Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

La Compréhension [pv Jun]


Sam 2 Juin 2018 - 21:36
- Reiko-sama, une prisonnière indique vous connaitre personnellement.

Tu avais arqué un sourcil face à cette annonce pour le moins... imprévue. Tu avais passé ta journée à rédiger des dossiers encore et encore nécessaire au bon fonctionnement de la nouvelle capitale. Néanmoins, tu ne pensais pas que cette journée allait être autre chose qu'un ramassis de papier ennuyant.

C'était finalement ta secrétaire Mei, qui avait été chargé de faire passer le message directement jusqu'à toi. Celle-ci avait au moins l'autorisation de pénétrer dans ton bureau sans te demander au préalable. Sans quoi cela aurait été clairement compliquée pour elle de t'épauler dans tes tâches quotidiennes. Surtout connaissant ton humeur pour les intrus inopportuns.

- Une prisonnière tu dis ... ? Ça n'a aucun sens... Elle vient de Kumo ?


- Non c'est une étrangère, elle ne semble pas non plus vouloir nous indiquer d'où elle provient. Elle veut simplement vous parler à vous.


Elle avait intérêt à avoir quelque chose d'intéressant à te dire celle-là... Quand bien même tu étais incapable de te figurer qui cela pouvait bien être, tu ne pouvais laisser cette histoire en suspend. Rien que pour ta propre curiosité.

Soupirant, c'était d'un pas assez pressé que tu étais allée jusqu'aux geôles de la capitale. D'habitude, tu n'y mettais jamais la pied, tu ne faisais qu'envoyer les mauvais gus là dedans et tu ne te souciais pas du reste. Même quand tu avais été au Kyubuu, ta présence ici était rare. Tu n'avais jamais eu besoin de plus que les prisons internes au poste de police pour faire tes interrogatoires.

- Où est celle qui me demande ?


- C'est la cellule au fond du couloir à droite. Faites attentions, elle s'est débattue comme une vraie furie Raikage-sama.


Faire attention... Toi... Vraiment ? Arquant le second sourcil, tu avais fini par te retrouver en face de la dite cellule. Le temps de plisser les yeux, tu vins à reconnaitre ce visage et ce corps nu très rapidement.

- Toi !


Elle avait intérêt à avoir une explication en béton pour toi. Tu lui avais pourtant bien dit de déguerpir d'ici et vite une fois son affaire faite. Maintenant, elle te devait des comptes, et pas qu'un peu.

_________________


Dernière édition par Metaru Reiko le Dim 3 Juin 2018 - 9:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 3 Juin 2018 - 4:43
Les circonstances l’ayant mené jusqu’à Kumo étaient particulières. Quittant l’une des forêts de Kaminari, la bête s’était perdue. Puis, passant ici et là, effrayant quelques habitants tout en se faisant chasser par d’autres qui paniquèrent tant de l’avoir vu se transformer devant eux que de sa nudité apparente, au final, elle était arrivée à ce qu’on lui avait indiqué comme l’Arche Grise. À croire que la grande rousse terrifiante (mais sympathique) qu’elle cherchait se trouvait ici. Elle voulait bien partir, mais elle ne savait lire de cartes et n’avait pas d’argent pour s’acheter peu importe ce dont avait-elle de besoin pour partir. Sous forme humaine, n’arborant aucun vêtement (ils étaient inconfortables et peu pratique), elle vint franchir l’Arche, rapidement arrêtée par trois gardes.

- Je suis venue voir une rousse.

Inconsciente de ce qu’était un village caché et les règles qui allaient avec vivre en société, elle faisait sa demande, espérant presque être escortée jusqu’à celle qu’elle cherchait. Fausse joie, l’homme se mit à lui dire quelque chose qu’elle ne prenait pas la peine d’écouter. Les choses dégénérèrent et voilà qu’un des hommes tentait de lui passer les menottes aux poignets.

Il en était absolument hors de question.

La bête adopta une apparence animale, venant prendre sa forme de tigre, sous les regards médusés des gardes, pour ensuite se débattre violemment. L’un d’un fut blessé au visage, une plainte s’échappant de ses lèvres tandis que l’autre fut violemment mordu à l’épaule, elle qui refusait de lâcher alors qu’ils la frappaient encore et encore. Finalement, elle fut maîtrisée puis amenée contre son gré vers la prison, non sans des rugissements de sa part et des tentatives de coups de griffes. Jetée en cage, ça en était trop pour celle qui fonça sur les barreaux, sous sa forme animale. Jusqu’à ce que les sceaux posés sur son corps s’activent, la forçant à reprendre forme humaine sans trop qu’elle comprenne pourquoi.

Crachant méchamment sur quiconque passant devant sa prison, elle ne faisait que répéter qu’elle voulait parler à la rousse, sans quoi elle refusait de répondre à quelconque autre question. Elle n’aimait pas cette prison, lui rappelant beaucoup trop les barreaux à Kaze, au Colisée plus précisément.

Arriva finalement celle qu’elle attendait. Se remettant sur pied, elle s’avança vers les barreaux, ignorant le regard accusateur posé sur elle. Le problème de la bête était qu’elle peinait à comprendre lorsqu’elle faisait quelque chose qu’elle ne devrait pas, ne serait-ce que parce qu’on lui avait jamais appris ce que c’était que de vivre en société. Un réel mystère pour elle.

- Jun. Mon nom, c’est Jun.

Sans aucune arrogance, qu’une certaine incompréhension. Oui, c’était elle. Et alors ?

- J’ai tenté de quitter le pays, mais ce n’est pas aussi facile… Je me suis égarée.

Tout était sincère, et cela ne faisait aucun doute, dans la façon dont elle se tenait et se comportait.

- Ces hommes m’ont agressé puis mis en cage.

Ça, par contre, elle était assez mécontente, ne réalisant même pas qu’elle était fautive. Ils étaient ceux ayant tenté de lui mettre des menottes. Il était normal qu’elle se batte, jusqu’à la mort s’il le fallait, au nom de sa liberté. C’était tout ce qu’elle faisait depuis toujours, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 3 Juin 2018 - 10:35
Jun...

Tu te fichais bien de son nom en réalité ! Elle ne devait pas être au sein de Kumo, et encore moins dans une cage pour avoir agressée des gardes... Et face à cela, elle n'avait comme seule excuse un "je me suis perdue" des plus fébriles. Franchement, tu ne savais pas ce qui te poussais à encore perdre ton temps avec pareil personnage.

Soupirant, tu la fixais tandis que tu te demandais quoi faire d'elle. Évidemment, tu n'avais de compte à rendre à personne encore une fois, et si tu venais à la faire libérer par ta simple parole, personne n'était à même de te refuser cela. Bon sang...

- Si ces hommes t'ont agressé c'est peut être car tu as marché dans un territoire qui n'est pas le tiens. Tu ne connais peut être pas la loi des hommes mais tu connais celle de la jungle non ?


Au final, il n'y avait en réalité pas une si grande différence. Mais bon... Le simple fait de te voir expliquer à quelqu'un les manières de se comporter en société signifiait un grand changement en toi depuis quelques mois. Auparavant, cela aurait été toi la bête qu'on aurait voulu mettre en cage. A l'exception que comparé à elle, personne n'a jamais réussi.

Tournant alors ton regard vers l'un des geôliers, tu lui ordonnas d'ouvrir la cage et de lui filer des vêtements à sa taille. Manquerait plus qu'on te voit trainer avec une nudiste dépravée...

- Met les vêtements et ne pose pas de question. Quand je t'aurais fait sortir de là, tu me quittes pas d'un seul centimètre, sinon je te jure que c'est moi qui t'y colle dans cette cage.


Irritée... Bien sur que tu l'étais, comment ne pas l'être ? Mais bon... Au fond de toi, tu ne pouvais pas non plus la laisser pourrir éternellement ici. Tôt ou tard, elle tenterait de refaire quelque chose de particulièrement idiot.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 4 Juin 2018 - 15:26
- Ce n’est peut-être pas mon territoire mais je suis venue ici sans hostilité !

Elle défendait sa cause, affichant une expression toujours aussi confuse, ne comprenant pas pourquoi se retrouvait-elle dans cette cage. Légèrement dépassée par les événements, elle adressait donc un regard curieux à la demoiselle, celle qu’elle avait voulu revoir, cherchant réponse face aux actions qu’elle trouvait démesurée des hommes l’ayant envoyé ici. Même elle, qui se voulait passablement agressive, n’aurait pas agi de la sorte. Était-ce cela, vivre en société ? Elle préférait de loin la nature, si vivre auprès d’autrui l’amenait au fin fond d’une cage. Elle ne se sentait pas bien, derrière ces barreaux, lui rappelant une époque qu’elle cherchait à oublier, amenant même chez elle quelques tremblements, soulignant de façon évidente son inconfort.

Finalement, il fut décidé qu’elle pouvait sortir, mais pour cela, elle se devait d’enfiler des vêtements. Elle jeta un coup d’oeil aux morceaux de tissus tendus vers elle, dont le contact sur sa peau était plus que désagréable. Les gens portaient cela au quotidien ? Et pour quoi faire ? Autre avoir envie de se les arracher si tôt mis… Elle soupira, enfilant ce qui lui était donnée, non sans un certain agacement involontaire.

- Bon, voilà, c’est mis.

Et elle avait déjà envie de tout enlever, peu habituée de se retrouver forcer à imposer cela à sa peau qui se voulait presque fragile. Sortant de la cage, elle vint ramener ses cheveux en bataille derrière ses épaules et adressa un regard noir au garde qui l’avait amené là, bien qu’elle resta sage. L’idée de lui sauter au cou était tentante, mais en ayant envoyé deux à l’hôpital, mieux valait qu’elle reste sage, sans quoi il y avait possibilité qu’elle énerve la bête qu’elle accompagnait.

- Je me suis perdue au travers les forêts, finalement je suis tombée sur un village, et je dois admettre que les gens ne sont pas très portés à aider les autres.

Ou alors c’était simplement qu’ils étaient méfiants vis-à-vis de la bête s’étant transformée en humaine, complètement nue qui plus est. Mais ça, encore, c’était quelque chose qu’elle n’était pas certaine de comprendre, ne serait-ce que parce que jamais s’était-elle présentée semblant hostile, bien au contraire, ce qui demandait déjà beaucoup d’effort pour la bête sauvage qu’elle était. Au final, désormais, elle suivait à la trace la route, ne la quittant pas d’une semelle, n’ayant nullement l’envie de se retrouver à nouveau derrière les barreaux de cette prison. Et puis, peut-être lui donnerait-elle des indications claires quant à comment retourner d’où elle venait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 23 Juin 2018 - 12:19
Franchement...

Elle avait l'air ridicule à tenter de se débattre avec le tissu qui lui servait de vêtement. Mais bon... En réalité tu t'en foutais bien, si elle voulait être libre et espérer un jour sortir de Kumo une bonne fois pour toute, elle avait tout intérêt à t'obéir. Et heureusement pour elle, tu n'avais pas eu besoin de refaire une démonstration de force. D'une bête à une autre, il n'y avait que la loi de la jungle qui pouvait fonctionner. De ce point de vue là, c'était bien moins compliqué qu'évoluer dans une société humaine.

- Tu te transformes devant les gens, tu te ballades nue. Si tu n'arrives pas à comprendre ces humains sachent qu'ils ne te comprennent pas plus !

Tu ne les comprenais ceci dit pas non plus forcément. Mais tu n'étais pas pour autant semblable à la tigresse qui te faisait face. Tu étais à part, une sorte d'hybridation. Une humaine ayant grandit dans un monde humain mais avec une âme des plus bestiales. Toi aussi tu avais subit l'incompréhension, sauf qu'à l'époque tu avais fait en sorte d'avoir le dernier mot. Et ta puissance t'avait mené aujourd'hui à diriger ceux qui autrefois te méprisait.

- Comment tu as pu te tromper de chemin ? Tu es un animal ou pas ?


Elle avait certainement vécu toute sa vie dans la nature et avait pourtant réussi à se tromper de chemin. C'était louche mais encore une fois, tu t'en foutais. Qu'importe ses raisons, maladroites ou pas, cela ne changeait en rien qu'elle s'était attirée des regards et des problèmes en venant ici. Ainsi, si tu ne voulais pas qu'elle bouffe un de tes gardes ou qu'elle finisse en fourrure, tu allais devoir te la coltiner.

- Suis moi, nous allons dans un coin plus tranquille.


Tu la trainas ainsi dans le village non sans passer par les ruelles les plus étroites et moins empruntées de la cité. Toi qui détestais le monde, tu connaissais ce dédale par coeur. Arrivant alors dans ton coin personnel, là où tu avais toute ta vie martelée cette montagne en y laissant un trou ressemblant désormais davantage à un véritable tunnel.

- Cela fait deux fois que je te viens en aide.


Deux fois qu'elle avait gâché ta perspective de la journée...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

La Compréhension [pv Jun]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: