Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Et c'est ainsi que l'on noie ses émotions (Ft. Wara Keitei)


Sam 12 Mai 2018 - 19:32
Tu détestes ta vie. Oh, pas à tous les jours. Du moins, à cet instant précis, c’est exactement ce que tu te dis en buvant ta troisième boisson. Tu es assise toute seule dans un bar bondé et bruyant, en train de prendre la cuite de ta vie. Il y a une raison bien simple derrière tout ça, bien qu’elle ne soit pas nécessairement logique. Tu as le cœur brisé, complètement en miettes. Techniquement, ce n’est pas non plus possible, mais tu peux maintenant affirmer que la douleur est bien réelle même si elle n’est pas physique. Heureusement, l’alcool commence à t’engourdir, et tu te sens un peu mieux. Dire que toi, une jeune femme de dix-huit ans avec la vie devant elle, est en train de noyer ton chagrin de la sorte.

Tu aurais dû t’en douter. Ça n’aurait jamais pu fonctionner. Au fond, tu devais le savoir, mais ton côté naïf a préféré faire la sourde oreille et prétendre que tout irait bien. Tu avais seize ans lorsque tu l’as rencontré. Lui, tu préfères ne pas le dire. Pas de la même génération, ayant déjà eu beaucoup plus d’expériences de vie que toi. C’est peut-être pour ça que tu as été charmée, qui sait, ou parce qu’il avait eu toutes ces années de plus pour apprendre comment manipuler avec ses mots. Il te faisait sentir forte, désirée, que tu avais du potentiel. Mais malgré le fait qu’il se disait être fier de toi, une règle bien claire avait été instaurée entre vous dès le départ : personne ne devait être au courant de quoi que ce soit.

Son excuse était en lien avec ton âge. Pourtant, certaines de tes copines se mariaient déjà alors que tu passais la majorité de ton temps libre à t’entraîner. Tu ne voyais pas le problème, bien que tu susses que tes parents ne seraient pas en faveur, mais tu as respecté sa demande. Puis est venu le temps des examens et ta vie est devenue un incessant chaos. Tu n’étais plus la même, tu ne souriais plus, tu n’étais plus motivée. Tu aurais eu besoin de son aide, qu’il t’aide à retrouver le bon chemin, mais il a disparu. Soudainement, tu le croisais dans la rue, parfois, avant de le voir tourner les talons pour t’éviter. Tu ne savais même pas où il habite. Tu as fini par le suivre, comme une voleuse. Il y a n’a pas si longtemps que ça, d’ailleurs, quelques heures à peine.

Tu as fini par le voir rentrer chez lui. Par voir cette femme, de son âge, se lancer dans ses bras d’une façon que tu n’avais jamais été autorisée à faire. Tu as compris, à ce moment, à quel point tu avais pu être stupide. Votre relation secrète ne devait pas le rester à cause de votre différence d’âge mais bien parce qu’il avait déjà une famille de son côté, qui ne devait pas l’apprendre. Tu n’étais qu’une distraction parmi tant d’autres, un moyen d’échapper aux responsabilités familiales trop lourdes à supporter.

Tu finis ton dernier verre, le déposant violemment sur la table devant toi, maudissant ta naïveté et cet homme qui vient de te faire vivre ta première peine amoureuse. Toi qui voulais juste te sentir appréciée. Toi qui avais seulement besoin de support dans l’un des moments les plus difficiles de ta vie. Les lèvres engourdies et l’esprit flottant dans un nuage flou, ton regard passe rapidement sur les nombreux visages présents. Même maintenant, personne ne vient te parler. Tu ne les blâme pas, d’ailleurs, mais quand même.

- Je vais finir ma vie seule d’toute façon. Bah. Tiens. La première personne qui vient me parler, je vais lui donner toooute mon attention et faire semblant d’être intéressée par la conversation. Au moins j’serai pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 12 Mai 2018 - 20:06
Finalement, comme la majorité des jours, il faisait un bar puis un autre sans pour autant boire d'alcool pour l'instant, après tout, pour la mission divine qu'il avait, il devait avoir son esprit clair, cette mission que seul les hommes le plus vaillants et puissants avaient le droit d'avoir. Cette mission était simple; aller draguer un maximum de femmes qu'il avait ! Bien sûr, pour le jeune homme aux cheveux blancs, ça s'arrêtait à cette étape, car étrangement, malgré ses techniques légendaires et son air de tombeur -inexistant-, aucune femme n'a cédé à son charme. Peut-être qu'elles faisaient exprès d'être difficile à atteindre ? Non, c'était sûrement ça ! Il en était persuadé, et ne tomberait donc pas dans le panneau ! Mais c'est en entrant calmement dans ce bar et en regardant à droite et à gauche, qu'il aperçu une femme. Il a de la chance, elle est seule ! Bien que même si elle était avec un groupe d'amies ça ne l'aurait pas découragé. Il s'approchait donc calmement avec ses enjambées, gardant un grand sourire sur son visage.

Il se glissait sur la chaise à ses côtés sans demander si elle était libre, la regardant directement dans les yeux, commençant une de ses fameuses phrases d'accroches légendaire, mais qui étrangement ne marchaient jamais.

"-Je vous aurais bien offert une rose pour notre première rencontre, mais votre beauté est la plus belle de toutes les roses que j'ai pu voir dans ma vie."

Il gardait un grand sourire en la regardant droit dans les yeux, ses yeux gris-vert plongeant dans les siens pour ne détourner le regard des siens qu'une seule fois, en direction du barman pour commander quelque chose, sinon il sera aussi vite viré de l'intérieur avant même d'être sorti.

"-Un verre d'eau pour moi, et ce que cette jeune femme veut !"

Une goutte de sueur pouvait presque être vue sur son front. Le verre d'eau, ça allait, mais si la jeune femme commandait quelque chose d'un peu trop cher, son porte-monnaie déjà assez maigre en prendrait un violent coup. Bien sûr, il le cachait assez bien en gardant un sourire. Il se retournait ensuite en sa direction, le moulin à parole qu'il est continuant de parler encore et encore, posant pleins de questions mais ne laissant pas le temps de lui laisser répondre directement.

"-J'aimerais savoir, mais qu'est-ce qu'une jolie jeune femme fait ici ? Vous faites quoi dans la vie ? Quelle est votre couleur préférée ? Est-ce que vous voudriez venir dîner avec moi ce soir ? Vous aimez manger quoi ?"


Un torrent de phrases une après les autres, à presque faire tourner la tête de quiconque discuterait avec lui. Il était un grand moulin à parole, mais gardait ce côté naïf qui ne lui permettait pas de facilement voir le mauvais côté des gens. Pour lui, tout le monde avait un bon fond. Les jolies femmes aussi. SURTOUT les jolies femmes. Mais le sourire qu'il montrait depuis le début n'était pas le sourire manipulateur qu'on pourrait apercevoir chez certains, ou encore un sourire nerveux qu'on pourrait voir chez d'autre, mais un sourire honnête et confiant. Et oui, malgré les 1001 rejet qu'il a eu, il n'a toujours pas perdu confiance !

"-Ah, pardonnez mon impolitesse, j'ai oublié de me présenter ! Je m'appelle Keitei ! Enchanté de vous connaître, .. ?"

Il tendait juste après sa main vers elle comme pour serrer la sienne, voulant connaître son prénom en retour de sa présentation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3217-wara-keitei-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2998-sendai-ryo-l-excellence-termine

Lun 14 Mai 2018 - 5:13
Ta prière pas particulièrement silencieuse vient d’être exaucée alors que quelqu’un prend place près de toi. C’est clair qu’il a l’intention de te parler, sinon il se serait installé ailleurs. Du moins, tu crois. Tu tournes la tête, préparée à voir un type trop vieux pour toi, encore une fois, mais tu tombes plutôt face à face avec un jeune homme qui semble avoir dans les environs du même âge que toi. Eh bien, c’est déjà un peu rassurant de savoir que tu attires peut-être d’autres personnes qui n’ont pas l’âge de tes parents.

Tu clignes des yeux plusieurs fois sans dire un mot, assez surprise. D’ordinaire, tu aurais probablement esquissé un sourire un peu nerveux, trop gentille pour oser lui dire en plein visage que sa phrase de drague laissait à désirer. Mais dans un moment pareil, où tu es une version un peu brisée, solitaire et, surtout, intoxiquée de toi-même, tu arrives presque à trouver sa tentative un peu charmante. Tout chez lui est pâle, de sa peau jusqu’à ses cheveux en passant par ses yeux, qui ne lâchent pas les tiens.

- Merci mais j’ai mon verre, alors…

Surprise, l’inconnu est déjà en train de te poser des questions de façon un peu trop rapide pour que ton cerveau soit en mesure de bien les assimiler. Pourtant, l’attention te fait sentir un peu mieux. Ça, et l’alcool, surtout, te font oublier que quelques heures plus tôt, tu pleurais toutes les larmes de ton corps, seule dans la rue. Tu te sens étourdie et tu as du mal à suivre. Ta couleur préférée? Qu’est-ce que ta couleur préférée peut bien avoir à faire avec un dîner avec lui? Et un repas avec lui? En quel honneur?

Tu finis par voir la main tendue devant toi, alors qu’il redevient silencieux. Tu aimes discuter avec les autres, tu ne vas pas le nier. Tu es généralement plus sobre quand ça t’arrive. Tu hésite un peu mais tu tends finalement la main, serrant la sienne de façon polie, avant de la lâcher et de plaquer tes doigts contre sa bouche.

- Alors d’abord, je m’appelle Kiyoko. Ensuite, c’est flatteur, mais je sais que je suis loin d’être la personne la plus belle ici. Je suis une kunoichi, j’aime le bleu, je mange n’importe quoi, et je suis ici parce que j’avais besoin de penser à autre chose. Pour le dîner bien, on verra, c’est trop tôt pour dire, mais j’vais probablement avoir faim plus tard. Maintenant c’est mon tour. Tu abordes souvent les femmes avec la phrase que tu viens de me dire? Et toi, qu’est-ce que tu fais ici? Tu parles toujours autant? Pourquoi tu viens traîner au bar, si c'est seulement pour commander de l'eau?

Tu ramènes finalement ta main vers toi, lui indiquant qu’il est autorisé à parler. Tu te prépares mentalement au déversement de paroles qui risque de suivre, posant ton menton dans la paume de ta main sans le quitter des yeux. Si tu regardes ailleurs, tu es presque certaine de manquer la moitié de ce qu’il va te dire. Tu as juré que tu montrerais de l’intérêt envers ta première conversation à venir… C’est maintenant l’heure du défi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 14 Mai 2018 - 19:17
Serrant sa main, il ne pouvait pas s'empêcher de la serrer une fois comme s'il la pressait, appréciant la tendresse de sa main. Et ces doigts qu'il trouvait tendre se plaquaient contre sa bouche souriante. Il ne faisant cependant rien pour l'en empêcher, l'écoutant calmement parler à son tour. Après tout, il fallait qu'elle parle aussi ! Auquel cas une conversation à sens unique ne serait pas amusante .. Et puis elle a répondue positivement à son approche pour l'instant ! Ses techniques divines d'approche ne sont finalement pas dépassés ici, bien au contraire, elles ont encore un effet énorme ! Une fois qu'elle a finie de parler et retirée sa main de sa bouche il regardait à droite puis à gauche, se mettant ensuite debout sur sa chaise pour répéter cette action en scrutant le bar entier. Cette action lui valut forcément quelques regards étranges ainsi qu'une insulte du barman. Il se remit assit calmement, encore plus souriant qu'avant en la regardant dans les yeux.

"-Je viens de regarder autour de nous, mais je ne vois personne d'aussi magnifique que vous ici, Kiyoko ! Et oui, j'aborde souvent des femmes, mais pas avec les mêmes phrases ! La phrase que je viens de dire vous est réservée uniquement pour vous ! Et si je suis venu ici, c'est parce que le destin m'a fait venir ici, je sentais mon cœur battre près de ce bar, et en y rentrant j'ai su la raison: c'était vous, Kiyoko. Et c'est la même raison pour laquelle je bois de l'eau, comment pourrais-je paraître saoul face à l'élue de mon cœur ?"

Il était calme face à elle, restant souriant sans paraître nerveux une seule fois. Mais ses paroles étaient trop mielleuses, et trop facilement dites. On pourrait penser à un connard qui ne pense qu'aux femmes, mais il était tout simplement honnête, après tout il n'a pas dit un seul mensonge, bien qu'il ait pu "exagérer" sur la dernière partie .. Non il avait carrément exagéré. Cependant ça ne pouvait pas être considéré comme un mensonge, car il le pensait vraiment. Après tout, étant dans son propre monde, il pensait que tout ce qu'il disait et faisait était acte d'évangile.

"-Mais je me demande l'histoire qui a poussé une si jolie rose à vouloir se saouler pour l'oublier ? Vous devriez faire attention Kiyoko, la beauté d'une rose est éphémère, et l'alcool tuera cette beauté en vous."

Il paraissait cette fois sérieux, presque sévère, comme si son attitude avait totalement changé, comme s'il était devenu un autre homme. Quelqu'un sur qui on pouvait compter et qui serait toujours là pour vos soutenir, une des meilleures personnes sur cette terre ..

"-Même si je pense avoir déjà deviné .. L'amour que vous me portez vous a poussée à boire car vous pensez que ce n'est pas réciproque .. Bien que ça me brise le coeur, je suis un casanova, je ne peux pas rendre toutes les femmes du monde heureuse bien que mon coeur a envie de les faire toutes sourire !"

.. Ou pas, il était encore plongé dans une de ses désillusions qui lui font penser qu'il est comme le centre du monde, un caractère principal dans une histoire à l'eau de rose où tout va comme il veut -bien que ce ne soit jamais le cas-. Mais après avoir autant parlé, sa gorge se devenait sèche, l'obligeant à boire quelques gorgées de l'eau qu'on lui a servi. Cependant, même avec ses singeries, il était difficile de le haïr, après tout il était honnête et légèrement naïf. Mais il était cependant facile d'être énervé par son comportement.~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3217-wara-keitei-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2998-sendai-ryo-l-excellence-termine

Lun 14 Mai 2018 - 21:14
Tout un personnage, celui-là. C’est la seule chose qui te passe à l’esprit alors qu’il se lève debout sur sa chaise. Tu te tournes un peu, les yeux ronds, légèrement mal à l’aise alors que le barman lui demande de façon très peu polie de remettre son cul sur sa chaise et d’arrêter de déranger tout le monde par ses agissements. Malgré ça, tu réprimes un sourire. Il va s’en dire que ça fait différent. Tu retournes ton attention vers lui alors que les autres dans le bar se désintéressent de son existence, remarquant qu’il te regarde directement dans les yeux. La suite de ses paroles te laisse bouche-bée et arrive même à colorer un peu plus tes joues, qui sont déjà roses dû à l’alcool. Tu as du mal à croire que tout ça est vraiment en train de se passer. Qu’un type soit réellement en train de te dire ces choses, que tu aurais pu lire dans un roman qui s’éloigne de la réalité, sans éprouver une once de gêne. Tu aurais mieux compris s’il avait été en état d’ébriété, mais ce n’est pas le cas. Il pousse le bouchon un peu loin, c’est vrai, mais ses paroles sont tout de même un peu réconfortantes.

Tu as toujours été du genre à être naïve et à donner un bon fond aux gens, bien qu’il t’arrive parfois de les accuser à tort et un peu trop facilement. Tu plisses donc les yeux alors que tu observes son visage et son sourire. Tu as du mal à déterminer si tout ça n’est qu’un tissu de mensonges où s’il se croit réellement, ce qui voudrait donc dire qu’il n’a pas vraiment de mauvaises intentions. Peut-être qu’en fait, il croit réellement être un vrai tombeur international qui n’a de limite que son imagination.

Tu te renfrognes un peu alors qu’il mentionne brièvement la raison derrière ton abus d’alcool. Tu hausses les épaules en détournant les yeux. De toute façon, ce n’est pas comme si tu passais ta vie dans les bars à boire trop d’alcool pour ta constitution. C’est la première fois que tu le fais, aussi triste cela puisse-t-il paraître, et tu ne crois pas recommencer avant un très, très long moment. Tu fais un signe de la main en portant une fois de plus ton verre à tes lèvres pour lui faire comprendre que tu n’as pas grand-chose à faire de cette supposée beauté en toi. Elle est soit très bien cachée ou les hommes sont aveugles.

Le reste, cependant, ne te fait pas plaisir, et tu sens tes cheveux se dresser un peu sur ta tête. Alors là, le petit monsieur, il dépasse les limites. Déjà, il ne devrait pas parler de choses aussi délicates et personnelles à une demoiselle qui est évidemment en état de crise émotionnelle mais en plus, oser parler comme ça des femmes… Tu frappes ton verre si violemment dans ta main qu’il se brise en partie, permettant à des petits morceaux de verre de se loger dans la paume de ta main. Mais tu ne sens pas la douleur, l’un des bienfaits de l’alcool qui peut aussi s’avérer être une malédiction.

- C’est à cause de types comme toi que des jeunes femmes bien comme moi se retrouvent à boire toutes seules dans un bar miteux. Tu crois avoir compris ce qu’est l’amour, mais tu as définitivement le doigt enfoncé dans l’œil jusqu’au cerveau. Peut-être que c’est la raison pourquoi tu sembles vivre dans une illusion. Qu’est-ce que tu crois que nous sommes, exactement? Des jouets? Des prix? Ton but est de séduire le plus de femmes possibles? Si c’est le cas, tu n’as rien compris. Le vrai amour c’est de trouver une personne et d’être satisfaite avec elle, sans avoir besoin d’aller regarder ailleurs. C’est déplorable. C’est égoïste. Qu’est-ce que tu crois qu’il va se passer, le jour où une fille va vraiment craquer sous tes petites paroles mielleuses? Tu vas lui dire les mêmes conneries? Eh bien j’espère que tu vas te souvenir de moi et te dire que tu seras peut-être la cause derrière une femme brisée qui vient boire toute seule.

Tu regardes ta main teintée de rouge alors que le barman vient à ta rescousse pour te donner de quoi t’essuyer et te demande si tout va bien. Tu murmures un simple ‘’oui’’, mais déjà, tes lèvres tremblent. Les larmes finissent par couler sur tes joues et tu te caches le visage d’un bras, honteuse. Tu blâmes entièrement l’alcool… ou presque.

- Vous faites et dites ce que vous voulez sans vous préoccuper des conséquences. Mais nous sommes des êtres humains, nous aussi. Et j’crois pas que j’aie fais quoi que ce soit de mal pour me faire traiter de la sorte. J’ai tout donné. Et je me retrouve ici, saoule, à raconter ces trucs à un homme qui se prend pour le dragueur du siècle. Alors que je voulais simplement quelqu’un qui se préoccupe de moi, seulement moi, pour qui je suis. Laisse tomber. Je vais rentrer chez moi…

Ça, c’est si tu y arrives. Tu as du mal à te lever de ton siège sans perdre l’équilibre. L’alcool te donne un sacré coup maintenant que tu n’es plus assise sur ton derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 15 Mai 2018 - 12:52
Il restait calme face à ces insultes, après tout, elle disait sûrement plus que ce qu'elle ne pensait sous l'effet de l'alcool. Et ce n'est pas comme s'il allait être triste pour si peu, il a déjà entendu bien pire dans sa vie ! Seulement il ne pouvait que réagir face aux morceaux de verres dans sa main, après tout c'était dangereux. S'il se prenait un vent quant à sa drague, ça lui allait, seulement comment pouvait-il apprécier qu'une femme soit blessée ? Il l'attrapait donc doucement, faisant passer un de ses bras autour de son propre cou pour pouvoir l'aider à marcher. Il sortit donc du bar avec elle, profitant que le barman était encore sous le choc pour disparaître discrètement sans payer. Il l'aidait donc à marcher en dehors, même si elle se débattait il l'aurait quand même fait.

"-Ahah, même si tu ne m'apprécies pas, je vais pas te laisser rentrer seule dans cet état. Surtout avec cette blessure, il faut soigner ça rapidement."

Il n'avait absolument aucune notion pour la médecine. Il savait juste qu'il fallait nettoyer la blessure, la désinfecter et mettre un bandage. C'est tout. Pour des choses plus compliquées il était autant doué dedans que pour la drague. Autant dire, c'était assez pitoyable. Il semblait s'arrêter plus deux rues plus loin, venant de se rendre compte d'une chose; il ne savait pas où elle habitait. C'était vraiment gênant, et il fallait traiter cette blessure rapidement, il partait donc en direction de son appartement avec elle dans les bras sans vraiment dire où ils allaient. Mais il n'allait la laisser rentrer que quelques minutes le temps de nettoyer sa blessure, pas plus que ça. Après tout, il n'allait pas lui infliger ça, elle le détestait vraiment, du moins en avait l'air. Il la posait donc sur une chaise avant de disparaître dans la salle de bain et la cuisine, revenant avec des bandages et une bouteille d'alcool.

"-Tiens-toi tranquille deux minutes le temps que je nettoie tout ça s'il-te-plaît. Tu pourras me frapper après si tu veux, et me dire où tu habites pour que je t'y ramène ?"

il prit la main de la femme, posant la main blessée sur la table sur le dos de sa paume. Il enlevait un par un les morceaux de verre doucement, faisant le plus attention possible, pour mettre l'alcool dessus. ça devrait sûrement brûler, donc il n'en mettait pas trop, espérant qu'elle ne souffre pas trop, ce à quoi il s'en voudrait énormément. Il appliquait donc assez rapidement les bandages sur la main. Seulement, même comment le bandage a était appliqué sur la main et serré montrait une incompétence déconcertante. Il s'en voulait un peu de l'avoir mal fait, souriant d'une manière assez gênée.

"-Désolé, j'ai fais de mon mieux, je ne suis pas doué pour ça. Et quant à ce que tu parlais dans le bar, si je ne drague pas "tout le monde", comment je ferais pour trouver celle qui m'irait ? Ce n'est pas en restant assis à ne rien faire qu'elle tombera du ciel tu sais !"

Cependant, il l'avait quand même ramené chez lui, ça aurait pu être louche si c'était quelqu'un d'autre. Mais il n'avait pas d'arrières pensées, uniquement une pensée pure que d'aider cette personne face à lui malgré les mots durs qu'elle lui a dit. Après tout, il restait quelqu'un avec un bon fond et trop honnête. Il ne mentirait pas, et ne penserait même pas à mentir, pour répondre honnêtement à toutes questions posées et ce qu'il pense réellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3217-wara-keitei-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2998-sendai-ryo-l-excellence-termine

Jeu 17 Mai 2018 - 6:28
Normalement, tu te serais certainement débattue. Tu es du genre à toujours proposer ton aide mais à refuser celle des autres, parfois par peur de les déranger mais aussi car tu es trop fière pour le faire. Cependant, tu dois admettre que ton état ne te permet pas de te déplacer convenablement seule. Malgré ta main qui dégouline, tout le monde semble être trop saoul pour porter attention à toi ou au fait qu’un type que tu ne connaissais clairement pas avant ce soir est en train de te traîner à l’extérieur avec lui. Bien que ton corps soit tout engourdis et que tu sois émotionnellement fragile, tu as quand même toute ta tête. En cet instant précis, alors que tu es plaquée contre cet inconnu qui drague d’une façon bien douteuse, tu songes qu’en cas d’urgence, tu vas le noyer. Ou quelque chose du genre, si possible.

- Si tu tentes quoi que ce soit, je te jure que tu ne vas plus respirer… Aaaah…

Vous marchez, mais tu ne lui donne pas ton adresse. Tu ne veux pas qu’il te ramène chez toi dans cet état et dans le meilleur des cas, l’air frais va seulement te faire du bien et te rendre un peu plus fonctionnelle. Il te traîne sans vraiment te demander où aller non plus jusqu’à ce que vous vous trouviez devant un bâtiment quelconque qui ne te dis pas grand-chose. Tu as beau chercher dans ton esprit, tu ne crois pas être déjà venue là. Ou du moins, pas devant cet appartement en particulier.

Vous entrez avec une certaine difficulté, ne passant pas tous les deux dans l’ouverture de la porte, mais vous finissez par y arriver. Tu es toujours suspicieuse quant à ses intentions mais tu ne ressens pas cette intuition qui t’indique de faire attention. La petite voix dans ta tête, que tu ignores bien souvent, est complètement silencieuse. Peut-être que tu n’as pas grand-chose à craindre, dans ce cas, et que ce type n’est que paroles et pas du genre à vraiment agir pour parvenir à ses fins. Il semble désespéré, certes, mais pas le même genre que ce pauvre pervers qui s’est attaqué à toi en pleine rue. Tu espères que Keitei ne va pas se transformer en un type du genre un jour, à force de se faire refuser.

Tu ne bronches pas alors qu’il te pousse sur une chaise. Tu fronces les sourcils en entendant ses paroles. Le frapper? Jusqu’à maintenant, à part le fait d’avoir dis des choses pas très délicates vu ta situation (dont il n’a bien sûr pas connaissance), il n’a rien fait de particulièrement mal. Tu ne le déteste pas non plus. À bien le regarder, il dégage quelque chose d’innocent. C’est probablement pour ça qu’il continue d’aborder les femmes de la façon dont il le fait, car il est trop naïf pour être débité par les refus et pour comprendre qu’il doit changer sa technique. D’une façon, c’est peut-être mieux ainsi. Pourquoi changer sa façon d’être pour les autres et pour leur plaire? Après tout, le but est de chercher quelqu’un qui nous accepte. Et ce n’est certainement pas ça que tu as fait. Au final, tu es sûrement la plus naïve de vous deux.

Tu restes assise en silence et sans broncher alors qu’il retire le verre de ta main. Tu es un peu trop engourdie pour sentir quoi que ce soit et honnêtement, tu as subi des blessures bien pires que celles-là. Bien que tu sois un peu l’ombre de toi-même en ce moment, tu as déjà été une bonne combattante et tu comptes bien le redevenir rapidement. Tu observes rapidement Keitei ainsi que les expressions sur son visage. Il semble vraiment vouloir faire attention pour ne pas te blesser et s’applique malgré son manque d’expérience. C’est presque touchant. Plutôt, ce le serais presque si tu n’étais pas en furie contre la gente masculine. Tu finis quand même par sourire, un sourire qui est assez doux malgré ton état.

- Pas trop mal. Mais… Tiens, donne-moi ta main.

Plutôt que d’attendre qu’il te la donne, tu t’étires pour la prendre, saisissant le bandage au passage. Tu commences à l’enrouler autours de son poignet avant de le passer autours de ses doigts, ajoutant ensuite des couches autours de sa paume en expliquant clairement ce que tu fais. Rapidement, le bandage est solidement en place, sans être trop serré. Malgré ton état d’ébriété, tu es toujours capable de te rappeler des notions de premier soin que tu connais. C’est bon signe.

- Honnêtement… Tu veux trouver quelqu’un? Tant que ça? Quel âge tu as, exactement? Crois-moi, il vaut mieux ne pas chercher et forcer les choses parfois… J’en sais quelque chose… D’un autre côté, je suppose que la fille qui va apprécier tes phrases toutes faites va être la bonne. Mais tu sais, ‘’la bonne’’, c’est quelqu’un qui va t’apprécier pour qui tu es. Mais draguer comme ça, ça ne donne pas un très bon aperçu… Je ne sais pas qui tu es. Ça donne l’impression que tu es un frimeur qui veut juste draguer le plus de filles possibles. Pas un homme qui essaie simplement de trouver la bonne personne. Mais tu vois, ça, le fait de m’avoir traînée ici après ma crise et d’avoir essayé de me faire un bandage au mieux de tes capacités… Ça, ça compte. C’est une bien meilleure impression que ton histoire de ‘’plus belle que toutes les roses’’. Enfin, je dis ça, qu’est-ce que j’en sais, j’ai été assez conne pour me jeter à la première personne qui me donnait de l’attention mais qui ne se préoccupait pas vraiment de moi au final. C’est ce que j’essayais de dire… Ne donne pas des idées aux filles si tu n’as pas vraiment l’intention de leur donner ce à quoi elles s’attendent. Parce que ça fait mal et tu n’as certainement pas eu le cœur brisé si tu crois le contraire.

Dire que tu parles autant. C’est probablement l’alcool qui fait en sorte que ta langue soit aussi dénouée malgré qu’elle soit un peu pâteuse à cause de la déshydratation. Malheureusement pour toi, tu n’as personne à qui parler, d’ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 19 Mai 2018 - 22:29
Elle lui avait fait un bandage juste après le sien pour lui montrer mais, même en l'ayant regardé, il n'avait rien compris. Il ne faisait que hocher la tête bêtement, faisant comme s'il avait compris. Mais seulement, il fut un peu choqué du monologue qu'elle lui a fait. C'était sûrement l'alcool qui parlait à sa place, mélangé à un soupçon de ce qu'elle pensait vraiment .. Mais oui, en pensant à l'alcool, tu te souvenais de quelque chose que tu savais; il fallait boire beaucoup d'eau après avoir bu, afin d'éviter ce mal de tête quasiment inévitable au réveil. Il se relevait donc pour aller chercher une cruche en bois remplie d'eau ainsi qu'un verre. Il la lui ramenait calmement en lui servant à boire en se mettant assis sur le côté de la table. Il la regardait donc calmement.

"-Moi ? J'ai 18 ans. Et ce n'est pas que je "cherche quelqu'un", mais plutôt que c'était une réponse à ce que tu disais avant. Et si une fille est intéressée à moi, alors je sortirais avec. Et puis, ce n'est pas comme s'il y avait une loi qui disait que je ne pouvais sortir qu'avec une seule femme non plus .."

Il était sincère à ce sujet, il était de pensée que l'amour était universelle et le sien était infini. Il était ouvert d'esprit sur ce sujet, et s'il le pouvait, il aurait autant de femmes qu'il le voulait -consentantes bien sûr-. Mais il n'avait pas d'idée déplacée comme un "harem" où il pourrait avoir du sexe comme il en voudrait, mais plus un avec de l'amour pur. S'il aime quelqu'un, pourquoi ne pourrait-il pas en aimer deux ? Mais ce n'est pas en étant faible qu'il pourrait avoir ça, une raison de plus pour laquelle il s'entraîner plus qu'auparavant. Il lui souriait donc tendrement en la regardant.

"-Il ne faut pas être fermé d'esprit sur le sujet qu'est l'amour, ni juger les autres tu sais. Chacun a ses envies ou préférences. Par contre, ceux qui blessent les femmes, c'est "couic" !"

Pour lui qui considérait les femmes comme un trésor national, il n'a pas une seule fois blessé ou rendue triste une femme; peut-être énervée ou exaspérée une, sûrement, mais c'est tout. Malgré qu'il est idiot sur les bords, il n'a aucune pensée malsaine sur ce sujet, il n'a pas vraiment d'attirance sexuelle. Un peu comme un homme qui n'a pas encore eu sa puberté et qui ne pense pas encore à ça. C'était un énergumène des plus étranges, ce Keitei.

"-Et bois beaucoup d'eau, t'arrête pas à un ou deux verres, finis la cruche. Sinon tu risques d'avoir mal à la tête quand tu te réveilleras. Et arrête aussi de boire autant, surtout seule. C'est mauvais pour la santé !"

Il réfléchissait seulement maintenant sur sa dernière phrase. Est-ce qu'il a déjà seulement eu le coeur crisé ? Non, impossible, pas une seule fois. C'était assez étrange pour une personne qui drague autant, mais il n'est jamais tombé vraiment amoureux. Il est certes amoureux de la beauté, des choses belles, mais n'est pas tombé amoureux d'une personne réellement encore une fois. Mais si ça arrivera bientôt ou non, il ne le savait pas. Mais même si c'était le cas, ce ne serait pas sûrement sévère, étant une personne qui voit le côté positif et qui a une grande joie de vivre, il s'en remettrait sûrement rapidement. Malgré que ses prouesses physiques n'étaient pas au point, il avait le moral ! Et heureusement, parce que sinon il vaudrait sûrement moins qu'un caillou posé sur le côté de la route ..

"-D'ailleurs, tu vas faire comment pour rentrer chez toi ? Tu n'avais pas l'air de vouloir me dire ton adresse tout-à-l'heure, et vu ton état je doute que tu arrives à rentrer jusque chez toi, même si la ville est plus ou moins sûre .."

_________________


"Rotten to the core, yet pure at heart."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3217-wara-keitei-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2998-sendai-ryo-l-excellence-termine

Mar 29 Mai 2018 - 5:57
Tiens, il a exactement le même âge que toi. Cette découverte t’arrache un sourire et un petit rire étrange. Tu es là, à faire la morale à un inconnu dans son propre appartement, à lui parler d’amour et qu’il est important de ne pas le chercher. Pourtant, tu as le même âge que lui et si tu te trouves ainsi dans cet état, c’est bien parce que tu as désespérément tenté de t’accrocher après quelque chose qui n’avait aucune chance d’être. Peut-être dans tes rêves et ton esprit, mais jamais dans la réalité.

Tu n’es pas d’accord avec ce qu’il dit alors tu te contentes d’hausser les épaules. Effectivement, il n’y a aucune interdiction concernant les relations multiples. Là où tu commences à avoir un problème, c’est quand les hommes (et parfois même les femmes) décident d’entretenir plusieurs relations sans le consentement de leur(s) partenaire(s). Comme ce fût le cas pour toi. Tu étais en relation avec un homme sans savoir qu’il était marié et avait déjà une famille. De plus, tu doutes que sa femme soit heureuse d’apprendre qu’il voyait une fille ayant probablement la moitié de son âge sans qu’elle se doute de quoi que ce soit.

Tu es surprise par la suite des choses et tu plisses les yeux, te penchant un peu vers l’avant pour le fixer sans gêne. Est-ce qu’il est sérieux, ou est-ce qu’il dit ça après avoir remarqué que ton opinion sur le sujet diverge de la sienne? Tu cherches sur son visage et dans son regard mais tout t’indique qu’il dit la vérité. D’un sens, il a raison. Si tout le monde est consentant et que ça ne blesse personne, tu ne vois pas où est le problème. Peut-être qu’au fond, tu n’aurais pas de mal à ce niveau. Tu te souviens avoir eu l’œil sur un jeune homme juste un peu plus âgé que toi alors même que tu étais en relation avec le boulanger. Qu’on te mente en plein visage, cependant, tu ne l’accepte pas.

Tu zyeutes le verre d’eau en grognant un peu avant de finalement le prendre entre tes doigts fins et de le boire rapidement. Tu commençais à avoir la bouche desséchée à cause de l’alcool et à force de parler autant. Le liquide clair te fait tout de suite du bien et tu reprends un verre. Au fond, tu n’aimes pas particulièrement le goût de l’alcool. Tu cherchais juste à engourdir tes émotions.

- Juste comme ça, c’est pas dans mes habitudes. C’est la première fois que je bois. J’avais juste besoin… De ne rien sentir durant quelques heures. Parce que, tu vois, étrangement, je suis très endurante au niveau des blessures. Je me suis cassé des os plusieurs fois et ma main, ce n’est rien. Mais apparemment, la douleur invisible est pire. C’est… facile d’enrouler une blessure dans un pansement et réduire la douleur mais c’est beaucoup plus difficile quand tu ne peux pas mettre le doigt dessus.

Tu plantes ton regard dans celui du jeune homme du même âge que toi et tu plaques tes mains contre la table pour te relever, te penchant vers lui, sérieuse.

- Eh? Rentrer chez moi? Il y a peut-être une raison derrière mon silence, après tout, je t’ai bien laissé me traîner ici…

Tu finis par te laisser retomber sur le derrière, riant aux éclats, secouant la main pour lui faire comprendre de laisser tomber. Si tu avais vraiment été ce genre de fille, qui préfère manipuler plutôt que de laisser les autres le faire, peut-être que tu n’en serais pas là. Tu devrais apprendre à le faire, ne serait-ce que pour éviter d’être trop naïve et de tomber dans le panneau.

- C’est vrai, je me suis fait attaquer par un pervers dans une ruelle! On ne peut même plus aller manger tranquillement ici! Tu peux m’accompagner, alors… Tu sais te défendre? Tu sais, au cas où quelqu’un déciderait de nous attaquer… Hmm je pourrais probablement les noyer. Ou les empoisonner. Mais c’est un peu trop radical et puis je mange de concentration…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 29 Mai 2018 - 19:34
Il restait sans gêne face à toutes ses actions. ça le faisait presque rire même. Elle agissait d'une manière assez intrigante pour lui. Il la regardait de nouveau dans les yeux, lui aussi sans gêne, principalement parce qu'il n'avait pas ce principe de différence entre homme et femme. Une fois son verre d'eau fini, il lui en rajoutait encore une fois. Il fallait qu'elle boive .. toute la cruche ! Elle n'avait pas le choix, le mal de tête le lendemain lui ferait regretter le choix de ne pas tout boire. Il posait sa main contre le haut de sa tête pour la caresser doucement, en hochant sa tête à ce qu'elle disait.

"-T'en fais pas, tu n'as pas à te justifier pour le fait que tu boives. C'est normal, après tout plein de monde le fait. Et puis, si tu m'utilises comme pansement pour ton coeur en tombant amoureuse de moi, tu pourras devenir une de mes petites-amies !"

Il écoutait son histoire calmement, lui caressant le haut de la tête encore un peu avant de redescendre sa main le long de son corps. Il ajoutait même une sorte de blague juste après. Il souriait grandement, malgré qu'il ne la croyait pas trop dans son "C'est pas mon genre de boire, je suis pas une fille comme ça". Il avait un sourire du style "T'en fais pas, on va dire que oui". Mais il ne se moquait pas trop sur ça, bien qu'il voulait vraiment la taquiner pour l'embêter. Rien de bien méchant, il voulait juste l'embêter.

"-Après si t'as faim je peux essayer de te cuisiner quelque chose avant .. ? Non, je vais le faire, le temps que tu décuves au moins un peu."

Il avait un air déterminé, se relevant pour se diriger sur la cuisine. Comme c'était une salle à manger/cuisine, elle pouvait encore le voir. Il mettait une sorte de bandeau sur son visage pour plaquer ses cheveux en arrière et ne pas qu'ils viennent le gêner. Il mettait même un petit tablier .. avec un motif à fleur dessus. C'était le moins cher qu'il a trouvé à ce moment, mais il n'était pas gêné de le porter, il s'en fichait un peu. Il se mettait donc au travail, ouvrant les armoires pour récupérer ce qu'il lui restait, c'est à dire peu de choses, ils étaient à moitié vide. Même ses mouvements de cuisine et de préparation étaient sublimes, comme s'il était un chef excellent digne de cuisiner dans le palace de l'Empereur. Et il ne lui fallut qu'une demi heure pour cuisiner un plat simple. Du riz avec un peu de viande. Et oui, autant de mouvement sublime, de gestes techniques qui pouvaient être perçus comme hallucinant .. pour un plat aussi simple que du riz avec de la sauce, et de la viande. Il lui rapportait juste ensuite l'assiette avec des couverts, un grand sourire fier sur son visage.

"-Et voilà mon plat ! Bon appétit !"

Lui s'était fait une deuxième assiette, pour manger à côté d'elle. Il plaquait ses mains dans une sorte de prière, puis dévorait son repas comme un enfant, le regard plongé dans son assiette et non sur la compagnie qu'il avait comme le ferait normalement un homme de son âge.

_________________


"Rotten to the core, yet pure at heart."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3217-wara-keitei-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2998-sendai-ryo-l-excellence-termine

Mar 29 Mai 2018 - 21:22
Ton corps effectue un mouvement de recul spontané alors que la main de Keitei se lève dans ta direction pour ensuite de poser sur le dessus de ton crâne, comme un animal blessé qui s’attend à n’importe quoi d’autre qu’une marque d’affection. D’ordinaire, tu aurais probablement esquivé le contact, bloquant son geste de ton avant-bras, mais tu n’es pas aussi rapide vu ton état. Dire que c’est désagréable serait mentir, d’ailleurs, bien que tu n’aimes pas en général te faire traiter comme un chiot en manque d’affection.

Tu éclates de rire en entendant sa proposition. L’utiliser comme pansement pour ton cœur? Tomber amoureuse de lui? Décidément, ce type se prend la grosse tête. Selon ce que tu as compris au fil de votre discussion un peu étrange, il n’a probablement même pas de copine pour commencer. Apparemment, ses efforts sont généralement peu fructueux. Tu t’abstiens toutefois de lui dire qu’il devrait commencer par s’en trouver une avant d’insinuer en avoir plusieurs, par gentillesse. Après tout, la remarque pourrait peut-être le froisser et, de toute façon, elle n’est pas très sympathique. Cela ne t’empêche toutefois pas de le penser.

Manger… Est-ce que tu as faim? Tu ne saurais dire. Tu crois que oui. Tu n’as pas vraiment pris le temps de déguster un repas décent avant de partir à la poursuite de ton stupide ex-amant et encore moins avant de te retrouver au bar à boire un verre après l’autre. C’est peut-être pour ça que les effets de l’alcool se sont fait sentir vite, d’ailleurs. Boire en ayant l’estomac vide n’est jamais recommandé. Tu hausses les épaules mais voilà que le jeune homme se lève, une expression sérieuse sur le visage, comme s’il s’apprêtait à se lancer dans une mission de la plus haute importance. Tu le regardes enfiler son arsenal, composé d’un bandeau et d’un magnifique tablier à fleurs qui n’aurait probablement jamais dû exister, plaquant une main sur ta bouche pour te retenir de rire.

Tu penches la tête sur le côté, observant le spectacle en silence et sans bouger d’un centimètre. Il y a quelque chose d’hypnotisant dans la scène. Tu songes que s’il dénichait un emploi dans un restaurant, il arriverait probablement à attirer de la clientèle, même féminine, à condition bien sûr de ne pas ouvrir la bouche. Cela risquerait de gâcher l’expérience un peu transcendante. Quelques instants plus tard, tu fixes l’assiette devant toi en entendant ton estomac se plaindre et agoniser. Finalement, tu as faim. Tu ne comprends pas pourquoi ce type se donne la peine de faire tout ça pour toi, mais tu ne t’en plains pas. Tu n’as tout simplement pas vraiment l’habitude, et tu te demandes s’il attend quelque chose en retour. Tu commences à manger, et la nourriture est assez satisfaisante à ton goût. Tu n’oublies pas non plus de continuer à boire de l’eau. Les effets de l’alcool se dissipent déjà.

- Tiens, maintenant que tu n’as plus tous ces cheveux devant le visage, t’es pas si mal en fait! Ça m’étonne comme tu peux en avoir autant et…

Tu plisses les yeux, tendant une main, jusqu’à ce que tes doigts entrent en contact avec ses cheveux. Tu pousses une expression de surprise. Tu t’attendais à ce qu’ils soient secs, brisés et tout ça mais au final, ils sont plutôt doux. Tu touches ensuite les tiens, constatant qu’ils le sont moins. Eh bien, il va falloir que tu lui demande ce qu’il utilise.

- Pour te remercier, la prochaine fois, c’est mon tour. Je suis douée en cuisine, surtout pour les desserts. J’aide ma mère à faire des plats pour… Bien, elle aime distribuer de la nourriture. Souvent des tartes et des trucs avec des fruits. Après tout, ce serait la moindre des choses, après ton aide. Mais au fait, pourquoi tu fais tout ça? Est-ce que tu t’attends à quelque chose? Tu vois, la majorité des gens ont des intentions cachées… J’essaie de me dire que tout le monde a un bon fond mais je tombe parfois sur des personnes qui font des choses douteuses alors on ne sait jamais… Je veux dire, je suis là, à raconter ma vie, une pauvre fille qui a décidé de prendre un coup toute seule au bar… Tu aurais pu trouver plus intéressant que moi, ça c’est sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 29 Mai 2018 - 22:50
Finalement, après être concentré sur ton plat comme un athlète serait concentré sur son épreuve, tu es finalement sorti de ton plat par la femme qui te parle. Tu relèves donc la tête, un grain de riz au coin de tes lèvres que tu ne remarques pas. Sa main mise dans ses cheveux, il fut assez surpris, mais ne bougeant pas pour autant. Il la regardait étrangement, comme si elle était vraiment très étrange. Ses paroles étaient tout aussi étrange. Lui ? Pas si mal ? Hmf, c'est bien un pléonasme ça. Seulement pas si mal ? Il était confiant en son physique, se trouvant presque parfait ! .. Enfin peut-être pas, mais il était quand même bien, bien mieux que "pas si mal" .. Enfin 'est ce qu'il pensait.

"-Seulement comme ça ? Mais j'ai toujours était bien moi ! Je suis bien moi, et pas seulement avec les cheveux en arrière !"

Il prenait une pause assez fière, comme s'il avait toujours raison et que son visage était le plus magnifique de tous. Enfin, ça aurait pu être le cas si le grain de riz sur son visage n'était pas présent, lui enlevant toute crédibilité. Du moins, le peu de crédibilité qu'il avait déjà. Mais après ses autres paroles, il la regardait encore plus étrangement, comme si c'était un alien qui était descendu sur la planète en ne sachant rien de la vie dont ils menaient. Même ses sourcils étaient levés et ses yeux écarquillés.

"-Comment ça pourquoi je fais ça ? Mais c'est normal non ? Ma mère m'a dit qu'il faut bien traiter les femmes .. Et si je t'ai abordée, c'est parce que t'avais l'air triste .. Et que t'étais jolie aussi."

Il continuait de manger un peu, mais des plus petites bouchées en regardant de temps à autre la femme face à lui.

"-Mais, euh .. Pour les desserts, j'en mange jamais .. Car, euuh .. C'est mauvais pour la santé et ça donne des caries, donc .. Ahem, voilà quoi .. Mais si tu insistes je ferais un effort ..."

C'est clair qu'il n'avait jamais mangé une seule sucrerie, déjà parce que ce n'est pas bon pour la santé et qu'il est très à cheval dessus, et deuxièmement que ça peut donner des caries. Il n'a jamais donc pu goûter à ça. Mais si c'était pour faire plaisir à une femme qui insistait un peu, il le ferait quand même. Peut-être qu'il trouverait ça bon, d'ailleurs, pendant un court temps avant de ne plus en remanger pendant très longtemps. Car pour lui, tout dessert était sucré, il n'avait donc jamais mangé de dessert, à part certains fruits disponibles au pays de la foudre. Il était certes curieux, mais avait surtout "peur" des conséquences que ça pourrait avoir sur sa santé. Car oui, lui pensait que ça aurait un effet immédiat, comme des caries qui apparaissent tout de suite.

"-Après, si tu arrives à faire un bon dessert qui n'a pas de sucres, tu seras vraiment la meilleure hein ! Enfin, si tu admires la chose divine qu'est mes plats, tu es déjà très bien classée. Après tout, tous ceux qui aiment mes plats ne peuvent pas être de mauvaises personnes, bien au contraire, hehe."

_________________


"Rotten to the core, yet pure at heart."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3217-wara-keitei-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2998-sendai-ryo-l-excellence-termine

Mer 30 Mai 2018 - 5:00
Ce type est tout un phénomène. C’est ce que tu te dis, alors qu’il prend la pose, faussement offensé par ton commentaire. Tu hausses les épaules. Tu voulais seulement dire que son visage se perd parfois derrière les mèches rebelles et devient donc difficile à voir. Tu sais que tu n’es pas mieux, avec ta frange qui couvre la moitié de ton propre visage la majorité du temps. Tes yeux se posent sur le grain de riz solitaire près de sa bouche mais tu ne dis rien, t’attendant à ce qu’il se rende compte de sa présence par lui-même. Après tout, n’importe qui pourrait sentir un corps étranger sur sa peau, non..?

Au moins, sa mère semble lui avoir inculquée de bonnes valeurs par rapport aux femmes. Pas comme ton imbécile de boulanger, qui vous voit probablement toutes comme des objets à utiliser pour sa propre satisfaction. Tes joues changent de couleur assez rapidement alors que tu avales subitement un verre d’eau, espérant dissimuler le tout. C’est seulement des petits compliments lancés en l’air, pas de quoi en faire tout un plat. De toute façon, on t’a déjà dit ce genre de choses, et ce n’était jamais bien sérieux.

- Ehhh? Bien si tu n’aimes pas, je ne vais pas en faire! Et en plus tu sais… N’importe quoi dans la vie peut devenir mauvais pour la santé si c’est consommé avec exagération. Ça, c’est ma mère qui m’a toujours répété. La modération, c’est ce qui est important! Et oui, je dis ça alors que j’ai trop bu mais c’était la première fois alors ça ne compte pas. Les sucreries, une fois de temps en temps, ça ne fait de mal à personne. Mais si tu préfères, je fais autre chose, c’est possible aussi, mais…

Tu plisses les yeux. Le grain de riz commence vraiment à te tomber sur le système. Il semble être bien collé, alors que tu le vois monter et descendre du coin de l’œil à chaque mot prononcé par Keitei. Tu tends donc le bras, concentrée, glissant tes doigts rapidement sur sa peau pour l’enlever. Le grain de riz tombe finalement sur la table, t’arrachant un sourire espiègle.

- Tu manges un peu mal, Keitei. Rappelle-moi de ne rien cuisiner de salissant, au cas où. Et oui j’étais triste. Enfin, je le suis toujours… Je suppose. Parce que vois-tu, lui, blesser les femmes, il s’en fiche royalement. Tu veux plusieurs copines? Ça va! Tant qu’elles sont au courant… Mais moi, j’étais une maîtresse, sans même le savoir. Et ensuite je me suis fait jeter. J’ai vraiment envie de l’étriper mais… ça ne sert à rien. Il vaudrait mieux que je passe tout simplement à autre chose… Il n’était pas bien pour moi, de toute façon. En plus d’avoir deux fois notre âge.

Tu te passes une main dans les cheveux, repoussant toute ta frange vers l’arrière en fixant le plafond. Tu te sens vraiment imbécile mais c’est la vie. Après tout, tu es jeune, et tout le monde fait des erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 30 Mai 2018 - 23:59
Il ignorait sa première phrase. Si tout avec excès pouvait devenir mauvais pour la santé, alors le fait qu'il drague plein de femmes pourrait le devenir aussi ? C'est impensable. C'est un blasphème ! Pas tout peut le devenir, mais elle avait tout casée dedans. Il ne disait rien pour l'enfoncer, mais de son point de vue elle avait tout faux sur cette ligne. Mais bien sûr, elle parlait de nourriture, mais lui ne l'avait pas compris comme ça .. Puis un bras sauvage et il réplique de toute ses forces ! .. en faisant la statue. Rigide. C'est pas mal pour une défense, mais bon, y'a toujours mieux .. Assez surpris par ce geste, il en riait directement après, pas gêné par ce genre de chose.

"-J'apprécie la nourriture, c'est différent ! Je mange correctement sinon ! Mais tu sais, c'est pas en buvant qu'on devient plus triste. Y'a plein d'autre façons. Du genre ... Euuuh .. Ne pas être triste ? Ou genre, juste traîner avec des gens que tu connais pour te changer les idées ? 'Fin je sais pas, j'ai jamais était triste en faite .."

Il ne voulait pas dire qu'il n'a rien eu de décevant dans sa vie ou qu'elle était parfaite, mais il a toujours vu le côté positif dans toutes les situations. Pratique pour ne jamais être triste, c'est le meilleur outil de l'optimiste ! Il finissait son repas, et allait donc déposer son assiette dans l'évier avant de revenir à table.

"-D'ailleurs, j'ai entendu dire que la meilleure façon de ne plus être triste, c'est de ne pas agir d'une façon triste ! Et même si ça sonne bête, ça peut marcher hein, je crois !"

Même lui n'en était pas sûr, c'était un truc douteux dont lui-même ne savait plus où il avait trouvé. Il attendait donc patiemment à table en attendant qu'elle finisse de manger tout en lui parlant. Après tout, il devait attendre ça. Malheureusement il n'avait pas de dessert ou autre chose à proposer, son frigo était déjà assez vide comme ça. Il restait à peine de l'eau à boire pour le reste de la semaine. Il se grattait donc les cheveux d'un air assez désolé en la regardant droit dans les yeux.

"-Ahah, désolé mais j'ai pas de dessert à proposer .. Mais bon, vu l'heure, il faudrait penser à rentrer non ? Cet endroit est trop petit et pas assez .. beau pour toi, je pense. Et t'as dû décuver depuis, je crois ? Enfin, j'ai jamais bu donc je sais pas comment ça marche !"

_________________


"Rotten to the core, yet pure at heart."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3217-wara-keitei-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2998-sendai-ryo-l-excellence-termine

Jeu 7 Juin 2018 - 6:20
Tu te redresses un peu, lui jetant un regard curieux, avant d’éclater de rire. Alors là, c’est bien la première fois que tu rencontres quelqu’un qui prétend ne jamais avoir été triste. D’habitude, les gens ont tendance à s’apitoyer sur leur sort ou à vouloir attirer la sympathie en racontant leurs drames d’enfance. Apparemment, c’est loin d’être son cas. Tu dois avouer que ça a quelque chose d’un peu rafraîchissant, bien que ce soit une façon naïve de voir les choses, un peu enfantines selon toi. Peut-être que tu devrais apprendre à faire pareil et à essayer de ne pas être triste, ou ne pas trop prendre les choses à cœur.

Tu termines de manger, réfléchissant aux choses que tu viens d’entendre. Tu te sens effectivement mieux, bien que tu sois toujours un peu étourdie. Tu as aussi besoin de passer au petit coin, mais tu vas attendre d’être chez toi pour t’occuper de ça. Tu te lèves donc, constatant que les choses ne bougent plus aussi rapidement devant tes yeux, et tu saisis ce qui se trouve sur la table devant toi. Après tout, tu es polie, et Keitei n’était certainement pas obligé de te faire à manger. Tu vas donc porter le tout sur un comptoir et tu te tournes vers ton hôte, un sourire sur les lèvres.

- Merci pour le repas. Tu n’étais pas obligé, c’est déjà bien plus que j’aurais demandé. Et oui, je me sens un peu mieux… Qu’est-ce que ça veut dire, c’est trop petit et pas assez beau pour moi? Je sais que je peux donner l’air du contraire mais je ne suis pas superficielle, tu sais! Tu m’accompagnes? Je veux dire, je suis capable de rentrer moi-même mais c’est toujours bien de faire une promenade le soir. Ça remet les idées en place.

Vous vous retrouvez finalement dehors. Tu as des questions à lui poser, mais tu ne sais pas trop par où commencer. Depuis une petite heure déjà, tu as presque oublié la raison qui t’a poussée à boire toute seule au bar. Le visage de ton boulanger se dessine dans ton esprit, mais tu le chasses rapidement. Tu n’as pas arrêté de te dire que tu ne le méritais pas alors qu’en fait, c’était plutôt le contraire. Tu es une demoiselle honnête, qui tente de voir le bien chez les gens et qui est toujours prête à aider. De son côté, il n’est qu’un menteur qui profite de la gentillesse des autres et qui, en plus, n’a même pas le courage d’assumer ses actes. Tu vaux beaucoup plus que ça et le simple fait de te le dire et, surtout, de le croire, t’aide à te sentir mieux.

- Qu’est-ce que tu fais, exactement? Je suppose que tu as des capacités spéciales, quelque chose du genre? J’avoue que j’ai du mal à déterminer ce que c’est, juste en te regardant… Je me posais la question. Ah, on risque d’arriver chez moi dans quelques minutes à peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Et c'est ainsi que l'on noie ses émotions (Ft. Wara Keitei)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: