Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Hunter vs Predator [Ft. Meikyû Raizen]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Jeu 26 Avr 2018 - 4:06
Les choses étaient différentes. Elles n'étaient pas désagréables, loin de là, seulement différentes. Ce matin-là, elle s'était réveillée dans son lit en réalisant qu'elle n'était pas seule, chose devenue plus ou moins commune depuis que son colocataire s'était établi dans sa chambre, lorsqu'il ne tombait pas de fatigue dans le salon. Semblerait-il que, la veille, il eut la bonne idée que d'essayer d'avoir une nuit convenable. S'étant levée silencieusement pour ne pas perturber son sommeil, elle s'éclipsa jusqu'à son laboratoire où elle passait le plus clair de son temps depuis qu'elle avait été forcée à rester chez elle, pour se rétablir de ses blessures. Ayant obtenu une promotion surprenante au sein du Complexe Scientifique et, plus précisément, au sein de l'Institut, elle s'occupait de la paperasse chez elle, se rendant sur place qu'à quelques reprises et pour peu de temps. De toute façon, s'il n'y avait pas le Meikyû pour la dissuader de sortir, Sazuka venait lui rendre visite, lui donnant donc une raison supplémentaire de rester chez elle. Elle se devait d'admettre qu'elle récupérait bien, sa peau n'étant qu'à peine colorée à la hauteur de sa poitrine et son genou n'ayant plus besoin de support. Il ne restait que son bras, son foutu bras... Encore victime de tremblements, elle peinait encore à être efficace dans son laboratoire, quand bien même s'entêtait-elle.

La journée passa comme à son habitude. Relisant un rapport d'une expérience s'étant plus ou moins bien déroulée, elle se pinça l'arête du nez en analysant le protocole. Or, force était de constater qu'elle n'en pouvait plus des rapports. De ce fait, elle déposa le tout sur son bureau et se décida qu'il était fin temps qu'elle s'active un peu. Raizen avait quitté leur appartement depuis un petit moment déjà, pour un endroit qu'elle n'était pas supposée connaître. C'était toutefois oublier qu'à force de passer du temps avec lui et de part leur statut de coéquipier, elle était en mesure de reconnaître son chakra entre mille.

Attrapant son sac, elle quitta donc son appartement en direction du terrain d'entraînement supposé caché de son coéquipier. Si, d'ordinaire, elle évitait de s’immiscer de la sorte dans sa vie, n'étant pas particulièrement intrusive, elle avait besoin de voir autre chose que son appartement tout comme elle avait cruellement besoin de s'entraîner. Et plutôt que d'y aller seule... Autant aller le retrouver. Il lui fallut qu'un petit moment de marche avant de traverser le bois et d'atterrir là où lui se trouvait. Un rapide coup d'oeil tout autour d'elle lui suffit pour comprendre la violence des entraînements qu'il avait pu avoir, démontrant une montée en puissance impressionnante.

- Bon matin.

Ce n'était pas totalement le matin alors que le soleil avait déjà passé son zenith et commençait déjà à décliner. Cependant, il s'agissait des premiers mots qu'elle lui adressait aujourd'hui. Elle avait meilleur mine que lorsqu'il était rentré de sa mission, ayant retrouvé des couleurs. Si ses nuits étaient toujours aussi courtes, elle se devait d'admettre qu'elle dormait mieux. À croire que sa présence était reposante.

- Ne t'embarrasse pas de questions inutiles. Tu le sais que j'ai un certain talent en sensorialité. Te retrouver n'a pas été bien difficile. Ton chakra est tout particulièrement reconnaissable, ce doit être les tatouages.

Des tatouages qu'elle appréciait, cela ne faisait aucun doute. Cela lui donnait définitivement un certain charme. Pour sa part, elle s'était contentée d'un seul, au dessus de sa poitrine, qui illustrait l'essence même de ses recherches, un cycle continue. Quant à lui... Elle ne s'était encore jamais portée sur la signification de ses très nombreux tatouages.

- Un entraînement, maintenant. Je ne te laisse pas le choix.

Fouillant dans son sac, elle en sortie un petit contenant dans lequel se trouvaient plusieurs pilules. Elle le lança en direction du Meikyû.

- Ne pose pas de question, je ne pourrais pas y répondre. Normalement, tu devrais pouvoir récupérer tout ton chakra dépensé aujourd'hui. Une question de franc jeu, tout simplement.

Elle ne voulait pas commencer avec un avantage. Elle ne l'assumerait pas tout à fait. Certes se savait-elle blessée, avec une main qui n'était pas en mesure de manipuler ses marionnettes, toutefois, elle en était venue à apprendre à les manipuler d'une seule main. Son art se perfectionnait de plus en plus, et elle ne pouvait que continuer sur cette lancée, compte tenu des menaces qui se dessinaient à l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 27 Avr 2018 - 2:16



Comme à son habitude, Raizen avait passé les derniers jours à s’entrainer dans son lieu de prédilection. Entre les enseignements sur le Fuinjutsu donné à Sazuka et ses entrainements personnels, celui-ci tentait du meilleur de ses compétences d’en apprendre davantage sur ses capacités Meikyû pour y débloquer la totalité du pouvoir qui était scellé. Faisant de plus en plus d’expériences, la plupart des choses qu’il testait finissaient par être détruites au stade d’idée ou de test. Or, il continuait tout de même de progresser comme le témoignaient son physique et la sueur sur son corps. Raizen avait beau être un homme en forme, son physique semblait s’être grandement amélioré depuis son retour de Kaze no Kuni. Étant passé au niveau supérieur, celui-ci désirait absolument parvenir au niveau qu’il le visait. Pour ce faire, son corps, son âme et son esprit devaient tous travailler d’un commun accord afin que le tout puisse fonctionner. Si on veut, c’était une trinité, certes moins importante, qui régissait le bien-être de son corps et la possibilité qu’il avait d’utiliser le potentiel de ses sceaux à leur paroxysme.

Or, jusqu’à présent, si Sazuka était la seule personne à qui il avait ouvertement montré ce lieu, certains semblaient trouver le malin plaisir de venir l’épier pour le surprendre. Ce fut le cas de Kaede qui l’avait probablement traqué avec ses insectes. Comme si ce n’était pas assez, c’était dorénavant le tour d’Asami, qui bien évidemment lui conseilla de ne pas poser de questions. En bref, les femmes dangereuses semblaient avoir un penchant pour le jeune homme. Désirant l’espionner dans son mystère, Raizen souhaitait de tout cœur que la trinité la plus importante ne soit pas de nouveau en danger. Or, il était tout de même rassuré, sachant pertinemment qu’Asami ne ferait jamais ça. Après tout, elle en finirait plus que perdante...

-Qui sait, ça doit probablement être parce qu’il nous arrive de dormir aussi ensemble et que je n’ai plus de matelas.

Si on veut, le chakra fonctionnait comme un parfum, permettant aux gens aux sens les plus aiguisés de le reconnaître à distance. Faisant part de ses prouesses sensorielles, il était clair et net qu’Asami pourrait le trouver facilement. Malgré tout, Raizen ne cachait pas vraiment sa présence. Ce n’était pas du tout son genre et bien qu’il aurait préféré être solitaire, il devait tout de même avouer qu’elle avait bien joué sa carte.

-Un entrainement uh? J’espère que tu tiendras le coup. Par contre, j’ai une règle.

Lançant la pilule dans les airs en ouvrant la bouche pour l’avalée, il précisa :

-Pas de coups en bas de la ceinture.

Changeant son ton de manière totalement drastique, le visage de Raizen s’assombrit alors qu’il venait de sortir de sa poche quelques Shuriken qu’il électrifia. Raizen projeta ceux-ci à une vitesse assez élevée vers Asami pour examiner son temps de réponse. Après tout, il ne comptait pas foncer même si elle semblait en tout point fragile. L’ayant appris par lui-même, à tout moment, celle-ci pouvait lui donner le goût qu’avait la paralysie dans d’atroces souffrances.

-Que le combat commence.

Faisant semblant d’avaler la pilule, Raizen devait admettre être un bon comédien à ses heures perdues. Après tout, il ne voyait pas la nécessité de consommer ce médicament d’autant plus qu’il avait un niveau de chakra suffisant pour ce duel. Il ne comptait pas l’affronter à pleine capacité si celle-ci n’était même pas totalement rétablie. Ainsi, il rattrapa la pilule avant de la glisser subtilement dans sa poche. Sans forcément compter sur la chance, il croyait fermement que les shurikens seraient suffisants à ce qu’elle ne voit pas à travers la supercherie d’autant plus que son niveau de chakra était plus qu’adéquat s’il n’utilisait pas sa fameuse technique.

Résumé:
 




Dernière édition par Meikyû Raizen le Sam 28 Avr 2018 - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 27 Avr 2018 - 3:56
Condition qui lui arracha un haussement de sourcil accompagné d’un léger rire. Ce n’était définitivement pas dans ses intentions, et ce, pour plusieurs raisons qui valaient mieux pas qu’elle s’attarde dessus. Il avait consenti à un entraînement avec elle et elle était soulagée. Elle avait presque cru qui l’aurait forcé à rentrer parce qu’elle n’était pas encore au meilleur de sa forme. Or, elle avait une mission qui approchait à grand pas, elle n’attendait que les consignes de l’ombre du village. Elle se devait donc d’être optimale, et ce, malgré les blessures qu’elle portait toujours.

Elle n’en avait toujours pas eu le loisir de lui en parler, de cette mission qui menaçait d’être particulièrement difficile. Ce n’est pas comme si elle pouvait en parler non plus. Reiko lui avait bien fait comprendre du secret que représentait l’organisation, tout comme l’institut pour tout dire. S’il savait qu’elle travaillait au complexe scientifique au développement du village, et qu’elle avait obtenu récemment un nouveau poste là-bas, elle n’avait jamais réellement pu lui parler de l’unité secrète qui se trouvait dans les sous-sols, où seulement ceux en faisant partis et les hauts dirigeants du village connaissaient l’existence. Sûrement s’en doutait-il, il n’était pas stupide, et elle ne pouvait que lui en être reconnaissante de son absence de question, et ce, malgré sa curiosité qui semblait insatiable.

- Ne t’en fais pas pour moi, je tiendrai le coup.

Un sourire confiant, si elle était là, c’était certes, pour s’entraîner, mais surtout parce qu’elle avait quelque chose de bien particulier à tester. S’il connaissait la majorité de ses projets, ne serait-ce que parce que ses plans et les pièces d’équipements se trouvaient un peu partout chez eux, il y en avait eu un qu’elle ne lui avait pas mentionné et qu’elle venait tout juste de finaliser.

Observant les shurikens fusés dans sa direction, sa réaction ne se fit pas attendre. S’enfonçant dans le sol, elle disparut du champ de vision du Meikyû, comme il l’avait déjà vu faire à plusieurs reprises par le passé. Se dirigeant dans la forêt, elle s’assura d’être assez loin avant de réapparaître et sauter sur les branches d’un arbre, gardant ainsi un regard sur le champ de bataille sans s’y trouver elle-même. Apparu ensuite deux marionnettes. L’une qu’il connaissait bien et l’autre… Il aurait certainement un sentiment de déjà vu. Faisant surgir Kuchiki d’entre les arbres, dans le dos de son coéquipier, elle tentait ainsi de lui signifier que là avait été l’idée derrière sa disparition dans le sol : le prendre par surprise.

Or, ce n’était pas tout à fait le cas. Alors que Kuchiki fonçait rapidement sur l’homme, des cliquetis métalliques se faisant entendre alors que ses pattes griffues rencontraient le sol, une autre silhouette se détacha de l’ombre. Asami. Le seul soucis étant que ce n’était pas exactement elle, et ce, quand bien même la ressemblance était-elle frappante. Avec un peu de chance, concentré sur l’affrontement, il ne réaliserait pas de suite la supercherie. De la façon dont les fils de chakra s’activaient et dont la marionnette d’apparence terriblement humaine tenait son bras levé, elle semblait être celle manipulant Kuchiki. Quant à la véritable Asami, elle contrôlait sa copie de fils presque invisibles.

C’était une chose de pouvoir repérer les autres grâce à une sensorialité développée. Cependant, qu’en était-il de se dissimuler ? Elle allait tenter le tout, comprendre le fonctionnement de sa marionnette et, surtout, comprendre comment gérer tout cela.

- Oh, et ne me ménage pas. Je suis aussi ici pour gagner en puissance.

Articulant sa marionnette, celle-ci s’exprima avec la même voix et les mêmes intonations que l’originale, le tout était bluffant. Elle fit finalement sauter Kuchiki en direction de l’homme, toutes griffes sorties, y allant cependant lentement mais ce coup-ci. À savoir qu’aucun poison ne recouvrait les armes de la marionnette, pour l’instant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 27 Avr 2018 - 14:59
Voyant Asami entrer sous terre pour esquiver ses shurikens, Raizen soupira légèrement en se disant que cette technique risquait d’être plus ou moins problématique. En réalité, il ne voulait pas avoir à démolir complètement le sol à chaque fois qu’ils allaient s’affronter. Autrement, elle risquait de finir en aussi mauvaise posture que la dernière fois. Elle l’avait peut-être compris à son insu, mais ériger un mur devant Raizen n’était pas forcément l’idée la plus ingénieuse sachant que sa force de frappe pouvait être dévastatrice. Observant le moment, Raizen ne put réellement voir à travers la supercherie alors que celle-ci venait d’échanger de position avec une nouvelle marionnette qui était totalement similaire à sa propre personne.

Ainsi, alors que la marionnette fonçait vers lui, le jeune kumojin effectua quelques pas arrière avant de se préparer à contre-attaquer. En réalité, il se demandait si elle avait eu le temps de solidifier ses marionnettes. Après tout, en détruisant une de ses marionnettes, Raizen risquait fort probablement de la massacrer sauf si elle utilisait une seconde marionnette comme celle qui la protégeait. Se demandant soudainement pourquoi elle n’utilisait pas celle-ci, il eut un léger sourire avant de se dire que les réparations prenaient probablement plus de temps que prévu.

-Les réparations et améliorations prennent plus de temps que prévu de ce que je vois.

D’un seul coup, Raizen activa son intellect, effectuant ainsi quelques mudras rapides afin de faire apparaître 3 clones raiton. Sachant pertinemment que ceux-ci lui seraient fort utiles, ceux-ci se mélangèrent avant de foncer respectivement vers Asami. Un seul d’entre eux ciblait sa marionnette et c’était le vrai Raizen. Ayant activé son sceau, celui-ci fonçait pour venir lui infliger un violent coup de poing tandis que les autres chargeaient dangereusement vers Asami.

Si on veut, c’était une solution intéressante sachant qu’elle penserait possiblement que le vrai Raizen ne se trouvait pas devant sa marionnette. De plus, sachant pertinemment que son corps était plus important, il était certain que sa marionnette allait se concentrer sur les clones. Or, allait-elle réussir à les arrêter à temps ? Cette question restait en suspens alors que Raizen et ses clones venaient d’électrifier leurs poings afin de violemment perturber leurs victimes. Qu’allait-elle faire face à cela?


Résumé:
 


Dernière édition par Meikyû Raizen le Sam 28 Avr 2018 - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 27 Avr 2018 - 18:35
L’absence de l’utilisation d’Osoroshi était volontaire. Elle se devait de tester cette nouvelle marionnette tout comme elle tentait de voir les réactions du Meikyû vis-à-vis cette dernière. Pour l’instant, il semblait croire qu’il s’agissait bel et bien d’Asami, et donc, de ce fait, cette dernière ne pouvait qu’en être satisfaite. Observant de loin, elle gardait une vue d’ensemble sur le terrain d’entraînement, perchée sur son arbre, concentrée.

- Ais-je besoin de rappeler qu’il y en a un qui m’empêchait de travailler sérieusement ?

Voir ici que son coéquipier avait été celui à tenter de la forcer au repos, ne serait-ce qu’un minimum, pour qu’elle récupère des blessures qu’elle avait ramené du pays du feu. D’un point de vue extérieur, tandis que les clones se mélangeaient, il ne lui fut pas bien difficile que de garder un oeil sur le véritable Raizen, ce dernier se dirigeant rapidement vers Kuchiki tandis que les trois clones se fonçaient droit sur “elle”.

D’un mouvement rapide qui semblait toutefois maladroit en apparence, elle esquiva les trois clones en changeant subitement de position. Pour celle n’ayant jamais fait l’usage du taijutsu, elle tenta de masquer le tout en tentative de fuite maladroite plus qu’en réel mouvement calculé. Quant à Kuchiki, la marionnette eut quelques difficultés, tombant lourdement un peu plus loin, cependant, elle tenait toujours en place et là était tout ce dont elle avait besoin. La remettant sur pied, alors qu’elle se trouvait entre le véritable Raizen et les trois clones, la marionnettiste activa un mécanisme qui, normalement, saurait gérer les trois clones.

Cependant, avant ce faire, elle s’assura d’enduire toutes les armes qui allaient fuser d’ici peu d’un poison particulièrement violent. Une autre chose qu’elle comptait essayer.

Le corps de Kuchiki s’ouvrit donc pour envoyer une importante quantité de projectiles en tout genre, et ce, tant en direction de Raizen que des trois clones. Si une personne normale aurait été affectée par l’électricité qui parcourait son corps, c’était plus difficile compte tenu que la marionnette n’agissait pas d’elle-même. Une vague tomba donc avec violence en direction du réel et les autres s’abattirent sur les clones, le tout avec une rapidité impressionnante.

Le pire restait cependant les doses multiples de poison qui allaient parcourir le corps de la victime, sauf s’il venait à réussir à éviter la vague. Autrement, il lui tardait presque de voir quels symptômes connaîtrait-il en premier et avec quelle intensité.

L’idée avait surtout été de gérer les clones d’une seule attaque, ne souhaitant pas se retrouver en position d’infériorité numérique. Elle était celle qui, d’ordinaire, se voulait avoir un avantage sur ce terrain-là.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 28 Avr 2018 - 12:38
Alors que sa technique avait tout pour fonctionner, de nulle part, Asami fut en mesure de se mouvoir rapidement afin d’esquiver les trois clones. Sur le coup, Raizen étira un sourire, signe qu’il était en partie impressionné. Or, il trouvait sa manière de se mouvoir un peu étrange. Du moins, il le remarqua alors que celle-ci venait d’esquiver cette attaque excessivement rapidement, chose qui était digne des experts en taijutsu. N’étant lui-même pas apte à faire quelque chose de la sorte, il voyait le tout comme quelque chose que Hisao maitriserait, pas Asami.

Malheureusement, il n’avait pas le temps de penser. Même s’il avait été en mesure de déplacer une de ses marionnettes, celle-ci revenait rapidement à la charge malgré la force qu’il avait déployée. À croire qu’elle en voulait plus. Or, contrairement à la dernière fois où elle s’était contentée d’envoyer une pluie de senbon inoffensif, cette fois-ci, c’était de violentes et puissantes vagues de plusieurs types de projectiles qu’elle envoyait. En bref, ce n’était pas une attaque du même niveau et elle était loin d’être amusante. Pire encore, la connaissant, les projectiles étaient probablement tous empoisonnés.

Ainsi, Raizen eut pour premier réflexe d’esquiver , mais l’attaque aurait tôt fait de le rattraper. Ainsi, il décida de combiner de multiples éléments pour se sortir de cette mauvaise situation.

Esquivant partiellement l’attaque du mieux qu’il le pouvait, il compacta les muscles de son bras afin de venir encaisser l’attaque du mieux qu’il le pouvait en réduisant les effets. Or, la violence des lancées étant trop fortes, certains projectiles purent percer ses pigments ce qui eut pour effet de déclencher en lui une protection contre les poisons. Il eut tout de même le temps de se cacher derrière ce qu’il restait d’un arbre pour éviter les autres vagues.

Il n’était pas certain des effets, mais il savait que rien ne saurait comparer un quelconque poison à celui de Mamushi. Même si ses clones étaient tous morts, il était encore debout, calculant ses prochains actes alors qu’il se demandait si les effets du poison étaient assez violents pour être nullifié par son armure anti-poison.

-J’ai pris les précautions nécessaires.

Sourire aux lèvres, Raizen attendait de voir quel allait être son prochain mouvement pour agir en conséquences. Son bras était certes ensanglanté, mais il ne s’en faisait pas vraiment pour cela. Enlevant lentement les quelques projectiles ayant pénétré le derme de sa peau, l’avantage d’avoir un bras plus résistant que la normale était aussi le fait de réduire en partie les dégâts effectués par les projectiles. Or, la vitesse de lancée avait été suffisamment intense pour qu’il étire une légère plainte en les enlevant, mais bon, il ne pouvait tout avoir.

-Semble-t-il que le jeu de chambre t’a donné des cuisses beaucoup plus efficaces...

Qu’insinuait-il ? À voir, mais il se demandait vraiment comment elle avait pu bouger aussi rapidement. Était-ce une autre affinité ou du dopage...?

Résumé:
 


Dernière édition par Meikyû Raizen le Sam 28 Avr 2018 - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 28 Avr 2018 - 14:42
Évidemment, il lui en avait parlé, qu’il était désormais en mesure de résister aux poisons. Un mince sourire vint donc étirer ses lèvres. Tous les deux avaient progressé à une vitesse fulgurante depuis leur premier entraînement ensemble, elle ne pouvait le nier. Mais là était tout l’intérêt. Si elle était devenue plus forte, c’était aussi son cas, qu’elle le veuille ou non. L’observant fuir derrière les arbres, elle eut tout de même la satisfaction que d’avoir réussi à gérer le problème des clones. C’était donc un mal pour un bien. Parce que déjà que Raizen pouvait se montrer terriblement dangereux, s’ils étaient quatre…

Elle avait fait la bonne chose quant à s’occuper immédiatement de ce problème qui aurait pu devenir de plus en plus difficile à gérer au fil du combat.

Quelques secondes furent nécessaire pour qu’elle puisse envisager la suite de l’affrontement. Ce qu’elle ferait. Comment les choses allaient-elles se dérouler. Étendant son chakra tout autour d’elle sous forme de vague, venant situer toutes présences, comme elle l’avait longuement entraîné, à l’insu de tous, lorsque prisonnière de son appartement, il ne lui fut pas bien difficile de repérer l’homme derrière l’arbre. Ainsi, elle effectua quelques mudras, tout comme sa marionnette effectuait les mêmes, cherchant à venir faire prisonnier l’homme du sol qui se trouvait sous lui, ce dernier se mouvant pour l’immobiliser.

Allait-il réussir à s’enfuir à temps, à savoir avant que la technique ait réussi à se saisir de tout son corps ou, au contraire, venait-elle de faire un pas vers la victoire ? Elle ne saurait dire. C’était pour cette raison qu’elle continuait d’observer le terrain dans son ensemble, par vague de chakra, ne perdant ainsi jamais sa position et ne manquant rien de ses mouvements, et ce, quand bien même était-elle dans l’impossibilité de le voir.

Elle avait connu une progression assez particulière, pour sa part. Elle qui avait passé des années à s’entraîner avec ses marionnettes et ses poisons avait réalisé, en commençant à s’entraîner avec d’autres, qu’elle se devait d’être plus versatile, sans quoi, elle risquait de rapidement connaître des échecs qu’elle ne pouvait pas se permettre en situation réelle. De là était venue son envie de maîtrise de son affinité, à savoir le doton, qui lui offrait une protection qu’elle ne pouvait se permettre de négliger. Quant à sa sensorialité… L’idée de développer ce côté-là de ses techniques lui était venue alors qu’elle s’était retrouvée affectée à une équipe, une équipe dont les deux autres membres étaient des utilisateurs de taijutsu.

Elle avait vu la chose comme nécessaire. Et puis, il s’agissait de quelque chose ne pouvant qu’être aussi bénéfique pour elle, s’ajoutant à son éventail déjà large de possibilités et de techniques.

Tout en tentant de le faire prisonnier, la marionnette à son image semblait avoir manipulé Kuchiki pour le diriger vers leur adversaire, à savoir le Meikyû. Sans nécessairement lancer de violente offensive, l’attaque qu’elle venait de faire avait normalement dû l’ébranler un minimum, elle servait surtout de menace plus ou moins silencieuse tandis qu’il avait sûrement dû entendre les cliquetis se rapprocher. Parce qu’elle possédait nombreux poisons différents et parce qu’elle aimait bien planifier ses coups à l’avance, la présence de Kuchiki à proximité ne pouvait rien signaler de bon.

Cherchait-elle réellement à le pousser à craindre sa marionnette ou, au contraire, souhaitait-elle l’attirer vers la seconde marionnette désormais seule au milieu du terrain d’entraînement ? Après tout, à moins d’avoir réussi à comprendre la supercherie, elle était désormais seule, et surtout, vulnérable, sans armure pour la protéger. Certes savait-il qu’elle possédait de nombreuses cartes dans ses mains, mais tous deux savaient le doton faible face au raiton…

Allait-il mordre à l’hameçon ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 28 Avr 2018 - 15:13

Respirant lentement, Raizen tentait de stabiliser les quelques effets du poison qu’il pouvait ressentir. Si on veut, son aura avait limité la plupart de dégâts sans problème. Or, il ne pouvait contrer la totalité d’un poison entrant en contact avec son sang. De ce fait, il commença à avoir un intense mal de tête qui inhibait ses capacités de réflexion tout en ne se sentant étrangement pas bien. Ne bougeant pas vraiment, il ne pouvait savoir si le tout allait affecter ses déplacements, mais à son grand damn, lorsqu’il tenta de dire quelque chose, sa voix fut nouée de quelque chose d’incontrôlable. N’arrivant plus à parler, c’est à ce moment précis qu’il réalisa que quelque chose tentait d’emprisonner son corps.

À ce moment précis, Raizen se demandait comment elle avait pu le voir. Était-ce ses récentes prouesses de détection qui l’avaient aidé ? N’étant pas certain, il songea à abandonner. Pour une fois, il se disait qu’il était peut-être mieux qu’ils en restent là. Se disant qu’il en avait vu suffisamment pour aujourd’hui, il leva la main, mais son désir d’en voir davantage prit le dessus. Promptement, des lames de chakra apparurent dans ses deux mains. Les électrifiant rapidement, il fut en mesure de couper finement la couche de terre qui s’était formée sur son corps.

Il ne voulait pas vraiment avoir à faire cela, mais s’il n’avait pas le choix, soit.

Ainsi, alors que la marionnette se dirigeait vers lui, Raizen décida de partir vers la droite pour rencontrer celle qui était pour une lui une nuisance depuis le début du combat. Si par ses cliquetis elle pensait faire peur à qui que ce soit, c’était faux et Raizen allait bien lui montrer qui cuisinait à l’appartement.

-Sa...shi.....mi...

Prononçant le tout avec difficulté, il fonça vers la créature, sentant son équilibre fragile. Or, son aura luttait efficacement contre le chakra, lui permettant ainsi de venir brandir son épée raiton pour venir trancher la marionnette dans l’espoir qu’il arrive à le faire à temps et qu’elle n’esquive pas. Évidemment, il avait mis toutes les chances de son côté, chargeant ainsi dangereusement l’énergumène manipulé.







Dernière édition par Meikyû Raizen le Sam 28 Avr 2018 - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 28 Avr 2018 - 15:25
La prison fut efficace un temps. Le temps qu’il réalise que quelque chose se tramait, qu’il n’était peut-être pas aussi bien cacher qu’il le croyait. Du haut de son arbre, pour sa part, elle était en mesure de connaître la position et surtout les déplacements de tous ceux présents à l’heure actuelle sur leur terrain d’entraînement. À savoir lui et elle. Il lui était donc d’autant plus facile de se focaliser que sur lui, sur ce qu’il faisait, les variations dans son chakra, les techniques qu’il utilisait… Sa prison ne tint qu’un temps, le temps qu’il vienne à la réduire en pièce avec des lames chargées de raiton. Une nouvelle technique ? Peut-être bien. Devait-elle réellement en être surprise ? À la vue de l’allure du terrain d’entraînement, non, pas besoin. Lui aussi s’était longuement entraîné pour dépasser ses limites.

Si sa marionnette la représentant était seule sur le terrain, à découvert, il avait cependant décidé que son ennemi serait la marionnette s’étant rapprochée de lui. Avait-il compris le subterfuge, dont pourquoi ne s’attaquait-il pas directement à elle ? Ou était-ce pas soucis des blessures qu’elle portait toujours ? Elle ne saurait dire. Légèrement prise de court, s’étant imaginée quelque chose de différent dans la réaction de son adversaire, elle ne put faire esquiver à temps sa marionnette.

Or, ce n’était, en soit, pas tant un soucis. Certes ne pourrait-elle plus l’utiliser pour le reste du combat, cependant, elle y voyait-là une façon de tester un nouveau mécanisme qu’elle avait implanté dans chacune de ses créations.

Déclenchant rapidement un poison venant recouvrir une importante quantité de senbons, alors que le poing du Meikyû passait au travers la marionnette, la sectionnant sans qu’elle ne puisse réellement faire quoique ce soit à ce niveau, la marionnettiste enclencha l’auto-destruction de ladite marionnette. Elle explosa donc, sur toute sa longueur, faisant fuser dans toutes les directions une importante quantité de senbons, tous ayant été empoisonnés au préalable.

Parce que si son coéquipier lui avait bel et bien appris quelque chose, c’était que même dans la défaite, elle se devait de saisir les occasions qui se présentaient à elle. Ce n’était donc pas parce que sa marionnette rencontrait un triste sort lors d’un affrontement qu’elle se devait de devenir complètement inutile. Dans un dernier souffle de cette dernière, la Tadaoki avait décidé que si elles venaient à être détruites, elle pourrait enclencher leur destruction. De quoi venir faire mal à l’adversaire lorsqu’il croyait avoir réussi à faire un pas en direction de la victoire.

Il ne restait donc plus qu’elle, techniquement, seule au centre de la zone de combat, et lui. S’en était-il sorti, de son attaque calculée, au travers ce qu’il croyait avoir été un coup décisif ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 28 Avr 2018 - 16:23

Tel que prévu, détruire le mécanisme de ses marionnettes était beaucoup trop facile que prévu. Grâce à ses lames de Chakra, Raizen était venu littéralement pourfendre la marionnette, déjouant probablement les plans d’Asami qui n’eut le temps de manipuler sa marionnette pour venir la faire esquiver. Il était fort probable que celle-ci ait cru qu’il allait se diriger vers lui ou était-ce plutôt ce qu’elle voulait. Dès le moment où la marionnette fut brisée, Raizen entendit un léger bruit, comme si un mécanisme comptait se déployer encore. Sans pour autant pouvoir réagir face à la vitesse d’explosion, Raizen eut brièvement le temps de faire un pas en arrière pour s’en éloigner qu’une grande salve de senbon se dirigeait vers lui. Comme d’habitude, ceux-ci étaient fort probablement enduits de poison. C’est probablement pour cette raison que Raizen vint indirectement utiliser son bras pour se protéger, par réflexe. Déjà blessé, le tout ne fit qu’envenimer la situation actuelle. Non seulement son bras était partiellement paralysé, mais les autres membres touchés l’étaient aussi. Il pensait notamment à sa jambe qui était soudainement engourdie. Par chance, sa défense contre les poisons réduisait en quelque sorte l’impact de tout cela.

Malheureusement, Raizen n’allait pas bien et il le savait. Elle n’avait toujours pas sorti sa marionnette défensive puisqu’il était hors de question qu’il la croit sur parole lorsqu’elle lui disait que celle-ci était encore brisée. Après tout, c’était Asami, maîtresse dans l’art de la déception et des subterfuges.

Ainsi, il inspira profondément avant de venir se concentrer soudainement. Sachant que sa capacité de bouger était restreinte, il n’avait pas de temps à perdre. Ceci serait sa dernière technique, son attaque finale. Si celle-ci s’attendait à ce qu’il utilise son attaque de la dernière fois, elle se trompait. Raizen avait compensé son manque d’attaque à distance...

De ce fait, un violent éclair vint soudainement se former dans le ciel avant de déferler vers le bras de Raizen. Absorbant la puissante foudre et la transformant comme étant son énergie à part entière, celui-ci vint soudainement projeter difficilement son bras électrisé vers l’avant. À partir de ce moment, une boule électrique fila dangereusement vers la marionnette d’Asami. Cependant, alors que celle-ci risquait possiblement d’esquiver comme les fois précédentes, Raizen avait une petite surprise pour elle. Au lieu d’attendre le point de contact, il joignit deux de ses doigts avant de brièvement relâcher la technique pour qu’elle explose.

-Kai!

Ainsi, l’explosion électrique eut lieu. Espérant sincèrement avoir fait mouche, Raizen avait hâte d’en voir les résultats.

Résumé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 28 Avr 2018 - 19:37
Avait-il été surpris ? Sûrement. Autrement, alors qu’il avait bonne connaissance de ses poisons qui enduisaient toutes ses armes, ou presque, il aurait réagi différemment. Son attaque avait donc fait mouche, ce qui la fit sourire davantage. Sa spécialité était de faire croire quelque chose à l’ennemi pour mieux renchérir. En brisant ainsi sa marionnette, il avait sûrement espérer se débarrasser d’un ennemi alors qu’un final, celle-ci s’était montrée d’autant plus dangereuse.

Comment allait-il rispoter maintenant ? Il ne fit pas durer le suspens plus longtemps alors qu’elle se retrouva à sursauter à la vue de l’éclair s’abattant sur lui. Une idée lui traversa l’esprit au même moment. Tout en s’assurant de bien comprendre toute la situation, elle se laissa tomber de l’arbre pour entrer en contact avec le sol.

À quel point son spectacle serait-il convaincant ?

Observant la boule d’énergie fuser vers la marionnette la représentant, elle comptait profiter de l’impact pour prétendre comme ayant été blessée. Or, il lui facilita la vie avec l’explosion. Faisant mine de tenter d’esquiver, elle fut balayée vers l’arrière, s’écroulant au sol de façon semblant le plus naturel possible. Légèrement désarticulée, elle doutait toutefois qu’il parvienne réellement à remarquer le tout à cette distance. Elle avait même laissé entendre, au travers les lèvres de sa marionnette, une exclamation tant de surprise que de douleur. S’inquièterait-il de son état ?

Elle ne comptait pas lui laisser ce loisir. À peine sa marionnette rencontrait-elle le sol qu’elle même s’enfonça dans celui-ci, s’y déplaçant avec une aisance déconcertante et assez rapidement. D’une subtilité digne d’elle-même, ayant suivi sa position, elle vint émerger derrière lui

Un kunai à la main, elle vint le glisser sous sa gorge, en profitant pour caresser doucement sa peau de sa main, un sourire aux lèvres.

- J’aurais pu vraiment avoir mal, tu sais…

Elle avait susurrer ces quelques mots, rigolant doucement, toujours dans son dos, semblant nullement embêtée par ce fait. Au final, si elle n’avait pas eu le loisir de réellement tester sa marionnette et le prendre de court avec les divers mécanismes que celle-ci aussi possédait, elle avait eu la confirmation qu’elle était convaincante.

- Aucune compassion.

Sa voix était douce, peut-être un peu trop même, alors qu’elle s’amusait de la position dans laquelle il se trouvait. Elle était toujours en parfaite santé là où lui semblait mal vivre les assauts répétés qu’elle lui avait envoyé, le tout accompagné d’une bonne dose de poison. Elle était seulement déçue de ne pas avoir eu le loisir d’essayer celui qu’il lui avait inspiré. Une prochaine fois peut-être.


Dernière édition par Tadaoki Asami le Dim 29 Avr 2018 - 4:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 28 Avr 2018 - 20:05


Alors que celle-ci venait de s’écrouler de manière assez lamentable, Raizen observait la scène de loin en prenant le temps de respirer. Son poison était vraiment désagréable, mais il pouvait affirmer qu’il commençait de mieux en mieux à résister aux divers poisons. Après tout, il y a quelques mois, la situation n’aurait pas été similaire, signe que sa résistance s’était grandement accrue au cours des derniers mois. Or, il avait encore de nombreuses idées à mettre en forme afin d’être au niveau qu’il était. Certes, il ne lui avait pas tout montré aujourd’hui, mais bon. Il était tout de même satisfait des apprentissages qu’il avait faits. Du moins, ce fut le cas jusqu’à ce qu’il sent un kunai apparaître à sa gorge de manière in extremis. Fixant le lieu là où le corps d’Asami devait se trouver, il étira un doux sourire en l’entendant parler. Elle avait ce don de prononcer tout de manière sensuelle comme la séductrice qu’elle était.

-Tu diras ça aux nombreuses techniques que je me suis refusé d’utiliser.

Ne bougeant pas une seconde, Raizen pensait à de nombreuses choses, notamment à une technique émettant de l’électricité autour de son corps pour repousser les assauts du genre. Malheureusement, il ne l’avait pas encore développé. Devait-il l’essayer pour voir s’il y avait une échappatoire ? Il abandonna l’idée, sachant pertinemment qu’il avait décidé que ce combat serait terminé lors de leur dernière attaque.

-Joli doppleganger, c’était presque convaincant jusqu’à ce que je te vois esquiver une attaque aussi rapidement qu’Hisao l’aurait fait.

Étirant un délicat sourire, il était tout de même heureux de voir les nombreuses combinaisons qu’elle arrivait à faire. Après tout, pour quelqu’un dans sa situation, s’assurer de limiter les dangers en ayant une marionnette lui ressemblant était excessivement intéressant. Le voir en œuvre montrait à quel point elle maîtrisait son art à la perfection. N’importe qui ne la connaissant pas et dénué de sensorialité aurait pu tomber dans ce piège.

-De toute façon, la douleur n’est pas quelque chose qui te déplait non ?

Flirtant autant qu’elle flirtait, il savait pertinemment qu’il la dominait sur ce jeu. Sans même avoir besoin de bouger, il laissait ses paroles venir souffler une douce brise de provocation à son oreille.

-Tu devrais aussi faire attention. Si j’avais un moindrement développé mes techniques de sensorialité, tu serais morte. Mais bon, je te donne quand même un A pour ta créativité et l’excellence du combat. J’abandonne.

Souriant, Raizen se demandait combien de temps elle allait le menacer de son Kunai. Ainsi, il fit disparaître ses armes et leva difficilement la main pour venir abaisser l’arme. De manière robotique, il comptait lui attraper le poignet en la fixant avec un air séducteur sans pour autant dire ou faire quoi que ce soit. Après tout, il était censé être blessé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 28 Avr 2018 - 20:56
Il marquait un point. Alors qu’il connaissait ses piètres performances en taijutsu, la vitesse à laquelle son pantin avait évité les trois clones était digne de leur sensei, un niveau beaucoup trop avancé pour elle qui ne se battait presque pas, pour ne pas dire jamais, au corps à corps. Sûrement la raison pour laquelle il n’avait pas hésité sur cette dernière attaque. Il la connaissait bien, au final, alors que tous deux de la même équipe étaient forcés de travailler ensemble. Il connaissait donc ses forces, mais surtout ses faiblesses. Et si au départ, elle avait trouvé l’idée désagréable, au final, elle s’y était faite. Et puis, elle en était venue à lui faire confiance, sans compter que leur deux styles de combat se complétaient bien.

Elle roula des yeux quant à son commentaire sur sa propension à aimer la douleur. Il n’avait pas tort. Pour celle étouffant ses sentiments depuis des années maintenant, elle y voyait une façon de se rappeler qu’elle était vivante, un divertissement supplémentaire en somme. Toutefois, à ce niveau, les choses changeaient graduellement et elle préférait ne pas avoir à trop s’y attarder. Pour l’instant du moins.

- Vrai que j’aurais pu connaître plus triste sort si tu avais moindrement développé tes techniques en sensorialité…

Son ton toujours trop doux, caressant, alors qu’elle le laissa venir attraper son poignet pour dégager la lame de sous son cou, éloignant ainsi la menace qu’elle repésentait. Venant rencontrer son regard alors qu’elle se déplaçait pour lui faire face, gardant toutefois toujours une certaine proximité, son corps effleurant le sien dans son mouvement.

- Cependant, tu ne l’as pas fait. Dommage, n’est-ce pas ?

Son sourire en coin était taquin, un brin provocateur, alors que son regard était éclairé d’une lueur de défi. Elle ne doutait pas un seul instant qu’il ne lui avait pas montré l’étendu de ses progrès, cela était même évident compte tenu de l’état du terrain d'entraînement. Mais plus que d’être insultée qu’il ne se soit pas donné la peine de donner plus, elle préférait se concentrer sur ses propres progrès quant à ses compétences récemment acquises.

Après tout, ayant longuement entraîné sa sensorialité, elle appréciait cette vision d’ensemble qu’elle avait sans même réellement voir, tout comme la manipulation de ses pantins qui devenait de plus en plus naturel.

- Et donc, au final, tu t’es fais avoir…

Ne le lâchant pas des autres, elle vint porter sa main qu’il ne tenait pas contre son torse, comme pour venir porter plus de poids à ses paroles.

- Que ce soit lors de ce combat ou le simple fait que j’ai trouvé cet endroit sans grande difficulté… Serait-ce un manque de vigilance de ta part ou en es-tu venu à me sous-estimer ?

Elle inclina la tête légèrement sur le côté, le regard curieux. Elle se remettait de ses blessures, seul son bras étant encore problématique. Toutefois, cela ne l’avait pas empêché que de finalement retomber sur ses pieds, assez pour reprendre ses aises et ses bonnes vieilles habitudes. Les provocations étant quelque chose qu’elle connaissait bien, elle se laissait tenter par ces dernières pour l’instant, s’amusant aux dépens du principal concerné.

Le tout n’était toutefois pas fait avec la même arrogance qui avait ponctué leurs premiers échanges. Non. Le tout semblait souligner une certaine complicité entre les deux, chose qui n’était pas totalement faux.


Dernière édition par Tadaoki Asami le Dim 29 Avr 2018 - 4:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 28 Avr 2018 - 21:34


Souriant face aux provocations d’Asami, il la laissa poser sa main sur son torse. Si ça pouvait lui faire plaisir, pourquoi ne pas lui laisse reprendre ses aises. Après tout, ils dormaient ensemble et tout était permis non ? Faux, c’était surtout qu’il ne pouvait pas totalement bouger et le faire serait une perte d’énergie surtout qu’il ne détestait pas vraiment ce doux geste. Mieux encore, sa personnalité semblait avoir repris la forme. Avait-elle était guérie en même temps que son corps ? Il n’en était pas certain, mais la joute semblait vouloir se poursuivre sur un autre terrain. Si Asami était généralement très forte dans leur combat pratique, celle-ci ne l’avait pas vraiment dominé dans les échanges verbaux récents. Tout cela pour dire qu’il y avait une balance à toute chose.

-Il y a des araignées qui laissent leur proie venir sur leur territoire et une fois qu’elles sont présentes, l’araignée les pièges parce qu’elles sont sur leur terrain.

Lui souriant, Raizen lui faisait comprendre qu’au corps à corps, elle était sur son terrain et pas l’inverse.

-À longue distance et lorsque tu te caches, tu es peut-être dangereuse, mais au corps à corps, jusqu’à preuve du contraire, c’est moi qui mène la danse.

S’approchant délicatement pour venir lui saisir la taille, son regard ne se séparait pas d’Asami qui était à sa portée. La défiant du regard, il savait pertinemment qu’il n’avait pas tort d’autant plus qu’il était en confiance. Il s’attendait déjà à ce qu’elle riposte en lui disant que c’était possiblement ce qu’elle cherchait depuis le début, bla, bla et ...bla.

-Ensuite, la vraie question que tu devrais te poser, c’est la raison pour laquelle tu me cherchais et que tu as décidée de venir me défier sur mon propre territoire.

La sondant, attendant patiemment une réponse, il se demandait vraiment depuis combien de temps elle savait qu’il venait ici. Avait-elle marqué son chakra pour être en mesure de le localiser à souhait ? Il n’en était pas certain, mais le tout l’intriguait sachant qu’il venait dans ce lieu pour être seul. Certes, il avait eu des invités pour des entrainements, mais rien de plus.

-La défaite te manquait-elle au point que tu viennes la chercher en plein sur le terrain adversaire ?

Laissant ses sens flirter avec les siens, il s’amusait à balader sa main pour venir soigneusement caresser le bas de son dos. Malheureusement, il n’avait plus de chakra, du moins pas assez pour qu’il l’use inutilement pour venir lui étirer une douleur avec son sceau surtout qu’il avait compris qu’elle ne réagissait pas juste à la douleur. La douceur avait aussi sa douleur dans son absence de constance et dans le fait qu’elle ne marquait pas la peau aussi longtemps qu’une blessure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 28 Avr 2018 - 22:04
Il était agaçant. Et pourtant, cette constatation, plutôt que de l’embêter, vint lui étirer un doux sourire. Elle se contenta alors de rouler des yeux, l’air de lui dire qu’il pouvait toujours parler. L’évidence était cependant là. Tous les deux avaient accepté la présence de l’ennemi sur leur territoire, venant presque même l’apprécier. Elle ne voyait plus d’inconvénient à ce que le Meikyû traîne dans son laboratoire et sa présence à l'heure actuelle ne semblait pas l’embêter. Si sa menace était claire quant au fait qu’il la dominait à l’heure actuelle, ne serait-ce de par cette proximité imposée de son bras autour de sa taille, elle ne se sentait pas en danger, bien au contraire.

Un frisson lui parcourut le corps tandis que sa main s’attarda dans le bas de son dos alors qu’elle écoutait une énième provocation de sa part. C’était souvent ainsi, entre eux deux, et cette fois-ci, alors qu’elle avait repris du poil de bête, elle ne comptait pas bêtement le laisser mener leur danse, comme il le disait si bien. Son esprit compétitif semblait décidé à passer outre ses défaites passées pour venir imposer sa position, histoire qu’il n’oublie pas qu’elle n’en restait pas moins une adversaire de taille.

- Ton domaine le corps à corps, c’est bien ça ?

Sa main sur son torse monta lentement jusqu’à son cou, venant caresser du bout des doigts la peau qu’elle avait précédemment menacée d’un kunai, cherchant à lui rappeler la menace qui avait marqué la fin de leur entraînement.

- C’est pour cela que j’ai pu t’approcher sans problème et que j’aurais eu tout le loisir que de te trancher la gorge ?

Caresse qu’elle continua jusqu’à sa nuque, à la base de ses cheveux, jouant doucement avec quelques mèches sombres sans jamais le quitter du regard.

- Oh, j’oubliais… J’imagine que ce devait être un autre de tes pièges, n’est-ce pas ?

Elle se moquait légèrement de lui, son ton baignant dans l’ironie. Après tout, il avait suggéré que s’il l’avait laissé venir jusqu’ici, c’était justement pour pouvoir la piéger. Le croyait-elle ? Aucunement. Cependant, elle aimait bien s’en jouer, rebondissant sur ce qu’il disait d’un ton sensuel, presque mielleux, comme elle savait si bien le faire.

Tous les deux se jouaient des sens de l’autre, deux esprits en constant conflits qui s’opposaient dans une quête que de venir s’imposer comme vainqueur. S’il leur arrivait de venir faire une trêve, cette dernière commençait à durer et maintenant que la marionnettiste allait mieux, elle se faisait un malin plaisir que de poursuivre sur cette lancée qui n’avait au final rien de désagréable.

- Puis, sérieusement, tu me parles de défaite alors que tu es celui qui a abandonné ? Essaie d’être un peu plus cohérent, la prochaine fois.

Son sourire était toujours présent sur ses lèvres tandis que ses iris rougeoyantes ne le quittaient pas, s’amusant de ses réactions. Dégageant finalement sa main de son emprise, elle vint la déposer contre sa hanche, jouant ainsi avec le bas de son chandail.

- Pour répondre à ta précédente question… J’en avais marre de remplir des papiers pour le Complexe Scientifique et j’avais quelques nouveaux trucs à tester. Et plutôt que de le faire seule, j’ai opté pour venir te retrouver.

La fin de sa phrase laissait sous-entendre que quelque chose allait suivre tandis qu’elle s’amusait à venir perturber ses sens, sa main entrant en contact avec la peau de son abdomen, douce caresse légère pour simplement venir taquiner.

- Après tout, n’est-ce pas l’essence même d’une équipe que de s’entraider ?

Elle se jouait donc de leur position de coéquipier pour justifier sa présence ici, qu’elle était venue dans l’idée de s’entraîner, tout ça parce qu’il était presque mandaté que de l’assister dans sa progression, ce qui était aussi inversement le cas.

- Besoin d’une antidote ou ça va, tu te débrouilles seul ? Après tout, il paraît que tu as développé une certaine résistance aux poisons…

Évident cependant que celle-ci n’était pas au point. Ou alors n’était-elle pas faite pour supporter un assaut constant et répété de ces derniers. Dans tous les cas, l’offre était là, bien qu’elle venait appuyé sur son orgueil, voir sa réaction à ce sujet.


Dernière édition par Tadaoki Asami le Dim 29 Avr 2018 - 4:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 28 Avr 2018 - 22:35


Souriant légèrement, Raizen admirait la perspicacité dont elle faisait preuve, lui rappelant qu’il n’avait rien put faire face à son approche subtile. Après tout, que pouvait-il faire face à un adversaire dont il n’avait pas remarqué la présence ? Le tout lui rappelait à quel point il pouvait être fragile au genjutsu, chose qu’il comptait remédier dès qu’il le pourrait. Malgré tout, certains mots qu’elle prononçait avaient le don de venir lui étirer un sourire, toujours plus grand. Malheureusement pour elle, au fur et à mesure qu’elle parlait, Raizen, lui, établissait sa riposte, prenant mot à mot ce qu’elle disait pour lui faire goûter à sa propre médecine voire même au double. Il espérait simplement qu’elle soit prête à redescendre de son piédestal alors qu’elle venait tout juste de remonter au sommet de sa forme. Du moins, c’est ce qu’il espérait pouvoir faire. Après tout, il devait avant tout résister aux assauts d’Asami qui se faisait de plus en plus envahissant...

Ressentant de violents frissons parcourir son corps alors qu’elle s’amusait à balader ses mains pour marquer son territoire sur son corps, Raizen était sujet à de nombreux stimulus sans réellement pouvoir bouger. Il était contraint de supporter le tout, le temps que son chakra élimine totalement l’effet du poison qui demeurait dans son organisme. À travers le temps, il avait travaillé son endurance aux poisons, le rendant ainsi apte à se rétablir plus vite. Malgré tout, il n’avait pas encore trouvé d’entrainement pour calmer l’impact que les stimulations causées créaient chez lui. Rougissant légèrement, il laissait des frissons parcourir le long de son corps tandis qu’elle lui rappelait qu’il avait été sujet de sa merci, chose qui ne lui faisait pas forcément plaisir. Malgré tout, dans ce mélange de provocation et de tendresses, il pouvait y trouver une niche dans laquelle son corps et son esprit se laissaient bercer. Tantôt emporter par la douceur, tantôt par la violence de la menace, il flirtait avec Asami sans pour autant la quitter du regard.

-Ça va merci, je ne faisais que des étirements statiques pour éviter d’être rouillé demain. Après tout, je vais peut-être devoir changer d’emplacement pour m’entrainer...ou pas.

Lui faisant comprendre que ça ne lui dérangeait pas, Raizen s’amusait simplement à attirer son attention à un autre endroit avant de venir frapper là où ça faisait mal, car lui-même savait le faire, mieux que quiconque même.

-Mais parlant cohérence, tu devrais éviter de jouer avec le feu, car en théorie nous sommes partenaires d’entrainement et ...

Marquant une brève pause, il déposa soigneusement ses dernières paroles sur un plateau d’argent.

-Tu es en couple à mon souvenir. Ensuite, je ne sais pas si c’est en théorie ou en pratique.

Gardant toujours son fier sourire, il continuait de plonger ses iris dans les siens, sachant pertinemment qu’il représentait un danger et une menace constante pour tous ses sens, après tout, c’était réciproque.

-Qu’arriverait-il si tu te faisais surprendre ici à m’approcher alors que je ne peux visiblement pas me défendre puisque je suis paralysé dû à ton poison ?

Laissant sa main se balader avec de plus en plus d’aisance, il lui démontrait pertinemment qu’il ne faisait que jouer la comédie, sachant qu’en réalité, il avait éliminé une très grande partie des toxines.

-Je commence à me demander si ce n’est pas toi qui devrait recevoir un antidote.

S’approchant dangereusement de son oreille pour venir la suçoter calmement, il continua de jouer avec celle-ci tout en murmurant quelques mots dangereux.

-Après tout, ce serait regrettable que ton nouveau couple se brise puisque tu ne peux te contenir dans un lieu...si facile à trouver...

Mettant l’accent sur chacun des mots qui avait de l’importance, il continua de tétaniser l’oreille de celle-ci à l’aide de mouvements tous les uns plus dévastateurs que les autres. Passant de la douce brise provoquée par son souffle, aux baisers jusqu’aux morsures, Raizen allait s’assurer de rendre cette zone aussi rouge que le fer. On lui avait toujours dit qu’il fallait battre le fer lorsqu’il était chaud, chose qu’il allait se complaire à faire en chauffant de plus en plus ce qui semblait être une corde sensible.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 28 Avr 2018 - 23:30
Bien évidemment qu’il avait choisi ce moment précis pour ramener ce sujet sur le tapis, à savoir sa relation avec le nécromancien. Roulant des yeux, elle lui adressa un regard entendu, l’air de lui demander silencieusement s’il plaisantait. Tous deux savaient pertinemment que cette relation n’était rien de plus que prétention pour qu’elle arrive à ses fins. Certes était-ce cruel de sa part, de se jouer ainsi des sentiments d’autrui, cependant… Elle n’en ressentait aucun remord. Après tout, c’était ce qu’elle avait toujours fait, de se jouer des autres pour éventuellement les jeter lorsqu’elle en était lasse. Certes y avait-il quelques exceptions à cette règle, quelques personnes qui avaient su capter son attention à un niveau complètement différent. Un peu comme celui qui se trouvait devant elle, qu’elle torturait de délicates caresses sur sa peau, s’amusant des réactions qu’elle pouvait provoquer chez lui.

Un soupire s’échappa de ses lèvres alors que celles de l’homme venaient s’approprier son oreille, sa main toujours dans son dos, semblant nullement gêné du poison qui parcourait ses veines. N’ayant pas perdu son sourire, sa main s’étant invitée sous son chandail continuait son petit jeu délicat, répondant ainsi à ce qu’il venait lui faire vivre. Il était fourbe. C’était, du moins, la conclusion à laquelle elle en était arrivée, alors qu’il évoquait son pseudo-couple tout en ne quitta pas sa peau. Il affirmait une chose et agissait en contradiction.

- Sans défense, hein ?

Elle éloigna légèrement son visage, assez pour venir rencontrer ses prunelles, lui adressant un regard curieux alors qu’elle n’y croyait pas une seule seconde. Après tout, il semblait avoir bien récupérer des derniers assauts dont il avait été victime, ses mouvements semblant définitivement plus fluides.

- Je ne vois absolument pas de quoi tu parles…

Laissant sous-entendre qu’elle n’en avait pas fini, elle profita toutefois de ce silence pour venir caresser sa joue, lui faisant face tout en gardant cette proximité. Depuis, de toute façon, elle se doutait qu’elle ne pourrait pas se défaire de son emprise, son bras autour de sa fine taille. Et c’était là-dessus qu’elle comptait bien rebondir, de lui faire goûter à ce qu’il lui faisait vivre, de ces douces paroles qu’il lui avait adressé.

- Après tout… Ne suis-je pas que la pauvre victime qui s’est avancé à l’aveuglette en territoire ennemi, croyant avoir sa chance alors qu’au final, je ne faisais que m’avancer dans un piège…?

Susurrant ses belles paroles, changeant soudainement la perspective où elle était la victime de celui qui aimait se déclarer comme plus fort qu’elle, notamment lorsqu’elle se trouvait aussi près.

- On le sait tous les deux que tu as l’avantage, sur ce terrain-ci… Je ne suis physiquement pas de taille à m’extirper de ton emprise.

En avait-elle seulement envie ? Aucunement. Sa main qui parcourait son corps allait aussi en ce sens, s’amusant à redécouvrir chaque parcelle de peau qu’elle connaissait pourtant si bien. Sa main sur son visage restait sagement posé là tandis qu’elle gardait son visage relevé vers lui, ne le quittant pas des yeux, toujours avec cette lueur de défi qui accompagnait sa douce voix teintée d’une sensualité qu’il lui connaissait si bien.

Se jouant sur les mots, sur tout ce qu’il avait dit jusqu’à maintenant, elle se jouait de cette position qu’il imposait, s’étant lui-même désigné comme étant celui menant la danse. Et pourtant, elle en venait à faire de même, soulevant certains points qu’il avait lui-même souligné, tournant simplement la situation à son avantage, se destituant de toute responsabilité, chassant ainsi du revers de la main cette culpabilité qu’il semblait vouloir lui faire ressentir.


Dernière édition par Tadaoki Asami le Dim 29 Avr 2018 - 4:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 29 Avr 2018 - 0:22


Raizen observait Asami, la voyant soudainement se nourrir de sa propre initiative, se faisant ainsi soudainement passer pour une victime. Elle était douée et c’était pour cette raison qu’ils s’affrontaient continuellement. Il ne semblait y avoir ni de début ni de fin à tout cela. Ce n’était qu’un éternel débat dans le but de prouver l’inverse à l’autre jusqu’à ce que les deux succombent.

-C’est drôle...

Malheureusement, alors qu’elle était en tout point tentante et que Raizen n’avait qu’une seule envie, lui montrer à quel point ils étaient malheureusement prisonniers l’un de l’autre, ce n’est pas ce qui arriva. En réalité, il n’avait pas vraiment le choix d’agir de la sorte, autrement, elle n’apprendrait pas. Si elle pensait être en bonne condition pour supporter ses taquineries, le Meikyû se demandait comment elle réagirait face à cela. Ainsi, alors qu’il la gardait fermement contre elle, chose qu’elle appréciait particulièrement, le jeune kumojin relâcha sa prise, laissant ainsi sa taille de fuir le présumé piège.

-Et si je décide soudainement de faire preuve de clémence et de te libérer, quelle sera ton excuse ?

Ne la quittant pas du regard, Raizen ne reniait pas non plus le contact qu’elle avait encore contre sa peau. On aurait dit qu’il s’en nourrissait même, phénomène relativement curieux. Si elle avait tenté de profiter du fait qu’il menait la danse sans problème, Raizen venait de changer totalement le rythme brisant ainsi ce dans quoi elle se complaisait. Pour son propre bien-être, il espérait qu’elle soit en mesure de changer de rythme aussi rapidement que lui. Autrement, elle serait tôt ou tard surprise par la cadence soudaine qu’ils avaient entreprise. Après tout, il continuait de l’affronter du regard, ne démontrant aucune crainte, mais bien des interrogations. Elle ne le laissait pas indifférent et il ne pouvait le nier. Par ses oreilles rouges, elle pouvait aisément voir l’impact que leur proximité avait sur sa personne. Toutefois, il pouvait voir le même effet chez elle, signe pertinent qu’ils étaient tous les deux sujets aux supplices imposés l’un par l’autre.

-Ne devrais-tu pas retourner auprès de ton bien-aimé, Aami Asami...

Passant à la vitesse supérieure, Raizen venait de nouveau marteler son attaque première. L’ayant balayé avec trop d’aisance, il se demandait si elle allait prendre conscience des circonstances et de ce que ce genre de responsabilité incluait. Tout comme elle avait refusé qu’il joue avec elle dans son moment de faiblesse, Raizen se demandait si elle prenait en considération le fait qu’elle allait infliger la même chose à Shoran. Pas qu’il s’en préoccupait ou quoique ce soit du genre. Au contraire, Raizen ne faisait qu’observer. Or, il savait qu’il était l’élément le plus perturbateur du tout et il n’hésiterait pas à appuyer là où ça faisait mal. Après tout, Asami se plaisait des sensations fortes, à croire qu’elle devrait aussi s’habituer à ses attaques, elle qui se débrouillait si bien. Allait-elle tenir le coup ?

-Tu penses qu’il cuisine ? Après tout, tu n’aimes pas vraiment cuisiner...

Ne quittant pas ses iris des yeux, il la confrontait du regard, démontrant une aura assez particulière et complexe à décortiqué. Or, rien ne pourrait faire taire ce sourire qui attendait promptement sa réaction.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 29 Avr 2018 - 4:00
Désormais libre, elle haussa un sourcil, curieuse quant à ce qu’il tentait de faire. Qu’elle assume toutes ses responsabilités dans cette histoire donc, que ce qui pourrait potentiellement suivre vienne d’elle et non pas de la faute qu’elle rejetait sur lui sans remord, jouant de ce qu’il disait pour tout tourner à son avantage. Ne serait-ce que parce qu’il lui était plus difficile d’admettre vouloir de cette proximité, de sentir ses mains contre son corps, son souffle contre sa peau. Cette proximité la déstabilisait à chaque fois et pourtant il lui semblait de plus en plus difficile de s’en penser. Cependant elle ne pouvait se laisser si facilement avoir dans ses bras, pas plus ne pouvait-elle s’y abandonner si facilement. S’il voulait jouer à ce jeu-là, il se rappelerait bien assez vite qu’elle aussi savait répondre.

- You’re such a nice guy…

L’ironie se faisait entendre dans sa voix qui se voulait beaucoup trop douce alors qu’elle se rapprochait de lui, venant plaquer son corps contre le sien, rapprochant son visage du sien de cette main contre son visage. Se hissant sur la pointe des pieds, elle vint approcher leurs lèvres, mélangeant leur souffle.

- Never thought you felt that way toward him. Is it out of respect or is it that you can’t accept the way I make you feel ?

Ses lèvres effleurent les siennes, doucement, contact léger. Elle doit se faire violence pour ne pas approfondir le baiser, poursuivre sur cette lancée alors qu’il a tout pour la rendre complètement folle. Mais elle va bien, aujourd’hui. Elle se sent en forme. En contrôle. Ses lèvres quittent donc les siennes pour venir glisser contre sa mâchoire, détaillant ainsi la ligne de son visage, montant jusqu’à son oreille.

- Fight all you want, darling.

Elle mordilla le lobe de son oreille, y passant même doucement sa langue, s’assurant de venir y faire rougir la peau. Elle l’avait bien remarquer, l’effet qu’elle lui faisait. Sa peau qui frémissait à son contact. La rougeur de son visage. Ce regard qu’il.lui adressait. Elle n’était pas seule esclave de ce désir qui animait leur relation, ce brasier qu’ils ne pouvaient s’empêcher d’alimenter.

- The truth is that you can’t get enough.

Elle se détache finalement, ses lèvres quittant sa peau, retirant sa main de sous son chandail. Un sourire malicieux, un regard provocateur, elle cherche à venir le défier, s’éloignant sur ses douces paroles se voulant pourtant dévastatrice.

Lui tournant finalement dos, quittant sa position près de lui pour se diriger vers le centre du champ de bataille, se rapprochant de ses marionnettes. Elle envoya cependant un regard à l’homme par-dessus son épaule à peine quelques pas plus loin.

- Ça me fait penser, tant qu’à être ici, Hisao ne nous avait pas donné comme mission de réussir à jumeler nos capacités pour en venir à une technique ensemble ?

Elle semblait peser ses mots, son sourire s’étirant davantage.

- Tu sais, souligner à quel point nous avons désormais un si bon esprit d’équipe…

Une allusion quant à la relation particulière qu’ils entretenaient ? Tout à fait. Son sourire était plus qu’équivoque à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 29 Avr 2018 - 15:18


Le mot parfait pour caractériser l’état d’esprit de Raizen était volcan. Il n’avait qu’une seule envie et c’était d’exploser. Se faisant provoquer par Asami comme il ne l’avait jamais été par le passé, l’envie de la prendre contre un mur était présente. Il voulait lui faire payer le risque qu’elle venait de prendre, le marquant tant par ses paroles que par son souffle. Il voulait lui faire prendre conscience du poids des mots qu’elle avait prononcé à son égard, du désir qu’elle avait réveillé en lui , mais surtout d’à quel point il pouvait lui faire vivre le même genre d’épisode en pire.

Serrant les dents et les poings sous les violents frissons qu’il se retenait d’embrasser, Raizen était plus que mécontent et tout son non verbal était pleinement transparent. Pour une fois, il avait l’impression qu’elle avait franchi une limite qu’elle n’aurait pas dû franchir, le torturant dans son propre désir.

D’un pas déterminé, il marcha rapidement vers Asami tandis qu’elle lui faisait dos. Pour une fois, il la considérait vraiment comme une proie, quelqu’un contre qui il devait se rebeller pour s’assurer la domination de son territoire. Il n’écoutait même pas vraiment ce qu’elle disait sur l’entrainement puisqu’il jugeait le tout éphémère. En bref, Raizen était sur le point de tomber en plein dans son piège, mais c’était plus fort que lui. Il avait beau se mordre la lèvre aussi fort qu’il le pouvait qu’il ne pouvait faire taire le brasier qu’elle avait fait naître en lui. Pourtant, ses pas commencèrent calmement à se ralentir tandis qu’il était tout proche d’elle.

L’espace d’une seconde, Raizen avait perdu le contrôle. Ce qui l’avait empêché de tomber dans son piège et d’aller aussitôt cueillir ses lèvres en la plaquant contre un arbre était bel et bien la distance. Entre temps, son esprit avait eu le temps de reprendre le dessus, brisant le poison psychologique qu’elle lui avait donné à travers le doux contact de sa peau. Si elle voulait jouer à ce jeu, il s’arrangerait pour ne pas finir frustré. Après tout, elle devait probablement s’être mise en danger en allant aussi loin. Cela montrait qu’elle aussi aurait préféré que le dénouement se passe autrement.

-Tu sembles triste ou plutôt confuse. Un jour sur deux, je suis un connard et maintenant je suis une bonne personne ?

Souriant légèrement, il vint doucement regarder la marionnette qui lui avait fait d’importants dégâts.

-Mais bon, merci. Je suppose qu’aujourd’hui je me sens mieux dans ma peau grâce à tes compliments.

Étant dénué de motivation, Raizen était clairement cynique, signe que ses provocations étaient maintenant 6 pieds au-dessus de sa tête. Il était heureux du sang-froid dont il avait pu faire preuve sachant qu’au final, il voulait qu’elle prenne réellement conscience du genre d’acte qu’elle était en train de commettre.

-I guess you have a little something for nice guys. Sadly, I am more an asshole than a nice guy and you know what? I embrace it.

Lui ramenant en plein visage le fait qu’il ne se laisserait pas avoir aussi facilement, Raizen défendait son territoire du mieux qu’il le pouvait. C’était probablement là où plusieurs avaient échoué, dans cette absence de contrôle. Après tout, si Asami était similaire à un poison, lui laisser trop de place pouvait être fatal et mener à la contagion de tout l’organisme. Ainsi, en l’espace de quelque temps, elle pouvait rendre n’importe qui docile ou à ses pieds, ce que Raizen tentait présentement de combattre.

-Mais bon, comme tu sembles aimer empoisonner tout ce qui bouge, je me suis dit que ce serait une bonne idée de mettre ton poison dans mon bras et d’utiliser mon sceau pour me rendre immunisé vu que je suis le seul qui peut y résister. Joindre le désagréable à l’utile donc. Ça me donnerait plus ou moins un bras qui serait surpuissant, empoisonnerait au contact et peut-être serais-je même en mesure de contrôler le relâchement du poison avec mon chakra ...qui sait.

Il l’avait proposé ainsi , car tout concordait, mais si on veut, le tout venait des nombreuses discussions et intéractions qu’ils avaient eu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 29 Avr 2018 - 16:00
Il avait été difficile pour la Tadaoki de s’éloigner de lui. Tout son corps répondait au sien, cherchant réaction chez lui, en demandant toujours plus. Garder la tête froide avait presque été mission impossible. Mais elle était en forme, aujourd’hui. Décidément mieux que depuis qu’elle était rentrée du pays du feu. Assez pour être en mesure d’assurer un certain contrôle sur sa personne, sur ce brasier qui embrasait tout son être et ne demandait qu’à assouvir désir qu’elle peinait d’admettre. Elle aurait pu y succomber. Elle avait eu envie d’y succomber. De s’abandonner dans ses bras, de répondre aux avances que tous deux initiaient. Et pourtant, elle s’était éloignée. Parce que…

Pourquoi, exactement ?

Par fierté ? Voilà bien longtemps qu’elle avait abandonné cette notion tandis qu’il arrivait à bien souvent l’emporter sur elle. Peut-être était-ce là le problème, de ces victoires consécutives qu’il se faisait un plaisir de lui rappeler. Oui, peut-être. Et pourtant, à quelque part, elle le savait, de cette voix discrète qu’elle faisait taire comme toujours, étouffant ce qui la dérangeait. Se laisser aller, admettre vouloir quelque chose de lui, c’était devoir faire face à quelque chose qu’elle n’était pas prête d’affronter. Une partie d’elle-même qu’elle préférait encore ignorer derrière une bonne dose d’arrogance. Parce qu’elle n’était définitivement pas insensible au Meikyû ni à tout ce qu’il lui faisait vivre. Ces émotions qu’elle aurait préféré ne jamais connaître, cette remise en question qu’elle aurait préféré ne jamais avoir. Et donc, elle faisait ce qu’elle savait faire de mieux, nier et prétendre, parce que tout était toujours plus facile ainis…

Son sourire étant amusé, elle s’était arrêtée pour lui lancer une dernière provocation, une idée qui se voulait pertinente, et ce, quand bien même le sous-entendu était-il bien présent. Se retournant lentement vers lui, elle l’observa tranquillement, se mordillant légèrement la lèvre inférieure. Il revenait à la charge, de ces mots bien trouvés, de ces piques qu’il lançait, cherchant donc à répliquer face à ce qu’elle venait de lui faire subir.

Gardant en tête ce qu’il venait de lui dire, elle préféra cependant écouter son idée quant à une possible technique qui saurait prendre avantage de tout ce que tous deux savaient faire. Du poison dans son bras qu’il pourrait venir utiliser à chacune de ses frappes. L’idée n’était pas mauvaise, définitivement pas. Il faudrait cependant trouver un moyen pour lui injecter ledit poison, tout en le définissant de sorte qu’une fois en contact avec son organisme, il en vienne à s’échapper par les pores de sa peau…

Si son esprit scientifique semblait vouloir prendre le dessus, elle était encore un peu trop perturbée pour venir réussir à détailler ce qu’elle commençait déjà à envisager. Franchissant les quelques pas qui la séparait de lui, elle vint prendre dans une main son bras marqué du sceau de la guerre d’une main, venant le caresser du bout des doigts de l’autre, comme si elle contemplait l’idée qu’il venait d’évoquer.

- Tenterais-tu donc d’illustrer ainsi une situation réelle ?

Elle ne pouvait s’en empêcher. Si elle avait voulu s’éloigner, elle en revenait inlassablement à lui. Ses lèvres s’étirèrent dans un doux sourire qui n’avait pourtant rien de rassurant.

- My poison inside your veins…

Des mots qu’elle avait déjà répété plusieurs fois, représentant une situation où tous les deux n’arrivaient plus à y échapper. Sa main sur son bras monta le long de celui-ci, caressant doucement sa peau sur son passage, se délectant des frissons qu’elle parvenait à le procurer.

- Did you really miss it that badly ? Assez pour venir le chercher en plein sur le territoire adverse ?

Reprenant des mots qu’il lui avait servi plus tôt, elle s’était rapprochée, tenant toujours son bras, détaillant désormais les tatouages s’y trouvant de gestes délicats. Cette lueur de défi qui animait son regard partageait aussi sa place à ce feu qu’il avait allumé en elle et qui menaçait de la consumer.

Elle revenait l’affronter sur son propre territoire, de ces joutes verbales qu’il avait pourtant toujours eu une facilité à emporter, s’étant même rapprocher, de quoi lui montrer que même lorsqu’elle n’était pas en position de force, elle arrivait à imposer sa présence, assez pour qu’il en vienne à la considérer comme une menace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 30 Avr 2018 - 5:55


Alors que Raizen croyait avoir été sauvé POUR une fois par Hisao et ses idées ingénieuses, Asami vint promptement balayer le sauvetage des possibilités, s’amusant ainsi à lui rappeler pour une énième fois qu’elle était le poison dans ses veines qui le traumatisait et causait des turbulences en lui. Elle n’avait pas tort. Ressentant violemment l’effet intense par le touché qu’elle effectuait sur son corps, Raizen eut du mal à ne pas fermer les yeux pour se laisser bercer par cette douce sensation. Il eut toutefois encore plus de mal à ne pas venir la plaquer contre quoique ce soit pour venir s’imposer et lui faire payer cet affront. Malheureusement, c’est exactement ce qu’elle voulait, cherchant toutes les manières possibles pour venir le provoquer et le perturber jusqu’au plus profond de son être. Pour une fois, elle voulait mener la danse et lui faire prendre goût à ce qu’elle vivait. Elle avait réussi à passer outre une période difficile dans laquelle elle avait été fragile et maintenant qu’elle était en forme, elle comptait le lui relancer au visage, lui montrant clairement qu’elle était plus dangereuse que jamais. Essayait-elle de se convaincre qu’elle pouvait dorénavant lui résister ? Raizen n’était pas certain. Après tout, elle semblait en si bon état qu’on aurait presque dit que sa période de fragilité avait été une mauvaise comédie. Or, il y avait une autre possibilité intéressante, soit celle qu’elle n’en prenne pas totalement conscience... Finalement, sortir avec deux jumelles au caractère différent aurait probablement été plus simple pour sa personne..

-If I have missed it ?...

Alors que tous ses traits étaient crispés et paraissaient troublés en tout point, Raizen prit une prompte inspiration avant de laisser aller une riposte. Se nourrissant de sa motivation, lui permettant ainsi de refuser de céder, il comptait prendre le dessus, une bonne fois pour toutes. Raizen rencontrait dorénavant la situation que tant d’autres avaient traversée, alors que leurs corps et leurs sens cherchaient désespérément à s’unir à Asami, rencontrant ainsi les bonheurs dans le chaos qu’ils créaient à chaque reprise. Renouvelant constamment cet élan de destruction, celle-ci s’assurait de s’accaparer non seulement une réaction, mais surtout et avant tout les esprits les plus faibles. Or, Raizen n’était pas de ce bas monde et peu importe à quel point il la désirait, son corps et sa personne entière se rebellait face à ce poison non docile.

-I’ve missed it so badly that I’m coming to get more…

Changeant soudainement de ton, Raizen était prêt à lâcher ce qu’il caractérisait visiblement comme étant une bombe.

-or perhaps I came to brag about being able to handle whatever you’re throwing at me ?

Faisant mine de réfléchir, Raizen ramena son bras pour porter sa main à son menton.

-Now that you’re mentioning it, I might even be immune to it.

La regardant avec un regard dur, mais inquisiteur, il se demandait si le tout allait la tranquilliser. Après tout, peut-être allait-elle refuser de se faire à l’idée qu’il commençait à être immunisé à son charme.

-When I use or say something, I make sure I have a back up and a counter. Also because I take ownership in my own weapons so please use my own sentences against me wisely.

Puis comme si ce n’était pas suffisant, Raizen vint lui mordre la lèvre avant de sourire chaleureusement.

-Here’s a little something so you understand you’re not dreaming.

La même bête qu'elle avait rencontré dès le premier jour était toujours présente.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 30 Avr 2018 - 12:30
Si son regard à lui était dur, le sien était plus doux, ce qui n’était pas nécessairement bon signe non plus. Il y avait dans sa façon de faire des menaces cachées, sous-entendues, alors qu’elle ne se départissait pas de son sourire. À l’écouter parler, elle aurait pu hausser des épaules et passer à autre chose. Après tout, ne disait-il pas être immunisé à elle, à son charme ? Si elle, elle mentait comme elle respirait, prétendre étant devenue seconde nature, pour sa part… Les choses semblaient légèrement plus difficiles. Oh, elle ne niait pas le contrôle qu’il avait sur lui-même, le même qu’elle tentait d’avoir sur sa propre personne, ce dernier étant de plus en plus difficile à garder.

Dans ses paroles, la demoiselle y voyait une déclaration de guerre. Une guerre qu’elle menait, lentement mais sûrement, mais dont il tentait de se relever pour qu’elle ne cause pas trop de dommage. Ce fut donc pour cette raison qu’elle resta immobile lorsqu’il s’approcha, venant lui mordre la lèvre pour souligner ses paroles, comme quoi elle ne rêvait pas. Tant mieux alors. Il s’était rapproché d’elle et elle ne comptait pas le laisser filer si aisément.

Elle était une contradiction à elle-même. L’avait-il seulement réalisé ? Un instant souhaitant s’éloigner, mettre de la distance entre lui et sa propre personne. Le second, elle revenait vers lui, demandant plus de sa présence qui venait allumer ce feu en elle prêt à la consumer. Un désir qu’elle n’avait que très rarement connu et qu’elle expliquait difficilement. Elle lui en voulait, en quelque sorte, pour ce qu’il lui faisait vivre. Mais elle s’en voulait d’autant plus d’être aussi faible face à lui, dont la seule présence était en mesure de venir perturber son esprit, ce qui avait pour effet que de la rendre complètement folle. Dès lors était-il là que toute réflexion cohérente et logique devenait quasi impossible, relevant presque du miracle, tandis qu’il s’assurait de venir faire ressortir ce côté de sa personnalité qu’elle ignorait jusqu’à tout récemment, une facette qui se plaisait à se laisser aller à son instinct.

Ayant gardé son visage près du sien, elle l’approcha d’autant plus de sa main sur sa joue, assez pour venir déposer un baiser sur ses lèvres. Un lent et doux baiser, qui n’avait rien de ceux mêlant passion, désir et haine qu’ils avaient pu s’échanger, ni même avait-il la saveur plus tendre qu’ils avaient connu aussi. Non. Ce baiser avait un goût de défi, menace silencieuse qu’elle déposait doucement sur ses lèvres, l'entrainant dans cette danse aux pas plus chaotiques.

- There are so many things you seem to have forgotten about me…

Ses paroles avaient été murmurés contre ses lèvres qu’elle avait éloigné légèrement, ses iris rougeoyantes venant rencontrer celles ambrées de l’homme qui lui faisait face. Là où il tentait de fuir, elle revenait à la charge, doucement, le torturant dans un désir qu’il tentait de réprimer et qu’elle vivait aussi. Si elle était si décidée à mener la danse, c’était qu’elle prenait lentement mais sûrement conscience qu’elle était elle aussi prisonnière de ce qu’elle vivait avec lui. Et à défaut de pouvoir étouffer le tout, au moins allait-elle tenter de limiter les dégâts.

- I know I haven’t been feeling so well lately…

Sa voix n’était qu’un murmure. Un murmure qui aurait sûrement plus d’impact sur l’homme que si elle avait légèrement haussé le ton. Et puis, si près, il ne pouvait que l’écouter. Sa main contre sa joue caressa sa peau avant de venir suivre le ligne de son visage jusqu’à sa nuque, ses cheveux dans lesquels elle passa doucement ses doigts.

- Isn’t it kind of low, even for you, to take advantage of somebody like that ?

Elle se mordilla la lèvre inférieure, venant sous-entendre que ses victoires passées sur lesquelles il semblait s’asseoir n’étaient dues que par le fait qu’elle n’avait pas été au meilleur de sa forme. Sûrement avait-il pris la confiance, dans cette fragilité qu’il avait provoqué chez elle. Elle ne pouvait plus nier l’ascendant qu’il avait sur sa personne, ni même l’impact qu’il avait dans sa vie, et là était quelque chose qu’elle craignait.

En mesure de venir briser les fondations même de son être, réalisait-il seulement à quel point était-il parvenu à la faire danser dans sa main, comme elle-même le faisait avec tous ? Elle espérait que non, et là était une raison supplémentaire à cette opposition qu’elle offrait aujourd’hui. Elle venait lui rappeler, sous cette douce torture dont elle était passée maîtresse, qu’il ne devait pas la sous-estimer. Que malgré tout, la marionnettiste restait un prédateur dont il fallait se méfier et dont la morsure empoisonnée pouvait se montrer fatale.

- I want you to remember something.

Si elle aurait pu venir lui partager la suite à son oreille, cela aurait été de devoir lâcher son regard, chose qu’elle ne comptait pas faire. Tout comme elle ne comptait pas le laisser se défiler, sa main s’étant glissée dans ses cheveux, s’emmêlant dans ces derniers. Quant à l’autre main, elle était calmement posée à la hauteur de sa hanche, légèrement sous son chandail, caressant la peau qu’elle rencontrait d’un geste d’apparence timide et pourtant beaucoup plus contrôlé.

- Everythime you show signs of getting used to the poison, I’ll make sure to change the recipe. Otherwise, don’t you think things will start to get boring ?

Une question à laquelle elle ne s’attendait pas à une réponse alors qu’elle réitérait une menace qu’il avait déjà entendu de sa part. S’il commençait à devenir immunisé, là était le moment où elle devait innover et arriver avec quelque chose de plus fort encore.

- And I am far from done with you…

Son sourire s’étira, légèrement malsain, alors que son regard brûlait d’un désir qu’elle tentait de garder sous contrôle. Difficile, avec cette proximité…

- You should know by now that it’s when I it my lowest point that I’ll hit the hardest. I just want to make sure you understand that you’ll feel it go through you, that poison you claim to be immune to.

Sa main sur son flanc descend lentement au fil de ses mots, suivant ses paroles d’une menace qui vint caresser son corps et ses sens. Son contact se voulant brûlant, mais surtout, plus provocateur que les précédents, suivant ce qu’elle avait dit, sa caresse se poursuivit par-dessus son pantalon, d’un geste délicat qu’il sentirait tout de même passer. Illustrant ainsi ses paroles, elle s’assurait qu’il vienne sentir son attaque lui traverser tout le corps des frissons qu’elle saurait lui arracher, tentant peu à peu de lui faire perdre la tête comme il avait sut le faire si bien avec elle.

Une douce vengeance alors que son corps était terriblement près du sien, une main dans ses cheveux, l’autre taquinant plus bas, de gestes légers mais bien présents, un défi que son regard enflammé venait d’adresser au Meikyû, envers qui son désir ne faisait que croître.


Dernière édition par Tadaoki Asami le Mar 1 Mai 2018 - 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 1 Mai 2018 - 6:06



Se faisant violence pour résister, Raizen fut totalement perturbé par le délicat baiser qu’ils partagèrent. Ayant un goût aussi sucré qu’amer, il se complaisait dans chaque geste qu’il effectuait en parfait accord avec celle-ci. Se laissant ainsi bercer par ce baiser au rythme lent, mais destructeur, il se retira légèrement au même moment qu’elle. Pensant s’être tiré d’affaires, celle-ci revenait à la charge de plus belle, murmurant quelques paroles qui eurent pour effet de violenter son corps de puissants frissons. À vrai dire, Asami lui donnait la chair de poule, lui faisant ressentir ses failles comme si elles étaient siennes. Pour une raison qu’il ignorait, sa voix l’impactait dangereusement, venant perturber totalement sa longueur d’onde. Si Raizen vibrait à la base sur une autre fréquence que la sienne, ils étaient dorénavant sur la même longueur d’onde, partageant la dangerosité que pouvait offrir l’empathie de deux ennemis prédestinés à s’affronter. Cette arme à double tranchant pouvait prendre de nombreux profils en fonction de l’hôte et Asami s’en servait littéralement pour poignarder Raizen à de nombreux endroits. N’hésitant pas à le marquer de nombreux assauts, tous les plus dangereux les uns que les autres, le Meikyû voyait sa défense faiblir. Pour une fois, il se sentait acculé contre un mur, n’arrivant même pas à réfléchir à une manière quelconque de s’en sortir. Or, ce qui l’effrayait le plus n’était pas forcément l’impact qu’Asami avait sur lu. Pour une fois, il venait de prendre conscience de l’étendue et l’intensité de l’effet qu’il avait sur elle. Voyant le tout sous un angle complètement différent, il avait plus de difficulté à gérer l’information puisqu’il ne pensait plus à sa propre curiosité. Étant le premier surpris, Raizen pensait pour deux.

Perturbé par une telle réalisation, il remettait tout en question. Désirait-il celle-ci ou le désirait-elle au point qu’il pense la désirer ? Et si c’était les deux, qui désirait plus l’autre ? Tant de questions et pourtant peu de réponses. Tant de paroles et pourtant peu de changement. Tant d’actions et pourtant peu de résistances. En bref, tous deux en revenaient à cette même case de départ. Ce lieu infini dans lequel ils se rencontraient, s’engouffrant continuellement dans un gouffre dans lequel ils ne voulaient pas sortir. S’isolant de tout pour n’être que deux, c’était indirectement ce que leur corps cherchait respectivement, tentant de combler ce besoin de solitude par un paradoxe des plus étonnant. Cherchant ainsi à vivre cette solitude avec un compagnon , tous deux vibraient dans cette direction. Ainsi, il était normal qu’ils se sentent acculés contre le mur. Contrairement aux attentes, c’était ce qui rendait le moment plus réel, plus désirable et beaucoup plus intense. Raizen le démontrait clairement. Se laissant bercer par la main qui séparait son corps de la réalité, il laissait tous ses sens être possédé par cet élan de passion qui était plus qu’instinctif, il le voulait, le désirait. Peu importe où il était, il avait l’impression que rien ne pouvait freiner cet élan qui brûlait en lui.

Craquant, Raizen amena Asami contre un arbre, laissant soudainement son souffle se mêler au sien comme s’ils étaient naturellement faits pour s’affronter encore et encore. Ennemi juré et désiré, c’était le choc entre deux entités fondamentalement différentes, mais pourtant complémentaires. Malgré tout, quelque chose l’empêchait de venir consommer ce fruit défendu qu’il voulait tant. Elle avait beau avoir réveillé littéralement toutes les facettes de son corps, son esprit restait et demeurait toutefois son aspect le plus fort. Bien qu’il faiblissait et n’avait envie que de succomber, une question le gardait accrocher à l’idée de ne pas succomber.

Doucement, Raizen s’approcha du cou d’Asami, frôlant celui-ci de son nez. Remontant tranquillement le long de sa peau, il se retint ardemment d’y parsemer des morsures et des baisers. Se limitant à faire sentir sa présence, il termina sa course à son oreille sans forcément respecter toutes les règles qu’il s’était données.

Marquant une brève pause, il laissait sa respiration meubler le silence qui semblait être sur le point de dévoiler une bombe. Brisant ainsi ce moment d’attente et d’appréhension, il décida de glisser certains mots qui l’avaient confus en espérant venir alimenter ce chaos qui venait de dépasser l’entendement de la déconstruction.

-What is it that you really want from me ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 1 Mai 2018 - 12:11
Si elle était physiquement acculée, sans plus aucune chance de s’échapper, un arbre contre son dos et Raizen devant elle, dont son souffle venait perturber ses sens, elle le savait qu’à quelque part, elle venait de gagner la bataille. Cependant, plutôt que d’afficher sa victoire immédiatement, elle se laissa bercer par sa présence, ce léger contact brûlant sur sa peau. Sans compter qu’elle le savait, qu’entre eux deux, ce n’était jamais aussi simple. Il n’y avait jamais qu’un vainqueur et un perdant, non. Ce serait beaucoup trop facile que de s’en tenir à une quelconque logique. Bien plus souvent qu’ils ne voulaient se l’admettre, tous deux en ressortaient perdants. Et donc, de ce fait, elle ne pouvait considérer sa victoire à l’heure actuelle, ne serait-ce que parce que le Meikyû était un adversaire de taille qu’elle ne pouvait se permettre de sous-estimer.

Et puis, ce feu qu’il allumait en elle menaçait de la consumer pourrait très bien mener à sa perte. Un long frisson lui remonta l’échine tandis qu’un silence seulement brisé par leur propre respiration baignait le moment présent, faisant monter l’anticipation entre eux deux. Elle sentait tous ses sens s’embraser, son corps n’appelant que le sien, en demandant plus que son simple souffle contre sa peau. La raison ayant depuis longtemps fait ses bagages, elle laissait ainsi la passion et son instinct venir brouiller son jugement, l’amenant à chercher à vivre le moment présent plutôt que de réaliser pourquoi ce qu’ils vivaient étaient beaucoup plus dangereux que ce qu’ils auraient pu suspecter au départ.

La question qu’il lui adressa aurait pu être un bon indice qu’ils allaient peut-être trop loin. Si elle avait pris la peine de s’y attarder, à cette relation qu’était la leur, peut-être aurait-elle compris. Toutefois, elle avait enterré le tout, bien décidée à ne plus se poser de questions à ce sujet, à défaut de vouloir en assumer les réponses. Il y avait plus derrière cette passion dévorante, ce désir qui ne cessait de les amener toujours plus loin vers la déchéance. Elle se refusait cependant de considérer ce qu’il pourrait y avoir autre que ces moments qu’ils partageaient seulement dicter par leurs envies et leur instinct. Pourquoi devrait-il y avoir plus ? Une forme d’attachement ? Elle ne voulait même pas y penser, même pas considérer la chose comme possible. Et ce, quand bien même commençait-elle à peiner à se voiler la face, quant à l’importance que l’abruti avait pris dans sa vie.

Ainsi à proximité, ses lèvres vinrent caresser la peau de son cou, embrassant et mordillant ce qu’elle trouvait sur son passage, des baisers fiévreux qu’elle glissait contre lui. Elle vint le marqué d’un suçon à la base du cou, laissant apercevoir un mince sourire, avant de remonter lentement vers son oreille qu’elle s’appropria à nouveau, comme si elle avait tous les droits.

- Stop asking silly questions.

Sa voix toujours aussi caressante fut soufflée contre son oreille avant que ses lèvres en viennent à nouveau à suivre la ligne de sa mâchoire, venant par la suite se saisir de ses lèvres. Cette fois-ci, il était possible d’y comprendre tout ce désir qu’il allumait en elle, cette passion qui ponctuait chacun de leurs gestes, de ses regards qu’ils s’échangeaient. Au final, elle cherchait surtout à le faire taire, occuper son esprit sur autre chose que ces questions auxquelles elle ne voulait pas répondre. Qu’elle ne voulait même pas entendre, préférant vivre dans le déni. Il était bien plus simple de vivre en n’ayant pas à se confronter soi-même.

Ses mains vinrent jouer avec le bord de son pantalon avant de s’attarder sur son attache, quelques instants, avant de tout simplement le détacher. Occuper son esprit sur autre chose que ce qu’elle ne voulait pas entendre, voilà un plan qui n’était pas si mal. Lui faire penser à autre chose que l’implication qu’elle pouvait avoir dans cette relation. Caressant d’abord son ventre, sa main s’invita sous le tissu, glissant sur sa cuisse d’un mouvement lent mais bien présent. Son autre main avait remonté le long de son abdomen puis de son torse, s’arrêtant près de sa clavicule tout en sentant les battements de son coeur contre celle-ci. Quant au baiser qu’ils échangeaient, il y avait cette passion mêlée à cette haine, digne de deux rivaux n’arrivant pourtant pas à se passer l’un de l’autre, de ces combats qu’ils avaient sans relâche et sans arrivés à trouver gagnant. Il y avait pourtant ce léger goût de douceur, discret, semblant leur rappeler qu’ils avaient partagé bien plus que ce qu’ils auraient voulu au départ, lorsque toute cette histoire avait commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Hunter vs Predator [Ft. Meikyû Raizen]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: