Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Agrandir la meute, à petits pas [PV : Kurai Aimi]


Sam 2 Juin 2018 - 21:10
Nous avons suffisamment bien oeuvré pour Hi, ce n'est pas moi qui le dit, cette lettre que je tiens entre les mains le certifie presque aussi fort que n'importe quel discours pourrait le faire. En tout cas, c'est vrai pour les Inuzuka, je renifle la lettre une énième fois, comme si je doutais de son existence même, mais ce parfum est bien celui du chef de la famille il n'y en a pas le moindre doute. Je reconnaitrais cette odeur parmi mille, si je ne pouvais pas le faire, alors je serais indignes des miens c'est certains. Enfin, quand je parle des Inuzuka, je parle de ceux qui habitent au pays du feu... Je ne sais même pas s'il ya des branches ailleurs ? Enfin soit. Non seulement cet écrit m'avance un bien beau projet, mais aussi me confirme qu'une demande annexe à étée validée, je ne peux pas être plus heureuse et exister que par cette nouvelle.

"Rokurô, on peut fonder notre meute !"

Cela à l'air de rie dis comme ça, mais avoir le droit de monter un élevage surtout à mon âge est un grand honneur et des responsabilités que je vais assumé avec le coeur empli de joie et de fierté. Habituellement, un élevage peut avoir plusieurs races de chiens ou au contraire se concentrer sur une seule, dans mon cas cela va être un peu plus complexe. Plus jeune, j'avais eu une théorie que mes parents ont mise en pratique avec succès... Rien d'extravagant ou extraordinaire. Mais les premières portées d'une espèce de chien-loup à vue le jour dans nos chenils. Ils ont la loyauté et l'esprit aiguisés de nos plus racés les plus pointus, tout en ayant un instinct et une robustesse plus grande. Le temps dira s'ils ont le droit à des problèmes divers, comme certaines races en ont eu à cause de la consanguinité artificielle induit par certains élevages...

Bref ! Il y a plein de petits chiots sevrés, foufous et qui attendent leur maîtresse pour former une nouvelle meute. D'ailleurs, il ya quelques mois j'ai envoyé un quelque chose pour en préparer un à une mission particulière. Car, j'ai encore l'habitude de mettre un vêtement sous le coussin de ma maîtresse pour mon usage personnel, mais j'ai aussi fait cela avec un autre objet pour un usage plus spécifique... Habituer les chiots à l'odeur d'Aimi comme il y avait un de mes vêtements dans leurs enclos avec la mienne. L'un d'eux, sera élevée par ma maîtresse, sauf si elle sy refuse catégoriquement, ça me rassurerait qu'elle ait un Ninken à ses côtés, un protecteur fidèle et attentionné, car, dés fois malheureusement je ne peux pas être à ses côtés moi-même.

Ainsi, nous sommes au domaine de ma branche des Inuzuka. La demeure est grande principalement pour avoir les terres suffisantes pour lâcher les nombreux chiens qui viennent à l'état semi-sauvage. Avant même que l'on voie la demeure, on a eu le droit à des bienvenues bien singulières dignes de la maison... Puisqu’avant même de dire ouf j'étais sous un énorme tas de poils, de bave et d'amour. Pour une fois que c'est moi qui suis en infériorité, Rokurô lui la senti venir est ses enfoui sous terre, quand il ressort il a échappé aux salutations les plus énergiques contrairement à moi. Je chuchote une chose comme "Faux-frère" et il ricane en réponse.

Contrairement aux idées reçues, les trois membres de la famille qui reçoivent ma maîtresse n'ont pas l'air de sauvage ou ne se comportent pas comme des rustres. Au contraire, il porte de beaux vêtements et salut poliment la Kurai. Ils savent qui elle est et ce qu'elle représente pour moi et donc la famille. Ils l'invitent donc à prendre le thé et forcement elle va voir que la demeure est loin d'être pauvre...

"Pour ma défense, je ne vous l'ai pas cachée parce que j'avais honte ou une chose du genre, mais, pour pas que vous vous sentiez obligée de bouleverser encore plus votre vie par ma faute. Bon, c'est un échec, mais j'ai quand même essayé..."

Échec, je pense que sa vie a été on ne peu plus chamboulée par ma présence, mais pas forcement en mal.

Puis finalement, quelques instants plus tard, un tas de petits bruits singuliers. Des choulement. Cela consiste en un long hurlement semblable à celui d'aucun autre chien ou loup, j'ai été surprise la première fois que je les ai entendus, ils doivent avoir tellement grandi. D'ailleurs quand les petits monstres sont lâchés, ils semblent surexcités. Je m'assure qu'ils ne vont pas se faire mal ou faire de mal à ma maîtresse, ce sont des chiots, mais ce sont aussi des Ninkens il ne faut pas les sous-estimer...L'un d'eux vient de sauter par-dessus nous à plusieurs mètres de haut.

L'un d'eux arrive à une peluche à la gueule. La pauvre victime est celle qui a l'odeur de maîtresse et d'ailleurs, malgré ses airs de petit dominateur il ne faut pas plus d'une poignée de seconde pour qu'il reconnaisse l'odeur, s'approche d'elle, l'observe, puis lâche sa proie au pied de celle-ci. Il remue la queue, les oreilles droit et la suppliant presque du regard de faire attention à lui ou elle, d'ici j'ai du mal à voir.

"L'un d'eux va devenir ton partenaire, nos obligations nous séparent trop à mon goût et je me sentirai plus rassuré que tu ai un ninken bien à toi. Je vous aiderai bien évidement à l'élever et il sera toujours de la meute."

Puis je chuchote à son oreille.

"S'il vous plaît..."

Je donne l'impression d'être autoritaire, mais finalement, je montre bien qui est la cheffe et ce n'est pas moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Sam 2 Juin 2018 - 22:15
Pas de blouse blanche aujourd'hui pour la Kurai, bien au contraire, elle était apprêté pour profiter de sa journée. Momohime l'avait invité chez elle, dans son clan, autant dire qu'elle lui avait promis des poilus partout, ce qui avait ravie cette amoureuse de la faune et plus particulièrement des canidés. Elle ne faisait pas l'insulte à l'Inuzuka de jouer les surprises en découvrant la richesse du lieu, la Kurai l'avait déjà compris depuis un petit moment déjà, cela ne faisait que lui confirmer et au fond, ce n'était pas si important. Elle s'inclinait donc poliment devant ses hôtes, un sourire ravi et se confondant en remerciement pour l'invitation entre ses murs. Visiblement, les assauts de pattes boueuses et poilues, ainsi que la mer de bave ne la révulsait pas, même qu'Aimi avait eu l'air d'aimer la démonstration d'affection. Momohime et Rokuro l'avait pas mal habituée avec le temps aussi.

-Ne t'inquiètes pas Momo', disons que ni l'une, ni l'autre n'a jamais cherché à aborder le sujet. Torts partagés ? Et puis c'est moi qui devrait m'excuser d'avoir fait baisser ton train de vie en fait.

Clairement et drastiquement même. Momo avait fait beaucoup de sacrifices en choisissant de rester à ses côtés, Aimi en était bel et bien consciente. Venait alors le moment tant attendu, la nouvelle génération de boules de poils, dont un qui la faisait particulièrement fondre... Avec sa petite peluche dans la gueule, il semblait avoir adopté de base la Kurai qui était déjà accroupie pour le flatter les joues rougissantes devant l'attention. Enfant, elle était la dernière qu'on sélectionnait pour former les équipes quand il jouait... la dernière à qui on proposait quelque chose aussi. Une roue de secours en somme. C'était triste, mais une réalité faisait qu'elle n'avait jamais été beaucoup populaire, aussi l'être en tant que médecin lui paraissait comme une triche juste parce qu'elle était utile. Aimi avait du mal à apprécier à juste valeur remerciements et flatteries, elle ne les prenait jamais pour réels, mais un animal ne mentait jamais. Ah si elle savait pourquoi et que c'était pré-travaillé, peut-être serait-elle déçue...

-Ohhhh tellement mignon <3 ! C'est quoi son petit nom à lui... ou elle ? Comment on sait d'ailleurs ?

La suite de la surprise l'égyait encore plus, contre toutes attentes visiblement, Aimi acceuillait la nouvelle avec enthousiasme.

-L'élever moi ? Avec toi ? Un rire nerveux lui échappait. Je ne suis pas sûre... Qu'il vive avec nous et reste avec moi je veux dire c'est merveilleux ! Mais l'éduquer....

Pouvait-elle avouer ouvertement qu'elle n'était pas capable ? Pas ici devant tout le monde elle ferait honte à Momohime, et quelque part elle ne voulait pas la décevoir non plus cette dernière avec tous les efforts qu'elle faisait pour elle.... Le chiot lui remuait sa petite queue avec un air de mignon qui la faisait fondre elle et sa volonté.

-Bonnn d'accord, on commence ça comment ?

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Sam 2 Juin 2018 - 23:22
Il est temps de parler du sujet qui fâche n'est-ce pas ? Enfin, non il ne fâche pas, mais il est sensible... Pas vraiment ? Bref, j'ai cru que ce serait difficile et en fais pas tant que ça. Par contre elle fait erreur sur un point tout de même.

"Vous n'avez rien baissé du tout, j'ai décidé de réorienter mon argent de poche de manière à vous soutenir vous et une cause plus juste... Même si je garde de quoi couvrir des dépenses surprises, le reste va d'une manière où une autre au peuple de Hi qui en a plus besoin."

C'est peu de la dire, les tambours de guerre sonnent presque au loin, ils n'auront pas trop de ressources pour se remettre du raz de marais précédent et de ceux à venir. Même si ce n'est pas tant que ça, mon argent va à des œuvres caritatives, autant que possible. C'est ça ou par le bié d'une cousine, des aller-retour pour aller chercher puis distribuer des vivres au peuple du pays du feu.

"Votre présence est bien plus chaleureuse et agréable que tout le confort du monde."

Je n'échangerai pas ma maîtresse contre quoi que ce soit, ni rien au monde. Je l'aime et je compte bien rester avec elle jusqu’à la fin, qui je l'espère sera le plus tard possible. La mort est une composante de la vie de shinobi, mais ce n'est pas pour autant que je vais l'appeler ou attendre sagement sa venue. Finalement, elle semble être attirée par l'un d'eux plus particulièrement. Je m'approche de lui, viens regarder derrière sa tête et pouffe de rire d'un air attendri. Pas de tache, ce n'est pas celui que j'ai préparé... Comme quoi rien ne fonctionne comme on peut le prévoir n'est-ce pas ?

Je n'ai pas à mentir, en fait je n'en avais pas envie on va dire que ça tombe bien.

"Vous avez été choisi, il en va de votre responsabilité de lui donner un nom."

D'ailleurs il est où le petit traite qui n'est pas venu ? Ah ! Trouvé... Je vais lui mordiller une oreille avant de le prendre dans mes bras, chenapan va ! Évidemment, c'était couru d'avance qu'elle ne se prenne pas suffisamment au sérieux pour penser avoir les épaules assez solides. Je suis certaine qu'elle s'en sortira.

"Vous êtes lié par un serment, un contrat moral que vous allez conclure au moment où vous prononcerez son nom. Une responsabilité et un amour réciproque..."

J'ai beau lancer une phrase pompeuse et dure, je viens placer une main qui se veut rassurante sur l'épaule de ma maîtresse. Pense-t-elle réellement que je ferais ceci si je pensais qu'elle pourrait être une mauvaise guide pour lui ? Je l'aime, c'est indéniable, mais je ne ferais pas de mal à l'un ou l'autre à dessein. Je suis certaine qu'elle fera une bonne maitresse, comme elle l'est pour moi.

"Burakku, Howaito, Shirubā, Nezumīro, Gurē."

Bon, ils ne sont pas forcement ni très attentif, ni très disciplinée, mais c'est le début c'est normal.

"Au pied !"

Rien qu'une voie ferme et une certaine autorité ne puisse contré, autant dire qu'ils sont maintenant calmes et à mes pieds effectivement... Enfin ils le sont un instant et je les récompense d'une caresse chacun. Je regarde Aimi et me dis que ça ne va pas le faire.

"J'ai la vague impression que vous n'êtes pas très capable de ce genre chose, la méthode douce est envisageable et à envisager même s'il faudra tout de même montrer votre autorité de temps à autre... N'oublions pas que ce sont nos compagnons, pas nos choses et la manière don vous le traiterai et le guiderai ne regarde que vous... Même si je garderai un œil attentif au cas où."

Traduction, je ne lui demande pas d'être une inuzuka, elle peut très bien lui garantir amour et éducation, surtout avec un coup de pouce. Une fois que le chiot a été nommé, il ou elle saute sur l'épaule de sa maîtresse et lui lape le visage une fois avant de rester calme... Il n'est pas si lourd puisqu'il est jeune, mais je remarque rapidement une chose... C'est le ou la plus grosse de la porté.

"Pauvre maîtresse, dresser le chiot dominant va être une vraie épreuve..."

J'ai dit ça à voix basse, mais pas assez pour qu'elle ne l'entende pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Sam 2 Juin 2018 - 23:58
Aimi ne pouvait que sourire devant les remarques de son acolyte principal. Car au final, si elle avait rejoins ensemble de Hinoishi récemment, depuis ce qui lui paraissait la nuit des temps, elles formaient un duo qui au final, n'avait rien changé à ses habitudes. L'organisation leur avait offert plus de bras et de soutient, mais n'avait pas influencé leurs vies de façon singulière pour le moment. Tant mieux non ? Charmée par sa bête la Kurai oubliait presque qu'elle n'était pas chez elle et été censé se tenir quand même. Se contentant de câliner le petit diable qui mordillait déjà son oreille, pas un instant elle avait pensé à la taille qu'il aurait plus tard une fois adulte. Ni même aux difficultés que révélaient un chien de ce genre. Un point à la fois. Une fois de plus elle rougissait gênée en baissant la tête devant les gentillesses abusifs de l'Inuzuka, en public en plus, déjà qu'en privé c'était embarrassant. C'était à se demander si elle ne faisait pas un peu exprès quand même.

-Je suis contente si ta vie actuelle te plait, c'est vrai que la région te doit beaucoup. Et moi bien plus encore.

Son sourire fut interrompu sous la surprise, quand on l'informait qu'elle devrait donner un nom au petit bonhomme, mais en plus l'assumer. Ouille ouille ! Problème, elle n'avait aucune idée de son sexe, et vu comme ils avaient ris en passant à une blague quand elle avait demandé comment on faisait la différence, elle ne voulait passer pour une idiote. Idée de génie ou pas, le sobriquet du petit canidé lui apparaissait comme une évidence...

-Nono ! Il s'appellera Nono, Nono-aimé au complet.

Nono-aimé, Momohime, elle avait été le cherché bien loin hein. Est-ce que cela allait être bien pris comme hommage à sa bienfaitrice, c'était spécial quand même, mais Aimi était quelqu'un de simple qui pensait simplement. Sans cherché des sens cachés ou d'éventuelles vexations ou autre. Elle agissait à l'instant pour le meilleur et pour le pire, et quand Momohime avouait qu'il s'agissait qu'un petit alpha, les problèmes s'annonçait devant le manque de caractère de la Kurai. C'était le chien qui allait promener sa nouvelle maîtresse et la dresser, pas l'inverse. C'était presque garanti, mais Aimi avait de l'espoir et sur le coup elle y croyait quand Momo' lui offrait une main réconfortante sur son épaule.

-Je ferais au mieux, promis. Suivis d'un... Quoi ? Comment ça ?... En l'entendant parler de dominant.

Aimi savait très bien ce que ce terme voulait dire. Le dominant c'est le chef, de ce qu'elle avait vu du comportement portant bien ancré de l'Inuzuka, devant Taishi qu'elle considérait comme l'alpha du groupe, elle était douce comme un agneau. Avec Aimi c'était différent, pas son autorité légendaire -inexistence- qui était en jeu. De l'affection en plus de cette histoire de dette. Momohime jouait le jeu parce qu'elle en avait envie et comme elle était la dominante de Rokokû, il suivait. Mais le petit chiot allait-il se laisser avoir par ce genre de sentiments ...? Aucune chance.

-Comment ça dominant Momo' ? Qu'est-ce que tu veux dire par là ?

Elle déchantait déjà et Nono lui tirait sur le col de l'irou en grognant et remuant sa petite queue. C'était peut-être pour ça qu'il avait choisi, la garanti instinctive de pouvoir faire tout ce qu'il voudrait.

-Tu veux dire qu'ils vont rentré avec nous dès aujourd'hui ?

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Dim 3 Juin 2018 - 1:04
Je lui dois beaucoup et vice-versa, la boucle et bouclé. Donc c'est... Nonoaime... Bon tant qu'elle assume, un nom c'est un nom et j'ai vu bien plus ridicule. Les pires étant Waf, Chien ou d'autres du même genre. Enfin soit, je ne pense pas qu'il y ait plus de chose à dire sur ce sujet maintenant le choix est fait et Nono n'a pas eu le moindre comportement qui montrerait un rejet, même léger de son appellation ce qui est un bon signe. Même s'il reste ouvertement dominant dans son comportement, il n'est en rien agressif ou méchant, c'est un autre point fort. Connaissant Aimi, il va la tirer plus qu'elle le guidera, mais s'il le fait avec les bonnes attentions alors ce n'est pas si grave.

J'ai tout de même un grand sourire quand elle commence à paniquer, oui aucun ne doute même. Je vais le prendre dans mes bras, prends une de ses pâtes dans ma main et observe la taille de celle-ci.

"Oh ciel, tu as vu la taille de ces pâtes ? Rokurô, il va être plus grand que toi d'au moins une tête une fois adulte..."

Une goutte de sueur perlant sur mon front, je me demande is je n'ai pas été un chouia optimiste quand même. Je remets le petit monstre au sol et il remonte bien sagement sur l'épaule de sa maîtresse.

"Je suis certaine que tu sauras te faire entendre."

Je regarde mon compagnon de toujours, droit dans ses yeux rubis , il se lève laissant pendre sa fourrure comme l'obscurité lui donnant comme toujours un air sombre et presque maléfique... Si bien que quand je dis ça en cherchant du réconfort dans sa réaction habituellement calme et posée, je déchante vite quand sa réponse à ma remarque, c'est de faire ce qui est le plus proche pour un chien de pouffer de rire, puis rire a gorge déployer en se roulant par terre... S'il pouvait, il en pleurerait de chaude l'arme en même temps, tapant la pâte au sol et recommençant. Bref, la réponse est on ne peut plus clair, lui il sait déjà ce qui nous attend.

Un petit traitre... siffle entre mes dents alors que je ne sais pas quoi faire pour rassurer ma maîtresse. Le coup de grâce viens de Inukami, entrant dans la pièce principale c'est un envoyer du domaine des chiens d'une taille vertigineuse. Il faut facilement deux mètres de haut et c'est loin d'être le plus grand de ses congénères. Son pelage d'un blanc pur évoquant un manteau neigeux et portant des marque et sceau rouge magnifiques, c'est avec une allure noble et calme qu'il nous approche, nous surplombant de sa magnificence et son charisme... Pourquoi je parlais de coup de grâce ?

"Oh, merveilleux il est à peine plus petit que moi à son âge."

À peine plus petit ? Mais quelles tailles ils vont faire ?! J'ai déjà perdu la bataille mentale puisque je viens de les imaginer adultes et ce n’est rien de très réjouissant. Je sais que je saurais les tenir, avec une dose de fermeté tout en laissant un peu de leste... Mais Aimi ? Non ! C'est une épreuve, si je baisse les yeux alors elle va paniquer. Je dois être forte, tant que je ne montre pas la moindre faille alors elle sera rassurée, tant qu'elle ne baisse pas les bras, il le sentira et ça se passera bien.

Plan B, je vais lui laper la joue, pour montrer que je reste quand même à elle et lui prends la main.

"Tu n'es ni faible, ni seule."

Je l'ai tutoyé pour appuyer l'importance de mon intervention. L'immense membre de la race canine observe les petits pleins de vie, puis après un petit soupir satisfait, hoche la tête dans la direction de mes parents. C'est le devoir du domaine des chiens de s'assurer de la pérennité des générations futures. Il disparait juste après dans un petit nuage de brume... Ce qui en intérieur n'est pas forcement pratique. Une fois qu'on y revoit quelque chose, je vais finir de répondre à ma maîtresse.

"Et oui, j'ai le droit malgré mon jeune âge de former une meute. Évidemment ils ne viendront pas en mission tant que je n'aurais pas un peu progressé, qu'il n'auront pas été un minimum dressé et que je n'ai pas réussi mon rite de passage. Mais tout vient à point à qui sait attendre."

Autant dire que le tarif "bienvenu maîtresse" va être salé, quand elle rentrera ce n'est plus deux chiens, mais une meute entière qui va lui faire la fête. Néanmoins, je ne suis pas au bout de mes surprises, puisque une certaine personne se rapproche. Ce pour Aimi ce n'est qu'une dame d'un certain âge, aux allures distinguées et au grand sourire, pour moi c'est mère et je la respecte énormément. D'ailleurs, mon comportement en sa présence est clairement dans ce sens, comme pour Taishi, yeux bas, inclinaison et tout ce qui va bien... Mon comportement la ravit autant que ça l'amuse, elle aimerait que je quitte un peu le protocole et embrasse un peu plus mon côté sauvage et donc naturel. Enfin c'est un autre sujet.

Derrière elle se tient sagement un chien qui fait facilement deux têtes de plus qu'elle, sa fourrure marron à des nuances qui évoque l'automne, donnant l'impression de voir un parterre de feuille morte qui bouge avec douceur. Les Ninkens de grandes tailles ont tendance à être calme, ce n'est pas que pour éviter d'être dangereux, mais aussi dans un souci de conservation d'énergie. Inuyasha, s'allonge derrière elle, observant droit dans les yeux Aimi pendant que sa maîtresse et et donc ma mère tend une main vers celle-ci. Évidemment, elle ne s'attend pas à ce qu'elle réagisse comme nous le ferions, non, elle vient lui caresser la joue. Je reste perplexe...

"Merci de vous occuper de ma fille, elle n'a jamais autant souri qu'en votre présence et cela me réchauffe le coeur. "

Elle la jauge du regard, de haut en bas puis lui offre un sourire rassurant. Le Nono lui n'en mène pas large, instinctivement il sait que la personne en face ne lui n'est pas une personne avec qui jouer les seigneurs. Puis sans un mot supplémentaire ou plus de cérémonie, elle se mord le doigt de l'autre main et avec son sang vient dessiner un unique croc sur une de ses joues. Ah ? j'ai laissé échapper par mégarde, elle ne répond rien, se retourne et sort de la pièce avec son grand compagnon.

D'un coup, la tension devient palpable... Ou plutôt, je deviens nerveuse. Je vais prendre Aimi par la main et je la tire vers la sortie sans plus de cérémonie, glissant un salut rapide aux personnes encore présentes et en sifflant ma meute pour qu'elle me suive... Ce qu'elle fait presque, mais rien que l'aide de Rokurô ne puisse rectifier rapidement. En tout cas on sort. Alors que je marmonne quelque chose qui ressemble à Ah la sorcière ! Je la retiens celle-la. Et je continue de la diriger droit en dehors du territoire de mon clan. Ils ne vont pas mettre longtemps à le sentir, il faut partir avant que ce ne soit trop tard.

"Désolé maîtresse, je t'expliquerai quand vous serez en sureté. "

J'exagère à peine. Vous avez déjà vu des chiens jouer ? Les chiots s’entraînent et se préparent à leurs futures chasses par le jeu... Aimi n'est pas prête à être tenu à la même enseigne que moi ici, si la meute lui fond dessus elle risque de ressortir blessés, j'ai déjà eu des cotes fêlées et un bras cassé à ce jeu-là, j'y crois pas qu'elle ait osée me faire ça, mon œil qu'elle ne m'en veut pas pour la désertion de l'académie !

Au loin, des bruits de mouvements sourds et des hurlements canins, ils approchent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Mar 5 Juin 2018 - 21:36
Bien que perplexe à l'idée d'élever un nikken avec Momohime, et encore elle n'avait pas pris conscience que la nouvelle meute allait envahir son espace à la maison, Aimi était encore relativement joyeuse. Cela durait moins bien quand Momo' faisait des commentaires à haute voix et que dès lors, Aimi s'imaginait le chien géant l'écraser sous son poids, voire même qu'une patte suffirait. Un coup de chaud perlait son front, peut-être bien qu'elle se sentait un peu fiévreuse, chose qui ne s'arrangeait nullement avec le face à face maternel. De la base la Kurai était timide, mais alors là carrément intimidée, sans parler du fait qu'on l'avait perdu pour de bon, quand subitement il fut question de compliments (?) et un contact tactile. En plus de la vision du sang qui la rendait malade. Oui, c'est une irou justement parce qu'elle peut rapidement faire arrêter ça ! Autant dire que cela ne serait pas au programme là tout de suite, vu que tandis qu'Aimi ne comprenait pas grand-chose à ce qu'il venait de se passer, Momohime l'entraînait plus loin, d'un pas pressé qui plus est. Un problème ? En tout, il n'y avait rien de rassurant tout à coup dans cette atmosphère. Si Momo' lui épargnait les détails pour ne pas l'inquiéter, c'était raté. Le coeur de sa maîtresse battait à la chamade !

-Mais de quoi parles-tu ?...

Quelques hurlements au loin, les petits chiots à leurs pieds s'agitaient et Nono' faisait son petit loup dans un hurlement, plus drôle que menaçant vu son âge. Dommage qu'Aimi ne comprenait pas qu'ainsi il donnait leur position... Ses sens sensoriels se mettaient en alerte, comme à chaque fois que la femme ne savait pas sur quels pieds danser. Ressentant des présences de masse, une meute s'approchait, elle avait une pensée bien naïve...

-Je pense que tu as oublié quelque chose Momo', il y a une dizaine de chiens qui galopent vers nous. Puis peut-être pas que... attends laisse me concen...

La phrase ne se finissait pas, c'était le plus vieux des Nikkens qui prenait l'initiative de tirer sur son manteau pour la faire se presser, ce qui évidement laissait Aimi regardait Momo' avec ses yeux de merlans fris. Son ignorance prenait cependant fin, quand le plus rapide des challengers se faisait réceptionner par Rokuro. Au second arrivé, puis au troisième, la Kurai finissait par comprendre qu'elle était la cible... Si elle ne voulait leur faire de mal, elle ne voulait pas non plus finir broyée dans leurs jeux brutaux.

-Momo ! Momo ! Dis-leur que je ne joue pas...

Pas comme s’ils en auraient quelque chose à faire, ils restaient à voir comment ils venaient de se faire encercler avec une rapidité plutôt impressionnante. Les rois des traqueurs c'était vrai... Mais Aimi était encore plus prête à tout pour ne pas trop suer, qu'elle l'était pour soigner les gens. Autant que les affrontements de tous types la révulsaient. Quelques mundras en préparation et Aimi laissait la chance aux Inuzuka de s'écarter, déjà des flammes commençaient à se former dans ses mains. Se rendant proche de Momohime Rokuro, les bébés visiblement c'était réfugié sous Momo', la Kurai lançait son jutsu qui devait leur donner un bon de sortie.

-Momo', tu n'as jamais dit qu'on aurait une bagarre... Tu sais bien que j'ai horreur de ça les exercices physiques ! Alors on va s'esquiver en trichant un peu ok ?

Autant dire que le bouclier de flammes qu'ils avaient désormais et qu'elle pouvait déplacer avec elle allait bien aider. Et comme elle pouvait doser le niveau non atteint autour d'elle, Momo' et Rokuro n'avaient qu'à la coller pour rester en sécurité, bien qu'au chaud excessif. En alerte sur sa senso, Aimi prenait garde que les chiots ne touchent pas les flammes en même temps qu'elle gardait en vue, façon de parler, leurs assaillants. Est-ce que ça pouvait être aussi simple ? Ou il allait les suivre...

Hrp:
 

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Mar 5 Juin 2018 - 23:34
Plus vite, plus vite... plus vite ! Les adultes sont effrayants quand ils jouent aux enfants, avec la même notion du danger et des conséquences de leurs actes. Évidemment qu'elle ne joue pas, je ne suis pas d'humeur non plus surtout quand la santé de ma maitresse est littéralement dans la balance.

"Si seulement... "

S'il ne s'agissait que de moi, je m'enfouirai et m'enfuirai par la voie terrestre, malheureusement, je ne sais pas encore faire en sorte d'y amener quelqu'un d'autre que moi... Je ne me fais pas de soucis pour les petits, des Ninkens n'iront pas jouer avec eux, ils sont conscients qu'ils pourraient les tuer ce qui les exclut de tout jeu dangereux. En plus, contrairement à ma maîtresse, ils n'ont pas littéralement une cible sur la joue, rouge et suintante d'ailleurs.

J'aurais pu la nettoyer, d'ailleurs je le fais avec un mouchoir en tissus. Mais c'est inutile dans le sens où l'odeur caractéristique du sang de ma chère génitrice trône sur elle. Au niveau d'une meute de chiens entrainer à la traque elle aurait très bien pu se vider un flacon de parfum sur la tête cela ne serait pas moins dangereux ou discret.

"Mère m'a prise autant en traître que vous maîtresse !"

Si bien, que je ne réagis pas plus que cela alors qu'elle va faire une bêtise, une erreur qui va nous être indirectement bénéfique, mais tout de même.

"Du feu en pleine forêt ?!"

Trop tard... Mais bon, l'effet immédiat c'est que ce n'ait plus l'heure du jeu, les quelques petites flammes occupent les énormes molosses qui ont un sens des priorités tout de même. Jeu < Incendie. Du coup, pendant qu'ils éteignent les quelques flammes qui se forment comme ils le peuvent, mais sans risquer de se faire réellement mal, ils sont assez intelligents pour ça, je prends une forme canine gigantesque... Enfin grande comme Inukami ou presque... En combat je n'arriverai jamais à maintenir ce genre de chose dans l'immédiat, mais pour le coup j'essaye par dépit et ça fonctionne. Je laisse Rokurô s'occuper de la petite meute pendant que je sers de monture à ma maîtresse.

C'est en suant haut et fort qu'on arrive au périmètre extérieur du territoire et une fois l'adrénaline retombée, je laisse maîtresse retourner au sol et moi à ma forme première... Alors que je suis en sueur et que j'ai mal à tous les muscles possibles, activés par une course effrénée et une utilisation massive de chakra, le tout dans une forêt de plus en plus épaisse au fur et à mesure de notre éloignement du centre du territoire.

"Victoire..."

Dis-je en me tenant le dos, puis me redressant dans un craquement sonore.

"Rokurô sera là d'ici un quart d'heure maximum... Si les petits sont coopératifs, ça prendra moins de temps."

Et effectivement... même pas un une poignée de minutes plus tard, c'est un chien lessivé et avec la fourrure en bataille qui arrive. Nono sur son dos et les autres atours haletant, mais joyeux d'avoir fait tout plein d'exercice pour une fois.

"Rentrons, on a eu notre lot d'émotion... Ah et..."

Je regarde Aimi de haut en bas, semblant jauger quelque chose.

"Vous avez encore maigri, je vais devoir surveiller votre alimentation."

Elle n'est pas du genre à me faire un régime dans le dos, mais je suis certaine qu'elle était plus lourde la dernière fois que je l'ai portée... Bref ! Maison ! Douche... Plus de courses poursuites et du repos. Pourtant, ce n'est que le début d'un nouveau chapitre... Aimi essayant de dresser un petit alpha, ça va être tellement drôle... Même si j'ai un peu honte d'avouer que je vais trouver ça drôle. Maintenant, alors qu'on marche calmement il va falloir regler un autre souci qui me pèse sur le coeur. Parfois, il faut savoir se faire pardonner...

"Je suis désolé de t'avoir mise en danger, même si ce n'était pas volontaire... Enfin ils auraient pu te faire mal, mais rien de réellement méchant... Enfin soit tu comprends ? Du coup je... Je vais être gentille pendant une semaine..."

Comment ça gentille ? Hé bien...

"Pardonne-moi Aimi..."

Tutoiement et utilisation de son prénom, je ne peux pas faire mieux... Bon pendant une semaine, faut pas pousser je vais déjà avoir du mal à me pardonner ce manque de politesse envers elle ! Bref, rentrons.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Mer 6 Juin 2018 - 18:31
Pour le coup, elle avait plus agi par réflexe qu'avec réflexion... Les flammes s'attaquaient aux arbres alentours, ceux du domaine, autant dire que niveau dégât matériel, l'équipe Momohime gagnait haut la main... Sans se faire prier, Aimi prenait place sur le dos de sa partenaire, elle qui n'avait pas un brin d'endurance en course, aucune chance sans assistance qu'elle fasse plus de trois mètres sans s'écrouler à bout de souffle. Déjà que s'accrocher au poil lui prenait toute l'énergie de ses bras et que quand Momohime se stoppait, elle passait par-dessus bord pour rouler en face comme une balle. Cette fille et sa forme physique...

-Maigri ? Comment ça ?

Aimi avait baissé le nez sur ses énormes bouées, ah elle aurait aimé en perdre un peu de ceux-là, mais non. Un de ses sourcils s'arquait et la petite meute était déjà pressée de reprendre leur promenade, comme si ils n'en avaient pas eu assez avec toutes ses émotions. La Kurai en avait pour des semaines pour s'en remettre. En exagérant un peu...

-Je sais bien qu'ils voulaient jouer, mais je ne suis pas aussi résistante que vous, pas sûre qu'ils en auraient fait cas... Un petit rire nerveux plus tard. C'est moi qui devrais m'excuser pour l'incendie... Ce n’était pas très malin, mais sous la panique...

Voilà que Nono avait bondi sur elle ou plutôt sur son dos et malgré son petit poids, la Kurai avait basculé en avant, la tête la première dans les feuillages et autres, du parterre de la forêt. Elle se redressait en grimaçant, mais devant la face du chiot qui faisait son adorable, à part sourire comme une idiote et lui signifier à quel point il était mignon... Rien. Le dressage s'annonçait compliquer quand même.

-J'imagine que j'ai mérité celle-là... Tu es certaine qu'ils ne nous traqueront pas jusqu'ici ?

Par sécurité, elle forçait la bande à presser le pas, promettant à Momohime un massage en rentrant, elle avait bien entendu tous ses craquements peu réjouissants. Vivre avec une irou et avoir mal au dos serait un comble... Mais avant toute chose, Aimi s'offrait une toilette pour être certaine de virer toutes traces de "jeu". Ces détails là réglés, la Kurai traquait Momohime quand elle surprenait Nono déchirant ses notes sur son bureau. Autant dire que son hurlement avait alerté tous les alentours. Ramettant Momohime du coup dans sa clinique, un mal pour un bien donc.

-Ce morpion a dévoré mes notes ! (è_é)

Justifiait-elle son cri au loup inutile, autant dire qu'elle allait devoir travailler sa maitrise d'elle même et ses réactions devant le chiot qui continuait sa besogne sans l'intervention de Momohime...

-Bon de toute façon c'est toi que je cherchais, allez, déshabille-toi et allonge-toi sur le ventre.

Un petit sourire en coin, la Kurai faisait craquer ses doigts avant de lui indiquer sa table de massage. C'était bien de cela dont il était question et comme elle avait un argument de taille qu'elle allait rappeler à Momohime...

-Tu as promis d'être gentille, alors pas d'histoires ! Coopère !

Ne restait plus qu'à sélectionner une huile aux odeurs pas trop fortes pour ne pas gêner l'odorat de son acolyte et lui faire découvrir à quel point Aimi était douée avec ses mains, notamment pour les massages qui en laissaient plus d'un bavant sur le coin de la table. Le Hayai pourrait en témoigner entre autres... Et pour ce jeu-là, Aimi se réservait une bonne heure ou deux, durant laquelle elle laisserait Momohime en profiter pour se détendre ou pourrait papoter avec elle si elle lui faisait ressentir l'envie de le faire.

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Mer 6 Juin 2018 - 20:24
La sécurité, enfin. La meute est loin derrière et nous avons quitter la zone dite dangereuse. Plus sereine, je peux lui répondre quand elle me demande si elle a vraiment perdu de la masse graisseuse.

"Au moins deux bons kilogrammes, principalement au niveau des hanches."

Je ne lui ai jamais menti sur ce genre de chose, mais là c'est carrément manquer de tact. Évidemment, elle préférerait perdre de la poitrine... Mais ça, si elle ne triche pas avec ses capacités j'ai l'impression que cela ne partira pas de sitôt.

"Faire du sport te permettrait de perdre là où tu le souhaiterais, le muscle est plus lourd que le gras, mais au moins tu serais moins large à ce niveau."

Quand je parle de "ce" niveau, je mets mes mains sur le côté de sa poitrine. Sans trop y toucher, mais plus pour les montrer et préciser de quoi je parle. Continuons de répondre pendant qu'on y est.

"On a quitté la zone où ils voguent librement, sans ordre ils n'iront pas jusqu'ici et plus on s'éloignera, moins le risque qu'ils passent la ligne existera."

Ce n'est pas comme s'il y avait une ligne claire disant clairement où s'arrêter, c'est plutôt vague en réalité.

Une fois rentrés...

Nono fait des bêtises ce qui n'est pas une surprise. Elle m'intime l'ordre de m'allonger nue sur le ventre, avant même qu'elle insiste c'était déjà fait.

"Bah c'est déjà le cas non ?"

Ainsi, va commencer les heures que j'aime le plus, même avant un bain pour dire à quel point j'adore ça. Je m'étends de tout le long, observant ma petite bande qui est roulé en boule contre et autour de Rokurô et tout ce beau monde dort... La sieste d'après course dans la forêt poursuivie par des meutes plus grosses que nous. Enfin soit, je la laisse faire, laissant ses mains dessiner sur mon corps des formes qui me pousse divinement à la relaxation. D'habitude, c'est un mélange de petits soupirs et un certain somnola... Mais la rapidement les soupirs se mêle a quelques petits gémissements malgré moi... Il n'y a qu'une explication possible.

"Génial, je vais avoir mes chaleurs... Tu as toujours tes pilules ?"

Je n'ai pas spécialement envie de l'abandonner et d'aller faire une portée dans son dos. Puis si je ne suis pas là, qui va s'occuper d'elle ? D'elle et des petits qu'on a recueillis d'ailleurs. En tout cas si elle décide de continuer, les sons de relaxation vont vite se changer en concert de plainte et maigrement qui feront passer l'exercice pour beaucoup plus coquin qu'il ne l'est... Donnant l'impression s'il devait y avoir une oreille baladeuse, à du sport de chambre là où il n'y en a aucun.

"Tu veux que je me bâillonne ?"

Pauvre Aimi, parfois, c'est moi qui exagère même si pour le coup, encore une fois j'y suis pour rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Mer 6 Juin 2018 - 21:39
Enfer et damnation !!! Quelle était la folie qui avait prise Momohime de prononcer le mot interdit ! Aimi lui faisait les gros yeux... Comment ça du sport ?!! Hormis celui de chambre, c'était totalement prohibé dans son cas ! Et encore que, le seul qu'elle venait de citer comme acceptable était déjà trop physique pour la pratique trop régulièrement...

-Momo... Pas de sport. J'ai dit non.

Ses lèvres étaient serrées, ses sourcils arqués vers le bas à leur extrémité, comme si on venait de lui promettre une séance de torture en punition... Sacrée Aimi. Elle n'était pas feignante vu qu'elle aidait dans les tâches ingrates et physiques de la ferme, mais c'était différent des exercices. Déjà d’un elle était nulle. De deux elle n'aimait pas ça. De trois, pourquoi des fous dépensaient leur énergie dans le vide ? Si encore ils entrainaient leur physique en labourant des champs ou autre et étant utile... mais se fatiguer juste pour ...? Pour quoi d'ailleurs ?

Elle marmonnait tout le long du chemin qu'elle ne ferait pas de sport...

Au moins, Nono et ses bêtises lui avaient fait oublier ce passage et la suite allait d'autant plus lui faire changer les idées. Le massage semblait faire plus d'effet qu'espérer en effet. Aimi avait du mal à ne pas se moquer en attendant les petits sons de réjouissement de Momohime. Si elle se gardait bien de lui dire en petite vengeance pour le sport, il n'était pas rare que les massages produisent ce genre de réaction. En effet, la Kurai aurait bien quelques anédoctes amusantes à raconter sur le sujet. La première fois, elle avait été très gênée... Mais maintenant c'était commun, amusant avec Momo' en fait, elle qui se sentait presque mal d'être un poil trop sensible en ce moment.

-Ta période ? Déjà ? Elle s'était trompée dans son calendrier classique. Eh bien en fait, je n’ai pas eu le temps d'en repréparer .... Je ferais ça dès qu'on en aura fini... Mais d'ailleurs, sans elles, il se passerait quoi ?

Oh elle avait bien une petite idée sur la question, mais vu qu'elles s'étaient connues très jeunes, enfin surtout l'Inuzuka, l'occasion de laisser faire la nature ne s'était jamais vraiment faite. La remarque suivante la faisait exploser de rire, tant qu'elle devait s'arrêter de masser pour se tordre sur elle-même. Quelques larmes essuyées au coin des yeux et l'irou reprenait de son sérieux.

-Te baillonner, imagine si quelqu'un rentrait et voyait baillonner après les cris... Mes parents en voisins en plus, ils vont se poser des questions, afin, s'ils n'étaient pas habitués à nos excentricités...

Des paysans qui avaient vu une étrangère appelée leur fille maîtresse qui avait débarqué. Parlant des loups, c'était au tour de la mère d'Aimi de faire des siennes en entrant sans frapper dans la clinique. Aimi lui jetait un regard fronçait...

-Et si j'étais avec un client maman ?
-Quel genre de client on parle ? Ripostait sa mère avec le même air que sa fille.

Si son père accueillait bien l'idée des variétés des activités de sa fille, sa mère elle restait plus perplexe. Disons qu'elle imaginait qu'une irou à la maison serait plus prestigieux et pour le moment, à part des pouilleux, des sons bizarres et une fille sans le sou...

-Qu'est ce que tu fais encore à cette pauvre Momohime ? Enfant déviante que tu es !

Elle avait dit la dernière phrase en tirant sur les favoris de la pauvre Aimi qui ne faisait pas la fière, douillette comme elle était...

-Quoi ?! Mais j'ai rien fait !
-AH NE NIE PAS EN PLUS, ON T'ENTEND DE L'AUTRE CÔTé DE LA FERME
§ Arrête de profiter de sa gentillesse, tu n'as pas honte ?!!!


Une journée normale chez les Kurai...

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Mer 6 Juin 2018 - 23:38
Bon, le sport est toujours un sujet tabou. Bon, je m'en souviendrai, je n’en reparlerai pas avant plusieurs mois et je cacherai des exercices dans des jeux, ça sera mieux oui. En plus avec Nonoaimé, elle n'échappera pas à des exercices que ce soit intentionnel ou pas.

"Promis je n'en reparlerai pas."

Bon, parlons de chose plus intéressante et surtout plus agréable. Ah ! Massage de ma maîtresse, il ne peut y avoir difficilement expérience plus intense et délicieuse. Il serait idiot de penser que je n'apprécie pas, je pense que les réponses plus que sonores aux sensations qu'elle me procure sont d'autant d'indice plus que criant sur le bonheur qu'elle me procure. D'ailleurs je précise à Aimi le pourquoi de cette manière si intense et audible de répondre à ses soins, bien qu'ils méritent amplement ses réactions tout de même.

Ce n'est pas tant qu'elle s'est trompée sur son calendrier, que ce genre de chose est comme les menstruations et d'autres évènements organiques de la vie. Rien n'est jamais purement chronométré et parfois ça arrive un peu plus tôt ou tard, je dois avoir une ou deux bonnes semaines d'avance si je réfléchis bien et la dernière fois j'avais eu du retard, du coup, en tout ça fait cinq mois depuis la dernière fois et non six.

"Ce n'est pas toujours aussi calibré qu'on le souhaiterait... Mais entre mes réactions au passage de tes mains et certains autres indices..."

Si j'avais un miroir, je pense que j'arriverai aussi à observer une augmentation de la taille de et une dilatation de mon intimité. Bon bah, c'est ça d'être d'une branche très ou trop proche de sa nature animale et de celle de ses compagnons. Mais d'un autre côté, je n'ai jamais regret d'être ce que je suis, surtout quand ça m’a permis de me retrouver en si belle compagnie. Ma vie est très bien comme elle l'est.

Pas de pilules ? Ah ? Tans pis, puisqu'elle me demande, que je n'ai pas la langue de bois et qu'en plus je suis entré dans une période où je fais blanche en la considérant et agissant avec elle, non pas avec servitude, mais en franche amitié. Je vais répondre. D'ailleurs, j'espère qu'elle remarque que je suis bien plus ouverte, que je fais des efforts pour être l'amie qu'elle mérite d'avoir et non plus sa chienne. Bref ! Réponse :

"D'ici quelque temps, je vais devenir particulièrement câline et tactile. Puis je vais avoir le besoin frénétique de trouver un partenaire pour copuler... Cela peut devenir particulièrement singulier pour ne pas dire glauque, ce n'est pas si rare de prévoir une cage ou une cave fermée pour éviter qu'une bête libidineuse aille violer le premier partenaire compatible venu. "

Ça ou... Je commence à légèrement rougir face à l'option B. Est-ce que je dois vraiment en parler ? Je la regarde, hésite puis... Ce n'est pas comme si je voulais le faire hein ? C'est juste que ça arrive.

"Ou alors de tromper le corps en atteignant le point culminant avec un ou une proche dévouée... Enfin bon, avec tes pilules on en arrivera pas là. "

Je vais par contre bien me garder d'explicité le fait que je risque d'aller m'isoler à plusieurs reprises pour me calmer, pas que j'ai honte des... Mh... Plaisirs en solitaire, mais il y a une limite à l'ouverture et la franchise que j'ai déjà dépassée. D'ailleurs en parlant de limite... Deux personnes débarquent sans frapper alors que je suis encore nue sur le ventre. Pas que ça me gêne, mais en général ça gêne les gens autour de moi et j'en ai un peu conscience, même si le pourquoi me passe bien au-dessus de la tête.

Du coup, je m'assois sur la table, croisant les jambes et mettant un bras par dessus ma poitrine pour cacher un minimum mon corps même si moi je ne me sens pas le moins du monde gênée.

"Bonjour, je vous remercie encore pour l'indulgence don vous faites preuves à mon égard. "

Inutile de préciser, que même si ce n'était pas fait pour être méchant, le fait qu'elle fasse du mal à ma maîtresse a immédiatement fait réagir la chienne loyale. Rokurô dans son coin en train de dormir à lever une oreille près à réagir et j'ai émis un grondement méchant qui ne fait pas un pli sur ma pensée de l'immédiat.

"Kurai-sama... Soyons clair, premièrement, votre fille n'a rien fait qui justifie vos accusations mêmes si je loue votre sollicitude à mon égard, empathie qui vous honore. Deuxièmement, même si c'était le cas, étant sa chienne elle a tout droit sur ma personne, même de vie et de mort. Troisièmement, en mettant de côté ma servitude et ma dette envers elle, ce serait un bonheur absolu et une grande joie d'avoir le privilège de partager un moment romantique ou érotique avec elle, je n'en serais pas seulement heureuse, cela me comblerait au plus haut point. Pour finir, personne, j'insiste... Personne ne fait du mal à ma maîtresse..."

Mon regard n'est pas juste intense, il brille. Mes émotions sont si intenses que du chakra c'est infiltré dans mon corps, faisant s'illuminer mes pupilles bestiales et mes muscles se gonflent subtilement. Si ce n'était pas la mère d'Aimi, elle aurait déjà des griffes ou des crocs sous la gorge. Je respire un grand coup pour me calmer, je ne veux pas créer de problème à Aimi, je me dois de me calmer.

"Pouriez vous la lâcher, je vous prie, que l'on puisse reprendre cet échange de manière calme et civilisée ?"

Ce n'est plus un effort que je fais, c'est de l'agression pure et dure envers ma propre nature. D'ailleurs la main qui ne couvre pas mes formes serre le bord de la table, griffe dehors et abimant celle-ci... Si je n'étais pas énervée, je me serais rendu compte que je viens d'avouer à voix haute que j'aimerai avoir une relation amoureuse ou même simplement physique avec Aimi... ... ... Mais quelle conne !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Ven 8 Juin 2018 - 15:25
La conversation aurait paraître étrange, voire dérangeante, pour un élément extérieur, mais Momo' et Aimi avaient atteint une certaine complicité au fils des années, la langue de bois s'était vite fait enterrer pour dire les choses franchement. Déjà parce que toutes deux avaient un esprit très ouvert et la faculté de ne jamais juger, juste chercher à comprendre ou du moins s'adapter en acceptant leurs particularités. On aurait pu croire aussi que la Kurai qui rougissait à peine on lui souriant en la regardant serait frileuse avec ce genre de sujet, mais en présence de Momohime, elle était une tout autre personne, plus naturelle, confiante, moins renfermée. L'Inuzuka avait une influence bien plus grande qu'elle ne pourrait l'imaginer sur Aimi, cette dernière qui hésitait à avouer d'ailleurs que si elle notait si religieusement ses périodes de chaleur, c'était parce que Momohime était particulièrement agréable à vivre à cette période. Son esprit étant omnibulé ailleurs, elle oubliait ses contraintes auto imposées plus facilement, cela les rendait plus proches et complices que jamais. Égale comme l'espérait la Kurai depuis le début. Non pas que les efforts de Momo' lui avaient échappé, mais chassé le naturel, il reviendra au galop.

-Tromper le corps tu dis... intéressant. J'ai bien quelques prototypes non utilisés que tu pourrais tester pour moi...

Frottant son menton, Aimi semblait très intéresser par la question, car si Momo' vivait avec tout le temps, elle savait bien que la Kurai n'était pas partisane des partenaires nombreux, mais qu'elle avait en revanche une batterie d'accessoires et bonbons pour satisfaire ses besoins primaires. Gain de temps et efficacité ! C'était un secret de polichinelle, vu comme elle était bruyante aussi malgré elle. Enfin bref, cela faisait partie des dossiers classés, ces choses que l'une savait sur l'autre et faisait semblant de ne pas connaitre.

-Pour la science bien sûr !

C'était-elle sentie obliger de rajouter pour ne pas paraitre réellement trop pour la perverse qu'elle était. Le moment choisi pour sa mère d'entrer en scène, c'était peut-être ce qui l'avait rendue aussi incisive avec sa fille, c'était une femme aux vieilles valeurs, qui lui recommandait de se marier avant de s'offrir entre autres... La réaction -prévisible- de l'Inuzuka fut sans attente et bizarrement, Aimi se tassait dans un coin, déjà parce qu'elle ne pouvait pas faire face à son titan de mère et qu'elle ne pouvait pas non plus maitriser les pulsions protectrices de Momo'. Qu'elles se débrouillent ! Et si la matriarche de la maison grinçait déjà des dents en grognant son mécontentement sur ce qu'elle venait d'entendre, "UNE HONTE" ce genre de comportement, le père de famille venu en renfort lui avait un pouce en l'air dans son dos. Autant dire qu'il approuvait totalement, sans l'assumer devant sa femme un tantinet trop caractérielle... Doucement, mais sûrement, il l'emmenait avec lui à l'extérieur.

-Hum... Si tu me donnais des échantillons, je pourrais analyser les hormones en cause sur ton changement de comportement. Tu te rends compte si on pouvait les synthétiser ?

Un aphrodisiaque ou... Aimi était une femme de science avant tout, des fois elle avait du mal à penser aux conséquences, ne voyant que l'aspect amusant des travaux, pas ce qu'on pourrait en faire... Entre de mauvaises mains notamment.

-Ensuite pour tes pilules, je peux ajuster les effets, ça serait terrible si tu... Un instant de réflexion, non un homme aimerait être violé par Momohime, ce qui la faisait sourire avec un regard mesquin. Je devrais t'envoyer en séjour avec Taishi pour lui donner une leçon... Mais tu ne mérites pas ça !

Haussement d'épaules et elle offrait un baiser sur le front à l'Inuzuka en guise de soutient, c'était rare que la Kurai montre de l'affectif, les câlins et autres n'étaient pas vraiment dans ses habitudes. Comme si elle n'avait jamais appris, c'était le cas en fait, ses parents étaient trop occupés et sa mère bien qu'adorable contrairement aux apparences, n'était pas très affective. Trop fatiguer le soir pour ça après les travaux, d'autant qu'il n'y avait jamais de temps perdu. Aimi avait été élevée ainsi, sans pause pour les loisirs et le bien-être hormis tard le soir... Retournant à sa table de travail avec une batterie de fioles, l'irou s'empressait alors de fournir un remède.

-Il ne sera pas effectif tout de suite... je veux dire, si tu ne peux pas tomber enceinte, il ne coupera pour autant en rien les effets de tes chaleurs pour cette fois. On s'y est prise trop tard. Et il n'est pas question que je t'enferme ou quoi que ce soit ! Comment vous faites au clan d'ordinaire ?

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Ven 8 Juin 2018 - 17:29
Son entrain à vouloir me faire prendre pilule sur pilule peu parfois être un peu gênant, pas que cela me gêne... Mais j'ai peur qu'à force cela détraque tout mon corps. Bon, elle est plus à même de savoir quoi faire ou non, mais je suis sûr qu'avec une p’tite piqure de rappel elle fera plus attention.

"Tu imagines si j'en arrivais au point de ne plus faire la différence entre mâle et femelle ?"

Les chances son mince pour ne pas dire ridicule, mais j'ai juste envie de la taquiner avec ce sous-entendu pour la forcer à réévaluer son enthousiasme. Bon, peine perdue je sais qu'elle ne ferait pas ce genre d'erreurs. Quoi que si je ne les tests pas elle va finir par le faire sur elle-même et ça m'effraie bien plus en réalité.

"Aucune chance, mais laissons un peu de temps au temps."

L'ouragan qu'est sa mère part. Elle aussi est partisane d'avoir un mari et des enfants... Je dois avouer qu'avant de me marier à un esprit je pensais pareil, mais maintenant... Il a beau m'avoir fait promettre de jouer autant que possible avant le jour inévitable où je le rejoindrai, je n'arrive pas à me laisser aller à la plus naturelle des lubricités. Pourtant, ce n'est pas faute d'être réceptive, plus que beaucoup des femmes et de lâcher des indices sur mon acceptation de ce genre de pratique ici et là. Mais, les hommes de notre temps ne sont pas aussi cochons que je pourrais le vouloir et je ne suis pas ouvertement perverse, pas assez pour aller les chasser en tout cas.

"Chacun de ses passages entraine mon sang-froid. Cela prouve que je suis plus loyale que sauvage c'est déjà ça..."

J'ai touhjours peur que ce genre d'instant dérape, pourtant cela ne l'a jamais fait et je suis persuadé maintenant que ce ne sera jamais le cas. J'ai imposé mes limites et elle fait de même, mais aucune des deux ne semble avoir mis un panneau sur le terrain de l'autre pour le moment. Enfin bref, pour en revenir à ses tests...

"La parfaite drogue du violeur. Non seulement la victime serait consentante, mais elle en redemanderait encore et encore sans avoir la moindre notion d'autopréservation et avec autant de partenaires que possible. Qu'est-ce qui pourrait tourner mal ?"

Ironie... D'ailleurs en parlant de Taishi et quand elle dit que je ne mérite pas ça.

"La seule raison pour laquelle je ne lui ai pas encore fait d'avance ouverte en pointant ma croupe dans sa direction, prête à l'emploi : c'est que je vais déjà loin en t'appelant maîtresse en public et en ne cachant pas mon statut de chienne loyale. S'il m'avait invité dans sa couche, je ne me serais pas fait prier et ça vaut pour tous les mâles de notre organisation."

Je suis une chienne, de bien des manières... Mais on sait aussi bien l'une que l'autre que ce n'est pas leur genre. Sinon, ça serait déjà fait non ? Puisqu'on en est à parler de la chose... Autant jeter à la poubelle les tabous et se lancer pleinement sur le sujet... ça va être folklorique.

"En tout cas, pas plus terrible que de cacher dans un coin en position foetale, en crevant de chaud et en priant pour qu'une personne jouer avec moi tout en le faisans moi-même..."

Quand je pense qu'on est partie de l'adoption d'une meute pour en arriver là, même si indirectement c'est lié, une famille ça ne s'agrandit pas avec de l'amour et de l'eau fraiche, mais bien en le faisans. Je soupire et... "Depuis quand je ? Laisse tomber..." effectivement, je viens de me rendre compte, que bien que toute nue, je suis collé à elle comme une moule à un rocher, mon visage blotti au creux de son cou et en la serrant dans mes bras. S'il fallait encore une preuve, je suis définitivement en chaleur. Elle va avoir à une proportion câlin et douceur inversement proportionnelle à l'habitude et croyez-moi, je peux être particulièrement collante quand je le veux. J'ai même maîtrisé l'art de coller sans gêner, laissant ce qu'il faut de libre pour la laisser travailler et même lui laisser la possibilité de bouger et la suivre, je suis passé du boulet au parasite à amour et tendresse avec le temps.

Maintenant que j'y pense...

"Ne fais pas semblant de ne pas avoir entendu, c'était involontaire, mais c'était quand même une déclaration. Repousse-moi... Enfin métaphoriquement, tout de suite plutôt que de faire semblant de ne pas avoir entendu ça ira mieux pour tout le monde."

Ce n'est pas une histoire de ne pas être digne d'elle ou quoi que ce soit, mais sachant pertinemment qu'elle préfère les jouets, accessoire et palliatif chimique, je me doute bien qu'elle ne s'infligera pas la perte de temps et de moyens qu'est une amante qui se glisserait dans ses draps toutes les nuits... Oui bon, je suis déjà dans sa couche tous les soirs, mais ce n'est pas la même chose. Ah, elle m'a posé une question aussi.

"Je te l'ai dit, une cage, éventuellement une cave isolée avec une victime consentante. Étrangement, à certaines périodes, le nombre de touriste et d'homme occupant tavernes et auberges dans le village le plus proche explose aussi..."

On se demande bien pourquoi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Ven 8 Juin 2018 - 20:02
À la première remarque, la Kurai ne faisait pas de rapprochement, en quoi c'était un problème ça ? Pour avoir côtoyé pour le travail des dames de la haute société, Aimi savait que c'était monnaie courante pour ne pas "tromper" son épou tout en se satisfaisant. Ce monde était d'une perversion sans fin, bon elle n'était pas non plus la dernière dans le genre, bien que plus réservée ou coincée. Ou alors simplement pas intéressé, Aimi faisait passer ce genre de loisir et relation en dernier, d'une part parce que ça pouvait affecter son jugement, de l'autre elle était trop sensible pour subir les moeurs actuelles et dernièrement et surtout, elle en avait peur depuis la dernière fois qu'on l'avait abusé sous ce masque-là.

Devant l'analyse de Momohime sur sa drogue plus néfaste qu'autre chose, Aimi grimaçait, d'elle-même elle n'y aurait pas pensé, heureusement qu'elle avait son garde fou. Ceci dit, ce genre de commentaire sur son idée inspirée des chaleurs de son amie la laissait perplexe. Est-ce que Momo' se sentait comme ça après ses périodes, abusée ? Pas le temps de creuser la question, le sujet Taishi et même les autres avaient tôt fait de déstabiliser l'irou ne pouvant pas s'empêcher de se mettre de curieuses images en tête. Tout en la rassurant sur sa crainte. Momo' et Aimi n'avaient peut -être pas la même approche de l'acte qui se voulait aimant et romantique pour la Kurai et surtout exclusif...

-Ou plutôt, ils ne s'en sont pas rendu compte encore qu'ils pouvaient. Son sourcil s'arquait, au fond d'elle Aimi savait qu'elle se sentirait jalouse bien plus encore qu'en ce moment où elle venait d'entendre cela. Quel point l'avait le plus irrité ? Daiki et Haise ont plus de moralité que ce vaurien d'Hayai, je ne serais pas surprise qu'il profite.

Le moment parfait pour s'éloigner boudeuse et pensive, si on lui demandait, elle dirait que non :"JE NE FAIS PAS LA GUEULE." Bon Momo' elle ne l'entendait pas de la même oreille et ses hormones n'aidant pas, elle ne la lâchait pas d'un centimètre, si bien que manquant de concentration, AImi abandonnait son entreprise de faire des médicaments. Son regard se plongeait dans le sien, d'abord devant sa complainte, typique en cette période, elle était habituée maintenant, mais aussi face à l'assaut plus direct de l'Inuzuka cette fois.

-Tu vois, pas besoin de pilules pour te rendre aux deux bords Momo'. Elle lui tirait la langue avant de rire, son humeur venait de s'alléger. Si tu te sens mal de ne pas vivre ta chaleur, pourquoi tu t'en empêches au juste ? Je t'avoue que j'ai du mal à comprendre, on ne devrait aller contre sa nature, j'ai fait ses pilules en pensant qu'elles t'aideraient à ne pas vivre ce chaos-là, mais je commence à me demander si c'est une bonne idée... Quant au reste, elle lui mettait une pichenette au front pour lui remettre les idées en place. Je ne joue pas avec les demoiselles, encore moins celles avec une relation si précieuse pour moi et je ne t'ignore pas plus que d'habitude. D'ailleurs, je ne joue pas tout court en duo depuis bien longtemps... Bon pas tout à fait vrai, elle avait fait quelques exceptions, notamment avec le Hayai qu'on lui avait fait regretter... Tu ne l'as pas connu c'était avant toi, mais j'ai été fiancée. Et peut-être au fond je me sens toujours liée.

Un sourire triste malgré elle, Aimi ne parlait jamais de ça, ses parents non plus pour ne pas remuer le couteau dans la plaie, personne n'avait oublié la tragédie, ni les déboires de la femme ensuite. Elle sortait alors le seul bijou qu'elle portait pour le tendre à Momo', une bague en bois , originale, qui semblait être l'œuvre d'un enfant... C'était peut-être ce qu'ils étaient au fond. Un symbole de l'infini et deux prénoms, dont celui de la Kurai qui soupirait profondément en reprenant son travail. Elles avaient vivre tout le temps ensembles depuis très longtemps, il y avait des choses dont elles ne parlaient jamais...

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Ven 8 Juin 2018 - 21:42
Ont ne parlaient jamais, en tout cas, pas des choses qui sont nécessaires. Ou en tout cas utile. Il y a beaucoup de manière, de mécanisme et d'excuses qu'on emploie au quotidien pour éviter certains sujet. C'est la toute première fois que j'apprends qu'elle... Je ne pensais pas que c'était si profond, les blessures les plus douloureuses sont celles qu'on refuse de laisser se refermer.

Autant aborder les sujets un par un, mais surtout, surtout n’en oublier aucun. Pour une fois nous discuterons de sujet sérieux, même si nous ne le serons pas forcément assez nous-mêmes. J'attends que son moment à faire semblant de ne pas faire la tête s'évanouisse, ou en tout cas fasse comme si avant de, restant coller à elle, la regarder droit dans les yeux.

"Daiki et Haise sont timides et suffisamment fleur bleue pour croire encore au grand amour, c'est justement pour cela que si je peux les taquiner, jamais je ne les pousserais trop loin pour ne pas les fâcher ou pire."

Mais il faut avouer que c'est drôle de voir se pauvre Daiki devenir plus rouge que rouge à la moindre allusion un peu trop cru où certains rapprochements. Il est tellement mignon que ça en devient presque adorable... Pas sûr qu'il apprécie le compliment par contre. Haise, c'est plus de la moralité effectivement. D'ailleurs pendant que j'y pense, c'est asses souvent qu'elle me fait la gueule à des moments précis, entre autre quand je m'éloigne trop d'elle et surtout me rapproche trop d'autres. Bon, je pense qu'il va falloir recommencer par les bases et par l'a j'entends la raison première pour laquelle je l'ai retrouvé et suivi, depuis, je me suis attachée à elle et le fais par envie, mais au tout début...

"Je ne sais plus ce que tu as écouté et ignoré et ce que j'ai dit ou tais quand on s'est rencontrés... Alors autant recommencé du début. Je suis mariée Aimi, avec une cérémonie et tout ce qui va bien, sauf que mon conjoint était mort. Pas qu'il a trépassé entre temps, il l'était déjà avant et l'est encore, des nécromanciens on matérialisé son esprit le temps des festivités... Je ne saurais dire ce que j'ai pensé, si cela avait été indirect et sans contact, je n'aurais rien pensé de spécial, mais... J'ai passé la nuit à lui parler, à échanger et... C'est un homme merveilleux. Cachant sa sagesse derrière la pitrerie est une perversité exagérée... Il a tout fait pour que je le déteste et plus il essayait et moins ça réussissait."

J'en profite pour essuyer plus ou moins discrètement des larmes naissantes... C'est étrange que je sois aussi atteinte par une personne que j'ai connue que quelques petites heures.

"Il m'a fait jurer de me déniaiser et d'expérimenter des jeux intimes de multiple manière... Pourtant, même si j'aime les plaisirs charnels, à chaque fois que j'approche de l'acte... C'est tellement vide, il manque quelque chose et finalement... Contrairement à ce qu'on pourrait penser, au final je n'aurais pas fait tant que ça la bête à deux dos... J'ai essayé de me forcer, mais... Même pendant mes chaleurs certaines pensées me hantent et je repense inévitablement à son visage, sa voix, la chaleur spectrale de la paume de sa main..."

Je cache mon visage comme je le peux, à force de parler de lui ça ne fait que faire refluer plus méchamment et violemment ses quelques rares souvenirs que j'ai de lui. Un homme mort, un spectre que je n'ai connu qu'un petit temps éphémère et ridicule, surtout en comparaison d'elle et... Je ne sais pas qui, mais IL a du être important c'est certain.

"Je l'ai connu que quelques pauvres heures, pourtant voir partir Murasama à comme arracher une partie de mon coeur... Je n’ose pas, je ne veux pas imaginer le mal que tu as ressenti quand... Quand IL est parti."

Je la lâche, même avec mes chaleurs naissantes, le moment est trop important pour que je me contente de la coller et de l'étouffer comme d'habitude. Elle va avoir besoin de travailler et moi de m'occuper, d'une manière où d'une autre... Mais pas avant d'avoir fini. Mais plus que tout j'essaye d'étouffer des larmes... En vain.

"Donc pour répondre à ta question, non... Je ne veux pas vivre mes chaleurs, pas avec n'importe qui, pas n'importe où... Pas par manque de plaisir, je suis sûr que j'adorerai ça, mais il manque ce quelque chose qui rendrait ça réellement unique, réellement agréable. Ce lien que l'on ne peut créer qu'avec du temps passer ensemble, ce genre de lien, d'intimité que j'ai avec toi par exemple..."

Je vais prendre de quoi boire, j'ai tellement chaud, ce n’est pas seulement mon état, je... Je me sens un peu légère aussi. Cela fait du bien finalement de ne pas éviter éternellement les sujets qui fâchent entre guillemets.

",Mais Aimi, pense bien à une chose. Je ne vais pas oser dire que je sais comment il était ou comment il pensait, je n’en sais rien, mais... Je peux t'affirmer que Murasama souffre de me voir refuser de vivre par sa faute. Je suis certaine qu'au fond, il a trouvé cette histoire de dettes pour me forcer à te rencontrer, il devait déjà savoir que tu me rendrais heureuse et c'est le cas. Je trouverai une personne avec qui j'entrerai en ménage en mémoire de ses efforts et pour moi aussi. Si ce n'est pas toi, je chercherai cette personne. Mais avant, maintenant c'est à mon tour, c'est à mon tour de pourvoir à ton bonheur sous toutes ses facettes. On te trouvera quelqu'un, une personne capable de combler le vide, faire se refermer cette plaie béante dans don coeur puisque je ne le peux pas."

Je vais prendre une cape, pas que j'ai froid bien au contraire et je ne suis pas plus pudique que... Jamais ? Mais à force de me trimbaler nue face à elle, j'ai peur que cela passe pour de l'agression. Pourquoi ? Parceque je la vois d'une certaine manière. Me voir nue ne lui fera rien, même pas un petit coup de chaud, mais par principe je vais me couvrir. Avant de revenir la voir avec de quoi boire pour toutes les deux, je vais consommer une quantité de liquide extraordinaire vu comme je vais suer.

"Maîtresse Aimi n'existe plus et elle n'a plus de chienne, cette dette qui était repart aujourd'hui avec les morts dans l'au-delà. Je suis ton amie, je reste à tes côtés parceque c'est mon désir, car je t'aime, de manière fraternelle, romantique et amicale ce qui est tout à fait bizarre j'avoue... Mais ça passera. "

Je viens quand même lui voler un baiser, un simple contact rapide et léger entre nos lèvres, jamais je n’irai plus loin, déjà elle m'en voudrait à mort, mais en plus ça serait moche de la forcer. Bref !

"Une amie, une soeur, une conjointe potentielles, qui ont ses chaleurs et qui aimeraient bien ne pas sauter sur le premier ou la première venue... Donc, si tu as envie de travailler et de tester des pilules, je serais ravie que tu te concentres sur ce cas en particulier tan que l'on n'a pas de patient, qui sont prioritaire bien entendu. À moins que tu préfères que je te colle, te caresse, ta lape et peut-être te mordille comme les autres fois... C'est comme tu veux."

Il va être temps de retourner travailler, ou entrainer des petits chiots, un peu des deux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Ven 8 Juin 2018 - 22:53
La remarque sur son disciple et son partenaire de pyromanie la faisait sourire, même si son coeur était plus lourd. Ensuite, elle écoutait avec attention tout ce qu'avait à lui dire Momohime, jamais elle ne lui avait conté franchement toute l'histoire, si parfois elle faisait référence à Muramasa et des brefs passages à un mari, Aimi avait pris ça à la légère en la voyant parler seule parfois. Comme si elle avait un ami imaginaire, mais là tout semblait s'éclairer. La Kurai se sentait mal d'avoir négligé cet aspect de Momohime, mais ce qui était fait, était fait et désormais, elle ne pouvait que lui offrir son réconfort en compensation, mais aussi, et surtout, car elle en avait envie. Tandis qu'elle voyait le regard de l'Inuzuka s'illuminait de tristesse, immédiatement, Aimi l'entourait de ses bras pour la serrer affectueusement contre elle la laissant finir son monologue pour le moment, lui laissant les mains libres qu'elle puisse essuyer ses larmes. Si elle comprenait ce qu'elle était en train de lui dire, et même qu'elle y trouvait une logique implacable, dans son coeur elle, l'acceptation ne semblait pas prête à opérer, mais au moins Aimi avait ses certitudes.

-Mon coeur appartient encore à ce qui n'est plus qu'une illusion je le sais, mais chaque jour, chaque acte me rappelle que je lui dois celle que je suis aujourd'hui.

Elle prenait un temps de réflexion pour choisir si sa conscience avait ou non-envie de se livrer là dessus, mise à part Kaede, personne n'était au courant de toute l'histoire de la culpabilité qui l'accablait, qui la rendait telle quelle. Altruiste et percévérente. Quand sa décision fut prise, la Kurai gardait MOmohime dans ses bras comme pour se donner du courage. Si d'ordinaire Aimi était sensible et pleuré pour un rien, les sujets lourds comme ce dernier semblaient la laisser de marbre. Preuve qu'ils l'atteignaient tellement qu'elle se sentait obliger de nier leur existence.

-Je ne fais pas partie d'un clan comme tu le sais. Il n'y a aucun shinobi ou guerrier dans ma famille, ni même médecin ou autre.

C'était un fait, elle aurait dû trouver un gentil mari pour l'aider à reprendre la ferme vu que son frère avait des rêves d'aventure, et qu'ils n'avaient pas grandi ensemble, elle avait son existence bien plus tard, comme elle l'expliquait à Momo' à ce moment-là.

-Je ne suis pas vraiment fille unique comme mes parents te l'on-dit, en vrai ils m'avaient adopté et bien plus tard ils ont découvert avec moi mon frère. Ils l'ont adopté lui aussi... Aucun de nous deux n'avait de souvenirs de nos parents, mais le fait était qu'avant qu'il fugue... Je passais beaucoup de temps avec lui et son amie de toujours, ainsi qu'un autre petit gars des fermes comme moi. Mon fiancé. Lui déclarait-elle joyeusement.

La pensée était floue, elle lui alourdissait autant le coeur qu'elle n'illuminait ses pensées de ses souvenirs, pourtant l'ombre au tableau allait tout gâcher.

-À l'époque, il disait toujours pour me taquiner qu'on attendrait d'être grands pour se marier, on avait quinze ans en même temps, enfin moi, il était plus vieux. Je ne sais pas vraiment s'il savait que j'avais un faible pour lui, mais on était toujours ensemble, il aimait me taquiner, il m'a même offert cette bague. Puis moi j'étais trop idiote pour l'assumer.

Elle soupirait longuement, regrettant tous les moments ratés, de ne pas avoir profité, et surtout à cette époque de ne pas avoir eu la même ambition.

-Comme tu le sais, mon village est pauvre, les gens qui vivent et y vivaient aussi. Les soins d'un docteur et d'un irou encore plus sont chers. Tu devines facilement la suite pas vrai ? Faute de financement, il est décédé dans une longue agonie. C'est là que j'ai décidé d'être irou, après sa perte. Celle que je suis aujourd'hui.

Ébouriffant les cheveux de Momo', Aimi la laissait s'éloigner pour prendre sa couverture, non pas sans être amusée de sa réaction, elle l'observait faire en souriant.

-Tu sais, je t'apprécie tel que tu es. Si tu as besoin d'aide, je te l'apporterais. Si tu veux de l'affection, tu peux venir te coller, et quand tu es triste, je peux te réconforter, parce que j'aime le faire. Ce n'est pas toi et ta façon d'être que je rejette, mais plutôt la proposition d'en obtenir plus que ce que j'ai déjà. Son sourire fut tendre et elle lui tendait les bras. J'ai retrouvé un bonheur avec toi j'aimerais le sauvegarder. Clin d'œil. Là-dessus, je vais finir tes pilules et ça ira mieux, j'essayerais de travailler sur de plus performantes encore.

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Sam 9 Juin 2018 - 0:26
Ainsi, la discussion a avancé ainsi que les révélations. J'ai compris des choses, elle a fait de même. Pourtant, même si je suis globalement d'accord avec elle, je ne le suis pas totalement. Pas que cela change quoi que ce soit, mais tout de même... Puisqu'on est dans une optique et une partie de notre relation où on ne se cache rien, ou en tout cas pas de manière consciente. Autant jouer encore cartes sur table.

"Je n'arrive pas à comprendre, pourquoi tu penses nécessairement que si notre relation évolue, ça va forcement mal finir..."

C'est une vision horriblement pessimiste, à moins que ce soit moi qui suis trop optimiste ou stupide pour comprendre où est le problème ? Enfin bon, comme toute personne persuadée d'avoir raison, je continue.

"C'est triste, c'est comme regarder un chiot ou un enfant grandir et se dire qu'il approche chaque jour de sa fin inévitable, plutôt que de penser à tous ses précieux moments qu'il a encore à vivre !"

Puisqu'elle souhaite tellement que notre relation ne change pas, je ne vais pas me priver de la coller, profiter de la chaleur de son corps et écouter le doux battement de son coeur, le son régulier qui me berce dans mes moments les plus durs mêmes si pour le coup je n'en suis pas à ce point, il n'y a pas de petit plaisir.

"Notre relation a déjà changé que tu le veuilles ou non. Ce soir, j'ai ouvert mon coeur et tu as fait de même, on est plus proche l'une de l'autre que jamais. C'est pour cette raison que j'ai décidé et accepté de faire cette dernière concession, briser le dernier mur entre nous deux de manière symbolique en abandonnant définitivement la relation maitresse et animale de compagnie... Pas pour un temps, mais pour toujours. "

He puis zut... Je retire la cape et la jette au petit bonheur la chance dans la direction où j'irai la ranger plus tard, elle n'a jamais eu de scrupule a ma voir nue, elle ne veut pas que notre relation change trop, alors je ne vais pas plus me priver que d'habitude. En plus vu ma température corporelle et mon habitude retrouver d'être tout contre elle, je n'en ai pas besoin loin de la. D'ailleurs, dans mon état de bouillotte humaine, elle ne doit pas en avoir plus besoin. Les nuits seront chaudes, mais pas de manière graveleuse, au premier degré.

"Avant de te faire a mangé puis de même à la meute de petit monstres, toujours dans cette honnêteté délurée que l'on a maintenant, puisque tu n'es plus ma maîtresse, cela lève aussi certaine de tes immunités... Je pourrais très bien te voler un baisé, te mettre une main aux fesses ou te caresser si l'envie m'en prend, alors attention... Bon par contre, personne ne te fera du mal, ça, cela ne changera pas... Amies à vie, inséparable... Mais avec ici et la quelques petites libertés taquine et coquine, tu es prévenu. Si d'aventure demain, dans un mois ou même bien plus tard tu souhaites laisser une chose à nous deux, sache que j'en serais des plus heureuse, sinon, ce n'est pas grave, je comprendrai que tu ne sois ni prête, ni capable de... D'avancer sur ce chemin ?"

En fait, les chances que je me permette vraiment de faire ça frise le néant absolu, bon, un petit bisou ou une claque sur son derrière par taquinerie oui, ce n'est pas a exclure, mais rien de pousser sans son accord explicite qui n'arrivera semblera il jamais. Elle se doute bien que je n'irai pas coller la moindre partie de mon corps contre une partie de son intimité, en tout cas pas intentionnellement et encore moins à dessein. Bref ! Il est temps de cuisiner.

Je me sens plus légère c'est fou ! Comme quoi, c'est bien d'être... Amies ? C'est nue avec un tablier, le rêve plus ou moins avoué de bien des jeunes hommes, que je vais m'occuper. Sautillant presque en marchant et chantonnant en même temps. On peut difficilement donner plus d'indices sur une évolution des plus positives de mon humeur.

"Tu penses que je devrais m'excuser auprès de ta mère ? J'ai était un peu... Agressive à son égard ? Je n'aimerais pas être en froid avec tes parents, surtout qu'ils ont rien fait de mal..."

Puisque le gros sujet est passé, on peut penser à des choses un peu moins importantes, mais tout de même à ne pas mettre de côté. Oh ! Une dernière dernière chose ! Quelle sotte !

"Je ne t'ai même pas demandé ton avis en fait, tu préfères que je te tutoie ou te vouvoie ? Maîtresse ? Aimi ? Aimi-san ? Même si je me doute de la réponse, je préfère que tu me le dises de manière explicite,on évitera des malentendus comme ça."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Sam 9 Juin 2018 - 1:01
Si Momo avait cédé si facilement, cela ne serait pas Momo. Aimi se demandait si elle devait abandonner le sujet ou lui donner toutes les cartes en mains pour comprendre. La Kurai n'aimait pas se faire plaindre et c'était possiblement ce qui allait arriver si elle lui parlait de la suite. Pourtant, elle décidait s'en remettre au bon jugement de sa camarade et amie de longue date. Elles étaient peut-être même plus que cela au final, mais c'était difficile à définir comme relation, seul le fait qu'elles pouvaient compter l'une sur l'autre était clair.

-J'ai pensé comme toi et j'ai fait confiance à un autre avant d'intégrer l'académie. Au fond, je ne voulais plus rien rater et on m'y avait poussé à l'époque en passant que c'était le mieux pour moi. De mon côté tout semblait bien se passer.... Mais il est parti sans explication en disant que j'étais à côté de la plaque avec une autre. Inutile de dire mon sentiment à ce moment-là. Avant ça on était très complices lui et moi.

Haussement d'épaules, en plus de ne rien apporter, leur relation avait tout gâché, pas qu'entre eux, mais aussi avec leurs amis en commun qui avaient fini par prendre parti... Le second cas était plus délicat et pouvait engendrer des désagréments dans l'organisation, mais quelque part, Aimi avait envie de se décharger de ça.

-Pendant que j'étais à Iwa, il y a eu Taishi. Grimace significative. Je n'avais pas compris le bail qui dit qu'il ne veut que s'amuser ou plutôt, je l'ai compris un peu tard. Elle soupira longuement en insistant sur le : Tout ça est réglé ne t'en fais pas.

Mais Momo pouvait mieux comprendre pourquoi Aimi était aussi taillante envers leur leader... Qu'elle assistait sans trop savoir si c'était le bon choix parfois. Pour le bien de Hi ? Aussi, mais aussi parce qu'elle avait l'occasion de finir son puzzle au complet, mettre les choses plus au clair dans sa vie.

-Tu vois, je ne suis pas douée non plus dans ma vie amoureuse, un vrai chat noir ! Elle riait doucement. Je ne suis pas certaine que me plaire soit flatteur.

Mieux valait prendre tout cela avec légèreté, et alors que Momohime allait s'occuper de ses tâches pour la laisser finir les siennes, Aimi la remerciait pour son aide, son écoute, sa patience, mais aussi, et surtout sa présence.

-Ma vie était terriblement morose avant toi tu sais. Tu sais déjà ce que je veux. Tutoie-moi.Quant à ma mère. Ses yeux se levaient au ciel. Tasse le sujet, fais comme moi évite là. Elle n'est pas méchante, juste de la vieille école.

Cette madame avait toujours espéré que comme son frère, elle lui ramènerait un gentil conjoint, qui les aiderait à la ferme, maintenant que son cadet n'était plus, elle ne pouvait que compter sur sa fille pour les petits enfants. Mais plus le temps passait et plus les évidences poussaient à croire que cela n'arriverait jamais. Alors non, sa complicité sans fin avec l'Inuzuka n'était pas rassurante pour elle qui se plaisait à faire quelques remises à l'ordre.

-Mon père t'adore ! Donc tout va bien. En la regardant nue son tablier, elle se doutait bien un peu pourquoi. La pensée la faisait rire.

Tous ses détails la gênaient terriblement au début, comme Momohime était distante avec elle, mais maintenant, elles s'étaient acceptées telles qu'elles étaient, rien d'anormal dans cette maison.

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Sam 9 Juin 2018 - 1:44
Elle m'expose une autre partie d'elle, ma première réaction est d'aller vers l'humour, même si cela avait un fond de vérité.

"Hé ! Tu triches, j'ai plus de vérité obscure à te raconter pour compenser moi... Ah si, j'ai longtemps caché un obi dans ton oreille, pour toujours avoir une trace de ton odeur sur moi dans la journée. Quand j'ai un gros moment de stresse, suffit d'un petit snif et..."

C'est une révélation un peu malsaine, mais tant qu'on y est à se lancer des vérités profonde et un peu dérangeante, pourquoi s'arrêter là ?

"Même si c'est bizarre, ça veut aussi dire que n'importe quoi qui te rappel à moi peux m'aider à me calmer, me sentir mieux ou simplement passer un moment difficile. Au fond, c'est évident que même si je suis sortie du placard aujourd'hui sur le sujet,cela c'est mis en place sur le temps et la durée."

Je reviens avec un plat en main, continuant de faire a manger et parler en même temps. Alors que les odeurs commencent à imprégner la maisonnée, inutile de préciser que pleins de petits museaux se réveille et se lèvent, l'heure de la bouffe est bientôt arrivée et ils le sentent.

"Tu te rends compte que si j'étais susceptible, je pourrais penser que tu manques de confiance en moi et notre relation ? Il va falloir au moins un bain pour te faire pardonner, sinon je te boude d'abord !"

Bon, aucune chance que je la boude réellement, c'est bien évidement pour rire, même si une fois encore il ya une part de vérité. Je continue de faire a mangé, comme d'habitude c'est copieux, c'est moyennement bon... Il va falloir que j'apprenne à faire à manger avec un professeur, c'est tout de même un élément essentiel de la vie de tous les jours. Les petits ont le droit à une pâté de luxe avec de la vraie viande, oui, je vais chasser pour eux dans la forêt régulièrement, pas question qu'ils mangent n'importe quoi !

Alors qu'on va passer à table, elle me reparle de ses parents... Alors, une idée germe dans mon esprit... Cela commence par un sourire, comme une personne qui rie d'une pensée qui lui traverse la tête. Puis un moment d'hésitation, de réflexion et finalement...

"D'ailleurs, je ne saurais jamais trop te remercier de m'avoir entrainée, le ninjutsu est vraiment pratique."

Difficile de comprendre la pensée qui m'est passée par la tête, si elle essaye avec cet indice cryptique, elle va avoir mal à la tête. Mai alors que je passe derrière elle, un mudra, elle aura peut-être sentit le chakra et boom...

Devinez ce qui est maintenant nu sous le tablier ? C'est tellement vilain, que j'en étouffe de rire, évidement elle entend une voix virile, bien masculine à la place de moi, le grande de voix profonde, sans être rustre, grave sans être caverneuse, douce sans être mielleuse.

"Dis-moi Aimi, à quel point la métamorphose est fidèle ? " Dis-je, en laissant le bout de mon doigt caresse le creux de ses reins. "Jusqu'où peut-on singer la réalité ? " Un souffle chaud sur sa nuque, rien de réellement méchant... Je m'assure que même si je suis nue sous un tablier, rien de trop ne soit visible, pas par pudeur, mais, ça serait pousser la blague trop loin. "Donner à ta mère le petit-enfant don elle rêve ?" Je me rends compte que c'est plus malsain que jamais en fait... Mes chaleurs me poussent à certains extrêmes parfois. "Je vais trop loin là ? Oui ça doit être le cas... Je suis certain en plus que tu vas réellement réfléchir à la question, rien que par curiosité en plus, hein ? "

Peut-être que je devrai reprendre ma forme normale. Ma bêtise est d'un tel niveau, que même Rokurô ne la pas vue venir et est bouche bée, une pâte sur le museau en signe de consternation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Mar 12 Juin 2018 - 17:28
La surprenante révélation sur le secret de Momohime la faisait rire joyeusement, elle aussi faisait ça dans le temps, volé quelque chose de quelqu'un qui la rassurait à son insue pour le garder avec elle. Bon, c'était moins pire du côté de Momohime dans la méthode. La suite la faisait grimacer, secouer la tête puis rire, dans le même ordre.

-Je sais bien que tu es trop maligne pour ça, puis on sait toutes les deux que la sincérité n'est pas toujours plaisante à entendre.

Mais elle n'en restait pas moins la réalité. Si Aimi pensait le chapitre clos et donc par conséquent s'en être bien sortie dans l'affaire, mais c'était sans compter sur les représailles de l'Inuzuka? En tout cas, elle savait y faire et ramener ça sur la table, en même temps que les plats d’ailleurs, ce n’était un secret pour personne qu’Aimi était un ventre sur pattes, avant d’être une femme. Dégustant silencieusement le met, Momohime faisait des progrès chaque jour en cuisine, la Kurai la fixait comme à la recherche d’un moment pour glisser à nouveau une révélation, amusante ou dérangeante, va savoir.

-Tu sais, moi aussi j’ai quelque de toi en permanence pour me donner du courage. Ne te moque pas, mais j’ai gardé le mouchoir que tu m’avais prêté pour m’essuyer à l'académie. Elle riait joyeusement. Avant, mes seuls amis étaient ceux de mon frère au final, je ne parlais et ne rencontrer des gens que par son biais. Mais toi, tu es la première que j’ai eu par moi-même. Elle grimaçait en avalant une nouvelle bouchée. Encore que Muramasa y est pour beaucoup, donc est-ce que ça compte ? Bonne question. Enfin bref ! Ta présence me console sur le fait, qu’il suffit d’être patient pour exaucer ses souhaits. Quant à la menace, à Hi on ne céderait pas face aux terroristes canins ! Me bouder ? Comme si tu en étais capable vilaine fille ! Par contre, je ne cracherais pas sur le bain ma foi.

Son dos lui faisait un peu ressentir tous ses excès des derniers jours. En plus de ne pas dormir assez ou de le faire sur sa chaise de travail en attendant des résultats de ses éprouvettes. Autant dire qu’Aimi était à des années lumière d’anticiper ce qui allait suivre ou de se tenir sur ses gardes, surtout avec de la nourriture pour déconnecter ses neurones en face d’elle. Aussi lançait-elle un regard confus à Momo’ quand elle la remerciait pour l’apprentissage du Ninjutsu, cherchant dans sa mémoire -de poisson rouge- ce qu’elles avaient pu travailler qui lui avait servi récemment. La voix masculine aurait pu lui donner un élément de réponse… Le bond fait par la Kurai valait sûrement le détour, elle s’échappait comme un crabe en claquant des pinces presque, les poils hérissés comme un gros chat sur qui on avait jeté de l’eau froide. Et ce petit (lol) cri, devait-on en parler ?... Dehors, tous les oiseaux autour s’envolaient, papa Kurai dans le champ attrapait sa fourche, en accourant au secour de sa petite fille chérie. Cette même Aimi qui fuyait à travers toute la pièce le Henge de Momohime qui se faisait sermonner…

-MOMO ! Franchement, tu en as de ces idées ! Ne refais plus jamais ça ! Puis quelques petits enfants… Comme si j’en voulais… MOMO ! Arrête ça tout de suite !!!

Même instant, papa Kurai bondissait de la porte comme le ninja qu’il n’était pas, sa fourche relevée vers le plafond pour l’abattre sur la tête du… pervers ? Du moins il voyait ça comme ça. Bon sûr, on se demandait pourquoi il l’assomait au lieu de l’enfourcher, mais au final c’était mieux comme ça non ? Aimi criait à nouveau, un “NOOOOOO !!!! ” … c’était animé aujourd’hui…

_________________
 
71627C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3156-kurai-aimi-terminee

Mar 12 Juin 2018 - 22:41
Décidément il n'y en a pas une pour rattraper l'autre. Elle a eu le droit à une pichenette sur l'arrière du crâne quand elle a dit que c'était pas à prendre en compte puisque Murasama m'a fait venir.

"Je reste par ma propre volonté et parce que tu es adorable, attachante, un peu niaise et maladroite, mais assurément une bonne médecin, sur le plan éthique ou professionnel. Celle que j'aime... Désolé d'en remettre une couche, mais voilà. Bref, ça compte."

La suite a été digne d'une comédie romantique, ou non, mais assurément ce serait digne des plus belles farces. Si la réaction de Aimi m'a fait sourire, au point que j'ai eu du mal à contenir un fou rire, ma concentration sur elle m'a empêchée de me rendre compte d'autre chose. En fait, même Rokurô ne l'a pas vu venir à temps ou alors ne voulait pas ? Allez savoir.

Dans des circonstances normales, n'importe quel ninja digne de ce nom aurait évité, au moins en partie un coup pareil. Sauf que vu les circonstances je n'ai pas eu le temps de réfléchir à cale. Du coup, un grand coup à l'arrière du crâne et puisque c'est un simple ninjutsu basique. Bah je suis au sol, assommé, mon henge annulé forcément et toujours nue sous mon tablier... Donc, cul nu et à l'air libre en plus.

Ayant un peu pitié de moi, d'Aimi et de son père, Rokurô à été prendre un drap pour me recouvrir, puis me tire doucement vers la couche pour me laisser inconsciente au milieu du tas de poil et de bave maintenant réveillé et ayant eu son repas. Donc, qui essaye de me réveiller avant d'abandonner et de se dire que la sieste digestive ce n'est pas une si mauvaise idée et reformer un tas, don je suis le centre.

Il se passera... Je ne sais pas combien de temps avant que je n'émerge.

"Je Aïe... C'est qui qui m'a mis un coup de trique... Enfin d'un truc ça fait mal."

Ce n'est pas comme si j'avais reçu le coup il ya des minutes... des heures ? Enfin bon, vaux mieux très très très tard que jamais. Je vais voir Aimi, enfin où quelle soit et si elle est à porté de vu en tout cas.

"Pauvre Momosuke-kun, il n'est pas apprécié à sa juste valeur."

Je revois sa tête dans la mienne, je retiens difficilement de rire encore, même si c'était franchement immature et même affreusement proche de la frontière entre la mauvaise plaisanterie et le mauvais goût très douteux.

"Avec le nombre de patients que tu auscultes, je n'aurais jamais pensé que tu réagirais aussi violemment à un homme presque nu... Est-ce qu'il y a une jeune femme au coeur encore plus pure et innocente que je n'imaginais qui se cache derrière mon Iryô-nin préféré ?"

En fait, plutôt que de donner l'impression très convaincante que je me moque d'elle, je devrais quand même lui demander si elle va bien... C'était assez déconcertant... D'ailleurs c'est elle qui m'a frappée ? J'ai un doute ? Non ? Il me semble qu'elle était devant moi ? Mon esprit est encore un peu confus, j'imagine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3163-inuzuka-momohime-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u174

Agrandir la meute, à petits pas [PV : Kurai Aimi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: