Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Traquer les bandits [Mission B Ft. Hayai Taishi]


Lun 14 Mai 2018 - 3:00
Assise sur l’un des coussins qui ornaient ce qui leur faisait office de base, cette dernière se voulant aisément transportable, elle observait quelques lettres qu’ils avaient reçu. Sans que nul ne sache réellement où se trouvaient-ils, ne serait-ce que parce qu’ils étaient en mesure de bouger comme bon leur semblait, ils étaient facilement accessible pour le peuple. Là résidait l’essence même de leur organisation, être présente pour ceux qui en avaient besoin, pour ce peuple qui avait déjà assez souffert d’injustes dirigeants et de guerres qui n’en finissaient plus.

Si elle avait quitté son poste d’assistante de l’ombre d’un village caché, semblerait-il que les bonnes habitudes ne mourraient jamais. Elle portait une attention particulière aux demandes qu’ils recevaient, à l’aide qui leur était demandée et ce que le peuple pouvait bien s’attendre d’eux. Son regard s’était attardé plus longtemps que normalement sur l’une de ces missives, un fermier demandant l’aide de ceux qui, il l’espérait, pourraient l’aider. Il n’avait pas la force de s’opposer aux prisonniers s’étant évadés or, tout ce qu’il avait perdu lors de l’attaque dont il avait été victime se faisait ressentir. Ses pensées se tournèrent naturellement vers Aimi, celle dont la seule présence avait le don de l’énerver. Ne venait-elle pas d’une famille s’occupant d’une ferme ? Sûrement pourrait-elle comprendre le mal que cela pouvait causer.

Toutefois, elle n’était pas dans les parages et puis, ce n’était pas comme si elle avait spécialement envie de la chercher. De ce fait, décidant que ceci était urgent, ne serait-ce que parce qu’elle ne pouvait laisser l’homme dans la misère, pas plus pouvait-elle assumer que d’anciens prisonniers soient ainsi en liberté, et, qui sait, à commettre du tort ailleurs, elle attendit patiemment le retour de l’Hayai, qu’elle savait imminent.

- Taishi !

Elle s’était levée, venant ainsi à sa rencontre, la lettre dans une main. Elle était habillée aux couleurs de l’organisation, à savoir de son noir habituel accompagné du vert plus ou moins imposé par l’homme qui, à l’heure actuelle, semblait être leur chef.

- J’ai quelque chose à te demander.

Sa voix s’était faite plus discrète, plus mielleuse, à croire qu’elle apprenait définitivement vite, se souvenant même de certains enseignements qui lui venaient de sa défunte meilleure amie. S’étant arrêtée face à lui, elle lui offrit un doux sourire alors qu’en ces lieux, il était la seule personne qu’il connaissait et qu’elle appréciait réellement. Peu à peu, elle cherchait à en apprendre plus sur les autres membres de l’organisation, toutefois, sa méfiance naturelle tout comme sa réticence à aller vers des étrangers rendait le tout passablement plus difficile. Oh, elle faisait des efforts, mais il n’avait qu’à se souvenir de leur première rencontre, ou, tout du moins, des premiers instants de celle-ci pour se rappeler qu’elle n’était décidément pas quelqu’un de particulièrement sympathique aux premiers abords.

Et ce, quand bien même l’était-elle plus une fois ayant percé ce mur de glace qu’était celui entourant sa personne, ou encore avec quelques verres d’alcool dans le sang. Son ancien sensei avait opté pour la seconde option, ce qui, au final, maintenant qu’elle avait une meilleur idée de qui était-il, n’était pas bien surprenant. Regrettait-elle ? Aussi surprenant cela pouvait sembler, même pour elle, aucunement.

- Regarde cette lettre, un appel à l’aide d’un fermier. Je pense que l’on pourrait faire d’une pierre deux coups, en l’aidant lui mais aussi en mettant la main sur ces anciens prisonniers.

Lui tendant ladite lettre, il s’agissait d’une demande implicite quant à l’accompagner dans cette mission, sachant qu’il leur avait été dit que nul ne pouvait agir seul. Un système de binôme avait été instauré, bien que tous pouvaient bien travailler avec qui le voulaient-ils, pour peu étaient-ils deux. Et elle se devait d’avoir une préférence pour le beau brun.

Rien de personnel.

Ou presque.

Spoiler:
 

_________________
How should this story end ?
I'm standing alone in this world that keeps on changing, but hiding away, my true self is fading. The loneliness that wraps around keeps deepening until I drown. Fond memories we used to share pierce me 'til I no longer care. I cannot run, I cannot hide, I cannot think, I cannot find, I cannot move, I cannot leave you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2560-zetsu-eiko http://www.ascentofshinobi.com/u462

Lun 21 Mai 2018 - 22:26
Taishi tira un peu sur la manivelle de la corde jusqu’à obtenir un son plus harmonieux avec les autres. Sans vrai talent, il avait quand même une bonne oreille musicale, sachant presque instinctivement quel était le bon ton pour suivre la gamme. La musique était une bonne façon de relaxer pour lui, passablement occupé depuis la création de l’Hinoishi. Il ne fallait pas penser qu’il restait assis sur ses lauriers, mais il avait bien des choses à surveiller en même temps. On aurait pu croire que c’était facile pour un individu avec sa capacité particulière, mais Hi no Kuni n’était pas le pays de la terre, où il avait eu des années pour instaurer un réseau de marqueurs à travers la région. Qui plus est, Hi était immense et peuplé sur presque toute sa superficie à travers une multitude de petits villages. À l’inverse, le territoire d’Iwa était peuplé au nord et dans les zones montagneuses trop difficiles à faire subsister.

C’est Koko qui le sortit de sa rêverie. Il répondit à son sourire en faisant de même tout en prenant la lettre qu’elle lui tendait. La description verbale résumait bien son contenu. Il hocha la tête.

« Tu as bien fait de me montrer ça. Le réseau de contact d’Aimi semble porter fruit si les gens font appel à nous directement, c’est un bon signe. Prépare tes affaires, on s’y colle toute suite. »

Il l’inspecta de haut en bas.

« J’aime ta nouvelle tenue, en passant. Tu dois quand même avoir chaud, être aussi couverte. »

Clignement d’œil puis il se releva en posant l’instrument contre un des coussins avant d’aller chercher quelques affaires dans son coffre. Chaque membre avait une sorte de casier de la sorte, les déplacements irréguliers de la plateforme assurant une sécurité sans pareil.

« Prête ? »

Il lui tendit la main. Il y eut une lumière verdâtre et ils touchèrent pied dans les boiser légers qui entouraient la capitale. Koko pouvait se souvenir de cet endroit comme étant celui où ils étaient arrivés juste après le massacre dans le palais, qui n’était pas très loin. Ça ne rappelait pas de très bons souvenirs mais Taishi ne voulait pas non plus oublié le passé. Un jour, il ferait ériger un monument ou un truc du genre ici, songea-t-il, mais ça lui sembla une pensée bien ridicule. Son regard se posa sur la femme alors qu’ils se mettaient en chemin vers la ferme.

« Je me dis que c’est un bon moment pour causer, je suppose. Comment vas-tu ? Je veux dire, depuis qu’on est ici, avec l’Hinoishi. J’oublie parfois que tu as été affectée encore plus que moi par ce qui s’est passé avec Iwa… Et Sanadare »

Ce n’était pas vraiment la vérité, mais Taishi n’aimait pas se mettre sur l’avant-scène sur ce genre de sujet, la plupart en fait. Ni trop investiguer chez les autres d’ailleurs. Mais il n’était pas aveugle au point de ne pas avoir remarqué le comportement de la jeune femme. L’Hayai n’aurait pas pris action si ce n’était qu’il se sentait un peu responsable d’elle, même si elle affirmait être venue de son propre choix.

« On doit aussi causer d’Aimi, je pense, non ? »


_________________
I bring the final moment, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 29 Mai 2018 - 5:15
Il semblait partant pour l’accompagner, ce qui lui rendait la tâche définitivement plus facile. Après tout… Il n’y avait bien qu’en lui qu’elle avait une confiance quasi absolue. Assez du moins pour entreprendre une mission avec lui et savoir qu’elle pouvait compter sur lui. Roulant des yeux à son commentaire sur sa tenue, elle ne répondit rien, se contentant d’hausser les épaules. La jeune Zetsu n’appréciait pas spécialement exposer ses formes, n’étant pas fan des regards se posant sur elle et sur sa silhouette indéniablement féminine. Attrapant simplement sa main, lui adressant un faible sourire, ils disparurent dans un éclair vert pour atterrir dans un lieu qu’elle reconnu sans peine et qui ramena à son esprit de violents souvenirs qu’elle n’aimait pas spécialement, notamment de par tout ce qu’ils impliquaient.

Ces événements avaient marqué son esprit de jeune demoiselle encore innocente et elle n’avait pas eu la chance d’en parler à quiconque. Elle se retrouvait tout simplement forcée de vivre avec ces images, victime de cauchemar qui ne cessaient de la suivre.

La question de l’homme vint la surprendre alors qu’elle le suivait, assez pour l’amener à lever un regard surpris vers lui. Taishi ne lui avait jamais semblé être du genre à offrir une épaule réconfortante. Oh, il avait nombreuses qualités, toutefois, jamais se serait-elle vue s’ouvrir à lui tout comme elle ne s’était pas attendue à ce qu’il s’intéresse à ses états d’âme de jeune demoiselle qui assumait peu les derniers événements de sa vie, entre le massacre du pays du feu et la mort de sa meilleure amie.

- Sanadare me manque. C’est horrible comment cette idiote manque à ma vie… Est-ce que tu sais quels sont les derniers mots que je lui ai dit ? Je te déteste.

Elle serra des poings, sentant la nausée monter en elle.

- Le pire dans tout cela ce sont les derniers moments que j’ai passé avec elle… Je l’ai plus ou moins forcé à ingérer un sérum de vérité. Alors elle a plus ou moins été forcée de dire tout ce qu’elle n’a jamais dit à personne. Ce fut un coup dur.

Plus que dur, pour celle qui n’avait qu’elle sur qui compter, alors qu’il n’y avait toujours eu qu’elle d’importante dans sa vie. L’amour et l’affection qu’elle avait porté à la Hyûga était déraisonnable, mais, au final, c’était tout ce qu’elle avait toujours eu.

- Quant à Aimi, c’est une idiote pleurnicheuse qui ne fait que râler et sait pas se tenir, en plus de ne faire preuve d’aucun respect. Je peux comprendre l’utilité de ses relations, mais sinon…

Un soupire. Au final, ce n’était pas tout à fait vrai. Le seul soucis était qu’Aimi était beaucoup de chose qu’elle-même aurait voulu être et n’était pas. Là où elle-même s’était laissée s’enfoncer dans cet abysse qui l’assimilait lentement mais sûrement, Aimi s’était relevée. Elle possédait une force qu’elle-même n’avait pas et était beaucoup qu’elle-même n’était pas. Le choc était violent, et elle était incapable de la voir sans se retrouver à faire face à tout ce qu’elle détestait chez elle-même. Ce qui l’amenait donc à cracher son venin sur elle, à défaut d’avoir mieux à exprimer.

- Je dois admettre que ce n’est pas toujours facile. Tu connais ma réticence à aller vers les autres, tout comme l’impossibilité que j’ai de leur accorder ma confiance. J’imagine que ça va venir… Avec le temps.

Elle pouvait tenter d’être optimiste, c’était déjà ça.

- Et toi ? Ça te plaît, l’Hinoishi ? C’est ce que tu voulais ?

Autant ne pas être la seule à parler dans cette histoire.

_________________
How should this story end ?
I'm standing alone in this world that keeps on changing, but hiding away, my true self is fading. The loneliness that wraps around keeps deepening until I drown. Fond memories we used to share pierce me 'til I no longer care. I cannot run, I cannot hide, I cannot think, I cannot find, I cannot move, I cannot leave you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2560-zetsu-eiko http://www.ascentofshinobi.com/u462

Lun 11 Juin 2018 - 1:27
Elle voulait visiblement une réponse, mais Taishi resta initialement silencieux devant les propos de la femme, cherchant la réponse qu’il voulait délivrer. Ceux qui connaissaient Taishi savait qu’il était un beau parleur mais pas si habile quand les mots étaient davantage que de la fanfaronnade. Et le sujet de Sanadare était bien unique en soit.

« Elle aurait sans doute fait pareil, le sérum de vérité, je veux dire. Pour le reste… Ce n’est pas à moi de te juger, ce qui est fait est fait… »

Il s’étira, les mains derrière la tête tout en continuant à marcher.

« Par ailleurs, je pense qu’elle serait fière de nous. D’avoir eu le courage de partir pour se battre contre le modèle établi. »

Il secoua la tête.

« Tu sais Koko, l’Hinoishi représente bien plus que seulement une manière d’aider Hi. C’est une rédemption, et c’est une tentative de briser le modèle dans lequel les shinobis s’enlisent. Nous luttons pour notre signification et notre place dans ce monde. Toutes des choses que Sanadare aurait endossées, je suis certain. »

Il eut un sourire malicieux en lui jetant un regard du coin de l’œil.

« Ma parole, tu serais pas jalouse par hasard ? »

Un instant de silence et il éclata de rire.

« Inutile de répondre. Tu sais un peu ce que je répondrais non ? Aimi n’est pas parfaite mais personne dans cette organisation ne l’est. Pour le reste, son réseau de contact et ses compétences en médecine… Nous aurions bien du mal sans son aide. Mais cela va de même pour toi et pour tous les autres, d’ailleurs. »

Ils approchaient de la ferme. Elle était effectivement en piteux état et un incendie semblait avoir endommagé l’une des étables. Quelques bêtes ruminaient dans le champ voisin mais sa taille trahissait qu’un troupeau bien plus important aurait dû s’y trouver. Des paniers renversés, des coffres à outil défoncés et toutes sortes de victuailles gisaient çà et là. Un homme sortit de ce qui semblait servir d’habitation, une fourche à foin à la main.

« Bande de vauriens ! Revenus pour finir le bouleau !? Approchez poisseux de ninjas ! »

Il s’avançait, les pointes acérées de son outil brillant sous le soleil. Taishi leva les mains de manière pacifique avec un sourire contraint.

« Dan-na-sama, nous sommes de l’Hinoishi. Vous nous avez contactés à travers la feuille. Feng-sama ? »

La feuille était le réseau d’information créé par Aimi. C'est du bouche-à-oreille entre différents agents partout dans le pays qui transmettent les requêtes directement à l'Hinoishi, le plus souvent de manière écrite sauf quand c'est urgent.

L’homme méfiant les considéra un moment avant d’abaisser lentement son arme.

« C’est moi, Feng, Feng Ishimoto. Pourquoi je ferais confiance aux mêmes monstres qui m’ont pris tout ce que j’ai ? »

Taishi haussa les épaules.

« Eh bien Feng-sama, j’irais dire que vous avez pas grand-chose à perdre. Pour le reste, si vous voulez, nous partirons. Mais il fait chaud et ce fut une longue marche, permettez-nous au moins une gorgée d’eau et l’occasion d’enlever une couche de vêtement ou deux… »

Il fit un coup d’œil entendu vers Koko, pas très subtile. Le fermier sembla prendre un instant à comprendre en posant les yeux sur la femme.

« Ah… Oui… hum… Évidemment, venez. »

Il se détourna pour retourner dans la maison. Taishi esquissa un pouce vers le haut à Koko avant de le suivre.


_________________
I bring the final moment, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Sam 30 Juin 2018 - 23:50
Aimi ramassait ses ingrédients pour ses affaires à la clinique quand elle entendait la nouvelle par le biais d’une de ses fouines…

-La ferme Feng ? C’est terrible.

Concluait elle en abandonnant sa tâche pour retourner chez elle. Le réseau de fermier était petit et soudé dans Hi, leur vie était dure et ingrate, mais ils étaient indispensables au pays, alors d’une certaine façon leur solidarité coulait de sens, vu qu’il fallait avoir la même folie et conscience de la nécessité pour faire ce métier. En arrivant, son père était à l’oeuvre, comme toujours avant même que le soleil ne se soit levé. La Kurai échangeait quelques mots avec lui qui le faisait grimacer. Il accusait encore les shinobis pour le fléau qu’ils représentaient et timidement elle lui rappelait qu’elle en était une aussi… En quelque sorte. Plutôt qu’accepter l’idée, il décidait de lui confier une tâche en guise de soutien pour son confrère, ah quand il s’agissait qu’elle use excessivement son fuin pour être pratique, le fait d’être une ninja ne dérangeait plus le vieil homme de mauvaise foi.

-Et ta bande de super héros et leur gai luron de blanc bec de chef ils sont où dans des moments pareils ? Il grognait un peu méfiant…

Aimi n’avait rien à répondre, simplement lui dire qu’ils ne pouvaient pas être partout était inutile. Elle encaissait la reproche sans broncher, car au final, elle la concernait aussi. Le père Kurai n'appréciait pas spécialement l’Hinoishi qui était encore à faire ses preuves, le fait de voir sortir au petit matin le Hayai de la clinique de sa fille n’avait pas dû aider non plus. Eiko était ce qu’elle était, Haise un peu trop foufou pour un homme aussi traditionnel, le petit Daiki au moins il l’aimait bien. Momo’ ne comptait pas tout à fait, elle faisait partie de la famille depuis le temps. Posant ses mains sur les dons rudimentaires d’urgence pour la ferme, Aimi les scellait par son fuin dans ses paumes ou des parchemins avant de se rendre vers la ferme pilier seule. C’était contraire à l’accord pris avec le Hinoishi, mais en réalité, Aimi enfreignait régulièrement cette règle en voyageant dans le pays pour porter ses soins, souvent en urgence en disparaissant sans crier garre. Quand Momo’ n’était pas en mission, elle lui emboitait le pas automatiquement, mais elle semblait avoir ses affinités avec Daiki en ce moment. Maudites chaleurs ! Pas en mission officilelle, Aimi ne portait même pas l’uniforme du clan, sa robe pêche estivale ne lui donnait pas du tout des airs de kunoishi et c’était la première arrivée devant la porte où l’épouse Feng l’avait accueillie ravie de trouver un visage familier et une épaule sur qui pleurer.

-Allons allons, ça va s’arranger Tatie rassure toi !

Le bruit de la porte et quelques présences se rajoutant attiraient son attention alors que cela faisait déjà un moment qu’elle s'évertuait à consoler la femme. Qu’elle reconnaisse l’homme ouvrant la marche était normal, par contre, Taishi et Eiko étaient plus inatendus. Et ça se voyait à la face qu’elle leur faisait à cet instant là. Tu parles d’une senso, si Iwa ou l’Académie la traquait ils pourraient l’attraper quinze fois sans forcer en embuscade… Aimi oubliait souvent ce détail là, trop confiante sur ses terres Hijins…

-Qu’est ce que vous faites là vous deux ?...

Communication zéro on pourrait se dire, mais si la lettre était parvenue à Eiko, Aimi n’avait pas pu en avoir connaissance, si on lui avait dit que la ferme de sa tante avait eu des ennuis, on ne lui avait précisé qu’on avait fait appel à l’organisation. Et elle était là, sans tenue réglementaire, toute seule sur une zone de mission visiblement. ça s’appelait prise sur le fait du dérobage des règles… mais elle jouait sa carte secrète en faisant les présentations qui allaient l’épargner de la règle.

-Tonton, Tatie, voici Taishi et Eiko, des amis qui m’aident aussi dans la clinique à leur façon en me donnant moins de clients.

Et toc ! Elle riait joyeusement avant d'informer son oncle des dons de son père. Quand on parle du loup il finit toujours par montrer le bout de sa queue !

-

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Mer 25 Juil 2018 - 18:24
Taishi soupira, peu étonné de réaliser qu’Aimi connaissait le fermier, comme la plupart des habitants de ce pays en fait. Après un haussement d’épaule il entrait en faisant signe à Koko de faire de même. Après les salutations d’usage, autant statuer l’évident afin de donner une certaine stabilité à la conversation. Il eut quand même un rictus envers la femme médecin. Des « amis », hein…

« J’ignorais que tu connaissais personnellement Monsieur Feng ! Si j’avais su, je t’aurais amené aussi. Nous sommes venus dès que la nouvelle nous est parvenue. »

« Bien commode de se pointer juste après comme ça d’ailleurs ! Fichu shinobis… »


Taishi eut un sourire compatissant, le vieil homme n’avait pas forcément tort.

« On ne peut pas changer le passé mais tâchons de focaliser sur la suite. Nous comptons bien retrouver vos biens. Ils ont pris quoi au juste ? »

« Ils ont pris quoi, tu dis ? Plus facile de dire ce qu’ils n’ont pas pris, tu as vu mes terres ? Carbonisés ! »


Une observation qu’avait également remarqué l’Hayai. Pas seulement brûlé mais bel et bien rasé jusqu’au sol noirci.

« Ils ont pas fait ça avec des torches, je me doute. »

« Pas besoin, leur chef avait des flammes qui lui sortaient de la bouche. Monstrueux ! »

Taishi jeta un coup d’œil à Aimi avant de se retourner vers le fermier.

« Combien étaient-ils ? Dans quelle direction sont-ils partis ? »

Le vieil homme sembla méditer sur la question quelques instants.

« Je saurais pas trop dire. Une dizaine ? Je suis parti cacher mes petits-enfants et la bonne femme dès qu’ils ont commencé leur massacre. Quand ils sont arrivés, je pensais qu’ils voulaient peut-être juste marchander. Voir pire, piller mes terres, c’est déjà arrivé. Ils ont pris certaines de mes bêtes mais au dirait qu’ils étaient surtout intéressés à détruire tout ce que j’ai, ces fils de p… »

« - Ça coincide avec une certaine rancœur causée par leur emprisonnement. Monsieur Feng, nous allons nous mettre en route immédiatement. Je ne peux pas promettre que nous ramènerons les bêtes, mais certainement les coupables. »

Le vieil homme grogna en balayant de la main avant de s’éloigner dans la cuisine. Taishi soupira en regardant ses angéliques partenaires.

« Koko, tu restes ici au cas où les bandits reviendraient. Aimi et moi allons pister leur trace et avec un peu de chance, les retrouver rapidement. »

Il sortit de la maison avec Aimi et ils se mirent à marcher sur le chemin, Taishi pointant les nombreuses pistes d’animaux de ferme.

« Ils ne peuvent pas être loin, ralentis par leur troupeau volé. Mais ça veut aussi dire qu’ils vont s’en débarrasser aussi vite que possible. Après toi, chère « amie » »



_________________
I bring the final moment, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Jeu 26 Juil 2018 - 19:46
La Kurai s’amusait de la situation en fixant ses “amis” s’ils l’avaient prévenu, ils auraient su. Mais la n’était pas la question. La Hijins qu’elle était observe la réaction sans surprise de son oncle, quand elle disait à Taishi que les shinobis n’avaient pas bonne réputation dans le pays, il avait surement néglige à quel point elle disait vrai ou l’ampleur des dégâts. Sur les relations, comme les terres du vieil homme qui aurait fort du mal à relancer sa petite exploitation après ca. Ce qui était à la base, la première raison de la visite d’Aimi qui au fil des minutes sentait qu’elle serait embarquée dans l'enquête. Elle grimaçait cependant à l’entente de la monstruosité, elle même crachant des flammes à l’occasion, mais la kunoichi était seulement connue pour ses soins et non ses compétences offensives à Hi no kuni. Un bien dirons nous. Aimi enchaînait sur la promesse de punition offerte par le Hayai.

_Mais nous te ramènerons une compensation financière au pire des cas.

Après tout, la tête de ces énergumènes étant mise à prix, il y avait moyen de faire une bonne opération en capturant les plus chers et se débarrassant du reste de la bande. Radicale ? Aimi n’aimait pas perdre son temps dans des tâches inutiles. Elle avait trop à faire pour refaire la même chose plusieurs fois, alors qu’une exécution était un gain de temps pour tous. Cela pouvait paraître contradictoire avec ses airs de douce créature altruiste, mais il ne fallait pas se fier avec cette unique apparence, la Kurai étant une kunoichi de vieille école avant tout. Dès que cela touchait sa terre et ses protégés, elle devenait impitoyable. Dehors sous les directives de son chef, parce que c’était ce qu’il était, la Kurai usait de ses dons sensoriels pour repérer les sources de chakra des malotrus tout en observant les traces désignées par l'éclair vert. Chacun sa méthode écoute. Elle ne pouvait que se moquer des propos accentués de son partenaire, ah, mais c’était lui qui l’avait voulu ainsi non ?

_Hum…? Nous ne sommes même pas des “amis” pour toi depuis le temps ? Tu me peines Taishi.
Fit-elle taquine en prenant le devant de la marche. Tu as raison, vers le nord, environ à une ou deux heures de marche que nous approximativement. Doux talent de senso, mais elle ne mettrait pas toute son énergie là dedans. Une vérité, je me souvenais bien de ce que nous avions convenu lors de la rencontre de tous les protagonistes du groupe, mais parfois les règles devaient être adaptées pour le bien commun.Avec tout le temps que tu as passé à quadriller le pays, as tu eu l’occasion de placer quelques kunais vers cette direction ?

Si oui, ils prendraient un avantage considérable sur la durée et l'énergie nécessaire pour les rattraper. Sinon, il ne restait plus qu’à marcher. Un petit rictus ne quittait pas les lèvres de la Kurai, bien contente de ne pas avoir Eiko dans les pattes, qui devrait rager sous peu, aux vues de ses réactions précédentes avec le Hayai, d’avoir été laisser sur la touche. Bien fait.

_J’aimerais autant si possible capturer quelques têtes qui sont primées, même en ramenant ces bêtes, sa perte va provoquer sa faillite sans coup de pouce financier. Les champs sont capricieux tu sais.


_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Jeu 9 Aoû 2018 - 1:51
Taishi leva une main en projetant son chakra vers le nord, puis soupira et secoua la tête.

« Je n’ai rien par là. Il n’y a rien dans cette région alors elle n’était pas forcément une priorité. Ce pays est immense et chaque marque permanente est un effort considérable… »

L’homme n’essayait pas de se justifier mais venait bien de la faire. Haussement d’épaule alors qu’ils se mettaient au pas. Si cette bande n’avait qu’un shinobi, les rattraper serait rapide, normalement. L’Hayai n’était pas forcément talentueux en sensorialité mais semblait ressentir une présence au nord.

« Je veux bien faire des efforts pour les recapturer, mais n’oublie pas que le gouvernement local est encore en panique après ce qui s’est passé au palais impérial… Les récupérer pour n’avoir nulle part où les envoyer, ce serait fâcheux. »

Tuer au combat était une chose, exécuter un prisonnier en était une autre. Et Taishi n’allait pas se pointer à Iwa pour récupérer une prime… Sauf si…

« Évidemment, quelqu’un d’expérimenté dans la chasse à prime serait sans doute capable d’encaisser ce genre de trouvaille grâce à ses contacts. Quelqu’un comme… disons… Glouba »

Ce n’était qu’une suggestion, il ne poussa pas davantage, c’était déjà risqué avec la femme un peu irascible. Elle avait rebondi sur ses propres remarques et il hésita à en ajouter, elle avait très bien compris ce qu’il avait voulu dire. Autant changer de sujet.

« Si j’ai bien compris, nous avons déjà perdu quelques-uns de nos nouveaux membres. Si cela continue, il ne restera bientôt plus que nous et Eikô, et elle devient de plus en plus distante elle-même… »

Taishi n’était pas aveugle sur les agissements de sa propre organisation. Ceci étant dit, il ne voyait pas la situation actuelle comme un échec.

« Sans conséquence. Notre objectif principal est accompli, non ? Le pays va mieux que jamais. Et je ne m’attendais pas à changer les racines mêmes du territoire du jour au lendemain…. »

Ils continuèrent à avancer, traversant par la forêt afin de dissimuler leur arriver. La signature de chakra augmentait, mais également les signes du passage d’un troupeau sur le sol du chemin qui bordait la région forestière. Quand il lui sembla entendre des éclats de voix, il fit signe à Aimi et le duo s’avança à pas feutrés.

« Avance, tas de bouse ! »

Un homme semblait être resté en arrière, essayant de convaincre un bovidé particulièrement borné de rejoindre le reste du troupeau en avant, environ une centaine de mètres plus loin. Taishi fit un coup d’œil à la médecin puis se laissa déposa au sol, absorbant le choc au maximum à l’aide de son chakra. Le type n’avait aucune signature chakratique notable, peu de chance qu’il un shinobi à moins d’être habile en sensorialité. Et vu son manque de cheveux, dents et compagnie, ça semblait peu probable. Dans un mouvement coordonné, l’Hayai dégaina et laissa filer un kunai vers l’évadé. Celui-ci tourna la tête en réponse au sifflement sonore, mais il était déjà trop tard pour lui. La main de l’Hayai se referma sur le couteau et frappa avec le pommeau l’homme directement sur le côté de la tête, l’expédiant sur le sol complètement sonné. Et de un, songea le shinobi. Son regard croisa celui de l’attirante femme.

À ton tour.

_________________
I bring the final moment, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Traquer les bandits [Mission B Ft. Hayai Taishi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: