Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Progrès constants (A. Hisao)


Dim 13 Mai 2018 - 16:37



Nous nous étions croisés, entre aperçus, et en de très rares occasions adressés la parole. En fait la seule fois où j’avais entendu sa voix fut lors de cette réunion ou plutôt de ce briefing pour nous expliquer ce que notre équipe constituée pour l’occasion allait devoir faire au pays de l’eau. Alors, en dehors de savoir qu’il était jônin et membre du conseil de Kumo, je ne savais pas vraiment grand-chose sur lui. Était-ce pour le mieux, ou pas ? Je n’en savais donc rien. Puis, ce n’était pas non plus comme si j’avais tenté de l’approcher ou de m’y intéresser. Après tout… il n’était qu’un homme et ne représentait pour moi que deux choses : l’ennui et les ennuis.

Mais bon, je ne pouvais pas non plus me permettre de le juger juste sur ce simple fait. J’avais compris depuis le temps que tous les hommes n’étaient aussi… mauvais que ça. Et même que ce fut davantage leur statut que leur nature qui les rendait, à priori, aussi… méprisables. Je soupçonnais même, maintenant, que cet état de fait n’était propre qu’aux Samouraïs. La plupart d’entre eux, pour ne pas dire la grande majorité, était méprisable. Est ce que cet Hisao l’était aussi ? Je le découvrirai surement tôt ou tard et peut-être serait-il le premier de la gente masculine de Kumo à confirmer la règle…

Je fus alors assez surprise ce jour de le croiser aux abords du complexe scientifique. Ce n’était d’habitude pas dans ce genre d’endroit que je l’apercevais ; et comme j’allais obligatoirement le croiser, alors que je repartais chez moi, je ne pouvais simplement pas me contenter de l’ignorer. Ce qui ailleurs dans le village ne m’aurait absolument pas dérangé en fait, avec la foule, le passage, le reste… Je pouvais même faire semblant de ne pas l’avoir vu. Mais là… Il n’y avait personne d’autre que nous deux qui allions inexorablement nous croiser. Abordant alors un sourire détendu je lui fis d’abord signe.

-Bonjour Hisao-sama. Ouais bon, le sama était clairement de trop, mais… trop tard. J’aurais pu me contenter de ça et continuer mon chemin mais évidemment je ne pouvais pas… Ma sale curiosité m’y obligeait. Comment allez-vous ? Hum… Vous allez au complexe ? Un problème de santé ? Je peux vous recevoir, si vous voulez ? Oué j’étais même allée carrément trop loin, et s’il me répondait « oui » ? Dans quoi venais je de m’engager alors que c’était l’heure de ma pause… En plus, cela ressemblait à de l’excès de zèle, ou pire encore, à… « de la lèche » ? Erf… Faire ça… à un homme… Enfin, si vous avez besoin hein ! Avais-je rapidement repris.

Je comptais évidemment sur la chance…





_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Lun 14 Mai 2018 - 20:24
En début d’après-midi, fraîchement sorti d’une interminable réunion du Kyuubu, je m’étais décidé à aller voir comment le projet d’Asami avançait. Elle prévoyait effectivement des portes ouvertes pour présenter aux jeunes – et moins jeunes – intéressés le Complexe Scientifique, ce qu’on y fait et sûrement les profils qu’ils recherchent en vue d’un futur recrutement. Ou tout simplement pour ceux désireux de s’inscrire à l’un des départements du Zaikugai.

De mon côté, rien de tout cela m’intéressait vraiment. Enfin, si, bien sûr, d’autant plus que c’était l’une de mes élèves qui préparait tout ça. Mais si j’allais la voir, c’était davantage pour elle et pour voir son travail, plutôt que l’avancée du projet en lui-même. Mouais, on dira que la différence entre les deux est mince, mais pas tant que ça, finalement, d’où la précision.

Après avoir fait plusieurs fois le tour, après avoir subi quelques taquineries de la Tadaoki et après m’être emparé d’un thé à emporter, je sortais finalement de l’enceinte du bâtiment et entamais ma marche pour rentrer chez moi. Je n’avais pour le moment pas trop d’obligations. Mon retour et mon futur départ me permettait de respirer un peu. C’était pas plus mal.

Plissant les yeux, il me semblait soudain reconnaître une personne que je connaissais très peu, mais que j’avais pu ‘’rencontrer’’ lors de la délégation à Iwa. Je l’avais également brièvement vu pour la mission à venir, mais bon, ça s’arrêtait là. Alors que j’allais tout simplement incliner la tête à son encontre pour la saluer, elle semblait vouloir parler… et y ajoutait même les formes.

- Euh…

‘’Sama’’ ? Non mais, j’avais envie de la rassurer tout de suite sur ce genre de formalité, mais elle enchaîna sur des choses qui me surprirent trop pour que je puisse l’interrompre. Toujours de mon visage calme et flegme, j’arquais lentement le sourcil alors qu’elle termina finalement ses demandes – qui étaient bien gentilles, hein, mais plutôt surprenantes.

- Oi. Oi. Tranquille, pas besoin de ce genre de suffixe. Hisao, ça me suffit largement. Pas de sama, de monsieur, de formes de politesses exagérées…

Je m’interrompis mais de ma main dessinait quelques cercles, indiquant que plusieurs exemples auraient pu encore être donnés.

- Pareil pour le vouvoiement, mais je peux comprendre que ce soit plus naturel pour certaines personnes. Personnellement, et si ça te dérange pas, je me permets de te tutoyer.

Et bien sûr, comme mon comportement et ma remarque le laissèrent entendre, elle avait à tout moment le droit de préférer le vouvoiement. A force, je commence à m’y habituer, après tout.

- En fait, je reviens du Complexe. Je suis allé voir quelques minutes mon élève, Tadaoki Asami. Et… merci de t’en inquiéter, mais aucun problème de santé. Malgré ce sur quoi on est tombé avec Shizen, on s’en est très bien sortis. Je marquais une petite pause, empoignant mon Kiseru d’une main et piochant du tabac de l’autre. Et toi ? On a pas vraiment eu l’occasion de se parler, en fait. Comment tu te portes ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mer 16 Mai 2018 - 0:03




J’étais d’accord avec lui, il n’y avait pas lieu d’être aussi formel. Ce genre de formulation était pompeuse plus qu’autre chose et ne me ressemblait clairement pas, pourquoi changer avec lui ? Il n’était que membre du conseil de Kumo après tout. Je préférais donc largement lui parler aussi naturellement que je pouvais le faire avec les autres. Sauf avec Shuuhei, je devais absolument garder cette barrière pour garder ce fou. Au moins cela me rassurait un minimum de savoir que je n’aurais pas à faire des courbettes à quelqu’un, encore plus à un homme…

-Tant mieux alors ! Soupirais-je. Je n’aime pas spécialement ça non plus, comme ça on est deux. Quand on m’appelle Docteure… Avais-je ajouté avec une petite moue. Non non, vas-y c’est bon. Pas besoin de me le dire deux fois.

Deuxième bonne nouvelle, il n’avait pas besoin d’une consultation ; je n’avais donc pas besoin de retourner à l’intérieur du complexe, retournait au deuxième étage où se trouvait mon « bureau », ni rien de tout ça ; ce qui arrangeait, mais vraiment, mes affaires. Mais ce qu’il venait de dire m’avait interpellé, ô pas qu’il soit allé voir Asami, ça… c’était anecdotique, moi-même la « visitait » assez régulièrement… Non, ce fut cette histoire avec Shizen –le directeur de l’institut- qui me laissa comme un étrange écho…

-Hum… ça va… Dis-je pensive. Vous êtes tombés sur quoi avec Shizen ? Ca ne concernerait pas… un poison ? Ou… quelque chose de corrosif ?

Il était assez étonnant de constater à quel point le cerveau humain était capable d’établir des liens entre des faits semblant ne rien avoir en commun. Et surtout, que je me souvenais de tout, avec exactitude, et que ce qu’il venait de dire aussi vague cela restait ; me rappelait ma première rencontre avec Reiko. Enfin, j’avais aussi la fâcheuse tendance à établir tout un tas d’hypothèse autour de certaines situations que j’imaginais possibles. Et continuai d’en échafauder jusqu’à comprendre la vérité, même si on me disait le contraire. #Raizen

Bon, évidemment, la question était très étrange posée comme ça alors que nous nous tenions debout, face à face, juste devant le complexe… Qu’importait, il n’y avait jamais de mauvais moment pour poser des questions…


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 22 Mai 2018 - 22:00
Au moins, on était d’accord sur une chose : les formalités étaient inutiles. Ca me rassurait parce je commençais en plus à avoir de mauvais rapports avec les médecins. Je pense que c’est directement lié à mon ascension jusqu’au Conseil de Kumo, mais sérieusement, me faire chouchouter alors que j’avais à peine un simple et ridicule hématome, ça avait l’art de m’énerver.

- Hm ? Quelque chose de corrosif ?

Tiens ? Avait-elle été responsable des soins apportés à Shizen lors de notre retour ? C’était possible. Après tout, malgré la présence de scientifiques, il manquait de médecins talentueux à Kumo. C’était un problème connu qui avait mis en marche quelques projets mais pour le moment, malgré un statut ambigu il y a encore peu de temps, Sazuka avait pu jouir de la confiance de certaines personnes influentes… ce qui expliquait qu’elle l’ait potentiellement pris en charge… et qu’elle ait remarqué certains détails.

- Je m’y connais pas trop en médecine, mais si tu l’as examiné et que tu as remarqué un détail pareil, c'est plutôt impressionnant. Comme tu le dis, c’était pas du poison. Le seul poison dans le combat a été créé par Shizen. Autant dire qu’en y étant insensible, il risquait rien de ce côté-là.

Son Kuchiyose était également spécialisé dans les poisons. Je me demande, maintenant que j’y pense, si c’est les insectes qui habitent son corps qui le protège, s’il a obtenu une sorte de résistance à force de traîner avec des insectes ou s’il a simplement élaboré des antidotes ou des résistances naturelles.

- Pour faire simple, Rei a lancé un combat et pour le battre, on a dû tenter le tout pour le tout. Alors qu’on était presque au sol et qu’il semblait vulnérable, on a lancé deux attaques simultanées pour l'achever. Sauf que ce balafré a réussi à bloquer Shizen près de lui. Quand ma vapeur corrosive l’a atteint, c’était déjà "trop tard".

Je marquais une petite pause, plissant les yeux non pas vraiment de culpabilité, mais en revoyant la scène. Au fond, et comme j’allais le dire, je n’avais rien à me reprocher. Mais c’est vrai que c’était un sacré bordel et que ça aurait pu mal finir.

- J’ai dissipé la vapeur autour et sur lui et l’ai tiré de là. Mais effectivement les blessures visibles, c’est bien de la corrosion. M'arrêtant afin qu'elle puisse éventuellement répondre, je précisais simplement une chose. Tu ne le savais peut-être pas, maintenant que j’y pense, mais je parviens à générer et contrôler la vapeur, qui peut devenir corrosive.

Et blessures visibles, c’est simple… Rei nous a presque tué mais mentalement seulement.


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mer 23 Mai 2018 - 18:59




Fascinant. Ou pas. Les détails qu’il me donnait restaient intéressants mais bien loin de ce que je voulais réellement savoir. Quoi qu’il me permit de comprendre que j’avais fait fausse route et que cette blessure que j’avais observée sur Reiko ne résultait donc pas de ce contexte-ci. Apprendre qu’il contrôlait la vapeur… j’étais surprise sans vraiment l’être, visiblement les ninjas étaient capables de tout un tas d’exploits toujours très destructeurs. Moi-même, même si je ne me considérais comme tel, avais ce même potentiel relativement effrayant.

J’en venais presque à préférer les blessures engendrées par les armes blanches que celles produites par les shinobi, elles étaient moins terrifiantes, plus conventionnelles et pouvaient être soignées avec une grande facilité. La corrosion, la putréfaction… Des changements d’état naturels et qui pourtant me semblaient une fois placés entre les mains d’êtres humains s’ériger contre les lois de la nature. Enfin, étais-je si bien placée pour parler de ce qui était en adéquation ou contre-nature ? Je ne parvenais pas à m’en convaincre…

-Ce n’est pas si impressionnant que ça… Soupirais-je. Ce n’est que de l’observation. Toutes les blessures ont leur signature. Naturelle, chimique, biologique… provoquée… Enfin… C’est plutôt simple même. Haussais-je les épaules. Cela dit il fallait certainement y consacrer une part important de son temps pour toutes les distinguer les unes des autres. Les comparer, les décrire et les étudier. Mais ce n’était au final qu’une question de temps et d’intérêt. Il était sûr que sans y porter une vraie importance, cela pouvait avoir une quelque chose « d’impressionnant. Même toi tu pourrais y arriver. Riotais-je.

-Hum… me repris-je. Reiko n’était donc pas avec eux. Pensais-je. Je suis toujours étonnée de voir de quoi sont capables les shinobi… La vapeur… Le métal… contrôler les esprits… C’la n’a pas grand-chose à voir avec ce que j’ai pu voir à Tetsu. Dis-je un peu décontenancée. D’autant que la plupart de ces « capacités » pourraient être bien plus… constructives. Dis-je un peu blasée en haussant les épaules. Je ne sais pas si tu as connu Mori Yuko ? Une chuunin… Elle manipulait le bois et a causé pas mal de "problèmes" à Tokanaba…

Oui je ne sais pas… en contrôlant la vapeur… Il aurait pu ouvrir un sauna… ou des bains publics… Yuko aurait pu bâtir au lieu de détruire, et les Metaru… Bon… C’était autre chose… Mais dans l'ensemble les ninjas quels qu'ils furent, causaient plus de destruction qu'autre chose. Même moi, via l'Iroujutsu, j'avais trouvé le moyen de détourner son utilisation basique à des fins plus... agressives.


_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 4 Juil 2018 - 22:09
Ainsi, nous parlions visiblement de deux choses différentes. Voilà qui était un sentiment étrange, je m’en retrouvais presque gêné de m’être perdu dans tant de réflexions et d’excuses. Car oui, bien que je ne le voie pas totalement de cette manière, il était difficile de nier que je cherchais à justifier les blessures que l’Aburame avait pu recevoir. Je me sentais responsable de lui, peut-être, malgré notre niveau équivalent. La raison m’échappait, tout comme la majorité des choses que je vivais et ressentais depuis mon arrivée à Kumo.

- Pas sûr. Je suis plutôt mauvais là-dedans. lâchais-je dans un dépit teinté d'une faible ironie. La faute au manque d’expérience, peut-être. Je connais les trucs basiques, je ferais en vérité un très mauvais médecin. Faudrait peut-être que je prenne des cours. Les bases, juste au cas où.

Le tabac entre mon pouce et mon index, je le déposai délicatement dans le foyer de mon Kiseru avant de le compacter par quelques faibles pressions du doigt. L’allumette désormais en main, j’attisais doucement les flammes jusqu’à ce qu’elles tapissent le tabac de leur lueur orange.

- Mori Yuko. Ce nom est revenu sur mon bureau plusieurs fois, en fait. Tokanaba demande pas mal de nos ressources, ressources que nous n’avons pas spécialement et que je galère à apporter concrètement pour le moment.

Cette fois, c’était à mon tour de lâcher un long soupir, ressemblant fortement à ceux d’une Sazuka particulièrement lasse de cet événement. J’avais pu voir son nom apparaître dans les rapports. Sans avoir été très loin dans mes premières lectures, elle n’avait pas grand-chose à se reprocher sur tout ça.

- Mais je l’ai pas connue, non. Pas que ça me plaise vraiment, mais faut dire que j’ai dû passé pas mal de temps en dehors du village. Et loin de certaines personnes, surtout. Si j’étais aussi bon dans la lecture des émotions que pour afficher les miennes, il était pourtant aisé de voir que cette situation m’agaçait un peu. Donc en plus de ma connaissance plutôt limitée de Kumo, ça n’aide pas.

Avec tout ça, je ne pris ma première bouffée que maintenant, aspirant quelques secondes à peine avant de relâcher à l’opposé de la position de Sazuka un nuage qui s’éloigna doucement avant de se disperser.

- Tu sembles pas mal affectée. Enfin… affectée mais sans l’être vraiment. Difficile à bien cerner le truc. Je suis pas très bon pour voir ce genre de choses, et encore moins avec quelqu’un que je connais pas. Ou très peu. Comment une médecin gère ce genre de situations ? C'est spécial, non ?

Pour le moment, j’évitais de rentrer dans des sujets trop précis. J’étais assez curieux d’en apprendre plus sur elle, sur sa façon d’être et même sur sa situation depuis son arrivée à Kumo, en fait. Mais chaque chose en son temps. Après tout, on ne s’était que croisé par hasard, à tout moment, elle dit qu’elle a du boulot ou j’sais pas quoi. On a tous notre petit merdier à gérer. 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Ven 6 Juil 2018 - 2:31




Quand je disais qu’il y avait comme un problème avec les autorités de ce village, apparemment, je ne me trompais pas. Quand je m’étais aperçue du comportement qu’avait pu avoir le Raikage Shuuhei, je m’étais tout de suite fait la remarque qu’il n’avait ni l’étoffe ni le charisme attendu d’un leader. Je me souvenais de la comparaison que j’avais pu faire entre lui et le Maître du dojo où j’avais vécu quelques années. Cet homme, ce maître avait une prestance et une autorité que nul n’avait jamais remis en cause, il était craint et respecté à la fois… Mais le Metaru, lui… me semblait n’avoir jamais été que craint… Enfin…

Légère digression dans mes pensées… Hisao lui… D’après ce que j’avais compris et il y avait très peu de chance que je me trompe ; faisait partie du conseil de Kumo, il était un conseiller en gros ; et devrait faire preuve d’une connaissance et d’une compréhension poussée de son village, mais aussi de son pays. Ce qui n’était visiblement pas le cas. J’avais l’impression… qu’un certain laxisme animait cet Hisao, ou un peu de laisser aller. Mais il avait sans doute, comme tout le monde, de très bonnes raisons d’être en « retard » sur ces différents sujets. Ainsi je ne relevai pas, ni ne me permis une quelconque remarque, après tout chacun d’entre nous avait son travail, cela ne me… concernait pas.

-Oh… Eh bien… Avant d’arriver à Kumo, je n’étais pas ce qu’on pourrait appeler « un médecin ». Souris-je légèrement en l’observant tirer sur son tabac. Je supposai qu’il parlait de la mort de la jeune femme ou plutôt du fait que je lui ai ôté la vie… Disons que ce n’est ni la première, ni dernière personne. Soupirais-je longuement. En tant que médecin… beaucoup de personne ne me voyait et ne me considérait qu’ainsi, comme Melo, Asama, Raizen… Et surement Reiko, aussi. C’était dire à quel point aucun d’entre eux ne me connaissait vraiment… Cela dit… devoir éliminer… une collègue, pour protéger cet endroit… je ne m'y attendais pas... Grimaçais-je.

En effet, si la mort ne m’effrayait plus depuis longtemps, devoir l’infliger pour des raisons bien plus valables que celles dont je m’étais persuadée pour tous les autres m’était nouveau et même très étrange. Agir pour d’autres intérêts que les miens l’était très clairement, oui. Un signe plus qu’évident que j’avais bel et bien changé. Et d’ailleurs, le simple fait que je puisse parler à Hisao, un homme, sans l’avoir encore insulté était tout aussi étonnant vu le peu de respect et de valeur que je leur avais toujours… manifesté. Il semblait donc que j’étais devenue à la fois plus tolérante, mais aussi… plus… responsable ? Etait-ce une bonne nouvelle ? Je ne pouvais encore l’affirmer.

-Ce qui me… perturbe un peu. N’ayons pas peur des mots. C’est qu’elle disait vouloir retourner auprès de ses parents, au pays du feu… Avais-je repris en passant la main dans mes cheveux. Le problème, en fait, c’était que je ne savais si elle avait dit la vérité, ou pas. Un doute persistait et j’avais par conséquent l’impression d’avoir trahi l’un de mes principes fondamentaux et cela me faisait bien trop réfléchir… Mais son comportement était… bizarre… Pourquoi n’avait elle pas présenté le problème au Raïkage ou à ses conseillers ? Pourquoi avait-elle voulu profiter de me connaître pour prétendre aller chercher des plantes qui n’existaient pas ? Le genre de choses que j’avais beaucoup de mal à comprendre…



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 8 Aoû 2018 - 15:31
- Perturbée, hein ?

Malgré un visage plutôt neutre au premier abord, je l’avais effectivement constaté, d’où ma précédente remarque. Mais la cause exacte m’était immédiatement plus claire. La mort de la Nukenin faisait sûrement partie de l’équation, mais c’était peut-être le contexte, les paroles de la Mori avant de mourir qui ont marqué l’esprit du médecin.

- Hm. Tu penses vraiment que chaque comportement bizarre a une explication ? J’amenais à nouveau mon Kiseru au coin de la bouche, me préparant à inhaler une bouffée sans pour autant m’empêcher de parler. C’est surestimer l’esprit humain… ou sous-estimer certains instincts ou sentiments primaires.

Nous avons tous un parcours personnel qui forge qui on est. Nous avons tous une famille, des connaissances et des modèles qui nous emboîtent le pas vers un sentier plutôt qu’un autre. Pour moi, c’est par exemple la prison puis Suzaku qui m’ont fait devenir qui je suis. Pour Sazuka, c’était peut-être son passé avec ses parents, la période avant son arrivée à Kumo ou encore son – récent – statut de médecin.

- Si elle a des parents à Hi, on va tout de même tenter de leur envoyer une missive. On doit sûrement avoir des dossiers capables de nous aider. annonçais-je platement en haussant légèrement les épaules. J’ai pas forcément une relation incroyable avec mes propres parents, et c’est pareil pour Kumo envers Hi. Mais c’est des choses qui me semblent nécessaires, peu importe l’instant ou les circonstances. Quant à toi, garde surtout en tête que tu as évité beaucoup de problèmes aux habitants de Tokabana.

A nouveau, mon manque de connaissance sociale jouait un peu quand la discussion ‘’semblait’’ complexe. Au final, peut-être est-elle affectée par quelque chose que je ne comprends pas bien. Peut-être le contexte est totalement différent de ce que j’imagine. Mais j’imagine que ça ne fait jamais de mal de le rappeler.

- Par contre, ce n’est peut-être pas la dernière fois que ça doit arriver. Je ne parle pas de tuer un inconnu, mais de tuer une personne que tu semblais connaître ou avec laquelle tu travaillais. Tu étais déjà là lors de la trahison de Kaldea, l’ancienne chef du clan Suzuri ? Si elle n’était personne pour moi, j’ai pu ressentir un vrai malaise chez certaines personnes, notamment les autres Suzuri. Et ce, pour plus qu'une simple question de trahison. C’est des trucs qui font partis de notre quotidien, malheureusement.

Le même mouvement machinal apportait mon Kiseru à ma bouche pour prendre une dernière large bouffée. Une fine trainée grisâtre finit par s’échapper du coin de ma bouche, se dissipant peu à peu dans l’air.

- Enfin. Je dis ça, mais tu es peut-être comme moi. Je n’ai pas vraiment choisi de devenir shinobi. Je n’avais rien pour l’être et sincèrement, ce n’était pas quelque chose qui m’intéressait vraiment. Donc bon. Le sourcil gauche soudainement arqué, je penchais un peu la tête et plongeais calmement mon regard dans le sien. D’ailleurs, si c’est pas indiscret… qu’est-ce qui t’as fait venir à Kumo ? J'crois pas que tu viens de Kaminari, si ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Dim 12 Aoû 2018 - 13:12



-Oui.

Avais-je aussitôt répondu à sa question. J’avais appris récemment grâce à une bibliothécaire, que les réactions de chacun, bizarres ou normales, étaient forcément dues à quelque chose ; une raison même très floue, se cachait derrière tout ce qui pouvait arriver. Rien n’était dû au hasard, et encore moins ne reposait sur « rien ». C’était ce que j’avais retenu. Je pensais plutôt que c’était une subtilité de la défunte déserteuse que je n’avais simplement pas comprise, comme beaucoup d’autres. Pour autant, l’explication du conseiller ne me semblait pas fausse, ni moins plausible qu’une autre. C’était tout un pan que j’avais du mal à comprendre, de toute façon. Pourquoi les personnes agissaient d’une façon plutôt que d’une autre ? Cela demeurait un grand mystère pour moi.

-Tu as sans doute raison, aussi. Haussais-je les épaules. Et tout compte fait… Ce n’est pas vraiment sa mort qui m’a perturbé, mais plutôt qu’elle ait inventé une histoire pour déserter. Cela n’aurait pas été plus simple de dire la vérité ? Enfin, de toute façon… ce qui est fait, est fait.

Pour moi c’était simple. Le problème de la Mori fut qu’elle avait menti sciemment, et avait tenté de me convaincre en donnant ce qui ressemblait à une vérité. Mais lorsqu’on me mentait une fois… et surtout que je le découvrais ; il devenait très compliqué de gagner ma confiance, ou de la regagner. Et, ne pouvant lui faire confiance ; j’avais dû l’éliminer. Si j’avais pu lui faire confiance, être sûre qu’elle me dise la vérité… Je l’aurais sans doute laissé partir, c’était même certain. Je n’avais qu’un seul nindo…

-Je verrai bien, s’il y a une prochaine fois… haussais-je faiblement les épaules une nouvelle fois. Non, je n’étais pas là. Mais on m’en a parlé. Chacun doit faire ses choix, et en assumer les conséquences. C’était aussi ce qu’on appelait la liberté ; une notion que beaucoup ne comprenait pas et ne concevait qu’en tant que telle, une grave méprise, selon moi. Incombait à la liberté, souvent, de lourdes responsabilités… Mais ça, c’était une autre histoire. C’est… parce que Kumo est jeune, les personnes qui participent à cette « aventure » doivent comprendre quels sont les enjeux… et le fonctionnement d'un tel endroit. C'est la sécurité de chacun qui est en jeu, non ?

Je voyais Kumo comme une unité où chacun faisait de son mieux pour faire avancer le collectif, mais si un élément était néfaste… il était « normal » de le supprimer. Kaldea avait été cet élément. Comme il fallait absolument séparer les maillons faibles d’une chaîne pour éviter qu’elle ne se brise… J’avais bien compris ce principe, j’appliquais cette méthode en médecine, et dans mes recherches…

-Et… non plus. Souris-je. C’était une question que l’on me posait assez régulièrement. La raison de ma présence ici, et d’où je venais ; grossomodo, je savais déjà quoi lui répondre, maintenant c’était une formalité. Bien que, de par sa position dans le village, je n’étais pas obligée de passer certains détails sous silence. Je viens de Tetsu, et c’est le ?daime qui m’a « recrutée ». J’ai croisé sa route alors qu’ils venaient de subir une attaque, durant une… M’interrompis-je pour chercher le mot. Comment vous dites… une réunion de Kage ? Enfin voilà… j’ai eu le choix entre à priori, soigner une gamine… une chuunin ; ou… l’affronter, je pense. Mais… je n’en saurais rien, jamais. Haha… Ris-je avec un peu de crispation. Et l’ancien Raïkage m’a proposé de m’héberger et me donner libre accès à la bibliothèque en échange de mes compétences… Ensuite, il m’a proposé de rejoindre Kumo, en tant que Kumojin.

Voilà, c’était à peu près toute l’histoire.

-Du coup, j’ai l’impression que beaucoup de Kumojin n’étaient pas Kumojin… avant… Dis-je songeuse…





_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 23 Sep 2018 - 20:50
Mon visage se positionna très légèrement sur le côté, marquant une petite interrogation quant à la raison de sa présence à Kumo. Chacun avait sa petite histoire, bien sûr, mais pour le coup, la sienne sortait un peu de l’ordinaire. Je me souvenais ne pas lui faire entièrement confiance lors de notre ‘’rencontre’’, mais c’était surtout par manque total de détails et, quelque part, par pression vis-à-vis de mon rôle de gardien du Raikage. « Non, c’est vrai. La plupart vivaient un peu partout en Kaminari – avec quelques exceptions provenant d’ailleurs, notamment Kaze. Shitaderu était déjà un village important, bien sûr, mais la création de Kumo a attiré du monde. » lançais-je platement en haussant les épaules. « Ou d’autres sont venus refaire leur vie ici, comme moi, par exemple ».

Plissant légèrement les yeux, qui vagabondèrent quelques secondes ci-et-là, je finis par les tourner vers l’Ikeda, et plus particulièrement vers la scientifique. Une idée me traversait la tête depuis un bon moment, mais je ne savais pas trop comment la mettre sur papier. « Si tu as un peu de temps, j’aimerais bien te poser une question. Vis-à-vis de ton rôle, plus précisément. » Bien que j’avais mon propre travail à faire, je préférais tout de même m’assurer qu’elle ne soit pas sous la pression d’une urgence quelconque.

Comme une habitude contre-intuitive par rapport à ce que j’allais dire, je ravivais les flammes de mon Kiseru et pris une nouvelle bouffée, marquant certes un temps mais annonçant également, en partie, ce qui allait suivre.

- Comme tu l’as compris, je maîtrise la vapeur. Je l’utilise de plusieurs manières et l’une d’entre elles, plutôt utile, c’est de produire de la vapeur corrosive directement dans mes poumons. Mon chakra ne me blessant pas, je peux, par exemple, éliminer les saloperies qu’il y a dans mon tabac.

Mes doigts martelèrent doucement la tige de bambou qui composait mon Kiseru le temps que je cherche les mots exacts pour formuler ma demande.

- Le problème, c’est que j’ai découvert ne pas être totalement immunisé à cette corrosion. Je peux me déplacer librement dans un nuage acide, mais plus la technique est puissante, plus elle touche des organes sensibles... ce qui fait que je résiste moins, jusqu'à avoir - pour le moment - de légères séquelles.

Voilà qui marquait l’introduction à ma demande. J’allais éviter le langage scientifique, les effets et toutes ces conneries-là. Pas que je m’en foute, pas que je trouve ça débile, mais justement parce que je manque trop de connaissance dans le domaine pour me lancer là-dedans. L’objectif c’est qu’elle me comprenne, pas qu’elle se perde.

- Je comptais demander à Itagami de fabriquer pour moi un masque. Quelque chose que je pourrais porter pour filtrer l’oxygène et le gaz corrosif que je produis. Le problème, c’est qu’elle ne pourra certainement pas y parvenir toute seule. Du coup, te croiser me permet de saisir l'opportunité : Tu penses être capable de préparer la partie ‘’filtre’’ du masque ? Bien sûr, si tu as besoin d’aide, de matériel ou d’échantillon de vapeur, c’est pas un problème.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Dim 30 Sep 2018 - 4:40



Ho… Hum… Il avait donc tout comme moi, eu une autre vie avant d’arriver à Kumo. Je n’étais donc pas la seule dans cette situation et cela me rassurait. Même si Kumo n’existait pas depuis si longtemps, beaucoup de Kumojin étaient déjà présents à Shitaderu. Du coup, je me demandais quelle pouvait elle bien être, avant. Enfin… Cela ne me concernait pas vraiment et je n’étais pas si sûre de réellement m’y intéressée. Peut-être aurais-je du ? Akina m’aurait sans doute incité à lui prêter plus d’attention, à cet Hisao… Mais elle n’était pas –plus- là, donc…

Au moins, nous étions à peu près sur la même longueur d’ondes sur ce sujet, ce n’était déjà pas mal ! Puis, je fus ruprise de sa question. Une question quant à mon rôle ? Ouais… Et bien, je l’écoutais ? M’attendant donc à devoir répondre, je fus décontenancée de l’entendre me parler de son Kekkai. Certes c’était intéressant pour le coup mais… Ce n’était pas vraiment ce à quoi je m’attendais. Oui, c’était pratique de pouvoir fumer sans en subir les conséquences… Moi-même je fumais à une époque mais j’avais perdu cette habitude et la dernière que voulu en allumer une, un plan de mur avait failli m’écraser… Un signe que je ne devais pas reprendre, selon moi.

Ce ninja disposait donc d’un puissant Kekkai dont l’utilisation n’était pas, d’après ce que je comprenais, sans danger. C’était assez… dommage ? Un peu comme si employer mon chakra « vital » pour me soigner, ou soigner les autres me consumait un peu à chaque fois que j’y faisais appel. Finalement, ce long discours déboucha sur une demande plus précise. C’était parfaitement logique en fin de compte… Cela-dit, mon « métier » était de soigner les personnes, étudier des maladies, la chimie et la biologie ; pas de concevoir des appareils, quels qu’ils soient. Je n’étais pas… un genre d’ingénieur géniale… Néanmoins…

-Je peux toujours essayer de voir… Ca dépend… du « type » de cette corrosion. Oui, car en fonction de ce qui rendait cette vapeur corrosive, le procédé serait différent et d’une difficulté variable dans sa réalisation. Même si ce n’était pas mon domaine de prédilection, j’avais lu suffisamment d’ouvrages traitant de divers sujets en relation avec la science pour trouver une solution dans ma mémoire. Mais pour l’heure… Et, c’était quoi ta question ? Par rapport à mon rôle ? C’était ça ? Enchaînais-je. Enfin, oui j'ai le temps là... Je partais pour la bibliothèque, donc... ça peut attendre. Affirmais-je enfin.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Progrès constants (A. Hisao)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: