Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Au clair de la lune [H.Tsuki]
Aujourd'hui à 17:48 par Hohoemi Tsuki

» Conviction la plus profonde [Sae]
Aujourd'hui à 17:42 par Rinku Sae

» Ceux qui cherchaient la bagarre. [Lua]
Aujourd'hui à 16:58 par Hohoemi Tsuki

» Conciliation ᵜᴥ Sun-hi
Aujourd'hui à 16:31 par Nagamasa Mikazuki

»  [Mission libre B] Le purificateur
Aujourd'hui à 15:48 par Watanabe Shiori

» Ce doux sifflement [PV Etsuko]
Aujourd'hui à 15:44 par Ashikaga Gabushi

» L'heure du changement
Aujourd'hui à 15:08 par Borukan Muramasa

» vice porcin [anzu]
Aujourd'hui à 15:04 par Kinu Lua

» Eh la qui va la ! (Inspecteur gadget) / Pv Takumi
Aujourd'hui à 13:52 par Hyûga Kami

Partagez | 

Trente-deux dents | PV Melo


Ven 1 Juin 2018 - 16:10
Deux ans plus tôt...

Au fond de la salle, à côté de la fenêtre, Nobusuke avait comme ainsi dire mérité sa place en la bataillant de réputation et de cruauté avec les autres lascars de sa classe. Et des lascars, cette classe n'en manquait pas au demeurant puisqu'elle se voulait être une de celles qui s'étaient montré des plus problématiques depuis que Kumo était Kumo (c'est-à-dire depuis pas longtemps, en fait). Derrière cette apparente ambiance délétère toutefois, les jeunes héritiers de la Foudre se montraient plutôt réceptifs aux enseignements prodigués, d'autant plus lorsque ces derniers apportaient leur lot de défis, des performances ou d'incertitudes.

Le mot d'ordre était la débrouillardise.

Baignant dans cet esprit de compétitivité, Nobusuke n'était pas des moins irréprochables et, pourtant, il arrivait à séparer le bon grain de l'ivraie. Un peu en retard du côté théorique du fait d'une déconcentration chronique - à la faveur, bien entendu, d'une psychée macabre - contre laquelle il luttait sans cesse (du moins, c'est ce qu'il prétendait pour bien se faire voir), il se rattrapait par une certaine aisance dans tous les exercices de restitution - souvent par l'improvisation, ou ce qu'il appelait lui-même le "talent".

◈ T'as du bol !

Lui disait-on sans cesse. Ce qu'il ne pouvait nier de toute évidence. Du reste, quel intérêt pour un élève de ramener de bonnes notes et de bonnes appréciations s'il n'est pas suivi par ses parents à la maison ? Ces derniers, loin de Kumogakure, n'avaient guère le pouvoir d'influer sur sa scolarité. A leur place, le psychologue prenait son rôle à coeur : au détour de ses psychothérapies hebdomadaires visant à exorciser le côté malveillant du quidam, il tentait de rectifier les écarts académiques. Chose positive, Nobusuke était plutôt à l'écoute de ce genre de bons conseils.

Le hic, parce qu'il y a toujours un hic, c'était le côté mélodramatique de l'histoire. Melo-dramatique. On s'est bien compris. Melo posait un problème d'ordre dramatique, donc.

Dramatique, parce que Melo était une des sources de déconcentration de Nobusuke. En concurrence contre le Nara, le Satetsu n'avait guère de mal à se projeter spirituellement dans un songe au cours duquel il étripait gratuitement le manipulateur des ombres. Avec le sourire, quand même. Et cette imagination dégoulinante d'entrailles et d'hémoglobine ne faisait pas bon ménage avec le suivi des leçons. C'était donc un réel problème.

Un réel problème qui n'allait pas tarder à se montrer de nouveau, à la faveur d'un jour pluvieux où les deux apprentis devaient effectuer ensembles un parcours du combattant ponctué d'ateliers au sein desquels les autres apprentis jouaient des rôles tout particulier. L'objectif pour l'enseignant : confronter ses élèves à plusieurs situations inédites. L'objectif pour les deux apprentis : écraser l'autre. Coûte que coûte. Car si Nobusuke avait une réelle dent contre Melo...

... ce dernier en avait probablement trente-deux contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Ven 1 Juin 2018 - 17:20
Encore une journée pluvieuse. Kumo n’était décidément pas un village où il faisait bon vivre. Les rhumastismes étaient plus courants que les coups de soleil, la goutte au nez plus courante que la crème solaire… Enfin je vais pas vous faire un dessin, quel pays de chiotte !

Voilà ce qui traversait l’esprit de notre jeune héros en cette matinée alors qu’il regardait par la fenêtre. La journée ne faisait que de commencer, et déjà il s’ennuyait. Les cours étaient bien trop simples pour lui, malgré le fait qu’il ne fournisse pas d’efforts exceptionnels. C’était sans doute l’avantage d’être né dans un clan avec une tête aussi bien faite que celle des Naras… Mais lui, il le portait comme une croix.

Car c’était ce qu’il y avait de plus chiant d’être toujours en avance sur les autres. Cela le forçait à s’isoler, car il ne comprenait pas pourquoi ils prenaient autant de temps à résoudre une équation dont il avait deviné la réponse avant même que sa plume n’ait touché le sol.

Vous trouvez que c’est un peu abusé ? Bon ok je vous l’accorde… On va donc arrêter de s’étendre sur les capacités fabuleuses que possèdent les manipulateurs des ombres, et plutôt se concentrer sur ce qui se passe dans le moment présent.

Car toute la classe s’était levée, et ils allaient désormais s’adonner à un exercice que le Nara aimait particulièrement… Leur professeur faisait passer à tour de rôle des jeunes aspirants afin de les tester dans des situations de crise. Ils devaient alors prouver toute leur ingéniosité afin de se défaire de l’épreuve plus rapidement que leur « adversaire » du jour. Et, comme par hasard… Il tomba encore face à ce Nobusuke.

- Quelle plaie…
Traînant des pieds, l’enfant aux cheveux de neige accepta cependant son sort. Il savait que s’il voulait rendre fier ses parents, il se devait d’être le plus performant possible. Mais franchement… Nobusuke quoi !

Ce mec était une plaie. Et même s’il voulait ne pas entendre parler de lui, il parlait tellement bruyamment que certaines fois Melo se demandait qui avait le plus de respect dans la classe… Le professeur ? Ou le corbeau ? Oui, le corbeau. Un surnom peu flatteur vous en conviendrez, mais c’est comme ça que se l’imaginait le Nara. Il se sentait exaspéré par son attitude « m’as-tu vu » mais n’a jamais vraiment eu de différend avec lui. Cependant, il était aussi conscient que le Satetsu était un concurrent redoutable. Car malgré ses airs, il disposait d’un cerveau plutôt bien fait. On noter que le « plutôt » est en gras…

Et là, ils allaient s’affronter dans une course d’obstacle où les autres élèves se chargeraient d’utiliser leurs astuces pour les empêcher d’avancer. La dernière fois, Melo avait surclassé son adversaire… Mais là, cela risquait d’être une autre paire de manches. Et c’est ainsi qu’il se plaça côté à côte avec Nobusuke, prêt à en découdre.

- GO !
Le professeur venait de donner le top départ ! Et sans plus attendre, le garçon aux cheveux blancs prit une courte avance sur son adversaire. Il fallait dans un premier temps courir sur une cinquantaine de mètres. Jusque-là, ça parait plutôt simple non ? Mais ne vous y méprenez pas, il y avait un piège. Car deux élèves étaient sur les côtés et balançaient des ballons d’huile. Le but ? Viser les jambes afin de ralentir la progression des deux premiers de la classe.

Et autant les petites racailles, qui faisaient offices de copains à Nobusuke, visaient principalement Melo. Tous les autres, je dis bien tous, se concentraient sur Nobusuke. C’était comme une récréation, et chacun réglait ses comptes en somme. Melo s’en sortait plutôt bien, mais au bout de la troisième esquivée, il ne vit pas arriver celle lancée par un gros garçon. On aurait pu croire que c’était un Akimichi adulte, mais non. Il s’appelait Paul, avait douze ans, et son seul pouvoir semblait être le fait d’être un emmerdeur.

Et une fois de plus, il plaça des bâtons dans les roues de Melo qui se le prit alors en plein visage. Sur le coup, il esquiva un mouvement de recul qui ne fut pas suffisant et il s’arrêta alors pour enlever l’huile. Le visage tout visqueux, il vit alors Nobusuke lui passer devant et cela lui fit reprendre ses esprit. Fronçant les traits, il banda alors un peu plus ses muscles pour accélérer et refaire son retard. Et le tout, en faisant une nouvelle fois attention aux attaques de ses petits camarades… !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3323-nara-melo-finie

Ven 1 Juin 2018 - 22:36

Melo était, parmi tous, le pire coéquipier auquel Nobusuke pouvait prétendre. L'inimitié cordiale qui les distançait l'un de l'autre ne s'était jamais concrétisée : elle demeurait latente, volcanique, prête à éclater. Pourtant, quelque chose de proche du respect empêchait l'éruption, et jusque-là les deux faisaient preuve d'une volontaire ignorance. Evidemment, cela n'était qu'une façade : Nobusuke avait bien étudié son rival et il avait comme le sentiment de le connaître par coeur.

Raison pour laquelle il ne fut pas étonné de ce départ tonitruant. Crick, crack. Nobusuke prit le temps de craquer ses doigts une dernière fois avant de s'engager dans cette épreuve.

La foulée de son concurrent complice était bonne, au point qu'il prit une légère avance sur lui. En un clin d'oeil, les premiers opposants se présentèrent avec l'intention manifeste de leur mettre des bâtons dans les roues. Par chance, ces deux cancres faisaient partie du lot de camarades fréquentés par le Satetsu (ils n'étaient pas nombreux, du fait de sa personnalité loufoque, mais les quelques-uns qu'il fréquentait étaient largement suffisants : des durs à cuir, des vrais !). Pour preuve, ils tentèrent immédiatement de neutraliser le Nara, sur la tête duquel Nobusuke avait pris soin de mettre un prix.

Des bulles de savon. Rien de bien méchant, en somme. Quel dommage. Le Satetsu aurait préféré quelque chose de plus... tranchant ?

Faisant léviter des écrans de limaille de fer autour de lui pour bloquer les bulles de savon, il passa devant son camarade avec un air d'arrogance qui ne manqua d'interpeller le Nara. Mais ce n'était pas suffisant. Sur son visage, un sourire sadique se dessinait. Un espèce d'air machiavélique de psychopathe en puissance.

La place de deuxième, c'est bien, non ?

La matière noire qu'il contrôlait comme une énergie vive s'étala sur le bras de celui qu'on pouvait décemment considérer comme un emmerdeur. Une fausse contribution du Satetsu à l'adresse du Nara, pour lui permettre de se détacher de son vis-à-vis.

Ne quitte pas mon dos des yeux !

Fit-il comme pour lui faire comprendre qu'il n'avait aucune intention de le laisser retrouver la tête de course.

Soudain, un coup d'oeil permît au Satetsu d'entrevoir la situation suivante. Merde. Il réalisa que la course allait s'octroyer une petite pause, dans la mesure où le prochain obstacle prenait la forme d'un élève à terre. Ce dernier, faussement inconscient, avait été maquillé avec un sang factice le long de la gorge, comme s'il avait reçu un coup de lame. Dans l'imaginaire du jeune Satetsu, cela prit presque une teinte réelle, et il se délecta d'assister à une scène d'impuissance et d'agonie. L'esprit torturé et déséquilibré du délinquant en puissance grimpa jusqu'à une excitation presque totale.

Il lui fallut faire un gros effort de concentration pour se remettre à l'exercice.

Premier sur les lieux, il connaissait la procédure en cas d'urgence. L'un devait secourir le blessé, l'autre devait assurer la sécurité des deux autres. Ce dernier rôle, il le laissait volontiers au Nara. Assoiffé de sang, il se laissa envahir par le désir de s'approcher de la plaie abondante.

En se penchant sur l'élève en question (laissant, à côté de lui, le Nara faire à son aise) il remarqua sans difficulté un petit tressaillement. Sans doute la victime craignait-elle les mesures pragmatiques que pouvait se permettre Nobusuke ? C'était juste, car en effet le Satetsu mourrait d'envie de sortir ses aiguilles de couture afin de recoudre la plaie. Puis, pourquoi pas, les yeux et les lèvres ?

Non.

Il fallait rester concentré. Pas de dérapage. Il mit de côté ses envies lugubres et appliqua ses paumes pour faire compression sur le saignement : ce faisant, il déballa un bandage pour entourer la gorge de la victime. Epris de sadisme, Nobusuke dût recommencer, dans la mesure où le bandage était beaucoup trop serré : la victime commençait à étouffer. Le premier bandage fut donc un échec. Il recommença, avec un peu plus de délicatesse toutefois. En nouant son ouvrage, il lança un regard rempli de méfiance au Nara, responsable de leur sécurité : il n'avait pas envie que ce dernier en profite pour reprendre la tête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Sam 2 Juin 2018 - 14:24
Après avoir reçu la boule de savon en plein visage, le jeune garçon aux cheveux blancs était plus remonté que jamais. Il voulait vraiment gagner cette course face à cet adversaire.

Mais… Attendez… En fait ils n’étaient pas vraiment concurrents dans le sens propre du terme. Ils devaient faire preuve d’esprit de collaboration au contraire ! Et ça, le mec qui est en train de vous écrire les aventures du petit Melo ne l’avait pas compris. Ce qui changera donc la tournure qu’aurait pu prendre ce RP. Pour le meilleur… Mais aussi pour le pire.

Revenons donc à la course. Nobusuke venait de prendre la tête de la course d’obstacles et il se permit une petite remarque sarcastique à l’encontre de son « coéquipier » du jour. Lui aussi avait bien en tête qu’il n’y aurait qu’un seul gagnant, malgré le fait qu’ils faisaient équipe. Et pour tout vous dire, cela fit remonter en flèche sa motivation. Il s’en débarassa rapidement tout en voyant que de la limaille de fer avait été créée. Alors il n’avait pas compris où, mais au moins cela devait l’aider… Apparemment. Tu seras plus précis sur qui elle apparaît la prochaine fois s’il te plaît Nobu’, car là… Pas ouf ah ah !

Bref, la course reprenait de plus belle, et alors qu’ils s’apprêtaient à se lancer dans une course effrennée, Nobu’ se stoppa bien vite alors que Melo revenait à sa hauteur. Un élève avec une plaie béante était étendu sur la sol et il fallait alors sécuriser le périmètre tout en appliquant les gestes de premier secours. Le manieur de maille de fer était arrivé le premier, c’était donc à Melo de s’occuper de la sécurisation de la zone. Il ne faisait pas vraiment confiance à son coéquipier mais avait-il réellement le choix ? Pas vraiment.

Il étendit alors son ombre sur un large périmètre autour du corps de la victime, tout en gardant un œil sur son « coéquipier ». Il ne voulait rien laisser au hasard et put alors parer la première attaque surprise venant dans son point mort. Un shuriken modifié,- c’est à dire qu’il n’était pas destiné à blesser-, venait d’être envoyé. Melo, de par un mouvement ample de son bras droit, utilisa un vrai kunai pour l’envoyer valser.

- Pas de bêtises ! Stabilise vite sa situation sinon on augmente les risques de laisser passer une attaque !
Il était tout en contrôle, mais sa voix se faisait pressante. Il était sûr de ses capacités, mais il savait aussi où se trouvait son point de rupture. Le corbeau devait donc se dépêcher, sinon le Nara avait de plus en plus de chance de laisser passer une attaque. Mais pour le moment, il scrutait les environs et alors qu’une attaque arrivait de l’autre côté de la zone, il fit jaillir son ombre de l’endroit du cercle le plus approprié pour créer une forme permettant alors d’encaisser l’attaque à la place de Nobu’.
- Bientôt fini ?
Au fur et à mesure que le temps passait, Melo voyait les attaques se multiplier. Ses camarades étaient de plus en plus insistants sur les attaques et il fallait vraiment que Nobu’ stabilise la situation sinon ils risquaient de perdre des points. Mais bon… Pour le moment ils étaient encore dans un délai tout à fait dans la norme,- voire excellent-, et cela, le Nara l’avait aussi en tête.

Et au moment où il vit alors que Nobusuke venait de stabiliser la situation, Melo rompit son cercle d’ombre tout en parant une dernière attaque et il se mit alors en route vers la prochaine étape. Le record du temps pouvait encore tomber, ils avaient passé les deux premières épreuves à une vitesse impressionnante pour de simples aspirants. Mais ce n’était que le début, et ils devaient garder ce rythme !

C’est donc en prenant la tête de la course en silence,- sans narguer le corbeau-, que Melo arriva jusqu’à la prochaine épreuve. Il s’agissait d’un mur extrêmement haut, près de cinq mètres qu’ils devaient escalader. Nobusuke arriverait sûrement bientôt, et quelque chose dans l’esprit du jeune Nara lui tira la sonnette d’alarme… Utiliser ses pieds pour grimper était sûrement bien trop facile. Tous ici maîtrisaient le Kinobiri qui consistait à appliquer une couche de chakra sous ses semelles pour progresser à l’horizontale… Il devait donc y avoir un piège et c’est donc ainsi que se terminera ce tour.

Ne voulant pas prendre de risque inconsidéré, Melo se laissa le temps de la réflexion. Mais qu’en était-il du corbeau ? Allait-il foncer tête baissée ? Comme son tempérament le laissait suggérer ?
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3323-nara-melo-finie

Dim 3 Juin 2018 - 10:37

L'état de la victime était à priori sécurisé. Tandis que Melo utilisait ses ombres pour protéger le groupe des projectiles arrivant de nulle part, Nobusuke reçût du camarade un signe lui affirmant qu'il pouvait passer à autre chose. L'indice ne passa pas inaperçu aux yeux du Nara qui en profita pour reprendre un peu d'avance. Le pseudo corbeau (il détestait l'idée d'être comparé à un oiseau de pacotille par ailleurs) songea aux capacités de son compère qui, de fait, se rapprochaient drôlement des siennes : c'était comme deux enfants jouant avec les ténèbres, d'une certaine manière. Melo avait-il conscience que le Satetsu avait tourné quelques-unes de ses techniques vers des utilisations semblables à celles des manipulateurs d'ombre ? La question resterait probablement en suspend tant qu'ils n'auraient pas l'occasion de révéler leur potentiel pugilistique ensemble ou l'un contre l'autre.

Du reste, cela n'empêcha le secouriste d'aller talonner son protecteur jusqu'à ce qu'un nouvel obstacle s'oppose à eux. Un mur d'une hauteur de cinq mètres était là, barrant la route d'un Nara réflexif qui, de fait, avait choisi de prendre le temps de cogiter sur la situation avant de tenter quoique ce soit d'inconsidéré. Joli piège, Melo. Allez, je rentre dans ton jeu.

Nobusuke, dont l'esprit se caractérisait justement par l'inconscience, n'hésita pas une seconde, contrairement à son compatriote. Sprintant vers l'édifice, il poussa le blanc bec d'un coup d'épaule pour affronter le mur avec une foulée imprégnée du chakra typique qu'on utilise pour escalader les murs, les falaises, les arbres et les portes des toilettes féminines. Hum... oui ? j'ai dit quelque chose de déplacé ?

Et, comme vous vous en doutez bien, aussitôt le déjanté gagna-t-il quelques mètres sur l'étrange matière, aussitôt gagna-t-il ces quelques mètres dans le sens inverse dans une chute endiablée au cours de laquelle un homme lambda se serait brisé les deux jambes. Atterrissant sur le dos dans un bruit sourd d'impact appuyé d'une naissance de poussière autour de la déchéance de l'adolescent, il s'étala de tout son long, regardant le ciel avec un air ahuri. Il ne comprenait pas pourquoi sa technique n'avait pas marché.

Je...

Péniblement, il se releva et se dépoussiéra en jetant un oeil à cet infâme obstacle. Perplexe, il resta stoïque l'espace d'un court instant. Contrairement à son associé, il n'avait pas l'âme à planifier une stratégie : il agissait instinctivement et, comme une sorte de psychokwak déboussolé, il retenta l'expérience. Inévitablement, la conclusion fut la même, à ceci près que la chute fut moins brutale.

Et oui, mon petit Melo. La seule chose que le Satetsu peut bien planifier, c'est la manière avec laquelle on peut disséquer un de ses semblables. Pour le reste, il faudra compter sur la réflexion des Nara.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Dim 3 Juin 2018 - 13:48
Alors qu’il était en train de réfléchir à ce mur qui semblait être un piège… Nobusuke ne se posa pas plus de questions et se rua directement à l’assaut du mur ! Et, comme prévu, il retomba au moins aussi rapidement qu’il n’était monté ! Melo le regarda avec un regard rempli de dépit et de mépris…
- T’es vraiment pas très malin toi…
D’habitude il n’était pas aussi condescendant, mais la relation qu’il entretenait avec le corbeau,- ce surnom lui allait si bien-, était plutôt particulière. Bien qu’il n’aimait pas du tout son état d’esprit totalement bruyant, doué d’autant de spontanéité que de malveillance… Il ne pouvait s’empêcher de lui reconnaître un certain intellect. Il s’en cachait avec ses airs machiavéliques et ses manœuvres pour embêter les autres… Mais il était drôlement intelligent.

Ce qui choquait bon nombre d’élèves, et parfois même des professeurs de l’académie. Mais Melo avait vu clair dans son jeu. C’était un psychopathe… Mais dans un genre des plus dangereux. Car il était doué d’intelligence, et à partir de ce moment là… Il n’en devenait que plus redoutable. Il fallait donc réussir à le maîtriser, et à le dompter… Mais ça, Melo ne l’avait pas encore fait. Tellement imprévisible, Nobusuke se révélait un vrai casse-tête pour le Nara !

- Arrête de foncer tête baissée. Ce mur est dans une matière spécifique et je soupçonne que le professeur y ai appliqué une couche de chakra particulière. Il va falloir qu’on trouve autre chose.
Le temps défilait, et il savait qu’ils devaient se dépêcher sous peine de voir le record s’envoler. Melo s’assit alors par terre, et se mit en position de méditation en faisant se toucher ses deux mains. Cette posture n’était pas sans rappeler celle de Shikamaru Nara, un illustre ancêtre hypothétique qui n’existe même pas sur ce forum, mais une vraie source d’inspiration !

Et alors qu’il voyait les différentes possibilités défiler devant ses yeux, il eut alors une idée. Se relevant facilement, il se concentra alors et effectua une petite série de mudras. Son ombre s’épaissit alors et il la fit s’allonger jusque vers le mur si particulier auquel ils faisaient face. L’ombre monta alors au niveau du mur, et s’arrêta à une hauteur de deux ou trois mètres. Faisant la grimace, des gouttes perlèrent alors au niveau de la tempe du jeune garçon…

- Fais chier…
Melo était arrivé à son maximum et il ne pouvait étirer son ombre plus haut. Il fit un dernier signe, puis des mains sortirent au niveau du mur, venant former une sorte de suite de marches qui pourront alors permettre d’arriver jusqu’à la moitié du mur ! Une fois sa structure stabilisée, il garda le jutsu alors qu’une nouvelle goutte perlait de sa tempe jusqu’à son cou. Il tourna ensuite la tête vers son rival, et lui sortit, presque en criant…
- Dépêche toi d’utiliser ta maille de fer pour nous permettre de surmonter ce mur ! Je peux pas aller plus haut alors à ton tour !
C’était maintenant une occasion unique. Deux des plus doués élèves de la classe allaient devoir s’entre-aider avec leurs capacités respectives… Mais la vraie question restait… Cela serait-il suffisant ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3323-nara-melo-finie

Dim 3 Juin 2018 - 14:38

Devant les multiples tentatives du chien fou pour franchir l'immondice obstacle, le Nara n'eût d'autres choix que de trouver une solution par lui-même. Sans doute désespéré par cette attitude des plus loufoques et imprévisibles, il n'en resta pas moins déterminé à trouver le plan idéal pour passer cette barrière éphémère. Faisant courir ses ombres sur le mur maudit, il offrit une porte de sortie au Satetsu et à sa limaille de fer. Comment diable n'y avait-il pas pensé plus tôt ? Aveuglé par sa propre négligence, Nobusuke n'avait pas mesuré qu'il bénéficiait du pouvoir parfait pour braver l'insurmontable. Une immense main de limaille se détacha de la silhouette du futur Genin. Sorte de bras démoniaque, cette aide parfaite allait permettre au Satetsu de passer le mur comme s'il ne s'agissait que d'une feuille de papier.

Il bondît sur le socle bâti par le Nara et projeta sa main de fer au sommet de l'écran factice. Il se hissa ensuite sans trop de difficulté et, debout sur le mur, il jeta un oeil à Melo. Le Nara transpirait, signe évident que le maintien de sa technique lui avait coûté une énergie folle. Nobusuke fit un sourire en songeant que, grâce à son don et ses ressources, il était moins fatigable que son associé. Et pourtant, il se délectait de la possibilité de le laisser là, seul à son sort. Après tout, pourquoi ferait-il l'effort de le récupérer ? Il n'avait ni demandé l'aide du Nara, ni promis quoique ce soit en échange.

Il le salua. Puis il se laissa tomber de l'autre côté.

Pas l'ombre d'un remord. Pas l'ombre d'une quelconque empathie. Il ne comptait pas laisser la chance à un concurrent de le rejoindre et, ce faisant, de lui voler la vedette. Le Nara resterait de l'autre côté, tandis que lui continuerait de courir vers la gloire.

Au bout d'une dizaine de secondes à peine cependant, un nouvel obstacle se présenta. A nouveau, il fallait se prémunir contre des assaillants. Trois. Le même nombre qu'au premier atelier. Le chien fou chargea sans coup de semonces. Ni une ni deux, il généra de longues lances de limaille destinées à transpercer les assaillants : c'était sans compter sur leur réplique, puisque non seulement les lances se fichèrent dans une protection de pierre, mais en plus le Satetsu reçut en retour une boule Katon et une bourrasque Fuuton, l'ensemble se mélangeant parfaitement pour créer une énorme tempête enflammée. Il fallut au déjanté s'armer d'une protection immédiate, qui cependant demeura insuffisante pour étouffer le combo : balayé par la déflagration, il fut projeté quelques mètres en arrière. Se rétablissant à la faveur d'une petite pirouette, il comprît qu'il ne ferait pas le poids, seul contre trois.

Vous ne perdez rien pour attendre !

Dégoûté d'être dépassé par les agressions, il rebroussa chemin et retrouva le grand mur étrange nimbé d'une protection empêchant quiconque de le parcourir. Acculé par les assaillants, il dressa un écran de limaille devant lui et en profita entre autres pour créer de petites plateformes de fer de l'autre côté : un cadeau pour le Nara.

Un cadeau au goût amer. Un cadeau qu'il ne tarderait peut-être pas à regretter... mais un cadeau quand même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Dim 3 Juin 2018 - 19:31
Il aurait dû s’en douter. Il n’est pas seulement un idiot, il est aussi un lâche. Comme sa petite taille le laissait deviner. Vous aurez la référence, je n’en doute pas ! M’enfin, revenons à notre sujet et au fait que Melo venait de se faire trahir par son « coéquipier ». Trahir, oui. Vous avez bien lu. Car s’il pensait pouvoir s’en sortir tout seul, il se mettait le doigt dans l’œil.

Et pourtant, Nobusuke venait de tenter sa chance et s’était engouffré tout seul au-dessus du mur, laissant ainsi en plan le jeune garçon aux cheveux blancs. Ce dernier eut alors l’opportunité d’observer le dos de son camarade de classe, ainsi que son sourire et un petit geste de salut à sa destination. Le corbeau le narguait et prenait seul la tête de leur petite course, le laissant ainsi se vider de son chakra.

- Espèce d’abruti… !
Serrant les dents, Melo ne décolérait pas. Nobusuke n’avait vraiment rien compris à l’épreuve et il allait aux devants de nouvelles épreuves qui étaient faites pour tester l’esprit d’équipe. Mais là, le Satetsu n’en avait fait preuve d’aucune alors que le Nara venait d’assurer sa sécurité à la première épreuve. Quel manque de classe et de discernement. Melo ne savait pas ce qu’il tentait de prouver, mais une chose était sûre, il n’avait certainement pas gagné de points. Ni dans l’esprit du Nara, ni dans celui du professeur.

Alors qu’il tentait de déplacer son ombre afin de la faire grimper, Melo était en train de dépenser beaucoup d’énergie et il n’était même pas sûr de pouvoir y arriver. Son ombre avançait progressivement, mais ses réserves de chakra commençaient à se vider et que sa concentration baissait au fur et à mesure. Et alors qu’il n’était pas loin d’abandonner et de se laisser retomber du mauvais côté du mur, il vit de la maille de fer apparaître juste au-dessus de lui.

Sans hésiter, il rompit son jutsu et s’y accrocha avec une de ses mains avant de se hisser jusqu’à la cime du mur. Une fois en haut, il put alors observer la scène devant lui. Le Satetsu s’était protégé des assauts des autres camarades avec sa maille de fer et il semblait totalement acculé par le nombre d’attaques. Melo, quant à lui, ne se précipita pas et s’assit sur le mur, regardant alors la scène.

Il posa son regard tout d’abord sur les assaillants et il observa alors que les assauts étaient effectués rapidement et de façon assez synchronisées ce qui laissait beaucoup de temps pour réagir. Mais pour cela, il aurait fallu qu’ils soient deux. Mais cet abruti avait tenté sa chance tout seul, et il pouvait alors crever pour que Melo lui fasse confiance à nouveau. Ce qui allait grandement augmenter la difficulté du reste de la course…

- Bah alors l’écervelé, tu t’es rendu compte que tu ne pourrais pas avancer tout seul ? T’es vraiment un imbécile… Allez, reste derrière moi !
Profitant de sa vue dégagée et de la protection du Satetsu, il assimila assez rapidement le tempo des attaques et la façon dont elles étaient lancées. Puis, une fois avoir identifié les zones de repos lors des attaques, il se mit en mouvements tout en se saisissant de kunais qu’il lança en cloche, au-dessus des assaillants. Étrange me direz-vous ? Mais le but n’était pas de les blesser avec ces kunais, mais plutôt de s’en servir pour avancer.

Une fois que son pied posa le sol,- devant le Satetsu-, il le dépassa sans regard et avança tout en faisant s’étirer son ombre dans deux directions différentes. Cette dernière toucha alors les ombres de kunais et s’allongea une nouvelle fois pour rejoindre celle de deux des assaillants. Cette manœuvre lui demandait extrêmement de chakra, mais cela en valait la peine car désormais les assaillants faisaient les mêmes gestes que lui. Et ils commencèrent alors à courir dans la même direction que lui, rejoignant alors la foule d’élèves en pleine course. Juste avant qu’ils ne se percutent, Melo rompit alors ses contacts avec leurs ombres. Ce n’était pas volontaire, mais c’était dû à son manque de chakra car il commençait à avoir du mal à se concentrer.

Cependant, la manœuvre fit son effet et deux des trois assaillants étaient hors d’état de nuire. Il n’en restait qu’un, mais ça… C’était le boulot du corbeau. Il n’allait pas tout faire non plus… Faut pas abuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3323-nara-melo-finie

Dim 3 Juin 2018 - 22:56

Le premier plan était donc un échec. Résigné, Nobusuke avait pris le parti de réparer son odieux acte en aidant Melo à remonter le même mur que lui, de sorte qu'ils puissent affronter ensemble leurs assaillants. S'il était évident que le Satetsu avait le profil pour se débarrasser de chacun des trois assaillants respectifs, il ne pouvait rien faire face à cette coalition diabolique qui l'avait acculé jusqu'à cette stratégie B. Le Nara libéré de l'obstacle ne manqua de faire une petite remarque au maître de la limaille, manifestant de fait la rancune et l'inimitié qui commençait à poindre dans leur relation.

Malgré tout, il lui offrît l'ouverture idéale pour pouvoir échapper au duo furieux des deux manipulateurs de Katon et Fuuton. Se glissant entre les deux silhouettes, il esquiva les pieux Doton commandés par le troisième et se débarrassa de lui en créant un immense marteau qui, autonome, le balaya d'un coup puissant.

La course reprît de plus belle, le Nara en tête.

Si le manipulateur des ombres était plus fatigué que le maître de la ferraille, il n'en demeurait pas moins que sa foulée restait celle d'un ninja plein d'ardeur qui ne comptait pas laisser la moindre place au soleil à son talonneur. Melo était aussi compétitif que son binôme, si bien que la coopération avait toujours ce côté électrique.

Kof ! Kof !

Cette simple toux permît à l'auteur de gagner une bonne dizaine de caractères pour finir son post.

Du reste, son imagination demeurait encore assez foisonnante pour imaginer un nouveau barrage. Comme il s'agissait d'un parcours, il ne fallait pas se résumer à trois malheureuses étapes. Non. Les deux loustics allaient devoir faire le preuve comme de guise.

Alors, une idée ?

Un cambrioleur. Oui, un vulgaire cambrioleur. Melo serait à l'évidence le premier à apercevoir le larcin. La mise en scène était relativement simple, puisque les deux ninjas approchaient d'un individu qui semblait bricoler quelque chose sur un établi, lequel était truffé d'armes en tout genre. Vulgairement, on savait imaginer une armurerie et son envahisseur qui, sans avoir repéré les deux assaillants, continuait de faire son business dans l'angle mort de l'oeil du monde.

Que ferait Melo ? Allait-il alerter quelqu'un ? Lancer une injonction pour sommer l'individu de cesser ? Ou attaquer directement ?
Nobusuke ignorait tout à fait quelle serait la suite des évènements mais, déjà, la limaille au-dessus de sa tête prenait la forme d'une pointe de glaive prête à éventer le criminel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Lun 4 Juin 2018 - 7:37
Ils avaient passé les trois premières épreuves avec un certain brio, il fallait l’avouer. Généralement, les élèves de l’académie étaient déjà recalés pour la moitié à ce test. Mais voilà, ces deux garçons avaient quelque chose en plus que tous les autres. Et on ne parle ici ni de jutsu, ni de talent... Mais bien de motivation !

Oui, Nobusuke et Melo étaient animés par la même envie l’un et l’autre. Bien que diamétralement opposés, ces deux aspirants avaient la même soif de victoire. D’un côté, Nobusuke qui avait un potentiel indéniable malgré ses accès de folie passagers. De l’autre, Melo qui avait envie de prouver à tous qu’il avait le potentiel pour faire au moins aussi bien que sa sœur. Et pour cela, il devait exceller dans tous les domaines... Sans exception.

- Un voleur...
La scène était facilement reconnaissable. Un étal, un mec avec un air louche qui regardait inlassablement par dessus son épaule à chaque mouvement suspect du poignet qu’il faisait... Melo et Nobu’ comprirent rapidement à quel type d’épreuve ils assistaient désormais. Le Nara s’arrêta net, assez loin de la scène lorsqu’il se rendit compte de cette nouvelle étape. Tout comme le Satetsu d’ailleurs, qui venait tout juste de le rejoindre.

Cependant, ce dernier ne resta pas les bras croisés à réfléchir à un plan. Et déjà, un glaive composé de limaille de fer s’était formé au dessus de sa tête. L’enfant aux cheveux blancs le regarda alors d’un œil mauvais, puis il composa 2 mudras et son ombre s’allongea jusqu’à celle de son « coéquipier ». N’étant pas loin l’un de l’autre, cela ne lui coûtait rien en énergie et il put alors lui dicter les mouvements de son choix. C’est ainsi qu’il colla ses mains le long de son corps, pour forcer le corbeau à faire de même et ainsi éviter un nouveau coup de sang de la part de ce dernier.

- Ne fonce pas tête baissée... Il peut y avoir des civils, des quidams n’ayant rien à voir avec le larcin. Et si tu attaques, avec ta précision légendaire tu ne feras qu’augmenter les risques.
Cette pique fut balancée sans un mot plus haut que l’autre. Melo exposait juste des faits, rien de plus. Il ne voulait pas se faire pénaliser par son coéquipier plus longtemps, et ce fut pour cela qu’il se permit de l’entraver... du moins temporairement. Puis, alors que son entrave d’ombre était toujours active, le jeune Melo se mit alors à réfléchir.

Le voleur était prêt de l’étal, et restait plutôt sur ses gardes. Il serait donc difficile de le prendre par surprise avec une approche minimaliste. Il fallait la jouer en deux temps, et faire en sorte que le voleur tombe dans un piège. Et pour ce faire, Melo avait une idée...

- J’ai une idée... On va chacun le prendre par un côté. J’ai besoin que tu l’effraies,- ton glaive en limaille de fer par exemple-, afin que toute sa concentration soit portée sur toi et qu’il prenne la fuite dans la direction opposée...
Il marqua une légère pause pour être sur que l’écervelé comprenne bien ce qu’il venait de dire...
- Et moi de mon côté je le cueillerai avec mon ombre, puis tu pourras l’immobiliser tandis que je l’entrave.
Un plan simple, mais qui se révèlerait sûrement efficace. Si tant est que Nobusuke veuille bien le respecter. Et c’est pourquoi le Nara aux cheveux neige se permit une dernière petite remarque.
- Je vois bien que tu ne m’aimes pas. Mais tu aimes gagner, n’est ce pas ? Eh bien rentre toi bien dans la tête que tu ne gagneras pas tout seul aujourd’hui, ta note est liée à moi aussi. Alors je te conseille d’arrêter de te la jouer perso, sinon je m’assurerai de ton échec.
Une mise en garde on ne peut plus claire... Puis Melo se mit en position, rompant ainsi le lien qui le reliait avec son « coéquipier ». Il ne restait maintenant plus qu’à voir qu’elle serait sa décision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3323-nara-melo-finie

Mar 5 Juin 2018 - 9:48

Rien à foutre.

C'était du moins sa première réaction lorsque sa main commença à se dresser à se refermer, comme pour s'apprêter à ordonner à son javelot de fer d'aller se ficher dans sa cible. Mais subitement les ombres du Nara vinrent faire leur basse besogne et empêchèrent au sadique de faire son oeuvre, nuisant à son action et à sa liberté. Cela, il ne l'appréciait vraiment pas. Nobusuke était assez surveillé comme ça pour qu'on ose lui mettre ce genre de menottes, et il étouffa en lui une colère sourde qui de fait n'allait pas embellir l'image de Melo dans son esprit - une image déjà ternie par cet esprit de compétitivité qui régnait entre les deux protagonistes.

Tandis que le maître des ombres déballait toute sa tactique, ce que le Satetsu écoutait d'une oreille distraite, le javelot de fer commença à pivoter sur lui-même. S'il était prisonnier par la technique du Nara, il n'en demeurait que la simple rotation de sa main entraînait une rotation de la tête du projectile, qui bientôt, par la force, commença à se destiner au geôlier. Il n'était plus question de viser le cambrioleur, mais bien de viser le Nara, afin de libérer les chaînes qui continuaient d'entraver ses moyens de mobilité. Melo ne sembla pas ignorer ce retournement de situation, puisqu'il s'arrêta un moment pour questionner Nobusuke sur ses objectifs, affirmant avec conviction la nécessité de coopérer pour un but commun, malgré le différent notoire qui les divisait.

C'était soit aller ensemble vers la victoire, soit aller ensemble vers la défaite. Cette vérité toute simple sembla résonner dans la tête du Satetsu lorsque les ombres du Nara se dispersèrent pour lui redonner sa liberté.

Derechef, notre jeune aventurier bondît sur le côté. Il laissa au Nara le soin de se placer ou de se dissimuler pour tendre son piège, mais ce dernier devait faire vite, car le maitre de la limaille ne comptait s'éterniser dans cette hypothétique capture. Soudain, il lança son javelot de fer dans la direction du cambrioleur. Le projectile se ficha juste à gauche du cambrioleur, défonçant l'étale dans laquelle le bandit tentait de faire son beurre. Puis un deuxième javelot vint se ficher là où il se tenait précédemment, alors même qu'il venait d'effectuer un premier bond de sécurité vers sa droite. Un troisième javelot de fer força le cambrioleur à effectuer un troisième bond de sécurité dans le même sens, repoussant toujours plus la cible vers les ombres infâmes du Nara.

Nobusuke avait fait son job. Il effectua alors une série de mudras pour s'apprêter à conclure l'acte : une masse de limaille noire se forma devant lui et se dirigea lentement vers la cible. Etait-il déjà sous le contrôle du Nara ? Peut-être que oui, peut-être que non. Dans tous les cas, cette masse sombre continuait d'avancer, prête à se répandre sous forme de barreaux afin de verrouiller le squelette du cambrioleur : une volonté de le capturer en bonne et due forme.

J'espère juste que l'autre a bien fait son travail...

Fit-il alors que le doute commençait à l'envahir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Mar 5 Juin 2018 - 19:31
Bonne nouvelle ! Nobusuke semblait enfin avoir compris qu’il ne pourrait pas gagner seul et que cette épreuve se gagnerait à deux. Et ainsi, pour la première fois depuis le début de l’épreuve, les deux aspirants ninjas agirent ensembles.

Pour tout vous dire, ça valait le détour. Il était rare de voir deux aspirants shinobis posséder des capacités aussi avancées à ce niveau de leur éducation. D’un côté, il y avait le corbeau. Imprévisible ? Certainement. Dérangé ? Absolument... Redoutable ? A n’en pas douter ! Ce gamin possédait une puissance rarement vue chez les aspirants ! Et c’était ce qui rendait son cas encore plus triste. Un tel potentiel, une telle facilité a l’exécution... Pourquoi fallait-il qu’il soit aussi dérangé dans sa petite tête ?! Et de l’autre, on trouvait son yang. Peu à l’aise lorsqu’il s’agissait d’utiliser de puissantes attaques, Melo était certainement l’un des Genins les moins dangereux de toute la classe... Sur le papier. Car sa force ne résidait pas dans le pouvoir destructeur de ses jutsus, mais bel et bien dans ses capacités d’analyse. Faisant honneur à son clan, il était un digne héritier des Nara.

Et lorsque ces deux là agissaient de consort, c’était très agréable à regarder. Comme cela se passa durant cette avant dernière épreuve de la course. Le plan se déroula sans encombre, et le voleur fut alors poussé vers Melo avec une étonnante dextérité du manieur de limaille... Par d’incessants assauts, il le força à se replier, et Melo n’eut plus qu’à le cueillir à chaud, prêt à être enfourné au four ! En parlant de ça, il est presque l’heure du dîner alors on va se dépêcher de vite terminer cette épreuve pour mettre les pieds sous la table rapidement !

Car oui, ils avaient effectué la majorité du parcours et il ne leur restait plus qu’une épreuve. La cerise sur le gâteau. Jusque là impressionnants, les deux apprentis shinobis allaient devoir faire face à une dernière épreuve où leur travail d’équipe serait mis à rude épreuve.

- Bien joué pour tout à l’heure.
Bien que n’appréciant pas le Satetsu, Melo n’était pas rancunier et il espérait que son « coéquipier » garderait le même état d'esprit pour la dernière épreuve. Car là, c’était d’un tout autre niveau.

Quelques mètres après que le voleur ait été emprisonné par les barreaux du Satetsu, le duo arriva devant la dernière épreuve. Leur professeur tenait un kunai, placé sous la gorge d’un de leur camarade de classe qui souriait. Il savait qu’il ne risquait rien, et était donc aux premières loges pour assister à ce dernier test.

- La dernière épreuve est très simple. Vous devez sauver Chubo des mains du ravisseur, moi.
Un dernier sourire chaleureux et encourageant, puis le professeur changea d’expression et de la concentration put alors se lire sur son visage. Il ne leur ferait pas de cadeaux, à n’en pas douter.

Melo, quant à lui, savait qu’il ne fallait pas agir avec précipitation ou ils risquaient d’échouer à une marche de la victoire. Et avant même d’analyser les différentes options, il voulut s’assurer d’une dernière chose...

- C’est comme tout à l’heure, seul on ne pourra rien faire. Je peux compter sur toi Nobusuke ?
Une question simple... Mais qu’il fallait éclaircir avant d’entamer le moindre mouvement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3323-nara-melo-finie

Mar 5 Juin 2018 - 21:46

Quelques centaines de mètres plus loin, dans une petite pièce d'un préfabriqué à peine éclairé par la lumière du soleil, trente Genins attendaient leur tour, tandis que les deux camarades prodigieux continuaient de traverser les épreuves comme de rien.

Il y en avait trente dedans, et deux dehors. Trente dedans. Relisez le titre, et réfléchissez bien.

Bref, le duo avançait toujours avec une détermination d'autant plus forte qu'ils venaient de passer l'avant-dernière épreuve avec une facilité déconcertante, entre autres grâce à une complicité inattendue sur laquelle sans doute personne n'aurait parié. Il faut voir à quel point les humains peuvent se révéler étonnants confrontés à des difficultés qui les dépassent ; leur capacité d'improvisation est, de loin, l'une des meilleures du règne animal. Pour autant, il restait à nos jeunes apprentis encore une épreuve qui mettrait à mal leur solidarité, puisque le dernier obstacle se présentait sous la forme du boss ultime pour les jeunes héritiers de la foudre : le prof.

L'esprit d'analyse de Nobusuke ne fait qu'un tour. Il connait par coeur la définition du prof.
Le prof est une espèce abjecte en voie d'extinction qui se caractérise par le "dernier mot". Quoiqu'on dise, le prof a toujours le dernier mot.
Le dernier mot est l'arme ultime de professeur. Ca ne veut pas dire qu'il a raison : cela signifie qu'il a plus de salive que ses congénères.
Le prof possède des élèves. C'est au moins aussi abject que le prof, mais c'est moins chiant.

Passons.

Face à cette nouvelle difficulté, le Nara ne tarda pas à encourager son camarade. En l'observant, Nobusuke eut presque le sentiment d'avoir trouvé un nouvel ami : aussi songea-t-il qu'il était primordial de rétablir les choses en bonne et due forme par une réponse des plus simples et explicites.

Ta gueule.

Grossier et bref. La quintessence du vulgos sous son aspect de beaufitude le plus extrême. Remarquons que le terme "beaufitude" existe réellement sur le correcteur google.

Passons.

Après cette remarque des plus insultantes, certainement que le Nara aurait une dent contre le Satetsu, et c'était bien l'intention. Nobusuke voulait se prémunir d'une trop franche camaraderie. Quelque part, il admirait le Nara pour son génie et son adaptabilité : contrairement aux autres, il ne misait pas sur la force brute, et cela le rendait d'autant plus remarquable. Jaloux à en crever, le maître de la limaille avait décidé mordicus d'en faire son rival, et c'était cette concurrence tacite qui le poussait à faire toujours mieux.

Après avoir dit ces mots, il exécuta quelques mundras. Les particules de fer se dressèrent dans les airs aussitôt, et foncèrent droit vers la tête du sensei. Mais l'objectif n'était pas celui qu'on aurait pu penser : l'élève n'avait aucunement l'intention d'être agressif. Ce leurre n'était là que pour appâter la galerie. La matière noire avait l'avantage de pouvoir former un écran visuel obstruant la vue de son antagoniste : il en profiterait pour frapper et libérer l'otage.

J'y vais. Reste derrière et admire.

Tandis que sa création continuait sa course en vue d'aveugler l'agresseur, il bondît en direction de sa cible, sans savoir que derrière lui, le Nara préparait déjà certainement un nouveau stratagème.

La conclusion ?

Vous vous en doutez : l'enseignant se débarrassa du leurre et fonça tout droit vers Nobusuke, tenant toujours l'otage sous le bras. En pivotant, il exécuta une ruade et décocha un coup de pied montant en pleine mâchoire du prétention. La tête de l'adolescent se souleva automatiquement, avant que tout son corps soit balayé par une charge de l'épaule qui l'expédia un peu plus loin.

Voilà ce que l'on récolte avec un trop plein d'audace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Mer 6 Juin 2018 - 9:34
Toujours aussi désagréable ce Nobusuke… Alors que Melo avait fait un effort pour encourager son « coéquipier » afin qu’ils puissent enfin agir de consort, ce dernier le renvoyait royalement chier, sans se poser de question. N’étant pas choqué, le Nara sourit alors, malgré la situation. Il trouvait cela pitoyable, mais il ne s’attarderait pas sur ce comportement puéril et continuerait d’avancer jusqu’à ce qu’ils terminent cette course d’obstacles. Après tout, ils étaient proches de la fin vu que l’épreuve qui arrivait était celle avec leur professeur. Un dernier test pour voir une dernière fois le potentiel de ces deux shinobis prometteurs… À eux de ne pas gâcher cette occasion de marquer des points… Mais aussi les esprits.

Comme si cela devenait une habitude, Nobusuke n’écouta pas les conseils du jeune Melo et fonça tête baissée. Après, il eut quand même une révélation dans son cerveau d’attardé, pour utiliser un leurre avec sa limaille de fer. La technique était impressionnante, mais elle ne servit pas à grand-chose car le professeur avait bien plus d’expérience et d’habilité que l’aspirant shinobi. Il s’en débarrassa alors bien vite, puis vint frapper par deux fois le Satetsu, l’envoyant ainsi valser en arrière, tout en gardant le kunai sous la gorge de son « prisonnier ». Melo avait assisté à la scène, et l’avait alors analysée. Il n’avait pas bougé d’un pouce pour aider le Corbeau, se contentant d’observer la réaction de leur professeur, ainsi que ses capacités. Et il ne fut pas déçu, cependant, il nota que ce dernier avait effectué un déplacement qui le rapprochait d’une ombre.

- Bah alors Nobu-baka, c’est tout ce que tu peux faire ? C’est pas comme ça que tu risques de briller… Franchement, avec de telles attaques, tu serais même pas capable de blesser une petite fille !
Il ne fallait pas attirer les soupçons et ils devaient faire croire à une vraie engueulade. Melo comptait sur un énervement de la part de Nobusuke. Il le frapperait sûrement, et Melo se laissera faire. Ce qu’il voulait ? Se placer près de l’ombre du bâtiment d’où se trouvait le professeur. Et une fois qu’il serait prêt de cette dernière, il attendait que Nobusuke fonce une nouvelle fois sur le professeur pour le forcer à bouger une nouvelle fois. Et une fois que cela serait fait… Le piège se refermera alors sur le professeur, et Melo devait se tenir prêt à agir… Sa fenêtre de tir était étroite, il ne devait pas se louper.

Mais Nobusuke allait-il réagir aussi impulsivement que prévu ? Rien n’était moins sûr... Ce garçon était tellement imprévisible et dérangé… !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3323-nara-melo-finie

Mer 6 Juin 2018 - 10:45

La terre était dure comme un acier Metaru. Le contact de sa peau fragile contre cette matière rustique ne lui plaisait guère, autant que d'avoir été humilié en l'espace d'une fraction de seconde par son propre enseignant. Péniblement, il se releva. Sa main vint soutenir sa mâchoire et il tenta de la délier par un mouvement arrondi commandé par les muscles maxillaires. Il aurait probablement du mal à mâcher pour plusieurs jours. Surtout, sa bouche toute entière était accaparée par le goût de ferraille qui caractérise la coulée de sang : de fait, en encaissant cet uppercut du pied, il s'était mordu la langue et cette dernière laissait se répandre le liquide rouge dont le petit déjanté raffolait complètement.

Langoureusement, il se lécha les lèvres.

Ses yeux louchèrent pour tenter de voir si rien d'autre sur son corps ne souffrait d'une quelconque ouverture. S'il aimait le sang, il savait que les effusions n'étaient guère un bon signal pour la suite de l'affrontement. Négligeant complètement tout ce qu'il se passait autour de lui - que ce soit les actions du sensei, de l'otage ou du Nara - il se rendît compte qu'il avait été partiellement épargné par son antagoniste. Certainement qu'en situation réelle les dégâts auraient été beaucoup plus importants. Conscient de cette perspective macabre, il tira un couteau de son veston...

Sauf le respect que je vous dois, Sensei...

... qu'il se planta en dessous du plexus.

... je n'aime pas qu'on me ménage sous prétexte de clauses éducatives.

La douleur monta vivement tandis que sa main restait crispée sur la poignée du couteau qu'il venait lui-même de s'enfoncer. Il s'écroula sur ses deux genoux, haletant. Son esprit tourbillonnait comme s'il était emporté dans un siphon et, inéluctablement, le vertige s'empara de lui. Son teint blêmit tout de go, tandis que ses lèvres pâles se mirent à trembler sous cette souffrance lancinante. Cette matière était aussi froide que la glace. Il laissa tomber ses yeux sur sa lame, au long de laquelle un filet d'hémoglobine coulait lentement.

Dans sa robe la plus sinistre, la peur se présenta.

Il perdait le contrôle sur lui-même et c'est comme si le monde s'était soulevé d'un coup, bien que, en réalité, c'était bien lui qui venait de s'effondrer sur ses deux rotules. Son buste tangua à gauche à droite. Comme s'il était ivre-mort.
Tout à coup, un sourire fractura son faciès. Le sang coulait à flot. Il était proche de la douleur. Il pouvait sentir la mort comme si elle respirait contre son nez. Mais elle était narguée par la vie qui, à travers la souffrance, venait lui dire que, non, petite mort, le petit Nobusuke est à moi. Ce dernier prit conscience de la mesquinerie de la vie. Face à la mort jalouse, elle faisait trempette dans l'agonie des hommes, nue et excitée, comme une pucelle aguicheuse improvisant un strip tease devant la cage d'un psychopathe sexuel.

En extase, Nobusuke écarta les bras.

Aussitôt, la limaille se souleva autour de lui comme un essaim de mouches venues par milliers. Toute cette matière se condensa en cinq javelots noirs lévitant au-dessus de leur maître, formant un arc de cercle parfait. Chaque pointe était dirigée vers le sensei.

Nara...

Fit-il doucement. Comprendrait-il le signal ? Il ne le savait guère, mais referma quand même ses bras. Obéissant à ce geste, les cinq javelots noirs filèrent instantanément vers leur cible, rapides comme l'éclair. Le sensei, intrigué plus par le comportement de son élève que par le danger représenté par ces pieux de la mort, commença à exécuter un signe d'une seule main, prêt à dresser une barrière. Mais c'était faire erreur sur l'intention du Satetsu.

S'il était un être torturé, Nobusuke n'en demeurait pas moins quelqu'un de formidable lorsqu'il s'agissait de créer de l'imprévu. Il manquait de logique, mais pas d'idées. Les pieux se décomposèrent subitement, un par un, avant même d'atteindre leur cible. Ce faisant, ils formèrent un long nuage de matière noire faisant écran aux rayons du soleil.

Un long nuage noir dans l'ombre duquel le Nara serait probablement le plus grand souverain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Mer 6 Juin 2018 - 13:50
- Ok, ce mec est un cinglé ! Melo ne s’attendait pas à ce qu’il soit aussi dérangé… Mais là, ça dépassait tout entendement. Le Satetsu avait reproché au professeur de ne pas y être allé aussi fort que normalement, et pour combler cet écart… Il s’était littéralement planté un couteau dans l’abdomen. Melo, simple spectateur de cette scène surréaliste, n’en crut alors pas ses yeux. Tout d’abord, il était interdit d’apporter un couteau aussi gros sans le déclarer… Et Melo se doutait bien que son « coéquipier » du jour ne l’avait pas déclaré. Mais plus encore, le fait de le retourner contre lui… Cela prouvait clairement un déséquilibre mental, et cela ne le rendait que plus dangereux que l’enfant qui maniait les ombres n’aurait pu l’imaginer.

Son sang se répandit alors le long de la lame, ainsi que par sa bouche car il cracha une petite gerbe de sang par terre. Melo comprit qu’il s’était sûrement mordu la langue, la douleur étant plus forte qu’il n’avait pu l’anticiper. Mais quel abruti celui-là… Il allait sûrement finir à l’hôpital dans peu de temps, et ses ressources étaient sérieusement diminuées à cause de sa folie ! Rien qui n’arrangeait les affaires du jeune garçon aux cheveux blancs, qui voulait vraiment réussir cette épreuve !

C’est donc totalement affaibli que le Satetsu se remit une nouvelle fois en mouvements, et cette fois, en utilisant pleinement ses capacités. Il jetait sûrement ses dernières forces dans la bataille, et quelle attaque ! Melo, quant à lui, restait attentif à ce qui pourrait se passer, il n’était pas trop tard et s’il réussissait à attraper l’ombre de son professeur, ils réussiraient l’épreuve. Et lorsque l’attaque partit, tout se mit alors en mouvements très rapidement.

Les glaives foncèrent vers le professeur qui semblait plus intrigué par l’état de santé de Nobusuke que par son attaque, mais ce fut là son erreur. Car le mouvement initié par le manieur de limaille de fer n’était pas destiné à blesser leur adversaire, mais plutôt à créer la diversion. Et Melo le comprit lorsque son coéquipier lui annonça son nom de famille… Il était temps pour lui de se mettre en mouvements !

Il allongea alors son ombre en composant un mudra et il voulut alors faire fusionner son ombre avec celle des glaives pour qu’elle devienne plus grande et donc plus dangereuse pour le professeur. Mais le mouvement du Corbeau était encore bien plus avancé… et il créa un nuage de maille de fer qui propulsa alors l’ombre du Nara avec une vitesse folle ! Cette dernière rejoint alors celle du professeur, et Melo, bien que toujours extrêmement concentré, étira sa bouche en un sourire.

- Je te tiens… !
Et alors qu’il souhaitait faire bouger son nouveau prisonnier, il se rendit compte que sa force physique était telle qu’il n’arrivait pas à lui faire bouger le corps… Voici un problème que notre jeune héros aux cheveux blancs n’avait pas prévu. Il était exténué, et son professeur possédait une force brute impressionnante… !
- Merde !
Des gouttes perlaient de son front, mais Melo n’abandonnait pas. Il avait encore un atout dans sa manche, et après quelques mouvements de ses doigts faits douloureusement, une main d’ombre se forma alors sur le bras du professeur tenant le kunai. Lentement, elle s’approcha de sa main, et une fois sur cette dernière… Melo lança ses dernières forces pour que la main vienne contraindre la main à se relâcher l’espace d’un instant… Juste le temps pour que l’élève ne réussisse à s’enfuir en se rendant compte que l’étreinte s’était desserrée.

Une fois fait, Melo rompit tout, il était exténué… Mais au moins, ils avaient réussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3323-nara-melo-finie

Mer 6 Juin 2018 - 21:42

Sa tête vrombissait à présent comme un orage en colère. La perte de sang mélangée à la douleur, aux vertiges et à l'excitation l'entrainait vers un malaise qui lui semblait presque nécessaire, tant son esprit sombrait dans la confusion et l'étourdissement. Heureusement, son collaborateur était réactif en plus d'être fabuleusement perspicace : il avait tout compris de cette tactique improvisée par l'enfant habité par la matière noire. Dans d'autres circonstances, le duo aurait fait naufrage, faute d'un élément perturbateur s'auto-censurant.

Pour Nobusuke, l'acte de sacrifice commis contre lui-même était honorable. Si, pour ses compatriotes, cela relevait de la simple folie, il s'avérait que d'une certaine manière le Satetsu avait rééquilibré les chances de chaque côté et rétabli l'ordre juste des choses. Force était d'admettre qu'il n'avait pas complètement tort, quand bien même c'était idiot.

Le sensei paralysé laissa s'échapper l'otage et reconnût sa pseudo-défaite. Il était assez simple de comprendre qu'il n'avait pas sorti ses meilleurs atouts dans cette petite rixe et, s'il se l'était permis, le duo n'aurait fait que passer comme un courant d'air dans la vie du terrible maître. Mais c'était une réussite et, le record de classe étant établi, celui qui avait formé les deux crapules avait à coeur de les féliciter. Il s'avança vers eux avec un sourire manifestant sa plus grande satisfaction.

Eh bien, eh bien ! Quel duo d'enfer ! Vous m'avez régalé !

Il lança sa main devant lui en leur adressant un pouce, comme les petites pouces bleus que vous pourrez trouvez en bas de la vidéo. Euh non, pardon. Il leur montra un pouce, tout simplement, fier d'avoir lui-même entraîné ces fiers chenapans. Melo devait sans doute éprouver une immense joie. Nobusada, quant à lui, commençait à entendre un sifflement aigus dans les tréfonds de sa boîte crânienne. Cette dernière était au demeurant assez vide pour que ça résonne bien, mais qu'on ne s'y trompe : il vaut mieux une tête bien faite qu'une tête bien pleine.

Votre parcours est officiellement terminé ! Votre temps est de 1'43". Autant dire que c'est excellent !

Il continua d'avancer vers les jeunes héritiers de la foudre, avec la volonté d'appuyer ses dires et d'affirmer sa bonne humeur.

Et pour ne rien vous cacher, je ne m'attenda...

BAM.

Le corps de Nobusuke s'écroula comme un pan de roche détaché d'une falaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Jeu 7 Juin 2018 - 19:08
Les deux garçons avaient réussi... Et autant vous le dire, ce n’avait pas été une mince affaire. Ils avaient eu énormément de mal à faire coïncider leurs actions, leurs volontés... Mais surtout leurs caractères ! Nobusuke était une personne possédait un esprit développé, une capacité d’analyse que beaucoup d’aspirants lui envient... Mais surtout un esprit totalement dérangé. En atteste sa dernière folie en date qui fut de se transpercer le ventre avec une lame. Mais le pire ! Car oui, autant pousser le vice jusqu’au bout, c’était qu’il trouvait que c’était un acte noble ! Et non un accès de démence comme le pensaient tous ses camarades de classe ainsi que son professeur. Bref, vous l’aurez compris, un vrai petit démon.

Et de l’autre côté, se trouvait Melo. Un Nara qui ne faillissait pas à la réputation de son clan. Son esprit était vif, ses capacités d’analyse développées, et ses mots souvent justes. En bref, un élève modèle qui n’aspirait qu’à réussir là où la plupart échouerait. Un mec chiant quoi.

Mais aussi improbable que cela puisse paraître, ces deux enfants que tout oppose se sont montrés brillants lors d’une course où ils devaient faire s’accorder leurs compétences ! Un exploit, car si vous aviez demandé à Melo ou Nobusuke s’ils y arriveraient, ils vous auraient sûrement ri au nez ! Mais pourtant, ils venaient juste de réussir la dernière épreuve imposée par leur professeur ! Ce dernier les félicita d’ailleurs de la pire façon possible, en utilisant ce qu’il appelait une « pose cool », mais qui le faisait passer pour le pire des ringards.

Melo, totalement épuisé a cause du chakra qu’il venait de consommer, leva les yeux au ciel en voyant cette posture. Non mais qu’est ce qu’ils avaient tous les professeurs ? Comme si ça aidait les élèves à rester motivés ce genre de posture. Non mais franchement, il faudrait qu’ils se remettent un peu en question, sinon ils risquaient de perdre pour de bon une bonne partie de leurs élèves !

M’enfin, passons. Un autre élément venait perturber ce moment gênant, et ce n’était pas plus mal comme ça ! Nobusuke venait de s’effondrer, la tête la première sur le sol. Lorsque son visage frappa le bitume, un grand crack fissura le silence. Lui qui avait l’habitude de se craquer les doigts, se craqua cette fois ci le nez ! Melo leva une nouvelle fois les yeux au ciel, puis, sans attendre... Il prit la destination des vestiaires pour aller prendre une douche tout en murmurant ces quelques mots.

- Mais quel idiot...
En effet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3323-nara-melo-finie

Trente-deux dents | PV Melo

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: