Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Toka-chan et Shiori-sama
Aujourd'hui à 10:54 par Watanabe Toka

» Il était une fois...
Aujourd'hui à 10:22 par Raishi Yūsaku

» Vivre, c’est changer du temps en expérience | Solo
Aujourd'hui à 9:41 par Raishi Yūsaku

» La flêche et la rapière_PV Ashikaga Gabushi
Aujourd'hui à 9:03 par Ashikaga Gabushi

» 07. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 8:56 par Borukan Rikyu

» [C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU
Aujourd'hui à 8:41 par Arie Yoorasia Hahn

» L'eveil
Aujourd'hui à 8:17 par Setsuna Kurai

» Flocon de neige - Rakka
Aujourd'hui à 3:53 par Chôkoku Diao

» [Terminée] Shiro Tsikuyi
Aujourd'hui à 3:50 par Nagamasa H. Takumi

Partagez | 

Un genre de simulation [M. Raizen]


Lun 21 Mai 2018 - 20:12




Le cœur de ce que j’étais depuis toutes ces années reposait sur une seule chose : la science. La découverte du fonctionnement du corps humain, les meilleures façons de le soigner que ce soit par voie médicale ou celle du chakra et l’étude de tout ce qui s’y rapportait. Je m’en étais toujours parfaitement contentée, sans vraiment chercher à devenir une combattante. Je savais me défendre et mes compétences dans le domaine de l’Iroujutsu me permettaient de survivre à la plupart des situations aussi dangereuses pouvaient elles être. Alors, aujourd’hui, s’il y avait bien une ombre à mon tableau de Kumojin et de pseudo-kunoichi, c’était bien cet aspect : le combat. Je n’avais jamais vraiment eu à affronter des shinobis, si ce n’était Yuko ou l’illusion de l’architecte de Shoshikidan, au pays du feu ; autant dire que mon expérience dans ce domaine était vraiment… très limitée.

Le jour où je m’en étais rendue compte, peut-être une ou deux semaines avant donc ; j’avais voulu y remédier, comme j’avais toujours fait pour résoudre mes problèmes et mes lacunes ; en affrontant le feu, par le feu. J’avais eu ce jour qui me semblait être hier, la fabuleuse idée de vouloir rencontrer Reiko. Qui d’autre qu’elle aurait pu mieux m’aider dans cette tâche… C’était ce que je m’étais… Mais cette rencontre ne s’était déroulée exactement comme je l’avais prévue ; pour le mieux sans doute. Donc, et même si j’étais maintenant très heureuse de l’avoir croisée ce jour précis ; il n’en restait pas moins que je n’avais pu m’exercer, à mon grand damne. Depuis, j’avais commencé un apprentissage assez long et plus qu’intéressant avec un autre Kumojin : Raizen. Ce fut sans doute de nos nombreuses rencontres que m’était venue cette nouvelle formidable idée…

Aujourd’hui, comme la plupart des autres jours ; j’étais allée à sa rencontre, à son terrain d’entrainement « privé » d’abord, où il ne se trouvait, puis chez lui directement. Une fois devant sa porte, comme à mon habitude, j’avais frappé trois coups comme pour m’annoncer. J’avais attendu quelques secondes devant cette porte, me demandant s’il était présent. Qu’il soit absent ne m’aurait pas vraiment étonné ; après tout, les shinobi avaient de nombreuses occupations, comme moi les miennes. Mais, finalement, la porte s’ouvrit pour laisser apparaître le Meikyu. En théorie, il s’agissait d’une de nos rencontres comme les autres, destinée au fuinjutsu… Mais… après les habituelles salutations d’usage, je lui expliquai la raison de ma venue. Je n’étais pas sûre que cela l’intéresserait ou même qu’il accepte…

-Serais-tu d’accord pour te battre avec moi ? Enfin… Pour qu’on s’entraine, un genre de simulation de combat… Lui demandais-je avec un léger sourire. Je ne me suis jamais vraiment battue contre des ninjas… En dehors de Yuko et quelques… personnes à Tetsu… Je voudrais être plus efficace en cas d’affrontement… T’en dis quoi ?



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 22 Mai 2018 - 14:47


Une journée comme une autre et Raizen était prêt. Comme d’habitude, il ne restait pas à leur domicile commun qui devenait de plus en plus désert. Avec Asami qui vivait presque totalement chez Shoran et sa propre personne qui ne désirait pas rester dans cet appartement, tout laissait croire qu’ils évitaient tous les deux de passer le plus de temps possible dans ce laboratoire qui avait été sujet à de nombreux expériences et combats particuliers. Ainsi, Raizen s’était réveillé, précipité pour se préparer, enfilé quelque chose dans son estomac. Puis, au moment où il s’apprêtait à sortir pour se diriger vers le terrain d’entrainement, la porte émit un son. Ce n’était pas n’importe quelle sonorité. Quelqu’un semblait l’attendre, chose qui devenait de plus en plus courante depuis quelque temps.

Se précipitant ainsi pour ouvrir alors qu’il était sur le point de sortir, il ne fut pas surpris d’y voir Sazuka. En réalité, il était tout de même très content de la voir. Depuis leur entrainement au fuinjutsu, il avait su découvrir une parcelle de sa personne qu’il ne connaissait pas : le désir de vouloir enseigner. Or, il savait pertinemment que les conditions nécessaires à son désir étaient excessivement sélectives. Après tout, Raizen n’était pas du genre à vouloir enseigner à n’importe qui. S’il ne voyait pas un motif intéressant ou une capacité pertinente dans laquelle les deux partis pouvaient s’entraider, son désintérêt risquait de se manifester par un refus total d’aide. Or, dans leur cas, ce n’était pas vraiment un élément à remettre en cause, sachant qu’ils travaillaient et apprenaient respectivement l’un de l’autre de nombreuses manières différentes.

Aujourd’hui était un jour nouveau dans lequel le fuinjutsu ne semblait pas à l’ordre du jour. Le combat semblait être ce qu’elle voulait, chose qui ne surprit pas vraiment Raizen. Bon si, il fut légèrement surpris, mais son désir de la voir à l’œuvre, pris le dessus, l’envoyant dans l’action au lieu de rester passif. Commençant à penser que Kaede déteignait sur sa propre personne, il ne prit pas le temps de réfléchir qu’il s’était déjà lancé dans la route.

-La simulation commence maintenant dans ce cas, le trajet jusqu’au camp d’entrainement ne sera que notre échauffement. Une fois là-bas, le combat commencera sans alerte.

Souriant à Sazuka alors qu’il venait plus ou moins de prendre de l’avance sur elle, il se retourna en lui souriant avant de venir la narguer.

-Surprends-moi...

Et c’était parti. Raizen se dirigeait promptement vers le terrain d’entrainement en faisant usage de sa vitesse et de sa résistance pour s’y rendre sans forcément être épuisé. C’était un bon moment de voir la condition physique du médecin. Elle avait beau être bonne dans les livres, mais comment réagirait-elle dans la pratique?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 22 Mai 2018 - 23:39



Je fus subitement frappée de scepticisme en m’apercevant de l’enthousiasme de Meikyu. Parfois j’oubliais qui était sans doute ninja depuis plus longtemps que moi et que ce genre de demande résonnait probablement à son oreille comme un défi. Sauf qu’il n’y avait pas vraiment d’enjeux. Sachant que je ne me permettrai pas l’emploi de certains jutsu, comme lui j’espérais. Nous verrions bien. Alors, je lui avais emboité le pas, m’élançant à mon tour jusqu’au terrain d’entrainement perdu dans le bois du village. Ce lieu était parfait pour… un affrontement « d’essai ». Je devais bien avouer que me battre contre un autre Kumojin me semblait bizarre, mais pour évaluer mes éventuelles failles, défauts ou lacunes… C’était l’idéal. Et j’allais apprendre à réagir face un vrai ninja ; car Balto l’Apocalyptique, même s’il avait été un adversaire redoutable, était loin, très loin d’être aussi… performant qu’un shinobi.

De cette course plus ou moins effrénée, j’arriverais certainement peu après Raizen aux abords du terrain d’entrainement, je ne l’avais pas quitté des yeux un instant pour être bien sûre qu’il ne me fasse pas d’entrée de jeu une de ses fourberies bien propres aux ninjas, en général. J’avais donc pris ce qu’il m’avait dit au pied de la lettre et n‘avais pas attendu un nouveau « top départ » pour me prêter au jeu. Lorsque je posai le pied sur le sol, cette fois, je concentrai une infime partie de mon chakra dans mes membres inférieurs et d’une impulsion suffisante pour faire se soulever la poussière autour de moi me propulsai vers Raizen avec une vitesse un peu plus élevée qu’auparavant. Nous allions donc commencer les choses assez sobrement. Des fois il ne fallait pas grand-chose pour faire tomber le plus grand des colosses. Et Raizen était quand même vachement grand. Genre, un mètre quatre-vingt-onze.

Je n’avais pas un panel de techniques très élaboré, ou très fourni, tout au moins pour ce qui était de la partie offensive, parce que niveau défensif j’étais pas trop mal fournie et c’était d’ailleurs ce qui m’avait permis de survivre tout ce temps. J’allais donc voir si ce serait suffisant pour maintenir en état face à un vrai shinobi, face à un Héros de Kaze. En tous les cas cela avait parfaitement suffit face à Yuko, ma régénération était… l’une des choses les plus précieuses que j’avais apprise au fil de mes « aventures » Tetsujin.

Enfin, alors que j’approchai lui avec cette même vitesse acquise par une stimulation chakratique de mes muscles jambiers, je levai la main, elle aussi chargée de chakra, prête à lui mettre une « grosse gifle ».





Résumé:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mer 23 Mai 2018 - 3:19



Arrivé sur le terrain d’entrainement, Raizen ne put s’empêcher de reprendre lentement sa respiration tandis que Sazuka approchait. Il n’avait aucune capacité de détection outre ses réflexes. Ainsi, il en profitait pour fermer les yeux le temps de faire le calme total à l’intérieur de sa propre personne. Si on veut, c’était un rituel qu’il exécutait avant chaque entrainement dans ce lieu. Récitant intérieurement une prière Meikyû qu’il avait apprise à un très jeune âge, le jeune homme ouvrit finalement les yeux alors qu’un bruit se faisait entendre.

Étant soudainement aux aguets, il était en parfaite position pour voir Sazuka prendre un élan et se précipiter vers pour exécuter un geste qui ressemblait vraisemblablement à une charge. Profitant ainsi de sa réactivité, il se contenta d’un sourire avant d’entrer en action avec un geste limitant l’activation de ses sceaux pour la suite des événements. Au contraire, il voulait s’en sortir en utilisant ses habiletés le plus possible. C’était pour lui la meilleure solution d’entamer ce combat. D’ailleurs, quoi de mieux que l’utilisation d’un sceau pour débuter ?

Esquivant habilement l’attaque de Sazuka en déviant cette griffe qui semblait assez sanglante, il comprenait mieux comment elle avait tué de nombreuses personnes par le passé. Préférant se méfier, Raizen ne chargea pas directement. Au contraire, il effectua une série de Mudras prompt afin de faire apparaître une série de 3 clones similaires à sa personne. Les ordonnant ainsi mentalement d’effectuer ce qu’il aurait fait, tous se dirigèrent vers Sazuka avec l’intention de venir poser chacun un sceau d’immobilisation. Au même moment, le vrai Raizen ne se cachait pas. Au contraire, il était légèrement en retrait tandis qu’il préparait la suite des choses.

Si on veut, ce combat était un exemple de situation dans laquelle il fallait piéger l’autre ou se faire piéger. Ainsi, il n’allait pas se faire avoir aussi facilement sachant précisément qu’il ne savait pas exactement à quoi s’attendre. Or, il était prêt à parer n’importe quel projectile et à riposter une fois le moment opportun. Il ne lui restait ainsi qu’à voir de quelle manière elle comptait se comporter face à une telle attaque.

-Pas mal, mais pas assez rapide.



Résumé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Jeu 24 Mai 2018 - 1:21



Raizen employait exactement la même tactique que Yuko : une esquive et des clones. Comme lorsque j’avais affronté l’utilisatrice de Mokuton, je pus facilement distinguer l’original des copies, j’allais donc moi aussi agir de la même façon. Me préoccuper des clones n’était clairement pas la priorité, ce qui comptait ; c’était d’atteindre leur créateur. Je me souvenais que ceux de la jeune avaient disparu lorsqu’elle rendit son dernier souffle… Maàs là, dans cette situation, c’était un peu différent.

Je ne cherchais pas à arrêter un nouveau déserteur pour l’empêcher de mettre le village en péril, ou même de s’en prendre à la population civile la plus proche. Cela dit… Les ninjas étaient tous plein de « ressource » et de coups tordus, aussi. Alors, peut être que le Meikyu finalement…. Se trouvait parmi ses clones et… Haaa… ces clones m’embrouillent. Pensais-je. C’était vraiment comme avec la Mori…

-Pas assez rapide ? Lui avais-je lancé alors que ses clones m’arrivaient assez rapidement dessus.

Attendant le bon moment, juste avant que l’un d’entre eux ne m’attaque, je fis influer une partie de mon énergie dans mes muscles jambiers et effectuai un déplacement rapidement à une poignée de mètres pour aussi relâcher une nouvelle vague de chakra dans ces mêmes muscles qui me permit de me propulser une nouvelle fois vers l’expert en sceau. Cette fois-ci, j’allais tenter une autre approche… Enfin, non, pas vraiment… Ce coup-ci était bien différent du premier, loin d’être une simple gifle, et l’aura verte qui prenait forme autour de cette même main pouvait en attester.

Bon… Ma stratégie n’était pas des plus originales, et je me doutais que le Meikyu allait rapidement comprendre quel « style » j’adoptais. Un Style découlant de nombreuses années passées au milieu de personnes ne se battant qu’au corps à corps, un monde dans lequel je n’avais la plupart du temps fait que me défendre et où je n’avais de victimes que dans l’intérêt de la science. Kumo était donc le premier « endroit » pour lequel je m’étais vraiment « battue ».

Résumé:
 




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 2 Juin 2018 - 22:34


Ratant son attaque de clone grâce à une esquive effectuée avec pertinence, le jeune Meikyû s’attendait à une contre-attaque certaine. Après tout, il savait très bien qu’elle ne pouvait rester les bras croisés après son attaque, chose qu’elle effectua sans aucune hésitation. Une fois hors de portée des clones, celle-ci fonça vers lui, paume première. Il ne savait pas vraiment à quoi s’attendre et bien qu’il pouvait essayer de parer son attaque, l’élan qu’elle avait pris était suffisamment pertinent pour qu’il soit réticent à bloquer cette attaque sans son sceau. Après tout, celle-ci n’avait aucunement manifesté ses compétences jusqu’à présent, ainsi, il se devait d’être prudent, sachant pertinemment que la médecine pouvait être dangereuse au corps à corps. Il ne l’avait jamais expérimenté, mais ce qui pouvait être guéri pouvait aussi être détruit de la même main.

Ainsi, Raizen se contenta d’opter pour la sécurité et esquiva de nouveau l’attaque. Or, cette fois-ci, l’esquive s’était faite à une vitesse complètement différente de la dernière fois. Ayant ainsi infusé une plus grande quantité de chakra dans ses membres, il venait d’exploser sur le côté pour parer cette attaque. Si on veut, il aurait pu faire une esquive moins explosive, mais le tout ne lui aurait pas donné suffisamment de temps ni de distance pour planifier son prochain assaut.

En effet, si ses clones n’avaient pas encore été détruits, ceux-ci fonçaient promptement vers Sazuka en ayant l’intention d’y apposer un nouveau sceau électrique.

Au même moment, Raizen venait de sortir quelques shurikens qu’il électrifia et lança en direction de celle-ci. Or, le tout n’était pas totalement précis, chose qui pourrait paraître anodine. Or, ce qu’elle ne savait pas était l’élément suivant. Si les clones arrivaient à poser le bon sceau fuinjutsu, celle-ci verrait les shurikens électrisés se faire attirer par le sceau électrique qu’il activerait. Ainsi, cette stratégie était relativement dangereuse de par sa caractéristique d’être dépendante d’un sceau. Toutefois, il voulait essayer quelque chose de nouveau, surtout qu’il avait développé les deux techniques pour fonctionner en pair.

Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 3 Juin 2018 - 18:11



Cet entrainement me permettrait de constater, de nouveau, que les ninjas pouvaient être de sacrées anguilles, ils préféraient esquiver, fuir, que subir à l’instar des Samouraïs. Ce n’était pas étonnant non plus, qui préférait souffrir, se risquer à prendre à coup dont il ne connaissait aucuns des effets ? Je comprenais donc que Raizen tente d’éviter mes coups par tous les moyens. C’était surement ce qu’on leur apprenait à l’école, ou dans leurs familles de ninjas. Mais moi, je n’étais l’archétype du ninja, je n’avais reçu d’éducation, pas de conseils, pas de tactique d’évitement –même si éviter et parer les coups étaient deux de mes choix opérationnels favoris-, non, j’avais appris seule face à des guerriers en armure et d’autres dangers au moins aussi redoutables.

Ainsi je ne fus pas surprise de le voir s’éclipser en moins de temps qui ne fallait pour le dire, ou le penser même et, de surcroit, enchainer avec une nouvelle attaque. L’observant de là où j’étais, j’aurais pu renouvelle l’expérience et lui foncer dessus, mais il aurait encore esquivé… alors, à quoi bon ? Je n’allais quand même pas devoir utiliser mes « drogues » pour le toucher, non plu ? Non, celles-ci, je les gardais pour les vraies menaces –pas que Raizen n’en était pas digne, loin de là, mais… Je ne voulais pas le tuer…- Alors, je m’étais immobilisée et retournée pour faire face aux clones qui me poursuivaient toujours. Attendant qu’ils m’atteignent. Sans connaître toutes les capacités du Meikyu, je me doutais qu’il y avait là-dessous des tentatives de marquage.

Quand ils furent à mon niveau, prêt à me frapper, je me battus avec eux, simplement. Leur infligeant à chacun des coups pour les faire disparaître. Dans l’échange, j’avais été touchée par deux d’entre eux qui parvinrent à apposer sur moi deux sceaux. L’un en pleine poitrine, l’autre sur la jambe gauche. J’aurais pu les esquiver une nouvelle fois, ou les balayer d’un seul jutsu, mais non… J’étais curieuse, je voulais savoir ce qu’ils pouvaient faire. Et ce fut à cet instant, alors que je me retournai, que plusieurs shuriken vinrent se planter profondément dans mon buste en relâchant une légère décharge électrique mais suffisante pour, à cet endroit, dérégler le fonctionnement de mon cœur qui sembla s’emballer. J’avais été surprise.

Ne m’étant préoccupée que des clones, je n’avais pas prêté attention à ses étoiles ninjas… Je posai alors un genou à terre, décrochant les morceaux de métal ensanglanté et effectuais quelques signes avant de poser ma main là où se trouvaient les plaies. Puis je me relevais après quelques secondes…

-Tu n’as rien d’autre, Raizen ? J'ai vu pire à Tetsu ! Lui lançais-je avec un grand sourire. J’avais appris à contenir mes émotions et mes sentiments pendant presque vingt-six ans, alors la douleur, quelle qu’elle fut… Même si je la ressentais parfaitement ; je n’allais pas l’exprimer.

J’étais impatiente qu’il active ce sceau apposé sur ma jambe… Je voulais savoir ce qu’il pouvait me faire, avec.
Ça, c’était mon vrai style de combat.

Résumé:
 



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Mar 3 Juil 2018 - 1:03


Observant la scène relativement importante sur la continuité des choses, il vit ses couteaux étoilés venir empaler Sazuka. Or, alors qu’il pensait que ce serait assez pour la calmer et la mettre hors d’état de nuire, celui-ci fut contraint de constater le contraire. En effet, celle-ci semblait en redemander davantage alors qu’une aura s’était échappée de sa main. Au final, elle était beaucoup plus dangereuse et endurante que prévu, chose qui n’était pas du tout en sa faveur sachant qu’il ne l’avait pas du tout laissée l’approcher depuis le début du combat. En réalité, cette situation était relativement insécurisante sachant pertinemment qu’il ne pouvait jauger la force de l’adversaire. Alors qu’en temps normal, il serait allé au combat au corps à corps, là où il était justement efficace, il préférait garder ses distances et prendre des précautions puisqu’il ne savait pas si Sazuka était apte au meilleur comme au pire. Après tout, parmi la lignée de sceaux Meikyûs disponible, celui du renouveau permettait de régénérer les cellules.

Or, il était dit que ce sceau pouvait être utilisé tant défensivement qu’offensivement. En effet, en infusant trop de force dans une régénération cellulaire, tout comme une batterie, il était possible d’en épuiser les cellules qui étaient constamment rechargées jusqu’à mener vers leur destruction. Ainsi, si la régénération était appréciée, la régénération excessive, elle était dangereuse. Ainsi, il se demandait si les capacités de Sazuka étaient similaires.

Malheureusement, il ne pouvait pas fuir continuellement. Au contraire, il se devait d’être le plus efficace possible en allant de l’avant. Sinon, il serait totalement en train de nier son style de combat qu’il avait mis tant de temps à développer.

-Tu sais, c’est comme les couples en réalité : Suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis.

Lui offrant un léger sourire, il fonça vers celle-ci en préparant sa prochaine opportunité. Avoir détruit ses clones était une bonne manière de s’en débarrasser. Toutefois, le choc électrique issu de la rupture n’était pas le plus agréable. De ce fait, il comptait capitaliser sur la situation actuelle pour mettre Sazuka en mauvaise posture (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots). Pour ce faire, il comptait passer à la vitesse supérieure. La dernière fois, elle lui avait clairement montré qu’elle pouvait guérir cette attaque. Ainsi, il se demandait comment elle s’en sortirait en pleine situation de combat.

De ce fait, sans attendre, il activa son second sceau, fait qui était assez rare et s’approcha de celle-ci avant de charger son bras de chakra et de lui envoyer un coup visant son biceps. Le but ? Mettre hors d’atteinte ses capacités à utiliser ses mains.

Le Meikyû espérait vraiment faire mouche sachant que ce serait le moyen idéal de la rendre démunie de l’utilisation de ses mains. Ainsi, elle comprendrait toute l’utilité du fuinjutsu et ce qu’elle pouvait en faire lorsque ses mains étaient scellées. Après tout, ce duel amical restait et demeurait une situation d’apprentissage pour lui et pour elle. Donc, tant qu’à y être, s’il faisait mouche, il comptait en profiter pour y déposer un sceau permettant d’accentuer la putréfaction du membre.


Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 4 Juil 2018 - 14:29


Comme les couples... pensais-je en l'écoutant. Genre de phrase que je comprenais pas vraiment... Pourquoi si des personnes étaient en couple, s'amusaient-elles à se suivre et se fuir mutuellement ? Je ne comprenais même pas que deux personnes puissent se suffirent à elles mêmes d'ailleurs... Les gens de ce pays étaient bien étrange...

Finalement il s’était décidé, le Meikyu, à passer à l’offensive par lui-même. Sans doute s’était-il dit qu’on était mieux servi que par soi-même ? Puis, comme il s’agissait d’un entrainement, c’était aussi une bonne occasion autant pour lui que moi d’observer ses faiblesses et ses forces. Si ses sceaux étaient son point fort, le mien résidait dans le Taïjutsu et le combat rapproché. Le corps à corps faisait-il aussi partie de ses atouts, en plus du reste ? Je ne savais pas vraiment. Tout ce que j’avais pu voir de lui en dehors de son fuinjutsu, était sa capacité à fuir. Je m’étais donc réjouie de le voir s’animer d’une volonté de « rapprochement » même si j’avais bien compris quelle dangerosité pouvaient représenter ses compétences particulières à la dégénérescence.

Du fait de mon combat avec ses clones électrifiés, je ressentais comme une sorte de tétanie dans la plupart de mes muscles, comme des contractures, quelques douleurs articulaires ; qui rendraient sans doute un déplacement ou une esquive bien plus brouillon qu’auparavant. Je risquais donc davantage de ne pas pouvoir l’esquiver, ou tout au moins que partiellement, et u=malheureusement un seul contact avec sa main lui suffirait à me toucher. Même si je pouvais m’en soigner plutôt facilement, je n’avais pas spécialement envie de voir et sentir ma peau, mes muscles ; se nécroser. D’autant que me régénérer et subir une attaque à la fois me semblait… assez irréaliste. J’étais donc restée sur place, jusqu’à ce qu’il m’atteigne. Ma longue expérience à Tetsu, contre une grande majorité de guerrier ne se battant qu’à bout portant allait m’être d’une utilité redoutable !

Lorsque je vis sa main gauche se lever, cherchant à initier un premier contact, j’eus un réflexe, un mouvement défensif que j’avais pour dernière fois utilisé un peu moins d’un an plus tôt. D’un revers du bras, j’avais écarté le sien et me mettais l’espace d’une fraction de seconde hors de portée de sa main et lui portai de mon autre main un coup de poing. Mon poing fermé, serré et chargé de chakra allait s’abattre directement dans son abdomen. C’était une habitude, presque intuitive comme réaction ; avec le temps et mes affrontements face à de nombreux Samouraïs, j’avais appris. Appris à arrêter et dévier les coups, qu’ils fussent de poing, de pied, de genoux… ou de sabre. Et comme à chaque fois, ma réponse avait été la même… Un enchainement auquel je n’avais plus besoin de réfléchir, qui se déclenchait quasiment de lui-même…

Résumé:
 





_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 5 Juil 2018 - 4:14


S’approchant violemment de Sazuka alors qu’il pensait être sur le point de faire mouche vu ses réflexes restreints, il fut surpris de voir sa tentative fendre l’air et être dévié à la dernière minute. Beaucoup trop calculée pour être un accident quelconque, Raizen comprit dans quelle difficulté il était lorsque le flot de la situation changea de sens. Comprenant aisément qu’il était en position désavantageuse, c’est un violent coup de poing qui vint le toucher à bout portant, ni plus ni moins. Si depuis le début du combat il avait évité tous les coups venant dans sa direction, celui-ci était d’une catégorie différente. Étant le seul à avoir fait mouche, il comprenait aisément que serrer ses abdominaux n’avait en rien aidé la situation.

Sur le coup, malgré son corps entrainé et sa résistance, il avait temporairement perdu le souffle, se contenant ainsi d’être projeté plus loin suite à l’impact. Pour avoir affronté de nombreux individus, il savait pertinemment que ce n’était pas un coup de poing lambda. Étant amplifié d’une quelconque manière, il percevait maintenant Sazuka sous un angle différent. Devenant soudainement une source de danger plus importante, il effectua quelques pas en arrière d’un geste rapide avant de calculer ses possibilités.

-Pas ...mal..

Malgré un sourire, il ressentait tout de même la douleur, fait qu’il tentait de masquer en faisant preuve d’une réponse prompte. Ainsi, au lieu de se replier ou d’attaquer de manière désespérée, il profita du recul pour guetter les réflexes de celle-ci et utilisa sa main gauche pour être en mesure de la pousser à esquiver. Toutefois, au lieu de poursuivre son geste et de lui donner l’occasion de lui renvoyer la même médecine, il utilisa cette crainte qu’elle avait de son sceau de putréfaction pour attirer son attention avant de s’abaisser et d’envoyer un coup visant directement sa côte. Or, contre toute attente, il avait activé son sceau de guerre en plein mouvement, tentant ainsi de déposer un coup beaucoup plus lourd qu’elle n’osait possiblement l’imaginer. C’était l’heure de la riposte.
Œil pour œil, dent pour dent.

Résumé:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Jeu 5 Juil 2018 - 18:18



Les quelques en arrière mon coup l’avait poussé à faire me laissèrent juste le temps de faire ce que je m’étais jusque lors refusée. Entre l’index et le majeur, j’avais rapidement extirpai d’une des poches de ma veste ninja une petite pilule bleu –pas celle qu’on croit- et l’ingérai. Un médicament, ou une drogue selon le point de vue que j’avais élaboré à l’aide de mon équipe scientifique justement pour ce genre de situation, de combat rapproché. Je connaissais déjà leur effet, j’avais pu les tester face à Yuko. Elles étaient un formidable atout mais étaient aussi à double tranchant. Je devais absolument en limiter la consommation au risque d’en subir quelques séquelles temporaires… Mais là, une seule, cela allait.

La distance qui nous séparait ne lui permettait pas d’attaquer à distance, en effet le temps qu’il « signe » je me serai déjà probablement retrouvée devant lui, prête à le frapper une nouvelle fois. Mais là… Je ne pouvais dire si c’était mieux, pour lui, de continuer de m’attaquer au corps à corps, peut-être aurait il mieux fait de s’éloigner davantage afin de reprendre à distance, configuration de combat qui pour le moment me posait le plus de problème. Ainsi, il m’attaqua de nouveau, voulant réitérer l’expérience, tenter sa chance une seconde fois. Evidemment je ne devais pas le laisser me toucher avec cette main « maudite ». J’étais prête. Avant qu’il ne me touche, j’allais une nouvelle fois le repousser.

Mais à ma grande surprise, que ce soit l’équilibre de son corps ou même son approche ; il changea sa trajectoire pour me prendre, en quelques sortes, à revers. J’étais… habituée à ce style de combat. J’avais affronté des hommes bien trop sûrs de leurs compétences par le passé pour me laisser atteindre, et cette pilule que je venais d’avaler sous yeux, même, de Meikyu… Une nouvelle fois j’écartais sa main d’un revers de la mienne, avec une vitesse entièrement due à des substances en partie naturelles, en partie synthétisée, certes, mais extrêmement efficace. Rendre ses mouvements et ses coups plus rapides était sans doute plus « intéressant » que de se reposer sur la force brut.

Une nouvelle fois, j’avais créé une ouverte que j’allais… plus ou moins exploiter. De mon autre main, une importante quantité de chakra verdoyant émanant de ma paume, j’aurais pu l’abattre directement dans son ventre, dans son thorax, sa gorge, sa mâchoire ou partout ailleurs mais évidemment, je ne le fis pas. Ô j’avais bien porté le coup ; mais il n’avait fait que flirter avec son visage, sans le toucher. Si nous avions été, à cet instant, ennemis ; il serait mort. Ni plus ni moins. Ce n’était pas de la vantardise ou de l’excès de confiance, mais bel et bien l’effet dévastateur de cet apparent simple coup de paume.

Dans son thorax, son cœur et tout ce qui l’entourait aurait était réduite en charpie sans laisser aucunes traces externes. Et, il en aurait été de même pour n’importe quelle partie de son corps. Ce fut sans doute cette technique qui m’avait permis de vaincre la Mori, lorsqu’elle eut essayé de déserter… J’avais donc arrêté ma contre-attaque ici et après une fraction de secondes après je baissé le bras, et d’un air un peu blasé j’adressai la parole à Raizen.

-T’es mort, Raizen. Je viens de te tuer. Soupirais-je longuement. Je m’arrête ici… A vrai dire, même si je trouvais ça très instructif, cela me lassait un peu dans le fond. M’entrainer, ou plutôt me battre contre un de mes « compatriotes » même sans viser à nous entretuer, m’embêtait un peu. Oui cela nous permettait de nous améliorer, mais j’avais l’impression de devoir me retenir pour ne pas… blesser. Je peux… te soigner si tu veux. Lui souris-je alors.



Résumé:
 

_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Ven 6 Juil 2018 - 1:23


Soupirant, après s’être fait piéger pour une seconde fois de suite, il se heurta à une défensive auquel il ne s’attendait pas. S’il était habitué à ce que ses opposants ne soient pas les plus habiles, celle-ci semblait avoir visiblement trouvé un moyen de pallier son manque de réactivité pour le prendre à son jeu, une seconde fois de suite. Le tout se termina ainsi sous une menace plus que concrète de son opposante, ni plus ni moins. Sur le coup, il ne put s’empêcher d’étirer un mince sourire, signe qu’il acceptait bel et bien d’abandonner. Par chance, Raizen n’était visiblement pas la personne la plus mauvaise perdante. Pourtant, il devait tout de même admettre que cette situation était assez gênante.

Rougissant légèrement sur le coup face à sa proposition de le guérir, il se laissa faire et décida de tenter celle-ci.

-En temps normal, je dirais non, mais j’ai déjà perdu de toute manière non ?

Riant légèrement, il posa délicatement sa main sur l’épaule de celle-ci avant de l’observer avec une légère admiration.

-Je ne m’attendais pas à ce que tu sois aussi habile pour te protéger des attaques au corps à corps.

Avoir su, il aurait terminé le combat en y allant d’une technique à distance. Pourtant, il préférait étrangement les garder pour des moments beaucoup plus importants. Autrement, il n’aurait jamais su qu’un simple coup de paume pouvait suffire à le mettre hors d’état de nuire. Ainsi, en cas d’affrontement futur, il allait constamment prendre en considération qu’il ne pouvait se laisser frapper par celle-ci.

-Tout comme je ne m’attendais pas à ce que tu sois une femme aussi fatale.

Quoique ça, il s’y attendait beaucoup plus, fait qu’il lui faisait aisément comprendre à travers son sourire jusqu’au cou. Il aimait vraiment faire des jeux de mots, c’était dans sa nature.

-J’y pense, mais au final, si on se bat tous les deux en équipe au corps à corps, nous risquons d’être vraiment dangereux...

Enlevant légèrement son haut, il regarda la zone qu’elle avait touchée pour s’apercevoir que celle-ci était accentuée d’une rougeur assez intense pour témoigner du fait qu’il risquait d’avoir mal pendant plusieurs jours sans traitement adéquat.

-Mais je comprends mieux quand tu m’as dit que tu as vu pire à Tetsu. Je suppose que cet entrainement n’était peut-être pas aussi réaliste que tes expériences passées.

L’art de la déviation naissait surtout d’une capacité hors norme à pouvoir se défendre contre la mort. C’est d’ailleurs l’art qu’elle maîtrisait le plus, signe qu’elle s’était entrainé à intercepter un bras brandissant une lame qui pouvait mettre un terme à la vie de quiconque à la vitesse de l’éclair.

-Mais bon, c'était quoi cette pilule au final ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 6 Juil 2018 - 12:51




Même si ce n’était qu’un entrainement, je pu au final constater que le Meikyu était « bon joueur », il avait compris qu’en situation réelle, s’il avait adopté la même approche ; seul son orgueil n’aurait pas été blessé. J’esquissai un léger sourire en l’écoutant puis sa remarque suivant me blasa un peu, peut-être qu’encore une fois j’avais mal compris, ou mal interprété ce qu’on venait de me dire, mais… Ses mots me firent penser aux remarques que j’avais souvent entendues. Je supposai assez facilement que tous leurs à priori étaient dus à la fonction que j’occupais au sein de village : celle de médecin.

La plupart des ninjas que j’avais rencontrée, pour ne pas dire la plus grande majorité, considéraient les « Eisei-nin » comme des atouts, des supports permettant de renverser le cours d’une bataille ; mais aussi comme des personnes à protéger à tout prix et par extrapolation, des personnes qui ne pouvaient pas se défendre elles-mêmes. Oh oui, je ne doutais que certains de mes homologues de la santé, par de-là le monde, correspondaient parfaitement à cet archétype du « faible médecin » bon qu’à soigner… Mais moi, comme bon nombre d’autres ninjas ; je n’étais pas vraiment… comme ça.

-Oui, théoriquement, tu as perdu. Souris-je. Techniquement… Je ne sais pas. Haussais-je les épaules. Je veux dire, en situations réelle tu n’aurais peut-être pas agi de cette façon… Là tu savais clairement que, quoi qu’il arrive, je ne t’aurais pas tué. Continuais-je avec un sourire en demie teinte. C’était même sûr, la différence d’enjeu, de se savoir en sécurité malgré tout ; lui avait donné ce courage… J’espère que cela te servira pour de futurs combats. Puis, si tu tombes contre un adversaire plus fort… ou que tu ne disposes pas des atouts nécéssaires pour le vaincre… Fuir, ou se replier, n’est pas… une honte.

Moi-même il m’était arrivé de me « replier » lorsque je tombais non pas sur un adversaire plus fort, mais sur plusieurs. Effectivement devoir se battre contre trois ou quatre Samouraïs pour lesquels la défaite n’est pas possible et continuaient de se battre même lorsque leur victoire n’était si évidente était excessivement périlleux, même pour moi. Enfin, lorsqu’il souleva son t-shirt dévoilant la marque qu’avait laissé mon coup sur son abdomen, je réalisai d’une main quelques signes puis plaquai ma main et son aura verte dessus. Heureusement que Raizen avait une bonne constitution, sa musculature avait probablement atténué le choc…

Tout en le soignant, je repris.

-Les gens… enfin, les autres ninjas… pensent que les eisei-nin sont des personnes… fragiles. Qu’on doit protéger, garder en vie… mais en fait, peu d’entre eux savent ce que je peux faire… Comme ils ne savent pas que j’ai éliminé un déserteur récemment… Soupirais-je. Si on peut sauver des vies avec nos talents, on peut tout autant en ôter. Dis-je avec beaucoup de sérieux en maintenant ma main sur son ventre. Et pour ma part, j’avais davantage utilisé mon savoir pour tuer que pour réellement soigner d’autres personnes. Enfin… C’est sûr que Tetsu y est pour beaucoup dans mon cas. Soupirais-je à nouveau. Toujours en maintenant le jutsu médical j’extirpais de ma poche trois pilules. Une bleu, une rouge, et une verte que je tenais séparément entre chacun de mes doigts. Ce sont des pilules « militaires »… des stimulants… ou des drogues… tout dépend du point de vue. Je les ai conçus il y a quelques semaines. En gros, la bleue augmente les réflexes, la rouge amplifie la force, et la verte améliore la résistance. Entre dans les détails aurait été trop fastidieux, trop long…



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 8 Juil 2018 - 17:25


Comme à son habitude, Raizen était excessivement attentif aux moindres paroles ou comportement de l’eisei-nin. Cette femme avait le don d’être continuellement intéressante, un fait qu’il appréciait particulièrement et qui rendait leur interaction pleine de sens.

Tandis qu’elle venait de plaquer sa main contre sa peau nue, celle-ci se confia à lui, fait qu’il apprécia grandement. Après tout, ce n’était pas tous les jours que quelqu’un admettait avoir mis hors d’état de nuire quelqu’un en mettant fin à ses jours. Rien qu’en le mentionnant, il pouvait aisément comprendre qu’elle voulait en parler, surtout que peu importe le nombre de fois que quelqu’un mourrait à cause d’un individu, ce même individu était généralement le premier à en subir de grosses séquelles et conséquences. Le fardeau d’avoir tué ne diminuait jamais réellement. Si certains s’habituaient à force que ça arrive souvent, au début, c’était toujours un phénomène plus ou moins choquant. Le fait d’enlever la vie à quelqu’un pouvait aisément prendre la forme de remords assez intense.

-Ne t’en fait pas pour moi, tu devrais surtout prendre du temps à toi-même même si je n’ai pas l’impression que c’est la première fois.

Amenant ses deux mains, il appuya une légère pression sur la main que Sazuka posait sur son corps, se permettant ainsi d’enlacer ses mains dans les siennes. Ne la quittant pas du regard, il poursuivit.

-Heureusement, je n’ai aucunement peur de la défaite, donc ce combat aura été plus instructif que prévu surtout que j’ai essayé une approche différente.

Lui souriant comme à son habitude, il s’attaqua maintenant à la partie la plus délicate.

-C’est aussi pour cela qu’il vaut mieux déconstruire pour mieux reconstruire et surprendre. Les gens qui pensent que les Eisei-nin ne se limitent qu’à guérir les gens n’arrivent simplement pas à sortir de leur cadre, voilà tout. Ce sera à leur risque et péril d’ailleurs.

Ce qu’elle disait était totalement vrai. Avoir un parfait contrôle de la manière dont le corps agissait ou vivait était un don assez puissant lorsqu’il était mis entre les mauvaises mains.

-Le sceau du renouveau est un sceau Meikyû permettant la guérison et je me suis toujours dit qu’en l’utilisant à son plein potentiel, il pourrait non seulement guérir, mais aussi faire exploser les cellules en y concentrant une quantité trop importante d’énergie. Il y a une limite à la capacité à laquelle les cellules peuvent se régénérer.

Eh oui, Raizen avait parfois des pensées étranges, mais bon. L’entrainement était dorénavant terminé

-Dans tous les cas, c’était un bon entrainement. À moins que tu planifies t’entrainer, je vais pour ma part porter mon attention sur ma capacité à canaliser mes compétences élémentaires.

Il parlait là de la possibilité d’utiliser sa branche naturelle. Récemment, il avait compris qu’il avait possiblement une affinité qu’il n’exploitait pas, celle du contrôle du vent. Ainsi, Raizen voulait découvrir de quelle manière il pouvait utiliser cette affinité à son profit, mais pour se faire, il avait besoin de temps pour apprendre à mieux manifester cette affinité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 10 Juil 2018 - 14:54



Ah bah voilà, on veut essayer de se montrer gentille et on vous répond occupes toi plutôt de toi. Cela m’apprendra à tenter de m’intéresser un peu aux autres pour changer de l’habitude… Je n’avais fait que hocher de la tête avec une mimique d’affirmation voulant dire « si tu le dis ». C’était assez étrange, tous les ninjas que j’avais pu rencontrer n’avaient pas peur de la défaite, lui y comprit. Pourtant il me semblait que la peur étai un moteur essentiel à la résolution de ce genre de situation.

Elle nous préservait du danger et dans nos cas, de la mort. Personnellement je n’avais pas peur de la mort puisque je m’estimais « increvable » mais en revanche j’avais peur de la défaite, contrairement à lui. Même si me tuer pouvait être la chose la plus compliquée à faire pour un adversaire, en revanche, qu’on réussisse à me contraindre, à m’emprisonner… Oui, je redoutais clairement.

-Si tu n’as pas peur de la défaite… alors tu n’as peur de la mort… Tu n’as donc… peur de rien ? C’est… fascinant. Dis-je un peu blasée de la déduction que je venais d’établir. Je me demandais s’il avait déjà été réellement face à une situation impliquant, à terme, son décès. Peut-être que oui, peut-être que non et avoir vécu cette expérience n’était pas suffisante à permettre d’autres déductions, ou jugements. C’était un peu comme ceux sous estimant les « médecins ninjas », ils ne pouvaient pas, en fait, émettre de jugement sans d’abord en avoir affronté un… Mais ça… Sans dire qu’il enfonçait une porte déjà ouverte, je ne pouvais que le reconnaître le bon sens dont faisait preuve le Meikyu quant à nous autres Eisei-nin. Le sceau du renouveau… *Quel nom pompeux* me dis-je. Je ne sais pas, je connais pas. Dis-je en défaisant finalement ma main de la sienne, et interrompant mes soins.

-Lorsque j’utilise mes chakras, je sais exactement ce que je fais. Je n’ai pas besoin de provoquer une « overdose » pour « détruire » des « cellules ». Répondis-je en soupirant légèrement. Effectivement je ne connaissais pas le fonctionnement des sceaux « spéciaux » qu’utilisait Raizen, ceux propres à son clan, et ne pouvais donc émettre aucun avis sur leur effet, ni sur les suppositions, ou hypothèse qu’il me présentait. J’étais experte de l’Iroujutsu et le reste… Ce n’était que de l’à côté. Non, je n’ai pas prévu d’entrainement supplémentaire. Je vais aller faire un tour… à la bibliothèque, retourner au complexe et rentrer chez moi. Haussais-je les épaules. Ramassant mes affaires et me redressant je repris : Je te souhaite donc un bon… entrainement. On se reverra plus tard. Finis-je en me retournant avant de m’éloigner.



_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Un genre de simulation [M. Raizen]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: