Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[C/OFFICIELLE/IWA] Rassembler la fratrie | Part II ᵜᴥ Muramasa && Shigure


Mer 25 Avr 2018 - 17:09
Rassembler la fratrie 2

Le moment tant redouté approche et j'aimerais encore pouvoir le repousser… Les mains moite, j’avoue avoir peur de l’avoir croisé et de ne pas l’avoir reconnu. Il y a tellement de temps qui s’est écoulé… Je soupire malgré moi, alors que cela est un manque de raffinement, je le sais bien, mais j’évacue mon angoisse comme je peux. “Vous pensez qu’il va me reconnaître ?” Questionnais-je alors l’homme à mes côtés, cherchant à ce qu’il me rassure alors qu’en réalité, le doute pour moi est de savoir si moi, je vais le reconnaître. Mes souvenirs de cette époque sont si loin, si vague, quand je vois en réalité ce domaine que j’ai pourtant parcouru pendant plus de cinq ans et qui ne m’est que trop peu familier… Shigure, plus qu’un visage, c’est surtout des mots couchés sur la papier… Est-il toujours aussi fin ? Toujours obnubilé par la nourriture ? Qu’en est-il de sa chevelure ? La porte-t-il aussi longue que Yoshitsune ou moi-même ? Il y a tellement de possibilités et d'inquiétudes là…

En réalité, je ne sais pas où le chercher… Il devrait en théorie être dans le domaine du clan. Du moins, je suppose. Peut-être commencer par notre ancienne demeure ?” Est-ce judicieux ? Je ne sais pas, j’ai peur de me heurter aussi à l’absence de souvenir ou plutôt les changements qu’il y a pu avoir dans cette demeure que j’ai connu. Je redoute également d’y aller. Les fantômes du passé sont parfois cruel…

Néanmoins, je n’ai pas réellement le choix et je m’avance dans la cours pour me diriger vers la bâtisse qui fut jadis notre toit. Je me stoppe néanmoins devant l’entrée et l’observe un instant. Nostalgique d’une certaine façon, mais en même temps, craintive. Je prends alors mon courage à deux mains pour pousser le bois de la porte, laissant au choix à Muramasa de me suivre ou non.

Observant la décoration, je n’ai que trop peu de souvenir de celle-ci, elle me semble changée, mais en même temps assez fidèle à mes souvenirs. “Nii-san, vous êtes là ?” Murmurais-je plus qu’autre chose, comme si déranger la pseudo quiétude de cet endroit me ferait défaut… Je marche alors, s'aventurant dans les pièces en prenant inconsciemment la direction de la cuisine. Ayant oublié d’une certaine façon, la position des pièces l’une au l’autre, mais mon corps, au final, semble se souvenir de l’un des chemins que j’empruntais le plus souvent, la cours à la cuisine, à cause de cet aîné trop gourmand.

C’est d’ailleurs, dans cette pièce que j’observe cette personne de dos, je me fige et reste immobile, incapable de parler… Redoutant qu’il s’agisse de lui tout en espérant que ça soit bien lui… Je redoute également de voir son visage et de ne pas le reconnaître. Si seulement, je pouvais me mettre en boule et fuir tous ses doutes qui me tordent l’estomac.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mer 25 Avr 2018 - 21:34









::: RP ::: Rassembler la Fratrie | Part II
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki | Nagamasa Shigure
MISSION C OFFICIELLE



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD




Le Pays du Fer était une véritable perle, présentant des paysages pittoresques et une culture des plus intéressante qui méritait une admiration certaine. Cependant, les deux coéquipiers n’étaient pas venus pour se la couler douce et profiter de toutes les beautés que ces contrées pouvaient offrir. Cela était fort regrettable, car la compagnie de la charmante Samouraï aurait été fort appréciée dans un cadre moins formel que celui d’une mission officielle de la plus haute importance diplomatique. Enfin, il fallait s’adapter et se montrer patient. Rester concentré sur les priorités était la base de tout bon adepte des arts obscurs.

La Samouraï semblait désireuse de revoir ce parent qu’elle semblait ne pas avoir revu depuis longtemps, mais en même temps elle semblait un peu stressée.

" Je suis certain qu’il va immédiatement vous reconnaître, Mikazuki-san.  "

La demoiselle n’avait pas de crainte à avoir, car n’était-elle pas inoubliable ? De plus, il était évident que les deux personnages, de part leur sang, n’auraient aucune peine à s’identifier.

Le médecin écoutait la demoiselle avec attention, ne voulant trop la contredire, il la laissait choisir la marche à suivre quand aux recherches. Cela était une affaire de Nagamasa après tout. Cela aurait été un peu présomptueux de vouloir la conseiller quand au chemin qu’elle devait emprunter pour réaliser son souhait de retrouver son frère.

" Ne vous inquiétez pas. Même si nous devons explorer le moindre recoin du Pays du Fer, nous le retrouverons. Commençons par votre ancienne demeure. "

Voir où avait grandi la demoiselle intéressait le Borukan, mais il se gardait de le montrer. Se contentant de suivre l'ingénue à ce lieu où elle vécut jadis. L'endroit devait être particulièrement important pour elle. Peut être même que cela lui inspirait une certaine mélancolie, que d'être bercée par la légion de souvenirs incarnant sa jeunesse passée ici.

" Je vous attends à l’extérieur. "

Ne voulant se montrer trop intrusif, le médecin la laissa entrer seule dans la bâtisse, se contentant de l’attendre à l’extérieur. Profitant alors de l’occasion pour fumer, tout en attendant qu’elle finisse son inspection des lieux. Bien sûr, il était un peu curieux et se demandait comment était l’intérieur de la demeure qui s’érigeait devant lui et où Mikazuki s’était timidement engouffrée. Il était aussi curieux concernant le dénommé Shigure, qui en plus de paraître très apprécié par la douce, s'avérait aussi être le frère de l'illustre Yoshitsune.





Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Jeu 26 Avr 2018 - 1:19
Encore une journée dans l’attente. Voici déjà quelques jours que le brun était arrivé sur ses terres, accompagné de son frère ainsi que de son disciple qu’il avait croisé dans le pays du feu. Il faut dire que depuis qu’il avait remis les pieds dans cette demeure, il n’avait eu que de mauvais souvenir qui lui était revenu. Le moral n’était pas du tout présent, l’envie de sourire se faisait de plus en plus présente.

Le réveil fut assez difficile en plus de ça. La soirée de la veille fut assez mouvementé, passé avec le Hyûga. Au moins, il avait découvert et appris à connaître un tant soit peu cet homme, qu’il trouvait plutôt remarquable. Et tout ces litres de saké qu’ils ont consommé durant ce moment était aussi un moyen de se libérer des démons qui habite le samouraï, un moyen de penser à autre chose.

Mais le regret l’avait bien vite rattrapé, accompagné de ce mal de tête horrible qu’il n’arrivait pas à faire disparaître. Passer la nuit dans son ancienne chambre lui fit remonter bons nombres de souvenirs. Certains bons, d’autres mauvais. En se levant, il eut envie de faire le tour de la demeure, de regarder pièce par pièce, comme s’il ouvrait des parties de son passé à chaque porte de bois qu’il poussait. Koga, Chôgen, Shiro, mais aussi Hideyoshi… Tous mort, laissant ainsi un trou béant dans le cœur du Nagamasa. Passant au travers de la grande salle, il venait finalement d’arriver dans la cuisine de la demeure.

Remarquable comme, depuis tout ce temps, rien n’avait changé. C’était comme s’il n’avait jamais quitté ces lieux, comme si tout était à sa place exactement comme avant son départ. Il revoyait encore les moments passé avec le reste de la fratrie en ces lieux, tout particulièrement dans sa sœur, dans cette cuisine. Et comme on ne change pas les bonnes habitudes, et qu’après avoir bu autant d’alcool la veille, il ne se priva pas d’attraper tout ce qui pouvait lui tomber sous la main en terme de nourriture pour se remplir le ventre.

Poisson, riz, viande, tout et n’importe quoi. Il venait de se faire plaisir un ingurgitant un repas digne d’un vrai roi et pour le coup, juste avec ceci, il se sentait heureux. Certes, on peut dire qu’il lui en faut peu, mais quand il s’agit de l’art culinaire, c’est le péché mignon du samouraï. Posant alors ses baguettes sur la table de bois, il venait d’entendre le bruit de la porte qui s’ouvrit. Lui qui pensait être seul dans la demeure se retourna pour voir qui venait de le rejoindre dans la pièce. Peut-être Yoshi, qui allait encore lui prendre la tête avec ses phrases moralisatrice, son envie de tuer son propre frère étant la chose la plus importante à ses yeux actuellement. Ou encore une servante du clan, voulant faire tout simplement son travail.

Mais au final, ce fut une tout autre surprise. Une surprise à laquelle il ne s’attendait pas. Enfin… Si, dans le fond, après la lettre qu’il a envoyé avant de partir du village de la brume, il espérait de tout son cœur que ce moment se présente, et ceux depuis qu’il est arrivé ici. Il ne pouvait pas se tromper, c’est pour cela qu’un large sourire venait de se dessiner sur son visage. Enfin, un peu de joie, de bonheur, pour l’homme qui est tellement torturé par son passé, par son présent. Enfin, elle était arrivée, en face de lui.

ShigureMalgré plus de dix ans loin de toi, je n’aurais pas eu de mal à te reconnaître. dit-il tout en se rapprochant d’un pas lent vers elle. Je suis vraiment heureux de te revoir, Ka-chan. posant alors sa main sur le haut de sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 26 Avr 2018 - 13:27
Rassembler la fratrie 1
Dans un sens, j’aurais aimé qu’il me suive, qu’il vienne à l’intérieur avec moi. Il est un point d’appui pour moi, un soutien dont j’avoue ne pas avoir envie de me passer à cet instant. Pourtant, il se montre d’une certaine façon distant avec moi quand j’en ai réellement besoin… Je pourrais le lui reprocher, mais je ne dis rien, m’aventurant maintenant dans mon ancienne maison pour tenter de trouver mon frère, même si je me doute bien qu’il s’agirait d’un curieux hasard que de le retrouver ici. Bien qu’en même temps, n’y a-t-il pas meilleur point de rendez-vous entre nous alors que l’on ne sait pas vu depuis des années.

Je rentre alors dans la bâtisse sans me retourner, s'avançant dans le dédale de pièce sans trop savoir vers où je me dirige exactement. C’est pourtant, dans la cuisine, cette salle où j’ai énormément de souvenir avec lui...Lui qui semble là, mais dont je n’ai aucune certitude alors que cette personne me tourne présentement le dos. Je redoute de l’interpeller et de réaliser que ce n’est pas lui, d’avoir prit une autre personne pour lui ou simplement ne pas le reconnaître.

Il se tourne alors et s’avance vers moi, dans une gestuelle lente. Pour ma part, je ne bouge pas, observant, doutant réellement de savoir si c’est bel et bien lui… Pourtant, ses traits me sont familier, souvenirs gravés et immuables. Je le laisse approcher sans dire un mot. Redoutant la réaction qu’il va avoir pourtant… Il n’y a rien de bien cruel dans la gestuel ou dans ses mots. Que du contraire. Il me confirme qui il est, par ce simple surnom qu’il est le seul à me donner.

Ainsi les doutes s’envolent et je sais qui il est réellement. Je ne peux dés lors plus resté de marbre.

Ma réaction ne se fait d’ailleurs plus attendre. Mes bras s’ouvrent rapidement et viennent se glisser autour de sa taille, enlaçant celle-ci avec une certaine tendresse, mais surtout de la joie. “Nii-san.” Soufflais-je alors que mon visage est toujours niché contre son torse. Un tel geste, une telle démonstration d’attachement, je sais bien que je ne devrais pas en faire une telle preuve, mais pourtant, je suis incapable de juste avoir l’air heureuse, je me dois de lui partager mon soulagement que de l’avoir à nouveau près de moi, dans mes bras. Parce qu’il m’a manqué ! “Je refuse de partir encore sans vous Nii-san.” Murmurais-je alors, comme si on reprenait une conversation inachevée d’il y a plusieurs années…





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Jeu 26 Avr 2018 - 19:42









::: RP ::: Rassembler la Fratrie | Part II
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki | Nagamasa Shigure
MISSION C OFFICIELLE



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD




L’envie d’accompagner la Nagamasa à l’intérieur de la demeure était grande, pourtant, cela semblait un peu trop zélé de la part du médecin que de s'immiscer sans vergogne ainsi dans les futures retrouvailles d’un frère et d’une sœur ne s’étant pas revus depuis de nombreuses années. Il fallait conserver une certaine correction. Après tout, savoir préserver un certain protocole était obligatoire pour bien faire les choses. Ne pas laisser les sentiments parler selon la situation semblait logique. D’ailleurs, si tel n’était pas le cas, cela aurait été des plus cocasse.

Pléthores de mystères planaient sur le frère que tous deux étaient venus tenter de recruter officiellement. Il était normal que Muramasa se pose quelques questions concernant tout ça. Mikazuki était bien sûr loin d'être impartiale en ce qui concernait cette affaire, tenant même là une place d’une importance capitale. Le médecin était là pour la soutenir, mais le faisait avec candeur.

La journée menaçait de choir à chaque instant, en proie aux griffes vespérales qui tôt ou tard pourfendraient le diurne. Levant les yeux vers le globe ardent, afin de se faire une idée de l’heure qu’il pouvait bien être présentement, le taciturne finit par reposer ses yeux sur l’entrée de la bâtisse. Croisant alors les bras, l’encensoir coincé entre les lèvres crépitant au fil de sa respiration nuageuse et emprunte d'un lyrisme monotone.

Cela faisait un long moment que la Samouraï avait pénétré les lieux. Pourtant, aucun signe d’agitation ou d’alerte ne faisait échos. Tout se passait certainement bien, car après tout, il aurait remarqué si la visite s’avérait mise à mal d’une quelconque péripétie inopiné. Peut être qu’elle venait de retrouver enfin celui qu’elle aspirait tant à revoir. Tout cela était nébuleux, mais le pragmatique personnage restait confiant. Mikazuki était après tout très débrouillarde et elle lui avait déjà prouvé à plusieurs reprises qu’elle était une grande fille sachant parfaitement s'occuper d'elle.

Se plastronnant, le fier explorateur vérifia rapidement le contenu de la sacoche qu’il transportait. Quelque chose venait de lui venir à l’esprit. Au moins, cela allait l’occuper le temps que sa coéquipière réapparaisse, accompagnée ou non.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Ven 27 Avr 2018 - 15:39
Après les retrouvailles plus que discutable avec son frère, qui ne l’avait pas rendu vraiment heureux, mais plus le contraire, il avait vraiment besoin de quelque chose de nouveau, quelque chose de bon. Et il le savait qu’en revoyant sa sœur, c’était ce qu’il pourrait ressentir. C’est aussi pour cela qu’il l’attendait impatiemment depuis quelques jours ici, au pays du fer. Il le savait qu’elle allait venir, surtout avec les dernières conversations qu’ils avaient eu par lettre.

Alors oui, de la revoir, en face de lui, fut un véritable réconfort. Il n’avait pas vécu d’instant aussi magique depuis plusieurs années. Depuis son exil. Il est vrai qu’entre temps, il avait eu l’occasion de rencontrer celle qui aujourd’hui est lié à sa vie pour toujours, mais ça, personne n’est au courant, hormis Gâjaan. Et il ne savait pas du tout comment annoncer ça au reste de sa famille. Ce n’était sûrement pas le meilleur moment pour dire qu’il est marié, l’instant est plus aux retrouvailles avec sa petite sœur.

Sur le coup, il ne voulait pas trop se montrer sentimental, montrer qu’il est toujours l’homme aussi fort qu’il fut dans son souvenir. Mais de son côté, c’était totalement le contraire. Elle venait de se jeter contre lui, ses bras le serrant au niveau de son torse, de toutes ses forces, montrant cette joie de le revoir après tout ce temps. Et au final, il ne pouvait pas dire ou faire autre chose, suivant ce même geste, passant également ses bras dans son dos. Enfin, après tout ce temps, il pouvait prendre sa sœur dans ses bras.

ShigureTu n’ira nul part sans moi Ka-chan, je te le promets. dit-il d’une voix calme et basse. Je ne compte plus t’abandonner, plus jamais. Peu importe où tu iras, je vais te suivre.

Peu importe où elle ira, c’est une réalité. Maintenant qu’il venait de la retrouver, il ne compte vraiment plus la voir s’éloigner de lui. C’est la seule personne de sa famille qui montre une grande joie de le revoir. Ce n’est pas étonnant d’un côté, vu que c’est celle qui était le plus proche de lui à l’époque.

ShigureTu n’imagines pas à quel point tu m’as manqué. C’est un des plus beaux jours que j’ai pu vivre depuis très longtemps. Il la relâcha pour s’écarter très légèrement d’elle. Laisse moi regarder comme tu as grandi. Laisse moi être fier de voir que ma sœur est devenu une femme forte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 28 Avr 2018 - 23:28
Rassembler la fratrie 2
Ravie, voilà telle que je suis à cet instant alors que je peux vous serrer dans mes bras, que je vous retrouve, vous, ce frère depuis bien longtemps perdu de vue. Je pourrais en pleurer de joie, mais je me laisse déjà trop aller à vous enlacer de la sorte, alors je ne vais pas rajouter une couche. Néanmoins, je pousse le vice à affirmer un peu plus ma prise quand vous répondez à mon étreinte. Risquant de froisser les tissus de vos vêtements et de tirer un peu dessus. Malgré les années, je semble retomber en enfance, me laissant aller avec vous, à ne pas taire mes émotions et à simplement, et réellement, profiter de l’instant présent. Vous avez toujours eu cet effet sur moi, simplifier le compliqué, détendre l’atmosphère. Un semblant de remède contre tous les maux. Est-ce parce que vous semblez, vous-même ne pas vous compliquez la vie ?

Nii-san…” Murmurais-je à vos mots, qui me font horriblement plaisir et qui ne peuvent que me réjouir. Je ne peux refuser, je ne trouve même pas quoi dire d’autre en réalité. J’ignore même s’il y a une chose qui pourrait être dite à cet instant . Oh oui, je pourrais me reculer, parler de ma mission ici le point vous concernant, mais pour l’instant et pour les quelques secondes à venir encore, j’ai envie de simplement profiter de la chaleur de vos bras et de votre présence à nouveau à mes côtés.

Pourtant, vous me repoussez doucement pour prendre quelque peu vos distances et me regarder. Le regard brillant de la joie de vous retrouver, j’essaie de me souvenir de vos traits d’antan, mais les souvenirs sont plus que vagues, ayant été par le temps, rongé par d’autres événements se passant après. La mémoire ne retient pas tout, elle s’efface petit à petit, et ainsi, on se retrouve avec l’air stupide bien des années après quand on tente de se souvenir d’une chose ou d’une personne aussi importante fut-elle pour nous à une époque. Mais je peux vous rassurer, de votre couleur de cheveux ou de vos yeux, je n’ai rien oublié, ayant certes eu quelque doute, mais là, alors que vous me faites face à nouveau, je réalise que j’ai toujours su que vous arboriez ses coloris par exemple. Non, c’est plus les détails moins visibles, comme votre petite fossette au menton quand vous souriez comme vous le faites présentement en me regardant, que je n’avais point souvenir, ou encore la teinte de votre voix, l’éclat de votre rire. Des choses qui ne sont pas aussi récurrente que les traits physiques.

Nii-san, j’ai ceci pour vous…” Soufflais-je alors en vous tendant la lettre. “Une lettre vous invitant à rejoindre les rangs d’Iwa, pour que vous veniez avec mon sensei et moi au pays de la terre afin de revoir la famille qu’il nous reste… Et je suis réellement désireuse que vous nous accompagnez, comme vous venez de le dire.” Je termine ainsi en faisant un peu la moue, la voix un peu plus faible, comme une confidence. “Je n’ai plus envie d’être loin de vous et d’avoir de vos nouvelles que part des lettres…” Argumentais-je alors en laissant mes mains glisser de votre dos à votre taille, serrant à nouveau entre mes doigts votre vêtement.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Dim 29 Avr 2018 - 3:20









::: RP ::: Rassembler la Fratrie | Part II
::: PV ::: Nagamasa Mikazuki | Nagamasa Shigure
MISSION C OFFICIELLE



♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD




Le globe empyréen est en apesanteur dans une perpétuelle ataraxie entreprise depuis la nuit des temps dans le sipapu guidant sa course éternelle. Encore levé, tôt ou tard, il finirait par se coucher dans son implexe oronymie avisée. Se perdant quelques temps dans la fieffée hypnagogie, avant de renaître tel le phénix de ses cendres afin de reprendre la route vers le zénith, son insurmontable diapason melliflue. Parfaite image du palimpseste qui se joue avec implexe en chaque journée équanime prenant place inlassablement.

La silencieuse résilience du parangon est palpable. Se plastronnant fièrement sous les nitescences solaires, le médecin porte ses pupilles mordorées une dernière fois sur la canopée du sanctuaire miroitant de moult lueurs marmoréennes, avant de reporter son regard dans les abysses de la sacoche où il farfouille avec placide allégresse. La sémillante Mikazuki devait certainement avoir retrouvé son frère disparu, du moins, c’est ce que le jeune homme pensait, ne la voyant pas ressortir, alors que le temps s’écoulait depuis bien trop de sabliers pour s'avérer insignifiant.

Touchant l’objet de ses recherches, il l’extirpe de la toile avec attention. Tenant la gourdasse entre ses doigts habiles, il se permet de prendre quelques gorgées d’eau afin de s’hydrater. Gouleyante ambroisie qui est accueillie avec joie. Terminant de s’humecter le palais de cette douceur aqueuse, le fier explorateur range la source dans son nid une fois qu’il eu terminé. Il était un peu inquiet pour la Samouraï, se demandant si tout se passait bien. Pourtant, il lui faisait suffisamment confiance pour ne pas douter qu’elle n’avait rien à craindre. Après tout, il s’agissait du frère de la Nagamasa, alors il n’y avait aucune raison de ne pas lui faire confiance.

Rétif et solennel, Muramasa attendrait patiemment le retour de l’ingénue, jusqu’à ce que les retrouvailles supposées se soient déroulées en toute quiétude entre les deux Nagamasa se retrouvant alors depuis leur séparation.

" Une belle journée pour des retrouvailles, puissent elles éclore. "

Pensant à sa jeune sœur, à leur rencontre, le médecin est songeur. Peut être que lui aussi vivrait ce genre d'instant, où une longue séparation s'installe, avant de disparaître en poussière, comme si jamais elle n'eut incarnation.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t2971-equipe-3-shisengumi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

[C/OFFICIELLE/IWA] Rassembler la fratrie | Part II ᵜᴥ Muramasa && Shigure

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Tetsu no Kuni, Pays du Fer
Sauter vers: