Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Un indien dans la ville [Mikazuki]


Mer 30 Mai 2018 - 12:12

ft. Nagamasa Mikazuki

Goten vagabonde des les rues d'Iwa et finit par se perdre comme un imbécile.

Un indien dans la ville



Bordel de merde... Je ne sais vraiment pas comment j'ai pu me foutre dans un tel merdier sans m'en rendre compte. Alors que je ne suis pas totalement remis de mes blessures du combat contre Fuji Asura, je me retrouve ici en plein milieu du territoire ennemi. S’il y avait un endroit où un Kirijin n'avait pas sa place c'était bel et bien le village d'Iwa. Peuplé de ninja que nous avons affrontés par le passé et que rêvent sûrement de nous faire la peau. Il ne fallait vraiment pas que les gens sachent que j'étais un ninja de la Brume, sinon je ne donnais pas cher de ma peau. Cependant c'était une expérience assez drôle que de se retrouver invité dans le quartier général de forces ennemies, cela me faisait bizarre de voir que ce village était comme celui de Kiri en fait. Animé comme tout village normal le ferait, ils ne semblaient pas se préparer à une guerre et tant mieux en vérité. Une fois passé la grande arche de pierre je me sentais quand même bizarre comme si j'étais une souris dans la tanière d'un chat, je n'étais pas vraiment à l'aise ici et c'était normal. Qui pourrait être à l'aise quand tu sais que tous les gens autour de toi veulent te tuer mais ne le savent pas encore ? Il y a de quoi devenir paranoïaque en vérité.

Comme Takumi et les autres avaient quelques choses à faire je m’étais retrouvé seul comme un con à l’entrée du village, c’était une bonne occasion pour faire un tour du village et prendre mes marques non ? Du coup je me baladais comme un con l’air de rien dans les rues du village, l’ambiance était quand même très différente du village de la Brume, ici je me sentais un peu comme oppressé par toutes les montagnes qui entourait la ville. Les bâtisses étaient plus massif ici que dans mon village on se croirait presque à Yugure, le sol était travaillé dans la roche, en fait tout était travaillé dans la roche ici… C’était normal vu que c’était le village de la roche, enfin bon nous n’avons pas fait notre village avec de la Brume nous, ils n’étaient pas obligé de prendre le nom du village au pied de la lettre. Visiter ce village était l’occasion pour moi d’apprendre un peu plus de leur culture, je m’étais donc rendu en direction de la grande place afin de voir ce qu’il y avait sur les marchés. Sauf que je m’étais perdu dans les quartiers résidentiels, je n’arrivais pas à retrouver ma route et je m’imaginais déjà mourir de froid ici comme un mendiant. C’était un piège en fait ! Ils m’ont attirés ici pour me tuer sans avoir à se salir les mains ! Quelle bande de vils gredins ! Ça ne se passera pas comme ça, soufflant un bon coup je pris une direction au hasard afin de retrouver mon chemin et pourquoi ne pas croiser quelqu’un de connu.

Je savais que c’était une idée de merde de venir ici…
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Lun 4 Juin 2018 - 20:51
Un indien dans la ville
Depuis mon arrivée ici, dans le village de la roche, je ne me suis jamais réellement retrouvée seule. Entre mon frère Yoshitsune ou même la simple présence de Muramasa qui me courtise… Je ne me suis jamais sentie seule. Même en partant en mission, à chaque fois, je me retrouvais avec le Borukan, que cela soit volontaire ou non. Après tout, nous n’avions aucunement décidé d’être dans la même équipe. Les autorités s’étant jouer finaude sur ce coup. Nous poussant ainsi encore plus à nous rapprocher. Mais à cet instant, alors qu’il est missionné au pays du feu. Un pays ravagé et empli de conflit. Plus encore depuis les derniers événements. Etait-ce bien judicieux d’y aller ? D’accepter cette mission ?

Et s’il ne revenait pas ?

Une crainte, comme un doute qui plâne. Non pas que je doute de ses capacités, mais après l’histoire qu’il y a eu, il y a un peu plus d’un an avec le titan… Comment dire que j’ai le droit d’avoir quelque doute quand même non ? Sachant qu’il y a bien moins de Ninja qu’à l’époque là bas et pas les trois héros, l’un deux étant d’ailleurs mort…

Soupirant alors que je séjourne dans sa demeure secondaire alors que je devrais plutôt être au domaine Nagamasa. Mais mes frangins étant également partit en mission à Hi… Comment dire que je me retrouve réellement seule et cela m’ennuie. Bien qu’en même temps cela me permet d’enfin faire le point au calme sur ses dernières semaines. Longues et assez pénible. Trop de sentiments, de rencontre et surtout d’éloignement de la voie du Bushido. Ainsi prendre le temps de me poser les bonnes questions est une chose que je dois réellement faire pour profiter de l’absence de ses trois hommes marquant un peu trop ma vie.

Quittant ainsi la demeure secondaire du médecin, je m’en vais pour rejoindre le domaine de mon clan pour regagner la chambre que j’occupe dans la maison de mon aîné, Yoshitsune. Néanmoins, c’est assez rapidement que je repère une silhouette ne m’étant pas inconnue. “Tiens, tiens tiens, un visiteur.” Soufflais-je doucement en m’approchant de lui, reconnaissant mieux les traits du Kirjin qui nous avait rejoint à Tetsu avec le plus grand de la fratrie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mar 5 Juin 2018 - 0:28
J’étais toujours perdu comme un imbécile, c’est fou comme les rues d’Iwa ressemblait toutes les unes aux autres, c’était ça de faire un village en plein milieu des montagnes. On ne peut se servir que des cailloux pour construire et ca finit obligatoirement par ressembler à la même chose : des cailloux. J’étais venu pour m’entrainer à l’art du sabre et non à l’art d’examiner les différents cailloux sérieux quoi… Shigure m’avait emmené avec lui et maintenant le mec m’avait planté parce qu’il avait des choses à faire, Yoshitsune lui devait aussi être occupé avec son frère à se battre comme des imbéciles. Je ne m’occuperais pas de leur querelles de famille ce ne sont pas mes affaires de toute manière. Mais le résultat était la moi, perdu, like a english man in new york. Les gens me regardaient vraiment comme si j’étais un alien, ma dégaine n’avait pourtant rien d'étranger, si ? Ou c’était peut être parce qu’être un homme avec un chapeau n’était pas vu d’un très bon oeil ces temps ci… J’avais tout de même adopté une tenue plutôt neutre, même assez proche de ce qu’on pouvait faire chez les samouraï. En réalité je l’avais fait faire chez un tailleurs en m’inspirant des tenues de Tetsu, de Kiri et surtout celle de mon archipel natale. A chaque fois que j’y repensais, je ne pouvais m’empêcher de sentir le soleil réchauffer mon coeur. Est-ce cela la nostalgie ? Un sentiment plutôt désagréable parce que l’instant d’après j’avais une sensation de vide dans mon coeur, un vide qui ne pourra être seulement rempli lorsque je foulerais de nouveau le sable de ma terre natale. Cependant j’avais beaucoup à faire sur le Yuukan pour prétendre retourner chez les miens. Ici l’injustice était omniprésente, je commençais à peine à le voir et cela me troublait déjà l’esprit. Comment les grands de ce monde pouvait dormir tranquillement quand la plupart des gens avaient du mal à terminer le mois ? Voir toutes ses familles dans la pauvreté me faisait mal au coeur, le pays de Feu m’avait beaucoup plus marqué que les autres… Pendant que d’autres se font la guerre pour la domination, s'ils continuent comme cela ils deviendront rois d’un royaume sans sujets. Je crois que j’ai un rôle à jouer dans cette histoire, et c’est pour ca que si je reste paumé comme un con dans les rues je ne vais pas beaucoup avancer.

S'extrayant de mes pensées, une voix que je ne connaissais pas vraiment. Pourtant elle ne devrait pas m’être inconnue. C’était la soeur de Shigure et de Yoshitsune, elle s’appelait Mikazuki. C’était une très jolie fille, ses cheveux couleurs neige correspondaient parfaitement avec son teint. De ce que j’avais compris elle avait vécu des passages plutôt compliqués dû à des problèmes familiaux, encore… Je me disais qu’il n’était pas bien intéressant d’être un Nagamasa, je devrais peut être appeler Pascal Nagamasa le grand frère pour les aider ? Mmmh… non j’ai dis que ce n’était pas mes affaires. Je me retournais donc et saluait celle qui m’avait reconnu dans cette foule en levant mon chapeau et lui adressa un franc sourire.

“Euh salut Mikazuki ! Tu va bien ?”

J’attendais qu'elle se rapproche de moi pour continuer à marcher à ses côtés, je me sentais plus à l’aise avec une personne que je connaissais, plus ou moins. C’est vrai qu’en y repensant nous n’avions pas beaucoup parler ensemble, elle me semblait être un peu plus légère que ses deux frères.

“Tu ne va pas me croire, mais en fait j’était parti pour aller voir le dojo où j’allais m’entrainer pour le Bushido, mais je crois que je me suis perdu…”

Je la regardais l’un un peu gêné en me grattant le derrière de ma tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Jeu 14 Juin 2018 - 16:57
Un indien dans la ville
Je concède... Ayant fait ma connaissance vaguement au pays du fer, il est normal que vous m'appeliez par mon prénom. Il faut dire que sinon, trop de personne se serait retourner à l’appellation de Nagamasa-san. Mais maintenant que nous somme de retour à Iwa, ne pourriez vous pas suivre les coutumes de bienséance comme tout le monde ? Néanmoins, je peux comprendre que cela s'avère assez compliqué quand on a prit l'habitude d'appeler une personne d'une certaine façon. J'avoue avoir beaucoup de mal à appeler Borukan-san par son prénom alors qu'il me l'a demandé. A chaque fois que je le fais, il me faut y réfléchir quelque seconde avant pour ne pas risquer de le froisser en l'appelant encore une fois par son nom de famille. Bien que je doute qu'en réalité, il soit si facilement susceptible, mais je préfère ne point m'aventurer sur cette pente glissante si jamais il s'avère l'être.

"Je me portes bien et vous Ryoko-san ? Vous n'avez pas trop le mal du pays ? " Questionnais-je doucement en marchant maintenant en sa compagnie alors que vous semblez désireux de faire un bout de chemin avec moi. On aurait pu s'arrêter quelque minute pour parler et ne point changer nos itinéraires, mais je n'ai point mon mot à dire sur cela étant donné que déjà, vous avez fait volte face pour vous retourner et aller dans la même direction que moi. Vous m'expliquez d'ailleurs votre situation. "Pensez-vous réellement que le Bushido ne se travail que dans un dojo ? Il s'agit de la voie du sabre, mais pas uniquement au sens physique, il me semblait pourtant que vous l'aviez comprit en voyant les changements s’opérer sur votre maintien, me suis-je donc fourvoyé ?" Le regard posé sur vous en coin, je vous observe tout en évitant de bousculer l'un ou l'autre civil ne faisant guerre attention à notre passage. "Néanmoins, vous vous êtes dans tout les cas bien éloigné de l'endroit cherché. Je ne m'attendais pas réellement à croisé quelqu'un que je connais ici pour vous dire. Cet endroit étant plus reculé et moins fréquenter par les grands clans. Comment avez-vous fait pour vous perdre si loin ?" Je ne vous juge pas, je cherche réellement à comprendre comment vous en êtes arrivé là, car demander votre chemin aurait été une solution vous évitant des kilomètres en plus. Parce qu'il est clair qu'à cet instant précis nous sommes assez loin du domaine Nagamasa et de notre dojo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Mar 19 Juin 2018 - 15:42
Je venais enfin de retrouver une tête que je connaissais dans ce labyrinthe dénommé Iwagakure no Satô. Nagamasa Mikazuki, la soeur de Yoshitsune et de Shigure. Elle faisait donc elle aussi partie intégrante du clan des samouraï Nagamasa et utilisatrice du Iaido. Qu’est ce qu'elle pouvait bien être en train de faire aujourd’hui ? Je me pose bien trop de question inutile en fait, ce n’étais pas vraiment mes affaires. M'appelant par mon nom de famille, Mikazuki me demandait si je n’avais pas trop le mal du pays. Premièrement je détestait qu’on m’appelle par mon nom de famille, mais cela faisait parti des règles de bienséance dans le Yukaan. Dans l’archipel du soleil, tout le monde s’appelle par son prénom, je trouve que cela nous fait nous sentir beaucoup plus proche les uns des autres. Ici je me sens éloigné de tout le monde, comme si une vitre nous séparait lorsque nous parlions. Le mal du Pays ? Est-ce qu’elle parlais de Mizu no Kuni ou de l’archipel de Taiyo ? En y réfléchissant elle ne pouvait pas savoir que je ne venais pas du Yuukan. L’archipel du pays de l’eau était un endroit tout aussi agréable que ma terre natale, je m’étais fait des amis et j’avais même mon appartement là-bas.
Cependant ce n’était pas l’endroit qui me manquait, mais plus ceux que je connaissais, ils sont un peu comme ma seconde famille.

“Excusez moi Mika...Nagamasa...-san ? Le mal du pays ? C’est sur que j’étais plutôt bien à bronzer sur les plages, mais le devoir m’appelle.”


M’arrêtant en face d’elle tout en prenant soin de ne pas bousculer ou gêner le passage des gens, je l'écoutais me parler du Bushido, en faire l’éloge presque. Ma langue avait fourché et je parlais bien évidemment du Iaido plus que de la philosophie même du samouraï. Je n'appréciais pas vraiment le vocabulaire employé par Mikazuki, un peu trop maniéré à mon goût. Ou peut être est-ce moi qui suis beaucoup trop familier avec les gens qu’est ce que j’en sais ?

“Oui… évidemment je parlais du Iaido. Ne voyez aucun manque de respect de ma part pour la philosophie du samouraï.”

Ah bon !? Je m’étais vraiment éloigné du Dojo ? Merde alors… Est-ce que le domaine était très loin ? C’était la première question que j’allais lui poser. Comment je me suis perdu et retrouvé dans ses quartiers là ? C’est assez simple en fait :

“En fait tout le monde m’a lâché au porte du village comme si je pouvais trouver la route, alors que je ne connais pas du tout le village. Dites-moi, est-ce que vous êtes occupé ? Parce que si cela ne vous dérange pas vous pourriez m’accompagner ?”


J'attendais sagement qu'elle me répond avec mon air niais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger

Lun 25 Juin 2018 - 17:54
Un indien dans la ville
Je fronce un peu les sourcils en entendant les propos que vous me dites là. Bronzer ? Je vous dévisage alors malgré moi un instant. "Je pensais que vous veniez de Kiri. Il n'y a pas beaucoup de soleil là-bas de ce que j'ai pu entendre dire." Avais-je murmurée pour tenter de comprendre et surtout pour que personne ne puisse avoir le loisir d'entendre ce que je venais de vous dire. Je ne suis pas désireuse que cela s'ébruite surtout que j'avoue avoir quelque doute maintenant à cause de vos dires. Auriez-vous rencontrer mon frère ailleurs, en voyage alors qu'il venait de l'archipel de l'eau ? J'ai peut-être tiré des conclusions trop hâtive sur vous ?

Vous questionnant ensuite quand à votre vision du Bushido, j'attends votre réponse toute en vous invitant à me suivre pour ne pas rester aux milieux de la foule à discuter. Se mettre un peu sur le côté pourrait être pas mal, bien qu'en réalité, vous êtes désireux de regagner le dojo des Nagamasa, lieu qui se trouve proche de ma destination étant donné que je rentre chez mon frère, lieu où je vis depuis mon arrivée ici, à la Roche. "Je ne vous juges pas, chacun à une approche différent et c'est cela qui rend le Bushido assez subtile car chacun interprête à sa façon le code et peut sont ceux qui arrivent à le respecter du début à la fin. Il est assez complexe et j'avoue avoir moi-même du mal à le respecter en tout temps. Je dois vous avouer être en plein questionnement dessus à cet instant précis, ayant le fort sentiment de m'en être trop éloigné depuis mon arrivée ici." Un aveu que je ne devrais pas faire, mais reconnaître ses faiblesses et ses tords, n'est-il pas un moyen justement de me mettre à nouveau à respecter cette voie que j'ai choisie ?

Esquissant un petit mouvement de tête suite à votre demande multiple, je me rends assez vite compte qu'un simple hochement peut induire en erreur. "Je suis disponible en effet, alors je vais vous accompagner jusque là, ainsi vous ne vous perdrez plus. Ou alors, on se perdra à deux, car je suis assez récente dans le village également." Bien que je ne vois pas réellement pourquoi je me perdrais alors qu'il s'agit là d'un chemin que je fais assez souvent suite à ma relation avec le directeur de l'académie d'Iwa. Mais sait-on jamais qu'une rue serait bloquée pour une quelconque manifestation soudaine ou autre événement surprises comme il peut y en avoir dans chaque village pour animé un peu celui-ci.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2808-nagamasa-mikazuki#20668 http://www.ascentofshinobi.com/t2833-equipe-7-les-charognards http://www.ascentofshinobi.com/t2947-mikazuki-la-voie-du-bushido#21852

Un indien dans la ville [Mikazuki]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: