Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[C/OFFICIELLE/IWA] Rassembler la fratrie | Part I ᵜᴥ Muramasa


Mer 25 Avr 2018 - 16:05
Rassembler la fratrie 1

Si en partant d’Iwa, j’avais commencé à avoir une boule au ventre à l’idée de revoir mon aîné et de redouter mon incapacité à le reconnaître, au fil des jour, en nous approchant de plus en plus du pays du fer, je ne pouvais m’empêcher de douter de plus en plus, de redouter l’instant ou je me tiendrais face au plus vieux des héritiers d’Hideyoshi. “Je propose que l’on commence par transmettre la lettre, cela sera plus facile que de retrouver mon aîné." Je ne suis même pas sûre qu’il soit déjà arrivée à Tetsu, même si sa lettre à été envoyé il y a de cela une quinzaine de jours, voir même probablement plus ? J’ignore exactement quand il l’a envoyé et si elle a quitté Mizu avant lui ou bien après. Tout est possible… “Cela vous convient-il senseï ?” Questionnais-je simplement sans réellement vous laisser le choix pour tout dire, parce que sans moi, vous ne pourrez pas trouver mon aîné…

---

Vous avez déjà vécu loin de Tsuchi ?” Une question qui vient d’un coup, alors que l’on se trouve maintenant si près de Konpeki… Suis-je la seule à ne pas avoir grandi près des miens ? Est-ce que vous me comprendrez si je vous explique que je me sens perdue ? Ou bien est-ce que ce sentiment vous sera tout simplement inconnu ? Pendant un instant, j’en veux à père de m’avoir éloigner d’ici.

Les premières bâtissent de la capitale sont maintenant à portée de vue et étrangement, même si mes souvenirs remontent à presque quinze ans, cela ne semble pas avoir changé… Une apparence trompeuse, à cause des premières maisons, car je réalise vite que ce lieu m’est totalement inconnu… Mon regard se pose autour de moi et je me sens comme une enfant perdue… Cette terre où j’ai vécu avec ma famille, cette capitale qui m’a vu grandir avant que je ne me retrouve dans la cage de l’académie… Tout mes souvenirs semblent faux et pourtant, je ne vous montre rien de cette inquiétude qui me prend, de cette impression d’avoir tout oublié de mon enfance ici alors que ce sont tout simplement les choses et les gens d’ici qui ont changé.

Si je me souviens bien, il faut aller par là pour rejoindre le domaine Nagamasa.” Murmurais-je après avoir vu un homme arborer le symbole de mon clan prendre la dite direction, mais si cela se trouve, ce n’est point par là et je nous induis en erreur en suivant un homme qui ne se rend point à cet endroit… Au final, transmettre cette lettre, risque d’être un peu plus compliqué que je ne l’imaginais…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mer 25 Avr 2018 - 20:20









::: RP ::: Rassembler la Fratrie | Part I
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION C OFFICIELLE



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD


Le départ d’Iwagakure no Sato vers le Pays du Fer incarnait une véritable Odyssée se devant d’être menée à bien. Après tout, la Samouraï, bien que ne le disant pas, attendait beaucoup de la part de son Sensei. Elle pouvait être rassurée, car il était évident que celui-ci ferait en sorte que tout se déroule au mieux. L’expédition avait été lancée à la hâte, ne laissant pas l’occasion de réfléchir à tous les tenants et aboutissants découlant de ce singulier voyage, mais cela ne dérangeait aucunement le Jônin. Il était même heureux de l’accompagner en ces contrées synonymes de Quintessence du Bushido.

" Mikazuki-san, je vous laisse décider à votre guise. Vous connaissez mieux que moi Tetsu et ses protocoles. "

Lui avouant qu’il comptait sur elle. Muramasa était quelqu’un d’assez humble pour reconnaître que la demoiselle devait adopter l’initiative de prendre en main la mission. Elle était une Samouraï et serait bien plus avisée que lui même quand à décider de la marche à suivre dans le Pays du Fer.

Le voyage fut rapide, traversant les landes tel le zéphyr véloce, les voyageurs arrivaient déjà près d’un village. Il n’y eut aucune mauvaise rencontre depuis leur départ, chose un peu surprenante, mais loin d’être déplaisante. S’assurer que la mission soit un succès, ne pouvait être que leur désir. Muramasa était un peu songeur sur tout ça. Mikazuki était bien mystérieuse, un peu trop au goût du médecin qui ne demandait qu’à en savoir plus la concernant.

" J’ai vécu loin de Tsuchi durant mon enfance. Puis j’ai beaucoup voyagé, mais cela fait quelques années que je n’ais pas quitté le Pays de la Terre, hormis pour une mission à Kaze no Kuni dernièrement. Je dois vous avouer que j’ai hâte de terminer la mission afin de pouvoir un peu visiter ces contrées avant notre retour à la Roche. "

Laissant subtilement planer une idée qu’elle était libre d’exploiter ou non. Bien conscient qu’après son séjour à l’Académie du Rempart, la Genin devait être un peu soucieuse de retourner aux racines de son être et de son âme. Cela devait faire de nombreuses années qu’elle rêvait de retourner au Sanctuaire du Bushido.

La silhouette incarnant le lieu tant escompté commençaient à se dessiner à l'horizon. Ils étaient presque arrivés, cela n’était plus qu’une question de temps avant de fouler le sol de l'arrivée. Voilà qu’ils sont déjà au milieux des premiers signes de civilisation, alors qu’ils s’engouffre dans ce sinueux dédale sans savoir quelle direction prendre afin de trouver le nébuleux destinataire. Du moins, le médecin n’en avait pas la moindre idée, mais la réponse était certainement dans l’esprit de la jeune femme. Elle était restée vague sur la personne qui devait être rencontrée. Mikazuki semble un peu hésitante dans ses mots, trahissant qu’elle n’était pas certaine de la direction à prendre pour rejoindre le domaine de son clan.

Peut-être que demander la direction à l'un des autochtones pouvait solutionner le problème. Néanmoins, Muramasa comptait voir comment se comportait sa coéquipière lorsqu'elle avait la responsabilité de prendre des initiatives et de mener à bien une mission. Il était là à la base surtout pour l'accompagner, mais comptait aussi profiter de cette occasion pour mieux cerner la Samouraï.

Il posa sa main sur son épaule, afin de la rassurer. Après tout, il était là pour elle et comptait bien sûr l'aider si elle en avait besoin.

" Mikazuki-san, ne vous inquiétez pas. Il est normal qu'après une longue absence, on mette un peu de temps avant de retrouver ses repères. Je vous suis. "






Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Jeu 3 Mai 2018 - 5:27
Les souvenirs de Mikazuki étaient peut-être lointain et incertain, mais la capitale était bien la même qu'elle avait connue il y a toutes ses années. Konpeki, comme les samouraïs de Tetsu, n'était pas prompt aux changements. Si les rues étaient plus populeuses qu'à l'époque le tissus de la cité semblait le même. Même pour un homme qui avait beaucoup voyagé comme Muramasa, l'ambiance qui régnait dans la capital - et même à Tetsu en général - pouvait être déconcertante. La cité samouraï n'avait rien à voir avec Iwa ou les autres villages ninjas. Malgré une importante présence militaire, tout semblait calme, serein, d'une quiétude exemplaire...

Au fil de leur déambulation et suite à des nombreux détour, les deux iwajins arrivèrent enfin à proximité du domaine Nagamasa. Était-ce par pur hasard que la jeune femme les avait conduit jusque là? C'était-elle laissé guider par son instinct ou avait-elle finalement reconnu un détail du décor pour l'amener jusque là? Ils surent qu'ils étaient arrivé lorsque dans les rues, ils remarquèrent des bannières à l'image et au couleur du clan Nagamasa.

Au coeur de ce quartier, un impressionnant bâtiment servait de siège pour les dirigeants du clan. Un bâtiment que Mikazuki reconnu sans l'ombre d'un doute. Les immenses portes rouges de ce domaine était gardées par deux samouraïs en uniforme portant le sigle du clan.

"Que désirez-vous du clan Nagamasa?" demanda l'un deux en s'interposant.

Les deux hommes ne se démontraient pas forcément hostile, mais ils étaient visiblement méfiants. Depuis le fiasco du sommet des trois Kages ayant pris lieux au coeur même de Tetsu, nombreux étaient les samouraïs méfiants envers les shinobis, en particulier ceux portants la marque des villages cachés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 4 Mai 2018 - 17:58
Rassembler la fratrie 1
Temporairement, voilà votre réponse, jamais pour une grosse période, du moins probablement pas aussi longtemps que moi, même si l’enfance, cela reste assez vague pour une durée, et dans un sens, je vous envie quand même pour cela. “Cela fait quatorze ans que je ne suis plus revenue ici…” Murmurais-je en observant la capital qui se dessine maintenant devant nous. “J’ai peur de ne rien reconnaître ou encore de réaliser que je n’ai tout simplement aucun souvenir de cet endroit…” Une angoisse que je me permets de vous partager, gardant pour l’heure celle concernant mon frère Shigure pour moi. Après tout à quoi bon me livrer autant, qu’est-ce que cela pourrait bien vous apporter, ou même m’apporter à moi. Rien ou peut-être du soulagement temporaire avant que je ne recommence à angoisser et me triturer les pensées à cause de cela, parce qu’au final, tant que je ne me serais pas retrouvée face au brun, je ne pourrais aucunement me montrer moins soucieuse de cela.

Marchant dans les rues, qui malgré les années n’ont pas tant changé que cela, et dont je n’ai que de vague souvenir quand même, marchant dans les rues de la capitale, il nous faudra un bon moment de marches et de chemin rebrousser avant de finalement trouver, sans avoir demandé à quiconque notre destination. J’esquisse un petit sourire en reconnaissant maintenant le symbole du clan, arborée par deux gardes à l’entrée de cette porte rouge dont j’ai de trop gros souvenir…

Il faut dire que j’ai été marqué quand elle s’est fermé derrière moi pour mon départ à l’académie… Je déglutis d’ailleurs à cette pensée, mais n’ai guère le temps de me perdre davantage qu’un des deux hommes prend la parole, ayant remarqué probablement mon regard porté sur la porte et surtout notre arrêt à quelque pas de celle-ci sans pour autant que l’on soit encore devant.

Faisant ainsi les quelques mètres restant, je m’incline alors respectueusement avant de me redresser quelque secondes plus tard et de prendre la parole d'une voix calme et posée.“Je suis Nagamasa Mikazuki, seconde fille de Nagamasa Hideyoshi et soeur de Nagamasa Yoshitsune, chef du clan établi à Iwa. Je viens ici transmettre une missive au nom du Tsuchikage, Borukan Akimoto.” Après m’être ainsi présentée et ayant peut-être fait un peu trop long, j’ai également répondu à la question posé par l’homme. Après tout, même s’ils n’ont pas souvenir de moi, ils peuvent au moins remarqué ma ressemblance avec Shiro, qui elle a quitté le domaine en même temps qu’Hideyoshi… Elle et moi, on se ressemblait pas mal quand on était petite, du coup, je suppose que cela n’a pas dû changer même si je n’ai pas encore eu le loisir de la revoir.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Sam 5 Mai 2018 - 3:51









::: RP ::: Rassembler la Fratrie | Part I
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION C OFFICIELLE



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD




La Nagamasa n’était pas revenu depuis très longtemps dans les paysages ayant bercé jadis son enfance, ce qui ne la rassurait pas. Elle émettait des craintes, ce qui était normal. Heureusement, le médecin était la pour la soutenir, ainsi que la rassurer. Avec l'ambiance paisible et calme berçant les lieux, il sentait -peut-être à raison ou à tort- que l’endroit n’avait pas dû tant changer que ce qu’elle craignait. Tetsu no Kuni avait ce genre d'atmosphère rendant les lieux comme immémoriaux. Cela n’avait rien à voir avec Iwagakure, il s’agissait d’une toute autre sensation qui émanait de ce décor respirant le calme et la sérénité.

Muramasa laissa la jeune femme redécouvrir ces délicieux paysages, ces paysages que sont esprit avait du mal à reconnaître, du moins au début, ce fut un peu laborieux, mais peu à peu, elle semblait bien plus à l’aise. Ses pa hésitants se firent progressivement plus assurés, chose qui démontrait que son inconscient reconnaissait bel et bien ces souvenirs prenant formes en se juxtaposant sur la réalité.

Finalement, le périple les mena dans un quartier où Muramasa pu reconnaître cet emblème qu’il connaissait de par les Samouraï présents à la Roche. Il n’y avait pas de doute possible, il s’agissait bien de celui-ci. Cela annonçait qu’ils se rapprochaient certainement du but escompté, le fameux domaine du Clan Nagamasa se situant sur les terres ancestrales du Bushido.

Le fier médecin suivait Mikazuki, qui semblait reconnaître les lieux. Cela faisait plaisir que sa coéquipière puisse enfin retrouver ses racines, bien que cela était aussi un peu triste dans le fond. Elle avait été arraché à ces terres et devaient vivre loin d’elles. Enfin, fort heureusement, car sinon le parangon n’aurait peut être jamais croisé la demoiselle. Une Samouraï qu’il appréciait énormément et qui s’avérait une compagnie irremplaçable.

Soudain, deux Samouraï gardant les lieux s’approchèrent des messagers, demandant la raison de la présence des deux Shinobi, reconnaissables par la marque représentant la Roche qu’ils arboraient. Le jeune homme laissa sa compagne parler en première, avant de se présenter à son tour en faisant preuve de correction. Il valait mieux rester diplomatique et ne pas mettre en danger la relation entre le Fer et la Roche. Une relation qui gagnerait à être renforcée, afin de s’assurer d'alliés puissants, d’un côté, comme de l’autre, en ces temps si troublés et où les hommes porteurs de chapeaux menaçaient chaque Pays du Yuukan avec une pittoresque allégresse.

" Je me nomme Borukan Muramasa. J’accompagne Dame Mikazuki. "

Restant plus sobre dans ses présentations, le médecin accompagnait la demoiselle dans sa quête comme il venait de l’annoncer. Il restait curieux de voir la réaction des gardes, mais ne semblait aucunement inquiet, car après tout, il était avec une Nagamasa et que les Samouraï avaient toujours été en très bon terme avec le Village Caché de la Roche. Enfin, du moins pour les Nagamasa qui s’y étaient installés. Donc il ne fallait pas se montrer trop présomptueux.







Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Mer 9 Mai 2018 - 5:50
En attendant leur réponse, les gardes restèrent de marbre, scrutant les deux visiteurs d'un oeil non pas méfiant, mais curieux. Lorsque la jeune femme se présenta comme étant une Nagamasa d'Iwa, fille d'Hideyoshi, le samouraï qui les avait interpelé changea immédiatement d'attitude.

"Une enfant d'Hideyoshi?" répondit la samouraï l'air perplexe. "Il y a bien longtemps qu'un représentant de la branche iwajin de notre clan ne nous a pas rendu visite."

Même si son départ de Tetsu remontait à de nombreuses années déjà, Hideyoshi demeurait l'un des samouraïs les plus réputés de la capitale. Valeureux guerrier, il était également connu de par son sang noble. Il était donc naturel que l'un de ses descendants reçoivent un traitement de premier choix.

"Vous et votre compagnon êtes les bienvenues à Konpeki, Dame Mikazuki. J'espère que vous avez fait bon voyage. Entrez, l'un de nos servants vous amènera vers les quartiers des invités. Reposez-vous, rafraichissez-vous, je vais prévenir Nobuhide-dono de votre venu."

Sur ces dernières paroles, le samouraï s'écarta de la grande porte écarlate, imité au même instant par son compagnon, et les portes du domaine Nagamasa s'ouvrirent devant les deux voyageurs. C'est une grande cour qui se présenta devant eux. Une allée d'arbres de cerisiers les guidaient jusqu'à l'extrémité opposé de la cour, où les attendait deux jeunes servantes. Ils furent guidé jusqu'à un appartement dans l'aile ouest du domaine, où les attendait quelques victuailles et de quoi se laver.

***


Lorsque les iwajins furent prêts, les deux servantes qui les attendait tout juste à l'extérieur de la chambre les guidèrent le long de la traverse bordant la grande cour jusqu'au grand hall, un lieu hautement cérémoniel servant à accueillir les invités de marque que reconnaitrait forcément Mikazuki.

"Chère cousine, je suis bien heureux de vous revoir." tonna un homme grisonnant au centre de la pièce.

Mikazuki se souviendrait-elle de lui? Après tout, la dernière fois qu'elle l'avait vu, elle ne devait pas faire plus de trois pommes de haut. Il s'agissait de son cousin, le fils du Seigneur et présent chef de clan. Devant lui, une table basse sur laquelle avait été déposé tous les éléments nécessaires à une cérémonie du thé classique, l'une des coutumes les plus connus chez les samouraï. Alors qu'il était rejoint par la Nagamasa et son sensei, des servants remplirent leur coupe du breuvage chaud à l'arôme délicat.

"Malheureusement, votre oncle, le Seigneur Nobuhide, est au prise avec une affaire internationale, il ne pourra vous accueillir personnellement. J'espère que ma présence vous conviendra, je m'occupe des affaires du clan lorsque notre Seigneur est trop pris avec celles du pays. On m'a parlé d'une lettre en provenance d'Iwa?"

D'un geste de la main, il invita ses visiteurs à s'installer avec lui pour partager le thé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 14 Mai 2018 - 20:30
Rassembler la fratrie 1

Voilà bien une chose que je trouvais ennuyeux, que les liens entres notre famille, soit si dissociés à cause de la distance, que l’on soit presque tous incapable de rester en contact les uns et les autres et plus encore de rendre visite quand l’occasion peut se présenter. J’ai vécu de longues années recluses à l’académie à cause de cela, aucun de mes frères n’a daigné venir me rendre visite au pays du rempart, alors cela ne m’étonne guère que de savoir que personnes n’a fait le chemin Iwa-Tetsu après le départ où alors hormis en de grande occasion comme par exemple pour le sommet des kages qui s’est vu, au final, être une catastrophe.

Mais en réalité, pour moi, le plus ennuyeux, c’est d’être maintenant traité avec tant d’égard. Je n’y suis point habitué et cela me met un peu mal à l’aise. J’ignore comment répondre, alors je n’use point de mot, me contentant d’acquièsce de la tête au risque de passer pour une jeune demoiselle hautaine à cause de son sang plus ou moins bleu à cause du lien avec le shogun du pays. Ai-je demandé cela ? Non, je le subis plus que j’en profite. Comme j’ai déjà pu vous le faire comprendre, je n’attache que peu d’importance à la valeur matérielle des choses, l’important est davantage la réputation, mais là, être vue de la sorte… Je trouve que c’est trop. “Je n’aime pas ça.” Me permis-je donc de commenter discrètement à votre personne alors que les servants nous conduise dans la demeure principale.

Appréciant la possibilité de me laver un coup avant de rencontrer mon oncle, je ne me fais guère prier entrez dans la chambre qu’il nous offre pour nous ressourcer pendant de longues minutes.

C’est ainsi après un bon moment que finalement, l’on ressort de la pièce, les cheveux relevé en un chignon haut, les traces du long voyages effacé de nos corps et de nos tissus (ou presque). J’observe alors le chemin que l’on prend, cherchant à me le remémorer mais cela reste encore une fois plus que vague… Mais au moins, nous sommes guidé et c’est ainsi, rapidement que l’on se retrouve dans l’une des salles principale du domaine.

Je reste alors immobile, stoppant toute mouvance quand un homme se montre plus que familier m’appelant cousine. Je le fixe alors, au risque de le dévisager alors un peu alors que je cherche dans ma mémoire qui il peut bien être. En vain. Aucun prénom ne me revient là. “Je suis navrée, mais j’ai un peu du mal à me souvenir de vous… J’ai quitté le domaine tellement jeune que j’ai même eu du mal à en retrouver le chemin.” Avouais-je alors à l’homme grisonnant, un peu honteuse de cela, mais désireuse de lui faire comprendre que ce n’était en rien contre lui. Si j’avais gardé des souvenir de Yoshitsune ou encore de Shigure, c’est parce que pendant mes quelques années ici, j’ai passé beaucoup de temps avec eux, certes plus avec le second qu’avec le premier, mais cela reste toujours davantage de temps qu’avec mon cousin ici présent. Du moins, il me semble…

Prenant place en face du chef du clan de la branche Tetsujins, j’incline poliment la tête alors qu’il prend à nouveau la parole pour m’expliquer la situation. “J’espère qu’il ne s’agit de rien de grave. Ayant quitté l’académie il y a peu de temps, j’avoue être au courant de pas mal de chose qu’un village ne sait pas forcément à cause des tensions qu’il peut y avoir entre eux par exemple.” Murmurais-je, quand bien même soucieuse pour mon oncle même si je n’ai guère de véritable souvenir de lui, mais je n’ai jamais caché être attachés à ses terres plus qu’autre chose. “Concernant les lettres, c’est mon senseî, Borukan Muramasa, que je ne vous ai pas encore présentée d’ailleurs… Qui les portes.” J’essaie de rattraper un peu ma bourde, même si je me doute bien que les informations de nos présentations à l’entrée sont remontée jusqu’à lui et qu’il connaît déjà votre identité.

Je tourne d’ailleurs la tête vers vous afin de vous inviter à remettre la lettre en question.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mar 15 Mai 2018 - 5:13









::: RP ::: Rassembler la Fratrie | Part I
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION C OFFICIELLE



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD




L’air curieux qu’arboraient les faciès des gardes s'effaçait comme neige à l’orée d’un soleil d’été, une fois que la Nagamasa se nommait. Changeant leur bien piètre accueil circonspect, pour une oraison bien plus enjouée. Le nom des fines lames était bien connu dans le Pays du Fer, comme quintessence des arts et des préceptes du Bushido. La lignée de la Samouraï incarnant en ces terres bien éloignées de Tsuchi no Kuni, invité de marque, voire même au delà. La Roche ne pouvait trouver meilleur messager en la personne de la porteuse d’une longue tiare soyeuse et immaculée, ou autre membre de la fratrie porteuse du sang de ses ancêtres.Les gardes reconnaissant toute la noblesse de la visiteuse, ils invitèrent donc cette dernière, ainsi que son compagnon de voyage, à pénétrer les lieux et à se rafraîchir, tout en patientant que le protocole tenant de la bienséance soit respecté.

Les portes écarlates s’ouvrirent pour octroyer passage vers les entrailles les plus profondes du domaine, afin que les deux jeune puissent y pénétrer. Une magnifique cour dans le plus pur style traditionnel du Yuukan prenait alors place. Les cerisiers formant une haie d’honneur calme et paisible, formant subtilement le chemin à suivre pour s’enfoncer vers le cœur même du Sanctuaire où ils pourraient se ressourcer, mais surtout, accomplir leur destinée. Mikazuki semblait soucieuse, pour ne pas dire inquiète, bien que la situation paraissait se dérouler parfaitement, ne pouvant peut être mieux se présenter. C’était peut être cette humilité dont elle faisait preuve qui lui faisait ne pas apprécier tant de manières ou de placide démesure pour le retour de la fille prodigue, considérée comme princesse semblait-il, tant la réaction des gardes s’avéraient expressive de mélopées. Le médecin savait que la Nagamasa préférait la simplicité et la sobriété, plutôt que la grandiloquence et la démesure, suite à son long séjour à Jôheki no Kuni où elle vécut loin de ce genre d’atmosphère dorée. Du moins, c’était ce qu’interprétait le pragmatique personnage, du peu qu’il en savait.

" Ne vous inquiétez pas, Mikazuki-san. "

Le médecin tentait de rassurer sa coéquipière, mais lorsqu’il s’agissait de réconforter autrui, il avait toujours un peu de mal à trouver les mots. Cela avait été flagrant avec sa jeune sœur Botan, ce qui provoquait parfois quelques légers malaise, cette dernière n’étant pas particulièrement facile elle non plus avec les interactions sociales.

Arrivant au bout de l’allée, deux servantes accueillirent les invités en se montrant particulièrement courtoises, faisant montre de toute leur correction en les guidant à travers le majestueux dédale vers les appartements destinés à accueillir les visiteurs de marque.

Profitant de l’occasion pour se rafraîchir, après ce long voyage, le médecin et la Samouraï purent se restaurer et s'apprêter comme il se devait en vue de la l’importante rencontre qui ne tarderait pas à se dérouler à l’orée du domaine. Une fois les préparatifs terminés, les représentant de la Roche rejoignirent les servantes qui patientait avec abnégation à l'extérieur de la pièce. Ces dernières conduiraient alors les invités à travers l'antre en direction du grand hall où se déroulait ce genre de visite de courtoisie ou pour affaires, entre hôtes des lieux et personnages importants. L’atmosphère était paisible et faisait montre de tout le cérémonieux qu’il nécessitait de conserver en ce genre d’occasion, prenant dans place dans un décor exquis, mais savamment épuré tout en demeurant luxe et volupté.

Arrivant au centre de la grande pièce, l’homme patientant l’arrivée des visiteurs se tournait alors vers eux. Se révélant être l’oncle de la Nagamasa.

Je restait un peu en retrait, demeurant discret, afin de ne pas gâcher les retrouvailles, ou même manquer de convenance. Je profitait que ma coéquipière m’introduisait pour m’avancer vers eux, afin de remettre la fameuse missive au cousin de la Samouraï, après m’être légèrement incliné pour lui témoigner mes respects.

" Hajimemashite."

Je sortais alors délicatement la fameuse missive, arborant le sceau officiel de la roche, de l’étui ayant servi à la transporter sans s'abîmer, tendant respectueusement l’enveloppe scellée en direction de l’homme aux cheveux grisonnant de sagesse.






Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Jeu 17 Mai 2018 - 2:43
Tout en attendant que ses invités ne s'installent, le samouraï se servit le thé en but une longue lampée de sa coupe. L'ampleur de la grande salle pouvait intimider plus d'un invité, surtout ceux n'étant pas familiers avec l'austérité tetsujin. Pourtant, ainsi positionné au centre de la pièce autant de la petite table basse, l'odeur du thé au jasmin emplissant leurs narines, le samouraï espérait que les deux iwajins se sentent le plus alaise possible.

"Ne vous en faites pas, cela remonte à bien longtemps, vous étiez bien jeune, normal que vous ne vous souveniez pas de moi. Je suis votre cousin Ken'ichi. Je suis le fils ainé du Seigneur, votre oncle." répondit-il à sa cousine tout en reprenant une gorgée de thé.

Comme il s'en doutait, la jeune femme ne se souvenait pas vraiment de lui. La dernière fois qu'il ne l'avait vu, elle était encore toute jeune, cela ne l'étonnait donc pas. Lui-même ne conservait qu'un maigre souvenir d'elle, c'est avec ses frères qu'il avait passé une plus grande partie de son temps, lorsqu'ils vivaient encore tous dans la capitale avec leur père Hideyoshi.

"Je ne suis pas exactement au fait de ce qui le retient, il a reçu une missive de l'extérieur du pays et il se terre dans ses appartements avec ses conseillers depuis. Rien de grave, j'en suis sur. Ne vous inquiétez pas. Il nous rejoindra plus tard lorsqu'il se sera libéré."

Ken'ichi était bien curieux à l'idée de découvrir le contenu de ces fameuses lettres. Ce n'est pas tous les jours que le seigneur d'Iwa envoyait personnellement de ses effectifs pour porter une missive jusqu'au shogunat. Si la Roche et le Fer étaient proches depuis de nombreuses années, ils n'avaient que très rarement interagit directement l'un avec l'autre. La plupart des affaires concernant la Roche avaient été délégué à Hideyoshi et sa famille qui résidait sur place.

"Merci Muramasa-san." dit-il au Borukan tout en acceptant la lettre scellée qu'il lui tendait respectueusement.

Le samouraï décrocha le tantô de sa ceinture et il glissa la lame sous le cachet de cire rouge qui scellait le parchemin. Délicatement, il l'ouvrit. Ses pupilles bleutées parcoururent frénétiquement chaque ligne, sans qu'il ne produise le moindre son. Ken'ichi termina sa lecture puis déposa le contenu de l'enveloppe sur la table devant lui, deux feuilles qui glissèrent séparément, révélant ainsi maigrement pour les deux iwajins - s'ils étaient curieux - leur contenu. La première page n'était qu'une simple lettre manuscrite, apparemment plutôt courte et rédigé de la main du Nidaime. Sur la seconde, dissimulée partiellement par la première feuille, se trouvait dessiné ce qui semblait être le visage de deux individus, un homme et une femme.

"Je devrai remettre cette missive au Shôgun, mais soyez assuré que Tetsu coopérera entièrement dans cette affaire avec Iwa. Il vous remettra sans doute une réponse à transmettre à Tsuchikage-dono lors de votre retour à Iwa."

Le samouraï ne savait pas si les deux iwajins avaient été informés du contenu de la missive, ce qui expliqua qu'il était resté plutôt vague sur son contenu. L'homme n'avait peut-être pas encore présenté la lettre à son père, mais il anticipait déjà sa réponse. Le Shogun était un homme d'honneur. Il ne laisserait très certainement pas passer la trahison d'un samouraï de Tetsu aussi impunément...

Info:
 

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 23 Mai 2018 - 19:42
Rassembler la fratrie 1
"J'espère en effet qu'il ne s'agit point de quelque chose de grave. Avec tout ce qu'il se passe dans le Yuukan ces dernières années, j'oses espéré une accalmie, car je serais réellement triste de voir Tetsu en deuil." Soufflais-je doucement, montrant ainsi à mon cousin tout l'attachement que je peux avoir pour cette terre qui pourtant ne m'a connu que trop peu et inversement également. Néanmoins, je ne suis pas de ceux qui crachent sur leurs origines et je sais que Tetsu est ma terre d'accueil, pas celle qui m'a vu naître, mais celle que je considère quand bien même comme ma patrie. Après tout, n'est-ce pas ici que j'ai été recueillie ? Sauvée d'une mort certaine si j'étais restée sur le territoire de la terre, trop proche du clan Zetsu alors que je n'étais point capable de me protéger ?

Laissez mon senseï tendre la missive au fils du Shogun, je reste silencieuse. Le regard baissé sur ma coupe de thé pour en boire doucement et silencieusement le contenu. Laissant ainsi le loisir aux deux hommes de converser ou bien simplement de lire la demande manuscrite du Tsuchikage. La réaction de mon cousin ne tarde point. Laissant entendre une affirmation appréciable. Je redresse alors la tête vers lui. "Nous vous remercions pour tout cela. J'espère néanmoins que cela ne vous contraindras nullement dans les autres démarches que votre père, le Shogun se doit de réaliser. Nous ne sommes pas désireux de le presser alors s'il désire prendre du temps pour nous donner sa réponse et cette possible missive, nous attendrons." J'incline alors poliment la tête, déposant ma tasse de thé sur la petite table entre nous.

Fixant la table un instant, je finis par reprendre la parole, d'une voix calme, ne montrant point mon hésitation à me montrer ainsi égoïste et voir même un peu trop intrusive ? "J'aurais également une autre requête pour vous cher cousin. J'aimerais avoir le loisir de passer du temps en votre compagnie durant notre séjour ici, si cela ne perturbe pas vos obligations bien entendu. Mais j'aimerais en savoir davantage sur nos racines et vous me semblez être la personne la plus adéquate pour me répondre ici." Je pourrais demander à Yoshitsune, mais je ne le ferais pas, aucunement désireuse de lui demander de l'aide pour quoi que ce soit. Déjà qu'il m'a giflé lorsqu'il m'a accueillit chez lui, si je lui demande d'apprendre à ses côtés, je doutes de l'état final de mon corps. Il finira peut-être par me tuer, comme il a tuer notre père ?






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Jeu 24 Mai 2018 - 7:23









::: RP ::: Rassembler la Fratrie | Part I
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki
MISSION C OFFICIELLE



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD


Il fallait reconnaître que l’antre du Bushido était des plus impressionnantes. Cette gargantuesque démesure, se mariant à un style particulièrement épuré, avait de quoi décontenancer les non-initiés de la voie de la lame et du code particulier y étant corrélé.. L’hôte prenait un thé en toute quiétude, au milieu de cette immense salle. Une fragrance particulièrement prononcée de jasmin venait planait à travers l'atmosphère solennelle qui s'érigeait en ce lieu. À vrai dire, Muramasa n’aimait pas vraiment ce genre de situation impliquant le humage de cette senteur si particulière lui rappelant son enfance. Le thé était presque quelque chose lui rappelant que trop le bon vieux temps, jadis étant perdu à jamais dans les limbes du néant, hormis sa mémoire. Il s’agissait donc du fils aîné du Seigneur de ce Sanctuaire. Ce dernier ayant dû s’absenter pour tenir sommet avec ses Conseillers, il en revenait donc au cousin de la Nagamasa de rencontrer les visiteurs. Même si la correction voulait se faire montre, ne pas inquiéter d’une situation gravissime demandant l’attention de l’important personnage, il semblait évident que ce n’était que par pure politesse et soucis des apparences qu’il tenait ces mots, disant même que plus tard ils auraient occasion de profiter de sa présence. Cela n’était pas vraiment grave, le plus important étant que la missive soit transmise, chose qui serait certainement faite en bonne et due forme par l’adepte du thé. Laissant l’homme prendre la fameuse missive, le médecin observa la réaction du lecteur s'affairant à ouvrir le pli de manière fort solennelle. Lisant avec intérêt les feuillets, avant de les déposer sur la table, laissant alors apparaître quelques indices quant à la teneur du message en question. Pour un œil aussi affûté qu’un médecin, il ne fut pas vraiment difficile d’apercevoir ces écrits, quand bien même le parangon n’était pas particulièrement assez curieux de vouloir en connaître les secrets. Muramasa vu vaguement qu’il s’agissait de portraits, manquant la majeure partie des faciès représentés au fusain ou à l’encre, de part la page où quelques phrases accompagnaient les œuvres d’arts glissées précieusement dans le message. L’homme annonçait qu’il remettrait la missive au Shôgun, chose qui dénotait l’importance plus que flagrante de la nouvelle. A la base, il était question de remettre l’enveloppe à une personne haut placée, mais le médecin n’imaginait pas que ça allait si loin. Cependant, cela était une affaire entre le Tsuchikage et Tetsu. De plus, il le Borukan était là surtout pour accompagner la belle, pas vraiment fourrer son nez dans ces affaires. Du moins, le Nidaime ne lui avait pas donné d’ordres allant dans ce sens, sans compter que le Directeur ne voulait pas manquer de correction en essayant de poser des questions indiscrètes à son hôte. D’ailleurs, il ne manqua pas d’apprécier le thé offert, bien qu’il évitât en temps normal et jusqu'alors, autant que faire se peut, de tremper ses lèvres dans ce mélancolique breuvage, en restant respectueux. Ce n’était pas l’idée de se montrer contrariant en refusant ce breuvage à la symbolique des plus importantes, surtout ici et en cette orée. Je laissais la Samouraï s’exprimer, avant de remercier son cousin pour cette entrevue ayant eu lieu..Je n’avais pas grand-chose à ajouter, Mikazuki s’étant assurée de dire tout ce qu’il fallait et d’une manière plus que satisfaisante. La jeune demoiselle avait apparemment un don naturel pour ce qui impliquait la diplomatie, ce qui n’était pas surprenant, surtout avec son propre clan.
" O-séwani nalimash'ta (merci pour votre aide). "
Le médecin remerciait le Nagamasa, s’inclinant légèrement avec respect. La mission était vraisemblablement remplie et tout s’était fort bien déroulé. Il ne restait plus qu’à attendre la réponse officielle, certainement sous la forme d’une missive à remettre, mais cette fois-ci du Fer à la Roche.

Résumé:
 




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

[C/OFFICIELLE/IWA] Rassembler la fratrie | Part I ᵜᴥ Muramasa

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Tetsu no Kuni, Pays du Fer
Sauter vers: