Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

La brise des Lames [Asura] [Libre]


Jeu 3 Mai 2018 - 16:14
Sur Konpeki depuis quelques jours déjà, j’avais eu le temps de prendre mes marques dans la capitale du pays du Fer. Cet endroit atypique me permettait de couper totalement avec le village de la Brume afin de mettre en suspens toutes mes rancœurs. Il ne se passait pas une seule journée sans que je repense à mes actes ainsi qu’a tout ce que j’avais laissé là-bas. Je savais très bien que je n’étais pas un élément essentiel du village de la Brume et pourtant à mes yeux ils avaient pris une importance toute particulière. C’est en déambulant dans les contours du village que je faisais une pause, je regardais les montagnes au loin et elle me permettait d’apaiser le flot de mes remords. C’était un peu comme une digue qui stoppait momentanément la houle que représentait ma culpabilité. Cependant même dans ma situation je voulais toujours me rendre utile à Shiori-sensei et au village, muni d’un petit carnet je notais tout ce que je pouvais observer sur le pays du Fer. Toute information pourrait toujours être utile le moment venu.

Jouant à l’équilibriste sur des rochers aux extrémités du village, j’épiais les quartiers résidentiels dont les bâtisses semblaient être faites avec le même modèle. Sûrement pour une question d’équité entre les samouraïs, mais c’est en regardant de l’autre côté qu’une personne attira mon attention. C’était un homme très bien bâti, un rouquin avec des vêtements plutôt mal entretenus. Cette silhouette me rappelait vachement quelques chose, en fait c’était surtout sa cicatrice qui me travaillait beaucoup. Sa cicatrice, et son arme qui me paraissait tout sauf banale. Cette lame je la reconnaissais bien comme étant un trésor de notre nation. Feuilletant très rapidement le fond de mon carnet, je cherchais des quelconques informations quant à des anciens membres des Spadassins du pays de l’eau. J’avais quelques nom, mais cependant impossible de remettre un visage sur ces noms. Je pris tout de même la décision de ne pas le laisser partir et le pris en filature sur une bonne distance avant de trouver une place où nous serions seul.
Je me doutais bien qu’il n’aurait aucun mal à me repérer n’ayant pas de compétences très élevés dans le domaine du camouflage. Je n’allais donc pas me la jouer furtive et c’est en me présentant face à lui de manière tout à fait normal que je plaçais mon regard dans le sien. J’avançais jusqu’à être à quelques mètres de lui. Je savais que j’avais quelque chose en lien avec ce type et j’étais beaucoup plus proche de la réalité.

« Oy… Donne-moi ton nom et dis-moi où est ce que tu as eu cet épée. »


Dernière édition par Ryoko Gōten le Ven 4 Mai 2018 - 10:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Jeu 3 Mai 2018 - 22:32
Cela faisait déjà plusieurs jours que le Roux arpentait les rues de la capitale à la recherche de nouvelles expériences en tous genres. Et si jusqu'à présent il n'avait eu absolument aucun soucis avec les natifs, des gens plutôt sympathiques et pacifiques à son sens. Il fut on ne peut plus surpris de se sentir suivi au coin d'un carrefour alors qu'il reprenait tranquillement la direction de sa modeste auberge située en périphérie de la ville. Une intuition qui se vérifia puisque malgré son application à quitter les artères bondées au profit de ruelles quasiment désertes, son poursuivant ne le lâcha pas d'une semelle.

Et ce jusqu'à ce que cet indésirable se décide enfin à sortir de l'ombre. Il s'agissait d'un jeune gaillard aux traits durs ; à l'allure et aux manières de voyou. Visiblement un un bretteur à en juger son arme, peut-être même un rônin, mais rien n'est moins sûr. Surtout qu'Asura ne semblait pas très emballer à l'idée de révéler son identité à un tel énergumène.


"Avec ta tête de génie j'imagine que t'y as pas pensé, mais en général, pour apprendre à connaitre quelqu'un on commence par se présenter poliment."

Puis sans sourciller, les yeux plongés dans ceux de son interlocuteur, il rapprocha sa main gauche du manche de son épée alors située à sa taille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t91-fuji-asura-terminee

Ven 4 Mai 2018 - 11:05
Ce mec ne perdait pour attendre… Comme je le pensais ce type semblait bel et bien m’avoir remarqué depuis un bon bout de temps. J’étais en train de me dire qu’il avait bel et bien fait en sorte que l’on soit seul, d’un côté cela voulait dire qu’il s’imaginait bien ce qui allait suivre. Et d’un autre côté cela voulait dire qu’il avait vraiment confiance en ses capacités, ou bien qu’il me dénigrait complètement. Rien qu’à imaginer la seconde option j’enrageais intérieurement, j’avais l’air complètement sérieux mais à l’intérieur de moi mon esprit était complètement enflammé, un petit diablotin à mon effigie était en train de proférer les pires injures possible à l’encontre de ce type.

En plus il se permettait de me faire des remontrances et à juger mon physique en plus de cela. Qu’il soit celui que je pense ou non, j’allais bel et bien lui faire sa fête à cet enfoiré. Je ne savais pas pour qui il se prenait cet enfoiré mais j’allais lui rabaisser son caquet à ce mec.

« Déjà quand on est roux on ne devrait ce la fermer au lieu de critiquer la tête des gens. Je ne sais pas pour qui tu te prends, mais cette épée ne te revient pas. »

Le voyant porter sa main gauche à son arme, je fis de même. Ce type… Je ne le connaissais pas, mais je ne déjà plus le supporter cet enfoiré. Sauf que moi je ne faisais pas que brandir des mots, dégainant mon sabre je le pointais face à mon adversaire avant de me mettre en garde. Sortant mon bandeau de mon sac, je l’attachais à mon cou. Démontrant mon appartenance au village de la Brume, peu importe qui il était ce type devait dorénavant savoir pourquoi je l’avais abordé.

« En vérité je me fiche de ton nom, tout ce que je veux c’est récupérer ce qui nous appartient. Alors soit tu coopère gentiment, soit tu auras des ennuis avec le village de la Brume. Je suppose que tu le genre de personne qui n’est pas du genre à choisir la première option. Alors en garde. »

En tout cas il ne pourra pas dire que je ne l’avais pas prévenu, pour lui il vaudrait mieux coopérer. Enfin bon, un duel contre un autre épéiste était une perspective qui ne me déplait pas du tout. Soit allons enfin faire parler nos lames.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Ven 4 Mai 2018 - 17:58
Misant sur une originalité à toute épreuve, l'inconnu osa faire offense à sa superbe crinière flamboyante, bref de quoi irriter un tantinet le Roux. Mais plus intéressent encore, il affirma avoir identifié son épée comme étant l'un des trésors de la Brume et lui demandait maintenant de la lui remettre sans faire d'histoires. Une nouvelle insulte à l'encontre d'Asura qui en était le seul propriétaire, et à laquelle il répondit au moyen d'un crachat sur le côté. Et lorsque le kirijin eut terminé sa tirade, il put finalement reprendre la parole.

"Je vois que malgré tes difficultés à t'exprimer correctement, tu n'es peut-être pas si débile que ça après tout."

Un léger sourire mêlant une teinte d'honnêteté avec un soupçon de mépris aux lèvres ; le renégat poursuivit.

"Par contre je vais te corriger sur un point. Cette épée est ma seule propriété, elle n'a jamais appartenu à ton village !"

En effet, depuis qu'il l'avait arraché au cadavre encore chaud de son ancien mentor, le puissant leader de la famille mafieuse des Fuji. Et par conséquent avant-même qu'il n'achève ce dernier, Kusanagi ne fut jamais une épée de pouvoir détenue par Kiri en tant qu'ensemble. Par conséquent Asura n'aurait aucun remord à pourfendre son compatriote.

Par ailleurs c dernier ayant déjà dégainé son sabre, le Roux était conscient qu'il avait peut-être affaire à l'un de ses anciens confrères sabreurs. De quoi lui remémorer ces bons moments passés à croiser le fer au Dojo de la Confrérie. Et ainsi après plusieurs secondes passées à se regarder dans le blanc des yeux, il continua de faire ce qu'il faisait de mieux : mépriser ce jeune homme.


"Maintenant si tu es un si bon toutou de la Brume, qu'est-ce que tu attends pour m'attaquer ?"

Il n'avait d'ailleurs pas encore dégainé sa lame bien que sa main gauche soit toujours en place et ses sens plus en alerte que jamais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t91-fuji-asura-terminee

Sam 5 Mai 2018 - 0:54
Ce type je ne pouvais vraiment pas le supporter… Il ne faisait que me mépriser et me provoquer, cette bassesse ne m’atteindrait sûrement pas. Le sourire aux lèvres je n’attendis qu’il me fit signe de me provoquer pour déclarer ce combat comme ouvert. Cette fois-ci cela n’allait pas se passer comme tous les entrainements que j’ai pu avoir au dojo et je le savais très bien. Cette fois-ci il y avait avoir un mort et bien entendu je compte récupérer une lame sur ce cadavre. Je raconterais à Shiori que j’ai pourfendu ce rouquin au combien déplaisant, je me disais qu’elle le connaissait peut être. En fait je me posais beaucoup trop de question, il fallait que je fasse le vide dans mon esprit. Les seules choses auxquels je devais penser étaient de transformer ce type en chair à pâté. J’ignorais ses remontrance d’un sourire narquois, je n’avais pas du tout envie de rentrer dans son jeu. La seule qui devait parler dorénavant allait être nos sabres et rien d’autre.

« Ferme là, poil de carotte. »

Mon sabre dégainé je le fis virevolter un coup avant de donner un coup d’estoc en direction de sa tête, m’arrêtant à quelques centimètres de ses yeux. Je voulais tester ses réflexes ainsi que ses compétences en Genjutsu. J’avais déjà lancé une illusion à son égard, une illusion plutôt simple mais très efficace. Dorénavant il allait voir toutes mes actions avec un temps de retard, il ne verrait même venir mes attaques les plus rapides. Il se demanderait comment il pouvait se prendre des coups alors qu’il pensera avoir esquivé les attaques. Bien entendu c’était dans le cas où il ne possède aucune compétence en genjutsu, mais dans le cas contraire je serais informé de ses talents.

J’allais enchainer avec mon premier assaut afin de tester ses compétences, posant ma seconde main sur mon sabre je poussais d’un seul coup sur mes jambes et effectuant une tranche ultra rapide en visant ses jambes, dans le cas où il défait mon genjutsu il pourra sûrement s’en tirer avec une bonne vitesse. Dans le cas où il n’a pas défait mon Genjutsu, il pourra s’en sortir avec une jambe presque inusable s’il arrive à réagir avec une très grande vitesse. Si il ne possède ni l’un ni l’autre il se retrouvera donc certainement avec une jambe en moins le pauvre.
Finissant ma course dans le dos de mon opposant je jetais un bref coup d’œil en sa direction, prêt à réagir à ses contres attaques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Sam 5 Mai 2018 - 5:02
Observant méticuleusement les mouvements de son adversaire alors situé à seulement quelques mètres de lui, Asura admira son sabre virevolter pour finalement fuser en direction de son visage. Ce dont il se prémunit en reculant rapidement de plusieurs pas, tout en commençant à composer plusieurs mudrâ sur ce bref temps d’accalmie. Et alors qu'il pensait son assaillant tout juste paré à lui bondir dessus, il libéra par sa bouche un vent puissant. La lame du kirijin ayant ainsi tout juste le temps d'entailler sa jambe gauche, malgré le fait que ses yeux le considéraient encore à bonne distance.

En effet son souffle venait tout simplement de lui sauver la mise en repoussant et renversant violemment son assaillant juste avant qu'il n'atteigne son but. Ce dernier s'étant ensuite brièvement téléporté sous ses yeux pendant qu'il était encore projeté en arrière, un curieux phénomène dû à la dissipation de l'illusion dont était victime le Roux. Troquant ainsi une entaille douloureuse contre une ouverture de rêve dans la garde de cet illusionniste de malheur. Une faille que le renégat mit bien évidemment à profit en dégainant de suite son épée pour la pointer en direction de son adversaire.

Et tandis que sa cible mangeait le sol, cette arme qu'il tenait dans sa main gauche s'allongea de plusieurs mètres à une vitesse telle que même un initié aurait eu tout le mal du monde à la suivre. Sa destination finale étant tout simplement le cœur de son compatriote sachant qu'en plus d'être rapide et de s'en prendre à une proie grandement déstabilisée, elle était tout bonnement capable de perforer la plus solide des armures. Il ne restait donc plus qu'à observer la réaction de Ryoko Göten qui, pour l'instant, se retrouvait dans une posture plus que désavantageuse.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t91-fuji-asura-terminee

Sam 5 Mai 2018 - 23:20
Le combat avait bel et bien commencé, alors que j’effectuais mon attaque extrêmement rapidement, ce type eu quand même le temps d’effectuer une technique permettant de souffler une bourrasque assez puissante pour m’envoyer à la renverse J’étais dans une position très dangereux, au sol prêt de lui, effectuant un mudra je propageais une onde de chakra, mais je le vit déjà en position pour effectuer une attaque d’estoc avec sa lame Kusanagi. Je connaissais bien évidemment cette lame et ses propriétés, mais la vitesse de cette lame était impressionnante. Je n’imagine pas ce qu’il aurait pu m’arriver si je n’étais pas préparé à ce type d’attaque cela aurait été très compliqué pour moi, je poussais très rapidement sur jambes pour m’en sortir in extremis. Mon cœur n’avait pas été touché, cependant au fur et à mesure que je voyais sa lame se rapprocher je prenais peur. J’eu comme l’impression que son épée voulait me tuer d’elle-même, son utilisateur été immobiliser par le Kanashibari no Jutsu. Et pourtant, guidé par ses instincts meurtrier Kusanagi me transperça de toute sa puissance quelques dizaines de centimètres au-dessous du cœur, j’étais presque cloué au sol par tant de puissance. Hurlant de toutes mes forces j’enfonçais un peu plus la lame qui m’avait déjà complètement traversé.

« Raaaaaah »


Son arme commençait à se retracter, je la sentais ce retirer de mon corps. Alors qu'elle commençait a sortir de mon corps je balançais deux grandes lames de matières noires pour lui trancher la tête à distance. Je ne savais ce qu'il comptais faire avec sa lame .Surpassant la douleur, surpassant les blessures, ma lame allait donner son rendement. Cette une belle nuit pour mourir, la lune était magnifique dans ce pays. C’était comme si l’ange de la mort avait choisi cette colline afin de venir en personne depuis cet astre lumineux. Je perdais énormément de sang, mais pour le moment je tenais bon. Arrivé a porté de mon Sabre je pointais mon sabre avec peine en sa direction.

« Je me nomme Goten Ryoko, retiens bien ce nom lorsqu’on se verra en enfer le rouquin. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Mer 16 Mai 2018 - 20:26
Malgré toute sa hargne, rien n'y faisait ; Asura était figé sur place, positionné de profil, sa jambe et son bras gauches toujours pointés dans la direction de l’illusionniste qu'il maudissait alors. Lui qui venait de se faire empaler par Kusanagi, manquant de peu d'y laisser la vie, mais qui à l'image du Roux luttait de toutes ses forces pour la conserver. Ainsi bien que les muscles du trentenaire soient totalement paralysés et son Ninjutsu dénué de la moindre technique de Kaï, ce dernier pouvait compter sur son esprit de fer combiné au net affaiblissement de son jeune adversaire afin d'empêcher l'illusion d'endormir toutes ses facultés.

Et plus particulièrement celle de sa redoutable épée qui ne demandait qu'une simple interaction mentale et physique de sa part pour pouvoir s'allonger et se distordre au gré de ses envies. Certes dans une moindre mesure maintenant qu'il était en fâcheuse posture, mais face à l'assaut mortel du Kirijin et alors qu'elle se rétractait pour retrouver sa taille normale, Asura mit à profit son allongement actuel pour directement la faire tournoyer en spirale et ainsi lui constituer un imposant bouclier d'acier. En effet s'il ne s'était pas écroulé sur lui-même, c'est bien parce que son corps était totalement rigide et par conséquent sa lame difficile à soustraire de sa poigne de fer.

Ainsi donc son fameux bouclier à la fois imposant et tenu par une main orienté dans le bon angle fut en mesure de protéger son cou avec succès mais pas sans dommages collatéraux. En effet le manque de temps et son état actuel l'empêchèrent de parfaire sa technique à cent pour cent, et alors que la première lame frappait l'acier, la seconde projeta son outil défensif inachevé en direction de son visage avant qu'un fragment de matière noire ne s’engouffre dans une brèche et n'entaille profondément son épaule gauche.

Et l'intense qui l'avait délivré le contraignit aussitôt à lâcher sa précieuse épée tandis que son instinct de survie le poussait à surpasser la douleur pour ne pas retomber dans les mêmes pièges et plus simplement pour ne pas s'effondrer alors qu'il chancelait. Un effort méritoire puisque avant même que son arme n'ait touchée le sol, il se stabilisa et disparu dans l'obscurité en un éclair. Puis il réapparut aussitôt à quelques derrière Gôten, un kunaï tenu en main droite et le bras gauche ballant, comme s'il venait de se téléporter.

Mais en réalité il avait simplement tirer partie d'une accélération inimaginable dans l'intention de trancher nette la gorge de son adversaire juste avant de cibler sa moelle épinière à l'aide de son instrument métallique comme si sa vie en dépendait. Et pour cause, à défaut d'épuiser ses réserves de chakra, sa dernière offensive avait mise à rude épreuve une jambe précédemment entaillée. Ainsi ses jambes n'étant plus capable de le porter pour l'instant, il mit un genoux à terre tout en observant avec insistance l'état de son opposant.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t91-fuji-asura-terminee

Jeu 17 Mai 2018 - 8:07

La saison douce, les mouvements de la verdure et animaliers accompagnent le bruit et la cacophonie créés par le combat qui fait présentement rage. Deux spadassins de la Brume, faisant s’entrechoquer leurs lames, laissant entendre le cri de leurs âmes, portant la confusion à l’allogame. Point d’élucubrations fallacieuse ici mais bel et bien un affrontement où le duo fait montre de tout son potentiel, écrit une page de son existence avec tout son superbe. Le panel de jutsus utilisés vaut le détour. Byakugan activé, Takumi observe. Il apprécie aussi la joute verbale. Ayant déjà “””conversé””” avec celui qu’il appelle l’étranger, il ne peut que lui reconnaître un certain don pour énerver certains opposants. Du moins, il semble qu’aujourd’hui la chevelure de jais soit tombée sur plus éloquente qu’elle par moment. Qu’importe qui peut bien être cet homme, son arme avec des capacités uniques parle pour lui : il vient de Kirigakure. C’est à une quinzaine de mètres seulement qu’il s’allonge, allume son kiseru et commence à apprécier au mieux cette tuerie.


Silencieux, il les toise du regard en soufflant une petite fumée, toujours armé de son allure goguenarde. Ô combien il aurait aimé n’être point à Tetsu no Kuni afin de les démonter tous les deux. Seulement voilà, il est ici en qualité d’invité du chef des samuraïs, le moindre écart ne lui est point permis. Créer des problèmes supplémentaires ne lui ressemble vraiment pas, c’est connu. Ce combat n’est pas le sien mais ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui il verra au moins un des deux hommes mourir. Evidemment, si l’un des deux s’avère adopter un comportement obscur et/ou bizarre, il ne se gênerait point pour lui rentrer allègrement dedans. D’ici là, il reste spectateur et c’est l’offensive lancée par le balafré qui appelle le rideau à se rabattre sur son adversaire. Ce dernier aura t-il de quoi faire pour venir à bout de son confrère ? Rien n’est moins sûr, le tout semble nébuleux.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Jeu 17 Mai 2018 - 14:15
Le combat approchait de son dénouement, nous étions tout les deux proche de nos limites. Nous étions à cette partie du combat ou le reste du monde nous semblait extrêmement lent, mon coeur battait très vite et je suppose que celui de mon opposant aussi. En vérité je n’avais rien contre cet homme, mais le fait est que j'ai juré fidélité au clan des sabreurs et je dois laver leur honneur. Dans tous les cas rien ne m’empêchera de me battre jusqu'au bout pour vaincre mon adversaire. J'ai voué mon existence entière à la violence, le fracas des lames représente toute mon identité et la mort fait partie du lot. Je n’affronte pas cet homme par plaisir et si je lui ôte la vie ce sera simplement par sens du devoir.

Cependant cette homme s’accrochait dur comme fer à sa vie et alors que je l’avais immobilisé il avait réussi à donner ordre à sa lame de se replier afin de se protéger en formant un bouclier. C'était déjà un miracle qu'il puisse donner transférer des ordres son arme, mais c'était encore plus improbable que son arme se rétracte et forme une spirale à temps pour le protéger alors que mes lames étaient déjà parties en sa direction. Et pourtant c'était bien ce qu'il arriva, je ne sais pas comme il avait fait ca mais cela tenait de l’exploit. Il avait ainsi pu s'en tirer avec seulement un bras inusable, il fut forcé de lâcher son épée. C'était toujours mieux que de perdre sa tête après tout.

C'était à ce moment la que tout allait se jouer, je me rappelais de tout les affrontements avec Shiori et je voyait très bien que cet homme était moins puissant. Il réussit tout de même à pousser sur ses jambes pour effectuer un déplacement éclair comme l’était capable mon professeur. Cependant avec une seule jambe en bon état il était tout de moins plus lent que ce que pouvait faire le professeur. Je ne pourrais jamais réagir assez rapidement si j'attendais qu'il passe derrière moi au vu de sa vitesse que restait sensationnelle. C'est pour ca qu’au moment ou j'ai vu ses jambes se contracter j'anticipais une manoeuvre d'esquive dans une tout autre direction en lui faisant face, cela était loin d'être suffisant mais cela me donner plus de temps pour réagir, mon premier réflexe était de créer une extension de vide sur mon épée dont la portée avait été améliorée. Il réapparu presque instantanément et s'attaqua à moi avec un kunai.

J'esquissais un petit sourire, malgré la sa vitesse de déplacement, son attaque ne restait qu’un simple coup d’arme blanche. Je parais son simple assaut avec ma lame au tout dernier moment avec un timing parfait et fit voler son kunai plus loin, c'était ma spécialité, un mouvement très fluide qui allait faire partie de mon école du sabre de Kiri. Le corps de mon adversaire semblait lâcher tombant à genoux. C'en était fini. Je tranchait son corps en deux avec mon arme dont la portée et le tranchant était devenu exceptionnel.

Je reculais de quelques pas en tremblotant, le regard trouble. Je ne savais pas si il avait encore une de ses parades miraculeuse pour se lever en un instant, mais si c'était le cas je ne pouvais que m’avouer vaincu. Mes réserves de chakra étaient épuisées, j'avais des côtes transpercées. L'adrénaline tombait en même temps que moi, je crachait une gerbe de sang et attendait le dénouement de cette histoire sur les genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Ven 25 Mai 2018 - 1:28
Sous une Lune rayonnante, le Sabreur et le Renégat de la Brume s'étaient livrés un combat éclair d'une intensité remarquable. Moins de deux minutes leur ayant suffi pour faire couler le sang à flot et finalement arriver à cet instant fatidique auquel un seul pourrait espérer survivre. Cette douce nuit au Pays des samouraïs avaient ainsi vu s'affronter l'impétuosité de la jeunesse à l'expérience des aînés. Et s'il était certain qu'aucun d'entre eux n'avait démérité un seul instant, la palme revenait sans doute à Gôten pour sa subtile parade de dernière minute.

Un mouvement qui avait surpris son opposant alors qu'il espérait justement conclure cet affrontement au plus vite ; lui qui avait bien trop sollicité sa jambe défaillante et qui se retrouvait maintenant à la merci de son cadet. Pourtant bien que dépossédé de sa précieuse Épée de Kusanagi, il n'était pas totalement démuni face aux évènements. Et pour cause, sans son arme fétiche et incapable de se mouvoir rapidement sans difficultés, il pouvait encore compter sur son Ninjutsu.

Ainsi lorsqu'il eut posé son genoux gauche à terre, il comprit facilement en l'observant que son adversaire s'apprêtait à se servir de son katana contre lui. Aussi Asura entama dans les plus brefs délais une courte série de signes incantatoires, et lorsqu'il fut pris pour cible par un ultime assaut, il inspira longuement avant d'expirer un vent puissant dans sa direction. Une technique élémentaire à même de repousser la sienne alors que c'était maintenant à son tour de s'agenouiller à la différence près que Gôten semblait sombrer dans l'inconscience.

En effet les profondes plaies qui ornaient son torse y étant pour quelque chose, Asura se doutait que contrairement à lui, ce dernier avait dû épuiser ses réserves de chakra. Et sans aucune pitié, il enchaina sur une énième série de mudra lui permettant de cracher cette fois-ci une dizaine de petites boules de feu. Chacune d'entre elles entrant en contact avec les vêtements et les cheveux de Gôten, il ne fallut pas longtemps pour les voir s'enflammer en même temps que leur propriétaire, concluant ainsi ce combat sur l'apparition d'un bûcher funèbre.



Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t91-fuji-asura-terminee

Mer 11 Juil 2018 - 10:19

Le combat ne t’apparaît que comme une vulgaire mascarade. Tu grinces des dents, hésites, puis te rends compte que tu es en train de rester spectateur d’un match à mort se jouant sur les terres du Fer entre deux personnages venant de la Brume. Et toi, shinobi de la Roche, tu es là, à les regarder tels des chiens qui se battent pour un os - peut-être même quelque chose de moins important que cela. Bref, leurs élucubrations n’ont que trop duré. D’un mudra, tu fais apparaître deux clones de ta propre personne et ces derniers soumettent les sabreurs à des arcanes venteuses trop éprouvantes pour tes deux homologues de l’autre bout du Yuukan. Le combat se stop avant même que l’un ou l’autre ne puisse y mettre un terme de la manière brutale telle qu’ils le souhaitent initialement. Tu soupires puis te relèves afin de te placer entre les deux hommes plaqués au sol. Les yeux rivés sur Goten, tu te fais à nouveau professeur peu avant qu’il tombe dans les pommes - à voir si il se souviendra de cela à son réveil.

Joues le belliqueux encore une fois sur ces terres, ou pire, celles de la Roche et mon visage sera le dernier qui te sera donné de contempler. - puis voulant jouer d’intimidation, tu te diriges vers le roux en dégainant ton épée, l’air goguenard - Cela vaut pour toi aussi, qui que tu puiss- interrompu.

Tu trébuches sur un petit caillou et ton corps tombe sur celui d’Asura. Par réflexe, tu te sers de ton épée pour te rattraper mais le jutsu de ton propre clone t’attire irrémédiablement vers le sabreur et c’est ta lame qui vient décapiter celui qui se trouve sous ta personne. Evidemment, tu ne saisis pas toute l’ampleur de l’accident mais cela suffit pour que l’un de tes clones cesse de tenir son emprise sur la zone. Au sol, tu tousse fortement et récupères peu à peu ta respiration. Tandis que Goten est endormi - ou dans un coma, on ne sait pas trop en fait - tu constate l’ampleur et les conséquences terribles de ta glissade : tu viens de tuer malgré toi un homme. Tes byakugans te permettent de comprendre que personne ne se trouve dans les environs mais aussi de remarquer que ta victime a quelque chose dans sa poche qui te semble être intéressant. Plongeant ta main dans sa poche - sans aucune gêne, avouons le, sagouin vas -, tu en ressors un rouleau de technique. “Qu’à cela ne tienne, l’accident a toujours du bon” te dis-tu.

Après cela, l’un de tes clones t’aide à amener le dernier survivant - en prenant soin de ranger ton katana afin de ne pas le tuer lui aussi, cela serait fort regrettable (quoi que ?) - tandis que l’autre part enterrer le roux non loin d’ici. Sacrée journée.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

La brise des Lames [Asura] [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Tetsu no Kuni, Pays du Fer
Sauter vers: