Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Bon vent par delà les frontières


Sam 28 Avr 2018 - 4:44
Elle ne regrettait pas, à la différence de quand elle avait embarqué sur le bateau du pirate Kirijin, de longs mois auparavant. Accoudée sur la garde du navire qu’elle avait choisi, la Yuki ne regrettait pas ses actions, ses choix ou même ses décisions. Son regard clair se perdit dans l’immensité des mers n’attendant que d’être traversées et ces horizons si peu connus à voir apparaître après la traversée.

Elle ne regrettait pas. Celle qui avait connu si souvent l’ombre d’Eiichiro, celle que l’ont n’avait jamais remarquée dans l’ombre des plus grands, elle ne regrettait pas. Quiconque avait un jour posé son attention sur la blonde pétillante savait qu’elle n’était pas fervente adoratrice de la guerre, qu’elle ne désirait en rien voir les hommes et femmes tomber un par un au combat. Pourtant elle s’était tant battue… Mais jamais son esprit n’avait désiré le massacre de Shîto. Iwa la bienveillante, Iwa la terre d'accueil où on lui avait dit qu’elle pourrait construire un clan des glaces en paix. Iwa n’était en rien différente de Kiri. Ces habitants étaient plus présomptueux les uns que les autres…

Comment respecter ce village ? Comment être capable de le respecter ? Tout comme le Tsuchikage ? Seules les brebis aveugles pouvaient trouver une légitimité aux actions d’Iwa et de Kumo. Plus Ayuka y réfléchissait en sentant l’air marin pénétrer ses poumons, plus son idée sur les villages cachés se forgeait. A force de rester enfermés sur eux mêmes, ils avaient fini par oublier le reste du monde. Est-ce qu’à un seul moment le Borukan et le Metaru avait eu conscience qu’ils n’étaient que des généraux remplaçables et non les Daimyo de leurs pays ? Qu’en attaquant Shîto, ils finiraient par déclencher des guerres non pas entre village cachés, mais entre pays. Non, certainement pas, et dans le fond, cela attristait Ayuka. Le Nidaime lui avait semblé sage lors de leur rencontre, voire même, être un homme respectable, mais l’image s’était brisée et ne restait plus que des éclats au sol, éparpillés dans tout le Yuukan.

Ayuka s’était battue pour la paix. Des mois de préparation, des missions préparés, des ennemis tués. Elle avait tué pour cette paix et il n’avait fallu que quelques minutes pour que deux hommes blessés dans leurs simples égos de la détruisent. Sans bouger, la jeune femme passa une main sur ses yeux humides en repensant aux dernières semaines. Aujourd’hui encore, elle pourrait craquer car elle n’en pouvait plus, de ce continent, de ces décisions stupides, de ces êtres incapables de ravaler leurs fiertés et qui pour quelques paroles sèches mais légitimes, condamnaient des pays et des hommes à connaître la guerre.

Iwa ne lui manquait pas. Iwa où elle n’avait connu que l’ennui, Iwa qui avait envoyé Eiichiro vers la mort. Du village caché de la roche, la Yuki n’avait qu’un seul regret. Une seule personne lui manquait mais était-ce réciproque ?

L’aube se mourait lentement alors que le bateau prit définitivement les flots, que la coque fendit les mers avec une destination inconnue. La jeune observa la côte du Fer disparaître. Un au revoir. Elle se souvenait de tout, tout ce qu’elle laissait sur les terres de ce continent. Le souvenir d’Eiichiro, les voyages, les combats, les pleurs, la douleur, la déception et quelques êtres chers… Puis elle se détourna. Tout comme elle s’était détournée de ses rêves et espoirs passés. Le vent soulevait doucement ses cheveux légers aux couleurs de blé son haori volait à chaque vague passée. Ayuka n’avait presque rien emporté sinon ses souvenirs, ses enseignements, la lame de son père, le pinceau de la dessinatrice trépassée et attaché à sa ceinture, l’ancien bandeau de son aveugle de cousin tant aimé. Mort lui aussi. Elle partait simplement, avec celui qu’elle aimait depuis tant, une des seules âmes que son coeur idéaliste pouvait respecter, Watari ainsi que l'autre femme qui l'avait suivi, Eirin. Avec lui à ses côtés, elle pouvait se permettre d’espérer un avenir. Un avenir à elle, un avenir aux couleurs claires et non teintées de rouge sanguin.

Elle dévia le regard de l’immensité bleutée pour sourire aux deux samouraïs.

“J’espère que là-bas, il y aussi des Yakitori !”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Bon vent par delà les frontières

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Tetsu no Kuni, Pays du Fer
Sauter vers: