Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[B/LIBRE/HI] VENIR EN AIDE À LA POPULATION


Ven 18 Mai 2018 - 16:42

Après l’aide que Kadachi et Haiko avaient fournis à une petite bourgade, la réputation du Seichi avait augmenté. De plus en plus de gens se tournaient vers eux pour obtenir de l’aide. Il y a quelques jours, le maire d’un village leur avait envoyé un message de détresse. Un bandit sévissait dans la région, détroussant tous les voyageurs qui croisaient sa route et quelqu’un devait l’arrêter. Tous les membres du Seichi étaient pris ailleurs, sauf lui, c’est Yukio qui fût envoyé pour mettre un terme à ces vols.

Il se rendit donc dans ce fameux village, à quelques jours de marche de Yûgure. Il était situé tout près du Pays des Remparts, pays de lequel Yukio avait passé plusieurs années pour apprendre les arts ninjas. Il n’était pas très confortable à l’idée de s’approcher autant, il était un déserteur, après tout et quelqu’un pourrait le reconnaître.

La route fût longue et ennuyante, sur son chemin, il ne croisa que des charrettes et quelques paysans. Yukio fût bien content lorsqu’il arriva enfin devant ce qui semblait être l’entrée du village. Il s’agissait d’un torri gardé par un seul homme.

“Qui va là?” demanda-il, posant une main sur la garde de son sabre.

“Je m’appel Mars,” avait doucement répondu le jeune homme, ignorant la menace. “Je suis ici à la demande du maire.”

Il sortit une lettre de sa tunique et la tint au-dessus de sa tête. L’homme s’approcha avec précaution pour venir la prendre. Ce dernier arborait la tonsure et le sérieux d’un moine. Son armure semblait solide mais rudimentaire, puis elle était trop petite pour lui, ce qui mettait en valeur son bedon. L’homme parcourut rapidement le parchemin en marmonnant dans sa barbe, avant de déposer ses yeux noisettes sur Yukio.

“Il n’y a que vous?” demanda-il.

À cela, le jeune homme préféra ne rien répondre, au risque de dire quelque chos qu’il regretterait. Il n’était pas aussi bon que sa soeur pour cacher ses émotions et le ton du garde ne l’avait pas plût.

“D’accord…” soupira le garde. “Suivez moi.”

Il traversa l’arche, Yukio sur les talons. Le village s’ouvrit peu à peu devant lui, dans toute sa splendeur. De la fumée s’élevait peu à peu des chaumières, apportant avec elle de délicieuses odeurs de la cuisine. Les gens semblaient content de vaquer à leur occupation, certains se dirigeaient vers le moulin près de la rivière, alors que d’autres revenaient de la forêt avec des ballots de bois ou du gibier. La vie était si simple ici, et c’est pour ce genre de chose que Yukio se battait. Les maisons s’agrandirent à mesure qu’ils se rapprochèrent du centre. Des marchands s’y étaient installés tentaient d’attirer des clients en beuglant.

“Qu’est-ce qui vous emmène par chez nous, étranger?”

La dame qui avait parlé avait le regard et la voix douce d’une grand-mère. Elle était en train de remplir son étale de fruits et de légumes frais et semblait avoir besoin d’aide avec une caisse de tomates.

“Le travail,” lui avait dit Yukio, en se penchant pour l’aider.

Pressé par le garde, le jeune homme salua rapidement la femme avant de poursuivre sa route. Leur chemin les mena vers une colline surplombant tout le village. Un grand bâtiment trônait tout en haut, flanquée par un autre, plus petit. C’est dans ce dernier qu’ils entrèrent. Une caserne.

Le garde fit signe à Yukio d’attendre tandis qu’il disparaissait. Il revint quelques minutes plus tard, accompagné par un autre homme en armure. C’était un grand moustachu et aux cheveux sels et poivre. Il se tenait bien droit et s’approchait d’eux d’une démarche martiale.

“Voici Mars,” avait indiqué le garde “c’est lui qui va nous aider avec le voleur.”

L’homme regarda Yukio des pieds à la tête, cachant mal son incrédulité. “Eh bien… Mars, je suis la capitaine Ichirou,” finit-il par répondre “Je dois dire que vous arrivez à point nommé; il vient d’avoir un nouveau vol. Cette fois il s’agit de Takeshi, l’un de nos marchand. On l’aurait attaqué hier, alors qu’il revenait avec sa caravane.”

“Je vois… Est-ce que je peux lui parler?”

“Bien sûr, le garde Koji va vous accompagner jusque chez lui.”
Résumé:
 


Dernière édition par Mori Yukio le Lun 28 Mai 2018 - 1:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi

Mar 22 Mai 2018 - 1:03


Koji le conduit jusque chez le marchand. Sa maison était au pied de la colline, pas très loin de la caserne. Des demeures plus somptueuses les unes que les autres l’entourait. Le contraste avec les chaumières en contrebas était frappant, il y avait beaucoup plus d’espace et le quartier était plutôt calme. Seul une marchande venait troubler le silence, une vieille dame qui vendait des tomates.

Yukio frappa à la porte. Après une attente qui lui parut interminable, elle finit par s’ouvrir. L’homme qui apparut dans l’embrasure était jeune et bien entretenue. Il avait de longs cheveux noirs attachés et un sourire à faire chavirer les coeurs. Yukio n’aurait jamais deviné qu’il s'agissait d’un homme d’affaire, il paraissait à peine plus vieux que lui.

“Vous êtes Takeshi?” demanda Yukio.

“Ça dépend," sourit l'homme "qui le demande?”

Il avait l'air de se trouver drôle en plus…

“Je m'appelle Mars et j’enquête sur le vol de votre caravane, c’est possible vous poser quelques questions?”

Les yeux de l’homme se promenèrent sur la rue derrière eux, il parut réfléchir quelques instants. Après quelques secondes, il décida finalement de s’écarter pour les laisser passer. Yukio et le garde suivirent Takeshi jusqu’au salon. Là, l’homme se servit un verre de saké avant de s’affaler dans son divan, invitant les deux autres à faire de même. Yukio n’avait pas l’intention de rester très longtemps, ainsi, il alla droit au but.

“Donc, qu’est-ce qui vous est arrivé exactement?”

“Comme je l’ai dis à votre collègue,” commença Takeshi, “je revenais du Pays des Remparts avec ma caravane quand un tronc d’arbre est tombé devant mes cheveux. Quelque chose m'a piqué et je me suis retrouvé couché sur le sol sans pouvoir rien faire. Puis, quelqu’un a prit les rênes et est reparti avec ma caravane dans l’autre direction”

Le jeune homme d’affaire vida son verre d’une traite, puis se servit de nouveau.

“C’est tout?” pressa Yukio.

Pour toute réponse, l'homme haussa les épaules. Quelle déception! Yukio aimait les histoires courtes, mais pas à ce point là. Soit on lui cachait quelque chose, soit le bandit était un vrai professionnel et n'avait vraiment fait aucune erreure. Pour l’instant, il était trop tôt pour le dire.

“Vous avez réussi à voir qui conduisait?”

Le regard de Takeshi se figea l'espace d'un instant.

Résumé:
 


Dernière édition par Mori Yukio le Lun 28 Mai 2018 - 1:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi

Jeu 24 Mai 2018 - 19:24

“Takeshi?”

Le marchand posa ses grands yeux azur sur Yukio, puis sur le garde. Il ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortit, on l’avait interrompu. La porte d’entrée vibra de coups répétés, quelqu’un frappait à la porte. Takeshi avait presque l’air soulagé lorsqu’il se leva pour aller ouvrir. Plus tôt, son hésitation n’avait durée qu’une fraction de seconde, mais Yukio savait dès lors qu’il avait touché une corde sensible. Un sourire satisfait se dessina sur ses lèvres. Il ne restait plus qu'à creuser jusqu’à ce que la vérité jaillissent au grand jour.

Le prochain son qu’il entendit ne fut pas aussi plaisant.

Ce n’était pas la voix de Takeshi. C’était quelque chose d’autre… Un bruit sourd, comme si quelqu’un avait échappé un gros bouquin. Mais Yukio s’était battu assez souvent pour reconnaître le son d’un corps qui tombait par terre.

Takeshi

Il sauta sur ses pieds en criant son nom, bougeant presque sans réfléchir, comme si une autre entité avait prit le contrôle de son corps. Dans la cuisine, ses yeux se posèrent sur un grand couteau qui se retrouva dans sa main alors qu’il faisait le tour du comptoire pour arriver à la porte d’entrée. Yukio la rejoint juste au moment ou une figure sombre s’éloignait à toute vitesse du corps inerte du marchand. Devrait-il rester ici pour prendre soin de lui?

Résumé:
 


Dernière édition par Mori Yukio le Lun 28 Mai 2018 - 1:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi

Sam 26 Mai 2018 - 17:29

Non, il ne pouvait pas rester ici. Plus particulièrement quand ses tripes lui criaient que c’était sa meilleur chance d’attraper le meurtrier. Yukio vola à travers la porte d’entrée, courant aussi vite que ses maigres jambes pouvaient le porter.

Loin devant, un homme en manteau noir dévalait la pente à grandes enjambées. Son avance était considérable et Yukio était sûr de ne pas pouvoir le rattraper Du moins, pas sans dépenser une tonne d’énergie. Heureusement, il avait de quoi le ralentir. Le garçon balança son couteau de cuisine. L’arme frôla la cuisse de l’assassin qui tituba, avant de reprendre promptement sa course. Ce court délais avait permis à Yukio de gagner de précieux mètres, mais le fuyard parvint tout de même à rejoindre le bas de la colline.

Bien qu’il y eu peu d’habitants dans ce village, la place du marché était remplis. C’est une véritable marée humaine qui frappa Yukio, et il avait beau se tortiller dans tous les sens, s’y frayer un chemin rapidement était presque impossible. Après quelques secondes, le jeune homme se rendit compte qu’il avait perdu sa cible de vue. Il se tourna dans tous les sens, à la recherche du moindre indice, mais pas un seul remous dans la foule ne trahissait la présence de l’homme. Il s’était tout bonnement volatilisé.

Yukio joint les mains et tenta d’ignorer le sang qui battait ses tempes pour se concentrer sur les sources de chakra autours de lui. Il n’y en avait qu’une d’assez puissante pour attirer son attention, et elle s’éloignait à toute vitesse vers le Nord.

La sortie du village!


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi

Lun 28 Mai 2018 - 0:25

La forêt dégageait une puissante odeur de fer. L’odeur du sang.

Yukio s’en était rapidement rendu compte lorsqu’il parvint enfin à atteindre la sortie du village. Son couteau avait fait plus de dégâts qu’il ne l’aurait cru, les traces de sang dans l’herbe étaient si évidentes que même un aveugle aurait put les suivre. Il n’eut aucun mal à traquer le tueur jusqu’au bosquet où il s’était arrêté.

Les deux se regardèrent dans les yeux pendant une longue seconde et Yukio le reconnut tout de suite. Ce n’était pas un homme, mais bien une femme. Cette vieille vendeuse de légume qui l’avait si chaleureusement accueilli. La même qui était passé derrière lui alors qu’il s’apprêtait à interroger Takeshi et vraisemblablement, la même qui l’avait tué.

Alors que cette réalisation le frappait, la terre se mit à gronder. Du coin de l’oeil, il vit juste à temps l’immense tronc d’arbre qui menaçait de l'aplatir et s’esquiva d’un bond en arrière. Quelque chose l’avait piqué en plein poitrine. Un écharde? Yukio baissa les yeux sur une longue aiguille plantée près de son coeur. Il la retira d’un coup sec avant de la lancer par terre. Cela n’avait rien de très douloureux, la femme avait manqué ses points vitaux.

“Tu n’aurais jamais dû venir ici, étranger,” dit-elle.

Une part une, d’autres ombres sortirent de sous le couvert des arbres. Deux… Quatre… Six. Les bandits l’avaient encerclé et se rapprochaient dangereusement. Yukio se maudit d’avoir été aussi naïf, on lui avait tendu un piège et il était tombé dedans comme un débutant.

“Je n’ai rien d’un étranger,” avait-il finit par répondre.

D’un mouvement de tête, la vieille ordonna à ses complices de passer à l’attaque. “Et pourtant, tu es de leur côté.”

Bien qu’il détestait le faire, le seul moyen de se sortir de ce bourbier était d’utiliser cette technique. Hachimon Tonkou, Dai ichi: Kaimon! Kai! L’énergie de la porte initiale jaillis de son corps, obligeant ses adversaires à reculer tant la pression était intense.

L’aura s'évanouit aussi rapidement qu’elle était apparue. La porte initiale était... bloquée?

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi

Lun 28 Mai 2018 - 2:53

Il se mit à à réfléchir à toute vitesse. La situation allait de mal en pis et sans les portes célestes, Yukio n’était pas sûr de pouvoir survivre. Pour l’instant, la meilleur option était de gagner du temps, avec un peu de chance, la cavalerie arriverait bientôt.

“De leur côté? De qui parlez-vous?”

Le visage de la dame se tordit dans une expression de dégoût. “Les riches. Tu les protège, alors qu'ils profitent de nous depuis longtemps. Penses-tu vraiment que ce qu’ils ont perdu changera quelque chose dans leur vie?”

“Ce n’est pas en volant que vous réglerez vos problèmes.”

Ses assaillants revirent à la charge avec plus de férocité encore. Peut-être que leur faire la moral n’était pas la meilleur option.

“Qu’est-ce que tu connais de nos problèmes?” lança celle qui semblait être le chef.

Un sabre lui tailla la jambe alors qu’il sautait pour se réfugier dans un arbre. Là au moins ils ne pourraient pas s'attaquer à lui tous en même temps. Il frappait ceux qui se le suivirent de trop près, mais au bout de quelques minutes, il avait reçu plus de coups qu’il n’en avait donné. La bonne nouvelle, c’est que son chakra se stabilisait.

“Je suis un Hijin comme vous,” réussit-il à dire entre deux coups d’épée “et c’est justement ces problèmes que ma famille essaie de régler.”

“Ta famille?”

La femme avait hésité avant de lui lancer une nouvelle aiguille, hésitation assez longue pour permettre à Yukio se jeter hors du chemin. Il ressentait encore les effets de de l’attaque précédente, mais il avait prit assez de mieux pour malaxer son chakra.

Dai Ni: Kyûmon! Kai! La porte de la guérison produit une telle énergie que la branche sur laquelle il se tenait explosa en mille morceau. Il n’aimait pas détruire la nature, mais on ne lui laissait pas le choix.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi

Lun 28 Mai 2018 - 17:19

“Le Seichi. C’est ce que nous faisons, nous réglons les problèmes de ce pays.”

Il envoya un puissant coup de pied qui envoya valser les deux hommes qui s'attaquaient à lui. Le choque se lisait sur le visage des autres, pourtant ils n’avaient pas perdu leur détermination.

“Katon: Goukakyuu no jutsu!” criait un de leur compère.

Yukio sauta juste à temps pour éviter de recevoir une pluie de boules de feu en plein visage, mais elles frappèrent durement ses jambes, ce qui l’obligea à atterrir par terre.

“Finissez-le!” cria la vieille.

Les quatres hommes restant partirent à l’assaut. La marchande avait raison, il était temps d’en finir. “Shômon! Kai!”

La quatrième porte augmenta sa vitesse de façon drastique. Alors que ses adversaires approchaient, Yukio se retrouva debout sur ses mains, tournant follement sur lui-même. Les hommes en noirs furent tous projeter à plusieurs mètres en arrière. Peu de gens pouvaient se relever après une telle attaque. De nouveau sur pied, il s’approcha de la vieille, qui n’avait pas bougé d’un poil. “Ce n’est pas obligé de se terminer comme ça. Vous pourrez régler tous les problèmes que vous avez en acceptant de travailler pour moi.”

“Et pourquoi est-ce qu’on ferait ça?”

“Dans quelques minutes, la garde sera là et vous finirez tous en prison, si vous avez de la chance. Moi, je peux m’arranger pour qu’on vous laisse tranquille.”

La femme n’eut pas besoin de réfléchir très longtemps, elle était seule désormais et la garde ne tardera pas à venir pour elle et ses complices. Elle hocha lentement la tête et scella leur accord d’une poignée de main. “Qu’est-ce qu’on doit faire?”

“Rejoingons-nous à Yûgure, j'informerai le maire qu’il n’entendra plus parler de vous.”

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi

Lun 28 Mai 2018 - 20:21

Yukio se réveilla bien loin de la forêt.

La pièce était peu fournie, avec une simple table de chevet, des murs en bois et une grande fenêtre qui baignait la chambre de rayons dorés. Yukio aurait presque pu croire qu’il était à la maison si cela n’avait pas été de la jeune femme penchée au-dessus de lui.

“Ah, vous êtes réveillé.”

Il tenta de se redresser sur ses coudes, mais la douleur était trop intense. “Où suis-je?”

“Chez moi.” Puis, avec un sourire incompréhensible. “Tous les deux.”

Il tourna la tête aussi rapidement que ses muscles déchirés le lui permettait. Takeshi reposait à ses côtés, sa poitrine montant et descendant doucement. Il n’était pas mort, mais les aiguilles avait dû avoir des effets bien plus sévère sur lui qui n’était pas un ninja.

“Je dois informer les autres,” dit la femme.

Une bonne dizaine de minutes plus tard, elle réapparu dans l’embrasure de la porte suivi par un grand moustachu. Il n’était pas en armure, mais Yukio le reconnut facilement.

“Content de vous voir sain et sauf,” commença le capitaine “Je ne pensais pas que vous vous réveillerai si tôt.

Les portes célestes causaient un tel stress sur le corps que ses utilisateurs tombaient parfois dans le combat, surtout après avoir reçu des blessures additionnelles. C’était la façon dont le cerveau se protégeait et cela ne durait jamais très longtemps.

“Je suis content moi aussi.” Il redoutait la prochaine question.”Où sont les bandits?”

“Disparus. Mais ils laissés beaucoup d’objets de valeurs derrière eux.” Il fouilla dans sa poche et sortit une bourse qu’il déposa sur la table “D’ailleurs, le maire m'a chargé de vous remercier personnellement, vous nous avez rendu un grand service aujourd’hui.”

“Merci, monsieur.”

Il s’inclina rapidement avant de se diriger vers la porte. “Reposez-vous aussi longtemps que nécéssaire, notre médecin est là pour veiller sur vous. Bonne nuit.”

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2790-seichi

[B/LIBRE/HI] VENIR EN AIDE À LA POPULATION

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: