Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Les bruits qui courent... | Kadachi


Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Ven 18 Mai 2018 - 14:04


Les bruits qui courent... | Kadachi 0ggz
Les bruits qui courent... - Ft. Tenshu Kadachi

Sous son manteau noir aux bordures vertes, la Kurai était à l'abri des intempéries de la journée, une fine pluie balayait la route où ses pas se succédaient. Elle avait dit aux autres qu'elle partait en consultation, qu'elle avait besoin d'être seule un peu, un caprice d'irou quoi. Ce n'était pas tout à fait faux, mais pas tout à fait vrai non plus. Depuis quelque temps, elle qui était habituée à se promener dans le pays pour prodiguer ses soins gratuits, avait un nom qui revenait souvent jusqu'à ses oreilles. Au début, elle avait ignoré l'information, ne la jugeant pas pertinente, mais le temps l'avait forcé de constater qu'il faudrait y prêter de l'attention tôt ou tard. Aussi innocemment elle avait collecté les informations quand on lui disait joyeusement qu'une aide extérieure leur avait été offerte, quand un nom se répétait plus que d'autres.

Personne ne se méfiait d'Aimi, en même temps, il n'y avait pas de quoi, elle n'était pas malveillante ou mal attentionnée et ce qui l'intéressait en général concernait le bien de la population ou du pays. Une patriote ? Peut-être bien, mais elle n'était pas devenue kunoichi pour imposer sa force ou faire fortune, elle avait suivie l'enseignement de l'Académie pour faire un jour la différence. Ne plus subir les aléas des grands de ce monde se foutant des petits pions dont elle faisait partie. Autrement dit, au final Aimi défendait son pain. Au cours d'une consultation on lui glissait une destination, le nom d'une auberge, une vague description, c'était qu'il était dangereusement devenu célèbre que l'irou s'accommodait de quelques alliés. Inquiétant dans le sens qu'on pourrait très vite la relier au Hinoishi et par conséquent, ses rétracteurs n'auraient aucun mal à la retrouver.

M'enfin, c'était une grande fille après tout et si elle avait dû s'inquiéter de tous les dangers, Aimi ne serait jamais sortie de sa ferme familiale. Sans hésitation, dans cette bâtisse proche des frontières entre Ame et Hi no kuni, elle s'invitait, dévoilant son fascié en quittant sa capuche et son manteau trempé, la femme prenait place au comptoir. On lui jetait quelques regards alors qu'elle toussait pour attirer l'attention. Aimi manquait parfois de subtilité peut-être, quoi qu'il en soit, quand venait le tour de sa commande, elle jouait de sa voix pour la faire porter dans la pièce volontairement.

-Je prendrais un thé mon brave et aurais-tu entendu parler de ce nom ou ce qui s'en rapporte... Le Seichi ?

Un petit air mutin s'affichait sur son fascié, le commerçant la regardait d'un air confus, encore une marginale ? L'appât était jeté dans la marre, il ne restait qu'à attendre qu'un poisson mord, le nom étant rendu plutôt célèbre dans la région, elle se devait bien d'y associer un ou deux visages. Au final, leur intérêt à première vue ne semblait pas différent, mais qu'en était-il vraiment ?

_________________
 Les bruits qui courent... | Kadachi Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Ven 18 Mai 2018 - 16:12
Le prince et son compagnon avait fait route depuis Yugure en destination de Murashigure afin de rencontrer le Collectif. Cette mystérieuse organisation qui d'après les rumeurs est la plus répandue du Yuukan. C'était une occasion en or pour le duo d'augmenter drastiquement leur influence dans le monde entier, un pas de plus vers leur objectifs. La décision de partir avait été unanime et aujourd'hui le duo avait pris une calèche pour rejoindre leur contrée natale, qui pourtant aujourd'hui leur était hostile en tout point. Retourner là bas était quelque chose de très spécial pour Kadachi qui pensait seulement y retourner avec la force nécessaire de changer les choses. Aujourd'hui il étaient proches des frontières et la pluie qui se mettait à tomber ne faisait qu'affirmer leur localisation, le voyage était déjà bien entamé et l'astre solaire qui n'était pas très présent allait tout de même faire place à son éternel rivale. C'est la raison pour laquelle somma la calèche de prendre la direction de la bourgade la plus proche afin de se reposer pour la nuit. C'était bien plus prudent, s'aventurer au Pays de la Pluie la nuit était quelque chose dont on avait peu de chance s'en sortir sans encombre, surtout quand on traverse ses terres avec une calèche. 

C'est donc sous la pluie que le duo arriva dans une petite ville frontalière, le prince expliqua à son compère qu'il allait visiter la ville afin de prendre état de la vie de ses habitants.  Son compagnon lui n'était pas intéressé et parti prendre des chambres à l'auberge directement. Kadachi retirais sa capuche afin de laisser les larmes célestes couler sur sa peau. C'était un peu comme si il venait de retirer le voile qui le protégeais de son côté humain afin de prendre conscience du mal qui était omniprésent autour de lui. Il observait les bâtiments sous ce filtre aquatique et ne pouvait que voir la pauvreté en ces terres. Kadachi se disait qu'a leur retour il repasseront par cette ville afin de les aider à se remettre sur pied, c'était un objectif pour Kadachi, plus précisément pour son développement personnel. Retrouver une once d'humanité était quelque chose d'essentiel pour l'épanouissement du pays de la pluie. 

Ouvrant la porte d'une taverne le prince passa un grand coup sur son visage afin de mieux y voir. Se faisant discret, il s'approcha doucement du comptoir en prenant soin de ne pas attirer l'attention sur lui. Bien évidemment quelques regards se posèrent sur cet étranger au village, mais le tout était de ne pas se sentir visé et avancer avec confiance. Se posant au bar il regardais tout les liquides qui se présentait derrière le comptoir, il ne savait pas quel type de boisson prendre pour le moment et se contenta de saluer le barman avec calme.

Il fallait attendre qu'une femme entre dans le bar et commande un thé au comptoir pour que le prince fasse son choix. Cependant quelque chose intéressa le prince beaucoup plus que l'objet de sa commande. Cette femme venait de parler de Seichi, qui était-elle ? Kadachi fut d'un coup très méfiant envers cette femme, un mauvais réflexe Amejin qui disait de ne faire confiance qu'avec ceux qui ont partagé la mort avec toi. Dans l'esprit de Kadachi elle jugé comme mal intentionné envers l'organisation, du moins pour l'instant. Le prince se retourna vers sa direction, il n'était qu'à quelques centimètres l'un de l'autre donc le prince ne jugea pas utile de parler aussi fort qu'elle. Faisant signe au barman pour prendre la même chose que la dame, le prince répondit à cette dernière d'une voix douce et innocente. 

« Je les ai déjà rencontré moi ! Dites moi qu'est ce que vous leur voulez ?  »


Le prince fixait la demoiselle sans sourcilier une seul fois, un regard déstabilisant comme il savait tellement bien le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Ven 18 Mai 2018 - 17:13
Aimi n'aurait pas pensé que son premier essai serait concluant. Son attention se détournait donc vers l'inconnu qui lui offrait un début de conversation, sa tête se tournait vers lui pour l'examiner et elle croisait ainsi rapidement son regard intensif. La Kurai était irrécupérable, on se demandait bien à quoi elle s'attendait en attirant l'attention hormis le fait de la recevoir, mais un coup de chaud en cause la gêne teintait ses joues. Le carmin de ses iris se détournait bien vite du jeune homme qu'elle avait à peine visualisé. Il n'était pas en présence d'un fort caractère, mais bien que plutôt timide, Aimi n'était pas pour autant dépourvu totalement de ce dernier. Elle se raclait la gorge pour combler le vide et pathétiquement essayer de détourner l'attention de son rougissement. En vain bien sûr, même le barman qui lui servait son thé avait ce sourire en coin moqueur... Ou alors elle se faisait des idées...

-Hum... hum... Oh vraiment ? Et dans quelles circonstances ? J'ai ouïe dire qu'ils étaient d'une grande aide envers la population locale. Et moi même j'essaie d'oeuvrer dans ce sens, donc ils attisent ma curiosité.

Ce qui était totalement vrai, puis Aimi ne savait pas mentir pour dire vrai aussi, il suffisait de la regarder pour lire en elle comme dans un livre ouvert. Une grande faiblesse pour une kunoichi, mais heureusement, elle était plus une médecin qu'une ninja de bataille en réalité. Faites l'amour pas la guerre, c'était plus son genre.

-Je me demande s'ils sont du coin à vrai dire, je veux dire hijins comme moi.

Malgré la chaleur sur ses joues, elle arrivait à lui étirer un sourire en face, ses yeux fermés lui donnaient un air ahuri qui lui correspondait bien en fait. Se saisissant de sa tasse, elle soufflait sur le liquide bouillant tout en écoutant son interlocuteur poliment, avant de réaliser justement qu'elle avait oublié les formules de cette dernière... Trop tard, après tout, elle venait d'un univers rural, plus franc et léger que la bienséance des villes. Par chance, Aimi n'était pas rustre pour autant, sûrement son côté effacé qui la rendait convenable.

-Je suis médecin, mes patients aiment me faire des confidences pendant leurs soins. Vous êtes d'ici ?

Sa demande pouvait paraître maladroite, mais s'il était de passage comme elle, il ne pourrait pas vraiment la renseigner sur la région, de plus cela pouvait lui indiquer s'il les avait rencontrés ici ou ailleurs... Au fil des secondes, la teinte de sa peau redevenait normale, comme un temps d'adaptation à la voix de l'inconnu, enfin, tant qu'il ne refaisait pas un regard aussi insistant, peut-être pour ça qu'au risque de paraître impolie, Aimi le regardait juste quand c'était nécessaire...

_________________
 Les bruits qui courent... | Kadachi Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Dim 20 Mai 2018 - 4:22
Kurai Aimi avait fait mouche dès son premier lancer, c'était plutôt chanceux de sa part en effet. Qui aurait pu croire que le jour où elle partirais à la recherche d'information sur Seichi elle tomberait sur le leader et fondateur de cette organisation ? Une drôle de coïncidence, surtout quand on sait que Kadachi n'est que de passage dans cette ville. Sa réaction fut tout de même étonnante, comment pouvait elle espérait que personne ne la regarde, alors qu'elle attirait l'attention de tout le monde ? Le prince ne pouvait s'empêcher de lever en sourcil en la regardant devenir toute rouge. Le prince ne comprenait évidemment pas la situation, mais il se contenta de continuer à la fixer normalement. Les yeux représentaient le miroir de l'âme et il comptait bien percer tout les secret de son âme. Le prince voyait bien qu'elle essayait de se faire des informations,mais elle livrait sans faire attention des informations sur sa personne. Elle aussi œuvrait dans le même sens que l'organisation de Kadachi, le jeune homme se demandait qui diable pouvait bien être cette femme. Une ennemie ? Non elle lui semblait bien trop inoffensive pour représenter un réel danger. Quoique, toujours se méfier des gens qui paraissent inoffensif car ils peuvent être les plus dangereux. Le prince devait donc lui répondre, trouver une réponse plutôt plaisante à ses oreilles.

"J'ai rencontrés des membres de cette organisation alors que j'était en voyage pour retourner au pays de la Pluie. Ils avaient aidé une population à reconstruire leur village et on même repousser des bandits. Ils étaient impressionnants." 

Le prince posa sa main sur le comptoir et reposa sa tête dessus pour prendre un air innocent.

"Vous savez si vous comptez aider les gens vous devriez les rejoindre j'ai entendu dire qu'ils était possible de les trouver à Yugure... Sinon il y aussi l'organisation Hinoishi qui oeuvre à la restauration du pays du Feu, vous connaissez ?" 

Le barman arriva et déposa un verre de thé devant le prince, ce dernier souffla légèrement dessus et posait ses mains contre le contenant encore brûlant. Ses mains étaient tout gelée à cause de cette journée de pluie. D'ailleurs la pluie était bel et bien la véritable réponse à la question de cette demoiselle. Le prince ne savait pas si il devait en parler, après tout ce n'était pas une information qui pouvait lui faire défaut. 

"Pour tout vous dire certaines rumeurs disent qu'ils voyagent autour du monde pour aider les gens dans tout les pays. On ne sait pas trop d'où ils viennent." 

Un medecin ? C'était une fonction qui était très recherché par le prince de la pluie,mais cette femme ne lui inspirait pas la confiance. Elle cherchait beaucoup trop d'information à son goût, peut-être voulait-elle les rejoindre ? De toute façon les choses ne se passaient pas comme ça dans l'organisation, c'était Kadachi qui choisissait qui était digne de faire parti de cette organisation. La qualité avant la quantité, chaque pièce de son échiquier devait être la plus performante.

"Non je suis originaire du pays de la Pluie et vous mademoiselle le médecin ?" 

Le prince voulait en savoir plus sur cette femme afin de prendre une décision la concernant. Se faisant le prince attrapa la main de la demoiselle et la dirigea vers son coeur. Il la regardait dans les yeux avec son regard vide habituel, le prince afficha ce qui pouvait s’appeler un sourire. Dans les faits cela ressemblait plus à une grimace de psychopathe.


"Est-ce vous pouvez me dire comme je me sens madame le médecin ? "

Forcer le contact la déstabilisera encore plus, cet ainsi qu'elle vendra encore plus d'information sans le savoir. C'était le plan du prince.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Sam 26 Mai 2018 - 20:32
Bien qu'il avait embarrassé dès les premières secondes avec l'insistance de son regard trop intense pour une timide dans son genre... L'information suivante qui lui offrait faisait relâcher un soupir de soulagement à la Kurai. Quelque part, elle espérait qu'on lui conte ce genre d'exploits, ce qu'elle craignait le plus était d'avoir affaire à des charlatans prétendant aider pour au final abuser la population. Pour cause, c'était du déjà vu pour elle. Aussi bien que toujours aussi rougissante, Aimi lui offrait un sourire enjoué, ainsi qu'une vue de face sur son minois de petite idiote. Dans la catégorie kunoichi elle ne valait pas un clou. Aimi ne savait rien des manigances, interrogatoires ou vols d'info, elle n'avait jamais joué ces jeux-là, quelque part elle était plus "innocente" qu'un shinobi ordinaire. Combien même avait-elle été mercenaire, elle n'avait jamais fait que suivre sans réfléchir son acolyte, tant que cela ne portait pas préjudice à quelqu'un, Aimi était de la partie. Une idéaliste un peu folle certainement, mais surtout d'une naïveté un peu dangereusement. La Kurai n'avait pas compris encore qu'il y avait des vérités qu'il serait bon de taire...

-Oh, quelle ravissante nouvelle. À la capitale vous dites ? Quelle tristesse j'en viens, je les ai ratés. Elle secouait la tête un peu déçue. Effectivement je connais aussi l'Hinoishi, ils me confient des missions de soins de temps à autre.

Elle ne mentait pas, mais ne disait pas vraiment tout non plus. Pas par malice ça non. Plus parce que cela lui paraissait évident qu'elle en faisait partie en l'exposant ainsi. Aimi n'avait rien d'une personne calculatrice malheureusement pour elle...

-Vraiment ? Voilà une bien noble tâche. J'imaginais tous les shinobis semblables à ceux des villages cachés... Je suis ravie que certains me donnent tort.

Son petit rire discret finissait sa phrase, d'autant plus que la suite accentuait son rictus. Elle levait un doigt devant elle en plissant son regard tout en le fixant, un peu taquine, son ton montrait que ce n'était pas méchant, mais on ne savait jamais rien de la susceptibilité des gens...

-Vous n'écoutez pas bien ce que je dis. J'ai dit il y a quelques secondes être une originaire hijins. Clin d'oeil, puis elle s'offrait une gorgée de son thé. Peu importe l'origine, l'important est que toutes les vies ont la même valeur pour eux non ? Quelque part je suis admirative, j'aimerais faire de même, mais il y a trop à faire autour de moi pour offrir mon assistance hors de mes frontières.

Cette fois son faciès fut un peu plus triste devant cette réalité, si ça ne tenait qu'elle, Aimi se couperait en quatre pour offrir ses compétences à tous. Elle aimait ce qu'elle faisait, ce sentiment réconfortant en soignant quelqu'un qui lui donnait un but d'exister.

-La suggestion est bonne, je ne pourrais pas les suivre, mais les aider à Hi à l'occasion ne serait pas dérangeante. J'ai longtemps travaillé à Ame, pour tout dire, c'est là que je me suis fait la main en médecine.

Elle réfléchissait un instant, elle avait déserté l'académie à dix-huit ans, suivi Glouba à Ame pendant... Cinq ou six ans où ils avaient voyagé au grès des contrats. En vrai elle n'était rentrée que depuis un an et demi à Hi en y repensant.

-Ame aussi est une terre bien affectée par la folie des hommes.

Une moue sur sa face, mais c'était avant l'inattendu qui allait suivre. Le coup de chaud fut imminent, d'ordinaire Aimi touchait les patients pour sa science et de son propre chef. Bouche bée elle lui faisait ses grands yeux de biche prise de court, avant de prendre au premier degré ce qu'il lui demandait... Halala Aimi... Déformation pro ?

-Le pouls est d'un rythme normal pour quelqu'un qui a froid... On devrait se plaçait devant la cheminée ? Soudain, elle relevait un sourcil. Ok parfois elle était un peu... ce qu'elle était, mais quand même... Dites-moi... Son regard plissait... Vous me niaisez ou vous tentez d’une parade de séduction ?...

Scientifique jusqu'au bout, bien que toujours à côté de la plaque, ça faisait partie de son charme... OU pas.

-On ne s'est même pas présenté... Marmonnait-elle en secouant la tête avant de sourire bêtement. Je suis Aimi, Kurai, fille d'aucun clan ou grandes familles comme c'est la mode chez les shinobis. Elle levait les yeux au ciel en haussant des épaules, on lui avait souvent jeté ça à la face comme un reproche en même temps...

_________________
 Les bruits qui courent... | Kadachi Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Mer 30 Mai 2018 - 11:06
Une bataille entre ces deux personnes se déroulait sous des faux airs de discussions entre inconnu, chacun d’entre eux essayait de grappiller des informations sur l’autre organisation. La première semblait beaucoup moins talentueuse pour ce genre de jeu que le premier homme, même si lui non plus n’était pas une sommité dans le domaine. Aimi voulait s’assurer que l’organisation Seichi n’était pas composée de vils personnages qui ne souhaitent que s’enrichir sur le dos des pauvres habitants du pays du feu, Kadachi lui voulait s’assurer que cette femme ne voulait causer aucun tort à son organisation. Résultant donc, cette rencontre entre ces deux personnages et cette discussion qui avait tout l’air d’un simple discours de bar. Multiplier les rencontres et les contacts était une bonne manière pour Kadachi de développer son humanité, cependant il possédait encore quelques appréhensions : multiplier les contacts c’est prendre le risque de détruire sa couverture.

Alors il se contentait d’écouter son interlocutrice qui semblait revenir elle aussi de la capitale, par chance les deux ne se sont pas croisés là-bas, enfin bon la capitale du plus grand pays du continent était très grande. La dame connaissait aussi Hinoishi, elle affirma même avoir déjà travaillé avec eux. Les yeux du prince s’ouvrèrent un peu plus, elle avait donc déjà rencontré ses membres non ? Elle pouvait donc savoir si ces membres avaient déjà des idées arrêtés sur Seichi.

« Vous avez déjà rencontré Hinoishi, c'est formidable. Je n’ai jamais eu la chance de les voir en vrai. Je me dis que les deux organismes doivent travailler ensemble non ? Ou peut-être qu’ils ne se font pas confiance… Cela serait bien dommage. »

Les informations et les questions subliminales étaient une manière plutôt efficace pour faire passer des messages sans vraiment prendre position afin de couvrir ses arrières. Le prince estimait que c’était la manière la plus simple de discuter avec cette femme. Cette dernière semblait avoir des aprioris sur l’organisation, elle postulait que les membres étaient des ninjas tout en riant. Le prince se demandait si elle avait eu des doutes sur lui ?

« Je vous avoue que c’est formidable, si je n’avais pas mes propres affaires j’aurais aimé faire partie de leur bande. Des ninjas ? Je ne crois pas que ce sont des ninjas à vrai dire, moi je les voyais surtout aider les gens à reconstruire leurs villages et aider pour l’agriculture. »


Répondant à la question que lui avait précédemment posée Kadachi elle lui souligna le fait qu’elle ne l’avait pas bien écouté. En réalité le prince voulait voir si elle n’avait pas menti, il voulait savoir si c’était elle se souvenait du fil de la conversation. Elle semblait (faussement ? ) admirative du groupe de Kadachi qui prônait des valeurs d’humanité et de fraternité. Le prince ne pouvait s’empêcher d’afficher un sourire satisfait, cela voulait dire que leur image était saine, après tout ils n’avaient rien fait de mal encore. Poursuivant en parlant du pays de la pluie, l’air satisfait sur le visage du prince avait bel et bien disparu, ce dernier ne pouvait pas être satisfait de l’état de son pays. Entamant sa manœuvre, le prince vit qu’Aimi avait bel et bien été déstabilisée par la prise d’initiative du prince. Quand leur regard se croisa le prince afficha un sourire et accepta la demande, en réalité ce n’était pas important pour lui. Aimi lui posa finalement une question qu’elle n’aurait pas dû poser, c’était une perche parfaite pour couvrir toutes les questions qu’allait poser le prince. Ce dernier posa une main sur son épaule près de son cou et lui afficha un sourire taquin.

« Peut-être un peu des deux qui sait ? »

Le prince pouvait dorénavant poser toutes les questions qu’il voulait sous couvert d’un jeu de séduction plutôt minable en réalité. C’était désormais l’heure des présentations. Cette dernière se présenta sous le nom d’Aimi, une shinobi de famille humble. Le prince se demanda comment il pourrait s’appeler ? Donner son vrai nom pouvait-il lui porter préjudice ? Il n’allait prendre aucun risque en donnant le nom d’une personne qui n’est plus de ce monde, son défunt père ancien Daimyo du pays de la Pluie.

« Je me nomme Hiro, commerçant de famille humble. Enchanté de faire votre connaissance Aimi. Dites-moi maintenant qu’on se connait un peu mieux, avez-vous des rêves dans la vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Sam 2 Juin 2018 - 19:04
Aimi avait pris un temps de réflexion avant de répondre, elle ne voulait pas dire de bêtises et n'étant pas à la tête, elle ne pouvait pas affirmer des choses pour l'ensemble des valeurs du groupe. Ainsi devrait elle donc se fier à sa perception. Autant elle participait activement sans le savoir même comme un membre majeur de cette organisation, en recrutant par exemple et faisant sa campagne de charme auprès de la population locale qui l'adorait elle déjà. Autant elle ne se mêlait de rien concernant les décisions de Taishi, le leader de la bande. Dans la tête d'Aimi chacun avait sa place et il était mieux de ne pas s'intéresser ou juger les actions de son voisin, c'était sa vision dans un travail communautaire, assez spécial pour beaucoup, mais la femme préférait la logique à la raison. Si elle n'avait pas eu confiance dans le Hayai, elle ne l'aurait simplement pas suivie. S'il faisait des erreurs, cela ferait parti du jeu, personne était parfait du début à la fin. Alors oui, l'interrogation lui faisait prendre conscience d'un certain détachement pour ce genre de chose au final.

-Eh bien à vrai dire, l'Hinoishi me semble plus jeune comme groupe que le Seichi dont j'avais déjà entendu parler avant. Ils n'ont jamais soulevé leur nom, ni un quelconque problème ou affiliation avec le Seichi, donc... J'imagine qu'ils ne se connaissent pas encore. A ma connaissance du moins. Après ils prônent les mêmes valeurs non ? Ils ne devraient pas s'opposer ou quoi que ce soit parti de cette logique là. Beaucoup de Hinoishi ne sont même pas originaire de Hi no kuni, donc je pense qu'ils sont assez ouvert d'esprit pour accepter les différences.

Impossible pour AImi de ne pas repenser à elle et Eiko qui ne se supportaient pas, mais pourtant arrivaient à travailler ensembles là plupart du temps. Du moins dès que cela impactait sur le bien de la population locale.

-Oh vraiment, pas de ninja ? C'est surprenant, mais honorable, la plupart des Hinoishi sont des repentis du monde shinobis, ou des nukenins. Ils sont divisés entre les gardiens qui assurent la sécurité contre les pillages ect... Et les utilitaires comme moi qui offrent des services ludiques. Comme des soins gratuits.

Et elle pouvait affirmer ça avec sûreté, hormis Eiko, c'était elle qui les avait tous recruté, sans exception... Détail qu'elle se gardait de dire, simplement parce qu'elle même ne réalisait pas très bien son jeu dans cette affaire. La suite donnait une touche plus légère aux pensées de la demoiselle, dont la température refaisait des siennes. Des joues à nouveau rougies, elle fronçait les sourcils davantage pour se donner de la crédibilité que par agacement. Avouons qu'elle était flattée, bien qu'elle n'y croyait pas, tout en voulant un peu se laisser berner. Un cas complexe et complexée cette Kurai.

-Ce n'est pas bien de se jouer de moi comme ça...

On aurait pu croire qu'elle le grondait, mais le sourire sur sa face montrait qu'elle était d'humeur joyeuse pour le coup, un enchanté plus tard suite aux présentations, où Aimi ne cherchait pas plus loin, une nouvelle question difficile lui était offerte. Des rêves ?

-Oh oui, j'aimerais ne soigner que des maux, plus des blessures de la folie des hommes.

Elle avait répondu ça au tac au tech, comme une évidence absolue pour elle. Si la maladie était quelque chose de naturelle, les mutilations des batailles étaient pour l'irou une aberration. La suite de la conversation coulait ainsi de source...

-Et vous ? Hormis rejoindre les rangs des plus altruistes personnages du pays. Son petit rire perçait. D'ailleurs ça me fait penser, à la longue ça pourrait ressembler à un mini concours de popularité entre les deux organisations, s'ils sont apprécié par la population, ils finiront bien par être obligé de coopérer non ? Sourire à nouveau et petite curiosité. Vous vous rendez à la capitale pour affaire j'imagine, cela vous arrive souvent ?

_________________
 Les bruits qui courent... | Kadachi Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Lun 4 Juin 2018 - 14:07
Cette conversation était de plus en plus intéressante pour le dignitaire de la Pluie, il avait rencontré une femme qui faisait affaire avec la seconde organisation de Nukenin du pays du feu. Pour lui elle ne représentait pas de menace pour le Seichi, ils souhaitent seulement que le pays du feu se porte mieux et c’est légitime. Ce pays qui avait toutes les cartes pour devenir la plus grande puissance ninja du continent se retrouvait à être une des plus grandes victimes du continent. Ils avaient le plus grand nombre de grand clan ninja, ils possèdent le territoire le plus grand ainsi que les meilleures dispositions géographiques. En y repensant le prince se rendait compte qu’il était possible d’arriver à un résultat catastrophique en ayant les meilleurs éléments dans son camps, conscient que ses choix futur allaient décider du sort de leur entreprise, Kadachi se forçait à devenir de plus en plus réfléchi. Leur objectif nécessitait qu’ils se salissent les mains, mais il nécessitait une coordination sans faille entre ses membres ainsi qu’une allégeance totale à la cause.

Amenant son verre à ses lèvres, le prince écoutait Aimi lui expliquer ce qu’elle pensait en donnant indirectement son avis. Le prince voyait presque cela comme une proposition, une proposition sans intérêt pour le prince, du moins pour le moment. En réalité les deux groupes poursuivent des intérêts différent et si Aimi ne le savait pas cela voulait dire que les actions du groupe on portés leur fruits. Kadachi leva soudainement un sourcil, ils ne venaient pas tous de Hi no Kuni ? Cette Aimi semblait tout de même les connaitre plutôt bien, mais cela voulait surtout dire que certains d’entre eux devait certainement être d’ancien ninja des villages cachés. Ou peut-être qu’il se faisait des idées... Etre ouvert d’esprit pour accepter les différences, c’était peut-être une solution pour savoir gérer un groupe. Kadachi repensait à son groupe, il était composé principalement de psychopathes et autres monstre dont la société redoute. En y repensant cela ne marchera jamais, aucun d’entre eux n’acceptera de s’intéresser à un autre. Les gens n’avaient pas connus les atrocités du pays de la Pluie, ils ne pourraient pas comprendre de toute manière.

« Cela serait formidable si tous les gens bien intentionnés pouvaient travailler de concert, pas comme ces villages ninjas qui ne font que provoquer des catastrophes depuis leurs apparitions. »

Aimi tirant des conclusions très vite, le prince leva les mains comme pour se déresponsabiliser.
« Je ne sais pas si ils sont ninjas en vérité ! Peut-être bien que vous avez raison.»
Donc les soupçons du prince s’étaient avérés, ils étaient bien des anciens des villages ninjas. Le Seichi devrait donc faire attention à eux, si un jour ils se mettent en travers de leur route. Le prince avait noté dans sa tête le groupe Hinoishi comme potentiellement dangereux. S’approchant très proche du visage d’Aimi le prince mima une tête déçue, quand cette dernière compris qu’il se moquait peut être d’elle.

« Je ne vous plais pas c’est ça ? »

Le prince avait fait virer la conversation sur un autre sujet afin de ne pas attirer ses soupçons, il commanda deux boissons au passage en offrant une à sa rencontre de la soirée. Cette femme semblait détester la guerre, un point commun qu’elle avait avec le prince. Bien que ce dernier ne soit plus vraiment capable d’aimer ou détester réellement quoique ce soit. Il se disait détester la guerre car elle lui avait tout pris dans sa vie, mais en réalité son cœur n’était plus qu’une ruine incapable de produire un quelconque sentiment réel. La guerre était la plus grande bêtise de ce monde, c’était quelque chose d’évident. Pour le prince ne voyait pas d’autre solution que cette dernière pour y mettre fin. Le prince regarda Aimi dans les yeux avec un regard encore plus profond que le précédent, un peu comme si il allait jusqu’à empoigner son âme d’un regard. Se rapprochant doucement de l'oreille de Aimi il chuchota la tête baissé, d'une voix fermée qui ressemblait presque à un appel à l'aide des plus profond.

« Moi un rêve ? Les gens comme moi ne rêvent plus depuis longtemps vous savez. »

Le prince avait sorti cette phrase instinctivement sans même sans rendre compte, première erreur. Ce dernier se mit à sourire bêtement, avait-il laissé parler ses émotions ? Le prince se disait que c’était sûrement un bon début sur la quête de son humanité. Ignorant sa proposition indirecte quant à Seichi, Kadachi était plus concentré à essayer d’éveiller son humanité.

« J’aimerais beaucoup de chose dans la vie, de l’argent, la sécurité, un foyer, une famille… Oui je voyage vers la capitale en ce moment, cela m’arrive plutôt souvent, j’essaye de distribuer des vivres aux orphelins de Murashigure. Et vous allez rester dans le coin un moment ? »

Cette rencontre prenait une tournure étrange pour le prince.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Mar 5 Juin 2018 - 22:17
Le sujet des villages ninjas était assez délicat pour la Kurai, elle n'aimait être haineuse ni virulente, ni même avoir des conflits avec qui que ce soit, mais le fait était que malgré tous ses efforts, elle en voulait à Iwa et Kumo. De là à généraliser...

-Pour être franche, ceux qui j'ai pu découvrir sont des cataclysmes à première vue, mais comme je vous disais plu tôt, il y a bien des shinobis avec des valeurs, donc sûrement un village dans le même genre. Peut-être un plus modeste que les autres qui ne s'expose pas en grande puissance. Celui lui laissait échapper un rire. D'autant plus que le village est soumis à la seigneurie de son pays. Donc un Damyio peut écrouer un kage à tout moment non ? Même fermer le village.

Sa tête se secouait, ils n'avaient donc vraiment pas de quoi s'imaginer au-dessus de tous comme ils semblaient le faire récemment. Quoi qu'il en soit, sa matière grise arrêtait son activité quand le prince caché se jouer encore de sa malheureuse cible plutôt facile au final. La Kurai ravalait sa salive, ne pouvant cacher son expression gênée qui en faisait un livre ouvert et en sentant à nouveau un trop-plein de chaleur, elle détournait la tête rapidement pour se concentrer sur sa tasse vide. Ce qui n'échappait pas à l'attention du jeune homme qui y remédiait. Il était quand même un peu insupportable quand il faisait ça dans un sens, la prendre de court comme ça ! Mais d'un autre côté, elle aimait bien... Sacrée Aimi. Bien que quand elle tournait la tête par politesse en l'écoutant à nouveau parler, cette fois on trouble fut différent.

Il avait quelque chose dans son expression, quelque chose qu'elle avait vu bien trop de fois depuis le carnage, depuis qu'elle était partie de chez elle, bien plus encore quand elle avait développé son don et offert sans rien attendre un retour. Si jusque là il l'avait déstabilisé avec facilité, éveiller ses instincts jouerait dans sa défaveur ? Enfin dépendant du poids de vue. Tandis qu'il sondait son âme dans le blanc de ses yeux, Aimi en faisait autant, mais plutôt qu'un fascia fermé et un froid comme celui qui lui était donné, le sien à elle était doux, comme le regard compatissant qui le fixait intensément. Finalement, un sourire désolé, puis un autre affichant toutes ses dents, les paupières plissaient, l'ingénue volontaire cette fois fit mine de n'avoir rien vu pour ne froisser aucun égo.

-Plus de rêves . Est-ce que ça veut dire qu'ils sont déjà tous réalisés ?

Elle connaissait déjà la réponse, mais qu'importe, s'il avait envie de vider davantage son sac, cela devait venir de lui, comme ça se passait toujours avec ses patients. Qui en passant ne venait pas que pour soigner des plaies ou maladies physiques.

-Oh je vois, plutôt que rêver vous traquez vos objectifs. Très bonne idée, je devrais prendre exemple, mais... Je n'aspire pas vraiment à toutes ses choses qui pourraient gêner plus qu'autre chose. C'est laid de penser ainsi non ?

Son rire faisait un petit écho. Son argent, elle le dépensait pour acheter des soins quand elle arrivait à en faire. Donc Aimi savait qu'elle ne serait jamais riche. Quant à la sécurité, elle était trop du genre à faire face envers et contre tout pour ses protégés, un peu téméraire aussi. Alors un foyer en parcourant le pays comme ça tout le temps ? Ou une famille pour qui elle n'aurait pas de temps.

-Certaines vies, ou plutôt choix de vie imposent des sacrifices. On ne peut pas tout avoir, alors ne gardons que ce qui compte le plus ? Qu'en pensez-vous ?

Aimi avait réalisé en se posant elle-même la question que des rêves elle n'en avait pas vraiment. Malgré son sourire et sa bonne humeur, elle était peut-être en réalité quelqu'un de blasé plus qu'autre chose.

-Eh bien peut-être pourrons-nous faire un bout de route ensemble à certaines occasions en plus de celle-là. Je visite régulièrement des régions différentes du pays pour réparer ce qui peut l'être. Et je n'ai pas plus de temps à consacrer à ma curiosité. J'étais en mission dans le coin, alors j'en ai profité... Vous repartez demain ?

La question n'était pas anodine, la Kurai n'était ni auberge ni restaurant, généralement elle se débrouillait avec tout ce qui était gratuit, comme camper près d'un feu grillant un poisson pêché... Mais il y avait bien moyen de définir une heure de rencontre pour le trajet. Et si l'idée lui traversait l'esprit, c'était bien que le personnage avait son intérêt.

_________________
 Les bruits qui courent... | Kadachi Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Jeu 7 Juin 2018 - 2:25
Dans l’esprit du prince, les villages ninja étaient une représentation physique de la perversité des puissants. La course au pouvoir est immuable dans le coeur des hommes et chacun sera capable d’écraser l’autre afin de se repaître de son cadavre.Kadachi détestait ses institutions au plus haut point. Le visage du prince se ferma soudainement pour laisser place à un pantin animé par de la rancoeur l’espace de quelques instants.

“La course au pouvoir restera toujours ce qu’elle est Aimi. Même si certains sont bien intentionné la corruption du pouvoir et de la puissance vont les pervertir quoiqu’il arrive.”

Ce fut des mots bien lourd que le survivant de la pluie avait prononcé, laissant l’instant d’après réapparaître sur ce visage cet air détaché qui lui allait si bien. Le prince s’amusait de la réaction d’Aimi, il avait l’impression que cette fille était facilement dominé par ses émotions. Peut être qu'elle réussirait à déteindre sur le prince et qu’il parviendrait à s’ouvrir ? C’était une hypothèse que le prince jugea bien trop dangereuse, il décida de simplement continuer son jeu ce soir et reprendre la route le lendemain. Ce dernier tourna la tête tel un hiboux, dévisageant Aimi quelques seconde avant de lâcher quelque chose qui ressemblait à un rire. Un rire qui se voulait forcé afin de montrer qu’il se sentait à l’aise avec elle pour qu’elle fasse de même. Kadachi décidais de ne pas la lâcher du regard, esquissant des similis de sourire gênée de temps à autres. Cependant lorsqu'il plongea son regard dans le sien, le prince se sentit d’un seul coup violé, comme si elle venait de pénétrer dans son âme afin d’en voir les meurtrissures. Tournant la tête d’un seul coup, le prince venait de réagir de façon plutôt instinctive ce qui ne lui était pas du tout habituel. Le jeune garçon fut pendant quelques secondes complètement déstabilisé, il était en train de se demander qu’est ce qui était bien en train de lui arriver. C’était une nouveauté pour lui depuis un moment, son souffle s'accélérer d’un seul coup, comme une crise d’hyperventilation avant de retomber soudainement. Quelque chose de plutôt étrange se passait entre ses deux personnages et le prince n’aimait vraiment pas cela. Cependant il avait envie de voir jusqu’où elle pourrait l’aider à s’ouvrir.

“On peut dire ça comme ça haha !” disant le prince un peu gênée se grattant l’arrière de la tête."

Son regard était doux et compatissant, Aimi avait bien trop vu de cas ressemblant à Kadachi. Affichant son sourire désolé elle espérait ne pas froisser sa nouvelle rencontre. Ce dernier accepta sa proposition de faire comme si il ne s’était rien passé. Poursuivre ses objectifs ? Oui cela ressemblait beaucoup plus à cela, Kadachi avait des objectifs bien défini et il ferait tout pour y arriver. En réalité les objectifs du prince allaient beaucoup plus loin qu’une famille. En réalité le prince était d’accord avec Aimi, il visait des choses bien plus grande qu’une simple

“Non, j’ai l’impression que nous sommes plus ou moins similaire. Nous avons des objectifs, mais nous ne vivons plus vraiment pour nous même. Tu es une belle personne Aimi j’en suis certain.”

La voix de Kadachi était douce, mais était-elle sincère ? C’était une question que pouvait se poser Aimi. Le prince posa sa main proche celle d’Aimi et ouvrit sa paume un peu comme si il voulait lui montrer une partie de lui, et la referma très rapidement.

“Je suis complètement d’accord avec vous Aimi. Décidément nous sommes fait pour nous entendre. Qu’est ce qui compte le plus pour vous Aimi ?”

Le prince buvait une gorgée de sa boisson et se retourna en direction de la cheminée, observant le feu. Qu’est-ce que comptait le plus pour lui ? C’était une question essentiel auquel le prince ne pouvait pas donner de réponse. Est-ce qu’il repartait demain ? C’était une question beaucoup plus simple et il était capable d’y répondre.

“Effectivement je me rends à Murashigure dès demain, vous allez au pays de la Pluie ?”

Le prince se tournait de nouveau vers Aimi, sa boisson en main en affichant un sourire qui semblait plutôt sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Ven 8 Juin 2018 - 16:01
La première remarque lui faisait hocher la tête, ça, elle ne le savait que trop bien. Le pouvoir c'était comme l'argent, si le second brûlait les doigts pour être dépensé en abusant, le premier grillait les neurones en rendant avide et idiot. Elle avait eu l'occasion de voir souvent cela pendant ses actions humanitaires, des seigneurs riches vivants sur le dos des paysans à qui ils prêtaient leurs terres, les laissant dépérir sans même comprendre intelligemment qu'en agissant ainsi, ils faisaient leur propre perte. Quelque part c'était aussi la faute de gens "idiots" à leur sens, comme Aimi qui sauvait les meubles du peuple, mais aussi ceux de leurs abuseurs accessoirement. Elle n'avait pas une honte opinion de la noblesse, même si elle ne voulait pas généraliser.

-Oh, il n'y a pas que les villages dans ce genre, il suffit de voir l'attitude négligente des nobles du pays du feu. Aucun d'eux prêt à lever un doigt pour servir de support, ils se contentent juste de sauver leur confort.

Elle grimaçait. Aimi aurait pu sûrement être riche à l'heure actuelle. Son remède pour la perte de poids express faisait sensation dans les riches communautés, comme ses sérums aphrodisiaques augmentant les sensations. Autant de carottes, comme les appelait l'irou, générées pour lui permettre de financer son entreprise bénévole. Au final, elle vivait de la noblesse en partie et à leur insu, elle les faisait redistribuer leur argent à leur population. Concept étrange n'est-ce pas ? Mais efficace et surtout inconnu. Il avait les actes pour les glorieux et ceux dont on ne parlerait jamais; ainsi ils étaient protégés. Quand il riait pour changer le ton, suivant le tempo de la femme, elle en faisait autant. Au moins ils se comprenaient sans mots et sans se connaitre intéressant. L'avantage des personnages un peu candide comme Aimi, c'était que feindre l'ignorance ou l'incompréhension passait comme une lettre à la poste. Soufflant sur son verre, elle faisait mine de ne pas voir les réactions du jeune homme, ne voulant ni le gêner ni le braquer. Si elle était naïve et niaise pour beaucoup choses, Aimi était plutôt maligne et habile dans les relations humaines. Ceci dit, il n'allait pas lui laisser facile, car déjà il lui redonnait un coup de chaud. Elle n'aimait pas entendre les compliments, c'était embarrassant sans qu'elle ne puisse s'expliquer pourquoi. Tellement gênant quand on la remerciait aussi après ses soins. Quelque chose ne tournait pas rond chez cette fille peut-être bien. Ou alors pour elle cela n'avait rien d'extraordinaire. Toussoutant un peu, elle se sentait obliger de relever le compliment pour ne pas paraitre pimbêche.

-Disons plutôt que j'essaie de l'être, mais personne n'est parfait en tout temps pas vrai ?

L'attention de la femme aux joues roussies se captivait pour la paume de son interlocuteur, elle qui la faisait sursauter quand il la refermait...

-La vie et sa sauvegarde voyons !

Sa réponse avait été au tac au tac, avant qu'elle avait pu réfléchir, les mots étaient sortis de sa bouche, lui donnant une expression niaise et heureuse sur le visage. La meilleure chose qui était arrivée dans la vie de la Kurai était sûrement son don de guérison.

-Toutes les vies. Rajoutaient-elles d'ailleurs.

Aimi n'était pas du genre à juger autrui, pour elle il n'existait pas de notion de bon ou mauvais, juste des caractères et des vécus différents et comme elle avait pour principe de ne pas supposer sur ce qu'elle ne connaissait pas, elle était facilement adaptative. Un vrai caméléon en matière de sociale, on aurait pu croire qu'elle manquait de caractère à la voir si flexible, mais c'était bien plus dur qu'on le pensait de faire preuve d'ouverture et compréhension. Elle trouvait bien prétentieux ceux qui pointaient du doigt un acte comme s'ils étaient d'une science infuse. Pour elle, toutes les logiques se valaient et les différents n'étaient jamais qu'une question de points de vue. La Kurai lui rendait son sourire avant de lui répondre avec un peu trop de facilité.

-Effectivement, il y a des marchandises que l'on ne trouve que là-bas. À ma connaissance du moins. Puis j'ai mes vendeurs habituels, ils sont cléments sur les prix. Avouait-elle d'un sourire de toutes ses dents. Mais aussi les marchandages. Clin d'oeil, pas besoin de transport pour une utilisatrice de fuinjutsu, son stock était dans ses mains. Vous rentrez ? Ou vous allez faire affaire vous aussi ? Peut-être pourrions nous échange nos contacts !

La Kurai n'était jamais contre l'idée d'étendre son réseau...

_________________
 Les bruits qui courent... | Kadachi Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Mar 12 Juin 2018 - 13:36
Aimi tentait peut être de sauver les meubles en partageant la faute entre les villages ninjas et les seigneurerie. D’un côté elle n’avait pas tort, un mauvais seigneur pouvait tout aussi bien conduire de bon dirigeant à faire des mauvaises choses. Cependant Kadachi ne pouvais pas croire qu’il existait des bon villages cachés.Par essences ils étaient crée pour la guerre, cela ne pouvait donc rien présager de bon en ce bas monde. Les seigneurs eux de toute manière passait plus de temps à se complaire dans leur confort plutôt que de regarder la misère à laquelle il font face. Il était très compliqué de satisfaire tout le monde, voir impossible, mais le prince voulait le faire et il y arriverais. C’était son objectif, créer sa terre sainte, là où personne ne craindrais pour sa vie.

“L'égoïsme de l’être humain nous perdra un jour, sois en certaine.”

Le prince était plutôt sombre avec Aimi quand elle parlait de ses sujets là. Cependant il ne pouvait s’empêcher de se sentir mal à l’aise lorsqu’elle la vit souffler dans son verre et feindre l’ignorance, personne ne pouvait passer à côté d’une telle réaction. Kadachi la regarda et lui souria en plissant les yeux comme pour montrer qu’il était un peu gêné. Il était content que son interlocutrice décide de passer au delà de ces situations inconfortables. Se protégeant en couvrant Aimi de compliment, le prince espérait faire passer la pilule plus rapidement et surtout rester maître de lui même. Le natif de la pluie jugeait qu’elle était une personne très humble qui n’aimait pas s'embarrasser des compliments, cependant ces derniers la firent tout de même rougir preuve qu’elle n’y était pas insensible.

“Je ne pense pas que la perfection est une fin en soi. Sinon nous ne pourrons plus nous améliorer ou rêver d’un monde meilleur..”

Alors qu’elle regardait la paume du prince, la native du pays du feu sursauta lorsque ce dernier la referma rapidement. Le Tenshu était perdu dans un flot de pensée à ce moment là et il ne vit même pas la réaction de son interlocutrice. Seul sa réponse le fit sortir de ses songes. Aimi portait plus de valeur à la vie qu'à autre chose dans ce monde, c’est vrai que sinon n'avons pas la vie nous n’avons plus rien. La vie est un flambeau toujours prêt à s'éteindre, illuminant tout l’univers autour de soi, il faut en profiter tant que la lumière perdure et savoir la transmettre à un moment donné. Aimi ne faisait pas de distinction entre les peuples et c’était une qualité que le prince aimerait avoir. La notion de bon ou de mauvaise personne, qui était digne d’en juger ? Un prince, un seigneur ? Peut être… Mais fallait t’il déjà réussir à se faire sa propre définition de ce qui est bon ou mauvais non ?

“J’y rentre pour aller voir les enfants de l’orphelinat et leur donner quelques cadeaux, je fais souvent cela. En réalité je commerce le plus souvent avec les villes du pays du Feu. Pourquoi pas échanger nos contact en effet, cela pourrait être une bonne idée.”

Étendre son réseau effectivement les deux protagonistes ont eu de bonne idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Mar 12 Juin 2018 - 18:32
Aimi ne doutait pas un instant de la véracité de la remarque du jeune homme, la plus grande faiblesse de l’homme était son égoïsme au final. Son démon le plus présent, le moins domptable. Même si on se voulait altruiste, tôt ou tard, cette flamme dans le coeur s’animait pour une raison ou pour une autre. Un sentiment amoureux, l’envie, la facilité ou la gloire, peut-être même au final, les plus généreux en étaient les plus en proies. Si jusque là la jeune kunoichi n’avait jamais fait aucun accroc, souvent elle avait envié d’autres qui l’avait plus facile. Comme à Iwa par exemple où les médecins consultaient quand bon leur semblaient, qu'ils pouvaient se permettre d’occuper d’autres postes que celui de soigner des gens. Hi n’avait pas la chance d’en avoir en trop… Le pays n’avait pas non plus ce magnifique hôpital qui facilitait tant le travail. Alors oui, par moment, elle avait au moins pensé à abandonner sa tâche et y rester, elle aurait donné plus de soins et plus efficacement, vrai. Mais à une population restreinte dont sa présence ne ferait aucune différence. Un long soupir et un air désolé qui s’affichait en y repensant.

-Pour être tout à fait franche, j’ai beaucoup voyagé pour mes contrats. Certaines illusions ressemblent à des perfections, mais elles ne le sont que sous un angle. Par exemple à Iwa j’y ai vu un hôpital de toute splendeur et je ne vous parle pas de sa beauté, mais bien de sa capacité à soigner. Pourtant, passer ce voile, qui a failli m’avoir, son avancement et son aide, n’appartient jalousement qu’à une minorité. Qu’est-ce qui dit qu’un peuple plus qu’un autre mérite un vaccin, ou le droit de vivre mieux ? Elle venait de taper dans ses mains, comme pour écraser les doutes entre ses paumes. Rêver ne fait pas changer le monde, sinon, j’aurais déjà mon hôpital à Hi et mes disciples du monde entier pour y partager le savoir médical. Je ne veux pas rêver de ce monde, je le construis, à mon rythme lentement, mais j’aspire à trouver des alliés qui le rendront réel plus tôt. Comme la paix et la sécurité pour Hi, ou bien Ame. Qui semblait lui tenir à cœur et lui fit lui offrir ce sourire au regard pétillant de conviction. Mais aussi pour tous les autres oubliés.

Voilà qui était bien solennel, et qui ne ressemblait pas à Aimi, à croire que le Hinoishi et les discours du brun avaient fini par la contaminer elle aussi. Ou simplement qu’elle assumait enfin ne pas être une simple spectatrice, mais bel et bien une figure de la scène.

-Je vivrais ma vie pour moi, le jour où je n’aurais pas honte de rester à ne rien en me levant le matin.

Peut-être alors qu’elle allait courir toute sa vie, mais on ne la forçait pas, c’était un choix qu’Aimi avait fait depuis longtemps, bien avant l’Hinoishi.

-Votre cause est louable, les enfants sont l'avenir et le comportement des adultes leur base... j’aimerais parfois m’attarder sur autre chose que des blessés, mais… Une idée semblait lui germer. Si nous nous rendons ensembles là bas, je pourrais vous parler de mes contacts, ou même vous les posez par écrit plus simple, mais aussi éventuellement offrir mes soins à vos protégés au passage. C’est difficile de savoir où se rendre, la demande est partout. À propos, je vis à Taika dans le milieu nord de Hi si vous connaissez quand je ne suis pas sur les routes. C’est un petit village, je suis facile à trouver, il n’y a qu’un médecin local.

La Kurai riait doucement, lui faisait elle confiance à ce point ? On dirait bien.

_________________
 Les bruits qui courent... | Kadachi Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Lun 18 Juin 2018 - 1:38
Si Aimi semblait plutôt confiante en la force de l’être humain, Kadachi lui se disait que tout était guidé par les désirs de l’homme. L’humanité était égoïste et vivait pour elle, tout les sentiments partent de l’égoïsme au final. L’amour, la haine, la générosité. Est-ce que Aimi ferait tout cela pour les autres si elle n’en avait pas envie au fond d’elle ? Est-ce ce mari et cette femme donnerait tout l’un pour l’autre si il ne s’aimaient pas ? Est-ce que j’offrirais un cadeau à mon ami si cela ne me faisait pas plaisir de le faire ? C’était des question que pouvait se poser le prince et c’était cela qui le faisait douter, mais lui n’était pas encore capable de comprendre pleinement ses choses là. Lui qui semblait dénué de presque toute humanité. Alors que Aimi donnait son point de vue sur celle qu’elle avait vécu, le prince de la pluie pu en retenir des informations : Elle venait de Iwagakure no Sato, elle y avait vu l’avidité et la cupidité des hommes censés sauver des vies. Le prince la regardait intensément, il écoutait avec respect chaque mot qu’elle disait, complètement absorbé par son discours. Ce comportement le répugnait, qui avait le droit de dire qui il soignait ou non ? Qui avait le droit de vivre et de mourir ? Dorénavant cette personne ne pouvait être que lui.

“Vous êtes une personne formidable Aimi. J’aimerais être capable de faire comme vous…”

Cette dame était très courageuse et n’avais pas peur de montrer ses convictions, la flamme de la volonté brûlait bel et bien en elle c’était certain. Le prince lui rendait son sourire avant de boire un gorgée de son breuvage. Regardant la fenêtre la pluie avait cessé de tomber, peut être serait-il plus sage pour le prince d’en rester là de quitter cette femme qui avait réussi à le troubler. Lui n’avait qu’une seule envie pour le moment, rester avec elle. Il ne le remarquait pas encore mais sa présence l’aidait à s’ouvrir au monde. Il se sentait beaucoup plus vivant à ses côtés, c’était presque visible sur son teint de peau.

“Moi aussi je vous aiderez à construire un monde meilleur, à ma manière…”

Il pouvait y avoir plein de sous-entendu dans cette phrase, peut être même un peu trop. Ce fut comme une petit piqûre de rappel pour celui qui devait se rendre à Murashigure le lendemain pour discuter avec la plus grande organisation criminelle du monde. Vivre pour soi ? C’était quelque chose que le prince avait abandonné depuis longtemps.

“Peut être qu'à ce moment là nous pourrions nous retrouver et profiter ensemble de ne rien avoir à faire ?”

Une idée venait de germer dans la tête d’Aimi, une idée qui plaisait au prince qui affiche un sourire imbécile en imaginant la possibilité qu’Aimi voyage à ses côtés. Cependant un visage sérieux reprit rapidement le dessus, c’était en effet impossible qu’ils voyagent ensemble. Ils risqueraient d’être découvert, c’est suite à cette proposition le prince s’avança vers Aimi et déposa un baiser sur sa joue tout en prenant soin de tenir son cou.

“Je suis désolé, mais cela ne sera pas possible ma chère Aimi. Cependant nous nous reverrons, maintenant que je sais où vous trouver.”

Posant des pièces sur le comptoir, le prince fit volte-face et pris la direction de la sortie.

“Ce fut un réel plaisir de vous avoir rencontré, c’est moi qui paye ce soir. J’espère que vos entreprises seront couronnés de succès.”

Refermant la porte, le prince prit la direction de sa taverne afin de se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Les bruits qui courent... | Kadachi Empty
Mer 20 Juin 2018 - 20:33
Si d’ordinaire elle aurait rougit de plus belle, cette fois là, déjà animée par son étalage de conviction, simplement la Kurai en plus d’un sourire venait lui offrir un rire doux. De son regard enjoué qu’elle posait sur lui, elle tentait déjà de faire passer le message que ses mots défilant bientôt d’entre ses lèvres.

-Nous le sommes tous, du moins à mon sens. Pas pour tout, pas tout le temps, mais nous sommes formidables pour au moins une chose dans notre vie et c’est là tout ce qui compte.

Oh oui, elle était persuadée, pour elle il n’y avait pas de mauvaises personnes, mais elle n’avait pas le temps de sauver tout le monde, aussi quand un choix était à faire, elle optait toujours pour le plus grand nombre de vies à sauver. Peut-être une façon hypocrite de soulager sa conscience de ses assassinats, elle était une kunoichi après tout, mais qu’importe puisque à son sens, la vision lui paraissait juste.

-Je suis ravie de l’entendre et je n’en doute pas une seconde. Au fond, vous le faites déjà en ce moment non ?

Peut-être même sans le savoir ou le vouloir, en lui rappelant pourquoi elle avait embarqué là dedans et la revigorant de toute sa bonne volonté maintenant qu’elle l’avait à nouveau citer. Le rouge de ses iris s’adoucissait dans la couleur plus froide de son interlocuteur, elle lui offrait un sourire presque attendri, ravie que le hasard lui avait offert une rencontre de ce type. Bon elle n’avait pas appris autant qu’il l’aurait fallu sur le Seishi, mais étrangement, la Kurai se sentait rassurée à leur sujet. Ils ne pouvaient pas avoir ce genre de connaissance et être de mauvaises personnes, personne ne pouvait tromper le monde à ce point et Aimi ne s’attendait jamais à découvrir des gens parfaits donc… Elle était optimiste sur la suite. Bien que déçue de devoir le quitter si tôt, sa main à elle plus fraîche se posait sur sa propre joue pour le refroidir un peu ou cacher ses couleurs. Cet homme là avait un don pour la prendre de cours ? Ou elle le laissait venir ? Non, pas son genre, la Kurai était un piètre kunoichi parce qu’elle était trop souvent tête en l’air, même là quand pourtant la conversation avait son intérêt.

-A une prochaine fois alors, vous savez où me trouver à l’occasion si vous vous perdez dans nos campagnes.

Simplement, par soucis d’équité ou parce qu’elle était gênée de se faire inviter ou simplement parce qu’elle l’aimait bien, avant qu’il ne finisse sa rotation pour lui tourner le dos et la quitter, elle lui avait jeté entre les mains une petite sacoche d’herbes et de fruits séchés…

-C’est un thé de l’exploitation familiale. Peut-être par les temps de pluie, il pourra vous rappeler notre rencontre.

Aimi s’était relevée, mains dans le dos, elle penchait sa tête sur un coté, souriant comme une idiote en disant cela avant d’imiter l’Amejins et reprendre la route de son périple...

_________________
 Les bruits qui courent... | Kadachi Dfhn
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Les bruits qui courent... | Kadachi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: