Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Un semblant de travail d'équipe [Ft. Meikyû Raizen]


Sam 5 Mai 2018 - 23:13
L’abruti savait (parfois) avoir de bonnes idées. Ça lui arrivait, pas toujours, mais il avait parfois quelques propos sensés. Assez, du moins, pour qu’elle y porte une attention particulière. Étant revenue sur le sujet énoncé par leur sensei lors de l’une de leur première rencontre, à savoir réussir à unir leurs propres techniques et capacités, son coéquipier avait évoqué l’idée de fabriquer un poison dont lui seul serait en mesure de résister, notamment grâce à son sceau semblant avoir un effet sur sa résistance. L’idée s’était donc installée dans l’esprit de la scientifique, assez pour qu’elle s’y concentre et décide donc de s’y pencher plus sérieusement.

Voilà donc ce sur quoi elle travaillait depuis les derniers jours, lorsqu’elle s’enfermait dans son laboratoire. Tout d’abord, il avait fallu concevoir le poison. Ayant passé quelques heures à y réfléchir, elle avait finalement opté pour un effet qui se voulait assez violent mais qui saurait n’avoir que très peu d’effet, de préférence aucun, sur le Meikyû. Quelque chose pour venir parasiter le corps de l’adversaire, affaiblissant les muscles et le système en entier. Plus la dose serait importante et plus il leur serait difficile de poursuivre le combat, alors que tout leur corps se montrerait de plus en plus faible, pouvant éventuellement mener jusqu’à une chute qui soulignerait un état critique. C’était l’idée de base.

Or, c’était plus complexe que cela. Elle ne pouvait pas exclusivement se baser sur sa résistance, ne serait-ce que parce que si le poison se propageait dans son corps, il risquait lui aussi d’en être victime. C’est alors qu’une idée lui effleura l’esprit, lui arrachant un sourire satisfait. Se dirigeant vers l’armoire réfrigérée où se trouvait beaucoup d’échantillons d’un peu n’importe quoi, elle se saisit de celui portant le nom de Meikyû Raizen. Quand avait-elle obtenu un échantillon de son sang ? Lorsqu’il était venu l’aider avec l’antidote d’un poison au complexe scientifique, il lui avait été nécessaire de prendre un peu de son sang. Et puis, ce n’était pas le genre de chose qu’elle jetait, préférant entreposer, ne serait-ce que parce qu’elle ne savait jamais lorsque quelque chose du genre pourrait lui être utile.

En plus du poison, il lui fallait concevoir un moyen de l’injecter dans son organisme. L’idée lui vint assez facilement, son regard s’attardant sur ses prototypes de marionnette. Un bracelet qu’elle pouvait activer à distance, grâce à ses fils de chakra, tout comme elle activait les mécanismes de ses marionnettes. Ce dernier viendrait donc injecter une dose de ce poison dans le corps du Meikyû. Un poison qui, une fois en contact avec son sang, pourrait être expulser, en quelque sorte, grâce au chakra de ce dernier…

Finissant donc le mécanisme qu’il porterait au poignet, elle sortit de son laboratoire pour se rendre au salon où il se trouvait. Cela faisait bien deux ou trois jours qu’elle sortait peu de son atelier, s’y étant même endormie une nuit, la tête contre son plan de travail. Encore victime de quelques courbatures, ce n’était décidément pas la position idéale pour dormir, elle s’étira avant de venir se placer face au Meikyû, cette fois-ci habillée, sa tignasse laissée détachée, tombant ainsi sur ses épaules. Elle faisait des efforts, ou presque. Il s’agissait plus qu’il pouvait être dangereux de travailler avec certains produits avec trop de peau à découvert. Et puis, comme elle n’avait pas retrouver totalement l’usage de son bras blessé, ce dernier manquant toujours en motricité, il lui arrivait quelques maladresses qui avaient bien failli la mettre hors d’elle. Oh, elle avait jeté un ou deux trucs contre le mur, énervée, mais elle s’était rapidement calmée. Elle n’obtiendrait rien de bon en se mettant en colère.

- Essaie ça.

Sans préambule, rien, voilà qu’elle lui tendait le bracelet somme toute assez mince et semblant inoffensif. Or, il devait le savoir, depuis le temps, qu’il n’y avait rien d’inoffensif dans tout ce que pouvait bien faire la marionnettiste. Elle était une menace constante derrière ce doux sourire qu’elle offrait à l’heure actuelle, l’air de mettre au défi le Meikyû. Allait-il la questionner ou simplement obtempérer ? À voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 6 Mai 2018 - 1:11


Alors que Raizen était en période de repos, celui-ci était allongé sur le sofa, réfléchissant à tout et rien. Dans ses nombreuses journées de productivité, il lui arrivait parfois d’être dans un état végétatif et de vouloir passer de longues périodes allongées à ne rien faire. Si on veut, c’était une manière de purifier son esprit et ses idées parfois trop accaparantes.

Ainsi, il n’avait rien de prévu, signe pertinent qu’il n’avait pas envie de faire grand-chose si ce n’était de se reposer. Toutefois, généralement, ce genre de moment durait jusqu’à ce qu’il ait soudainement un éclair de génie l’envoyant dans de nombreuses pensées et idées pour le futur. Si on veut, c’était un point avec lui-même, une manière de déterminer les prochaines étapes.

Or, rien ne venait, signe pertinent qu’il avait possiblement vidé ses réserves d’idées. Du moins, c’est ce qu’il pensa jusqu’à ce que le ciel écoute ses prières et qu’un bracelet lui tombe dessus. D’un ton assez sévère et directif, il porta son attention sur Asami qui venait de l’ordonner d’essayer le bracelet. En temps normal, Raizen l’aurait essayé, acceptant le défi et le risque qu’était de ne pas savoir. Pourtant, il était excessivement curieux.

-Tu veux pouvoir me traquer même au-delà de là où tes prouesses sensorielles ne peuvent pas me suivre ?

La regardant en souriant d’un air narquois, il n’hésitait pas à la provoquer même s’il lui faisait confiance. Enfilant l’objet dans son bras droit, il n’hésita pas à en examiner le mécanisme. Toutefois, le tout était assez flou pour le moment et il comptait indirectement sur sa partenaire pour lui expliquer le fonctionnement et le but. Après tout, il n’avait pas de temps à perdre tout comme il préférait aller droit au but. Elle ne semblait pas là pour plaisanter ou pour s’amuser. Arborant des habits en tout point sérieux. Raizen comprenait possiblement qu’elle avait surement travaillé sur cet artefact au cours des derniers jours. Après tout, ceci expliquerait pourquoi elle avait été à l’appartement quelques jours consécutifs, ce qui était relativement rare depuis qu’elle était en couple avec Shoran. En soi, c’était normal. Ce n’était qu’une question de temps avant que celui-ci demande à Asami de déménager totalement avec lui, chose que Raizen s’attendait à entendre dans les prochaines semaines voire même les prochains mois.

-Donc, tu vas m’expliquer comment ça fonctionne ou c’est juste pour la mode ?

Faisant preuve d’un peu d’arrogance, il avait toutefois un sourire au visage. C’était si on veut, une manière de montrer à Asami qu’il y avait de meilleure manière de s’adresser aux gens. Au cas où ce n’était pas clair, il préférait préciser.

-D’ailleurs, tu aurais pu dire : s’il te plait, ce n’est pas comme si nous couchons ensemble.

Ayant un léger rire qu’il préféra conserver pour lui-même, il venait de prononcer un mensonge dont il ne se préoccupait pas du tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 6 Mai 2018 - 13:56
Son commentaire eut pour seul effet de l’amener à esquisser un sourire amusé alors qu’elle roulait simplement des yeux. Si seulement il s’agissait de réellement le traquer… Disons simplement qu’elle avait eu besoin de lui, une fois, et avait donc décidé de tester de nouvelles techniques pour y parvenir. Et, alors qu’elle avait réalisé qu’il était seul dans un endroit reculé, elle avait opté pour se passer de son aide, ne serait-ce que parce qu’elle savait se montrer aimable. De temps en temps. Pas avec tous non plus. Mais lui faisait parti des quelques rares personnes à avoir eu le loisir d’apercevoir quelques facettes de sa personnalité qu’elle ne présentait pas à tous. Elle avait donc simplement appris où il se trouvait, sans toutefois venir l’embêter à ce sujet là. Sauf la dernière fois, où elle avait eu un cruel besoin de se dégourdir un peu et faire autre chose que de se cloîtrer dans son appartement, sans compter qu’elle allait mieux. Son bras restait toujours un problème, mais, outre cela, elle s’en était bien remis.

- Je n’ai même pas besoin de ça, tu n’es pas quelqu’un de très discret…

Elle soupira, bien qu’elle affichait toujours un sourire, signe qu’elle n’était pas mécontente, bien au contraire. Le plus surprenant de cette histoire était sûrement qu’elle ait réussi à s’y faire, à la présence du Meikyû dans son quotidien, l’appréciant même. Elle qui avait toujours eu de la difficulté quant à vivre avec les autres… Elle vint s’asseoir sur la table, face à lui qui était sur le sofa, les jambes élégamment croisées tandis qu’elle semblait réfléchir à ce qu’il lui avait demandé, comme si elle devait, ou pas, lui expliquer ce qu’il en retournait. Elle fut toutefois satisfaite de voir qu’il l’avait immédiatement enfilé sur son bras droit, de quoi lui permettre de tenir le mystère encore un peu plus longtemps.

Elle le savait curieux. Or, y avait-il quelque chose de mal quant à satisfaire sa curiosité dans le feu de l’action ? Si tel était le cas, ce n’était pas pour autant qu’elle allait se gêner.

- Pour la mode, je lance un nouveau style, en espérant me faire quelques ryos du même coup…

Passant outre le dernier commentaire alors que tous deux savaient qu’il ne s’agissait d’un éhonté mensonge, ils avaient couché ensemble beaucoup plus souvent qu’elle ne l’aurait cru au début. Un détail qui l’agaçait, alors qu’il ne semblait pointé que vers une seule chose : elle était faible face à lui. Mais mieux valait ne pas trop y réfléchir à l’heure actuelle, elle avait mieux à faire.

- Tu ferais bien d’activer ton sceau. Sans quoi, il est possible que tu ais mal…

Ne lui laissant pas la chance de s’y opposer, un fil de chakra vint lier sa main au bracelet et d’un mouvement semblant quasi inexistant, elle vint activer le mécanisme du bracelet.

Immédiatement, plusieurs aiguilles en sorties, tout autour de son poignet, venant injecter dans ses veines une dose du poison qui se trouvait contenu à l’intérieur. Elle le laissa se propager, avant de finalement lui donner quelques indications.

- Normalement, il a été conçu de sorte à ce que tu n’en ressentes pas les effets. Pour cela, j’ai dû me baser sur la composition de ton sang, m’assurer que tu y serais immuniser. Du moins, c’est l’idée de base. Ton sceau vient donc s’assurer que tu y résistes.

Il comprendrait dès lors certainement qu’il s’agissait de poison qui parcourait ses veines. Reconnaîtrait-il son idée ? Sûrement, oui. Tout comme il se ferait sûrement un plaisir de lui rappeler qu’il était celui l’ayant eu, cette idée sur laquelle elle avait travaillé ces derniers jours.

- Normalement, tu peux… L’expulser ? Ou, enfin, te servir de ton chakra lors de tes frappes pour venir le forcer à l’adversaire. Il s’agit d’un poison visant à affaiblir l’ennemi, en s’attaquant à ses muscles et à ses organes internes, dépendamment où tu frappes.

Et ainsi elle venait apporter plus de violences à ses frappes qui étaient déjà considérablement fortes, notamment grâce à son sceau, mais aussi parce qu’il s’était grandement amélioré, en ce qui concernait ses capacités en combat.

- Le mécanisme ne peut être activé que par moi. Ne t’inquiète pas, je ne l’activerai pas par surprise.

Un rire s’échappa de ses lèvres sur cette affirmation, pouvant peut-être amener son colocataire à douter de la véracité de ses paroles. Et pourtant, elle était parfaitement sincère. Elle savait faire preuve d’une certaine esprit d’équipe, lorsqu’il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 6 Mai 2018 - 19:29


Asami avait un drôle de sens de l’humour et Raizen devait avouer aimer s’y confronter. Si on veut, c’était une manière pour lui d’aiguiser sa répartie face à un adversaire de taille. Or, cette fois-ci, elle semblait beaucoup plus prône à l’accomplissement des tâches que d’habitude. Transformant ainsi indirectement la situation de manière à être axé sur la tâche, Raizen ne mit aucun délai entre le moment où elle le conseilla d’activer son sceau et son activation. Étant presque un mécanisme automatique, il sentit les aiguilles se planter dans le derme de sa peau. Sur le coup, il retint sa respiration, anticipant le pire. Toutefois, rien ne se produisit, signe que le tout semblait fonctionner. Écoutant ses explications, il ne put s’empêcher d’élargir un mince sourire à l’idée qu’elle avait encore des extraits de son sang. C’était si on veut, problématique sachant qu’il ne voulait en aucun cas laisser les gens examiner la composition de son sang. Après tout, son identité y était et moins les gens en savaient sur la composition sanguine du Meikyû, mieux c’était par simple désir de confidentialité.

-Oh... intéressant comme mécanisme.

Souriant, Raizen fit comme si de rien n’était, ignorant presque en partie le fait qu’elle avait été inspirée par son idée lors de leur dernier pseudoentrainement.

-Je me demande ce qui t’a inspiré l’idée. Par contre, c’est vraiment une bonne initiative je trouve. Je dirais même que c’est très ingénieux.

Réalisant la puissance dévastatrice qu’il allait pouvoir avoir, Raizen savait déjà comment utiliser une telle technique. N’ayant qu’à copier ce qu’il faisait déjà avec sa main gauche, il allait pouvoir propulser la composante dévastatrice dans l’organisme d’autrui avec son chakra. Si on veut, c’était une technique qui ne pouvait être activée qu’en joignant l’effort des deux individus. Or, une fois en place, celle-ci n’était que plus dévastatrice. Pouvoir injecter un poison pour le mêler au chakra sans pour autant en affecter l’hôte était un art digne de la Tadaoki, il devait le lui accorder. Après tout, ce n’était pas tous les jours que quelqu’un réussissait un exploit du genre en mélangeant leurs atouts respectifs. En utilisant sa force et son chakra, Raizen serait ainsi en mesure d’endommager dramatiquement l’état d’une personne. Faisant ainsi un usage maximal de la résistance de son bras, de sa force de frappe et du poison de la marionnettiste, tous deux risquaient d’être dangereux surtout qu’elle pouvait venir activer le tout à distance à tout moment.

-Il faudrait le mettre en pratique, mais je sens que ça risque d’être une combinaison assez dévastatrice en combat...

Lui offrant un sourire, Raizen posa son regard sur elle avant de préciser.

-Ça te donnera enfin la possibilité d’avoir partiellement du contrôle sur moi on dirait.

Souriant toujours, il se leva avant d’entourer son bras de chakra.

-Il me faudra juste apprendre à synchroniser l’expulsion de chakra pour que je puisse totalement expulser le poison au degré de mon choix.

Frappant dans l’air pour avoir une idée du tout, il ajouta d’autres informations importantes.

-J’aurais besoin de voir le composé pour avoir une idée de l’impact détaillé que ce genre d’attaques pourrait avoir. J’ai besoin d’en savoir plus sur la vitesse et le périmètre de propagation sachant qu’il est possible que cette technique soit plus dévastatrice si je l’utilise de manière continue au lieu de complètement l’utiliser d’un seul coup.

Raizen pensait à haute voix, mais il avait besoin de comprendre certaines formalités pour voir s’il pouvait contribuer en quelque sorte au tout. Si on veut, c’était une manière pour lui de voir dans quelles situations ils pourraient l’utiliser afin que le tout soit plus que pratique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 7 Mai 2018 - 17:30
Le mécanisme semblait lui plaire, c’était déjà ça. Elle se devait d’admettre être assez fière de ce dernier. Son idée n’avait pas été mauvaise, loin de là, il lui avait seulement fallu trouver comment mettre tout cela en place pour que ce soit simple à utiliser, et surtout, efficace. Sortant de la pochette qu’elle tenait à sa ceinture une antidote, elle lui donna aussi deux fioles particulièrement petites tout en approchant de lui. Elle l’invita à prendre l’antidote, de quoi chasser le poison de son organisme pour l’instant, puis attrapa sa main droite, levant le mécanisme vers elle.

- Le mécanisme contient trois doses. Après quoi, il te faudra recharger. Tu appuies ici…

Concentrée, elle vint faire une pression sur le côté droit, d’où sortit ce qui semblait contenir les doses. Elle retira celle utilisée pour venir en chercher une autre dans sa pochette et la glisser à sa place. Refermant ensuite le bracelet, elle lui offrit un sourire se voulant satisfait mais n’ayant rien d’arrogant. Certes était-ce son génie étant venu avec une telle idée, cependant, elle n’était pas seule derrière tout cela. Et s’il lui était plus difficile de souligner l’importance qu’il avait eu dans le processus, elle avait tout de même la présence d’esprit de ne pas se monter le tout à la tête. Elle relâcha finalement sa main, venant poser son regard rougeoyant sur lui, réfléchissant quelques instants.

- De manière continue serait le plus efficace. Il fait effet avec le temps, et donc, si les résultats ne sont pas immédiat, en frappant à plusieurs places, c’est tout le système de l’ennemi que tu affaiblies. Après, plus la dose est concentrée, plus il fait effet vite, cela dépend de ce que tu as besoin sur le moment.

Elle se leva finalement, quittant ainsi la table sur laquelle elle s’était assise pour se diriger vers l’entrée de leur appartement, enfilant ses hautes bottes qu’elle portait au quotidien. Elle s’appuya ensuite contre le mur, un sourire sur les lèvres.

- On va le mettre en pratique, j’ai déjà ma petite idée. Va à ton terrain d’entraînement, je t’y rejoins sous peu. Je dois juste aller m’occuper de ce dont on a besoin pour l’entraînement.

Sans un mot de plus, elle quitta l’appartement pour aller chercher exactement ce dont elle avait besoin. Se baladant dans les rues du village, il ne lui fallut pas grand temps pour trouver ce qui leur permettrait de mener à bien le premier test du bracelet qu’elle lui avait confectionné et donc, une fois ceci trouvé, elle l’amena vers le terrain d’entraînement du Meikyû, celui qu’elle avait trouvé, sûrement à son plus grand dam, alors qu’elle avait eu besoin d’un coup de main.

Ayant mis du temps à arriver, ne serait-ce que parce qu’elle n’était pas partie accomplir tâche aisée, elle ne fut pas surprise de le voir déjà présent. C’était, après tout, ce qu’elle lui avait dit, qu’elle l’y rejoindrait. Ouvrant les lèvres pour lui parler, elle n’eut malheureusement pas le temps d’enchaîner sur quoique ce soit d’autres que quelque chose, ou plutôt quelqu’un, vint l’interrompre.

- Yo. J’espère que je ne t’ai pas trop manqué.

Et voilà que Sayo sortait du couvert des arbres, avec son sourire teinté d’arrogance, son regard pétillant de malice qu’elle avait pris de sa meilleure amie, tout comme beaucoup de son attitude à l’heure actuelle. Si elle s’était calmée depuis les derniers mois, elle n’en restait pas moins changée de la douce demoiselle qu’elle avait pu être autrefois. À croire que la Tadaoki avait eu un réel impact sur sa personne. Elle s’approcha d’eux, passant aux côtés de sa meilleure amie en lui adressant un clin d’oeil et se postant face au Meikyû.

- Alors, ma petite surprise, vous l’avez apprécier ? Pas besoin de me remercier, je vous ai réglé un soucis, et moi, ça m’a donné quelques idées.

Son rire se fit entendre, ce qui fit rouler des yeux Asami qui lui avait expliqué la situation en chemin, à savoir qu’elle et Raizen avaient besoin de quelqu’un pour les aider à tester une nouvelle technique qu’elle avait mis en place. Et, bien évidemment, la Nara était toujours présente pour l’aider, encore plus si elle pouvait l’énerver sur le sujet. Bien qu’à ce niveau-là, elle s’était aussi calmée. Le trouble présent dans le regard de la marionnettiste lors de son retour du pays du feu avait suffit à la cadette pour comprendre qu’elle se devait de peut-être ne pas pousser le bouchon trop loin. Les choses changeaient chez sa meilleure amie et elle le remarquait. Concernant cette dernière, elle s’était déplacée de sorte à être du même côté que son coéquipier, faisant ainsi face à la jeune demoiselle.

- Un entraînement, hein ? Deux contre un ? Je ne te savais pas assez lâche pour m’affronter là où tu savais avoir l’avantage, Asami, mais soit.

Son éternel sourire arrogant accompagnant cette phrase. Une que lui avait répété bien souvent l’aînée alos que la Nara avait cette mauvaise habitude d’imposer des entraînements là où les conditions lui étaient favorables.

- Je ne ferai qu’activer le mécanisme, il n’aura que lui dans le combat.
- Donc je n’ai qu’à me laisser me faire taper pour en voir les effets ?
- C’est l’idée.
- Génial.

Elle reposa ensuite son regard sur le Meikyû, une lueur particulière dans le regard, qu’elle avait aussi appris de sa meilleure amie, alors qu’elle inclinait doucement la tête sur le côté.

- Aller Raizen, ne fait pas ton timide. Approche et fais-moi mal.

Elle se passa la langue sur sa lèvre inférieure.

- Si je me fis aux marques que pouvait porter Asami, ce n’est pas quelque chose qui semble te déranger.

Celle mentionnée aurait eu envie de l’assommer à l’heure actuelle, or, elle n’en fit rien, se contentant d’activer le bracelet pour venir injecter une nouvelle dose dans les veines de celui qui allait affronter la Nara.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 9 Mai 2018 - 3:20


Le mécanisme était complètement ingénieux et bien construit. Si on veut Asami était parti de l’idée qui avait germé pour finalement donner quelque chose qui avait énormément de sens. En réalité, même si Raizen ne le laissait pas forcément paraître, il était assez impressionné de voir qu’elle avait pu joindre l’utile au dangereux tout en utilisant la capacité de ses sceaux à leur plein potentiel. Si on veut, le tout démontrait tout le génie de celle-ci alors qu’elle possédait bel et bien des schèmes de pensées novatrices pour tout ce qui était lié à la science.

Ainsi, sans attendre, Raizen accepta son invitation alors que le mystère planait sur ce qu’elle comptait trouver pour lui permettre de tester le tout. Si on veut, c’était un pari relativement risqué sachant qu’il fallait que quelqu’un soit volontaire à être un rat de laboratoire. Ainsi, pendant tout le trajet, il ne put s’empêcher d’afficher un rictus en se demandant qui elle pouvait bien avoir trouvé pour occuper un tel rôle. Asami connaissait certes beaucoup de personnes, mais peu de gens étaient aussi volontaires. Ainsi, faire appel à Hisao restait et demeurait la possibilité la plus plausible. Après tout, il s’était pris les attaques de Raizen alors que son sceau de putréfaction était activé. Ainsi, il était fort probable qu’il soit leur cobaye surtout qu’il était en quelque sorte leur chef d’équipe.

Ainsi, il fut surpris lorsqu’il vit Sayo apparaître. Étirant un léger sourire, Raizen éclata presque de rire en la voyant, sachant très bien que le tout ne devait pas forcément faire plaisir à Asami. Après tout, depuis leur première rencontre, celle-ci semblait avoir clairement démontré qu’elle n’était pas fanatique à l’idée d’avoir les deux réunie dans la même pièce, qu’elle soit présente ou pas. De plus, en retournant la situation, le tout avait énormément de sens. Sachant que Sayo dominait ou avait dominé Hisao, il était donc pertinent d’aller chercher le maître de leur maître.

Toujours souriant, Raizen s’approcha lentement alors que celle-ci faisait déjà sentir sa présence. Ne retenant aucun coup, elle laissa partir une bombe sur la vente de son matelas qui ne manqua pas de provoquer un léger rire nerveux chez lui. Affichant un air complice, il la fixait alors qu’il pouvait lire autant de malice que de plaisir dans ses iris pétillants. Contraint de la voir se lécher les lèvres, il eut une petite pensée pour Kaede alors qu’il comprenait qu’il allait devoir utiliser toutes ses capacités contre celle-ci. Dans sa tête, il ne put s’empêcher de se dire qu’elles étaient toutes les mêmes à vouloir souffrir. Ainsi, rougissant, il poursuivit alors qu’il se rendait compte que Sayo maîtrisait l’art de la provocation au même stade que lui.

-Content de te voir aussi Sayo, j’aurais tout de même préféré que tu vendes celui d’Asami, il est beaucoup moins confortable que le mien.

Ne retenant aucunement sa pensée, il prenait beaucoup trop de plaisir en sa présence, chose qui s’expliquait à travers leurs esprits complices et provocateurs.

-Par contre, j’ai bien aimé la décoration que tu as faite dans sa chambre.

Lui faisant un high five à distance, il recula un peu en regardant sa main droite. Fixant le dispositif, il s’assura que tout était correctement mis en place avant de fixer Asami. Il ne savait pas vraiment comment celle-ci allait activer le dispositif à distance, mais il lui faisait confiance. Il n’hésita pas non plus à ignorer la mention des marques qu’il avait faite sur le corps de sa compatriote alors qu’il en avait déjà trop souvent entendu parler de la part de Sazuka.

-Essaye de suivre ma cadence Asami, je ne voudrais pas que tu te plaignes encore...

Masquant un message plus ou moins indirect, il ne laissa à personne le temps de réagir. Pour tester pleinement cet outil, il avait besoin de voir si Asami pouvait supporter sa vitesse. Ainsi, il ne chargea pas, mais se contenta d’accélérer à une vitesse plus rapide que la normale. Activant son sceau, il prit un léger élan avant de concentrer une grande partie de son chakra autour de son bras.

-30 %, sinon ça va comment avec Hisao? Toujours aussi dominé le pauvre ?

Relâchant ainsi 30 % de sa force, mais aussi 30 % du poison dans son attaque, Raizen laissa partir sa frappe alors qu’il aurait nettement préféré frapper Hisao. Continuant en effectuant une combinaison calculée de coups, il attendait de voir la rapidité des effets. Pas qu’il était sexiste ou quoi que ce soit. Disons simplement qu’il préférait préserver un des points faibles de son chef d’équipe en bon état pour pouvoir le taquiner par la suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 14 Mai 2018 - 0:33
Elle ne put que rouler des yeux tandis que sa meilleure amie éclatait de rire. Sur le coup, lui demander de l’aide pour un entraînement lui avait semblé être une bonne idée. Elle avait oublié à quel point est-ce que cela pouvait être dangereux que d’avoir cette dernière au même endroit que son colocataire. Ils étaient les deux seules personnes en mesure de la mener à sa perte et elle ne pouvait nier cet agacement qu’elle avait vis-à-vis de leur complicité.

- Ravie que la décoration t’ait plu ! Après tout, c’est désormais aussi ta chambre désormais, non ?

Son sourire était arrogant, bien digne de la jeune femme qu’elle devenait, ce qui emplissait la scientifique d’un mélange de fierté et d’appréhension. Elle le savait qu’elle était pour beaucoup responsable de ce qu’elle était devenue, de sa façon de se comporter qui était bien digne de qui elle-même était-elle, quelques années plus tôt. Elle possédait toujours cette arrogance, bien qu’aisément camouflé sous des airs agréables. Au final, elle exprimait honnêtement celle qu’elle-même était, ce qui était aussi dérangeant qu’il en était agréable. La Nara était un projet réussi avec brio, celui de voir à quel point pouvait-elle influencer autrui. Le seule soucis, dans cette expérience, était sûrement les sentiments qu’elle avait développé vis-à-vis d’elle, cet attachement sincère qu’elle ressentait. Était-ce de la culpabilité…? Mieux valait ne pas trop s’y attarder.

Dès lors entendit-elle sa voix, elle l’observa se diriger vers sa meilleure amie. Des fils de chakra vinrent se lier à son bracelet, activant ainsi le mécanisme, permettant au poison de se répandre dans ses veines. Ainsi, il pouvait dès lors tenter de l’expulser de son corps à l’aide de son chakra. Sayo, de son côté, se tenait immobile, les bras ouverts de chaque côté de son corps, semblant attendre le premier impact, se délectant à l’avance de ce que le génie créatif de sa meilleure amie avait bien pu créer cette fois-ci.

Elle ne resta toutefois pas aussi passive qu’elle aurait pu l’être. Le voyant foncer vers elle, elle encaissa un coup à son épaule droite avant de toute de même bouger pour échapper à l’assaut suivant, ne faisant qu’éclater de rire tandis que le nom de l’Akahoshi fut mentionné. Bien évidemment qu’elle avait partagé une telle information avec ses deux élèves. Cependant, elle s’était tenue tranquille, ces derniers temps, souvent chez elle, dans son appartement avec son jumeau, à travailler sur des projets personnels dont seule Asami avait eu vent, ne serait-ce que parce qu’elle se faisait un malin plaisir de la narguer.

- T’es vraiment une salope, Asami. Encore un de tes poisons bien emmerdant de ce que je vois…
- Est-ce que cela te surprend ?
- Nullement. Autrement, j’aurais été déçue.
- Ravie d’être à la hauteur.
- Par contre, ton coéquipier…

Laissant traîner ses mots, elle effectua quelques mudras, bien qu’avec une certaine difficulté tandis qu’elle sentait son bras faiblir, tout ça pour venir l’immobiliser en se saisissant de son ombre. Après tout, elle était une Nara, il était presque impossible de s’attendre à autre chose venant d’elle. Et pourtant, elle savait faire preuve d’une imagination débordante lorsqu’elle s’y mettait. Si beaucoup du style de combat de la Tadaoki était basé sur celui de sa meilleure amie, elle aussi s’était inspirée de l’autre. En équipe, les deux pouvaient faire des ravages.

- Ce n’est pas parce que tu es celui qui test que tu dois manquer de vigilance. Je suis surprise qu’Asami en t’ait pas encore cassé les oreilles avec ça.
- Sayo…
- Bah quoi ! Ah, j’oubliais, parce que tu n’en as aucune lorsque tu es avec lui, c’est bien ça ?

Elle rigola à nouveau, adressant un clin d’oeil à sa meilleure amie qui, elle, se son côté, la fusillait du regard, bien tenté de la faire s’enfoncer dans le sol. Ce qu’elle pouvait se montrer désagréable lorsqu’elle s’y mettait.

- Bon, je n’aurai pas le choix de lâcher ma technique, mon bras peine à se mouvoir… C’est vraiment une saloperie, surtout qu’il tape fort ton mec.

Elle marqua une pause.

- ‘Fin, ton coloc. Parce que ton mec, c’est Shôran, hein ?

Inspirer. Expirer. Elle ignorait ce qui l’agaçait le plus dans toute cette histoire. Qu’elle se permette autant d’arrogance ou tout simplement le fait qu’elle savait pertinemment que l’homme se rangerait de son côté, trouvant ainsi en elle une alliée pour venir davantage l’emmerder ? Pour l’instant, elle garda le silence, préférant ne pas répondre à cette énième provocation qui avait tout pour l’énerver.

Quant à elle, elle libéra Raizen, se plaçant en position de combat, bien qu’un bras presque invalide, ses muscles éprouvant une certaine difficulté quant à répondre à ses commandes. Ce n’était pas pour autant qu’elle ne comptait pas user de ses compétences de taijutsu pour se jouer du jeune homme, lui rappelant ainsi que ce n’était pas parce qu’il était concentré à attaquer qu’il se devait de négliger sa défense. Quant à Asami, elle restait en retrait, observant le combat, mais surtout, les effets qu’auraient les prochains coups sur sa meilleure amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 16 Mai 2018 - 5:01



Se faisant paralyser, Raizen était officiellement dans une situation difficile surtout que la combinaison des deux pouvait s’avérer aussi dévastatrice que les luttes entre Raizen et Asami. Le Meikyû comprenait mieux pourquoi il leur arrivait d’avoir une synergie des plus intenses. En fait, c’était surtout lié au fait qu’ils étaient tous les trois fourbes à des niveaux et sens différents. Le cocktail ne faisait que rendre la situation pire qu’elle ne pouvait l’être même dans leurs pensées respectives.

-J’imagine que si tu parles autant, c’est que ça fait plus mal que prévu.

Ayant un léger sourire aux lèvres alors que son niveau de vigilance venait de s’activer, la tournure que le test prenait était relativement intéressante. Les naras étaient connus pour leur maîtrise des ombres et il avait été naïf de croire que Sayo se laisserait tout bonnement blesser. Après tout, ce n’était pas Asami qui prenait plaisir à la douleur pour se sentir en vie. Sayo , elle préférait voir la douleur ou du moins la réaction des gens lorsqu’elle utilisait tout le poison que pouvaient créer ses paroles des plus douces aux plus piquantes.

-Mais bon, si c’était ma chambre, j’aurais déjà refait la peinture quoique je dors seul la plupart du temps puisqu’elle est avec son copain.

Ne regardant même pas Asami, il ne lui donnait pas la peine de répliquer alors que c’était un fait. Au contraire, il l’utilisait pour se mettre en meilleure situation.

-Puis, j’ai un hamac beaucoup plus confortable de toute manière, donc j’y dors juste quand j’ai envie de voir tes œuvres d’art. Oui, ça m’arrive parfois.

Ne laissant surtout pas voir que les talents en peintures de son opposante étaient défaillants, le Meikyû s’amusait avec les mots tandis qu’il planifiait sa prochaine offensive. Devait-il vraiment y aller franc-jeu en tentant désespérément d’utiliser leur attaque combinée ? Après tout, il n’était pas obligé de le faire si ? Dans un sens, cet entrainement était devenu une guerre, donc dans la mesure où tous les coups semblaient permis, tous les coups... étaient bel et bien permis.

-Mais bon, comme on dit, je préfère dormir seul sachant que de toute manière, les ombres sont nos meilleures amies.

Sur ses paroles manquant totalement de sens, le Meikyû se concentra un moment avant de penser à ses prochaines actions. À première vue, Sayo ne semblait pas avoir beaucoup de failles. Or, il ne connaissait malheureusement pas totalement son style de combat. Tout ce qu’il savait était lié directement au fait qu’il se devait d’éviter de se faire piéger au risque de finir en mauvaise posture.

-Pas vrai ?

Dès lors Raizen opta pour une technique relativement risquée. Créant une série de trois clones de sa propre personne, il se mit dangereusement à tourner autour de Sayo tandis qu’il était relativement évident qu’il était celui portant le dispositif. Après tout, les clones ne pouvaient répliquer de mécanisme similaire et il le savait. Toutefois, le charme de sa stratégie résidait en totalité dans son approche pour tenter de la paralyser. Cette option de combat pouvait sembler évidente et excessivement directe. Toutefois, c’était la meilleure option.

Ainsi, se dirigeant respectivement vers Sayo, tous les clones chargèrent en s’armant d’une simple et unique technique. Tentant désespérément de la prendre par vitesse pour venir poser un sceau électrifié sur sa peau, tous se propulsèrent vers elle en adoptant des directions différentes afin d’occuper la totalité de son attention. Seule la vraie version de Raizen demeura en retrait, signe pertinent qu’il planifiait quelque chose de plus intéressant. En effet, il avait chargé en compagnie de ses clones, mais pour une raison inconnue, il tentait de s’approcher de l’endroit ayant le moins d’ombre pour y exécuter la phase 2.

Résumé:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 16 Mai 2018 - 20:06
Plus la discussion allait et plus la marionnettiste était embêtée par les paroles des deux jeunes gens. Ils avaient tous les deux une importance particulière dans sa vie, bien qu’elle assumait moins bien celle qu’avait le Meikyû. Elle avait plus ou moins réussi à s’y faire, à ses sentiments pour la Nara, ne serait-ce que parce qu’elles se connaissaient depuis longtemps et parce qu’elles avaient traversé nombreuses choses ensemble. Quant à Raizen ? Il était arrivé dans sa vie comme sorti de nul part, venant ébranler sa personne sans pour autant qu’elle n’ait rien demandé. Il s’était imposé dans son quotidien, et elle, elle l’avait laissé faire, en venant à apprécier de plus en plus sa présence, ce qui était dérangeant. Aussi dérangeant que rassurant, tandis que malgré les insultes et tout ce qu’elle pouvait dire à son sujet, elle lui faisait confiance.

S’étant reculée de quelques pas, il était évident que sa meilleure amie avait envie de jouer, tant d’elle que du Meikyû, et ce, en affichant son éternel sourire arrogant. Ne souhaitant donc pas être prise dans leur combat qui perdait de son intérêt premier, elle était allée s’appuyer contre un arbre, restant tout de même assez prêt pour entendre et voir ce qu’il se passait.

- Mal tu dis ? Cela faisait un petit moment qu’elle ne m’avait pas fait goûter à un de ses poisons… Bien que ça, en réalité, ça commençait à me manquer.
- Avoir su, je t'aurais invité faire quelques tests à la maison.
- T'inquiète, j'ai cru comprendre que tu avais trouvé un nouveau sujet d'expérimentation.
- Tu sais bien que tu restes ma préférée.
- Ça je le sais bien. Mais il doit bien avoir quelques talents que je n'ai pas, pour que tu retournes toujours vers lui, non ?

Le rire de la plus jeune se fit entendre tandis qu'elle adressait un clin d'oeil à sa meilleure. Quant à elle, pour sa part, elle avait de nouveau terriblement envie de l'assommer. Cette dernière en savait beaucoup trop sur elle et sur sa façon de fonctionner, ce qui donnait un duo dangereux alors que Raizen était dans les parages. À nouveau forcée au silence, ne serait-ce que parce que renchérir serait se mettre les deux pieds dans les plats, elle se contenta de soupirer, espérant qu'il ait été trop concentré sur ce qu'il comptait faire pour réellement porter attention à l'énième échange qu'elles avaient.

Se tenant prête à la riposte, elle était attentive à ce qui se déroulait autour d’elle. Tout comme l’apparition des trois clones. Esquissant un sourire, elle attendit qu’ils fondent vers elle avant de venir agilement esquiver l’attaque, se retrouvant ainsi hors de porté des clones. Puis, effectuant quelques mudras, trois clones vinrent prendre place à ses côtés. Son bras était toujours terriblement douloureux, les mudras ayant été difficile à effectuer, mais les clones étaient là, ce qui lui faciliterait la vie. Ce n’était pas tant la douleur qui l’embêtait le plus mais bel et bien cette sensation d’engourdissement qui lui provenait du coup qu’elle avait accepté d’encaisser de la part de son adversaire.

Pour sa part, Asami était intéressée de voir ce que devenait sa meilleure amie, tout comme de ses récentes améliorations. Elles n’avaient pas eu vraiment le temps de s’entraîner, dernièrement, mais, de ce qu’elle savait, cette dernière n’était pas restée spécialement tranquille. Certes était-elle blasée de tout le système shinobi, sa confiance qu’elle avait en le village avait été brisée lors de l’emprisonnement de son sensei, mais elle avait tout de même continuer de s’entraîner. À moins forte intensité que la marionnettiste, elle-même ayant connu des progrès fulgurant, mais voilà, le combat était tout particulièrement intéressant pour elle.

Les clones de la Nara se dirigèrent chacun vers l’un de ceux de son adversaire, tandis qu’elle-même se rapprochait rapidement de ce dernier, tous les quatre sortirent un parchemin. Là où Asami s’était concentrée presque exclusivement sur le ninjutsu, bien que dernièrement portant une attention particulière à sa sensorialité, sa meilleure amie s’était laissée tentée par l’art du fuinjutsu. Déroulant ainsi les parchemins, chaque Raizen, dont l’original, furent pris pour cible de nombreux sceaux explosifs qui fusèrent vers eux, prêt à détonner une fois à proximité. S’il avait été habitué de mener les combats au corps à corps avec la marionnettiste, c’était sous-estimer le talent qu’avait celle à l’apparence pourtant presque fragile. Toutes les deux s’étaient spécialisées là où l’autre avait de la difficulté, tout ça pour tenter de venir prendre à revers l’autre lors d’un entraînement.

Ce fut donc un léger rire qui s’échappa des lèvres de l’aînée, qui se demanda comment est-ce qu’il allait répliquer à cette attaque alors que celle-ci se lançait volontairement au corps à corps.

- Vrai que nos ombres sont nos meilleures amies… Mais je dois bien admettre aimer ce qui en jette !

Ne serait-ce que les explosions qu’elle avait envoyé dans sa direction, tout comme ses clones l’avaient envoyés dans celle de ses clones. Combien de fois avait-elle tenté de faire installer des parchemins explosifs dans les mécanismes des marionnettes de sa meilleure amie, parce que cela serait bien ? Elle n’avait pas tort, il s’agissait simplement que la principale concernée ne s’était jamais réellement intéressée au fuinjutsu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 19 Mai 2018 - 22:24

Leurs échanges étaient intéressants, mais malheureusement, Raizen préférait se concentrer sur ce combat qui risquait d’être relativement difficile. En effet, Sayo avait beau faire preuve d’une répartie quasi parfaite, Raizen se devait d’observer attentivement la suite des choses pour pouvoir pouvoir gérer ses prochaines actions en conséquence. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il ne fut pas surpris de la voir riposter contre ses clones en compagnie d’une série de plusieurs clones envoyant des explosifs pour les mettre hors d’état de nuire. Or, le plus dangereux dans tout cela n’était pas l’explosion ni les clones. Le plus dangereux se cachait à travers l’ombre que le nuage de fumée risquait de créer. Sachant que Sayo risquait de foncer sur lui, il se devait de réagir rapidement sachant pertinemment que son ombre se ferait contrôler dès qu’elle serait suffisamment proche de lui.

Que devait-il faire ? Sur le coup, l’instinct prit le dessus tandis qu’il oubliait réellement l’objectif de ce combat : tester leur nouvelle technique combinée.

Si on veut, Raizen pouvait aisément détecter de nombreuses failles à leur combinaison technique. En quelque sorte, c’était excessivement puissant et dangereux s’ils arrivaient à proximité de l’adversaire pour lui infliger des dégâts. Toutefois, il y avait une trop forte dépendance entre ses mains. Si Asami prenait contrôle de son corps et y injectait le tout, peut-être pouvait-elle aisément le transformer en marionnette. Or, il n’en voyait pas le but sachant que son style de combat était nettement supérieur à tout ce que la marionnettiste pourrait tenter de reproduire en prenant contrôle de lui.

-J’aime bien vos retrouvailles, mais entre vous et moi, c’était censé être un test, pas un combat d’entrainement.

Soupirant alors qu’en réalité, un vilain sourire trônait sur son visage, Raizen esquiva l’assaut explosif avant de venir tricher. Sortant de sa poche un lot important de shuriken, le jeune meikyû décida de les électrifier avant de les lancer vers les clones et Sayo. Si on veut, il fallait combattre les ombres avec la lumière, chose qu’il comptait faire. Se préparant ainsi en avance, il freina en levant le bras vers le ciel. Dès lors, une quantité importante de foudre vint frapper son bras droit. Concentrant non seulement la forte quantité d’électricité et le poison dans son bras droit, Raizen eut un sourire en coin alors qu’il venait de lancer son bras vers l’avant pour balancer cette sphère électrique qui risquait d’exploser en plein sur Sayo.

Si on veut, elle allait pouvoir avoir un avant-goût d’un autre style d’explosion d’autant plus que ce n’était pas la seule chose qui venait vers elle. Or, peut-être que l’électricité allait lui permettre de rester un peu plus calme..


Résumé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 20 Mai 2018 - 17:57
Un rictus vint se dessiner sur les lèvres de la cadette, qui s’amusait beaucoup plus qu’elle ne l’aurait dû. Ses clones victimes d’une attaque pourtant assez basiques disparurent à leur tour, ce qui lui avait arraché une moue, jusqu’au commentaire suivant de la part du Meikyû. Pour sa part, elle avait attrapé un kunai, une légère parade pour dévier les shurikens qui venaient dans sa direction. Par la suite, elle fit quelques pas sur le terrain d’entraînement, toujours ce sourire sur les lèvres, lançant à son adversaire un regard de défi. À peu de chose près, il était possible d’y reconnaître Asami, de cette même démarche féline, l’air suffisant qu’elle arborait et cette même arrogance qu’on y reconnaissait, lorsque les choses se passaient comme elle l’entendait. Et c’était cette même ressemblance qui vint frapper l’aînée, qui l’observait du coin de l’oeil, réalisant à quel point avait-elle évolué ces derniers mois, beaucoup plus qu’au cours des dernières années.

- Cela faisait longtemps que je n’étais pas sortie de mon appartement pour autre chose que faire les courses. Tu ne comptes quand même pas me priver d’un peu de divertissant, non ?

Un ton léger, abordant le sujet du divertissement comme l’aurait fait sa meilleure amie. Se jouer des autres. Elle le faisait à des niveaux bien différents et de façons bien différentes, mais il ne faisait aucun doute que les deux demoiselles étaient aussi semblables que différentes. Elles avaient évolué côte à côte, malgré la différence d’âge, l’une ayant eu une plus grande influence sur l’autre.

De toute façon, la Tadaoki l’avait bien remarqué, que son coéquipier ne comptait pas s’arrêter maintenant, ne serait-ce de par le sourire qu’il arborait. S’amusait-il lui aussi ? Peut-être bien. Sayo avait un style de combat complètement différent du sien, et pourtant, toutes les deux s’étaient inspirées de l’autre. Elle, de son contrôle inspiré du Kagemane, et Sayo, qui, de son côté, tissait des fils d’ombres pour mieux se servir de ses armes. Observant le jeune homme, elle réalisa toutefois bien vite que l’attaque suivante risquait de faire mal. Or, plutôt que de s’en effrayer, elle ouvrit dans les bras, semblant presque l’accueillir, adressant un regard entendu à sa meilleure amie avant de venir faire quelques mudras.

Asami avait eu l’honneur de voir cette technique aux premières loges et même d’y trouver son nom. Après tout, elles agissaient souvent ainsi, la marionnettiste demandant de l’aide à sa meilleure amie pour le nom de ses marionnettes. Un juste retour du balancier.

L’explosion eut lieu directement sur la Nara, qui ne semblait toutefois pas s’en embêter. Malgré la lumière produite par ladite explosion, la force de son ombre était impressionnante, pour peu qu’une ombre ait une force. Chargée de son chakra, cette dernière était montée sur son corps, venant la recouvrir, lui offrant une armure aussi solide que terrifiante, tandis que ses lèvres affichaient toujours ce même sourire suffisant. Semblant presque tangible, même sous le soleil, elle se retrouvait avec une protection conséquente.

Spoiler:
 

- Évidemment…

La Tadaoki avait soufflé cela en accompagnant le tout d’un léger rire tandis que sa meilleure amie fonçait à grande vitesse sur le jeune homme qu’elle dépassait désormais presque d’une tête, un poing levé, prête à l’abattre sur ce dernier. Elle était toutefois encore bien gênée de ce bras affaibli qu’elle peinait à bouger à l’heure actuelle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 21 Mai 2018 - 2:57


Sentant son sourire de plus en plus s’intensifier, Raizen devait admettre apprécier cette dynamique nouvelle de combat. Il était excessivement rare que quelqu’un vienne l’affronter au corps à corps, chose dont il allait profiter un maximum. Au diable le test de cette nouvelle technique. C’était maintenant l’heure d’essayer quelque chose de nouveau et de profiter un maximum du moment qu’il avait. En oubliant même le fait qu’Asami était présente, son regard était vif et concentré sur Sayo qui lui faisait drôlement penser à Asami. Dans sa démarche, ses taquineries et ses manières d’être, il pouvait y voir de nombreux points communs. Chaque seconde et chaque moment pouvaient être fatals, si bien que son rythme cardiaque s’était accéléré. Prenant conscience de la menace qu’elle représentait lorsqu’elle se mit habilement à bloquer ses projectiles, le Meikyû effectua quelques pas en arrière.

C’est alors qu’une armure sembla prendre possession du corps de la jeune femme qui commençait soudainement à grandir jusqu’à le dépasser aisément. Du haut de son mètre 91, Raizen était dorénavant l’être le plus petit dans ce combat. Pourtant, ce n’était pas assez pour l’effrayer ni l’intimidé. Elle avait beau avoir encaissé son attaque sans problème qu’il ne comptait pas s’arrêter là. Ce n’était que le début et le fait qu’elle venait vers lui ne faisait qu’augmenter l’intensité du moment et son excitation.

Ainsi, Raizen esquiva habilement l’attaque qui venait dans sa direction, effectuant ainsi une parade plus que calculée. Or, il ne comptait pas s’arrêter là. Au contraire, il avait longtemps cherché un cobaye pour tester cette technique et il allait enfin pouvoir l’essayer. Asami n’avait jamais vu cette technique tout comme bien des gens. En réalité, c’était la première fois qu’il montrait cette technique à qui que ce soit, signe pertinent qu’il appréciait ce combat. Sayo avait le don de rendre un duel excitant, fait dont il lui était plus que reconnaissant.

-Tu devrais sortir plus souvent de ton appartement dans ce cas Sayo.

Masquant soudainement son regard alors qu’il s’était éloigné de celle-ci, le Meikyû porta sa main gauche sur son bras droit. Concentrant soudainement une grande partie de son chakra dans sa main droite, il commença soudainement à électrifier celle-ci, concentrant ainsi une quantité importante de chakra électriques. Devenant soudainement plus lourd, il ramena celle-ci vers l’arrière avant d’exploser littéralement vers Sayo. Si cette armure semblait être à toute épreuve, il ne pouvait s’empêcher d’être excité par rapport à sa capacité à encaisser une attaque qui avait pour but premier de pourfendre les défenses. Ainsi, alors qu’elle fonçait vers lui, il chargea à son tour, utilisant ainsi l’élan qu’il avait pris pour venir pourfendre dangereusement cette armure avec son attaque.

Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 21 Mai 2018 - 18:14
Si elle n’y participait pas, cela n’empêchait pas Asami d’observer attentivement le combat. Sa meilleure amie s’était améliorée, cela ne faisait aucun doute. Elle aurait même une petite discussion à avoir avec celle-ci. Dès lors souhaiterait-elle récupérer son bandeau kumojin, elle pourrait lui offrir de rejoindre son équipe. Nouvellement chûnin, elle pouvait prendre des genins sous son aile. Et, connaissant Sayo, hormis elle, sûrement cracherait-elle au visage de quiconque tentant de s’imposer comme étant son sensei. Les deux combattants étaient forts au taijutsu, cela ne faisait aucun doute, tout comme ils possédaient des techniques assez impressionnantes. Très peu subtiles, certes, mais possédant une violence qu’elle ne pouvait négliger.

Elle était d’autant plus curieuse ne serait-ce que parce que Raizen avait décidé d’utiliser ce qui semblait être une nouvelle technique. Ou, tout du moins, une technique qu’il n’avait jamais utilisé avec elle. Quant à Sayo, faisant preuve d’une certaine arrogance, elle semblait l’attendre, un rictus sur les lèvres du visage presque démoniaque qu’elle arborait à l’heure actuelle. L’impact fut violent, assez pour la faire reculer, tout en venant fracturer, en quelque sorte, son armure, sur le point d’impact. Connaissant sa meilleure amie, elle avait surtout dû vouloir voir jusqu’où allait la résistance de son armure. De son côté, la Tadaoki leva un bras vers eux, venant activer à nouveau le bracelet au poignet de Raizen, lui injectant ainsi une nouvelle dose de poison dans les veines. Avec un peu de chance, il saurait profiter de l’ouverture qu’il y avait désormais au niveau du flanc de son adversaire.

- Si je sors plus, je pense qu’Asami m’étrangle. Et, mine de rien, ce n'est pas dans mes plans de mourir maintenant.

Quant à la principale concernée, elle se décida d’attaquer à son tour. Ce n’était pas parce que son armure était endommagée qu’elle ne pouvait rien faire. Chargeant à grande vitesse, elle vint bondir pour s’attaquer à son adversaire en prenant de la hauteur. Le monstre de plus de deux mètres qu’elle était avait de quoi être plus terrifiant que la petite personne qu’elle pouvait être au quotidien, ou, tout du moins, plus menaçant, alors que l’impact risquait d’être douloureux. Une fois à proximité, après avoir tenté de le frapper à plusieurs reprises, ce fut un torrent de flamme qui s’échappa de sa bouche, venant balayer tout ce qui se trouvait devant elle, bougeant doucement la tête de droite à gauche pour s’assurer de toucher.

Elle ne comptait pas laisser aucun répit à son adversaire du moment, s’amusant bien plus qu’elle ne l’aurait cru de cet entraînement improvisé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 22 Mai 2018 - 14:47
Sentant qu’il avait fait plus que mouche, Raizen ne put s’empêcher d’étirer un long sourire alors qu’il se sentait briser ses défenses qui étaient étonnamment plus résistantes que prévu. Levant ainsi les iris vers Sayo, le Meikyû n’hésita pas à la regarder alors que celle-ci semblait étrangement éprouver du plaisir par rapport à tout cela. Par chance, le plaisir était partagé, si bien qu’il ne pouvait réprimer ni le sourire ni la forte adrénaline qui traversait chacun des membres de son corps. En bref, Raizen était sous l’influence du moment et vivait chaque seconde comme si elles risquaient d’être fatales.

Parlant de fatalité, Sayo s’était élancé du haut de ses 2 mètres vers lui en levant le poing, chose qui lui rappelait sa propre personne. Après tout, il avait opté pour un comportement similaire lors de son combat contre Hisao, geste qui s’était aussitôt vu rectifié par son chef d’équipe. Chargeant ainsi en effectuant une importante combinaison, le tout fut suivi à merveille d’un lance-flamme assez enflammée ? Tout cela était suffisant pour faire plier n’importe qui si ce n’était de monsieur madame tout le monde. Par chance, Raizen était venu user de sa vitesse pour esquiver l’assaut initial en plus d’esquiver la plupart des coups portés à son endroit. Comment ? En esquivant plus rapidement que la normale. Se déplaçant ainsi à grande vitesse, il n’eut qu’à encaisser le dernier coup en adoptant une position compacte, venant ainsi réduire la puissance du coup. L’absorbant, il demeura dans cette position alors qu’il encaissait partiellement l’attaque de flamme. Grâce à son esquive initiale, il avait réussi à creuser une distance qui empêchait les flammes de lécher tout son corps. Pour ce qui l’atteignait, il se servait de sa défense compacte et de son sceau pour venir encaisser le tout. En bref, c’était le moment parfait pour reculer et entamer un combat à distance, chose que le Meikyû ne comptait pas faire. Tournant sur lui-même, après avoir vu son bras recevoir des dégâts non négligeables, il décida d’user de l’adrénaline pour éviter que son membre soit crispé. Chargeant ainsi celui-ci d’électricité, il effectua quelques pas pour venir détruire la distance qui les séparait avant d’afficher un violent sourire.

-Je comprends mieux pourquoi Hisao n’a pas voulu commenter votre baiser maintenant

Serrant ainsi son poing, il l’électrifia avant de s’abaisser pour venir frapper Sayo là où il semblait y avoir une faille au niveau de son armure. Si on veut, c’était un moment important du combat sachant qu’il comptait lui faire goûter à une médecine assez douloureuse que Asami reconnaîtrait. Pour y avoir gouté, il espérait ainsi électrocuter sa comparse à point.

Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 23 Mai 2018 - 8:45
De son côté, toujours à distance, elle veillait sur ce qu’il se passait. Son esprit analytique observait tant son coéquipier que sa meilleure amie. Pour le premier, elle essayait de voir, sur le terrain, comment pourraient-ils bien s’en sortir en travaillant ensemble. En premier lieu, la confiance, cela ne faisait aucun doute, alors que les deux devaient pouvoir compter sur l’autre. Là où il tapait fort, en combat rapproché, elle se faisait plus dangereuse dans ses attaques à distance. Le poison était un de ses atouts et elle se devait de l’utiliser au bon moment pour que le potentiel du Meikyû soit à son paroxysme. Autrement dit, attaquer au bon moment pour que l’offensive de son coéquipier soit plus importante. Notant ainsi quelques stratégies dans son esprit, elle observait aussi sa meilleure amie, notant quelques défauts qu’aurait sûrement aussi reprocher Hisao. Elle faisait preuve d’une arrogance incroyable et d’une intrépidité dangereuse.

Cela se concrétisa lorsque le Meikyû envoya un coup bien placé dans la brèche de son armure qu’il avait lui-même créé. La Nara tomba lourdement au sol quelques mètres à l’arrière tout en ayant tenté vainement de rester debout. Roulant des yeux, l’aînée s’approcha d’elle, venant lui tendre une main pour l’aider à se relever. Son armure avait disparu et un filet de sang était apparu à la commissure de ses lèvres.

- Dégage Asami, ce n’est pas…
- Parce que tu es en état de te relever ?

Cette dernière tenta avant d’être prise d’une quinte de toux. Sans savoir exactement quelle technique il avait fait, la scientifique était sûrement la mieux placée pour savoir que ce n’avait pas été qu’un banal coup. Il avait très certainement son sceau de la Guerre d’activité, et peut-être un peu de Raiton, si elle se fiait aux spasmes musculaires de sa meilleure amie.

- Ouai, bon.

Cette dernière éclata de rire, au sol, un bras toujours engourdi et la douleur lui traversant le corps. Pour sa part, elle se contenta de sortir de sa pochette un antidote qu’elle lui donna, cette dernière reprenant rapidement contrôle de son membre précédemment empoisonné. Aidée par son aînée, elle se remit sur pieds, venant essuyer du revers de sa main le sang qui venait contraster sur sa peau pâle. Son regard se porte sur l’homme à qui elle adresse un fin sourire.

- Je peux comprendre ce qu’elle te trouve.
- Sayo…

La principale concernée jeta un regard courroucé à sa meilleure amie qui haussa des épaules, rigolant comme elle le faisait si bien.

- C’était sympa comme entraînement, faudra m’inviter plus souvent.
- Je tâcherai d’y penser.
- Bon, c’est pas tout, mais j’ai à faire.
- Vraiment ?
- Genre… Aller me terrer dans mon appartement, comme ces derniers mois.

Sayo haussa des épaules tandis que la Tadaoki éclata de rire. Pas de ces faux rires qu’elle adressait à tous, pour bien paraître, parce qu’ils allaient bien dans une discussion. Non. Quelque chose de beaucoup plus sincère, beaucoup plus naturel aussi, comme toujours lorsqu’elle était en présence de la Nara. Un peu plus et elle en avait oublié la présence du Meikyû.

- Tu sais où me trouver de toute façon ! Bon, je vous dis donc aurevoir, je pense bien. À moins que tu ais autre chose à me faire tester ?
- Je pense que ça ira.
- Ah, oui, tu as déjà de quoi faire tes expériences.
- Ne t’en fais pas, je viens te chercher pour le prochain.
- J’y compte bien, sinon je vais être jalouse.

Sur ces mots, elle tira la langue à son aînée alors qu’il était évident qu’elle était déjà jalouse de la négligence dont elle avait fait preuve ces derniers temps. Envoyant un dernier signe de main au duo, elle s’éclipsa au travers les arbres, comptant bien rejoindre son appartement pour nul ne savait trop quoi, sûrement se plonger à nouveau dans l’écriture. Elle devait sûrement avoir de nouvelles idées après sa petite sortie d’aujourd’hui. Quant à Asami, elle tourna la tête vers son coéquipier, étirant un délicat sourire.

- Ton bras, ça va ?

Sa question était sincère, tout comme la légère inquiétude qui était lisible sur ses traits. Il s’agissait tant de l’effet que Sayo et Raizen étaient en mesure d’avoir sur elle, à savoir faire ressortir une facette plus honnête de sa personne, sans façade ni prétention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 23 Mai 2018 - 14:20


Vivant un impact sous le moment, Raizen comprit promptement que le combat était terminé lorsque celle-ci posa un genou au sol. Y était-il allé trop fort ? Après tout, il s’était possiblement emporté lors de leurs duels. Or, il savait que Sayo était faite plus fort que ce qu’elle venait d’encaisser. En fait, s’il y avait bien un point qui était plus problématique que ses attaques, c’était bien l’effet de l’électricité et du poison. Ensemble, les deux pouvaient devenir une combinaison assez violente qui créait des spasmes comme il pouvait aisément le voir.

Étirant un mince sourire quant à son commentaire, il comprenait que Sayo connaissait suffisamment Asami pour savoir qu’elle était du genre à vouloir vivre des sensations fortes dans le simple but de se sentir en vie. Ce phénomène était bel et bien réel, mais depuis, le tout avait possiblement évolué. Après tout, la dernière fois qu’il avait abordé le sujet, pour sa part, il avait conclu qu’elle était plus en quête de sensations lui donnant l’impression d’être en vie que de douleur. Même si cela ne voulait pas dire qu’elle n’avait pas de plaisir lors des combats, il tenait à préciser l’importance de ses nuances.

Du moins, c’est ce qu’il comptait faire jusqu’à ce que Sayo semble en voie de partir. La captant alors qu’elle était sur le point de partir, il voulait la remercier pour l’avoir permis de passer un bon moment ensemble.

-Merci Sayo, on remet ça quand tu veux, même sans Asami si tu veux.

Souriant alors qu’il venait clairement de dire des mots qui pouvaient porter à confusion, le Meikyû devait avouer avoir une préférence pour le style de combat de la Nara. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’une combattante aussi féroce était de la partie.

-Ça va... ne t’en fais pas.

Laissant son aura prendre le dessus, le tout eut pour effet d’éliminer le reste du poison auquel il n’avait pas totalement résisté dans son bras. Avec un peu de chance, peut-être serait-il possible de créer une technique amplifiant sa sécurité, un peu comme il le faisait au niveau de tout son corps.

-La combinaison est assez utile pour un combattant au corps à corps.

Apportant une nuance, il précisa :

-Par contre, la limite de mon périmètre est restreinte qu’aux gens qui sont à ma portée, mais sinon ce n’est pas si mal.

Enlevant tranquillement le bracelet, Raizen regarda son bras entier afin de l’examiner une dernière fois.

Si elle n’avait rien à ajouter, il comptait prendre son envol, lui aussi avait d’autres choses à faire.

-Sinon, depuis quand sembles-tu te soucier des gens? J'aurais aimé voir autant d'attention envers ta propre guérison.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 25 Mai 2018 - 5:32
La Nara partie, elle s’était approchée de son coéquipier, une expression soucieuse sur ses fins traits, qui avait cette sincérité nouvelle de celle qui reprenait plus ou moins contact avec une humanité abandonnée. Son bras avait connu de sales dommages par l’attaque de sa cadette, les flammes étant venues caresser sa peau. Et elle savait ce que c’était, que de se retrouver blessé, bien qu’elle doutait que Sayo ait fait quoique ce soit qui soit permanent. Mais cela valait tout de même une légère inquiétude, assez pour qu’elle lui pose la question, loin du détachement qu’elle avait pu faire preuve lors de leur premier échange. Au final, sans le vouloir et le rejetant même du mieux qu’elle le pouvait, elle en était venue à changer, à force de côtoyer le Meikyû. En mieux ou en pire, elle n’en était pas encore certaine, les choses étant plus que compliquées dans son esprit.

Combinaison utile pour un combattant au corps à corps. Soit, c’était là l’idée, ne serait-ce que parce que c’était bien souvent là qu’il se trouvait, téméraire comme il l’était. Et il ne pouvait le nier, elle avait aperçu son sourire, lorsque Sayo s’était élancée vers lui, contrairement à elle-même qui cherchait à imposer une distance en combat, ne tenant pas la route en combat rapproché.

Grinçant légèrement des dents à son commentaire, elle soupira. Son regard se porta sur son bras blessé, qui avait retrouvé une certaine motricité, tout comme un peu de dextérité, mais rien de ce qu’elle avait avant. Elle manquait de précision et de force tout en se montrant plus maladroite. Autrement dit, une blessure qui guérissait mal et qui avait de quoi la rendre folle. Finalement, elle leva ses prunelles rougeoyantes vers lui, partagée entre l’idée d’ignorer et de partir, ou alors peut-être s’ouvrir un peu. Cette seule idée la fit rire, un rire qui n’avait toutefois rien d’amusant, tandis qu’elle réalisait que, bien malgré elle, elle avait effectivement commencé à changer. À une époque, la question ne se serait même pas posée.

- Tu le sais très bien depuis quand j’ai commencé à me soucier des autres.

Légèrement amère, elle se tenait face à lui, le regard levé vers lui, acceptant dès lors de l’affronter sur un terrain dont elle n’avait pas l’avantage.

- Je ne peux pas me permettre de rester inactive. Peu importe ce que Hisao et toi pouvez bien dire sur le sujet… Ne rien faire me serait fatal, et je ne parle pas que parce que l’ennuie me rend folle. Non. J’ai déjà de la difficulté à suivre le rythme de l’équipe, et ta courbe de progression étant plus qu’impressionnante…

Elle soupira à nouveau, soulignant ainsi qu’elle considérait Raizen comme peut-être bien supérieur à elle, en ce qui concernait la puissance et son utilité sur le terrain. Après tout, avant d’être kunoichi, elle était scientifique, mais cela ne changeait pas les faits.

- Si je m’en étais tenue à ne rien faire ? J’aurais continué à prendre du retard, toujours un peu plus, et je ne pouvais pas laisser cela arriver.

Elle vint passer une main dans sa chevelure d’ébène, semblant toujours agacée, mais plus vis-à-vis d’elle-même qu’envers le jeune homme.

- Et je l’ai dit. Je refuse d’entraîner l’équipe vers le bas.

Tout comme elle se refusait d’avoir un jour Raizen gisant à ses pieds, parce qu’il aurait été trop stupide et trop téméraire. Gagner en puissance pour pallier à ce que son équipe ne pouvait faire, tout comme pour assurer leurs arrières, il s’agissait d’une motivation nouvelle pour celle qui n’avait jamais connu ce sentiment que de vouloir préserver la vie d’autrui. Un apprentissage aussi perturbant que difficile, qui était d’autant plus particulier à admettre de vive voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 26 Mai 2018 - 19:17


Écoutant Asami déblatérer son discours sur les motifs l’ayant poussé à ne pas être resté les bras croisés, il fut relativement surpris de voir de quelle manière elle se sentait. À vrai dire, les positions semblaient s’être légèrement inversées depuis quelque temps. Pourquoi pensait-elle qu’elle ramènerait l’équipe en bas ? Après tout, elle était dotée de nombreux talents qui n’étaient pas possédés par lui ou Hisao, chose qui la rendait facilement indispensable. De plus, son style de combat était complémentaire avec le style tout terrain d’Hisao et le style corps à corps de Raizen. Ainsi, ce devait plus être une question de perception que de réalité, chose qu’il pouvait comprendre. Pour avoir longuement eu cette impression, il pouvait voir de quelle réalité elle venait et les motifs qui expliquaient pourquoi elle se sentait ainsi. Or, le progrès passait souvent par le repos, chose qui était plus facile à dire qu’à faire. Tout comme dans l’exercice, les muscles se développaient certes sur le moment. Or, le plus gros du travail était effectué lors des périodes de repos. C’était à ce moment que le grand lot du travail et du progrès se faisait, pas forcément uniquement dans le lot de l’action. C’était difficile à comprendre, fait qui pouvait pousser beaucoup de gens à se surmener. Or, c’était une réalité.

-Ne pas être en mesure de s’entrainer physiquement ne veut pas dire que tu nous ralentiras.

S’approchant pour venir déposer sa main sur son épaule de manière amicale, il tourna la tête légèrement afin de lui donner un conseil très amical.

-Quand tu ne peux entrainer le physique, c’est dans ce genre de moment qu’il faut en profiter pour solidifier ce sur quoi tu peux avoir un impact sans te mettre en danger, ton mental.

Terminant sa phrase sur ce point important, il se contenta de lui sourire avant de tapoter gentiment sur son épaule.

-C’est le moment parfait pour remettre en question totalement tout et visualiser. L’inaction n’est pas un signe de faiblesse, ne pas voir les opportunités l’est.

Sur ses paroles, Raizen s’éclipsa complètement du lieu d’entrainement, laissant ainsi Asami réfléchir sur les paroles qu’il venait de prononcer. Il ne pouvait lui dire ce qu’elle devait faire ou entreprendre dans sa vie. Pourtant, il pouvait lui donner une piste pouvant l’aider. Le meikyû n’aimait pas voir du potentiel être gâché et pour le moment, il avait bel et bien l’impression que la marionnettiste était victime d’une illusion qui risquait d’avoir un impact dévastateur sur sa personne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 28 Mai 2018 - 3:21
Elle s’était ouverte à Hisao, face à ses doutes, ou, tout du moins, ces nombreuses responsabilités qui lui étaient tombées dessus plus ou moins en même temps et avec lesquelles elle peinait à gérer. Et pourtant, ce n’avait jamais été un problème, jusqu’à tout dernièrement. Elle avait la tête pleine de choses qu’elle ne parvenait pas nécessairement à contrôler et là était ce qui la grugeait lentement mais sûrement. Cette sincérité nouvelle avait de quoi la rendre folle, tout comme de sincèrement la déranger. À nouveau, sa relation avec son colocataire semblait prendre un tournant différent. Venant posé une main sur son épaule, tentait-il d’être réconfortant ? Elle se devait d’admettre être surprise d’un tel geste venant de sa part, assez pour lui jeter un regard curieux.

La position qu’elle avait à l’heure actuelle avait de quoi la déranger. Elle n’aimait pas ce sentiment qui l’habitait, cette certaine impuissance qu’elle ressentait. Forte et fière, ses blessures l’avaient poussé dans un état déplorable, assez pour qu’elle ne se reconnaisse plus elle-même. Soupirant, elle secoua doucement la tête de droite à gauche. Le pire dans tout cela était qu’il n’avait pas tort. Sa santé mentale en prenait un sacré coup alors que plus que le temps passait, plus elle se sentait craquer. Ses masques tombaient les uns après les autres et une seule question lui restait : était-elle prête à affronter le monde sans aucune hypocrisie ? Elle n’en était pas certaine.

- Facile à dire…

Elle avait marmonner ces quelques mots avec une certaine amertume. Elle n’était pas à l’aise, dans la façon dont les choses se passaient, confrontée à une situation qui dépassait tout ce qu’elle avait toujours connu. Sans compter que Raizen occupait une place particulière dans sa vie. Pouvait-elle le voir comme un ami ? Ou, au contrairement, devait-elle se méfier de lui et la menace qu’il représentait pour sa personne ? Le toute persistait et méritait qu’elle s’y attarde. D’un claquement de doigt, il n’aurait sûrement aucun problème à venir la briser, ou, tout du moins, finir ce travail qu’il avait déjà commencé en venant ébranler l’essence même de sa personne.

Un nouveau soupire s’échappa de ses lèvres, tandis qu’elle l’observait s’éloigner d’elle.

- À la prochaine j’imagine.

Quelques mots lui étant dédiés alors qu’il était force de constater qu’ils ne se voyaient plus aussi souvent qu’avant. Elle-même très peu souvent à l’appartement, c’était aussi son cas à lui. Bien souvent, lorsqu’ils y étaient, elle en venait à lui demander un coup de main concernant un projet, en profitant pour lui expliquer du même coup, répondant avec patience à ses questions qui, autrefois, l’agaçaient.

Désormais seule au centre du terrain d’entraînement où semblait venir quotidiennement le Meikyû, elle vint porter une main à son visage, plus désemparée qu’elle ne l’avait jamais été. Elle n’avait d’autres choix que d’essayer un minimum de porter une réflexion à tout ce qu’il avait suggéré. Sans quoi, elle allait elle-même se mener à sa propre perte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Un semblant de travail d'équipe [Ft. Meikyû Raizen]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: