire. Malgré tout, l’essence du moment était autre, leur permettant de jouer sur la corde mince qu’ils cultivaient. Tomber à droite avait une issue différente du fait de tomber à gauche, chose qui représentait aisément la dualité des deux individus complètement distincts. Ainsi, chacun d’entre eux marchait sur cette mince corde, se supportant respectivement en se tenant la main. De leurs sourires joueurs, ils espéraient peut-être faire chavirer l’autre dans un sens plutôt que l’autre. Or, ce dont Raizen venait de comprendre était complètement différent. Au lieu de se demander de quel sens l’un allait tomber, il était plus important et plus intéressant de vivre le moment, laissant les conséquences au moment où elles deviendraient conséquentes. Autrement, ils risquaient tous deux de manquer les phases critiques. Ainsi, griller les étapes ne risquait que de briser le chemin qui était tracé devant eux.

-Oh ne t’en fait pas pour ça, ce ne serait pas vraiment un mystère s’il ne l’était que quelque temps.

Lui rendant un clin d’œil démontrant pertinemment qu’il approuvait ces dires, il vint toutefois la contredire en s’attaquant à son tour à sa crème glacé de manière tout aussi joueuse. Gardant le contact visuel, il vint sauver la mise, signe pertinent qu’il n’hésiterait pas à aller sur son propre territoire pour la prendre à son propre jeu.

-Pour la suite, faudra consulter la collectivité.

Ricanant en prétextant indirectement que le tout avait l’air d’une sortie de ce genre, il n’avait pas tort de penser cela. Or, le plus comique était à quel point Kaede semblait vouloir avoir un ordre dans un chaos alors qu’elle préférait suivre son instinct plutôt que la raison.

-Mais j’aime le fait que tu aimes avoir des étapes même si au final, c’est pour ne pas forcément les suivre.

Lui faisant lentement un clin d’œil, il arborait cet air taquin et mystérieux que lui seul connaissait.

-Les règles sont parfois faites pour être briséses, aussi rassurantes soient-elles.

Venant lui voler subtilement un morceau de sa crème glacé avec la cuillère, il se contenta de lever les épaules, signe pertinent qu’il était de bonne humeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 16 Mai 2018 - 16:20
Bien qu’il semblait assumer rapidement quel genre de personne était-elle, ne saisissant pas totalement la complexité de sa personne, elle se devait d’admettre qu’il apprenait vite. Comme toute réponse, alors qu’il soulignait que, pour la suite des choses, l’avis de la collectivité serait nécessaire, elle lui offrit un sourire entendu tout en haussant des épaules. Pour l’instant, sa crème glacée était redevenue priorité dans son esprit, ne serait-ce que parce qu’elle souhaitait en profiter avant qu’elle ne fonde dans sa main. Il lui avait offert une glace à la pistache, elle ne pouvait tout simplement pas en profiter. Ce serait injuste pour lui. Voilà. Elle le faisait bien évidemment pour lui et non pas seulement parce qu’elle était de nature gourmande, encore plus lorsqu’il s’agissait de quelque chose de bien sucré.

Il y avait dans cet échange quelque chose de particulier, mais d’agréable aussi. Il lui était rare de rencontrer des personnes telles que le Meikyû. D’ordinaire, les gens s'essoufflaient rapidement en sa présence, ne serait-ce que parce qu’elle ne s’arrêtait jamais, ou presque. Et pourtant, lui suivait le rythme, tentant même d’y imposer le sien grâce à une répartie qu’elle ne pouvait qu’apprécier. Il était définitivement différent des autres, ou, tout du moins, c’était tout ce qu’elle pouvait penser de lui. Différent, mais tout particulièrement intéressant, parce qu’il lui présentait des facettes de sa personne qui en venaient à entrer en contradiction avec lui-même. Qui était-il ? Une question dont elle n’avait pas encore la réponse.

- Ya ! S’tu voulais d’la glace à la pistache, t’aurais pu t’en prendre.

Elle vint dès lors éloigner son cornet de lui, non sans un éclat de rire montrant le peu de sérieux qu’elle avait à l’heure actuelle. Elle en vint toutefois presque à montrer les dents, sa nourriture étant quelque chose de sacré pour elle.

L’observant toujours d’un regard curieux, son sourire était léger mais bien présent, s’amusant de ce qu’il lui disait, soulignant ainsi de nouveau son manque évident de logique. Était-ce réellement le cas ? Au final, elle ne répondait qu’à une seule logique, la sienne, peu importe si les autres arrivaient, ou pas, à la suivre. Et même encore, elle n’y répondait que lorsqu’elle en avait envie. Peut-être était-ce pour cette principale raison que les gens avaient tendance à la voir comme quelqu’un d’étourdissant.

- Au final, j’ai des étapes que quand ça m’arrange.

Elle lui adressa à son tour un clin d’oeil, toujours aussi joueuse.

- Mais du coup…

Elle se pencha vers lui, souriante, continuant de manger tranquillement le cornet qu’elle tenait, le dévisageant de son regard pétillant.

- À voir quelles règles t’veux briser.

Finissant son cornet, son sourire était soudainement plus énigmatique. Pour sa part, des règles… S’en imposait-elle réellement ? La seule lui étant réellement importante lui venait surtout d’un besoin presque viscéral, celui de vivre. Vivre jusqu’au bout, comme elle l’entendait, pour profiter de tous ces jours qui lui avaient été octroyés contre un prix cher payé.

Elle vint rapidement franchir la distance les séparant, venant ainsi s’imposer à lui en entourant son torse de ses petits bras, appuyant sa tête contre lui, un doux sourire sur les lèvres. Une façon pour elle de venir le remercier du soutien qu’il lui avait offert aujourd’hui tandis qu’elle avait eu un cruel besoin de partager ce qu’elle avait sur le coeur, de toute cette histoire qu’elle n’avait jamais pu raconté à quiconque. Et lui, il lui avait donné la chance de le faire, et ce, quand bien même ne se connaissaient-ils pas depuis longtemps, ni même beaucoup. Décidément un curieux personnage…

Elle aurait pu ajouter autre chose, toutefois, il lui arrivait, par moment, de se décider de rester silencieuse, faisant ainsi comprendre autrement ses sentiments, comme elle le faisait à l’heure actuelle, de cette étreinte sincère qu'elle lui imposait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Sam 19 Mai 2018 - 21:04


Profitant du moment alors que Kaede lui faisait remarquer qu’il aurait pu prendre le même parfum de glace, il ne put s’empêcher de rire. Comme si ce n’était pas assez, elle lui démontrait en tout point que son rôle de princesse était pris au sérieux. Après tout, elle décidait de briser les règles quand elle le voulait et les règles ne subsistaient que quand elle avait envie de les respecter. En résumé, de long en large, son comportement était plus que princier, signe pertinent qu’elle n’en faisait qu’à sa tête et c’était bien ainsi. Après tout, elle était une femme aussi non ? Le fait d’imaginer les choses à sa manière et de les percevoir ainsi alors qu’il était fort probable que le tout soit complètement différent était très propre à sa personne. Si on veut, Raizen en avait l’habitude. Avec Asami qui tournait toujours la situation à sa manière, il ne pouvait être surpris de voir un tel comportement chez quelqu’un d’autre.

Malgré tout, il ne pouvait comparer les deux surtout que Kaede avait cette douceur et cette manière d’être qui la rendait unique. Se laissant enlacer alors qu’elle l’invitait indirectement à essayer de briser certaines règles, le Meikyû ne put s’empêcher de l’accueillir dans ses bras, en profitant ainsi pour les refermer autour d’elle. Déposant lentement son menton sur son front, il l’enlaçait, profitant de ce doux moment de proximité qu’il avait rarement eue avec qui que ce soit. S’il y avait bien une chose qu’il ne pouvait nier, c’était le plaisir qu’il vivait en sa présence. Ne se cassant aucunement la tête et vivant simplement au jour le jour, il se contentait d’apprécier cette situation en tout point typique de sa personnalité.

-Tu verras...

Ne relâchant pas le moment, Raizen le faisait durée, en profitant ainsi pour serrer celle-ci contre lui. Réalisant qu’il l’appréciait plus qu’il ne l’aurait cru après leur première rencontre, il ne pouvait s’empêcher de sourire en se demandant quelle serait la suite des choses. Lui-même ne le savait pas et tenter de le prévoir ne serait que se tracasser la tête pour rien. Au contraire, il préférait approcher le tout au jour le jour et profiter de ce moment agréable. Le silence n’était pas usuel pour Kaede, mais dans cette absence de paroles se trouvait un charme qu’il savait reconnaître et dont il était en mesure de se saisir à tout moment. C’est d’ailleurs pour cette raison que lorsque l’étreinte se défit, il resta à proximité d’elle, noyant ainsi ses iris dans les siens. Une teinte de plaisir et de malice se lisait dans son regard innocent, signe que la suite des choses risquait d’être en tout point intéressante.

-Tu verras...

Essuyant cette répétition en frôlant de nouveau sa joue d’une douce caresse de la main, Raizen venait de mettre en place les prémisses d’une situation nouvelle et différente.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 20 Mai 2018 - 0:23
Ne lui ayant pas laissé le choix, d’ordinaire, les gens avaient deux réactions bien opposés lorsqu’elle se montrait aussi tactile. D’une nature à aimer le contact avec autrui tout en ne faisant que très rarement preuve de réserve, elle savait que ce n’était pas tous qui étaient ainsi. Alors, soit allait-il répondre à l’étreinte ou encore se figer en étant mal à l’aise. Si elle aurait pu considérer qu’un peu plus tôt, il l’avait pris dans ses bras, les circonstances avaient été différentes alors qu’il l’avait fait lors d’un moment où elle avait été assez vulnérable, pleurant sur une histoire qu’elle lui racontait. À l’heure actuelle, il ne s’agissait que de lui faire comprendre sa reconnaissance, un sentiment sincère vis-à-vis de la compassion dont il avait fait preuve aujourd’hui. Son sourire devint plus large lorsqu’elle le sentit l’enlacer à son tour, son menton se déposant sur sa tête qui était presque trop basse pour que cela en soit possible.

Le mystère baignant ses paroles avait de quoi l’amuser. Leur relation semblait baser sur cela, sur l’inconnu de deux personnes décidant d’avancer dans une direction dont ils n’étaient pas certains de ce qu’ils allaient trouver sur le chemin, ni au bout de celui-ci. Se détachant finalement de lui, après une étreinte qui dura sûrement plus longtemps que prévu (elle n’allait pas s’en plaindre), il resta à proximité d’elle, ce qui la fit hausser un sourcil tout en la poussant à relever son regard vers lui, la tête légèrement inclinée vers l’arrière si elle voulait pouvoir croiser son regard.

Sans trop comprendre pourquoi ni comment, elle n’était pas du genre à s’embarrasser de questions ni même à réellement chercher à tout comprendre, ses joues prirent une teinte plus vive tandis que son regard ne la quittait pas, semblant même plonger dans ses iris d’un bleu tendant parfois vers le violet. Il avait répété ce qu’il avait dit un peu plus tôt, comme une promesse pour quelque chose qu’elle ne savait pas encore ce qu’il allait en retourner. Les sourcils légèrement froncés, elle se demanda vaguement s’il avait remarqué la chaleur lui était monté aux joues sous l’intensité de son regard ? Plus qu’elle ne l’aurait cru, le Meikyû avait quelque chose de déstabilisant qu’elle ne saurait expliquer, dégageant quelque chose d’assez particulier qu’elle savait toutefois apprécier à sa juste valeur, voir peut-être même un peu plus.

- J’l’espère bien !

Se ressaisissant, elle afficha un large sourire taquin, comme à son habitude, son regard reprenant cet éclat pétillant qui lui était propre.

- D’toute façon, j’te donne pas l’choix. C’pas comme si tu allais réussir à t’débarrasser d’moi aussi facilement.

Une promesse ? Oui, sûrement, alors qu’elle lui adressait un large sourire satisfait, ne le mettant même pas au défi à ce niveau, ne serait-ce que parce que, comme elle l’avait dit, elle ne comptait pas lui laisser le loisir d’émettre quelconque opinion sur la question. Lui faisant signe de se rapprocher d’elle, ou, tout du moins, de descendre un peu à sa hauteur, elle vint déposer ses lèvres contre sa joue, nouvelle provocation d’une douceur propre à sa personne.

- Merci pour aujourd’hui, vraiment. J’pense qu’j’en avais b’soin.

Affichant désormais un sourire plus délicat, son regard se voulait sincère, tout comme ce qu’elle exprimait à l’instant même. Décidant de ne pas s’attarder plus longtemps, alors que comme il l’avait si bien dit, le mystère avait aussi ses charmes, elle lui envoya un dernier signe de main, accompagné d’un clin d’oeil, avant de simplement sauter sur le toit le plus proche, de ses insectes s’échappant au travers sa peau pour se diriger nul ne savait vraiment où. Pour sa part, elle comptait rentrer chez elle. Mine de rien, l’entraînement avait été assez difficile, physiquement, et détendre ses muscles lui ferait sûrement le plus grand bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Speedy the feister speedster [Kaede]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: