Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[A/OFFICIELLE/KUMO] DIPLOMATIE AU PAYS DU VENT


Mer 25 Avr 2018 - 1:55


La suite des événements était à prévoir mandaté pour une mission diplomate dans sa contrée natale, Raizen faisait partie des heureux élus fièrement choisis par le nouveau Raikage pour mener à bien cette mission. En toute sincérité, il ne s’attendait pas vraiment à être choisit sachant qu’il y avait d’autres héros de Kaze dans les rangs de Kumo qui étaient visiblement en meilleure position que lui. Après tout, Shoran et Shikarai faisaient tous deux partie des héros et avaient des grades plus élevés. Or, parmi ceux-ci, il était le plus apte à créer ce lien et il le savait. Provenant de cette région et ayant joué un rôle important dans les événements, il avait doublement les avantages pouvant possiblement mener cette mission à terme. Pourtant, il demeurait nerveux à l’idée que le tout ne se passe pas comme prévu. Après tout, les Kazejin pouvaient se montrer imprévisibles.

Sa crainte principale se situant au niveau de sa loyauté et les motifs qui l’avaient poussé à quitter cette zone, il devait avouer qu’il devrait faire usage de ruse. Sachant pertinemment que des discussions sur la religion et leur système actuel risquaient d’être conflictuels, Raizen comptait être le plus diplomate possible. Comprenant à quel point cette mission pouvait être importante pour le village et pour sa réputation, celui-ci était prêt à mettre tout en œuvre afin de s’assurer de la réussite de celle-ci. Les instructions étaient claires : créer une relation à long terme avec des hauts gradés Kazejin pour venir entamer les premières discussions sur une union bilatérale.

Chaque village avait beaucoup à apprendre l’un de l’autre. De plus, Kumo possédait la technologie nécessaire pour les aider à préserver leur trésor national, le fameux sceau gardant Ichibi. En plus d’avoir de nombreux points pour pouvoir convaincre ceux-ci, Raizen avait la chance d’avoir vu les réalités. Ainsi, l’échec n’était pas tolérable, chose qu’il évitait de mentionner, mais pensait avec beaucoup d’ardeur.

Se réunissant avec son équipe, il était accompagné de son chef d’équipe, son chef de la police et son chef d’un peu partout au final. Outre en taquinerie, Hisao dirigeait le Meikyû un peu dans tous les domaines important, faisant de lui un mentor qui saurait l’amener plus loin dans son cheminement.

Ayant hâte de voir ses qualités de diplomate à l’œuvre, il était aussi accompagné d’Itagami, femme avec qui il s’était amplement amusé à discuter de Fuinjutsu. Aimant les gens de nature curieuse, il n’avait aucun souci quant à la composition de son équipe. Bien qu’ils ne pouvaient contrôler toutes les variables, les plus importantes étaient sécurisées et il se sentait bien entouré pour apprendre d’eux et mener cette mission parfaitement.

Arrivant en avance sur le lieu de départ, tous ses sens et sa personnalité étaient en alerte. Jamais il n’avait été aussi concentré, ce qui témoignait l’importance qu’avait cette mission pour lui. Tant symbolique que prestigieuse, celle-ci risquait de grandement impacter son futur et il en était pleinement conscient. C’est d’ailleurs pour cette même raison qu’il se présenta en avance, afin de faire le tri de ses pensées et s’assurer de regrouper de nombreux éléments utiles.

Attendant patiemment Hisao et Itagami, il regardait une carte pour examiner quel serait le chemin le plus rapide et sécuritaire. Après tout, le trajet risquait d’être assez long. Ainsi, ceux-ci se devaient d’être le plus efficaces possible. Par chance, leur chef Hisao risquait de connaître des raccourcis.

Quoiqu’il arrive, Raizen n’avait jamais été aussi prêt de sa vie. En fait, on aurait presque dit qu’il était né pour cette mission.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 25 Avr 2018 - 19:28
Une nouvelle fois, j’allais devoir mettre les pieds hors du village pour m’aventurer dans un autre pays – et pas le pays le plus proche de Kumo, d’ailleurs. Ca m’emmerdait sérieusement, mais fallait bien faire avec. J’pense qu’un Jônin finit forcément par sillonner intensément le Yuukan, de toute manière. C’est d’ailleurs assez ironique que j’aie ce sentiment d’ennui alors qu’il y a encore quelques mois, je voulais mener – seul ou en groupe – une vie de vagabond, à servir Kumo partout sauf dans le village-même.

… je suis pas sûr de la raison qui me pousse aujourd’hui à ne pas apprécier l’idée de quitter le village. En tout cas, le quitter aussi souvent.

Enfin bon, j’allais pas partir totalement négatif non plus. La mission en elle-même était déjà très intéressante. La diplomatie était un aspect qui m’intéressait tout particulièrement et j’en avais déjà longuement discuté lors de notre session avec le Daimyo de la Foudre. Je ne connais pas encore le sujet sur le bout des doigts et ce n’est clairement pas un talent que j’exhiberais fièrement. Mais… ça progresse.

Un autre intérêt, et pas des moindres, c’est la présence de Raizen. Collaborer avec mon élève pour une mission aussi importante pour Kum, c’était plaisant. Il s’était largement illustré à Kaze, donc ça explique sa présence. Mais malgré ses récents faits d’armes, je vais tâcher qu’il rentre à Kumo avait la tête pleine de nouveaux enseignements. Ce serait l’idéal. Mais ce sera aussi l’occasion d’en apprendre un peu plus sur lui et de m’en approcher.

Et évidemment, le troisième facteur était le fait qu’Itagami soit là. On avait eu une mission ensemble il y a quelques temps, mais ça remontait déjà à plusieurs mois. Pour ce qui était de notre passage à Iwa, on a finit par se séparer. Donc la mission s’est soldée par un peu de bon temps dans la capitale de la Terre. Du coup, ça faisait beaucoup de bien de la retrouver pour une mission. Et puis bon… voilà quoi…

- Tiens ? Tu as décidé de venir en avance, à partir de maintenant ? J’étais ‘’apparu’’ à ses côtés, lui donnant une légère tape avant d'attendre quelques instants Itagami.

L’attente ne fut pas spécialement longue – j’sais pas si elle est en retard, j’ai pas vraiment fait gaffe. Mais à son arrivée, je lui affichais un discret sourire en coin avant de lancer un chaleureux « Salut Itagami ».

- Je suis chef d’équipe pour cette mission, mais vu que ça se passe à Kaze, je vais te laisser, Raizen, le plaisir de mener la troupe. J’interviendrais dès que je jugerais que c’est nécessaire, mais je suis curieux de savoir comment tu agis dans une situation pareille. Hésite pas à exprimer le fond de ta pensée, du coup.

Je marquais une pause, sortant mon Kiseru avant de constater avec un des yeux déçus que ma réserve de tabac commençait sérieusement à diminuer.

- Enfin, si ça te convient, Ita’. Par contre, j’ai été voir le service de renseignement avant de venir. Voilà le trajet à emprunter. On va adopter une formation classique - légèrement resserrée – pour le trajet. Ca nous évitera la majorité des emmerdes.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Jeu 26 Avr 2018 - 13:48
Depuis Iwa : 3 Semaines


- KUSOOOOO !!! Un cri de rage, un bruit de fracas, un léger tremblement secouant la raffinerie toute entière.

J’en avais marre, j’en avais simplement mare, je savais travailler sur un prototype complexe, je savais m’évertuer à complexifier quelque chose n’étant pas encore au point et se présentant dans sa forme la plus basique comme étant un outil révolutionnaire… je savais tout ça, mais constater que je n’avançais qu’à pas de fourmis depuis la mise au point du dit objet à Iwa avait depuis quelques jours le don de foncièrement me sortir de mes gonds…
Mon rythme cardiaque montant alors que je voyais de plus en plus rouge, mon regard se posa une nouvelle fois sur mon prototype à l’arrêt. La main légèrement tremblante, je l’apposai sur l’objet, y diffusant lentement mon chakra pour le scanner de nouveau en entier avant d’en faire une copie conforme. Combien d’engrenages, de dentelure, de poids, de masse et de zone de stockage de chakra comprenaient ces balbutiements de machine à renouvellement perpétuel ? Je les avais en tête, chaque nombre, les kilos de chaque poids, les différentes jointures d’un engrenage à un autre ; tous ces chiffres se bousculaient dans ma caboche tandis qu’encore aujourd’hui, je constatais une perte trop rapide de puissance dans le mécanisme.

Posant le regard sur le mur du repère que je m’étais fait dans la raffinerie, je me rendis bien assez vite compte que j’en avais peut-être trop fait en déversant toute cette colère… le mur en métal renforcé avait été particulièrement enfoncé par une sphère épineuse. Poussant un soupir, j’enfermai le prototype officiel dans son coffre, avant de faire une vérification de la structure de la pièce ; j’aurais pu fusionner le métal de cette chose aux murs, mais après constat, sachant que le tout tiendrait sans problème, je préférai ignorer le problème ; n’étant clairement pas d’humeur à m’occuper de pareil détail.
Copie en main, sur le pas de la porte de ma pièce personnelle, j’observai un temps le résultat de ma frustration… une question résonant en mon esprit… * Qu’est qu’il m’arrive aujourd’hui…* Entre ces suppositions de mets avariés de la veille expliquant probablement mon barbouillement de ce matin et ça… fronçant le regard, surtout fatigué de ces conneries, je claquai la porte derrière moi.

- Ne vous relâchez pas en mon absence, maintenez le même rythme productif, je veux voir ces cinquante poutres à double épaisseur d’ici mon retour… fis-je à voix haute, traversant la raffinerie en laissant des instructions claires, mais… peut être trop claire en fait…

-------------------------------------------

- Qu’est-ce qui lui arrive aujourd’hui ? N’avait pu s’empêcher de demander un Metaru intrigué à son collègue le plus proche.

Au moins aussi concernés par le changement d’attitude de leur gérante qu’elle-même, la plupart des Metaru de la raffinerie écoutaient ses instructions, mais percevaient bel et bien que quelque chose clochait avec elle. Après son retour tout allait bien, voir elle était ridiculement trop heureuse, mais… depuis quelque temps l’on aurait vraiment dit un ouragan.
Ils étaient concernés, attentifs, mais se demandant surtout si c’était vraiment le bon moment pour elle de partir en mission vu son état ? les différents habitués se jetèrent des regards intrigués, personnes n’osaient vraiment aller lui demander ce qu’il en était, depuis son retour elle avait passé la majorité de son temps à rattraper leurs petites bévues, combler des retards, bosser sur son propre projet… quelque part ils avaient peut être leur part de responsabilité là-dedans ? Du moins c’était ainsi qu’ils voyaient la chose.

Observant Itagami soupirer de fatigue avant de récupérer son petit paquetage laissé à l’entrée, ils reprirent lentement leurs activités, une nouvelle résolution en tête. * Ne lui causons pas plus d’inquiétudes…*

-------------------------------------------

Un cœur… j’essayais de le percevoir de la sorte, plus qu’un simple moteur, plus qu’une simple source d’énergie, cet objet devait devenir le cœur des machines que j’espérais établir en Kumo gakure, une source d’énergie certes pas infinie, mais suffisamment consistante pour leur permettre d’être autonome plusieurs jours durant… Fronçant le regard en constatant une perte d’énergie que j’avais encore du mal à expliquer, je gardai l’objet en main en poussant un soupir arrivant enfin au point de rendez-vous.
J’étais en retard ? Non ! bien sûr que non, concernant Hisao le voir arriver en avance ne me surprenait guère, s’était le genre d’individu qu’il était, mas de là à remarquer que ceci avait déteint sur son élève… un sourire sur les lèvres, mon bras balança machinalement la nuisance qui l’empêchait de les salu…

*… attends… attends… QUOI ? * Interloquée, je jetai un regard autour de moi, avant de voir une ombre se rapprocher du sol. QU’EST-CE QUE… !!! limite… ça avait été particulièrement limite, serré entre mes doigts j’avais rattrapé mon prototype de justesse.

- Bonjour ! Excusez-moi je suis un peu distraite aujourd’hui… fis-je en arrivant à leur niveau, un sourire radieux sur les lèvres.

J’étais fatiguée, c’était un fait, cet objet me prenait la tête, ceci aussi était indéniable, mais les voir tous les deux avait tout de même réussi à me mettre de bonne humeur. Ajustant mon petit paquetage sur mon côté, déplorant un peu l’idée d’avoir à laisser le bouclier si durement gagner à Ame dans mon coffre d’objet précieux au fin fond des entrailles de la raffinerie, un détail me revint :

- Ha Hisao ! Encore merci de m’avoir accompagnée et ramenée d’Iwa saine et sauve… Fis-je en lui tendant une sacoche de soie arborant une teinte violet foncé, sa matière et sa couleur lui donnant des airs de morceau de nuit qu’on aurait arraché au ciel. Ils sont un peu moins raffinés que celui de la derrière fois, mais… le bon côté des choses est que vous pourrez les fumer en toutes occasions… Fis-je en le mettant dans sa main avant que ne lui vienne l’idée de refuser.
- Par contre Raizen kun, j’aurais définitivement besoin de toi avec ça… Fis-je en présentant l’objet de mes préoccupations. pour l’instant, il n’est pas encore finalisé, plusieurs points me bloquent dans on développement, mais j’aurais besoin d’un sceau de reconstitution… et quelque chose dans le genre du Teppeki… si tu penses ceci faisable ! Poursuivis-je en me retournant vers celui que je supposai être le chef d’escouade. bien entendu, toute aide est la bienvenue… Portant le regard à ma montre, nous avions tous une bonne quinzaine de minutes d’avance sur notre horaire, mais tant qu’à faire… Et si nous y allions ? Fis-je, alimentant de nous mon mécanisme en chakra, le regard s’assombrissant de nouveau à la recherche de cette foutue erreur …


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Ven 27 Avr 2018 - 2:05


Alors que tous les membres de l’équipe étaient finalement arrivés, Raizen fut le premier surpris d’entendre son chef d’équipe le décerner comme étant l’élément qui allait plus ou moins diriger la mission sous sa supervision. Affichant une certaine confusion à la base, puis un sourire mi-fier, mi-gêné, il se courba pour remercier Hisao avant de regarder le plan qu’il avait en main. Le trajet proposé était bel et bien le plus rapide. Connaissant la route pour la plupart des facettes proposées, il était presque certain que rien ne devrait se mettre au travers de leur chemin tout au long du trajet. Pourtant, il ne pouvait en être certain sachant que les chemins de traverse pouvaient parfois être peuplés de quelques racailles ou causeurs de troubles. Or, de par la constitution de leur équipe, tout devrait bien se passer, surtout si ceux-ci en venaient à opter pour une formation serrée. Il ne connaissait pas encore les habiletés de Itagami, mais son affinité avec le métal risquait d’être utile.

Vint le temps de se concentrer sur la dernière arrivée dans la troupe. Lançant un regard taquin en faisant un clin d’œil à Hisao, Raizen comprenait maintenant pourquoi celui-ci était arrivé en dernier de leurs grandes missions respectives. Pendant que d’autres se faisaient un sang d’encre à attendre son retour, espérant que rien ne lui était arrivé, monsieur avait décidé d’accompagner quelqu’un ou plutôt QUELQU’UNE. Laissant un sourire planer sur ses lèvres alors qu’il charriait son chef d’équipe, il n’entendit presque pas les paroles d’Itagami qui semblait avoir besoin de son aide pour un projet. Or, avec le peu d’information qu’il avait, il ne savait pas encore s’il pouvait l’aider.

-Merci de me faire confiance sur cette mission. S’il y a quoi que ce soit, je ne vais pas hésiter à te demander ton support Hisao-san.

Marquant sa phrase d’un signe de respect en guise de remerciement pour sa confiance, il reporta son attention sur Itagami.

-Itagami, si tu veux, tu m’expliqueras tout cela pendant le chemin. Le plus tôt nous partons, le mieux c’est sachant que si nous arrivons dans le désert en pleine nuit, il risque de faire excessivement froid.

Après tout, le désert était reconnu pour sa chaleur. Or, les chutes de températures nocturnes étaient suffisamment considérables pour qu’il veuille les éviter.

-Ça c’est sans oublier qu’on veut arriver le plus tôt possible sachant que des imprévus nous attendent peut-être. M’enfin, j’ai scellé quelques objets qui nous serons utiles pour le trajet comme des capes pour nous protéger du froid dans le désert si jamais nous nous y retrouvons puis de quoi faire le trajet sans problème.

Regardant de nouveau le trajet, Raizen poursuivit.

-Encore une fois, je pense que nous avons une équipe suffisamment solide pour mener cette mission à bien. Pendant la route, si vous avez des questions sur Kaze, n’hésitez pas à me les poser, je tâcherais de faire du meilleur de mes compétences pour y répondre. J’y ai vécu une courte partie de ma vie, mais certains éléments n’ont pas encore changé.

Se demandant si au moins un d’entre eux avait visité cette contrée par le passé, Raizen était hésitant par rapport à leur connaissance. Toutefois, il tâcherait de répondre à la moindre question sur le trajet ou du moins, pendant les pauses. Après tout, il devait leur donner quelques informations sur les coutumes et les normes Kazejin pour qu’ils fassent une belle impression.

-Sur ce, je suppose que nous pouvons y aller ?

Étant prêt à partir, Raizen pouvait paraître pressé. Toutefois, le moins il perdait de temps ici, le mieux ils pouvaient compenser pour les écarts prévus au niveau délai pour des situations imprévues. Il espérait sincèrement ne pas rencontrer d’embuche en cours de trajet, mais il était fort possible que ce ne soit pas le cas. Ceux-ci devant se préparer à toute éventualité, il espérait que son équipe serait efficace malgré l’absence d’Asami et ses prouesses sensorielles.

Résumé:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 28 Avr 2018 - 0:04
- C’est normal, ne t’en-… Je regardais d’un air curieux ce qu’elle m’offrit, avant d’afficher un sourire en coin en dirigeant mon regard vers elle. J’ai rien pour toi, désolé. Mais merci beaucoup, ça tombe très bien.

Détournant finalement le regard, je me grattais l’arrière de la tête en mettant la petite sacoche à l’intérieur de mon manteau et tapotant la poche, comme si je possédais soudainement quelque chose de valeur. Enfin, c’était de valeur, mais… enfin, j’me comprenais quoi. C’était le principal. Pour le moment, il valait mieux se focaliser sur la mission.

- Parfait, alors on part comme ça. On va effectivement adopter une cadence rapide, on évitera la majorité des ennuis de cette manière en plus d’arriver potentiellement plus tôt que prévu. J’le répète, cette mission est très importante. Chaque détail, chaque élément est bon à prendre et à considérer.

J’emboîtais le pas, prenant l’avant de la formation bien que nous étions pour la plupart du temps côtes à côtes. Le chemin donnait la sensation d’être plus long que prévu, mais le changement graduel – et rapide - d’environnement prouvait bien que le trajet avait été soigneusement étudié pour accélérer notre voyage.

- Bon. Une fois sur place, on va devoir suivre un certain nombre d’étapes. Raizen, tu es très clairement le visage de Kumo pour cette mission. Réfléchis bien à ce que tu as vécu ici, ce que tu as vu et ressenti. On va parler à des gens dont on ne connait rien. Tu vas devoir t’adapter à eux tout en restant cohérent et honnête.

C’était plus facile à dire qu’à faire, mais le Meikyû n’était pas quelqu’un qui se laissait impressionner par un besoin de manipuler. Il l’avait montré en entraînement ou même en général dans ses conversations avec Asami : il avait un esprit plutôt robuste et il était loin d’être con.

- Itagami, toi et moi, on va servir de soutiens stratégiques. Ce que j’entends par-là, c’est qu’on va devoir chercher l’information, trouver le détail qui fera qu’à chacune de nos interventions, on éclipse pas le Héros de Kaze, mais qu’on le valorise lui et le village. J’ai confiance en nous pour gérer ça.

Finalement, alors qu’on se rapprochait toujours plus de Kaze, j’ajoutais encore une dernière chose.

- Si nous ne sommes pas invités, je sais au moins que nous sommes annoncés. Je n'ai pas reçu d'indication particulière à ce sujet donc il est probable qu'on vienne nous accueillir à notre arrivée. En gros, ça veut dire que notre comportement compte dès qu'on foulera le désert de Kaze no Kuni, compris ? lançais-je calmement.

Résumé:
 

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Akahoshi Hisao le Mer 2 Mai 2018 - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 29 Avr 2018 - 7:02

Le petit groupuscule que nous formions ne tarda pas à engager le pas vers Kaze no kuni, j’avais peu, très peu de connaissances sur cette zone du Yuukan. Je savais qu’un désert particulièrement aide encerclait la ville, que les moins aguerris s’y étaient égarés et en avait même perdu la vie… posant le regard sur Raizen qui en était justement originaire, je fis le calme dans mon esprit, me décidant à lui accorder la même confiance qu’Hisao lui portait.
Parlant de celui-ci, s’était surtout sur notre retour d’Iwa que j’avais compris que ses réserves s’amenuisaient, il s’était mis à rationner ses pris quotidienne, peut-être était inconscient… mais le voir accepter avec bon cœur ne fit que mettre du baume sur le mien.

J’écoutai les différentes instructions du chef avec attention, répondant à Raizen et sa proposition d’aide avec un sourire alors que nous nous préparions quelque temps auparavant. Le spécialiste en fuuin allait donc être mis sur le devant de la scène, nous n’étions que les back ups, chargés d’embellir l’histoire, sans trop en faire, sans pour autant en oublier l’impact qu’avait apporté son appartenance au village des nuages en ce moment-là ; vus comme ça nous n’étions donc qu’une petite délégation, un parlementaire e ses gardes du corps. Quelque part ça avait un certain charme.
Malheureusement je n’avais pas été présente lors des faits qui avaient de lui un héros, mais m’étant abreuvé de rapports sur rapports concernant cette mission, je devais avouer le voir d’un nouvel œil…

Le voyage eu, me concernant… son lot de désagrément. Le moteur sur lequel je travaille refusait de rester actif ne serait-ce qu’une trentaine de minutes fonction des paramètres que j’y entrais, si ce manque de stabilité avait eu le don de m’énerver plus qu’autre chose, je déplorais aussi mon absence de présence d’esprit pour ne pas m’être lancé dans le test sur longue durée que je comptais faire d’un certain objet, ou plutôt d’une certaine technique. Je m’employais à reprendre de A à Z tout mon style de combat, mais celui-ci impliquait des méthodes plus que différentes concernant l’utilisation du Kekkai des Metaru… Méthodes dont je devais dès à présent habituer mon être et mon chakra. Il n’y avait pas eu de soucis durant la fête de la lumière j’espérais donc que mon contrôle dessus serait resté le même.

- Le désert hein… Avais-je répété tandis qu’Hisao nous mettait en garde sur les comportements potentiels des individus auxquels nous rendions visite. Si les choses devaient mal tourner, ce mot représentait à lui tout seul l’un de nos plus importants obstacles : l’avantage du terrain. En tant que montagnards habitués à un sol ferme et des conditions moins extrêmes, l’avantage du terrain allait être en notre défaveur…

Ceci dit, je comptais bien faire de mon mieux pour éviter de ternir le blason de Kumo gakure durant cette excursion ; le plus intéressant de mon point de vue du moins, aurait été d’y trouver en plus de potentiels alliés commerciaux pour ce qui était de la raffinerie du village des nuages. Après plusieurs jours de trajet, je réfléchissais encore aux genres de problèmes auxquels ils étaient confrontés ; en ces lieux arides et surtout quels genres de difficultés pouvaient rencontrer les Kazejin que des structures de fer pourraient aider à pallier…
Fonçant le regard, je fis de mon mieux pour éviter de penser aux armes, le souhait de Shuu étant d’éviter de revoir une de nos conceptions être de nouveau retourné contre nous, j’étais plus cantonnée à des usages non militaires, la tâche était bien entendu plus difficile, mais de loin, très loin plus satisfaisante que de se savoir fournisseurs de la mort…

- Dis Raizen, toi qui es originaire de ces terres… Commençai-je en éliminant petit à petit les créations ou projets de partenariat me semblant un peu trop bancals. tu n’aurais pas des idées concernant des usages civils des métaux pour Kaze no Kuni ? Fis-je en espérant qu’il comprenne mon point de vue ; mais… je partais peut-être un peu vite en besogne… puisque je n’avais toujours pas répondu à cette question ; eux, dans cette optique, qu’avaient-ils a nous offrir ?


résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Dim 6 Mai 2018 - 13:22
« Même s’il nous rappelle une bataille encore trop récente, le métal est effectivement rare dans notre désert. »

A peine les Kumojins eurent entendu ces mots portés par une voix malicieuse et pourtant bien masculine, une silhouette s’était invitée dans leur trio. Silhouette qui enleva rapidement le large foulard rouge qu’elle portait, pour révéler un visage très familier à Meikyû Raizen. C’était celui de Sendai Ketten, l’un des Héros de Kaze no Kuni, et chef populaire et temporaire du Pays du Vent. Autrement dit, la délégation Kumojine ne pouvait pas espérer mieux, en termes de hiérarchie actuelle chez ceux qu’ils visitaient.

C’était un visage expressif qui était accoutumé au Fils de Kaze, et aussitôt sa sympathie se fit ressentir par les traits qu’il affichait. D’un sourire, donc, il tendit la main vers la jeune femme, puis vers celui qui avait tout du chef d’équipe.

« Je suis Sendai Ketten, représentant de Kaze no Kuni. Enchanté de vous rencontrer. »

Il se tourna ensuite vers Meikyû Raizen, pour qui il éprouvait toujours la même sympathie. Lui qui avait participé à la bataille contre le Dieu horrible du Désert, lui qui avait aidé à mieux comprendre le sceau de l’Autel et enfin lui qui avait publiquement apporté son soutien lorsque les Sœurs Gardiennes avaient tenté de maintenir le funeste Premier Cercle comme autorité du pays. Autant de raisons qui donnèrent lieu à une poignée de main encore plus ferme et joyeuse, accompagnée d’une bonne tape sur l’épaule et d’un tutoiement qu’on ne pourrait que comprendre.

« Raizen, ça me fait plaisir que tu sois là. »

Tandis qu’il commençait à retirer la sacoche qu’il portait sur l’épaule, Ketten sembla intrigué.

« On m’avait annoncé que vous seriez trois, est-ce l’un de vos compagnons ? »

Un jeune homme était en effet derrière le groupe, à plusieurs mètres. Mais il n’avait rien d’un shinobi. Etait-ce son cheval qu’il avait laissé un peu plus loin ? Tandis qu’il s’approchait, Ketten posa la main sur son khépesh, ce qui poussa peut-être l’inconnu à décliner son identité.

« Je suis un envoyé du Seigneur de Hi no Kuni ! Avec les rumeurs d’une bataille à Taiyô, le Seigneur Araho m’envoie remettre au gouverneur de ce pays une invitation de mains propres ! Etes-vous un représentant Kazejin ?
On peut dire ça, donnez-la moi. Merci… Bonne journée. »

Très proche de la frontière, cet émissaire de Hi no Kuni ne se fit pas prier et retourner chercher son cheval, avant de repartir vers ses contrées. Ketten retira alors la ficelle de la missive et la déroula pour en lire rapidement son contenu. Une fois cela fait, il l’enroula à nouveau avant de la ranger à l’intérieur de son vêtement.

« Bien, nous discuterons de ça plus tard… »

Il s’agenouilla pour sortir de sa sacoche des turbans, et les proposa à ses invités.

« Le désert de Kaze no Kuni est aride, et nous avons de la marche jusqu’à l’une des deux Portes. Je ne saurais que trop vous recommander de couvrir vos têtes. Et si vous avez soif, j’ai avec moi quelques gourdes. N’hésitez pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3733-garyosen-ryoga

Dim 6 Mai 2018 - 16:47


Alors qu’ils pénétraient les terres de Kaze no Kuni, Itagami eut une question qui étira un léger sourire chez Raizen. L’élément qu’elle avait mentionné était pertinent. Cependant, elle risquait de comprendre rapidement que les Kazejin avaient des immeubles aux architectures complètement différentes des leurs. Or, au moment où Raizen comptait adresser cette question, ses oreilles captèrent une voix qu’il reconnaissait aisément. Si plus de temps s’était écoulé entre les épisodes à Kaze no Kuni et sa mission, le tout n’aurait possiblement pas été évident. Toutefois, il ne saurait oublier la voix de ce meneur qui avait participé sans gêne à son plan suicidaire pour détruire le fameux Dieu du Désert.

Or, quelqu’un semblait les suivre et aucun d’entre eux ne l’avait remarqué. Regrettant ainsi les capacités sensorielles d’Asami, le jeune groupe regarda la scène défiler tandis qu’un homme semblait être porteur de nouvelles. Tout ça n’augurait rien de bon, surtout qu’il avait entendu parler d’une bataille à Taiyô, capitale de Kaze no Kuni. Étaient-ils entrés en temps de guerre ? Plus important encore, cette invitation devait être importante. Bien que ce n’était pas forcément la source de leur mission, Raizen regarda Hisao pour lui passer un message silencieux avant de finalement faire les présentations.

-Merci beaucoup de cet accueil Ketten, ça me fait aussi plaisir de te voir.

Lui offrant une poignée de main des plus solide, il prit le temps de se retourner vers ses comparses avant de les présenter :

-Je te présente des membres de mon village : Itagami qui comme vous avez pu le voir, familière avec tout ce qui est lié de près ou de loin avec les métaux. Elle est aussi Chunin et membre du clan Metaru.

Portant son attention sur Hisao, Raizen eut un léger sourire avant de le présenter.

-Voici Hisao. Il est un homme de confiance, mais surtout et avant tout mon chef d’équipe. Il a contribué à la personne que je suis aujourd’hui. Il fait aussi partie du conseil du village.

Faisant abstraction de la pointe d’émotion qu’il avait ajoutée, Raizen désirait mettre beaucoup d’émotions dans ses présentations tout en prenant le temps de souligner qu’il était en compagnie de gens pertinents. Après tout, si Ketten lui faisait confiance, ce ne serait peut-être pas le cas pour ses confrères des villages cachés. Ainsi, il devait s’assurer qu’il comprenne qu’ils étaient tous deux des gens de confiance, en qui il pouvait compter sur eux tout comme il pouvait compter sur lui.

-Merci beaucoup de ton hospitalité et d’être venu nous rejoindre ici, ceci nous facilitera grandement le reste du trajet.

Faisant mine de ne pas avoir préparé le coup, Raizen montra l’exemple en enfilant son turban. Regardant les autres pour savoir s’ils avaient soif, il savait qu’ils n’hésiteraient pas à le manifester au cas.

-Sinon, depuis les derniers événements, comment se porte Kaze no Kuni ?

Prendre état de la situation était la meilleure manière pour qu’ils puissent respectivement savoir à quoi s’attendre d’autant plus qu’ils auraient possiblement des informations sur l’état de Taiyô qui avait été mentionné un peu plus tôt. Or, Raizen n’était pas pressé sachant pertinemment que ce serait sujet à discussion une fois posé dans un meilleur endroit.

Ainsi, attendant que tout le monde soit prêt, il comptait suivre Ketten pour rejoindre un endroit plus calme dans lequel ils pourraient discuter.

Résumé:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 8 Mai 2018 - 19:13
En tant que dirigeante de la raffinerie, il n’était pas étonnant de voir Itagami soulèver ce genre de remarque. L’apport du métal pour un peuple comme Kaze pourrait effectivement avoir une grande utilité pour les citoyens et ses dirigeants, mais également - et surtout - pour nos futures discussions avec le pays du Vent. Toutefois, impossible de s’y pencher en détail. Une voix vint nous interrompre, ou plutôt, nous accueillir.

Indubitablement originaire de ce pays au vue de sa tenue et de son apparence, Sendai Ketten était un nom qui sonnait familier à mes oreilles pour son rôle dans la révolution qu’il y a eu, il y a peu, à Kaze. Les rapports n’étaient pas riches en détails, mais les informations essentielles ne m’étaient pas inconnues.

Je répondis à sa poignée de main avec un petit hochement de tête pour le saluer. Raizen avait fait les présentations, ce qui me permit de simplement énoncer mon nom.

- Akahoshi Hisao. C’est un plaisir de rencontrer un autre héros de Kaze. Inutile de m’attarder sur vos prouesses, je pense. Vous, comme Raizen, savez mieux que quiconque l’importance et l’ampleur de ce que vous avez fait. Quoi qu’il en soit, nous sommes, de notre côté, les représentants envoyés par Kumo. Merci d’avoir accepté de nous recevoir.

Le vouvoiement m’était un peu difficile, mais bon, j’allais vite m’y faire. Après tout, au fur et à mesure, j’aurais besoin de l’utiliser de plus en plus, à l’image de ma conversation avec des Samouraïs. C’est une obligation, encore plus avec le rôle que je désire obtenir.

Interrompu par un inconnu qui semblait visiblement pressé, je m’étais préparé à charger avant de totalement me relâcher en voyant qu’il ne faisait qu’apporter une lettre au Sendai. En temps normal, c’aurait été un détail insignifiant. Mais le fait qu’il soit venu de Hi no Kuni suscitait plus que ma curiosité. Mais ce n’était pas ce qui important pour le moment.

- Je pense que nous avons ce qu’il nous faut en ce qui concerne l'eau. En revanche… je pris l’un des turbans qu’il proposait et l’enfila aussitôt… ces turbans seront utiles. J’ai sous-estimé la chaleur du pays. Merci beaucoup.

J’inclinais la tête d’un mouvement naturel et bref et me prépara à le suivre, lui laissant cependant avoir à ses côtés Raizen plutôt que moi, qui ne marchait pas derrière, mais simplement quelques pas à côté.

- J’ai cru en effet comprendre que le Premier Cercle avait été destitué après les récents événements mais aussi et surtout grâce à votre intervention. Je ne suis en rien Kazejin, mais ayant la chance d’avoir Raizen comme élève, je pense devenir – inconsciemment – intéressé par la situation ici. Et puis, malgré son statut de Kumojin, il est loin d’avoir abandonné ce pays. Ca se ressent quand il en parle.

Inutile de parler de quoi que ce soit d'autres pour le moment. Les sujets relatifs à notre venue seront abordés plus tard. Pour le moment, je me contente d'en apprendre un peu plus sur le pays d'où est originaire Raizen.

Résumé:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Ven 11 Mai 2018 - 17:23

Je pataugeais encore dans mes pensées, attendant la réponse de Raizen qui au vu de sa réaction n’allait point tarder à venir lorsqu’une voix m’étant parfaitement inconnue répondit à mon interrogation. Sursautant, brusquement arrachée à mes investigations internes je reportai mon attention sur le nouvel arrivant.

- M… Metaru Itagami ! Ravie de vous rencontrer… Fis-je en lui serrant la main avec le sourire.

Sendai Ketten tel qu’il s’était présenté lui-même, se dirigea vers le reste de la délégation, saluant les autres membres de celle-ci tandis que je me remettais de ce choc. J’avais presque réagi avec professionnalisme, mes habitudes du travail rattrapant ma surprise, mais était ravie de rencontrer un individu visiblement très accueillant à notre égard. Ceci dit, force était de constater que sa réaction avec Raizen était d’un autre niveau, beaucoup plus chaleureux, presque familier, c’était avec une joie sincère qu’il accueillait son homonyme héroïque…
Non nulle jalousie ne ternissait mon regard, bien au contraire, j’étais assez heureuse de constater une telle implication entre ces deux individus. Du représentant de Kaze je ne connaissais que ce que les différents rapports avaient bien voulu nous apprendre, mais consciente du sérieux de Raizen et de sa patience vis-à-vis de notre première rencontre, je savais que comme Sendai, il s’agissait sans nul doute d’un homme bien. Qui plus était Hisao avait accepté de le prendre comme élève, rien que ceci était à mon sens l’une des meilleures marques de sa valeur.

Galvanisée par l’accueil de notre émissaire, c’est avec un fin sourire sur les lèvres que je tachai d’actionner mon cerveau ; cherchant comment rendre l’habilité des Metaru utiles à cette nation. Replongeant dans mes pensées, j’y fus presque aussitôt arrachée par une question de notre nouvel interlocuteur.
* Un de nos compagnons...? * Intriguée, suivant le regard du groupe je tombai sur ce qui avait tout l’air d’être un jeune cavalier. Prudence étant mère de toute chose, Sendai san avait posé la main sur une arme à l’allure des plus particulières, tandis que le reste de la délégation sur le qui-vive observai tce qui se passait. Comme Hisao l’avait stipulé, chacun de nos actes avait de fortes chances d’être minutieusement décortiqué...

Hi no kuni ? Ils avaient des oreilles jusqu’ici ? Fronçant le regard, je fixais le coursier que Sendai san avait renvoyé sans commune mesure avec un air… pour le moins mitigé. Voyez, il était une chose intéressante avec cette profession. Qu’importait la situation, qu’importait leur état en rentrant, d’expédition, ils réussissaient toujours leur mission ; après tout, leur corps sans vie représentait en lui-même un message... et l’état de dégradation de ce dernier n’en était qu’une accentuation…
C’est finalement la voix de Raizen en train de présenter la délégation qui me ramena à moi et celle d’Hisao qui me permit de définitivement baisser ma garde. Ce n’est qu’alors que je remettais de l’ordre dans mes idées que me revinrent clairement les mots du Sendai ; imitant le chef d’équipe en m’approchant à mon tour de la sacoche de notre hôte, je pris un des turbans proposés avant de marquer une pause devant les gourdes qu’il nous offrait.
- ... l’eau... ! Murmurai-je en me saisissant lentement de l’une d’être elle. - ...... Merci beaucoup ! Lachai-je finalement en inclinant la tête avant de me vêtir dudit turban, une idée germant enfin de c’est longs moments de réflexion.

Hisao parlait politique tandis que de tête, je m’imaginais les fondations d’un système de purification et de distribution d’eau potable via des canalisations métalliques. En pareil lieu cette denrée devait probablement être pénible à trouver ou exploiter, ils devaient probablement se servir de puits ou d’Oasis ; et si nous chamboulions tout ça ? Le métal sous terre ne serait point influencé par les variations de température, ne retransmettrait donc pas de chaleur à son contenu et au vu de sa nature, à savoir note chakra, il ne rouillerait pas avant au moins une décennie ou deux...
Écoutant d’une oreille distraite la conversation, au creux de ma main libre de formait lentement les bases d’une éventuelle maquette pour un projet de cette ampleur ; même dans l’éventualité où ils bénéficiaient de quelque chose dans le genre, je pouvais proposer une maintenance du système présent. Si après les troubles de Taiyô, temps de crise il y avait, c’était le genre de petits conforts qui dans une certaine mesure pouvait remettre des sourires sur le visage de la population.

Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 7 Juil 2018 - 12:32
Metaru Itagami, c’était donc bien une Kumojine intéressée par le métal. Plus que ça, elle faisait partie de ce fameux clan qui était non seulement capable d’en créer mais également de le modeler à sa guise. Une prouesse qui résidait dans un don héréditaire dont Kaminari no Kuni devait avoir eu la fierté de voir grandir en son sein. Ils étaient là, ces piliers et ces grands clans qui faisaient la réputation des villages cachés.

Akahoshi Hisao portait un nom qui ne disait cette fois rien au Sendai. Mais à sa surprise – même si ça se voyait assez facilement dans son comportement – c’était bien lui le chef de cette unité venue tout droit des Nuages. Un homme qui avait « contribué » à faire ce que le Héros de Kaze pourtant Kumojin était. C’était donc à coup sûr une figure importante du village caché des Nuages, et plus intimement de l’ami de Ketten, qui ne se déplaisait pas à faire connaissance avec pareilles personnes.

Ce dernier avait en tout cas vu son geste, à savoir d’avoir ramené des turbans pour ses invités, apprécié et remercié. Autant dire que, de son expérience ou de ce que lui avaient dit ses défunts parents, Sendai Ketten savait que malgré les livres et les dires, on n’imaginait que peu la violence des températures du Désert aride, encore plus en pleine journée.

« Je ne sais pas si vous souhaitez qu’on se rende à Taiyô mais dans tous les cas, s’arrêter en ville serait mieux pour qu’on discute sereinement. Vous avez une préférence pour la Porte Nord, ou pour la Porte Sud ? questionna-t-il avec un léger rictus. »

Mais ce léger sourire plein de malice ne tarda pas à s’effacer. Rattrapé par la missive qu’il avait reçue plus tôt et dont il s’était approprié le contenu, Ketten se doutait bien que la venue des Kumojins pourrait être utile à ce qu’il commençait, déjà, à prévoir. Et malheureusement, il avait un mauvais pressentiment sur l’aspect pacifique et bienveillant de l’évènement à venir.

« Si Raizen est forcément connu, je crains que les Kumojins ne soient pas tous vus d’un bon œil au vu des évènements qui ont frappé notre pays. Si nous sommes tous là pour en discuter, les civils eux, ne le savent pas et je doute de leur compréhension après si peu de temps… »

De quoi prévenir et conseiller aux Kumojins de garder leur turban même une fois arrivé à l’un des deux villes Portes. Les tensions envers les Kumojins et Iwajins étaient fortes et la réaction des civils ne saurait qu’être imprévisible s’ils venaient à en rencontrer de nouveau si vite…

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3733-garyosen-ryoga

Dim 8 Juil 2018 - 4:49


Ayant un léger sourire au visage, Raizen observait le Sendai en prenant compte de toutes les manies qu’il n’avait pas eu le temps de remarquer à son endroit. Étrangement, il avait l’habitude poser des questions auxquelles il anticipait indirectement les réponses et tous les facteurs qui en découlaient à prendre en considération. Cette manière d’être était plus ou moins similaire à sa propre personne ce qui lui permettait aisément de se retrouver dans son schème de réflexion.

C’est donc pour cette même raison qu’il n’eut aucun mal à suivre la recommandation de celui-ci en optant toutefois pour ce qui semblait le plus logique.

-Je proposerais la porte nord dans ce cas. Généralement, c’est là qu’il y a le moins de turbulence possible si Kaze n’a pas changé depuis le temps. Ce sera un peu plus long s’y rendre, mais la porte sud est possiblement celle qui est la plus rapide, mais là où on risque le plus d’avoir des problèmes malgré nous.

Ayant un léger rire qui demandait indirectement au Sendai de l’en informer, il se concentra toutefois sur des aspects plus importants.

-Par contre, même si les gens me connaissent et risquent de me voir sous un œil différent je compte voiler mon visage aussi afin de ne pas rehausser les soupçons. Ce serait louche que je sois à visage découvert et accompagnée de deux individus masquant leur visage.

Dans ce genre de circonstances, faire 1+1 = 2 n’était pas très difficile, ce qu’il voulait absolument éviter sachant à quel point la mission était importante. Ainsi, tout ce qui pouvait empêcher un incident diplomatique était bienvenu.

-Donc, je propose de garder nos visages voilés et de cacher tout signe distinctif qui prouverait que nous sommes de Kumo lors de notre passage au village.

Proposant le tout alors qu’il savait pertinemment que malgré sa connaissance de l’endroit, le meneur restait Hisao, Raizen voulait avoir un consensus afin de s’assurer qu’ils étaient tous en accord avec ce qu’il proposait surtout qu’ils allaient possiblement devoir masquer leur provenance et ce qui pouvait le laisser paraître.

Résumé:
 



Dernière édition par Meikyû Raizen le Mar 17 Juil 2018 - 3:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 15 Juil 2018 - 0:34
Bien que les rapports m’aient informé de la situation à Kaze, c’était dans ce genre de circonstance que j’appréciais tout particulièrement la présence de Raizen, qui, au-delà d’avoir des origines Kazejines, avait été sur place lors de la libération de ce démon du désert. Davantage que de la confiance, je l’avais placé à la tête de notre groupe en espérant le voir prendre les bonnes décisions.

- Si tu penses qu’il vaut mieux aller par la porte nord, pas la peine de réfléchir plus longtemps. Itagami et moi n’avons jamais mis le pied ici, donc je me fie à ton raisonnement. Je marquais une pause en réajustant les tissus composant le turban pour qu’il voile également mon visage. Pour ce qui est de la discrétion, je peux comprendre que les habitants aient autre chose sur lesquelles se préoccuper que de voir des Kumojin débarquer.

Et puis, ça doit être plutôt monnaie-courante que de voir un groupe d’individus encapuchonnés dans un désert. Ce n’est pas comme si on allait avoir l’air de mecs louches, peu fréquentables et surtout problématiques pour le pays.

Ainsi, à moins qu’Itagami n’ait quelque chose à redire là-dessus, je leur proposais de nous mettre en marche sans trop tarder. Le sujet de notre visite n’était de loin pas touristique, après tout, et on avait clairement du boulot à propos de tout ça.

Mettant péniblement un pied devant l’autre, en raison de la chaleur mais surtout du sable, je finis par tourner la tête vers le représentant de Kaze, poussé par ma curiosité personnelle qui était en activité depuis quelques minutes déjà.

- Et comment se portent les civils, avec tous ces événements ? Votre discours laisse présager du positive sur le long-terme, mais aussi que pour le moment, le moral n’est pas au plus haut. Vous avez quelque chose en tête pour redresser le pays ? Il y a un régent ou un truc de ce style, d’ailleurs ?

Au-delà de l’aspect social, il y avait effectivement cet aspect politique qui m’échappait encore. Il était le représentant de Kaze, mais au nom de qui ? Si je me souviens bien, Raizen m’avait dit que l’ancienne dirigeante n’était plus. Donc de toute évidence, il est possible que des familles ou des individus se sont regroupés pour prendre les décisions. Enfin, ça dépend de la culture Kazejin, ça pourrait être autre chose.

Récapitulatif:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mer 18 Juil 2018 - 1:12

A les écouter, j’avais fini par marquer une pause à la maquette que je créais depuis un petit moment déjà, refermant le point sur un schéma déjà sassez consistant qui finit par se fragmenter avant de ne devenir que poussière de métal. J’avais stupidement pensé à continuer ainsi ma conception même au sein du village, pire, l’affiner en fonction des différentes dispositions des maisons et point principaux d’habitation ou de type « grandes places » que j’y aurais trouvés ; mais pour le coup, voir un individu manipuler le métal même voilé ne pouvait être signe que d’une chose : ma maitrise du Kinton et indirectement mon appartenance au clan Metaru.
Bien, ce n’était pas un problème, j’allais simplement dessiner ce schéma de tête, le retranscrire plus tard en miniatures pour des retouches ne devrait pas être bien compliqué. Fronçant toutefois le regard, je m’attelai à ranger les objets un peu trop distinctifs ou, trop atypiques pour la région, histoire que je passe simplement pour une civile sans biens de véritable valeur ou quoi que ce soit du genre. Ceci dit…

- N’empêche, trois personnes ainsi voilées derrière une des éminences de ce village…. l’idée de se dissimuler de la sorte sera quand même un peu suspecte… marmonnai-je en jetant un coup d’œil au groupe. M’enfin… vaut mieux quelque soupçons qu’une pseudo vague de panique. Poursuivis-je en ajustant correctement que je portais et m’assurant de ne laisser dépasser que mes yeux du voile de mon visage et puis, s’était probablement normal ici…

Il allait sans dire que je n’avais absolument rien à contester des différents dires de mes compagnons de route. Hochant simplement de la tête pour confirmer ceux d’Hisao, je tachai d’éviter de les importuner davantage. Je m’étais incrustée dans cette mission certes pour aider à mener à bien les relations entre pays et ma présence en tant que Metaru, surtout responsable de la fonderie pouvait avoir un certain impacte sur la bonne foi de Kaminari, mais c’était surtout pour moi-même ; moi et mon désir de découvrir le monde sous ses multiples facettes qui encore aujourd’hui m’étaient inconnues.
Suivant avec attention l’intervention de notre leader sur les civils, j’y réfléchis un court instant avant de me décider à me lancer ; il avait lancé le topic alors autant m’y engouffrer avant d’être hors sujet :

- Hum : Parlant des civils ! commençai-je en me tournant vers le Sendai. Je réfléchissais tout à l’heure à un système d’approvisionnement en eau potable pour tout un chacun, mais je n’ai pas d’information sur ce sujet à Kaze. Fis-je avec une tête pensive.

Serte ce ne serait pas pour tout de suite, mais les quelques documents que j’avais pu lire le désert mentionnaient simplement un accès à l’eau via des puits… si ça a évolué entre temps, je me disais qu’il serait bien de pouvoir l’optimiser, le moderniser de sorte à faciliter l’accès à l’eau pour tout un chacun. Fis-je en tachant de me dépêcher pour ne pas trop monopoliser la parole.

Mais dans le cas où la situation n’aurait pas trop évolué, j’aimerais bien pouvoir me concentrer sur ceci pour votre village… un système de distribution et purification de l’eau via filtres naturels… Continuai-je avant de presque marmoner : …l’idée d’irrigation d’une serre agricole serrait même envisageable… … continuai-je continuant de schématiser et mettre en place mentalement mes idées.

Excusez mon impolitesse, j’ai finis par laisser s’exprimer la métallurgiste plutôt que la Kunoichi. Repris-je finalement consciente de m’être assez éloignée du sujet, surtout que s’était un élément que le Meikyu m’avait une fois reproché avec cette expression ne pas noyer le poisson.

Par contre, j’avais beau tourner ceci dans tous les sens, cela me semblait être un élément parfait aussi bien pour kumo, car ces travaux offriraient une excellente voie commerciale sur le long terme, que pour Taiyô et ses alentours. Après que les civils aient été soumis à pareil stresse, résoudre un des soucis principaux de cette terre aride ne s’aurait qu’être bien venu pour les Kazejin. Après… ce que je craignais surtout était de marcher en terrain miné.
Effectivement s’ils avaient déjà des installations fonctionnelles et optimales, j’avais peut-être insulté le village et sa progression ; auquel cas, je devrais sans perdre une seconde m’excuser d’en plus d’avoir déporté la conversation, l’avoir menée sur un plan injurieux. Mais honnêtement… je n’avais pas vraiment d’autres idées.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 4 Aoû 2018 - 9:28
« Allons à la Porte Nord dans ce cas-là. »

Il accompagna la décision d’un sourire malicieux, comme pour souligner le fait que tout le monde suivait le raisonnement de Raizen. Il ne fallait pas oublier que sous ses airs et habits de Kumojins, il restait avant tout, lui aussi, un Fils de Kaze. Et ainsi, il connaissait bien le Pays du Vent et ses préoccupations. Quant à Ketten, il n’avait tout simplement aucune raison de préférer l’une des deux portes. Chacune des deux « villes » ferait l’affaire pour la suite des échanges.

C’était sûrement sa qualité de Kazejin, mais également sa présence durant la rébellion populaire qui faisaient que Raizen venait de proposer une méthode bien discrète. Aucun signe distinctif pouvant les rapprocher de Kumogakure no Satô. Une décision qui pourrait également amener le doute, si on venait à apercevoir un haut dignitaire entouré de trois encapuchonnés bien mystérieux. D’autant plus que le spectre des Prêtres Rouges, symboles du passé Premier Cercle, pourrait faire peur.

« Nous pourrons nous poser à l’avant-poste de la Porte Nord. Il n’est pas très confortable, mais il suffira et au moins, vous n’aurez pas besoin de penser davantage à être discrets ou non. »

Il était appréciable de voir qu’Hisao, l’homme qui dirigeait cette équipe des Nuages, s’intéresse plutôt « rapidement » au cas et à la situation du peuple Kazejin. Comme il l’avait toujours pensé, les villages shinobis étaient peut-être maladroits dans leurs prises de décisions ou parfois égoïstes, mais il subsistait une volonté et un certain nombre de leurs hommes prêts à servir l’intérêt commun. S’ils étaient fautifs dans certains évènements, les accabler sans débat ni tri reviendrait à faire la même chose : une erreur.

« Le positif, effectivement, c’est que le Premier Cercle et toutes leurs pratiques fanatiques et… profondément dégueulasses pour parler franchement, appartiennent au passé. Un nouveau pouvoir sera mis en place au fur et à mesure que la cohésion entre Kazejins se créera. En attendant, pour quelques semaines encore j’imagine, je suis le Représentant principal du Pays. Mais je n’aspire pas à l’être sur le long terme et, pour être tout à fait honnête, je ne pense même pas le pouvoir même si je le voulais. »

Arrivés dans le certes petit mais calme et rafraîchissant avant-poste de la Porte Nord, les différents shinobis purent voir les deux gardes en sortir. D’un signe de tête, Ketten leur avait fait comprendre qu’ils pouvaient faire leur travail dehors, le temps qu’il termine de converser avec ses invités.

« J’ai mis plusieurs années à me remettre d’importantes blessures, et à recouvrer mes facultés. Je n’ai participé à la rébellion que sur un coup de chance, venant à peine de revenir dans mon pays. Certes, j’ai combattu l’Immondice du Désert mais s’il suffisait de ça pour devenir un leader pour le Pays, Raizen pourrait aussi l’être haha ! Non, celui qui je pense risque de devenir le chef du nouveau Kaze… »

Il soupira tout en s’asseyant après avoir invité le trio des Nuages à faire de même.

« … c’est Garyôsen Ryôga. »

Difficile de lire et de savoir ce que Ketten pensait à ce moment-là. S’il ne semblait visiblement pas enchanté à l’idée que cet homme puisse être un sérieux candidat pour guider le pays vers un meilleur âge, il ne semblait pas non plus abattu ou énervé.

« C’est un lieutenant de la rébellion populaire et un homme qui partage la plupart de mes convictions. Mais il est plus extrême dans ses méthodes, et nul doute qu’il n’aura pas apprécié l’implication des shinobis d’Iwa ou de Kumo. Si je préfère voir les hommes comme Raizen qui nous ont aidé ; lui préférera retenir ceux qui ont soutenu le Premier Cercle sans rien savoir des enjeux de notre nation. »

Important:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3733-garyosen-ryoga

Dim 5 Aoû 2018 - 1:26

S’asseyant en écoutant les propos de son acolyte, Raizen était quand même surpris que Ketten ne veuille pas prendre les reines de Kaze. Malgré tout, ce qu’il avançait semblait avoir du sens sachant pertinemment que lui-même aurait été aussi légitime que lui de prendre le contrôle de Kaze. Malgré tout, ce n’était pas aussi évident que cela sachant que Raizen était maintenant un Kumojin, ce qui pouvait avoir un impact négatif sur la perception de la population à son égard.

En fait, parmi tous les éléments qui furent mentionnés, celui qui retint le plus son attention fut le nom qu’il mentionna. Si ce nom semblait peu commun pour plusieurs personnes, il fallait savoir que pour les Kumojin ce nom était connu. Remontant à de longues années déjà, Raizen avait eu l’opportunité de voir ce nom dans un registre de nom précis. Ayant passé de nombreux moments à la bibliothèque pour s’instruire politiquement, il en avait vu bien des noms, mais celui-ci faisait partie des membres importants ayant aidé le village de Kumo à se construire à la base. Vint ensuite l’épisode de corruption dont tout le monde était malheureusement au courant. Ainsi, Ryoga était en quelque sorte quelqu’un d'exactement comme Raizen dans le cas actuel outre le fait qu'il ait mené la rebellion.

Sur le coup, Raizen ne put s’empêcher d’élargir un léger sourire. La situation se corsait et risquait d’être intéressante. Il risquait d’être difficile de travailler d’un commun accord avec quelqu’un qui avait déserté le village de Kumo d’autant plus qu’il en savait beaucoup plus sur eux que lui en savait sur lui-même. Puis, si celui-ci avait toujours sa perception passée de Kumo, le tout risquait d’être complètement en leur défaveur, sachant pertinemment qu’il avait bel et bien quitté Kumo suite à cet épisode assez désagréable.

-Garyôsen Ryôga... hein

Fixant Hisao puis Itagami d’un regard complice, il se demandait si ceux-ci étaient au courant de la situation avec ce nom.

-Les deux autres pourront confirmer, mais Garyôsen Ryôga est un nom qui ne nous est pas inconnu... mais je suis tout de même surpris de savoir qu’il est celui qui a mené la rébellion ...

Un opportuniste ou autre ? Il n’en était pas certain. Pourtant, cette situation ne sentait rien de bon. Raizen comprenait dès lors qu’il y avait un enjeu assez important et qu’ils allaient devoir user de leurs talents de négociateurs afin de résoudre ce conflit et ce dégoût qu’avait probablement Ryôga pour l’alliance.

-Ketten, tu dis qu’il partage la plupart de tes convictions, chose que je respecte et partage. Par contre, de ton ressentie, penses-tu qu’il n’est pas plus ou moins un opportuniste ? Hisao t’expliquera ce que nous savons sur lui, mais j’ai de la misère à comprendre ce qui pourrait l’avoir motivé à prendre part à cette situation. Du moins, j’espère simplement que ce n’est un moyen pour lui de prendre contrôle de Kaze pour ensuite s’opposer à Iwa et Kumo...

Soupirant, Raizen n’avait aucune crainte à témoigner de ses inquiétudes. Il savait que Sendai Ketten était plus un allié qu’autre chose et qu’il avait à cœur le bien-être des Kazejins en priorité. Les Garyosen étaient certes un clan originaire de Kaze, mais quelque chose semblait ne pas s'additionner.

-Est-il en ville en ce moment ?


Résumé:
 


Dernière édition par Meikyû Raizen le Mar 7 Aoû 2018 - 2:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 7 Aoû 2018 - 2:15
Le Sendai transpirait un caractère proche du mien. S’il était prêt à prendre les rênes d’un groupe quand le besoin s’en faisait sentir, sa principale motivation ne consistait pas à occuper une telle position. Mais il fut intéressant de noter qu’il précisa être incertain quant à sa place. Une autre personne semblait plus que apte à devenir le représentant du pays. Il minimisait l’importance d’un acte comme le sien – et par extension, celui de Raizen – mais il n’avait pas tort. Ce n’était qu’un argument en sa faveur et non pas une garantie.

- Garyôsen Ryôga ?

Le Meikyû réagit le premier, me laissant prendre quelques secondes pour joindre mes mains une fois mes coudes posés sur mes genoux. Bien que le visage très détendu, je me mordais très légèrement l’intérieur de la lèvre. Un soupir s’échappa alors que Raizen venait de détourner le regard pour le croiser avec celui d’Itagami et le mien.

- Hm. Il n’est pas inconnu. Sans avoir de grands accomplissements à son actif, il a tout de même eu une certaine réputation à Kumo, notamment de par sa présentation aux premières élections au titre de Raikage. Je laissais planer un silence avant de redresser le dos et de le plaquer contre le dossier du siège sur lequel il était posé. Pour être parfaitement honnête, ce n’est pas un nom dont l’évocation est une bonne nouvelle.

Peut-être flou pour mes deux camarades, voire peut-être même pour le Sendai, selon les informations qu’il possédait, je croisais tour à tour mon regard avec chacun d’eux et me décida à prendre la parole.

- Bien loin d’être un criminel sanguinaire, il est aujourd'hui un déserteur de Kumo. Je n’en sais pas beaucoup sur lui, simplement des informations récoltées dans des dossiers… Il était au passage étonnant que mon poste de Fukutaicho et que la paperasse me soit finalement utile dans une situation telle que celle-ci. De ce que j'ai pu voir, il semble être un ninja plutôt actif. Son départ fait sans aucun doute suite à la honte qui a pesé sur les élections truquées du Shodaime. A défaut d'être respectable, cette raison n'est pas indéfendable.

Un rapide regard sur Raizen, je hochais calmement la tête suite à sa question sur sa localisation. Il aurait été préférable de discuter uniquement ou principalement avec le Sendai, mais nous allions sans doute devoir nous adapter.

- J’ignore ce que vous savez de lui, Sendai Ketten – et il ne semble pas être un homme réellement malfaisant – mais il risque d’être un frein aux discussion que nous souhaitons entreprendre avec Kaze. Pour compléter la question de Raizen, pensez-vous que nous le rencontrerons dès aujourd'hui ?

Je ne le désirais pas forcément, mais si cela devait être fait, alors nous le ferions. Nous avons des arguments intéressants, et rien qu'en prenant ceux d'Itagami, c'était un apport non-négligeable pour un pays qui se trouve dans une situation pareille. Mais, avec mes paroles, j'informais également qu'il allait devoir être prudents dans nos démarches. La diplomatie peut être parfois longue et il faut être patients.

Résumé:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

[A/OFFICIELLE/KUMO] DIPLOMATIE AU PAYS DU VENT

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: