Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Equipe 5] Premiers pas


Sam 12 Mai 2018 - 1:22
Même heure, même endroit, quatre jours plus tard.

Cette fois, elle était arrivée en avance, pour aucune raison valable si ce n’était qu’elle n’avait pas dormi de la nuit, sans trop savoir pourquoi. Des choses qui arrivaient, un cerveau beaucoup trop actif pour son propre bien et des idées plein la tête. Elle était donc assise en tailleur contre le sol, des insectes sous les yeux, réfléchissant à tout et à rien. Elle faisait désormais officiellement partie d’une équipe, ce qui donnait une nouvelle dimension à son grade, et surtout, à son implication au sein du village. Un sourire vint étirer ses lèvres face à l’ironie de la situation. Elle qui avait passé des mois à suivre l'idéologie d’une organisation qui souhaitait l’abolition des villages cachés se trouvait désormais à en servir un. Elle se demandait ce qu’Aijiro penserait de toute cette histoire. Lui en voudrait-il, s’il savait ce qu’elle était devenue, maintenant qu’il n’était plus là ? Elle préférait ne pas y penser. Sûrement serait-il simplement heureux de voir qu’elle gardait son éternel sourire, sa bonne humeur contagieuse et son sale caractère. Qu’elle ne s’était pas arrêtée de vivre.

Son regard se perdit sur l’horizon, un silence tranquille planant autour d’elle, seulement perturbé par le léger bourdonnement de ses insectes. Un fin sourire étirait ses lèvres alors qu’elle semblait paisible. Elle se demandait pourquoi était-elle membre de l’équipe. Elle n’avait pas été particulièrement agréable avec son sensei et n’avait pas hésité un seul instant à lui faire part de sa façon de penser, et ce, de façon aussi brusque que maladroite. Elle s’exprimait beaucoup, tout le temps même, et pourtant, elle le faisait tellement rapidement qu’elle réfléchissait très peu avant de faire entendre ce qu’elle avait à dire.

Une ombre se dessina devant elle et elle n’eut qu’à poser ses prunelles claires, d’un bleu variant du gris au vert pour reconnaître le nouveau venu. Son sensei, qui, lui aussi, semblait d’avance. Bondissant sur ses pieds, elle vint se placer face à lui, un large sourire sur le visage. Ses insectes vinrent se poser sur son corps pour ensuite regagner leur nid à l’intérieur de celui-ci. Désormais bien droite face au jeune homme, du haut de son mètre cinquante et des poussières, elle fut forcée de relever légèrement la tête pour ainsi pouvoir rencontrer son regard.

- Bon matin ! Là par contre, va vraiment falloir m’dire, même si j’pense tu m’l’as d’jà dit mais j’ai une mémoire d’merde… Sensei ? Sempai ? Shôran ? Aami ? M’sieur ? Genre, j’m’adresse à toi comment ?

Elle rigole doucement, de son rire léger bien caractéristique de sa personne. Comme à son habitude, elle fait preuve d’un enthousiasme débordant.

- Manque que Akame et on est tous là, non ?

Elle lui jette un regard curieux, arquant un sourcil.

- J’sais qu’tu nous as dit d’y réfléchir mais j’dois t’avouer sérieusement m’d’mander c’qui a influencé ta décision pour nous accepter dans l’équipe ?

Car, hormis son sale caractère et son arrogance indéniable, il n’avait toujours pas eu le loisir de rencontrer des facettes plus agréables et plus douces de sa personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Dim 13 Mai 2018 - 14:14
Pendant quatre jours, Shôran s'était posé des questions. Avait-il réellement envie de reprendre en main une équipe ? Était-il prêt à de nouveau être déçu par ses élèves ? Allait-il réussir à leur inculquer des valeurs ? Tant de questions qui ne trouvaient pas de réponses, le Nécromant préférait se dire qu'il verrait ce que l'avenir lui réserve. Kaede et Akame n'étaient pas Kyoshi et Kinzoku, loin de là. Ils étaient différents, Shôran l'avait clairement vu pendant ce petit test d'entrée. Il avait été agréablement surpris.

Quatre jours plus tard, il avait réussi une seule mauvaise nouvelle. Akame n'était pas plus shinobi, peu d'informations à son sujet. L'Héros de Kaze avait tenté de savoir le pourquoi du comment, mais il n'avait eu que très peu d'informations à son sujet. Même en étant jônin, il avait tout de même du mal à trouver des informations. Il fallait donc annoncer à la seule élève qu'il aura que Akame ne ferait pas parti de l'équipe cinq de Kumo. Il s'en alla au même endroit qu'il avait donné rendez-vous un petit en avance, surpris de voir que l'unique élève était déjà présente.

Appelle moi comme tu le sens.

Lui répondait-il, ne voyant aucun inconvénient à ce qu'elle ne l'appelle pas senseï si elle n'aimait pas ça. Shôran n'était guère compliqué. Elle mit les pieds dans le plat en parlant de sa coéquipière, il soupira.

Hum. Akame ne fera pas parti de l'équipe cinq, elle a souhaité arrêter sa carrière de shinobi... Désolé, nous ne sommes que deux et je n'ai pas plus d'informations sur le pourquoi du comment...

Evidemment, il aurait aimé donné plus d'informations à la jeune genin mais il n'en avait pas.

Lors d'une mission, il est important de penser à ses coéquipiers, je vous ai donc jugés sur votre esprit d'équipe, votre rapidité d'action et à vous mettre d'accord. Vous avez été parfaites.

Le garçon ne préférait pas s'attarder sur le départ d'Akame, ils avaient déjà du pain sur la planche avec ce qu'il se passait dans le monde.

Donc, tu es une Aburame et tu contrôles le Katon. D'autres choses à savoir ?

Lui demanda-t-il afin de savoir comment il allait axer son entraînement.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Dim 13 Mai 2018 - 23:50
Comme elle le voulait. Soit. C’était une consigne qu’elle était parfaitement en mesure d’appliquer, et ce, dans toutes les situations. Bien que, pour le moment, elle se tiendrait tranquille, ne comptant pas abuser non plus de la patience du jônin. Il lui semblait jeune. Un peu plus austère qu’elle l’aurait cru, mais bel et bien jeune. Ses traits étaient juvéniles, il ne devait avoir atteint que tout dernièrement la vingtaine. Peut-être quelques années de plus, mais décidément pas la mi-vingtaine. C’était, du moins, ce qu’elle se disait en l’observant. Jeune et… Il semblait avoir vu de nombreuses choses, des terribles réalités de ce monde qui pouvaient venir changer les gens. Ça encore une fois, ce n’était que son idée, mais la distance qu’il semblait imposé, dans sa façon de se tenir et de parler, tout comme son visage et les paroles qu’il employait, elle était en mesure de dire, en quelque sorte, qu’il se montrait froid. Arriverait-elle à percer la carapace de son sensei pour se rapprocher de lui ? Elle l’espérait.

Surtout que, de ce qu’il disait, il n’y aurait plus que tous les deux pour l’instant, sa coéquipière ayant décidé de tirer un trait sur sa carrière de shinobi. Elle allait donc décidément devoir tenter d’entretenir une relation plus chaleureuse avec le jeune homme. Parce que, certes était-il son sensei, mais s’ils se devaient de travailler ensemble, et ce, souvent, alors, pour le coup… Elle aimerait bien pouvoir compter sur lui et avoir confiance en lui. Pas seulement parce qu’elle le devait, mais bien parce qu’il l’aurait gagné.

- Uhm, c’dépend. Y’a beauuuucoup d’choses à savoir sur moi. Sont-elles toutes pertinentes ? Non. Intéressantes ? Ça dépend à qui t’parles j’imagine.

Elle lui adressa un large sourire teinté d’une innocence qui détonait de la personne qu’elle semblait être au quotidien.

- En c’qui concerne c’que j’peux et j’sais faire, j’te dirais qu’y’a pas grand chose d’plus. J’me met au fuinjutsu d’puis peu, parce que j’possède un contrôle assez mauvais, pour n’pas dire risible, sur mes propres capacités et mon chakra. Ça m’permet d’canaliser tout ça, d’essayer d’voir comment bien utiliser l’tout. ‘Fin… J’m’entraîne quoi. C’loin d’être parfait.

Elle ne faisait pas dans la fausse modestie, elle avait vraiment besoin de s’entraîner et de s’améliorer. Elle ne pouvait tout simplement pas rester à son niveau actuel, pas si elle souhaitait monter les échelons et se démarquer. Déjà qu’on lui avait permis de rejoindre le Kyuubu, comme stagiaire pour l’instant, elle souhaitait faire les choses biens, pour une fois. Non pas qu’elle faisait exprès de faire des erreurs, disons seulement que ses conneries lui venaient d’un cruel manque de considération quant aux possibles conséquences. Et, si elle était toujours ainsi, agissant avant de réfléchir, elle faisait un effort à ce sujet, ce qui était déjà bien, tout ça pour éviter de mettre quiconque dans l’embarras.

Si elle assumait pleinement ses erreurs, elle préférait éviter que quiconque d’autres écopes parce qu’elle aurait préféré en faire à sa tête.

- Niveau caractère, j’pense tu auras tout l’loisir d’le découvrir. C’le charme d’rencontrer d’nouvelles personnes, non ?

Toujours ce large sourire soulignant l’enthousiasme dont elle faisait preuve.

- Et toi ? J’ai cru voir un peu d’Katon, d’Futon aussi, non ? A priori, la nécromancie, d’moins, si j’ai bien tout compris… T’es quelle genre d’personne, Shôran ?

Curieuse, elle vint plonger ses prunelles claires dans son regard, attendant patiemment une réponse à sa question qui se trouvait à être terriblement vague, semblant vouloir tout dire et ne rien dire par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Ven 18 Mai 2018 - 14:01
Le plus important pour que les deux puisssenr travailler ensemble, c’était d’apprendre à se connaître. Savoir qui elle était, tout comme elle devait savoir qui il etait. Mais, Shôran gardait un peu de ses distances, ne souhaitant pas s’accrocher à quelqu’un d’autre. Il avait déjà fait l’erreur avec Asami, c’était donc déjà suffisant. Le jeune homme avait vite compris que l’Aburame contrôlait le Katon et ses insectes. Mais, elle se mettait aussi aux techniques de sceaux. Un art que ne contrôler pas du tout et n’intéressait pas du tout le Nécromancien. Toutefois, il se devait de la mettre sur la bonne voie. Dommage qu’elle ne préférait pas le corps à corps ou d’autres techniques.

Finalement, elle venait lui demander quel genre de personne était Shoran. Il haussa les épaules. Lui-même ne savait plus qu’il était, tant de choses s’étaient passés depuis qu’il était devenu Kumojin et shinobi. Il n’avait aucun regret, mais peut-être aurait-il fait les choses différemment parfois.

Et bien, tu ne le sais pas mais je suis de Hi, comme toi. Tu connais déjà mes capacités... je me débrouille pas mal au corps à corps et à l’épée.

Shoran s’adoucit légèrement, les deux allaient sûrement passer énormément de temps ensemble alors... mieux valait être gentil.

Des missions vont bientôt tomber.. j’espère que tu te sens prête à servir Kumo ?

Shoran était resté bloqué sur ses paroles lors de leur première rencontre. Maintenant qu’ils n’etaient plus que tout les deux, elle pouvait parler à coeur ouvert.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 18 Mai 2018 - 16:20
Il y avait toujours ce large sourire flottant sur ses lèvres, dénotant une personnalité assez agréable, bien que flamboyante, pouvant parfois en devenir étourdissante. Son cerveau fonctionnait à une vitesse hallucinante tandis qu’elle recevait nombreuses informations en même temps de la part de ses insectes, ce qui pouvait expliquer nombreuses choses quant à la vitesse à laquelle elle s’exprimait. Elle-même parfois semblait perdre le fil de ses idées, elle ne pouvait donc pas réellement en vouloir à autrui de se montrer confus vis-à-vis de ce qu’elle disait parfois.

Elle avait donc à faire à un autre originaire du pays du feu, ce qui lui arracha un sourire. Parfois, son pays natal lui manquait, tout comme son clan. Elle avait conscience qu’il ne s’agissait que de ses actions et ses décisions qui l’avaient amené à devoir fuir l’endroit, ne serait-ce que pour les risques qu’il y avait à ce qu’elle reste là-bas. Ayant déserté le Soshikidan, elle doutait qu’elle soit bien reçu si elle en venait à croire d’anciens militants de la cause. Certes n’était-elle, normalement, plus reconnaissable, toutefois, elle avait préféré assurer ses arrières. Sans compter que tout là-bas lui rappelait Aijiro et leur belle histoire qui s’était abruptement terminée. Ils avaient été meilleurs amis des années durant avant de former un couple pour plusieurs autres années. Ils seraient toujours ensemble, si ce n’avait pas été de cette mort venant mettre fin à leur belle histoire.

- En vrai c’cool, surtout si on est que deux. J’veux dire, tu t’bats à l’épée et au corps à corps, généralement j’garde plutôt mes distances, sachant qu’mes insectes font à peu près tout c’que j’veux. On s’complète bien, t’trouves pas ?

Pour sa part, cela semblait tomber sous le sens, alors qu’elle gardait son regard pétillant sur son sensei, qui semblait définitivement assez jeune, malgré la maturité qu’elle lisait dans ses traits. Était-il plus jeune qu’elle ? Elle n’aurait su le dire. Une chose était toutefois certaine, lui aussi avait vécu certaines choses qui avaient dû forger son caractère.

- Et ouaip, prête à servir l’village. T’méprend pas sur c’que j’ai dit, si jamais t’as un doute ou j’sais pas, ce s’rait normal après tu m’diras. J’sais dans quoi j’me suis embarquée et c’que signifie être shinobi, tout comme j’suis prête à assumer mon grade. C’juste que j’serais pas capable d’me lancer dans une situation que j’sais être suicidaire. On avait pas b’soin d’dessin, la dernière fois, si tu avais vraiment voulu nous tuer, tu l’aurais fait sans même qu’on ait la chance d’faire quoique ce soit.

Elle passa une main dans ses mèches pâles.

- J’tiens à la vie, c’est la seule promesse que j’me suis fait. J’ai perdu l’homme d’ma vie pour une connerie, tout ça parce qu’j’ai été trop conne et il a eu l’idée d’se sacrifier pour m’sauver. Ce s’rait une insulte à sa mémoire d’faire l’idiote une deuxième fois, t’vois ?

Son coeur se serra alors qu’elle évoquait son ancien partenaire de vie, tout comme une ombre passa dans son regard et sur ses traits. Vivre. C’était désormais la seule chose qui importait réellement.

- Donc oui, j’suis prête à à peu près tout. À savoir si toi, t’es prêt à m’faire confiance ?

Son regard était curieux, alors que son sourire avait une touche d’amusement. Une façon comme une autre de lui demander comment envisageait-il sa relation avec sa seule élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Lun 21 Mai 2018 - 15:41
Quoiqu’il pouvait arriver, Shoran tentait de garder son air serein sur le visage. Il n’était pas le genre de personnes à montrer quand ça n’allait pas, pas le genre d’hommes à se morfondre. Bien qu’il était modeste, le Necromancien avait quelques qualités à faire valoir. Il était jeune, pouvait faire penser à quelqu’un d’insouciant, toutefois il montrait une sérénité hors pair pour un garçon de son âge, une maturité qui égalait même les plus sages.

Peu de gens pouvaient prétendre connaître réellement le Necromancien de Kumo. Il se montrait toujours comme étant quelqu’un de sympathique, mais le peu de gens l’ayant combattu sérieusement savait qu’il pouvait montrer une facette bien cachée de lui. Enfin, Kaede n’avait pas à s’en faire de ce côté là puisqu’elle faisait partie de son équipe et était son élève. D’ailleurs, Shoran lui faisait part du fait qu’ils étaient tout deux originaires de Hi no Kuni.

La genin prit la parole, Shoran souriait, content d’apprendre ses paroles et de voir qu’elle allait malgré tout faire ce qu’elle pouvait pour le village. C’était là le principal pour le tout jeune Jonin.

Je vois. Ton histoire semble intéressante et je t’avoue intriguante. En tout cas, la confiance se gagne et ne se donne pas comme cela... Nous verrons avec le temps.

Shoran ne lui fermait donc aucune porte, mais il ne souhaitait pas réitérer les erreurs du passé. Il préférait donc qu’elle gagne sa confiance plutôt que de la lui donner gratuitement.

Techniquement, ce que je pourrais t’apprendre s’avère limite... peut être quelques petits trucs sur le Katon. Ou tout ce qui touche à la sensorialite, accouple à tes insectes, cela peut donner quelque chose d’interessant.

Lui déclara-t-il, tentant d’imaginer ce qu’il pouvait déjà donc faire pour l’aider à progresser.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mar 22 Mai 2018 - 15:46
La première chose que remarquait la jeune Aburame, c’était à quel point est-ce que son sensei et elle étaient différents, et ce, sur bien des sujets. Qu’il s’agisse de la vision qu’ils avaient de la vie, de la façon de voir les choses et de comment agir avec autrui, ils étaient en tout point différent. Aussi intéressant cela pouvait être, elle espérait tout de même éviter les tensions inutiles. Après tout, qui disait différence de vision voulait dire qu’ils ne seraient clairement pas en accord sur tout. Et s’il était son sensei, et donc, par conséquent, elle se devrait de l’écouter, elle espérait tout de même qu’il ne vienne pas tenter d’imposer son autorité par autre chose que le respect qu’elle pourrait avoir pour lui. Sans quoi les choses risquaient de devenir un peu plus difficiles.

Le sourire qu’elle avait était doux alors qu’elle réfléchissait à ce qu’il lui disait. Malgré l’intrépidité dont elle pouvait faire preuve et ce débordement d’énergie, elle possédait tout de même cette maturité de celle qui avait vu et vécu, ce que bien des gens ne suspectaient pas aux premiers abords.

- J’vais m’permettre d’dire que j’suis pas d’accord avec tout c’que tu viens d’dire.

Le tout avait été dit d’un ton calme, respectueux même. Il n’y avait ni défi, ni provocation, que ce soit dans sa façon de parler ou encore dans son regard. Que l’esquisse de son agréable sourire, tandis qu’elle s’en amusait presque.

- Bon, la confiance ça c’gagne, d’accord. Mais là, à partir d’maintenant, si j’ai bien compris… J’peux compter que sur toi et toi que sur moi, si on fait une mission ensemble. Oui t’es mon sensei, mais faut pas oublier qu’on est une équipe.

Elle ne comptait toutefois pas insister sur sa façon de voir les choses, seulement l’exprimer. Après, qu’il veuille, ou pas, lui faire confiance, cela n’en reviendra qu’à lui. Elle craignait seulement ce qu’il pourrait arriver, sur le terrain, s’il en venait à ne pas lui faire confiance. Tenterait-il de trop en faire, en craignant qu’elle ne soit pas en mesure de faire sa part des choses ? Est-ce que le résultat serait déplorable ? Elle ne pouvait bien malheureusement pas prévoir l’avenir, et, au final, c’était très bien comme ça. Elle aimait bien le charme qu’avait l’imprévisible.

- Puis dans c’que t’pourrais m’apprendre… Si on considère c’qui est concret, ouai, p’t’être. Mais oublie pas qu’t’es un jônin, qu’t’as d’l’expérience, qu’t’as vu des trucs qu’j’ai pas vu et t’as été confronté à des situations qu’j’ai jamais vécu. Simplement parce qu’t’es une autre personne qui est pas moi, t’as vraiment beaucoup à m’apprendre.

Parce qu’elle considérait que chaque personne avait quelque chose à apporter aux autres, qu’ils le réalisent ou pas. Et donc, de ce fait, il pourrait lui apporter beaucoup plus que ce qu’il laissait sous-entendre, et ça, elle en était convaincue.

- Et bon, j’maîtrise l’katon même si, en vrai… C’très limité, c’que j’peux faire en c’moment.

Elle rigola doucement, semblant peu affectée par le fait qu’elle savait ses compétences limitées. Elle comptait apprendre, tout simplement. Elle évita toutefois de mentionner qu’à une époque, elle savait manier l’épée, ou pas mal n’importe quelle arme blanche. Chose qui n’était plus possible aujourd’hui. Elle avait vu tellement de sang ruisseler sur ces dernières qu’elle n’était même plus en mesure d’en tenir une entre ses mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Ven 25 Mai 2018 - 16:11
Le but premier étant de faire connaissance, Shoran n’aurait pas aimé le fait que la kunoichi soit en total accord avec ses propos. Même s’il était son sensei, Shoran voulait qu’elle dise ce qu’elle pensait, en accord ou pas avec lui. Il posa son regard bienveillant sur elle donc lorsqu’elle lui avoua ne pas être d’accord, assez attentif à ce qu’elle pouvait dire. Sur ce point la, il ne pouvait être que d’accord. En réalité, il allait lui faire confiance à cent pour cent dès maintenant, sachant qu’une mission était très dangereuse et qu’une équipe se devait d’être unie avant tout.

Ainsi, il ne répondit pas, se contentant d’hocher la tête positivement. Il allait lui répondrait après, mais il se doutait qu’elle n’en avait pas encore fini. Et il ne s’était pas du tout trompé.

Je parlais techniquement. Sache que pour le reste, tu apprendras sur le tas, que ce soit de mon expérience ou des missions que l’on fera.

Il lui donna un sourire, la défiant du regard. Shoran savait tres bien ce qu’il pouvait lui apprendre.

Justement, le Katon peut être très intéressant. Surtout pour le combat à distance, je pourrais t’aider donc.

Le Necromancien avait un éventail technique assez impressionnant, même s’il avait une spécialité, Shoran avait donc voulu se diversifier le plus.

Est-ce-que je dois savoir autre chose sur toi, Aburame Kaede ?

Lui demanda-t-il avec un sourire, toujours aussi bienveillant.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 28 Mai 2018 - 1:35
Bon, effectivement, en ce qui concernait les techniques, ils ne possédaient pas du tout le même genre de compétences. Là où lui invoquait des morts, pour sa part, elle faisait appel à différents insectes qui vivaient sous sa peau, et ce, depuis presque sa naissance. Une façon de faire du clan Aburame, de transformer les membres dudits clans en nid pour ces insectes qui pourraient par la suite leur être utile de bien des façons. Si beaucoup jugeaient, voir même trouvaient cela dégoûtant, pour sa part, il s’agissait d’une partie d’elle-même avec laquelle elle avait grandi. Il n’y avait rien de plus normal pour elle que cette relation qu’elle avait avec cette colonie habitant son corps.

Il lui tardait de faire des missions, surtout pour comprendre leur point de vue. Après tout, elle s’était retrouvée dans le camp adverse lorsque la bataille avait éclaté, à Shîto. Un frisson lui parcouru l’échine alors que ces souvenirs lui remontaient à l’esprit. Y avait-il pris part ? Ce n’était pas impossible, après tout, il était jônin. Les choses pouvaient rapidement devenir compliquées si autre l’apprenaient. Il y avait déjà un kumojin à qui elle avait dit la vérité, elle n’avait pas besoin de risquer davantage sa position en partageant cette histoire avec plus de personne.

- Autre chose ? D’jà, t’peux m’appeler Kae. Voir Kaede si ça t’embête. Mais Aburame Kaede… On est vraiment obligé tant d’formalité ? Ç’va être chiant à la longue, surtout si on doit passer pas mal d’temps ensemble.

Elle soupira, bien qu’affichant son éternel sourire espiègle, bien digne d’elle.

- Sinon, j’suis pas une excellente élève. J’ai un contrôle assez approximatif d’mon chakra, j’ai d’la difficulté à m’concentrer, trop de théorie ça m’tue et j’ai b’soin d’pas mal d’entraînements pour arriver à faire les trucs. J’ai rien du génie qui réussit tout du premier coup en somme. Va donc falloir être patient avec moi, parce que voilà, ça m’prend parfois du temps.

Elle n’avait aucune honte d’admettre qu’elle n’était pas une excellente élève et qu’elle avait de la difficulté, en règle générale, avec ses techniques et le contrôle de son chakra. Après tout, rien ne servait de prétendre autrement, il le réaliserait bien assez tôt qu’elle n’était pas la meilleure et, comme elle l’avait dit, bien loin du génie qui réussissait tout en très peu de temps.

- Puis ehh… J’aime mangé. Vraiment. Tout l’temps. J’pense qu’à ça, la majorité du temps.

Elle éclata de rire à ces propos qui étaient plus que véridiques, la concernant.

- Puis moi, j’dois savoir quoi ? ‘Fin, si t’as d’autres choses à ajouter ? T’as dit être d’Hi, non ? Qu’est-ce qui t’a amené ici ? T’fais quoi d’ton temps libre ? T’as une copine ?

Kaede dans toute sa splendeur, à assaillir quelqu’un de diverses questions qui n’étaient, pour la majorité, pas très importantes.

- Un plat préféré p’t’être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Sam 2 Juin 2018 - 13:22
Elle lui plaisait, Shoran aimait ces personnes ambitieuses et actives et cette Kaede correspondait parfaitement à l’image qu’il se faisait d’un shinobi. En effet, elle lui apprenait qu’elle n’était pas le genre à apprendre très vite, de ce qu’on appelle un génie. Shoran ne l’était pas, loin de là et il avait durement travaillé pour en arriver à ce niveau-la. Shoran lui donna un sourire avant de répondre.

OK. Tu sais, je n’aime pas ceux qu’on appelle génie, alors je dois t’avouer que travailler avec toi peut me plaire.. même si ça prend du temps, je suis sûr que tu as des qualités importantes.

En effet, il se voulait aussi rassurant pour la kunoichi. Shoran n’allait pas lui vendre monts et merveille, le travail allait être long et fastidieux mais ensemble, ils réussiraient malgré les obstacles et embûches. C’était comme ça qu’était Aami Shoran. Dans tout les cas, même si son expérience en équipe était assez négative dans le sens où lors de sa première équipe, il avait perdu son sensei et dans sa deuxième équipe, ses deux genins avaient disparu : Shoran se sentait fin prêt à faire mieux.

Elle lui posa des questions. Assez personnelles, mais il n’avait aucune raison à ne pas y répondre. Le Necromancien était assez pudique, mais après tout elle s’était dévoilée à lui alors pourquoi pas ?

Et bien, je suis effectivement en couple. Avec une chuunin de Kumo. Et ce qui m’a fait venir ici.. ce sont mes parents. Quand ils ont découvert mes aptitudes, ils ont préféré un village de shinobi afin que nous soyons en sécurité, d’éviter la guerre civile qui ravageait le pays. Kumo était le village parfait avec cette envie de technologie...

Il fallait l’avouer que le jeune homme se plaisait bien ici. Désormais, il y avait ses marques et était prêt à laisser son empreinte dans l’histoire du village.

Tu veux qu’on aille manger quelque part ? Je t’invite, évidemment.

Lui proposa-t-il.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 4 Juin 2018 - 19:07
Une chose était bien, il n’aimait pas les génies. Ce qui n’était pas mal, ne serait-ce que parce qu’elle n’avait rien de tel. Et puis, elle n’avait rien non plus d’une excellente élève, rapidement déconcentrée et peu intéressée par la théorie. L’Aburame avait horreur de rester sagement assise et d’écouter, de quoi l’amener à rapidement vouloir passer à la pratique, sans quoi elle perdait tout intérêt. Elle était ainsi, jeune demoiselle un tantinet hyperactive dont l’inactivité ne lui plaisait pas. Quant à ses qualités, oui, elle en avait, à voir s’il les verrait ainsi, tandis qu’elle pouvait être perçue comme étourdissante, dans sa bonne humeur et joie de vivre contagieuse, de sa façon de faire les choses peut-être trop rapidement. Son cerveau en constante ébullition se voulait parfois difficile à suivre, elle même se perdant dans ses propres idées.

Adressant donc nombreuses questions qui avaient plus ou moins rapports, cherchant surtout à apprendre à connaître un peu plus son sensei, elle affichait son plus beau sourire, entre l’amusement et l’innocence, une expression qu’il apprendrait à lui connaître. La petite demoiselle avait une vision de la vie assez légère, profitant de chaque moment et s’amusant dès lors en avait-elle l’occasion, quand bien même se voyait-elle confrontée à des horreurs et des menaces qui pesaient sur les épaules à tous. Elle avait simplement appris à faire sa part des choses et ne pas se laisser écraser par tout cela.

- Une chûnin du village ? Elle est jolie ? C’est qui ?

Demoiselle dotée d’une forte curiosité, elle avait levé son regard pétillant vers lui, bien qu’elle doutait parvenir à lui arracher réponses à ses questions. Au final, plus que les réponses, elle cherchait ses réactions, tenter de comprendre qui était Shôran et comment voyait-il les choses. Et bien que ce qu’il disait était important, son non-verbal était ce que la miss observait à l’heure actuelle.

- AH, alors… Déjà, t’dois savoir qu’dès qu’tu parles d’bouffe, j’suis partante. Peu importe c’que c’est. C’pas compliqué, j’ai toujours faim.

C’était à se demander comment pouvait-elle garder cette petite taille et une musculature certaine alors qu’elle mangeait autant. La réponse venait de ses entraînements quotidiens et rigoureux, qui lui avaient donné une bonne forme physique dont elle était fière.

- Donc j’te suis !

Motivée par l’appel de la nourriture, elle suivit le jeune homme en sa compagnie, en direction du village, lui faisant entièrement confiance quant au choix de l’emplacement. De toute façon, elle n’était pas bien difficile, loin de là même, pour peu pouvait-elle manger, le reste, elle savait s’en contenter.

- T’es parti y’a longtemps d’Hi ?

Autant faire la discussion, et puis, il était rare qu’elle rencontrait des enfants du feu, notamment compte tenu des derniers événements s’étant déroulés là-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Mar 5 Juin 2018 - 16:33


C’était bizarre pour Shoran de parler de sa nouvelle petite copine. Il n’avait jamais été habitué à dire qu’il était en couple, mais ça faisait du bien de dire aux autres que Tadaoki Asami était à elle, c’était sa petite amie. A lui. Tout de suite, l’Aburame en demanda plus concernant sa mystérieuse copine. Que pouvait-il dire d’elle ? Il était difficile de se décrire mais encore plus de décrire celle dont il était amoureux tout en étant clairement objectif... Decidemment, tout était nouveau pour lui.

Elle s’appelle Tadaoki Asami, une marionnettiste. Et... euh, elle est magnifique. Peut-être qu’un jour tu la croiseras au village ou lors d’un de nos entraînements.

Lui répondit-il alors, avec un sourire enjoué. D’ailleurs, quelques idées lui venaient en tête. Que ce soit Asami ou d’autres amis qu’il avait dans le village, ils pourraient l’aider dans l’entraînement de la genin. En effet, avec les entraînements que Shoran allait lui préparer, elle allait s’habituer seulement au style de combat de son professeur. Il lui fallait donc des adversaires divers et variés.

Elle accepta l’invitation du Necromancien, les deux se dirigèrent vers le centre-ville où se trouvait les différents stands de nourriture. Sur la route, elle lui demanda depuis combien de temps il avait quitté le pays du Feu.

Presque à la création du village. Hi était en pleine guerre, tu y es restée durant tout ce temps là ?

Cela devait être dur à vivre. Shoran avait vécu dans un petit patelin et n’avait pas réellement connu cette guerre civile. Toutefois, lors de son trajet jusqu’à Kumo, il y avait vu des atrocités hors normes. Ainsi, il se demandait comment Kaede avait pu vivre dans un tel endroit. Ce devait être dur, en effet.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Dim 10 Juin 2018 - 2:51
La jeune Aburame hocha doucement de la tête, assez surprise de voir qu’il répondait à ses questions pourtant légèrement indiscrètes. Affichant un large sourire, elle se devait d’admettre qu’effectivement, la jeune femme était assez jolie, belle brune avec un charme certain. Elle la connaissait déjà, de vue surtout, que ce soit tant au complexe scientifique que parce qu’elle était la colocataire de Raizen, un bon ami à elle, et chargé par Hisao de s’assurer qu’elle ne déconne pas au sein du Kyuubu. Elle avait un caractère explosif, elle le savait, et les accidents étaient vite arrivés, ce qu’il était donc chargé de surveiller pour éviter ces accidents. Puis bon, il aimait bien la taquiner sur le sujet, elle, petite buntai-junior de la police du village. Et elle le prenait bien, légère demoiselle qu’elle était nullement susceptible, simplement un peu (trop) fière par moment.

Il était donc parti pendant la guerre qui avait secoué Hi. À sa question, elle hocha doucement de la tête, bien qu’il était évident qu’elle ne parlerait pas de son temps dans le Soshikidan. Après tout, si elle avait mené cette guerre avec une motivation bien innocente qu’était l’amour qu’elle portait à Aijiro, l’organisation avait tout de même réussi une chose, à savoir mettre fin à la guerre civile qui avait ravagé le pays. Certes s’agissait-il d’une organisation terroriste, elle-même était apte à le comprendre, mais elle avait au moins eu le mérite d’aider ce peuple livré à lui-même.

- Oui. Je suis partie de chez moi j’avais dix-neuf ans environ.

À peu près à l’arrivée du Soshikidan, ce qui était tout à fait le cas. Qu’un malheureux hasard, d’un couple décidé d’aller explorer le monde, de ce qu’elle disait.

- Les Aburame se sont toujours tenus assez loin du conflit, mais cela ne m’a pas empêché d’y perdre des amis. Même que ma meilleure amie pratique l’irou-jutsu et nombreux de ses clients étaient des victimes de la guerre.

Et cette même meilleure amie lui manquait terriblement. Aimi. Dire qu’elle avait passé des mois sans lui parler, honteuse de ne rien avoir pu faire pour son frère, l’homme qu’elle-même avait aimé à en crever.

- Mais il parait que ça s’est calmé, là-bas. Ou, enfin… C’est partagé. Quand ce n’est pas la guerre civile, c’est un massacre.

La jeune Aburame savait pour ce qu’Iwa et Kumo avait fait, au palais seigneurial. Aimi le lui avait raconté, dans une lettre, tout en lui partageant ses ressentiments vis-à-vis des villages cachés. Elle-même avait été en colère, mais plongée dans la réalité de l’un de ces villages, elle réalisait qu’ils n’étaient pas tous horribles, pas plus étaient-ils tous d’ignobles meurtriers. Il y avait des gens biens, des gens avec des valeurs, qui souhaitaient protégés plutôt que tuer ce qu’il y avait sur son passage. Et aussi fidèle était-elle, elle n’hésiterait pas à aller à l’encontre d’un ordre qu’elle considérerait comme pas assez humain. Ce n’était plus une question de fidélité à ce stade-ci mais de respect à la vie. Et pourtant, elle avait déjà les mains tachées de sang.

- Mais ça, c’est surtout un triste événement… Je n’y étais pas, heureusement j’ai envie de dire. Mais j’ai de mes amis qui n’étaient pas très loin, des connaissances qui y étaient. Parfois je me considère chanceuse, en vrai, d’être encore en vie, après tout ce qu’il s’est passé et les mauvaises décisions que j’ai pu prendre.

Son sourire était faible mais toujours présent. Lire d’Aimi lui avait fait du bien, quand bien même ce massacre lui avait arraché de violents frissons et de longues nuits à pleurer la terreur qu’eux avaient dû vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2810-aburame-kaede

Mar 12 Juin 2018 - 19:00
Maintenant qu’ils allaient travailler ensemble, Shoran était prêt à se dévoiler un peu plus sans toutefois aller plus loin. Il fallait bien qu’il apprenne à connaître Kaede pour l’avenir : ils allaient travailler ensemble pendant quelques temps encore et lui n’avait plus l’habitude d’être en équipe. Enfin, il se disait que tout allait vite revenir. Qu’il ferait en sorte d’apprendre tout ce qu’il pouvait à la Hijin. Kaede lui apprit donc que son clan n’avait pas vraiment participé à cette guerre civile, qu’ils étaient restés tant bien que mal de leur côté. Son visage tressaillit lorsqu’elle parla du fameux massacre au palais seigneuriale. Shoran ne savait toujours pas comment agir par rapport à ce fait-là dont lui avait parler Asami.

Maintenant tu es là, genin de Kumo. J’imagine que c’est ce que tu as pu mieux faire, non ?

Tout comme lui. Même si les questions pleuvaient dans sa tête, Shoran savait clairement que là meilleure décision prise dans sa vie avait été de devenir shinobi du village caché qui l’avait recueilli. Les deux shinobis arrivèrent à l’endroit voulu : le petit stand de nourriture proposant brochette et autres ramens.

Prends ce que tu veux, je t’invite.

Être jonin plus policier payait assez bien, de plus le Necromancien n’était clairement pas ce qu’on appelle un dépensier. Que pourrait-il acheter d’intéressant mis à part des équipements pour ses épées ou autres ?

Shoran fit signe au serveur qu’il souhaitait un bol de ramen miso, que l’Aburame prenne ce qu’elle veut.

Je vais tenter de voir les missions que l’on peut faire tout les deux. Quelque chose d’intéressant...

Fallait bien la voir en action.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

[Equipe 5] Premiers pas

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: