Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

A la boustifaille ! [Tout Kumo !]


Lun 7 Mai 2018 - 20:47
Grand jour! ~


Cela faisait maintenant plus d'une semaine qu'elle avait tout préparé. Des affichettes étaient posées en ville, épinglées un peu partout. Bien que l'écriture ne soit pas son fort – non, elle n'est pas analphabète ! -, elle avait fait de son mieux pour ne pas raturer et donner envie aux gens de venir. Et enfin ! Le grand jour ! Alors oui, elle avait tout fait pour ce moment soit beau ! C'était la première fois qu'elle organisait un événement d'une telle ampleur. Le moindre souci jetterait une image sombre sur son établissement, qu'elle s’efforçait de rendre convenable, loin des bordels que beaucoup cherchaient. Alors - au cas où - elle avait préparer une armée de louche, et n'hésiterait pas à s'en servir. Oui, même contre les shinobis. Quand bien même elle organisait cela en leur honneur, hors de question qu'ils en profitent pour salir sa réputation ! Non mais !

Bien évidemment, cela avait été plus compliqué que prévu pour la jeune femme. Il était évidant qu'elle ne pouvait utiliser la place centrale du village comme elle le souhaitait, sans autorisation en tout cas. Alors oui, elle avait écrit une lettre pour le kage. Metaru Shuuhei. Avant de se rendre compte que non. Ce n'était plus lui. Et un immense soupire de soulagement lui avait échappé à ce moment-là. Non pas qu'elle ne le respectait pas, mais comment dire… Il avait cette réputation d'homme à femmes. Et quand elle en avait entendu parler, les soirs ou les soûlards n'étaient pas encore plein, elle avait flippé. Il était l'incarnation de tout ce qu'elle haïssait. L'homme en lui la répugnait, mais le kage – et le shinobi – qu'il était, lui valait aussi toute sa loyauté. Mais pas au point de s'adresser à lui. Ou de vouloir le rencontrer. Non. Il avait été bon pour le village, sauf que Kae, elle, avait peur de lui, littéralement. Il va s'en dire que s'il ne se tenait pas correctement, elle lui jetterait une louche dessus. Avant d'aller se cacher. Sûrement. Peut-être.

Mais revenons aux formalités. Quand elle apprit la passation de pouvoir entre les deux Metaru, elle décida d'attendre un peu que la nouvelle kage prenne place et lui envoya donc cette lettre, dans laquelle elle détaillait sa demande. Après tout, un événement pour remercier les combattants – de la part du peuple qu'ils protégeaient – ne pouvait pas être une mauvaise chose.. Si ? Ce fut donc impatiente que notre petite civile attendit la réponse à sa demande. Et ce fut un oui. Un grand et magnifique oui ! Dès lors, tout s'accéléra. Notre danseuse avait fait le tour de la ville, pour contacter ses fournisseurs et leur demander de l'aide. En expliquant son projets, certains se joignirent à elle, aidant pour les frais que cela allait engendrer – au grand soulagement de Kae qui avait oublié cet aspect-là – et qui firent du bouche à oreille pour les meubles, vaisselles et musiciens puissent être rassemblés à temps. Et si ce ne fut qu'un petit nombre, chacun mit la main à la patte. Oh oui, il y eut des disputes et autres prises de bec, mais au final, tout fut prêt dans les temps.

Alors que les dernières tables furent installées, Kaedlin sourit, se disant que cela aiderait peut-être même à rapprocher les shinobi de la population qu'ils protégeaient… Après tout, quoi de mieux que cela pour les remercier et leur faire comprendre à quel point ils étaient importants… ? Elle inspira un grand coup alors que le soleil avait commencé sa descente. Elle aida les autres à allumer les lampions et braseros pour illuminer la place, donnant cet atmosphère si particulier aux festivals. L'atmosphère de la fête. Ce soir, l'alcool coulerait à flots et la nourriture serait servie en quantité ! Telle était la garantie que promettait la jeune femme pour que le village s'amuse et se remette de la dernière bataille. Voilà ! Tout était fin prêt. Elle alla se changer, pour une tenue plus pratique, celle qu'elle portait tout le temps à la taverne et fit signe aux musiciens et danseuses qu'ils pouvaient commencer. La soirée était ouverte, enfin.

Le début fut timide, presque difficile. Mais une fois le soleil couché et la lune illuminant la nuit, les arrivées se firent de plus en plus nombreuses. Civils et Shinobi réunis pour boire, manger et s’amuser ensemble. N'ayant pu le temps de rêvasser, Kaedlin se mit au travail, aidée par quatre autres jeunes femmes, embauchées pour ce soir. Rousse, blonde, brune, mince, ronde, grande ou petite, cela importait peut à Kae, car elles devaient avant tout être souriantes et polies. Et ne pas avoir une attitude tendancieuse avec les clients. Amicales, oui. Vulgaires, non. Entre deux services, elle put constater que les tables se remplissaient, ce qui lui tira un sourire. Ouais. Elle était heureuse de voir que malgré ses tracts un peu… Non, très mal fait, des gens venaient. Sur scènes, les filles dansaient, en rythme, chacune vêtues d'une couleur différentes des autres. Ce soir, elle ne danserait pas. Elle gérerait le reste, mais elle savait qu'elle pouvait confier la bonne ambiance à ses demoiselles, habituées à travailler au bar !

Il n'y avait plus qu'à prier pour que la soirée se passe sans encombre et qu'elle n'ait pas besoin de sortir ses louches...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2891-zhang-kaedlin-une-folle-armee-d-une-louche-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2897-zhang-kaedlin-les-peripeties-d-une-femme

Mar 8 Mai 2018 - 19:50




Tout avait été si rapide depuis notre retour à Kumo, un peu plus d’une semaine s’était écoulée et ma vie de Kumojin avait pris un nouveau tournant. Aussi malheureux qu’heureux avec un net penchant pour le côté positif. Cela faisait quelques jours que j’avais remarqué affichés sur les murs ici et là des tracts annonçant un événement… d’envergure ? Une fête populaire appelant à la réunion des habitants de Kumo.

Je n’aimais ce genre de rassemblement, il y avait souvent trop de monde, trop de bruit… trop de chose à gérer. Mais je connaissais plus ou moins l’organisatrice de tout ceci, je l’avais rencontrée une fois il y avait de cela quelques mois. Je savais qu’elle gérait dans ce domaine, aussi bien les humeurs des uns que les excès des autres… J’avais hésité un instant à y aller, mais juste un bref instant hein puisqu’une autre personne avait fini par me convaincre.

Si la Sandaime participait, alors je pouvais aussi faire cette effort qui n’était pas, finalement, si insurmontable. Puis j’avais l’habitude depuis le temps à être entourée, à rencontrer des personnes que je ne connaissais pas. La tranquillité des soirées que j’avais tant apprécié à Tetsu était malheureusement décédée lors de mon arrivée dans ce village ; ce qui n’était pas forcément un mal, à vrai dire. Ça comme d’autres activités plus ou moins légales.

Et tant mieux. Ce fut une fois le soir venu, après mon travail au sein de l’institut et un bref rafraîchissement que je m’étais rendue chez elle, dans un coin tranquille du village, peu fréquenté. Plus un refuge qu’un appartement, cet endroit était… parfait. Et j’en gardais l’emplacement secret, j’avais promis. Après quelques instants passés à dans les rues du village, veillant à ne pas être suivi –paranoïa powa- j’arrivais finalement devant sa porte.

Frappant à sa porte, la jeune femme m’ouvrit après seulement quelques secondes, l’air prête, je supposai. J’esquissai un sourire en la voyant et lui donnai un simple baiser.

-T’es prête à y aller ?

Glissant mes doigts entre les siens, je la pris par la main et nous nous mimes en route pour la place centrale du village.
J’étais plutôt impatiente de voir comment toute cette allait se dérouler… Enfin, en compagnie de Reiko, je ne voyais pas ce qui pourrait… mal se passer.
Alors que nous approchions lentement mais sûrement de notre destination, je lui dis :

-Ca va bien se passer! Souris-je.


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 8 Mai 2018 - 21:47
Anxieuse...

En réalité, lorsque tu avais vu cette paperasse figurer sur ton bureau, tu l'avais traité sans vraiment prendre en considération tout ce que cela impliquait. Évidemment, il n'y avait aucun de mal à animer un tant soi peu la capitale de Kaminari, surtout lorsqu'on savait le contexte global du Yuukan en cette période... Mais bon sang... Tu n'avais pas prévu devoir y aller toi même...

Malgré tes nouvelles attributions, malgré ta force, tu avais toujours cette angoisse d'être en entourée d'une foule immense. Tu avais toujours cette crainte viscérale provenant d'un traumatisme encore bien présent de ton enfance. Dans ce genre de situation, tu n'étais pas entrain de te battre ou de faire exploser ta colère, alors tu étais incapable de faire quoi que ce soit...

Combien de fois Kumo avait du trembler car tu t'étais retrouvée entourée de bien trop de personne à la fois...

Mais cette soirée là, cela allait être différent... Tu avais ouvert la porte à Sazuka qui t'avait accueillit un doux baiser, rapide mais suffisant. La fixant dans les yeux, tu savais d'une certaine manière qu'elle allait être ton ancrage à la raison et à la réalité. Et tu n'avais pas besoin de craindre la foule à partir du moment où tu pouvais te réfugier dans ces yeux.

Bien entendu, la Sandaime allait sans doute être sollicitée, mais tant que la médecin était à tes cotés, tu pouvais vaincre cette épreuve sans faire de victime.

Ainsi, tu avais marché jusqu'à la fête, pénétrant alors aux cotés de Sazuka au sein de cet évènement festif. Même s'il y avait certains invités d'honneur, que ce soit entre les dignitaires de Kaminari ou même des shinobis reconnus par le village, il n'y avait en cet instant pas plus réputé que toi. Et cette situation ne te plaisait pas tant que ça.

Heureusement, tu n'eus même pas le besoin de te présenter que tu fus envoyée jusqu'à une table assez en retrait de l'ambiance générale. D'une certaine manière cela allait te permettre de reprendre tes forces de cette oppression humaine.

- Y a beaucoup trop de monde...


Tu disais cela faiblement et n'avait de portée que les oreilles de ce qui était désormais une moitié à tes yeux. D'ailleurs, tu portas bien vite à nouveau tes lèvres contre les siennes tout en caressant son visage. Une manière pour toi de savourer cette soirée aussi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 11 Mai 2018 - 17:30
En temps normal, je me serais tenu éloigné de ce genre d’événement. Ce n’est pas tant qu’ils me déplaisaient, mais je n’étais pas franchement adepte de tout ça. Je veux dire, l’ambiance, les festivités, l’alcool… Ce n’est pas pour rien que j’étais, pour la plupart du temps, dans des bars discrets et calmes plutôt que des endroits populaires et bondés. Mais, pour une fois, et à mon grand étonnement, je n’étais pas totalement agacé de m’y rendre.

La raison est plutôt simple, en fait. Depuis mon retour d’Iwa, ma relation avec Itagami s’est pas mal développé. Elle a toujours été quelqu’un d’assez proche, rien que par le fait qu’elle ait été l’une des premières personnes que j’avais rencontré en arrivant à Kumo. Je veux dire, une des premières à qui j’ai vraiment parler. Et du coup, par extension, l’une des premières personnes dont je me suis lié à ma sortie de prison. Je pense que ça jouais pour beaucoup.

Enfin… je n’étais pas vraiment très fort dans ce genre de trucs. Je savais pas trop comment nous considérer, mais j’imagine que j’avais une bonne idée. La direction que j’empruntais n’étais pas anodine. La tenue que j’avais préparée non plus. Merde, j’essayais genre… de lui plaire ? Ouais enfin, c’est normal, hein. C’est juste tellement pas naturel pour moi… Et pourtant, me voilà devant sa porte, prêt à l’emmener à la place centrale pour un grand événement organisée par Kaedlin, une gérante sympathique rencontré quelques semaines plus tôt, voire mois, je sais plus.

- Oi. Souriais-je à la blonde qui venait d’ouvrir la porte. Ravi de te voir. On se met en route ?

Bon… je n’en étais pas encore au point de lui tendre la main ou le bras, mais on pouvait lire sur mon visage que j’étais d’ores et déjà bien content de la voir et de m’imaginer passer cette soirée en sa compagnie. Chaque chose en son temps, après tout. Pour moi, c’était déjà très particulier. Et... alors qu'on s'était mis en route, je lui avais même fait quelques compliments.

Sur place, on pouvait aisément constaté que la place se remplissait petit à petit. On était venu un peu plus tard que l’heure prévue, ce qui expliquait la petite foule, mais qui voulait surtout dire qu’un bon nombre de gens allaient débouler.

Alors que mes yeux sillonnaient l’endroit, quelques visages ne m’étaient pas totalement inconnus… dont certains en particulier. Un sourire au lèvre, je me retins de les déranger, préférant calmement m’asseoir avec Itagami pour commencer.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Sam 12 Mai 2018 - 14:53
Les héros (et moins héroïques) étaient finalement rentrés au bercail, quelques jours s’étaient passés et il était désormais annoncé qu’une fête devait avoir lieu en l’honneur de ces derniers. Ou, tout du moins, fêter ce qu’ils avaient réussi à accomplir, et ce, quand bien même semblaient-ils se tenir sur une fine ligne les rapprochant d’une guerre avec le pays du feu. Cette pensée la rendait un peu morose alors qu’elle ne pouvait que s’inquiéter pour le pays qui l’avait vu voir le jour. Une partie d’elle avait envie d’aller auprès de sa famille, s’assurer de leur bien-être, toutefois… Elle avait des engagements désormais, une fidélité promise au village et puis, elle s’y plaisait ici. Elle avait rencontré nombreuses personnes qu’elle appréciait désormais et apprenait auprès de gens qui se voulaient tous aussi intéressants les uns que les autres. Elle leur enverrait une lettre, tout simplement.

Elle avait fait un effort, pour cette soirée particulière où elle avait l’intention de se rendre, et ce, quand bien même n’avait-elle rien d’une héroïne. Elle qui se voulait encore nouvelle au sein du village y voyait là l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes tout comme d’aller voir ceux qu’elle connaissait déjà. Ce fut donc quelque chose détonnant avec ce qu’elle portait d’habitude pour lequel elle opta, troquant ses vêtements confortables pour quelque chose de plus classe. Elle avait même osé pour une jupe, de quoi vraiment faire différent de ce qu’elle portait habituellement, le tout accompagné d’un débardeur échancré sur ses côtes. Regardant son reflet dans le miroir, elle eut un sourire espiègle, ce qui contrastait avec la tenue peut-être plus mature pour laquelle elle avait opté. Elle vint tresser ses longues mèches pâles le long de son visage, la faisant ensuite tomber par-dessus son épaule droite.

Fin prête, elle quitta son appartement en direction le centre du village, où commençaient les festivités. L’ambiance était agréable, la musique se faisant entendre de loin et les lumières éclairaient l’endroit, et ce, quand bien même le soleil était-il déjà couché à l’horizon. Son regard passa d’une personne à l’autre, observant la foule devant elle, cherchant des visages connus pour commencer. Ce fut dès lors que ses prunelles claires tombèrent sur un homme qu’elle appréciait beaucoup, peut-être plus que ce que lui aurait voulu, et donc, de ce fait, elle se dirigea vers lui d’un pas assuré.

Elle prit un léger détour pour se retrouver derrière lui, sans qu’il ne le remarque, de ce qu’elle espérait. En s’approchant, elle ne put s’empêcher d’observer celle qui, cela ne faisait aucun doute, l’accompagnait à cette soirée. Elle était franchement jolie, il avait bon goût. Était-elle sa copine ? Si elle se fiait à leur attitude, voir le regard qu’ils s’échangeaient, sûrement pouvait-elle s’imaginer que oui. Et puis, elle n’avait pas besoin de l’avis de personne pour se faire des idées. Ce fut donc pour cette raison qu’une fois dans son dos, à sa hauteur, elle se pencha, amenant son visage par-dessus son épaule, près du sien.

- J’suis sûre qu’t’connais même pas la couleur d’ses yeux.

Faisant bien évidemment référence à l'opulente poitrine que possédait la jolie blonde se trouvant sous ses yeux. Un léger rire s’échappa de ses lèvres, l’air de rien, alors qu’elle était arrivée il y avait de cela quelques minutes à peine et, déjà, elle s’amusait.

- À c’te taille-là, j’me d’mande s’ils ont leur propre champ d’gravité. En tout cas, ça attire l’regard. Les mains aussi ? J’suis sûre qu’oui. En plus, c’doit être confortable… ‘Fin, j’imagine qu’t’dois d’jà l’savoir, non ?





Mec ! Faut s’activer un peu dans la vie ! T’as qu’une vie à vivre !


Elle s’emportait, tout ça parce qu’elle avait vu la gêne passée sur son visage, son regard se détournant. Puis bon, elle devait l’admettre que se moquer de lui avait son charme, quelque chose dont elle ne se lassait clairement pas. Au diable ce que pouvait bien penser la jolie blonde, ce n’était pas quelque chose dont elle se souciait spécialement. Sans compter qu’en ce moment même, elle semblait décider de mener la vie dure à l’Akahoshi. Elle baissa cependant le ton pour ce qui allait suivre, s’assurant que son murmure ne soit compris que par lui.

- Bon, aller, t’en attrape un et j’paye l’resto la prochaine fois. Deal ?

Un large sourire sur les lèvres, elle se redressa pour venir à leur côté, s’invitant dans leur petit tête à tête sans ressentir quelconque remord. Oh, sûrement allait-il l’assommer, ou même vouloir l’étrangler, mais cela faisait parti des risques de sa connerie, chose qu’elle ne prenait jamais le temps d’envisager.

- B’soir, moi, c’Kaede.

Elle dirigea son regard pétillant vers la femme, lui adressant un sourire débordant d’enthousiasme.

- Dis-moi, Hisao, Suzaku va mieux ?

Son regard se tourna à nouveau vers lui, cette fois-ci éclairée d’une lueur inquiète, l’air de dire que malgré tout le manque de sérieux dont elle pouvait faire preuve, il n’en restait pas moins qu’il y avait certains sujets sur lesquels elle pouvait avoir un minimum de sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Dim 13 Mai 2018 - 8:50


Revenant tout récemment de Kaze no Kuni, Raizen devait avouer avoir traversé un moment assez important dans sa vie. Si on veut, cette mission marquait le tournant indirect de bien des choses. Le fait d’escorter Katenshado avait pris une tournure complètement différente, transformant ainsi la dangerosité de sa mission.

Or, par chance et avec beaucoup de courage, il était revenu sain et sauf d’un moment qui aurait pu lui être fatal. Passant à son domicile alors qu’il était de retour depuis quelques jours, il eut vent d’une réunion dans un bar du village. Se demandant si Asami comptait être de la partie, il remarqua que celle-ci était beaucoup trop occupée pour y aller. Tant mieux se dit-il alors que lui-même hésitait à y aller. Malgré tout, la quête d’un besoin inexprimé ou tout simplement de distraction le convainquit d’y aller. Se disant qu’il n’avait rien à perdre de toute manière, Raizen prit la direction du bar.

Contrairement à son habitude, son style vestimentaire était légèrement différent. Portant des vêtements sombres sans pour autant porter son long manteau noir, on pouvait aisément voir qu’il voulait se faire discret et fondre dans la masse. Après tout, il ne voulait en aucun cas finir par attirer l’attention de tout le monde. En fait, Raizen était entré dans le lieu sans pour autant regarder qui que ce soit. S’installant à une table en retrait pour pouvoir prendre une bière et simplement observer, ce n’est qu’une fois assis qu’il réalisa qui était présent.

Ses yeux s’arrêtèrent sur le couple de tourtereaux qui ne semblaient avoir aucun mal à s’exposer en public. Lâchant un léger sourire, Raizen se disait que Sazuka avait bel et bien un charme caché. Pour avoir réussi à avoir un impact sur celle qui dirigeait le village, elle avait probablement du faire bon usage de tous les atouts qu’elle possédait.

-Félicitations, vous êtes mignon.

Quoi qu’il en soit, il ne comptait pas les déranger d’autant plus qu’un spectacle se dessinait non loin alors qu’Hisao était assis en compagnie d’Itagami. Émettant un léger son de surprise, un léger sourire se traça sur ses lèvres alors qu’il était surpris de voir que leur chef d’équipe aimait ce genre de femme. De Sayo à la Metaru, il y avait un sentier de différence. Bien que Raizen avait un certain parti pris parce que Sayozen l’obligeait, il était tout de même curieux de voir la résultante de l’Akahoshi et de la Metaru. Malgré tout, Kaede semblait définitivement vouloir prendre ce rôle en charge, chose qu’il observa et profita de loin.

Décidant toutefois qu’il ne voulait pas manquer le moindre mot, il changea de chaise pour être suffisamment proche d’eux sans pour autant faire une grande distance. Ce n’était qu’une question de positionnement puisqu’il était dorénavant tout proche de Hisao et de Kaede.

-Oy senpai, je comprends mieux pourquoi tu ne répondais pas à mes questions aux derniers entrainements.

Lui faisant un clin d’œil qui voulait tout dire, Raizen n’avait pu s’empêcher de glisser cette petite phrase, désireux de contribuer à l’action qu’il y avait. Finalement, son côté discret avait pris une nouvelle pause, laissant une facette de lui beaucoup moins timide prendre le dessus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 13 Mai 2018 - 23:38



Depuis cette « funeste » nuit qui l’avait séparée cette femme qu’elle avait tant aimé sans rien feindre, l’intendante de la Grande Bibliothèque s’était réfugiée dans son travail et évitait autant que possible de croiser le chemin de cette personne. Pour éviter de raviver une quelconque douleur qui même si elle était encore bien présente semblant s’adoucir après chaque journée de labeur, elle n’hésitait pas à se donner corps et âme aux livres et ses lecteurs. Cela faisait bien longtemps que la grande librairie n’avait pas été aussi propre. Pas que d’habitude elle fut si sale et mal entretenue, mais maintenant, on pouvait croire que tout y était comme figé. Et lire, évidemment, lui permettait d’oublier, au moins un temps ; car ce qu’il lui fallait plus que tout, c’était se changer les idées. Alors, quand elle vit dans les rues du village les affiches annonçant une « fête » sur la place centrale du village… Elle y trouva une bonne occasion, justement, d’oublier.

L’alcool grisant, la présence de personnes qu’elle appréciait ; lui offriraient au moins un répit de quelques heures. Quelques heures en moins à penser à cette femme qu’elle avait malgré elle, malgré son serrement ; trahie. Avec le temps elle finirait par –non pas l’oublier- ne plus être affectée par cette simple pensée. Une question de temps, au final tout n’était que ça. Plusieurs jours passèrent alors, assez lentement, avant que celui de cette grande fête organisée par Kaedlin ne débute. Des jours qui se ressemblèrent malheureusement. Mais le jour venu, elle fut comme habitée d’une perturbante agitation, une impatience qui grandissait un peu plus à chaque instant qui l’en rapprochait. Et, le soir venu, s’étant vêtue pour l’occasion, elle se rendit donc sur place. Seule, forcément. C’était le genre d’évènement auquel elle aurait aimé « participer » avec l’Eisei-nin… mais bon, ce temps était vraisemblablement révolu…

Arrivée, les lieux de la fête étaient déjà habités par un nombre très considérable de Kumojin et d’autres personnes plus ou moins connues tous venus des alentours, de Kaminari. Il n’y avait pas à douter que tout avait été contrôlé au préalable et qu’aucun ennemi de la nation ne se trouvait, à cet instant, dans la foule. Akina reconnut parmi tous les « invités » -fête populaire ne l’oublions pas, il n’y avait pas d’individus plus invités que de d’autres, tout au plus certains avaient manifesté leur intérêt- de nombreux visages qu’elle avait déjà croisé par le passé, la grande majorité à la bibliothèque en fait. D’autres plus simplement pas hasard ici ou là. Alors qu’elle se faufilait jusqu’à une table avec au moins une chaise libre –parce qu’être avec des inconnus ne la dérangeait pas, au contraire, et puis il ne s’agissait peut-être pas d’étrangers en fait ; elle n’en savait rien puisqu’on attention et son regard étaient retenus pas une seule chose, ou personne.

L’ikeda, en compagnie de la nouvelle Raïkage. Visiblement en très bons « termes ». Elle soupira en les observant… Et porta un verre, qui n’était peut-être pas le sien, à ses lèvres tout en détournant le regard, fixant le dos de cette personne se trouvant à quelque mètres d’elle.



_________________

Akina [akina] n.f - n.p : Qui ressent de la joie en toutes circonstances
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Lun 14 Mai 2018 - 3:24
Au départ, elle n’avait pas dans l’idée d’y aller. D’humeur assez morose, tant par sa condition physique que par l’absence d’avancement dans ses projets, elle s’était enfermée dans son laboratoire à défaut d’avoir mieux à faire. Elle tentait tant bien que mal de travailler sur ses marionnettes, et pourtant, son bras blessé l’empêchait de se montrer productive, chose qui l’agaçait au plus au point. Soupirant une énième fois, elle entendit la porte de son appartement se refermer. Raizen venait de sortir, de ce qu’elle pouvait en comprendre. Était-il parti à la fête qui se tenait au centre du village ? Sûrement, oui. Son regard sur leva sur la porte de son laboratoire. Est-ce que Shôran y serait ? Elle ne lui en avait pas spécialement parlé, pas plus avait-il semblé spécialement tenté par l’événement.

Que perdait-elle à y aller ? Du temps, nécessairement. Toutefois, à l’heure actuelle, que faisait-elle de son temps ? Rien de bien productif. Bon, d’accord, elle allait s’y rendre. Troquant sa tenue confortable pour quelque chose de plus approprié pour le public, elle avait opté pour des pantalons serrés soulignant les courbes de son corps et un chemisier au décolleté attirant nécessairement le regard mais se voulant tout de même de bon goût. Ses longs cheveux d’ébènes furent remonté en un chignon lâche, laissant ainsi quelques mèches tombés sur le côté de son fin visage. Une paire de hautes bottes pour accompagner le tout et elle était prête pour quitter son appartement.

Elle fit un détour par celui de Shôran, voir s’il y était, ce qui n’était bien malheureusement pas le cas. Elle lui laissa donc une lettre, joliment écrite, lui faisant savoir qu’elle serait à la fête si jamais il la cherchait ou si l’envie lui prenait de venir la rejoindre. Après tout, désormais officiellement sa petite amie, c’était le genre d’événement où elle aurait pu aimer l’avoir avec lui. Du moins, ce qu’aurait aimé une petite amie sincèrement amoureuse, ce qui n’était pas exactement son cas. Mais bon, passons, ce n’était pas ce qui était important. Se laissant ensuite guider par la foule, cette dernière se dirigeant vers la place centrale du village, elle se laissa momentanément bercée par la musique qui semblait provenir de l’endroit.

Une fois dans l’endroit le plus animé, son regard passa sur la foule à la recherche de visage connu. Elle observa au loin son sensei, en compagnie d’une demoiselle qu’elle avait déjà aperçu à quelques reprises, Itagami si sa mémoire était bonne, une Metaru. Il y avait aussi une autre personne qu’elle ne connaissait pas et son coéquipier. Hésitant quelques instants, elle se décida toutefois de ne pas aller vers eux. Oh, elle aurait pu, mais ils semblaient déjà nombreux, et puis, quelqu’un d’autre vint attirer son attention.

Elle se décida donc de s’approcher de la table d’une femme qui, sans réellement la connaître, elle l’avait bien souvent côtoyée, en tant qu’adepte de la bibliothèque. Il s’agissait sûrement de l’endroit, avec le Complexe Scientifique, où elle avait mis les pieds le plus souvent. Scientifique en quête de toujours plus de savoir, elle avait sûrement lu tous les livres à sa disposition tant sur les marionnettes que sur le poison. Tirant une chaise aux côtés de la jeune femme, elle lui adressa un agréable sourire, comme elle le faisait bien souvent lorsqu’elle la croisait.

- Bonsoir Akina. Je t’offre quelque chose à boire ?

Après tout, bien qu’elle ne lui avait jamais réellement parlé plus qu’il ne le faisait, que des discussions légères sur le coin d’un comptoir, elle appréciait la femme qu’elle avait eu le loisir de rencontrer à quelques reprises (pour ne pas dire très souvent) au cours des dernières années dans l’endroit tranquille qu’était la bibliothèque du village, l’une des plus grandes fierté de Kumo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 17 Mai 2018 - 16:04


Un peu moins d’une dizaine de jours, c’était le temps que j’avais presque impatiemment attendue pour pouvoir me rendre à cette fête qu’avait organisée Kaedlin. La tenancière du bar ne s’en rendait peut être pas compte, mais à mes yeux cet acte représentait énormément pour Kumo. Même si nous étions majoritairement revenus entiers des derniers évènements, certains d’entre eux avaient plus un gout de défaite qu’autre chose. Toute cette frustration, ce stress, ces émotions négatives s’étant accumulées et nourries en silence en nos seins depuis notre retour se devaient d’être purgé ; et quoi de mieux qu’une ode à nos victoires ? Aussi triviales pouvaient elles paraitre.
Depuis mon retour d’Iwa accompagnée d’Hisao, au sein même de notre demeure, dans la partie la plus personnelle de mes propres installations résidait le fameux bouclier de la princesse d’argent. Depuis Iwa, j’avais préféré laisser l’objet tel quel, au repos, sans plus d’analyse ou même d’éventuel test de fonctionnalité. Chose certaine cet objet était exceptionnel, ceci ne faisait nul doute, tant par son design que par la pression qui étrangement s’en dégageait… plus d’une fois mon regard s’y était arrêté, appréhendant quelque peu le jour où j’allais enfin me décider à le revêtir ; ceci dit… pour le moment, je ne m’en sentais pas encore prête ; ceci dit concernant un autre point...

- Dit tu n’es pas un peu en avance ? Fi- la voix un tantinet amusée de Kuu chan avec qui je passais le temps en attendant mon cavalier.

- Hummm, effectivement, mais dépendamment des situations, une femme doit être soit prête, soit savoir se faire attendre, ce sont des règles que tu n’as pas encore besoin de retenir, mais elles restent bonnes à savoir… lui répondis-je la main dans ses cheveux, caressant la tête de la petite Metaru sur mes jambes.

- Hummm… encore une histoire d’adulte tout ça… fit-elle tranquillement avant de baisser de nouveau le regard sur notre œuvre commune, les yeux rivés sur la miniature, elle la scruta, encore et encore, se mettant doucement à sourire avant de finalement rependre : Hummm à la place des écailles il serait bien avec une cuirasse sur lui ! Fir-elle en levant subitement les bras. On a toujours vu les dragons comme des reptiles et il suffit de soulever une écaille pour le blesser… poursuivis la jeune fille pensive, recoupant visiblement les manières dont les dragons avaient été battu dans les histoire que je lui racontais… donc, au lieu des écailles, une épaisse armure, comme les héros qui sont venus le combattre ! Dans ta troisième histoire, là tu seras bien protégée dedans.

- Oula… une armure sur un dragon… Observant silencieusement la créature de métal sur la table, je réfléchissais à cette idée saugrenue.

Comment en étais-je arrivée là ? Hum, comme précédemment dit, s’était simplement pour tuer le temps avec Kuu, jusqu’à ce que je lui demande quel serait son dragon idéal. J’avais toujours promis de la protéger aussi farouchement que le ferait une dragonne avec ses œufs et depuis elle s’est attachée à ces animaux.
Retirant les écailles de la maquette animée, amenant celle-ci à essayer de se couvrir et se cacher dans un coin comme s’il avait été subitement nu, je souris à la crise de rire de la petite tout en réfléchissant à comment réaliser son souhait… lorsque l’on frappa à la porte.
Et si tu me dessinais ton idée ? À mon retour on reprend ? fis-je avec le sourire à mon petit trésor, celle-ci un peu déçue acquiesça tout de même avec joie avant de courir chercher de quoi dessiner.

-------------------------------------------------

- Oi. Fit mon cavalier dans l’encadrement de la porte. Ravi de te voir. On se met en route ? Imitant ma fille, un sourie comblée sur les lèvres j’acquiesçai d’un signe de tête avait de le suivre vers ladite soirée.

Comme vous pouvez vous en douter, j’avais passé un certain à chercher une tenue, pas trop habillée, mais tout de même distinguée ; aussi, c’est avec une certaine joie que j’accueillis les compliments qu’il m’adressa. Compliments que je puis ailleurs lui retourner ; pour une fois qu’il n’était pas en tenue de tous les jours, mais s’était véritablement préparé pour une soirée, il fallait l’en féliciter. Lentement mais surement, ma cheminée sur patte s’accommodait de mieux en mieux à la société… ça faisait plaisir à voir.
Nous échangeâmes quelques mots, quelques plaisanteries, quelque souvenir… sur la route de l’évènement, évènement auquel nous ne tardâmes point à arriver. Nous avions une pointe de retard, mais la zone était déjà en partie peuplée. Comme escompté, les Kumojin y avaient répondus positivement, le dernier évènement de ce type remontant à la fête de la lumière… et avec tout ce qui s’était passé récemment l’on ne pouvait que comprendre leur désir d’oublier un peu tout ça.

Nous primes finalement place dans un coin pas spécialement à l’abri des regards, mais tout de même un tantinet discret ; peut-être une déformation professionnelle à force de tout le temps agir dans l’ombre… Tranquille dans notre coin, laissant mon regard se balader parmi les différents visages présents j’en reconnus quelques-uns ; la majorité étant surtout des habitués de la forge, passés pour de l’entretien d’armements spéciaux ou autre jusqu’à ce que mon regard tombe sur un visage plus… remarquable que les autres, notre très chère Raikage… enfin notre très chère dame de fer qui semblait avoir trouvé ce qu’il lui manquait…
Bouche bée, mon regard s’attarda un instant sur le baiser de ces deux jeunes femmes avant d’en détourner le regard. Regard qui tomba finalement sur Akina chan, notre bibliothécaire, une jeune femme d’ordinaire souriante, mais semblant ce soir plus concernée par… l’infirmière et ma cousine.

Mes doigts se resserrèrent lentement autour de ceux d’Hisao tandis que je percevais la peine… ? De celle-ci. Mes doutes quant à l’orientation de Sazuka san se confirmèrent en cette soirée, depuis cette « visite médicale » ça n’avait cessé de me trotter dans la tête, non pas elle en particulier, mais plutôt cette relation ente individu du même genre ; mais aussi bien étais-je heureuse pour Reiko et celle-ci, que voir Akina ainsi me rongea… de l’intérieur. Si elle vivait bien ce à quoi je pensais, je ne pouvais que la comprendre, mes séparations d’avec le Nidaime m’avaient presque détruite à une époque et apprendre son mariage n’avait pas été mieux.
Resserrant davantage l’étreinte discrète entre la main de mon cavalier et la mienne, je lui accordai un regard sincère et silencieux, non il n’était en rien un bouche-trou, ce que je ressentais pour lui avait pris un certain temps à germer depuis notre première rencontre, croitre, s’étendre, devenir véritablement... une partie de moi ; mais je ne pouvais m’empêcher de me demander : * aurais vraiment pu me redresser s’il n’avait pas été là… ? Qu’aurais-je fait s’il m’avait rejeté ? * posant un instant la main sur mon buste, je me demandais... l’aurais-je suppo...

- B’soir, moi, c’Kaede. Fit finalement la voit d’une jeune fille visiblement sortie de nulle part. Observant un certain temps mon cavalier avant de poser sur moi un regard muni d’un large sourire, je le lui rendis en me présentant à mon tour.


- Bonsoir… Itagami, Metaru Itagami, ravie de faire ta connaissance. Fis-je avec un sourire sortant de ma précédente torpeur et amusée de voire une fille aussi débordante d’énergie tourner autour de lui.
Ceci dit, nous ne restâmes pas trois bien longtemps, tandis qu’elle prenait des nouvelles de Suzaku, c’est un visage connu qui nous rejoignit… Hoooo… bonsoir Raizen, je ne m’attendais vraiment pas à te voir ici… Fis-je dans un petit rire, me rappelant que celui-ci était exactement comme son sensei, désireux de rester dans le calme. contente de te revoir ! Fis-je dans un nouveau sourire avant d’observer la petite équipe gravitant autour de cet homme qui jadis se complaisait dans la solitude.

Un sourire sur les lèvres, je fermai un court instant les yeux avant de me redresser, me complaisant de son évolution avant de reprendre. Vous m’accordez quelques minutes ? Je vais nous prendre deux trois bricoles, je reviens tout de suite. Fis-je avant de les laisser pour rejoindre le comptoir du bar.

Me frayant un chemin en esquivant quelques personnes, faisant de petits signes à ceux qui me remarquaient, j’arrivai finalement à destination devant une des serveuses qui finissait justement de servir un client. Bonsoir, pourriez-vous me servir un green river s’il vous plait ? Avec un soupçon d’alcool… Fis-je en sortant de mon sac deux des récipients de pigments avec lesquels je me baladais souvent. Je renversai le contenu rougeâtre de l’un dans une main, le blanchâtre de l’autre, dans la seconde. Sous le regard inquiet de la serveuse aux abois avec son shaker. Ha ha ne vous inquiétez pas, il ne s’agit en rien d’une substance illicite. Refermant celles-ci, concentrant un instant mon chakra avant de joindre les mains, je posai sur le plateau qui allait servir de support au verre un bouquet miniature composé de coquelicots et de Lis blanc.

- Pourriez-vous livrer ceci à la fille à lunette là-bas ? Fis-je en désignant Akina qui avait été rejointe par une autre dame que je ne reconnaissais pas vraiment, demandant pour le coup à la serveuse de conserver mon anonymat. Tandis qu’elle s’exécutait, je contactai un autre serveur, pour notre table cette fois-ci ; commandant de quoi grignoter et boire avec une faible concentration d’alcool avant de la remarquer du coin du regard.

- Ha ! Kae chan ! Fis-je en me rapprochant de ma vieille amie. Alors alors, les affaires marchent bien à ce que je vois petite chanceuse ! Fis-je d’un sourire presque aussi large que celui de Kaede, jetant un coup d’œil à mon colis pour vérifier qu’l était bien arrivé.


_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mar 22 Mai 2018 - 22:54
Ce n'était que peu de temps après son officialisation au sein du village qu'il avait entendu parler d'une fête. Il ne le savait pas au début pourquoi, et ce n'était qu'en demandant à droite et à gauche qu'il sut que c'était pour accueillir ceux qui étaient partis, ou quelque chose comme ça .. En tant que bon "campagnard", il ne savait pas vraiment ce qu'il se passait en dehors des murs de sa ville présente. Il ne savait donc que quelques bouts d'histoire, mais pas assez pour se faire une idée. Mais de toute façon, il l'aurait sûrement déjà oublié au bout de quelques jours. Mais l'heure était à la fête, alors il mettait cette idée à l'arrière de sa tête. Il n'avait pas forcément d'autre habits que ceux qu'il portait déjà, et clairement pas les moyens pour bien "s'habiller". C'était donc avec ses habits habituels qu'il y allait.

Au bout de quelques minutes de marches lentes, il arrivait finalement à l'endroit de la fête. Aucune surprise, il ne connaissait absolument personne. C'était comme s'il arrivait en territoire inconnu. Mais il n'allait pas se dégonfler, sa mission ne faisait que commencer ! Et comment bien la commencer quand il pouvait enfin user de ses talents divins face à une si grande foule ? Bien qu'il ne parlerait pas à tout le monde. Il lui fallait un plan, un grand plan de bataille. Pour l'instant, il déciderait de rester à l'écart, restant dans un coin qui n'était pas sombre mais où peu de mondes étaient présents. Il gardait un grand sourire sur son visage en fixant chaque personne pendant au moins dix secondes puis en écrivant quelque chose dans un carnet qu'il a caché dans l'intérieur de sa veste. Pour ce qu'il écrivait ? C'était assez simple, il n'écrivait qu'un surnom -ne connaissant le nom de personne- suivi d'une croix 'X' ou d'un 'V'. Il murmurait aussi ce qu'il écrivait quelques fois.

Il finissait d'écrire ce qu'il voyait au bout d'un certain temps sur toutes les personnes présentes. Heureusement, en regardant à droite et à gauche, personne ne l'avait vu, il serait très difficile d'expliquer ce qu'il venait de faire à d'autres personnes. Ce serait aussi sûrement gênant .. Non ça ne le serait pas, il est fier de ce qu'il faisait. Il bombait presque son torse en repensant à la mission noble qu'il entreprenait. N'importe qui ayant cette mission qui leur est attribuée serait fier. Il passait donc son regard gris-vert une dernière fois sur chaque personne. Finalement, il n'avait rien à changer dans ses notes, il les rangeait calmement, et avec soin, comme si ces notes étaient le trésor le plus sacré qu'un humain pouvait avoir.

C'était finalement sur des pas confiants et d'une grande enjambée qu'il s'avançait dans la foule pour parler à des gens et se présenter. Bien entendu, étant celui qu'il était, il n'est pas allé dans un groupe qui n'avait que des hommes ou des femmes qui semblaient déjà prises. Au contraire, il ne visait que les groupes avec des femmes qui n'étaient pas prises. Peu importe s'il semblait être l'intrus dans un groupe, il y allait pour donner une rose à une femme, dire une phrase en se présentant, puis partir tout aussi calmement et avec confiance qu'il était venu.

"-Bonsoir, enchanté, je m'appelle Keitei. Excusez-moi, mais est-ce que votre père est un voleur ? Car il a prit toutes les étoiles du monde pour les mettre dans vos yeux."

----------------

"-Bonsoir, enchanté, je m'appelle Keitei. Est-ce que vous voyez toutes ces étoiles dans le ciel ? Moi non, vous êtes la seule étoile à mes yeux"

----------------

"-Bonsoir, enchanté, je m'appelle Keitei. Il me manque une carte à mon mon jeu de cartes. Est-ce que vous voulez être la reine de mon cœur ?"

Autant ne pas se mentir. Ses tactiques n'avaient pour l'instant pas marché, pas une seule fois, et malgré certains rires, les regards n'en restaient pas moins étranges à son égard.

"-Elles sont sûrement timides. C'est certainement ça. Ma technique légendaire n'aurait pas pu ne pas fonctionner sinon.", pensait-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3217-wara-keitei-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2998-sendai-ryo-l-excellence-termine

Sam 26 Mai 2018 - 15:01




Les endroits trop fréquentés me donnaient un sentiment d’oppression en général mais étrangement ici, sur cette place archi bondée ; j’avais vaguement l’impression d’avoir trouvé ma place, connaître la majorité des personnes présentes ce soir-ci jouaient évidemment un rôle sur ma perception de ce qui était d’habitude un « malaise ». J’aimais bien observer les gens, voir quels liens ils avaient les uns entre les autres et échafauder, comme d’habitude, tout un tas d’hypothèses pour la plupart improbables. Mais, s’il y en avait une dont j’étais certaine, ce fut sans doute celle concernant un jeune homme au look un peu androgyne qui naviguait sur les flots de personnes, se rendant de groupe en groupe comme un navire de port en port, sans jamais s’attarder, comme s’il chercher quelque chose en particulier… J’étais un peu surprise de son manège, essayant de comprendre ce qu’il faisait, jusqu’à ce que mon attention soit attirée par la jeune femme à mes côtés. Je posais mon regard sur elle…

Si je me sentais de plus en plus à l’aise en présence d’autres personnes, ça ne semblait pas vraiment être son cas ; et je la comprenais. Nous étions malgré tout très semblables sur certains points, dont celui-ci : nous aimions notre tranquillité. Je lui rendis son doux baiser lui adressant un sourire plutôt réjouit tentai de lui donner un conseil sur la façon dont elle pouvait mieux gérer la situation. Bien évidemment je n’allais pas me sauver, la laisser seule à cette table, ou d’une quelconque façon ; après tout et assez ironiquement je savais que si nous étions à cet endroit ensemble à cet instant, ce n’était pas que pour la raison qui sautait le plus aux yeux ; non il y avait évidemment une autre « fonction » à ma présence… Et cela m’allait très bien, quoi qu’il en fut. Oui ironiquement ; une des personnes manquant d’une grande stabilité sur plusieurs pans de sa personnalité, en apportait à une autre qui en avait tout autant besoin. C’était en fait… mutuel ?

-Il y a du monde oui… Qui ne se serait pas douté que ce genre d’événement n’aurait pas attiré la « moitié du Yuukan » ? Mais toutes ces personnes sont là pour Kumo et Kaminari. Et je mettrai mes deux mains à couper qu’ils ont tous une grande confiance en toi. Lui affirmais-je avec le même sourire en observant toujours les « invités » s’amuser, discuter etc… Puis mes mains… Enfin, ce n’était pas une chose que je disais à la légère ; elles étaient bien plus que de simples membres. Hum… Fais comme moi, essaye d’imaginer leurs histoires ; tu verras, ils te sembleront moins… gênants. Rigolais-je légèrement. Tiens, tu vois lui là-bas. Lui montrais-je discrètement. Je suis sûre que c’est un homme qui se fait passer pour une femme. Je parlais évidemment de Keitei. Ou l’inverse ? Dis-je interrogative.

C’était « un jeu » qui m’amusait, imaginer ce genre de chose. Mais c’était surtout un moyen de faire abstraction du reste de toutes les personnes présentes, concentrer son intérêt sur une seule d’entre elle pour en oublier les autres. De plus, cela faisait passer le temps encore plus vite, et parfois, rarement même, je ne me trompais pas dans mes hypothèses. Et mettais le doigt en plein dessus ! Ce qui me rendait assez fière !

-Mais, tu peux te concentrer sur-moi si tu veux. Lui avais-je suggéré en prenant sa main dans la mienne, l’embrassant une nouvelle fois. Quoique… te n’en auras peut-être pas le temps. Rigolais-je. Alors qu’un homme s’approchait de notre table. Vue sa tenue… il devait-être un officiel, venant…
-Raïkage-Sama. Enchanté de vous rencontrer. La saluât-il en s’inclinant légèrement. Je suis le représentant de Teitetsu.

Je l’observais un instant, il semblait ne pas m’avoir du tout calculé, enfin, ce n’était pas grave… je me demandais ce qu’il voulait à la Metaru.


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 2 Juin 2018 - 12:37
Si belle...

Tu avais du mal à l'écouter tant tu observais son visage radieux... Elle aussi, elle avait changé d'une certaine manière. Tu ne l'avais jamais vu sourire de la sorte, le pourpre aux joues. Apparemment, sa relation avait toi lui avait aussi permit d'envisager le bonheur, chose que toi comme elle pensiez hors d'atteinte. La contemplant alors, il t'arrivait néanmoins d'enregistrer certains de ses conseils.

Il était assez drôle de constater que c'était elle qui te conseillait sur comment se comporter avec autrui alors qu'elle n'avait été guère plus débrouillarde que toi à son arrivée à Kumo. Tu avais même ouie dire qu'elle avait encore énormément du mal avec les hommes. C'était une chose de son passé que tu n'avais pas cherché à creuser. Après tout, chacun avait ses démons et il valait mieux que cela en reste ainsi. Peut être plus tard... Mais pour le moment, vous deviez profiter l'un de l'autre avant tout.

Enfin...

Cela n'allait pas durer longtemps puisqu'un dignitaire d'un des grands villages de Kaminari vint à ta rencontre. Dérangée par sa présence et le fait qu'il arrive comme un cheveux sur la soupe, tu vins quand même à te lever avant de lui serrer la main. Tu le savais, sa présence était dû à la réunion que tu avais convoqué pour le lendemain. Une sorte de rétrospective sur les activités de Kaminari et le plan de sécurité renforcé que tu avais mit à l’œuvre.

- Je vois. Nous nous verrons demain pour parler plus sérieusement. Cet endroit ne semble pas vraiment... approprier pour cela. Profitez de cette soirée.


Ton intonation était sec mais pas irrespectueuse. Depuis que tu avais coupé la tête du Soshikidan et que tu avais pris position au poste de Kage, ta réputation s'était élargie au monde entier. Et chacun savait que tu ne possédais pas une nature des plus agréables. Ainsi, désormais, le monde entier devait composer avec ton tempérament alors qu'auparavant, cela avait été l'inverse.

Souriant, il hocha la tête ne cherchant pas plus que cela à t'importuner dans ce moment d'intimité avec Sazuka. Tu pus alors pleinement reprendre position tandis qu'on déposait sur votre tables une bouteille de saké ainsi que deux verres.

- Pourquoi s'en priver...


Hisao et Shizen en avaient déjà fait les frais mais, l'alcool ne te faisait absolument rien. Tu pouvais en ingurgiter des litres et des litres sans perdre une seule once de ton esprit. Au moins, cela te laissait le loisir de profiter du gout, à défaut de pouvoir oublier tes peines.

- Il y a cette femme qui nous regardait là-bas, tu la connais ?


Évidemment, tu n'aurais jamais été Raikage si tu n'avais pas apprit à savoir qui t'épiait. Tu ne connaissais pas la Suzuri mais quelque chose te disait fortement que Sazuka elle, la connaissait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

A la boustifaille ! [Tout Kumo !]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: