Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Pas de bras, pas de chocolat [PV : Etsuko-chan et Hyûga-sama]


Ven 1 Juin 2018 - 15:10
Un autre jour, une autre histoire ? Comme tous les jours la jeune femme à des obligations. La première et logique serait de s'occuper de ses enfants, mais... étrangement ils semblent nerveux quand une femme qui a le niveau émotionnel d'un scalpel les approche... Enfin soit, elle va tout de même leur déposer un baiser sur le front. Certains disent que le sceau d'apaisement n'est pas parfait, le fait qu'il ne soit pas définitif le rendrait vulnérable... La réalité, c'est que les gens aiment bien se rassurer et se dire que l'amour et les petits oiseaux peuvent vaincre ce qui les gêne. En réalité, la mère qui n'en a pas le cœur fait juste ce qui lui semble être normal pour les élever comme il le faut, cela ne veut pas dire qu'elle ressent quoi que ce soit en le faisant. Pauvres petits... Enfin, même et malgré son état actuel, quelque chose en elle la pousse inexplicablement à les protéger et à rester à ses côtés, ce qui pourrait impliquer qu'une erreur a été commise lors de l'application du sceau ?

Enfin soit ! C'est une autre histoire. La plus ou moins jeune médecin à des responsabilités, entre autres le relai du savoir et la formation de personnes apte et capable de procurer soin et réconfort en ces temps durs. Avant même l'incident et même après, Naari Etsuko est et reste une candidate idéale. En fait, même sans le sceau retenant ses émotions elle n'aurait jamais pris à partie sa future consœur, ce n'est en rien sa faute. En plus, la brimer pour des histoires de cœur aurait été contre-productif... D'ailleurs, petite étrangeté, la demoiselle est la seule et unique personne pour le moment qui a le droit à une appellation singulière : Etsuko-chan... Est-ce une autre marque de défaut ou à dessein par rapport à sa formation ? Bien malin serait celui ou celle qui pourrait le dire.

D'ailleurs, c'est un jour important non seulement pour la jeune fleuriste, mais aussi pour le patient du jour. Il serait peut-être temps de régénérer le bras du brave Hyûga et qui de mieux que sa douce fleur pour le faire ? En plus de constituer un examen fabuleusement complexe et intense pour celle-ci. Tout cela est parfait, néanmoins, cela nécessite donc des préparatifs d'envergure.

Cette année, la fleuraison des cerisiers est bien tardive dans le parc de la famille Shuuchuu, le fait qu'elle soit encore présente est peut-être un signe ? En tout cas c'est une occasion à saisir. Ainsi, au milieu des pétales roses, profitant du calme et de la sérénité, le vénérable Jinjakame, tortue ne portant rien de moins qu'une petite maison sur le dos. Celle-ci est singulière pour deux motifs, la première du fait qu'elle à une unique pièce qui contient tout le matériel médical nécessaire pour traiter confortablement un patient... Deux en serrant les lits et en ayant peu de place pour bouger autour d'eux. Le second étant que tant que la maison n'est pas abîmée, les personnes à l'intérieur ne ressentent aucun mouvement de la grande porteuse à écaille, par contre à la moindre brèche, il vaudra mieux tout attacher et prier vos dieux pour rester entier et que le ciel, ou le toit, ne vous tombent pas sur la tête.

Installez au milieu des cerisiers en fleurs et au calme, ça sera une bonne chose pour ménager la tension de celle qui va devoir exécuter des tâches répétitives, complexes et épuisantes mentalement et physiquement. Quoi de mieux qu'un cadre aussi beau pour épanouir le cœur et les capacités d'une fleuriste ?

Parfait ! Tout le nécessaire est prêt.

"Merci encore vénérable Jinjakame, c'est une étape importante de son apprentissage et le fait de prêter votre demeure pour celle-ci nous honorent."

L'imposante tortue, baisse la tête et souris à celle qui l'a invoquée. Même s'il regrette de la voir ainsi marquée, il est assez vieux pour comprendre ce qui est arrivé. Mais aussi assez sage pour savoir que cette situation ne sera pas éternelle, comme rien en ce monde.

Ah ! Justement, voici l'héroïne du jour, Chiryou lui fait signe d'approcher et en profite pour sortir une grande boite en bois laqué et la poser sur le lit. Celle-ci contient un set avec la base de ce que tout médecin devrait avoir comme matériel médical, il porte le nom de l'apprentie et est décoré d'une belle estampe représentant un champ de cerisier en fleur.

"J'espère que tu es prête Etsuko-chan, ta première intervention seule et sur une blessure importante."

Elle lui fait un sourire, il sonne un peu faux, mais ne manque étrangement pas de sincérité. Avant de sortir et lui tendre une autre boite contenant cette fois-ci un aliment plus ou moins sucré produit à partir de la fève de cacao. Le grand ami des médecins quand ils doivent tenir des heures avec du sucre dans le sang et à mettre du cœur à l'ouvrage.

"J'ai prévu de grandes collations et de quoi boire, c'est important de s'hydrater et se tenir concentrer pendant ce genre de cas."

Une évidence, mais tout de même c'est le rôle d'un sensei de rabâcher les évidences à leurs kōhai. La médecin met une main rassurante sur l'épaule de celle qui aujourd'hui va passer une épreuve importante dans son apprentissage, lui envoyant un sourire encore un peu étrange dans le fond.

"Hier tu été une apprentie, demain tu seras une consœur. Je n'ai aucun doute sur tes capacités. Quand tu seras prête, on fera venir ton patient."

Le temps qu'elle fasse le tour de la salle d'opération, qu'elle salut le vénérable Jinjakame, prenne ses marques et finalement fasse les préparatifs dont elle a besoin. Sans un certain sceau, une certaine femme trépignerait d'impatience de voir un de ses bourgeons devenir une belle fleur, enfin façon de dire elle en est déjà une... De la voir devenir une professionnelle accomplie c'est mieux, mais moins poétique... Bref ! Etsukochan va faire un pas de plus vers la médecine, joie !

Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Shuuchuu Chiryou le Jeu 5 Juil 2018 - 20:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Jeu 5 Juil 2018 - 16:45
Etsuko était un peu stressée. Non seulement elle allait revoir Takumi a qui elle n'avait pas réellement parlé depuis longtemps, mais elle allait également le soigner, l'avoir comme patient. Et contrairement à ce qu'on aurait pu penser, la tâche était loin d'être simple. Elle était jeune et inexpérimentée, et elle se retrouvait à devoir faire une opération de grande importance, à savoir l'aider à retrouver son bras. N'ayant jamais fait de telle chose, son expertise se limitant à de l'assistance et à un accouchement, elle était assez intimidée par la tâche monstrueuse qui se dressait devant elle. D'autant plus qu'il s'agissait de Takumi. Sur quelqu'un d'autre, elle aurait probablement réussi à se contrôler, mais la peur de l'échec la dévorait jusqu'au plus profond de son âme, l'effrayant comme nulle autre pareille.

Elle s'était réveillée très tôt, préparée lentement, réfléchissant à ses actions, essayant de trouver désespéremment une méthode pour retrouver un calme acceptable, une tenue mentale qui lui permettrait d'être en état d'opérer la régénération. Elle rouvrit le rouleau que lui avait donné Chiryou quelques jours plus tôt, relisant toutes les parties concernées par ce qui allait se passer un peu plus tard dans la journée. Elle les avait déjà lues cent fois depuis qu'elle savait qu'elle allait devoir s'occuper de cela, repensé aux détails dont lui avait parlé sa sensei. Elle savait comment faire, mais elle avait peur. Monstrueusement peur. Une peur bleue, dévorante, accaparante. Elle ne parvenait plus à s'en défaire. Et si elle échouait ? Est-ce que ce serait réitérable ? Ou est-ce que le bras du jeune homme serait perdu pour toujours ? Est-ce qu'il lui en voudrait ? Oui, c'est certain... S'il perdait définitivement son bras à cause d'elle, il lui en voudrait, c'était sûr... N'importe qui la haïrait si jamais elle échouait... Ce n'était pas possible... Elle ne pouvait pas échouer, elle n'avait pas le droit.

Mais en même temps... Elle ne connaissait pas grand chose d'autre que la théorie. Et cela l'affolait. Les questions revenaient. Et si elle échouait ? C'était horrible. Finissant par se plonger la tête dans une bassine d'eau pendant plusieurs longues secondes avant de se redresser, elle finit par retrouver un certain calme, une certaine maîtrise de ses moyens et de sa pensée. Voilà, c'était un peu mieux. Sans cela, c'était certain qu'elle raterait l'opération. Sans être maîtresse de ses moyens, elle ne pouvait pas réussir. Soupirant en s'essuyant le visage, elle prépara des anti-douleur à base de fleurs diverses qu'il prépara en un doux et sucré sirop, puis le mit dans une petite fiole de verre qu'elle emporta avec elle. Elle emmena aussi quelques compresses et les bonbons qu'ils avaient acheté ensemble il y a longtemps. L'avantage avec les produits de ce genre, c'est qu'ils se gardaient pendant des années. Et ne pas pouvoir les partager avec lui avait fait perdre toute envie de ces sucreries à la demoiselle aux yeux émeraude. Si tout se passait bien, elle les lui donnerait après l'opération. Voilà... Elle les lui donnerait à la fin, comme ça, tout ira bien...

Elle quitta finalement sa demeure, se dirigeant vers le domaine Shuuchuu, là où sa sensei lui avait dit de la rejoindre. De loin, elle reconnu Chiryou et sa tortue, allant alors à leur rencontre, un peu intimidée. Elle se triturait encore un peu les mains, écoutant sa sensei qui l'accueillait gentiment. Elle sentit cependant un léger frisson lui parcourir le dos lorsque cette dernière lui rappela qu'elle allait devoir agir seule, voilà qui n'était pas pour lui plaire. L'assurance de n'être pas seule était probablement ce qui l'avait aidé jusque là à tenir, mais maintenant qu'elle était confrontée à la solitude qu'elle allait devoir endurer... Hochant un peu la tête, elle se força à sourire.

« Bonjour sensei, oui, je pense que je suis prête... Mais... Vous ne restez pas loin, hein ?.. »

Elle hocha la tête à nouveau en écoutant les conseils de Chiryou, retenant toujours toutes les informations que cette dernière lui donnait. Se nourrir en sucre et s'hydrater pour mieux tenir, compris. Elle le lui avait déjà dit cent fois mais qu'importe, Etsuko se sentait rassurée en entendant ce genre de routine, c'était comme si elle connaissait déjà la situation qu'elle allait devoir affronter, et donc qu'elle saurait réagir au mieux. Elle alla ensuite saluer la vieille tortue qu'elle commençait un peu à connaître, se montrant toujours respectueuse de l'animal. Dans un sens, elle enviait un peu sa sensei à ce sujet, l'avantage d'avoir un animal proche d'elle semblant des plus appréciables aux yeux de la demoiselle aux fleurs. Elle y songerait prochainement certainement d'ailleurs.

Elle fit ensuite le tour de la salle opératoire proposée, un peu stressée, se rassurant en voyant qu'elle avait bien plus de matériel que nécessaire. Quoi qu'il arrive, elle avait du matériel adapté. Elle ne se ferait pas avoir là dessus. Elle sortit également de son sac ses propres préparations qui venaient compléter l'éventail préparé par Chiryou puis prit une grande respiration avant de se retourner vers sa sensei avec un sourire un peu timide.

« Bien... Je suis prête... Il arrive bientôt ?.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Sam 7 Juil 2018 - 23:09
Un rendez-vous donné, accepté. Pour la bonne cause - son bras. A t’il seulement envie de revoir ces deux femmes ? Difficile à dire. L’une a complètement changé du tout au tout après un coup de théâtre digne du grand Sheikusupia alors que Takumi venait la voir pour s’enquérir de son état mais surtout de celui de ses enfants. Quand à la seconde… il a conscience que la dernière fois qu’ils se sont vus a vu le plaisir d’un début de soirée agréable, quelque d’autre gâché par le quotidien du shinobi. Peut-être est-ce comme cela qu’il devrait appréhender la vie et ses problèmes : ne plus se poser de questions sur son avenir, se concentrer sur les combats à venir (d’où cette entrevue/operation) mais aussi sur son clan et possiblement le Yamagenzo. Bien qu’il ait démissionné, un ordre est ce qu’il est, on pourrait très bien le replacer là-bas sans lui demander son avis. C’est ça aussi faire partie intégrante du corps armé d’un village caché. Son avis dans tout cela ? Pas grand chose à dire, il se contentera de devenir une machine à tuer. Adviendra ce qui devra advenir.

Sa présence sur le territoire de la famille de Chiryou est sans aucune peine remarquée. Qu’il soit apprécié ou non de la famille de la kunoichi, celui lui importe peu et si qui que ce soit a un problème, ce dernier peut très rapidement se régler. Ce n’est pas comme si sa patience était clairement mise à rude épreuve (pas vraiment, c’est juste qu’il n’en a pas) ces derniers temps. Amené auprès de la blonde et la fleuriste, son ton se veut calme et il ne souhaite pas vraiment épiloguer. Le Hyûga se permet d’esquisser un sourire dans leur direction avant de les rejoindre sans forcément laisser entrevoir à qui il est destiné.

«Chiryou. Etsuko.»

Évidemment, la scène est des plus gênantes quand on connaît l’histoire du médecin mais aussi les sentiments de la petite brune. Seulement, lui, est du genre à s’évader, à ne pas prêter attention aux détails. Pour Takumi, la franchise s’avère être la meilleure des choses. Retarder l’échéance afin de mieux annoncer les choses ne lui a jamais rendu service et jouer de double discours commence terriblement à le lasser. La faute à qui ? Il a décapité la seule personne de ce village capable de s’amuser de la sorte, il n’y a rien d’étonnant dans le fait qu'il se retrouve dans cette situation. Une touche de mélancolie l’affecte, le monde shinobi est bien injuste et bien heureux sont les ignorants et les simples d’esprits. Si tout le monde était du genre à exprimer clairement ce qu’il veut et que personne ne s’était laissé obscurcir le cœur, le pupilles pâles présume que rien de tout cela n’aurait eut à arriver.

Cependant ressasser le passé n’a jamais eu du bon si ce n’est de pouvoir se servir de ses erreurs afin d’éviter de les reproduire ou d’en engendrer de bien pires - ce que le shinobi n’arrive pas réellement à faire, étant un aimant à problèmes. Takumi retire son bras en métal et le dépose là où il le peut avant de se présenter devant les deux jeunes femmes, soucieux de devoir bien choisir ses mots afin d’éviter toute scène tout droit sortie d’une romance de l’Académie Hashira.

«Je suis prêt, y a t-il quoi que ce soit que j’ai besoin de savoir avant que l’on débute ? Ne me parlez pas de douleurs ou de possibles séquelles, simplement ce que j’ai à faire afin d’optimiser les chances de réussite.»

Son habit flottant au vent dû au manque de matière dans la manche, il attend patiemment la réponse du duo.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Dim 8 Juil 2018 - 10:46
Etsuko semble nerveuse, c'est la meilleure chose qu'il puisse être pour une personne dans sa situation. Pourquoi ? Elle est consciente de ce qu'elle s'apprête à faire et il vaut mieux exprimer ses doutes avant que pendant le moment critique. C'est avec un petit sourire léger et doux, capable que par un effort de volonté par la médecin qu'elle met ses mains sur les épaules de la demoiselle et la regarde droit dans les yeux.

"S'il y avait le moindre doute possible sur tes compétences ou tes capacités à faire cette opération, tu ne serais pas la à ta place."

Ayant en flash un souvenir de son propre état lors de sa première opération sensible, elle lui caresse la joue d'un air tendre sans trop comprendre pourquoi. Elle ne s'en rend pas compte, mais elle singe très exactement la scène sauf que cette fois-ci elle est sa mère, mais ça c'est du détail.

"Que cela soit clair, je serais présente en tant que soutient moral pour ta première opération et à la rigueur comme assistante. TU es la médecin aujourd'hui."

Pendant ce temps là, c'est sans la moindre animosité que Takumi est entré sur le territoire. La famille Chiryou est assez terre à terre à cause ou grâce à son passé tourné vers la science médicale et regardant plus en avant qu'en arrière et même même les propres parents de celle-ci sont conscients que s'il a était un déclencheur, il n'est pas la cause du problème de leur chère enfant. Tout comme ils n'oublieront pas aussi facilement qu'il lui a sauvé la vie ainsi qu'a leurs deux petits-enfants durant ce même laps de temps et chez les Chiryou, la vie est importante à défaut d'être sacrée.

D'ailleurs, c'est d'un pas calme que Katô met une main amicale et paternelle sur l'épaule de l'homme qui va bientôt avoir de nouveau ses deux bras, puis le quitte sans une parole pour ne pas abuser de son temps et ne pas le perturber. Quand il arrive et salue calmement, la médecin fausse blonde sort d'un petit placard de la petite pièce sur le dos de la vénérable tortue une boite de biscuit fait main par Maeda. Elle lui tend et il y a un petit mot dessus sur un papier à dentelle et avec peint à la main un gros coeur bien rouge. S'il prend la peine de lire la carte, il y a écrit dans de belles lettres de bien moins bonne calligraphie par contre... "Toi, tu peux courir, mais tu ne peux pas te cacher ! ♥" Difficile de dire ce qu'elle a pensé et même si elle a pensé en écrivant ça. Il est même très probable qu'elle ait oublié un ou plusieurs mots perdus dans sa tête et pensant en avance au résultat de sa pitrerie avec un sourire espiègle digne d'une gamine.

S'il en goute un il verra que Maeda en plus d'être mauvaise calligraphie n'est pas la meilleure cuisinière au monde... Mais c'est bon, juste un peu raté surtout au niveau des cuissons. Dans le même temps, Chichi lui fera de manière très sérieuse la réflexion suivant tout en continuant les préparatifs en bonne infirmière.

"N'en prend pas trop d'un coup, mère serait bien capable d'avoir mis des stimulants sexuels dedans."

De manière tout à fait calme et imperturbable, comme si elle énoncé le diner de la veille. C'est tout à fait le style de sa génitrice de faire ce genre de coup pendable. Le forcer à rester un certain temps immobile face à deux jeunes femmes avec le troisième bras lever pointé vers le ciel comme un arbre robuste et solide... Pas parce qu'elle ne l'aime pas, mais au contraire, parce qu'elle l'apprécie et ne peut s'empêcher de jouer des vilains tours dignes d'une enfant à ceux qu'elle apprécie. On s'amuse comme on peut ?

Bref, le guerrier aux pupilles pâles demande s'il doit faire quelque chose de particulier. Chiryou lui fait un léger sourire puis vient lui déposer une bise amicale sur la joue en prenant un sceau contenant de l'anesthésiant. En tant que bonne assistante, elle va au moins aider un peu en préparant le patient. Donc, en l'attachant sur le lit.

"Rester silencieux et coopératif."

Le problème n'est pas la douleur, il n'y en aura pas. Non, le souci c'est les réflexes musculaires : avec l'expérience un Iryô-nin chevronné peut anticipé et adapté ses mouvements aux spasmes les plus courants, Chiryou estime que la pauvre Etsuko n'a pas besoin de ça. Il a donc le droit à un sceau limitant au maximum les incidents et il est maintenant prêt pour l'intervention.

"Le patient est tout à vous Naari-sensei."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Mer 11 Juil 2018 - 0:26
Etsuko hocha un peu la tête aux paroles rassurantes de Chiryou. Elle devait se concentrer pour réussir cette opération, c'était important pour elle mais aussi pour Takumi, et elle ne voulait pas le décevoir. Vraiment pas. Au final, le travail était simple. Il s'agissait simplement d'appliquer ses connaissances, de les mettre en oeuvre pour atteindre son but. Elle l'avait déjà fait des dizaines de fois, ce n'était pas exactement la même chose mais le principe était le même. Utiliser ce qu'elle savait pour atteindre son but, et elle avait toutes les cartes en main pour cela.

Sa question laissée en suspens trouve cependant vite une réponse puisque la mère de Chiryou -que Etsuko a déjà entrevu quelques fois- amène Takumi jusqu'à elles avant de repartir rapidement, le laissant avec les deux demoiselles. La jeune femme aux yeux émeraude se mord un peu la lèvre, gênée, ne sachant plus trop comment réagir face à lui. Au contraire, lui semble très calme, maître de ses émotions. Est-ce parce qu'il a confiance en elle ? Cette idée vient ajouter du poids sur les frêles épaules de la demoiselle au coeur fragile. Elle souhaite certes s'endurcir, devenir une véritable kunoichi qui n'a pas à rougir face aux exploits des plus grands, mais cette envie n'est pas suffisante, bien qu'elle soit nécessaire pour atteindre ce but. Takumi les salue donc dans un calme olympien tandis que Chiryou fouille un placard pour en sortir des biscuits, les tendant au patient tout en le mettant en garde contre les tendances de sa mère. La future Irou-nin fronce alors les sourcils, de peur de comprendre, puis secoue un peu la tête. Elle doit se concentrer.

« Bonjour Takumi, tout va bien se passer. »

La Naari l'avait dit bien plus pour elle-même que pour son patient, mais elle espérait, au fond d'elle-même, qu'il la croyait sur parole. Elle avait réussi à se contrôler, à montrer une certaine assurance dans sa voix. Elle laissa Chiryou le préparer, l'attachant au lit pour des problèmes qu'elle lui avait déjà expliqué, des réactions involontaires qui pouvaient poser problème quant au bon déroulement de l'opération. Etsuko hocha alors un peu la tête, la regardant faire, silencieuse. Elle ferma un peu les yeux, respirant profondément pour se mettre en condition. Concentration, précision, patience. Voilà ses armes, elle saurait en faire bon usage.

« Il n'y aura ni problème, ni séquelle. Pour la douleur par contre, il y en aura, je le crains. Mais nous allons tout faire pour la limiter au maximum. »

Etsuko laissa donc la Shuuchuu appliquer son sceau avant de lui donner ses propres préparations, à savoir une fiole de sirop sucré et des compresses pour la suite, pour qu'elle les administre à Takumi. Les deux techniques cumulées devraient ainsi pouvoir rendre la douleur négligeable par rapport à ce qu'elle aurait du être, quand bien même elle serait certainement encore puissante.

« La seule chose dont j'ai besoin, c'est que tu me fasses confiance. Pour le reste, Chiryou-sensei m'a apprit tout ce que je devais savoir et je ne compte pas la décevoir ni échouer à cette opération, alors tout se passera bien. »

Fermant les yeux une dernière fois pour prendre une grande respiration, Etsuko s'avança vers le bras amputé de son patient pour se mettre au travail, lui faisant un doux sourire pour essayer de se rassurer elle-même. Elle dégagea alors la zone à traiter de tout vêtement pour y voir plus clair puis se lança dans le travail.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Elle avait chaud. C'était difficile, long. Elle n'avait pas le droit à l'erreur. Elle sentait un courant d'air lui frôler les avant-bras. Ou était-ce sa peur de ne pas réussir ? Impossible à dire.

Elle avait froid. C'était long, difficile. Elle cligna des yeux. Une fois. Deux fois. Elle souffla un peu. Encore une fois.

Elle avait chaud. Elle transpirait. Elle s'arrêta quelques instants pour se passer un tissu sur le front. Enlever la sueur pour mieux y voir, que les gouttes ne perlent pas dans ses yeux. Ça ne doit pas la gêner.

Elle avait froid. Tout se passait bien jusqu'à maintenant, mais parfois, un frisson venait la parcourir. Attention ! Ouf, c'est bon.

Elle avait chaud. Elle soupira. Elle prit un verre d'eau et le petit aliment proposé par Chiryou. C'était agréable. Elle se sentait mieux, elle allait pouvoir continuer sans problèmes.

Elle avait froid. Depuis un long moment, elle s'acharnait à faire son travail avec précision, elle ne surveillait pas l'horloge. Elle était trop concentrée, ne voulant pas échouer. Elle avait peur.

Elle avait chaud. Encore un peu d'air. Elle soupira. Encore une fois. Elle progressait. Elle avait bientôt fini. Elle avait mal aux bras.

Elle avait froid. Elle cligna des yeux. Encore une fois. Une fois. Deux fois. Encore une fois. Elle soupira. Encore une fois. Elle sentit un frisson. De l'air ? Non. De la peur ? Non. Quoi alors ? Elle ne savait pas. Elle n'avait pas le temps de chercher.

Elle avait chaud. Ses jambes faiblissent, elle a envie de s'assoir. Mais elle sait que c'est presque fini. Enfin. Elle soupire. Encore une fois. Elle se redresse. Enfin. Elle regarde le résultat. Elle sourit. C'est fini.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

La jeune femme se redressa finalement après plusieurs heures de travail acharné. Elle avait été très concentrée, elle était épuisée. Elle ne savait plus trop quoi faire, restant devant un Takumi attaché, les bras ballants. Elle ferma à nouveau les yeux, prit une grande respiration, puis elle les rouvrit.

« Essaie de bouger les doigts. D'abord le pouce, lentement, puis les autres, progressivement, ensuite la main, puis le bras entier. Dis-moi si tu as bien toutes tes sensations, comment tu te sens aussi. Si tout va bien, on te détâche et tu pourras aller prendre l'air. Sinon, c'est que je dois retravailler quelque chose et dans ce cas tu dois me dire exactement ce qui ne va pas, être le plus précis possible. Mais... Je crois que j'ai pensé à tout et que je n'ai pas fait d'erreur... »

Elle posa sa main proche de celle de Takumi, lui donnant ainsi la possibilité de la toucher s'il le souhaitait, puis se tourna un peu en s'essuyant le front de sa main libre pour regarder la réaction de Chiryou.

« Alors Chiryou-sensei ? Ai-je réussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mer 11 Juil 2018 - 1:03

Katô, cet homme… Bien que tu ne cherches pas - et ne chercheras jamais - à comprendre comment quelqu’un peut rester en couple avec une femme qui se permet d’être très… très… voilà quoi, les gens comprennent. Très avenante avec les autres disons. On peut dire que sa fille tient vraiment d’elle pour le coup, une famille haute en couleur en somme donc. Les biscuits proposés sont acceptés par le Hyûga que tu es, cependant tu n’en ingères que deux sur la ribambelle qui lui est donné. Enfin, tu lis le mot écrit par la mère de la fausse blonde. Bon… Il est vrai - et c’est assez connu -, ta patience est très peu fournie, voire inexistante. Des efforts, tu vas en faire, c’est certain. La phrase de Chiryou te pique intérieurement mais tu n’en montres rien. Des stimulants sexuels ? C’est vraiment une famille de tarés, c’est certifié. Cependant, c’est bien à Etsuko que tu t’adresses - le sujet des biscuits n’étant pas des plus intéressants.

Je compte sur toi, Etsuko.

Sur ces mots, il dépose sa seule main sur la joue de la fleuriste en lui souriant. De toutes façons, même si elle foire complètement, cela ne pourra jamais être pire que son état actuel. C’est un peu ce que veut dire ce rictus affiché. Tu te laisses aller et finis attaché au lit. Tu n’as aucune confiance en toutes les personnes qui se trouvent autour de toi sauf la genin évidemment. Même si sa force de caractère semble encore être camouflée sous une tonne de complexes, pas mal de timidité et un manque fou d’expérience, tu sais qu’elle est intègre et saura faire en sorte de stopper toute intervention un peu trop fallacieuse au goût de la normalité. Du moins, tu l’espères. Si tel n’est pas le cas, tu ne donnes pas cher de la peau de ces deux jeunes femmes mais aussi de leur famille entière. La mort avant le déshonneur dit-on. Tu comptes parfaitement l’appliquer en cas de disgrâce infligée par ceux à qui tu confies cette opération aujourd’hui. Tournant simplement ton oeil vers la brune, tu t’exprimes brièvement avant de te détendre et de la laisser faire ce qu’elle a à faire.

Si je ne te faisais pas confiance, je ne serais pas ici avec toi.


***


La douleur fut négligeable en effet mais pas effacée. Cela t’a permis de rester éveillé mais aussi de contempler l’oeuvre de l’iroujutsu, même si il a été pratiqué par une novice en la matière. Quelque part, tu es fier de l’avancée dont fait preuve celle qui t’a pris en charge. Suite aux instructions de cette dernière, tu t’executes. Le début n’est pas simple mais tu sens bien qu’il y a quelque chose. Le temps que ton cerveau se réapproprie les terminaisons nerveuses de ton bras, tu vois bien la main étrangère se poser près de la tienne. Tu vois cela comme un objectif, quelque chose à accomplir. Et les dieux savent que quand tu as un truc en tête, rien à faire - têtu comme tu es -, tu ne lâcheras pas l’affaire et donneras tout jusqu’à l’avoir atteint. Au même instant où tu sens que ta main t’es parfaitement rendue - et ton bras par la même occasion - un mouvement de doigt de ta nouvelle main fait que tu appelles le vent (une énième fois) pour qu’il te détache. Dans le même temps, cette pression se déplace derrière Etsuko afin de la faire basculer vers toi. Tandis que ta nouvelle main est déposée sur la sienne, ton autre bras vient la tenir, l’enlacer.

Merci.

Tu n’as rien d’autre à lui dire et tu es peut-être quelqu’un d’ingrat. Une simple "enlaçade" et un mot pareil veulent tout dire et balayent bien toutes les hypocrisies dont peuvent faire preuve bon nombre de personnes. Dorénavant, tu es remis sur pied et les affrontements peuvent reprendre. Le sang coulera bientôt et tu as hâte.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 11 Juil 2018 - 1:34
L'affaire petits biscuits étant passé, sans drame d'ailleurs. Il est temps de passer au plus intéressant. En fait, c'est presque dommage, même pas une petite réflexion ? Quel rabat-joie sérieusement... Enfin, tout ça, ce serait ce qu'elle se dirait si elle était dans un état normal, pour le coup, avec ce qu'elle promène sur la figure elle se contente d'apprécier de pouvoir passer à la suite. Même si l'avantage de ne rien ressentir, c'est que votre patience est proprement infinie.

Elle les laisse se parler, s'exprimer et la tension que se créer dans les muscles de celle qui va opérer la force à intervenir. Alors qu'elle ferme les yeux, pour se concentrer, la médecin confirmer viens derrière elle et lui pose ses mains sur ses épaules. Avant de glisser à son oreille :

"Laisse cette image se dessiner dans ton esprit, après des heures de dur, mais juste labeur, Takumi à son bras. Une opération propre, classique, réussie comme attendu. Cette image n'est pas à être imaginé, c'est le futur assuré qui arrivera d'ici quelques petites heures, focalise-toi sur ton indéniable réussite et ce qu'il faut pour arriver à elle, pas sur l'improbable échec."

C'est un peu exagéré, orgueilleux même, mais c'est l'esprit que doit avoir un médecin. Avant que le chakra n'intervienne, on disait que le médecin était l'être le plus proche de dieu... Maintenant que celui-ci permet des miracles, c'est à la fois vrai et discutable à côté de montagne apparaissant de nul par, de foret sortant de terre en un instant ou de vague meurtrière au milieu d'un désert... Mais un médecin reste et doit rester une personne capable de connaitre ses qualités, ses connaissances et savoir reconnaitre qu'il peut les appliquer et quand.

Finalement, l'intervention se passe...

Tout va bien... À un détail près.

"Il n'y a aucune surprise, c'est le résultat attendu et contrairement à toi, je n'ai pas douté un seul instant de ce final. Mais puisque monsieur est joueur, je vais m'assurer qu'il n'a pas fait de bêtise."

La némésis du médecin, c'est le guerrier qui oublie un peu qu'il n'est pas invulnérable et joue un peu trop avec son corps, même s'il est parfaitement sage pendant l'opération, ce qui n'est pas toujours gagné, il y a ce qu'il a fait avant et au moment de sortir du bloc opératoire. Je viens le prendre le bras, caresse son bras, mais sans la moindre sensualité et avec du chakra au bout des mes doigts. Si elle n'était pas sous...

Ah...

À bah elle le fait quand même, elle lui met une grosse tape derrière la tête avec un air du genre "guignol" sur le visage.

"Tu te rends compte que tu as été à deux doigt de réduire une partie de son dur travail en miette ?"

Un peu de chakra, rien de grave ? Quand on ne respecte pas la convalescence, même quand celle-ci n'est que d'un petit instant, c'est jouer avec le feu. Elle lui tire le bras sans trop de délicatesse, mais s'assure qu'il ne fasse pas tomber Etsuko. Ce n'est PAS de sa faute à elle, Takumi est Takumi, les hommes sont des hommes... Elle corrige ce qui est nécessaire, remet en place ce qu'il a déplacé. Parfait.

"Assure-toi que ce sombre idiot ne malaxe pas de chakra pendant une bonne heure, voire deux. Idéalement je dirai un jour ou deux, mais ce serait trop demandé, j'imagine ?"

Puis, elle va elle-même la prendre dans ses bras, caressant d'un air maternel l'arrière de sa tête, étrangement, une certaine fierté se lit sur son visage après qu'une goute d'encre ait suinté et qu'un petit bruit de verre s'est fait entendre.

"Naari-sensei, tu as officiellement réussi ta première opération. Félicitation, maintenant assure-toi qu'il ne se fasse pas mal, c'est une vilaine habitude chez lui."

Elle va pouvoir les laisser profiter du reste de leurs journées et elle... S'occuper, certainement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Sam 14 Juil 2018 - 10:55
S'enquierant de sa réussite auprès de sa sensei tout en regardant la main de Takumi se remettre tout doucement en mouvement, Etsuko se laissa surprendre parle léger vent qui la poussa en avant, la faisant tomber directement dans les bras de Takumi tout en le détachant. La jeune femme rougit alors mais ne fit aucun signe de protestation, aucune tentative de résistance. Elle était bien contre lui. Elle sentait son odeur, regardait sa main nouvelle posée sur sa propre main. La demoiselle aux yeux émeraude plongea alors son regard dans celui de son patient, gênée mais incapable de s'en détacher. Elle en oublierait presque que Chiryou-sensei était également là, juste à côté d'eux.

Elle resta ainsi incapable de réagir jusqu'à ce que sa professeur le fasse pour elle, s'approchant de Takumi. Elle lui avait confirmé sa réussite, mais fit également un reproche au jeune homme qui ne devait pas utiliser son chakra. Etsuko le savait, c'était dans ses cours, mais l'utilisation en question lui avait fait perdre tout ses moyens et lui avait ôté l'envie de faire une remarque au Hyûga. Elle le frappa même gentiment derrière la tête, ce qui fit finalement réagir la demoiselle aux joues rouges.

« Sensei... Je viens juste de terminer l'opération voyons... C'est ma faute, j'aurais dû lui dire de ne pas utiliser son chakra... »

Elle se remit droite, se détâchant légèrement de lui pour permettre à la Shuuchuu de terminer ses vérificatifs mais ayant glissé entre temps son autre main dans la main originelle de Takumi, celle qu'elle n'avait pas eu à soigner. Elle l'avait fait naturellement, presque sans s'en rendre compte.

« Je ferai attention à ce qu'il n'utilise plus de chakra pendant un moment sensei, mais soyez plus gentille avec lui... Il n'a rien fait de mal, il ne savait pas que c'était dangereux. J'ai une petite idée pour lui faire tenir le délai d'un jour, deux je ne crois pas que ce soit possible. »

Elle fit un doux sourire à Takumi, son visage reprennant peu à peu une teinte normale. Certes elle commençait à ne plus trop rougir quand elle était juste avec lui, mais devant d'autres personnes... Elle avait du mal. Elle avait cependant envie d'être plus proche de lui encore, de le serrer dans ses bras... de l'embrasser, peut être ?.. Le rouge se raviva quelques instants à cette pensée puis elle la chassa bien vite. Plus tard, il venait tout juste d'être soigné, la convalescence devait être respectée dans tous les cas.

Elle rougit un peu à nouveau lorsque la jeune mère se rapprocha d'elle pour la prendre dans ses bras à son tour, chaleureusement, surprenant la Naari qui n'avait pas l'habitude de ce genre de comportement venant de sa professeure. Elle lui sourit, se laissant faire, profitant un peu de ce câlin improvisé, ne sachant pas trop où mettre ses mains cependant pour lui rendre son affection avant de finir par les mettre quelques instants dans le dos de la jeune femme qui lui faisait face en lui caressant la tête gentiment. Elle devait avoir prit ce pli depuis qu'elle était mère, une douceur nouvelle, ou alors était-ce simplement qu'il n'y avait pas eu de situation justifiant un comportement du genre...

« Merci Chiryou-sensei, et merci de m'avoir aidée. Je vais le surveiller oui. »

Elle lui tendit alors sa main libre vers le bras que la Shuuchuu avait finalement relâché puisqu'elle avait terminé de vérifier que l'utilisation du chakra n'avait pas été trop néfaste et agit en conséquence, puis aida Takumi à se relever.

« Tu veux aller marcher un peu dehors ?.. Ou tu as déjà une destination précise en tête, quelque chose à faire ?.. »

Elle le regardait dans les yeux, son visage souriant étant revenu à sa couleur naturelle habituelle, attendant sa réponse tout en espérant de tout coeur qu'elle serait la première.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Sam 14 Juil 2018 - 13:42

Une main s’approche de toi, ton visage, tes cheveux, ta tête. Bref, ce qui fait celui que tu es et l’image que tu dégages naturellement. Si tu n’étais pas mélancolique aujourd'hui, tu la laisserais te porter atteinte pour pouvoir riposter de plus bel. Mais ce jour n’a de sens que pour la reconstitution de ton bras alors le membre de Chiryou est noblement stoppé par le vent. Tes nerfs te disent de laisser se déchaîner tempêtes en tout genre afin de faire comprendre que tu veux bien rigoler mais il semble que l’apprentissage du Bushido joue aussi en la faveur de la jeune femme. Ce n’est pas aujourd’hui que tu te décideras à la corriger. Tant mieux, cela t’aurait peiné par la suite de repenser au moment où tu aurais remis à sa place la blonde que tu affectionnes.


Silencieux, tu soupires - aussi calmement que tu le peux en fermant doucement les yeux - et souris un peu à la future iryonin. Ce que tu fais ? Tu te concentres sur ses dires, les paroles qu’elle transmet à la médecin. Une petite idée pour te faire tenir une journée complète ? Pourquoi serait-ce possible sur une journée et pas deux ? Tout cela te semble fort nébuleux mais tu ne notifies pas pour autant. Tu es du genre à aimer les surprises, ton goût pour l’aventure, la découverte et les affrontements parlent pour toi. Comme à son habitude, la jeune femme rougit et tu ne fais rien d’autre que l’observer. En temps normal, tu lui aurais probablement envoyé une petite taquinerie afin de pousser la chose plus loin. Mais là… Non, pas trop le moral. Cependant, tu espères que cela changera bien assez vite même si tu ne sais pas comment tu vas faire cela. Peut-être fais-tu un peu trop confiance à Etsuko pour cette tâche ? Saisissant cette main que cette dernière te tend, tu te relèves à ton tour. Bien sûr, tu aurais pu faire sans. Seulement, il y a là des manières et une certaine éducation à avoir. Tu l’as appris à tes dépends : une fierté mal placée n’est que nocive. Autant pour toi que pour les autres. À croire que ces histoires d’enseignements samuraï commencent à porter leurs fruits. Non ?

J’aurais aimé me poser un peu mais je présume que tu as raison, sortons.
- tu commences à te déplacer puis regardes la fausse blonde - Merci Chiryou, passes me voir quand tu veux. - en lui souriant ; ton regard se dépose ensuite sur le visage de la genin - Non, je n’ai pas vraiment d’idée. Et toi ?

Il a pour habitude de tout décider tout le temps et toujours. Laisser un peu de lest ne ferait pas de mal. Pour une fois.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Sam 14 Juil 2018 - 22:55
Etsuko soupira un peu puis reprit la main de Takumi avec douceur, vérifiant que tout allait bien. Heureusement, cette fois-ci, il avait eu la présence d'esprit d'utiliser son autre main pour utiliser son chakra et rien ne semblait perturbé. Elle le relâcha alors, parlant un peu avec Chiryou puis avec lui avant de la reprendre un peu plus tard pour l'aider à se relever, ce qu'il sembla accepter de bonne grâce.

« On peut se poser dans un endroit calme non loin si tu en as envie, mais je n'ai pas très envie de rester sur le lieu d'une opération... C'est assez... étrange, tu vois ce que je veux dire ?.. En tous cas merci pour ta patience Takumi, me laisser pratiquer de telles opérations m'aide beaucoup à avancer dans mon apprentissage, je suis contente d'avoir réussi à te rendre ton bras. »

Elle lui fit un doux sourire à nouveau, appréciant parler avec lui même pour ne rien dire. Elle hocha la tête lorsqu'il lui demanda si elle avait une idée, un petit sourire amusé sur les lèvres.

« Je vais te montrer un endroit calme et reposant pas très loin d'ici, je l'ai trouvé en me promenant il y a quelques semaines, c'est un petit parc tranquille protégé de tout derrière quelques maisons, plus au sud. Je ne crois pas qu'il appartient à qui que ce soit, ou alors ils n'empêchent personne de venir, mais l'endroit est très joli. Mais avant... »

Elle se retourna et fouilla quelques instants, ressortant de son sac des petits sachets, ceux qu'elle avait acheté avec lui quelques mois auparavant à la boutique de Takao-san.

« Je les ai gardé, je n'avais pas très envie de les manger comme tu es... parti un peu vite la dernière fois... Et comme ces bonbons se conservent longtemps, je me suis dis qu'on pouvait les goûter ensemble, qu'en dis-tu ? Enfin, si tu en as toujours envie, même si ça fait longtemps maintenant... Ou si tu préfères, on pourra les manger sur place. Qu'en dis-tu ? »

Elle le regarda droit dans les yeux, sourire agréable, yeux remplis d'une lueur amoureuse qu'elle ne comprennait pas encore elle-même, trop passionnée pour s'en rendre compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Dim 15 Juil 2018 - 2:00

Visiblement préoccupé par mon état, elle s’enquiert de la chose. Aucune réaction, tout va bien je présume. Au pire, on me recolle. N’est-ce pas à cela que sert à iryonin ? Mon rôle est d’aller combattre de rudes gaillards et les innombrables monstres de ce monde, je le fais sans broncher - avec le sourire même, peut-être ai-je oublié d’apprécier à vivre, à redouter la mort -, donc je peux au moins en demander l’équivalent de leur part. À quoi bon être shinobi sinon ? Militaires, nous obéissons et nous nous taisons. Rien d’autre.

Je comprend parfaitement. - regard déposé sur notre route ; doux sourire - Echange de bons procédés comme on dit.

Et c’est bien vrai après tout : j’ai récupéré mon bras tandis qu’elle a pu progresser dans son enseignement pour la médecine (un de ses buts d’ailleurs si je me souviens bien). On peut dire que nous sommes tous les deux satisfaits pour le coup. Logique. Elle a le temps de se promener et de trouver des endroits calmes. D’un côté, je l’envie. De l’autre, je la plains. J’aimerais vraiment vivre une vie paisible mais mon caractère impétueux et l’envie de combattre me pousse à toujours partir et me mettre dans des situations pas possible. Il faut croire que rester au village à boire du thé ne me correspond pas plus que cela. Est-ce un bien ou un mal ? J’en sais trop rien. Pour moi, un mal. Pour la collectivité, un bien.

Un endroit sans aucune autre personne ? J’en suis.

Un peu d’enthousiasme mais pas complètement quelque chose de très concluant. Me poser, fumer un peu, peut-être manger… Voilà, juste me prélasser au soleil et attendre un peu. Je n’ai que ça à faire de toutes façons à cause de l’opération. Pas de chakra selon Chiryou. Pendant… deux jours ? Impossible. Une journée ? Impossible. J’ai déjà envie d’en utiliser.

Des bonbons ? Ca m’arrache un petit bonheur dans mes yeux. Qui ne dirait pas non à une petite gâterie après un tel effort ?

Hmm, autant les manger une fois arrivés là-bas non ? Après l’effort vient le réconfort dit-on, non ? - regard tourné vers elle - D’ailleurs tu as durement travaillé aujourd’hui, tu n’es pas trop épuisée j’espère ?

Contrairement à elle, je n’ai aucun moyen, aucune idée ou peut-être pas même la motivation de l’aider à se détendre et profiter de la journée qui se profile devant nous. Enfin, nous verrons bien comment tout cela évoluera je présume.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Dim 15 Juil 2018 - 14:19
La demoiselle sourit à Takumi. Elle n'arrivait qu'à ça décidément, comme si elle était possédée. Partagée entre l'envie de lui sourire et le besoin de rougir lorsque certains gestes était faits ou certaines paroles étaient prononcées, elle se sentait cruche au possible, elle qui pourtant se voulait sérieuse et réfléchie. Elle se savait faible, mais de là à être gaga comme ça devant quelqu'un... Il la perturbait au plus haut point sans qu'elle n'arrive à en comprendre la raison, c'était gênant. Asphyxiant presque. Et pourtant, elle le voulait plus proche d'elle, plus souvent présent. Elle avait besoin de le voir, de le toucher, de le sentir. Comme liée à lui par son coeur sans qu'elle ne puisse s'en défaire et sans que cela ne la dérange. Ou plutôt, cela la dérangeait tout en l'enchantant. C'était perturbant.

« D'accord, puisque ça te va, suis-moi. Et tu as raison pour ça, on les prendra sur place. J'espère qu'ils te plairont, c'était mes préférés quand j'étais plus petite. »

Elle lui fit un nouveau doux sourire. Encore une fois. Mais si en un sens elle s'exaspérait presque en le faisant, elle sentait une vague de bonheur la traverser juste en le regardant. Elle glissa une main dans ses cheveux, tenant toujours la main de Takumi dans l'autre. Elle arragea ainsi sa coiffure, ses cheveux encore longs la gênant un peu. Elle sortit avec lui du domaine Shuuchuu en saluant ses habitants, saluant notamment sa sensei en la remerciant une nouvelle fois avant de lui dire qu'elle reviendrait bientôt la voir.

Elle prit alors les devants, tenant toujours le Hyûga par la main pour l'entraîner à travers ces rues d'Iwa qu'elle avait traversé tant de fois étant petite. Après quelques détours, quelques minutes plus tard, ils arrivèrent finalement dans un joli petit parc vert, protégé du soleil par de grands arbres aux larges feuilles. L'ombre était raffraîchissante pour ce début d'été, voilà qui était des plus agréables pour la chaleur qui devenait petit à petit plus lourde avec les jours qui passaient pour se rapprocher de la saison la plus chaude d'Iwa.

« Rassure-toi, je vais bien. Le travail demande beaucoup de concentration mais ce que m'a donné Chiryou-sensei pour tenir sans tomber de fatigue est très efficace. C'est un produit fait à partir d'une fève, c'est un peu amer mais plutôt sucré. J'aime beauoup, même si je ne connaissais pas jusque là. Je me sens encore bien malgré les heures d'opération. Et toi, ça va aller ? La douleur n'était pas trop grande ? Le sirop que j'ai préparé n'était pas trop mauvais ? C'est une recette assez nouvelle puisqu'avant, je ne m'occupais pas de préparer des anti-douleurs de ce genre, c'était plus léger et moins direct, alors que là... C'était efficace au moins ? »

Elle était redevenu un peu plus sérieuse, inquiète quant à la réussite totale de son entreprise et de la douleur qu'avait pu souffrir Takumi. Elle n'aurait voulu pour rien au mondre apprendre qu'elle l'avait fait endurer pendant des heures des souffrances intolérables, quand bien même elle ignorait à quel point il pouvait feindre l'indifférence face à la douleur. Elle se mordit un peu les lèvres, attendant sa réponse avec une certaine appréhension. Se calmant un peu lorsqu'elle eut sa réponse, elle hocha la tête puis soupira un peu.

« J'essairai de le rendre plus efficace la prochaine fois en tous cas... Peut-être que le chakra médical que je maîtrise désormais partiellement m'aidera dans ce but. »

Elle lui proposa alors de s'installer au calme sous le grand platane puis sortit les paquets des bonbons achetés chez Takao-san, le laissant les goûter en premier.

« Je me doute qu'un guerrier intrépide comme toi ne va pas se satisfaire d'une simple journée de pause sans rien faire, je me trompe ? Tu as une envie particulière pour te reposer et rester calme afin de ne pas détruire ton propre bras, ou tu veux que je choisisse ? J'espère qu'ils te plaisent d'ailleurs les bonbons, moi je les adore ! »

Elle fit un nouveau sourire à Takumi, une petite pyramide blanche et rouge entre les doigts avant de la prendre dans sa bouche pour profiter de la douceur sucrée en question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Lun 16 Juil 2018 - 0:56

Une douceur du passé donc. Cela me revient à présent, elle avait dit - il y a plusieurs mois de cela - qu’elle appréciait les sucreries et ce, depuis toute petite. Je vois. La suivre est tout ce que je me permet de faire après son acquiescement en ce qui concerne ma réponse à sa question. Tiré par cette jeune femme qui semble dorénavant prendre un peu plus confiance en elle, nous traversons divers coins méconnus de la Roche avant d’arriver à destination.

Tant mieux si tu vas bien. - en souriant ; un doigt vient gratter ma tempe, un petit sourire et les yeux fermés puis je m’exprime - La douleur ? Insupportable, je dois te l’avouer. - un court instant plus tard - En vérité, je n’ai senti que peu de choses. Ça peut aller, rassures toi.

Tournant alors le regard vers le lieu où nous allons visiblement nous installer, je hoche simplement de la tête alors qu’elle me promet d’être plus efficace. C’est qu’elle a intérêt puisque je compte bien rentrer en mauvais état de nombreuses fois et ce, jusqu’à ce que je rendre mon dernier souffle - sur le champ de bataille. Ah, je ne pense qu’à ça. Il faut que je me change les idées. Il me tarde d’utiliser à nouveau ce bras, la sensation de pouvoir le bouger sans aucun soucis m’est encore particulièrement étrange mais tout aussi familière. C’est dans le même ordre d’idée que mes pupilles je dirais. Assis, nous discutaillons.

Tu as vu juste, Etsuko. - un bonbon est mangé - Une envie particulière tu dis ? - un autre est mangé - Je ne sais pas vraiment… - je m’affale sur le sol, posant ainsi ma tête sur ses genoux, le regard tourné vers le sol et mes cheveux se présentant à elle ; je feint la fatigue - J’ai bien envie de me reposer mais j’ai tellement envie de me défouler aussi. - le dilemme est de mise ; sourire quand les sucreries sont évoquées - Hmmm m’ouais, disons qu’ils sont pas mal oui. - taquin.

En attendant d’avoir des réponses, je me permet de simplement saisir plusieurs préparations de Takao-san afin de m’en délecter. Le goût contraste fortement avec l’ambiance du lieu, ce qui ne serait pour déplaire à personne - en toute logique.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Lun 16 Juil 2018 - 3:15
Etsuko qui écoutait les réponses de Takumi s'arrêta nette lorsque vint le sujet de la douleur avec un air partagé entre un affolement total et une peine immense. Elle allait parler mais s'arrêta directement lorsqu'elle l'entendit enchaîner.

« Tu m'as fait peur... Je m'en serai vraiment voulue... Je vais tout de même essayer d'améliorer ma mixture... Je n'aime pas l'idée que ce ne soit pas total...Tu es fort donc je ne doute pas que tu aies pu supporté la douleur restante, mais un enfant... Il aurait eu bien plus mal... Je n'aime pas cette idée, je retravaillerais dessus... »

Elle reprit rapidement son chemin, le guidant, toujours sûre d'elle sur les directions à prendre. Elle n'avait pas traversé ces rues-ci souvent mais se débrouillait très bien en question d'orientation. Elle avait fait un nouveau sourire à Takumi, continuant d'avancer avec lui en lui tenant la main jusqu'à leur arrivée. Ils s'installèrent ensuite tranquillement et, tandis qu'Etsuko s'installait assise, les jambes allongées, adossée au platane, elle regarda Takumi s'affaler au sol avec un petit sourire amusé jusqu'à ce qu'il dépose sa tête sur ses genoux, la faisant alors rougir d'un seul coup. Elle ne s'attendait pas du tout à ce genre de réaction de sa part, et il semblait vouloir effectivement juste se reposer en silence.

Etsuko hésita alors quelques instants puis elle approcha une main hésitante de la tête du jeune homme allongé près d'elle. Elle s'arrêta à quelques centimètres puis, après quelques secondes d'hésitation, se décida à lui caresser avec douceur les cheveux.

« Je comprend... Ce n'est pas une épreuve très facile cette opération... Je suis désolée que ça ait été aussi long... Envie de te défouler ? Tu as une idée en particulier ? Quelque chose que tu as envie de faire ? On pourrait s'entraîner ensemble si tu veux, mais il va falloir patienter jusqu'à demain pour ça. »

La demoiselle aux yeux émeraude regardait le jeune homme allongé contre elle, lui caressant les cheveux toujours avec tendresse, l'autre main posée sur sa cuisse allant parfois chercher un des bonbons mais laissant la plupart des autres à Takumi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Lun 16 Juil 2018 - 4:19

Une scène peinte, là où prennent place des estampes - gravés au sein de ce creux et à (venir) souvenir -, représentant une simplicité digne et à l’image de ce monde. Cette fragilité qui inspire les grandes âmes, les intimant de : protéger les faibles et/ou apposer les apparences sur une toile/des écrits ; préserver ce petit univers. Leur univers, celui qu’ils chérissent. Et de la même manière que ces individus dont les légendes bercent les hommes ainsi que les femmes depuis que parole existe, Takumi voit en ce lieu une hégémonie spectaculaire. Non pas celle de la brutalité pure dont le Yuukan empeste (et se leurre) mais bel et bien de la paix, du bien-être. Le temps semble se figer - illusion du bonheur que se fait ce mortel aux pupilles pâles - et l’espace se montre sous de nouvelles perspectives : vertige le prend puis le shinobi se méprend. Est-ce là un nouveau coup du mauvais sort ? Maladie..? Fatalité..? Non. Il se méprend mais jamais ne se rend, il cherche - plissant doucement les yeux - la raison de ce pressentiment bien étrange qui l’habite. Ignorant. Il est ; Et il restera.

Ce n’est rien. - l’opération aurait pu durer dix heures supplémentaires que cela n’aurait changé au résultat et à la satisfaction qu’il en retire - Je ne sais pas vraiment, j’ai aussi un peu la flemme et pour tout te dire, je suis exténué. - bien que la régénération de son bras soit le fruit du travail de la fleuriste, il n’en demeure pas moins que cela a dû puiser dans ses ressources (ou alors il a tapé une nuit blanche juste avant mais ça… :shrug:) ; il se retourne doucement, de dos au sol, toujours la tête sur les cuisses de son interlocutrice puis lui sourit - Un entraînement ? - regardez le - C’est que tu sais parler aux hommes toi. - petit sourire au coin des lèvres ; il la toise amicalement du regard - Penses-tu être de taille, Etsuko ?

Takumi ne cherche pas spécialement de réponse à cela, souhaitant plus la taquiner qu’autre chose. Après tout, il n’est pas celui qu’il est pour rien. Goguenard, insolent, impudent… Les adjectifs ne manquent point pour le qualifier, tout le monde peut en témoigner. Tout le monde, même elle ? Difficile à dire.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Lun 16 Juil 2018 - 12:23
La demoiselle aux yeux couleur émeraude souriait, heureuse. Elle profitait simplement du moment, la tête de Takumi posée sur ses genoux. Elle aussi était un peu fatiguée à vrai dire, mais être avoir lui donnait suffisamment d'énergie à la petite Fleuriste pour ne pas qu'elle se laisse abattre, qu'elle reste dans un parfait état d'éveil. Elle hocha un peu la tête, rassurée par les paroles de Takumi qui se voulaient gentilles apparemment.

« Moi aussi, je suis bien fatiguée... Désolée que l'opération ait été si longue, je me doutais que cela prendrait beaucoup sur ton énergie, j'aurais dû voir avec Chiryou-sensei comment limiter ou contrebalancer ça... J'y travaillerai pour mes prochaines opérations importantes, comme ça, si jamais tu reviens blessé, tu pourras venir me voir et tu pourras voir à quel point je me suis améliorée dans mes techniques de soin. »

Elle lui sourit un peu, continuant de discuter avec lui, l'écoutant en relevant un peu la tête, continuant de caresser ses cheveux avec grande délicatesse, observant le soleil traverser partiellement les feuilles larges du platane par endroit, créant une myriade de verts dans les branches de l'arbre. Parfois, les fleurs n'étaient pas forcément nécessaires, elle-même savait le reconnaitre, et s'arrangeait pour qu'il n'y en ait pas là où elles étaient inutiles. Un gâchis était toujours à déplorer lorsque certains fleuristes travaillaient, voulant toujours prouver leur maestra alors que parfois, l'absence de fleurs pouvait être significative, pouvait être le bon choix pour un lieu, surtout comme celui-ci. Elle ferma un peu les yeux quelques secondes puis les rouvrit quand Takumi reprit la parole.

« Oui, un entraînement, pourquoi pas ? Tu as un peu peur ? Je sais que je suis terrifiante mais tu devrais te ressaisir. »

Elle lui fit un sourire amusé puis le laissa enchaîner. Elle rougit cependant un peu, ne s'attendant pas à ce genre de réplique.

« Aux hommes ? Comme aux femmes je suppose... Je... »

Un peu perturbée, la fleursite ne retrouvait pas ses mots, elle laissa Takumi enchaîner, se concentrant pour recouvrer sa teinte de peau normale.

« De taille ? Je ne sais pas, on verra bien demain. Peut-être que tu n'auras aucune chance, je sais me battre quand même, bien que je ne sois qu'une petite fleuriste genin de sûrcroit. Mais je tâcherai de me contrôler, je ne voudrais pas te faire trop mal alors que je viens de te soigner. »

Elle lui fit un sourire amusé cette fois-ci, ayant un peu retrouvé d'assurance grâce à cette légère provocation. Elle soutenait son regard sans mal, penchant légèrement la tête en avant, ses cheveux retombant sur le côté de sa nuque, toujours attachés comme pour l'opération.

« Donc un entraînement demain après-midi ? Ne change pas d'avis entre temps, je serai triste si j'étais si effrayante... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mar 17 Juil 2018 - 1:05

Evidemment, Etsuko a cumulé de la fatigue. Après tout, c’est bel et bien elle qui a travaillé à la reconstitution de mon bras. Avec Chiryou en assistante oui, mais c’est la fleuriste qui a donné le plus d’elle-même. Paroles lâchées sur les efforts qu’elle continuera à fournir à l’avenir, cela me fait sourire. Revenir une fois blessé afin de constater ses progrès ? Oui, pourquoi pas. Disons qu’elle pourra être mon infirmière attitrée par la suite. Ce ne serait pas pour me déplaire, c’est certain.

Faisons cela oui.

Ah, elle sait faire de l’humour maintenant. Et presque de la bonne manière, il y a du progrès. Qu’à cela ne tienne, je suis terrifié, cela se voit même sur ma mine un peu faussement étonnée.

Je suis effrayé, c’est vrai ! - d’un seul oeil ouvert ; petit air dubitatif - Je ne savais pas que tu étais aussi de ce bord là, je ne juge pas n’ais crainte.

C’est vrai, elle peut tout aussi bien se faire plaisir avec des personnes du même sexe qu’elle, c’est son droit et sa liberté après tout. Il est vrai que je peux mal comprendre les choses mais cette vision des choses est bel et bien celle qui me vient en première à l’esprit.

Ah, tu devrais faire attention car je suis véritablement un (très très très) mauvais perdant. - c’est vrai ; ne pas trop me faire mal hein ? - Dans le pire des cas, tu me soigneras à nouveau.

Tout simplement. Son regard smaragdin croise mes prunelles nacrées, son visage s’approche puis je ne manque pas de remarquer ses cheveux qui pendouillent non loin de ma personne. Je me permet de placer mon index sur ses lèvres, l’invitant alors à se taire et à plutôt profiter du silence ambiant du parc.

C’est noté.

Puis vient le moment où je finis par doucement m’endormir, n’ayant rien de mieux à faire à part me battre. Mais ça, je n’ai pas vraiment la possibilité de le faire. Enfin, pas le droit plutôt.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Pas de bras, pas de chocolat [PV : Etsuko-chan et Hyûga-sama]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: