Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[MISSION OFFICIELLE] Opération Espionnage

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Mer 25 Avr 2018 - 15:36
Shôran avait énormément voyagé en partant d'Hi no Kuni pour rejoindre le village caché de Kumo. Toutefois, il n'avait jamais mis les pieds au pays de l'Eau et était tout excité à l'idée de découvrir de nouvelles contrées. Toutefois, c'était bel et bien différent aujourd'hui. Kumo était allié avec Iwa, ces derniers étant en conflit plus qu'ouvert avec Kiri. Kumo et Kiri n'avaient jamais échangé, mais par ces relations là, elles étaient en tensions. Le nécromancien comprit très vite le pourquoi de la mission où il avait été envoyé, en compagnie d'Asami et Sazuka. Bien qu'il connaissait très bien la première nommée, il n'avait vu qu'une fois Sakuza et elle ne faisait clairement pas partie des effectifs kumojins. Comme quoi, bien des choses avaient changés, est-ce son discours qui avait fait changé la donne pour elle ?

L'équipe de trois empruntèrent un bateau à la ville de Meitshu, proche d'Humy. Sur le bateau, Shôran indiqua la mission à ces deux comparses, espérant que Asami mette leur petit soucis de côté. Pour le moment, ils se devaient d'être plus que professionnels. L'idée première avait été marchand, mais pour mieux accrocher, Shôran et les deux kunoichis avaient eu une idée ingénieuse. Utilisant un henge, Shôran se transforma en vieux croûton pour paraître tel un proxénète, c'était sa couverture. La couverture parfaite pour les objectifs de cette mission.

Aucun élément les liant à Kumo devait apparaître sur eux, alors qu'après quelques jours de croisière, ils arrivèrent sur les terres de Mizu no Kuni. Shôran adorait l'odeur de la mer et du poisson, il souriait en arrivant au port.

Restons toujours sur nos gardes, d'accord ?

Leur déclara-t-il, en aucuns cas, il ne devait se faire repérer.

@Tadaoki Asami @Ikeda Sazuka

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 25 Avr 2018 - 18:43
Elle avait longuement observé son bandeau orné de l’emblème de Kumo avant de le déposer dans sa bibliothèque. Là où elle allait, elle n’en avait pas besoin. Dans un sac, elle n’avait que le strict minimum, dont nombreux parchemins dans lesquels étaient scellés ses marionnettes. Elle n’aurait assurément pas le loisir que de rentrer chez elle les réparer, et ce, sûrement pour un petit moment. De ce fait, elle avait passé plusieurs jours à travailler sur ses modèles. Par la suite… Elle était tout simplement partie pour une mission qui ne s’annonçait pas faciles et dont l’implication était plus qu’importante.

La voilà donc qui avait quitté par les mers le pays de la foudre, en compagnie de deux shinobis du village. Deux personnes qu’elle connaissait très bien, à savoir Shôran et Sazuka. Elle qui avait toujours voulu découvrir le monde hors des remparts du village se trouvait donc à pouvoir le faire. Le seul ennuie était sûrement les conditions dans lesquelles elle le faisait. Des conditions dangereuses pour une mission plus que risquée.

Désormais, alors qu’elle se trouvait à bord d’un bâteau lambda de Meitshu, elle était appuyée contre la rambarde, observant l’horizon, arborant une silhouette qui n’était pas la sienne. Un peu plus grande de quelques centimètres, affichant désormais un mètre soixante-quinze, sa longue chevelure sombre avait été troquée pour une chevelure encore plus longue, blonde cette fois-ci. Ses prunelles d’un rouge vif avaient été remplacées par un bleu turquoise qui semblait posséder quelques touches de miel. Autrement, sa silhouette restait sensiblement la même, d’une taille fine aux courbes agréables.

Son regard s’était posé sur ceux avec qui elle effectuait la mission leur ayant été confiée au pays de l’eau. Tous étaient méconnaissables, sous une technique de métamorphose bien réussie. Elle esquissa un sourire en direction de Shôran, chef du groupe à l’heure actuelle, avant de se tourner vers Sazuka.

Posant finalement un pied sur la terre ferme en territoire inconnue, elle quitta le bateau sous les commandements de celui qui lui faisait désormais office de patron. Ses vêtements épousaient ses courbes, ne laissant peu de place à l’imagination tandis que son décolleté se voulait presque vulgaire, de quoi entrer dans la peau de ce personnage qu’elle se devait d’incarner. Bien évidemment. Sazuka n’aurait sûrement jamais accepté d’adopter un tel rôle. Et puis, elle était celle avec les drogues…

- Bien évidemment, je suis toujours prudente.

Une voix mielleuse, caressante, accompagnée d’un léger sourire en coin. Elle était convaincante dans son rôle, digne de l’hypocrite qu’elle était au quotidien.

Les objectifs étaient nombreux, concernant cette mission d’espionnage du pays de l’eau. De par ce qu’ils étaient désormais, officiellement, certains seraient peut-être bien plus aisés réussir. Comme réussir à créer des liens avec la pègre, par exemple. Installer des planques était aussi quelque chose d’envisageable. Les bordels étaient toujours louches, de toute façon...

S'avançant donc aux côtés de l'homme, son regard se porta tout autour d'eux, alors qu'ils étaient finalement arrivés au port de ce qu'elle suspectait être un petit village du pays.

Spoiler:
 


Dernière édition par Tadaoki Asami le Mer 2 Mai 2018 - 19:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 25 Avr 2018 - 22:53



Ce fut la première fois que j’étais convoquée auprès du conseil de Kumo et de la Raïkage. Je fus étonnée et bien plus encore. J’avais assisté aux côtés d’un homme, Shôran, et de la Tadaoki, à un briefing ayant pour objet nos relations avec… non pas Kiri, mais Mizu. Durant ce briefing nous avions été informés que nous avions été sélectionnés, ou quelque chose comme ça, pour effectuer une mission au pays de l’eau. Nos compétences respectives, nos origines et nos approches semblaient avoir décidé pour nous de notre aptitude. Une mission… ok. Mais devant le conseil, devant la Raïkage ? J’avais rapidement compris la complexité et la dangerosité de ce que nous allions devoir faire, et par extension le niveau de cette opération. S’infiltrer en territoire hostile… J’en avais donc quitté un, pour en rejoindre un autre ? Je poussais un long soupir, intérieurement.

Evidemment comme nous devions mettre de notre côté toutes les chances possibles, nous n’avions pu en parler à personne.
Quelques jours plus tard nous quittâmes Kumo pour une ville portuaire de laquelle nous primes un navire pour Mizu.

Sous les traits d’une jeune femme que j’avais rencontrée à Tetsu au détour d’un bordel confondu avec une taverne, allez savoir comment, j’essayais d’imaginer ce qui nous attendait là-bas, comment allions nous réussir à tisser des liens avec ce genre de personnes ? Même en se faisant passer pour quelques-uns des leurs ? Enfin, moi, je n’en doutais ; j’avais connu celle de Tetsu, mais Shoran, Asami ? Aa… Je n’avais pas à m’en faire pour eux de cette façon, ils avaient été choisis, ils étaient shinobi, et savaient ce qu’ils faisaient. C’était notre travail. Et j’étais très heureuse, au-delà de constater de la confiance qu’on me portait, de pouvoir faire tant de nouvelles expériences… être sur un navire, traverser l’océan, découvrir une nouvelle contrée dont on avait entendu parler de nombreuses fois…

Plusieurs jours de voyage depuis Kumo nous avaient mené jusqu’à un petit port de Mizu qui ne respirait pas la richesse et encore moins la fraîcheur des embruns marins. Non, une vieille odeur de poisson pourrie planait ici… Un manque de propreté évident.
Chargée d’une malle montée sur roulette et protégée par un large cadenas, je rejoignis mes deux comparses. Détaillant leurs apparences une nouvelle fois, et davantage encore celle de la Tadaoki. Je me demandais bien... quel était son modèle...

-Ce pays… m’en rappelle un autre… Va falloir faire attention.

Avais-je prononcé d’une voix qui n’était pas la mienne, bien plus douce, bien plus avenante d'entre les lèvres d'un visage légèrement rosé marqué de deux prunelles comme des émeraudes le tout surmonté d'une chevelure bi-teintée, de rose et de vert, un visage sympathique comme pouvait l'être celui d'une geisha "exotique" trônant sur un corps sculptural, parfait. Bien que le mien en fait...

Il était formidable de voir à quel point le chakra pouvait être… utile ? La seule chose qui ne venait pas de cette énergie, c'était cette petite paire de lunettes de soleil orangées que je portais au bord de mon décolté...
Et aux côtés des deux autres, je m’enfonçais dans ce village que je ne connaissais que trop bien… Enfin, pas ce village, ce genre-là.

Spoiler:
 



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 3 Mai 2018 - 23:42
Les vagues s’heurtent avec puissance et fracas contre l’embarcation Kumojin. Que vous ayez le mal de mer ou non, vous sentez les remous endommager vos estomacs et ne pouvez compter que sur la maîtrise médicale de Sazuka pour vous maintenir en forme. Alors que la mer se calme, c’est le froid de Mizu qui finit par mordre votre chair. En effet, le nord de l’archipel voit encore une neige éternelle tombée et tapissée le sol d’un manteau blanc.

Plus loin, le village où accoste le navire Kumojin n’est qu’un modeste port regroupant un petit marché et quelques dizaines de bâtiments. Impossible de dire si c’était la brume, l’odeur, l’ambiance environnante ou votre instinct qui vous mettait mal à l’aise, mais l’endroit n’inspirait guère la sûreté et la confiance.

Pour autant, les habitants semblaient actifs et, si ce n’est pas heureux, enthousiastes quant à leur quotidien. Quelques cris émanaient du fin fond de la gorge de quelques marchands motivés, mais c’est surtout un homme qui attira votre attention, alors qu’il s’approchait de vous dans un pas lent et lourd.

Il regardait intensément le navire qui venait d’accoster, puis d’un regard analyste, observait chacun des individus qui se trouvait face à lui.

Pas si vite. Maître des docks Matsuda. Vous croyez qu'on va laisser votre rafiot traîner gratuitement dans nos docks ? Payez la taxe de 500 ryo en précisant votre nom et la raison de votre venue. Pas question d'ouvrir notre port à des profiteurs.

Se montrer coopératif, en décidant de dire la vérité, de mentir ou de déformer la réalité

Se mettre sur la défensive et refuser de payer et de répondre à ses questions

Tenter autre chose


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 4 Mai 2018 - 14:44
Kiri, ou plutôt Mizu, n'était pas le pays qu'il appréciait le plus. Même si l'homme n'y avait jamais mis les pieds et que c'était là la première fois, sa réputation laissait clairement à désirer. Shôran s'était transformé en homme d'une quarantaine d'années, s'octroyant le simple prénom d'Hiroki. Ni plus, ni moins. Il se devait de rentrer dans le personnage, il n'était pas encore doué pour cela mais il apprenait vite et là... il n'avait pas le choix que d'apprendre très vite. En descendant de l'embarcation, le Kumojin demanda aux deux femmes l'accompagnant de rester prudent. Ils étaient en territoire ennemi, pas chez eux.

Entrant dans le personnage, Shôran se grattait la barbe alors qu'un homme venait vers eux. Il le toisa du regard alors que ce-dernier se présenta comme maître des docks, il demanda une somme de cinq-cent ryos et les raisons de leurs venues. L'homme eut un sourire, s'approchant du maître des lieux.

Voyons, jeune. Nous sommes là pour affaire, découvrir de nouveaux marchés après tout nous sommes une sorte de marchand... Voyez-vous... Nous pouvons nous arranger, n'est-ce-pas ?

Concernant cette taxe qui s'avère être assez coûteuse pour lui, il se plaça à ses côtés et lui montra la belle Asami, transformée en blonde pulpeuse. Bien sûr, Shôran comptait sur elle pour user de ses charmes et parvenir à faire flancher cet homme. Il était le premier contact qu'ils pouvaient avoir, peut-être pourraient-ils en tirer quelques informations.

Spoiler:
 

Spoiler:
 

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 5 Mai 2018 - 7:40
Bien évidemment, ils ne pouvaient pas rentrer au pays comme bon leur semblait, même s'ils étaient arrivés à un petit port dudit pays. Son regard s'attarda tout autour d'eux, analysant chaque personne, chaque visage, ce qu'il se déroulait de ce train-train quotidien perturbé par leur arrivée. Resserrant son manteau sur ses épaules, elle s'assura toutefois de garder ses courbes finement découpées. N'était-il pas dit que les femmes de sa catégorie n'avaient jamais froid ? Il leur était presque impératif de dévoiler un (beaucoup) de leur corps splendide. Se tenant aux côtés de Shôran, qui ne ressemblait en rien à Shôran, ils se firent rapidement arrêter par un homme leur demandant la raison de leur présence ici et un montant d'argent somme toute assez élevé pour garder leur bateau ici. Bien évidemment, c'était à prévoir.

Chercher à faire des contacts, découvrir le pays, des raisons tout à fait légitime de marchands venus étendre leurs horizons. Le regard que lui adressait leur chef d'équipe sous-entendait bien des choses qui firent rire intérieurement la jolie demoiselle sans qu'elle ne laisse rien paraître. Mentir faisait parti de son quotidien, prétendre une seconde nature qu'elle appliquait sans difficulté. Son visage n'était qu'un masque d'argile qu'elle formait et taillait comme bon lui semblait, en parfait contrôle de ses expressions, de ses paroles et de ce qu'elle cherchait à véhiculer.

S'approchant de l'homme, peut-être un peu trop, d'un regard langoureux semblant tendre vers le lubrique, un sourire en coin sur les lèvres, elle posa une main contre son bras, faisant glisser cette dernière vers son épaule. Un couteau à double tranchant. Soit il flanchait et ils s'en sortaient bien, ou alors pouvait-il s'offusquer et augmenter la somme. À voir à quel type d'homme il avait à faire. Cependant, d'un regard avisé tout autour d'elle, de tous ceux effectuant un travail manuel et parfois difficile sur le corps, peut-être avait-elle ses chances.

- Je suis certaine qu'on peut convenir à un prix, ou du moins, à quelque chose qui nous conviendrait à tous. Nous sommes ici pour étendre nos horizons, et pourquoi pas réchauffer les Mizujin...

Doucement, d'une voix caressante, laissant sous-entendre bien des choses... De futurs salons de thé ou quelque chose d'un peu moins respectable ? Aller savoir, ce qu'elle suggérait n'impliquait rien, si ce n'était que venir activer l'imagination de l'homme de qui elle s'était rapprochée.

- Pour un tel voyage, j'imagine que vous comprendrez, mon cher, qu'il nous faut ménager nos ressources...

Un battement de cil, son regard toujours plongé dans le sien, elle lui sourit, doucement, l'air de lui faire une confidence. Douée quant à jouer de ses charmes, elle en viendrait presque à craindre les questions que pourraient venir de sa propre équipe, composée de deux personnes supposées chères à son coeur, quant à la facilité déconcertante qu'elle avait de manipuler l'homme venue les aborder.

Spoiler:
 


Dernière édition par Tadaoki Asami le Jeu 10 Mai 2018 - 14:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 5 Mai 2018 - 15:28



Après seulement quelques pas dans ce petit port du nord du pays nous fûmes accostés par un homme aux allures de docker qui s’avéra être, en fait, le chef des lieux. Cela aurait été étonnant que le contraire ne se produise, au moins qu’il nous approche de cette façon validait nos identités, en partie. On ne suintait pas le Kumojin, c’était déjà ça. C’était bien ce que je me disais, ce pays, Mizu, ressemblait fortement à Tetsu ; à peine nous mettions les pieds dans une ville qu’on tentait déjà de nous extorquer. Enfin, c’était la règle du jeu et j’avais prévu ce genre de situation… Payer des droits, des pots de vin… Heureusement que ma rémunération de mercenaire et surtout la générosité du Nidaime quant à celle-ci, avaient été considérables. C’était un argent dont je n’avais pas besoin, que j’avais donc économisé ; me contentant du strict minimum. Et, cela représentait une somme, somme toute, plutôt considérable.

Alors, et restée en retrait derrière mes deux coéquipiers je défie le large cadenas qui condamnait la malle que je transportais et, glissant ma main dedans en extirpai une liasse de billets. J’en retirai quelques billets et remis le reste à l’intérieur en prenant soin de la re-verrouiller. Je m’avançais alors et me présentai au « jeune homme ».

-Gonza Tsuzuramaru. Lui-adressais-je en l’observant, derrière les lunettes teintées que j’avais enfilées. Ah… Commencez pas à discuter les prix vous deux. C’est pas un marchand d’tapis. Dis-je en posant la main sur l’épaule d’Asami. Je ne doutais pas un instant que ses charmes auraient pu opérer mais notre première image ne pouvait pas être celle de profiteurs. L’argent n’était pas vraiment un problème pour l’heure et répondre par la positive à la demande de ce vaillant Mizujin pouvait nous apporter plus qu’une autorisation de stationnement. Sortant ma main de sous l’épaisse cape kaki qui me recouvrait, je lui montrai huit billets. On vous donne cinq cent pour la "taxe" et deux-cent cinquante de plus à condition que… Je levais les yeux un instant, comme pour réfléchir. Que vous nous disiez où on peut rencontrer des personnes… pour faire… affaire. Lui dis-je avec un clin d’œil sans pour autant lui avoir donné quoi que ce soit.

Cet incorruptible chef de port, petit port sans grande envergure qui ne devait voir passer qu’un nombre limité de navires de commerce, et donc bénéficier de revenus plutôt inconséquents … Pouvait arrondir sa fin de mois, sans problème. La rudesse de l’environnement, l’instabilité du pays… ne devaient pas faire ressortir les meilleurs aspects de l’homme…

-Nous vous serions… redevables pour votre aide, dans notre aventure. Dis-je avec un grand sérieux. Nous pourrions faire de ce lieu un endroit plus… commode.
Souris-je.

Avec les enseignements de la Tadaoki, il m’était si simple d’oublier mon identité maintenant. Interpréter ce rôle semblait être une libération, mais dans le fond je restais la même, une docteure voulant refourguer ses talents. Enfin... Quelque chose comme ça. Cet homme, Tsubasa, serait donc notre premier contact sur le territoire de l'eau. Qui l'aurait cru. Tout du moins, s'il ne refusait pas.



Se montrer coopératif, en décidant de déformer la réalité:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Lun 7 Mai 2018 - 23:32
Le mastodonte Mizujin dévisageait avec perplexité le ‘’marchand’’ qui se tenait devant lui. Inutile de le cacher : Le spectacle qui se présentait à lui ne le convainquait pas du tout, voire le dépitait.

La soi-disant séductrice n’améliora pas la situation. Plus le temps passait et plus le visage de Matsuda se décomposait dans un grossier mélange de frustration et de colère. Son poing se serrait, tout comme sa mâchoire. En parallèle, quelques regards indiscrets se posèrent sur le groupe et quelques chuchotements s’entamèrent.

Heureusement, la troisième vint rétablir un semblant de réalisme dans cette situation grotesque aux yeux du maître des docks. La seule qui eut l’intelligence de donner son nom et de préférer payer.

C’était pitoyable. Juste… pitoyable. On se demande comment vous arrivez à survivre en étant aussi mauvais… Vous deux, donnez-moi vos noms avant que je vous fasse dégager de ce foutu port. Vous êtes tout sauf du pays, pas vrai ? A part peut-être celle-ci, Tsuzuramaru.

Il croisa les bras, regardant silencieusement les billets avant de déporter son regard sur les trois inconnus. Son visage était soudainement impassible, totalement dénué d’émotions. D’une petite rotation du buste, il fixait quelques secondes une bâtisse délabrée mais largement plus grande que les autres.

Dépêchez-vous de me dire ce que vous voulez. Des gens qui tentent d’éviter la taxe et de mentir ne me disent rien qui vaille. Jamais vu vos tronches, jamais entendu votre nom et vous venez comme si vous aviez quelque chose à cacher. Parlez, demandez, faites un truc, mais vous avez intérêt à me convaincre. Par les temps qui courent, j'peux pas prendre de risques...

Vous sentiez que malgré le calme relatif de votre interlocuteur, l’atmosphère s’alourdissait. Ses paroles étaient lourdes de sens et les regards indiscrets ne permettaient aucunement de se sentir en sécurité. Mais était-ce le village qui était pernicieux, ou était-ce vous qui sembliez menaçants à leurs yeux...?

Quoi qu'il en soit, s'il vous venait à l'idée de regarder dans les alentours, vous remarqueriez, en dehors du discret attroupement qui s'effectuait tout autour de vous, que les lumières étaient pour la plupart éteintes. La brume était quant à elle à peine palliée par quelques torches : la vie semblait totalement arrêtée, et ce... depuis votre venue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 9 Mai 2018 - 23:08
Le plan de Shôran ne marchait pas vraiment, lui qui avait tenté de soudoyer le chef du port avait été un fiasco hors-norme. Tant pis, il fallait donc tenter autre chose alors qu'il s'écartait de l'homme pour se rapprocher de ses deux compagnes. Toisant du regard ce Matsuda, il semblait apprécier l'approche de Sakuza/Tsuzumaru. Mouais, il fallait donc payer la taxe et ensuite payer pour des informations. Un gaspis d'argent, ils n'avaient pas des milles et des cents. Toutefois, la mission devait être une réussite et c'était donc important de tout faire pour la réussir. Le chef des docks demanda à ce que les deux se présentent.

Shôran vit qu'il regarda un temps un bâtiment bien plus grand que les autres, tandis que des passants regardaient la scène qui se passait. Etait-ce si difficile que de faire du commerce à Mizu ? Le nécromancien avait de l'argent sur lui, une quantité raisonnable mais peut-être assez pour faire parler cet homme.

Hiroki est mon seul nom. Nous venons de Tetsu no Kuni. Nous sommes présents ici, à Mizu, pour commercer.

Répondait-il, seulement. Toutefois, il se concentra, sans le montrer physiquement, au maximum pour développer ses compétences en sensorialité. Il sentait que quelque chose n'allait pas avec cette bâtisse, l'équipe kumojine devait savoir de quoi il en ressortait. De plus, connaissant les capacités de sa copine, il savait qu'elle allait faire de même que lui.

Spoiler:
 

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 10 Mai 2018 - 14:56
Bon. Insensible au charme féminin. Dommage. Elle ne perdit toutefois pas contenance, après tout, ce n’était pas parce qu’elle était jolie et diablement sexy qu’elle avait toujours obtenu tout ce qu’elle voulait. Elle se détacha, se montrant même respectueuse, malgré l’éclat coquin qui éclairait toujours son regard. Elle se demanda toutefois ce qu’il s’attendait d’eux. Hormis de ne pas avoir tout dit, ce qu’ils avaient dit n’était pas mensonge. Simplement plus vague que ce qu’ils auraient pu dire.

- Yasunao Erina, pour ma part. Mais vous pouvez m’appeler Eli si le coeur vous en dit.

Toujours dans son rôle, tout chez elle semblait respirer la sensualité. De ses gestes, de sa voix ou simplement son regard, un sourire en coin sur les lèvres. Et pourtant, elle se tenait tranquille. Même qu’elle s’était éloignée, un peu, lui laissant de l’espace, se rapprochant dès lors de l’homme de leur groupe. Elle semblait nullement se sentir menacée, comme quoi ils n’avaient rien à craindre de lui. Oh, non pas parce qu’il ne savait pas s’imposer, mais bel et bien parce qu’ils n’avaient rien à se reprocher. Et puis, elle comptait sur Sazuka pour exprimer clairement ce qu’ils venaient faire ici.

Elle, elle n’était que la jolie fille accrochée au bras de ce qui semblait être le chef de leur groupe, ce dernier plus discret, moins loquace. Rien de bien surprenant, alors, qu’elle n’osa pas prendre la parole, pas alors que ses compétences les plus évidentes n’étaient plus requises. Sa main vint se saisir du bras de Shôran, d’un geste semblant parfaitement naturel, alors que, silencieusement, elle l’invitait à se sentir tranquille, d’attendre quelques instants. Si elle-même avait eu la même idée, à savoir d’étendre son chakra pour mieux comprendre les environs, là n’était définitivement pas le moment. Elle tentait donc, toujours silencieuse, sans rien réellement laisser paraître, de lui demander d’attendre quelques instants avant de faire quoique ce soit. Elle se basait seulement sur la certaine complicité qu’il avait et sur le fait qu’il la connaissait bien pour faire passer son message. Ils ne pouvaient pas prendre de risque, pas maintenant. C’était inutile, et surtout, beaucoup trop dangereux. S’il y avait d’autres shinobis dans les parages, ce serait mettre à mal leur mission, déjà étaient-ils suspectés par le chef de l’endroit.

N’étant toutefois pas certaine s’il allait réellement arrêter, elle propagea donc son chakra dans l’idée de venir perturber quelconque technique de détection y aurait-il dans les environs, rendant ainsi leur chakra et l’utilisation de ce dernier complètement invisible aux yeux de quiconque essaierait de voir quoique ce soit. S’ils venaient à détecter quelconque chakra, cela ne viendrait clairement pas d’eux, mais bien d’un peu plus à l’ouest. Beaucoup plus à l’ouest même. Et donc, une fois les précautions prises, elle glissa sa main le long de son bras, s’appuyant presque sur lui.

- Nous ne sommes pas du coin, effectivement. Il n’y avait toutefois aucun mensonge lorsque nous vous disions vouloir élargir nos horizons.

Et sûrement que Sazuka pourrait confirmer ses propos. De son côté, tout en s’assurant de préserver leur protection, si quelconque senseur il y avait, il verrait leur chakra comme émanant d’ailleurs, elle vint créer un large dôme englobant presque tout le port où ils se trouvaient, et donc, nécessairement le bâtiment derrière eux. Si elle percevait quelconque présence chakratique dans les environs, elle aviserait. Mais, pour l’instant, elle se faisait surtout une idée de combien de personnes y avaient-ils dans les environs, où se trouvaient-ils et ce qu’ils faisaient.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 10 Mai 2018 - 17:51



Ce gaillard était suspicieux, et je le comprenais. Faire ainsi face à trois visages, trois caractères aussi étranges et surtout inconnus aurait laissé n’importe qui se ses gardes. Pour défendre Kumo et ses intérêts j’avais dû réapprendre à distinguer les réelles menaces, de celles qui n’en étaient pas vraiment. Et voir un inconnu ou quelqu’un au comportement suspicieux m’était devenu assez… facile. Ça l’était en fait pour n’importe qui d’un minimum observateur théoriquement, pour ce Matsuda aussi. Il représentait à peu de chose près l’autorité locale, nous devions le prendre très au sérieux, je fus donc un peu étonnée au premier abord de l’approche choisie par mes comparses mais fut rapidement rassurée lorsque je constatai qu’ils changèrent leur fusil d’épaule.

J’avais jeté un léger regard à cette bâtisse que semblait observer le chef du port. Etait-ce l’information que nous lui avions demandé ? J’avais un léger doute, néanmoins cela ne nous coûtait rien, enfin, façon de parler, d’aller y jeter un œil. Ce bâtiment pouvait même nous servir de "socle" -base- pour développer notre approche, notre stratégie. Son état enlevait un certain caché à ce port déjà, visiblement, loin d’être riche. Ainsi, parce qu’à défaut de dire la vérité –et il m’en coûtait bien plus que quelques ryos- je pouvais tenir parole ; et d’un geste sans hésitation tendis le reste de l’argent à notre interlocuteur.

-Comme l’ont dit mes associés, nous sommes ici pour le commerce, et pour investir. Nous avons entendu parler de Mizu, de ses… tracas, et de cette stabilité que votre pays semble retrouver.Les investisseurs étrangers sont importants pour l’économie d’un pays ; l’autarcie à ses limites. Dis-je de façon assez claire pour que la foule qui commençait à s’attrouper l’entende; tout en observant autour de nous, l’état des bâtisses, le marché moribond... On ne vient pas profiter de vos ressources, ni de vos personnes. Et ça, c’était à peu près la vérité. Mais proposer des partenariats commerciaux. Lorsque je disais que nous pourrions faire de votre port un endroit plus attractif, ce n’était pas pour vous amadouer. Haussais-je les épaules. Un commerce profitable à tous ici, pour vous, et pour nous. Un commerce qui sera long à mettre en place, qu’il nous faut établir sur de bonnes bases, et qui pourrait rendre, avec le temps, la région bien plus agréable à vivre. Et vous savez, le risque est parfois ce qui fait avancer un pays, et là, le risque n'est pas... important. On a plus à y perdre que vous...

Jouer sur la corde sensible. Apporter la richesse, ou l’améliorer. Favoriser la paix du peuple et l’entretenir. Deux points essentiels pour adoucir une vie très dure pour beaucoup, surtout ces derniers temps ; et aussi, second point, pour limiter la recrudescence du banditisme qui selon les dires avait fortement chuté au pays de l’eau depuis l’avènement de Kiri. Je tenais un discours qui ne me ressemblait pas et me rendais en compte en même temps que je parlais; que lire des livres, beaucoup de livres, en tout genre ; n'était pas bénéfique que dans le domaine médical.

-Mais nous comprenons votre point de vue. Votre travail. Depuis les récents évènements survenus dans le reste du monde… Il ne faudrait pas qu’une nouvelle association de malfaiteurs se forme dans un pays. Les pègres et autres mafias sont déjà bien suffisantes comme ça. Soupirais-je. Et ça ce n’était que pure vérité, celle que j’avais vécu à Tetsu pendant presque vingt-six ans. Enfin, sachez que nous ne discuterons jamais… dis-je en jetant un regard à Asami et Shoran. Les taxes officielles de votre pays. Nous sommes soumis à vos lois. Souris-je. D’ailleurs, en parlant de lois… Vous êtes le représentant officiel du gouvernement de Mizu dans ce village ? Nous aurions des projets à vous présenter… Avec votre accord Hiroki. Demandais-je à notre supérieur. Je savais pertinemment qu'il était le maître des docks, mais parfois, dans les petits villages; il arrivait fréquemment que le "chef" et représentant/garant du gouvernement officie aussi à un autre poste moi... prestigieux.

Bien, je débordais probablement du cadre mais ce rôle que j’interprétais avec un grand professionnalisme et une franchise certaine –parce que bien évidemment je pensais chaque mot que je prononçais ce qui était sans doute ma force dans le mensonge- commençait vraiment à me plaire. Je pouvais déjà sentir le côté grisant de ce « jeu ». Et heureusement, j'avais préparé quelques petites choses... Mon domaine étant le médical... Ayant eu des retours sur les problèmes rencontrés par Ame...

-Nous cherchons des personnes fiables, et je suis certaine que nous pourrions compter sur vous… Souris-je.

Spoiler:
 


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 13 Mai 2018 - 0:12
Votre interlocuteur semblait se détendre. Heureusement pour vous, le maître des docks s’avérait n’être qu’un simple homme respectable et assidu quant à son devoir, qui, entre autre, concernait également la sécurité du port. Après tout, c’est lui qui serait responsable s’il faisait entrer des criminels. Il jeta un rapide coup d’œil aux alentours et se mit à pouffer de rire, se grattant au passage l’arrière de la tête.
Ha ha ha ! Vous voyez, quand vous voulez ! Vous avez bien fait de redescendre sur terre. J'allais sérieusement vous en coller une ! Alors, parlons affaire si vous voulez bien.

Il prenait l’argent avec un large sourire au visage et posa ensuite ses deux mains sur ses hanches. Petit à petit, la meute qui s’amassait autour de vous se dissipa, chacun retournant à ses activités. Mais alors que les inconnus sortaient de votre champ de vision, Matsuda effaca sa jovialité et soupira longuement.
Mon instinct me semble hésitant, mais vous me semblez honnêtes, bien que très mauvais sur certains points. ‘Fut un temps, je gérais ce village, oui. Mais, comme vous l’avez sûrement deviné, ceux qui gèrent sont derrière moi, dans ce bâtiment.

Vous pouviez apparemment vous rassurer, Matsuda ne semblait plus réellement hostile à votre présence et à vos propos. Au contraire, il avait visiblement décidé de dissiper tout malentendu dans la foule qui s’était amassé pour pouvoir continuer à vous parler… mais cela cachait plus qu’il ne le laissait entendre.

Je vais vous le dire franchement. On peut se rendre chez moi pour discuter de vos projets. Je pense que je pourrais d’être une bonne aide pour vous. J’ai pas mal travaillé avec Kiri. Mais clairement, vos projets seront grandement facilités par le Trio bleu. Mais franchement… à vos risques et périls.

Deux solutions aussi vagues que prometteuses. Vous saviez que chacune de ces options vous exposait à des risques mais aussi à des avantages.

Pour ce qui est de Shôran et de Asami, vous pouvez remarquer que toute la foule qui s’était amassée était partie, à l’exception d’une présence. Mais c’était visiblement un ninja, et elle aussi n’était pas clairement identifiable. Vous sentez qu’il se trouve sur votre gauche… ou peut-être légèrement devant vous. C’était difficile d’être précis.


Suivre Matsuda et obtenir ce que vous voulez par son biais

Se rendre dans la grande bâtisse qu'il regardait et obtenir ce que vous voulez par le biais du ''Trio bleu''

Tenter autre chose

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 13 Mai 2018 - 14:13
Shôran eut un ouf de soulagement lorsque les tensions s'apaisèrent bien vite, il fallait dire qu'il n'aurait pas souhaité que sa mission soit un échec, pas une mission de la si haute importance pour le village de Kumo. Shôran ne connaissait pas vraiment Sakuza, l'ayant rencontré lorsqu'elle était encore une sorte de mercenaire mais il se trouvait qu'elle était une redoutable négociatrice et Shôran était bien heureux de l'avoir à ses côtés. Un atout de taille, en effet. En tout cas, elle proposait à ce chef des docks de parler en détail d'une éventuelle affaire et partenariat qu'il pourrait faire puisqu'il semblait être le chef de ce village/port. Shôran/Hiroki hocha doucement la tête, complètement en accord avec la jeune femme.

Toutefois, l'homme leur avoua avoir été chef de ce village avant l'arrivée d'un groupe qui se trouvait dans le bâtiment qu'il avait regardé. Le Matsuda nous proposa donc deux options : se rendre chez lui afin de discuter des projets qu'avait les trois kumojins (faux Tetsujins) ou se rendre directement chez le Trio Bleu. Sans connaître qui étaient-ils vraiment, Shôran/Hiroki lança un regard à ses deux comparses avant de prendre une décision.

Nous acceptons volontiers votre proposition, je tenais tout de même encore à m'excuser de mon comportement précédent.

Lui disait-il, c'était l'histoire de repartir sur de bonnes bases. Alors qu'il attendit que ce Matsuda prenne sa décision, il décida de mettre les pieds dans le plat, sachant que ses deux alliés continueraient sur le sujet.

Pourquoi avoir été remplacé par ce Trio Bleu ?

Shôran imaginait que ce n'était guère facile que de passer de chef du village à chef des docks. Le shinobi restait sur ses gardes en ayant senti un chakra bien plus fort que les habitants de ce port... Un shinobi ici ?


Spoiler:
 

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 14 Mai 2018 - 1:58
L’homme semblait se détendre, ce qui était bien. Elle se devait d’admettre qu’elle était assez impressionnée par les talents de négociatrice que possédait la médecin. Jamais aurait-elle cru l’entendre parler ainsi à autrui, proposant des idées et possiblement solutions aussi intelligentes qu’intéressantes. Si elle-même avait eu des doutes quant à l’utilité qu’elle aurait ici, exprimant même l’idée que d’aller en parler aux hautes instances, à quelque part, la marionnettiste était bien contente de l’avoir rassuré en lui soulignant que s’ils lui donnaient autant de responsabilité, c’était qu’ils avaient confiance en elle. Et, à la voir ainsi s’adresser à l’homme leur faisant face, elle ne pouvait qu’être en accord avec le fait de lui avoir fait confiance.

Écoutant avec attention tout ce qu’il lui disait, elle perçu toutefois au travers son dôme du chakra. Un shinobi, ici ? Cela en avait tout l’air. Elle concentra dès lors de technique vers lui, cherchant à venir brouiller la vision qu’il pourrait avoir d’eux. Si, déjà, elle s’était assurée de faire sentir leur chakra à une position qui n’était pas la leur pour quelconque technique de sensorialité, elle s’assurait de se concentrer désormais sur celle qu’elle pouvait sentir, cherchant ainsi à ce que nul n’en vienne à les suspecter. De ce qu’il devait sentir, comme signature chakratique, si réellement il en sentait une, semblait provenir de plus loin, non pas de la mer mais bel et bien de la terre ferme. Et elle se déplaçait, de temps à autre. De quoi rendre le tout naturel tout en étant certaine qu’ils ne soient pas pris pour cible.

Suivant ainsi le mouvement, elle s’avançait aux côtés de Shôran d’une démarche féline, la sensualité présente dans chacun de ses gestes. Elle roula toutefois des yeux à sa question, soufflant légèrement du nez.

- Hiroki, tu pourrais au moins attendre que nous soyons à l’intérieur, confortablement installé avant d’aborder un sujet pouvant être potentiellement sensible.

Elle adressa par la suite un sourire au dénommé Matsuda, le tout d’apparence sincère, bien que son regard ne perdait pas cet éclat coquin bien digne de la personne que l’on pouvait aisément imaginer qu’elle était. Après tout, elle jouait un rôle parmi tant d’autres, ayant cette fois-ci enfiler un masque bien différent du quotidien. Tout en s’assurant que si shinobi il y avait, il ne puisse pas venir questionner leur légitimité ni même mettre en doute la simple technique de métamorphose derrière laquelle ils se protégeaient.

- Je dois admettre être bien heureuse d’entendre que vous avez abandonné l’idée de nous en coller une…

Sa main passa sur son fin visage dont les traits étaient délicats et agréables à regarder. Elle laissa un léger rire s’échapper de ses lèvres, rien de moqueur, bien loin de là, semblant simplement laisser entendre le soulagement qu’elle avait vis-à-vis de ce petit réconfort.

Ne manquait plus à ce qu’ils se rendent chez l’homme pour peut-être obtenir des informations sur l’endroit où ils se trouvaient et comment pouvaient-ils mener à bien leurs plans. Et puis, rien de les empêchait, de ce qu’elle comprenait de la situation, que de peut-être approcher le Trio Bleu un peu plus tard, lorsqu’ils en sauraient plus sur tout ça.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 14 Mai 2018 - 4:17



J’avais écouté avec une certaine attention mes équipiers, et ne voyais rien à redire, ni même à ajouter ; pour le moment. Me contenant simplement, toujours d’écouter, et d’observer. La décision de Shôran m’était apparue comme étant la plus judicieuse. Nous n’étions pas pressés non plus, alors obtenir le plus d’informations possibles avant de passer à la suite… Etait évidemment ce que nous devions faire. Pour le moment nous avions un homme d’apparence parfaitement normal ne faisant qu’accomplir son travail.

Le trio bleu… Je n’avais pas l’imagination la plus débordante du monde mais… Il me semblait qu’il y avait là comme un manque flagrant d’inspiration. Ils étaient sans doute trois, et étaient au pays de l’eau… L’eau… la couleur bleue… Le trio bleu. Enfin, je n’allais pas les juger à leur nom de toute façon, et vu la façon dont en parlait le maître des docks… Pouvait laisser penser qu’ils n’étaient pas commodes, et tant mieux à vrai dire. Ils répondaient donc à la réputation des Mizujin…

Je me demandais seulement, comme l’acteur d’Hiroki, la raison pour laquelle il n’était plus le chef de ce village et avait été remplacé par un « trio ». Ce trio était-il composé de shinobis ? D’hommes plus influents ? Ou peut-être de malfrats ayant pris « possession » des lieux ? Ce qui pouvait expliquer le prix de mouillage de notre petit navire. Enfin, je ne pouvais que formuler des hypothèses à ce sujet… Mais dans chacune d’entre elles, je voyais une façon de prendre un avantage. Bien que nous devions tout en apprendre plus.

Où avions nous mis les pieds ?
Je les suivais donc, toujours silencieuse, observant toujours ce qui nous entourait, les éventuels regards un peu trop insistants, et surtout, si nous n’étions pas suivis, trainant ma malle derrière moi, toujours. Il se pouvait aussi que cette dernière soit prise pour cible, après tout le chef des docks m’avait sortir une somme plutôt rondelette de ces entrailles. Aaaaah… A peine étions nous arrivés que les choses se compliquaient déjà… Notre approche était-elle la bonne ?

-C’est difficile par les temps qui courent de tomber sur les bonnes personnes…

Dans tous les sens du terme. Si le Mizujin ne savait pas à qui il avait affaire malgré nos beaux discours, nous non plus, ne savions rien de lui ou de son prétendu "Trio bleu". Peut-être qu'une couverture... lui aussi. Allez savoir.


Suivre Matsuda et obtenir ce que vous voulez par son biais:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 16 Mai 2018 - 0:15
A peine quelques minutes suffirent à atteindre la demeure de Matsuda. Malgré un statut qui n’était pas si mauvais, il vivait dans un relative misère. Sa maison n’avait même pas l’occasion d’être en désordre tant le mobilier était aux abonnés absents. Il y avait un petit objet de valeur, un bracelet féminin et orné, qui devait sûrement être un héritage familial, mais cela s’arrêtait là. La pièce était relativement bien aérée et d’une couleur bleutée, reflétant la mer qui créait une ambiance naturelle dans le village. Quelques sièges traînaient ci-et-là et une simple table était au milieu de la pièce.
Je n’ai plus vraiment de bureau. Disons qu’on a plus trop de revenu, depuis quelques temps.

Il tirait vaguement les chaises et en prit une sur laquelle s’asseoir. Un confort plutôt médiocre mais loin d’être invivable. Il pinça la mèche d’une bougie qui était sur la table et elle prit lentement feu. Matsuda était donc capable de manipuler du chakra, mais à la façon de le faire, vous pouvez aisément penser qu’il n'était pas spécialement expérimenté. Il finit par joindre ses mains pour imposer son regard sur chacun de vous.

On s’ra mieux ici pour que je réponde à vos questions, en effet. Le Trio Bleu, c’est simple, je sais pas du tout ce que c’est. Enfin, qui c’est. Jamais vu de ma vie, je sais juste que j’ai reçu une lettre officielle qui… disons… encourageait ma ‘’démission’’. Quand c'est arrivé, j'ai vite compris qu'il valait mieux pas trop protester. Vou savez, la Shodaime était particulière...

Votre hôte haussait vaguement les épaules. Lui qui semblait si puissant et tenace tout à l’heure semblait avoir perdu toute hargne dès lors qu'il était arrivé chez lui. Même pour un aspect purement commercial, il faisait peine à voir et n’encourageait aucunement les investissements. Mais apparemment, c’était dehors qu’il devait se montrer sous son meilleur jour. Pas chez lui. Peut-être était-il tout simplement fatigué d'une routine difficile.

Bon. Mettons tout sur la table, vous voulez bien ? Qu’est-ce que je peux faire pour vous ? J’ai quelques contacts, je peux toujours les contacter. J’suis sûr qu’il y a moyen de faire du bon commerce et de profiter de cette situation pourrie. Parlez, j’vous écouterai.

Asami est toujours capable de ressentir une présence floue et grossière. Mais alors qu'il lui était auparant possible de localiser avec plus ou moins de précision une cible, elle ressentait cette fois du chakra tout autour d'elle, ou de la maison.. Mais la présence de chakra diminuait de plus en plus… serait-ce possible que cet invité sache qu’il y a une ninja sensorielle ? Car de toute évidence, sa position s'effaçait au fur et à mesure que le temps passait...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 18 Mai 2018 - 13:54
Les idées fusaient dans l’esprit de Shoran/Hiroki. Meme si le groupe de Kumo avait opté de suivre avant tout Matsuda, il était vrai que le trio bleu l’intriguait au plus haut point. C’était ce groupe qui contrôlait le port, c’était donc vers eux qu’ils devaient se tourner. Toutefois, Matsuda pouvait être un élément important dans le projet Kumojine. Ils le suivirent jusqu’à sa demeure, une demeure pas si magnifique que son statut pouvait lui accorder. C’etait plus que rustique, le strict nécessaire pour un homme. Shoran vit la façon dont il alluma la bougie, avait-il été shinobi ?

Alors qu’ils s’assirent, le chef des docks expliqua qu’il n’avait jamais vu de ses propres yeux le Trio Bleu. Les Kumojins n’allaient pas avancer la... Matsuda parla de la Shodaime... Shoran n’avait pas vraiment connu cette Kage, mais cela méritait d’enquêter là-dessus.

Notre but premier est d’investir.. nous avons divers projets, mais investir dans le port peut être intéressant pour vous et pour nous...

Shoran aurait pu ajouter qu’il pourrait s’enrichir... mais il avait l’impression que l’argent ne l’intéressait pas plus que ça. Parler à Matsuda, premier contact avec Mizu ensuite l’équipe se rendrait au Trio Bleu. Tout se passait plus que bien pour le moment.

Bien sur, nous avons quelque idées... comme installée une sorte d’auberge pour les passants du nouveau port que nous aurons créé.

Shoran/Hiroki avait un sourire, laissant la parole à ses deux compères féminins. Il était sûr qu’elles avaient quelques mots à dire, évidemment.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 18 Mai 2018 - 18:08
Pour sa part, la jolie demoiselle préféra rester debout, derrière l’homme de leur groupe, posant tranquillement ses mains sur ses épaules. Si son regard était posé sur leur interlocuteur, son attention était ailleurs, quand bien même faisait-elle bien attention à ce que nul ne le remarque. Elle n’avait aucun doute quant à la présence d’autres shinobis, ou tout du moins un, qui se trouvait lui aussi à être un senseur. Le chakra qu’elle ressentait se faisait de plus en plus diffus, ce qui était assez désagréable pour celle qui était habituée de voir ce qu’elle n’aurait pourtant pas dû voir.

Tranquillement, toujours en concentrant normalement la position de chakra plus loin, elle cessa d’utiliser sa technique, comme si les shinobis avaient quitté les environs. Restait plus qu’à espérer qu’en se tenant tranquille, leur présence ne soit pas remarqué. Elle se sentait de nouveau aveugle, alors qu’elle perdait ainsi sa vision générale d’une bonne partie du port, quant à la position de tous et chacun, mais, au final, cela n’aurait rien changer, ne serait-ce que parce qu’elle n’avait rien été capable de voir, sa technique de détection semblant avoir été brouillée de la même manière qu’elle pouvait venir perturber celle des autres.

Son attention désormais entièrement dédiée à la conversation, quand bien même gardait-elle ses sens aux aguets, elle ne pouvait être trop prudente, elle gardait son éternel sourire en coin, hochant doucement de la tête aux paroles de l’homme qui se trouvait devant elle.

- Pour l’auberge, on parle surtout de rendre l’endroit plus… Accueillant ? Certes cela imposerait peut-être plus de mouvement dans votre port, qui semble être tranquille, mais il s’agit d’un revenu conséquent.

Un port, avec du mouvement. Il s’agissait d’une idée intéressante à ne pas négliger, pour eux cherchant à avoir de l’information concernant le pays. Après tout, qui disait mouvements disait bon nombre de personnes qui y passaient. Et puis, les langues avaient tendance à se délier, avec quelques bières. De ce fait, un port était bien souvent un endroit regorgeant d’informations en tout genre pour quiconque sachant l’exploiter.

- Un investissement dans le port avec possibilité de commerces. Il s’agirait d’offrir la chance à ceux quittant pour la mer d’avoir un dernier repas agréable en terre ferme tout comme réconforter ceux qui reviennent de long voyage. Au final, tous y seraient gagnants. Et puis, quel homme n’aurait pas besoin d’un peu de réconfort après un long voyage ?

C’était l’idée, un premier pas pour les nombreux objectifs qu’ils avaient à accomplir. Mais s’ils pouvaient déjà avoir l’opportunité d’installer une planque ici, où nombreuses informations pourraient se faire entendre, sur des sujets aussi divers que variés, c’était déjà une premier pas dans la bonne direction.

Certes le Trio Bleu restait intéressant, ne serait-ce que pour ce qu’ils représentaient et ce qu’ils pourraient peut-être obtenir d’eux. Un contact avec la pègre locale ? Ou encore avec des plus hauts représentants du pays ? Elle n’en savait pas grand chose mais c’était aussi une piste qu’ils se devraient d’explorer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 19 Mai 2018 - 18:04



J’avais l’impression que ne n’étions pas sur la mauvaise voix avec ce plan. Nous avions prévu plusieurs possibilités pour tenter de nous faire « une place » dans le paysage Mizujin et celle-ci était, selon moi, la meilleure que nuis puissions mettre en avant. Si le vrai but de cette opération n’était pas de créer ce genre de « d’infrastructure », cela n’empêchait en rien sa mise en route et son aboutissement. Il y avait néanmoins une ombre à notre tableau, difficile à déterminée. Alors que mes coéquipiers expliquaient le fond de l’idée, j’ouvris la malle que je trainais derrière moi depuis le début pour en sortir cette fois un épais dossier subdivisé en plusieurs parties ayant chacune une importance dans notre « implantation » dans le secteur. Je le tendis à Matsu, ouvert à la section concernant l’auberge.

-Vous trouverez là tous les plans et toutes les statistiques nécessaires au bon déroulement de ce que nous envisageons ici et ailleurs sur le territoire de l’eau. Bien sûr, rien n’est possible sans la participation des Mizujin, et j’entends par là les autorités. Le but n’est pas de mener ce projet dans l’illégalité. Ou tout au moins avec un minimum de garantie... Haussais-je légèrement les épaules. Si vous feuilletez ce dossier plus en détail… Vous y trouverez d’autres projets.

Les plans d’une auberge, ceux d’une clinique médicale, d'une "compagnie maritime", des cartes du pays et les principales routes commerciales envisageables entre chaque ville et bien d’autres documents, plans, tableaux. Evidemment le tout restait très théorique et demandait une certaine capacité de projection à moyen et long terme. Si le chef des docks avait été le chef du village, il comprendrait sans mal que tout ce que nous présentions était à portée de main, presque tangible. Mais le fait était qu’il n’est plus le représentant officiel de cet endroit et même s’il me semblait assez fiable ; nous allions devoir rencontrer tôt ou tard ce fameux trio.

-Comprenez que cela représente un risque pour nous. Rien que le fait que nous nous soyons déplacés jusque votre pays est un risque considérable. Si Mizu no Kuni est plus stable qu’à une époque, ce n’est pas forcément le cas de tous les pays que nous avons traversés. Mais heureusement, nous ne transportons pas tous nos fonds avec nous. Dis-je en montrant la malle. Pour aller plus loin, il nous faut donc un appui.

Heureusement, oui, que toute « notre » fortune n’était pas dans cette malle… Nous ne pouvions pas nous risquer à perdre l’intégralité de nos « économies ».

-Accepteriez-vous… Dis-je en jetant un regard à Shôran/Hiroki en espérant son approbation. De vous associer à nous ? Même si vous n’êtes aujourd’hui que le responsable de ces docks, vous avez eu la confiance des habitants et des autorités locales pour administrer ce lieu, à un moment ; non ? Enfin, c’est une offre que vous pouvez refuser bien sûr, si vous trouvez que cela va trop vite… Mais il me semble que cela nous serait mutuellement profitable, non ?

Souris-je délicatement, non pas pour tenter de charmer notre interlocuteur mais pour essayer de faire sentir que dans mon discours il n’y avait de que la « bienveillance ». Trois inconnus, venus de nulle part –Tetsu-, voulant investir des sommes considérables dans un port plus que secondaire dans ce pays ; proposant une association avec bénéfice à la clé ? Même à moi cela me paraissait suspect, pourtant… Ce dossier qu’il tenait entre ses mains était plus que concret, ce n’était qu’une petite occasion de ramasser deux cent cinquante Ryos facilement.

Ce port n'était pas le seul village du pays... Nous pourrions trouver des oreilles bien plus intéressées ailleurs...

Résumé:
 


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 28 Aoû 2018 - 14:14
D’une lente et grasse inspiration, il prit entre de puissantes mains habituées aux cordages marins le dossier que les trois inconnus lui présentèrent. Des documents crédibles, travaillés et capable de décrocher quelques hochements de tête à Matsuda. Malgré son soudain flegme, il était bien décidé à vous apporter son aide, que cela soit son attitude, ses expressions ou ses gestes, ses intentions étaient claires comme de l’eau de roche.
C’est des projets intéressants, vraiment. Mais par exemple, l’auberge c’est juste pas possi-…

Ses doigts s’entrelacèrent derrière sa tête, là son regard était quant à lui porté sur un dossier plus qu’intéressant, d’où d’agréables souvenirs d’une période antérieure ressurgissaient. Il soupira, longtemps, marquant une pause anxiogène.

En réfléchissant bien, il s’pourrait qu’une auberge et l’établissement d’au moins une route commerciale seraient un gros gain pour notre village. On est cloîtré ici depuis bien trop longtemps pendant que ça bouge dehors.

Dans un mélange de nervosité et d’enthousiasme, il se grattait l’arrière de la tête et redonnait le dossier à ses potentiels associés. Il regardait chacune des misérables fenêtres qui permettaient de filtrer quelques éclaircis et reporta finalement son regard sur eux. Il semblait hésitant, son esprit assailli soit de doutes, soit de questionnements techniques, soit d'un peu des deux.

J’ai quand même une dernière question avant d’aller plus loin. Vous trois, vous faites forcément partis d’un groupe. Ou alors vous avez des moyens de je-ne-sais-où. Tous ces projets, ils sont à la fois vastes et spécifiques, vous baignez dans plusieurs domaines j’ai l’impression.

Posant ses coudes contre la table, il entrelaçait cette fois ses doigts devant lui, cachant légèrement le bas de son visage alors qu’il lançait un regard critique mais calme vers la principale interlocutrice, Tsuzuramaru. D'une manière où d'une autre, ses anciens instincts - ou ses nouveaux - étaient à l'affût et ne pouvaient pas se laisser entraîner dans une offre qui semblait trop soudaine et alléchante. Comme il l'avait laissé sous-entendre, il avait toutes les raisons de prendre des précautions.

J’vois des projets intéressants, mais je dois savoir avec qui je traite. Quel groupe ? Quel genre de groupe ? Vous parliez d’illégalité, sans pour autant totalement la balayer. Alors... dites-moi tout. A quoi je dois m’attendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 28 Aoû 2018 - 23:48



Enfin nous marquions un bon point. Malgré toute la confiance que j’avais en notre plan, je commençais à penser que ce Matsuda allait nous poser problème, et si nos documents et nos arguments ne parvenaient pas à convaincre un docker, même s’il fut le chef-lieu à une époque ; alors ils n’auraient pu convaincre personne d’autre. Mais, ce dout s’était dissipé avec les paroles intéressées de l’homme. Mais tout ne fut pas pour autant gagné. Notre présence, nos propositions et tout ce qu’elles pouvaient impliquer firent à son tour douter notre interlocuteur. Quoi de plus normal… En revanche qu’il nous pose toutes ces questions… Pour moi qui avais du mal à mentir ou à ne pas dire la vérité ; c’était un peu pour moi, maintenant, le baptême du feu. J’allais essayer de dire la vérité, ou mentir ; avec un fond de l’un ou de l’autre… Exercice difficile.

-Des questions que vous auriez sûrement fini par soulever. Dis-je en croisant les bras juste en dessous de ma poitrine. Pour partir sur de bonnes bases, je suppose qu’il faut jouer un minimum franc-jeu. Nous venons tous les trois de Tetsu et faisions partis d’une Mafia dominant le nord du pays. La Mafia Gonza. Je suis l’unique survivante de cette famille, j’ai… hérité de leurs… actifs. Et, j’avais une toute autre vision du… business. Et ces deux là. Dis-j en montrant Shoran et Asami. M’ont aidés à récupérer ce que nous pouvions. Notre groupe possède plusieurs… intérêts au pays du fer. Mais, rien en rapport avec des activités criminelles. Notre but n’est pas de créer une nouvelle mafia mais un large réseau commercial, dans le Yuukan. Et plus encore.

A vrai dire, il y a dans mes paroles autant de mensonges que choses vraies. C’était davantage un enjolivement de la réalité qu’un mensonge monté de toutes pièces. La famille Gonza avait bien existé mais je n’en étais peut-être pas l’héritière. Ca, je n’en savais rien au final ; de qui descendais-je, qui étaient mes parents… Des questions dont les réponses ne reposaient que sur ce qu’on avait voulu me dire lorsque j’étais au dojo de Tetsu. En revanche, cette famille mafieuse en plus d’avoir existé donc, avait aussi été décimée durant… une guerre intestine, en quelques sortes. Mais c’était une autre histoire de mon passé. Autre fait véridique, était que j’avais mis la main sur plusieurs de leurs biens et je les avais simplement « donné ». Dans le fond, j’avais participé, d’une certaine manière, au développement de Tetsu, de manière légale… Bref.

-Nos fonds sont solides. Et notre groupe ne dépend pas du gouvernement de Tetsu, et d’aucun autre. Mais oui, nous répondons bien à leurs lois. Cela dit, parfois ; passer par des voies plus… parallèles ; est nécessaire pour débloquer les choses. Dis-je avec détachement. Disons que, vous pouvez vous attendre à l’essor économique de cette région, sans doute à quelques obstacles aussi, venant de vos sphères « politiques » ; mais qu’après plusieurs semaines, plusieurs mois… Toute cette discussion vous paraîtra… amusante et terriblement… divinatrice.

Même si nous voulions atteindre des objectifs plus pernicieux ; ceux que nous proposions étaient… réels, et seraient tangibles. On pouvait appeler ça… un bien pour un mal ?

-Si vous avez d’autres questions à nous poser… N’hésitez surtout pas. Je pourrais vous répondre sur tous les aspects techniques. Mes collaborateurs sont plus… talentueux pour tout ce qui a attrait… à la partie « commerciale ».



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 31 Aoû 2018 - 11:56
A nouveau, votre réponse fut suivit par un long soupir de sa part. Mais cette fois, le son que celui-ci expira n’était pas noué dans de la fatigue, du tracas ou de l’hésitation, mais bien un type de… soulagement ?

Excellent, alors. J’vous remercie de me partager ces informations, ça me rassure. Mais j’ai peut-être une mauvaise nouvelle.

Dans un rythme sonore et régulier, ses doigts tapotaient la table autour de laquelle vous étiez assis. Il demeurait silencieux, regardant autour de lui, peut-être pour surveiller les environs, peut-être pour chercher la chose la plus adéquate à dire. Il était soudainement difficile de déchiffrer totalement son expression faciale.

On s’connaît pas, vous m’êtes donc pas spécialement sympathiques mais je reconnais une certaine envie chez vous, même si je comprends pas bien le choix de ville.

Le suspense continuait. Représentait-il désormais une menace ? Peut-être. Mais impossible de le savoir avec certitude rien qu’en le regardant. Mais vous vous doutiez que les choses n’allaient pas être si faciles qu’elles s’annonçaient. De là à dire que le Trio Bleu aurait potentiellement été un meilleur choix ? Impossible à dire. Et tout ce qui suivrait pourrait être vrai… comme faux.

J’vais vous mettre en position délicate. Mais j’ai pas le choix. Vous vouliez éviter l’illégalité ? Désolé, ce sera pas pour aujourd’hui. Je représente un groupe bien particulier de Kiri, et on aura besoin de vos fonds. Ce sera donnant-donnant, bien sûr, mais vous allez nous aider à mettre à bien nos projets.

Matsuda se mordait la lèvre inférieure très brièvement, dans un geste discret mais suffisamment visible pour que vous puissiez le remarquer.

Je parlais de choix : Vous êtes dans mon port. Je peux dire n’importe quoi, on me croira moi, pas vous. On est pas foutus de réfléchir, de toute façon, alors emprisonner ou tuer des inconnus ? Ah ah, laissez-moi rire. Et si vous m’attaquez, c’est encore pire. Acceptez de travailler avec moi : vous gagnerez autant, si ce n’est plus d’argent que prévu... normalement. Alors. Marché conclu ?


Accepter le marché

Refuser le marché

Faire autre chose



Informations supplémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 1 Sep 2018 - 16:44



Si notre plan le rassurait, tant mieux. Quant au choix de cette ville… La réponse était bien plus ridicule que la question, à mes yeux en tout cas. Je pensais même que parmi tout ce que nous avions pu dire ; cette information était sans doute la plus vraie d’entre toutes. Mais ni moi, ni mes collègue ne pûmes lui répondre, notre interlocuteur enchainait son monologue, nous exposant la « mauvaise nouvelle ». Ce qu’il disait avait tout de même rudement la forme d’une menace et cette fois ça, pas que pour moi. Le premier à réagir fut Hiroki, qui tenait extrêmement bien son personnage, pour le coup. L’archétype même du proxénète reconverti en homme d’affaire laissant refaire surface ses mauvais penchants.

-Tu vas voir espèce de…
-Hiroki… C’est bon. L’interrompis-je immédiatement alors que qu’Erena elle, gardait toujours le silence. Tout comme elle ne fut pas vraiment étonnée… Nous étions dans un pays, comme je l’avais souligné en débarquant ; ressemblant fortement à Tetsu. Il était normal que ses habitants, ou tout au moins ses autorités plus ou moins légitimes ; montrent un visage similaire à celles du pays du fer. Sans forcément jouer ce rôle de « Tsuzuramaru », je pouvais largement prétendre connaître ces manigances. Je relâchais donc un soupir avant de répondre au docker. Pour répondre à l’une de vos interrogations : j’ai choisi ce port car il est la première « ville » de votre territoire que nous traversons. Il faut bien commencer quelque part, non ? Haussais-je les épaules. Mais, vous savez, le chantage est inutile avec nous. Tetsu nous a posé, à l’époque, des problèmes plus… conséquents qu’une histoire de vie ou de mort ou de… Enfin… Rigolais-je. Pensait-il que nous allions prendre peur ?

Il voulait nous contraindre à travailler plus pour lui, qu’avec lui au final. Je trouvais ça très intéressant, très intelligent même. Mais… il y avait certaines composantes de cette affaire que le Matsuda semblait ne pas avoir prise en compte.

-Travailler avec vous, librement, me semble une bonne idée. Je vous en pries, exposez donc les projets de Kiri. Mais sachez juste une chose ; si nous disparaissons, le financement disparaîtra avec nous. Tout comme le soutien de notre « groupe », et toutes possibilités de voir cet endroit, un jour, fleurir. Exposais-je à mon tour en entrecroisant les doigts doigts devant moi. Je vous ai dit que nous étions prêts à prendre des risques… Vous êtes l’un de ces risques, à priori. Mais tant qu’on peut faire affaire et faire de cet endroit quelque chose de… plus viable qu’une pêcherie et des bâtiments délabrés… Je crois que vous y avez plus que nous à gagner, ou à perdre. Laissais-je entendre avec un sourire. Evidemment, je n’étais pas complètement stupide, ni née de la dernière pluie. En ayant travaillé pour les mafias de Tetsu durant de nombreuses années avant d’atterrir à Kumo… Je savais parfaitement ce qu’étaient les compromis et les risques du « métier ». Enfin… Je ne refuse pas votre marché ; et en prime, je vous révèle que je suis médecin. N’est-ce pas… merveilleux ? Dis-je en lui tendant la main.

Je ne savais ce qu’il allait faire de cette information on ne peut plus véridique ; mais j’avais ouïe dire que les médecins, encore plus ceux pratiquant l’Iroujutsu ; étaient de précieuses ressources. Peut-être que ma simple personne donnait une valeur ajoutée à notre échange ? Ou alors, peut être que ça allait se retourner contre nous ?

Accepter le marché:
 



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 11 Sep 2018 - 14:35
L’expression faciale du Matsuda avait changé. Le regard dur mais hésitant du Kirijin avait donné lieu à des yeux résolus et fatigués. Il posa son poing contre la table et martela celle-ci dans un rythme faible et régulier. Comme perdu dans ses pensées, il finit par souffler du nez avec amusement avant d’hocher la tête et de vous fixer tous les trois.
Vous avez vraiment pas froid aux yeux. Peut-être qu’à Tetsu aussi, la situation est mauvaise.

Il se relevait, prenant soin d’agir avec assez de tranquillité pour qu’aucun de vous ne puisse s’imaginer qu’il puisse attaquer ou vous tendre un piège, puis vagabondait dans la salle.

Bon. Sachez que je vous ai pas menti. J’aime cet endroit, je suis bel et bien maître des docks, je suis bien Kirijin et mon nom est véritablement Matsuda. La différence est que je ne travaille pas pour Kiri. Pas pour ce qu’elle est actuellement, en tout cas.

Sans trop de doute, vous étiez capable de comprendre son statut vis-à-vis du village caché de la Brume. Il avait déjà – brièvement – protesté contre la Shodaime et il était évident que les politiques actuelles ne lui plaisaient pas.

En gros, je suis tombé si bas que j’ai intégré des groupes… discutables. Mais au moins, je suis capable de combattre les poches idiotes et bellicistes de Kiri. Il y a des trucs qui se passent chez nous. Cette situation va changer, mais ça vous concerne pas réellement, ça.

Il retourna s’asseoir et vous fit face. Un craquement sonore fut perceptible dans toute la pièce… sûrement le bois.

Vous inquiétez pas, vous aurez de la liberté. Vous aurez vos gains et vous aurez votre statut de partenaire commercial. Vous serez juste… utilisés plus souvent que vous le pensez. Quelque chose à rajouter ? … ou à contester ? Vous avez vraiment tout à intérêt à accepter...



Informations supplémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 11 Sep 2018 - 15:51



La situation de Tetsu… n’était pas si mauvaise. Et encore plus pour les différents groupes mafieux qui faisaient parties du paysage de ce pays. Cela dit, à mes yeux, ce n’était pas un lieu forcément très accueillant, à mes yeux seulement puisque j’avais toujours combattu les Samouraïs et plus généralement le système de mon pays natal. Quand je disais toujours, je pesais amplement mes mots. Enfin… Ce que j’en pensais n’avait pas grand-chose d’objectif, mais la situation de ces deux nations n’était pas comparable.

Elles avaient toutes les deux leurs problèmes particuliers. A Mizu vraisemblablement le problème, c’était Kiri, ou tout au moins ceux qui dirigeaient le village. A Tetsu c'était le système lui même... A Kumo, le problème plus ou moins semblable à Kumo. Mais je n’allais pas cracher dans la soupe qui m’était servie par cette institution. Juste qu’à mon sens, certaines personnes n’étaient pas faites pour prendre des décisions… Enfin, je n’étais pas une experte en géopolitique et je n’allais pas m’aventurer sur ce terrain.

-Oh… vous êtes donc un genre de… déserteur ? Dis-je pensive sans vouloir l'offenser, en l’observant se promener dans la pièce, sans doute pour l’aider à réfléchir. Nous avions donc face à nous un Kirijin… Si nous voulions parler de Kiri, nous devions être deux fois plus prudents alors. Il ne s’agirait tout de même pas de froisser notre unique… interlocuteur. Ou d’éveiller un quelconque soupçon. Fort heureusement, je savais parler en utilisant les bons mots, autant qu’il pouvait m’arriver de ne pas saisir toute l’ampleur de ce dont on me parlait… Oui, notre situation me semblait tout à coup devenir plus délicate. Puis il reprit place, dans un craquement sonore qui me fit arquer un sourcil. Je levais la tête, comme tentant de trouver l’origine de ce son. Le bois, ça a son charme, mais c’est un peu bruyant parfois… Remarquais-je sans pour autant y prêter plus d’attention. Typiquement le genre d’endroit où je ne pourrais pas vivre, trop bruyant pour la concentration que réclamaient mes travaux.

Ah, enfin nous touchions au but. Les termes flous de notre pseudo contrat semblaient convenir à tout le monde et surtout à cet énigmatique Matsuda. Je me retins de soupirer, pas franchement persuadée que nous avions parlé à la bonne personne. Mais bon… Il était déjà assez compliqué de se faire passer pour quelqu’un d’autre sans en plus se payer le luxe d’envoyer bouler un potentiel partenaire, que nous avions déjà eu du mal à convaincre. Sous ses apparences de benêt, le docker était en fait un –plutôt- redoutable tacticien. Mais autant que moi, que nous ? Nous le saurions assez rapidement, de toute façon.

-Et bien, si vous êtes d’accord… Vous m’en voyez ravie. Souris-je légèrement en posant ma main droite à plat sur le dossier. Nous n’allons pas nous mêler des affaires de votre village. Sauf si vous le souhaitez, bien sûr. Des Kumojins sauraient ce qu'il se passait ici, dans les grandes lignes; des hommes d'affaire eux, savaient seulement que ce pays représentait une bonne affaire... Les histoires de clan ne les concernant que peu... L’argent ne sert pas qu’à… construire des auberges. Sous-entendu des auberges et tout le reste de ce qu’il y avait dans ce dossier. Je supposais qu’à Mizu, comme à Tetsu ou dans n’importe quel autre pays de Kaminari ; il y avait des hommes et des femmes prêts à se battre pour de l’argent, et sans nécessairement avoir besoin de connaître ou comprendre les raisons de leurs agissements. Des personnes comme moi que l’on nommait « Mercenaire ». Enfin, avant d’en arriver là… Voyons déjà ce que nous pouvons faire pour ces lieux. Je me levais alors de ma chaise à mon tour, l’invitant à se lever lui aussi ; s’il le voulait. Rien ne valait une poignée de main pour conclure d’un accord. Je ferai parvenir une missive à nos hommes et femmes restés à Tetsu ; le premier navire de marchandise devrait partir... dès sa réception. Achevais-je en lui tendant la main, dans un sourire.

Oui, j’avais pris la position dominante dans notre groupe, celle de cerveau, de décisionnaire, de… « Marraine ». J’espérais que cela n’allait pas contrarier Shôran qui avait été nommé capitaine de notre équipe… Mais, s’ils s’étaient intéressés à ce que j’étais avant de rejoindre les rangs des Nuages… Sans doute auraient ils pris la décision d’eux-mêmes de me confier les rênes de la négociation… Enfin, il me semblait pour le moment que tout se déroulait –à peu près- comme on l’avait imaginé. Surement que la nuit qui succèderait notre serait animée de quelques discussions quant à ce qu’il venait de se passer. Et dans tout ça, seule Asami avait gardé le silence, ne faisant qu’observer et écouter. Sans doute concentrée sur ses dons de senseur… Elle était un peu la protectrice de notre groupe contre les mauvaises surprises…



Spoiler:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

[MISSION OFFICIELLE] Opération Espionnage

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: